Vous êtes sur la page 1sur 187

MAINTENANCE ELECTRIQUE

PLANS ET SCHEMAS EN ELECTRICITE

SUPPORT DE FORMATION
Cours EXP-MN-SE040
Révision 0
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

MAINTENANCE ELECTRIQUE
PLANS ET SCHEMAS EN ELECTRICITE

SOMMAIRE

1. OBJECTIFS .....................................................................................................................3
2. INTRODUCTION .............................................................................................................3
3. SCHEMA DE DETAIL ......................................................................................................3
3.1. ANECDOTE ..............................................................................................................3
3.2. PRINCIPE DU SCHEMA DE DETAIL .......................................................................3
3.3. COMMENTAIRES SUR LE SCHEMA DE DETAIL ..................................................3
4. SCHEMAS DE PRINCIPE ...............................................................................................3
4.1. CONVENTIONS D’EXECUTION DU SCHEMA DE PRINCIPE.................................3
4.1.1. Circuits de puissance et circuits de commande :...............................................3
4.1.2. Circuits de puissance ........................................................................................3
4.1.3. Circuits de commande.......................................................................................3
4.1.4. Principes d’identification ....................................................................................3
4.1.5. Exercices – les schémas de principe.................................................................3
5. SCHEMAS UNIFILAIRE ..................................................................................................3
5.1. PRINCIPES – REPRESENTATION UNIFILAIRE......................................................3
5.2. EXERCICE SCHEMA UNIFILAIRE ...........................................................................3
6. SCHEMA BLOCK ............................................................................................................3
6.1. SCHEMA BLOCK – CHAINE FONCTIONNELLE .....................................................3
6.1.1. Définition ...........................................................................................................3
6.1.2. Modélisation d’une chaîne fonctionnelle par schéma block...............................3
6.1.2.1. Règles de construction.................................................................................3
6.1.2.2. Propriétés d’une chaîne fonctionnelle ..........................................................3
6.1.2.3. Mnémoniques utilisés pour la modélisation par schéma bloc.......................3
6.1.3. Représentation d’une chaîne fonctionnelle........................................................3
6.2. SCHEMA BLOCK – LOGIQUE DE FONCTIONS......................................................3
7. SCHEMAS DISTRIBUTION TERRE................................................................................3
7.1. LE SCHEMA GENERAL DISTRIBUTION TERRE ....................................................3
7.2. LES DETAILS DE CONNEXIONS TERRE : .............................................................3
7.3. LES BOUCLES DE TERRE ......................................................................................3
7.3.1. "Electrical" ground and "mechanical" ground ....................................................3
7.3.2. Distribution domestique .....................................................................................3
8. SCHEMAS LOGIQUE......................................................................................................3
8.1. LOGIQUE COMBINATOIRE .....................................................................................3
8.1.1. La variable binaire .............................................................................................3
8.1.2. Les états logiques .............................................................................................3
8.1.3. Outils de description d’une fonction logique ......................................................3
8.1.3.1. Le symbole logique : ....................................................................................3
8.1.3.2. Le schéma à contacts ..................................................................................3
8.1.3.3. La table de vérité..........................................................................................3
8.1.3.4. Le chronogramme ........................................................................................3
8.1.3.5. L’équation logique ........................................................................................3

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 2 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

8.1.4. Le Logigramme .................................................................................................3


8.1.5. La logique combinatoire ....................................................................................3
8.2. ALGEBRE BINAIRE ..................................................................................................3
8.2.1. Fonctions binaires de base................................................................................3
8.2.2. Propriétés de l’algèbre binaire...........................................................................3
8.2.2.1. Développement du théorème de ‘de Morgan’ : ............................................3
8.2.2.2. Application / exemple avec ‘table de vérité’..................................................3
8.2.2.3. Code binaire réfléchi ....................................................................................3
8.2.3. Fonctions binaires composées ..........................................................................3
8.2.4. Symbolisation des fonctions logiques................................................................3
8.3. TABLEAUX DE KARNAUGH ....................................................................................3
8.3.1. Introduction........................................................................................................3
8.3.2. Construction du tableau de Karnaugh ...............................................................3
8.3.2.1. Tableau à 3 variables ...................................................................................3
8.3.2.2. Tableau à 4 variables ...................................................................................3
8.3.3. Exemple de simplification d’équation ................................................................3
8.3.4. Exercices avec tableau de Karnaugh ................................................................3
8.4. APPLICATION BINAIRE-LOGIQUE-KARNAUGH ....................................................3
8.4.1. A partir du tableau de Karnaugh........................................................................3
8.4.1.1. Pose de l’équation avec tableau de Karnaugh .............................................3
8.4.1.2. Schémas ......................................................................................................3
8.4.2. Application afficheur numérique ........................................................................3
8.4.2.1. Table de vérité : ...........................................................................................3
8.4.2.2. Tableaux de Karnaugh : ...............................................................................3
8.4.2.3. Schéma logique final ....................................................................................3
8.4.3. A partir d’un énoncé ..........................................................................................3
8.4.3.1. Définition du cahier des charges ..................................................................3
8.4.3.2. Représentation par table de vérité ...............................................................3
8.4.3.3. Réalisation à l'aide de portes logiques : .......................................................3
8.4.3.4. Simplification mathématique de l'équation ...................................................3
8.4.3.5. Simplification de l’équation par tableau de KARNAUGH..............................3
8.5. EXERCICES DE LOGIQUE ......................................................................................3
9. GRAFCET........................................................................................................................3
9.1. STRUCTURE SYSTÈME AUTOMATISÉ DE PRODUCTION (SAP) ........................3
9.1.1. La Partie Opérative (PO) ...................................................................................3
9.1.2. La Partie Relation (PR)......................................................................................3
9.1.3. La Partie Commande (PC) ................................................................................3
9.2. NOTION DE POINT DE VUE ....................................................................................3
9.2.1. Point de vue système (procédé et processus)...................................................3
9.2.2. Point de vue partie opérative.............................................................................3
9.2.3. Point de vue partie commande..........................................................................3
9.3. LE MODELE GRAFCET............................................................................................3
9.3.1. Définitions..........................................................................................................3
9.3.2. Éléments graphiques de base ...........................................................................3
9.4. REGLES D’EVOLUTION...........................................................................................3
9.5. REGLES DE SYNTAXE ............................................................................................3
9.6. LES RECEPTIVITES.................................................................................................3
9.6.1. Réceptivités associées aux transitions ..............................................................3

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 3 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

9.6.2. Réceptivité toujours vraie ..................................................................................3


9.6.3. Front montant et descendant d’une variable logique.........................................3
9.6.4. Réceptivité dépendante du temps .....................................................................3
9.6.5. Valeur booléenne d’un prédicat.........................................................................3
9.7. LES ACTIONS ASSOCIEES .....................................................................................3
9.7.1. Action continue..................................................................................................3
9.7.2. Action maintenue ou mémorisée .......................................................................3
9.7.3. Action à l’activation et à la désactivation ...........................................................3
9.8. COMMENTAIRES .....................................................................................................3
9.9. LES STRUCTURES DE BASE .................................................................................3
9.9.1. Séquence linéaire..............................................................................................3
9.9.2. Sélection de séquence ......................................................................................3
9.9.3. Saut d’étapes et reprise de séquence ...............................................................3
9.9.4. Séquences simultanées (séquences parallèles) ...............................................3
9.10. LES STRUCTURES PARTICULIERES...................................................................3
9.10.1. Étape et transition source................................................................................3
9.10.2. Étape et transition puits ...................................................................................3
9.11. REMARQUES SUR LES LIAISONS ORIENTEES..................................................3
9.11.1. Liaison orientée de bas en haut ......................................................................3
9.11.2. Repère de liaison ............................................................................................3
9.11.3. Cas de la sélection de séquence.....................................................................3
9.12. EVOLUTION FUGACE............................................................................................3
9.12.1. Conséquence d’une évolution fugace sur les assignations .............................3
9.12.2. Conséquence d’une évolution fugace sur les affectations...............................3
9.13. STRUCTURATION PAR FORCAGE D’UN GRAFCET PARTIEL ...........................3
9.14. STRUCTURATION PAR ENCAPSULATION ..........................................................3
9.14.1. Définition .........................................................................................................3
9.14.2. Symbolisation et description............................................................................3
9.14.3. Exemple de lien d’activation ............................................................................3
9.14.4. Exemple d’encapsulation.................................................................................3
9.15. STRUCTURATION PAR MACRO-ETAPES............................................................3
9.16. STRUCTURATION PAR GRAFCET DE TACHES ET/OU SOUS-PROGRAMME..3
9.17. GRAFCET : MISE EN OEUVRE .............................................................................3
9.17.1. Mode de fonctionnement .................................................................................3
9.17.2. Construction de la structure.............................................................................3
9.17.2.1. Identification immédiate d’une structure grafcet .........................................3
9.17.2.2. Analyse des comportements ......................................................................3
9.17.2.3. Coordination des tâches.............................................................................3
9.17.3. Report des actions...........................................................................................3
9.17.4. Report/détermination des réceptivités .............................................................3
9.17.5. État initial, situation initiale, lancement de production .....................................3
9.17.6. Arrêt du système et retour à l’état initial ..........................................................3
9.17.7. Structure de coordination des tâches ..............................................................3
9.17.7.1. Introduction ................................................................................................3
9.17.7.2. Caractérisation d’une tâche........................................................................3
9.17.7.3. Représentation d’une tˆache à l’aide du grafcet .........................................3
9.17.7.4. Méthodologie d’établissement d’un grafcet de coordination des tâches ....3
9.17.8. Application / exercice.......................................................................................3

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 4 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

10. SCHEMAS AUTOMATES..............................................................................................3


11. ORGANIGRAMME - LOGIGRAMME.............................................................................3
12. SCHEMAS DOMESTIQUES..........................................................................................3
12.1. STRUCTURE D’UNE INSTALLATION DOMESTIQUE...........................................3
12.1.1. L’alimentation ..................................................................................................3
12.1.2. Les schémas dans le domestique ...................................................................3
12.1.2.1. Le plan architectural...................................................................................3
12.1.2.2. Exercices....................................................................................................3
12.1.2.3. L’unifilaire (architectural) ............................................................................3
12.1.2.4. Le schéma de détail / schéma multifilaire...................................................3
12.1.2.5. Le schéma développé / schéma de principe ..............................................3
12.1.2.6. Le schéma unifilaire ...................................................................................3
12.2. LES DIFFERENTS TYPES DE CIRCUITS .............................................................3
12.2.1. Exercices sur les symboles .............................................................................3
12.2.2. Le S.A. - Simple Allumage...............................................................................3
12.2.3. Le D.A. - Double Allumage ..............................................................................3
12.2.4. Le V & V - Va et Vient.....................................................................................3
12.2.5. Commutateur – Sélection de circuits ...............................................................3
12.2.6. Le télérupteur ..................................................................................................3
12.2.7. La minuterie.....................................................................................................3
12.2.8. Les montages « fluos » ...................................................................................3
12.3. MISE EN ŒUVRE ...................................................................................................3
12.3.1. La prise de terre ..............................................................................................3
12.3.2. La distribution de la terre dans l’habitation ......................................................3
12.3.3. Le tableau de distribution ................................................................................3
12.3.4. Les différents circuits.......................................................................................3
12.3.4.1. Les lignes spécialisées...............................................................................3
12.3.4.2. Les lignes normales. ..................................................................................3
12.3.5. Quelques règles à suivre.................................................................................3
12.3.6. Le câblage des circuits ....................................................................................3
13. EXEMPLE DE LECTURE DE SCHEMA ........................................................................3
14. GLOSSAIRE ..................................................................................................................3
15. SOMMAIRE DES FIGURES ..........................................................................................3
16. SOMMAIRE DES TABLES ............................................................................................3
17. CORRECTION DES EXERCICES.................................................................................3

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 5 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

1. OBJECTIFS
A l’issue de cette présentation, l’électricien (ou le futur électricien) sera à même
d’interpréter les différentes méthodes de représentation des schémas électriques et plus
spécifiquement il pourra :

Utiliser les différents types de plans et schémas électriques à bon escient

Associer un jeu de plans / schémas pour étudier / dépanner une installation

Identifier les éléments et composants d’un schéma

Différencier, choisir le schéma à utiliser

Interpréter une séquence logique

Interpréter une séquence combinatoire

Définir les symboles à utiliser en fonction du type de schéma électrique

Expliciter le choix d’un symbole sur un plan

Exposer le pourquoi de l’utilisation de normes de représentation

Associer type de norme avec type de symbole

Respecter la symbolisation en créant des plans et schémas électriques

Connaître non seulement le domaine (purement) électrique mais les familles


associées et apparentées telles que l’instrumentation, le pneumatique,
l’hydraulique, l’électronique, les systèmes, etc…

Être prêt à former des non électriciens pour la représentation schématique


électrique

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 6 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

2. INTRODUCTION
Il existe de nombreuses possibilités pour « montrer» comment fonctionne un circuit, un
réseau, une distribution électrique. Dans tus les cas, ce sera un schéma (ou plan)
électrique utilisant des symboles (normalisés !) afin de représenter tout ou partie de
l’installation électrique considérée.

Cette installation électrique existe ou doit exister, que faut-il donc impérativement : il faut
un schéma pour réaliser, comprendre, modifier, dépanner cette même installation. Mais
quel type de schéma faut-il donc ? Nous allons voir ci-après les principaux types utilisés

DIFFERENT TYPES DE SCHEMAS ELECTRIQUES :

Schéma de détail : (wiring and connecting diagram)

Il montre toutes les connexions existantes entre les différents éléments d’une installation
électrique.

Schéma de principe : (schematic diagram)

Pour permettre au lecteur de séparer, suivre chaque étape, chaque niveau d’opérations
(séquentielles) successives depuis la première action (initiation) jusqu’à « l’acte final ».

Schéma unifilaire : (one-line diagram)

Simplification d’une distribution basse et/ou haute tension afin de montrer une « vue
d’ensemble » de l’installation.

Schéma block : (block diagram)

C’est un schéma « simplifié » montrant les étapes ou la description d’un fonctionnement


lorsqu’il n’est pas nécessaire d’aller dans le détail

Logigramme :

Cela ressemble (un peu) à un schéma block. Utilisé (souvent) comme outil de dépannage
montrant les différentes possibilités de dysfonctionnent et les « initiatives » à prendre, les
« directives » à suivre suivant les possibilités, les occurrences et événements dans le
déroulement d’une séquence.

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 7 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Schéma de terre : (earthing diagram)

C’est un schéma qui est bien souvent oublié après la construction du site ; Il montre toutes
les distributions de terre/masse avec les câbles (enfouis ou non), les puits de terre, les
points de raccordements de la terre des masses sur les équipements (en nombre et en
méthode de connexion). Sur un site il sera accompagné d’un cahier de détails de
raccordements.

Autres plans/schémas :

L’électricien utilise les automates programmables (API : Automate Programmable


Industriel – PLC : Programmable Logic Computer). Dans le cours « Automates », nous
verrons les schémas de ce même automate (les ladder diagram) mais avant d’établir ce
schéma (final) nous voyons ici les systèmes/méthodes ‘préparant’ à l’établissement de ce
schéma automate, soit :

Le schéma logique : avec la logique binaire, l’algèbre de Boole, les schémas booléens,
les tableaux de Karnaugh, …

Le grafcet : avec les normes de représentation du grafcet pour vous permettre de


suivre et interpréter un schéma « grafcétien ». La réalisation d’un grafcet (proprement
dit) sera dans le cours ‘Automates’ en préparation de l’établissement d’un ‘ladder’
diagram’.

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 8 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

3. SCHEMA DE DETAIL

3.1. ANECDOTE

Mon premier cours de schéma électrique (sur les bancs du Lycée technique) fut avec un
schéma de détail (c’est peut-être pour ça que l’on commence par ce schéma…).

Le ‘prof’ a dessiné sur le tableau des appareils électriques (avec des symboles
approximatifs) et s’est mis à tracer des « ficelles » entre tous ces éléments. J’y ai rien
compris ! Je me suis demandé ce que je faisais là, l’électricité, çà devait pas être pour
moi, d’autant plus qu’il a fallu faire tout de suite après un exercice pour lequel (bien
évidemment) j’ai eu droit à la bulle….

Je suis quand même resté dans le section « électricité » et ce n’est que quelques mois
après (si, quand même) avec un autre prof, un remplaçant, qui d’entrée a parlé de
symboles, de bornes de raccordement, de schéma de principe, tout cela avec un esprit
« logique », que tout s’est éclairé…

Depuis, pour moi, le schéma de détail est resté quelque chose ressemblant à un
« fouillis » un truc impossible à lire… J’arrive bien sur à déchiffrer maintenant un schéma
de détail mais c’est un schéma non convivial, demandant de l’attention pour le suivre et
dans lequel « on » se trompe très facilement lorsque l’on suit les fils entre les connexions

Quant à la façon d’enseigner le schéma électrique…, quand je suis revenu dans le même
Lycée quelques années après, j’y ai retrouvé mes (anciens) profs, mais étant donné que
j’étais prof d’électricité moi-même (je ne suis pas resté longtemps prof je suis ‘passé’ dans
l’industrie l’année suivante), j’y ai surtout trouvé des élèves cherchant à obtenir le Bac
Professionnel en électrotechnique.

Ma classe principale (en temps que prof principal) était une classe de seconde technique
et je puis vous assurer que tous, sans exception ont très vite été capable de faire des
schémas électriques de qualité. D’ailleurs, en cours d’année scolaire, un samedi matin (on
fait 40 heures semaine dans le technique), j’ai « reçu l’ordre » par « mes » élèves de ne
pas partir à midi et de me mettre à leur disposition !!?

Toute la classe (y compris des internes qui devait rentrer pour le week-end) plus moi
sommes allés au ‘bistrot du coin’ pour un pot/lunch organisé par ces mêmes élèves.
Sympa ! Ça marque, car à ma connaissance, aucun autre prof n’a eu droit à cette faveur,
d’autant plus que tous ceux que j’ai eu l’occasion de rencontrer par la suite ont tous fait
carrière dans le domaine électricité.

C’était la partie « anecdote »…

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 9 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

3.2. PRINCIPE DU SCHEMA DE DETAIL

C’est en fait la première méthode de « câblage » utilisée.

L’on représente les appareils et appareillages sur un plan, et l’on trace la ‘filerie’ entre les
éléments représentés directement sur l’appareil ou sur des bornes (un bornier)
appartenant à ce même appareil

L’on pourra indiquer le type de ‘fil’ utilisé (section, longueur, genre de câble,…), sa couleur
(d’isolant), l’épaisseur du trait étant fonction de l’intensité du courant. Trait fort pour circuit
de puissance, trait fin pour circuit de commande.

Il est évident que pour une ‘petite’ installation, un schéma de détail peut être « adéquat »,
mais si l’on passe à quelque chose de « conséquent », ce même schéma de détail va vire
devenir quelque chose « d’illisible ».

Exemple de schéma de détail :

WIRING DIAGRAM

STARTER PANEL

LOCAL
CONTROL PANEL
Run ( Red ) Stopped ( Green )
3
R
( Red ) ( Green )
4

A 5
3
Run Stopped
Start 4
Stop 8 Start
5
O/C 7
6
6 Stop
7
8
L
1 M
C 11
L
2
12 Y
L
13 3 3

R
Y 440 V, 60 Hz
S Fs
3 - ph, 3 - Wire
B Input From
Main Switchboard

Figure 1 : Exemple de schéma de détail

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 10 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Ce schéma est pour un contrôle de moteur, un sens de marche, commande marche/arrêt


sur le coffret électrique et par une boîte à boutons locale. Signalisation « en
fonctionnement » et « à l’arrêt » aux 2 points de contrôle

3.3. COMMENTAIRES SUR LE SCHEMA DE DETAIL

Ce type de schéma sera toutefois très utile pour le « câbleur », c’est-à-dire celui (ou celle)
qui raccorde les équipements.

Dans les ateliers de câblage (d’armoire électrique), le câbleur (ou la câbleuse) n’est pas
nécessairement un électricien, c’est même bien souvent une personne qui ne comprend
pas grand chose à l’électricité. Il suffit de savoir que (par exemple) un fil de 2,5mm² relie la
borne 3 de l’équipement ‘A’ à la borne 5 de l’équipement ‘B’, et ainsi de suite.

D’ailleurs pour ces mêmes ateliers de câblage, le bureau d’études produit des plans de
câblage

A B C Repères de filerie
1 2 3 4 5 6 n
X lignes
vert. Bornier A
4² noir
1
L1 4² noir
2
L2 4² noir
3
L3 T
C1 1
2
3

20
21
22
K1 11 Tout en
1,5² noir
12 Bornier B
13 1
2
3
4
5
ETC…. 6
7
8
9
10
11

Figure 2 : Exemple de schéma de câblage

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 11 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Le type de schéma ci-dessus n’est qu’une ébauche de « quelque chose » ressemblant à


un schéma de câblage, chaque constructeur, chaque atelier a (pratiquement) sa propre
méthode ; Cet exemple est pour vous montrer que n’importe qui peut mettre un fil d’un
endroit à un autre, y mettre un repère de filerie (vous aviez sans doute remarqué que l’on
met des repères sur les fils…), choisir la section, la couleur du fil de liaison, à partir du
moment où tout est indiqué.

L’électricien de maintenance, d’entretien, pour ses dépannages n’a pas besoin de ce


schéma de câblage, n’a pas besoin non plus du schéma de détail qui n’est guère pratique.
Tout au plus aura-t-il besoin du schéma de détail pour s’y retrouver dans certaines
connexions (qu’il aura préalablement identifiées).

Pourtant, dans certains cas, il n’y a rien d’autre que le schéma de détail !
Certains « packages », notamment les armoires d’équipements d’air conditionné (‘made
in’ ou avec la méthode U.S) ont un schéma de détail « collé » sur l’intérieur de la porte. Et
même si vous consulter la notice, le manuel d’entretien, vous ne trouvez que ce même
schéma de détail ; Dans ce cas, il n’y a plus qu’à « se le farcir »….

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 12 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

4. SCHEMAS DE PRINCIPE
C’est le schéma le plus utilise par l’électricien à la fois pour la conception des schémas (en
analyse fonctionnelle), l’étude, les modifications et pour le dépannage. L’on parle bien
entendu de matériel classique ‘en ‘hard’ avec des relais, des contacteurs, des commandes
et automatismes d’équipements bien concrets.

Le ‘soft’ avec les automates utilise toutefois (c’est mon opinion) une certaine forme de
schéma de principe avec le « ladder diagram », pour les circuits de commande.

