Vous êtes sur la page 1sur 102

Pr. M.D.

MOUSS
1

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


Pr. M.D. MOUSS
2

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


Pr. M.D. MOUSS
3

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


A ANALYSE

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


M MODES
D DÉFAILLANCES
E EFFETS

C CRITICITÉ

Pr. M.D. MOUSS 4


INTRODUCTION

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


 Méthode d’analyse préventive de la sûreté de fonctionnement
(Fiabilité, Disponibilité, Maintenabilité, sécurité).

 Employée pour la première fois à partir des années 1960 dans


le domaine de l’aéronautique pour l’analyse de la sécurité des
avions.
 Le principe de la prévention repose sur le recensement
systématique et l’évaluation des risques potentiels d’erreurs
susceptibles de se produire à toutes les phases de réalisation d’un
système

Pr. M.D. MOUSS 5


 Bien qu’ayant subi de nombreuses critiques dues au coût et à
la lourdeur de son application, elle reste néanmoins une des

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


méthodes les plus répandues et l’une des plus efficaces.
 Elle a été recommandé dans le domaine nucléaire aux USA
après l’accident de la centrale de Three Mile Island

 Dans le cadre de la Commission Electrotechnique


Internationale (CEI), une norme internationale à été publiée

Pr. M.D. MOUSS 6


L’AMDEC fait partie intégrante de tous le système qualité QS 9000

Amélioration Objectifs
du process

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


qualité QFD
FTA
RTFA

Résolution
de
Actions
problème
QOS préventives
DOE
APQP

8-D Plan de
contrôle AMDEC

QOS : Quality Oparating System


SPC 8-D : Eight Discipline of Problem Solving
SPC : Statistical Process Control
Caractéristiques DOE : Design of Experiments
spéciales APQP: Advanced Product Quality Planning
FTA : Fault Tree Analysis
RFTA: Reverse Fault Tree Analysis
QFD : Quality Function Deployment

Pr. M.D. MOUSS 7


REMARQUE

Définition:

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


Raisonnement partant des causes de défaillances vers les
conséquences (ou effets induits).

Déductives
Effet Cause
Au niveau global Au niveau élémentaire
Inductives

But:
Identifier les risques potentiels présentés par le produit étudié.

Pr. M.D. MOUSS 8


L‘AMDEC Quel type de démarche
Une démarche à la fois qualitative et quantitative

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


QUALITATIVE
⌂ Découpage fonctionnelle
⌂ Analyse des modes de défaillances
⌂ Analyse des causes
⌂ Analyse des effets

QUANTITATIVE
⌂ Cotation des paramètres
(Fréquence d’apparition, Gravité…)
⌂ Détermination de la criticité
⌂ Mesure des résultats

Pr. M.D. MOUSS 9


Types d’AMDEC

AMDEC PRODUIT: AMDEC MOYEN


Analyse de la Conception d ’un produit DE PRODUCTION (ou système):

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


pour améliorer sa Analyse de la Conception
QUALITE et sa FIABILITE et /ou
de l ’Exploitation des
Equipements de Production
AMDEC SECURITE: pour améliorer leur
Analyse des défaillances et des Risques DISPONIBILITE
prévisionnels sur un équipement
pour améliorer la Sécurité et
la FIABILITE

AMDEC PROCESSUS:
Analyse des opérations de Production pour
améliorer la QUALITE de FABRICATION
du produit

ON PARLE MAINTENANT EGALEMENT D ’AMDEC SERVICE…ET D ’AMDEC


FOURNISSEURS...

Pr. M.D. MOUSS 10


1- DEFINITION
L’AMDE, est l’outil d’analyse le plus utilisé et l’un des plus

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


efficace parmi l’ensemble des techniques inductives
disponibles.

Procédure très utilisée en fiabilité pour recenser les


défaillances dont les conséquences affectent le
fonctionnement du système dans le cadre d’une application
donnée
Au sens strict, elle se limite à une analyse
qualitative des modes de défaillance du matériel

Méthode inductive d‘analyse de système utilisée pour


l´étude systématique des causes et des effets des
défaillances des systèmes industriels qui peuvent affecter
les composants de ce système

Pr. M.D. MOUSS 11


2- OBJECTIFS

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


Identifier les risques potentiels présentés par le
système étudié du point de vue exigences fixées

Recenser tous les modes de défaillance


envisageables, les causes possibles, leurs
effets
Évaluer les effets de chaque mode de défaillance des
composants d‘un système sur les différentes fonctions de
ce système
Identifier les modes de défaillances ayant
d‘importants effets sur la disponibilité, la fiabilité
ou la sécurité du système

Pr. M.D. MOUSS 12


3- DEROULEMENT DE L‘ETUDE

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


ETAPE 1 INITIALISATION

ETAPE 2 DECOMPOSITION FONCTIONNELLE

ETAPE 3 ANALYSE AMDEC

ETAPE 4 SYNTHESE

Pr. M.D. MOUSS 13


ETAPE N° 1

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


INITIALISATION
1- Définition du système à étudier

2- Définition de la phase de fonctionnement

3- Définition des objectifs à atteindre

4- Constitution du groupe de travail

5- Etablissement du planning

6- Mise au point des supports de l’étude

Pr. M.D. MOUSS 14


1- Définition du système à étudier

Identification de chaque composant du système

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


Désignation, type, marque, caractéristique, lieu d’implantation

Identification des fonctions associées aux composant du système

Exemple : Interrupteur ------ Etablir ou interrompre le courant

2- Définition de la phase de fonctionnement

Enumération des états des composant du système

En fonctionnement, en arrêt, en maintenance, Stand by

Pr. M.D. MOUSS 15


3- Définition des objectifs à atteindre

DIS F IA

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


PON BIL
IBIL ITE
IT E

SEC
URI
TE

OBJECTIFS

Eviter toute dispersion du groupe

Pr. M.D. MOUSS 16


4- Constitution d’un groupe de travail
Le demandeur : C’est la personne ou le service qui

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


prend l'initiative de déclencher l'étude. Il choisit
l'étude.
Le décideur : C'est la personne responsable dans
l'entreprise, du sujet étudié, qui en dernier recours,
et à défaut de consensus, exerce le choix définitif. Il
est responsable et décideur des coûts, de la qualité
et des délais. Ces deux premières personnes n'ont
généralement aucune compétence technique
pointue.

