Vous êtes sur la page 1sur 59

I

EPIGRAPHE

«Si quelqu’un désire la santé, il faut d’abord lui


demander s’il est prêt à supprimer les causes de
sa maladie. Alors seulement il est possible de
l’avoir.»

Hippocrate
II

IN MEMORIUM
A ma feue mère MUSWAMBA Sidonie, qui as été une épouse soumise,
assistante et éducatrice ; des qualités ont fait de toi une mère exemplaire dont les bonnes
œuvres nous suivent surement toute l’existence.

Très tôt que tu es partie chère mère, sans aménager aucun effort pour mon
épanouissement ; j’aurai voulu que tu fusses là en ce moment solennel, mais le suprême en a
décidé autrement. Je prie jour et nuit pour le repos de ton âme.

A ma feue marâtre BILONDA Mado ;

Chère mère, je m’incline devant la volonté divine qui t’a arraché à l’affection
de ceux qui vous ont connu.

Ton amour incommensurable et ton aide illimitée m’ont permis de surmonter


toute les difficultés de mon enfance ; tu as cultivé en moi les vertus du respect et de l’amour
du prochain, tu as été pour moi une amie, une mère exemplaire. Je prie le bon Dieu de
t’accueillir dans son paradis.
III

DEDICACE
A mon cher père, KANYIKI MPOYI Jean, qui a été pour moi un père
exceptionnel au triple plan éducationnel: moral intellectuel et spirituel.

Je dédie ce travail
IV

REMERCIEMENTS
Le présent travail qui sanctionne la fin de notre premier cycle de graduat en
Sciences Infirmières est le fruit de beaucoup des sacrifices collectifs.

Il serait déloyal de le finir sans pouvoir mentionner ceux de loin, ou de près


nous ont soutenu d’une manière ou d’une autre.

Nous tenons d’abord à remercier Dieu le tout puissant, le clément et le


miséricordieux qui nous a donné la force et la patience d’accomplir ce modeste travail.

Nos remerciements s’adressent au Chef de Travaux BUKASA KASHALA


Jean-Adelard qui, malgré ses multiples occupations a accordé son temps pour guider la
direction de ce travail. Ses conseils, encouragements et remarques nous ont permis de bien
réaliser cette œuvre. Veuillez trouver par ces lignes le signe de notre reconnaissance.

Nous remercions les autorités académiques et corps enseignants de l’institut


supérieur des techniques médicales de Lubumbashi qui nous ont formés, et qui nous ont
soutenu scientifiquement durant notre parcours.

A nos encadreurs de stage à l’HGR Snel de Mwadiguisha: Dr Aimé ; Mr Jhon,


Mr Mikombe et vous autres dont le nom ne figurent pas nous disons merci pour
l’encadrement pendant notre periode de stage de fin d’étude

A notre marâtre MUSSY qui nous a toujours accompagné, soutenu et conseillé


tout au long de notre parcours. Tes conseils et soutien ne sont pas partis en vain, ils ont
produit un fruit qui est ce travail. Nous tenons à te dire merci pour tout ce que tu as fait pour
nous.

Nos remerciements s’adressent également à tous nos frères et sœurs :


MUSHIYA Michou, MUKADI Fiston, KELA Justine, MPOYI Cédrick, MUSWAMBA
Sidonie, KALENGA Gracia, NDAYA Vanessa et vous autres dont les noms ne figurent pas
sur cette liste, pour vos soutiens, accompagnements et attention sans faille dans nos choix,
ainsi que les encouragements et l’amour inconditionné nous accompagnant depuis.

A notre beau-frère KABEYA Erick ; pour l’encouragement, le soutien et


surtout vos prières en faveur de nos études. Que le Saint esprit soit votre guide.

A nos neveux et nièces ; sachez que ce travail est le fruit des efforts conjugués.
A vous nous souhaitons un avenir brillant, meilleur et vous disons courage.
V

A nos cousins et cousines, citer vos noms serait prendre de risque d’en omettre
certains, nous vous prions de vous reconnaitre dans ce travail.

A nos compagnons de la promotion : KADUWA MAVUNDA Vital,


MUSENGE Prospérine, MUTALE AMSUMINI, MWANG KAMB, MONGA KITWA et
vous autres dont les noms ne figurent pas, pour les bons et mauvais moments partagés
ensemble.

A tous ceux qui ont œuvré d’une manière ou d’une autre à l’élaboration de ce
travail, veillez trouver ici le témoignage de notre respect le plus profond.
VI

LISTE DES ABREVIATIONS ET SIGLES


 % : Pourcentage
 BCF : Bruit du cœur fœtal ;
 BCG : Bacille Calmette et Guérin
 CPN : Consultation prénatale ;
 DDR : Date des derniers règles ;
 ECBU : Examen cytobactériologique des urines
 Ed : Edition
 EDS : Enquête démographique de santé
 GATPA : Gestion active de la troisième période d’accouchement ;
 GE : Goutte épaisse
 GS : Groupe sanguin ;
 HGR : Hôpital général de référence ;
 IM : Intramusculaire ;
 NN : Nouveau-né
 OMS : Organisation Mondiale de la Santé ;
 PTME : Prévention de la transmission mère-enfant ;
 RDC : République Démocratique du Congo ;
 Rh : Rhésus
 SIDA : Syndrome d’immunodéficience acquise ;
 SNEL : Société nationale d’électricité ;
 TA : Tension artérielle ;
 UNICEF : Fond des nations unies pour l’enfance ;
 USAID : Agence des états unis pour le développement
 VAT : Vaccin antitétanique ;
 VIH : Virus de l’immunodéficience humain ;
 VPO : Vaccin polio orale
VII

TABLE DES MATIERES


EPIGRAPHE .......................................................................................................................................... I
IN MEMORIUM ................................................................................................................................... II
DEDICACE........................................................................................................................................... III
REMERCIEMENTS ............................................................................................................................ IV
LISTE DES ABREVIATIONS ET SIGLES ...................................................................................... VI
CHAPITRE I : INTRODUCTION ...................................................................................................... 9
I.1. PROBLEMATIQUE .................................................................................................................. 9
I.1.1. ENONCE DU PROBLEME ................................................................................................ 9
I.1.2. QUESTION DE RECHERCHE ....................................................................................... 10
I.2. JUSTIFICATION ..................................................................................................................... 10
I.3. ETAT DE LA QUESTION ...................................................................................................... 10
I.4. BUT ET OBJECTIFS ............................................................................................................... 12
I.5. DELIMITATION...................................................................................................................... 13
I.6. SUBDIVISION DU TRAVAIL ................................................................................................ 13
CHAPITRE II : REVUE DE LA LITTERATURE ......................................................................... 14
II.1. DEFINITIONS DES CONCEPTS DE BASE ....................................................................... 14
II.1.1. COUVERTURE DE SOINS ............................................................................................ 14
II.1.2. PRESTATION .................................................................................................................. 14
II.1.3. SOINS MATERNELS ET NEONATALS.................................................................... 14
II.2. LES SOINS COUVERTS A LA MERE ET AU NOUVEAU-NE ....................................... 14
II.2.1. SOINS PRENATALS ....................................................................................................... 14
II.2.2.TRAVAIL D’ACCOUCHEMENT .................................................................................. 17
II.2.3. ACCOUCHEMENT ET DELIVRANCE....................................................................... 18
II.2.4. PRISE EN CHARGE ACTIVE DU 3e STADE DU TRAVAIL .................................. 21
II.2.5. LA PERIODE DU POST PARTUM .............................................................................. 24
CHAPITRE III : METHODOLOGIE .............................................................................................. 28
3.1. MILIEU D’ETUDE .................................................................................................................. 28
3.2. TYPE D’ETUDE ...................................................................................................................... 28
3.3. METHODES ET TECHNIQUES ........................................................................................... 28
3.4. OUTILS DE COLLECTE DES DONNES ............................................................................. 28
3.5. POPULATION ET ECHANTILLON .................................................................................... 28
3.5.1. POPULATION .................................................................................................................. 28
3.5.2. ECHANTILLONNAGE.................................................................................................... 29
3.6 DEROULEMENT DE L’ETUDE ............................................................................................ 29
3.6.1 Pré-enquête ......................................................................................................................... 29
VIII

3.6.2 Etude proprement dite ....................................................................................................... 29


3.7. ANALYSE DES DONNEES .................................................................................................... 29
3.8. CONSIDERATION D’ORDRE ETHIQUE........................................................................... 30
CHAPITRE IV: PRESENTATION DES RESULTATS……………………………………………………………….....31
CHAPITRE V : DISCUSSION ET COMMENTAIRE ................................................................... 53
CONCLUSION .................................................................................................................................... 56
SUGGESTION ET RECOMMENDATION..................................................................................... 57
REFERNCES BIBLIOGRAPHIQUES ............................................................................................. 58
9

CHAPITRE I : INTRODUCTION
I.1. PROBLEMATIQUE
I.1.1. ENONCE DU PROBLEME
Chaque année, plus de 500.000 femmes meurent suite aux problèmes survenus
lors de leur grossesse ou de leur accouchement, la plus part vivent en Afrique subsaharienne
ou en Asie (Unicef 2011).

Pour les femmes habitants dans les pays les moins avancés, le risque de mourir
des complications liées à la grossesse ou à l’accouchement est 300 fois plus élevé que pour
celles vivant dans un des pays industrialisés (Unicef 2011).

De même, un enfant né dans un de pays les moins avancés 14 fois plus de


risque de mourir dans les 28 premiers jours de sa vie, qu’un enfant né dans un pays
industrialisé (Unicef 2011).

La survie d’un nourrisson est fortement liée à celle de sa mère. Améliorer la


santé des mères et combattre pour la survie des enfants faisait partie des objectifs du
millénaire pour le développement (4) et (5). Cependant, l’atteinte de ces objectifs n’avait été
envisagée sans équité, c’est à dire sans porter une attention toute particulière aux populations
les plus vulnérables, les plus isolées et les plus marginalisées. (Unicef 2011).

C’est pendant l’accouchement et lors des premiers jours de la vie que survienne
plus de moitié de tous les décès maternels et néonatals, en plus de la mortalité intra partum.
(Graft-johnson J., Kate kerber et all. 2005).

Cette immense perte de vie est inutiles et n’est pas acceptable; il serait possible
de l’éviter par les biais d’assurer des soins compétents et un certain nombre d’intervention
prouvés et en temps opportun pour les mères et les nouveau-nés (Graft-johnson J., Kate K,
Joy lawn et all. 2005).

