Vous êtes sur la page 1sur 2

Plan d’accélération industrielle

Le plan d’accélération industrielle est une nouvelle approche basée sur la mise en
place d’écosystèmes performants, visant l’intégration des chaînes de valeur et la
consolidation des relations locales entre les grandes entreprises et les PME.

La nouvelle stratégie industrielle, dite « Plan d’accélération industrielle 2014-2020 »


capitalise sur la réalisation accomplies et garde le cap des Métiers Mondiaux du
Maroc tout en intégrant les autres filières classiques du tissu industriel national, tels
que le textile et le cuir.

Ce plan fixe dix mesures clefs, regroupées en trois blocs :

- Le premier bloc de mesures a pour objectif principal de réduire l’atomisation


sectorielle et de construire une industrie mieux intégrée, dont les logiques
d’écosystèmes constituent le point d’ancrage et le levier principal. Seront favorisés
les écosystèmes autour d’entreprises locomotives pour créer une nouvelle
dynamique et une nouvelle relation entre grands groupes et PME, afin qu’une
fertilisation croisée puisse se mettre en place.

- Le second bloc de mesures porte sur la mise en place d’outils de soutien afin
d’améliorer la compétitivité des PME, en leur offrant un accès aux investisseurs, au
financement et aux marchés. Le dispositif financier fait l’objet d’un programme
spécifique, qui inclut la création du Fonds de Développement Industriel, doté d’une
enveloppe de 20 milliards de Dirhams.

- Le troisième bloc de mesures vise à renforcer l’attractivité des Investissement


Directs Étrangers, à travers la mise en place d’une équipe, qui s’appuiera sur des
professionnels de l’intermédiation et des experts par métier, chargée de 20 prospects
stratégiques. Etant donné que l’amplification de la vocation africaine du Royaume est
aujourd’hui un objectif clairement poursuivi, le plan industriel se propose de la
décliner pour privilégier les partenariats Sud-Sud, et agir dans l’optique de création
de valeur partagée.

 Les Objectifs générales


Le PAI ambitionne de créer 500.000 emplois nets au Maroc avec une contribution
nette de l’industrie manufacturière dans le PIB : de 14% à 23% et rééquilibrer la
balance commerciale du pays en misant sur la montée dans les chaines de valeurs et
l’indépendance énergétique.

 Le Bilan du plan d’accélération 2014-2020


Parmi ses principaux apports, a rappelé El Otmani, figure la création d’un Fond pour
le développement industriel doté de 20 MMDH à l’horizon 2020, en plus de
l’amélioration de la compétitivité des PME en leur facilitant l’accès aux financements
et aux marchés et la mobilisation de 1.000 hectares comme foncier industriel dédié à
la location.

Le PAI 2014-2020 « a permis de créer 54 systèmes industriels en partenariat avec 32


associations et universités professionnelles dans divers secteurs, à savoir
l’automobile, le textile, l’aéronautique, l’industrie des matériaux de construction,
l’industrie métallurgique et mécanique, l’offshoring, l’industrie pharmaceutique,
l’agroalimentaire et le phosphate », a rappelé le Chef de l’Exécutif.

Quelque 405 496 postes d’emploi ont été créés depuis le lancement du Plan
d’accélération industrielle (PAI), soit 81% de l’objectif fixé pour l’année 2020

Il a, en outre, mis en avant le progrès notable en matière d’exportations industrielles


du Royaume, passées de 161 milliards de dirhams (MMDH) en 2013 à 240 MMDH en
2018, soit une hausse de 79 MMDH en cinq ans, notant que ce développement
s’explique par les bonnes performances enregistrées par certains secteurs, dont
l’industrie automobile.

Les exportations de ce secteur se sont élevées à 65,1 MMDH à fin 2018, contre 31,7
MMDH en 2013, avec l’intégration d’une valeur ajoutée industrielle pouvant
atteindre 60% chez certaines sociétés, a fait observer Elalamy.

 La 2e génération du Plan d'accélération industrielle 2021-2025


A la Chambre des représentants, le chef du gouvernement a exposé, mardi 31
décembre, les grandes lignes du plan d'accélération industrielle (PAI) 2021-2025 ainsi
que le bilan de la première phase.

La réflexion est actuellement axée sur la 2e génération du PAI 2021-2025, dont "le
but principal est la consécration des acquis réalisés dans le cadre de la 1ère phase du
plan et leur généralisation à toutes les régions, en intégrant les PME et en mettant
l'industrie au cœur des transformations technologiques", a-t-il indiqué.

Ce nouveau plan, qui sera élaboré et mis en œuvre en partenariat avec les régions,
repose sur des axes liés au renforcement et à l'intégration du capital marocain dans
l'industrie et à l'encouragement de la création de nouveaux secteurs pour la
promotion de la commercialisation et des produits, en mettant l'accent sur la
dimension régionale, afin de garantir le développement industriel à l'échelle
nationale, a-t-il expliqué.

Il vise également, selon le chef du gouvernement, à développer la recherche et


l'innovation et à promouvoir les capacités technologiques et ce, à travers le
lancement de nouveaux systèmes orientés vers l'avenir et l'adoption de nouveaux
modes de production de la 4e génération d'industrialisation, ainsi que la protection
des ressources naturelles du Maroc.

Vous aimerez peut-être aussi