Vous êtes sur la page 1sur 5

Abonnez-vous à DeepL Pro pour éditer ce document.

Visitez www.DeepL.com/Pro pour en savoir plus.

Les groupes d'huiles de base expliqués


Noria Corporation

Presque tous les lubrifiants utilisés dans les usines aujourd'hui ont commencé comme une
simple huile de base. L'American Petroleum Institute (API) a classé les huiles de base en
cinq catégories (API 1509, annexe E). Les trois premiers groupes sont raffinés à partir du
pétrole brut.
Les huiles de base du groupe IV sont des huiles entièrement synthétiques
(polyalphaoléfines). Le groupe V correspond à toutes les autres huiles de base non
comprises dans les groupes I à IV. Avant que tous les additifs ne soient ajoutés au
mélange, les huiles lubrifiantes commencent par appartenir à un ou plusieurs de ces cinq
groupes API.

Groupe I
Les huiles de base du groupe I sont classées comme ayant moins de 90 % de saturés, plus
de 0,03 % de soufre et un indice de viscosité compris entre 80 et 120. La plage de
température de ces huiles va de 32 à 150 degrés F. Les huiles de base du groupe I sont
raffinées au solvant, ce qui constitue un processus de raffinage plus simple. C'est pourquoi
ce sont les huiles de base les moins chères du marché.
Groupe II
Les huiles de base du groupe II sont définies comme étant plus de 90 % de saturés, moins
de 0,03 % de soufre et avec un indice de viscosité de 80 à 120. Elles sont souvent
fabriquées par hydrocraquage, qui est un procédé plus complexe que celui utilisé pour les
huiles de base du groupe I. Comme toutes les molécules d'hydrocarbures de ces huiles
sont saturées,
Les huiles de base du groupe II ont de meilleures propriétés antioxydantes. Elles ont
également une couleur plus claire et coûtent plus cher que les huiles de base du groupe I.
Pourtant, les huiles de base du groupe II deviennent très courantes sur le marché
aujourd'hui et leur prix est très proche de celui des huiles du groupe I.

Groupe III
Les huiles de base du groupe III contiennent plus de 90 % de saturés, moins de 0,03 % de
soufre et ont un indice de viscosité supérieur à 120. Ces huiles sont encore plus raffinées
que les huiles de base du groupe II et sont généralement soumises à un hydrocraquage
sévère (pression et chaleur plus élevées). Ce processus plus long est conçu pour obtenir
une huile de base plus pure.
Bien que fabriquées à partir de pétrole brut, les huiles de base du groupe III sont parfois
décrites comme des hydrocarbures synthétisés. Comme les huiles de base du groupe II,
ces huiles sont de plus en plus répandues.

Groupe IV
Les huiles de base du groupe IV sont des polyalphaoléfines(PAO). Ces huiles de base
synthétiques sont fabriquées par un processus appelé synthèse. Elles ont une plage de
températures beaucoup plus large et sont idéales pour les applications dans des conditions
de froid extrême et de chaleur élevée.

des professionnels de la lubrification


57 utilisent à la fois des lubrifiants synthétiques
et des lubrifiants à base de minéraux dans
% leur usine, selon un récent sondage réalisé
sur machinerylubrication.com.

Groupe V
Les huiles de base du groupe V sont classées comme toutes les autres huiles de base, y
compris les huiles de silicone, d'ester de phosphate, de polyalkylèneglycol (PAG), de
polyolester, de biolubes, etc. Ces huiles de base sont parfois mélangées à d'autres huiles
de base pour améliorer les propriétés de l'huile. Ces huiles de base sont parfois mélangées
à d'autres huiles de base pour améliorer les propriétés de l'huile. Un exemple serait une
huile pour compresseur à base de PAO qui est mélangée à un polyolester.
Les esters sont des huiles de base courantes du groupe V utilisées dans différentes
formulations de lubrifiants pour améliorer les propriétés de l'huile de base existante. Les
huiles esters peuvent supporter davantage de contraintes à des températures plus élevées
et offrent une détergence supérieure à celle d'une huile de base synthétique PAO, ce qui
augmente le nombre d'heures d'utilisation.