Par contre, la prestation efficace des soins demeure un défi énorme dans les
pays en voie de développement (Graft-johnson J., Kate K, Joy Lawn et all. 2005).

Les prestations des soins de santé sont également problématiques, beaucoup


des centres de soins de santé primaires et des structures au niveau des districts dans les pays
en voie de développement luttent pour répondre à la demande des soins tels est le cas pour la
RDC (OMS 2007).
10

I.1.2. QUESTION DE RECHERCHE


Face à ces problèmes, il est évident de répondre à certaines questions dont la
principale retenu dans notre travail est celle de savoir : quel serait le taux de couverture de
prestation des soins maternels et néonatals ?

I.2. JUSTIFICATION
Les trois dernières décennies, les estimations de l’OMS nous ont appris que
plus d’un demi-million de femmes mouraient chaque année de causes liées à la grossesse et à
l’accouchement et près de quatre millions de nouveau-nés meuraient dans les 28 jours qui
suivent leur naissance (USAID, 2012).

Des millions d’autres femmes souffrent de séquelles ou infirmités pour le reste


de leur vie. Le fossé qui sépare les pays industrialisés des régions en développement et les
pays les moins avancés en particulier est sans doute plus profond pour la mortalité maternelle
que pour n’importe quel autre secteur. Les chiffres le confirment: si l’on prend les données de
2005, on constate que pour une femme des pays les moins avancés, le risque moyen, sur la vie
entière, de mourir de complication liées à la grossesse et à l’accouchement est 3OO fois plus
élevé que pour une femme vivant dans un pays industrialisé (USAID, 2012).

Or, plusieurs décès maternels et néonatals sont évitables par des interventions
préventives et efficaces grâce à une couverture optimale de prestation de soins de la
conception jusqu’en post-partum (OMS, 2006).

La technologie et les connaissances pour réduire la mortalité maternelle et


néonatale sont bien connues (Lawn et keber, 2006).

Malheureusement, ces mesures peu couteuses et qui ont fait preuve de leur
efficacité sont moins appliquées dans nos institutions sanitaires. Raison pour laquelle, nous
voulons à travers cette étude vérifier le taux de couverture de prestations de soins maternels et
néonatals à ce jour dans la ville de Lubumbashi, afin de relever le degré du problème et
participer dans la prise de mesures préventives.

I.3. ETAT DE LA QUESTION


La grossesse et l’accouchement sont en général source de joie pour les parents
et la famille. Mais dans de nombreux pays, ils sont aussi synonymes de risques graves pour la
santé des femmes et de nouveau-nés. Environ 1500 femmes meurent chaque jour de
complications liées à la grossesse et à l’accouchement. Depuis 1990, le nombre annuel de
11

décès maternels à l’échelon mondial se situe au-delà de 500 000, ce qui représente près de 10
millions de décès maternels au cours des 19 derniers années (Unicef, 2008).

Il est impératif d’accorder une priorité plus élevée à l’Afrique et à l’Asie pour
accélérer les progrès en faveur de la santé maternelle et néonatale. Ces deux continents sont
ceux où les problèmes de survie et de santé maternelles et néonatales sont les plus graves car
ils regroupent environ 95 % des décès maternels et près de 90 % des décès néonatals
(UNICEF ,2009).

Les causes de mortalité maternelle ou infantile sont bien connues, de même


que les moments où les décès maternels surviennent principalement pendant le troisième
trimestre de la grossesse et la première semaine qui suit la naissance (à l’exception des décès
causés par des complications suite à un avortement). Des études ont démontré que les risques
de mortalité pour les mères sont particulièrement élevés pendant les deux jours qui suivent la
naissance. La plupart des décès maternels sont liés à des complications obstétricales,
hémorragies du post-partum, infections, éclampsie ou travail prolongé ou dystocique
(UNICEF, 2009).

De ce fait, 80 % des décès maternels peuvent être évités par une couverture
optimale des soins de santé primaires ou obstétricaux et 36% des décès néonatals pourraient
être réduits par de meilleures pratiques de dépistages et de vaccinations des mères, ainsi que
des accouchements et des soins du cordon ombilical qui se font dans de bonnes conditions
(UNICEF, 2OO8).

Une mère en bonne santé est davantage susceptible de donner naissance à un


bébé à terme en bonne santé qui va survivre. Une mère qui n’est pas en bonne santé pendant
sa grossesse peut ne pas être en mesure de répondre à tous les besoins de son bébé. L’objectif
des soins prénataux consiste à préserver la bonne santé de la mère, contribuer à éviter certains
problèmes tels qu’un faible poids à la naissance et les infections du nouveau-né, et aboutir à
un accouchement normal. Les recommandations actuelles incluent quatre visites prénatales au
minimum, débutant au quatrième mois de grossesse au plus tard (D.Beck. et al 2004).

L’OMS recommande quatre visites obligatoires pour une grossesse d’évolution


normale et au cours de chacune d’elle un certain nombre de soins sont réalisés pour contrôler
la bonne évolution celle-ci (OMS 2007).
12

Selon MICS (2010), seulement 44 % des femmes arrivent jusqu’à la quatrième


visite (CPN4).Ceci signifie qu’il y’a des problèmes de santé qui ne seront pas détectés parce
que la femme n’a pas terminé le nombre de visite exigé, ce qui malheureusement va influer
sur sa santé et/ou du nouveau-né (OMS 2OO7).

Les soins couverts pendant la période qui entoure la naissance c’est-à-dire dès
le début du travail d’accouchement, pendant l’accouchement et après accouchement ont un
impact très positif dans la prévention de mortalité maternelle et néonatale car c’est pendant
cette période qu’on enregistre beaucoup des décès si ces interventions n’ont pas été prises à
temps (UNICEF 2008).

Les directives de l’organisation mondiale de la santé de 1998 recommandent


que les soins postnatals administrés à tous les nouveau-nés incluent un allaitement immédiat
et exclusif, le fait de tenir le nouveau-né au chaud, un traitement hygiénique du cordon
ombilical et l’identification rapide de tout signe de danger suivie des aiguillages et des
traitements requis. Dans la mesure où la majorité des décès de nouveau-nés frappe des
nourrissons ayant un poids insuffisant à la naissance, les soins post-natals doivent prévoir des
soins particuliers pour les bébés en insuffisance pondérale en ce qui concerne l’allaitement au
sein, la chaleur et une identification rapide de symptômes de danger (Erin S. 2007).

Selon l’OMS (2007), en RD Congo bien que les stratégies qui peuvent
contribuer à réduire la mortalité maternelle sont nombreuses, diverses et variées parmi
lesquelles la prestation des soins obstétricaux d’urgence de qualité, toutes les trente minutes
une femme perd sa vie en voulant donner naissance à une vie. Ce chiffre qui est assez élevé
devait inciter le pays à mener des actions pour sauver la vie des mères. Malheureusement, la
couverture de prestation de soins de qualité antenals, obstétricaux, néonatals reste très
insuffisante jusqu’ici (OMS 2012).

C’est pourquoi, nous voulons à travers notre étude, déterminer le taux de


couverture de prestations des soins maternels et néonatals dans notre ville.

I.4. BUT ET OBJECTIFS


Le but principal de notre travail est d’évaluer le taux de couverture de
prestations des soins maternels et néonatals à l’hôpital général de référence de Kenya en vue
de contribuer à la prévention de mortalité maternelle et néonatale.

Pour y parvenir, nous nous sommes fixés les objectifs spécifiques suivants :
13

 Déterminer le taux de couverture de soins de la mère et du nouveau-né à tous les


niveaux.
 Enumérer les différents soins maternels et néonatals non couverts

I.5. DELIMITATION
Il est important dans un travail scientifique de délimiter le champ de l’étude
pour éviter toute équivoque. C’est la raison pour laquelle, nous avons limité notre travail dans
le temps et dans l’espace.

Dans le temps notre travail couvre une période allant du 05 Janvier au 31


Décembre 2017.

Dans l’espace, notre étude s’est déroulée à l’hôpital général de référence de


Kenya.

I.6. SUBDIVISION DU TRAVAIL


Notre travail comprend l’introduction, la revue de la littérature, la
méthodologie, les résultats et la discussion, la conclusion ainsi que les recommandations.
14

CHAPITRE II : REVUE DE LA LITTERATURE


II.1. DEFINITIONS DES CONCEPTS DE BASE
II.1.1. COUVERTURE DE SOINS
Selon l’OMS (2009), la couverture sanitaire consiste à veiller à ce que
l’ensemble de la population ait accès aux services préventifs, curatifs, de la réadaptation et de
promotion de la santé dont elle a besoin et à ce que ces services soient de qualités suffisantes
pour être efficace.
II.1.2. PRESTATION
Selon le dictionnaire Larousse (2010) en ligne, la prestation est une fourniture
ou travail exécuté pour s’acquitter d’une obligation légale ou contractuelle.
Pour notre travail, il s’agit d’une action de fournir les soins de santé que
devraient recevoir toutes les femmes enceintes et leurs nouveau-nés.
II.1.3. SOINS MATERNELS ET NEONATALS
Ils constituent une stratégie globale visant à améliorer la santé et la survie des
mères et des nouveau–nés par le biais d’un paquet d’intervention réalisés avant la conception,
durant la grossesse, le travail d’accouchement, l’accouchement et immédiatement après la
naissance ainsi que durant la période post-natale (OMS 2009).
Pour notre travail, nous nous intéressons aux paquets d’intervention réalisés
durant la grossesse, le travail d’accouchement, l’accouchement et en post-partum.
II.2. LES SOINS COUVERTS A LA MERE ET AU NOUVEAU-NE
II.2.1. SOINS PRENATALS
A. La première consultation
Ce qui doit être fait ici, le prestataire de soins doit demander l’identité
complète de la mère (nom, post-nom et prénom, la date de naissance, le numéro de téléphone,
le nombre de grossesses précédentes, et de naissance qu’elle a eue, la date de DDR,
l’occupation).Demander à la femme les examens tels que le groupe sanguin, l’électrophorèse.
A l’anamnèse demander le motif de consultation, les antécédents familiaux,
gynécologiques, chirurgicaux, et médicaux.
Effectuer un examen clinique complet qui comporte l’auscultation cardiaque et
pulmonaire, étude du squelette et de l’attitude , examen abdominal, examen des membres
inférieurs, mais surtout quatre éléments qui doivent être effectués et notés soigneusement dès
le premier examen et dont le contrôle ne devra jamais être omis aux examens ultérieurs : la
prise de TA, auscultation cardiaque et pulmonaire, la recherche de la protéinurie, la recherche
15

