Vous êtes sur la page 1sur 36

DEPARTEMENT DU VAL DE MARNE

VILLE DE CHAMPIGNY-SUR-MARNE

19 LOGEMENTS COLLECTIFS LOCATIFS


130-132 RUE DE VERDUN 94500 CHAMPIGNY-SUR-MARNE
RESIDENCE « LE CEDRE »

DOSSIER MARCHE

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

LOT N° 01 – TERRASSEMENTS – FONDATIONS – GROS-ŒUVRE

MAITRE D’OUVRAGE : CONTROLEUR TECHNIQUE :

S.A. HLM IDF HABITAT QUALICONSULT Agence Val de Marne


53, Rue Pierre Marie Derrien Bat. D – EUROPARC
B.P. 274 131, Chemin des Bassins
94500 CHAMPIGNY SUR MARNE 94035 CRETEIL CEDEX
Tel : 01 49 83 61 00 Tel : 01 49 56 06 00 - Fax : 01 49 56 09 83

MAITRE D’OEUVRE : COORDONNATEUR SPS :


Olivier CHAUVEAU - Architecte D.P.L.G. SECER
27, Clos des Perroquets 26, rue Pasteur
94500 CHAMPIGNY-SUR-MARNE 94450 LIMEIL BREVANNES
tel. : 01 48.80.94.56 - Fax : 01 48 80 27 46 Tel : 01 60 10 03 75 - Fax : 01 60 14 39 36

MARS 2005
LOT N 01 – TERRASSEMENTS – FONDATIONS – GROS-ŒUVRE

SOMMAIRE

PAGES

1. - PRESCRIPTIONS GENERALES ............................................................................5

1.1. OBJET DES TRAVAUX.......................................................................................................................... 5

1.2. PRESTATIONS GENERALES A LA CHARGE DE L’ENTREPRISE..................................................... 5

1.3. NORMES ET REGLEMENTS................................................................................................................. 5

1.4. DOCUMENTS A FOURNIR PAR L'ENTREPRENEUR.......................................................................... 6


1.4.1. AVANT ET PENDANT LES TRAVAUX .............................................................................................................. 6
1.4.2. A LA RECEPTION DES TRAVAUX .................................................................................................................. 6
1.5. NATURE ET QUALITE DES MATERIAUX ............................................................................................ 6
1.5.1. DEFINITION DES BETONS ............................................................................................................................ 6
1.5.2. CIMENTS ET LIANTS ................................................................................................................................... 6
1.5.3. GRANULATS .............................................................................................................................................. 6
1.5.4. EAU DE GACHAGE ...................................................................................................................................... 7
1.5.5. ADJUVANTS ............................................................................................................................................... 7
1.5.6. ACIER POUR BETON ARME .......................................................................................................................... 7
1.5.7. HUILES DE DECOFFRAGE............................................................................................................................ 7
1.5.8. CONTROLE DE LA QUALITE DES BETONS ...................................................................................................... 7
1.5.9. DEFINITION DES MORTIERS ........................................................................................................................ 8
1.5.10. ENDUITS D'IMPERMEABILISATION A BASE DE LIANTS HYDRAULIQUES ............................................................. 8
1.5.11. MAÇONNERIES .......................................................................................................................................... 9
1.6. QUALITE DES SURFACES – TOLERANCES....................................................................................... 9
1.6.1. MURS - POTEAUX - POUTRES ..................................................................................................................... 9
1.6.2. PLANEITE DES DESSUS DE DALLE ............................................................................................................. 10
1.6.3. SOUS-FACE DE DALLES ............................................................................................................................ 10
1.6.4. ELEMENTS PORTEURS DE TOITURE TERRASSE .......................................................................................... 11
1.6.5. TOLERANCES DES CLOISONS ET DOUBLAGES ............................................................................................ 11
1.7. MISE EN OEUVRE DU BETON............................................................................................................ 11
1.7.1. RESERVATIONS DIVERSES........................................................................................................................ 11
1.7.2. BETONNAGE PAR TEMPS FROID ................................................................................................................ 12
1.7.3. CHAUFFAGE DU BETON ............................................................................................................................ 12
1.7.4. BETONNAGE PAR TEMPS CHAUD ............................................................................................................... 12
1.7.5. MISE EN PLACE DES ARMATURES.............................................................................................................. 12
1.8. OUVRAGES PREFABRIQUES ............................................................................................................ 12
1.8.1. OUVRAGES DE STRUCTURE ...................................................................................................................... 12
1.9. CANALISATIONS ENTERREES .......................................................................................................... 13
1.9.1. CANALISATIONS ....................................................................................................................................... 13
1.9.2. NORMES DE CALCULS ............................................................................................................................... 13
1.9.3. OUVRAGES ANNEXES ............................................................................................................................... 13
1.10. TERRASSEMENTS .............................................................................................................................. 13

1.11. CONNAISSANCE DES LIEUX.............................................................................................................. 14

1.12. CONSISTANCE DU CCTP ................................................................................................................... 14

S.A. HLM IDF HABITAT - RESIDENCE « LE CEDRE » DOSSIER MARCHE - MARS 2005
LOT N 01 – TERRASSEMENTS – FONDATIONS – GROS-ŒUVRE

1.13. OUVRAGES ET SUJETIONS INCLUS DANS LE FORFAIT ............................................................... 15

1.14. PLANS D’EXECUTION NOTES DE CALCUL - ETUDES DE DETAIL DES OUVRAGES.................. 15

1.15. RESPONSABILITÉ DE L’ENTREPRISE.............................................................................................. 15

1.16. PROTECTION DES ARBRES ET VEGETAUX.................................................................................... 15

2. - PRESCRIPTIONS PARTICULIERES ....................................................................16

2.1. BASES DU PROJET - HYPOTHESES DE CALCULS......................................................................... 16


2.1.1. PARTI CONSTRUCTIF GENERAL ................................................................................................................. 16
2.1.2. RECONNAISSANCE DES SOLS ................................................................................................................... 16
2.1.3. NAPPE PHREATIQUE ................................................................................................................................ 16
2.1.4. CHARGES D'EXPLOITATION ....................................................................................................................... 16
2.2. INSTALLATION DE CHANTIER - TRAVAUX PREPARATOIRES ...................................................... 17
2.2.1. INSTALLATIONS DE CHANTIER ................................................................................................................... 17
2.2.2. CLOTURES DE CHANTIER - PANNEAU DE CHANTIER - SIGNALISATION.......................................................... 17
2.2.3. TRAVAUX PREPARATOIRES ....................................................................................................................... 18
2.2.4. IMPLANTATION ......................................................................................................................................... 19
2.2.5. SIMULTANEITE D'EXECUTION .................................................................................................................... 19
2.2.6. IMMEUBLES ET OUVRAGES EXISTANTS ...................................................................................................... 19
2.2.7. FOUILLES ARCHEOLOGIQUES.................................................................................................................... 19
2.3. TERRASSEMENTS .............................................................................................................................. 19
2.3.1. DECAPAGE TERRE VEGETALE ................................................................................................................... 19
2.3.2. EPUISEMENTS ......................................................................................................................................... 20
2.3.3. TERRASSEMENTS GENERAUX ................................................................................................................... 20
2.3.4. TERRASSEMENTS COMPLEMENTAIRES ...................................................................................................... 20
2.3.5. REMBLAIS ............................................................................................................................................... 20
2.3.6. EVACUATION DES EXCEDENTS AUX DECHARGES ........................................................................................ 21
2.4. TRAVAUX EN LIMITE D'OPERATION ................................................................................................ 21

2.5. PLANS D’EXECUTION DU GROS-ŒUVRE ........................................................................................ 21

2.6. FONDATIONS....................................................................................................................................... 21
2.6.1. ETUDE DES SOLS ..................................................................................................................................... 21
2.6.2. MISE A LA TERRE ..................................................................................................................................... 21
2.6.3. BETON DE PROPRETE .............................................................................................................................. 22
2.6.4. BETON DE RATTRAPAGE........................................................................................................................... 22
2.6.5. FONDATIONS SUPERFICIELLES.................................................................................................................. 22
2.6.6. FONDATIONS PAR PUITS ........................................................................................................................... 22
2.7. LONGRINES - SOUBASSEMENTS ..................................................................................................... 23
2.7.1. LONGRINES ............................................................................................................................................. 23
2.7.2. SOUBASSEMENTS .................................................................................................................................... 23
2.8. DALLAGES PORTES ........................................................................................................................... 23

2.9. CANALISATIONS ENTERREES - FOSSES - REGARDS ................................................................... 24


2.9.1. SIPHONS DE SOL ..................................................................................................................................... 24
2.9.2. CANALISATIONS ENTERREES .................................................................................................................... 24
2.9.3. REGARDS INTERIEURS ............................................................................................................................. 25
2.9.4. REGARDS DE PIEDS ................................................................................................................................. 25

S.A. HLM IDF HABITAT - RESIDENCE « LE CEDRE » DOSSIER MARCHE - MARS 2005
LOT N 01 – TERRASSEMENTS – FONDATIONS – GROS-ŒUVRE

2.10. TRAVAUX EN SUPERSTRUCTURE.................................................................................................... 25


2.10.1. VOILES EXTERIEURS EN FAÇADE :............................................................................................................. 25
2.10.2. VOILES EXTERIEURS DES PIGNONS : ......................................................................................................... 25
2.10.3. VOILES INTERIEURS, POUTRES VOILES :.................................................................................................... 26
2.10.4. POTEAUX : .............................................................................................................................................. 26
2.10.5. POUTRES : .............................................................................................................................................. 27
2.10.6. MAÇONNERIE EN BLOCS DE BETON DE GRANULATS :.................................................................................. 27
2.10.7. PROTECTION A BASE DE BITUME ............................................................................................................... 27
2.10.8. PLANCHERS DES ETAGES ......................................................................................................................... 28
2.10.9. PLANCHERS DES COMBLES ...................................................................................................................... 28
2.10.10. DEBORDS SOUS TOITURES ....................................................................................................................... 29
2.10.11. DALLES DE BALCONS/LOGGIAS ................................................................................................................. 29
2.10.12. PANNEAUX ISOLANTS ............................................................................................................................... 29
2.11. CHAPES - FORMES DE PENTES ....................................................................................................... 30
2.11.1. CHAPE INCORPOREE................................................................................................................................ 30
2.12. APPUIS ET SEUILS.............................................................................................................................. 30
2.12.1. APPUIS ET SEUILS PREFABRIQUES ............................................................................................................ 30
2.12.2. SEUILS COULES EN PLACE ........................................................................................................................ 30
2.13. OUVRAGES DIVERS............................................................................................................................ 30
2.13.1. LOCAL VE ............................................................................................................................................... 30
2.13.2. LOCAL CONTAINERS OM .......................................................................................................................... 31
2.13.3. LOCAL MINI-CHAUFFERIE .......................................................................................................................... 31
2.13.4. JOINT DE CONSTRUCTION ......................................................................................................................... 31
2.13.5. INCORPORATION DE COFFRETS TECHNIQUES DANS LA MAÇONNERIE ........................................................... 31
2.13.6. REBOUCHAGES ET CALFEUTREMENTS ...................................................................................................... 31
2.14. ESCALIERS ET EMMARCHEMENTS EN BETON ARME .................................................................. 32
2.14.1. ESCALIERS A VOLEES DROITES................................................................................................................. 32
2.15. MAÇONNERIES POUR OUVRAGES EXTERIEURS........................................................................... 32
2.15.1. MURETS .................................................................................................................................................. 32
2.16. ENDUITS - RAVALEMENT................................................................................................................... 33
2.16.1. ENDUIT MONOCOUCHE DE FINITION ........................................................................................................... 33
2.16.2. TRAVAUX EXTERIEURS SUR ISOLATION...................................................................................................... 33
2.16.3. ENDUITS TRADITIONNELS ......................................................................................................................... 33
2.16.4. PLAQUETTES DE TERRE CUITE .................................................................................................................. 34
2.16.5. PEINTURE SUR BETON.............................................................................................................................. 34
2.16.6. PEINTURE POUR BALCONS ....................................................................................................................... 34
2.17. CARRELAGE ........................................................................................................................................ 35
2.17.1. CARRELAGE EN GRES CERAME ................................................................................................................ 35
2.17.2. CARRELAGE SUR ESCALIERS .................................................................................................................... 36
2.17.3. CARRELAGE EN GRES CERAME ANTIDERAPANT ........................................................................................ 36

S.A. HLM IDF HABITAT - RESIDENCE « LE CEDRE » DOSSIER MARCHE - MARS 2005
LOT N 01 – TERRASSEMENTS – FONDATIONS – GROS-ŒUVRE 5/36

1. - PRESCRIPTIONS GENERALES

1.1. OBJET DES TRAVAUX

Le présent Cahier des Clauses Techniques Particulières a pour objet de définir les travaux de
TERRASSEMENTS, FONDATIONS, GROS-ŒUVRE à exécuter, nécessaires à la réalisation de
l’opération :
Résidence « Le Cèdre »
Construction d’un immeuble de 19 logements locatifs
130 - 132 rue de Verdun 94500 CHAMPIGNY-SUR-MARNE

