Vous êtes sur la page 1sur 16

N° 159 - Avril 2017 -

Un petit aperçu du cadre accueillant de la Résidence du Colombier...

Amis des Hauts Plateaux

L’Assemblée générale des Hauts Plateaux de Sétif et de sa région se tiendra le dimanche 21 mai 2017
après-midi dans la salle de réunion du Colombier, afin d’élire un nouveau Président (notre ami et
Président Jacques ADRIET n’ayant plus les capacités d’assumer sa fonction). Un appel à candidature
est envoyé aux membres actifs de l’Amicale à jour de leurs cotisations. Celui-ci devra être adressé
sous pli recommandé avec accusé de réception au plus tard le 14 mai 2017, au trésorier de l’Amicale.

En attendant, l’Amicale vous souhaite de BONNES FÊTES DE PÂQUES ! Et vous attend


nombreux les 20, 21 et 22 mai.
SETIF
de
L’HEXAGONE
AMICALE NATIONALE DES H. P. S.
Comité Directeur 2017
Organe d’information de
l’Amicale Nationale
des H. P. de SETIF M. ADRIET Jacques M. DEBAT Lucien
( 04.67.92.83.01 ( 04.83.50.45.41
jacadriet@free.fr 17 Rue Roquebillière
Présient de l’Amicale
«Les Cèdres» Bât. B. C. 06300 NICE
Directeur de la publication 253 rue Tour BUFFEL (06)
34070 MONTPELLIER Fonction Délégué Nice Côte d’Azur
Jacques ADRIET Fonction : Président de l’Amicale (2015) (2015)
«Les Cèdres» Bât. B. C.
253, Rue Tour BUFFEL Mme LARRATTE-ARRII Angèle M. MONTERASTELLI Francis
34070 MONTPELLIER ( 06.08.92.72.44 ( 04.67.75.79.24 / 06.03.48.51.69
( 04.67.92.83.01 larra.ang@orange.fr francismonterastelli@sfr.fr
28 bis rue des RENONCULES 27 Plan Le CORBUSIER
91160 LONGJUMEAU 34070 MONTPELLIER
----------
Fonction : Déléguée Ile de France, Nord et Départements : 07,11, 30, 34, 48, 66.
Ouest Fonction : Délégué Languedoc-Roussillon
Secrétaire : Annie WINTZ (75,77,78,91,92,93,94,95,02,08,51,59,60,62,76, Trésorier
147 Avenue Robert de JOLY 80,14,22,27,29,35,44,59,50,53,61,72) (2015)
30620 UCHAUD (2014)
( 04.66.71.43.29 M. RAVALLI Diego
anniewintz@free.fr M. BARRAL Didier ( 02.38.66.02.94.06 / 06.77.81.38.53
( 04.91.27.07.84 Diego.ravalli@club-internet.fr
---------- didierannie@wanadoo.fr 8 Allée VALBERT
Villa n° 811 VALENTINE 45650 SAINT JEAN LEBLANC
41 Av. M. J. BERNARDI Fonction : Délégué du Centre
Trésorier : 13011 MARSEILLE (03,18,22,29,23,28,36,37
Francis MONTERASTELLI Fonction : Chroniqueur auprès des Délégations 41,42,45,56,58,86,87,89)
27 Place Le Corbusier (2013)
34070 MONTPELLIER M. BONDIETTI Norbert
( 04.67.75.79.24 ( 05.58.98.25.25 M. SPITALETTO Serge
91 Rue Joseph CAMPAGNE ( 04.94.75.62.14 / 06.66.12.92.74
---------- 40350 POUILLON Le Cimarosa Bât. C 3
Fonction : Délégué de l’Aquitaine 53 Av. de Montesarchio
(15,16,17,19,24,33,40,46,47,64,79,85) 83100 LA GARDE
Correcteur :
(2015) Fonction : Délégué Provence (13,84,04,83)
Mme Nicole ALARY (2013)
124 Rue Mendès France M. CHOLLET Philippe
34690 FABREGUES ( 04.78.59.44.27 / 06.81.24.89.95 M. VOGLIMACCI Nicolas
( 04.67.85.47.35 21 Rue des Primevères ( 05.61.24.52.87 / 06.77.77.16.37
69340 FRANCHEVILLE le Haut Voglimacci.nicolas@sfr.fr
----------- Fonction : Délégué Rhône-Alpes 6 Rue BAUDELAIRE
(01,05,10,21,25,26,38,43,69,71,73,74,39,52,54, 31130 QUINT
Imprimeur : 55,57,67,68,70,88,90) Fonctions : Délégué de la Corse et Délégué Mi-
(2015) di-Pyrénnées
Za Les Coteaux
(09,12,31,32,65,81,82)
6 Impasse Marc Seguin (2014)
34430 SAINT JEAN DE VEDAS