éventuelle de l’identification du sucre dans les urines examen de seins, examen obstétrical
complet, examen complémentaire (GE, albuminurie, VIH/SIDA, VDRL, glucoserie, Hépatite
C ECBU, Echographie).
On doit initier des mesures préventives contre le paludisme, déparasitage, fer
folate, VAT, PTME chez la femme dépistée VIH positif (Barbara Kinzie, 2004), ainsi que les
vaccinations et autres mesures préventives telles que la vaccination antitétanique (TT).
Si la femme doit recevoir sa prochaine vaccination antitétanique (en fonction
de son dossier, de ses antécédents ou du calendrier ci-après : Injecter 0,5 ml de vaccin
antitétanique par IM dans la partie supérieure du bras, mettre à jour le carnet de vaccinations
(ou lui en remettre un, le cas échéant) et l’informer de la date de la prochaine vaccination.
Si une vaccination antitétanique n’est pas prévue à ce moment-là, informer la
femme de la date à laquelle elle doit la recevoir. Conseiller et fournir les messages de santé
suivants : la vaccination antitétanique est la meilleure protection contre le tétanos pour la
femme et son bébé. Aussi est-il très important qu’elle soit vaccinée en fonction du calendrier
de son carnet de vaccinations et elle devra apporter son carnet lors de chaque visite de santé.
La femme et sa famille doivent procéder aux préparations nécessaires pour un
accouchement sans risques, dans les bonnes conditions d’hygiène, avec un prestataire qualifié.
Pour prévenir l’anémie, prescrire 60 mg de fer + 400 mg de folate à prendre par
voie buccale une fois par jour tout au long de la grossesse. Remettre les quantités suffisantes
pour qu’elles durent jusqu’à la prochaine visite.
Donner un message de santé et counseling tels que : manger des aliments
riches en vitamine C, car ils aident le corps à absorber le fer. Les agrumes (oranges,
pamplemousses, citrons, citrons verts), les tomates, les poivrons, les pommes de terre, les
feuilles de manioc et les ignames sont de bonnes sources de vitamine C. Eviter thé, café et
cola car ils inhibent l’absorption de fer. Instauration des soins curatifs en fonction de la
maladie.
Fixer la date probable d’accouchement et la date du rendez-vous prochain
(Barbara K et P. Gomez 2004).
B. La Deuxième consultation :
Le but est de vérifier la bonne évolution de la grossesse surveiller l’absence de
pathologies ou des menaces d’accouchement et de rechercher l’existence éventuelle d’une
affection créée par la grossesse (OMS, 2003). On doit donc :
Réaliser les gestes qui n’ont pas été fait à la première visite
16

Mesurer le poids : la prise du poids doit être régulière. Une femme enceinte
doit gagner 12-13kg pour la totalité de la grossesse. Toute prise de poids excessive sera
considérée comme alarmante.
Mesurer la Tension artérielle : celle-ci a tendance à s’abaisse légèrement par
rapport aux chiffres tensionnels, en dehors la grossesse toute élévation, même légère, est
donc anormale, à condition que la TA ait été vérifiée après un repos allongé d’un quart
d’heure. Les chiffres de 140/90mmh constituent la limitent extrême à partir de laquelle une
femme enceinte doit être considérée comme hypertendue.
Mesurer la hauteur utérine pour estimer l’âge de la grossesse
Effectuer les manœuvres de Léopold.
Rechercher les signes d’une éventuelle anémie, des œdèmes et la présence de varices des
membres inférieurs, de vergetures et de lésions de grattage (Barbara K et P. Gomez 2004).
C. La troisième consultation :
Son but est d’établir le pronostic d’accouchement par voie basse en fonction
des éléments cliniques et paracliniques (OMS, 2003). On doit faire :
- L’anamnèse complète ;
- L’examen clinique complet ;
- L’examen obstétrical complet ;
- L’examen complémentaires (Albuminurie, Glycosurie, 2ème GS ABO + Rh
- L’identification des signes de danger ;
- Et prendre les mesures préventives : Instauration de la prophylaxie chez la femme
testée positive au VIH, administrer des soins appropriés pour les problèmes identifiés
- Fixer la date de la prochaine visite
Outre les éléments de surveillance habituels, on tentera de prévenir les
complications obstétricales, en décidant des modalités d’accouchement et en surveillant les
dépassements du terme (Barbara K et P. Gomez 2004).
D. La quatrième consultation :
A pour but d’établir le pronostic d’accouchement par voie basse en fonction
des antécédents de la présentation, des éléments du bassin et de la pathologie associée à la
grossesse (OMS, 2003).
- Etablir un bilan clinique en fonction de besoins de la femme ;
- Détection des signes et symptômes de danger ;
- Rechercher une grossesse multiple
17

- Rechercher une présentation vicieuse


En bref, la consultation prénatale recentrée (CPN recentrée) est la surveillance
de la grossesse et des maladies. Elle comprend la vaccination contre le tétanos, la
supplémentation en fer, le diagnostic et le traitement de la syphilis, le traitement présomptif
intermittent du paludisme etc. La consultation prénatale est l’occasion de préparer la femme à
son rôle maternel et le non recours à la consultation prénatale précoce constitue un des
facteurs de risque de mortalité maternelle et néonatale (OMS 2007).
II.2.2.TRAVAIL D’ACCOUCHEMENT
La surveillance clinique de travail a essentiellement 2 objectifs :
- La levée de l’obstacle naturel à l’accouchement (effacement du col utérin) et la
progression du fœtus à travers la filière génitale sous l’action des contractions utérines.
- L’absence de souffrance fœtale pendant le temps nécessaire à la dilatation du col.
En fonction de la dilatation cervicale, le travail se divise en deux phases :
- La phase de latence (inférieur à 5cm)
- La phase active (sup ou égale à 5cm) (J. Lansac et al 2008).
Les informations à consigner sur le partogramme sont les suivantes :
Renseignements concernant la parturiente
Ce sont pratiquement les mêmes sur tous les partogrammes : numéro de
dossier, noms et prénoms, âge, gestité, parité, date et heure d’admission, date et heure de la
rupture des membranes (OMS, 2010).
1. La phase de latence
A ce niveau les soins sont couverts si les actes ci-dessous sont posés :
Surveillance des contractions utérines :
Elles doivent être observées d’un double point de vue :
 Leur fréquence : combien de fois sont-elles ressenties en l’espace de 10
minutes ?
 Leur durée : combien de temps durent-elles ?
 La durée des contractions est mesurée en nombre de secondes, à partir du
moment où la contraction commence à être ressentie au palper abdominal
jusqu’au moment où elle passe.
Au-dessous de la ligne horizontale prévue pour l’enregistrement du temps, il y
a une grille de cinq cases de haut sur toute la longueur de la page au regard de laquelle on
peut lire, à gauche : « Nombre de contractions en 10 minutes» (OMS, 2010).
18

Surveillance des modifications cervicales (effacement) et dilatation du col utérin


Au centre du partogramme figure un graphique.
A gauche de ce graphique, les subdivisions numérotées de 0 à 10 représentent chacune
un centimètre de dilatation. On note la progression de la dilatation du col en cochant d’un
"X" l’endroit correspondant du graphique.
Commencer le tracé de la courbe à 4 cm. Evaluer à chaque toucher vaginal. Le
premier toucher vaginal, pratiqué à l’admission de la parturiente, comporte une évaluation du
pelvis et les résultats de cet examen doivent être enregistrés. Sauf contre-indication, des
touchers sont à nouveau pratiqués toutes les quatre heures. Lorsque le travail est à un stade
avancé, on peut toutefois examiner la femme plus fréquemment, en particulier s’il s’agit d’une
multipare (OMS, 2010).
Etat des membranes : qui peut être intact ou rompu. Si elles sont rompues, il
faut signaler la coloration de liquide amniotique qui influe l’état du fœtus :
 Verdâtre : souffrance fœtale
 Rosâtre : souffrance fœtale chronique
La surveillance de la vitalité fœtale pendant le travail :
Les BCF doivent être quantifiés toutes les 15 minutes afin de ne pas laisser
inaperçu la survenue d’une souffrance fœtale aiguë lors du travail
Les sages-femmes doivent surveiller l’état du bébé pendant les contractions en comptant les
battements du cœur du fœtus à intervalles fréquents et réguliers (chaque 15 à 35 minute)
pendant le travail et l’accouchement, et en observant la couleur du liquide amniotique (Diana
Beck et al 2004).
En cas d’utilisation d’ocytocine, noter toutes les 30 minutes la quantité
d’ocytocine administrée par volume de liquide perfusé, en gouttes par minute. Noter tout
apport médicamenteux.
On doit en outre noter le pouls toutes les heures et marquer d’un point (●),
mesurer la TA toutes les heures et indiquer avec des flèches, prendre la température toutes les
2 heures et quantifier les protéines, l’acétone dans les urines et le volume à chaque miction
(OMS, 2010).
II.2.3. ACCOUCHEMENT ET DELIVRANCE
Veillez à l’hygiène pendant l’accouchement afin de protéger la mère et le
nouveau-né contre les infections (Unicef, 2008).
19

Encourager la parturiente à prendre une position pour pousser dans laquelle


elle est à l’aise et qui facilite la descente du fœtus, par exemple, demi-assise, inclinée vers
l’arrière, accroupie, sur les mains et les genoux ou couchée de côté.
L’aider à se reposer entre les contractions en l’aidant à se mettre dans des
positions de repos (se coucher, s’asseoir, s’accouder (se pencher en avant) à une chaise ou à
un meuble stable) ou l’encourager à se mettre debout et à marcher.
 Aider la parturiente à pousser en réponse à un réflexe naturel. Ne pas la forcer à
pousser !
 L’encourager à diriger toute son attention à l’intérieur sur le mouvement de la
partie qui se présente et qui descend dans la filière génitale chaque fois qu’elle
pousse.
 Lui indiquer d’exhaler alors qu’elle pousse, plutôt que de retenir sa respiration
pendant la contraction.
 L’encourager à continuer à pousser uniquement quand elle en sent le besoin.
 L’encourager à relaxer ses jambes, sa mâchoire et le périnée alors qu’elle pousse.
 L’aider à essayer différentes positions si la descente est lente ou si ses efforts sont
inefficaces.
 L’encourager après chaque poussée et la féliciter.
 Etre patient. Un déroulement lent et régulier est bon.
 Essuyer son front entre les poussées et lui offrir des gorgées d’eau
 Une fois que le col est entièrement dilaté et que la parturiente entre dans le 2e
stade, l’encourager à prendre la position qu’elle préfère et l’encourager à pousser
quand elle en a envie.
 Continuer à évaluer le rythme auquel le bébé descend dans la filière génitale.
 Demander à la parturiente de continuer les efforts de poussée spontanés jusqu’à ce
que la tête du bébé apparaisse.
 Montrer à la parturiente comment pousser et/ou à respirer pour que la naissance de
la tête soit lente, régulière et contrôlée.
 Si le bébé arrive très rapidement, aider la parturiente à arrêter de pousser en lui
demandant de souffler plusieurs fois ou de respirer régulièrement, cela lui évite de
pousser (Barbara K et P. Gomez 2004).
Au moment du dégagement de la tête :
20

