Vous êtes sur la page 1sur 4

A propos de nous

L’Alliance africaine pour le cajou a été créé en 2006 en tant qu’association d’entreprises
africaines et internationales intéressées par la promotion d’une industrie africaine du
cajou compétitive à l’échelle mondiale. À ce jour, plus de 130 entreprises membres
travaillent sous la bannière de l’ACA et représentent tous les aspects de la chaîne de
valeurs du cajou, notamment les producteurs, les transformateurs, les négociants et les
acheteurs internationaux.

Plus que 2.5 millions d’agriculteurs africains cultivent actuellement environ 57 % de la production
du cajou mondiale. Au cours de la décennie écoulée, les petits exploitants africains ont plus que
doublé la production. Bien que demeurant faible en Afrique, le processus de transformation est en
hausse, passant de 35 000 à 105 700 TM entre 2006 et 2015. Selon les estimations, un
accroissement de 25 % de transformation de la noix de cajou brute en Afrique génèrera un revenu
de plus de 100 millions de dollars US pour les ménages, améliorant ainsi l’existence de nombreuses
familles dans les zones rurales.

Notre vision :
Une industrie africaine du cajou compétitive à l’échelle mondiale qui profite à l’ensemble de la
chaîne de valeurs – des producteurs aux consommateurs.

Notre Mission :
Soutenir l’industrie du cajou africain par :

 la fourniture d’une assistance technique et la facilitation des investissements ;


 la promotion des liens commerciaux et des normes internationales ;
 le partage d’informations et de meilleures pratiques.

Nos objectifs :
 Améliorer la transformation du cajou en Afrique.
 Améliorer la compétitivité et la pérennité de l’industrie du cajou africain.
 Faciliter la coopération secteur public-secteur privé dans la filière cajou. 
En savoir plus sur les recommandations ACA pour bâtir une industrie forte de noix de cajou en
Afrique dans la declaration de Maputo

Membres de l'ACA s'engager dans ACA Business Code of Conduct, un ensemble de principes visant
à garantir l'industrie de transformation de noix de cajou africaine se développe d'une manière
durable.

Services
Système d'information du Marché >
Le Label de qualité et de développement durable de l’ACA est une marque acceptée par l’industrie
qui confirme le respect des normes internationalement reconnues en matière de qualité, de
salubrité des aliments et des normes sociales et du travail. Le Label a été élaboré avec l’aide d’un
ancien fonctionnaire de l'Agence de contrôle des produits alimentaires et pharmaceutiques (FDA)
des États-Unis pour garantir sa conformité aux exigences de la Loi américaine sur la modernisation
de la salubrité des aliments.

ACA Label >


Le Label de qualité et de développement durable de l’ACA est une marque acceptée par l’industrie
qui confirme le respect des normes internationalement reconnues en matière de qualité, de
salubrité des aliments et des normes sociales et du travail. Le Label a été élaboré avec l’aide d’un
ancien fonctionnaire de l'Agence de contrôle des produits alimentaires et pharmaceutiques (FDA)
des États-Unis pour garantir sa conformité aux exigences de la Loi américaine sur la modernisation
de la salubrité des aliments.

Assistance technique aux transformateurs >


Fut-il un acteur établi exerçant dans la transformation de cajou ou une personne qui vient de faire
son entrée dans l’industrie, l’expertise des conseillers auprès des entreprises de l’ACA peut
constituer une ressource précieuse. À travers des forfaits personnalisés, nous fournissons des
conseils aux entreprises, effectuons des consultations, dispensons des formations sur le
renforcement des capacités, et nouons des liens essentiels pour faire en sorte que votre entreprise
fonctionne, se développe et s’accroisse efficacement.