DELEGATIONS :
Cotisations
RENCONTRES 2017 :
Les retardataires sont priés de se mettre à jour de leurs cotisa-
Rhônes-Alpes : 17 juin 2017 tions 2017.
Centre : 2 et 3 septembre 2017
A adresser à :
Aquitaine : 23 et 24 septembre 2017
Côte d’Azur : 8 octobre 2017 Francis Monterastelli
Ile de France : 19 novembre 2017 Les vergers du Peyrou
27, Plan le Corbusier
34070 MONTPELLIER

Ainsi que toutes correspondances.

2
Informations diverses

Succès
Décès Avignon
Madame Françoise LEMOINE
Louis PAOLANTONACCI a été reçu au nous fait part du décès de sa mère,
Concours de Contrôleur des Impôts Saint Donat-Marseille Madame Huguette BAYARD (née
(petit-fils de Jacques et Georgette Décès de Madame veuve MISTRAL, TROUILLAS), à l’âge de 86 ans.
PAOLANTONACCI). née Pierrette PLANTECOSTE à
l’âge de 83 ans, le 4 février 2017.
Codonléances émues à ses enfants
et aux familles parentes et alliées, ERRATUM
CARRERE, VIDAL, COUDERC. Il fallait lire :
Michelle TOUQUET nous fait part
Promotion du décès de son père Lucien à l’âge
de 96 ans.
Châteaudun-Angoulême L’amicale présente ses excuses
Décès de Georges SARRAF, fils de pour cette erreur.
Draguignan
Louis SARRAF et de Cylette MONGE
Jean-Paul LINARET, engagé à 18 ans
(2016).
dans le corps des Sapeurs-Pompiers et
après 20 ans de service effectif, a été
promu Adjudant et médaillé dans le corps
des Sapeurs-Pompiers, à la satisfaction
Rueil-Malmaison Anecdote
Jean-Paul DOUMENG, Maryline
de ses parents et de sa grand-mère Mme
DOUMENG-PINOT, son neveu, sa
veuve Gilbert LLABRESS. Texte envoyé par Madame
nièce, les familles BARDE, CHERRI, GRATTEPAIN Liliane, née FUSERO.
DELESTAN, FALCK, MALAFOSSE,
TALAUCHER, ses neveux, nièces, « Je suis née à Sétif en 1923, rue d’Isly,
cousins, cousines, ainsi que toute la dans un logement qui comprenait
famille, ont la tristesse de vous faire l’imprimerie d’où venait le journal «
part du décès de Madame Josette Le Progrès de Sétif ». En 1945, j’ai fait
FALCK, née CHERRI, survenu le 18 la connaissance d’un monsieur venu
février 2017, à l’âge de 90 ans. du Tchad, avec les Forces Françaises
Remerciements Libres. Il était agent commercial dans
une société qui avait des comptoirs en
A.E.F. Nous nous sommes mariés et
Madame veuve Maurice TIPHINE avons traversés le Sahara avec un car
remercie tous les amis qui lui ont des Transports Tropicaux. Arrivés à
témoigné tant d’amitié lors du décès de Chasse-sur-Rhône, Millau, Sétif Fort-Lamy (NDJAMENA), j’y suis
son époux en décembre 2016. Les familles GENNARO, enfants, restée 5 ans. Notre cuisinier indigène
petits-enfants, soeur, belle-soeur, qui faisait le marché le matin, avait
beau-frère, neveux, nièces, cousins, acheté une viande qui nous avait
cousines, vous font part du décès de paru très bonne comparativement
à la viande de zébu. Cette viande
Monsieur Raphaël GENNARO, ancien
(des côtelettes) a été expertisée par
combattant d’Algérie, survenu à l’âge
Distinction de 79 ans.
le Service Vétérinaire, c’était de
la viande humaine, provenant des
tribus de pêcheurs Kotoko, de l’autre
Le Ministère de l’Intérieur a décerné côté du Chari, ce fleuve immense
la Médaille d’Honneur (échelon Or) à servant de frontière entre le Tchad
Madame Marie-Paule VINCILEONI, et le Cameroun. Nous avons donc
en reconnaissance de ses services et Moncrabeau-Viols le Fort-Tixter mangé de la viande humaine sans le
du dévouement dont elle a fait preuve (Algérie) savoir. Ces Kotoko étaient cannibales.
Triste souvenir, je croyais que le
dans l’exercice de ses fonctions dans Monsieur et Madame RENARD Jean-
cannibalisme n’existait plus.
la police. Tous nos compliments sans Pierre vous font part du décès de leur Je remercie l’Amicale d’avoir accepté
oublier sa famille, Madame veuve André fille Marie-Pierre JOULLIE à l’âge de de faire paraître ce récit pour le
VINCILEONI. 54 ans le 9 février 2017. moins extravagant.