SCHEMATIC DIAGRAM
R Y B
380 V , 60 Hz
Fs
R Start S
( Remote )
Start
( local )
R R C
C C

Stop A
( Remote )
O/C O/C
Stop
( local )
O/C

O/C A A Loc Rem Loc Rem


1 1
R C
A Red Green
A
2 2
Fs S Run Stopped
Y
M

Figure 3 : Exemple de schéma de principe

Le schéma de principe ci-dessus est pour exactement la « même chose » que le schéma
de détail du paragraphe précédent : démarrage moteur, un sens de marche, 2 stations de
commande Marche - Arrêt et 2 signalisations arrêt / marche.

Comme pour le schéma de détail, le schéma de principe a une partie ‘puissance’ en gros
traits et une partie commande en traits fins.

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 13 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

4.1. CONVENTIONS D’EXECUTION DU SCHEMA DE PRINCIPE

Il existe un certain nombre de conventions (pratiquement) communes à tous les pays et


donc tous les types de normes. Vous aurez à les respecter si vous même effectuer un
schéma de principe.

4.1.1. Circuits de puissance et circuits de commande :

L’ensemble du schéma regroupe tous les appareils de protection, de coupure et


de commande d’un équipement (de force / puissance) donné : un moteur, un
actuateur, une résistance de chauffage, une armoire de sous – distribution, etc…

Un autre équipement de « force » possède son propre schéma de principe sur un


folio séparé

Dans la mesure du possible, puissance et commande sont regroupés sur le


même folio. Commande à gauche, puissance à droite ou l’inverse, il n’y a pas de
contrainte sur ce point.

Les parties communes, soit les automatismes, les verrouillages, les interfaces
avec d’autres «équipements, etc.… sont l’objet d’un schéma de principe (partie
commande) sur folio(s) séparés. Ce pourra même être un schéma d’automate
indépendant.

4.1.2. Circuits de puissance

Tous les appareils (sectionneur, interrupteur, disjoncteur,….) sont,


physiquement, dans la même enveloppe : même armoire ou même tiroir ou
même coffret, etc.…

Toutes les connections sont représentées et en traits gros,

Les appareils sont représentés dans l’ordre logique du sens du courant, du haut
vers le bas. Des bornes d’arrivée au moteur en passant (dans l’ordre) par le
sectionneur / interrupteur, les fusibles ou disjoncteurs, le contacteur (ou
contacteur disjoncteur), le(s) relais, les bornes. La représentation de la gauche
vers le droite est également possible.

Les contacts auxiliaires des appareils de puissance sont représentés (ou non)
sur le même axe que les pôles principaux ou à côté de l’appareil concerné

Nombre de pôles en fonction de l’utilisation demandée : mono (Ph + T), bi, tri,
tétra (et même hexa)

Toute la ‘ligne’ est à la tension de fonctionnement du moteur continu ou alternatif,


de quelques volts à 11kV (c’est la tension maximale que j’ai vu pour un moteur).
Support de Formation EXP-MN-SE040-FR
Dernière Révision: 08/02/2008 Page 14 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

De l’arrivée vers le Pour ce schéma de puissance, il concerne


moteur un moteur en démarrage direct avec 2
solutions de protections

Protection par disjoncteur (Q1),


enclenchement par contacteur (Q11)

ou

Protection par fusibles (F1)


Enclenchement par contacteur (Q11)
Déclenchement (en défaut) par relais
thermique (F2)

Remarquez :

- Les contacts auxiliaires

- La connexion terre qui est toujours


représentée sur le circuit puissance

Figure 4 : Exemple de circuit de puissance

4.1.3. Circuits de commande

Pour dessiner un circuit de commande, on commence par 2 traits parallèles


horizontaux ou verticaux, suffisamment espacés pour y ‘caser’ les organes de
commande. Ce sont les ‘barres de distribution’, avec polarités ‘+’ et ‘-‘ en CC et
repères au choix en CA.

Sens de dessin et lecture


dans les 2 formats
Polarité ‘+’ ou ‘A’

Zone contacts Zone Zone


Schéma entre contacts ‘récepteur’
les 2 ‘barres’ ou

Zone ‘récepteurs’
Schéma entre les 2 ‘barres’
Polarité ‘–’ ou ‘B’

Figure 5 : Comment rédiger et lire un schéma de principe / commande

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 15 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Chaque séquence doit être dessiné de gauche à droite et du haut vers le bas –
et là c’est toujours comme ça, pour tout le monde.

Chaque étape doit être dans l’ordre strict d’occurrence quand lue de la gauche
vers la droite (ou du haut vers le bas

Quand le nombre d’étapes, de séquences, de fonctions devient trop important


pour être contenu sur la même page, la continuation doit être faite sur les autres
pages en prenant soin de ne pas dissocier des séquences logiques. Toujours
grouper sur la même page une mise en série de contacts, une mise en parallèle
intermédiaire.

Faire les renvois et notes nécessaires pour la compréhension entre pages

La partie supérieure du schéma (en barres de distribution horizontales) et la


partie gauche (en barres verticales) est réservé aux contacts et commandes
(poussoirs, fin de course, contact de relais, temporisation, etc.….).

La partie inférieure du schéma (en barres de distribution horizontales) et la partie


droite (en barres verticales) est réservé aux récepteurs (bobine de relais /
contacteurs, lampes, résistances, etc.…)

Tous les contacts et éléments en série doivent être dans la mesure du possible,
dessinés sur la même ligne entre eux et avec l’élément qu’ils commandent.

Quand le nombre de contacts en série devient


trop important (pour entrer entre les 2 barres de
distribution), faire des renvois logiques sans
effectuer de croisement. Un circuit de
commande avec des croisements (sauf quand etc
on ne peut vraiment pas faire autrement) est un
mauvais schéma.

Figure 6 : Les renvois en série

Tous les contacts et éléments en parallèle doivent être dessinés, dans la mesure
du possible, sur la même ligne, au même niveau afin de mettre en évidence cette
fonction de mise en parallèle.

Tous les récepteurs (bobines, lampes,….) étant en fait les éléments opérant
recevant les polarités ou la tension, doivent être dessinés sur la même ligne, ceci
pour faciliter l’identification.

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 16 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Tout ‘désir’ d’aligner un contact avec ‘sa’


bobine (de relais) l’actionnant pour la simple
raison qu’ils appartiennent à la même ‘boîte’
doit être évité
K1

Figure 7 : Attention à l’alignement des contacts

K1 K2

Tous les éléments récepteurs commandés / alimentés entre les deux mêmes
barres de distribution sont de même tension.
Certains schémas de principe / 48V CC +
commande peuvent avoir plusieurs 127V CA Ph
‘réseaux’ de distribution. Dans ce cas 220CV CA Ph1
la tension est indiqué sur chaque page,
sur chaque barre, et attention à ne pas
Schéma de
mélanger les tensions.
commande
Figure 8 : Schéma à multi distribution
220CV CA Ph2
Dans ce cas (à multi barres de 127V CA N
distribution), les barres 48V CC -
‘correspondantes’ se retrouvent au
même niveau comme indiqué sur le croquis

Les appareils et protections alimentant les circuits de commande (soit les barres
de distribution) peuvent nécessiter des transformateurs, des convertisseurs (CA
vers CC par exemple) ; il y aura également des interrupteurs, des fusibles des
disjoncteurs, etc. …. Ceux-ci peuvent indifféremment être représentant sur la
partie ‘circuit de puissance ‘ ou ‘circuit de commande’. Il n’y a évidemment pas de
problème si tout est sue la même page

Avec les conventions vues ci-dessus, nous avons fait le tour du ‘principal’. Il existe
d’autres conventions, propre aux constructeurs, aux normes de tel ou tel pays, à tel
utilisateur développant ses propres règles, mais elles sont « secondaires ». Du moment
que vous respectez ce qui a été énoncé, vous comprendrez et pourrez dessiner un
schéma de principe.

Et, en conseil (gratuit), essayer d’éviter ce type de pont sur les schémas de principe, sur
certains schémas, après nombreuses copies, réduction, l’on ne sait plus trop
si c’est une connexion ou un pont……

Figure 9 : Le « pont » à éviter sur un schéma

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 17 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

4.1.4. Principes d’identification

Le principe de base, contrairement au schéma de détail, est de pouvoir avoir toutes les
parties d’un « ensemble »(par exemple une bobine de relais et ses ‘x’ contacts NO ou NF),
disséminés un peu partout sur le(s) schéma(s).

La contrainte « d’assemblage » est l’association


sur un même contrôle de ‘x’ contacts et fonctions
11
13 de commande.
BP M BP A
12 14
11 21 Tout ce qui appartient à la même ‘boîte’ (la
11 K1 bobine du relais et ses contacts) aura la même
K0 12 22 identification, le même repère quel que soit son
12 11 emplacement sur le schéma. La seule différente,
33 K3 sur certains schémas est la lettre et/ou le numéro
S 12 pour les bornes elles-mêmes, l’appareil et ses
34 composants gardant toujours la même
a a identification de base.
K1 K2
b b Figure 10 : Exemple d’identification et de
repérage de bornes sur circuit de commande

Avec ce schéma, l’électricien effectue les dépannages. En suivant chaque étape de la


séquence, il comprend non seulement comment « ça marche » mais il peut voir aussi où
« ça cloche ».

Reprenons le moteur a un sens de marche

Figure 11 : Circuit de principe moteur a un sens de marche – une boîte à boutons

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 18 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Dans le schéma de gauche, nous avons la protection directe sur le circuit puissance par le
disjoncteur le déclenchement sur le circuit de commande s’effectuant le contact auxiliaire
du disjoncteur Q1

Le schéma de gauche est avec fusibles et relais thermique, la boîte à boutons représentée
câblée pour ce shéma.

Le fusible F0 est à intégrer dans le circuit de commande s’il n’y a pas d’autres protections
prévues à cet effet.

4.1.5. Exercices – les schémas de principe

A votre tour de « faire » des schémas de principe

1. Moteur à un sens de marche, une boîte à boutons Marche – Arrêt avec ‘shuntage’ du
relais thermique de protection pendant le démarrage (un certain temps)

Boîte à boutons
I = Marche
0 = Arrêt

Compléter le circuit de commande

Q14 : contacteur de shuntage K1 : relais temporisé Q11 : contacteur de ligne

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 19 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

2. Voici 1 circuit de puissance ‘éclairage’. Compléter le circuit de commande sachant que


le contacteur ‘C’ ne possède pas de contact auxiliaire, l’auto - alimentation et les
indications sont gérées par ‘R’, F2 protège les bobines et F3 les lampes. Ce type de
« disposition » est correct

Ph N
F1
L1 L2 L3 L4 L5 Lx

I-b
48V + 48V -
F2 0-a 0-b I-a
C

R
F3 ON

OFF

3. Voici 2 circuits puissance pour la même fonction. Ils sont toutefois différents, définissez
chacun de des types de démarrage ‘A’ à gauche, ‘B’ à droite. Définissez en énumérant
les différents éléments, avec leurs fonctions

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 20 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

4. Compléter le schéma de commande ci-dessous

Inversion du sens de marche après actionnement du bouton arrêt (bouton 0), ce


schéma commande est le complément du schéma puissance au-dessus
Q11 : contacteur de ligne, marche à droite
Q12 : contacteur de ligne, marche à gauche
Boite à boutons (S11)
I = marche à droite
0 = arrêt
II = marche à gauche
La boîte à bouton est représentée câblée pour vous aider, et attention, l’on utilise les NO
et NF des boutons marche.
Le contact NF ‘F2’ est supposé incorporé après Q1

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 21 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

5. Compléter le schéma de commande ci-dessous

Inversion du sens de marche sans actionnement du bouton arrêt (bouton 0)


Même schéma puissance qu’au-dessus avec une ‘variant’ de fonctionnement
Q11 : contacteur de ligne, marche à droite
Q12 : contacteur de ligne, marche à gauche
Boite à boutons (S11)
I = marche à droite
0 = arrêt
II = marche à gauche
La boîte à bouton est représentée câblée pour vous aider, et attention, l’on utilise les NO
et NF des boutons marche.
Le contact NF ‘F2’ est supposé incorporé après Q1
Cela ressemble à l’exercice précédent, mais c’est différent !

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 22 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

6. Le démarrage étoile triangle

Voici le circuit de puissance ci-après.


Vous êtes déjà électricien et devez
savoir ce qu’est un démarrage étoile
- triangle
Si cela est ‘nébuleux’, faites vous
expliquer le principe du couplage /
démarrage en étoile puis en triangle.

Le but ici est de faire travailler ses


neurones et d’expliquer un
schéma « logique », il est question
du schéma de principe / commande

La protection est soit avec fusible,


soit avec disjoncteur

Question : écrivez les étapes de


fonctionnement du circuit de
commande ci-après avec descriptif
des ouvertures / fermetures de
contacts, les
enclenchements /
déclenchements de
contacteurs / relais

La première étape étant :

Le système étant à l’arrêt,


j’appuie sur le bouton
marche ‘I’,……..etc…
C’est-à-dire, ce qui se
passe

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 23 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

7. Le démarrage étoile triangle

Soit le même circuit


de puissance que
l’exercice
précédent, voici
une seconde
version du circuit
de commande

Question : écrivez
les différentes
étapes de
fonctionnement
avec tous les
détails nécessaires
pour la
compréhension
(descriptive) du
schéma.

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 24 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Ici aussi : le système est à l’arrêt


- J’appuie sur le bouton marche ‘I’
- La bobine du contacteur Q13 est excitée, le couplage étoile (circuit puissance) s’effectue
- Le contact Q13 /13-14 alimente……………etc.

Si vous savez décrire une séquence d’automatisme, c’est que vous savez lire (et
comprendre) un schéma de principe.

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 25 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

5. SCHEMAS UNIFILAIRE
Un schéma unifilaire est un plan de représentation simplifié d’une distribution
puissance à multi lignes (regroupant indifféremment : trois - phase, trois - phases +
neutre, une phase + neutre, CC avec 2 lignes).

Le schéma unifilaire n’utilise qu’une seule ligne pour montrer la multi distribution dessinée
sur un schéma de principe ou de détail. Comme c’est une simplification, c’est évidemment
plus facile à lire et permet de regrouper sur le même plan le maximum de circuits, le but
étant d’avoir une « vue générale » de l’installation / distribution électrique de l’unité
considérée.

Définition plus “officielle” de NF X 50-106-2 : c’est un schéma donnant la configuration des


réseaux électriques, y compris ceux d'automatismes desservant les différentes parties de
l'ouvrage et montrant leurs relations mutuelles et les moyens employés à cet effet" .

5.1. PRINCIPES – REPRESENTATION UNIFILAIRE

Symboles utilisés pour la représentation


Exemple d'un schéma unifilaire
unifilaire :

Table 1 : Représentation et symboles filerie en unifilaire


Support de Formation EXP-MN-SE040-FR
Dernière Révision: 08/02/2008 Page 26 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Deux ou plus de deux conducteurs sont représentés par un trait unique.

On indique sur ce trait le nombre de conducteurs en parallèle.

Cette représentation est surtout utilisée en distribution triphasée, celle-ci étant la


distribution la plus fréquente et la plus commune. Mais un schéma unifilaire peut
regrouper sur la même page, différents types de distribution (Tri et mono et
continu, etc.…)

Les symboles des appareils multipolaires sont rigoureusement les mêmes que
ceux utilisés dans les autres types de schémas – en représentation 1 pôle
(évidemment).

L’unifilaire indique les « relations électriques » entre les différents éléments /


composants d’une installation (plutôt que les relations physiques d’emplacement
par exemple).

L’unifilaire regroupe et donne un grand nombre d’informations

Figure 12 : Exemple de schéma unifilaire

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 27 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Les unifilaires sur site sont (presque toujours) en format A0 et A1. C’est un peu difficile de
passer ça au format A4. Pour le cours, essayer d’obtenir un « vrai » schéma unifilaire et
vous verrez que l’on y trouve beaucoup de choses.

Lorsque l’on veut schématiser un « principe » de distribution, l’on utilise le système


unifilaire. Dans l’exemple ci-après, la symbolisation n’est pas complète, le but étant
simplement de faire comprendre l’utilisation des différents réseaux de distribution avec un
« sketch » en mode unifilaire.

DISTRIBUTION UNIFILAIRE NORMALE + SECOURS + ESSENTIELLE

3 Ph 3 Ph 3 Ph
G1 G2 EDG
400V 400V 400V

Armoire
TGBT DIST. NORMAL ½ Armoire ½ Armoire
DIST. NORMAL - - JEU DE Partie Secours Partie Essentiel
JEU DE BARRES ‘A’ BARRES ‘B’
DISTR. SECOURS DIST. ESSENTIEL

Distribution Secours: Distribution Essentielle:


Distribution “normale”: appareils hors service en appareils réalimentés en
appareils réalimentés
cas de déclenchement 1ère urgence
en 2ème urgence

Figure 13 : Sketch en unifilaire

Exemple de schéma de site :

L’exemple ci-après est une copie de schéma unifilaire de distribution du site CPU de Total
Indonésie.

Il montre les boucles de distribution HT (ou MV pour Médium* Voltage) en 3x5,5 kV et le


principe de distribution BT (LV pour Low voltage en 3x400V

*La MV, n’existe plus officiellement : BT jusque 1 kV et HT systématiquement au dessus


de 1000V.

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 28 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Figure 14 : Exemple de schéma unifilaire (Total Indonésie – CPU)

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 29 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

5.2. EXERCICE SCHEMA UNIFILAIRE

8. Dessinez l’unifilaire pour le schéma ci après

POWER SCHEMATIC DIAGRAM


G G

3
5.5 kv 3 5.5 kv

5.5 kv - 3ph - 50 Hz

5.5 kv 5.5 kv

0.4 kv 0.4 kv

0.4 kv 3ph - 50 Hz

M M

3 3

M M

3 3

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 30 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 31 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

6. SCHEMA BLOCK
“L’on” n’a pas le temps de faire un schéma de principe ni même un schéma unifilaire,
« l’on » désire simplement expliquer comment fonctionne un équipement, un système une
installation sans vouloir indiquer les « superflus » de caractéristiques, de symbolisations,
de normalisation, etc.…..

« L’on » utilises des boîtes, on dit ce que c’est avec du texte à l’intérieur et on met des
flèches entre deux, des flèches et des boîtes avec un ordre logique, fonctionnel (quand
même !).

6.1. SCHEMA BLOCK – CHAINE FONCTIONNELLE

6.1.1. Définition

Une chaîne fonctionnelle représente une unité élémentaire de conception et d’étude d’un
système automatisé. Elle est caractérisée par un agencement fonctionnel de constituants
sous forme de chaîne qui regroupe tous les éléments de la Partie Commande (PC) et de
la Partie Opérative (PO) concourant à la réalisation d’une tâche opérative. (voir chapitre
grafcet)

6.1.2. Modélisation d’une chaîne fonctionnelle par schéma block

6.1.2.1. Règles de construction

Chaque bloc représente un constituant de la chaîne et peut avoir deux significations :

en termes de constituants (capteur, pré actionneur, …),

en termes de fonctions d’automatisme (acquérir et transmettre, distribuer


l’énergie, …).

Chaque liaison représente une relation entre deux blocs et visualise l’information et/ou la
grandeur physique échangée entre les deux constituants. Une liaison peut avoir
également deux significations :

topographique (nécessité d’une liaison physique pour l’échange des signaux.


Exemples : fil électrique, tuyau, …).

fonctionnelle (nature et sens de l’échange. Exemple : le capteur adresse un


compte-rendu au module d’entrées de l’API / PLC).

A UN ACTIONNEUR CORRESPOND UNE CHAINE FONCTIONNELLE


Support de Formation EXP-MN-SE040-FR
Dernière Révision: 08/02/2008 Page 32 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Pour les chaînes fonctionnelles comprenant un actionneur réalisant deux actions


(Exemples : vérin double effet, moteur avec deux sens de marche, …), il est recommandé
pour une modélisation détaillée d’utiliser deux schémas blocs (un par action).

6.1.2.2. Propriétés d’une chaîne fonctionnelle


:
Une chaîne fonctionnelle comporte en générale trois parties :

la chaîne d’énergie,

la chaîne d’information,

la chaîne de traitement.

6.1.2.3. Mnémoniques utilisés pour la modélisation par schéma bloc


:
Pour les flux d’énergies :

WP.C : énergie d’alimentation de la partie commande

Wcp : énergie commande de puissance

WS : énergie de puissance stockée

Wdis : énergie de puissance distribuée

Wadap : énergie de puissance adaptée

WR : énergie résiduelle

WEnt : énergie d’entrée A.P.I.

Pour les flux de matière d’oeuvre :

MOe : matière d’oeuvre entrante

MOs : matière d’oeuvre sortante

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 33 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

6.1.3. Représentation d’une chaîne fonctionnelle

Figure 15 : Représentation générale d’une chaîne fonctionnelle


Support de Formation EXP-MN-SE040-FR
Dernière Révision: 08/02/2008 Page 34 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Figure 16 : Exemple d’une chaîne fonctionnelle en schéma block


Support de Formation EXP-MN-SE040-FR
Dernière Révision: 08/02/2008 Page 35 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

6.2. SCHEMA BLOCK – LOGIQUE DE FONCTIONS

Un schéma block peut s’appliquer à n’importe quelle suite logique d’événements mettant
en oeuvre différents éléments / composants non seulement dans les domaines techniques
de l’électricité, l’instrumentation, la mécanique, le process, etc…mais un peu dans
n’importe quoi !

Nous allons nous limiter ici au domaine électrique en prenant des exemples dans ce
champ d’activités.

Attention, nous ne sommes pas dans les blocs logiques (fonctions ‘et’, ‘ou’, ‘nand’,…)
assemblés en block pour former un schéma…, ça, c’est vu dans un chapitre suivant.
C’est quelque peu confus comme explication mais je ne vois pas comment faire mieux, de
toute façon avec ce que suit vous verrez bien dans quoi « on » se limite.

Le schéma block décrit une fonction (ou plusieurs fonctions) et./ou des événements entre
des variables d’entrée et de sorties . Ces variables sont connectées sur des blocs
intermédiaires par des lignes de connexions, une sortie de block pouvant être connectée
sur l’entrée d’un bloc suivant. (ou plusieurs blocs). Les connexions sont orientées
(généralement de gauche vers la droite et du haut vers le bas) et peuvent être ramifiées
Tous les traits et flèches doivent être identiques.

Exemple de schéma block d’un onduleur

Bypass circuit

Output
Filter select Filter
switch

MCBI Recti
AC input X Inverter AC output
fier

Charger
Ground
Control
circuit
72

Battery Battery

External signal
CIRCUIT BLOCK DIAGRAM

Figure 17 : Schéma block d’un onduleur

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 36 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Et à partir de ce schéma block, le fonctionnement en différentes configurations peut être


entrepris.

Opération en conditions normales (a) :

Output
select
Power Rectifier Inverter switch Output
( commercial )

Charger Battery

( a ) NORMAL POWER SUPPLY ROUTE

Figure 18 : Onduleur (inverter) en fonctionnement normal

Cet onduleur reçoit de l’énergie depuis le réseau de distribution ‘normal’, la convertit en


énergie continu avec le block redresseur (rectifier) et la reconvertit en énergie ‘courant
alternatif’ (avec l’onduleur / inverter) qui est synchronisée avec la source initiale en sortie
pour alimenter le’ réseau secouru’.