L'animateur : C'est le garant de la méthodologie, l'organisateur de la vie


du groupe. Il précise l'ordre du jour des réunions, conduit les réunions,
assure le secrétariat, assure le suivi de l'étude.
Très souvent, c'est un intervenant extérieur, ou du moins extérieur au
service .

Pr. M.D. MOUSS 17


Le groupe de travail : 2 à 5 personnes, responsables et compétentes, ayant
la connaissance du système à étudier et pouvant apporter les informations
nécessaires à l'analyse (on ne peut bien parler que de ce que l'on connaît
bien).

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


Selon l'étude ce sera :
des hommes de maintenance
des hommes du service qualité
des hommes de la production
le bureau d'étude
des experts du domaine étudié.

AU TOTAL : 5 à 8 personnes
Pr. M.D. MOUSS 18
5- Etablissement d’un planning
Se fixer un délai d’étude.

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


La durée de chaque réunion doit être limité à 2 ou 3 heures pour une
meilleure efficacité.
6- Mise au point des supports de l’étude
AMDEC
ANALYSE DES MODES DE DEFAILLANCE ET DE LEURS EFFETS ET DE LEUR CRITICITE
P

MACHINE
a
at n
A
eB
L
éd

Système : ...................................................... Phase de fonctionnement: Date de l'analyse:


sit

...........................
er

...........................
iv

Sous système : ..............................................


Un

Mode Criticité Action


Elément Fonction de défaillance Cause Effet Détection TI corrective
F G N C

Pr. M.D. MOUSS 19


Laboratoire d’Automatique et Productique LAP
Mode de
Effets Causes Plan de Non
défaillance Gravité Occurrence IPR
possibles possibles validation détection
potentielle

Quelle est
Quelle est l’efficacité
Quelle
la relative de
Qu’est-ce Quels est la Quels Qu’avons- Quelle est
probabilité chaque
qui pourraien gravité pourraien nous prévu la priorité
relative validation
pourrait t être les relative t être les pour voir ça des points
d’apparitio pour détecter
aller mal ? effets ? des causes ? ? listés ?
n des le problème ?
effets ?
causes ?

Pr. M.D. MOUSS 20


ETAPE N° 2

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


DECOMPOSITION
FONCTIONNELLE

7- Découpage du système

8- Identification des fonctions des sous ensembles

9- Identification des fonctions des éléments

Pr. M.D. MOUSS 21


L’Analyse Fonctionnelle

Objectifs de l’Analyse Fonctionnelle

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


« Si j’avais une heure pour résoudre un problème
dont ma vie dépende, je passerais 40 minutes à
l’analyser, 15 minutes pour en faire la revue
critique et 5 minutes pour le résoudre »

Albert Einstein (1879 – 1955)

Pr. M.D. MOUSS 22


Objectifs de l’Analyse Fonctionnelle_1

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


Obtenir le meilleur service au moindre coût.
Réduire les coûts engendrés par une modification, selon le stade.

Études Production Retour client

1DA 100 DA 10 000DA

Pr. M.D. MOUSS 23


A notre niveau, l’Analyse Fonctionnelle du Besoin a pour objectif de préciser…
« Dans quel but un produit a été créé ».

Par contre, au niveau industriel, l’Analyse Fonctionnelle du Besoin a un objectif

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


sensiblement différent…
Elle est réalisée par le dialogue entre :

Pour servir de base à l’établissement du :

Je voudrais J’en prends


bien … bonne note…

Les clients Les concepteurs


Pr. M.D. MOUSS 24
Outils de l’AF

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


La méthode APTE

APTE est un nom déposé :


APplication aux Techniques d' Entreprise
C’est une méthode universelle pour la conduite d'un projet
•Visant à réduire les coûts tout en augmentant la qualité
Elle repose sur des outils graphiques tels que :
•La bête à cornes
•Le diagramme pieuvre
Elle permet d'évaluer l'ensemble des contraintes (techniques,
économiques, culturelles...) qui affectent le projet
•En partant de l'expression d'un besoin ressenti et sans
considérer a priori les solutions
Pr. M.D. MOUSS 25
Une analyse par les « fonctions »

différentes phases

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


Produit
Besoins Fonctions de service Fonctions techniques (solutions constructives)

Expression Description
fonctionnelle du fonctionnelle du
besoin besoin

Approche Approche
fonctionnelle matérielle

Pr. M.D. MOUSS 26


Le Besoin
La Nécessité ou Désir éprouvé par un utilisateur. Un besoin peut être
exprimé ou implicite, avoué ou inavoué, latent ou potentiel

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


Pr. M.D. MOUSS 27
Pr. M.D. MOUSS
28

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


Dis, Papa, c’est quoi cette bouteille… ?
C’est quoi ce truc ?
A quoi cela peut-il bien servir ?

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


Pourquoi sont-ils allés inventer un bazar pareil ????

À toutes ces questions, on va donner une réponse.


En commençant par reformuler les questions.

Quel est le nom de ce produit ?


Pourquoi a-t-il été créé ?
Sur quoi agit-il ?
De quoi a-t-il besoin pour agir ?

La description fonctionnelle répond à ces questions.

Pr. M.D. MOUSS 29


Expression du besoin

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


Appelons « Produit » l’objet de notre étude. Avant d’entreprendre toute
recherche de solutions, trois questions s’imposent à vous :

– À qui le Produit rend-il service ?

– Sur quoi le Produit agit-il ?

– Dans quel but le Produit existe-t-il ?

Pr. M.D. MOUSS 30


A qui rend t’il service ?

Premier idée production de boules verte

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


Grace à un réseau de distribution vous ne
vendez rien

? Personne n’en a ressenti le besoin : Pour quoi


faire ? À quoi ça sert ?

Si le besoin est nouveau, il n’y a pas de concurrence


• Microsoft est l’un des exemples les plus
marquant de ces dernières années

Pr. M.D. MOUSS 31


Sur quoi agit il ?

