Vous êtes sur la page 1sur 45

TRAITEMENT DES EAUX RESIDUAIRES URBAINES

Formation d'Ingé
d'Ingénieur sous statut étudiant

Traitement des boues


(Introduction)

Tome V
2012

A-G Sadowski
Ex - Responsable de l’UTR « HU » IMFS de Strasbourg (CNRS-UdS-ENGEES-INSA de Strasbourg)
1 / 90

1
TRAITEMENT DES BOUES

Introduction
au traitement des boues

TRAITEMENT DES BOUES (1)

REGLEMENTATION
TYPOLOGIE DES BOUES
PARAMETRES DE CARACTERISATION

2
TRAITER L’EAU,
C’EST D’ABORD TRAITER LES BOUES
 Le traitement des boues est défini en fonction de la
destination finale des boues.

 La boue, c’est l’intimité du couple :

 «effluent - station»
station».

De l’influence de la filière de traitement des boues sur la


filière de traitement de l’eau

 «inter activité
activité permanente des deux filiè
filières»
res».
5

Filière eau / filière boue

Effluent
brut Eau traitée
Filière
eau

Filière boues

Poste Evacuation des boues


toutes
eaux
6

3
DESTINATION DES BOUES

Source : DEB, in Bilan de dix années d'application de la réglementation


relative à l'épandage des boues issues du traitement des eaux usées,
rapport n°1771 CGAAER, octobre 2009.

Selon la Direction de l'Eau et de la Diversité (DEB), la production de boues issues


du traitement des eaux usées domestiques est estimée à 15 à 20 kg de Matière
Sèche (MS) par personne et par an. Soit : 41 à 55 g de MS / E.H.jour
7

Filiè
Filières des boues urbaines en France - 2006

4
QUEL DEVENIR POUR LES BOUES
ISSUES DES STATIONS D’EPURATION ?

 Retour à la terre : valorisation agricole des éléments


fertilisants (azote, phosphore) ;

 Incinération et récupération de l’énergie ainsi produite ;

 Stockage (mise en CSDU*) option transitoire.

* CSDU : centre de stockage des déchets ultimes

Réglementation des boues

10

5
La loi déchet du 13.07.1992
Les 22 dispositions de l’art 1:
complète les dispositions de la loi de 1975 relative aux
déchets - recadrer l’objectif tout en assurant la
transposition de la directive CEE du 18 mars 1991 sur
les déchets dangereux

notion de déchet «ultime»: «déchet qui n’est plus


susceptible d’être traité dans les conditions
économiques et techniques du moment, notamment
par extraction de la part valorisable ou par réduction de
son caractère polluant ou dangereux»

11

La loi déchet du 13.07.1992

« à compter du 1er juillet 2002, les installations


d’élimination des déchets par stockage ne seront
autorisés à accueillir que des déchets ultimes »

«le transport, les opérations de curtage ou de


négoce de déchets visés à l’art 8 règlementés et
soumis soit à autorisation.... soit à déclaration… »

12

6
Valorisation agricole - Textes

Deux textes récents rénovent la réglementation relative à


l’épandage des boues de stations de traitement des eaux usées ;

 1) Décret N°97-1133 du 8.12.1997 (JO du 10.12.1997) relatif à


l’épandage des boues issues du traitement des eaux usées

 2) Arrêté du 8.01.1998 (JO du 31.01.1998) - modifié par


l’arrête du 3.06.1998 - Prescriptions techniques applicables
aux épandages des boues sur les sols agricoles pris en
application du décret du 8.12.1997.

13

Valorisation agricole - Textes


• • Art. 211-25 à 211-45 du CE sous section 2 « épandage des boues ». L’article
R 211-41 interdit l’épandage « pendant les périodes où le sol est pris en
masse par le gel ou abondamment enneigé, exception faite des boues solides
», sans pour autant définir la notion d'état de gel. L'article 211-45 stipule que
l’usage de boues en reconstitution des sols est actuellement interdit.
• Art. R 214-1 du CE : nomenclature des opérations soumises à autorisation
ou à déclaration, rubrique 2.1.3.0 : épandage de boues issues du traitement
des eaux usées.
• Décret n° 97-1133 du 08/12/97 (art. R 211-25 et suivants du CE) relatif à
l’épandage des boues issues du traitement des eaux usées.

