Vous êtes sur la page 1sur 8

Généralités sur

les contraintes et
les déformations

1.0

SIDHOUM. ZEHRA

mai 2018
Table des
matières

I - Chapitre I : Généralités sur les contraintes et les


déformations 5

A. Introduction.................................................................................................5

B. Contraintes et déformations...........................................................................5
1. Contraintes......................................................................................................................5
2. Déformations....................................................................................................................6

C. Relation entre la contrainte et la déformation...................................................8

3
Chapitre I :
I-

I
Généralités sur
les contraintes et
les déformations

Introduction 5
Contraintes et déformations 5
Relation entre la contrainte et la déformation 8

A. Introduction

Lorsqu'un corps est soumis à l'action de forces extérieures, des contraintes internes
s'établissent. À ces contraintes sont associées des déformations. Le type de
déformation engendrée dépend de la grandeur des contraintes et des matériaux qui
sont en cause.
La déformation est dite :
• Élastique (déformation réversible) dans le cas où la contrainte est faible : le
matériau retrouve son état initial dés que celle-ci est supprimée. Cette déformation
est observée pour tous types de matériaux.
• Plastique (déformation irréversible) lorsque la contrainte est élevée et le matériau
est ductile : dans ce cas le matériau ne retrouve pas sa forme initiale en
supprimant la contrainte.

B. Contraintes et déformations

1. Contraintes

5
Chapitre I : Généralités sur les contraintes et les déformations

La contrainte est définie comme l'intensité de force à un point donnée du matériau.


Sur une surface infinitésimale on a donc:


dF

T ( M , ⃗n )=
dS

1- Elle peut être perpendiculaire à cette surface : la contrainte est alors dite
normale.
2- Elle peut aussi être oblique par rapport à la surface sur laquelle elle s'exerce : la
contrainte se décompose alors en une contrainte normale, et une composante
tangentielle, dite contrainte de cisaillement. C'est le cas le plus général.

a) Tenseur des contraintes de Cauchy


Dans les cas de sollicitation simples (traction/compression uniaxiale, flexion,
torsion), la contrainte peut être représentée par un simple nombre (scalaire). Mais
pour décrire précisément l'état de contrainte dans un objet, il faut utiliser une
matrice 3×3, ou un tenseur d'ordre 2 (tenseur des contraintes de Cauchy). Dans un
système de coordonnées cartésienne ce tenseur est représenté par :

σ11 σ12 σ 13
[
σij = σ21 σ22 σ 23
σ31 σ32 σ 33 ]
σii : Contraintes normales
σij : Contraintes de cisaillement
Le premier indice i représente la normale à la surface considérée. Le second indice j
correspond à la direction de la force sur la surface en question.
Le matériau est dit en traction suivant la direction si la contrainte normale σii > 0.
On parlera de compression dans le cas contraire.

b) Symétrie de tenseur des contraintes


En statique, le tenseur des contraintes est toujours symétrique, c-à-d σij=σji, ce
qui traduit l'équilibre en moment d'un volume infinitisimal.

σ11 σ21 σ13


[
σij = σ21 σ22 σ23
σ13 σ23 σ33 ]
L'une des propriétés d'un tenseur symétrique est d'être diagonalisable. Autrement
dit, on peut toujours trouver un système de coordonnées pour lequel le tenseur des
contraintes est représenté par une matrice diagonale:

[ ]
σI 0 0
σij = 0 σ II 0
0 0 σ III

σI σII et σIII sont appellées contraintes principales et I,II,III sont les axes
principaux de contrainte.

2. Déformations

6
Chapitre I : Généralités sur les contraintes et les déformations

La déformation locale normalisée dans un volume soumis à de contraintes est


généralement notée ε. Elle représente la variation dans les positions relatives entre
points voisins du matériau.

a) Cas unidimensionnel
Au niveau infinitésimal et unidimensionnel la déformation locale est définie par la
variation de longueur L:

dl
d ε=
l

Lors d'un processus d'élongation d'une longueur L0 à L la déformation naturelle est


alors l'intégrale:
l
dl l
ε=∫ ( )=ln( )
l0 l l0

Le nom courant utilisé dans la littérature anglaise est true strain, logarithmic strain
or Hencky strain.
On défini également la déformation nominale (ou ingénieur) par la relation:

Δ l l−l 0
e= =
l0 l0

On en déduit la relation:

ε=ln (e+1)

b) Généralisation
De manière générale lorsqu'un volume subi une déformation au niveau
macroscopique chaque position x dans le volume est transformé en une nouvelle
position x' = u(x).

7
Chapitre I : Généralités sur les contraintes et les déformations

La déformation locale est alors définie par:

ε= ∂ (u(x)−x)
∂x

En considérant le cas des petites déformations ε peut être traité comme un


tenseur:
ε11 ε12 ε13
[
εij = ε21 ε22 ε23
ε31 ε32 ε33 ]

1 ∂u ∂u
εij = ( i + j )
2 ∂ x j ∂ xi

C. Relation entre la contrainte et la déformation

La figure I.1. montre une courbe contrainte déformation associée typique obtenue
sur un métal lors d'un essai d'écrouissage en traction monotone. Ce type d'essai est
généralement réalisé à des vitesses comprises entre 10−3 et 1s−1. On distingue
successivement :
– un domaine de comportement élastique réversible, où l'arrêt de la sollicitation
permet à l'éprouvette de retourner dans son état initial, et où les contraintes et les
déformations sont reliées linéairement par la loi de Hooke

8
Chapitre I : Généralités sur les contraintes et les déformations

– un domaine de comportement plastique homogène, caractérisé par une


déformation irréversible du matériau.
– un domaine de comportement plastique hétérogène, initié par l'apparition d'une
”striction”. La déformation se localise dans l'éprouvette jusqu'à rupture de celle-ci.

courbe contrainte déformation

Complément
Contrainte vraie

σ v =σ n(1+ e)

Déformation vraie

εv =ln (1+e)

Rappel
Allongement longitudinal :

Δ l=l−l 0

Allongement radial :

Δ R=R−R0

Déformation unitaire longitudinale :

(Δl )
εl =
l0

9
Chapitre I : Généralités sur les contraintes et les déformations

Déformation unitaire radiale :

(Δ R)
εR =
R0

Coefficient de Poisson (υ) :


C'est le rapport entre les déformations unitaires transversales et axiales, quand la
déformation a lieu dans les limites d'élasticité.
−ε
ν= εl R

Attention
Force (N)
Surface (mm*mm)
Contrainte (MPa)
Allongement (mm)
Déformation ( sans unité)

10