Un besoin clairement exprimé « Un bon cheval »

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


Charretier Jockey Turfiste Restaurateur

Se déplacer en 4L Ferrari
ville

• Vous met-elle en garde de l’attaque éventuelle


Attention au du molosse ?
chien • Protège-t-elle le pékinois d’un malencontreux
coup de pied ?

Pr. M.D. MOUSS 32


Le bête à corne

Un système n'existe que pour apporter une réponse à un besoin

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


L'outil « bête à corne » est utilisé pour mettre le système en
perspective du besoin auquel il apporte une réponse

À qui rend-il service ? Sur quoi agit-il ?

On ne peut rendre
service qu’à un être ou à Système Principe d ’action ou
un groupe d ’êtres et non de fonctionnement, en
à une chose faisant abstraction de
la solution retenue
Expression du
besoin ou but Pourquoi ? Dans quel but ?
unique
Pr. M.D. MOUSS 33
Exemple  Un Aspirateur

A qui rend service le produit ? Sur quoi agit le système ?

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


L’utilisateur La poussière

PRODUIT

Aspirateur

Le système à été conçu dans le but de permettre à des


personnes (non spécialistes) de nettoyer facilement.

Dans quel but le système existe-il ?


Pr. M.D. MOUSS 34
Le Diagramme pieuvre

Recherche des fonctions de service

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


Les fonctions de service du produit représentent les relations que ce dernier
entretient avec les éléments de son environnement humain, physique et
informationnel.

La première étape dans l’AF consiste en la délimitation des éléments


formant l’environnement du produit et qui sont en interaction avec lui.

Pour l’identification des fonctions de services (principales et contraintes) on


utilise le diagramme des interactions souvent appelé diagramme pieuvre.

Pr. M.D. MOUSS 35


Le Diagramme pieuvre

L'outil « diagramme pieuvre » place l’objet dans son


milieu extérieur d’utilisation dans différents contextes

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


Les fonctions définies doivent être indépendantes des solutions

Elément 6 Elément 2

Fonctions principales
Elément 1
Objet
Fonctions Contraintes Elément 3

Elément 5 Elément 4

Pr. M.D. MOUSS 36


les fonctions principales qui expriment les relations entre deux ou plusieurs
éléments par l’intermédiaire du produit;
les fonctions contraintes qui expriment la relation entre le produit et un
élément de son environnement.

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


É.Env. 2
Structure du É.Env. 1 FP1 FP2
diagramme des É.Env. 3
interactions Produit FC2
FC1
É.Env. 6
FC3
É.Env. 4
É.Env. 5

FC : Interaction entre le produit FP : Le produit met en relation

et le milieu extérieur 2 éléments extérieurs

Pr. M.D. MOUSS 37


Exemple  Un Aspirateur
poussières
utilisateur FP1

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


FC4 Aspirateur

FC1 FC3
objets FC2 esthétique
énergie
diagramme des interactions
FP1 Permettre à l’utilisateur d’enlever la poussière sur les objets.
FC1 S’adapter aux formes spécifiques des objets.
FC2 Fonctionner sous la tension secteur.
FC3 Avoir un aspect et une couleur qui s’adaptent au décor
environnant.
FC4 Être facilement transportable

Pr. M.D. MOUSS 38


Exemple Extincteur

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


Les fonctions
Identifions les éléments environnant le
produit pour :

une phase identifiée : le début


d’utilisation par exemple

un point de vue : celui de


utilisateur par exemple

Pr. M.D. MOUSS 39


Les éléments qui interagissent sont :

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


L’utilisateur Les locaux

EXTINCTEUR

Le mode d’emploi Le feu

Pr. M.D. MOUSS 40


Les éléments qui interagissent sont :

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


L’utilisateur Les locaux

EXTINCTEUR

Le mode d’emploi Le feu

Pr. M.D. MOUSS 41


Décrivons chaque relation en termes de besoins émis par l’utilisateur : les Fonctions de
Service

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


Fonction de Service : 1 ?
L’utilisateur
Les locaux Agir sur le feu

EXTINCTEUR

FS1
Le mode d’emploi Le feu

Pr. M.D. MOUSS 42


Décrivons chaque relation en termes de besoins émis par l’utilisateur : les Fonctions de
Service

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


Fonction de Service : 2 ?
L’utilisateur
Les locaux Etre adapté au feu

EXTINCTEUR
FS2
FS1
Le mode d’emploi Le feu

Pr. M.D. MOUSS 43


Décrivons chaque relation en termes de besoins émis par l’utilisateur : les Fonctions de
Service

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


Fonction de Service : 3 ?
L’utilisateur FS3 Etre aisément manipulable
Les locaux

EXTINCTEUR
FS2
FS1
Le mode d’emploi Le feu

Pr. M.D. MOUSS 44


Décrivons chaque relation en termes de besoins émis par l’utilisateur : les Fonctions de
Service

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


Fonction de Service : 4 ?
L’utilisateur FS3 Etre facilement identifiable
Les locaux
comme étant un moyen
FS4 d’agir sur le feu
EXTINCTEUR
FS2
FS1
Le mode d’emploi Le feu

Pr. M.D. MOUSS 45


Décrivons chaque relation en termes de besoins émis par l’utilisateur : les Fonctions de
Service

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


Fonction de Service : 5 ?
L’utilisateur FS3 Etre utilisable sans
Les locaux
obligatoirement avoir lu
FS4
EXTINCTEUR le mode d’emploi
FS5 FS2
FS1
Le mode d’emploi Le feu

Pr. M.D. MOUSS 46


Décrivons chaque relation en termes de besoins émis par l’utilisateur : les Fonctions de
Service

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


Fonction de Service : 6 ?
L’utilisateur FS3 Disposer d’un mode
Les locaux
d’emploi en cas
FS4
EXTINCTEUR de nécessité
FS5 FS2
FS1
Le mode d’emploi FS6 Le feu

Pr. M.D. MOUSS 47


Une analyse plus fine permet de qualifier ces fonctions de service de :

Fonction d’usage

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


lorsque la fonction traduit la partie rationnelle du besoin

 Fonction Contrainte
lorsqu’un seul élément est en relation avec le système

Pr. M.D. MOUSS 48


Une analyse encore plus approfondie permet de qualifier ces fonctions de service de :

