Vous êtes sur la page 1sur 34

Comment réussir sa thèse professionnelle ?

Les conseils de Guillaume Prostak


Vous cherchez le sujet de votre thèse professionnelle ? Vous vous lancez sans savoir
comment vous y prendre ? Ou vous faites simplement face à un blocage dans la rédaction de
votre thèse ?

Guillaume Prostak, dont la thèse a été publiée, vous livre ses conseils pour réussir la votre.

Comment se fait le choix du sujet pour sa thèse


professionnelle ? 
Chacun a ses raisons qui le poussent à choisir un sujet plutôt qu’un autre. Pour ma part, c’est
avant tout par affinités.

On nous habitue depuis toujours à ce qu’un rapport de stage ou un mémoire soit toujours en
rapport avec l’expérience professionnelle vécue. Ceci permet en effet de faire le lien entre la
théorie et la pratique en nous permettant de théoriser ce que l’on a appris sur le terrain là où le
stage lui-même permet pour sa part de mettre en pratique la théorie vue à l’école.

Or, le travail demandé dans le cadre du MS est une thèse, et en tant que telle, elle ne se limite
pas forcément au périmètre de l’alternant dans la société qui l’emploie. J’ai vu ça comme
une opportunité à saisir, une manière de terminer en beauté ma formation initiale en me
faisant avant tout plaisir.

Ceci m’a beaucoup aidé car une fois que cette première barrière est levée, je n’ai plus perçu le
travail de la thèse comme une contrainte mais comme quelque chose de plaisant. Le moteur
de toute activité, c’est l’intérêt : vous serez toujours beaucoup plus efficace en faisant quelque
chose qui vous plaît que quelque chose qu’on vous impose.

En second lieu, il ne faut pas oublier où vous voulez aller avec cette thèse. C’est là que la
notion d’opportunité est arrivée pour moi : j’ai toujours eu envie de travailler dans le secteur
vidéoludique, et en reliant ma passion avec mon cursus en marketing direct, je suis arrivé à ce
mix idéal entre travail qui motive et qui peut en même temps me servir pour mon avenir
professionnel.

Quand démarrer sa thèse professionnelle ? Pendant la


formation ou après ?
On ne va pas se mentir : la charge de travail du MDCE est importante et l’entreprise dans
laquelle nous travaillons à temps partiel avec une exigence égale à celle d’un temps plein rend
difficile le fait de démarrer la thèse en même temps que la formation.
Il est beaucoup plus simple d’attendre que les cours soient terminés pour se lancer dans la
recherche, mais c’est oublier que le Mastère Spécialisé est un vivier d’étudiants, de
professeurs et d’intervenants qui peuvent vous aider à affiner votre approche du sujet et s’en
passer permet parfois de passer à côté de choses importantes.

Pour ma part, j’ai commencé cette approche pendant le formation en échangeant avec Marion
Garnier et les autres étudiants de ma promotion. Parlez-leur ! Ils seront autant de sources
d’inspirations sur lesquelles vous pourrez vous appuyer pour faire ressortir une problématique
qui vous parlera. J’ai également fait mes premières recherches de documentation en utilisant
la BDD de l’école pendant le MS. L’idée était surtout de manipuler l’outil afin de pouvoir
faire les recherches plus tard en autonomie.

En revanche, j’ai commencé réellement à travailler sur la thèse à l’issue des cours.

Comment se lancer ? Par quoi démarrer sa thèse


professionnelle ?
Normalement, si vous avez choisi votre thème par affinités, vous aurez davantage envie
d’éplucher les premières couches du sujet. Le but n’est pas de commencer la lecture ou encore
moins la rédaction, mais d’affiner votre approche, de vous dire : « Ok, voici un thème qui
m’intéresse. Maintenant, quel aspect je souhaite traiter ? Qu’est-ce que je veux montrer ? ».

Le travail peut paraître titanesque et c’est ce qui peut vous amener à toujours remettre la thèse
au lendemain. C’est pourquoi, il ne sert à rien de se lancer tête baissée dans le travail de
recherche : il vous faut commencer petit pour voir se dessiner peu à peu dans votre esprit
l’ébauche d’un plan.

La base, c’est :

1. Etat de l’Art
2. Etude quali ou quanti (ou les 2 si vous êtes motivés !)
3. Confrontation des résultats de votre étude avec la théorie mise en avant à l’étape 1

Du coup, il faut avant tout vous consacrer sur l’étape 1. Celle-ci vous permettra cependant de
cerner davantage votre problématique et de maîtriser les bases de votre thèse. Une fois encore,
commencez petit : partez du plus général pour aller vers le plus spécifique. Pour ma part je
savais plus ou moins que je souhaitais travailler sur les jeux vidéo et le consentement à payer :
j’ai donc commencé par rechercher des articles globaux traitant de ce qu’est un jeu vidéo, de
ce qu’est le consentement à payer et de fil en aiguille je me suis retrouvé à rechercher des
textes beaucoup plus spécifiques tels que les sensations recherchées dans la pratique du jeux
vidéo ou les éléments psychologiques décisifs dans le processus d’achat. A ce stade, j’ai
retrouvé à plusieurs reprise la notion de motivation à jouer. J’ai décidé d’en faire la passerelle
entre les 2 éléments de ma problématique et je me suis alors mis à rechercher des textes sur
les motivations à jouer et les motivations à payer.
Si votre thème est cohérent, en commençant simple vous finirez par découvrir toute la
richesse du sujet que vous traitez et les hypothèses que vous souhaiterez étudier dans la partie
2 viendront naturellement.

Thèse professionnelle : comment s’organiser ? Quel temps


quotidien on y consacre ? Pendant combien de temps ?
Il n’y a pas de secret : il faut vous bloquer des plages horaires à l’avance pour travailler
exclusivement sur la thèse, avec des objectifs spécifiques (recherche de textes, lecture de
textes, rédaction …).

Entre le moment où vous débuterez vos recherches et le moment où vous mettrez le


point final de votre thèse, il se déroulera un certain temps, et reprendre vos notes
écrites il-y-a quelques mois sur un texte difficile peut être bloquant. Je vais vous
donner une astuce … bon, ce n’est pas l’astuce du siècle mais elle m’a beaucoup
aidé à me lancer quand je regardais les textes de recherche s’empiler sur mon
bureau … en réalité, j’avais peur d’arrêter ma recherche documentaire car cela
voulait dire que j’allais devoir lire tous ces textes ! Mais si elle m’a aidé, c’est qu’elle
pourra probablement vous aider aussi : quand vous devez lire un texte, surlignez tout
ce qui vous parait important (cela peut être des paragraphes entiers). Lisez ainsi tous
vos textes une première fois.

A l’issue de votre première lecture, vous aurez un paysage global des thèmes que
vous abordez. Relisez alors uniquement les passages surlignés et décidez s’ils sont
vraiment essentiels. Si c’est le cas, reportez ces passages (entre guillemets car ce
sont des citations) dans un tableau excel où vous avez en colonne vos thématiques
principales (par exemple “jeux vidéos”, “motivations à jouer” et “consentement à
payer”) et en ligne les idées principales qui ressortent (par exemple pour la
motivation à jouer : “motivations liées à la compétition”, “motivations liées à la
socialisation”, etc …). Ainsi, en remplissant les cases de votre matrice au fur et à
mesure, vous comprendrez ce qui mérite que vous approfondissiez vos recherches
et ce qui peut être abandonné. Quand vous reprendrez votre tableau excel quelques
mois plus tard, vous saurez que les auteurs A, B et C défendent tous 3 l’hypothèse
que la compétition est une motivation à jouer importante par exemple.

Une fois votre tableau remplit et vos recherches complémentaires terminées, votre
tableau final vous donnera naturellement le plan idéal à suivre pour la rédaction de
votre première partie. Mieux encore : vous aurez déjà toutes les citations que vous
aurez à mettre pour chacune de vos parties, ce qui vous fera gagner beaucoup de
temps lors de l’écriture. N’hésitez jamais à créer de nouvelles lignes où à fusionner
des idées car c’est ainsi que vous aurez un plan qui tient la route.

Personnellement, j’ai travaillé environ 4 heures par jour pendant 1 semaines de vacances pour
terminer la recherche documentaire, l’analyse des textes et leur reporting dans mon tableau
récapitulatif. Ne me restait alors plus que l’écriture que j’ai bouclé en rédigeant entre 2 et 3
heures par jour pendant l’autre semaines de vacances que j’avais prise dans la foulée. A ce
stade, ma partie 1 était plus ou moins terminée et c’est là que j’ai sollicité Marion, ma tutrice,
pour qu’elle me donne son regard extérieur sur le travail que j’avais fait. Reste alors le
peaufinage, les recherches intermédiaires, les échanges avec le tuteur que vous ferez au
compte goutte.

Une fois la partie 1 terminée (et validée), vous pourrez vous lancer dans la partie 2. La
réalisation d’un questionnaire et sa soumission nécessitent un certain temps avant que vous
puissiez commencer à analyser les résultats. Ne sous-estimez pas ce délai.

Ensuite, tout dépend du rythme de chacun et de la taille du corpus de texte utilisé.

Et en cas de blocage ? 
D’où l’intérêt de choisir un sujet qui vous stimule ! Bloquer sur un texte, ne plus
savoir où on en est, si on a fait le bon choix … ce sont des étapes inévitables dans le
travail lié à la thèse ! Prenez du recul pendant quelques heures, quelques jours …
laissez la pression retombez et surtout (paradoxalement), ne vous forcez pas à aller
au bout tout de suite.

En laissant reposer vos connaissances fraîchement acquises, vous allez les


décanter et peu à peu, vous trouverez de nouvelles idées, de nouvelles approches
qui vous guideront et vous motiveront à vous remettre au travail avec une efficacité
accrue.

Quand vous bloquez, c’est le bon moment pour échanger avec votre entourage, vos
amis, vos parents, votre chat … de manière totalement informelle. C’est une bonne
manière de mettre de l’ordre dans vos idées et vous vous rendrez très vite compte
que vous vous êtes déjà fait votre propre opinion sur le sujet que vous avez choisi.
C’est aussi en échangeant que vous trouverez de nouvelles pistes de recherche,
découvrirez de nouvelles hypothèses ou de nouvelles colonnes à ajouter à votre
tableau.