La batterie est maintenue chargée en permanence (en floating) afin d’être prête à
intervenir en cas de défaillance de la source normale d’alimentation (arrêt d’unité, baisse
de tension,…).

Opération en cas de perte d’alimentation normale (b) :

Output
select
Power Rectifier Inverter switch Output
( commercial )

Charger Battery

( b ) POWER SUPPLY ROUTE WHEN COMMERCIAL POWER SUPPLY IS ABNORMAL

Figure 19 : Onduleur (inverter) en fonctionnement avec la batterie

Quand la source normale est ‘absente’, le redresseur et le chargeur ne peuvent plus


fonctionner mais l’onduleur continue son opération ‘normale’ en prenant l’énergie depuis
les batteries et continue d’alimenter la charge, ceci sans interruption la batterie étant en
‘floating’. Cet ensemble s’appelle aussi un ASI pour Alimentation Sans Interruption…, et
UPS pour Uninterrupted Power Supply.

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 37 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Retour de l’alimentation normale (c) :

Dès que le ‘courant normal’ revient, le redresseur et le chargeur reprennent leurs fonctions
et réalimentent « normalement » le block onduleur automatiquement et toujours sans
interruption. Le fonctionnement retourne à la première configuration (a).

Le chargeur aura au moment du retour ‘normal’, une fonction supplémentaire, celle de


recharger le jeu de batteries jusqu’à la charge maximale (en floating). L’ensemble
redresseur / chargeur doit être prévu en conséquence et avoir en fait une double capacité.

La source normale est hors service pour une longue durée (d) :

Si le retour de tension normale se fait attendre, la batterie se décharge et arrive au seuil


critique de faible tension. Les protections agissent et stoppent l’onduleur ceci pour éviter la
détérioration de la batterie.

La conséquence est alors, le « shutdown » complet…., c’est pour cela que sur les sites, il
vaut mieux se dépêcher de redémarrer au moins les groupes de secours qui réalimentent
les circuits « essentiels » en courant normal. Les onduleurs sont (toujours) connectés sur
les circuits essentiels.

Au retour de l’alimentation normale, l’ensemble, redresseur / chargeur / onduleur reprend


sa fonction ‘normale automatiquement, revenant à la condition (a).

Problème d’onduleur (e) :

Output
select
Power Rectifier Inverter switch Output
( commercial )

Charger Battery

( e ) POWER SUPPLY ROUTE WHEN OVERLOAD APPEARS OR WHEN INVERTER FAILS

Figure 20 : Onduleur (inverter) en fonctionnement en by-pass

En cas de problème d’onduleur (surcharge, défaillance de composant,….), l’interrupteur


statique (static ou select switch) bascule automatiquement sur la source ‘normale’ et
toujours sans interruption.

Lorsque l’onduleur retourne en service, généralement il faut réarmer au niveau de


l’armoire onduleur pour avoir le retour en condition (a).

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 38 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

7. SCHEMAS DISTRIBUTION TERRE


Il ne s’agit pas ici des différentes méthodes de mise à la terre (c’est l’objet du cours
spécifique « mise à la terre ») mais uniquement des plans d’exécution des poses des
câbles de terre (terre à fond de fouille), et des différents raccordements sur les masses
métalliques (plans montrant en détail les raccordements).

7.1. LE SCHEMA GENERAL DISTRIBUTION TERRE

Unité traitement eau

Génération 1

Salle contrôle / électrique


/ instrumentation
Génération 2

Barrette collectrice Pompes eau


Gaz & huile process

Produits chimiques
+ ‘X’ connexions et
interconnexions

Réservoirs expédition
Manifolds
Stock
&.
Atelier

Câble de terre nu à fond de fouille Regard avec piquet de terre

Connexion sur fond de fouille détail ‘A’ et Barrette collectrice dans l’unité pour les équipements
avoisinants (instruments, éclairage,…)
connexion équipement détail ‘B’

Figure 21 : « Schématique » de distribution et raccordements terre sur unité

Les schémas de ce type peuvent regrouper ‘x’ folios reprenant distribution et détail avec
plans d’implantations des équipements au niveau du site, des unités des sous - unités,
des sous-ensembles, etc.,…, ceci en fonction de la taille du site.

C’est une ‘sorte’ de schéma unifilaire montrant sur un plan d’implantation des
équipements :

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 39 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Tous les câbles de terre nus à fond de fouille (enterrés) avec indication des
sections

Tous les câbles de terre nus en passage aérien (sur chemins de câble ou sous
conduits) avec indication des sections

Les raccordements de cette distribution générale de terre (à fond de fouille et en


aérien) avec les équipements électriques, montrant le détail de raccordement ou
portant une référence à un cahier de détail définissant le type de connexion.

Les raccordements avec les équipements métalliques de ‘process’ (avec ou sans


matériel électrique sur l’équipement) (avec référence au détail)

Les raccordements avec les structures métalliques (avec référence au détail)

Les détails et méthodes de raccordements sur le plan général et/ou sur un cahier
annexe entre la terre à fond de fouille et les équipements métalliques raccordés

Les puits de terre, les piquets de terre, avec détails de raccordements

Les barres collectrices de terre, les barres / barrettes de coupure

Les interconnexions avec les autres réseaux de terre spécifique (instrumentation,


électronique, foudre,…etc.

…/…

7.2. LES DETAILS DE CONNEXIONS TERRE :

En complément du schéma général de distribution, un cahier montrant en détail les


principes et méthodes de raccordements existe pour chaque projet. Il indique précisément
le type de matériel à employer et comment mettre en œuvre tous les raccordements.

Ce sera : la dérivation depuis la boucle à fond de fouille (avec connecteur ou soudée), la


connexion sur un pilier de structure (soudé, vissé, type de boulon,….), combien de points
de raccordement sur tel réservoir, comment raccorder sur le collecteur de terre, etc.…

Les Spécifications générales Total indiquent ces détails, mais chaque projet, chaque site
a son propre cahier de détail (bien souvent difficile à trouver une fois la construction
terminée…)

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 40 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Exemple de détail de connexions

Figure 22 : Exemples de connexions terre sur structure métallique

Note : les raccordements sur la terre à fond de fouille sont généralement réalisés en
utilisant le système de soudure aluminothermique. Ce même procédé est utilisé pour les
raccordements sur structure métallique.

Deux métaux différents, associés créent entre eux un couple galvanique provoquant une
corrosion. La soudure fait fondre les métaux, les agglomèrent et supprime ce phénomène
de couple

Dans l’exemple ci dessus, avec un raccordement câble à fond de fouille en cuivre sur
structure en acier, si l’on n’utilise pas la soudure, il faut impérativement utiliser un
‘interface’ bi – métal (Cu – acier) qui lui aura déjà eu cette « fonte » au niveau du contact

Le principe de la soudure aluminothermique est dans le cours « terre et défauts


électriques »

Piquets de terre

Dans le détail des raccordements vous trouverez les informations sur les piquets de terre,
pour les installations on shore (bien évidemment).

Vous aurez également les renseignements techniques sous forme de fiches ou data –
sheet avec dimensionnement et la auusi la méthode de raccordement.

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 41 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Les piquets de terre disposent toujours d’un regard de terre, et c’est indiqué sur le schéma
de distribution de terre

Figure 23 : Puits de terre, regard et soudures sur structure

Ce genre de détails fait partie des schémas complémentaires à la distribution de terre. Sur
votre site, ils existent, ils font partie intégrante des documents ‘projet’. C’est pour avoir vu
nombre de fois, les raccordements de terre « négligés » et en commentaire des réflexions
du style « on n’a pas de plans, on sait pas comment faire….. ».

Si vous avez un poste de responsabilité (en électricité) sur votre site, trouvez ces plans,
gardez les constamment disponibles et montrez les à vos subordonnés afin qu’ils
n’oublient jamais de raccorder convenablement les terres

7.3. LES BOUCLES DE TERRE

Nous revoyons ceci avec le cours spécifique sur la mise à la terre, voyons ici simplement
2 « petites choses » qu’il vaut mieux (peut-être)
savoir tout de suite…..

Figure 24 : Collecteur de terre

Tous les cables de terre raccordés sur les équipements, les boucles de terre à fond de
fouille se retrouvent (tôt ou tard) raccordés un collecteur, sur une barre de ‘regroupement’.

Plusieurs barres sont disposées dans l’unité, une barre collectrice générale se trouvant au
niveau du TGBT, ou de la génération de puissance. Une mesure ‘globale de la valeur de
terre est effectuée au niveau du point central ; valeur qui doit être ‘pour ‘nos’ un ités :

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 42 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

On shore:

< 10 ohms (moins de 10 Ώ) en zones non classées à risques ; en pratique


la valeur obtenue est même bien souvent inférieure à 2 ohms

< 1 ohm (moins de 1 Ώ) en zones classées à risques (0, 1 et 2 – pour


installation de matériel Ex -atex)

Offshore:

< 0.5 ohm (moins de 0.5 Ώ) à un point quelconque de l’installation

7.3.1. "Electrical" ground and "mechanical" ground

Barrette
interconnexion Salle électrique MCC

Terre électrique en MCC

Câble de terre incorporé au câble d’alimentation

M
Connexions à la
terre des masses

Figure 25 : "Electrical" ground and "mechanical" ground

Il n’existe pas de terme ‘spécifique’ pour différencier les types de raccordement à la terre.
Le terme «électrique » et le terme « mécanique » ont ici été inventés pour la
compréhension, ceci afin que vous sachiez que sur un site industriel :

Un appareil électrique (moteur, lampe, chauffage,…) est raccordé au moins 2


fois à la terre, sur la terre « mécanique » (terre des masses, la boucle sur site),
et sur la terre « électrique » par son câble d’alimentation qui comporte
obligatoirement un conducteur ‘PE’, le fil ‘vert - jaune’.

Une masse métallique même sans aucun équipement électrique (réservoir,


séparateur, skid,…) est raccordé au moins une fois à la terre « mécanique ».
Plusieurs raccordements « mécaniques » peuvent exister, ceci est fonction de la
Support de Formation EXP-MN-SE040-FR
Dernière Révision: 08/02/2008 Page 43 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

masse elle-même (du volume de métal), les règlements / normes sont à


consulter pour connaître ces détails.

Les masses « électriques » et « mécaniques » sont réunies sur un collecteur général.

Et (encore un conseil….), sur « votre site », lorsque vous voyez des terres « mécaniques »
non branchées ou même mal connectées, et si cela ‘ne vous concerne pas’, sachez que
vous participez activement à la corrosion des équipements et que peut être vous aurez
une part de responsabilité dans le futur accident du à un défaut électrique….

7.3.2. Distribution domestique

A la maison, il faut impérativement raccorder toutes les parties métalliques, voici ci-après
un schéma qui n’est pas « normalisé », mais qui à au moins le mérite d’être ‘explicite’.

Figure 26 : Interconnexion des terres en distribution domestique

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 44 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

8. SCHEMAS LOGIQUE
Nous sommes dans le domaine du “digital”.

Si pour indiquer une grandeur physique, telle que le nombre de volts, l’on utilise un
voltmètre ‘analogique’, la valeur mesurée est indiquée par une aiguille sur une échelle
‘physique’ ou le lecteur doit faire son estimatif de grandeur

Avec un voltmètre ‘digital’, ce sont directement des numéros qui apparaissent. Il faut donc
un système de codification, un système ‘numérique’ pour transformer une grandeur
physique en indication numérique (ou digitale).

Nous entrons dans le système ‘0’, ‘1’

8.1. LOGIQUE COMBINATOIRE

Nous allons aborder une algèbre de Boole, un code binaire, des tables de vérité, des
symboles (et des portes) logiques, voyons d’abord comment on ‘triture’ tout çà
« logiquement ».

8.1.1. La variable binaire

L’électrotechnique, l’électronique et la mécanique étudient et utilisent la variation de


grandeurs physiques telles que la pression, le niveau, la tension...

Certaines applications qui ne prennent en compte que deux valeurs relatives à ces
grandeurs physiques, font que ces dernières soient considérées comme des variables
binaires.

8.1.2. Les états logiques

Les deux valeurs que peut prendre une variable binaire définissent, en particulier, ses
deux états logiques, qui sont exprimés au moyen de symboles pour lesquels l’usage est
d’utiliser les chiffres 0 et 1.

8.1.3. Outils de description d’une fonction logique

La fonction logique réalisée par un opérateur binaire peut toujours être définie par une
expression littérale.

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 45 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Exemple: la lampe est à l’état 1 (allumée) si et seulement si l’interrupteur est à l’état 1


(fermé).

À cette expression littérale peuvent être associés d’autres modes de représentation :

le symbole logique,

le schéma à contacts,

la table de vérité,

le chronogramme,

et l’équation logique.

8.1.3.1. Le symbole logique :

C’est la représentation schématique normalisée de l’opérateur.

Figure 27 : Représentation du symbole logique

Selon la norme (NF C 03.212), le symbole représentatif d’un opérateur logique est
constitué d’un rectangle, dans le tiers supérieur duquel est placé l’un des signes distinctifs
suivants : 1, &, ≥1, =1.

L’entrée ou les entrées de l’opérateur se situent généralement à gauche et la sortie à


droite.

Le signe o qui figure éventuellement sur la sortie indique sa négation logique.

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 46 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

8.1.3.2. Le schéma à contacts

Figure 28 : Représentation ‘style’ schéma à contacts

Le contact concrétise, par ses deux positions,


les deux états d’une variable binaire d’entrée.

Le contact e est la variable d’entrée.


S est la variable de sortie.

8.1.3.3. La table de vérité

Pour les opérateurs binaires de la logique combinatoire dans lesquels à une combinaison
d’états des variables d’entrée ne correspond qu’un état de la sortie, la table de vérité
précise toutes les relations possibles entre ces états.

Figure 29 : Table de vérité à deux variables


d’entrée :

Pour calculer le nombre de combinaisons à inscrire dans la


table de vérité, on peut utiliser la formule suivante
Nb. Ce combinaisons = 2n
(2 représente le nombre d’états logiques possibles et
n le nombre de variables d’entrées).

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 47 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

8.1.3.4. Le chronogramme

Le chronogramme est une représentation graphique qui permet de visualiser, en fonction


du temps, toutes les combinaisons d’états logiques possibles des entrées avec l’état
correspondant de la sortie.

Figure 30 : Le chronogramme dans la représentation logique

8.1.3.5. L’équation logique

(*) George BOOLE (1815-1864) mathématicien anglais qui a codifié les opérations et les
fonctions logiques, s’est révélée un outil indispensable en informatique.

Le signe = traduit une égalité d’état entre les deux membres de l’équation.
Dans chaque membre les variables peuvent être associées pour des opérations :

de produit logique, ET, par les symboles x, ., qui se lisent ET,

de somme logique, OU, par le symbole + qui se lit OU,

de négation logique, NON, par le symbole - qui se lit NON ou BARRE.

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 48 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

8.1.4. Le Logigramme

Le traitement logique des informations peut nécessiter la mise en oeuvre d’un nombre
important d’opérateurs binaires qui doivent être interconnectés.

Figure 31 : Exemple de Logigramme (et pas organigramme)

8.1.5. La logique combinatoire

L’algèbre de Boole (l’algèbre binaire fait partie de la logique combinatoire, nous en faisons
le paragraphe suivant.

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 49 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

8.2. ALGEBRE BINAIRE

8.2.1. Fonctions binaires de base

Les fonctions logiques élémentaires (l’algèbre de Boole) peuvent être décrites par leur
table de vérité ou leur équation :

A partir des 2 états possibles 0 et 1 de 2 variables a et b :

La somme logique Le produit logique La complémentarité

a 1 a 0 1
b 0 b a a
0 0 1 0 0 0
1 0
1 1 1 1 0 1
0 1
S S

a
S a b S
b

S = a+b S = a×b a=a


Fonction OU (OR) Fonction ET (AND) Fonction NON (NOT)

Il faut les 2 variables, ou


Il suffit d’avoir une variable
toutes les variables en série La valeur d’entrée est
à l’état 1 pour avoir la sortie
à l’état 1 pour avoir la sortie inversée
à l’état 1
à l’état 1

Table 2 : Les fonctions binaires de base

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 50 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

8.2.2. Propriétés de l’algèbre binaire

Voici l’ensemble des propriétés relatives à l’algèbre binaire.

Commutativité Associativité Distributivité

a+b=b+a a . (b . c) = (a . b) . c = a . b . c a + (b . c) = (a + b) . (a + c)

a.b=b.a a + (b + c) = (a + b) + c = a + b + c a .(b + c) = (a . b) + (a . c)

Absorption Élément neutre Théorème de: de Morgan

a + (a . b) = a a+0=a
a+b = a.b
a . (a + b) = a a.1=a

a.0=0 a.a=a
a.b = a+b
a+1=1 a+a=a

Table 3 : Propriétés de l’algèbre binaire

8.2.2.1. Développement du théorème de ‘de Morgan’ :

Equation Schémas équivalent Table de vérité Commentaire

a 0 1
b
Il faut les 2
a a b S 0 1 0
1 = entrées à l’état
a+b = a.b
b ‘0’ pour avoir ‘1’
1 0 0 en S
S

a 0 1
b
Il faut les 2
a 0 1 1
a S entrées à l’état
a.b = a+b b 1 = b ‘1’ pour avoir ‘0’
1 1 0 en S
S

Table 4 : Le théorème de ‘de Morgan’

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 51 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Le complément d’une somme logique est égal au produit logique des facteurs
complémentés de ce produit a + b + c = a ⋅b⋅c

Le complément d’un produit logique est égal à la somme logique des facteurs
complémentés de cette somme a ⋅b⋅c = a + b + c

8.2.2.2. Application / exemple avec ‘table de vérité’

Une sortie ‘S’ est fonction de l’état de 4 variables d’entrée : a, b, c, d

a b c d S
0 0 0 0 0 La sortie S est fonction des 4 entrées a, b, c, d
0 0 0 1 1 Les lignes jaunes du tableau indiquent la sortie S = 1
0 0 1 0 0 Cela permet de trouver l'équation de S
0 0 1 1 1
0 1 0 0 1 Équation de la sortie
0 1 0 1 0
0 1 1 0 1
0 1 1 1 0
1 0 0 0 0 Cette équation peut être simplifiée par les méthodes algébriques
1 0 0 1 1 (suppression des variables
1 0 1 0 0 changeant d’état quand les autres ne varient pas)
1 0 1 1 1
1 1 0 0 1 (même chose avec nouvelle
1 1 0 1 0 association)
1 1 1 0 1
1 1 1 1 0 : équation finale

Table 5 : Application table de vérité – équation booléenne

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 52 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

8.2.2.3. Code binaire réfléchi

Ou code Gray (un seul chiffre change lorsqu'on passe d'un nombre au suivant)

Code décimal Code hexadécimal Code binaire pur Code binaire réfléchi

0 0 0000 0000

1 1 0001 0001

2 2 0010 0011

3 3 0011 0010

4 4 0100 0110

5 5 0101 0111

6 6 0110 0101

7 7 0111 0100

8 8 1000 1100

9 9 1001 1101

10 A 1010 1111

11 B 1011 1110

12 C 1100 1010

13 D 1101 1011

14 E 1110 1001

15 F 1111 1000

Table 6 : Code binaire Gray pour 4 variables

Ce code est utilisé pour la représentation des tableaux de Karnaugh, voir ci-après

Quant à l’hexadécimal, il sera ‘revu’ avec le cours automates (API / PLC)

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 53 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

8.2.3. Fonctions binaires composées

Les fonctions de base peuvent se composer afin de créer des structures plus complexes :

NAND (ET NON) NOR (OU NON) XOR (OU EXCLUSIF)

a 0 1 a 0 1 a 0 1
b b b
0 1 1 0 1 0 0 0 1

1 1 0 1 0 0 1 1 0
S S S

a b S

a a b
a b 1
1 ou
b a b S

a b

S = a.b S = a+b S = a⊕b = a.b + a.b

Il faut les 2 variables Il faut les 2 variables Les deux variables dans la
d’entrée à l’état 1 pour avoir d’entrée à l’état ‘0’ (repos) même condition donnent
0 en S pour avoir 1 en S S=0

Table 7 : Fonctions binaires composées

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 54 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

8.2.4. Symbolisation des fonctions logiques

Fonction: OU ET NON

Norme US

Norme CEE ≥1 & 1

Fonction: NOR NAND XOR

Norme US

Norme CEE ≥1 & =1

Table 8 : Symbolisation des fonctions logiques

Nous avons une algèbre de Boole, un code binaire, des tables de vérité, des symboles (et
des portes) logiques, revoyons comment on ‘triture’ tout çà « logiquement ».

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 55 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

8.3. TABLEAUX DE KARNAUGH

Il reste encore un « truc » à voir avant de passer aux applications et à la réalisation des
schémas (et équations), c’est un système permettant à la fois d’assembler et de simplifier

8.3.1. Introduction

La réduction, pour une même expression, du nombre d'opérateurs et/ou du nombre de


variables exprimées, conduit à une écriture simplifiée de cette expression.

Il existe un grand nombre de méthodes de simplification d'expression booléenne, parmi


lesquelles on peut distinguer la simplification par le tableau de Karnaugh

On construit le tableau de Karnaugh de la fonction à simplifier. On recherche les cases


adjacentes qui ont pour valeur 1 et on les regroupe, par puissance de 2, en paquets les
plus gros possibles.

À l'usage, cette méthode s'avère la plus performante.

8.3.2. Construction du tableau de Karnaugh

8.3.2.1. Tableau à 3 variables

Figure 32 : Tableau de Karnaugh à 3 variables

Soit 3 variables a, b, c

L’on place les 4 combinaisons du produit ab en horizontal

L’on place les 2 combinaisons de c en vertical

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 56 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

8.3.2.2. Tableau à 4 variables

Figure 33 : Tableau de Karnaugh à 3 variables

Les 4 combinaisons ab en horizontal et les 4 de cd en vertical

8.3.3. Exemple de simplification d’équation

Simplification de l'équation logique :


avec le tableau de Karnaugh.

Figure 34 : Exemple 1 avec tableau de Karnaugh

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 57 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

L’on identifie dans le tableau les 4 combinaisons énumérés par l’équation qui serait
l’équivalent en écriture binaire pour abcd : 0100 + 1111 + 1011 + 1100

1er regroupement : a change d'état et est éliminé, il reste :

2ème regroupement : b change d'état et est éliminé, il reste : acd.

‘a » et ‘b’ ont changé d’état alors que les 3 autres variables étaient identiques

L’équation résultante est :

(Équation réduite sous forme polynôme ou canonique en ou).