Fonction Principale

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


lorsque deux éléments extérieurs sont mis en relation par le système

 Fonction d’Estime
lorsque la fonction traduit la partie subjective du besoin

Pr. M.D. MOUSS 49


Chaque fonction de service peut être qualifiée ;
soit de F.P.,
soit de F.C..
FC3

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


L’utilisateur
FS3 FC4 Les locaux
FS4

EXTINCTEUR
FP5 FC2
FS5 FS2
Le mode d’emploi FC6 FP1 Le feu
FS1
FS6

FS1 Permettre à l ’utilisateur d ’Agir sur le feu FP1


FS2 Etre adapté au feu FC2
FS3 Etre aisément manipulable FC3
FS4 Etre facilement identifiable … FC4
FS5 Etre utilisable sans obligatoirement avoir lu le mode d’emploi FP5
Disposer d’un mode d’emploi en cas de nécessité FC6
FS6

Pr. M.D. MOUSS 50


Fonction
d’Usage ou d’Estime ?

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


FP1 Permettre à l ’utilisateur d ’Agir sur le feu FU
FC2 Etre adapté au feu FE
FC3 Etre aisément manipulable FU
FC4 Etre facilement identifiable … FE
FP5 Etre utilisable sans obligatoirement avoir lu le mode d’emploi FE
FC6 Disposer d’un mode d’emploi en cas de nécessité FU

Pr. M.D. MOUSS 51


SADT

L’outil SADT (de l’anglais Structured Analysis for Design and Technic) est un

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


outil de représentation qui permet de décomposer un système de manière
fonctionnelle, par niveaux successifs. Les liens entre fonctions étant exprimés
selon un formalisme précis: les codes ‘’MECS’’:

M: Mécanisme (matériels, logiciels, personnels);


E: entrées (matières, énergies, informations);
C: données de contrôle (informations sur l’état du système,
décisions de l’opérateur, paramètres de configuration, de
réglage et d’exploitation,…);
S: sorties (matières, énergies, informations…).
Pour un même système, plusieurs représentations SADT peuvent être
élaborées selon des points de vue différents:

Pr. M.D. MOUSS 52


Cet outil est constitué
d’une suite cohérente de Fonction globale

diagrammes: A-0
* Le diagramme de plus
haut niveau (A-0)

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


représente la fonction
globale du système. 1
2
* Chaque diagramme de 3
niveau inférieur définit les A0
fonctions techniques ainsi
que leurs relations et leur
agencements dans le
système. 31
32
* Chaque diagramme 33
s’intègre exactement dans 34
le diagramme de niveau A3
supérieur en préservant les
relations de chaque
composant avec son 321
environnement. 322
323
A32
Pr. M.D. MOUSS 53
L’actigramme A-0:
Cet actigramme est le diagramme de plus haut niveau de la représentation
graphique SADT, il exprime la fonction globale assurée par le système.

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


Lire A moins 0
Consignes
Énergie informations

Matière FONCTION
d’œuvre à Matière
l’état initial GLOBALE d’œuvre à
l’état final

Système assurant la
fonction globale
Pr. M.D. MOUSS 54
Exemple

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


Seuil de t° moteur
Énergie électrique Niveau de remplissage du
sac

Enlever la
Poussière sur poussière d’objets Objets sans
objets domestiques poussières

Aspirateur ménager
A-0
Pr. M.D. MOUSS 55
Seuil de t° moteur

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


Niveau de remplissage du
Énergie électrique sac

Objets sans
Enlever la poussières
poussière d’objets
Poussière sur domestiques
objets

Aspirateur ménager

Pr. M.D. MOUSS 56


Laboratoire d’Automatique et Productique LAP
Sac plein
Air à la pression
atmosphérique

Unité
Moteur/turbine Poussières
dans le sac

Poussières sur objets

Filtre

Pr. M.D. MOUSS 57


DECOMPOSITION
FONCTIONNELLE

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


 BUT
Arrêt machine
Besoin utilisateur Pertes économiques
MACHINE Sécurité, environnement

Fonctions de service Perte ou dégradation


Fonctions techniques SOUS ENSEMBLE des fonctions techniques
et de service

Perte ou dégradation
Fonctions ELEMENT des fonctions
élémentaires élémentaire

BON DEFAILLANCE
FONCTIONNEMENT
ENCHAINEMENT DES EFFETS
PARTICIPATION DES ELEMENTS DE LA DEFAILLANCE
AU BON FONCTIONNEMENT
DE L'ENSEMBLE
Pr. M.D. MOUSS 58
Pr. M.D. MOUSS
7- Découpage du Système

59

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


8- Identification des fonctions des sous ensembles

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


Milieu environnant Milieu environnant
1 2

FP1 FC1

Milieu environnant
Milieu environnant FC3 SOUS ENSEMBLE FC2
3
5

FP : Fonction principale
FC : Fonction contraire

Pr. M.D. MOUSS 60


9- Identification des fonctions des éléments

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


Milieu environnant
1

Milieu environnant
2

Organe 1

Organe 4

Milieu environnant Organe 2


5

Organe 5

Organe 3

SOUS ENSEMBLE

Milieu environnant
3

Milieu environnant
4

Pr. M.D. MOUSS 61


ETAPE N° 3

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


ANALYSE
AMDEC

Phase 3a - Analyse des mécanismes de défaillance

Phase 3b - Evaluation de la criticité

Phase 3c - Proposition d’actions correctives

Pr. M.D. MOUSS 62


PROCEDURE

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


Approche classique

 Elément par élément, on enchaîne les phase 3a, 3b, 3c.