3
Repas délégation Languedoc-Roussillon du 05 février 2017 à Béziers

Réunion des adhérents des Hauts Plateaux Sétifiens

Il n’y a que chez nous que la tradition perdure... Donc le rassemblement de fin de semaine de la délégation
du Languedoc-Roussillon ouvrait l’année 2017 le dimanche 5 février à Villeneuve-les-Béziers, à l’Hôtel-Restaurant
l’Amandier, établissement qui nous fait l’honneur à ‘nous autres’ de bien nous recevoir, de bien nous faire dormir et
de bien nous faire manger.

La météo n’était pas vraiment de la partie. Si le samedi était correct, les éléments se sont déchainés dans la
nuit et la matinée de dimanche. Et, si la messe à l’Eglise de la Paroisse Saint-Joseph était couverte, il n’en a pas été
pas de même pour le cimetière... Qui en plus était fermé : donc le recueillement eut lieu dehors devant la grille !...
Une grande première !

Le samedi après-midi, j’arrive avec mon épouse Anne et ma fille Paola. Les maîtres du secteur géographique,
Francis & Monique, nous attendent déjà, entourés de Serge & Luce les Toulonnais, Diégo & Bernadette les Orléanais.
Puis se sont joints à nous Guy & Erika Talagrand venant directement du mont Ventoux après avoir fait un crochet
à Béziers chez Maurice & Yvette Villard, et encore Raymond et Charlotte Prière et Norbert Bondietti, nos célèbres
basquo-landais.

J’en profite pour mettre à jour notre arbre généalogique avec le cousin Sergio... Et de parler muselet avec
Francis !

Tout ce beau monde but le verre de l’amitié sétifienne et tchatcha en attendant l’heure de casser la croûte. On
appris ainsi ce que l’un avait, ce que l’autre n’avait plus, ce que devenaient les uns, qu’étaient devenus les autres, qui
seraient là le lendemain, qui ne seraient pas là... Enfin les potins quoi !

Les buffets de hors-d’œuvre, de fromages, de desserts... Et de boissons permirent aux affamés du samedi soir
de dîner dans une ambiance tout à fait décontractée et sereine... Tout en continuant de parler, sans être dérangé par
les Italiens qui nous avaient grandement perturbés l’année passée.

Le lendemain matin après un copieux petit déjeuner et une bonne douche, les plus courageux, vêtus comme
au Groënland, prirent la direction du cimetière et de la messe, sans trop s’attarder compte tenu du temps.