• • Décret n° 2009-550 du 18 mai 2009 relatif à l’indemnisation des risques liés


à l’épandage des boues d’épuration urbaines ou industrielles. Ce fonds de
garantie est destiné à indemniser les exploitants agricoles en cas de problème
suite à un épandage de boues de stations d'épuration sur leurs parcelles. Ce
fonds ne s'applique pas à l'épandage de tout autre « produit » (compost de
boues par exemple) qui n'ait pas le statut « déchet ».

14

7
Valorisation agricole - Décret du 8.12 .1997

Définition de la boue

 Sédiments résiduaires des installations biologiques ou physico-chimiques

 Les matières de curage après traitement pour diminuer la teneur en sables et


en graisses

 Les matières de vidange issues des dispositifs non collectif d'assainissement

 Les boues sont considérées comme des déchets au sens de la loi du


15.07.1975

15

Valorisation agricole - Décret du 8.12 .1997

 Les exploitants des unités de collecte et de traitement sont


producteurs de boues ; il leur incombe à ce titre d’en
appliquer les dispositions.

 L’exclusion du champ d’application ; les produits


composés en tout ou partie au titre de la loi du 13.07.1979,
bénéficiant d’une homologation ou, à défaut d’une
autorisation provisoire de vente

16

8
Valorisation agricole - PRINCIPES

Les épandages sont réalisés après des études


préalables, font l’objet d’un suivi, et des registres en
assurent la traçabilité.
Les producteurs de boues sont responsables des boues
jusqu’à leur élimination.
La qualité des boues doit garantir leur innocuité*.

* Innocuité
Innocuité : caractè
caractère de ce qui n’
n’est pas nuisible.
nuisible

17

Valorisation agricole - Qualité des boues

Les boues doivent avoir fait l'objet d'un


traitement,…appropri
approprié é de manière à réduire leur
pouvoir fermentescible et les risques sanitaires
liés à leur utilisation.
Les teneurs limites en éléments-traces dans les
boues sont divisées par deux par rapport à
l’ancienne réglementation.
Des teneurs limites en composés-traces
organiques sont introduites.

18

9
Valorisation agricole - EPANDAGE

L'épandage des boues ne peut être pratiqué que si


celles-ci présentent un intérêt pour les sols ou la
nutrition des cultures ou des plantations.
L'épandage est interdit à certaines périodes (gel,
enneigement,...) et dans les terrains à forte pente.
Tout épandage est subordonné à une étude
préalable réalisée par le producteur. Cette étude
doit définir l'aptitude du sol à recevoir l'épandage, son
périmètre et les modalités de réalisation.

19

Valorisation agricole - EPANDAGE

L'épandage de boues provenant de stations


moyennes ou grosses doit faire l’objet (par
par le
producteur)
producteur d’un programme prévisionnel annuel
puis d’un bilan agronomique annuel.
Une solution alternative d'élimination des boues
doit être prévue pour pallier un éventuel
empêchement temporaire.

20

10
Valorisation agricole - EPANDAGE

Des distances minimales doivent être


respectées par rapport aux berges et aux
points de prélèvement d'eau.
Les dépôts temporaires en bout de champ ne
seront autorisés que pour des boues solides et
stabilisées, et uniquement pendant une période
limitée à l'épandage.

21

Valorisation agricole - SURVEILLANCE

Les producteurs doivent tenir à jour un registre


indiquant la provenance et les caractéristiques des
boues, les dates d'épandage, les quantités
épandues, afin d’assurer la traçabilité des
épandages. Une synthèse des toutes ces
informations est transmise chaque année au Préfet.
Les producteurs de boues doivent assurer la
surveillance de la qualité des boues et des sols.

22

11
Valorisation agricole - SURVEILLANCE

Le Préfet est chargé d’assurer le contrôle


Des organismes indépendants du producteur des boues
peuvent être chargés du suivi général des épandages.
 Un comité national de suivi de l’épandage des boues a été mis en
place en février 1998 pour permettre, en étroit partenariat avec
l’ensemble des acteurs concernés, de définir des conditions
d’épandage qui recueillent la confiance de tous.