Variante en 2 phases découplées


 On procède d’abord à l’analyse complète des mécanismes de
défaillance (phase 3a)
 Evaluation de la criticité pour chaque combinaison cause –
mode – effet(phase 3b)
 Recherche des actions corrective (phase 3c)
Pr. M.D. MOUSS 63
AMDEC
ANALYSE DES MODES DE DEFAILLANCE ET DE LEURS EFFETS ET DE LEUR CRITICITE
P

atn
MACHINE
A
Ba
L
de

Phase de fonctionnement:
ité

Système : ...................................................... Date de l'analyse: Action


ers

........................... ........................... corrective


iv

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


Sous système : ..............................................
Un

Mode Criticité Action


Elément Fonction de défaillance Cause Effet Détection TI corrective
F G N C

Indiquer le Lister toutes


premier les fonctions Pour la première
élément devant être des fonctions
Pour le premier Pour la première des cause
assurées par Lister tous les des modes de
l'élément modes de défaillance Lister successivement les effets les plus graves, les détections les plus probable
défaillance
Lister toutes Estimer le temps d'intervention
les causes
primaires Evaluer les niveau de fréquence, gravité, probabilité de non détection et criticité
possibles de la combinaison cause - mode - effet.
Lister les propositions d'action correctives

Pour chaque cause suivante


Effectuer la même opération

Pour chaque mode suivant


Effectuer la même opération
Pour chaque fonction suivante
Effectuer la même opération

Passer ensuite à l'élément suivant

Pr. M.D. MOUSS 64


ETAPE N° 3

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


ANALYSE
AMDEC

Phase 3a - Analyse des mécanismes de


défaillance

10 - Identification des modes de défaillance

11 - Recherche des causes

12 - Recherche des effets

13 - Recensement des détections


Pr. M.D. MOUSS 65
Pr. M.D. MOUSS
66

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


Pr. M.D. MOUSS
67

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


LES CRITERES ANALYSES DANS L’AMDEC

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


MODE DE DEFAILLANCE

QUESTION Que peut il arriver ?

EFFETS
Quelles sont les
conséquences ?
QUESTION

CAUSES
Pourquoi cette
défaillances?
QUESTION

Pr. M.D. MOUSS 68


Criticité C

FREQUENCE = F
Quelle est la fréquences

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


QUESTION des défaillances ?

GRAVITE = G La qualité est elle bonne ?

La pollution est elle acceptable ?

QUESTION La sécurité est-elle garantie ?

Quelle est la durée de l’intervention ?

Quels seront les coûts directs et indirects ?

NON DETECTION =N

Qu’est ce qui permet de


QUESTION
détecter cette défaillance
Pr. M.D. MOUSS 69
10 - Identification des modes de défaillance
Rubrique du Définition + Inscription dans le tableau Question à se poser +
tableau AMDEC exemple de réponses
AMDEC

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


Mode de Manifestation physique (concrète au niveau Que peut-il arriver à
défaillance de l’élément d’un des 4 dysfonctionnements l’élément ?
suivants De quelle façon peut-il ne plus
Perte soudaine d’une fonction assurer correctement sa
Absence de fonction à la sollicitation fonction
Dégradation progressive de la fonction
(altération des performances)
Fonction intempestive Frottement important
Blocage, grippage
Le mode de défaillance d’un élément est donc Rupture
relatif à sa fonction et se révèle en Déformation
exploitation Mauvais guidage, jeu
Un mode de défaillance peut se propager d’un Obturation, fuite
élément à un autre. Il peut également évoluer
au cour du temps
A chaque fonction on peut associer un ou
plusieurs modes de défaillance

Pr. M.D. MOUSS 70


LE MODE DE DEFAILLANCE

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


Perte de la fonction Fonctionnement intempestif Refus de s’arrêter

Fonction dégradé

Refus de démarrer

Pr. M.D. MOUSS 71


LE MODE DE DEFAILLANCE

Une liste (non exhaustive) pour une aide au recensement des Modes de Défaillances

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


Défaillance structurelle (rupture) Arrêt prématuré
Blocage physique Mise en marche erronée
Vibrations Ne s’arrête pas à l’instant nominal
Ne reste pas en position Ne démarre pas à l’instant nominal
Ne se ferme pas Ne commute pas
Défaillance en position ouverte Fonctionnement prématuré
Défaillance en position fermée Entrée erronée (augmentation)
Fuite interne Entrée erronée (diminution)
Fuite externe Sortie erronée (augmentation)
Dérive des performances Sortie erronée (diminution)
Dépasse la limite supérieure tolérée Perte de l’entrée
Dépasse la limite inférieure tolérée Perte de la sortie
Fonctionnement intempestif Court-circuit (électrique)
Fonctionnement intermittent Circuit ouvert (électrique)
Fonctionnement irrégulier Fuite (électrique)
Indication erronée Ecoulement réduit
Autre …

Pr. M.D. MOUSS 72


MODE DE DEFAILLANCE

DEFAILLANCES MODES DE DEFAILLANCES


Composants électriques Composants hydrauliques Composants mécaniques

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


Plus de Fonction Composants défectueux Composants défectueux Rupture
Circuit coupé/bouché Blocage/grippage
Pas de Fonction Composant ne répond pas Connexions (raccords)
à la sollicitation
Connexions/fils desserrés
Fonction Dégradée Dérive des caractéristiques Mauvaise étanchéité/usure Désolidarisation
des composants
Jeu
Fonction Intempestive Perturbations (parasites) Perturbations (coup de
bélier)

Pr. M.D. MOUSS 73


11 - Recherche des causes
Rubrique du Définition + Inscription dans le tableau Question à se poser +
tableau AMDEC exemple de réponses

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


AMDEC
Cause Circonstance (événement initiateur ou chaîne
d’événement) à l’origine d’un mode de Qu’est ce qui peut provoquer le
défaillance ? LI2E 0 / mode défaillance
- La conception Sous dimensionnement
- La fabrication Défaut interne matière
- L’installation Montage réglage défectueux
- L’utilisation Utilisation non conforme
- La maintenance Défaut de graissage
De l’élément ou de la machine. Usure naturelle ou prématurée
La cause peut être interne ou externe à (vieillissement)
l’élément Choc surcharge
Un même mode de défaillance peut avoir Fatigue
plusieurs causes
Une même cause peut être à l’origine de
plusieurs modes

Pr. M.D. MOUSS 74


Les modes de défaillance généralement considérés pour un groupe
motopompe
 Refus de démarrer