Après cela retour à l’Amandier pour retrouver la chaleur des retrouvailles avec le reste des courageux, un
peu plus de quarante invités venus de partout et même de l’Hérault !
Evidemment toutes les conversations se portaient sur l’absence de Jacques et Yolande Adriet.
Après un apéro pied-noir avec l’anisette et la soubressade de Monique, Francis nous présenta ses meilleurs vœux de
bonne année (électorale), nous parla longuement de Jacques et bien sur son état de santé et remercia tout le monde
d’être fidèle à ce rendez-vous... Même si on peut regretter les absences de quelques-uns qui ne font plus d’effort et
bien sûr excuser celles et ceux qui ne peuvent pas.
Toujours en bon ordre nous attaquons ce repas par un copieux buffet des entrées, puis par un plat chaud servi
à table, puis le buffet des desserts et le café. Et enfin, soumis à la baguette de notre ami et doyen Raymond nous
entonnons notre hymne national « Les Africains ».
Bien sûr, tout au long de ces 2 jours, de nombreuses photos furent prises pour immortaliser l’évènement.
16 heures… Déjà l’heure de prendre la route, et de se quitter en nous disant : au Congrès (à Fréjus du 20 au 22 mai
2017).

François Berger

ALBUM PHOTO REPAS BEZIERS


5 FEVRIER 2017

5
ALBUM PHOTO (SUITE)

6
Les Prie-Dieu de Notre Dame d’Afrique

Nous étions une douzaine devant les grilles du cimetière le dimanche 5 février pour aller déposer
une gerbe à la mémoire de nos anciens, hélas les grilles étaient fermées à cause d’un avis de tempête
et d’un arrêté de la Préfecture (néanmoins, une gerbe avait été déposée la veille devant les plaques
commémoratives).
A 11 heures, rendez-vous était pris devant la paroisse Saint-Joseph pour la célébration de la
messe. Auparavant Norbert BONDIETTI accompagné de Gérard WEIGEL, ont offert au prêtre de la
paroisse, deux prie-Dieu de Notre Dame-d’Afrique, achetés par Gérard dans une brocante et désireux
de les offrir à la paroisse.

7
REPAS DELEGATION PROVENCE
A TOULON LES 11 ET 12 MARS 2017

Sétif à Toulon,les samedi 11 et dimanche 12 mars 2017

Au cercle IGESA Louvois, ex cercle marine

Nous étions 47 « staïfis1 »…

Samedi, nous étions 12 à nous retrouver, 8 prirent une chambre dans cet établissemnt ! Le couple Ghazarossian fut accueilli
chez Roger et Janine Miton, Luce et moi, no pb…

Pour le dîner, je leur fis découvrir un super resto, asiatique, en fait « buffet à volonté » où les convives purent, vraiment
apprécier, la qualité, la variété des plats proposés, et mêmes grillades au feu de bois !

Et dimanche, dès 11 h, les « staïfis » arrivent…Et comme d’hab… C’est parti… On s’embrasse, heureux TRES heureux
de se retrouver… ! Selon le rituel habituel… Les discussions s’enchaînent, on demande des nouvelles de certains, certaines… On
apprend, Dieu merci de bonnes nouvelles mais hélas, de moins bonnes… Et vers midi, j’invite tout le monde à se rapprocher de la
table pour prendre « l’apéro »… Je profite du fait que nous soyons tous regroupés, pour prononcer quelques paroles de remerciements
à l’intention des présents, d’avoir répondu à mon invitation, (certains sont venus de l’Hérault, de la Drôme, des Alpes Maritimes, du
Vaucluse…) et avant de prendre place à table, je passe le micro à Francis afin qu’il nous donne des nouvelles de notre très cher ami
Jacques Adriet…

Bien entendu, je pense, j’espère que le repas fut apprécié… Ce qui ne nous a pas empêchés de … Poursuivre nos discussions
…Tant et si bien que personne ne s’était aperçu qu’à l’extérieur, un orage avait éclaté, mais n’a pas duré. Cette journée s’est terminée
vers 17 h !

Rendez-vous est pris pour notre congrès annuel, à Fréjus les 20, 21 et 22 mai prochains ! Au Colombier…

Merci à Luce, qui m’a BIEN aidé dans la préparation de ce WE « sétifien » !

SERGE

Ma cousine, Nicole Olivéro, fille de notre très cher regretté André Pizzuto souhaiterait, que chacun, chacune d’entre
nous ait à sa boutonnière un « carton » avec son nom et filiation, car en effet cela aiderait à s’identifier d’un seul coup d’œil… Si
quelqu’un a une idée, sur ce point précis et même, pour l’organisation de nos rencontres à venir, merci de nous le faire savoir !

1
Staïfis = sétifiens, par contre je ne sais pas si c’est la bonne orthographe, MERCI à Paule Pouget et à certains de nos
anciens, ou anciennes de m’apporter la correction… !