Nettoyer le périnée de la parturiente avec un linge ou une compresse, un antiseptique,


du savon ou de l’eau en lavant de l’avant vers l’arrière.
Demander à la patiente de souffler ou de ne pousser que légèrement lors des
contractions pendant le dégagement de la tête du bébé.
Lorsque la pression de la tête écarte le périnée, on peut maîtriser l’expulsion de la tête
en prenant la tête d’une main pour la maintenir en flexion (inclinée) facilitant ainsi l’étirement
naturel du tissu périnéal et évitant les déchirures.
Utiliser l’autre main pour soutenir le périnée avec une compresse ou un linge et laisser
la tête se dégager spontanément. Ne pas manipuler les lèvres ou le périnée sur la tête du bébé
car cela augmente le risque de déchirures.
Essuyer les mucosités (et les membranes, si nécessaire) dans la bouche et le nez de
l’enfant avec un linge propre.
Passer la main autour du cou de l’enfant pour chercher le cordon ombilical, si le
cordon est enroulé autour du cou mais lâche, le faire glisser par-dessus la tête du bébé. Si le
cordon est lâche mais ne peut pas passer par-dessus la tête, le repousser sur les épaules.
S’il est enroulé étroitement autour du cou de l’enfant :
− Le clamper en deux endroits à un intervalle de 2 cm.
− Couper le cordon entre les nœuds/clamps.
Dégager le cordon autour du cou de l’enfant et procéder avec les soins (Barbara K et P.
Gomez 2004).
Laisser la rotation de la tête se faire spontanément. Ensuite, poser une main de chaque côté de
la tête de l’enfant, au-dessus des oreilles, en évitant d’exercer une pression autour du cou avec
les doigts. Demander à la patiente de pousser calmement, à la contraction suivante.
Appuyer légèrement vers (vers la colonne vertébrale de la patiente) et vers l’extérieur
jusqu’à ce que l’épaule antérieure passe sous l’os pubien.
Si les épaules sont difficiles à dégager, agir! Réaliser la technique qui s’impose pour la
dystocie des épaules avant de procéder avec les soins.
A l’apparition de l’axillaire (repli du bras), guider la tête vers le haut en direction de
l’abdomen de la patiente alors que l’épaule postérieure s’étend sur le périnée.
Soutenir la tête d’une main et le reste du corps de l’enfant d’autre main pendant qu’il
se dégage et placer le bébé sur l’abdomen de la mère.
Si la patiente est incapable de tenir le bébé, demandé à l’accompagnant ou à un membre du
personnel soignant de s’occuper de l’enfant (Barbara K et P. Gomez 2004).
21

Premiers soins néonatals


Après avoir placé le bébé sur l’abdomen de la mère :
- Le sécher attentivement (en nettoyant le sang et autres sécrétions de la mère) et le
couvrir avec un linge propre et sec tout en essuyant les yeux du bébé (en utilisant un
linge ou un coton propre pour chaque œil) et en vérifiant sa respiration.
- Si le bébé ne commence pas à respirer immédiatement, appliquer les gestes de
réanimation de l’enfant avant de procéder avec les soins.
- Si le bébé crie ou respire (poitrine qui se soulève au moins 30 fois par minute), laisser
l’enfant avec sa mère.
- Nouer ou clamper le cordon ombilical à deux endroits (à environ 3 cm et 5 cm de
l’ombilic) 1 à 3 minutes et couper le cordon après entre les nœuds/clamps et le laisser
à l’air libre.
- S’assurer que le bébé est gardé au chaud et en contact peau à peau sur la poitrine de la
mère et encourager cette dernière à lui donner le sein.
- Recouvrir le bébé avec une couverture ou un linge et couvrir la tête pour éviter les
déperditions de chaleur.
- Palper l’abdomen pour s’assurer qu’il n’existe pas un autre bébé et passer à la prise en
charge active du 3emestade (Barbara K et P. Gomez 2004).
II.2.4. PRISE EN CHARGE ACTIVE DU 3e STADE DU TRAVAIL
La Gestion Active de la Troisième Période d’Accouchement (GATPA)
constitue un ensemble des soins à offrir à la femme. Il s’agit de l’administration de
l’ocytocine dans la minute qui suit après la naissance de l’enfant la délivrance par traction
contrôlée du cordon ombilical et la stabilisation de l’utérus en appliquant une contre pression
et du massage de l’utérus à travers la paroi ombilicale après la délivrance.
Administrer de l’ocytocine :
Dans la minute qui suit l’accouchement, palper l’abdomen de la mère pour
écarter l’éventualité d’un autre/d’autres bébés et administrer 10 unités d’ocytocine en IM.
Traction mesurée sur le cordon ombilical :
- Clamper le cordon à proximité du périnée. Maintenir le cordon et la pince dans une
main.
22

- Placer l’autre main juste au-dessus du pubis et stabiliser l’utérus en exerçant une
légère pression vers le haut. La contre traction ainsi exercée refoule le fond utérin et
évite une inversion de l’utérus.
- Maintenir une légère tension sur le cordon et attendre une forte contraction de l’utérus
(2 à 3 minutes).
- Lorsque l’utérus s’arrondit ou que le cordon s’allonge, tirer très doucement sur le
cordon, en direction du bas, pour extraire le placenta. Ne pas tirer sur le cordon entre
les contractions. Ne pas attendre que du sang gicle pour exercer une traction sur le
cordon.
- Continuer à appliquer une contre-réaction (maintenir la pression vers le haut de
l’utérus) avec l’autre main.
Si le placenta ne descend pas dans les 30–40 secondes qui suivent la traction
mesurée sur le cordon, relâcher la tension et répéter lors de la prochaine contraction.
(Normalement, le placenta se décolle avec 3 ou 4 contractions si on utilise une prise en charge
active.)
Si le placenta ne se décolle pas dans les 30 minutes, réaliser l’extraction
manuelle du placenta avant de procéder avec les soins
Expulsion et inspection du placenta :
Pendant l’expulsion du placenta, prendre le placenta avec les deux mains et le
faire tourner délicatement jusqu’à ce que les membranes soient expulsées intactes.
Si les membranes ne se décollent pas spontanément, les enrouler doucement
sur elles-mêmes et les bouger vers le haut et le bas pour aider à les séparer sans les déchirer.
Si le cordon est arraché, réaliser l’extraction manuelle des fragments
placentaires avant de procéder avec les soins.
Inspecter rapidement le placenta, le cordon et les membranes pour être sûr
qu’ils sont complets.
S’il manque une partie de la surface maternelle ou si les membranes qui
contiennent des vaisseaux sont déchirés, réaliser l’extraction manuelle des fragments
placentaires avant de procéder avec les soins. Tirer lentement pour parachever la délivrance.
Si les membranes se déchirent, agir, en cas d’inversion utérine, agir maintenant.
Repositionner l’utérus avant de procéder avec les soins.
Massage utérin :
- Masser immédiatement le fonds utérin à travers la paroi abdominale jusqu’à ce que
l’utérus se contracte.
23

Montrer à la patiente comment elle peut masser le fonds utérin pour maintenir les
contractions.
- Renouveler le massage utérin toutes les 15 minutes pendant les 2 premières heures.
- S’assurer que l’utérus ne se relâche pas (utérus mou) quand on interrompt le massage
utérin.
- Si l’utérus devient mou, agir avant de procéder avec les soins.
Examen du placenta, le cordon et les membranes.
Examen des lésions :
- Examiner soigneusement le vagin et le périnée pour détecter les éventuelles déchirures
Avec la main gantée non dominante, séparer les lèvres et examiner soigneusement
l’ouverture vaginale et le périnée pour déceler toute déchirure ou hématome
(accumulation de sang sous les tissus).
- Presser fermement sur la paroi antérieure du vagin avec les doigts dominants gantés
pour regarder profondément dans le vagin. Le saignement d’une déchirure peut suinter
ou gicler d’une artère.
- Presser doucement sur la paroi vaginale et faire glisser les doigts le long de la paroi
sur un côté après l’autre, en remontant jusqu’au col. Evaluer les résultats tel
qu’indiqué ci-après.
- S’il existe des déchirures ou si on n’est pas certain, agir selon la technique avant de
procéder avec les soins.
- Evaluer continuellement pour noter les saignements.
En cas de suintement continu de sang ou de giclement de sang ou de caillots de sang plus
grands que de petits citrons, agir.
- Nettoyer doucement le périnée avec de l’eau chaude et un linge propre.
- Appliquer un linge propre sur la vulve.
- Enlever tous les draps souillés et les traiter/nettoyer dans les bonnes conditions
d’hygiène.
S’assurer que la patiente est à l’aise et la recouvrir avec une couverture.
Actes obstétricaux clés pour le 4e stade du travail
Une fois déterminé que la patiente se trouve au 4e stade du travail, dispensé les soins indiqués
ci-après :
- Faire une évaluation continue tout au long du 4e stade et dispenser des soins continus.
- Dispenser les soins immédiats du post-partum pour la patiente et continuer les soins
immédiats du nouveau-né.
24