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


 Refus de s’arrêter

 Débit de la pompe inférieur requis

Modes de défaillance Causes internes Causes externes

• Refus de démarrer • Blocage mécanique • perte d’alimentation électrique


• Erreur humaine (les opérateurs ont trop
resserré les garnitures lors d ’une
• Débit de la pompe première intervention
• Défaillance
inférieur au débit mécanique
requis • perte d’alimentation électrique
• Vibrations • cavitation
• perte de charge importante en amont

Pr. M.D. MOUSS 75


12 - Recherche des effets
Rubrique du Définition + Inscription dans le tableau Question à se poser +
tableau AMDEC exemple de réponses

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


AMDEC
Conséquence de la défaillance : Quel est l'effet du mode
Effets - Sur le fonctionnement (la mission) et défaillance sur la machine, sur
l’état matériel des divers niveau de l’utilisateur ?
découpage de la machine (dégradation
matériel et fonctionnelles) Dégradation matérielle
- Sur la disponibilité de la machine Perte de performance
- Sur la qualité du produit fabriqué Panne, arrêt machine
- Sur les coûts de maintenance Arrêt de production ligne
- Sur la sécurité des opérateurs de Ralentissement allongement
production et de maintenance cycle
- Sur l’environnement Non-conformité du produit
Un mode défaillance peut engendrer plusieurs Rebus retouche déclassement
effets simultanés. Les effets peuvent se Coût direct de la maintenance
cumuler et s’enchaîner. Dommage corporel
Plusieurs modes de défaillance peuvent avoir Pollution contamination
le même effet

Pr. M.D. MOUSS 76


Laboratoire d’Automatique et Productique LAP
 Sous système : Entraînement du moteur

 Défaillance : Déclenchement électrique

 Effet local : Arrêt de l'entraînement

 Effets sur le système: Si le moteur entraîne un agitateur, l’effet sur le système peut
être une augmentation de la température voire emballement
de la réaction

Si c’est une pompe, l’effet peut être une inversion du sens de


rotation du moteur

Pr. M.D. MOUSS 77


13 - Recherche des détections
Rubrique du Définition + Inscription dans le tableau Question à se poser +
tableau AMDEC exemple de réponses

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


AMDEC
Détection Phénomène ou paramètre physique, anomalie ou
symptôme, pouvant être observé, détecté ou mesuré Qu'est ce qui peut avertir du
de manière précoce, et traduisant l’apparition, la mécanisme de défaillance?
propagation ou l’évolution d’un mécanisme de
défaillance. Dimension, forme
Elle concerne un mode de défaillance ou une cause : Etat de surface
Toutes causes observables de défaillance ou anomalie Matière
liée à la construction (conception, fabrication, Vibrations, échauffements
montage, installation) Trace d'usure, abrasion corrosion
Indice, signe avant-coureur, symptôme de Fissure, rayure
dégradation pouvant être observé par l’utilisateur ou Paramètre de fonctionnement
détecté lors de l’exploitation Coloration, aspect, bruit, odeur,
Défaillance d’un autre élément (avant propagation) Caractéristique du produit
Résultat d’un examen (visuel, auditif ou autre), d’un
test ou d’une mesure
La détection doit pouvoir permettre une intervention
préventive pour éviter que le mécanisme de
défaillance n’atteigne l’utilisateur donc avec l’effet
indiqué

Pr. M.D. MOUSS 78


ETAPE N° 3

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


ANALYSE
AMDEC

Phase 3b - Evaluation de la criticité

14 - Estimation du temps d’intervention

15 - Evaluation des critères de cotation

16 - Calcul de la criticité

Pr. M.D. MOUSS 79


14 - Estimation du temps d’intervention
Rubrique du Définition + Inscription dans le tableau Question à se poser +
tableau AMDEC exemple de réponses

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


AMDEC
TI Temps d'intervention correspondant au Quelle est le temps
temps actif de maintenance corrective: nécessaire à l'intervention
Temps de diagnostic + Temps de de maintenance corrective
réparation + Temps de remise en
condition.
Il représente le temps d'arrêt propre du 20 minutes
moyen de production pour la 1 heures
maintenance corrective suite à la
défaillance, à l'exclusion des temps
d'approvisionnement en pièce de
rechange et d'outillage

Pr. M.D. MOUSS 80


15_1- Evaluation de F
Rubrique du Définition + Inscription dans le tableau Question à se poser +
tableau AMDEC exemple de réponses

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


AMDEC
F Niveau (note ou indice) de fréquence Quelle est la probabilité
Définition du critère de fréquence d'apparition du mode de
Fréquence (occurrence ou probabilité) défaillance résultant d'une
d'un mode de défaillance dû à une cause cause de donnée?
particulière compte tenu des actions de Quel est le niveau de
prévention mise en œuvre (ou fréquence correspondant
envisagées) au moment de l'étude.
La notion de fréquence est relative à une
combinaison cause – mode. GRILLE DE NOTATION
La fréquence s'exprime par le nombre de
défaillance de l'élément sur une période
donnée

Pr. M.D. MOUSS 81


NIVEAUX DE DEFINITIONS

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


FREQUENCE
Fréquence très faible 1 Défaillance rare : moins d’une
défaillance par an
Fréquence faible 2 Défaillance possible : moins d’une
défaillance par trimestre
Fréquence moyenne 3 Défaillance fréquente : moins d’une
défaillance par une semaine
Fréquence forte 4 Défaillance très fréquente : plusieurs
défaillances par semaine

Pr. M.D. MOUSS 82


15_2- Evaluation de G
Rubrique du Définition + Inscription dans le tableau Question à se poser +
tableau AMDEC exemple de réponses
AMDEC

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


G Niveau (note ou indice) de gravité Quel est le niveau de
Définition du critère de gravité gravité correspondant aux
Gravité (sévérité) des effets de la effets identifiés de la
défaillance compte tenu des actions de défaillance
réduction des effets mise en œuvre (ou
envisagées) au moment de l'étude. GRILLE DE NOTATION
La notion de gravité est directement liée
à l'effet de la défaillance.
La gravité s'exprime sous les divers
aspects suivants:
- Dégradation matérielle de la machine
- Taux de disponibilité de la machine
ou de la ligne (durée d'arrête)
- Non-conformité du produit fabriqué
- Coût de la maintenance
- Sécurité des opérateurs
- Répercussion sur l'environnement