Au Wok, le samedi soir

8
PHOTOS REPAS DELEGATION PROVENCE

9
LISTE DES INVITÉS AU REPAS DELEGATION PROVENCE
A TOULON LES 11 ET 12 MARS 2017

AGIN Yves et sa fille Muriel

ARNOLD Agnès

BARRAL Didier et son épouse Annie

BAUDRAND MAX et son épouse Geneviève née PERRIER

CACHEUX Claude née VINCENT, accompagnée de sa fille SOPHIE (qui a vu le jour à Sétif, à la clinique COLLET), l’époux de
cette dernière, Loïck, leur fille Léna

CATONI Hélyette née MAOURI et son fils

LECONTE Claude née BARRAL

FABRE Roger et madame

GHAZAROSSIAN Charles et son épouse Nicole

GRIMA Corinne, fille de René

GRIMA René

JAULIN Martial et son épouse Jeanine née BRUGIONI

LABARRERE Christian et son épouse Denise née PRADEILLES

MITON Roger et son épouse Janine née PRIVAT

MONTERASTELLI Francis et son épouse Monique

MOREL Jacques et son épouse Hélène

MOREL Suzanne

OLIVERO Gérard et son épouse Nicole née PIZZUTO (son père André dit DD… joueur aux SSS!)

PIANELLI Paule

VENTURA Jacques

POUGET Paule née MATEU

REIDER Clotilde née BOCCASSINO

RHEM Pierre et son épouse Désirée née ANDUZE, accompagnés de Mr et Mme SARDIER Pierre et son épouse, Francette née
JORIOT

SPITALETTO Serge et son épouse Luce née GRIMA

TALAGRAND Guy et son épouse Erika

TRUFFAUT Emile et son épouse Maryse née CHAMPETIER

10
LES MENUS

Vendredi soir

Pêche au thon
Sauté d’agneau aux senteurs de Provence
Haricots verts et pomme boulangère
Tarte au flan

Samedi midi Samedi soir

Feuilleté de la mer Apéritif


Rôti de veau sauce porto
Choux de Bruxelles et tagliatelles au beurre Pissaladière
Ile flottante Dos de loup au pistou
Gratin d’aubergines grillées et lamelles de polenta
aux fines herbes
Salade de fruits aux agrumes

Dimanche midi Dimanche soir

Apéritif Apéritif

Marbré de volaille aux asperges vertes Terrine de crabe (ou langoustine) et sa mousseline
Cassoulet toulousain et ses trois viandes à la moutarde à l’ancienne
Privilège chocolat et poire et sa crème chantilly Tajine d’agneau aux abricots et amandes
Omelette sétifienne

Lundi midi Lundi soir

Apéritif Apéritif

Oeuf cocotte au jambon cru Salade composée et charcuterie en bateau


Raviolis ricotta et épinards Buffet de fromages et fruits
Eclair au café Sunday à la fraise

11
LES COLONIALISTES

Voilà un an déjà, sur les quais de Port-Vendres,


Je regardais songeur, des larmes plein les yeux,
Un bateau accoster... et j’en ai vu descendre
De gros capitalistes, des jeunes et des vieux...

Les comités d’accueil étaient déjà en place


C’est grand, c’est généreux, je le savais, la France !
La Croix-Rouge était là...d’officiels pas de trace,
A part les CRS, mais sans armes, nuance...

Il y avait aussi, pour accueillir ces hères,


Le Secours Catholique, une oeuvre d’Israël,
Mais j’ai cherché en vain d’un fameux Ministère
Quelques représentants... Incroyables et réels !

Je les ai vus descendre du bateau de l’exil,


Ces gros capitalistes... avec pour tout bagage
Qui, un vieux chat pelé, qui, une vielle cage,
Et les plus fortunés, un tourne-disques à piles !

Je les ai vus descendre comme un troupeau vendu


Je les ai vus parqués dans les halls, sur les quais
Je les ai vus pleurant, certains à moitié nus,
Ces gros capitalistes... dont on a tant parlé !