23

Valorisation agricole - Arrêté du 8 janvier 1998


Nombre d’analyses de boues en routine

Tonnes de matière < 32 32 à 161 481 801 à 1601 à 3201 à > 4800
sèche épandues (hors 160 à à 1600 3200 4800
chaux) 480 800
Valeur agronomique 2 4 6 8 10 12 18 24
des boues
Eléments-traces 2 2 4 6 9 12 18 24

Composés organiques - 2 2 3 4 6 9 12

* Capacité estimée sur la base de 48 g de MS/EH.j


Si 60g de MS/EH.j  2000 EH = 44t de MS/an

24

12
Valorisation agricole - Arrêté du 8 janvier 1998

Valeur
Flux maximum
limite dans Valeur limite
cumulé, apporté par
Éléments traces les boues dans les sols
les boues en 10 ans
(mg/kg (mg/kg MS)
(g/m²)
MS)
Cadmium 15* 2 0,015
Chrome 1000 150 1,5
Cuivre 1000 100 1,5
Mercure 10 1 0,015
Nickel 200 50 0,3
Plomb 800 100 1,5
Zinc 3000 300 4,5
Cr + Cu + Ni + Zn 4000 / 6
* 10 mg/kg M.S à compter du 1/ 01/ 2004

25

Valorisation agricole - Arrêté du 8 janvier 1998

Valeur limite dans Flux maximum cumulé,


les boues (mg/kg apporté par les boues en 10
MS) ans (mg/m²)
Composés-traces
épandag
cas épandage sur
e sur cas général
général pâturage
pâturage
total des 7 (*) principaux
0,8 0,8 1,2 1,2
PCB
Fluoranthène 5 4 7,5 6
benzo(b)fluoranthène 2,5 2,5 4 4
benzo(a)pyrène 2 1,5 3 2
(*) PCB 28, 52, 101, 118, 138, 153, 180

26

13
Valorisation agricole - Norme NFU 44 – 041 -abrogée

 L’arrêté du 29.08.1998 portant application obligatoire de la


norme NFU 44-041 est abrogé.
 Circulaire du 14 mars 1999 “ épandage des boues de
STEP”(Lettre circulaire aux préfets du 14 mars 1999, non
publiée).

 Circulaire du 16 mars 1999 relative à la réglementation


relative à l’épandage des boues de stations d’épuration
urbaines.

27

Compostage - norme NF U 44-095 (mai 2002)

Définit dans la norme NF U 44-


44-095 (mai 2002) « compost des
matières d’intérêt agronomique, issues du traitement des
eaux » d’application obligatoire par arrêté du 18 mars 2004
paru au JO du 26 mars 2004

« Compostage ou transformation aérobie: procédé biologique aérobie avec


montée en température permettant l’hygiénisation et la stabilisation par
dégradation/réorganisation de la matière organique (oxydation biologique
avec dégagement de chaleur) conduisant à l’obtention d’un compost. »

28

14
Compostage - norme NF U 44-095 (mai 2002)
Définition de 2 classes:
Classe A: amendements organiques élaborés à partir de Matières d’Intérêt
Agronomique Issues du Traitement des Eaux (M.I.A.T.E.)
Classe B: amendements organiques élaborés à partir de Matières d’Intérêt
Agronomique Issues du Traitement des Eaux
Complémentés avec un engrais
Dans les 2 cas, l’incorporation d’un co-composant de type matière végétale est
obligatoire dans la mesure où il s’agit d’obtenir un amendement organique.

Définitions
• Des caractères d’innocuité du produit fini (éléments traces, Composés
Traces Organiques),
• Des valeurs limites en micro-organismes d’intérêt sanitaire,
• Du marquage

29

Compostage - norme NF U 44-095 (mai 2002)

3 annexes normatives:

Annexe A: Modalités de contrôle des lots de produits commercialisables


(fréquence d’analyses)

Annexe B: Critères relatifs aux matières premières (MIATE exclues +


teneurs limites + nombre d’analyse en fonction du tonnage de MS) = les
mêmes seuils que pour l’épandage.

Annexe C: Gestion de la traçabilité


Le responsable de la mise sur le marché doit tenir à disposition des
organismes de contrôle….