NB : le 4e stade du travail, C’est le moment où la mère traverse une récupération intense alors
que le nouveau-né s’ajuste à la vie à l’extérieur de l’utérus. Il est important de garder
ensemble autant que possible la mère et l’enfant (de préférence en contact peau-à-peau) pour
maintenir le nouveau-né au chaud, faciliter les liens mère-à-enfant et encourager l’allaitement
maternel. Le prestataire qualifié doit également continuer à les suivre de près pour noter tout
signe de problèmes et faire une évaluation initiale du nouveau-né.
Continuer à noter tous les éléments de l’évaluation et des soins dans le dossier de la patiente.
De plus, commencer un dossier et courbe de suivi pour le nouveau-né (Barbara K et P. Gomez
2004).
CONTRÔLE DE LA RÉTRACTION UTÉRINE
Une fois le placenta évacué, il faut :
 Réévaluer l'état général de la patiente (pouls, tension artérielle, conscience,
téguments…),
 S'assurer de la présence du « globe utérin de sécurité », c’est-à-dire un utérus tonique
et sous-ombilical,
 Exprimer régulièrement l’utérus afin d’évacuer les caillots,
 Vérifier l'absence de saignements vulvaires anormalement abondants.
II.2.5. LA PERIODE DU POST PARTUM
1. CHEZ LA MERE
 Evaluer la Tension artérielle, les Pouls, la respiration toutes les 2 heures et la
température une fois
 Renouveler le massage utérin toutes les 15 minutes pendant les deux premières heures.
 Utiliser la paume d’une main pour masser l’utérus. L’utérus devrait être massé toutes
les 15 minutes pendant les 2 premières heures après l’accouchement et sera évalué
toutes les heures
 Evaluer la quantité du saignement vaginal et la Vessie toutes les heures
 Aider à démarrer de suite l’allaitement maternel :
 Encourager la première tétée dans l’heure qui suit la naissance laissant le nouveau-né
en contact peau-à-peau avec la mère.
 Si la mère n’a pas encore décidé si elle souhaite allaiter ou utiliser un produit de
remplacement du lait maternel, évaluer la faisabilité et l’adéquation de l’utilisation
d’un produit de remplacement du lait maternel et évaluer ses pratiques actuelles
(comment prépare-t-elle actuellement le produit de remplacement du lait maternel) et
25

lui donner des conseils sur la manière de préparer et de donner avec les bonnes
mesures d’hygiène de produit.

Lui donner les conseils suivants :


 Vérifier que sa décision soit prise après avoir attentivement envisagé les avantages et
inconvénients des deux méthodes : allaitement maternel exclusif pendant 6 mois ou
utilisation d’un produit de remplacement du lait maternel qui soit disponible
localement.
 Si la mère n’a pas encore tranché, l’aider à faire un choix informé de la méthode
d’alimentation
 Si la question est tranchée, l’aider à choisir un produit commercial qui soit d’un coût
abordable, pratique, facile à trouver et d’une bonne valeur nutritive.
 L’aider le cas échéant pour la première tétée pour s’assurer que le bébé est positionné
correctement et bien attaché au sein (Barbara Kinzie, 2004).
 Revoir le plan de préparatifs en cas de complication :
 Revoir le plan de préparatifs en cas de complication, le mettant à jour avec les besoins
du post-partum et les besoins du bébé. Si la mère et sa famille n’ont pas encore élaboré
un plan de préparatifs en cas de complication, on les aidera à préparer un tel plan en
fonction des directives.
 Conseiller à la mère et à sa famille d’appliquer le plan de préparatifs en cas de
complication si l’un quelconque des signes de danger
Messages de santé et counseling :
En s’inspirant des antécédents de la patiente et toute information pertinente de la discussion,
individualiser les messages clés suivants :
Garder le bébé au chaud :
 Sécher le bébé et le recouvrir d’un linge propre et chaud.
 Maintenir le contact peau-à-peau avec le bébé.
 Ne pas baigner le bébé pendant les 6 à 24 premières heures.
 Si les pieds du bébé sont froids, mettre une couverture en plus.
Continuer le massage utérin :
 Renouveler le massage utérin toutes les 15 minutes pendant les deux premières heures.
 Utiliser la paume d’une main pour masser l’utérus.
 Informer immédiatement le prestataire qualifié si l’utérus reste mou ou s’il devient
mou après le massage utérin et/ou en cas de saignement vaginal excessif.
26

 Continuer les soins immédiats du nouveau-né :


 Aider à démarrer de suite l’allaitement maternel.
 Mettre une étiquette avec son nom au poignet ou à la cheville du bébé.

Traiter les yeux :


 De suite après la naissance du bébé, les yeux du bébé ont dû être essuyés avec un linge
ou coton propre séparé pour chaque œil.
 Mettre un antimicrobien dans chaque œil dans l’heure qui suit la naissance en suivant
les conseils donnés ci-après :
 Solution d’iode de polyvidone à 2,5%, une goutte dans chaque œil, ou Solution de
nitrate d’argent à 1%, une goutte dans chaque œil, ou pommade de tétracycline à 1%,
appliquée à l’intérieur de la paupière inférieure (Barbara Kinzie, 2004).
 Administrer 1 mg de vitamine K1 en IM dans la partie antérolatérale de la cuisse.
 Préparer l’examen physique du nouveau-né :
 Informer la mère du déroulement de l’examen, l’encourager à poser des questions et
écouter ce qu’elle a à dire.
 Se laver attentivement les mains avec de l’eau et du savon et les sécher avec un linge
propre et sec ou les laisser sécher à l’air.
 Mettre le bébé sur une surface chaude ou examiner le bébé dans les bras de sa mère.
 Réaliser le premier examen physique complet du bébé (Barbara Kinzie, 2004).
Prévention des infections/Hygiène
En s’inspirant des antécédents de la mère et du bébé et de tout autre résultat ou
information de la discussion, individualiser les messages tel que la mère, le partenaire et
d’autres personnes doivent se laver les mains avant de toucher le bébé. Ils devraient se laver
les mains après avoir nettoyé le bébé et changer les langes ou couches. (Pour de plus amples
informations sur une bonne hygiène en général (Barbara Kinzie, 2004).
Autres pratiques qui protègent le bébé contre les infections :
 Allaitement maternel
 Soins corrects du cordon
 Recevoir les vaccinations recommandées
 Dormir sous une moustiquaire imprégnée d’insecticides dans les régions impaludées.
Laver et baigner le bébé
Montrer à la mère comment baigner le bébé avant qu’elle ne quitte
l’établissement de santé (selon les directives indiquées ci-dessous. Se rappeler pourtant que le
27

bébé ne devrait pas être baigné pendant les 6 premières heures qui suivent la naissance
(Barbara Kinzie, 2004).

Vaccinations
Avant la sortie de l’hôpital, les vaccins suivants devraient être administrés au
nouveau-né ci-après).
Ces vaccins doivent être consignés dans le carnet de vaccination qui est remis à la
mère et sur la courbe du bébé.
Conseiller à la mère de revenir pour les vaccines et rappels à l’âge de 6, 10 et 14
semaines (Barbara Kinzie, 2004).
Calendrier de vaccinations
VACCINS DATES
BCG pour protéger contre la tuberculose Après la naissance, avant de quitter l’hôpital
OPV-0 pour protéger contre la poliomyélite Après la naissance, avant de quitter l’hôpital
HB-1 pour protéger contre l’hépatite B Après la naissance, avant de quitter
l’hôpital
28

CHAPITRE III : METHODOLOGIE


3.1. MILIEU D’ETUDE
Notre étude s’est effectuée à l’hôpital général de référence de Kenya de la
commune de la Kenya, ville de Lubumbashi, province du haut Katanga.

Nous avons travaillé dans le service de maternité et le service de protection


maternelle et infantile.

3.2. TYPE D’ETUDE


Nous avons effectué une étude descriptive transversale sur la couverture de
prestation des soins maternels et néonatals.

3.3. METHODES ET TECHNIQUES


En ce qui concerne, la méthode de notre travail, nous avons mené une étude
rétrospective à l’aide de l’analyse documentaire en passant en revue des fiches de
consultations prénatales et des partogrammes pour l’année 2017.

3.4. OUTILS DE COLLECTE DES DONNES


Nous avons recouru à une fiche d’enquête renfermant une grille d’observation
des carnets de CPN et des partogrammes.

3.5. POPULATION ET ECHANTILLON


3.5.1. POPULATION
La population de notre étude est constituée des toutes les fiches de consultation
prénatale et des partogramme des femmes ayant accouchées à l’hôpital général de référence
Kenya en 2017 parmi lesquelles 422 ont été sélectionnés.

3.5.1.1. Critères d’inclusions


Sont inclus dans notre travail, toutes les fiches et les partogrammes des femmes
qui s’étaient présentés à la CPN jusqu’à l’accouchement

3.5.1.2. Critères d’exclusions


Ont été exclus dans cette étude toutes les fiches et partogrammes des femmes
n’ayant pas rempli les critères précités.
29

3.5.2. ECHANTILLONNAGE
Nous avons fait recours à l’échantillonnage par quotas, et la taille de
l’échantillon a été déterminée par la formule :

𝐏𝐪
𝐧 = 𝐙𝟐
𝐝𝟐

Dont :

N : taille de l‘échantillon

Z2 : l’écart réduit = 196

P : proportion de sujet de recherche par l’étude = 50% ~0,5

d2 : degré de précision voulu qui est ici de 0,05

Donc n= (1,96)2 = 0,5 x 0,5 = 384

(0,05)2

Nous avons ajouté 10% à la taille de l’échantillon trouvé ce qui nous donne
422.

3.6 DEROULEMENT DE L’ETUDE


3.6.1 Pré-enquête
Nous avons commencés par une pré-enquête à l’hôpital Général de référence Snel
de Mwadiguisha, où nous avons eu à récolter les données sur 5 fiches afin de tester la
compréhension et la validité de l’outil de recherche. Par rapport à cette pré-enquête notre outil
a été réajusté.

3.6.2 Etude proprement dite


Une fois l’outil réajusté, nous avons procédés à la récolte de données à l’HGR
Kenya tout en respectant les critères d’inclusions allant de l’accouchement par le
partogramme jusqu’à la CPN.

3.7. ANALYSE DES DONNEES


Le logiciel Microsoft Excel 2013, nous a permis de faire l’encodage des
données, l’analyse et le traitement des résultats ont été effectués sur SPSS version 23.
30

3.8. CONSIDERATION D’ORDRE ETHIQUE


Les responsables de l’hôpital nous ont donné l’accès aux fiches de CPN et le
partogramme ; la confidentialité des informations fournis sur les fiches a été respectée.
31

CHAPITRE IV : PRESENTATION DES RESULTATS


Tableau I : Répartition des femmes en fonction du nombre de visite de CPN

Nombre de visite de CPN Effectif Pourcentage


1 visite 3 0,7
2 visites 11 2,6
3 visites 64 15,2
4 visites 344 81,5
Total 422 100

Il ressort du tableau ci-dessus que : 81,5% des enquêtées avaient fait 4 fois la
visite prénatale, 15,2% des enquêtées en avaient fait 3 fois, 2,6% des enquêtées en avaient
fait 2 fois et 1% des enquêtées en avaient fait 1 fois seulement.