Si vous bloquez réellement car vous ne trouvez pas de temps à consacrer à la thèse,
la mise en place d’un tableau récapitulatif est une fois encore une bonne chose car
elle va vous permettre de segmenter votre travail en micro-tâches : forcez-vous à lire
3 textes aujourd’hui, faites le reporting dans votre tableau le lendemain, etc … vous
vous donnerez ainsi des objectifs et un cadre dans lequel il est plus simple d’avancer
car le chemin sera jalonné.

Thèse professionnelle : comment gérer la relation avec son


tuteur?
Le tuteur n’est pas là pour vous enfoncer ou vous faire réécrire systématiquement
vos parties : il est un référent qui vous éclairera dans les moments de doute et vous
donnera un regard objectif sur ce que vous avez fait ou comptez faire. En outre, il
vous insufflera l’esquisse d’un périmètre au sein duquel vous pourrez évoluer : fixez
vous des dates avec lui, auxquelles vous ferez le point sur là où vous en êtes, cela
vous motivera à travailler sur le sujet au fur et à mesure.

Dès que vous avez des questions, notez-les de côté et faites-lui un tir groupé : en
voyant votre implication, votre tuteur ne manquera pas de s’impliquer également. S’il
est cependant beaucoup trop indisponible, c’est un problème. Peut-être est-il comme
vous et a beaucoup de travail par ailleurs ? Jalonner votre parcours de dates de
rendez-vous pour faire le point lui donnera également un cadre pour être à votre
écoute. Enfin, le fait d’échanger régulièrement avec votre tuteur vous permettra
d’éviter les déconvenues : si vous le contactez pour la première fois pour qu’il relise
votre partie 1, il y a de fortes chances qu’il vous demande de réécrire intégralement
cette dernière ! Ce serait dommage, non ?

Attention toutefois car c’est à vous d’aller vers votre tuteur, pas l’inverse ! Si vous ne
le sollicitez pas, il ne viendra pas vers vous pour vous demander où vous en êtes. 

En conclusion, si vous devez retenir une phrase de cet article, retenez que le
moteur de toute activité c’est l’intérêt : choisissez votre sujet non pas parce
qu’il vous permettra d’obtenir votre diplôme ou de rajouter une ligne sur votre
CV mais bien parce que celui-ci vous donne envie de travailler dessus… et vu
le temps que vous allez y passer, ce serait vraiment vous rendre service !

Auteur : Guillaume Prostak

Et si vous souhaitez lire le résultat, vous trouverez ici la thèse de Guillaume.

Comment rediger une thèse


Joe Wolfe
Ecole de Physique
L'Université de Nouvelle-Galles du Sud
Sydney 2052 Australie
Version anglaise: How to write a PhD thesis

Version espagnole: Cómo escribir una tesis de doctorado

Version italienne: Come scrivere una tesi di dottorato

Ce guide à la rédaction d'une thèse donne quelques conseils simples et pratiques:


comment débuter, comment s'organiser, comment diviser la tâche énorme en
morceaux moins effrayants et comment attaquer ces morceaux. Il donne également
quelques indices pratiques pour survivre à l'épreuve. Une structure est suggérée et un
guide de ce que l'on devrait mettre dans chaque section est proposé. Ce guide a été
écrit d'abord pour les thésards en physique, et la plupart des exemples spécifiques
donnés sont issus de cette discipline. Néanmoins, le retour des lecteurs indique qu'il a
été consulté et apprécié par des étudiants dans divers domaines: dans les lettres aussi
que dans les sciences.
o Comment débuter
 Un plan

 L'organisation
 Un horaire
 Solution itérative
o Qu'est-ce qu'une thèse? Pour qui l'écrit-on? Comment devrait-elle être écrite?

 Combien de détails?
 Indiquez clairement ce qui est à vous
 Style
 Présentation
 Combien d'exemplaires?
 Personnel
 Coda
o Une structure de thèse

o Comment survivre à une soutenance de thèse

Comment débuter
Au moment de commencer, la rédaction d'une thèse semble être une tâche longue et
difficile. C'est parce que elle est une tâche longue et difficile. Heureusement, elle
semblera moins intimidante après un ou deux chapitres. Vers la fin, vous y trouverez
même du plaisir---un plaisir fondé sur la satisfaction dans l'accomplissement et
l'amélioration de votre rédaction scientifique, et bien sûr, le fait que vous vous
approchez de la fin. Comme beaucoup de travaux, la rédaction d'une thèse semble le
plus difficile avant d'avoir commencé. Allons donc faire les premiers pas.

Un plan

D'abord, faîtes un plan de thèse: plusieurs pages contenant des titres de chapitre, des
rubriques, des titres de figure et de tables (pour indiquer quels résultats vont apparaître
et où) et peut-être d'autres notes et commentaires qui vous viendront à l'esprit. Vous
trouverez une section consacrée à la structure d'une thèse à la fin de ce texte. Une fois
que vous avez une liste de chapitres et, sous chaque rubrique, une liste
raisonnablement complète de choses à rapporter ou à expliquer, vous avez déjà brisé
une des barrières les plus difficiles. Quand vous vous asseyez pour taper, votre but
n'est plus une thèse---but intimidant---mais quelque chose de plus simple. Votre
nouveau but est simplement un paragraphe ou une section à propos d'une de vos
rubriques. Il est plus simple de commencer avec une section facile: ceci vous met dans
le bain et vous donne confiance. Dans une thèse scientifique, le chapitre le plus facile
à rédiger est souvent celui sur les matériaux et les méthodes---il s'agit simplement de
noter---soigneusement, formellement et dans un ordre logique---ce que vous avez fait.

Comment faire un plan de chapitre? Vous pourriez essayer la méthode que j'utilise
pour un article scientifique, méthode que j'ai apprise de mon maître de thèse:
assemblez toutes les figures que vous utiliserez dans le chapitre et mettez-les dans
l'ordre que vous utiliseriez si vous alliez expliquer à quelqu'un ce qu'elles veulent dire.
Vous pouvez aussi les préparer comme si vous alliez les expliquer oralement à un
collègue---après tout vous présenterez probablement plusieurs exposés basés sur votre
travail de thèse. Une fois que vous avez trouvé l'ordre le plus logique, notez les mots
clés de votre explication. Ces mots clés fournissent un squelette pour votre plan de
chapitre.

Une fois que vous avez établi un plan, discutez-le avec votre maître de thèse. Cette
étape est importante: primo, il aura des suggestions utiles. Secundo, cette réunion lui
signale qu'il doit s'attendre à voir arriver les chapitres, qui feront des demandes de
priorité élevée sur son temps. Une fois que vous et votre maître de thèse êtes d'accord
sur une structure logique, il conviendra de lui donner un exemplaire de ce plan pour
l'aider à se retrouver dans le flot des chapitres puisque ceux-ci se présenteront dans le
désordre. Si vous avez un deuxième maître de thèse, discutez le plan avec lui aussi,
afin qu'il puisse vous faire ses commentaires.

Organisation

Il est encourageant et utile de commencer un système de classement. Ouvrez, dans


votre logiciel de traitement de texte, un fichier différent pour chaque chapitre et un
pour les références. Vous pouvez mettre des notes dans ces fichiers, aussi bien que du
texte formel. En rédigeant un paragraphe dans le cadre du chapitre X, il vous arrivera
peut-être de penser à y faire référence dans le chapitre Y. Vous rédigerez donc une
note dans ce dernier, afin de vous en souvenir le moment voulu. Ou bien, vous
penserez à quelque chose d'intéressant ou relevant d'un autre chapitre. Plus vous aurez
accumulé de telles notes, plus la rédaction de ce dernier en sera facilitée.
Faîtes une copie de sauvegarde de ces fichiers et renouvelez ces sauvegardes
quotidiennement (selon la fiabilité de votre ordinateur et l'âge de votre disque dur). Ne
gardez jamais le disque de sauvegarde près de l'ordinateur au cas où le voleur
hypothétique qui aime votre ordinateur pensera aussi qu'il a besoin de quelques
disques. C'est une bonne idée de faire une copie de sauvegarde géographiquement
séparée de votre ordinateur. Par exemple, vous pourriez envoyer une copie de chaque
chapitre, par email, à un collègue dans une autre institution. Vous pouvez aussi vous
envoyer un exemplaire à vous même et le laisser au serveur, mais attention de ne pas
dépasser la limite de mémoire qui vous est accordée.

Vous devriez avoir aussi un système de classement pour vos papiers: une collection de
classeurs, un pour chaque chapitre. Cela vous fera du bien psychologiquement (ah, j'ai
déjà commencé) et réglera aussi le bordel sur votre bureau. Vos classeurs doivent non
seulement contenir les résultats et les pages de calculs, mais aussi toute sortes de
vieilles notes, références, courbes de calibration, les adresses de fournisseurs,
spécifications, spéculations, lettres des collègues: presque n'importe quoi qui vous
semble pertinent à un chapitre, mettez-le dans le classeur. Quand vous avez rédigé un
chapitre, mettez-le aussi dedans. Puis mettez tous les classeurs dans une boîte ou un
gros classeur. Regardez la taille de cette boite de temps en temps: ah---la thèse prend
forme!

Si vous avez des données qui n'existent que sur papier, copiez-les et gardez la copie
dans un endroit différent. Faîtes aussi une copie de votre journal de laboratoire. Cette
précaution est utile pour une seconde raison: après la thèse, le journal de laboratoire va
rester dans le labo, mais vous pourriez vous-même être amené à en avoir besoin un
jour. En plus, l'éthique scientifique exige que le laboratoire garde les données
originales pour au moins dix années, et il est plus probable qu'une copie soit trouvée
s'il en existe deux.

Lorsque vous êtes en train de vous organiser, vous devriez vous adresser à la
bureaucratie universitaire. Les membres du jury de thèse doivent être nommés, invités
etc., les formulaires exigés par votre département et par l'administration d'université
doivent être remplis. Les conseils d'un thésard récemment diplômé seront également
utiles.

Un horaire

Je recommande vivement une réunion avec votre maître de thèse afin d'établir un
planning pour votre rédaction: une liste de dates où vous lui donnerez les premiers et
deuxièmes jets de chaque chapitre. Ce planning structure votre temps et fournit des
objectifs intermédiaires. Si vous avez l'intention "d'avoir fini la thèse entière avant"
{une telle date distante}, vous pouvez tricher plus facilement. Par contre, si vous avez
promis à votre maître de thèse que vous lui donnerez un premier jet du chapitre 3
mercredi, votre attention sera concentrée sur la tache immédiate.