Transfert de responsabilité
responsabilité du produit « boues »
30

15
EVACUATION EN CET 2 - CSDU
Décret du 15.05.1997 - Classification des déchets dangereux
 Les déchets provenant des « stations d’épurations des eaux usées » ainsi
que les déchets provenant des installations de traitement des déchets sont
classés sous le code : 19 000

Arrêté du 9.09.1997 relatif aux décharges de déchets ménagers


(classe 2)
 Cet arrêté abroge la circulaire de 11.03.1987 qui régissait les conditions
d’admission des déchets en décharge de classe 2 ( type ordures
ménagères)

Arrêté du 9.09.1997 modifié par :


- Arrêté du 31 décembre 2001 (JO du 2 mars 2002)
- Arrêté du 3 avril 2002 (JO du 19 avril 2002)
- Arrêté du 19 janvier 2006 (JO du 16 mars 2006)
31

EVACUATION EN CET 2 - CSDU


Déchets admissibles :
 la catégorie E : déchets évolutifs pendant leur stockage prolongé
 la catégorie D : déchets peu évolutifs pendant leur stockage prolongé
Dans la catégorie E nous trouvons ;
 Boues de STEU admissible si la siccité est au moins égale à 30%
 Boues de dégrillage sont admissibles ( si la siccité est égale à 30%)
Dans la catégorie D nous trouvons ;
 Déchets minéraux à faible potentiel de polluants (sables ?)
Déchets interdits :
 déchets liquides ou dont la siccité est inférieure à 30%

32

16
EVACUATION EN CET 2 - CSDU

 Date d’application de l’arrêté du 09.09.1997 - modifié le 19/01/06 relatif


aux installations de stockage de déchets non dangereux : catégorie D. Selon
l'annexe II, les boues sont autorisées à l'enfouissement en CET de classe II si
elles contiennent au moins 30 % de matière sèche.

 Le terme « décharge » est remplacé par « installations de stockage


» et maintenant par « centre de stockage des déchets ultimes »

 La date de 2002 doit être considéré comme un cap, qu’on glisserait déjà
vers 2005 et de toutes façons, la législation sera déclinée localement
dans le cadre de schémas départementaux.

33

L’INCINERATION

Il s’agit de récupérer les formes d’énergie réutilisables dans la boue


que constitue la matière organique, pour détruire par combustion la
part oxydable.

En termes de devenir final, deux problèmes se posent :

 les fumées, dont la composition doit obéir à des limites très


strictes, en termes de carbone total, CO, métaux lourds, etc.

 les cendres, qui doivent être conformes aux conditions de


mise en décharge.

34

17
L’INCINERATION

 Au niveau réglementaire, en ce qui concerne les fumées, on applique


soit l’arrêté du 21 .01.1991, soit la norme CEE proche de la BimschV90 (
cette norme n’est pas encore rendue obligatoire).
 En ce qui concerne le devenir des cendres volantes, l’arrêté du
10.01.1996 ne définit que des règles provisoires de classement en
mâchefer valorisable en remblai routiers .
 Concernant la valorisation en tant que filler dans les parpaings, seules
des autorisations locales ont été obtenues de la DRIRE.
 Quant aux résidus de lavage des fumées (REFIOM), ils partent sans
ambiguïté en décharge pour DIS de « classe 1 ».
 Valorisation énergétique des boues par incinération
 Arrêté du 20/09/02 relatif aux installations d’incinération et de co-
incinération de déchets non dangereux.
 Art. R 511-9 du CE : nomenclature des installations classées rubrique
322-B-4.

35

Typologie des boues

36

18
ORIGINE DES BOUES
 Boues de curage
 Boues primaires
 Boues physico-chimiques
 Boues secondaire (Boues bio strictes ou mixtes)
 Boues mixtes (boues primaire+boues bio strictes)
 Boues tertiaires
 Matières de vidange ( fosse toutes eaux)

37

ORIGINE DES BOUES

Traitement
biologique
Décanteur Traitement
Clarificateur
primaire tertiaire

Boues
Boues Boues
biologiques
primaires tertiaires
en excès

38

19
ORIGINES ET CARACTERISTIQUES DES BOUES

Boues = Déchets liquides fermentescibles


Boues primaires :
 favorables à la déshydratation qualité (% M.O. - présence
d’hydroxydes)
Boues secondaires biologiques :
 défavorable à la déshydratation qualité variable
Boues tertiaires :
 défavorable à la déshydratation qualité (présence
d’hydroxyde)

39

ORIGINES ET CARACTERISTIQUES DES BOUES

Elles dépendent de la filière de traitement d’eau

Boues primaires
 obtenues par simple décantation, avec ou sans
floculation,
 60 à 70 % de matière organique,
 concentration de quelques dizaines de g/l,
 très fermentescibles.

