Vous êtes sur la page 1sur 1

.

Socrate ne partage pas l’admiration de Phèdre sur ce discours. Socrate


entreprend donc de défendre une autre conception de l’amour, Socrate
prononce sur ce sujet deux discours :

Premier discours de Socrate

Socrate avance tout d’abord l’idée selon laquelle l’amour a une influence
négative sur l’amant. L’amour ou éros est une forme de folie dans laquelle le
désir de la beauté bouleverse le sens de la moralité. Une telle folie détruit à
la fois l’âme et le corps du garçon.

Phèdre cependant est insatisfait, pensant que Socrate présenterait plutôt les
avantages de l’amant plutôt que les inconvénients. Socrate poursuit donc
son argumentation sur eros.

Le second discours de Socrate

Le philosophe Socrate pose l’existence de quatre types de folie divine, issues


d’Apollon, de Dionysos, D’Aphrodite et d’Eros. Afin de comprendre que
l’amour est une folie divine et bénéfique, Socrate compare l’âme à un char à
deux chevaux mené par un pilote. Le plus grand bien pour l’âme est de se
faire pousser des ailes afin de voler à travers les cieux avec les dieux. Si
l’âme est forte et contrôle ses chevaux, il peut apercevoir les idées
intelligibles et connaître le vrai. Mais les âmes des homme sont condamnés à
la terre. L’amour et les beaux garçons, selon Socrate, rappelle cependant la
beauté des cieux, l’idée de la beauté. Ce désir du beau est eros.

Pour résumer Phèdre, disons que Platon nous apprend que les amants, par
l’amour, se rapprochent du divin vers l’éternel, bref vers la vérité.