Solution itérative

Chaque fois que vous vous asseyez pour écrire, il est très important d'écrire quelque
chose. Donc écrivez quelque chose, même si ce n'est pas beau. Ce serait agréable si la
prose lucide et précise sautait du clavier sans effort, mais ce n'est que très rarement le
cas. Au contraire, la majorité d'entre nous trouve plus facile d'améliorer un texte
existant que de produire le texte lui-même, ab initio. Faites donc un premier jet (aussi
rude que ce soit) pour vous, et puis polissez-le plusieurs fois avant de le donner à votre
maître de thèse. Les logiciels de traitement de texte sont merveilleux pour ça: dans un
premier jet, vous n'êtes pas obligés de commencer au début, vous pouvez laisser des
espaces, vous pouvez mettre des petites notes pour vous-même, et puis vous pouvez le
transformer en texte lisible et polir l'ensemble plus tard.

Votre maître de thèse s'attendra à lire chaque chapitre sous forme d'ébauche. Il vous le
rendra avec ses suggestions et commentaires. Ne soyez pas déprimé si un chapitre---
surtout le premier que vous lui donnez---revient couvert d'encre rouge. Votre maître
de thèse voudra que votre thèse soit aussi bonne que possible, parce que sa réputation
aussi bien que la vôtre sera en jeu. L'écriture scientifique est un art difficile, et il faut
du temps pour l'apprendre. Par conséquence, il y aura beaucoup de façons par
lesquelles votre premier jet pourra être amélioré. Prenez donc une attitude positive à
tous les gribouillages avec lesquels votre maître de thèse décore votre texte: chaque
commentaire vous donne une possibilité d'améliorer votre document.

Pendant la rédaction de votre thèse, votre style d'écriture scientifique va certainement


s'améliorer. Même ceux qui écrivent bien dans d'autres styles améliorent énormément
leur écriture scientifique entre la première esquisse du chapitre rédigé en premier et le
dernier jet du chapitre rédigé en dernier. Le processus de rédaction d'une thèse est
comme un cours sur l'écriture scientifique, et dans ce sens chaque chapitre est comme
un devoir dans lequel vous apprenez, sans recevoir une note. Souvenez-vous, ce n'est
que la version finale et définitive qui compte: plus est grand le nombre de
commentaires que fait votre maître de thèse, mieux c'est. Ceci dit, ne lui donnez
jamais le premier jet!

Avant de soumettre un texte à votre maître de thèse, faites-le passer par un logiciel de
correction d'orthographe afin qu'il puisse se concentrer sur les points importants. Si
vous avez des défaillances grammaticales caractéristiques, ou une tendance à ajouter
des phrases informelles, prêtez-y une attention particulière avant de rendre votre
travail.

Qu'est-ce qu'une thèse? Pour qui l'écrit-on?


Comment devrait-elle être écrite?
Votre thèse est un rapport de recherche. Ce rapport concerne un problème ou une série
de problèmes dans une spécialité. Il devraient décrire ce qui était connu
précédemment, ce que vous avez fait pour résoudre le(s) problème(s), ce que veulent
dire vos résultats, les nouveaux problèmes soulevés par vos recherches, et comment
ces nouveaux problèmes peuvent être résolus. Une thèse est très différente d'un devoir
d'étudiant: le lecteur d'un devoir est d'habitude celui qui a posé la question. Il connaît
déjà la réponse (ou une des réponses), sans parler de l'origine, la documentation, les
suppositions et théories et les forces et faiblesses de celles-ci. Les lecteurs d'une thèse
ne connaissent pas la "réponse". Dans le cas d'une thèse de doctorat, l'université exige
un apport original à l'état des connaissances actuel.
Evidemment, votre thèse s'adresse en premier lieu aux membres de votre jury. Ce
seront des experts du domaine scientifique dans le cadre duquel vous avez effectué vos
recherches. Mais l'expert mondial concernant votre sujet, c'est vous, ne l'oubliez
jamais. Vos lecteurs n'auront probablement pas consacré leurs trois ou quatre dernières
années à ce sujet. Vous n'écrivez pas pour vous-même, mais pour eux, et votre exposé
doit être suffisamment clair pour leur permettre de comprendre.

Votre thèse sera aussi utilisée comme un rapport scientifique et sera consultée par de
futurs chercheurs dans votre laboratoire et ailleurs, qui voudront savoir, en détail, ce
que vous avez fait. Les thèses sont parfois consultées par des personnes appartenant à
d'autres institutions, et la bibliothèque envoie des copies à partir de la version sur
microfilm (oui, toujours) à ceux qui les demandent. De plus en plus, les thèses sont
entreposées sous une forme entièrement numérique (les figures aussi bien que le texte
sous forme numérique). Une conséquence de ceci est que votre thèse peut être
consultée facilement par les chercheurs du monde entier. Rédigez dans cette optique.

Il est souvent utile de demander à quelqu'un d'autre que votre maître de thèse de lire
quelques sections de la thèse, en particulier l'introduction et la conclusion. Demandez
aussi aux autres professeurs ou chercheurs de lire les sections de la thèse qu'ils
peuvent trouver pertinentes ou d'intérêt, parce qu'ils peuvent être capables de faire des
apports précieux. Dans les deux cas, ne leur soumettez que la version révisée, afin
qu'ils ne gaspillent pas le temps à corriger votre grammaire, style ou présentation.

Combien de détails?

Plus que pour un article scientifique. Une fois votre thèse reliée et vos amis ayant lu
les trois premières pages, il est probable que les seules personnes susceptibles de lire
votre travail dans l'avenir soient celles qui effectuent des recherches sur ce sujet. Par
exemple, un futur étudiant de recherche peut poursuivre la même recherche et sera
intéressé à découvrir exactement ce que vous avez fait. ("Pourquoi ne fonctionne-t-il
plus le machin qu'a construit Dupont? Où est le dessein du circuit? Je regarderai sa
thèse." "l'algorithme de Durand ne converge pas dans mon espace paramétrique. Je
dois chercher sa thèse." "Comment ce groupe a réussi à faire marcher cette technique?
Je demanderai un exemplaire de la thèse qu'ils ont citée dans leur article.") Pour des
composants importants du matériel, vous devriez inclure des dessins d'atelier, les
dessins de circuit que vous avez faits et le code des logiciels que vous avez écrits,
souvent en forme d'annexes. (Lorsqu'on y est, l'annotation intelligible de code est rare,
mais désirable. Vous avez écrit cette ligne de code pour une raison: à la fin de la ligne
expliquez la raison.) Vous avez déjà lu les thèses d'étudiants antérieurs dans le labo où
vous êtes maintenant, donc vous savez déjà les avantages d'une thèse qui explique
clairement, et/ou les inconvénients d'une thèse vague.

Indiquez clairement ce qui est à vous

Si vous utilisez un résultat, une observation ou une généralisation qui ne sont pas
vôtre, vous devez indiquer où dans la littérature scientifique ce résultat est rapporté.
Les seules exceptions sont des cas où chaque chercheur dans le champ le sait déjà: les
équations de la dynamique peuvent être écrites sans citer Newton, l'analyse du circuit
peut se passer d'une référence à Kirchoff. La raison de cette obligation qui nous
incombe en tant qu'écrivain en sciences est qu'elle permet au lecteur de vérifier la
fondation scientifique de la recherche. La physique, dit-on, est une science verticale:
les résultats sont construits à partir des résultats qui, à leur tour, sont construits à partir
d'autres résultats. Des références exhaustives et précises nous permettent de vérifier
les bases de chaque addition à la structure de la science, ou au moins de les retracer à
un niveau que nous jugeons être fiable. Des références disent aussi au lecteur quelles
parties de la thèse sont des descriptions de ce qu'on connaissait déjà, et quelles parties
sont vos additions à cette connaissance. Dans une thèse, écrite pour un lecteur qui n'est
pas forcement familier avec la littérature spécialisée de votre domaine, ce devrait être
particulièrement clair. Il peut être tentant d'omettre une référence afin de faire croire
aux lecteurs qu'une bonne idée ou un joli morceau d'analyse est vôtre. Je déconseille
vivement de courir ce risque. Le lecteur pensera probablement: je me demande si cette
idée est originale?" Le lecteur peut le savoir par une visite au web ou à la bibliothèque,
ou même par un coup de téléphone.

Je préfère la voix active pour une thèse, mais si vous écrivez dans la voix passive,
soyez spécialement soigneux d'indiquer qui a fait quoi. "L'échantillon a été préparé en
chauffant yttrium..." ne le rend pas clair si vous avez fait ceci ou si le fournisseur
d'yttrium l'a fait. "J'ai préparé l'échantillon." est clair.

Style

Le style de votre thèse est important, mais si l'idée d'accepter les conseils d'un
anglophone là-dessus vous gêne, passez tout de suite à la rubrique prochaine.

Le texte doit être clair. Une thèse bien écrite sera plus facile à lire, ce qui vous
apportera quelques avantages. L'écriture scientifique doit être un peu formelle---
certainement plus formelle que le texte que vous lisez. N'oubliez pas que ceux qui
lisent le français sont une minorité, et l'argot et la langue informelle seront plus
difficile pour un lecteur non-francophone.

Des mots courts et des phrases simples sont généralement meilleurs. Pourtant, il
arrivera que vous ayez besoin d'une phrase compliquée parce que l'idée est
compliquée. Si votre déclaration fondamentale exige plusieurs qualifications, chacune
de celles-ci peuvent avoir besoin d'une phrase: " Quand [qualification], et où
[stipulation], et si [condition] alors [déclaration]." Quelques mots techniques longs
seront aussi nécessaires dans beaucoup de thèses, en particulier dans les domaines tels
que la biochimie. Ne sacrifiez pas la vérité pour la brièveté. "Noir est blanc " est
simple et frappant. Ça plaira à un écrivain de publicité. "Des objets dont les albédos
sont très différents peuvent être éclairés différemment afin de produire de spectres de
réflexion semblables" est plus compliqué et utilise des mots moins communs, mais en
comparaison avec l'exemple précédent, a l'avantage d'être vrai. Le deuxième exemple
irait très bien dans une thèse de physique parce qu'un physicien francophone n'aura
pas de problème avec ces mots. (Un physicien qui ne connaitrait pas tous ces mots
serait heureux de remédier à ses lacunes soit par le contexte, soit en consultant un
dictionnaire.)