Pour investisseurs >


L’ACA offre une variété de services pour faciliter les investissements dans l’industrie du cajou en
Afrique. Grâce à notre vaste réseau de contacts sur tout le continent africain et notre expérience
dans tous les aspects du processus d’investissement, nous simplifions l’investissement dans la
filière du cajou.
Accès au financement >
L’ACA travaille avec les banques et les institutions financières à travers l’Afrique pour favoriser les
liens financiers dans l’industrie du cajou. L’ACA peut vous aider à avoir accès à des fonds de
roulement et des capitaux d’investissement déterminants.
Présentation de Georgette Taraf, nouvelle présidente élue de
l’ACA
30 October, 2012 - 8:58

Suite aux élections de septembre, le Comité exécutif de l’ACA sera désormais dirigé par Georgette
Taraf, laquelle a succédé à Idrissa Kilangi, qui occupait le poste de président de l’ACA depuis mars
2011. Mme Taraf est originaire du Bénin, où elle s’est d’abord engagée dans la filière du cajou en
tant qu’acheteuse en 1996. Une décennie plus tard, Mme Taraf a fait son entrée dans le volet
exportation de la filière, avec la création en 2008 de NAD&Co Industry, entreprise qui a ouvert une
usine de transformation en 2011. Elle a commencé à travailler avec l’ACA en tant que Présidente
du comité national en 2010, tout en servant par la suite de Représentante nationale. Cette année,
elle a contribué à mettre en place une plate-forme nationale pour les acteurs béninois du cajou et a
géré avec succès l’organisation de la 7e Conférence annuelle de l’ACA à Cotonou au Bénin.

1. Pourquoi avez-vous voulu devenir présidente de l’ACA?

J’espérais devenir présidente pour d’abord montrer à nos sœurs africaines que nous les femmes
pouvons investir dans l’industrie, en général, et, en particulier, dans l’industrie du cajou.

2. Depuis combien de temps travaillez-vous dans le cajou et qu’est ce qui vous a d’abord poussé à
participer à l’ACA?

Cela fait au moins 15 ans que je travaille dans le domaine du cajou. Je me suis impliquée dans
l’ACA depuis sa création, en raison du fait qu’elle est une association panafricaine qui fait la
promotion de l’industrie africaine.

3. Quels sont les objectifs à court et à long terme de votre présidence ?

La stratégie est déjà élaborée. Elle vise principalement à promouvoir la création de plates-formes
nationales et à développer l’industrie de transformation de noix de cajou en stimulant les acteurs,
en incitant les institutions financières à investir dans le secteur, et en cherchant l’appui du
gouvernement en faveur des politiques de développement liées au secteur.

4. En tant que représentante nationale du Bénin, vous avez joué un rôle important en accueillant la
conférence. Quels sont les aspects de la conférence dont vous avez été le plus fière ?
En tant que présidente du comité d’organisation de la conférence, j’ai été véritablement
émerveillée par plusieurs facteurs, à savoir :

1. La volonté et le bénévolat de tous les membres qui ont œuvré au succès de cette conférence.
Merci à tous.

2. La réunion des experts de haut niveau, la première à enregistrer la présence effective de


ministres de pays frères. Ceci a montré l’intérêt que nos gouvernements portent à ce secteur.

3. Enfin, l’Exposition, qui est toujours intéressante.

5. Comment envisagez-vous le changement du rôle de l’ACA dans l’industrie du cajou au cours des
cinq prochaines années ?

Le rôle de l’ACA qui vient en appui à l’industrie devrait être la mise des compétences et services en
relation avec les plates-formes nationales où l’industrie est en pleine croissance. L’ACA doit
renforcer les partenariats qui se développent avec les institutions financières dans le but d’avoir
des institutions qui maîtrisent le rôle qu’elles ont à jouer dans le financement du secteur. L’ACA
doit être en mesure de mettre à la disposition de ses membres tous les services dont ils ont besoin.

5. Quels sont selon vous les changements les plus intéressants qui sont intervenus dans l’industrie
africaine du cajou ?

La popularité croissante des industries de transformation au niveau national constitue l’un des plus
grands changements en cours dans l’industrie et également le développement de technologies
facilitant un meilleur travail dans les usines. De même, les acheteurs de noix qui se tournent vers
l’Afrique en tant que productrice d’amandes de cajou, continent dont ils attendent et espèrent
beaucoup, constituent, selon notre perception, un changement nouveau.