40

20
BOUES PRIMAIRES

Composition grossière :
- Matières organiques
- Hydrocarbures lourds
- Celluloses
- Bactéries, virus

Soit :
- 25% de protéines
- 25 % de lipides
- 35% de polysaccharides
- 15 % de lignine

41

BOUES SECONDAIRES

Elles dépendent de la filière eau et de l’effluent


Boues biologiques
 engendrées par la combinaison de phénomènes de
floculation (exopolymères) et de matériel cellulaire issu de
la consommation de la matière organique dissoute.
 concentration de quelques g/l.
 caractère fermentescible variant de façon croissante avec
la charge massique appliquée à la station au niveau du
réacteur biologique.

42

21
BOUES BIOLOGIQUES

Composition grossière :
- Matières organiques
- Débris de cellule
- Enveloppe bactériennes
- Colloïdes organiques

Soit :
- 50% de protéines
- 5 % de lipides
- 15% de polysaccharides(exopolymères)
- 30 % divers
43

TYPOLOGIE DES BOUES


DIVERS ETATS PHYSIQUES DES BOUES

 Liquide (siccité de 0 à 3 %)

 Liquide épais (siccité de 4 à 5 %)

 Pâteux thixotrope (siccité de 6 à 18 %)

 Plastique (siccité de 18 à 30 %)

 Solide friable (siccité supérieure à 30 %)

44

22
TYPOLOGIE DES BOUES

Boue boue Boue Boue


liquide pâteuse solide sèche
Siccité 1 à 10% 10 à 30% 30 à 90% > 90%
Caractéristiques boue non boue déshydratée mise en tas : OK boue
physiques déshydratée pelletable boue gerbable et pulvérulente
mise en tas faible émottable ou granulée
convoyage pompage pompage tapis, vis, pompe tapis ou
centrifuge ou volumétrique ou volumétrique système
volumétrique par vis pneumatique

45

Paramètres caractérisant
les boues

46

23
DEFINITIONS DES PARAMETRES

Concentration
Siccité
Taux de capture
Volume des boues
Débit massique
Débit hydraulique

47

TERMES PRINCIPAUX UTILISES


EN TRAITEMENT DES BOUES
ABREVIATIONS SIGNIFICATIONS UNITES

IM Indice de Mohlman ml/g

Vd30’ Volume décanté en 30mn ml/l


MES Matières en suspension (obtenues
après filtration ou centrifugation
puis séchage 105°C) mg/l
MST Matières sèches totales (obtenues
après séchage à 105°C) g/l
MM Matières minérales (obtenues après
calcination à 550°C) g/l
MVS Matières volatiles sèches
(matières sèches - matières minérales) mg/l
48

24
TERMES PRINCIPAUX UTILISES
EN TRAITEMENT DES BOUES
ABREVIATIONS SIGNIFICATIONS UNITES

Red/ox Rotentiel d’oxydo-réduction mV


pH Potentiel d’hydrogène pH

DCO Demande chimique en oxygène mgO2/l


DBO5 Demande biologique (ou biochimique)
en oxygène après 5 jours mgO2/l
NH4+ Formule chimique de l’ion ammonium mgN/l
NTK Azote Kjeldhal (NH4+ + N organique) mgN/l
PO4 Ortho phophate mgP/l

49

Rappel paramètres quantifiables

 MS / MVS / MES

 masse = conc x volume (5g/l x 1000 m3=5000 kg)

 siccité  M.S
x 100
M.brute

Masse.M.S 1
 volume    m3
Siccité.1000 d

50

25
Méthode analytique : %MVS

51

SICCITE

P 2  P0
Siccité 
P1  P0 52

26
Taux de capture d’un équipement de traitement

Epaississeur
 Rdt de capture  Qalim.Cali m  Qsv.Csv  100
Qalim.Cali m
 Qsv = Q alim - Q ep

