Vous êtes sur la page 1sur 20

SOCIETE COOPERATIVE AGRO-PROMOTION

ETUDE DE PROJET DE 30ha D’EXPLOITATION


AGRICOLE EN CULTURES ASSOCIES :
CACAOYERS+BANANIERS +ARBRES FRUITIERS DE
M. NGAH OBIAGA Gérôme AU VILLAGE
EBOMATENDE PAR NKOTENG.
MONTANT TOTAL DU PROJET : 172 514 832 FCFA
(CENT SOIXANTE DOUZE MILLIONS CINQ CENT QUATORZE
MILLE HUIT CENT TRENTE DEUX FRANCS).
L’ETUDE DU PROJET S’ETALE SUR UNE DUREE DE SIX (06) ANS : DE LA
CREATION A LA SIXIEME ANNE.

Rédiger par : BODO AFANA JEAN CLAUDE (ADMINISTRATEUR DE LA


SOCIETE AGRO-PROMOTION Expert Consultant en Développement Rural et
Phytosanitaire) assisté par EKODO AFANDA ACHILLE HERVE (Ingénieur en
Hydraulique Agricole).
15/07/2014
DEMARRAGE DU PROJET : DES LA FIN DE LA REDACTION DU PROJET LE 15
JUILLET 2014.

Rédigé par BODO AFFANA Jean Claude (Expert consultant en Développement Rural et
Phytosanitaire) assisté par EKODO AFANDA Achille Hervé (Ingénieur en Hydraulique Agricole).
Page 1
Table de matières
ETUDE DE PROJET DE 30ha D’EXLPOITATION AGRICOLE EN CULRTURES
2
ASSOCIEES : CACAOYER+BANANIERS+ARBRES FRUITIERS ………………….
FICHE SQUELETTIQUE DU PROJET …………………………………………………… 2
TITRE DU PROJET : CREATION D’UNE EXPLOITATION DE 30ha EN CULTURES
2
ASSOCIEES : CACAOYER+BANANIERS+ARBRES FRUITIERS …………………..
I- CONTEXTE ET JUSTIFICATION …………………………………………….. 3
II- Les populations cibles …………………………………………………………. 3
III- Objectif du projet ………………………………………………………………. 4
3-1- Objectif principal ………………………………………………………………………. 4
3-2- Objectifs spécifiques ………………………………………………………………….. 4
IV- Résultats attendus ……………………………………………………………… 4
V- Description détaillée du projet …………………………………………………. 4
5-1- Localisation du projet …………………………………………………………………. 4
5-3- Données techniques (agronomiques et économiques) …………………………… 4
5-3- Tableau de compte prévisionnel d’exploitation, chronogramme de mise en
5
œuvre du projet et conseils ………………………………………………………………...
VI- RECETTE MOYENNE ………………………………………………………… 13
6-1- Le bananier ……………………………………………………………………………. 13
6-2- La cacaoyer ……………………………………………………………………………. 13
6-3- Bilan financier du projet au bout de 06 ans d’exploitation : exploitation associée
14
cacaoyer-bananier-arbre fruitier …………………………………………………………..
6-4- Analyse du compte d’exploitation prévisionnel …………………………………… 15
VII- Stratégie de mise en œuvre et de pérennisation du projet ………………… 15
7-1- Mise en œuvre ………………………………………………………………………… 15
7-2- Pérennisation du projet ………………………………………………………………. 15
7-3- Les ressources matériels, humaines et technologiques nécessaires à la mise
15
en œuvre du projet ………………………………………………………………………….
VIII- L’impact du projet ………………………………………………………………. 16
IX- Suivi-évaluation et audit du projet …………………………………………… 16
9-1- Le suivi interne ……………………………………………………………………….. 16
9-2- Le suivi extérieur ………………………………………………………………………. 16
X- Risques et contraintes liés à la réalisation du projet ……………………….. 16
XI- Convention de collaboration …………………………………………………… 17
XII- Conclusion/recommandation ………………………………………………….. 17

ETUDE DE PROJET DE 30ha D’EXPLOITATION AGRICOLE EN CULTURES


ASSOCIEES : CACAOYER+BANANIER+ARBRES FRUITIERS
Maitre d’œuvre : M. NGAH OBIAGA Gérôme
Rédigé par BODO AFFANA Jean Claude (Expert consultant en Développement Rural et
Phytosanitaire) assisté par EKODO AFANDA Achille Hervé (Ingénieur en Hydraulique Agricole).
Page 2
Tél : 696 48 35 33 / 675305812

Lieu d’exécution du projet : Nkoteng arrondissement de Nkoteng département de la


Haute-Sanaga Région du Centre.
Maitre d’œuvre : Sté Coopérative Agro-promotion
B.P : S/C 12538 Yaoundé
Tél : 677 453117/697233733/ BODO AFFANA Jean Claude à Yaoundé

FICHE SQUELETTIQUE DU PROJET.