Quelquefois il est plus facile de présenter de l'information et des discussions par une
série de points numérotés, plutôt que par un ou quelques paragraphes longs et
maladroits. Une liste de points est souvent plus facile à écrire. Vous devriez pourtant
être prudent de ne pas trop vous servir de cette présentation: votre thèse doit être une
discussion persuasive, et non pas seulement une liste de faits et d'observations.

Un choix stylistique important est entre la voix active et voix passive. La voix active
("j'ai mesuré la fréquence...") est plus simple, et il rend tout de suite clair ce que vous
avez fait et ce qui a été fait par des autres. La voix passive ("la fréquence a été
mesurée...") rend plus faciles des phrases ambigües, incorrectes ou maladroites. Ce
choix est une question de goût: Je préfère l'actif parce que c'est plus clair, plus logique
et elle rend simple l'attribution. Les avantages cités pour la voix passive sont les
suivants (i) beaucoup de thèses sont écrites dans la voix passive, et (ii) des gens très
polis trouvent l'usage du "je" impudique.

Présentation

Il n'est pas nécessaire de transformer votre thèse en chef-d'oeuvre d'édition. Votre


temps et énergie peuvent être plus effectivement dépensés à améliorer le contenu que
l'apparence.

Souvent, un diagramme clair et acceptable peut être dessiné à la main plus rapidement
qu'avec un logiciel graphique. Si vous allez poser la thèse en forme électronique, vous
pouvez scanner la version faite à la main et, en noir et blanc, elle ne saura pas un
fichier énorme.

En général, les étudiants passent trop de temps sur les diagrammes---temps qui aurait
pu être passé en critiquant les discussions, en rendrant plus claires les explications, en
cherchant des erreurs et en réfléchissant d'avantage sur la signification des résultats.
La raison est que dessiner est plus facile que penser.

Les lecteurs ne sont pas impressionnés par une thèse qui est trop longue. Ils ne seront
pas contents de devoir lire une grande quantité texte vague ou inutile.

La fin.

Une date limite est très utile pour plusieurs raisons. Vous devez rendre la thèse, même
si vous pensez que vous devriez faire encore un jet de ce chapitre, ou changer l'ordre
de cette section, ou un autre raffinement quelconque. Si vous n'avez pas de date limite,
ou si vous considérez de la remettre à plus tard, je vous prie d'accepter qu'une thèse est
un travail aussi grand que vous ne pouvez pas la rendre parfaite dans une durée finie.
Il y aura inévitablement des choses que vous auriez pu faire mieux. Il y aura
inévitablement quelques fautes. En effet, grâce à une loi proche à celle de Murphy,
vous en découvrirez un quand vous ouvrez la copie qui vient d'arriver du lieur.
N'importe combien vous réfléchissez et combien de fautes vous y trouvez, il y aura
quelques choses qui pourraient être améliorées. Inutile d'espérer que les examinateurs
ne les remarqueront pas: beaucoup d'examinateurs se sentent obligés de trouver des
exemples d'améliorations (sinon erreurs) seulement pour montrer qu'ils l'ont lue. Faites
donc une date limite et respectez-la. Rendez la thèse aussi bonne que vous ne pouvez
dans ce temps, et puis soumettez-la! (En réfléchissant, je vois un avantage pour les
thèses rédigées avant les processe-textes. On payait un dactylographe pour la taper et
on n'avait pas l'argent pour le faire plus d'une fois.)
Combien d'exemplaires?

Discutez cette question avec votre maître de thèse. Pour les membres du jury, les
bibliothèques d'université et pour vous bien sur. Mais vous devriez faire des
exemplaires pour distribuer. Ces exemplaires devraient être envoyées aux autres
chercheurs qui travaillent dans le champ afin que:
o ils peuvent découvrir quel travail merveilleux vous avez fait avant qu'il ne
paraisse dans les journaux;
o ils peuvent voir les détails de méthodes et résultats qui vont été publiés plus
brièvement ailleurs;
o ils peuvent se rendre compte que vous êtes un excellent chercheur.

Ces réalisations pourraient être utiles si une place apparaît dans leurs labos, ou s'ils
sont les lecteurs de votre proposition pour un contrat de recherche post-doctorale.
Simplement avoir votre nom sur leurs étagères peut être un avantage.

Le commentaire suivant est de Marilyn Ball de l'Université Nationale Australienne à


Canberra: " Quand j'avais fini ma thèse, un postdoc m'a sagement conseillé de donner
un exemplaire à mes parents. Je n'aurais jamais pensé à faire ça, parce que je ne
pouvais pas imaginer ce qu'ils en feraient. Je suis quand même heureuse d'avoir suivi
son conseil, parce que mes parents ont vraiment apprécié d'en recevoir un exemplaire
et l'ont montré fièrement pendant des années. (Ma mère n'avais jamais fini le lycée et
mon père travaillais à construire et à réparer les camions. Néanmoins, ils étaient ravis
d'avoir un exemplaire de ma thèse.)

Personnel

Dans la situation idéale, vous pourrez passer une grande partie---peut-être la


majorité---de votre temps à la rédaction de votre thèse, ce qui peut être mauvais pour
votre santé physique et mentale.
Dactylographie
Orientez votre chaise et ordinateur correctement. Le service de santé de l'université ou
les dactylographes professionnels pourront vous donner les conseils ou une affiche
avec des hauteurs relatives recommandées, des allures saines et aussi des exercices
que vous devriez faire si vous passez beaucoup de temps au clavier. C'est important:
vous ne voudriez pas être embêté par les douleurs de dos ou de cou. Essayez
d'interrompre de longues séances au clavier avec d'autres tâches.

Si vous ne savez pas taper par touche, vous devriez l'apprendre aussi bien pour la
productivité que pour la santé de votre cou. Il y a plusieurs bons logiciels qui vous
enseignent la dactylographie interactivement. Si vous en utilisez un pour disons 30
minutes par jour pendant deux semaines, vous serez capable de taper par touche. D'ici
jusque à la fin de la thèse, la vitesse d'écriture gagnée ainsi vous repayera plus que les
dix heures investies avec le logiciel. Soyez prudent, pourtant, de ne pas utiliser les
exercices de dactylographie pour éviter de travailler sur la thèse.

Exercice
Ne laissez pas tomber l'exercice physique pendant la rédaction. Le manque d'exercice
vous fait sentir mal dans la peau, et vous n'avez pas besoin d'autre raisons pour sentir
mal en rédigeant une thèse. 30-60 minutes d'exercice par jour n'est pas temps de
rédaction perdu: je trouve que si je ne fais pas d'exercice régulier, je dors moins bien
et plus longtemps. Allez à la fac au pied, ou, si elle est loin, sortez du métro quelque
stations avant. Beaucoup de gens remarquent qu'une promenade les aide à penser, ou
éclaircit la tête. Vous pourriez trouver que des promenades de temps en temps
améliorent votre productivité.
Nourriture
N'oubliez pas de manger, et fait un effort à manger de la nourriture saine. Vous ne
devriez pas perdre la forme ou risquer une maladie à ce temps critique. L'exercice est
bon pour vous donner de l'appétit. Évidemment vous avez peu de temps pour cuisiner,
mais gardez un stock de fruits, de légumes et de pain. Il prend moins de temps pour
faire un sandwich ou une salade que d'aller au fast food du coin, et vous sentirez
meilleur après.
Produits psychoaffectifs
Les thésards ont une longue tradition de se servir du café comme stimulant et des
boissons alcoolisées ou la marijuana comme relaxants. Usagé en modération ne
semble pas avoir d'effets négatifs sur la qualité de thèse produite. Cependant, les excès
réduisent évidemment la productivité: plusieurs cafés doubles et vous volerez trop
pour s'asseoir et écrire; plusieurs digestifs le soir vous ralentirent le lendemain.
Les autres
Les autres compatiront avec vous, mais ne les oubliez pas. Époux, amants, famille et
copains ne devraient pas être sous-estimés. Passez du temps avec eux et, en faisant,
amusez-vous bien. Ne passez pas votre temps ensemble à vous plaindre au sujet de
votre thèse: ils s'offensent déjà de la thèse parce qu'elle vous sépare d'eux. Si vous
pouvez trouver un autre thésard, pas forcement dans la même discipline, ça pouvait
être thérapeutique de se plaindre à l'un l'autre au sujet des maîtres de thèse et des
difficultés.

Coda

Rédiger une thèse est du travail dur. Un postdoc anonyme m'a dit: "Vous devriez leur
dire qu'il va être désagréable, qu'il bouleversera leurs vies, qu'ils devront laisser
tomber leurs amis et leurs vies sociales pendant quelques temps. C'est une période
dure pour presque chaque étudiant." Elle a raison: c'est du travail certainement dur, ce
sera probablement stressant et vous devez y adapter votre rythme à lui. C'est aussi un
rite de passage important. De la part de savants partout, je vous souhaite 'merde' pour
la thèse!