Tableau II : Répartition des femmes en fonction du moment de la 1ère visite de CPN

Moment Effectif Pourcentage


Premier trimestre 98 23,2
Deuxième trimestre 313 74,2
Troisième trimestre 11 2,6
Total 422 100

Eu égard de ce tableau, nous constatons que : 313 femmes soit 74,2% avaient
fait leur première consultation au deuxième trimestre, 98 femmes soit 23,2% au premier
trimestre ; et 11 femmes soit 2,6% au troisième trimestre.
32

Tableau III : Répartition des femmes en fonction de l’identité complète à leur visite à la
CPN
Identité complète à Ni % Eléments manquants dans
la CPN
l’identité

Oui 0 0 L’électrophorèse hb, le Gs +RH,


l’occupation, N° de téléphone, la
personne à contacter en cas
d'urgence, la date de naissance
Non 422 100
TOTAL 422 100

Ce tableau nous montre que toutes les femmes n’avaient pas des identités
complètes sur leurs fiches de la CPN.

Tableau IV : Répartition des femmes en fonction du nombre de visite de CPN et le


moment de consultation

Moment de Nombre de
consultation visite de CPN
1 2 3 4 TOTAL
1er trimestre 0 0 13 84 97
0,0% 0,0% 20,3% 24,4% 23,2%
2e trimestre 0 10 50 253 313
0,0% 91% 78,1% 73,6% 74,2%
3e trimestre 3 1 1 7 12
100% 9% 1,6% 2% 2,8%
TOTAL 3 11 64 344 422
100% 100% 100% 100% 100%

Ce tableau illustre que 73,6% des femmes qui avaient effectué 4 visites de CPN
avaient débuté leur CPN au deuxième trimestre de la grossesse, 20,3% des femmes qui
avaient effectué 3 visites l’avaient débuté au premier trimestre de la grossesse, 91% des
femmes qui avaient effectué 2 visites l’avaient commencé au deuxième trimestre de la
33

grossesse et 100% des femmes qui avaient effectué une visite l’avaient commencé au
troisième trimestre de la grossesse.

Tableau V : Répartition des femmes en fonction de l’anamnèse et le moment de


consultation

Anamnèse à la CPN/
Moment de consultation
Ni % Éléments manquants
Complète 0 0 Antécédents familiaux,
1ere visite

Incomplète 422 100


TOTAL 422 100
Complète 5 1,2 Antécédents familiaux,
2eme visite motif de consultation,
414 98,1
incomplète antécédents médicaux

Visite non
3 0,7
effectuée
TOTAL 422 100
Complète 14 3,3 Antécédents familiaux,
motif de consultation,
3eme visite Incomplète 394 93,4
antécédents médicaux
Visite non
effectuée 14 3,3
TOTAL 422 100

Ce tableau nous montre que, toutes les femmes enquêtées n’avaient pas
bénéficié d’une anamnèse complète à la première visite, 1,2% en avaient bénéficié à la
deuxième visite, 0,7% n’avaient pas effectué la deuxième visite et 3,3% en avaient bénéficié
à la troisième visite. .
34

Tableau VI : Répartition des femmes en fonction de l’examen clinique et le moment de


consultation
Examen clinique / moment
de consultation
Ni % Éléments manquants
Complet 398 94,3 Recherche vergetures,
1ere visite œdèmes, lésions de grattage,
poids, périmètre branchial,
taille
Incomplet 24 5,7
TOTAL 422 100
Complet 77 18,2 Recherche des vergetures,
2eme visite
342 81 varices, lésion de grattage,
Incomplet

Visite non
3 0,7
effectuée
TOTAL 422 100
Complet 239 56,6 Recherche vergetures,
3eme visite Incomplet 169 40,1 œdèmes, lésions de grattage,
Visite non varices
effectuée 14 3,3
TOTAL 422 100

Au vu de ce tableau nous constatons que 94,3% des femmes enquêtées avaient


bénéficié d’un examen clinique complet à la première visite, 18,2% à la deuxième visite et 56,
6 % à la troisième visite.
35

Tableau VII : Répartition des femmes en fonction de l’examen des seins et le moment de
consultation
Examen des seins /
moment de consultation
Ni %
Effectué 412 97,6
1ere visite

Non effectué 10 2,4

TOTAL 422 100


Effectué 419 99,3
2eme visite
0 0,0
Non effectué

Visite non
3 0,7
effectuée
TOTAL 422 100

Au vu de ce tableau, nous constatons que 97,6% des femmes enquêtées avaient


subi un examen des seins à la première visite et 99,3% des femmes avaient subi un examen
des seins à la deuxième visite.
36

Tableau VIII: Répartition des femmes en fonction de l’examen obstétrical et le moment


de consultation

Examen obstétrical /
moment de consultation
Ni % Éléments manquants
Complet 58 13,7 Détermination de l’état du
1ere visite col utérin.

Incomplet 364 86,3


TOTAL 422 100
Complet 157 37,2 Détermination de l’état du
2eme visite
262 62,1 col utérin
Incomplet

Visite non
3 0,7
effectuée
TOTAL 422 100
Complet 84 19,9 L’appréciation de l’état du
3eme visite Incomplet 324 76,8 col
Visite non
effectuée 14 3,3
TOTAL 422 100

Il relève de ce tableau que 13,7% des femmes avaient bénéficié d’un examen
obstétrical complet à la première visite de CPN, 37,2% en avaient bénéficié à la deuxième
visite et 19,9% à la troisième visite.
37

Tableau IX: Répartition des femmes en fonction de l’examen complémentaires et le


moment de consultation

Examen complémentaires/
moment de consultation
Ni % Éléments manquants
Complet 58 13,7 Le test de l’hépatite C,
1ere visite Glycosurie et albuminurie

Incomplet 364 86,3


TOTAL 422 100
Complet 157 37,2 Le test de l’hépatite C,
2eme visite glycosurie et albuminurie

Incomplet 262 62,1

Visite non
effectuée 3 0,7
TOTAL 422 100
Complet 84 19,9 Le test de l’hépatite C,
Glucosurie et albuminurie
3eme visite incomplet 324 76,8
Visite non
effectuée 14 3,3
TOTAL 422 100

Eu égard à ce tableau, nous constatons que 86,3% des femmes enquêtées


n’avaient pas bénéficié des tous les examens complémentaires à la première visite de CPN,
62,1% à la deuxième visite et 76,8% à la troisième visite de CPN.
38

Tableau X: Répartition des femmes en fonction de l’initiation des mesures préventives et


le moment de consultation

Initiation des mesures


préventives / moment de
Ni % Éléments manquants
consultation

Initiées 370 87,7 mesures préventives contre


1ere visite
le paludisme, le Mild,
Non initiées 52 12,3 déparasitage, du fer, de la
vat
TOTAL 422 100
Initiées 140 33,2 mesures préventives contre
2eme visite
le paludisme, le Mild,
Non initiées 279 66,1 déparasitage, du fer, de la
vat
Visite non
effectuée 3 0,7
TOTAL 422 100

Eu égard au tableau ci-dessus, nous constatons que 87,7% des femmes


enquêtées avaient bénéficié de toutes les mesures préventives pendant la première visite et
66,1% n’en avaient pas bénéficié à la deuxième visite.
39

Tableau XI: Répartition des mères en fonction de la fixation de la date probable


d’accouchement (DPA) et le moment de consultation

Fixation de la DPA/ moment de


Ni %
consultation

Oui 422 100


1ere visite

Non 0 O
TOTAL 422 100

Ce tableau nous montre que la date probable d’accouchement était fixée pour toute les
femmes enquêtées.

Tableau XII: Répartition des femmes en fonction de la fixation du rendez-vous de la


prochaine visite et le moment de consultation
Fixation du rendez-vous de la
prochaine visite / moment de
Ni %
consultation

Oui 422 100


1ere visite

Non 0 0
TOTAL 422 100
Oui 419 99,3
2eme visite
0 0
Non
Visite non effectuée 3 0,7
TOTAL 422 100
Oui 408 96,7
3eme visite Non 0 0
Visite non effectuée 14 3,3
TOTAL 422 100

Ce tableau nous montre que 100% des femmes avaient étés fixées de la date de
prochain rendez-vous à la première visite de CPN, 99,3% à la deuxième visite et 96,7% à la
troisième visite.
40

Tableau XIII: Répartition des femmes en fonction du bilan clinique à la 4eme visite

Bilan clinique Effectif Pourcentage

Complet 344 81,5

Incomplet O O

Visite non effectué 78 18,5

Total 422 100

Ce tableau nous montre que 81,5% des femmes enquêtées avaient bénéficié d’un bilan
clinique complet à la 4eme consultation.

Tableau XIV: Répartition des femmes selon la détection des signes et symptômes du
danger à la 4eme visite

Signes et symptômes Effectif Pourcentage

Détectés 344 81,5

Non détectés 0 0

Visite non effectué 78 18,5

Total 344 100

Ce tableau nous montre que 81,5% femmes enquêtées avaient bénéficié d’une
détection des signes et symptômes de danger à la quatrième visite de CPN.
41

Tableau XV: Répartition des femmes en fonction de recherche d'une grossesse multiple
à la 4eme visite
Recherche d'une grossesse Ni %
multiple
Oui 112 26,5
Non 232 55
Visite non effectuée 78 18,5
TOTAL 422 100

Ce tableau nous montre que 26,5% femmes ont bénéficié des actes de soins pour la
recherche d’une grossesse multiple à la 4e visite de CPN.

Tableau XVI: Répartition des femmes en fonction de recherche d'une présentation


vicieuse la 4eme visite
Présentation vicieuse Ni %
Oui 344 81,5
Non 0 0
Visite non effectuée 78 18,5
Total 422 100

Ce tableau nous montre que 81,5% des mères ont bénéficié des actes de soins pour la
recherche d’une présentation vicieuse à la 4e visite de CPN.
42

Tableau XVII: Répartition des femmes en fonction du bilan paraclinique de la plainte


de la femme à la 4eme visite
Bilan paraclinique de la
plainte de la femme Ni %
Oui 0 0
Non 344 81,5
Visite non effectuée 78 18,5
TOTAL 422 100

Il ressort de ce tableau que 81,5% des femmes n’ont pas bénéficié du bilan
paraclinique en rapport avec la plainte.