De même que pour l’équation

W= abcd + abcd + abcd + abcd


Équivalent à W = 0000 + 0001 + 0011 + 0010, les variables a & b restent à 0 quand les 2
autres ‘bougent’

Figure 35 : Exemple 2 avec tableau de Karnaugh

Et ainsi de suite

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 58 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Figure 36 : Exemple 3 avec tableau de Karnaugh

Figure 37 : Exemple 4 avec tableau de Karnaugh

Figure 38 : Exemple 5 avec tableau de Karnaugh

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 59 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

8.3.4. Exercices avec tableau de Karnaugh

9. Simplifier à l'aide du tableau de Karnaugh l'équation logique suivante :

10. D'après le tableau de Karnaugh ci-dessous, rechercher l'équation logique réduite.

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 60 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

8.4. APPLICATION BINAIRE-LOGIQUE-KARNAUGH

8.4.1. A partir du tableau de Karnaugh

8.4.1.1. Pose de l’équation avec tableau de Karnaugh

Ce tableau permet de simplifier graphiquement une expression

x ab
S 00 01 11 10 Il s'agit de regrouper 2n cases adjacentes dans lesquelles
0 S=1
0 1 1 0
0
0 On obtient deux groupements
c 1 0 0 1 Jaune : b et d ne changent pas d'état (b=1 et d=0)
1
d Vert : b et d ne changent pas d'état (b=0 et d=1)
1
1 0 0 1
1
1 On retrouve bien l'équation simplifiée par la méthode
0 1 1 0 algébrique:
0

Table 9 : Exemple logique – vérité – Karnaugh – équation

8.4.1.2. Schémas

A partir de l’équation on peut en déduire les schémas, puisque nous avons déjà vu la
logique et les schémas d’exécution

Figure 39 : Schéma logique et schéma à contact

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 61 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

8.4.2. Application afficheur numérique

Soit l’application du décodeur BCD ou DCB pour Décimal Code Binaire avec affichage du
nombre en « illumination » de 7 segments

Figure 40 : Afficheur numérique – 7 segments

8.4.2.1. Table de vérité :

Suivant l’état ‘0’ ou ‘1’ de 4 variables d’entrée A, B, C, et D, correspondant aux chiffres de


0 à 9, il y aura 10 possibilités de sortie alimentant ou non chacun des 7 segments de
l’afficheur.

Entrées Sorties État


D C B A a b c d e f g afficheur
0 0 0 0 1 1 1 1 1 1 0 0
0 0 0 1 0 1 1 0 0 0 0 1
0 0 1 0 1 1 0 1 1 0 1 2
0 0 1 1 1 1 1 1 0 0 1 3
0 1 0 0 0 1 1 0 0 1 1 4
0 1 0 1 1 0 1 1 0 1 1 5
0 1 1 0 0 0 1 1 1 1 1 6

0 1 1 1 1 1 1 0 0 0 0 7

1 0 0 0 1 1 1 1 1 1 1 8

1 0 0 1 1 1 1 0 0 1 1 9

Table 10 : Table de vérité pour afficheur numérique

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 62 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

8.4.2.2. Tableaux de Karnaugh :

Table 11 : Tableaux de Karnaugh pour afficheur numérique

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 63 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

8.4.2.3. Schéma logique final

Et pour passer à la réalité, pour avoir par


exemple le ‘1’, il faut retourner à la table de
vérité et mettre ‘A’ à l’état ‘1’ (les 3 autres
restant à ‘0’), en sortie, les segments b et c
seront alimentés.

Si vous désirez faire un compteur ou un


décompteur (ou une montre), il faut rajouter
une autre logique sur A, B, C, D faisant
varier les états ‘0’ et ‘1’ en fonction du temps

Pour le multimètre avec 3 ou 4 « digits »,


c’est 3 ou 4 fois le même système avec en
plus une incrémentation faisant passer au
chiffre supérieur suivant la valeur
analogique…….

Figure 41 : Schéma logique de l’afficheur


numérique à 7 segments

8.4.3. A partir d’un énoncé

8.4.3.1. Définition du cahier des charges

On nous demande de réaliser un petit automatisme combinatoire qui comporte trois


entrées a b c et une sortie f. Le cahier des charges nous décrit le fonctionnement ci-après
:
La sortie f doit être active lorsque :

Les trois capteurs associés aux entrées a b c sont à l'état logique 0


simultanément

Le capteur associé à l'entrée c est à l'état logique 1 et le capteur associé à


l'entrée b est à 0

Le capteur associé à l'entrée b est le seul à l'état logique 1

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 64 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

8.4.3.2. Représentation par table de vérité

Nombre de La table de vérité d'un système combinatoire (combinatoire :


Nombre de la variable de sortie dépend exclusivement de l’état des
variables
lignes variables d’entrées) est constituée d'un nombre de colonne
d’entrée
égale au nombre de variables d'entrée, plus une
1 2
correspondant à la variable de sortie.
2 4
3 8 Le nombre de ligne est égal au nombre total de
combinaison des variables d'entrées, à savoir : 2nbr d’entrées
4 16
5 32
6 64 Table 12 : Table de vérité relation lignes/colonnes

Dans un tableau à trois entrées (a, b et c) et une sortie (f) on place les états dépendant du
cahier des charges : la sortie f est à 1 si … ce qui donne le tableau ci-dessous.

Les entrées a b c sont a b c f


à l'état logique 0 0 0 0 1
simultanément L'entrée c est à l'état
0 0 1 1 logique 1 et l'entrée b
0 1 0 1 est à l'état logique 0
0 1 1 0
L'entrée b est la seule à
1 0 0 0
l'état logique 1
1 0 1 1
1 1 0 0
1 1 1 0

Figure 42 : Table de vérité exemple de l’énoncé

De ce tableau on cherche à extraire l’équation afin de réaliser la synthèse de


l’automatisme.

On cherche dans le tableau les états où f est à 1 puis on regarde la combinaison des
entrées permettant cet état.

S’il y a un 1 sous la variable on prend cette variable, par contre s’il y a un 0 on prend le
complément de cette variable.

Les différentes variables doivent être positionnées ensembles ce qui se traduit par un ET
entre les différentes variables.

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 65 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Par contre la sortie f est à 1 pour quatre


a b c f
combinaisons des variables d’entrées. On
reliera donc les quatre équations par un 0 0 0 1 F = a.b.c
OU entre les différents groupements.
0 0 1 1
F = a.b.c
0 1 0 1
Figure 43 : Équation à partir de la table de
vérité 0 1 1 0 F = a.b.c
1 0 0 0
Ceci donne l’équation suivante : F = a.b.c
1 0 1 1
1 1 0 0
1 1 1 0

8.4.3.3. Réalisation à l'aide de portes logiques :

Il est alors possible de réaliser cette fonction à l'aide de portes :

a a.b.c

a.b.c
b

f
a.b.c

c
a.b.c

Figure 44 : Schéma en réalisation avec portes logiques

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 66 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

8.4.3.4. Simplification mathématique de l'équation

Le type de réalisation précédant nécessite un nombre important de portes logiques, alors


que la fonction f peut être simplifiée mathématiquement en utilisant les propriétés de
l’algèbre binaire :
a
f = a.b.c + a.b.c + a.b.c + a.b.c

f = a.c.(b+b) + b.c.(a+a)

f = a.c + b.c
b f

Ce qui nous conduit à une réalisation


plus simple.

Figure 45 : Schéma simplifié en


c réalisation avec portes logiques

8.4.3.5. Simplification de l’équation par tableau de KARNAUGH

La méthode de KARNAUGH permet la simplification des


bc 00 01 11 10 équations logiques pour des systèmes comportant jusqu'à
a 5 entrées.
0 1 1 0 1 Figure 46 : Simplification avec le tableau de karnaugh

1 0 1 0 0 On trace un tableau où chaque case correspond à une


combinaison logique des entrés, et où l'on passe d'une
colonne ou d'une ligne à l'autre en ne modifiant qu'une
variable d'entrée. On remplit alors le tableau à l'aide de la
f = a.c + b.c table de vérité, puis on regroupe les cases contiguës par
multiple de 2n (1, 2, 4, 8…) contenant la valeur de sortie
"1". On ne retient alors que la somme des produits de variables correspondant aux
variables d'entrés ne changeant pas d’état.

L’équation obtenue est la même que celle déjà obtenue au dessus.

Quant aux schémas ‘plus compliqués’, l’on aura l’occasion d’en voir avec le cours
‘automates’, et dans les cours instrumentation

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 67 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

8.5. EXERCICES DE LOGIQUE

11. Quelle représentation utilise-t-on pour représenter des fonctions logiques sous forme
de schéma ?

⃞ la forme équationnelle ⃞ la table de vérité

⃞ le tableau de Karnaugh ⃞ le logigramme

12. Quelle est la fonction logique décrite de la manière suivante : dans sa table de vérité à
trois variables (a, b et c), la colonne S ne possède qu’un seul 1, quand les trois
variables sont à 0.

⃞ fonction ET ⃞ fonction OU

⃞ fonction NOR ⃞ fonction NAND

13. Quelle est la fonction décrite ici : dans sa table de vérité à trois variables (a, b et c), la
colonne S ne possède qu’un seul 0, quand les trois variables sont à 1.

⃞ fonction ET ⃞ fonction OU

⃞ fonction NOR ⃞ fonction NAND

14. Les tableaux de Karnaugh sont surtout utilisés :

⃞ pour poser des équations logiques


⃞ pour résoudre des équations
⃞ pour transcrire des équations logiques
⃞ pour simplifier des équations logiques
15. Traduire le schéma à contacts sous forme d’équation logique.

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 68 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

16. Sachant que S = a + b ⋅ c , représenter le schéma à contacts et le logigramme.

17. Réaliser une fonction OU avec des fonctions NOR.

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 69 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

18. Tracer le logigramme de l’équation logique R = (m + r ) ⋅ a

- en utilisant des fonctions OU, ET, NON.

- uniquement avec des fonctions NAND.

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 70 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

19. D’après la table de vérité ci-dessous, rechercher l’équation de la sortie S (ne pas
réduire l’équation).

S = …………………………………………….

20. D’après le tableau de Karnaugh ci-dessous, rechercher l’équation logique réduite.

R = ……………………………………………

21. Simplifier l’équation logique suivante :

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 71 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

9. GRAFCET
Il ne s’agit pas de faire de vous, ici, un spécialiste du grafcet en conception et lecture mais
de vous donner les outils afin, au moins de comprendre un grafcet déjà existant. Vous
aurez ci-après toutes (ou presque) les références quant aux normes d’exécution.

Le grafcet est une étape, une interface servant (principalement) à l’élaboration des
séquences d’automatismes, un outil pour la codification d’un programme d’automates.

Dans notre industrie, le principe des schémas logiques, et la « méthode grafcet » sont
même utilisés dans les ‘manuels opératoires’ pour décrire les séquences de procédé.

Dans ce chapitre, il n’y a pas d’exercice et/ou d’application prévus ; vous trouverez des
exemples et exercices dans le cours automates programmables (API ou PLC),.

9.1. STRUCTURE SYSTÈME AUTOMATISÉ DE PRODUCTION (SAP)

Figure 47 : Structure d’un système automatisé de production

Avant de « partir » dans la conception d’un schéma en grafcet, (re)définissons la structure


d’un organe ; d’un système, d’une installation de production. C’est l’interface homme /
process géré par l’instrumentation, les systèmes d’automatismes, la distribution
électromécanique et les moteurs/actionneurs

Le système automatisé de production est constitué de trois parties :

La partie opérative

La partie relation

La partie commande
Support de Formation EXP-MN-SE040-FR
Dernière Révision: 08/02/2008 Page 72 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

9.1.1. La Partie Opérative (PO)

Qui opère sur la matière d’oeuvre et le produit.

Elle regroupe :

les capteurs qui assument l’ensemble des fonctions de la chaîne d’acquisition


course de vérin, détecteur de position, capteur de température, valeur de process
analogique ou numérique,etc.)

les pré-actionneurs : éléments chargés :

• d'adapter le faible niveau énergétique disponible en sortie de la P.C. (Partie


Commande) au besoin de la P.O ;

• de distribuer ou de moduler l’énergie délivrée aux actionneurs (contacteur,


distributeur, variateur de vitesse,…).

les actionneurs : éléments chargés de convertir l’énergie afin de l’adapter au


besoin de la partie opérative ; cette énergie étant ensuite consommée par les
effecteurs (moteur, vérin, électroaimant, résistance de chauffage, etc.) ;

9.1.2. La Partie Relation (PR)

Qui comporte le pupitre de dialogue homme - machine équipé des organes de commande
permettant la mise en/hors énergie de l’installation, la sélection des modes de marche, la
commande manuelle des actionneurs, la mise en référence, le départ des cycles, l’arrêt
d’urgence… ainsi que des signalisations diverses telles que voyants lumineux, afficheurs,
écrans vidéo, Klaxons, sonneries, etc.

9.1.3. La Partie Commande (PC)

Qui regroupe les composants (relais électromagnétique, opérateur logique, etc.) et les
constituants (API / PLC, cartes à microprocesseur, micro-ordinateurs, etc.) destinés au
traitement des informations émises par les organes de commande de la PR et capteurs de
la PO.

Les ordres résultants sont transmis aux pré-actionneurs de la PO et aux composants de


signalisation de la PR afin d’indiquer à l’opérateur l’état et la situation du système.
La dimension «point de vue» caractérise la situation de l’observateur décrivant le système
automatisé.

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 73 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

9.2. NOTION DE POINT DE VUE

Figure 48 : Notion de point de vue système

9.2.1. Point de vue système (procédé et processus)

Description faite par un observateur se situant d'un point de vue externe au SAP.

Le point de vue système décrit le comportement du système vis à vis du produit.

Le procédé est l’ensemble des fonctions successives exécutées sur un même produit au
cours de sa fabrication.

Le processus est l’organisation du procédé. C’est la succession des fonctions


simultanées réalisées sur tous les produits présents dans le système automatisé.

Le GRAFCET du point de vue système permet le dialogue entre le client et le concepteur


pour la spécification du système automatisé.

9.2.2. Point de vue partie opérative

Description du comportement du système faite par un observateur se situant d'un point de


vue interne au SAP et externe à la PC. Les choix technologiques de la PO sont effectués.

Le point de vue partie opérative décrit les actions produites par les actionneurs à partir
des informations acquises par les capteurs.

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 74 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Le GRAFCET du point de vue partie opérative permet le dialogue entre le concepteur de


la partie opérative et le concepteur de la partie commande.

La notation, à ce niveau peut être littérale (ex : fermeture de la porte) ou symbolique en


utilisant les repères du dossier technique.

9.2.3. Point de vue partie commande

Description du comportement du système par un observateur se situant d'un point de vue


interne à la PC

Ce GRAFCET prend en compte les choix technologiques et l’ensemble des échanges


PC↔ PO et PC↔ Opérateur. Il décrit dans un premier temps la marche normale et peut
évoluer en fonction des modes de marches et d’arrêts imposés par le cahier des charges
du système automatisé.

C’est le GRAFCET du point de vue du réalisateur de la Partie Commande

La notation retenue à ce niveau est la notation symbolique utilisant les repères du dossier
technique.

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 75 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

9.3. LE MODELE GRAFCET

L'AFCET (Association Française pour la Cybernétique Économique et Technique) et


l'ADEPA (Agence nationale pour le DEveloppement de la Production Automatisée) ont mis
au point et développé une représentation graphique qui traduit, sans ambiguïté, l'évolution
du cycle d'un automatisme séquentiel.

Ce diagramme fonctionnel: le GRAFCET (Graphe Fonctionnel de Commande, Étapes


Transitions) permet de décrire les comportements attendus de l'automatisme en imposant
une démarche rigoureuse, évitant ainsi les incohérences dans le fonctionnement.

9.3.1. Définitions

Le modèle est défini par un ensemble constitué :

d’éléments graphiques de base comprenant : les étapes, les transitions, les


liaisons orientées.

d’une interprétation traduisant le comportement de la partie commande vis-à-


vis de ses entrées et de ses sorties, et caractérisée par les réceptivités associées
aux transitions et les actions associées aux étapes.

de 5 règles d’évolution définissant formellement le comportement dynamique


de la partie commande.

d’hypothèses sur les durées relatives aux évolutions.

9.3.2. Éléments graphiques de base

Figure 49 : Éléments graphiques


de base du grafcet

Étape: une étape représente une situation stable de la PC

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 76 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Une étape est soit active soit inactive. On peut associer à chaque étape i une variable
Xi image de son activité.

ex: Étape 2 active → X2 = 1 Étape 2 inactive → X2 = 0

Étape initiale: étape active au début du fonctionnement. Elle se représente par un double
carré.

Liaisons orientées:
Elles relient les étapes aux transitions et les transitions aux étapes. Le sens général
d’évolution est du haut vers le bas. Dans le cas contraire, des flèches doivent être
employées

Transitions : une transition indique une possibilité d'évolution d’activité entre deux ou
plusieurs étapes. Cette évolution s'accomplit par le franchissement de la transition.

Réceptivité : La réceptivité associée à une transition est une fonction logique :

des entrées (capteurs, commande opérateur)

des activités des étapes (Ex : X1 pour étape 1 active.)

des variables auxiliaires (Ex : [C1=10] pour un test sur compteur C1)

Action: L'action indique, dans un rectangle, comment agir sur la variable de sortie, soit par
assignation (action continue), soit par affectation (action mémorisée)

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 77 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

9.4. REGLES D’EVOLUTION

Règle 1 : Situation initiale

La situation initiale est la situation à l'instant initial, elle est donc décrite par l'ensemble
des étapes actives à cet instant.

Règle 2 : Franchissement d’une transition

Une transition est validée lorsque toutes les étapes, immédiatement précédentes reliées
à cette transition, sont actives. Le franchissement d'une transition se produit :

lorsque la transition est VALIDÉE ;

ET QUE la réceptivité associée à cette transition est VRAIE.

Règle 3 : Évolution des étapes actives

Le franchissement d’une transition provoque simultanément :

L’activation de toutes les étapes immédiatement suivantes.

La désactivation de toutes les étapes immédiatement précédentes.

Règle 4 : Évolutions simultanées

Plusieurs transitions simultanément franchissables sont simultanément franchies.

Règle 5 : Activation et désactivation simultanée d’une même étape

Si au cours d’une évolution, une même étape se trouve être à la fois activée et
désactivée, elle reste active.

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 78 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

9.5. REGLES DE SYNTAXE

L’alternance étape - transition et transition - étape doit toujours être respectée quelle que soit la
séquence parcourue.

9.6. LES RECEPTIVITES

9.6.1. Réceptivités associées aux transitions

Une proposition logique, appelée réceptivité, qui peut être vraie ou fausse est associée à
chaque transition.

Figure 50 : Description d’une réceptivité par un texte

Figure 51 : Description d’une réceptivité par une


expression booléenne

9.6.2. Réceptivité toujours vraie

La notation 1 (1 souligné) indique que la réceptivité est toujours vraie.

Dans ce cas, l’évolution est dite toujours fugace (voir § 12), le franchissement
de la transition n’est conditionné que par l’activité de l’étape amont

Figure 52 : Réceptivité toujours vraie

9.6.3. Front montant et descendant d’une variable logique

Front montant

La notation ↑ indique que la réceptivité n’est vraie que lorsque la variable passe de la
valeur 0 à la valeur 1.

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 79 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Figure 53 : La réceptivité n’est vraie que lorsque a passe de l’état 0 à l’état 1

Figure 54 : La réceptivité n’est vraie que lorsque a est vraie


ou que b passe de l’état 0 à l’état 1

Front descendant

La notation ↓ indique que la réceptivité n’est vraie que lorsque la variable


passe de la valeur 1 à la valeur 0.

Figure 55 : La réceptivité n’est vraie que lorsque le produit logique « a.b »


passe l’état 1 à l’état 0

9.6.4. Réceptivité dépendante du temps

Figure 56 : Réceptivité
dépendante du
temps (a)

La notation est de la forme « t1/variable/t2 ». Dans l’exemple ci-dessus, la réceptivité


n'est vraie que 3 s après que « a » passe de l’état 0 à l’état 1, elle ne redevient fausse que
7 s après que « a » passe de l’état 1 à l’état 0.

Simplification usuelle

L’utilisation la plus courante est la temporisation de la variable d’étape avec un temps t2


égal à zéro :

Figure 57 : Réceptivité dépendante du


temps (b)

Dans ce cas la durée d’activité de l’étape


1 est de 5 s.

Remarque : Il est possible d’utiliser cette notation lorsque l’étape temporisée n’est pas
l’étape amont de la transition.
Support de Formation EXP-MN-SE040-FR
Dernière Révision: 08/02/2008 Page 80 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

9.6.5. Valeur booléenne d’un prédicat

Un prédicat est une expression contenant une ou plusieurs variables et qui est susceptible
de devenir une proposition vraie ou fausse.

Figure 58 : Exemple 1 valeur booléenne d’un prédicat

La réceptivité est vraie lorsque la valeur courante du compteur est égale


à 4.

Figure 59 : Exemple 2 valeur booléenne d’un prédicat

Le langage littéral peut être utilisé.

Figure 60 : Exemple 3 valeur booléenne d’un prédicat

La réceptivité est vraie lorsque la température est supérieure à


10°C et le niveau haut h est atteint.

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 81 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

9.7. LES ACTIONS ASSOCIEES

Une ou plusieurs actions élémentaires ou complexes peuvent être associées à une étape.

Les actions traduisent ce qui doit être fait chaque fois que l’étape à laquelle elles
sont associées est active. Il existe 2 types d’actions :

Les actions continues.

Les actions mémorisées.

9.7.1. Action continue

L’exécution de l’action se poursuit tant que l’étape à laquelle elle est associée est active et
que la condition d’assignation (expression logique de variables d’entrées et/ou de
variables internes) est vérifiée. En l’absence de condition l’action s’effectue tant que
l’étape à laquelle elle est associée est active.

Figure 61 : Action continue (a)

Une proposition logique, appelée condition d'assignation, qui peut être vraie ou fausse,
conditionne l’action continue.
La condition d'assignation ne doit jamais comporter de front de variables d’entrées
et/ou de variables internes.

Figure 62 : Action continue (b)

La condition d’assignation n’est vraie que 5 secondes après que « c » passe de l’état 0 à
l’état 1 (front montant de c) ; elle ne redevient fausse que 3 secondes après que « c »
passe de l’état 1 à l’état 0 (front descendant de c).
Support de Formation EXP-MN-SE040-FR
Dernière Révision: 08/02/2008 Page 82 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Figure 63 : Action continue (c)

L'action retardée est une action continue dont la condition d'assignation n'est vraie
qu'après une durée t1 spécifiée depuis l'activation de l’étape associée. Dans l’exemple ci-
dessous, l’action A sera exécutée 5s après l’activation de l’étape 1.

Figure 64 : Action continue (d)

L'action limitée dans le temps est une action continue dont la condition d'assignation n'est
vraie que pendant une durée t1 spécifiée depuis l'activation de l’étape à laquelle elle est
associée.