Une structure suggérée


La table des matières et titres du chapitre ci-dessous n'est qu'une suggestion. Dans
quelques cas, un ou deux de ces rubriques peuvent être sans rapport pour votre thèse.
Les chapitres de résultats et discussion sont souvent comblés dans plusieurs chapitres.
Réfléchissez au plan de chapitres et décidez ce qui est le meilleur pour rapporter votre
travail. Puis faîtes une liste de rubriques qui indiquera ce que vous allez mettre dans
chaque chapitre. Essayez de faire cette liste en détail, afin que vous finissiez avec une
liste de points qui correspondent aux subdivisions ou même aux paragraphes de votre
thèse. A cette étape, pensez soigneusement au sujet de la logique de la présentation:
dans chaque chapitre, il est souvent possible à présenter les idées dans des ordres
différents, et ces versions différentes ne seront pas également faciles à suivre. Si vous
faites un plan de chaque chapitre et section avant de commencer à rédiger, le résultat
sera probablement plus clair et plus facile à lire. Ce sera aussi plus facile à écrire.
Pages introductoires
Dans la version originale de ce document, je donne une liste de pages introductrices
selon les règles et traditions des universités anglophones. Pour une thèse française, je
vous conseille de demander au bureau d'études doctorales de votre institution s'ils ont
des règles, et aussi de regarder des exemples de thèses récentes qui n'ont pas subi de
problèmes bureaucratiques. D'habitude, une thèse française a une page de titre qui
présente:
le nom de l'institution
le type de thèse
la spécialité
le nom du doctorant
le titre de la thèse
la date de la soutenance
les noms des membres du jury, avec le président et le(s) rapporteur(s) indiqués.
Elle est suivie par une page (facultative) de remerciements, une table de matières, et
puis les chapitres de la thèse. Le résumé, en français et en anglais, se trouve à la fin. Je
discute le résumé avant de passer aux autres composants de la thèse dans l'ordre
normal.
Résumé
De toute votre thèse, cette partie sera celle qui aura le publique le plus grand. Il est
mieux de l'écrire vers la fin, mais pas à la dernière minute parce que vous aurez besoin
d'en faire plusieurs jets. En plus, le résumé a une telle importance que ça vaut
vraiment la peine de demander à un collègue ou copain anglophone d'éditer votre
version. Le résumé devrait être une distillation de la thèse: une description concise du
problème(s) adressé(s), votre méthode pour le(s) résoudre, vos résultats et conclusions.
Un résumé doit être indépendant. D'habitude il ne contient pas de références. Quand
une référence est nécessaire, ses détails devraient être inclus dans le texte du résumé.
Vérifiez la limite de longueur avec votre fac.
Remerciements
La plupart de thésards mettent, dans une page, leurs remerciements à ceux qui les ont
aidés directement dans des matières scientifiques, et aussi à ceux qui les ont aidés
indirectement en fournissant de telles qualités indispensables comme la nourriture,
l'éducation, le patrimoine génétique, le support financier, de l'aide, du conseil, de
l'amitié etc. Si une partie de votre travail est une collaboration, vous devez indiquer
clairement qui a fait quelles parties du travail.
La table de matières
Le chapitre d'introduction commence sur la page 1. Si vous voudriez numéroter les
pages précédentes, faîtes-le avec des chiffres romains. Il est très utile de mettre les
rubriques de sous-divisions de chaque chapitre, aussi bien que les titres du chapitre.
Souvenez-vous que la thèse peut être utilisée comme une référence dans le labo, donc
il est important de pouvoir y trouver facilement ce qu'on y cherche.
Introduction
Quel est le sujet et pourquoi est-il important? Expliquez le(s) problème(s) aussi
simplement que vous ne pouvez. Souvenez-vous que vous avez travaillé sur ce projet
pour quelques années, donc vous le connaissez très bien. Essayez de reculer
mentalement et de prendre une vue plus générale du problème. Quel est le rapport de
votre problème avec les grandes thèmes de votre discipline?
Surtout dans l'introduction, ne surestimez pas la familiarité du lecteur avec votre
sujet. Vous écrivez pour les experts dans votre discipline, mais ils ne sont pas
spécialistes dans votre sujet particulier. Il est utile d'imaginer une personne
particulière---pensez à un collègue que vous avez peut-être rencontré à une conférence
pour votre discipline, mais qui travaillait dans un domaine différent. Elle est
intelligente, elle a la même formation générale, mais elle connaît peu la littérature ou
les techniques spécifiques de votre sujet particulier.

L'introduction doit être intéressante. Si le lecteur la trouve fatiguante, il est


improbable que vous ranimerez son intérêt dans le chapitre de matières et méthodes.
Pour le premier paragraphe ou deux, la tradition autorise une langue qui est moins
sèche que la norme scientifique. J'espère que votre sujet vous inspire toujours, et voilà
l'endroit pour en profiter. Essayez de inspirer le lecteur de vouloir lire le tome qui est
arrivé sur son bureau. Allez à la bibliothèque et lisez les introductions de plusieurs
thèses. Y en avait-il certaines qui vous ont donné le désir d'en lire d'avantage? Y en
avait-il d'autres qui étaient ennuyeux?

Ce chapitre va probablement passer par plusieurs jets, pour qu'il puisse être simple,
logique, court et intéressant à la fois. Pour ce chapitre, je trouve qu'il est utile de
demander à quelqu'un qui n'est pas spécialiste de le lire et d'y faire des critiques. Est-
ce que c'est une introduction suffisante? Est-il facile de suivre? Il y a des arguments
pour rédiger ce chapitre---ou au moins pour en faire une révision majeure---vers la fin
de la rédaction de la thèse. Votre introduction devrait dire où la thèse se dirige, ce qui
deviendra plus clair pendant la rédaction. En plus, ce chapitre a besoin de tout ce que
vous allez apprendre au sujet de la rédaction scientifique.

Revue de la Littérature
D'où vient ce problème? Qu'est-ce qu'on en sait déjà su au sujet? Quelles sont des
autres méthodes qu'on a essayées pour le résoudre?

En principe, vous aurez déjà fait beaucoup de travail dur, si vous avez bien regardé les
journaux du sujet comme vous vous avez promis à faire il y a trois années. Si vous en
avez déjà résumé les papiers importants pour vous, vous avez un bon point de départ
pour la revue.

Combien d'articles à citer? A quel point doivent-ils être pertinents pour être inclus?
C'est une question difficile. Une centaine est raisonnable pour beaucoup de thèses,
mais il dépend du champ. Vous êtes l'expert mondial sur le sujet (étroit) de votre
thèse: vous devez démontrer ceci dans votre revue.

Un point rudement politique: n'oubliez pas de citer des articles pertinents publiés par
les membres de votre jury, ou par les chefs de labo à qui vous pouvez envoyer un
exemplaire de la thèse dans l'année prochaine.

Les chapitres du milieu

Dans certaines thèses, les chapitres du milieu sont simplement les articles du journal
dont le candidat était l'auteur principal. Il y a plusieurs raisons d'éviter ce format.
Une des raisons est que, dans une thèse, il est permis et attendu que le niveau de détail
soit plus profond que celui d'un article dans une revue scientifique. Pour des
publications, on est d'habitude obligé de réduire le nombre de courbes. Dans beaucoup
de cas, toutes les données et des cas intéressants peuvent être inclus dans la thèse, et
pas simplement celles qui sont déjà parues dans le journal. Le détail expérimental est
plus explicite dans une thèse. Relativement souvent, un chercheur demande un
exemplaire d'une thèse afin d'avoir d'avantage de détail sur la façon dans laquelle
l'étude a été faite.

Une autre raison est qu'il y aura probablement de la matière en commun parmi les
sections 'Matières et méthodes" de vos publications.

La structure exacte des chapitres de milieu variera de thèse en thèse. Souvent dans une
thèse, il est nécessaire d'établir un fond théorique, de décrire les techniques
expérimentales, et puis de rapporter ce qui a été fait sur plusieurs problèmes différents
ou des étapes différentes du problème, et puis finalement de présenter un modèle ou
une nouvelle théorie basé sur le nouveau travail. Pour une telle thèse, les titres de
chapitre peuvent être: Théorie, Matières et Méthodes, {premier problème}, {seconde
problème}, {troisième problème}, {théorie ou modèle proposé} et puis le chapitre de
conclusion. Pour d'autres thèses, ce serait plus logique de discuter des techniques
différentes dans des chapitres différents, plutôt qu'avoir un seul chapitre de matières et
méthodes. Voici donc quelques commentaires sur les éléments de matières et
méthodes, théorie, résultats et discussion, qui ne vont pas toujours correspondre
chacun à un chapitre.

Matières et Méthodes
Ce chapitre varie énormément de thèse en thèse, et peut être absent dans une thèse
théorique. Le principe est simple: il devrait être possible pour un chercheur compétent,
suivant votre description, de reproduire exactement ce que vous avez fait. Il est bien
probable que cette épreuve sera mise en route: un jour après que vous soyez parti, un
autre chercheur voudra faire une expérience semblable, ou dans le même labo et avec
votre appareil, ou indépendamment ailleurs. S'il vous plaît, rédiger ce chapitre pour
rendre facile la tache de ce chercheur.

Dans certaines thèses, en particulier des thèses pluridisciplinaires ou de recherche


appliquée, on peut avoir plusieurs tels chapitres. Dans ce cas, les disciplines
différentes devraient être indiquées dans les titres de chapitre.

Théorie
Quand vous rapportez une analyse théorique qui n'est pas original, vous devriez y
mettre matière suffisante pour permettre au lecteur de comprendre le développement et
ses bases physiques. Parfois vous allez présenter la théorie ab initio mais vous ne
devez pas reproduire deux pages d'algèbre que le lecteur pourrait trouver dans un texte
standard. Ne mettez pas de la théorie qui n'a pas de rapport avec le travail que vous
avez fait.

En rédigeant la section théorie, pensez au moins aussi aux discussions physiques


comme qu'aux équations. Que veulent dire ces équations? Quels sont les cas
importants?
Quand vous rapportez votre propre travail théorique, vous devez mettre plus de détail,
mais considérez placer de longues dérivations aux annexes. Pensez aussi à l'ordre plus
logique et au style de présentation: l'ordre dans lequel vous avez fait le travail n'est pas
toujours le plus clair pour la présentation.

Le suspens n'est pas nécessaire pour rapporter la science: vous devriez dire au lecteur
où vous allez le conduire avant que vous ne commenciez. (Et bien sûr, vous pouvez lui
dire après ou vous l'avez amené.)

Résultats et discussion
Des sections de résultats et discussion sont souvent mis dans plusieurs chapitres d'une
thèse. Cette pratique est recommandée à cause de la longueur d'une thèse: vous pouvez
avoir plusieurs chapitres de résultats et, si vous attendez jusqu'à ce qu'ils soient tous
présentés avant de les discuter, le lecteur risque d'avoir oublié le sujet dont vous
parlez.

Faites attention que vous avez décrit les conditions sous lesquelles vous avez obtenu
chaque série de résultats. Quels paramètres ont été tenus constants? Quels étaient les
valeurs des autres paramètres pertinents? Montrez les erreurs de mesure et servez-vous
des épreuves statistiques appropriés aux comparaisons et aux analyses que vous faites.