1.2. PRESTATIONS GENERALES A LA CHARGE DE L’ENTREPRISE

Le montant des travaux proposés par l’Entreprise comprend, en plus des prestations figurant dans
le lot N° 00 « PRESCRITIONS COMMUNES », et même s’i ls ne figurent pas explicitement dans le
corps du descriptif, les travaux suivants : l’ensemble des prestations nécessaires à la bonne finition
de l’ouvrage.
Le présent descriptif a trait aux travaux à exécuter en concordance avec les plans et ne présente
aucun caractère limitatif. Les entreprises devront, comme étant compris dans leur forfait, sans
exception ni réserve, tous les travaux de leur profession indispensables au partait achèvement de
l’ouvrage quelles que soient les quantités d'ouvrages qu'elles auront énoncées dans leurs offres.
Les travaux nécessaires à la réalisation du lot Gros-œuvre comprennent notamment :
- Terrassements généraux
- Fondations
- Canalisations enterrées, dallages,
- Structures et ouvrages divers en maçonnerie et en B.A.,
- Maçonneries des bâtiments
- Maçonneries des ouvrages extérieurs
- Murs et murets de clôture et techniques

1.3. NORMES ET REGLEMENTS

Sauf indications contraires dans la suite du présent C.C.T.P., les travaux sont exécutés
conformément aux :
- Règles de calcul et cahiers des charges DTU ainsi qu'aux Mémentos édités par le C.S.T.B., en
vigueur le 1er jour du mois d'établissement des prix précisé dans le marché ou à défaut le mois
de calendrier qui précède celui de la signature de l'acte d'engagement par l'Entrepreneur,
- Recommandations professionnelles existantes,
- Avis technique pour la mise en oeuvre de matériaux et de techniques non traditionnels; ces
avis techniques devront avoir été acceptés par la Commission Technique des Assurances, en
ce qui concerne leur assurabilité dans le cadre de la police individuelle de base de l'entreprise,
- Cahier des Charges des fabricants établis après enquête spécialisée d'un bureau de contrôle
et pris en compte par la Commission Technique des Assurances comme il est dit ci-dessus
pour les avis techniques.
Les matériaux et produits utilisés répondent aux prescriptions des Normes Françaises
homologuées et enregistrées les concernant.
L'emploi de matériaux non définis par la normalisation est soumis à leur acceptation par le Maître
d'Oeuvre qui est en droit de demander tous justificatifs techniques, et notamment les procès
verbaux d'essais, nécessaires pour formuler un avis.

S.A. HLM IDF HABITAT - RESIDENCE « LE CEDRE » DOSSIER MARCHE - MARS 2005
LOT N 01 – TERRASSEMENTS – FONDATIONS – GROS-ŒUVRE 6/36

1.4. DOCUMENTS A FOURNIR PAR L'ENTREPRENEUR

1.4.1. AVANT ET PENDANT LES TRAVAUX

Outre les plans d'exécution et notes de calculs nécessaires à la réalisation des ouvrages,
l'entrepreneur fournira :
- Une note concernant le système de précontrainte ou les éléments préfabriqués en béton
précontraint dont il envisage l'utilisation,
- Une notice indiquant les produits qu'il compte utiliser,
- Cette notice fournira toutes précisions sur les caractéristiques des produits et les conditions
de leur mise en oeuvre,
- Les avis techniques des produits et procédés utilisés,
- Les procès verbaux d'essais au feu des matériaux utilisés pour la protection incendie.

1.4.2. A LA RECEPTION DES TRAVAUX

L'Entrepreneur du présent lot fournira le dossier des ouvrages exécutés et les documents
nécessaires à l'exploitation décrits dans les pièces administratives, conformément au CCAP.

1.5. NATURE ET QUALITE DES MATERIAUX

1.5.1. DEFINITION DES BETONS

N° TYPE D'OUVRAGE RESISTANCE CARACTERISTIQUE CLASSE DES CIMENTS DOSAGE MINIMUM


MPa KG/M3 MIS EN OEUVRE
Compression Traction
auto-controlée surveillée
1 Béton de propreté - - CLK 45 150
2 Gros béton - - CLK 45 250
3 Puits 20 1.8 CLK 45 250
4 Fondations superficielles 25 2.1 CLK 45 350
5 Dallage et murs non porteurs 20 1.8 CPJ 45 300
6 Ouvrages en béton armé 25 2.1 CPA 45 ou CPJ 55 350
7 Forme de pentes - - CPJ 45 250
8 Béton précontraint 30 2.5 CPA 55 R 400

Les bétons n°4,5,6,7 et 8 devront avoir un affaisse ment au cône d'Abrams inférieur ou égal à 7 cm.

1.5.2. CIMENTS ET LIANTS

Les ciments et liants utilisés sont conformes aux normes NFP 15-010 et suivantes en vigueur et
sont titulaires de la marque NF-VP.
Les ciments pour travaux en eaux séléniteuses ainsi que les bétons pour béton précontraint doivent
figurer sur les listes établies par la COPLA.

1.5.3. GRANULATS

Ils sont conformes à la norme NFP 18.301 en tenant compte des particularités suivantes :
• Le pourcentage d'éléments très fins ne doit pas dépasser 2 % pour les graviers,
• Pour les sables, cette quantité est appréciée par la méthode de l'équivalent de sable :
- ES supérieur ou égal à 70 pour les bétons n°1, 2, 5 , 7,
- ES supérieur ou égal à 80 pour les bétons n° 3, 4, 6, 8.
De plus, pour les bétons n°4, 5, 6, 7 et 8 le diamè tre de ces granulats ne sera en aucun cas
supérieur à 25 mm.

S.A. HLM IDF HABITAT - RESIDENCE « LE CEDRE » DOSSIER MARCHE - MARS 2005
LOT N 01 – TERRASSEMENTS – FONDATIONS – GROS-ŒUVRE 7/36

1.5.4. EAU DE GACHAGE

L'eau utilisée pour le gâchage est conforme à la NFP 18.303 en tenant compte des points suivants:
- Les quantités d'impuretés tolérées correspondent aux classes A ou B,
- Les eaux réputées non potables doivent faire l'objet d'une analyse chimique,
- Leur emploi n'est définitivement accepté qu'après étude préalable probante d'au moins un
béton par sorte de ciment et d'agrégat utilisés.

1.5.5. ADJUVANTS

Les adjuvants qui entrent éventuellement dans la composition des bétons sont titulaires de la
marque NF et agréés COPLA. Leur mise en oeuvre est effectuée conformément au mode d'emploi
défini par leur fabricant et la COPLA.
Leur emploi ne peut être définitivement accepté qu'après une étude préalable sur le béton
considéré à fournir au Maître d'Oeuvre et au Contrôleur Technique.

1.5.6. ACIER POUR BETON ARME

Les armatures doivent être conformes :


- à la norme NFA 35 015 pour les ronds lisses,
- à la norme NFA 02 016 pour les armatures à haute adhérence, en tenant compte des
particularités figurant sur les fiches d'identification délivrées par chaque producteur,
- à la norme NFA 35.020 et aux spécifications de l'ADETS pour les treillis soudés.

Les ronds lisses sont de la nuance FeE22 telle que définie au chapitre II du titre I du fascicule 4 du
C.C.T.G.
Ils sont utilisés comme armature de frettage, barres de montage, armatures en attente de diamètre
inférieur ou égal à dix millimètres si elles sont exposées à un pliage suivi d'un dépliage, pour les
armatures transversales des poutres en béton et pour les cadres, étriers et épingles des dites
poutres.
Tous les aciers utilisés doivent être homologués (article 2.13 du D.T.U. 21 ).
Les armatures en attente devront répondre aux dispositions prévues par le D.T.U. n° 21 relatives
en particulier à la sécurité des personnes.

1.5.7. HUILES DE DECOFFRAGE

Elles doivent être compatibles avec les revêtements de finition.

1.5.8. CONTROLE DE LA QUALITE DES BETONS

Il sera réalisé conformément à l’instruction technique du 15 janvier 1979 et aux frais de l’entreprise.

1.5.8.1. Béton fabriqué sur chantier

Les essais suivants sont à la charge de l'Entreprise.


- Essais de consistance pour les bétons n° 4, 5, 6, 7 et 8,
- Essais de résistance à la compressionpour les bétons n° 4, 5, 6 et 8

S.A. HLM IDF HABITAT - RESIDENCE « LE CEDRE » DOSSIER MARCHE - MARS 2005
LOT N 01 – TERRASSEMENTS – FONDATIONS – GROS-ŒUVRE 8/36

Prélèvements :
- 1 prélèvement par 150 m3 ou fraction de 150 m3 de nature de béton mis en oeuvre avec
un minimum de 1 prélèvement par niveau.
- Chaque prélèvement donne lieu à 1 essai de consistance au cône d'Abrams et à la
confection de 3 éprouvettes, pour la détermination de la résistance à 28 jours, prélevées,
conservées et essayées dans les conditions normalisées.
- Ces prélèvements et ces essais sont réalisés par un organisme soumis à l'agrément du
Maître d'Oeuvre et du Contrôleur Technique.
- Les procès verbaux des essais de résistance à la compression sont transmis dans un délai
de 15 jours au Maître d'Oeuvre, dans le cas où les résistances mesurées n'atteignent pas
les valeurs requises, le Maître d'Oeuvre se réserve le droit de faire procéder, au frais de
l'entrepreneur, à tout autre essai de vérification qu'il juge nécessaire, le résultat de ces
essais peut conduire à prescrire un renforcement, voire la démolition de la partie d'ouvrage
concernée.

1.5.8.2. Béton prêt à l'emploi

Les bétons prêts à l'emploi fabriqués en usine doivent respecter la NFP 18-305 et être titulaires de
la marque de conformité NF.
Ils respectent les caractéristiques définies au présent C.C.T.P. L'entrepreneur transmet au Maître
d'Oeuvre la copie des bordereaux de livraison prévue par la NFP 18-305. L'emploi de béton titulaire
de la marque de conformité NF ne dispense pas l'entrepreneur de faire procéder aux essais de
contrôle à la réception, la copie des procès-verbaux de ces essais est transmise au Maître
d'Oeuvre.

1.5.9. DEFINITION DES MORTIERS

N° TYPE D'OUVRAGE CIMENT DOSAGE kg/m3 DE SABLE


1 Pour chape CPJ 45 450
2 Pour hourder ou obturer CPJ 45 300
3 Enduits bâtards CPJ 45 250
+ chaux hydraulique 150

La granulométrie est continue en respectant les pourcentages suivants :


∅ mm 0 0,1 0,5 1,5 5
% en poids 5% 30 % 20 % 45 %

L'équivalent de sable sera égal ou supérieur à 80 pour les mortiers 3 et 4.

1.5.10. ENDUITS D'IMPERMEABILISATION A BASE DE LIANTS HYDRAULIQUES

Les enduits "monocouche" d'imperméabilisation de façades sont couverts par la garantie


décennale. Ils doivent être titulaires d'un avis technique délivré par le C.S.T.B. et l'AFAC. Leur
emploi et leur mise en oeuvre sont conformes aux avis techniques les concernant et aux conditions
générales d'emploi de ces produits publiés par le C.S.T.B.

S.A. HLM IDF HABITAT - RESIDENCE « LE CEDRE » DOSSIER MARCHE - MARS 2005
LOT N 01 – TERRASSEMENTS – FONDATIONS – GROS-ŒUVRE 9/36

1.5.11. MAÇONNERIES

1.5.11.1. Parpaings courants

Les blocs en béton de granulat sont conformes à la norme NFP 14-301.


Les catégories minimales utilisées sont :
- pour les blocs creux : catégorie B.60,
- pour les blocs pleins : catégorie B.80 et B.120.
Les plans d'exécution comporteront l'épaisseur des maçonneries conformément aux exigences du
D.T.U. 20.11.

1.5.11.2. Parpaings destinés à rester apparents

- Blocs creux de catégorie B. 80 conforme à la norme NFP 14-301 et au DTU 20.11,


- Grains fin en parement vu,
- Coloris obtenu dans la masse,
- Montage appareillé avec emploi de blocs spéciaux : 1/2 bloc, bloc d'angle, bloc tableau,
bloc linteau.