GDD(grille d’égoutage)
 %Rdt Capture  Qalim.Calim  Q(F L) .C(F L)
Qalim.Calim
 F = filtrat
 L = lavage

53

Bilan sur l’atelier de traitement des boues

DESHYDRATATION

54

27
Bilan sur l’atelier de traitement des boues

- Bilan hydraulique : Qe+Qd+Ql+Qp = Qs+Qf


- Bilan massique : Qe.Ce = (Qf.Cf) + (Qs.Cs)
- Précision du bilan massique : 10%
- Flux massique : QeCe - QfCf
- Taux de capture : (QsCs / QeCe) x 100 en %
- Consommation de polymère : (QpCp/QsCs)x1000
en kg ou litre de polymère / tonne de MS traitée

55

Garanties sur les performances


• Débit massique : kgMS/h ou ml.h,
• Débit hydraulique : m3 de boue/h,
• Performance en % de siccité sortie machine,
• Consommation de polymère : litre/t de MS,
• Taux de capture en %,
• Consommation électrique par tonne de MS traitée,
- Durée d’une pressée pour le Filtre Presse,
- Coefficient de foisonnement pour stockage des boues.

56

28
Indice de Mohlman - IM
Indice d’épaississement

 C’est le volume en ml occupé par un gramme de


boue après décantation de 30 mn - sans dilution

V30(ml/l)
Im 
MES(g/l)

57

Indice de boue - IB
INDICE DE DECANTATION LIBRE

V D 3 0 ( m l / l)
IB  (ml/g)
M E S B A ( g / l)

ET
INDICE DE BOUE
(ml/g)
Taux de boues Concentration
après 30 minutes en MES
de décantation (g/l)
(ml/l)
Diluer pour obtenir VD30 ≤ 250ml/l 58

29
TAUX DE BOUES ET TESTS DE DECANTATION:
DILUER OU NE PAS DILUER ?
Après 30 min
Pas de dilution:

250
Taux de boues   25%
1000
250 ml

Après 30 min Après 30 min Après 30 min


1ère dilution 2 ème dilution
Sans dilution: par 2 par 2
Taux de boues
800 ml 350 ml 150 ml 150  2  2

1000
600

1000
 60% 59

IM – IB : Quelles fonctions ?
 IM  IB
 IB pour la vitesse de clarification
 IM pour évaluer l’épaississement des boues
(clarificateur et épaississeur) et la
déshydratation des boues
 IB  IM (250/Vd30)^0,5
 IM = 80 + 227 x (Cm)^0,5

60

30
Paramètres influençant IM
 Le type d’effluent (MVS en entrée, soluble),
 La fraîcheur de l’effluent (H2S…),
 La charge massique,
 Le nombre et type de réacteurs en série,
 Le type d’équipement d’aération,
 La filière boue (type d’épaississement…)

61

Relation entre l’indice et la


décantabilité des boues

Interprétation valable pour une Cm de l’ordre de 0,1 kgDBO5/kgMVS.j

62

31
Impact du traitement des boues sur le
traitement de l ’eau

L’anoxie prolongée la boue est le siège d'une


modification de structure importante concrétisée par
une hydrolyse partielle de la matière organique,
réaction comparable à la première phase
d'acidification de la digestion anaérobie.

Cette dégradation conduit à la production d' H2S,


C02, acides butyriques, propioniques, etc.

63

Impact du traitement des boues sur la qualité


des boues

le retour à la normale est une opération très


difficile et de longue haleine.

24 H D'EPAISSISSEMENT EN TROP C'EST


50 % DE POLYMERE EN PLUS
2 POINTS DE SICCITE EN MOINS

48 H D'EPAISSISSEMENT EN TROP C'EST


100 % DE POLYMERE EN PLUS
4 POINTS DE SICCITE EN MOINS

64

32
Amplification des retours en tête
Pollution de retour en tête : a . X Flux à traiter = X / (1-a)

X X Eau traitée X
1- a
Filière
eau

Y
1-a
Filière boues
a X
1-a Evacuation des boues = Y

65

Charges des retours en tête


de différentes filières boues
Déc-primaire
Filière Aération Aération +
eau prolongée prolongée Aéra-prolongée
Flottateur Epaiss-gravitaire Epaiss-séparé
Filière + +
+
Digestion-ana
boues Filtre-bande Filtre-bande +
Filtre-bande