TITRE DU PROJET : CREATION D’UNE EXPLOITATION DE 30ha EN CULTURES


ASSOCIEES : CACAOYER+BANANIER+ARBRES FRUITIERS.
LES ACTEURS :
 Maitre d’ouvrage (propriétaire) : M. NGAH OBIAGA Gérôme, Promoteur
agricole à Nkoteng, arrondissement de Nkoteng département de la Haute-
Sanaga Région du Centre. Tél : 696483533/675305812.
 Maitre d’œuvre (coach/conseil) : Sté coopérative Agro-promotion BP : S/C
12538 Yaoundé Tél : 677453117/697233733 BODO AFFANA Jean Claude à
Yaoundé.
 Démarrage du projet : 15 juillet 2014
 Durée du projet (création seulement) : 06 ans
Montant du projet : 172 514 832 FCFA
(CENT SOIXANTE DOUZE MILLIONS CINQ CENT QUATORZE MILLE HUIT
CENT TRENTE DEUX FRANCS).
 Type de projet : socio-économique
 Finalités (objectifs) :
- amélioration du revenu du Promoteur
- initiation de la population a l’entreprenariat agricole
- Création d’emploi.
I- CONTEXTE ET JUSTIFICATION
Le cacao est la première culture d’exportation au Cameroun. Le Cameroun en est le
5°producteur mondial (soit 5% de la production mondiale) le label « cacao du
Rédigé par BODO AFFANA Jean Claude (Expert consultant en Développement Rural et
Phytosanitaire) assisté par EKODO AFANDA Achille Hervé (Ingénieur en Hydraulique Agricole).
Page 3
Cameroun » n’a cessé d’attirer les consommateurs dont le nombre augmente au fil
des temps. Ce sont tous ces facteurs qui expliquent la hausse vertigineuse de la
tonne du « cacao Cameroun » sur le marché mondial. Aujourd’hui la tonne est cotée
sur la bourse à 1.600.000FCFA. Localement le prix de la tonne bord-
champ(Nkoteng) est de 1.250.000FCFA. La banane plantain quant à elle est un
produit qui se consomme autant localement qu’à l’étranger (la sous-région). Il en est
de même des fruits donc l’apport nutritionnel en supplément d’éléments est
déterminant pour l’amélioration autant de notre état physiologique que de notre
santé.
Par ailleurs, dans la zone de Nkoteng se trouve la SOCUCAM une Agro-industrie qui
borne d’ailleurs notre exploitation. L’ouvrier agricole qu’elle emploie y travaillera
saisonnièrement. Cela constitue un atout majeur pour la main d’œuvre qu’exige notre
projet.
Aussi le cacao culture n’est pas trop pratiqué par les populations de Nkoteng. Ce
projet viendra à coup sûr susciter celle-ci à diversifier leurs activités agricoles et
pallier à la monotonie du système agricole de la zone. Cela constitue une avancée
notable dans l’amélioration de leurs connaissances en matière de cacao culture et
par ricochet de leur niveau de vie.

Tous ces facteurs réunis justifient aisément notre étude


II- Les populations cibles
 Les sociétés exportatrices ;
 Les industries locales de transformation ;
 Les marchés de la sous région
III- Objectifs du projet
3-1- Objectif principal
Ce projet a pour objectif principal l'amélioration du revenu de l’entrepreneur et
l’incitation des populations locales à la pratique du cacao culture et cultures
associées (bananier+arbres fruitiers).