1.6. QUALITE DES SURFACES – TOLERANCES

1.6.1. MURS - POTEAUX - POUTRES

Parements Planéité Planéité rapportée Désaffleurement Caractéristiques de l'épiderme et tolérances


d'ensemble à un réglet de 0,20 des joints d'aspect
rapportée à la m (creux maximal
règle de 2 m sous réglet hors
joint)
Elémentaire Pas de Pas de Pas de Pas de spécification particulière
Type 1 spécification spécification spécification
particulière particulière particulière
- Uniforme et homogène
Ordinaire 15 mm 6 mm 10 mm - Nids de cailloux ou zones ragrées
Type 2 - Balèvres affleurées par meulage
- Surface individuelle des bulles < 3 cm2,
- Profondeur < 5 mm,
- Etendue maximale des nuages de bulles 25%,
- Arêtes et cueillies rectifiées et dressées.
Courant 7 mm 2 mm 3 mm avec un idem
Type 3 linéaire <1m/m2

Soigné 5 mm 2 mm 3 mm avec un Identiques au parement courant, l’étendue des


Type 4 linéaire < 0,5 m/m2 nuages de bulles étant ramenée à 10%

S.A. HLM IDF HABITAT - RESIDENCE « LE CEDRE » DOSSIER MARCHE - MARS 2005
LOT N 01 – TERRASSEMENTS – FONDATIONS – GROS-ŒUVRE 10/36

1.6.2. PLANEITE DES DESSUS DE DALLE

1.6.2.1. Supports destinés à recevoir un revêtement de sol mince collé

TYPE DE Béton coulé en place et Dalle béton préfabriquée Chape Chape


SUPPORT surface incorporée rapportée
Courant Soigné Courante Soignée
Tolérance
sous la règle
- de 2 m 10 mm 7 mm 7 mm 5 mm 7 mm 5 mm
- de 0.2 m 3 mm 2 mm 2 mm 1 mm 2 mm 1 mm
Caractéristiques Nids de cailloux ragréés - balèvres affleurées par meulage, bulles inférieures à 3 identique à ce qui
et tolérances cm2, leur profondeur étant inférieure à 5 mm, la surface totale des zones de précède mais
d’aspect de la bulles est inférieure à 25% de la surface du local considéré (ramenée à 5% pour aucune bulle
surface la chape incorporée), désaffleurement aux joints inférieurs ou égaux à 3 mm. tolérée
Ecart de pente par rapport à celle prévue inférieur à 1/1000

1.6.2.2. Supports destinés à recevoir un revêtement de sol scellé

TYPES DE Planéité sous la règle de 2 m Planéité sous la règle de 0,02 m


REVETEMENT DE
SOL
Dalle préfabriquée Béton surfacé Dalle préfabriquée Béton surfacé

S1 7 mm 10 mm - -
S2 4 mm 6 mm 2 mm 3 mm
S3 3 mm 5 mm 1 mm 2 mm

S 1 Dallage lourd scellé sur lit de sable épais nécessitant une réserve de l'ordre de 7 à 8 cm.
S 2 Dallage léger ou carrelage épais scellé sur lit de sable stabilisé nécessitant une réserve de
l'ordre de 5 à 6 cm.
S3 Carrelage scellé directement sur dalles nécessitant une réserve d’épaisseur de l’ordre de 2,5
cm.
L’écart entre la pente prévue sur les plans et celle constatée avant pose des revêtements de sol
doit rester inférieure à 1/1000.

1.6.3. SOUS-FACE DE DALLES

PAREMENTS Epiderme Planéité d'ensemble Désaffleurement des Tolérance de Arêtes et


rapportée à la règle joints bullage cueillies
de 2m
Elémentaire Pas de Pas de spécification Pas de spécification Pas de Pas de
Type 1 spécification particulière particulière spécification spécification
particulière particulière particulière
Ordinaire Rugueux < à 7 mm < à 7 mm Non limitée Non limitée
Type 2
Courant Aspect lisse : nids < à 7 mm < à 3 mm avec un Surface des bulles Rectifiées et
Type 3 de gravillons ou linéaire< 1 m/m2 < 3 cm2 dressées
zones sableuses profondeur des
ragréés, balèvres bulles < à 5 mm
affleurées meulage étendue < 25 % (1)
Aspect lisse : nids < à 5 mm < à 3 mm avec un Surface des bulles Rectifiées et
Soigné de gravillons ou linéaire< 0,50 m/m2 < 3 cm2 dressées
Type 4 zones sableuses profondeur des
ragréés, balèvres bulles < à 5 mm
affleurées meulage étendue < 10 % (2)

(1) C'est à dire correspondant à des opérations de rebouchage préalable par le peintre, affectant
environ 25 °/° de la surface totale considérée.
(2) C'est à dire correspondant à des opérations de rebouchage préalable par le peintre, affectant
environ 10 °/° de la surface totale considérée.

S.A. HLM IDF HABITAT - RESIDENCE « LE CEDRE » DOSSIER MARCHE - MARS 2005
LOT N 01 – TERRASSEMENTS – FONDATIONS – GROS-ŒUVRE 11/36

1.6.4. ELEMENTS PORTEURS DE TOITURE TERRASSE

DESIGNATION Elément porteur Elément porteur sous Elément porteur sous


sous étanchéité panneaux isolant recevant forme de pente
un ouvrage béton
Planéité sous la règle de 2 m 10 mm 10 mm -

Planéité sous la règle de 0,2 m 3 mm - -

Etat de surface Taloché - -

En cas de terrasse à pente nulle avec ou sans isolant sous étanchéité les défauts d'horizontalité ne
doivent pas provoquer de retenue d'eau de profondeur supérieure à 2 cm.

1.6.5. TOLERANCES DES CLOISONS ET DOUBLAGES

Les tolérances de planéité sont les suivantes :


Inférieure ou égale à 5 mm sous une règle rigide de 2,00 m de longueur appliquée en tous sens.
Inférieure ou égale à 0,5 mm sous une réglette rigide de 0,20 m de longueur appliquée en tous
sens.
L'écart de verticalité sur une hauteur d'étage est au plus égal à 3 mm.
L'écart d'implantation pris sur l'axe est au plus égal à 1/10 ème de l'épaisseur de la cloison.

1.7. MISE EN OEUVRE DU BETON

1.7.1. RESERVATIONS DIVERSES

Dans la mise en oeuvre du béton, l'Entrepreneur du présent lot doit, à la demande des autres corps
d'état:
- Réserver les trous pour tous scellements de menuiseries, canalisations, etc... ainsi que
toutes les tranchées, feuillures et trous en attente, notamment pour le passage des
canalisations et ventilations diverses. A cet effet, tous contacts utiles sont établis avec les
entrepreneurs des corps d'état du second oeuvre,
- Noyer dans le béton, au moment du coulage, tous tasseaux, ferrures, cadres ou précadres,
douilles de fixation, attaches, etc... et en général, prendre toutes dispositions pour éviter les
refouillements ultérieurs dans la masse du béton,
- Réaliser les joints en creux, larmiers, gouttes d'eau, feuillures, engravures, bandeaux
saillants, gueulards prévus,
- Ménager les harpes, chevelus, .. , nécessaires pour obtenir une bonne liaison entre le
béton armé et les matériaux de nature différente.
- Le rebouchage des trous.
- Mise en place des points d'ancrage en façade dans le cadre des exigences en matière
d'hygiène et de sécurité pour la protection en vue du nettoyage et entretien.
Les pentes pour appuis sont obtenues au coulage et finement lissées : il n'est admis aucune pente
rapportée.
Les faces apparentes du béton ne laissent voir aucun fer, ceux-ci devant être recouverts d'une
épaisseur en béton conforme aux règles B.A. et aux critères de protection au feu des ouvrages.

S.A. HLM IDF HABITAT - RESIDENCE « LE CEDRE » DOSSIER MARCHE - MARS 2005
LOT N 01 – TERRASSEMENTS – FONDATIONS – GROS-ŒUVRE 12/36

1.7.2. BETONNAGE PAR TEMPS FROID

Lorsque la température mesurée sur le chantier est inférieure à moins cinq degrés centigrades (- 5°
C), le bétonnage est formellement interdit.
Lorsque la température mesurée sur le chantier est inférieure à plus cinq degrés centigrades (+ 5°
C). le bétonnage n'est autorisé que sous réserve de l'emploi de moyens et procédés agréés par le
Maître d'Oeuvre et le Contrôleur Technique.

1.7.3. CHAUFFAGE DU BETON

Le chauffage du béton peut être utilisé à la fabrication pour bétonner par temps froid ou après mise
en place pour accélérer la prise et le durcissement. Dans les deux cas, les procédures seront
soumises à la Maîtrise d’Oeuvre et au Contrôleur Technique.

1.7.4. BETONNAGE PAR TEMPS CHAUD

Lorsque la température extérieure est supérieure à 30° C, les surfaces de béton exposées à la
dessiccation reçoivent un produit de cure titulaire de la marque NF.

1.7.5. MISE EN PLACE DES ARMATURES

La mise en place des armatures doit respecter les règles BAEL et les indications contenues dans
les fiches d'homologation. Utilisation systématique de cales.

1.8. OUVRAGES PREFABRIQUES

La conception, la fabrication, le transport, la mise en oeuvre des éléments préfabriqués, doivent


être conformes aux exigences du D.T.U.
L'entreprise soumettra à l'approbation du Maître d'Oeuvre les plans de principe de précalepinage
des ouvrages préfabriqués. Les études d'exécution de ces ouvrages tiennent compte :
• Des avis formulés par le Maître d'Oeuvre lors de l'examen des plans de principe de
précalepinage,
• Des contraintes issues de l'ensemble des fonctions assurées par l'ouvrage auquel s'intègre les
éléments préfabriqués :
- stabilité mécanique,
- sécurité incendie,
- sollicitations d'exploitation et sismiques,
- étanchéité à l'eau et à l'air,
- exigences de performances thermiques et acoustiques,
- qualité esthétique des parements.

1.8.1. OUVRAGES DE STRUCTURE

Les matériaux seront conformes :


- A la norme NFP 15-010 pour les ciments,
- A la norme NFP 18-301 pour les agrégats.

Les produits de démoulage seront compatibles avec les peintures et revêtements prévus. Les
tolérances de fabrication et de pose sont définies par le C.P.T. plancher et le D.T.U. 21.3.

S.A. HLM IDF HABITAT - RESIDENCE « LE CEDRE » DOSSIER MARCHE - MARS 2005
LOT N 01 – TERRASSEMENTS – FONDATIONS – GROS-ŒUVRE 13/36

1.9. CANALISATIONS ENTERREES

1.9.1. CANALISATIONS

Les réseaux enterrés seront réalisés conformément aux :


- D.T.U. 60.11 règles de calculs
- D.T.U. 60.32 pour les eaux pluviales,
- D.T.U. 60.33 pour les eaux usées,

1.9.2. NORMES DE CALCULS

Pour la définition :
- des collecteurs E.U., E.V. les calculs de fonctionnement simultané des appareils seront
faits suivant le D.T.U 60.11.
- des collecteurs E.P. les calculs tiendront compte d'un débit de 0,05 I/s/m2.

D'une manière générale, lorsque ces canalisations reprennent des réseaux en élévations. les
caractéristiques dimensionnelles de celles-ci seront données par le titulaire du lot Plomberie.

1.9.3. OUVRAGES ANNEXES

Les regards sous bâtiments seront du type "regard sec" munis de canalisations traversantes avec
tampon de dégorgement.
Ils peuvent être du type humide dans les cours anglaises ou les parkings.
Les caniveaux à grilles seront réalisés en béton et munis d’un siphon pour raccordement au
réseau.

1.10. TERRASSEMENTS

Les travaux de terrassements généraux et terrassements complémentaires nécessaires pour la


réalisation de l'ouvrage sont dus par le présent lot.
Ces travaux seront exécutés conformément au présent descriptif dans le respect des textes
suivants :
- D.T.U. n° 12 Travaux de terrassement pour le bâtime nt,
- D.T.U. n° 13.1 Travaux de fondations superficielles .
Les travaux de mise à la terre de l'ouvrage seront exécutés par le titulaire du présent lot, dans le
respect du décret du 4.11.1962 concernant "la protection des travailleurs contre les courants
électriques" de la circulaire TE n° 66 -32 du 17 août 1966 et de la circulaire TE n° 29 du 5 novembre
1973.
La connaissance actuelle du sous-sol est obtenue à partir de l'étude de sols jointe au présent
dossier.
En fonction de ces indications, il appartient à l'entreprise d'évaluer de son propre point de vue et
sous sa seule responsabilité tous les risques et sujétions afférents à ces travaux.
Les prix de terrassements comprendront en particulier les coûts de pompage, confortement,
blindage, déroctage, etc...
L'entreprise en tout état de cause ne pourra réclamer aucun supplément de prix pour épuisement,
blindage et étaiement de fouilles, et s'il y a lieu de constructions existantes.
Tous les travaux de remblaiement seront réalisés avec des matériaux appropriés et soumis à
l'approbation du contrôleur technique et de la maîtrise d’œuvre. Avant le début des travaux
l’entrepreneur indiquera la nature et la provenance des matériaux qu’il propose de mettre en œuvre
et fournira les essais de convenance exécutés par un Laboratoire agréé.

S.A. HLM IDF HABITAT - RESIDENCE « LE CEDRE » DOSSIER MARCHE - MARS 2005
LOT N 01 – TERRASSEMENTS – FONDATIONS – GROS-ŒUVRE 14/36

En particulier les remblaiements autour des bâtiments devront être conduits de manière à ne
provoquer aucun dommage ni aucune dégradation à ces bâtiments et réalisés après mise en place
du dispositif de drainage s'il y a lieu.
Les remblaiements autour des fondations seront réalisés avec des matériaux assurant le drainage
du sol au voisinage de ces fondations.