Faites attention aussi avec vos courbes. L'origine et l'intercepte sont souvent
importants donc, à moins que l'échelle de vos axes et la gamme de vos données le
rendent impossible, les zéros des deux axes (ou d'une axe) devraient paraître sur la
courbe. Vous devriez montrer des barres d'erreur sur chaque donnée, à moins que les
erreurs soient très petites. Pour une mesure seule, la barre devrait être votre évaluation
des erreurs expérimentales dans chaque coordonnée. Pour mesures multiples, les
barres devraient inclure l'erreur type. ?? (standard error?) Dans un ensemble de
données, les erreurs peuvent être très variables, donc, où c'est le cas, vos régressions
doivent être faites en minimisant la somme de carrés du rapport de la différence pour
chaque point à son erreur. C'est une lacune dans beaucoup de logiciels de
manipulation de données et de courbes. Mike Johnston, étudiant à UNSW, a écrit un
logiciel qui fait des courbes avec de telles régressions. Il se trouve à
www.phys.unsw.edu.au/3rdyearlab/graphing/graph.html.

Dans la plupart des cas, vos résultats ont besoin de discussion. Qu'est-ce qu'ils
signifient? Quelle contribution font-ils à la connaissance humaine? Sont-ils en accords
avec les théories courantes? Donnent-ils de nouvelles perspectives? Suggèrent-ils de
nouvelles théories ou mécanismes?

Essayez de vous éloigner de votre perspective habituelle et regardez votre travail


comme de loin. Ne vous demandez pas simplement ce qu'il veut dire selon
l'orthodoxie de votre propre groupe de recherche, mais aussi comme d'autres gens
dans le champ---ou même des non-spécialistes---peuvent le voir. A-t-il des
implications qui n'ont pas de rapport avec les questions sur lesquelles vous avez
commencé?

Chapitre final, références et annexes

Conclusions
Vos conclusions vont apparaître dans votre résumé mais dans très brève forme, parce
qu'il doit inclure aussi d'autre matière. Un résumé de conclusions peut être plus long
que la conclusion du résumé, et vous avez donc l'espace d'être plus explicite et plus
prudent avec les qualifications. Vous pouvez le trouver utile de mettre vos conclusions
dans un liste de points.

Il est souvent le cas qu'une enquête scientifique livre plus de questions que de
réponses. Votre travail suggère-t-il des questions supplémentaires intéressantes? En
quelle façon peut-on améliorer une étude comme le votre dans l'avenir? Quelles sont
les implications pratiques de votre travail?

Ce chapitre devrait être raisonnablement court---peut-être quelques pages. Comme


avec l'introduction, je pense que c'est une bonne idée de demander à un non-spécialiste
de le lire et d'y faire des critiques.

Références (voir aussi Revue de littérature)


Vous serez probablement tenté d'omettre les titres des articles cité, et l'université
autorise cette pratique, mais pensez à tous les fois quand vous avez cherché une
référence pour trouver, simplement en regardant son titre, que ce n'était pas utile après
tout.
Annexes
S'il y a du matériel que devrait être dans la thèse mais qui romprait le fil ou qui
ennuierait le lecteur insupportablement, mettez-le dans une annexe. Typiquement, les
annexes contiennent: logiciels importants et originaux, dossiers de données qui sont
trop grands à être mis dans les chapitres des résultats, courbes ou tables de données de
résultats qui ne sont pas suffisamment importantes pour garder dans le texte principal.

Distribution
Si vous avez trouvé utiles ces documents, je vous invite à donner ou l'adresse ou un
exemplaire imprimé à vos collègues thésards ou aux organisations d'étudiants. Je vous
prie de ne pas les vendre ni d'utiliser le contenu sans citer l'auteur.

Suggestions, remerciements et avertissements


Ce document sera révisé de temps en temps. Si vous avez des suggestions pour
l'améliorer, envoyez-les s'il vous plaît. Mais faites-le après la soutenance: n'utilisez
pas cette invitation pour prolonger le temps avant d'écrire. Je remercie Marilyn Ball,
Gary Bryant et Bill Whiten, dont les suggestions ont été incorporées dans cette
version. Je remercie aussi Nathalie Henrich et Marc et Blandine Jaeger qui ont trouvé
le temps de lire ce document et corriger les fautes de français les plus sérieuses. Les
contributions importantes seront reconnues dans de futures versions. Je profite aussi
de cette occasion à remercier mes propres maîtres de thèse, Stjepan Marcelja et Jacob
Israelachvili, pour leur aide et leur amitié, et pour remercier mes propres thésards avec
qui j'ai eu le plaisir d'être collègue et copain. Les opinions exprimées dans ces notes
sont les miens et non pas celles de l'Université de Nouvelle Galles du Sud ni de l'École
de Physique.

Joe Wolfe / J.Wolfe@unsw.edu.au/ 61-2-9385 4954 (UT + 10, +11 Oct-Mar)

Music Acoustics Group / School of Physics / The University of New South Wales
D'autres sites utiles

Comment survivre à une soutenance


Research resources and links de Deakin University
"Writing and presenting your thesis or dissertation" de Joseph Levine à Michigan
State University, USA
"Postgraduate Student Resources" de l'University of Canberra
The National Association of Graduate---Professional Students (USA)
Le Guilde des doctorants

Joyeuse anniversaire, Relativité restreinte

Relativité restrainte a 100 ans. Notre cadeau est Einstein Light: la relativité en bref
ou en détail. Il explique des idées clées en modules de multimédia, avec des liens
pour expliquer en plus grand détail. Sous-titré en plusieurs langues.

Réussir sa thèse professionnelle de Mastère


spécialisé
Publié par Pierre Paquet
Publié le 25 décembre 2014

La thèse professionnelle valide le Mastère spécialisé ou MS qui est dispensé dans les grandes
écoles membres de l’association de la CGE (Conférence des grandes écoles).

Hormis la formation académique LMD (Licence, Master et Doctorat), le Mastère spécialisé


s’intéresse particulièrement aux diplômés de niveau bac+5 (école d’ingénieurs, école de
management habilitée à délivrer le grade de master, master universitaire) et de niveau bac+4
(M1 ou équivalent) avec au moins trois ans d’expérience professionnelle à son actif.

Le Mastère spécialisé permet alors l’acquisition d’une spécialisation de haut niveau, autre
que la formation initiale, qui répond aux besoins du marché du travail tout en offrant une
expertise certaine à l’étudiant.

De ce fait, la thèse professionnelle ne peut être qualifiée de thèse académique ni de rapport de


stage étant donné qu’elle se doit de rendre compte du « savoir-faire » de « conduite de projet
» cohérent, qui reflète à la fois conception et ténacité intellectuelle, à travers une analyse
réflexive.
Indéniablement, il s’agit de développer de nouveaux savoirs-faire spécifiques à un domaine
d’activité donné ou encore d’approfondir d’autres compétences pour acquérir une double
compétence.

La thèse professionnelle traduit alors simultanément la maîtrise des connaissances acquises


et/ou la préparation à l’entrée dans le monde du travail par la réalisation et le développement
de projet professionnel.
Il apparaît alors essentiel que le choix du sujet de la thèse professionnelle doit se baser non
seulement sur l’expérience professionnelle ou la mission en entreprise mais aussi tenir compte
de la passion et de la vocation de l’étudiant.
Incontestablement, bien qu’il soit plus évident d’allier expérience concrète donc pratique et
connaissances acquises, il s’avère important, compte tenu du cadre du Mastère spécialisé de
mettre en exergue une polyvalence certaine qui démontrera l’expertise par la capacité
d’adaptation et la compétence de l’étudiant à savoir se conformer au contexte professionnel.

Comment choisir son sujet de thèse professionnelle ?


Il est toujours aisé et agréable de rédiger une thèse avec ferveur et passion. Cela se ressent
d’ailleurs à la lecture de cette dernière. Le choix du sujet de la thèse ne doit donc en aucun cas
être perçu comme une contrainte mais plutôt comme une muse qui inspirerait avec passion
l’étudiant.
De plus, le monde du travail actuel étant en pleine mutation, l’originalité est toujours
attrayante, surtout lorsqu’elle est corrélée à des savoirs spécifiques. Toutefois, dans le choix
du sujet de la thèse professionnelle, il ne faut pas se laisser submerger ni obnubiler par la
passion bien qu’elle soit une alliée fondamentale dans la touche originale et créative qu’elle
apportera à la thèse.
Il s’avère ainsi important d’orienter le sujet de la thèse dans le futur, immédiat ou lointain,
afin que cette dernière puisse être vue comme une « plus-value » pour l’entreprise, et par
extrapolation dans votre curriculum vitae…tout au long de votre vie professionnelle.

Que doit contenir la thèse professionnelle ?


Comme toute thèse, la lisibilité est essentielle. La thèse professionnelle devra en conséquence
répondre aux critères classiques de fond et de forme, à savoir :

- une introduction qui amène le sujet et formule la problématique avec annonce du plan,

- un développement qui se divise parties structurées de manière cohérente qui mettra en


évidence les idées principales tant au niveau conceptuel que pratique,

- une conclusion qui fera office de bilan des principaux résultats obtenus tout en amenant une
ouverture par l’émission de perspective(s),

De surcroît, la thèse doit respecter les règles de rédaction et de présentation comme les
normes typographiques ou encore la présentation des références bibliographiques…

De ce fait, il est obligatoire de :

- faire apparaître un plan détaillé

- veiller à la forme de la thèse tout en se référant à la charte graphique imposée

- respecter les règles d’écriture : d’où la nécessité de relecture

Comment formuler et mettre en évidence la problématique


de la thèse professionnelle ?
Interagir avec les autres : étudiants, collègues, clients est la meilleure méthode pour trouver la
bonne problématique à votre sujet.

Comment ? Par le simple principe d’échanges interactifs, de partage d’anecdotes et de faits


pertinents ainsi que des discussions sur les probables évolutions de la situation économique,
juridique…

Comment réaliser le plan de votre thèse ?


Seul un plan détaillé pourra structurer de manière cohérente et logique les idées principales
qui s’articulent autour de l’analyse réflexive.
Pour la réalisation du plan, notamment sa structure, un système simple d’organisation qui se
révèle efficace, en tout temps, est celui de la prise de notes classées par couleur : le carnet
d’idées en couleur. En fait, il s’agit en fait d’une manière assez ludique de réaliser le plan.

Chaque couleur représenterait une partie de la thèse : exemple le bleu pour tel concept, le rose
pour l’introduction, le jaune pour tel projet, le vert pour les exemples pertinents à émailler
dans la discussion, le rouge pour la méthodologie et ainsi de suite.