3-2- Objectifs spécifiques


 La lutte contre la pauvreté
 Lutte contre l'exode rural
Rédigé par BODO AFFANA Jean Claude (Expert consultant en Développement Rural et
Phytosanitaire) assisté par EKODO AFANDA Achille Hervé (Ingénieur en Hydraulique Agricole).
Page 4
 lnitier les populations locales à la maitrise des techniques culturales du
cacaoyer, bananier et arbres fruitiers
 lnciter la création des exploitations semblables dans la localité.

IV- Résultats attendus


 Amélioration du revenu de l’entrepreneur agricole (NGAH OBIAGA Gérôme)
 Réduction du chomage
 Amélioration des conditions de vie
 Exploitations semblables créées dans la localité

Le projet sera localisé au village Ebomatendé (Nkoteng), arrondissement de


Nkoteng, département de la Haute-Sanaga, région du Centre.
Ebomatendé est un village de Nkoteng qui borde l’exploitation industrielle de la
SOSUCAM.
- Le projet est situé à proximité de la route bitumée qui relie Nkoteng à
Yaoundé.
- Proximité avec le marché de Nkoteng, Mbandjock et méme Nanga-Ebogo
et d’Obala.

Enfin, ce projet sera réalisé par 4 employés permanents et 6 employés saisonniers


et coaché par la société coopérative Agro-promotion. Cette stratégie nous parait plus
efficace sur le plan technique et économique.

5-3-1- Création proprement dite


Compte Qtité ou Prix Prix total Chronogramme Observations
prévisionnel superficie unitaire (FCFA) d’exécution
Rédigé par BODO AFFANA Jean Claude (Expert consultant en Développement Rural et
Phytosanitaire) assisté par EKODO AFANDA Achille Hervé (Ingénieur en Hydraulique Agricole).
Page 5
d’exploitation (FCFA) des travaux
Etapes des
travaux
Achat du terrain 30ha 70.000 2100.000 Début juillet Le terrain doit être
2014 prospecté par un
expert pour
confirmer sa
compatibilité avec
le projet
Prospection et ou 30ha Forfait 200.000 Avant le 05 août Les études
étude pour la 2014 pédologiques se
pédagogique prospection font par les
uniquement instituts de
recherches (Labo
génie, IRAD,
FASA…)
Etude du projet 30ha Forfait 200.000 Avant le 30 « presque sans
juillet 2014 théorie est
aveugle »
Commande du 33300plants 200 6660.000 Avant le 15 août La planteur doit
matériel végétal de cacaoyers 2014 s’aviser de la
33300plants 200 6660.000 disponibilité du
de bananiers matériel végétal
1500 plants 1000 1500.000 avant le
d’arbres défrichage pour
fruitiers éviter la dépense
inutile
Défrichage 30ha 30.000 900.000 Avant le 15 août La parcelle doit
2014 être défrichée
avant le début de
la 2e saison de
pluies
Trouaison 68.100 trous 50 3405.000 Avant le 15 août Dimension de trou
2014 =40x40x40cm
écartement 1,5m
Rédigé par BODO AFFANA Jean Claude (Expert consultant en Développement Rural et
Phytosanitaire) assisté par EKODO AFANDA Achille Hervé (Ingénieur en Hydraulique Agricole).
Page 6
pour le bananier
et le cacaoyer 10
trous d’arbres sur
2000m²
Piquetage 30ha (68160 Forfait 900.000 Avant le 15 août Il y a au total
piquets) 33300cacaoyers
33300 bananiers
1500 arbres
fruitiers
ère
Transplantation 68250plants 25 1706250 Dès la 1 pluie Il faut planter dès
à partir du 10 le début des
août 2014 pluies car la 2e
saison est courte.
Fertilisation 68250 plants 400 27300000 45 jours après la Fertiliser le
50gr/plant transplantation cacaoyer et
bananier 2fois/an
pendant les 2
saisons de pluies
et la quantité
évoluera avec le
développement
des plantes
Supplément 30kg 5.000 150.000 Une semaine Permet à la plante
alimentaire (engrais après les d’assimiler les
foliaire) engrais éléments nutritifs
organiques du sol. A
pulvériser tôt le
matin, tard le soir
ou en temps
couvert.
Réglage de 30ha 30.000 300.000 Juste après à la Engainer et
l’ombrage fin du repiquage badijonner de
l’arboricole autour
des arbres

Rédigé par BODO AFFANA Jean Claude (Expert consultant en Développement Rural et
Phytosanitaire) assisté par EKODO AFANDA Achille Hervé (Ingénieur en Hydraulique Agricole).
Page 7
volumineux, au
coutre-fort et aux
cimes trop bat. Ce
travail doit aller
progressivement
car il faut
présenter les
plantes utiles
encore fragile de
la violente
sécheresse de
novembre à mars
Imprévu (5) 5% 1509486 7547430

Totale de dépense à affecter à la création du champ = 59.528.680 FCFA


(cinquante neuf million cinq cent vingt huit mille six cent quatre vingt francs)

5-3-2- Les équipements et leur amortissement.