• Sujétions dues aux transports de terres :


En ce qui concerne les évacuations et apports de terres, l'Entrepreneur définit en accord avec les
Services Techniques Municipaux et les Services chargés de la circulation routière le rythme et les
horaires de mouvements des véhicules et respecte les itinéraires imposés. Ces sujétions sont
incluses dans les prix remis.
II met en oeuvre tous les moyens nécessaires pour limiter les pertes de terres sur la voie publique.
A cet effet, il installe à ses frais des stations de décrottage et de lavage des roues des véhicules -
ouvrages démolis dès que leur utilisation n'est plus nécessaire.
En outre, pendant toute la ou les périodes de transport de terres, une arroseuse balayeuse, ou des
dispositions équivalentes, assurera aux frais de l’Entrepreneur la propreté des voies publiques sur
les distances jugées nécessaires par les Services techniques Municipaux et les services chargés
de la circulation routière.
L'Entrepreneur garantit le Maître d'Ouvrage contre toute contravention ou recours qui pourrait
s'exercer contre lui résultant des transports de terres.
Un état des lieux contradictoire des voiries publiques sera fait avant et après la phase des
terrassements.

• Dispositifs de sécurité :
L'Entrepreneur doit prendre toutes précautions nécessaires pour éviter les éboulements à la suite
de gel ou de pluie, ainsi que les affouillements qui en seraient la conséquence.
Il sera responsable de toutes les modifications d’équilibres imputables à ses travaux, et devra
prendre toutes mesures de sécurité nécessaires sans qu’il puisse prétendre à supplément.

• Surcharges à proximité des fouilles :


Les surcharges (engins de manutention, stockage, matériels, etc ...) sur le terrain à proximité des
fouilles doivent être disposées à une distance de leur bord supérieur au moins égale à celle de
leurs profondeurs. En tout état de cause la stabilité de la paroi de la fouille sera vérifiée et les
mesures prises pour assurer la sécurité.

1.11. CONNAISSANCE DES LIEUX

L'entrepreneur est réputé avoir, avant remise de son offre, pris connaissance complète et entière
des lieux et de leurs abords, effectué toutes enquêtes nécessaires afin de se rendre compte des
sujétions particulières à la nature de l'opération et avoir, s'il le jugeait utile, sollicité du Maître
d'Ouvrage tous renseignements utiles.
II est donc réputé avoir pu apprécier l'ensemble des contraintes liées au site et à son
environnement et en avoir tenu compte dans son offre. En aucun cas, il ne pourra se prévaloir
d'insuffisance ou omission pour demander une quelconque indemnité.

1.12. CONSISTANCE DU CCTP

II ne pourra être invoqué ni erreur, ni omission, ni imprécision du présent document pour justifier la
remise en cause des travaux et leur parfait achèvement, étant entendu que l'entrepreneur s'est
rendu compte de la nature et de l'importance des travaux à réaliser. En tout état de cause, s'il
constatait une quelconque omission ou imprécision, il devra immédiatement le signaler, par écrit,
au Maître d'Ouvrage et par lettre recommandée, pour obtenir les renseignements complémentaires
avant remise de son offre.

S.A. HLM IDF HABITAT - RESIDENCE « LE CEDRE » DOSSIER MARCHE - MARS 2005
LOT N 01 – TERRASSEMENTS – FONDATIONS – GROS-ŒUVRE 15/36

1.13. OUVRAGES ET SUJETIONS INCLUS DANS LE FORFAIT

L’entrepreneur signalera au Maître d’œuvre les canalisations, réseaux et galeries de toute nature
rencontrés lors des terrassements. Un relevé contradictoire sera établi.
Les conduites en service ne pourront être dévoyées qu’après accord des autorités compétentes.
Tous les dévoiements sont à la charge de l’entreprise.
Dans le cas de découverte de réseaux abandonnés, l'Entrepreneur procède aux enquêtes
nécessaires pour s'assurer de leur non utilité. Le résultat de ses enquêtes est transmis par écrit
aux Maître de l'Ouvrage et Maître d'œuvre.
Par la suite, ces réseaux et/ou galeries sont bouchés par l’entreprise de façon étanche.

1.14. PLANS D’EXECUTION NOTES DE CALCUL - ETUDES DE DETAIL DES OUVRAGES

Les plans d'exécution des ouvrages et les spécifications techniques détaillées seront établis par
l'entrepreneur et soumis avec les notes de calculs correspondantes au visa du Contrôleur
Technique et de la Maîtrise d'œuvre.

1.15. RESPONSABILITÉ DE L’ENTREPRISE

Il est précisé que l’Entrepreneur sera toujours responsable des éboulements et tassements qui
pourraient se produire du fait de ses terrassements, quelque soit la cause. Par conséquent il sera
également responsable des dommages de toutes natures, aux biens et aux personnes, qui
pourraient résulter de ces éboulements ou tassements.
Il est également responsable des détériorations éventuelles qu’il pourrait occasionner aux réseaux
et bâtiments existants.

1.16. PROTECTION DES ARBRES ET VEGETAUX

Les mesures de taille et d’élagage concerneront les végétaux de toute nature situés en limite de
l’opération sur les parcelles voisines, qui seront rabattus à l’aplomb des limites de propriété.
Les arbres et végétaux, situés en limite sur les parcelles voisines, qui seraient abîmés
accidentellement du fait des travaux recevront immédiatement les soins appropriés. Les sujets
ayant subi des blessures mettant en cause leur aspect ou leur existence seront remplacés par
l’entreprise par des sujets nouveaux ayant les mêmes caractéristiques (espèce, variété, taille).
Les arbres conservés sur la parcelle de l’opération seront protégés vis à vis de l’ensemble des
travaux pendant toute la durée du chantier. Une protection efficace et durable sera posée autour de
leur tronc sur une hauteur minimale de 2,00 m. Un périmètre de protection sera balisé autour des
arbres dont les branches basses sont susceptibles d’être endommagées par l’évolution des engins
de chantier.

S.A. HLM IDF HABITAT - RESIDENCE « LE CEDRE » DOSSIER MARCHE - MARS 2005
LOT N 01 – TERRASSEMENTS – FONDATIONS – GROS-ŒUVRE 16/36

2. - PRESCRIPTIONS PARTICULIERES

2.1. BASES DU PROJET - HYPOTHESES DE CALCULS

2.1.1. PARTI CONSTRUCTIF GENERAL

• Maçonnerie - fondations (principes à adapter suivant études géotechniques et rapport du


contrôleur technique joint au dossier) :
- les ouvrages sont fondés sur puits
- les éléments porteurs reposent sur des longrines en soubassement
- plancher bas : dallage porté en béton armé
- murs de façade, refends et pignons en voiles de béton armé.
- planchers d’étage, comble et terrasse technique en dalles pleines en béton armé

• Charpente :
- charpente bois (décrite au lot charpente).

2.1.2. RECONNAISSANCE DES SOLS

Une campagne de reconnaissance des sols a été effectuée, sur commande du Maître d'Ouvrage,
par la Société EN.OM.FRA. Son rapport référencé N° 4128-03 de Novembre 2003 et son rapport
complémentaire N° 4374 -04 - Décembre 2004, sont joints au présent dossier, afin que
l'entrepreneur puisse établir son offre, forfaitairement et sous son entière responsabilité.
Conformément aux dispositions prévues à l’étude de sols, un complément de reconnaissance de
sols sera réalisé après démolition des constructions situées sur l’emprise de l’immeuble projeté,
afin de vérifier les hypothèses issues des sondages déjà réalisés.
L'entreprise adressera au Maître d'œuvre et au mécanicien des sols toute demande de
renseignements complémentaires qui lui apparaîtraient nécessaires, en particulier pour l'étude de
la réalisation des terrassements et des fondations. Elle ne pourra se prévaloir d'une quelconque
imprécision ou omission pour remettre en cause le caractère forfaitaire de son offre.

2.1.3. NAPPE PHREATIQUE

Les caractéristiques de la nappe phréatique sont données dans le rapport d'étude de sols.
La pression de la nappe sera considérée comme une action permanente. Dans le calcul, la
fissuration sera considérée comme préjudiciable (B.A.E.L. - article A 4.5.33).

2.1.4. CHARGES D'EXPLOITATION

Les valeurs des charges d'exploitation sont les suivantes :


• Logements 150 daN/m2.
• Locaux techniques 250 daN/m2
• Chaufferie 250 daN/m2 + surcharges ponctuelles des équipements
• Balcons – terrasses (sans objet) 350 daN/m2

Les autres charges d'exploitation auront les valeurs indiquées par la norme NFP 06-001.

S.A. HLM IDF HABITAT - RESIDENCE « LE CEDRE » DOSSIER MARCHE - MARS 2005
LOT N 01 – TERRASSEMENTS – FONDATIONS – GROS-ŒUVRE 17/36

2.2. INSTALLATION DE CHANTIER - TRAVAUX PREPARATOIRES

2.2.1. INSTALLATIONS DE CHANTIER

• L’entreprise du lot principal aura à sa charge les frais d’installations de chantier comprenant :
- Vestiaires, sanitaires, réfectoire et bureau de chantier.
- Clôtures du chantier, accès, branchements provisoires
- Voie de chantier, aires d’approvisionnement et de stockage
- Sécurité générale du chantier
- Echafaudages
- Engins de levage
- Panneaux de chantier

• L’entreprise du lot principal aura à sa charge la gestion du compte pro-rata.

2.2.2. CLOTURES DE CHANTIER - PANNEAU DE CHANTIER - SIGNALISATION

Clôture du chantier
Préalablement à tout commencement de travaux concernant l'ensemble de l'opération,
l'Entrepreneur du présent lot établit à ses frais, les clôtures de chantiers avec leurs accès. Ces
clôtures sont jointives et ont une hauteur de 2,00 m. Elles sont éclairées et balisées selon les
instructions des services techniques municipaux. Des baies grillagées de 1,00m x 0,50 m à une
hauteur de 1,50 m du sol seront prévues dans les panneaux de clôture : une baie est à prévoir sur
chaque voie publique limitant l’opération.
L'installation de ces clôtures est faite dès que l'ordre de service de les réaliser est notifié à
l'Entrepreneur même si la date fixée pour l'exécution de cette prestation est antérieure à
l'intervention effective de l'Entrepreneur du présent lot sur le chantier.
A partir de cette installation et jusqu'à la fin du chantier, l'Entrepreneur assure à ses frais la
maintenance de cette clôture. II procède en tant que de besoin à ses modifications. En fin de
chantier, il procède à sa dépose et à son évacuation.
Le Maître de l'Ouvrage se réserve le bénéfice des droits d'affichage.

Protection des clôtures existantes


La prestation à la charge du présent lot comprend également la protection et le maintien en l’état
des clôtures existantes qui sont maintenues dans le cadre de l’opération :
- Clôture le long de la limite sud du terrain
- Clôtures et murs le long des limites est et ouest du terrain

Clôture provisoire sur domaine public


Les travaux à réaliser devant permettre de :
- Conserver les accès des riverains
- Le phasage des travaux tout en conservant la circulation automobile.

Cette clôture provisoire et amovible sera installée entre le domaine public et la zone des travaux.
Elle sera autostable et reposera sur le sol par l’intermédiaire de sabots en béton ou métalliques de
façon à éviter tout scellement.
Elle sera déplacée à chaque fois que cela sera rendu nécessaire, à la fois pour les besoins propres
du chantier, et pour l’accessibilité des riverains.

S.A. HLM IDF HABITAT - RESIDENCE « LE CEDRE » DOSSIER MARCHE - MARS 2005
LOT N 01 – TERRASSEMENTS – FONDATIONS – GROS-ŒUVRE 18/36

Panneaux de chantier :
L’Entrepreneur établira, mettra en place et maintiendra en état jusqu’à la fin des travaux les
panneaux de chantier :
- panneaux réglementaires, permis de démolir et de construire. Ils seront de dimensions et
d’aspect conformes aux règlements.
- Inscriptions classiques de chantier selon projet à soumettre à l’approbation de l’Architecte et du
Maître d’Ouvrage, où figurent notamment les noms et les coordonnées du Maître de l’Ouvrage,
du Maître d’Oeuvre ainsi que de l’ensemble des Entreprises ;
- panneau « Maître d’ouvrage » de dimensions 2,00m x 3.00 m, en couleurs, où figurent les noms
et les coordonnées du Maître de l’Ouvrage ainsi que la présentation de l’opération selon projet
du Maître d’Ouvrage.

Signalisation provisoire de chantier :


Les présents travaux, se dérouleront en site urbain avec nécessité de conserver la circulation.
L’entreprise devra mettre en oeuvre, tout moyen de signalisations et protections temporaires ayant
reçu l’accord des services techniques et permettant de canaliser les flux de voitures tels que :
- Feux à fonctionnement automatique
- Personnel assurant la circulation
- Etc...