Groupes d'huiles de base API


Au début des années 1990, l'American Petroleum Institute a mis en place un système pour
décrire les différents types d'huiles de base. Le résultat a été le développement et
l'introduction des numéros de groupe d'huiles de base.
Les huiles de base du groupe I sont les anciennes huiles de base traditionnelles créées par
une technologie de raffinage par solvant utilisée pour éliminer les structures chimiques plus
faibles ou les mauvais acteurs (structures cycliques, structures avec doubles liaisons) du
pétrole brut. Le raffinage par solvant était la principale technologie utilisée dans les
raffineries construites entre 1940 et 1980.
Les huiles de base du groupe I ont généralement une couleur allant de l'ambre au brun
doré en raison des structures de soufre, d'azote et de cycles qui restent dans l'huile. Elles
ont généralement un indice de viscosité (VI) de 90 à 105. Les huiles de base se situant à
l'extrémité supérieure de l'échelle sont souvent désignées comme ayant un indice de
viscosité élevé (HVI).
Il s'agit de l'évolution de la viscosité en fonction de la température, c'est-à-dire de la mesure
dans laquelle elle s'amincit à haute température et s'épaissit à basse température. Les
huiles de base du groupe I sont les plus couramment utilisées pour les huiles industrielles,
bien que l'on utilise de plus en plus d'huiles de base du groupe II.
Les huiles de base du groupe II sont créées en utilisant un procédé d'hydrotraitement pour
remplacer le procédé traditionnel de raffinage au solvant. Le gaz hydrogène est utilisé pour
éliminer les composants indésirables du pétrole brut. On obtient ainsi une huile de base
claire et incolore contenant très peu de soufre, d'azote ou de structures cycliques.
Le VI est généralement supérieur à 100. Ces dernières années, leur prix est devenu très
similaire à celui des huiles de base du groupe I. Les huiles de base du groupe II sont
toujours considérées comme des huiles minérales. Elles sont couramment utilisées dans
les formulations d'huiles pour moteurs automobiles.
Groupe II "Plus" est un terme utilisé pour les huiles de base du groupe II qui ont un VI
légèrement plus élevé d'environ 115, bien que ce terme ne soit pas officiellement reconnu
par l'API.
Les huiles de base du groupe III sont à nouveau créées en utilisant un procédé à
l'hydrogène pour nettoyer le pétrole brut, mais cette fois le procédé est plus sévère et
fonctionne à des températures et des pressions plus élevées que celles utilisées pour les
huiles de base du groupe II. L'huile de base qui en résulte est claire et incolore, mais son
indice de viscosité est supérieur à 120. En outre, elle est plus résistante à l'oxydation que
les huiles du groupe I.
Le coût des huiles de base du groupe III est plus élevé que celui des groupes I et II. Les
huiles de base du groupe III sont considérées comme des huiles minérales par de
nombreux techniciens, car elles sont directement dérivées du raffinage du pétrole brut.
Cependant, elles sont considérées comme des huiles de base synthétiques par d'autres
personnes à des fins de marketing, car on croit que le procédé à l'hydrogène plus dur a
créé de nouvelles structures chimiques de l'huile qui n'étaient pas présentes avant le
procédé. Il a synthétisé (créé) ces nouvelles structures d'hydrocarbures. Voir la section sur
les huiles de base synthétiques dans ce livre.
Les huiles de base des groupes I, II et III reflètent essentiellement l'évolution des
techniques de raffinage au cours des 70 ou 80 dernières années.
Les huiles de base du groupe IV sont des huiles de base synthétiques polyalphaoléfines
(PAO) qui existent depuis plus de 50 ans. Ce sont des produits chimiques purs créés dans
une usine chimique, et non par distillation et raffinage du pétrole brut (comme les groupes
précédents).
Les PAO appartiennent à la catégorie des hydrocarbures synthétiques (SHC). Ils ont un VI
supérieur à 120 et sont nettement plus chers que les huiles de base du groupe III en raison
du haut degré de transformation nécessaire à leur fabrication.
Les huiles de base du groupe V comprennent toutes les huiles de base non comprises
dans les groupes I, II, III ou IV. Par conséquent, les huiles de base naphténiques, divers
esters synthétiques, les polyalkylèneglycols (PAG), les esters de phosphate et autres
entrent dans ce groupe.

Propriétés physiques du stock de base


Ces tests permettent de décrire les principales caractéristiques physiques des nouvelles
huiles de base :


Propriété Pourquoi c'est important Comment il est déterminé
ASTM

Définit le grade de viscosité de l'huile Viscosimètre capillaire à


Viscosité D445
de base écoulement par gravité
Variation de la viscosité
Définit la relation viscosité-
Indice de entre40
température D2270
viscosité degrés C et 100 degrés C,
relation
indexée

Définit la densité de l'huile par rapport


Gravité
à l' Hydromètre D1298
spécifique
eau

Point d'éclair Définit les Testeur de point d'éclair, D92/D93


propriétés de volatilité et température à laquelle la
d'inflammabilité à haute température. surface de la flamme
est atteinte.

Pour Point Définit le Ecoulement par gravité dans D97/IP15


comportement de la fluidité de l'huile le pot d'essai, tempat
à basse température. qui atteint
environ 22
000 cSt.

L'évolution de l'utilisation des huiles de base


Une étude récente sur l'utilisation des huiles de base dans les usines d'aujourd'hui,
comparée à celle d'il y a un peu plus de dix ans, a révélé un changement radical. Les huiles
de base actuelles du groupe II sont les huiles de base les plus utilisées dans les usines,
représentant 47 % de la capacité des usines dans lesquelles l'étude a été menée.
Il y a dix ans à peine, ce pourcentage était de 21 % pour les huiles de base des groupes II
et III. Actuellement, le groupe III représente moins de 1 % de la capacité des usines. Les
huiles de base du groupe I représentaient auparavant 56 % de la capacité, contre 28 %
dans les usines d'aujourd'hui.
N'oubliez pas que, quelle que soit l'huile de base que vous choisissez, assurez-vous qu'elle
est adaptée à l'application, à la plage de températures et aux conditions de votre usine.

Vous aimerez peut-être aussi