Figure 65 : Action continue (e)

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 83 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

9.7.2. Action maintenue ou mémorisée

Pour qu'une action reste maintenue lorsque l'étape qui l'a commandée vient d'être
désactivée, il faut utiliser une action mémorisée.
En mode mémorisé c’est l’association d’une action à des événements internes qui permet
d’indiquer qu’une variable de sortie prend et garde la valeur imposée si l’un des
événements se produit.

9.7.3. Action à l’activation et à la désactivation

Une action à l’activation est une action mémorisée lors de


l’activation de l’étape liée à cette action.

Figure 66 : Action à l’activation

Incrémentation du compteur C à l’activation de l’étape 10

Une action à la désactivation est une action mémorisée lors


de la désactivation de l’étape liée à cette action.

Figure 67 : Action à la désactivation

Mise à 0 du compteur C à la désactivation de l’étape 10.

KM1=1 dès l’activation de l'étape 10 et reste à 1 jusqu'à


l’activation de l’étape 16.

Figure 68 : Action à l’activation / désactivation

Une action sur évènement est une action mémorisée conditionnée à l’apparition d’un
événement, l’étape à laquelle l’action est reliée étant active. Il est impératif que
l’expression logique associée à l’évènement comporte un ou plusieurs fronts de
variables d’entrées.

Incrémentation du
compteur C sur le front
montant de « a »,
l’étape 10 étant active.

Figure 69 : Action sur événement


Support de Formation EXP-MN-SE040-FR
Dernière Révision: 08/02/2008 Page 84 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

9.8. COMMENTAIRES

Un commentaire relatif aux éléments graphiques d’un GRAFCET peut être placé entre
guillemets.

Figure 70 : Commentaire

9.9. LES STRUCTURES DE BASE

9.9.1. Séquence linéaire

Une séquence linéaire est composée d’une suite d’étapes qui peuvent être activées les
unes après les autres

9.9.2. Sélection de séquence

Une sélection de séquence est un choix d’évolution entre plusieurs séquences à partir
d’une ou plusieurs étapes. Elle se représente graphiquement par autant de transitions
validées en même temps qu’il peut y avoir d’évolution possibles. L’exclusion entre les
séquences n’est pas structurelle. Pour l’obtenir, il faut s’assurer soit de l’incompatibilité
mécanique ou temporelle des réceptivités, soit de leur exclusion logique.

Figure 71 : Exclusivité logique

Les réceptivités / a.b et a.b sont logiquement


exclusives.

Figure 72 : Exclusivité technologique

Les réceptivités 1S1.d et 1S2.d sont


technologiquement exclusives par les capteurs fins
de course 1S1 et 1S2 du vérin 1A. (en supposant
avoir un vérin en récepteur)

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 85 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Figure 73 : Exclusivité avec priorité

Les réceptivités a et /a.b sont exclusives avec priorité


à l’évolution 3→4 sur l’évolution 3→5 si a=1 et b=1.

9.9.3. Saut d’étapes et reprise de séquence

Figure 74 : Saut d’étapes

Le saut d’étapes permet de sauter une ou plusieurs étapes lorsque


les actions associées à ces étapes deviennent inutiles.

Figure 75 : Reprise de séquence

La reprise de séquence permet de


recommencer plusieurs fois la même
séquence tant qu’une condition n’est pas
obtenue.

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 86 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

9.9.4. Séquences simultanées (séquences parallèles)

Si le franchissement d’une transition conduit à activer plusieurs étapes en même temps,


ces étapes déclencheront des séquences dont les évolutions seront à la fois simultanées
et indépendantes.

Si l'étape 29 est active, la réceptivité « e »


provoque, lorsqu'elle est vraie, l'activation
simultanée des étapes 30 et 40.

Les deux séquences évoluent alors


indépendamment l’une de l’autre.

Les étapes 32 et 41 sont des étapes d'attente;


dès qu’elles sont actives, la transition
32,41→33 est franchie (1 : réceptivité toujours
vraie) ce qui entraîne simultanément, l’activation
de l’étape 33 et la désactivation des étapes 32
et 41.

Figure 76 : Séquences simultanées

On remarque :

que l’activation de l’étape 32 permet d'éviter que l'action C se poursuive lorsque


a est vraie et que b ne l'est pas encore.

que l’activation de l’étape 41 permet d'éviter que l'action D se poursuive lorsque


b est vraie et que a ne l'est pas encore.

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 87 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

9.10. LES STRUCTURES PARTICULIERES

9.10.1. Étape et transition source

Figure 77 : Étape source

Une étape source est une étape qui ne possède aucune transition amont.
Dans l’exemple ci-contre, l’étape source initiale 10 n’est active qu’à
l’initialisation (et tant que la réceptivité c.e n’est pas vraie)

Figure 78 : Transition source

Une transition source est une transition qui ne possède


aucune étape amont.

Par convention, la transition source est toujours validée et est franchie dès
que sa réceptivité est vraie. Dans l’exemple ci-dessus, l’étape 10 est activée
dès que la réceptivité « c.d »est vraie.

9.10.2. Étape et transition puits

Figure 79 : Étape puits

Une étape puits est une étape qui ne possède aucune transition aval ; sa
désactivation est possible par un ordre de forçage d’un GRAFCET de
niveau supérieur (voir § 13)

Figure 80 : Transition puits

Une transition puits est une transition qui ne possède aucune


étape aval.

Dans l’exemple ci-contre, lorsque la transition puits est validée


et que « c.d » est vraie, le franchissement de cette transition a
pour unique conséquence de désactiver l’étape 11.

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 88 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

9.11. REMARQUES SUR LES LIAISONS ORIENTEES

9.11.1. Liaison orientée de bas en haut

Figure 81 : Liaison Solution conseillée

Par convention le sens d’évolution est toujours


de haut en bas. Des flèches doivent être
utilisées si cette convention n’est pas respectée
ou si leur présence peut apporter une meilleure
compréhension.

Figure 82 : Liaison Solution à éviter

9.11.2. Repère de liaison

Figure 83 : Repère de liaison

Lorsqu’une liaison orientée doit être interrompue, (dans des dessins


complexes ou dans le cas de représentation sur plusieurs pages), le repère
de l’étape de destination ainsi que le repère de la page à laquelle elle
apparaît doivent être indiqués. Ci-dessus, évolution vers l’étape 29 de la
page 2.

9.11.3. Cas de la sélection de séquence

Figure 84 : Sélection de séquence – solution conseillée

Figure 85 : Sélection de séquence – solution à éviter

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 89 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

9.12. EVOLUTION FUGACE

Dans certains cas, l’application des règles d’évolution peut conduire à franchir
successivement des transitions si les réceptivités associées aux transitions postérieures
sont déjà vraies lors du franchissement de la ou des premières transitions considérées.

L’évolution correspondante est dite fugace.

Les étapes intermédiaires correspondantes, dites étapes instables, ne sont pas activées,
mais on considère qu’elle ont été « virtuellement » activées et désactivées le long du
chemin d’évolution intuitive, et de même que les transitions correspondantes ont été «
virtuellement » franchies.

Figure 86 : Exemple d’évolution fugace

Interprétation intuitive de l’évolution :


Le changement de valeur de « a » provoque le franchissement
de la transition (1) et l’activation virtuelle de l’étape 12, la
transition (2) est ensuite virtuellement franchie, car b=1, pour
aboutir à la situation postérieure : étape 13 active.

Interprétation vraie de l’évolution :


Le changement de valeur de « a » conduit directement à la
situation postérieure : étape 13 active.

9.12.1. Conséquence d’une évolution fugace sur les assignations

Figure 87 : Exemple d’action continue associée à


une étape instable

Situation antérieure : étape 11 active, a=0, b=1 et


c=0

Le changement de valeur de « a » conduit


directement à la situation postérieure : étape 13
active.

La situation antérieure (étape 11 active) et la


situation postérieure (étape 13 active) assignent la
valeur 0 à la variable de sortie KM1.

L’étape instable 12 n’étant pas réellement activée, l’assignation à la valeur 1 de KM1 n’est
pas effective au cours de cette évolution fugace.

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 90 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

9.12.2. Conséquence d’une évolution fugace sur les affectations

Figure 88 : Exemple d’action mémorisée


associée à l’activation d’une étape
instable

Situation antérieure : étape 11 active, a=0,


b=1 et c=0

Le changement de valeur de « a » conduit


directement à la situation postérieure :
étape 13 active.

L’affectation de la valeur 1 à la variable de


sortie KM1 est effective car elle est la
conséquence de l’activation virtuelle de
l’étape 12.

9.13. STRUCTURATION PAR FORCAGE D’UN GRAFCET PARTIEL

L’ordre de forçage de situation émis par un GRAFCET hiérarchiquement supérieur permet


de modifier la situation courante d’un GRAFCET hiérarchiquement inférieur, sans qu’il y ait
franchissement de transition.

L’ordre de forçage est un ordre interne prioritaire sur toutes les conditions d’évolution et a
pour effet d’activer la ou les étapes correspondant à la situation forcée et de désactiver
les autres étapes du GRAFCET forcé.

L’ordre de forçage est représenté dans un double rectangle


associé à l’étape pour le différencier d’une action.

Lorsque l’étape 2 est active, le GRAFCET nommé GPN est


forcé dans la situation caractérisée par l’activité de l’étape 10
(l’étape 10 est activée et les autres étapes sont désactivées).

Lorsque l’étape 20 est active, le GRAFCET nommé GC est


forcé dans la situation caractérisée par l’activité des étapes 30
et 35 (les étapes 30 et 35 sont activées et les autres étapes
sont désactivées).

Figure 89 : Forçage d’un grafcet

Lorsque l’étape 25 est active, le GRAFCET nommé GPN est


forcé dans la situation où il se trouve à l’instant du forçage.

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 91 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

On appelle également cet ordre « figeage ».

Lorsque l’étape 22 est active, le GRAFCET nommé GPN est forcé dans la situation vide.
Dans ce cas aucune de ses étapes n’est active.

Lorsque l’étape 34 est active, le GRAFCET nommé G4 est forcé dans la situation dans
laquelle seules les étapes initiales sont actives.

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 92 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

9.14. STRUCTURATION PAR ENCAPSULATION

9.14.1. Définition

Il y a encapsulation d’un ensemble d’étapes, dites encapsulées, par une étape, dite
encapsulante, si et seulement si, lorsque cette étape encapsulante est active, l’une, au
moins, des étapes encapsulées est active. Le spécificateur peut utiliser l’encapsulation
pour structurer de manière hiérarchique un grafcet.

9.14.2. Symbolisation et description

Symbole Description

Étape encapsulante :

Cette notation indique que cette étape contient d’autres étapes


dites encapsulées dans une ou plusieurs encapsulations de cette
même étape encapsulante.

L’étape encapsulante possède toutes les propriétés de l’étape, il


convient que l’astérisque soit remplacé par le repère de l’étape.

Une étape encapsulante peut donner lieu à une ou plusieurs


encapsulations possédant chacune au moins une étape active
lorsque l’étape encapsulante est active, et ne possédant aucune
étape active lorsque l’étape encapsulante est inactive.

Représentation graphique d’une encapsulation :

Une encapsulation # d’une étape encapsulante * peut être


représentée par le grafcet partiel des étapes encapsulées, ceint
d’un cadre sur lequel est placé en haut à gauche le nom * de
l’étape encapsulante, et en bas à gauche le repère # de
l’encapsulation représentée.

Dans une encapsulation, il convient que l’ensemble des étapes


encapsulées constitue un grafcet partiel dont le nom peut servir
de repère à l’encapsulation correspondante.

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 93 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Symbole Description

Désignation globale d’une encapsulation :

Une encapsulation # d’une étape encapsulante * peut être décrite


globalement par une expression littérale dans laquelle l’étape
encapsulante * est désignée par la variable d’étape X*,
l’encapsulation par le symbole /, et les étapes encapsulées par le
nom du grafcet partiel G# auquel elles appartiennent.

Rem : cette représentation suppose que le grafcet partiel désigné


ait été préalablement défini.

Désignation élémentaire d’une encapsulation :

On peut indiquer par une expression littérale qu’une étape # est


encapsulée dans une étape encapsulante * en utilisant les
variables d’étape et sans nommer l’encapsulation.

Rem : cette notation convient pour désigner une suite


hiérarchique d’étapes encapsulées les unes dans les autres,
elles permet également une identification relative des étapes par
niveau d’encapsulation.

Exemple : X4/X25/X12 désigne l’encapsulation de l’étape 12


dans l’étape 25, elle-même encapsulée dans l’étape 4.

Étape encapsulante initiale :

Cette représentation indique que cette étape participe à la


situation initiale.

Dans ce cas, l’une, au moins, des étapes encapsulées dans


chacune de ses encapsulations doit être également une étape
initiale.

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 94 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Symbole Description

Lien d’activation :

Représenté par un astérisque à gauche des symboles d’étapes


encapsulées, le lien d’activation indique quelles sont les étapes
encapsulées actives à l’activation de l’étape encapsulante.

Il ne faut pas confondre le lien d’activation avec l’indication des


étapes initiales qui peuvent être encapsulées. Il est toute fois
possible qu’une étape initiale encapsulée possède également un
lien d’activation.

La désactivation d’une étape encapsulante a pour conséquence


la désactivation de toutes ses étapes encapsulées. Cette
désactivation est souvent le fait du franchissement d’une
transition aval de l’étape encapsulante, mais peut également
résulter de tout autre moyen de désactivation (forçage ou
encapsulation de niveau supérieur).

Table 13 : Symbolisation / description de l’encapsulation

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 95 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

9.14.3. Exemple de lien d’activation

Figure 90 : Exemple (a) de lien d’activation

L’étape encapsulante 9 est nécessairement une étape


initiale, car elle encapsule l’étape initiale 42.

L’encapsulation G4 de l’étape encapsulante 9 contient les


étapes 42, 43 et 44.

L’étape initiale 42 participe à la situation initiale, elle est


donc active à l’instant initial. Par contre, à chaque activation
de l’étape 9, consécutive à l’évolution du grafcet, l’étape 44
est activée.

Figure 91 :
Exemple (b) de lien
d’activation

L’encapsulation G3 de l’étape encapsulante 9


contient les étapes 65, 66 et 67.

L’étape initiale 65 participe à la situation initiale,


elle est donc active à l’instant initial. Elle est aussi
activée à chaque activation de l’étape 9
consécutive à l’évolution du grafcet.

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 96 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

9.14.4. Exemple d’encapsulation

Figure 92 : Exemple d’encapsulation

L’étape encapsulante 23 possède 3 encapsulations représentées par les grafcets partiels


1, 2 et 3. Le grafcet partiel 24 est encapsulé par l’étape 88 du grafcet partiel 1. Lorsque
l’étape encapsulante 23 est activée, les étapes 1 et 85 de G1 sont également activées (de
même pour les autres encapsulations de 23 : G2 et G3).

Lorsque l’étape encapsulante 88 est activée, l’étape 100 de G24 est activée.

La désactivation de l’étape 88 provoque celle de toutes les étapes de G24.


La désactivation de l’étape 23 provoque celle de toutes les étapes de G1, G2, G3 et de
toutes celles de G24 (si l’étape 88 était active).

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 97 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

9.15. STRUCTURATION PAR MACRO-ETAPES

Avec la notion de macro - représentation, on se donne le moyen de reporter à plus tard ou


sur une autre page la description détaillée de certaines séquences.

La macro - étape est la représentation unique d’un ensemble d’étapes et de


transitions nommé expansion de macro - étape.

L’expansion de la macro - étape


commence par une seule étape
d’entrée et se termine par une seule
étape de sortie, étapes qui
représentent les seuls liens possibles
avec le GRAFCET auquel elle
appartient.

Figure 93 : Exemple d’une macro


étape M2 représentée avec son
expansion :

Le franchissement de la transition (1)


active l’étape E2.

La transition (2) ne sera validée que lorsque l’étape S2 sera active.

Le franchissement de la transition (2) désactive l’étape S2.

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 98 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

9.16. STRUCTURATION PAR GRAFCET DE TACHES ET/OU SOUS-


PROGRAMME

La norme EN 60848 ne fait pas référence à ces notions et ne définit donc pas de
symboles graphiques pour le GRAFCET de gestion des tâches. Nous pouvons continuer à
utiliser la structuration par GRAFCET de sous6programme(s) en indiquant, entre
guillemets (et pas dans un rectangle d’action), le nom du sous-programme appelé.

Figure 94 : Structuration par taches et sous programme

9.17. GRAFCET : MISE EN OEUVRE

Il s’agit de définir précisément les ´éléments à prendre en compte dans la description afin
de déterminer les entrées/sorties logiques et événementielles qui permettront d’écrire les
réceptivités et les action du grafcet. Il s’agit aussi de déterminer l’ensemble des ordres et
comptes-rendus, c’est `a dire l’ensemble des échanges entre la PC et la PO.

9.17.1. Mode de fonctionnement

Il est possible de d´écrire directement le fonctionnement complet d’un petit système, mais
ceci devient inconcevable dès que le système se complique. Il est alors nécessaire

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 99 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

d’adopter une démarche d’étude par segmentation du problème. Le GEMMA (Guide


d’`Étude des Modes de Marche et d’Arrêt) fournit une méthode d’étude efficace en
segmentant le problème en mode de fonctionnement et en les étudiant les uns après les
autres.

Dans un système automatisé, le GEMMA identifie les principaux modes de


fonctionnements et l’ordre d’étude suivants :

étude de la production normale,

définition de l’arrêt en état initial,

étude du lancement de production,

étude de l’arrêt de production,

étude des défaillances,

étude de l’initialisation,

étude d’autres modes : marches de vérification, de test...

Lors de la construction d’un grafcet, il s’agit de préciser quel mode de fonctionnement il


décrit et de s’y tenir.

9.17.2. Construction de la structure

Suivant la complexité d’un système, différentes méthodes peuvent être utilisées.

9.17.2.1. Identification immédiate d’une structure grafcet

Sur des systèmes simples, on peut chercher à identifier parmi les structures de base
(séquence, aiguillage, parallélisme, reprise de séquence...), laquelle convient ou si un
assemblage judicieux de celles-ci permet de répondre au cahier des charges.

9.17.2.2. Analyse des comportements

Une liste des différents comportements de la P.O. étant dressée (sans doublon), l’un
affecte une étape pour chacun d’entre eux puis l’on recherche pour chaque comportement
quel doit être le comportement suivant. On peut donc construire le grafcet « pas `a pas ».
Pour des problèmes simples, cette méthode permet de mettre en évidence les structures
de base à utiliser.

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 100 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

9.17.2.3. Coordination des tâches

Lorsque le système est complexe, il est judicieux de le partitionner en sous-système,


d’étudier chaque sous-système, puis de créer un grafcet de niveau supérieur chargé de
synchroniser ces sous-systèmes.

9.17.3. Report des actions

Les variables de sorties déterminées précédemment sont alors reportées.

9.17.4. Report/détermination des réceptivités

Les réceptivités sont élaborées à partir des variables d’entrées et/ou des variables
internes, ou bien elles sont déterminées en cherchant quelles sont les conditions
nécessaires au passage d’un état à un autre.

9.17.5. État initial, situation initiale, lancement de production

Arrive à ce stade de l’étude, il faut définir l’état initial du système : état dans lequel le
système est avant le passage en production normale. Cet état défini, permettra de
préciser la situation initiale du grafcet décrivant la production normale. Pour lancer la
production normale, l’expérience montre qu’il est plus performant de construire un grafcet
de niveau supérieur (baptisé en général GC : grafcet de conduite) qui permettra le
lancement du grafcet de production normale (GN) et par le suite son arrêt.

9.17.6. Arrêt du système et retour à l’état initial

L’arrêt et le retour `a l’état initial


peuvent être délicat à étudier. En
effet la demande d’arrêt peut arriver
à tout moment du cycle, le cycle en
cours doit se finir de telle manière
que la partie opérative revienne `a
l’état initial, sur GPN cela se
traduira par un ou plusieurs
aiguillage de ”sortie”, dont certain
peuvent comporter des séquences
particulières afin de remettre la
P.O. en état initial.

Figure 95 : Construction de la
structure, état initial

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 101 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

9.17.7. Structure de coordination des tâches

9.17.7.1. Introduction

La complexité des systèmes automatisés nécessite lors de leur conception une approche
méthodologique basée sur les démarches d’analyse descendante. Cette démarche
commence par une description la plus générale possible du système, système décomposé
en un minimum d’éléments. Parmi les différentes fonctions à assurer par un système
automatisé de production, les fonctions opératives permettent l’obtention de la valeur
ajoutée sur les produits. Les chois techniques, technologiques définissent un ensemble
d’opérations fonctionnelles matérialisant ces fonctions. D’une démarche d’analyse
descendante, une partition judicieuse de ces opérations en tâches permet une réduction
des éléments d’étude et minimise ainsi la complexité de l’analyse.

9.17.7.2. Caractérisation d’une tâche

Une tâche est un regroupement fonctionnel d’un ensemble d’opérations pour lequel sont
définis, vis `a vis d’un critère de partition, un début ou lancement et une fin. Toute
opération appartenant `a une tâche est disjointe temporellement et/ou structurellement de
toutes les opérations des autres tâches. Il n’existe aucune liaison entre une opération
interne à une tâche et une opération interne à une autre tâche (autre que les liaisons
définies par le lancement et la fin de tâche)

9.17.7.3. Représentation d’une tˆache à l’aide du grafcet

La représentation d’une tâche en grafcet peut s’effectuer de différentes manières :

Sous-programme, Normalise

Tâche, non normalise,

Macro étape, normalise

Actuellement le concept de macro étape est le plus répandu et le plus utilise.

9.17.7.4. Méthodologie d’établissement d’un grafcet de coordination des


tâches

1. ´Étape 1 : définition des différentes tâches et définitions des entrées/sorties,

2. ´Étape 2 : recherche des antériorités et des postériorités. Pour chaque tâche, on décrit
les règles transitionnelles de début et de fin de tâche.

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 102 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Règle transitionnelle de début de tâche Ti, Si condition de début de tâche Ti


réunies, alors faire tâche Ti

Règle transitionnelle de fin de tâche Ti, Si condition de fin de tˆache Ti réunies,


alors autoriser tˆache Tj
3. Étape 3 : élaboration de graphe associé à chaque tâche. A chaque tâche, l’on associe
un graphe partiel construit de la manière suivante : La condition de lancement de la tˆache
Ti, exprimée par la fin de tâche Tj est représentée par une étape portant le numéro ji ou
encore j → i. L’état de fin d’exécution de la tˆache Ti autorisant la tâche Tk va être
représentée par une étape portant le numéro ik ou i → k.

4. Étape 4 : élaboration du grafcet des coordinations des tâches.


Pour constituer le grafcet de coordination des tâches, l’on superpose les étapes de
mêmes repères des graphes associés aux différentes tâches. Si des étapes non
fonctionnelles apparaissent, elles sont alors supprimées.