Toutes dispositions seront prises afin d’assurer la sécurité de la circulation automobile en dehors
des heures normales de déroulement du chantier.
En fonction de la luminosité ambiante la nuit, si cela s’avère nécessaire, un balisage lumineux
pourra être exigé aux seuls frais de l’entrepreneur.

Dispositifs de franchissement des fouilles


L’entrepreneur du présent lot doit mettre en oeuvre tout dispositif permettant :
 L’accessibilité des riverains
 Le maintien de la circulation suivant leur implantation, ces dispositifs seront dimensionnés pour :
- Une surcharge publique (400 Kg/m²) pour les trottoirs et zones piétonnes, à l’exception de toute
circulation.
- Une surcharge de circulation, conforme au classement de la voie pour les zones sous
chaussées, avec un minimum de surcharge permettant l’accessibilité du camion pompiers (13T
dont 9T essieu arrière).

2.2.3. TRAVAUX PREPARATOIRES

Débroussaillage et nettoyage du terrain


Les travaux dans l’emprise définie au projet comprennent :
- Le nettoyage du terrain.
- L’abattage et le dessouchage des arbres situés dans l’emprise et aux abords des ouvrages à
réaliser.
- L’élagage et débitage.
- L’évacuation aux décharges publiques des produits.

Localisation

- Totalité de l’emprise du terrain.

S.A. HLM IDF HABITAT - RESIDENCE « LE CEDRE » DOSSIER MARCHE - MARS 2005
LOT N 01 – TERRASSEMENTS – FONDATIONS – GROS-ŒUVRE 19/36

2.2.4. IMPLANTATION

L'implantation est à la charge de l'Entreprise attributaire du présent lot. Elle sera réalisée par un
Géomètre Expert agréé par le Maître d'Ouvrage. L'Entreprise assure, à ses frais, la maintenance
des repères fixes qui doivent permettre de vérifier à tout moment, l'implantation des ouvrages en
cours de réalisation.
L'Entreprise fait son affaire de l'obtention de l'accord des Services Techniques municipaux en ce
qui concerne le respect des alignements.

2.2.5. SIMULTANEITE D'EXECUTION

Certaines prestations incluses dans ce document seront réalisées avec l'intervention de


l'Entrepreneur du présent lot et d’autres, réalisées simultanément avec les travaux d'autres lots.
L'Entrepreneur du présent lot est réputé avoir parfaite connaissance de ces lots, en avoir déduit les
conséquences sur ses propres ouvrages et avoir tenu compte dans ses prix des incidences en
résultant.
II suit l'avancement des travaux de ces lots, les réceptionne, fait part de ses observations ou
réserves.
Les travaux nécessaires pour lever les observations et/ou réserves justifiées, formulées, sont
exécutés et dus par l'Entrepreneur ayant réalisé les prestations sujettes à observations ou
réserves.

2.2.6. IMMEUBLES ET OUVRAGES EXISTANTS

Un référé préventif de l'état des immeubles et ouvrages existants le long ou à proximité desquels
les travaux neufs et les démolitions seront réalisées, sera établi avant démarrage des travaux dans
les conditions prévues au Lot 00 « Prescriptions applicables à tous les corps d’état ».
Contradictoirement avec les services techniques municipaux, l’entreprise fait établir un constat de
l'état des égouts dans lesquels les eaux de chantier seront rejetées.
Copie de ces constats est fournie à titre gracieux aux Maître de l'Ouvrage et Maître d'œuvre.

2.2.7. FOUILLES ARCHEOLOGIQUES

En cas de découverte fortuite de monuments, ruines, mosaïques, éléments de canalisations


antiques, vestiges d'habitations ou de sépultures anciennes, inscriptions et plus généralement
d'objets pouvant intéresser la préhistoire, l'histoire, l'art, l'archéologie, la numismatique, etc... Les
stipulations de la Loi portant réglementation des fouilles archéologiques sont de stricte application.
Le chantier de fouilles devra être conduit avec des précautions particulières adaptées de manière à
assurer la conservation des éventuelles découvertes. En cas de découvertes, l'Architecte des
Bâtiments de France devra être immédiatement avisé.

2.3. TERRASSEMENTS

2.3.1. DECAPAGE TERRE VEGETALE

Ces travaux incluent :


- Le décapage de la terre végétale sur toute son épaisseur,
- La mise en dépôt en des zones compatibles avec le déroulement normal de l'opération pour
mise à disposition du lot V.R.D. – Espaces verts
- L’évacuation de la terre végétale non utilisée pour la réalisation des travaux de l’opération.

Localisation : Ensemble du terrain

S.A. HLM IDF HABITAT - RESIDENCE « LE CEDRE » DOSSIER MARCHE - MARS 2005
LOT N 01 – TERRASSEMENTS – FONDATIONS – GROS-ŒUVRE 20/36

2.3.2. EPUISEMENTS

L'entrepreneur assure à ses frais l'évacuation des eaux de ruissellement et d'infiltration. D'une
manière générale, il évacue à sa charge les eaux de toute nature et de toute origine qui
surviendraient dans les fouilles et les tranchées ou qui viendraient à envahir le chantier. II exécute
tous les travaux et ouvrages provisoires nécessaires à leur évacuation et à l'assèchement des
fouilles.
Avant rejet aux égouts, les eaux extraites sont décantées. Les ouvrages de décantation sont
réalisés conformément aux instructions des services techniques municipaux.
Les eaux ainsi décantées sont rejetées dans les réseaux d'égout.
L'entrepreneur doit la démolition des ouvrages provisoires dès qu'ils ne sont plus utiles et la remise
des lieux dans leur état primitif.

2.3.3. TERRASSEMENTS GENERAUX

Ils sont exécutés dans les règles de l’art et suivant les préconisations du Contrôleur Technique et
du géotechnicien par tous moyens au choix de l'Entrepreneur, explosifs exclus. II est rappelé que le
talutage n'est autorisé qu'en fonction des contraintes du site ou suivant les indications du rapport
de sol. En cas de blindage extérieur aux limites des ouvrages, les éléments de blindages sont
extraits sur la hauteur nécessaire à la réalisation des retombées d'étanchéité et l'espace utile à
cette réalisation n'est remblayé qu'après leur exécution.
Les travaux de terrassement sont exécutés et dus en toutes natures de terrains, y compris blocs,
massifs, etc... Ils comprennent tous les jets et manutentions, tous les boisages, blindages,
étaiements et les sujétions résultant de leur présence pour la suite des travaux. Les talus, lorsqu'ils
sont possibles et autorisés sont réglés avec des pentes compatibles avec la nature du terrain. De
plus, ils sont efficacement protégés contre les ruissellements et les affouillements.

Localisation : - Terrassements sur l’emprise du bâtiment pour mise à niveau des RDC
- plateformes générales voirie et espaces verts

2.3.4. TERRASSEMENTS COMPLEMENTAIRES

Ils sont exécutés à partir des plates-formes de terrassements généraux, à la pelle mécanique ou
tout autre moyen approprié et ce, juste avant exécution des Travaux de Gros-Oeuvre
correspondants.
Localisation : Fouilles pour fondations
Fouilles pour canalisations enterrées et regards

2.3.5. REMBLAIS

Ils sont réalisés dès que possible et après nettoyage des espaces à remblayer, suivant indication
du rapport de l’étude des sols.
Les remblais sont réalisés en matériaux extérieurs d'apport.
Les remblais sont mis en place par couches de 0,20 m soigneusement compactées à 98 % de
l'O.P.M. Les essais de compactage sont à la charge de l'Entreprise. Ils sont réalisés à raison de 1
essai par tranche de 50 m3 avec un minimum de 1 essai par zone. Leurs résultats sont fournis au
Maître d'œuvre et au Bureau de Contrôle.
Les remblais sont arasés aux niveaux correspondant à la nature des revêtements de surfaces
prévus.

S.A. HLM IDF HABITAT - RESIDENCE « LE CEDRE » DOSSIER MARCHE - MARS 2005
LOT N 01 – TERRASSEMENTS – FONDATIONS – GROS-ŒUVRE 21/36

2.3.6. EVACUATION DES EXCEDENTS AUX DECHARGES

Tous les produits résultant de la réalisation des travaux de terrassements, du présent lot, sont la
propriété de l'Entrepreneur exception faite des découvertes résultant de l'application de l'article sur
les fouilles archéologiques.
Tous ces produits sont évacués aux décharges publiques ou privées avec tous frais de
manutention, transports et droits.

2.4. TRAVAUX EN LIMITE D'OPERATION

Toutes dispositions seront prises afin de préserver l'intégrité des ouvrages et constructions
extérieurs à l'opération.
Sont comprises dans le forfait de l’entreprise toutes les sujétions liées à la reprise des héberges et
sous-œuvre, et à la protection des mitoyens.

2.5. PLANS D’EXECUTION DU GROS-ŒUVRE

• L’entreprise du présent lot aura à sa charge l’établissement des plans d’exécution de l’ensemble
de ses ouvrages :
- Les plans d’exécution seront fournis en temps utile au Contrôleur technique pour approbation et
à l’architecte pour visa, avant tout début d’exécution.
- Les plans d’exécution des fondations et ouvrages en infrastructure seront établis conformément
à l’étude géologique et géotechnique N° 4128 -03 en date de Novembre 2003 réalisée par la Sté
EN.OM.FRA., et au Rapport initial du Contrôleur Technique joints au dossier Marché.

2.6. FONDATIONS

2.6.1. ETUDE DES SOLS

L'entreprise demeure responsable de la bonne tenue des ouvrages et elle est tenue de vérifier, lors
de l'exécution, la validité des renseignements fournis par le mécanicien des sols. Dans le cas où
une anomalie serait constatée, elle en avise immédiatement le Maître d'œuvre, le Bureau de
Contrôle et le mécanicien des sols.
L’entreprise devra les essais complémentaires selon prescriptions du Contrôleur Technique afin de
vérifier le taux de compression des fonds de fouille. Elle communiquera les résultats au Contrôleur
Technique et au maître d’œuvre.
Contrôle des fonds de fouilles :
Les fonds de fouilles seront présentés au contrôleur technique avant tout coulage de béton.
Compte tenu de la nature du terrain et des recommandations de l’étude de sols, l’entreprise devra
prendre toutes dispositions pour informer en temps utile la maîtrise d’œuvre et le contrôleur
technique de la date retenue pour la réalisation des fouilles et le coulage des fondations. Ces
dispositions devront permettre le contrôle des fonds de fouilles ainsi que le coulage dans les délais
impartis.
Sont également inclus au forfait de l’entreprise les drainages en périphérie des bâtiments ou en
amont du site, dans le cas où la présence serait constatée en présence du Contrôleur technique
lors des terrassements des fondations.

2.6.2. MISE A LA TERRE

Les travaux de mise à la terre sont à la charge de l'entrepreneur du lot Electricité. Le ceinturage du
fond de fouille remontera par l'intermédiaire de boucles sur des plots de mesure.

S.A. HLM IDF HABITAT - RESIDENCE « LE CEDRE » DOSSIER MARCHE - MARS 2005
LOT N 01 – TERRASSEMENTS – FONDATIONS – GROS-ŒUVRE 22/36

2.6.3. BETON DE PROPRETE

Un béton de propreté est mis en place sous tous les ouvrages en béton armé en contact avec le
sol.
II est coulé immédiatement après la finition des fonds de fouille, afin d'éviter toute dégradation du
terrain,
Epaisseur minimale : 5 cm,
Béton n° 1.

• Localisation :
- en fond de fouille pour l’ensemble des fondations.

2.6.4. BETON DE RATTRAPAGE

Afin d'obtenir le niveau d'assise requis, un béton de rattrapage pourra être mis en place sous les
semelles, immédiatement après l'exécution des fouilles.
Un béton de rattrapage assurera de même la transition en cas de dénivelées des assises de
fondations, avec, si nécessaire, façon de redents pour blocage et raccordement. Le béton utilisé
sera le béton n° 2.

2.6.5. FONDATIONS SUPERFICIELLES

L’entreprise devra :
- L’implantation par un géomètre
- La forme de propreté au niveau d’assise des fondations au bon sol
- Le gros béton coulé à pleine fouille
- Les semelles, y compris armatures.
- Les drainages nécessaires en cas de présence d’eau à l’ouverture des fouilles.

• Localisation :
- Murets et murets de clôture

2.6.5.1. Semelles filantes

Les semelles et longrines seront coulées à pleines fouilles, immédiatement après l'exécution des
terrassements complémentaires. Compris toutes réservations, incorporations nécessaires aux
autres corps d’état.
Béton n° 4 avec addition d’un hydrofuge de masse ti tulaire d’un avis technique.
Armatures
• Localisations :
- Epaisseurs et classe de résistance selon étude d’exécution et règles de mise en œuvre.