Retours en tête en %
par rapport de la charge de l'effluent brut
Débit 22 11 15
DBO5 5 25 17
MES 12 25 19
NTK 5 8 25
Ptot 1 5 10

66

33
Masse de boues
biologiques produites en
excès

67

SCHEMA D’ELIMINATION DES DIFFERENTS TYPES DE POLLUTION


SUBSTRAT

Particules+colloides Matières dissoutes

Adsorption O2
Pénétration
Absorption
Synthèse CO2 + H2O
Oxydation

Inerte Matière organique


cellulaire
Métabolites

Fraction non biodégradable

BOUES PRODUITES
68

34
Masse de boues biologiques produites en
excès
Formule classique d’Eckenfelder :
S = am.Le - bSv + Smin + Sdur - Seff
- Le = DBO5 éliminée
- Sv = MVS dans le système
- Smin = MES minérales en entrée
- Sdur = MVS réfractaires en entrée
- am & b = coefficients = f( effluent, Cm)
- am = 0,6 kg MS / lg DBO5 éliminée
- b = 0,05à 0,06 /j fraction de MVS détruite par auto-oxydation/j
Problème : S est négative pour Cm inf à 0,042 kgDBO/kg
MVS.j
69

Masse de boues biologiques produites en


excès
Formule classique d’Eckenfelder :
- Si on considère que am.Le-bSv ne peut être
inférieure à 0,25 am.Le (à Cm faible),
- On trouve environ 0,75 kgMS/kgDBO5 éliminée
- Valeur trop faible et trop fortement décroissante
quand la Cm diminue.

70

35
Masse de boues biologiques produites en
excès
Approche du CEMAGREF du 22.12.1999 :
- S = k . (DBO5+MES)/2
- Réseau séparatif : S = 0,84 . (DBO5+MES)/2
- Réseau unitaire : S = 1,02 . (DBO5+MES)/2

71

Masse de boues biologiques produites en


excès
1. BOUES BIOLOGIQUES – formule du CIRSEE

Boues biologiques = f (MES / DBO5)


f (MVS / MES)
f (cm)

BB = M min + M org. dur + M micro-organismes

avec :
M min : Partie minérale des MES
M org. dur : Partie non biodégradable des MVS (ex : cellulose)
M micro org. : Matière vivante produite ( DBO5 + N)
M min : MES x (100 - pourcentage de MVS des MES) / 100
M org. dur : 0,15 à 0,35 MVS entrée
M micro-org. : f (DBO5, Cm, N)

% MV dans BB = (1 - M min)
BB

72

36
Masse de boues biologiques à extraire

PBIO = MES min +MVS dures +KDBO5 +K ’N- fuite en MES

MES min =( 1- %MVS) x MES effluent brut

MVS dures = 0,15 à 0,35 des MVS effluent brut

K = 0,83 + 0,2 log Cmappliquée

DBO5 = DBO5 biodégradées

Fuites en MES = Quantité de MES en sortie du clarificateur

K ’ = 0,17
N = N nitrifié 73

Production de boue biologiques


dimensionnement de la filière boue

ƒS = Smin + Sdur + (0,83+0,2.log Cm)DBO5 +K’.Nit - Fuite MES


ƒS = production de boues biologiques en excès
Smin = partie minérale des MES = MES x (100-% MVS)
Sdur = partie non biodégradable des matières volatiles en suspension (MVS)
Sdur = 0,15 à 0,35 x MVSƒ de l'influent
Cm = charge massique appliquée kg de DBO5/kg MV/j

74

37
Production Boues physico-chimiques
Traitement du phosphore
 On cherche à précipiter le phosphore soluble uniquement
 M.PO4 + M(OH)3
• Boues physico-chimique = 7 à 8 x Psoluble à précipiter ( 2 mg/l
en Ptot en sortie) en précipitation simultanée
• Boues physico-chimique = 10 à 13 x Psoluble à précipiter ( 1
mg/l en Ptot en sortie) en post-précipitation
• % MVS chute par l’apport de ces boues minérales
• Surproduction par rapport à la masse de boues biologiques : de
l’ordre de 11 à 15% en masse.
75