9.17.8. Application / exercice

ROV

LSL
LSLL

1 Étape 1 On arrête la pompe

Transition A On reçoit le LSLL

2 Étape 2 On ouvre la vanne


Transition B
On détecte le LSH

3 Étape 3 On démarre la pompe


.
Transition C
On reçoit le LSL

Figure 96 : Procédé simple avec grafcet

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 103 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

10. SCHEMAS AUTOMATES


Dans sa partie externe, la partie « hardware », l’automate utilise les schémas
« ordinaires », c'est-à-dire tout simplement le schéma de principe avec la distribution
puissance et la distribution contrôle / commande

Figure 97 : Exemple de câblage alimentation + entrées / sorties d’un automate type


compact de chez Moeller
Support de Formation EXP-MN-SE040-FR
Dernière Révision: 08/02/2008 Page 104 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Les symboles (contacts et appareils extérieurs), vous les avez vu précédemment, rien de
spécial donc.

Quant au « LADDER », ce sera vu avec le cours ‘automates

C'est un langage graphique. Il traduit directement une équation, une logique, en un


schéma électrique avec des symboles particuliers

- Contact à fermeture

- Contact à ouverture

- Bobine

Les autres symboles sont suivant le constructeur et se résumant à un bloc (une boite ou
une fonction) dans laquelle « on » explique son rôle (temporisation, horloge, fonction
algébrique,…etc.)

Sur le cours, automates / API / PLC, il y en aura (un peu) plus à dire.

11. ORGANIGRAMME - LOGIGRAMME


Type de plan / schéma / séquence principalement utilisé pour décrire une procédure de
dépannage

Ils traduisent une suite logique d’événements ou de points à contrôler en indiquant les
‘directions’ à suivre ou les initiatives à prendre

Ci après 2 exemples de ‘logigramme’, tous deux en séquence de dépannage

Attention : à ne pas confondre avec le logigramme avec portes logiques (qui est le ‘vrai’
logigramme), ici l’on parle plutôt d’organigramme, le terme ‘logigramme’ ayant été
« vilipendé » dans ce type d’application

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 105 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Figure 98 : Organigramme de dépannage type


Support de Formation EXP-MN-SE040-FR
Dernière Révision: 08/02/2008 Page 106 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Figure 99 : Logigramme de dépannage moteur


Support de Formation EXP-MN-SE040-FR
Dernière Révision: 08/02/2008 Page 107 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

12. SCHEMAS DOMESTIQUES


Soit l’exécution de plans de plans et schémas pour les maisons collectives et particulières,
les bureaux.

D’aucun prétendront que ces schémas ne sont pas ‘d’actualité’ dans notre industrie et ne
nous concernent pas……

A ceux-là (qui se prétendent électriciens), qui connaissent (à peu près bien) les
installations industrielles, qui ont un ‘beau’ niveau, un ‘bon diplôme’, une bonne
expérience (en électricité industrielle), je trouve dommage qu’ils ne connaissent pas les
normes d’installations d’une simple prise de courant chez eux…….

Ce seront les mêmes qui dénigreront la HVAC car il n’auront pas eu l’occasion d’être
confrontés avec une ‘sérieuse’ installation de clim’.

Alors SVP, soyez ‘humbles’ avec toutes les disciplines approchant l’électricité (et
l’instrumentation, l’électromécanique), toute « spécialisation » est digne de
considération…, y compris la votre si vous en avez déjà une. .., et celle des autres dans le
futur.

Ces schémas domestiques, vous les rencontrerez non seulement dans le ‘tertiaire’, mais
aussi dans ‘l’industriel’ lorsqu’il s’agit de réaliser des bureaux ou même des logements à
l’intérieur d’un complexe industriel. Vous pourrez aussi considérer ces schémas comme
support à des installations à titre personnel…..

L’objectif principal de ce chapitre est de vous donner un outil pour faire de vous
des ‘colporteurs / ambassadeurs’ de la « bonne installation électrique ».

Vous êtes électricien, êtes sur un site Total et vous connaissez donc bien (au tout
au moins suffisamment) le domaine de l’électricité.

Hors de votre site, autour de vous, peut-être voyez vous des installations
électriques « hors normes », et même des ‘réalisations’ à faire dresser les cheveux
sur la tête…(j’en ai vu, souvent…). S’il n’y a pas eu de formation, d’information,
c’est même normal. Mais c’est votre rôle de répandre la ‘bonne parole’, d’expliquer
comment il faut faire ; alors utiliser ce chapitre, hors du site Total, pas de problème,
c’est fait pour.

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 108 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

12.1. STRUCTURE D’UNE INSTALLATION DOMESTIQUE

12.1.1. L’alimentation

Cette installation électrique est constituée de plusieurs éléments dont le but est de
transformer une énergie électrique en une autre forme d’énergie (éclairage, chauffage,
froid, énergie mécanique)
.
Une installation électrique comporte :

Une alimentation en énergie électrique depuis un réseau de distribution (EDF ou


autre et suivant le pays).

De l’appareillage de contrôle (compteur d’énergie).

De l’appareillage de protection (disjoncteur, fusibles, …).

Des appareils de commande (interrupteur, bouton poussoir, …).

Des appareils d’utilisation (lampe, radiateur, …).

Des canalisations électriques reliant le tout (conducteur, gaine, fourreaux, …).

Des accessoires de réalisation (boîtes de jonction, de dérivation, d’encastrement,


tableaux de distribution,…..

Figure 100 : Structure d’une distribution domestique distribution

En alimentation domestique (de la maison) Il y a deux possibilités depuis le réseau de


distribution :

Monophasée (souvent utilisées pour les installations domestiques (une phase et


le neutre)).

Triphasée (distribuée lorsque l’on a besoin de puissance importante (trois phases


et le neutre).

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 109 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Les principales caractéristiques d’une alimentation électrique fournie par un réseau


sont (en France et en Europe)

- fréquence 50 Hz.

- La tension d’alimentation:

220 / 230 V = Tension entre 1


phase et le neutre.

380 / 400 V = Tension entre


phases.

Figure 101 : Distribution domestique


dans le monde (tension entre2
fils)

Les valeurs de tension et fréquence


sont différentes suivant les pays

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 110 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

12.1.2. Les schémas dans le domestique

12.1.2.1. Le plan architectural

Ce plan représente le local ou l’habitation avec ses dimensions.

On distingue sur cette représentation, l’emplacement :

Des tableaux de distribution / protection (accessoirement)

Des prises (de courant, téléphone, télévision, …),

Des points d’éclairage,

Des points de commande,

Et à l’aide de symboles normalisés, et conformément au cahier des charges. Les liaisons,


entre les points de commande et l’appareil commandé sont représentées par des
pointillés.

Figure 102 : Schéma architectural par pièce

Si une prise de courant est commandée par interrupteur, la liaison est représentée

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 111 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Figure 103 : Schéma architectural général d’un logement

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 112 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

12.1.2.2. Exercices

22. Comme vous connaissez les symboles avec le cours précédent (MN-SE010),
l’identification sur le tableau ci-après doit être un jeu d’enfant…

Et même si certains symboles n’ont (apparemment) pas été vus, cela ne doit pas vous
poser de problème. Quand au descriptif, aux termes employés, cela peut être
légèrement différent.

Symboles Votre réponse

ou

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 113 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

12.1.2.3. L’unifilaire (architectural)

Cette représentation, avec comme base le plan (général) architectural comporte


l’emplacement des appareillages et des canalisations sur lesquelles on précise le nombre
et le type de conducteurs. (Revoyez les symboles)

Les conducteurs sont représentés par un trait oblique sur la canalisation.

S’il s’agit d’un conducteur de neutre, un point est placé sur une extrémité
du trait oblique.

Les conducteurs de protection sont représentés avec un trait à l’extrémité


du trait oblique

Les autres conducteurs sont représentés par un simple trait oblique.

Dans le cas où il y a plusieurs conducteurs de même type, on peut ne


tracer qu’un trait et on indique à coté de celui-ci le nombre de
3 conducteurs identiques

Les différents types de conducteurs dans la même canalisation sont


indiqués sur le même symbole

Exemple : soit le schéma architectural d’une chambre

Réalisez le schéma unifilaire de l’éclairage de la


chambre 1

Figure 104 :
Schéma
architectural
chambre 1

On peut distinguer sur ce schéma qu’il nous faut


une phase, un neutre et un conducteur de
protection (terre).

Figure 105 : Schéma unifilaire architectural


chambre 1

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 114 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Figure 106 : Schéma unifilaire


architectural complet

12.1.2.4. Le schéma de détail / schéma multifilaire

Ce schéma permet de savoir combien de fils doivent passer dans la canalisation ainsi que
leurs couleurs (éventuellement, car la distribution a un code – implicite – de couleur de fils,
voir cours spécifique). Ces fils seront bien sûr aux mêmes emplacements que les
canalisations définies dans le schéma unifilaire.

Les symboles employés, pour les contacts


sont identiques à ceux des schémas
‘classiques’.

Voici, toujours la chambre 1, en version


schéma multifilaire

Figure 107 : Schéma multifilaire


architectural chambre 1

Quant aux couleurs (normalisées) : le fil de


phase est en rouge, celui du neutre est en
bleu et celui de la terre en vert/jaune

Tout comme les « autres schémas de


détail », en industriel, ce schéma, s’il doit
reprendre tous les circuits d’un logement
sera vite ‘surchargé’, et difficile à lire….

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 115 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

12.1.2.5. Le schéma développé / schéma de principe

Cette représentation permet de voir les branchements électriques.

Nous reprenons (à peu près) le principe de représentation du schéma « classique »


industriel

Voici (toujours) le circuit


d’éclairage de la chambre1 avec
protection mono par disjoncteur

Figure 108 : Schéma développé


(de principe) de la chambre 1

Remarquer l’utilisation des


couleurs :

Rouge pour la phase depuis le disjoncteur

Bleu pour le neutre (retour depuis la lampe

Vert – jaune pour la terre

Les liaisons « internes », par exemple entre interrupteur et lampe peuvent avoir
d’autre couleurs, y compris le rouge (bleu étant réservé pour le neutre et vert –
jaune étant uniquement pour la terre) (vert et jaune – séparés – sont également
interdits

Tous ces schémas sont 2 fils (+ terre) :

La protection est monophasé par fusible ou disjoncteur en alimentation ‘Phase +


Neutre’.

La protection est diphasé (sur les 2 ’fils’) en alimentation 2 phases

La coupure est dans tous les cas bipolaire (sur les 2 fils)

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 116 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

12.1.2.6. Le schéma unifilaire

Soit le même type de schéma que dans l’industriel montrant les circuits et les protections
depuis le tableau de distribution et ce suivant le principe général de la figure ci-après

Figure 109 : Principe de schéma de distribution / protection unifilaire

Confirmation de la remarque du paragraphe précédent :

Dans les anciens tableaux, anciennes distributions, la protection (au niveau du


tableau général) ne se faisait qu’en mono ; protection et ouverture du circuit
phase uniquement, le neutre restant constamment connectés su la ‘barrette’ de
connexion.

Dans les nouvelles installations, la coupure doit être bipolaire : on ouvre à la fois
la phase et le neutre que l’on soit avec sectionneur fusible ou disjoncteur. Et

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 117 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

attention, le neutre n’est jamais protégé, il n’y a pas de fusible ni de déclencheurs


sur le conducteur de neutre.

Dans la distribution 2 phases, pas de polémique, à la fois la coupure et la


protection sont bipolaires au niveau du tableau de distribution.

Quant au niveau de l’interrupteur, dans ce cas, il est sensé être aussi


bipolaire ! C’est pour cela que l’on emploie des relais, des contacteurs, des
télérupteurs (dans le tableau) avec tension de sécurité sur les interrupteurs
/ poussoirs de commande quand l’on est en 220V entre phases.

C’est surtout le cas dans les installations industrielles, l’éclairage et les


prises de courant sont (individuellement) en alimentation 2 fils mais depuis
un réseau 220V triphasé. Il y de bonnes raisons pour ne pas avoir de neutre
distribué. (Cours sécurité électrique)

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 118 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

12.2. LES DIFFERENTS TYPES DE CIRCUITS

Les différents types de schéma sont vus, ce ne devrait pas être (trop) difficile à les lire s’ils
deviennent plus compliqués car comportant de nombreux circuits. Avec un peu de
principe, vous devriez les réaliser (ces schémas) vous mêmes sans problème.

Voyons les différentes applications que l’on peut rencontrer dans la distribution
domestique

Les normes de réalisation, de conception sont vues dans le cours ‘Distribution


domestique’, ici contentons nous de savoir lire, comprendre un schéma. Dans la
distribution domestique, l’installation commence à partir du disjoncteur abonné, mis en
place (en principe) par l’organisme du réseau de distribution (EDF).

Depuis ce disjoncteur abonné, il faut exécuter des sous - distribution avec des protections
et coupures bipolaires (disjoncteurs et/ou fusibles). Retenez simplement (pour l’instant)
qu’il faut une protection différentielle (interrupteur ou disjoncteur différentiel) de 30mA pour
toutes les prises de courant et 300mA pour les circuits d’éclairage (500mA devrait être
abrogé si ce n’est déjà fait).

Figure 110 : Principe de schéma de distribution / protection unifilaire 2

L’exemple ci-dessus est semi - domestique / semi - industriel et vous allez


(obligatoirement) le rencontrer sur site. Remarquez les protections différentielles
Support de Formation EXP-MN-SE040-FR
Dernière Révision: 08/02/2008 Page 119 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Et maintenant, les schémas typiques

12.2.1. Exercices sur les symboles

Refaisons un tour, comme pour les symboles / schéma en architectural.

23. Identifier ces symboles, « extraits » d’une réalisation

Symboles Votre réponse

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 120 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

12.2.2. Le S.A. - Simple Allumage

Figure 111 : Le simple allumage en 3D

Ci-après, schéma développé du simple allumage avec un simple point d’éclairage et dans
la version ‘lampes en parallèle.

En application domestique un interrupteur peut commander une prise de courant

Figure 112 : Le simple allumage en schéma développé

12.2.3. Le D.A. - Double Allumage

Il permet d’allumer ou d’éteindre ensemble ou séparément et d’un seul endroit le ou les


points lumineux.

Figure 113 : Le double allumage en 3D


Support de Formation EXP-MN-SE040-FR
Dernière Révision: 08/02/2008 Page 121 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Figure 114 : Le double allumage en schéma développé

12.2.4. Le V & V - Va et Vient

Il commande l’allumage et l’extinction de point(s) lumineux de deux endroits différents. Et


de 2 endroits emplacements seulement. Si l’on désire rajouter des points de commande
supplémentaires, il faudra rajouter des commutateurs doubles pôles « entre deux », ce qui
n’est plus utilisé, le télérupteur (et les poussoirs) ayant remplacé ce type de montage
(avec plus de 2 commandes en V&V).

Figure 115 : Le montage Va et Vient en 3D

Figure 116 : Le montage Va et Vient en schéma développé

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 122 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

12.2.5. Commutateur – Sélection de circuits

Choix d’un circuit ou d’un autre

Figure 117 : Le commutateur sélecteur en schéma développé

12.2.6. Le télérupteur

Un télérupteur est constitué d’une bobine, d’un ou de plusieurs contacts et d’un système
mécanique qui mémorise la position du contact.

Le montage télérupteur est composé de 2 circuits :

Le circuit commande avec la bobine et les boutons poussoirs

L’utilisation avec le contact du (relais) télérupteur sur le « circuit puissance »


d’éclairage

Fonctionnement

Une impulsion (avec un poussoir) sur la bobine, le contact est et reste fermé

Une autre impulsion, le contact est ouvert

Et ainsi de suite, à
Contact
chaque impulsion le
fermé contact change d’état
etc
Contact
ouvert Figure 118 : La
séquence ‘0’ et ‘1’ du
t contact d’un télérupteur
Impulsions sur un (quelconque)
bouton - poussoir du circuit bobine

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 123 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

On installe un télérupteur lorsque l’on dispose d’au moins de trois points d’allumage pour
l’allumage de points lumineux. Exemple : couloir. Avec 2 points de commande seulement,
un système V&V est plus rentable (en monophasé).

Figure 119 : Le montage télérupteur en 3D

Figure 120 : Le montage télérupteur en schéma développé

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 124 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Le montage peut avoir un circuit de commande sous une tension différente de la tension
de ‘puissance’ sur les appareils
d’éclairage. Généralement cette
tension est ‘de sécurité’ et en
TBT (Très Basse Tension) et
fournie par un transformateur

Figure 121 : Le montage


télérupteur en schéma développé
avec un transformateur sur la
commande

12.2.7. La minuterie

Tm Tm Tm Tm
Contact
fermé
etc
Contact Contact ouvert automatiquement
ouvert
t
Impulsions sur un (quelconque)
bouton - poussoir du circuit bobine

Figure 122 : La séquence ‘0’ et ‘1’ du contact d’une minuterie

Figure 123 : Le système minuterie en 3D

On installe une minuterie lorsque l’on désire une extinction automatique d’un ou de
plusieurs points lumineux.

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 125 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Fonctionnement

Une impulsion sur un des points d’allumage (bouton poussoir) permet la mise sous tension
d’un ou de plusieurs points lumineux pendant un temps Tm prédéterminé. L’extinction du
ou des points lumineux est automatique.

Une minuterie offre les mêmes


avantages que le télérupteur en
ce qui concerne le nombre de
points de commande. La
différence vient du fait que le
contact ‘K’ soit temporisé. Il
suffira donc d’une impulsion sur
l’un des contacts S1, S2, S3,
pour enclencher le contact ‘K’ et
marche en marche la minuterie.

Figure 124 : Le montage


minuterie en schéma développé

Une fois le temps écoulé


(réglage du temps effectué par
l’utilisateur), le contact ‘K’ se
déclenche. Le trait en pointillé représente la liaison entre la bobine et le contact.

Une différence de fonctionnement existe, que vous avez peut-être remarqué :

Lorsque l’on appuie sur un poussoir, la temporisation reprend son cycle pour le
temps de réglage total initial

L’action sur un poussoir quand la minuterie est en marche n’a aucun effet,
l’éclairage se ‘coupera’ de toute façon à la fin du temps préréglé.

Suivant le type de câblage, la réinitialisation est effective ou non

Figure 125 : Le montage minuterie


avec réinitialisation (en haut) et
sans (en bas)

Comparez ces câblages

Avec le montage du haut, la


bobine est constamment sous
tension lorsque l’on appuie sur un
poussoir, la tempo redémarre ;

Avec le montage du bas, la

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 126 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

tension aux bornes de la bobine n’est effective qu’à la première commande. Tant que le
contact est fermé, il n’y pas de possibilité d’avoir une tension (d’enclenchement) aux
bornes de la bobine.

12.2.8. Les montages « fluos »

Ci-après quelques câblages typiques, suivant les types de tube qu’il faudrait appeler :
« tube à décharge électrique dans du gaz basse pression »……ou plus
simplement, « tube luminescent » pour illuminescence d’un gaz (qui n’est pas du fluor et
encore moins du néon dans les tubes classiques).. Voir cours ‘éclairage et prises’.

Figure 126 : Tube avec ‘ballas t -self’ (inductance + starter + condensateur sans et avec
autotransformateur

Figure 127 : Tube type ‘rapid – start’ sans


‘préchauffage’

Figure 128 : Tube type ‘rapid – start’ avec


‘préchauffage’ – alimentation par
autotransformateur

Figure 129 : Montage double tube pour


éviter l’effet stroboscopique

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 127 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

12.3. MISE EN ŒUVRE

Soit quelques conseils et recommandations, au niveau des schémas et raccordements


pour réaliser « votre » installation (en dehors du site….) en respectant les règles ….de
sécurité électrique…

12.3.1. La prise de terre

La mise à la terre est revue dans le cours ‘électricité domestique’. Nous voyons le principe
simplement ici pour ne pas l’oublier – partie indispensable de l’installation et pas
forcément indiqué sur tous les schémas du type domestique !

Le circuit de terre commence par le contact


avec la terre réelle. Ce contact est assuré par
un piquet de terre. On le trouve de différentes
longueurs, le choix de la longueur dépend du
type de terrain où il est enfoncé. Pour un
terrain lourd (argileux) on peut se contenter
d'une longueur de 1m20, mais pour des
terrains constitués de remblais, il faudra
prendre une longueur supérieure de manière à
augmenter la surface de contact.

Figure 130 : Le prise de terre en domestique

La prise de terre (et le circuit de terre) est relié à la barrette de coupure par un fil de cuivre
nu d'une section de 25mm².

Le piquet de terre peut être remplacé par un conducteur nu (Cu en 25 mm²) placé en fond
de fouille du bâtiment

12.3.2. La distribution de la terre dans l’habitation

De la barrette de coupure, on rejoint le tableau de répartition par un fil isolé vert/jaune de


la même section que les fils d'alimentation (de l’E.D.F. ou autre ‘fournisseur’)

À partir du tableau, on envoie un fil vert/jaune de 2,5 mm² vers toutes les masses
métalliques de la salle de bain, y compris les huisseries de portes et les bâtis de fenêtre
s'ils sont métalliques ou en alliage.

Du tableau part aussi la liaison équipotentielle principale. C'est la ligne qui relie les tuyaux
d'arrivée d'eau et de gaz.

Sa section est 1/2 section des fils alimentation (EDF).

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 128 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Pour un fil alim de 16 mm², (16/2=8), comme il n'existe pas de fil de 8 mm², on passe à la
section supérieure c'est à dire 10 mm².

Du tableau d'abonné partent tous les circuits. Ils comportent tous un fil de terre de la
même section que le circuit correspondant.

Figure 131 : La distribution « équipotentielle » de terre, à la maison

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 129 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

12.3.3. Le tableau de distribution

Ou « tableau d’abonné »

Figure 132 : Éléments constituant un tableau d’abonné

Le TABLEAU ABONNE ou tableau de fusibles (ou disjoncteurs) sert à séparer les


différents circuits de la maison.

Il est constitué d'un support (en métal et/ou plastique), sur lequel on pose des protections
constituées de disjoncteurs ou de fusibles.

On y trouve aussi une barrette où sont branchés tous les fils de terre de la maison.

Que ce soit fusibles ou


disjoncteurs la
coupure/protection est
dorénavant toujours bipolaire.
Dans les « anciens »
tableaux, avec
protection/coupure sur la
phase uniquement, l’on trouve
une barrette de terre et une
barrette de neutre.

Figure 133 : Distribution


bipolaire depuis le tableau
La protection générale est assurée par un disjoncteur différentiel.

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 130 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

La différence entre les 2 dessins, est que le Disjoncteur Différentiel a ou non les bornes du
dessus décalées. Dans le cas de bornes décalées, on alimente par le dessous et on met
les peignes directement sur les bornes du disjoncteur.