2.6.6. FONDATIONS PAR PUITS

L’entreprise devra :
- L’implantation par un géomètre
- La forme de propreté au niveau d’assise des fondations au bon sol
- Le gros béton coulé à pleine fouille
- Les armatures en attente
- Les drainages nécessaires en cas de présence d’eau à l’ouverture des fouilles.
- Les blindages nécessaires

• Localisation :
- Fondations de l’immeuble

S.A. HLM IDF HABITAT - RESIDENCE « LE CEDRE » DOSSIER MARCHE - MARS 2005
LOT N 01 – TERRASSEMENTS – FONDATIONS – GROS-ŒUVRE 23/36

2.7. LONGRINES - SOUBASSEMENTS

2.7.1. LONGRINES

• Longrines en béton armé :


- Suivant étude d’exécution et règles de mise en œuvre.
- Arase étanche contre les remontées capillaires d’humidité
- Protection à base de bitume des parties en contact avec la terre, avant remblaiement.

• Localisation : Sur puits de fondation

2.7.2. SOUBASSEMENTS

• Soubassements agglos de béton pleins :


- Epaisseurs et classe de résistance selon étude d’exécution et règles de mise en œuvre.
- Appareillage à joints de mortier réguliers.
- Arase étanche contre les remontées capillaires d’humidité
- Protection à base de bitume des parties en contact avec la terre, avant remblaiement.

• Localisation : Maçonnerie en soubassement

2.8. DALLAGES PORTES

Les dallages seront mis en œuvre suivant les préconisations de l’étude géologique et géotechnique
et du Rapport initial du Contrôleur Technique joints au présent dossier.
Après décapage de la couche de terrain supérieure, l’entreprise préparera les fonds de forme, avec
purge systématique des poches médiocres rencontrées lors des terrassements.
Les purges et le remblaiement par des matériaux d’apport de qualité qui s’avéreraient nécessaires
font partie du forfait de l’entreprise.
L’entreprise devra notamment :
- L’implantation par un géomètre des altimétries des niveaux bruts des dallages
- La pose des canalisations et fourreaux en dallage
- Les coffrages et formes nécessaires
- Les réservations et incorporations suivant nécessités et indications des autres corps d’état
- Les dispositifs contre les remontées d’humidité dans les maçonneries.
- Surfaçage mécanique pour état de surface adapté aux revêtements de sols prévus.

Composition des dallages :


• Sur le fond de forme nivelé et compacté : pose d’un géotextile anticontaminant 200 g/m2,
• Forme en grave naturelle de 0,15 à 0,20 m minimum, en deux couches, compactée.
• Ecran étanche par film polyéthylène armé de 250 microns, lés soudés ou se recouvrant de 0,15m
• Dallage en béton armé d'épaisseur requise :
- béton n° 5,
- armatures; continuité électrique pour mise à la terre, à la charge du présent lot,
- exécution conforme aux recommandations professionnelles en vigueur,
- renforcement du dallage au droit des cloisons lourdes par renforts d'armatures ou bêches en
B.A. solidarisées avec le dallage.

• Panneaux isolants disposés sur toute la surface du plancher, titulaires d’un avis technique et
ACERMI, à soumettre avant mise en œuvre : caractéristiques thermiques et épaisseur suivant
étude thermique jointe au dossier, type ISOVER Floormate 200-X 60 mm.
• Chape béton d’épaisseur mini 5cm, compris décaissés pour pose de carrelage sur les parties
concernées.

S.A. HLM IDF HABITAT - RESIDENCE « LE CEDRE » DOSSIER MARCHE - MARS 2005
LOT N 01 – TERRASSEMENTS – FONDATIONS – GROS-ŒUVRE 24/36

• Compris pose des canalisations et fourreaux en dallage, réservations et incorporations suivant


nécessités et indications des autres corps d’état.

Surfaçage suivant revêtements de sols prévus :


- sol collé mince : surfaçage soigné
- carrelage : décaissé, surfaçage soigné pour pose collée sur résiliant et pente pour évacuation
des eaux de pluie devant les entrées d’immeuble et porte-fenêtres des logements le cas
échéant.
- locaux OM et chaufferie : formes de pente vers siphon de sol, carrelage posé sur résiliant

Localisation : - Dallages en Rez-de-chaussée

2.9. CANALISATIONS ENTERREES - FOSSES - REGARDS

L’entreprise devra la totalité des canalisations E.U./E.V., E.P., nécessaires aux ouvrages, y compris
drains, regards, fourreaux de pénétration, siphons, etc ... dans les bâtiments.
• En coordination avec les lots techniques concernés fourniture et pose de canalisations et
fourreaux :
- Eau potable
- Gaz
- Electricité et téléphone
- Services généraux, câblage NOOS
- Evacuations E.U./E.V., E.P

2.9.1. SIPHONS DE SOL

En fonte asphaltée, carrés de 30 x 30 cm - garde d'eau : 6 cm, à sortie de 100 mm de diamètre,


équipés d'un bouchon intérieur de dégorgement et d'un panier en acier galvanisé.
Dans les locaux de service, les siphons sont équipés de grilles en fonte série légère.
Tamponnage plâtre et papier jusqu'à la réception.

Localisation :
- Chaufferie
- Local OM

2.9.2. CANALISATIONS ENTERREES

Réalisées par canalisations en P.V.C. ou béton centrifugé armé.


Pose en tranchée sur lit de sablon de 0,10 épaisseur minimum avec calages sous les collets. Après
essais conformes au document COPREC et établissement des P.V. d'essais correspondants,
début de remblai en sablon et complément en cailloux 5/25.
Remontées bouchonnées provisoirement en attente de 10 cm minimum au-dessus du dallage afin
de récupérer les canalisations en élévation du lot Plomberie, et protégées contre les dégradations.
Essais des canalisations : Afin de prévenir les aléas techniques découlant d’un mauvais
fonctionnement des installations, l’Entreprise devra effectuer au minimum avant réception, les
essais et vérifications nécessaires tels que prévus dans les documents COPREC, et transmettre
les PV au maître d’œuvre.

Localisation : Plancher bas du RDC.

S.A. HLM IDF HABITAT - RESIDENCE « LE CEDRE » DOSSIER MARCHE - MARS 2005
LOT N 01 – TERRASSEMENTS – FONDATIONS – GROS-ŒUVRE 25/36

2.9.3. REGARDS INTERIEURS

Ils sont du type sec ou humide, réalisés de façon traditionnelle ou à l'aide d'éléments préfabriqués
en béton. Couverture par tampon fonte série légère ou double tampon étanche avec cunette dirigée
en fond de regard.
Béton de propreté n° 1 de 5 cm d'épaisseur minimale .
Béton n° 4
- A chaque changement de direction des canalisations enterrées,
- A chaque raccordement des canalisations enterrées,
- Tous les 25 mètres en partie droite.

2.9.4. REGARDS DE PIEDS

Ils seront soit en béton coulé en place, soit en éléments préfabriqués.


Les dimensions seront de 0,45 x 0,45 pour une profondeur de 0,8 maximale de 0,60 x 0,60 pour
une profondeur de 0,8 à 1,30.
Pour une profondeur au delà de 1,30, le regard de pied sera assimilé à un regard de visite, sa
section sera de 80 x 80 et il sera muni d'échelons et crosse.
Localisation : Pour réseaux des bâtiments (EP et EU)

2.10. TRAVAUX EN SUPERSTRUCTURE

2.10.1. VOILES EXTERIEURS EN FAÇADE :

L’entreprise du présent lot doit la réalisation de l’ensemble des voiles en béton armé extérieurs en
façade, garde-corps, acrotères, édicules en terrasse suivant plans.
Epaisseur minimum 16 cm.
Compris toutes sujétions de coffrage.
- Coffrage N°2 : parements recevant un doublage therm ique intérieur
- Coffrage N°3 : parements revêtus d’un enduit ou d’u n revêtement épais
- Coffrage N°4 : parements destinés à être peints ou revêtement mural mince

• Armatures
- Les murs extérieurs seront armés sur leurs deux faces et comporteront les armatures
minimales suivantes :
- Sur chaque face : un panneau de treillis type z ou équivalent
- Chaînages et coutures : suivant note de calcul à fournir, en respect des DTU.

2.10.2. VOILES EXTERIEURS DES PIGNONS :

Réalisation au présent lot de l’ensemble des voiles en béton armé des pignons.
Ces voiles seront réalisés suivant la technique de mur à coffrage intégré de type « Prémurs » des
Ets Spurgin ou techniquement équivalent, titulaire d’un Avis technique en cours de validité.
Procédé de mur à coffrage intégré constitué de deux parois minces préfabriquées en béton armé,
maintenues espacées par des raidisseurs métalliques verticaux et servant de coffrage en œuvre à
un béton prêt à l’emploi.
- Epaisseur minimale du voile 18 cm.

• Compris toutes sujétions de mise œuvre, suivant :


- Avis technique du procédé.
- Cahier des charges de montage établi par le fabricant
- Plan de mise en œuvre et d’étaiement du fabricant

S.A. HLM IDF HABITAT - RESIDENCE « LE CEDRE » DOSSIER MARCHE - MARS 2005
LOT N 01 – TERRASSEMENTS – FONDATIONS – GROS-ŒUVRE 26/36

• Calepinage des panneaux et joints suivant plan de façade joint au dossier

Les panneaux seront transporté et stockés sur le chantier dans les conditions stipulées au
documents visés ci-dessus. Tout élément détérioré lors de son transport, manutention ou stockage
sera écarté de la pose, évacué et remplacé par un élément neuf.
- Prévoir le stockage vertical sur le chantier.

• Localisation :
- Pignons est et ouest de l’immeuble.

2.10.3. VOILES INTERIEURS, POUTRES VOILES :

L’entreprise du présent lot doit la réalisation de l’ensemble des voiles en béton armé et poutres-
voiles intérieurs au bâtiment. Epaisseur minimum 18 cm ou plus suivant calculs d’exécution,
exigences acoustiques et plans.

• Epaisseur 16 cm minimum pour :


- séparatif vertical entre logements et locaux VE et OM (+ doublage thermique et acoustique au
lot Cloisons-Doublages-Isolation, pour indice d’affaiblissement acoustique [Rw+c] ≥ 58 dB).

• Epaisseur 18 cm (indice d’affaiblissement acoustique [Rw+c] ≥ 58 dB) pour :


- séparatif vertical entre logements
- voile de cage d’escalier mitoyen à un logement
- séparatif vertical entre logements et circulation commune

• Compris toutes sujétions d’armatures, incorporations diverses (fourreaux, huisseries, etc ..) et de
coffrage.
- Coffrage N°2 : parements recevant un doublage therm ique intérieur
- Coffrage N°3 : parements revêtus d’un enduit ou d’u n revêtement épais
- Coffrage N°4 : parements destinés à être peints ou revêtement mural mince

• Les abouts de voiles destinés à rester apparents seront chanfreinés.

2.10.4. POTEAUX :

L’entreprise du présent lot doit la réalisation de l’ensemble des poteaux en béton armé. Sections
suivant calculs d’exécution, exigences acoustiques et plans. La stabilité au feu exigée par la
réglementation sera assurée

• Compris coffrages de formes diverses, suivant plans (ronds, oblongs, rectangulaires, etc …).
• Chanfreins 2 x 2 cm à prévoir sur les arêtes destinées à rester apparentes.
• Reprises de coulage soignées.
• Compris toutes sujétions d’incorporations électriques et fourreaux suivant besoins des lots
techniques.
• Béton N°6
• Coffrage N° 4.

S.A. HLM IDF HABITAT - RESIDENCE « LE CEDRE » DOSSIER MARCHE - MARS 2005
LOT N 01 – TERRASSEMENTS – FONDATIONS – GROS-ŒUVRE 27/36

2.10.5. POUTRES :

Les sections conformes aux calculs d’exécution et plans approuvés par le Contrôleur technique, ne
devront en aucun cas réduire les gabarits de passage et hauteurs libres définis au projet
architectural.
• La stabilité au feu sera obligatoirement assurée par un enrobage suffisant des aciers.
• Compris toutes sujétions d’incorporations électriques et fourreaux suivant besoins des lots
techniques.
• Pour les poutres non vues, deux fourreaux supplémentaires minimum de Ø80 mm seront laissés
en réserve et seront répartis sur la longueur de la poutre.
• Béton N°6
• Coffrage N° 2 : parements non vus.
• Coffrage N° 4 : parements destinés à rester appar ents
• Chanfreins 2 x 2 cm à prévoir sur les arêtes destinées à rester apparentes.

2.10.6. MAÇONNERIE EN BLOCS DE BETON DE GRANULATS :

• Blocs creux, pleins ou pleins et perforés, en béton de granulats, estampillés NF.


• Compris blocs courants et spéciaux (angles, demi-blocs, blocs tableaux, linteaux etc ...).
• Epaisseurs et classe de résistance selon plans et règles de mise en œuvre.
• Conformité à la Norme NF P 14-301.
• Appareillage à joints de mortier réguliers.
• Pour les parements vus :
- Rejointoiement, après coup, au mortier de CPA teinté avec dégradation profonde du
mortier de pose,
- nettoyage du joint et finition selon indications du Maître d'Oeuvre.
- ragréages et enduits pour préparation du lot peinture.