Pr. M.D. MOUSS 83


NIVEAU G DEFINITION
DE GRAVITE
Gravité mineure 1 Défaillance mineur
Arrêt de production inférieur à 2 minutes

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


Aucune dégradation notable du matériel
Gravité 2 Défaillance significative
significative Arrêt de production de 2 à 20 minutes, ou report possible d’intervention
Remise en état de courte durée ou petite réparation sur place nécessaire
Déclassement du produit

Gravité 3 Défaillance moyenne


moyenne Arrêt de production de 20 à 60 minutes
Changement de matériel défectueux nécessaire
Retouche du produit nécessaire ou rebu (non –qualité détectée à la production
Gravité majeur 4 Défaillance majeur
Arrêt de production de 1 à 2 heures
Intervention importante sur sous ensemble
Production de pièces non conforme non détectées
Gravité 5 Défaillance catastrophique
catastrophique Arrêt de production supérieur à 2 heures
Intervention lourde nécessitant des moyens coûteux
Problème de sécurité du personnel ( production, maintenance) ou
d’environnement

Pr. M.D. MOUSS 84


15_3 - Evaluation de N
Rubrique du Définition + Inscription dans le tableau Question à se poser +
tableau AMDEC exemple de réponses

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


AMDEC
N Niveau (note ou indice) de probabilité de non Quel est le niveau de la
détection probabilité de non détection de
Définition du critère de probabilité de non la défaillance avant l'apparition
détection de l'effet?
Probabilité de ne pas détecter la cause ou le
mode de défaillance (supposé apparu) avant
qu'il n'atteigne l'utilisateur.
La probabilité de non détection dépend d'une GRILLE DE NOTATION
part de l'existence d'une anomalie observable
de manière suffisamment précoce et d'autre
part des actions de détection mise en œuvre
(ou envisagées) au moment de l'étude

Pr. M.D. MOUSS 85


NIVEAU N DE DEFINITION
PROBABILITE DE
NON DETECTION
Détection évidente 1 Défaillance détectable à 100%

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


Détection à coup sûr de la défaillance
Signe avant coureur évident d’une dégradation
Dispositif de détection automatique d’incident
(Alarme)
Détection possible 2 Défaillance détectable
Signe avant coureur de la défaillance facilement
décelable mais nécessitant une action particulière
de l’opérateur (visite, contrôle visuel …)
Détection 3 Défaillance difficilement détectable
improbable Signe avant coureur de la défaillance difficilement
décelable, peu exploitable ou nécessitant une
action ou des moyens complexe (démontage ,
appareillage …)
Détection impossible 4 Défaillance indétectable
Aucun signe avant coureur de la défaillance

Pr. M.D. MOUSS 86


Détection la plus
probable

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


Effet le plus
Cause primaire Modes graves
de la défaillance de défaillace de la défaillance

Niveau de probabilité Niveau de Fréquence F Niveau de Gravité G


de non détection N

Niveau de
criticité
C

Pr. M.D. MOUSS 87


16 - Evaluation de la Criticité

C = F x G x N

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


Rubrique du Définition + Inscription dans le tableau Question à se poser +
tableau AMDEC exemple de réponses
AMDEC
C Niveau (note ou indice) de criticité, obtenu par Quel est le niveau résultant
le produits des niveaux F, G et N pour la criticité de la
Définition du critère de criticité défaillance
Criticité de la défaillance, associée à chaque
combinaison cause – mode de défaillance -
effet,
La notion de criticité englobe les critères de GRILLE DE NOTATION
fréquence, gravité et probabilité de non
détection

Pr. M.D. MOUSS 88


NIVEAU G NIVEAU F DE
DE GRAVITE
FREQUENCE
Très Faible Moyen Fort

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


faible
1 2 3 4
Gravité 1 1 1 1 2
mineur
Gravité 2 1 2 2 3
significative
Gravité 3 2 2 3 3 11- Criticité négligeable
moyenne 2 Criticité moyenne
2-
Gravité 4 2 3 3 4 3 Criticité élevée
3-
majeure 4 Criticité interdite
4-
Gravité 5 3 4 4 4
catastrophique

Pr. M.D. MOUSS 89


ETAPE N° 3

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


ANALYSE
AMDEC

Phase 3c - Proposition d’actions correctives

17 - Recherches des actions correctives

18 - Calcul de la nouvelle criticité

Pr. M.D. MOUSS 90


NIVEAU C DE EXEMPLES D’ACTION CORRECTIVES
CRITICITE A ENTREPRENDRE

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


1 < C < 12 Aucune modification de conception.
Criticité négligeable Maintenance corrective
12 < C < 16 Amélioration des performances de
Criticité moyenne l’élément
Maintenance préventive systématique
16 < C < 20 Révision de la conception du sous
Criticité élevée ensemble et choix des éléments
Surveillance particulière, maintenance
préventive conditionnelle
20 < C < 80 Remise en cause complète de la conception
Criticité interdite

Pr. M.D. MOUSS 91


ON CALCULE LA CRITICITE (NOTE C)
POUR CHAQUE COMBINAISON
MDD -- CAUSES -- EFFETS

1 < C < 80

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


1 < C < 1000
Si F et N sont coté de 1 à 4 et
Si F,G et N sont coté de 1 à 10
D coté de 1à 5
1 < C < 64
Si F,G et N sont coté de 1 à 4
(Cas le plus fréquent)

On se fixe une valeur Max


pour C (en général C< à 25%
de la note max de C)

C > 12 C<2
Action à définir avec le Pas d’action corrective
groupe (Objectif C<12 (ou On considère toujours à envisager
à 16) une défaillance comme
critique si sa note G est
max
Pr. M.D. MOUSS 92
UTILISATION DE L‘AMDE
 Quelques exemples des applications possibles et des