12.3.4. Les différents circuits

12.3.4.1. Les lignes spécialisées

Ce sont les lignes qui alimentent des prises où l'on branche des appareils bien précis. Ces
circuits sont continus du tableau aux points d'utilisation. Pas de coupure en cours de
route

circuit 32 A : pour le four ou la cuisinière électrique

circuit 20 A : pour le lave-linge

circuit 20 A : pour le sèche-linge

circuit 20 A : pour le lave-vaisselle

circuit 20 A : pour le chauffe-eau

12.3.4.2. Les lignes normales.

Ces lignes peuvent alimenter plusieurs points et peuvent donc être coupées. On les
regroupe dans des boites de dérivation.

circuit 16 A : pour les prises de courant normales

circuit 10 A : pour les circuits d'éclairage

circuit 2 A : pour les circuits annexes (sonnette, protection du circuit de


commande EDF du chauffe-eau électrique, etc.).

12.3.5. Quelques règles à suivre

Dans l'installation électrique, il y a 2 couleurs à respecter: le bleu qui ne sert que pour le
neutre, et le vert / jaune qui est réservé au circuit de terre.

Dans les bornes des disjoncteurs, on ne peut mettre que deux fils au maximum.

La section des conducteurs correspond à la surface du fil de cuivre. Il existe des sections
de fil qui correspondent à des puissances d'utilisation bien définies.

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 131 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

1,5 mm² circuit d'éclairage, sonnette et tout ce qui ne demande pas une grande
puissance.

2,5mm² circuit prise de courant, prise normale, lave-linge, sèche-linge, circuit


chauffe-eau.
6mm² circuit cuisinière électrique

10mm² alimentation jusqu'à 60 Ampères (12 KW en mono)

16mm² alimentation jusqu'à 90 Ampères (18 KW en mono)

12.3.6. Le câblage des circuits

Tous les appareils, que ce


soit les boutons poussoir ou
les points d'éclairage, sont
câblés en parallèle.

Figure 134 : Câblage des


circuits en parallèle

Il est possible de poser des


boutons poussoir avec
voyant, sans toutefois
dépasser le nombre indiqué
par le fabricant du télérupteur
/ minuterie.

Câblage des prises de courant : Dans chacun des circuits, on se limite à 5 prises pour
appliquer la norme "PROMOTELEC"
On va de prises en prises.

Figure 135 : Câblage des prises de courant en parallèle

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 132 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Et maintenant, y’a plus qu’a….

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 133 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

13. EXEMPLE DE LECTURE DE SCHEMA


Nous retournons au schéma industriel avec le schéma de principe en objectif principal.

Un électricien de site possède par système, par armoire de distribution un jeu de plan,
format A3 et/ou A4 avec ‘n’ folios représentant le « séquentiel » de l’installation en schéma
de contrôle (ou commande) et schéma de puissance

Si vous êtes sur un site, le plus rationnel est de faire une application, un exercice sur un
exemple ‘concret’, sur ce qui est en place. Récupérer les jeux de plans nécessaires
(instructeurs et élèves) et travaillez sur ceux-ci plutôt que sur l’exemple ci-après.

Mais, ce présent exemple explique comment lire, comment interpréter un


schéma de principe, et si vous êtes néophyte, suivez donc pas à pas les explications
et commentaires

Exemple de contrôle et commande d’un moteur synchrone de 3,6 MW sur site de


Lacq

Voyons les folios composant le « cahier » du schéma de principe

Le cahier concerné comporte 46 pages (folios)

Avant ces 46 folios, il y a la page de garde où figure la cartouche, les renseignements sur
le site, le bureau d’études, le système concerné et les révisions successives (avec les
dates).

Folio 01 : liste des pages/folios avec description du contenu de chaque page et les indices
des différentes révisions / modifications (date et détails sur page de garde).

A noter, le système de renvoi par quadrillage avec numérotation par chiffre des colonnes
et par lettre des lignes

1 3 5 7 9 11 13 15 17 19 21 23 25 27 29 31 33 35 37 39
A
B
C
D
E ⇑ -
F ⇐ F-11 Zone de texte et dessin -
G
H
I
J

Le renvoi peut se faire pour une plusieurs colonnes (sans ligne) ou pour une ou plusieurs
lignes (sans référence de colonne)

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 134 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Figure 136 : Commande moteur synchrone – Folio 01


Support de Formation EXP-MN-SE040-FR
Dernière Révision: 08/02/2008 Page 135 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Figure 137 : Commande moteur synchrone – Folio 02

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 136 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Folio 02 : schéma de puissance

Un dessinateur peut se tromper ! Ainsi sur cette page, les références horizontales sont
notées de 0 à 20, alors que le texte à l’intérieur considère la numérotation impaire ; 1, 3, 5,
jusque 39 (erreur qui se retrouve plusieurs fois dans le cahier). D’entrée, on vous
demande de savoir lire les plans, et également de détecter les erreurs….
Par exemple en colonne 4 (qui est en fait la 7) la sortie des TP’s indique un renvoi en
« COL.21 », donc sur la même page. En colonne 21 (indiquée 11), on retrouve l’indication
d’origine « DEPUIS COL.7 » (indiquée 4)

Ligne A : dénomination des équipements et circuits concernés que l’on trouve dans la
colonne ainsi délimitée
Jeu de barres 5,5kV : avec les 2 sectionneurs, le disjoncteur 5,5kV et les TP’s
Mesures et protections courant ‘I’ : avec les TC’s, le connecteur ‘I’ et les renvois
Mesures et protections tension ‘U’ : TP’s, connecteurs et renvois
Transformateur : alimentation excitation avec renvoi folio 03
Moteur synchrone

Cellule Merlin-Gérin : délimitée par les traits d’axe


Ensemble de cellules HT, 5,5 kV regroupant les équipements cités ci-dessus (sauf le
moteur). Plan d’implantation des cellules et équipement sur un ‘autre’ cahier HT, et non
repris dans le présent cahier (BT) de 46 folios.

Bornier HT : n’existe pas ! On ne numérote généralement pas les « fils et bornes » HT


(sauf dans les distribution HT complexes). Quant à la numérotation des câbles HT, c’est
dans le cahier HT (câblage des cellules HT)

Bornier BT : La filerie BT ‘sortant’ des cellules Merlin-Gérin est raccordée sur des
borniers, en l’occurrence dénommés ici ‘BM’ et ‘BCO’. Le raccordement entre borniers se
retrouve plus loin dans le cahier aux folios 35 à 39.

Identification équipement : tous les éléments BT sont identifiés et répertoriés dans la


nomenclature en folio 44. Dans ce folio 02, concernant principalement la HT, les
références et nomenclatures sont à chercher dans le cahier HT (non repris ici)

En équipement BT, par exemple sur ce folio 02, si je ne sais pas ce qu’est le ‘BE12-11’, la
nomenclature spécifie que c’est un « boîtier sécura intensité de chez GEC Alsthom », soit
un connecteur pour les mesures et calibrations extérieures.

Renvois vers d’autres folios :


En ligne ‘J’, identification des pages ou l’on retrouve les ‘fils’

Identification filerie : chaque ‘fil’ BT possède son propre numéro que l’on retrouve sur les
différents folios concernés et avec les renvois appropriés.

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 137 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Figure 138 : Commande moteur synchrone – Folio 03

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 138 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Folio 03 : Alimentation puissance (excitation et étage de régulation)

Alimentation puissance depuis folio 2 colonne 31 (numéroté 16), comme indiqué au point
C1

La protection fusible FU3-7 possède un contact ‘défaut fusibles’ que l’on retrouve au folio
22 colonne 35 comme indiqué en D5
Idem pour S3-11 qui a un contact ‘défaut fusibles’ incorporé dans le schéma du folio 22
colonne 37

Retour alimentation puissance en colonne 39 vers le folio 02. Renvoi également vers
folios 14 et 09 pour les protections et le contrôle

Folio 04 : Régulation de tension et de cos phi

Apparition des barres de distribution

Lignes B et C, depuis le boîtier BE12-11 en folio 02 colonne 11 (6), les courants


secondaire (des TC’s) repères 2/5, 2/6, 2/7, 2/8 sont distribués et reportés sur les folios
suivants. Ces barres sont ‘rebaptisées’ 13, 12, 11 et N

Lignes H et I, ce sont les tensions secondaires (des TP’s), qui sont distribuées. Elles
proviennent du boîtier BEU2-25 colonne 25 (13) avec repères 2/14, 2/15 ; 2/16 et
rebaptisées u1, u2, u3

Contacts de relais :
Apparition des premiers contacts de relais : KA23-3 et KA18-17. Les bobines (et leur
intégration dans un circuit) se trouvent respectivement en folio 23 colonne 3 et folio 18
colonne 17.
Aux folios 23 et 18, au niveau des bobines de ces relais, on trouve le renvoi au folio 04 pur
les contacts concernés.

Folio 05 : Mesures I, U et cos phi moteur


Non copié dans ce document
Entre les « barres courant » et « barres tension », sont représentés : 3 ampèremètres, 1
voltmètre, 1 phimètre (les indicateurs de façade de tableau)

Folio 06/ Folio 07 : Enregistreur / Compteur d’énergie active


Non copié dans ce document
Raccordement d’un enregistreur et d’un compteur (de tableau) avec les barres U et I

Folio 08 : Réserve – folio ‘vide’

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 139 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Figure 139 : Commande moteur synchrone – Folio 04

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 140 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Figure 140 : Commande moteur synchrone – Folio 09

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 141 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Figure 141 : Commande moteur synchrone – Folio 13

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 142 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Folio 09 : Masse rotor moteur


Relais de protection type TOG de GEC Alsthom, détectant tout défaut de masse (terre) du
rotor alimenté en 125V CC (depuis le folio 15 colonne 3) et générant une alarme par
contact NO temporisé vers folio 20 colonne 7

Folio 10 : Mini – Maxi de l’excitation


Relais de protection type TUG 1111 de GEC Alsthom, détectant le mini d’excitation
(manque excitation, circuit ouvert), et le maxi d’excitation (Ct-Ct au rotor ou surcharge, Ct-
Ct au stator) alimenté idem le relais précédent. Délivre 2 contacts NO temporisés (min et
max) vers folio 20, col. 13 et 17
Non copié dans ce document

Folio 11 : Perte de synchronisme


Relais de protection type T2G de GEC Alsthom, alimenté 115VCC comme au dessus,
recevant l’image tension depuis le folio 3. Contact NO temporisé vers folio 20 col. 23
Non copié dans ce document

Folio 12 : Surcharge thermique


Relais de protection type TA3220 de GEC Alsthom, détectant le seuil haut du courant de
phase (I>) , alimenté comme au dessus. Contact NO temporisé vers folio 20 col. 33
Non copié dans ce document

Folio 13 : Maxi de courant triphasé (Surcharge thermique >>)


Relais de protection type TAT430 de GEC Alsthom, alimenté comme au dessus, et
envoyant un contact NO temporisé en alarme (folio 21 col.3) et un contact NO temporisé
en folio 20 col.23 pour le circuit de relayage des défauts.

Folio 14 : Glissement
Relais de protection type VTM de GEC Alsthom, alimenté comme au dessus, et envoyant
un contact NO en folio 18 col. 3 dans le circuit de contrôle du contacteur d’excitation
Non copié dans ce document

Folio 15 : Distribution des polarités


Alimentation / « dispatching » sous les tensions nécessaires des différents récepteurs du
système
Colonne 3 : 125VCC vers les relais de protection folios 09 à 13
Colonne 7 : 24VCC vers folio 3 ‘étage de régulation de l’excitation
Colonne 11 : 24VCC vers folio 26 , tableau de signalisation (polarités 29 et 30)
Colonne 17 : 380V tri vers groupe réfrigérant (folio 16)
Colonne 21 : vers folio 40, polarités 37 et 38 du circuit de contrôle des ventilateurs
Colonne 31 : vers folio 6 alimentation 220vAC enregistreur
Colonne 35 : vers folio 14, alimentation 220VAC relais de protection ‘glissement’

Folio 16 : Alimentation et sécurité groupe réfrigérant


« Boite P16-9 » ?. Si je ne vois pas ce que c’est, je vais dans la nomenclature (folios 45 -
45) qui précise : ‘bloc de réfrigération’. C’est donc un système qui se débrouille tout seul,
est alimenté en tri 380VAC (folio 15 col. 17) et qui « sort » un contact NF de défaut (P16-9
pour page 16 col.9) dans le circuit de contrôle, voir dans le même folio col. 23

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 143 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Figure 142 : Commande moteur synchrone – Folio 15

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 144 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Figure 143 : Commande moteur synchrone – Folio 16

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 145 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Folio 16 (continuation) :
Schéma de principe : 1er schéma de relayage avec
- Les barres de distribution (15/3 et 15/4) alimentés depuis le disjoncteur Q15-3 (folio 15
col. 3)
- Les relais:
KA16-23, relais de défaut (en col. 23) ayant un contact NO que l’on retrouve en 32-23
(folio 32 col.23) et un contact NF en 28-27.
KA16-31, relais d’éclairage (actionné par les contacts de porte - fin de course, S16-29/31)
et avec un contact NO que l’on retrouve en folio15 col. 25 (circuit lampe) et 2 contacts NF
sur ce folio (verrouillage démarrage du groupe réfrigérant)
- La bobine du contacteur C1 avec en série les contacts de commande/contrôle.

Folio 17 : Enclenchement- Déclenchement disjoncteur de ligne (du moteur 4300CV)


Avec polarités (alimentation) prises dans l’armoire (HT) Merlin - Gérin
On y trouve en série tous les contacts d’arrêt, arrêts d’urgence, fusion fusible et le contact
d’enclenchement KA24-11 (relais en folio 24 col. 11)

Folio 18 : Enclenchement- Déclenchement contacteur d’excitation


Schéma de principe entre les polarités 15/3 et 15/4

Le « feu vert » est donné depuis l’armoire Merlin – Gérin (contact temporisé M1) et il n’y a
plus qu’à suivre les séquences, ouverture / fermeture contacts, enclenchement relais et ce
en se référant aux numéros de contact / relais faisant au folio et colonne concernés…..

A noter :
Numéros de filerie : chaque ‘fil’ possède son identification que l’on retrouvera ‘baguée’
dans l’armoire avec le numéro du folio

Bornes de filerie : les interconnexions entre armoires et équipements ‘sortent’ sur bornes.
Ici avec armoires/cellules HT Merlin Gérin sur bornier ‘BCD’, bornes 7/8 et 4/5 (connectés
sur bornes 48/49 et 44/45 du bornier de l’armoire MG)

Contacts / relais temporisés :


Le relais CEX1 actionne un contact NF temporisé travail (TT 18-3)

Les 3 relais KA 18-13/21/25 sont des relais temporisé « ASA Syrelec, BLRM-U 127VCC »,
(c’est la nomenclature en page 44 qui le confirme). Attention à la représentation (oui, il y a
erreur sur le schéma), Voir le cours « Symboles et normes » comportant des exercices
avec les contacts / relais temporisés

TT Temporisation Travail TR Temporisation Repos

D’autre part, les contacts associés ici aux relais sont représentés comme ‘contacts
temporisés (ce qui n’est pas vraiment faux…)

Comme il y a toujours des problèmes de lecture (d’interprétation) dans les contacts


temporisés (même avec des électriciens confirmés….), voici un rappel des symboles

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 146 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Figure 144 : Commande moteur synchrone – Folio 17

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 147 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Figure 145 : Commande moteur synchrone – Folio 18

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 148 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Folio 18 (continuation)

Rappel des normes de représentation des contacts temporisés (voir cours symboles et
normes), le sens du ‘parapluie’ détermine l’action la temporisation.

TT contact de travail TR contact de travail TTR contact de travail


retardé à la fermeture retardé à l'ouverture retardé à la fermeture
(attraction) = NO délai (chute) = NO délai et à l'ouverture = NO
‘on’ ‘off’ délai ‘on & off’

TT contact de repos TR contact de repos TTR contact de repos


retardé à l'ouverture retardé à la fermeture retardé à la fermeture
(attraction) = NF délai (chute) = NF délai et à l'ouverture = NF
‘on’ ‘off’ délai ‘on & off’

Identification des circuits :


Ligne ‘A’, noter l’explicatif spécifiant rôle / fonction des relais et contacts dans la colonne
concernée.

Folio 19 : Réserve – folio vide

Folio 20/21 : Relayage des protections


Reprise des contacts initiés par les relais de défauts (folios 9 à 13) avec relayage et renvoi
pour chaque alarme
D’un contact NO même folio pour l’auto alimentation
D’un contact NO vers folio 26 ou 27 – tableau annonciateur
D’un contact NF vers folio 24 – chaîne d’arrêt (tous les contacts en série)
D’un contact NF vers folio 31 ou 32 – contact entrant sur automate d’asservissement.
Voir barre d’acquisition de défaut (RàZ : Remise è Zéro) depuis le poussoir S20-1

Page 21 non représentée,1 seul relayage (KA21-3 )pour le relais défaut page 13, ‘Maxi de
courant’.

Folio 22 : Relayage des défauts électriques


Entre barres d’alimentation 15-3 et 15-4 + barre RàZ 20-1
Suivre les logiques des circuits, les numérotations des relais et contacts et les renvois aux
autres folios

Folio 23 : Relayage position disjoncteur


Alimentation entre barres 125VCC (15/3 et 15/4) et barres d’alimentation 24VCC (25/27 et
25/28).
Alimentation 24VCC depuis le bloc d’alimentation P15-3 en page 15 col.7, fils 27 et 28.
Attention aux indications pour les colonnes (décalage d’indication 24 et 125VCC)

Folio 24 : Relayage chaîne de sécurité


Contacts de déclenchement en série sur relais KA24-11, autorisant l’enclenchement du
disjoncteur principal, folio 17 col.15

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 149 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Figure 146 : Commande moteur synchrone – Folio 20


Support de Formation EXP-MN-SE040-FR
Dernière Révision: 08/02/2008 Page 150 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Figure 147 : Commande moteur synchrone – Folio 22


Support de Formation EXP-MN-SE040-FR
Dernière Révision: 08/02/2008 Page 151 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Figure 148 : Commande moteur synchrone – Folio 23


Support de Formation EXP-MN-SE040-FR
Dernière Révision: 08/02/2008 Page 152 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Figure 149 : Commande moteur synchrone – Folio 24


Support de Formation EXP-MN-SE040-FR
Dernière Révision: 08/02/2008 Page 153 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Folio 25 : Balayage à l’azote


Séquence à suivre sur schéma pour enclenchement/déclenchement des 2 électrovannes
de balayage avec verrouillage dans le circuit d’enclenchement disjoncteur par KA25-23
ayant un contact NO en folio 24 col. 3
Commande en parallèle par automate col. 33

Folio 26 et 27 : Traitement des signalisations


Sur bloc de signalisation Entrelec (nomenclature page 45)
Alimentation entre barres 15/29 et 15/30 (bloc 24VCC en page 15 col.11
Alimentations des lampes de l’annonciateur par les contacts de relais défaut en folios
20/22/23

Folio 28 : Signalisations États (des séquences et conditions de marche)


Alimentations des lampes témoins en façade de tableau

Folio 29 : Report de signalisations


Lampe témoins « en marche », « arrêt » et « autorisation de démarrage »

Folio 30 : Folio réserve

Folio 31/32 : Report signalisation automates en salle de contrôle


Connexions des contacts de séquence, de signalisation et de défaut sur automate
Folio 31 copié dans ce document, folio 32 (identique), non copié

Folio 33 : Asservissement ventilateurs

Folio 34 : Folio réserve

Folio 35 : Bornier alimentation armoire de relayage et bornier cellule disjoncteur vers


salle de contrôle
Représentation des borniers avec
Identification du bornier : BALIM et BCD
Bornes numérotés
Indication du numéro de fil (folio et numéro)
Explication de la fonction du « fil » (destination / origine)
Câbles et identifications : multi conducteur 19x1,5 mm² en BCD

Folio 36 : Bornier information générale et mesure vers cellule disjoncteur


Non copié

Folio 37 : Bornier BR1 – Liaison armoire / salle de contrôle


Non copié

Folio 38 : Bornier Liaisons armoire de contrôle et armoire ventilateurs (BL – BT1 – BT2)
Non copié

Folio 39 : Bornier vers coffret balayage azote


Non copié

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 154 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Figure 150 : Commande moteur synchrone – Folio 25

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 155 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Figure 151 : Commande moteur synchrone – Folio 26

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 156 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Figure 152 : Commande moteur synchrone – Folio 27

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 157 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Figure 153 : Commande moteur synchrone – Folio 28

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 158 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Figure 154 : Commande moteur synchrone – Folio 29

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 159 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Figure 155 : Commande moteur synchrone – Folio 31

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 160 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Figure 156 : Commande moteur synchrone – Folio 33

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 161 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Figure 157 : Commande moteur synchrone – Folio 35

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 162 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Folio 40 : Relayage commande et défauts des ventilateurs


Alimentation entre barres 15/37 et 15/38 (depuis le disjoncteur Q15 en folio 14 col.21)

Folio 41 : Circuit de commande ventilateur 1

Folio 42 : Circuit de commande ventilateur 2


Copie conforme du folio 41 mais avec repères et numérations pour le deuxième ventilateur

Folio 43 : Annonciateur (verrines)


Plan d’implantation

Folio 44 : Nomenclature

Folio 45 : Nomenclature

Folio 45 : Implantation matériel en armoire de contrôle


Non copié

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 163 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Figure 158 : Commande moteur synchrone – Folio 40

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 164 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Figure 159 : Commande moteur synchrone – Folio 41

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 165 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Figure 160 : Commande moteur synchrone – Folio 43

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 166 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Figure 161 : Commande moteur synchrone – Folio 44

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 167 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Figure 162 : Commande moteur synchrone – Folio 45

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 168 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

14. GLOSSAIRE

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 169 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