1963 à Rivesaltes, Jean CIANFARANI

INFORMATION

Nous vous informons que le Cercle Algérianiste a porté plainte contre Monsieur
Emmanuel MACRON, à la suite de sa déclaration le 15 février 2017, qualifiant « la
colonisation française de crime contre l’humanité ». Plusieurs amicalistes ont adressé un
courrier personnel à Monsieur MACRON pour exprimer leur indignation.

12
ILS N’ONT PAS ETE CHAMPIONS DU MONDE MAIS ILS NOUS
ONT FAIT VIBRER

13
Dans le climat de morosité actuel, un peu d’humour chré-
tien envoyé par notre amie Edmonde Derrien

Mardi soir, pendant que l’Abbé Nédictine donnait les dernières grâces,
L’Abbé Quille perdit l’équilibre dans l’escalier et tomba inanimé dans les bras du Père Iscope.

Les révérends Pères, en perdant l’Abbé Quille, perdaient leur seul soutien.

Un seul restait joyeux : le Père Fide.

Quant à l’Abbé Tise, il n’y comprenait rien. Il aurait bien fallu que le Saint Plet l’aide à
comprendre ce qui s’était passé mais rien n’y fit.

Après l’accident de l’Abbé Quille, on alla chercher le Père Manganate et le Père Itoine, les
deux médecins de l’abbaye.

Ils pensaient ranimer le malheureux mais leurs efforts furent vains et celui-ci décéda peu après.

Le lendemain fut donc célébré son enterrement. Chacun fut appelé à l’abbaye par les célèbres
cloches du Père Sonnage. La messe fut dite sur une musique de l’Abbé Thoven. Le Père Ocquet fut
chargé du sermon et comme il n’y avait pas de chaire, il monta sur les épaules du Père Choir.

A la fin de l’omélie, le Père Cepteur fit la quête et remit les dons ainsi receuillis à l’Abbé
Hainepé.

Après la messe, une grande discussion s’engagea pour le transport de la bière, l’Abbé Canne et
l’Abbé Trave voulaient passer par les champs.

Le Père Clus s’y opposa.


L’Abbé Casse en fut enchanté.
Le Père San avec sa tête de Turc, ne voulait rien entendre.
Le Père Vers et le Père Nicieux semaient les doutes dans les esprits.

Devant la tombe creusée par le Père Forateur, et en l’absence du Père Missionnaire, l’Abbé
Nédiction, donna l’absolution. Le Père Venche et l’Abbé Gonia avaient joliment fleuri la tombe.
Celle-ci fut recouverte d’une belle pierre tombale, préparée par l’Abbé Tonneuse.

Sur le chemin du retour, le spectacle fut déchirant. Le Père Pendiculaire était plié en deux
de douleur et chagrin. L’Abbé Vitré était lui aussi plein de larmes. La Mère Cédès, invitée pour
l’occasion, fermait la marche en compagnie du frère du Père Igord. A l’arrivée, le Père Sil et l’Abbé
Chamel préparèrent le repas tout en consultant les livres culinaires du Saint Doux. Le Père Nod et
le Père Collateur servirent à boire et chacun put se remettre de ses émotions.

Signé : l’Abbé Bici.

14
Un Sétifien à l’honneur

L’entrevue des Hauts-Plateaux : Dominique Casajus

Nous allons au fil des numéros de Sétif de l’Hexagone rencontrer des Sétifiens qui ont eu en métropole
un parcours remarquable et nous leur poserons les mêmes questions pour rappeler ce qu’ils furent à Sétif avant
1962 et dire ce qu’ils sont aujourd’hui.
Le premier de ces interrogés est Dominique Casajus issu de familles bien connues dans la capitale des
hauts-plateaux. Il est directeur de recherches au CNRS et l’un des spécialistes français des Touaregs.