Quels sont les points importants à mettre, quels sont les points à enlever ?

Choisissez environ (dix) 10 couleurs et écrivez sur chaque couleur les grandes parties
classiques de la thèse : Introduction, Méthodologie, Résultats, Discussion et Conclusion.
Il vous restera cinq (05) couleurs sur lesquelles vous noterez les concepts que vous utiliserez
pour cadrer la thèse.
Vous ferez enfin le tri et/ou l’ajout, le rejet en fonction de ce que vous observerez au fur et à
mesure de votre avancée.

Qu’en est-il pour la bibliographie de la thèse


professionnelle ?
La partie bibliographique ne doit en aucun cas être négligée étant donné que c’est la
bibliographie qui donnera le poids au travail de réflexion qu’exige la thèse professionnelle.
En effet, il est essentiel que l’étudiant s’appuie sur des références, des travaux existants pour
étayer son raisonnement logique.
De plus, la recherche bibliographique permet d’annoncer un questionnement, d’enrichir la
thèse.

Comment s’organiser dans la réalisation, notamment la


rédaction de la thèse professionnelle ?
Deux points essentiels sont à respecter pour organiser et réussir sa thèse professionnelle :

- Bien choisir son tuteur académique : étant donné qu’il vous guidera tout au long de cette
thèse surtout dans la formulation du choix et d’attaque du sujet. Ne choisissez surtout pas un
tuteur qui n’aura pas ou peu de temps à vous accorder, l’idéal étant la possibilité de faire des
séances de travail et d’échanges réguliers,

- Planifier la réalisation de la thèse professionnelle à l’aide d’échéancier et de dates précises,


représentant vos objectifs de réalisation, de carnet d’idées …

Cependant, il n’est pas recommandé de se fixer un planning contraignant qui au lieu de vous
aider à vous organiser ne fera que vous mettre la pression.
Pour se faire, vous pouvez tenir un petit agenda et un carnet d’idées qui vous aideront
simultanément à programmer vos recherches : articles, textes, enquête … et à retenir les idées
pertinentes qui vous viennent à l’esprit : cela vous aidera énormément à vous retrouvez,
surtout pour la partie bibliographie.
Mais alors :

- Quand doit-on débuter la thèse professionnelle ?


- Après la formation?
- Pendant la formation?

En fait, dès lors que le sujet aura été choisi, il est possible de débuter la thèse, il est même
recommandé de la débuter le plus tôt possible afin de pouvoir se donner le temps, de modifier
ceci, d’apporter cela … sans se mettre pour autant une pression contre productive.

Surtout, ne vous fixez pas des parties « à rédiger en priorité », commencez par la ou les
parties qui vous parlent et vous inspirent le plus, vous verrez comment, rapidement et comme
« par miracle », le corps de la thèse sera vide terminé.
Enfin, il est primordial de prendre un recul critique outre la relecture qui est automatique en
soit.

- See more at: http://blog.expertmemoire.com/these-professionnelle-mastere-


specialise/#sthash.AXzJcB3u.dpuf

THESE PROFESSIONNELLE
Publié le 29 avril 2007 par Mickaël ANNICETTE

I. INTRODUCTION

L'obtention de mon Mastère Spécialisé (MS) Management QSE passait par la rédaction


d'une THESE PROFESSIONNELLE. Il s'agit d'une réflexion personnelle et originale en lien
avec la spécialité de mon MS.

La finalité de la THESE PROFESSIONNELLE est d'apporter une réponse à la problématique


posée, celle-ci doit être applicable dans un contexte professionnel.

II. DEMARCHE

> 1. Choix de la problématique : "l'intégration des systèmes des systèmes de management en


entreprise : effet de mode ou véritable élément stratégique ?"
> 2. Recherche d'informations afin de faire une synthèse de l'état de l'art (ouvrage, web,
interview, etc.).

> 3. Propositions d'éléments de réponses théoriques à la problématique (hypothèses de thèse).

> 4. Confrontation des hypothèses à la réalité.

> 5. Proposition d'une réponse détaillée et pratique à la problématique.

III. PLAN DE MA THESE PROFESSIONNELLE

 > 1. INTRODUCTION

De nos jours, la certification est le moyen que possède un organisme de prouver que le produit
et/ou le service qu'il s'engage à fournir sera conforme aux attentes de ses clients et aux
exigences reglementaires.

Auparavant (periode pre annees 80), la perception que l'on avait d'un produit ou d'un service
de "qualité" n'était pas la même que celle que nous pouvons avoir aujourd'hui. En effet, la
notion de qualité était tout autre à cette période. Nous étions dans une période faste ou tout ce
qui était produit se vendait, période plus couramment appelée les 30 glorieuses (1945 - 1975).

Durant ces années, la qualité se résumait entre autre à la conformité d'un produit vis-a-vis d'
un cahier des charges (années 50), ou encore à la conformité d'un produit vis-à-vis d'un coût
donné (années 70).

Depuis, la crise pétrolière est passée par là et la donne a totalement changée à partir du début
des années 80 : l'offre est devenue supérieure à la demande et la notion de concurrence a pris
tout son sens.

La qualité jusque là pleinement utilisée dans l'industrie japonaise et dans les programmes
militaires et spatiaux américains, a vu son essor dans les organismes du monde entier avec
l'adoption dans leurs stratégies de concepts différents (la conformité aux besoins latents, la
conformité aux exigences clients, la conformité au milieu planétaire, etc.) et la publication de
normes nationales et internationales (1980 : norme AFNOR NF X 50-110; 1987 : naissance
de la série ISO 9000, etc.).

Désormais au coeur de la stratégie des organismes, le management de la qualité, le


management environnemental et le management de la santé et de la sécurité au travail sont
indissociables de leur efficience, de leur efficacité et de leur existence. La certification
partielle ou totale vis-a-vis de ces aspects est vitale pour des organismes évoluant maintenant
sur une marché devenu mondial où la concurrence est féroce. L'équilibre du triangle d'or
"coût, qualité, délai" est bien évidement primordial pour exister, mais il est difficile
aujourd'hui pour un organisme de prospérer en ne menant pas une politique environnementale
et/ou sociale efficace.

Maintenant que la mise en place et/ou la certification de SMQ, SMS et SME sont rentrées
dans les moeurs (nous verronspar la suite le nombre de certificats délivrés dans le monde),
selon l'AFNOR, les organismes sont de plus en plus nombreux à se tourner vers la
certification unique en mettant en oeuvre des SMI (Systèmes de Management Intégrés), afin
d'optimiser leur système de management et avoir une vision globale de leur activité. Cette
tendance est palpable notamment dans les écoles (MS Management QSE, etc.) et sur le
marché de l'emploi (postes à pourvoir en temps que responsable QSE, etc.). Auparavant, il n'y
avait pas de métier spécifique pour les domaines de la qualité. Marginales il y a une dizaine
d'années, les métiers de la qualité ont évolué au cours des années par l'intégration des normes
d'organisation dans les organismes. Pendant les années 80, il existait le contrôleur
qualité. Une personne chargée de superviser tous les contrôles. Ensuite, il y a eu le
gestionnaire de la qualité qui supervisait les contrôles tout au long du processus de
production. Ainsi, des opérateurs, des chefs de service effectuaient eux aussi des contrôles sur
les produits. Les contrôleurs sont devenus des animateurs de la qualité. Aujourd'hui, les postes
de responsable qualité, environnement, sécurité tendent à devenir QSE, HSE, QS, etc.

L'accroissement significatif depuis un certain temps du nombre d'organismes à se tourner vers


un SMI cache-t-il un effet de mode ou est-ce véritablement un pilier dans une stratégie
d'entreprise ?

Par le biais de cette thèse professionnelle, nous débâtrons de cette question. Dans un premier
temps et sous forme d'analyse sectorielle, celle du transport aérien, nous aborderons l'aspect
"stratégie". Au travers de ce secteur, nous allons illustrer la manière dont un organisme
(leader de la maintenance aéronautique) vient à se tourner vers un SMI et comment ce mode
de management s'inscrit dans sa stratégie.

La deuxième partie sera consacrée à l'analyse de l'engouement qu'il y a autour du SMI, mais
au préalable nous continuerons la discussion sur la problématique sur laquelle se base
cette thèse professionnelle, nous aborderons l'aspect "effet de mode". Puis, sera dressé, un état
de l'art général de la mise en oeuvre de SMI (QSE, QS, QE et ES), des bénéfices, difficultés et
freins constatés.

En troisième lieu, nous partirons des constats précédemment cités pour proposer des pistes
théoriques de concept de mise en oeuvre d'un SMI, elles seront confrontées à la réalité du
terrain, puis sera proposé un model applicable dans un contexte professionnel.    

> 2. SOMMAIRE

 I. L'IRREVERSIBLE MUTATION DU TRANSPORT AERIEN : STRATEGIE ?

    A. LES BOULEVERSEMENTS DANS LES COMPAGNIES AERIENNES

        1. Comment expliquer le changement de cap dans le transport aérien ?


            1.1. Les évènements du 11 septembre 2001

            1.2. La crise du SRAS

            1.3. La guerre en Irak

            1.4. Déréglementation et libéralisation du transport aérien

            1.5. La montée en puissance des compagnies "Low Cost"

            1.6. La contrainte environnementale

        2. Quelles stratégies dans les compagnies aériennes ?

            2.1. Le renforcement des alliances commerciales

            2.2. La rationalisation des flottes

            2.3. L'externalisation de la maintenance

        3. Quelles stratégies pour les grands acteurs ?

            3.1. La standardisation et la modularisation

            3.2. L'externalisation

            3.3. Le pouvoir des donneurs d'ordres : réduction du nombre de fournisseurs

            3.4. La diversification des activités

    B. LA MAINTENANCE AERONAUTIQUE, SECTEUR ECONOMIQUE EN


EFFERVESCENCE

        1. Marché de la maintenance aéronautique

            1.1. Etat des lieux

            1.2. Les segments du marché

            1.3. La réglementation et la certification dans la MRO

            1.4. Les tendances de la MRO

        2. Qui sont les acteurs du marché de la MRO ?

            2.1. Les OEM

            2.2. Les MRO

            2.3. Les indépendants


    C. LA CERTIFICATION UNIQUE AU COEUR D'UNE STRATEGIE

        1. Quels sont les facteurs clé du succès

        2. Quelle est la place d'une certification unique dans une stratégie ?

        3. Quel principe de mise en oeuvre ?

II. L'INDENIABLE MUTATION DES SYSTEMES DE MANAGEMENT VERS DES


SMI : EFFET DE MODE ?