15. SOMMAIRE DES FIGURES


Figure 1 : Exemple de schéma de détail..............................................................................3
Figure 2 : Exemple de schéma de câblage..........................................................................3
Figure 3 : Exemple de schéma de principe..........................................................................3
Figure 4 : Exemple de circuit de puissance .........................................................................3
Figure 5 : Comment rédiger et lire un schéma de principe / commande..............................3
Figure 6 : Les renvois en série.............................................................................................3
Figure 7 : Attention à l’alignement des contacts ..................................................................3
Figure 8 : Schéma à multi distribution..................................................................................3
Figure 9 : Le « pont » à éviter sur un schéma......................................................................3
Figure 10 : Exemple d’identification et de repérage de bornes sur circuit de commande ....3
Figure 11 : Circuit de principe moteur a un sens de marche – une boîte à boutons ............3
Figure 12 : Exemple de schéma unifilaire ............................................................................3
Figure 13 : Sketch en unifilaire ............................................................................................3
Figure 14 : Exemple de schéma unifilaire (Total Indonésie – CPU).....................................3
Figure 15 : Représentation générale d’une chaîne fonctionnelle .........................................3
Figure 16 : Exemple d’une chaîne fonctionnelle en schéma block ......................................3
Figure 17 : Schéma block d’un onduleur .............................................................................3
Figure 18 : Onduleur (inverter) en fonctionnement normal ..................................................3
Figure 19 : Onduleur (inverter) en fonctionnement avec la batterie .....................................3
Figure 20 : Onduleur (inverter) en fonctionnement en by-pass............................................3
Figure 21 : « Schématique » de distribution et raccordements terre sur unité .....................3
Figure 22 : Exemples de connexions terre sur structure métallique ....................................3
Figure 23 : Puits de terre, regard et soudures sur structure.................................................3
Figure 24 : Collecteur de terre .............................................................................................3
Figure 25 : "Electrical" ground and "mechanical" ground.....................................................3
Figure 26 : Interconnexion des terres en distribution domestique........................................3
Figure 27 : Représentation du symbole logique...................................................................3
Figure 28 : Représentation ‘style’ schéma à contacts..........................................................3
Figure 29 : Table de vérité à deux variables d’entrée : ........................................................3
Figure 30 : Le chronogramme dans la représentation logique.............................................3
Figure 31 : Exemple de Logigramme (et pas organigramme)..............................................3
Figure 32 : Tableau de Karnaugh à 3 variables ...................................................................3
Figure 33 : Tableau de Karnaugh à 3 variables ...................................................................3
Figure 34 : Exemple 1 avec tableau de Karnaugh ...............................................................3
Figure 35 : Exemple 2 avec tableau de Karnaugh ...............................................................3
Figure 36 : Exemple 3 avec tableau de Karnaugh ...............................................................3
Figure 37 : Exemple 4 avec tableau de Karnaugh ...............................................................3
Figure 38 : Exemple 5 avec tableau de Karnaugh ...............................................................3
Figure 39 : Schéma logique et schéma à contact ...............................................................3
Figure 40 : Afficheur numérique – 7 segments ....................................................................3
Figure 41 : Schéma logique de l’afficheur numérique à 7 segments ...................................3
Figure 42 : Table de vérité exemple de l’énoncé .................................................................3
Figure 43 : Équation à partir de la table de vérité ................................................................3
Figure 44 : Schéma en réalisation avec portes logiques .....................................................3
Figure 45 : Schéma simplifié en réalisation avec portes logiques........................................3

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 170 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Figure 46 : Simplification avec le tableau de karnaugh........................................................3


Figure 47 : Structure d’un système automatisé de production .............................................3
Figure 48 : Notion de point de vue système.........................................................................3
Figure 49 : Éléments graphiques de base du grafcet ..........................................................3
Figure 50 : Description d’une réceptivité par un texte..........................................................3
Figure 51 : Description d’une réceptivité par une expression booléenne.............................3
Figure 52 : Réceptivité toujours vraie ..................................................................................3
Figure 53 : La réceptivité n’est vraie que lorsque a passe de l’état 0 à l’état 1 ....................3
Figure 54 : La réceptivité n’est vraie que lorsque a est vraie ...............................................3
Figure 55 : La réceptivité n’est vraie que lorsque le produit logique « a.b » passe l’état 1 à
l’état 0 ...........................................................................................................................3
Figure 56 : Réceptivité dépendante du temps (a) ................................................................3
Figure 57 : Réceptivité dépendante du temps (b) ................................................................3
Figure 58 : Exemple 1 valeur booléenne d’un prédicat ........................................................3
Figure 59 : Exemple 2 valeur booléenne d’un prédicat ........................................................3
Figure 60 : Exemple 3 valeur booléenne d’un prédicat ........................................................3
Figure 61 : Action continue (a).............................................................................................3
Figure 62 : Action continue (b).............................................................................................3
Figure 63 : Action continue (c) .............................................................................................3
Figure 64 : Action continue (d).............................................................................................3
Figure 65 : Action continue (e).............................................................................................3
Figure 66 : Action à l’activation ............................................................................................3
Figure 67 : Action à la désactivation ....................................................................................3
Figure 68 : Action à l’activation / désactivation ....................................................................3
Figure 69 : Action sur événement ........................................................................................3
Figure 70 : Commentaire .....................................................................................................3
Figure 71 : Exclusivité logique .............................................................................................3
Figure 72 : Exclusivité technologique ..................................................................................3
Figure 73 : Exclusivité avec priorité .....................................................................................3
Figure 74 : Saut d’étapes.....................................................................................................3
Figure 75 : Reprise de séquence.........................................................................................3
Figure 76 : Séquences simultanées.....................................................................................3
Figure 77 : Étape source......................................................................................................3
Figure 78 : Transition source ...............................................................................................3
Figure 79 : Étape puits.........................................................................................................3
Figure 80 : Transition puits ..................................................................................................3
Figure 81 : Liaison Solution conseillée ................................................................................3
Figure 82 : Liaison Solution à éviter.....................................................................................3
Figure 83 : Repère de liaison...............................................................................................3
Figure 84 : Sélection de séquence – solution conseillée .....................................................3
Figure 85 : Sélection de séquence – solution à éviter .........................................................3
Figure 86 : Exemple d’évolution fugace ...............................................................................3
Figure 87 : Exemple d’action continue associée à une étape instable.................................3
Figure 88 : Exemple d’action mémorisée associée à l’activation d’une étape instable ........3
Figure 89 : Forçage d’un grafcet..........................................................................................3
Figure 90 : Exemple (a) de lien d’activation .........................................................................3
Figure 91 : Exemple (b) de lien d’activation .........................................................................3
Figure 92 : Exemple d’encapsulation...................................................................................3

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 171 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Figure 93 : Exemple d’une macro étape M2 représentée avec son expansion :..................3
Figure 94 : Structuration par taches et sous programme.....................................................3
Figure 95 : Construction de la structure, état initial..............................................................3
Figure 96 : Procédé simple avec grafcet..............................................................................3
Figure 97 : Exemple de câblage alimentation + entrées / sorties d’un automate type
compact de chez Moeller..............................................................................................3
Figure 98 : Organigramme de dépannage type ...................................................................3
Figure 99 : Logigramme de dépannage moteur...................................................................3
Figure 100 : Structure d’une distribution domestique distribution ........................................3
Figure 101 : Distribution domestique dans le monde (tension entre2 fils) ...........................3
Figure 102 : Schéma architectural par pièce .......................................................................3
Figure 103 : Schéma architectural général d’un logement...................................................3
Figure 104 : Schéma architectural chambre 1 .....................................................................3
Figure 105 : Schéma unifilaire architectural chambre 1.......................................................3
Figure 106 : Schéma unifilaire architectural complet ...........................................................3
Figure 107 : Schéma multifilaire architectural chambre 1 ....................................................3
Figure 108 : Schéma développé (de principe) de la chambre 1...........................................3
Figure 109 : Principe de schéma de distribution / protection unifilaire .................................3
Figure 110 : Principe de schéma de distribution / protection unifilaire 2 ..............................3
Figure 111 : Le simple allumage en 3D ...............................................................................3
Figure 112 : Le simple allumage en schéma développé ......................................................3
Figure 113 : Le double allumage en 3D ...............................................................................3
Figure 114 : Le double allumage en schéma développé .....................................................3
Figure 115 : Le montage Va et Vient en 3D.........................................................................3
Figure 116 : Le montage Va et Vient en schéma développé ...............................................3
Figure 117 : Le commutateur sélecteur en schéma développé ...........................................3
Figure 118 : La séquence ‘0’ et ‘1’ du contact d’un télérupteur............................................3
Figure 119 : Le montage télérupteur en 3D .........................................................................3
Figure 120 : Le montage télérupteur en schéma développé................................................3
Figure 121 : Le montage télérupteur en schéma développé avec un transformateur sur la
commande....................................................................................................................3
Figure 122 : La séquence ‘0’ et ‘1’ du contact d’une minuterie ............................................3
Figure 123 : Le système minuterie en 3D ............................................................................3
Figure 124 : Le montage minuterie en schéma développé ..................................................3
Figure 125 : Le montage minuterie avec réinitialisation (en haut) et sans (en bas) .............3
Figure 126 : Tube avec ‘ballas t -self’ (inductance + starter + condensateur sans et avec
autotransformateur .......................................................................................................3
Figure 127 : Tube type ‘rapid – start’ sans ‘préchauffage’ ...................................................3
Figure 128 : Tube type ‘rapid – start’ avec ‘préchauffage’ – alimentation par
autotransformateur .......................................................................................................3
Figure 129 : Montage double tube pour éviter l’effet stroboscopique .................................3
Figure 130 : Le prise de terre en domestique ......................................................................3
Figure 131 : La distribution « équipotentielle » de terre, à la maison..................................3
Figure 132 : Éléments constituant un tableau d’abonné ......................................................3
Figure 133 : Distribution bipolaire depuis le tableau ............................................................3
Figure 134 : Câblage des circuits en parallèle .....................................................................3
Figure 135 : Câblage des prises de courant en parallèle....................................................3
Figure 136 : Commande moteur synchrone – Folio 01 ........................................................3

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 172 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

Figure 137 : Commande moteur synchrone – Folio 02 ........................................................3


Figure 138 : Commande moteur synchrone – Folio 03 ........................................................3
Figure 139 : Commande moteur synchrone – Folio 04 ........................................................3
Figure 140 : Commande moteur synchrone – Folio 09 ........................................................3
Figure 141 : Commande moteur synchrone – Folio 13 ........................................................3
Figure 142 : Commande moteur synchrone – Folio 15 ........................................................3
Figure 143 : Commande moteur synchrone – Folio 16 ........................................................3
Figure 144 : Commande moteur synchrone – Folio 17 ........................................................3
Figure 145 : Commande moteur synchrone – Folio 18 ........................................................3
Figure 146 : Commande moteur synchrone – Folio 20 ........................................................3
Figure 147 : Commande moteur synchrone – Folio 22 ........................................................3
Figure 148 : Commande moteur synchrone – Folio 23 ........................................................3
Figure 149 : Commande moteur synchrone – Folio 24 ........................................................3
Figure 150 : Commande moteur synchrone – Folio 25 ........................................................3
Figure 151 : Commande moteur synchrone – Folio 26 ........................................................3
Figure 152 : Commande moteur synchrone – Folio 27 ........................................................3
Figure 153 : Commande moteur synchrone – Folio 28 ........................................................3
Figure 154 : Commande moteur synchrone – Folio 29 ........................................................3
Figure 155 : Commande moteur synchrone – Folio 31 ........................................................3
Figure 156 : Commande moteur synchrone – Folio 33 ........................................................3
Figure 157 : Commande moteur synchrone – Folio 35 ........................................................3
Figure 158 : Commande moteur synchrone – Folio 40 ........................................................3
Figure 159 : Commande moteur synchrone – Folio 41 ........................................................3
Figure 160 : Commande moteur synchrone – Folio 43 ........................................................3
Figure 161 : Commande moteur synchrone – Folio 44 ........................................................3
Figure 162 : Commande moteur synchrone – Folio 45 ........................................................3

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 173 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

16. SOMMAIRE DES TABLES


Table 1 : Représentation et symboles filerie en unifilaire.....................................................3
Table 2 : Les fonctions binaires de base..............................................................................3
Table 3 : Propriétés de l’algèbre binaire ..............................................................................3
Table 4 : Le théorème de ‘de Morgan’ .................................................................................3
Table 5 : Application table de vérité – équation booléenne..................................................3
Table 6 : Code binaire Gray pour 4 variables ......................................................................3
Table 7 : Fonctions binaires composées..............................................................................3
Table 8 : Symbolisation des fonctions logiques ...................................................................3
Table 9 : Exemple logique – vérité – Karnaugh – équation..................................................3
Table 10 : Table de vérité pour afficheur numérique ...........................................................3
Table 11 : Tableaux de Karnaugh pour afficheur numérique ...............................................3
Table 12 : Table de vérité relation lignes/colonnes..............................................................3
Table 13 : Symbolisation / description de l’encapsulation....................................................3

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 174 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

17. CORRECTION DES EXERCICES


1. Moteur à un sens de marche, une boîte à boutons Marche – Arrêt avec ‘shuntage’ du
relais thermique de protection pendant le démarrage (un certain temps)

Boîte à boutons
I = Marche
0 = Arrêt

Circuit de commande complété

Q14 : contacteur de shuntage


K1 : relais temporisé
Q11 : contacteur de ligne

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 175 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

2. Voici 1 circuit de puissance ‘éclairage’

Compléter le circuit de commande sachant que le contacteur ‘C’ ne possède pas de


contact auxiliaire, l’auto - alimentation et les indications sont gérées par ‘R’, F2 protège les
bobines et F3 les lampes.

Ph N
F1
L1 L2 L3 L4 L5 Lx

I-b
48V + 48V -
F2 0-a 0-b I-a
C

R
R
F3 ON
R

R OFF

Sans oublier les points de connexion…

3. Voici 2 circuits puissance pour la même fonction. Ils sont toutefois différents, définissez
chacun de des types de démarrage ‘A’ à gauche, ‘B’ à droite

Les 2 schémas sont pour moteur à deux sens


de marche avec 2 contacteurs

A : protection contre les courts-circuits et


surcharges par disjoncteur moteur

B : Protection contre les courts-circuits par


fusibles (et contacteur) et contre les surcharges
par relais thermique (et contacteur)

Différencier bien ces 2 méthodes

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 176 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

4. Compléter le schéma de commande ci-dessous

Inversion du sens de marche après


actionnement du bouton arrêt (bouton
0)

Q11 : contacteur de ligne, marche à


droite

Q12 : contacteur de ligne, marche à


gauche

Boite à boutons (S11)


I = marche à droite
0 = arrêt
II = marche à gauche
La boîte à bouton est représentée câblée
pour vous aider, et attention, l’on utilise
les NO et NF des boutons marche.

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 177 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

5. Compléter le schéma de commande ci-dessous

Inversion du sens de marche sans actionnement


du bouton arrêt (bouton 0)

Q11 : contacteur de ligne, marche à droite

Q12 : contacteur de ligne, marche à gauche

Boite à boutons (S11)


I = marche à droite
0 = arrêt
II = marche à gauche
La boîte à bouton est représentée câblée pour vous
aider, et attention, l’on utilise les NO et NF des
boutons marche.

Le contact NF ‘F2’ est supposé incorporé après Q1

Cela ressemble à l’exercice précédent, mais c’est


différent !

Fonctionnement pour exercices 3 et 4 ;

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 178 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

6. Le démarrage étoile triangle

Expliquer / décrivez le circuit de commande

Le bouton poussoir ‘I’ actionne le relais temporisé K1, dont le contact à fermeture K1/17-
18 agissant comme contact instantané (la bobine de K1 est en temporisation travail) met
sous tension le contacteur étoile Q13. Le contact à ouverture Q13/21-22 ouvre le circuit
de la bobineQ15, verrouillant (électriquement) la fermeture de ce contacteur. Dans le
même circuit, le contact temporisé K1/17-18 est resté ouvert (100ms est suffisant) pour
empêcher l’action sur Q15. Q13 excité, met sous tension le contacteur de ligne Q11 via le
contact à fermeture Q13/13-14. Q11 et Q13 s’auto – alimentent par les contacts à
fermeture Q11/13-14 et Q1/43-44. Q11 met sous tension le moteur M1 en couplage étoile.

Après écoulement de la temporisation (bobine), le contact K1/17-18 ouvre le circuit Q13.


Le contact Q13/21-22 se referme déverrouillant Q15 qui est excitée (le contact K1/17-18
étant fermé, le relais K1 étant toujours excité). Le contacteur étoile Q13 étant retombé, le
contacteur triangle Q15 est appelé et couple le moteur M1 avec la totalité de la tension.
Simultanément, le contact à ouverture Q15/21-22 interrompt le circuit Q13 et bloque ainsi
le fonctionnement étoile.
Un redémarrage n’est possible qu’après coupure préalable par le bouton poussoir ‘0’ ou
en cas de surcharge, via le contact à ouverture 95-96 du relais thermique F2 ou le contact
à ouverture du disjoncteur - moteur Q1/21-22 ou du contact à ouverture du disjoncteur
moteur Q1/13-14 (à la place du relais thermique)

7. Le démarrage étoile triangle

Expliquer / décrivez le circuit de commande

Le bouton poussoir ‘I’ actionne le contacteur étoile Q13 dont le contact à fermeture
Q13/13-14 met sous tension le contacteur de ligne Q11. Q11 est appelé et couple
lemoteur M1 en schéma étoile. Q11 et Q13 s’auto – alimentent par le contact à fermeture
Q11/13-14 et Q11 s’auto – aliment en outre via Q11/43-44 et le bouton poussoir ‘0’.
Simultanément, le relais temporisé K1 est mis sous tension avec le contacteur de ligne
Q11.
Après écoulement du temps défini, K1 ouvre le circuit Q13 via le contact inverseur 15-16
et ferme le circuit Q15 via 15-18. Le contacteur étoile Q13 retombe. Le contacteur triangle
Q15 est appelé et couple le moteur M1 avec la totalité de la tension. Simultanément, le
contact à ouverture Q15/21-22 interrompt le circuit Q13 et bloque ainsi le redémarrage
et/ou le fonctionnement en étoile.
Un redémarrage n’est possible qu’après coupure préalable via le bouton poussoir ‘0’ ou en
cas de surcharge – comme dans la description de l’exercice précédent.

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 179 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

8. Dessinez l’unifilaire

GENERAL SINGLE LINE DIAGRAM

G G
5.5 kv 5.5 kv
3 3

5.5 kv - 3ph - 50 Hz

5.5 kv 5.5 kv

0.4 kv 0.4 kv

M M

3 3

M M

3 3

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 180 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

9. Simplifier à l'aide du tableau de Karnaugh l'équation logique suivante :

10. D'après le tableau de Karnaugh ci-dessous, rechercher l'équation logique réduite.

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 181 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

11. Quelle représentation utilise-t-on pour représenter des fonctions logiques sous forme
de schéma ?

Le logigramme

12. Quelle est la fonction logique décrite de la manière suivante : dans sa table de vérité à
trois variables (a, b et c), la colonne S ne possède qu’un seul 1, quand les trois
variables sont à 0.

La fonction NOR

13. Quelle est la fonction décrite ici : dans sa table de vérité à trois variables (a, b et c), la
colonne S ne possède qu’un seul 0, quand les trois variables sont à 1.

La fonction NAND

14. Les tableaux de Karnaugh sont surtout utilisés

Pour simplifier les équations logiques

15. Traduire le schéma à contacts sous forme d’équation logique.

R = a.b.(a+d).(e+f)

16. Sachant que S = a + b ⋅ c , représenter le schéma à contacts et le logigramme


Schéma à contact, pas de problème, c’est l’image directe de l’équation. Pour le
logigramme, il faut passer par le théorème de « de Morgan »

Théorème « de Morgan » : b.c = b+c


La fonction « produit complémenté » n’étant pas logique en représentation (Fonction
« ET » avec b.c et fonction « PAS » en sortie pour rentrer dans une « ET » avec a.) et
l’on gagne une fonction

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 182 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

a
S S
a ≥1
b
1
b

c c
1

17. Réaliser une fonction OU avec des fonctions NOR.

a
b ≥1 S
≥1

≥1

18. Tracer le logigramme de l’équation logique

R = (m+r).a m
r ≥1 S
En utilisant des fonctions OU, ET, NON. &
Application directe
a
1

Uniquement avec des fonctions NAND.

Il faut passer par un « relais »


S = (m+r).a = m.a + r.a
L’entrée sur la porte NAND finale est m.a et r.a
En utilisant le théorème ‘de Morgan’ : m.a = a + m et r.a = a + r
Et même chose pour l’étape en amont

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 183 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

m a+m
&
a
S
& a &

r &
a+r

19. D’après la table de vérité ci-dessous, rechercher l’équation de la sortie S (ne pas
réduire l’équation).

S = a.b.c + a.b.c + a.b.c

20. D’après le tableau de Karnaugh ci-dessous, rechercher l’équation logique réduite.

On pourrait écrire l’équation complète et la réduire


mais avec le groupement, on voit que les 3 variable
a, c et d changent d’état quand b reste à ‘0’

En conséquence R=b

21.

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 184 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

22. Simplifier l’équation logique suivante (par l’algèbre) :

Par l’algèbre

Posons d (barre) comme facteur commun afin d’alléger l’écriture

T = d (a.b.c + a.b.c + a.b.c + a.b.c + a.b.c + a.b.c)

Ensuite, l’on regroupe les produits ayant une variable changeant d’état, (celle-ci
s’annulant) quand une (on peut même faire plusieurs) autre variable ne change pas
Nouvelle equation

T = d (b.c + b.c + b.c)

Nouveau regroupement à ce niveau, mais attention !! Pourquoi ne considérer que par


exemple, ‘b’ fixe avec ‘c’ variant plutôt que l’inverse (‘c’ fixe avec ‘b’ variant), il faut
prendre les 2 possibilités, la fonction ‘b.c’ pouvant être compté en + 2 fois, ça ne
change rien à l’équation – Il ne pas laisser un élément solitaire quand il peut être
associé -

Ceci pour avoir l’équation finale :

T = d (b+c) = d.b + d.c


Et comparer avec l’exercice 9, le résultat est le même qu’avec le tableau de
karnaugh, et avec la méthode karnaugh, l’on voit bien que l’on associe 2 fois les
variables ‘b.c’ quand toutes 2 sont à ‘1’ , ensemble…………….

23.

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 185 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

24. Comme vous connaissez les symboles avec le cours précédent (MN-SE010),
l’identification sur le tableau ci-après doit être un jeu d’enfant…

Et même si certains symboles n’ont (apparemment) pas été vus, cela ne doit pas vous
poser de problème. Quand au descriptif, aux termes employés, cela peu être
légèrement différent.

Symboles Votre réponse


Interrupteur simple allumage - S.A.

Interrupteur double allumage (double interrupteur) - D.A.

Interrupteur Va et Vient

Point d’éclairage
ou

Bouton poussoir

Prise 2P + T à éclips

Prise téléphone

Prise télévision

Prise de sécurité (avec transfo)

Appareil de chauffage

Bouton poussoir lumineux

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 186 de 187
Formation Exploitation
Maintenance électrique
Plans et Schémas en électricité

25. Comme pour l’exercice 22, identifier ces symboles, « extraits » d’une réalisation

Symboles Votre réponse


Fusible

Interrupteur

Interrupteur différentiel

Prise de courant

Lampe

Transformateur

Bouton poussoir

Va et Vient

Lampe avec terre (à raccorder)

Prise de courant avec terre (terre obligatoire partout avec les


dernières réglementations)

Commutateur 2 directions et arrêt central

Télérupteur Minuterie Alimentation monophasé Ph+N+T

Support de Formation EXP-MN-SE040-FR


Dernière Révision: 08/02/2008 Page 187 de 187

Vous aimerez peut-être aussi