• Pour les parements destinés à recevoir un doublage isolant, joints refoulés plat en montant
avec le mortier de la maçonnerie,
• Compris toutes sujétion pour réservations, scellements.
• Stabilité au feu conforme au classement du bâtiment.
• Compris chaînages et linteaux en BA, et toutes sujétions de liaison avec les ouvrages de
structure.
• Epaisseurs brutes :
- dans le cas de séparatifs entre locaux communs et logements non réalisés en voiles béton :
0,20 m pleins perforés - face côté local commun enduit ciment de 1,5 cm d’épaisseur (au
présent lot), avec une masse volumique ≥ 1600kg/m3 (320 kg/m²), face côté logement
doublage thermo-acoustique, suivant Qualitel.
- séparatifs entre locaux communs ou techniques : 0,15 m plein.
• Localisation :
- Parois de locaux communs au RDC non réalisés en BA.

2.10.7. PROTECTION A BASE DE BITUME

Tous les parements extérieurs, en contact avec les terres, recevront après travaux de nettoyage et
dégraissage, une application de dissolution de bitume, en deux couches croisées, à raison de 150
g par mètre carré et par couche, depuis le dessus des semelles, jusqu'à 0,20 m au-dessus des
sols extérieurs.

S.A. HLM IDF HABITAT - RESIDENCE « LE CEDRE » DOSSIER MARCHE - MARS 2005
LOT N 01 – TERRASSEMENTS – FONDATIONS – GROS-ŒUVRE 28/36

2.10.8. PLANCHERS DES ETAGES

L'entreprise du présent lot doit la réalisation de l'ensemble des dalles de plancher.


La stabilité au feu sera conforme au classement des bâtiments, et exigences de sécurité incendie
en découlant. Au cas où le béton seul ne peut répondre à ces exigences, un complément
d’isolation coupe-feu sera mis en œuvre.
• Epaisseur requise suivant calculs d'exécution, exigences acoustiques réglementaires et Qualitel :
- 20 cm minimum entre logements superposés.
- 23 cm minimum entre les locaux techniques et un logement

• Mise en œuvre :
- Compris toutes sujétion pour réservations, chevêtres, trémies.
- Béton n° 6,
- Armatures : suivant note de calcul à soumettre.
- Coffrage N°4 (pour les parements vus).

• Utilisation de prédalles :
Dans le cas où l’entreprise met en œuvre des prédalles, elle devra soumettre à l’approbation du
Maître d’œuvre le plan de calepinage. Les joints entre prédalles seront de préférence situés au
droit des cloisons de distribution.
L’utilisation de prédalles ne doit pas diminuer l’objectif d’isolement acoustique des planchers défini
au dossier.
Toutes dispositions seront prises, à la fabrication, à la manutention, au stockage et à la mise en
œuvre, pour que soient assurés la résistance et le bon aspect de l’ouvrage. Les parements ne
devront présenter aucun éclat ou fissuration. Dans le cas où les parements ne seront pas jugés
satisfaisants, l’entreprise sera tenue d’effectuer les travaux de réparation et de préparation
nécessaires avant finition.
• Etat des sous-faces avant peinture :
Pour les plafonds constitués des sous-faces de prédalles, aucun désaffleurement entre prédalles
ne sera toléré. Les joints seront traités au présent lot afin d’obtenir une surface parfaitement lisse et
apte à recevoir la finition prévue.
Les sous-faces seront poncées et recevront un enduit en vue de la réception des supports par le
peintre.
• Surfaçage suivant revêtements de sols prévus :
- sol collé mince : surfaçage soigné (intérieur des logements)
- carrelage : décaissé, surfaçage soigné pour pose collée sur résiliant (circulations communes et
paliers)

• Localisation : - Planchers des étages et du comble.

2.10.9. PLANCHERS DES COMBLES

La stabilité au feu sera conforme au classement des bâtiments, et exigences de sécurité incendie
en découlant. Au cas où le béton seul ne peut répondre à ces exigences, un complément
d’isolation coupe-feu sera mis en œuvre.
L’entreprise devra notamment :
- Les réservations et incorporations suivant nécessités et indications des autres corps d’état
- Les socles pour les appareils prévus aux lots techniques.
- La prise en compte des surcharges de ces appareils

• Epaisseur requise suivant calculs d'exécution, exigences acoustiques réglementaires et Qualitel :


- 23 cm minimum entre les locaux techniques et un logement

S.A. HLM IDF HABITAT - RESIDENCE « LE CEDRE » DOSSIER MARCHE - MARS 2005
LOT N 01 – TERRASSEMENTS – FONDATIONS – GROS-ŒUVRE 29/36

• Mise en œuvre :
- Compris toutes sujétion pour réservations, chevêtres, trémies.
- Béton n° 6,
- Armatures : suivant note de calcul à soumettre.
- Coffrage N°4 (pour les parements vus).

2.10.10. DEBORDS SOUS TOITURES

• Epaisseur requise suivant calculs d'exécution.


• Compris reprises de coulage soignées pour continuité de sous-face vue sans désaffleurements
et parfait réglage horizontal en continuité.
• Mise en œuvre :
- Compris réservation pour complément d’isolation thermique au droit des logements.
- Larmier réservé en extrémité compris retour vers les façades
- Béton n° 6,
- Armatures : suivant note de calcul à soumettre.
- Coffrage N°4 soigné.

• Localisation : - Débords de dalles sous toiture façades nord et sud.

2.10.11. DALLES DE BALCONS/LOGGIAS

• Epaisseur requise suivant calculs d'exécution


• Mise en œuvre :
- Pente incorporées
- Larmier réservé en extrémité compris retour vers les façades
- Béton n° 6,
- Armatures : suivant note de calcul à soumettre.
- Coffrage N°4 soigné.

• Localisation : - ensemble des dalles balcon suivant plans (façade sud)

2.10.12. PANNEAUX ISOLANTS

Fourniture, pose et fixation de panneaux d’isolation thermique type FIBRASTYRENE, DB OU


FIBRASTYRENE FEU selon exigences de sécurité incendie.
• constitution et épaisseurs requises suivant calculs d'exécution, exigences thermiques et acoustiques
réglementaires, et Qualitel :
- Type Fibrastyrène E 100 mm R= 2,451 m².°C/W : plancher entre logement et locaux non
chauffés.
- Type Fibrastyrène E 100 mm R= 2,451 m².°C/W : (finition surfacée) débords extérieurs des
étages des logements.
• Autres caractéristiques :
- fixation mécanique en sous face de plancher ou en fond de coffrage (débords).
- réaction au feu M1
- panneaux posés à joints serrés et croisés (coupe de pierre), fixations spéciales non corrodables
mises en oeuvre conformément au Cahier des Charges du fabricant.
- débords extérieurs des étages : aspect fini lisse en sous-face (à peindre ou à enduire au
présent lot).
- Locaux communs au RDC (VE, OM et chaufferie) : aspect fini lisse en sous-face (à peindre au
lot Peinture).

S.A. HLM IDF HABITAT - RESIDENCE « LE CEDRE » DOSSIER MARCHE - MARS 2005
LOT N 01 – TERRASSEMENTS – FONDATIONS – GROS-ŒUVRE 30/36

2.11. CHAPES - FORMES DE PENTES

2.11.1. CHAPE INCORPOREE

Elle sera réalisée par application d'un mortier à granulats fins, avec pentes vers les siphons de sol
pour ceux qui sont prévus
Talochage fin.

Localisation :
- Local containers OM
- Chaufferie

2.12. APPUIS ET SEUILS

2.12.1. APPUIS ET SEUILS PREFABRIQUES

Ils seront du type WEISER ou équivalent. Modèle à présenter pour accord du maître d’œuvre avant
réalisation. Ils comportent pente, rejingot pour pose de la menuiserie,
Les appuis font saillie sur le nu de la façade et comportent :
- des bords relevés (rejingots latéraux de 2,5 cm de hauteur minimum au-dessus de la face
supérieure de l’appui) de chaque côté, évitant à l’eau de pluie de couler sur la façade dans les
angles de l’appui .
- un larmier en sous face.

La pente supérieure est lissée et le plan de pose de la menuiserie parfaitement dressé.


Ils permettent la réalisation des doublages thermiques intérieurs et la pose de la vêture isolante de
façade.
Localisation : - baies avec portes-fenêtres de tous les logements

2.12.2. SEUILS COULES EN PLACE

Coffrage soigné, Béton n° 6,


Liaison aux supports par armatures laissées en attente,
Finition lissée compris nez arrondi tiré au fer
Dispositions conformes pour accessibilité handicapés (seuil ou ressaut < 2 cm)
Localisation : - seuils des portes extérieures

2.13. OUVRAGES DIVERS

2.13.1. LOCAL VE

• Les parois séparatives avec les logements auront les caractéristiques suivantes :
- indice d’affaiblissement acoustique [Rw+c] ≥ 58 dB

et seront constitués de :
- Voile BA épaisseur minimale 16 cm
- Doublage thermique et acoustique (au lot cloisons-doublages).

• Panneaux brique de verre en façade :


- Réf. SAVERBAT 20 x 20 , motif stries parallèles

• Carrelage au sol posé sur résiliant avec remontées sous plinthes.

S.A. HLM IDF HABITAT - RESIDENCE « LE CEDRE » DOSSIER MARCHE - MARS 2005
LOT N 01 – TERRASSEMENTS – FONDATIONS – GROS-ŒUVRE 31/36

2.13.2. LOCAL CONTAINERS OM

• Les parois séparatives avec les logements auront les caractéristiques suivantes :
- indice d’affaiblissement acoustique [Rw+c] ≥ 58 dB

• Elles seront constitués de :


- Voile BA épaisseur minimale 16 cm
- Doublage thermique et acoustique (au lot cloisons-doublages).

• Réservations et incorporation de grilles de ventilation basses.


• Ventilation haute, compris conduit d’encoffrement vertical du conduit sur toute sa traversée, avec
sortie en toiture, et clapet coupe-feu en paroi du local (accessible depuis le local OM).
• Siphon de sol
• Réservations et fourreaux pour les besoins des autres corps d’état :
- robinet de lavage
• Panneaux brique de verre en façade : Réf. SAVERBAT 20 x 20 , motif stries parallèles
• Carrelage au sol posé sur résiliant avec remontées sous plinthes, avec pentes vers siphon de sol.

2.13.3. LOCAL MINI-CHAUFFERIE

• Les parois séparatives avec les logements auront les caractéristiques suivantes :
- indice d’affaiblissement acoustique [Rw+c] ≥ 58 dB

• Elles seront constitués de :


- Voile BA épaisseur minimale 16 cm
- Doublage thermique et acoustique (au lot cloisons-doublages).

• Réservations et incorporation de grille de ventilation haute et basse.


• Conduit d’encoffrement vertical du conduit (ventouse) de la chaudière sur toute sa traversée, avec
sortie en toiture.
• Siphon de sol
• Réservations et fourreaux pour les besoins des autres corps d’état
• Carrelage au sol posé sur résiliant avec remontées sous plinthes, avec pentes vers siphon de sol.

2.13.4. JOINT DE CONSTRUCTION

Réalisation de joints de construction verticaux.


Il sera interposé entre les deux constructions une feuille de polystyrène, conformément au DTU.
L’indépendance des structures devra être assurée en tous points.
Finition verticale du joint par profilé en PVC de teinte assortie au ravalement, fixé mécaniquement.

2.13.5. INCORPORATION DE COFFRETS TECHNIQUES DANS LA MAÇONNERIE

Réservations dans murs de maçonnerie pour encastrement des coffrets EDF, GDF et téléreports, pose
de ces coffrets, y compris coffrage et coulage de la paroi arrière contre coffret.
Coffrage soigné, Béton n° 6,
Localisation : en murets techniques.

2.13.6. REBOUCHAGES ET CALFEUTREMENTS

En complément des dispositions mentionnées au Lot 00, l’entreprise du présent Lot devra :
- Le rebouchage des vides autour des conduits des gaines techniques réservées.
- Les gaines techniques seront recoupées au droit des planchers avec un matériau ayant les
mêmes caractéristiques acoustique que le plancher.

S.A. HLM IDF HABITAT - RESIDENCE « LE CEDRE » DOSSIER MARCHE - MARS 2005
LOT N 01 – TERRASSEMENTS – FONDATIONS – GROS-ŒUVRE 32/36

2.14. ESCALIERS ET EMMARCHEMENTS EN BETON ARME

2.14.1. ESCALIERS A VOLEES DROITES

Les voiles d’échiffre et garde-corps en BA sont traités au titre des voiles.