II. TRAVAIL D’ACCOUCHEMENT

Tableau XVIII: Répartition des femmes selon l’identité pendant le travail


d’accouchement
Identité Eléments manquants
Ni %
Complète 366 86,7 Personne à prévenir,
provenance, occupation
Incomplète 56 13,3
TOTAL 422 100

L’analyse de ce tableau nous montre que 366 femmes soit 86,7% des enquêtées
avaient l’identité complète et 56 femmes soit 13,3% avaient l’identité incomplète.
43

Tableau XIX: Répartition des femmes en fonction de l’anamnèse lors du travail


d’accouchement

Anamnèse Ni %
Complète 422 100
Incomplète 0 O
TOTAL 422 100

Il ressort de ce tableau que 100%% des femmes avaient bénéficié d’une anamnèse complète
lors du travail d’accouchement.

Tableau XX: Répartition des femmes en fonction de leur motif de consultation


pendant le travail d’accouchement

Motif de consultation Ni %
Oui 422 100
Non 0 0
TOTAL 422 100

Il ressort de ce tableau que toutes les femmes en parturition, avaient leur motif de
consultation mentionné sur le partogramme.
44

Tableau XXI: Répartition des femmes en fonction de l’examen clinique général lors du
travail d’accouchement
Examen clinique général Ni %

Oui 422 100

Non 0 0

TOTAL 422 100

Ce tableau nous renseigne que 100% des mères ont bénéficié de l’examen clinique
général lors du travail d’accouchement.

Tableau XXII: Répartition des mères en fonction de l’examen gynéco-obstétrical lors du


travail d’accouchement

Examen gynéco-obstétrical Ni %
Oui 422 100

Non 0 0

TOTAL 422 100

Il ressort de ce tableau que 100% des mères avaient bénéficié des examens gynéco-
obstétricaux lors du travail d’accouchement.
45

Tableau XXIII: Répartition des femmes selon le résultat de laboratoire lors du travail
d’accouchement

Résultat du laboratoire Effectif Pourcentage Eléments manquants

Oui 0 0
Tous les éléments de
Non 422 100 résultats du labo

Total 422 100

Eu égard à ce tableau, nous constatons que toutes les femmes enquêtées


n’avaient pas tous les examens du laboratoire faits ou mentionnés sur leurs fiches lors du
travail d’accouchement.

Tableau XXIV: Répartition des femmes en fonction de la surveillance pendant la phase


de latence et la phase active lors du travail d’accouchement
Surveillance ⁄ phase de
latence N=422 Pourcentage Eléments non surveillés

Affection, tous les éléments


Oui 139 32,9

Non 283 67,1

Surveillance⁄ phase active N=422 %

Oui 422 100

Non 0 0

Total 422 100

Ce tableau nous renseigne que pendant la phase de latence 32,9% des parturientes
avaient bénéficié d’une surveillance complète lors de leur travail d’accouchement pendant la
phase de latence et 100% avaient bénéficié d’une surveillance complète pendant la phase
active.
46

Tableau XXV: Répartition des femmes en fonction des soins administrés pendant
l’accouchement

Soins Effectif Pourcentage

Oui 422 100,0

Non 0 0,0

Total 422 100

Ce tableau illustre que, toutes les femmes enquêtées avaient bénéficié tous les
soins pendant l’accouchement.

Tableau XXVI. Répartition des femmes selon les soins administrés pendant la délivrance

Soins Effectif Pourcentage

Oui 422 100,0

Non 0 0,0

Total 422 100

Il se dégage de ce tableau que, toutes les femmes enquêtées avaient bénéficié des soins
pendant la délivrance
47

Tableau XXVII: Répartition des femmes en fonction de soins au nouveau-né

Soins au nouveau-né
N= 422 %
Oui 422 100
Date, heure et
0 0
sexe Non
Mise au sein Oui 422 100
dans l’heure qui
Non 0 0
suit
l’accouchement
Oui 420 99,5
Vit K1
Non 2 0,5

Soins du cordon Oui 422 100


Non O 0
Examen clinique Oui 422 100
Non 0 0
Examen Complet 408 96,7
physique
Incomplet 14 3,3
complet

Ce tableau nous montre que les soins au nouveau-né étaient administrés dans l’ensemble.
Tableau XXVIII : Répartition des soins de la femme et du nouveau-né en post-partum

Soins du post-partum
Ni % Éléments manquants
Oui 392 92,9 Diurèse non quantifié
A la mère

Non 30 7,1
Total 422 100
Au Oui 422 100
nouveau-né
0 0
Non
TOTAL 422 100
48

Ce tableau nous renseigne que 7,1% des femmes n’avaient pas bénéficié des soins
complets en post-partum marqué essentiellement par le manque de la quantification de la
diurèse et 100% des nouveau-nés en avaient bénéficiaient.
Tableau XXIX. Répartition des femmes / nouveau-nés selon l’examen de la sortie

Examen complet Effectif Pourcentage


Oui 0 0,0
Non 422 100,0
Total 422 100

Au vu de ce tableau, nous constatons que toutes les femmes et nouveau-nés


n’avaient pas bénéficié d’un examen de sortie.
49

Tableau XXX : Répartition des femmes en fonction des éléments manquants pendant le
moment de consultation

Eléments manquants Ni═422 %


1ere visite - Electrophorèse Hb, 395 93,6
Gs+Rh
- Antécédent familiaux 422 100
- Œdèmes, vergeture, 18 3,3
lésion de grattage
- Etat du col non précis 364 86,3
- Albumine, glycosurie, 420 99,5
hépatite C
- Initiation de mesure 21 5
contre le paludisme
2eme visite - Motif de consultation et 383 90,7
les antécédents
- Vergetures, varices, lésion 342 81
de grattage
- Etat du col 262 62,1
- Déparasitage, fer, VAT, 177 42
MILD, PTME, initiation
de mesure contre
paludisme

3eme visite - Motif de consultation, 408 96,7


antécédents
- Œdème, varices, 172 4O, 7
vergeture, grattage
- Etat du col 324 76,8
50

Tableau XXXI: Répartition des femmes en fonction des éléments manquants lors du
travail d’accouchement
Eléments manquants Ni═422 %

- Personne à prévenir en cas de 23 5 ,4

danger

- Affection (phase de latence) 220 52,1

Ce tableau nous indique que, parmi les éléments manquant lors de


l’accouchement, la personne à prévenir en cas de danger représente 5,4% et affection pendant
la phase de latence 52,1%

Tableau XXXII : Taux de couverture de soins prénatals en fonction de visite


Soins pendant les 4 visites de CPN Fréquence Fréquence %
attendue observé
Identité complète 422 0 0
Anamnèse complète 827 19 2,3
Examen clinique complet 1249 714 57,2
Examen des seins 844 831 98,5
Examen obstétrical complet 1249 299 24
Examen complémentaires complet 1249 299 24
Initiation aux mesures préventives 841 510 61
Fixation de la DPA 422 422 100
Fixation du rendez-vous de la prochaine 1249 1249 100
visite
Bilan paraclinique 344 0 0
Bilan clinique 344 344 100
Détection des signes et symptômes de 344 344 100
danger
Recherche d’une grossesse multiple 344 112 32,6
Recherche d’une présentation vicieuse 344 344 100
TOTAL PONDERE 10072 5487 54,5

Le taux de la couverture de soins pendant la CPN était de 54,5%


51

Tableau XXXIII : Taux de couverture de soins pendant le travail d’accouchement,


l’accouchement proprement-dit et la délivrance
Soins pendant le travail d’accouchement, Fréquence Fréquence %
l’accouchement proprement-dit et la attendue observé
délivrance
Identité complète 422 366 86,7
Anamnèse complète 422 422 100
Motif de consultation 422 422 100
Examen clinique général 422 422 100
Examen gynéco-obstétrique 422 422 100
Résultat de laboratoire 422 0 0
Surveillance pendant la phase de latence 422 139 33
Surveillance pendant la phase active 422 422 100
Soins complet pendant l’accouchement 422 422 100
Soins complet pendant la délivrance 422 422 100
TOTAL PONDERE 4220 3459 82

Le taux de la couverture de soins pendant le travail d’accouchement, l’accouchement


proprement-dit et la délivrance était de 82%.

Tableau XXXIV : Taux de couverture de soins néonatal

Soins au nouveau-né Fréquence Fréquence %


attendue observé
Date, heure et Sexe du nouveau-né 422 422 100
à naissance
Mise au sein dans l’heure qui suit la naissance 422 422 100
Vitamine K1 422 420 99,5
Soins du cordon 422 422 100
Examen physique complet 422 408 96,6
Examen clinique complet 422 422 100
TOTAL PONDERE 2532 2516 99,4

Le taux de la couverture de soins du nouveau-né était de 99 ,4%.


52

Tableau XXXV : Taux de couverture de soins maternel et néonatal en post-partum

Soins au nouveau-né et à la mère en post- Fréquence Fréquence %


partum attendue observé
Soins complet à la mère 422 392 92,9
Soins complets au nouveau-né 422 422 100
TOTAL PONDERE 844 814 96,4

Le taux de la couverture de soins à la mère et au nouveau-né était de 96,4%.

Tableau XXXVI : Taux de couverture de soins maternels et néonatals selon les niveaux
de couverture

Niveaux de couverture de soins Fréquence Fréquence %


attendue observé
Soins prénatals 10072 5487 54,5
Soins pendant le travail d’accouchement, 4220 3459 82
l’accouchement proprement-dit et la délivrance
Soins néonatals 2532 2516 99,4
Soins maternels et néonatals en post-partum 844 814 96,5

TOTAL PONDERE 17668 12276 69,5

Le taux de couverture de soins maternels et néonatals était de 69,5%.


53

CHAPITRE V : DISCUSSION ET COMMENTAIRE

Notre travail parle de la couverture de prestation de soin maternel et néonatal,


Il est bien entendu, notoire que la santé de la mère, du nouveau et les soins qui leurs sont
prodigues sont critiques pour leur bien-être.