Bien que les dépenses affectes à ce projet soient évaluées à la tâche il est toujours
conseiller à l’entrepreneur agricole de disposer personnellement d’un matériel que
nous allons énumérer et évalué ici en précisant sont temps d’amortissement. Cela lui
permettra de savoir à quel moment renouveler son stock. Cet équipement sera
calculé pour la création de 30ha et durant les six (06) premières années qui font
l’objet de cette étude.

Amortissement
Durée de
annuel
Désignation Quantité Prix U. Prix T. vie
Par
escomptée Total
unité
Machette 30 3.500 105.000 01 1.750 17.500
Lime 30 3.000 90.000 01 3.000 30.000
Pulvérisateur 15 30.000 450.000 03 10.000 50.000
Tronçonneuse 03 450.000 1350.000 05 90.000 90.000
Plantoir 30 2.500 75.000 04 625 6.250
Hectomètre 06 15.000 90.000 05 3.000 6.000
Ficelle 3000m 25 75.000 05 25 25.000
Rédigé par BODO AFFANA Jean Claude (Expert consultant en Développement Rural et
Phytosanitaire) assisté par EKODO AFANDA Achille Hervé (Ingénieur en Hydraulique Agricole).
Page 8
Atomiseur 03 450.000 1350.000 05 90.000 90.000
Thermo- 03 1200.000 3600.000 10 120.000 120.000
nébulisateur
Imprévu total 5% 112.750
Boîte à 01 Forfait 60.000 01 20.000 20.000
pharmacie

Total des dépense pour l’équipement est = 7357750 FCFA(sept millions trois
cent cinquante sept mille sept cent cinquante francs) pour les 06 premières
années après la création de l’exploitation.

5-3-3- Entretien de l’exploitation avant la production (cacaoyers-bananiers-arbres


fruitiers)

Compte
prévisionnel Prix Chronogramme
Qtité ou Prix total
d’exploitation unitaire d’exécution Observations
superficie (FCFA)
Etapes des (FCFA) des travaux
travaux
Achat du terrain 30ha 70.000 2100.000 Janvier-février Le champ doit
2015 toujours être
propre par un
expert pour
confirmer sa
compatibilité avec
le projet
Prospection et ou 30ha Forfait 800.000 Mai-juin 2015 Les études
étude pour la pédologiques se
pédagogique prospection font par les
uniquement instituts de
recherches (Labo
génie, IRAD,
FASA…)
Etude du projet 30ha Forfait 100.000 Mars-mai 2015 « presque sans
théorie est

Rédigé par BODO AFFANA Jean Claude (Expert consultant en Développement Rural et
Phytosanitaire) assisté par EKODO AFANDA Achille Hervé (Ingénieur en Hydraulique Agricole).
Page 9
aveugle »
Défrichage 30ha 30.000 900.000 Avant le 15 août La parcelle doit
2014 être défrichée
avant le début de
la 2e saison de
pluies
Trouaison 22.700 trous 50 1.135 000 Avant le 15 août Dimension de trou
2014 =40x40x40cm
écartement 1,5m
pour le bananier
et le cacaoyer 10
trous d’arbres sur
2000m²
Piquetage 30ha (68160 Forfait 900.000 Avant le 15 août Il y a au total
piquets) 11.100cacaoyers
11.100 bananiers
500 arbres
fruitiers
ère
Transplantation 68160 plants 25 1704000 Dès la 1 pluie Il faut planter dès
à partir du 10 le début des
août 2014 pluies car la 2e
saison est courte.
Fertilisation 68160 plants 400 27264000 45 jours après la Fertiliser le
50gr/plant transplantation cacaoyer et
bananier 2fois/an
pendant les 2
saisons de pluies
et la quantité
évoluera avec le
développement
des plantes
Supplément 30kg 5.000 150.000 Une semaine Permet à la plante
alimentaire (engrais après les d’assimiler les
foliaire) engrais éléments nutritifs
organiques du sol. A
Rédigé par BODO AFFANA Jean Claude (Expert consultant en Développement Rural et
Phytosanitaire) assisté par EKODO AFANDA Achille Hervé (Ingénieur en Hydraulique Agricole).
Page 10
pulvériser tôt le
matin, tard le soir
ou en temps
couvert.
Réglage de 30ha 30.000 900.000 Juste après à la Engainer et
l’ombrage fin du repiquage badijonner de
l’arboricole autour
des arbres
volumineux, au
coutre-fort et aux
cimes trop bat. Ce
travail doit aller
progressivement
car il faut
présenter les
plantes utiles
encore fragile de
la violente
sécheresse de
novembre à mars
Imprévu (5) 5% 969606 484803