Les filières de traitement des


boues

76

38
Contraintes de conception des filières boues

DESTINATION
FINALE

TRAITEMENT FILIERE
EAU BOUE

CONTRAINTES COMPATIBILITES

QUALITE
BOUES RESEAU

77

Catégories de contraintes pour le devenir des boues

CO NTRA IN TES

PHYSIQUE COMPOSITION STABILITE

BIOLOGIQUE
MANUTENTION PCI

SICCITE PONDERALE
INNOCUITE

OLFACTIVE
STOCKAGE VALEURS

78

39
L’extraction des boues biologiques
en excès
En fonction de l’équipement d’épaississement
 Puits de recirculation – évaluation de Sr -
épaississeur gravitaire – toile / tambour
 Dégazeur – grille d’égouttage à 2 mailles –
flottateur
 Réacteur biologique (bassin d’aération ou
dégazeur) – lits de séchage plantés de
macrophytes.

79

Taux de conditionnement
• Le conditionnement des boues consiste à
introduire un réactif dans la boue pour faciliter le
drainage – la filtration – l’évacuation de l’eau
interstitielle.
• Les réactifs introduits sont : polymères, coagulants
(sels métalliques), chaux vive ou éteinte.
• Le taux de conditionnement est exprimé soit :
 litre ou kg de polymère par tonne de MS des boues
 % en poids par rapport au MS des boues.

80

40
Rappel des idé
idées fausses trop souvent vé
véhiculé
hiculées

•Augmenter la concentration des boues dans le réacteur réduit


le foisonnement. FAUX

•Mieux vaut stocker et ensuite concentrer (épaissir)


FAUX

•Stocker les boues dans le clarificateur permet un meilleur


épaississement sur la filière d’épaississement - déshydratation. FAUX

•Maintenir un temps de sé
séjour > à 24 H dans l’épaississeur
permet un gain de siccité. FAUX

•Les Eaux surnageantes « claires » d’un épaississeur-stockeur


sont peu chargé
chargées.
es FAUX

81

LES FILIERES DE TRAITEMENT DES BOUES

1. Epaississment
2. Stabilisation
3. Stockage (1)
4. Conditionnement
5. Déshydratation
6. Stockage (2)
7. Reprise
8. Evacuation conformément à la réglementation
(2 modes de destination pérennes)
82

41
SCHEMA GENERAL DU TRAITEMENT DES BOUES

BOUES BOUES BOUES BOUES DES


PRIMAIRES MIXTES D'AERATION SYSTEMES
PROLONGEE EXTENSIFS

EPAISSISSEMENT
CONCENTRATION

STABILISATION

CONCENTRATION EPAISSISSEMENT

CONDITIONNEMENT

DESHYDRATATION

COMPOSTAGE STOCKAGE

COMMERCIALISATION REPRISE - EPANDAGE

MISE EN DECHARGE VALORISATION VALORISATION


INCINERATION CONTROLEE COMPOSTAGE AGRICOLE AGRICOLE

83

SCHEMA GENERAL DU TRAITEMENT DES BOUES

boues
tertiaires
stabilisation
boues aérobie
boues thermophile
mixtes épaississement suite filière
biologiques
stabilisation
fraiches anaérobie
boues
primaires

84

42
SCHEMA GENERAL DU TRAITEMENT DES BOUES

Stockage
boues intermé
intermédiaire
épaississement
primaires

gravitaire stabilisation
conditionnement déshydratation
anaérobie
boues
biologiques
épaississement
boues
tertiaires dynamique

85

SCHEMA GENERAL DU TRAITEMENT DES BOUES

boues boues boues boues


primaires mixtes fraiches biologiques tertiaires

épaississement épaississement épaississement

stabilisation stabilisation
stabilisation stabilisation
aérobie aérobie
anaérobie anaérobie
thermophile thermophile
Stockage

conditionnement
Stockage stabilisation
chimique

Séchage traitement
déshydratation
Compostage complémentaire
86

43
Qualité physique des boues en fonction
du traitement
pâteux solide solide
Liquide Liquide épais
thixotrope plastique friable

épaississement
statique

épaississement
dynamique

Filtre à bandes
presseuses

Centrifugeuse

Centrifugeuse
HP

Filtre
presse

Lit de
séchage

apport
de Ca0

87

Stockage

Stockage

88
Destinations finales & valorisation des boues des STEU

44
89

90

45