La consultation prénatale est l’ensemble des soins préventifs, curatifs et des


conseils que la femme enceinte reçoit des personnels de santé. Chaque femme enceinte doit
faire au minimum une consultation prénatale par trimestre ; ces consultations si elles sont
faites à temps et régulièrement ; elles permettent de détecter les problèmes qui se développent
pendant la grossesse et réduire les risques de la mère et du fœtus ; elles permettent également
de réduire les risques d’avortements et d’avoir les conseils appropriés pour la bonne évolution
de la grossesse (UNICAF 2015).

Parlant de nombre de visite de CPN notre étude montre que 81,5 % des
femmes avaient fait 4 fois la visite, 15,2% avaient fait 3 fois la visite, 2,6% avaient fait 2 fois
la visite et 1% une fois la visite. Selon EDS (2007), près d’une femme sur trois soit 32% avait
effectué que deux ou trois visites prénatales et 5% des femmes n’ont effectué qu’une seule
visite.

Partant du moment de la première consultation prénatal, notre étude montre


que 313 femmes soit 74,2% des femmes enquêtes avaient fait leurs premières consultations au
deuxième trimestre 23,2% au premier trimestre et 2,6% au troisième trimestre. Ces résultats
sont contraire à ceux trouves par Fatima, M. (2004), il a constaté que 20% des gestantes ont
débutées la CPN au premier trimestre de grossesse, suivis de 56,7% au deuxième trimestre et
23% au troisième. Ceci pourrait s’expliquer par le fait que le milieu d’étude et l’échantillon
utilisés sont différents.

En ce qui concerne l’identité, nos résultats montrent que, toutes les femmes
enquêtés n’avaient pas l’identité complète mentionnée sur leurs fiches de CPN celles-ci
manquaient de mention sur l’électrophorèse hb, le Gs+Rh, l’occupation, le N° de téléphone et
la date de naissance.

En ce qui concerne les soins administrés pendant la CPN : notre étude montre
100% des femmes avaient une anamnèse incomplète à la première visite, 98,1% à la
deuxième visite et 93,4 % à la troisième visite ; 94,3% des enquêtées n’avaient pas bénéficié
54

d’un examen clinique complet à la première visite, 18,2 à la deuxième visite et 56,6% à la
troisième visite. Par contre Fatima, M. (2014) nous démontre dans son étude que dans la
majorité des consultations pour une première visite, la pression artérielle a été mesurée et les
patientes ont été pesées (respectivement 97% et 90%), Ces résultats sont contradictoires aux
notre du fait que dans notre étude les soins sont regroupés et nous avons considéré toute les
visites, 97,6%des femmes avaient subi un examen des seins à la première visite et 99,3 % à la
deuxième visite, ces résultats sont contraires à ceux de Sandrine, B. 2013 ou elle a trouvé que
l’examen des seins a été effectué à 51%, 13,7% des femmes avaient subi un examen
obstétrical complet contre 86,3% qui n’en avaient pas subi à la première visite, 37,2% contre
62,1% qui n’en avaient pas subi à la deuxième consultation et 19,9 % contre 76,8% qui n’en
avaient pas subi. Toutes manquaient l’état du col non précis. M. Sidiky Tangara (2009) nous
montre dans son étude que l’examen obstétrical était de bonne qualité, car plus de 95% des
gestes étaient réalisés et Fatima, M. (2014) montre que la hauteur utérine est moins pratiquée
à 55% chez les femmes enceintes lors de l’examen obstétrical.

Notons en outre, que ces pourcentages sont aussi trouvés pour l’examen
complémentaire. En fait, les éléments comme la glycosurie et le test de l’hépatite manquaient
sur leurs fiches, résultats fort éloigné de M. Sidiky Tangara (2009) qui avaient trouvait 11%
des fiches qui ne comportaient aucune information concernant le dépistage de l’albuminurie et
de la glucoserie.

Parlant de l’initiation des mesures préventives, nos résultats montrent que


87,7% des femmes ont bénéficié des mesures préventives contre 12,3% qui n’avaient pas
bénéficié. Ces résultats sont relatifs à ceux de Bouamba, Z. (2012), il montre que 87,4% des
femmes avaient reçu un traitement préventif et 72,6% avaient bénéficié des conseils sur les
mesures préventives.

L’accouchement étant un processus physiologique normal qui peut se dérouler


sans complication pour la majorité des femmes et des enfants, lorsque les soins nécessaires
tout au long du travail et immédiatement après pour la femme et son nouveau-né ont été
effectué. (OMS 2018).

En ce qui concerne le travail d’accouchement l’identité de femme était


complète à 86,7% ; l’examen clinique général était effectué à 100% ; de même l’examen
gynéco obstétrical était effectué à 100%.
55

En parlant du nouveau-né, la majorité avait bénéficié d’un examen physique


complet soit 96,7% ; l’examen clinique à 100% et l’administration systématique de la
vitamine K1 était à 99,5%. Ces résultats reviennent de même pour Marie BENGON 2015,
dont l’administration de la vitamine K1 était à 90%.

En ce qui concerne la surveillance du post partum les soins de la mère étaient


couvert à 92,9% et le 30 fiches soit 7,1% restant manquaient de mention sur la quantification
de la diurèse et chez le nouveau-né les soins étaient couvert à 100%, M. Sidiky 2009 montre
dans son étude que la surveillance du post partum a été passable à 64,8%.

Par rapport à l’examen de sortie, toutes les fiches enquêtées ne comportaient


aucune mention.
56

CONCLUSION
Notre travail effectué dans la ville de Lubumbashi se base sur la couverture de
prestation de soin maternel et néonatal, cas de l’hôpital général de référence Kenya.

Le but principal de notre travail est d’évaluer le taux de couverture de


prestations des soins maternels et néonatals à l’hôpital général de référence de Kenya en vue
de contribuer à la prévention de mortalité maternelle et néonatale. Pour y parvenir nous nous
sommes fixes les objectifs suivants:

 Déterminer le taux de couverture des soins de la mère et du nouveau-né à tous les


niveaux;
 Enumérer les différents soins maternels et néonatals non couverts.

Nous avons mené une étude descriptive transversale grâce à une méthode
rétrospective appuyée par la technique d’analyse documentaire couvrant une période allant du
05 janvier au 31 décembre 2017. Cette étude avait inclus 422 fiches de CPN et partogramme.

Après l’analyse et l’interprétation des données obtenues, nos conclusions sont


les suivantes : Le taux de couverture de prestation de soin maternel et néonatal est de 69,5%
et les soins maternels et néonatals non couvert sont : l’identité, l’anamnèse ’examen
obstétrical, l’examen complémentaire, le bilan paraclinique et la surveillance incomplète de la
phase de latence.

Vu que notre étude était rétrospective, certains éléments de la couverture tels


que: l’utilisation de produit antiseptique, port des gants⁄ ou lunettes de protection, portes et
fenêtres fermées n’ont était observés. D’où ces pistes sont ouvertes pour les recherches
ultérieures.
57

RECOMMENDATIONS

En guise de recommandations, nous disons:

Aux autorités de l’HGR Kenya:

 D’insister auprès du personnel infirmier , médical et du service des archives sur la


bonne tenue des dossiers des malades en vue de faciliter les récoltes des données à
venir aux études,
 De faire une évaluation régulière de la qualité des soins dans le but d’une meilleure
prise en charge des parturientes,
 D’organiser de formation continue afin d’éclairer et de détecter les zones d’ombres
dans la suivie de qualité de soin d’une femme enceinte et du nouveau-né.

Aux prestataires de soins:

- D’exécuter tous les soins prévus pour la mère et le nouveau-né à tous les niveaux et de
les remplir complètement sur les fiches et partogrammes.

Aux populations cibles de:

 Fréquenter régulièrement les CPN ;


 Respecter les consignes données par les personnels au cours des CPN et
accouchement,
 Exiger les soins de qualité de la part du personnel soignant.
58

REFERNCES BIBLIOGRAPHIQUES

1. Barbara Kinzie et P Gomez (2004) Soins maternels et néonatals de base; guide destine
au prestataire qualifie. Ed Rebecca chasse.
2. Barbara Kinzie et P. Gomez(2004) ; la santé maternelle et néonatale ; édition Rebecca
Chase
3. Dianna Beck et al (2004) Soins au nouveau ne : saving new Born live, Ed. Etats unis
Washington.
4. Dictionnaire Larousse (2010)
5. Douamba Zoenabo(2012) ; paludisme asymptomatique chez la femme enceinte au
centre médical saint Camille de Ouagadougou, Burkina-Faso ;
6. EDS-RDC (2007) Enquête démographique de santé ;

7. Erin Sines et al (2007) Soins post natals ; une opportunité exceptionnelle de sauver des
mères et nouveaux nés, Ed. USA.
8. Fatima Mazowa(2014) ; causes du début tardif de la CPN ;
9. Graft-jonson J, Kate Keber et all (2005) La continuité des soins.
10. Lawn et Keber (2006) Opportunity for African’s pratica data policy and programmatic
support for new born care in captown Ed. captown.
11. M. Sidiky Tangara(2009) ; évaluation de la qualité des soins d’accouchement au
centre de santé de référence de la commune IV du district de Bamako, Mali
12. Marie Bengon(2015) ; évaluation de la prise en charge des nouveaux nés de petit poids
dans quatre maternités de Yaoundé, Cameroun
13. Mick (2010) Surveillance d’accouchement par le partogramme: guide de l’utilisateur,
Ed. Congo Brazza.
14. OMS (2006) The health of the people: the Africa regional health report, Ed. Geneva.
15. OMS (2007), Standard pour l’amélioration de la pratique de la qualité des soins
maternels et néonatals dans les établissements de santé ; Ed Genève
16. OMS (2009) Soins à la mère et au nouveau-né dans le post partum. guide pratique, Ed.
Genève.
17. OMS (2018) ; pour que l’accouchement soit une expérience positive, il est essentiel
d’apporter les soins individualisés ; édition Genève
18. OMS(2012) Cartographie réalisée avec l’appui technique et financier, éd Kinshasa
59

19. Sandrine Brandin (2011) ; évaluation de la pratique professionnelle à la maternité post


royale ;
20. UNICAF(2015) Odienné; consultations prénatales et ses objectifs expliquées aux
femmes de Bako ;
21. Unicef (2008) Santé maternelle et néonatale, Ed new York
22. USAID(2012) Manuel technique de base: soins essentiels aux nouveaux nés ministère
de santé, Ed. SNL Mali