1. - Tu es né à Sétif et tu as eu droit dès ta naissance aux honneurs de la Dépêche de Constantine ! Peux-tu


nous en dire les raisons et nous parler de ta famille, les Casajus et les Kieser, que les Sétifiens d’alors ont bien
connus ? Où as-tu résidé à Sétif ?
DC - Thierry, Serge et moi sommes nés le 5 juin 1950 ; notre sœur Marie-Agnès est née deux ans plus
tard. Des triplés ! La presse locale n’avait pu manquer d’en faire mention. Mon père Maurice avait d’abord
été agriculteur, dans la ferme que son père Armand et sa mère Amélie, née Gesta, possédaient près d’Aïn
M’Lila (les Casajus étaient originaires du Béarn, les Gesta de la Bigorre). À la fin des années 1940, après
qu’une bonne récolte lui eut permis de payer ses dettes, Armand avait vendu sa ferme pour établir à Sétif,
au 3 rue Saint-Augustin, un commerce de boissons qu’il baptisa Aux Caves de Médéa. En 1956, la famille a
aussi acquis à Aigrefeuille, près de Toulouse, une ferme où Armand et Amélie allèrent s’installer avec leur fille
Suzanne et leur gendre André Roze, mon père restant seul à Sétif. Dans mes plus vieux souvenirs, je nous vois
habiter rue Bugeaud, à la Cité Lévy. En 1961, nous sommes venus habiter au-dessus du magasin.
Mon grand-père maternel, Aristide Kieser, descendait d’un Alsacien ayant fui les Prussiens en 1871. Son père
était meunier, métier que lui n’avait pas repris car ses yeux fragiles ne supportaient pas la blancheur de la
farine. Il a été cantonnier, puis chef-cantonnier à la commune de Sétif. Son épouse Angèle, née Pertin, était
d’ascendance savoyarde (c’est-à-dire, je pense, italienne). Quelques Sétifiens se souviennent encore que ma
mère Gilette fut leur cheftaine aux Âmes vaillantes, un mouvement de jeunesse catholique d’alors. Sa sœur
benjamine Thérèse a été un temps institutrice à Constantine. Jeanine, la cadette, est religieuse.

2 .Comment as-tu vécu le départ définitif de Sétif ? Peux-tu nous parler de l’installation de tes parents en
métropole ?
DC - Quitter l’Algérie a été un chagrin mais j’étais jeune, heureusement, et j’ai assez vite compris
que l’indépendance de l’Algérie était dans l’ordre des choses, ce qui m’a aidé à tourner la page. Mes parents
ont eu beaucoup plus de mal à s’en remettre, d’autant plus qu’un chagrin plus terrible encore les a frappés en
1973 : Thierry est mort dans un accident de voiture. Après un an à Marseille, nous étions venus habiter près de
Pau – à Lons, puis à Bizanos. Mon père travaillait à Aigrefeuille et revenait à la maison le dimanche. Il aimait
cette vie mais, en 1967, on a dû vendre la ferme, et mes parents ont fini par ouvrir à Pau un magasin Phildar
que Marie-Agnès a repris par la suite. Quant à Serge, après avoir beaucoup voyagé, il a achevé sa carrière de
technicien des télécoms à Pau, et habite aujourd’hui Bizanos.
15
Un Sétifien à l’honneur

3. Tu as réussi ton parcours professionnel qui t’a ramené sur le continent africain. Peux-tu nous en dire
quelques mots et aussi nous parler de ta famille (qu’est-elle devenue ?) et de ton foyer ?

DC - Je suis entré à l’École polytechnique en 1969, mais j’ai vite senti que cette voie ne me convenait
pas. J’ai alors un peu tout essayé, même la poterie, avant de découvrir l’ethnologie en 1975 et de partir vivre
parmi les Touaregs du Niger. À mon retour, quand il sut que j’avais appris le touareg, mon père me confia que,
dans sa jeunesse, il parlait mieux l’arabe que le français : parlant tous deux une langue d’outre-Méditerranée,
nous nous retrouvions complices.

Le CNRS m’a laissé une grande liberté pour conduire mes recherches. Après plusieurs livres
d’ethnologie, j’ai ainsi consacré deux essais plus historiques à Henri Duveyrier, premier explorateur des
Touaregs, et Charles de Foucauld, leur premier linguiste. J’ai aussi abordé l’archéologie, sous l’influence de
mon épouse, la préhistorienne Sophie Archambault de Beaune : mon dernier livre, L’alphabet touareg, fait une
large place à la Numidie antique. Retour aux sources ? Que deviendront mes fils Emmanuel et Gabriel, qui se
cherchent encore, je ne sais. Le monde qui s’ouvre à eux est plein de périls, mais intéressant, je crois.

Interview réalisée par Roger Vétillard

La cité Levy

L’école Péguin

Vous aimerez peut-être aussi