Sont traités au titre du présent article :
- Les paliers d’étage lorsqu’ils sont différents des planchers courants
- Les paliers intermédiaires
- Les limons, marches et contremarches

• Sujétions :
- Mise en œuvre de douilles métalliques ou réservations pour fixation des garde-corps et mains
courantes
- Décaissés nécessaires pour revêtements de sols épais tels que carrelage, chapes, etc.
- Fourniture et interposition de feutre 36S liégés, les faces liégées étant en contact dans le cas
d’appui glissant sur un autre ouvrage de structure.
- Les escaliers d’immeuble seront désolidarisés des parois mitoyennes des logements. Le vide
sera traité avec interposition d’un résiliant, compris joint souple de finition étanche vis à vis des
eaux de lavage.
- Revêtement des escaliers par carrelage posé sur résilient compris contremarche.
- Marche de départ au RDC coulée en place (1 marche supplémentaire sur la volée entre RDC et
er
1 étage).

• Mise en œuvre :
- Les volées et paliers seront coulés en place et/ou préfabriqués
- Coffrage soigné
- Béton n° 6

• Localisation :
- Escaliers d’immeubles des cages 1 et 2 suivant plans.

2.15. MAÇONNERIES POUR OUVRAGES EXTERIEURS

2.15.1. MURETS

Réalisation de murets en maçonnerie suivant plans et détails joints au dossier.


Réservations et fourreaux pour intégration de coffrets suivant localisation des plans de VRD
(concessionnaires).
Béton n° 6
• Muret technique
- Réservations et fourreaux pour intégration de coffrets suivant localisation des plans de VRD et
concessionnaires.
- Compris chaperon préfabriqué en béton pour protection des têtes de murs, avec pente sur
dessus et formant saillie aux deux faces avec larmier.
- Incorporation de coffrets techniques dans la maçonnerie : Coffrets EDF et GDF
- Hauteur 1,80 m
- Revêtement enduit monocouche en finition.
- Localisation : en limite sur rue de Verdun.

• Murets de soubassement de clôture


- Compris chaperon préfabriqué en béton pour protection des têtes de murs, avec pente sur
dessus et formant saillie avec larmier.
- Hauteur suivant plan et élévation des clôtures.
- Revêtement enduit monocouche en finition.
- Localisation : en limite sur rue de Verdun.

S.A. HLM IDF HABITAT - RESIDENCE « LE CEDRE » DOSSIER MARCHE - MARS 2005
LOT N 01 – TERRASSEMENTS – FONDATIONS – GROS-ŒUVRE 33/36

• Murets
- Compris chaperon préfabriqué en béton pour protection des têtes de murs, avec pente sur
dessus et formant saillie avec larmier.
- Hauteur suivant plan et élévations.
- Revêtement brique de parement sur enduit en finition.
- Localisation : murets situés à proximité des entrées de l’immeuble.

2.16. ENDUITS - RAVALEMENT

2.16.1. ENDUIT MONOCOUCHE DE FINITION

Les surfaces suivantes recevront un enduit monocouche d’imperméabilisation à base de liants


hydrauliques projeté, référence LAFARGE type Monopierre Parex, titulaire d’un avis technique en cours
de validité, et bénéficiant d’une garantie décennale.
Protection des ouvrages : L’entreprise doit assurer la protection des ouvrages avant de procéder à
l’application des enduits. Il procédera au nettoyage immédiat de toute salissure accidentelle le cas
échéant, par des moyens appropriés, et à l’enlèvement quotidien de toute matière et poussières issues
du grattage des surfaces enduites. Compris protection et nettoyage des sols et revêtements en pied
d’ouvrage. Il aura à sa charge la réfection des ouvrages qui auraient été détériorés suite à l’application
des enduits.
Compris bandes de pontage au droit des raccords entre matériaux différents (béton/agglos).
Plusieurs teintes pourront être retenues sur palette du fabricant à proposer au choix de l'architecte.
Finition lissée.
Y compris couvertines en aluminium laqué en protection des têtes de murs non protégées par un autre
ouvrage.
Compris ouvrages au raccord des existants sur propriétés voisines (solin, couvre-joints, etc …)
Localisation :
- Pignons du bâtiment sur limites de propriété
- murets techniques et de clôture sur rue

2.16.2. TRAVAUX EXTERIEURS SUR ISOLATION

Enduit monocouche dito ci-dessus sur isolant fibrastyrène.


Mise en œuvre suivant avis technique avec grillage fixé sur isolant.
Teinte au choix de l'architecte. Finition lissée.
• Localisation :
- Sous-face des débords isolés du R+1

2.16.3. ENDUITS TRADITIONNELS

Les surfaces suivantes recevront un enduit traditionnel de dressage en deux couches :


Enduit en mortier bâtard N°3 sur un parement des ma çonneries en agglomérés de béton destinées à
recevoir une plaquette brique ou sans autre revêtement de finition.
Préparation des supports pour assurer une parfaite adhérence des enduits.
Finition talochage fin, arêtes parfaitement dressées.
A prévoir notamment pour :
- parois maçonnées recevant des plaquettes de terre-cuite.
- parois séparatives entre locaux communs et/ou techniques, gaines d’immeuble et logements
contigus (enduit côté locaux techniques). Epaisseur minimale 1,5 cm. Disposition à appliquer si
ces parois sont traités en maçonnerie d’agglos.

S.A. HLM IDF HABITAT - RESIDENCE « LE CEDRE » DOSSIER MARCHE - MARS 2005
LOT N 01 – TERRASSEMENTS – FONDATIONS – GROS-ŒUVRE 34/36

2.16.4. PLAQUETTES DE TERRE CUITE

Plaquettes minces en brique de terre cuite à haute température à épiderme lisse pour murs, ingélives de
porosité < 10 %.
Matériaux et mise en œuvre suivant :
- Norme NF P 13-304, et prescriptions du fabricant
- Cahier des Prescriptions Techniques d'exécution des revêtements muraux extérieurs (Cahier
du CSTB 2234) et intérieurs (CSTB 2235) collés au moyen de mortiers colles.
• Dimensions : 220 x 60 x 10 mm, face de pose crantée.
• Joints de 10 mm réalisés au moyen de cales, croisillons .
• Texture lisse, teinte au choix du Maître d'œuvre sur présentation d'échantillons.
• Eléments spéciaux : demi-plaquettes, éléments d'angle 105/220 x 60 x 10 mm.
• Pose soignée, toutes précautions pour éviter les efflorescences, nettoyages à l'avancement des traces
de mortier-colle, selon prescriptions du fabricant.
• Joints de fractionnement par profilés plastique adaptés ménagés dans le mortier et le revêtement.
• Mortier-colle pour extérieur et mortier de rejointoiement compatibles et titulaires d'un Avis Technique
du CSTB, teinte au choix du Maître d'œuvre.
• Compris sujétions de coupes et de finition, notamment autour des ouvrages des autres lots.

• Localisation : - murets à l’intérieur de l’opération.

2.16.5. PEINTURE SUR BETON

Ravalement type Pliolite sur ouvrage béton apparents.


Teintes au choix de l'architecte.

• Localisation :
- poteaux, bandeaux, sous-face des dalles de balcon et des débords de toiture

2.16.6. PEINTURE POUR BALCONS

Réalisation d’un revêtement en peinture résine anti-poussière décorative type Acrydal (2couches) des
Ets SICOF, sur les balcons des étages.
- Mise en œuvre suivant cahier des charges du fabricant, notamment en ce qui concerne l’état
des surfaces à traiter et les conditions d’applications.
- Les surfaces à traiter devront être parfaitement sèches, propres, solides, exemptes de
poussière et dégraissées.
- La présente prestation comprend la reconnaissance des supports et leur préparation, afin de
les rendre aptes à recevoir le produit, avant application du fixateur d’accrochage (Fixateur PX)
prévu par le fabricant.
- Les nez de dalles des balcons seront également traités en continuité du sol.
- Teinte au choix de l’architecte sur nuancier du fabricant.

• Localisation :
- Balcons des logements en étage.

S.A. HLM IDF HABITAT - RESIDENCE « LE CEDRE » DOSSIER MARCHE - MARS 2005
LOT N 01 – TERRASSEMENTS – FONDATIONS – GROS-ŒUVRE 35/36

2.17. CARRELAGE

La pose des carrelages s’effectuera à joints serrés de 1 mm au plus, sur des supports stables non
susceptibles de déformation.
Les carreaux seront posés sur sous-couche en matériau résilient, afin de respecter les objectifs Qualitel
de l’opération. Le matériau résiliant sera déterminé en fonction de la nature du local dans le quel le
carrelage est posé, des dimensions de ce carrelage, de l’épaisseur de la dalle support, et des
caractéristiques des séparatifs avec les logements contigus.

• Références des sous-couche en matériau résilient acceptés, à l’exclusion de tout autre :


- Chappe flottante avec résiliant mince : Assour 19 ( ∆Lw =19 dB), Fibrarken ( ∆Lw =19 dB),
Phonisol (∆Lw =17 dB),Tramichape fibre + film (∆Lw =19 dB), Vélaphone confort (∆Lw =19 dB),
Vélaphone confort + ( ∆Lw =19 dB).

- Procédé d’isolation phonique sous carrelage : Fermacoustic 2 ( ∆Lw =17 dB ou 18 dB), Soukaro
3R ( ∆Lw =17 dB ou 18 dB), Cermiphonik ( ∆Lw =17 dB ou 18 dB).

L'adhérence des carreaux se fera sur la totalité de leur surface, le mortier refluant légèrement dans les
joints de telle sorte que les carreaux soient séparés les uns des autres. Les joints seront ensuite coulés
avant la prise du mortier
La planimétrie sera telle qu'une règle promenée en tous sens ne fasse pas apparaître de différence
supérieure à 3 mm, l'arasement étant parfaitement réalisé.
L'alignement sera tel qu’une règle de 2 ml posée au droit des joints ne fasse apparaître de différence
supérieure à 1 mm. De plus, il y aura lieu de prévoir un vide, la plinthe étant droite entre la dernière
rangée de carreaux et le mur. Ce vide sera rempli par une matière compressible étanche.

• Seuils et parties extérieures :


Les carreaux devront présenter les qualités nécessaires des sols posés en extérieur et seront
antidérapants (surface structurée).
Compris façon de pente vers l’extérieur et carreau de rive avec nez en retombée.

2.17.1. CARRELAGE EN GRES CERAME

Fourniture et pose de carrelage de 30 x 30 cm, réf. Graniti des Ets Graniti Fiandre ou équivalent :
- Classement : U4 P3 E3 C2
- Compris toutes sujétions de calepinage à soumettre au Maître d'Oeuvre.
- Teinte au choix du Maître d'œuvre dans la gamme du fabricant.
• Plinthes :
- plinthes à talon et à bord arrondi, assorties, dans la même gamme sur 10 cm de hauteur
minimum.
• Pose murale dans les halls :
- surfaces murales à revêtir suivant détail « Plan type des halls d’immeuble » joint au dossier (voir
Carnet de détails).
- Compris toutes sujétions de découpes et de finition au pourtour des surfaces, avec baguettes
d’angles et d’arrêt métalliques.
- Compris intégration dans chaque hall d’un miroir, dimensions 210 x h 120 cm au nu du
carrelage.

• Localisation :
- Halls d’immeubles et circulations communes.

S.A. HLM IDF HABITAT - RESIDENCE « LE CEDRE » DOSSIER MARCHE - MARS 2005
LOT N 01 – TERRASSEMENTS – FONDATIONS – GROS-ŒUVRE 36/36

2.17.2. CARRELAGE SUR ESCALIERS

Fourniture et pose de carrelage de 30 x 30 cm, réf. Graniti des Ets Graniti Fiandre ou équivalent :
- Classement : U4 P3 E3 C2
- Compris toutes sujétions de calepinage à soumettre au Maître d'œuvre.
- Carreau avec nez de marche intégré, structuré, pour le dessus des marches
- Teinte au choix du Maître d'œuvre dans la gamme du fabricant.
• Plinthes :
- Fourniture et pose de plinthes à bord arrondi, assorties, dans la mêmes gamme.
- Les plinthes seront désolidarisées des revêtements des marches, le joint entre marche et
plinthe sera traité par joint compressible étanche. Teinte du joint à soumettre à l’accord du
Maître d'œuvre.

• Localisation : toutes les volées et paliers intermédiaires des escaliers d’immeuble.

2.17.3. CARRELAGE EN GRES CERAME ANTIDERAPANT

Fourniture et pose de carrelage de 20 x 20 cm, réf. Graniti des Ets Graniti Fiandre ou équivalent :
- Classement : U4 P3 E3 C2
- Surface structurée antidérapante
- Compris toutes sujétions de calepinage à soumettre au Maître d'œuvre.
- Découpes pour pentes et raccords aux siphons de sols.
- Teinte au choix du Maître d'œuvre dans la gamme courante.

• Plinthes :
- Fourniture et pose de plinthes à talon et à bord arrondi, assorties, dans les mêmes gammes sur
10 cm de hauteur.

• Localisation :
- Locaux VE et OM.
- Local mini-chaufferie

S.A. HLM IDF HABITAT - RESIDENCE « LE CEDRE » DOSSIER MARCHE - MARS 2005