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


avantages de l’AMDE
 Définir les défaillances qui, lorsqu’elles se produisent
seules, ont des effets inacceptables ou important et rechercher
les modes de défaillance qui peuvent avoir des conséquences
graves sur le fonctionnement désiré ou exigé.
 Déterminer s’il est nécessaire:

 de prévoir des redondances


De perfectionner la conception de façon à augmenter la
probabilité des conséquences « sûres » des défaillances
D’établir s’il convient de surdimensionner le matériel
et/ou de simplifier la conception
Pr. M.D. MOUSS 93
 Déterminer s’il faut changer de matériaux, de pièce, de
dispositifs ou de composants
 Mettre en évidence les défaillances aux conséquences graves

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


et, partant de cela, déterminer s’il est nécessaire de revoir et
de modifier la conception
 Préparer le modèle logique qui permettra de calculer les
probabilités de conditions normales de fonctionnement du
système
 Trouver tout ce qui peut présenter un risque ou soulever un
problème de responsabilité juridique et découvrir toutes les
violations de la réglementation
 S’assurer que le programme d’essai peut bien mettre en
évidence les modes de défaillance potentiels
 Etablir les cycles d’utilisation qui peuvent prévoir et éviter
les défaillances dues à l’usure
Pr. M.D. MOUSS 94
 Insister sur les éléments clefs qui devront être soumis à des
contrôles de qualité, à des inspections et des vérification des
procédés de fabrication
 Eviter des modifications coûteuse en détectant le plus tôt

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


possible les faiblesses de la conception
 Obtenir des informations permettant de:

 définir les dispositions relatives à l’entretien


préventif et aux réparations
rédiger des manuels de dépannage
réaliser un appareillage d’essai intégré
préciserles points qui doivent faire l’objet d’essai
 Faciliter la tâche des opérateurs en concevant, par exemple
des processus permettant d’isoler les pannes et en prévoyant
des modes de fonctionnement de remplacement et des
changements de la configuration de fonctionnement
Pr. M.D. MOUSS 95
EXEMPLE D’APPLICATION
L’application suivante est présenté dans un but didactique

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


pour illustrer la méthodologie
Initialisation
L’étude porte sur un système de graissage centralisé de glissières de machine-outil. Il
est constitué d’un ensemble de pompage alimentant, par un circuit primaire, des
distributeur doseurs. Des circuits secondaires acheminent le lubrifiant vers les organes
à graisser
Les cycles de graissage sont déclenchés par la commande numérique de la machine-
outil

 Réservoir ---- 01 Niveau contact Détection manque de


lubrifiant
 Extrémité ---- 01 Mano contact Détection pression
insuffisante
Arrêt machine-outil
circuit primaire ------Message
alarme
Pr. M.D. MOUSS 96
RESERVOIR

COUVERCLE
STOCKAGE RESERVOIR
DU
LUBRIFIANT NIVEAU-
CONTACT

INDICATEUR DE
NIVEAU

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


MOTEUR

CREPINE
D'ASPIRATION

POMPE

CIRCUIT
POMPE
POMPAGE
SYETEME DU
DE GRAISSAGE LUBRIFIANT SOUPAPE DE
DECOMPRESSION

SOUPAPE DE
DECHARGE

CIRCUIT
MANOMETRE

MANOMETRE

CIRCUIT
PRIMAIRE

DISTRIBUTEURS-
DOSEURS
DISTRIBUTION
DU MANO-CONTACT
LUBRIFIANT

CIRCUIT
SECONDAIRE

GICLEUR

Pr. M.D. MOUSS 97


LUBRIFIANT MILIEU
AMBIANT

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


FC4

SYSTEME DE COMMANDE
OPERATEUR FC5 FC3 NUMERIQUE
GRAISSAGE

FC1
FP FC2

BATI PUISSANCE
MACHINE-OUTIL GLISSIERS ELECTRIQUE
MACHINE-OUTIL

FP : Assurer le graissage des glissi


rèes de la machine-outil
FC1 : Etre fixé sur la machine
FC2 : Etre alimenté par la puissance électrique
FC3 : Etre contrôler par la commande numérique
FC4 : Résister aux agression du milieu ambiant
FC5 : Etre accessible à l'opérateur

Pr. M.D. MOUSS 98


SOUS ENSEMBLE SOUS ENSEMBLE
DE STOCKAGE DE DISTRIBUTION
DU LUBRIFIANT DU LUBRIFIANT

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


Support

OPERATEUR Soupape décharge


Manomètre

Circuit manomètre Soupape décompression

Circuit pompe

Pompe PUISSANCE
Moteur ELECTRIQUE
OPERATEUR

SOUS ENSEMBLE Crépine d'aspiration


DE POMPAGE DE
LUBRIFIANT

LUBRIFIANT

Pr. M.D. MOUSS 99


Laboratoire d’Automatique et Productique LAP
L‘AMDE est couramment utilisée
dans de nombreux domaines
industriels
Les informations fournies par l‘AMDE permettent de dégager des
priorités
pour le contrôle des processus et les vérifications prévues
L‘AMDE contient des données
indispensables au diagnostic et à l‘entretien

Etude qualitative et quasi exhaustive des causalités

Elle permet de déterminer l´impact de chacune des


défaillances sur un ou plusieurs des concepts de la
FMDS.
L’AMDE permet leur hiérarchisation et la
recherche d‘amélioration adaptées

Pr. M.D. MOUSS 100


Elle ne met en évidence que les simples

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


défaillances

Elle ne conduit pas à un modèle pour


l‘évaluation quantitative de la SdF.

Elle est lourde et insuffisante

Ne peut traiter le cas de défaillances


multiples et intégrer l'aspect fonctionnel.

En partant des résultats d'une analyse fonctionnelle,


effectuée en aval, cette insuffisance peut être palliée

Pr. M.D. MOUSS 101


La solution pour surmonter le volume des entités à étudier est de
conduire des AMDEC fonctionnelles.

Laboratoire d’Automatique et Productique LAP


Cette approche permet de détecter les fonctions les
plus critiques et de limiter ensuite l'AMDEC "
physique " aux composants qui réalisent tout ou
partie de ces fonctions.

Néanmoins l'AMDEC fournit :

une autre vision du système

des supports de réflexion, de décision et


d'amélioration

des informations à gérer au niveau des études de


sûreté de fonctionnement et des actions à
entreprendre
Pr. M.D. MOUSS 102

Vous aimerez peut-être aussi