    A. EVOLUTION DES CONCEPTS

        1. SMI, comment est-on arrivé là ?

            1.1. La génèse de la certification d'organisation en entreprise

            1.2. La qualité

            1.3. L'environnement

            1.4. La santé et la sécurité au travail

            1.5. Pourquoi cette frénésie de certificats ?

            1.6. Le besoin de vision global

            1.7. Fondements des SMI : l'architecture des référentiels

        2. Logiques des systèmes de management

            2.1. Domaine d'application

            2.2. Un système : qu'est-ce c'est ?

            2.3. Qu'entend-on par processus ?

            2.4. Que veut dire système de management ?

            2.5. L'amélioration continue : le PDCA

    B. SMI : MISE EN OEUVRE DANS LES ORGANISMES

        1. Initialisation de la mise en oeuvre

            1.1. Constat de départ

            1.2. Intégration partielle ou totale : les combinaisons possibles

            1.3. Révision de la cartographie et des processus


        2. Application des SMI

            2.1. Politique et objectifs

            2.2. Le pilotage du SMI

            2.3. Organisation et responsabilités

            2.4. La communication

            2.5. La documentation d'un SMI

            2.6. Le contrôle des SMI

            2.7. La revue du SMI

        3. Quels constats après la mise en oeuvre d'un SMI ?

        4. Les PME (Petites et Moyennes Entreprises et le SMI)

        5. Affinement de la problématique

III. SMI : MISE EN OEUVRE POUR UNE MEILLEURE EFFICACITE

    A. SMI : LES FACTEURS CLES DE REUSSITE ET D'EFFICACITE

        1. L'engagement fort de la direction et de l'encadrement

        2. L'implication du personnel dans la conception du changement

        3. La sensibilisation tout au long du projet

        4. La gestion des interfaces

        5. Une coordination SMI (mode projet)

        6. L'accompagnement méthodologique

        7. La formalisation d'une politique intégrée

        8. Le plan de déclinaison de la politique et des objectifs

    B. SMI : QUEL CONCEPT PRATIQUE DE MISE EN OEUVRE

        1. Décision, organisation et responsabilités et, engagement de la direction

            1.1. Ecoute du client

            1.2. Evaluation du projet


            1.3. Organisation

            1.4. Définition de la politique et des objectifs

        2. Sensibilisation

        3. Mise en place de la structure de pilotage

            3.1. Désignation des propriétaires de processus

            3.2. Désignation d'un accompagnateur méthodologique

            3.3. Désignation des animateurs SMI

            3.4. Comité de coordination

            3.5. Cellule de mise en oeuvre du SMI

            3.6. Structuration du SMI

        4. Formation

        5. Etat des lieux

            5.1. Analyse des référentiels

            5.2. Ecoute des parties intéressées

            5.3. Analyse de l'existant

        6. Elaboration du programme SMI

            6.1. Cartographie des processus

            6.2. Plan de déclinaison de la politique et des objectifs

            6.3. Plans d'actions SMI

        7. Lancement du projet de certification unique

            7.1. Lancement dans les équipes

            7.2. Engagement

        8. La documentation du SMI

            8.1. Le manuel SMI

            8.2. Les procédures


            8.3. Les protocoles

            8.4. Les formulaires

        9. Mise en oeuvre : la communication et l'accompagnement dans le changement

            9.1. La communication dans les processus

            9.2. L'accompagnement et l'implication dans le changement

        10. Mesure de conformité

            10.1. Indicateurs

            10.2. Audits internes

        11. Amélioration SMI

            11.1. Revue de processus

            11.2. Revue de direction

> 3. RESUME

Depuis un certain temps, un peu moins de 10 ans, les organismes ont commencé à mettre en
oeuvre des Systèmes de Management Intégrés (SMI).

Cette approche a émergé suite à l'entrée dans les moeurs des Systèmes de Management de la
Qualité (SMQ), Systèmes de Management Environnementaux et Systèmes de Management de
la Santé et de la Sécurité au Travail (SMSST). Le concept commun de déploiement de ces
systèmes de management et plusieurs points et exigences similaires formalisés dans les
normes et référentiels d'organisation ont permis la création du concept SMI.

Cette thèse professionnelle a permis d'explorer le sujet de l'intégration des systèmes de


management pour confirmer ou infirmer le fait que la forte croissance du nombre
d'organismes à se lancer dans un projet de certification unique corresponde à un effet de mode
ou à une vision stratégique des dirigeants.

Basée sur une analyse sectorielle, celle du transport aérien, nous avons vu que
l'environnement fortement concurretiel d'un organisme de ce secteur l'a conduit à adopter une
nouvelle stratégie et  intégrer le SMI parmi ses éléments stratégiques. Dans d'autres cas ce
n'est que par simple bon sens et par le souhait de maîtriser les meilleures pratiques que
certains se sont lancés dans cette démarche.

Des recherches effectués sur la mise en oeuvre des SMI et le retour d'expérience ont mis en
lumière un certain nombre de difficultés et barrières pouvant atténuer les effets bénéfiques
possibles. L'affinement de la problématique nous a amené à nous pencher dans le détail sur
ces barrières et difficultés et à proposer des éléments susceptibles de contribuer à une plus
grande efficacité et à plus de réussite dans un projet de certification unique.

> 4. CONCLUSION

La rédaction de cette Thèse Professionnelle a été initiée et s'est construite au départ autour de
la problématique suivante : " L'intégration des Systèmes de Management en entreprise : Effet
de mode ou véritable élément stratégique ?".

Pour répondre à cette interrogation, nous sommes parti d'une analyse sectorielle, celle du
transport aérien, pour aborder l'aspect stratégie de la problématique. Toute cette analyse
confirme que l'intégration des systèmes de management peut être un véritable élément
stratégique et participe de c fait à la construction de l'avantage concurrentiel de l'organisme
qui le met en oeuvre.

L'autre aspect de la problématique de départ, à savoir "Effet de mode" a été abordée au travers
des données chiffrées communiquées par l'AFAQ-AFNOR et de l'évolution des concepts. Il
en résulte que le nombre croissant d'entreprises à mettre en oeuvre un SMI correspond plus à
un effet de bon sens qu'à un effet de mode.

En mettant en oeuvre un SMI, les organismes peuvent prétendre dans les deux approches,
stratégique et bon sens, à un certain nombre de bénéfices : une cohérence, une simplification
de la documentation, une efficacité accrue, une amélioration des performances.

Pour parvenir à ces bénéfices, ils doivents surmonter des difficultés. Celles-ci sont
essentiellement liées au changement. La décision de se lancer dans un SMI, même si elle n'est
pas incrite dans une stratégie, ne doit être prise à la légère. Elle doit venir d'une vision de la
direction et comporter des facteurs clés essentiels à la réussite et l'efficacité d'un tel projet. A
mon sens, il est nécessaire dans une démarche de certification unique d'avoir :

- l'engagement fort de la direction et de l'encadrement;

- la mise en place d'un programme de communication et de sensibilisation;

- l'implication des employés dans la conception et la mise en oeuvre du changement;


- la gestion des interfaces entre les processus;

- une coordination SMI (mode projet);

- un accompagnement méthodologique pour la mise en oeuvre des processus;

- un plan de déclinaison de la politique et des objectifs QSE.

Nous sommes à une époque où le concept de développement dérable commence à être au


centre des préoccupations de chacun. Certains comme Daniel COURDEAU de l'ADQSE
s'accorde à dire que l'après SMI est le développement durable avec entre autres la certification
SD 21000. Mais après ce concept vieux de 20 ans déjà, quelle sera la prochaine étape ? Est-ce
l'ultime étape dans la certification.

Publié dans Mickaël ANNICETTE

Dans le cadre de la rédaction de ma thèse professionnelle (MCI part-time 2008/2009) j’ai


cherché et trouvé quelques outils qui m’ont vraiment aidé en matière de :

 Sécurité
 Efficacité
 Travail sur plusieurs ordinateurs

Voici les fruits de mon expérience… et ce sont des services gratuits qui sont également très
utiles même après la thèse.

www.dropbox.com m’a permis d’avoir des copies de mes documents et contenus online, et de
synchroniser automatiquement le dossier « thèse » sur mon Netbook et portable

www.xmarks.com m’a permis de synchroniser mes signets sur Netbook et portable et surtout
entre les navigateurs auxquels je fais appel selon les circonstances : IE, Chrome et Firefox

www.zotero.org m’a permis de constituer, gérer et organiser ma bibliographie, citations et


l’ensemble des liens et documents utilisés dans de ma thèse. Il s’agit une extension Firefox.
Son excellente intégration dans Word permet l’insertion de citations et références en
respectant les règles. Zotero dispose également d’une synchronisation online automatique qui
assure sécurité et accès sur plusieurs ordinateurs.

Le mind mapping (carte heuristique en français…), est très utile pour organiser et trier ses
idées, et son plan de thèse : freemind.sourceforge.net ou www.mindmeister.com . Si on utilise
ces outils pour la première fois on peut être un peu déconcerté, mais on découvre rapidement
qu’il s’agit d’un outil formidable.
Twitter : en faisant des recherches sur les mots clefs de sa thèse on peut créer des listes de
personnes à suivre pour organiser sa « veille » et réunir les informations utiles à la thèse.

Google alerts : à partir de mots clefs choisis, Google vous envoie tous les jours des mails
avec les liens concernés.

Et enfin un gadget bien utile : le stylo scanner. On surligne sur la page la citation que l’on
veut intégrer dans sa thèse, le stylo l’encode et l’insère directement dans le document. Pas de
saisie, pas de temps perdu… J’ai utilisé l’Irispen express 6 (www.irislink.com – pen
scanners ).

Il y a bien sur d’autres services ou outils similaires que vous pourrez évaluer et qui
conviendront peut-être mieux à vos besoins ou à vos habitudes.

Espérant que ce billet vous aura été utile, bon courage !

… et une phrase à méditer : « Getting information off the Internet is like taking a drink from a
fire hydrant. » Mitchell Kapor

Vous aimerez peut-être aussi