Total des dépenses affectées à l’entretien avant la récolte est = 6.787.242 FCFA
(six million sept cent quatre-vingt-sept mille deux cent quarante-deux francs)
Pour maitriser le bénéfice généré par l’exploitation, il faut calculer la dépense
annuelle affectée au champ après sa création. D’où une gestion méticuleuse des
recettes enclenchées est préconisée.
Dès la fin de la deuxième année le cacaoyer entre en production. Le bananier quant
à lui peut commencer à être récolte selon les variétés à partir de la fin de la 1 ère
année ce qui veut dire que la phase de la création en est complètement achevée,
place maintenant à l’entretient pur et simple de l’exploitation.
A ce moment une nouvelle étude de projet (entretien de l’exploitation) doit être
montée.
5-3-4- Dépenses annuelles affectées à l’entretien de l’exploitation
Rédigé par BODO AFFANA Jean Claude (Expert consultant en Développement Rural et
Phytosanitaire) assisté par EKODO AFANDA Achille Hervé (Ingénieur en Hydraulique Agricole).
Page 11
5-3-3-1- Le cacaoyer
Compte Qtité ou Prix Prix total Chronogramm Observations
prévisionnel superficie unitaire (FCFA) e d’exécution
d’exploitation (FCFA) des travaux
Etapes des
travaux
Récolte sanitaire 30ha 50.000 1500.000 Janvier-février Réglage de
2017 l’ombrage, taille
sanitaire
Lutte anti scolytes 30ha 10.000 300.000 Février-mars Traitement contre
2017 les chenilles et
autres insectes
Lutte anti capside 30ha 10.000x4 1200.000 Mars-avril 2017 Recueillir les
(il faut au conseils du
moins 04 phytopharmacie
passages)
Traitement 30ha (4800 600 2880.000 Dès l’apparition Nous avons opté
antifongique sachets avril-novembre pour un
2017 traitement au
fongicide
systémique. Il en
faut en moyenne
08 tours de
traitement par an.
L’intervalle entre
02 traitements est
de 21 jours. 1ha
consomme en
moyenne 20
sachets par
passage. Dans le
coût du sachet de
fongicide est
incluse la main

Rédigé par BODO AFFANA Jean Claude (Expert consultant en Développement Rural et
Phytosanitaire) assisté par EKODO AFANDA Achille Hervé (Ingénieur en Hydraulique Agricole).
Page 12
d’œuvre.
Désherbage 30ha 30.000 900.000 Février-mars Il est préférable
2017 de défricher avant
la floraison
La coupe + 30ha 600.000 18.000.000 Juin-décembre Certaines
entassage + 2017 variétés
écabossage + produisent tout au
transport (du long de l’année
cacao)
Fermentation, 600 sacs de 6.000 ou 6.000.000 A chaque coupe Il faut respecter la
séchage et 100kg 6t ou 60t de juin à posologie pour
ensachage décembre 2017 avoir un produit
de qualité
er ème
Fertilisation du 30ha 18 25.000 1.5000.000 1 et 2 saison 125gr/plant et par
cacaoyer sacs de pluies 2017 saison de pluies :
(50kg)/ha du spécial cacao
Imprévu (5) 5% 298.000 5.960.000

Le total des dépenses = 6.258.000 FCFA (six million deux cent cinquante-huit
mille francs) pour l’entretien de la cacaoyère.

5-3-3-2- Le bananier

Compte Qtité ou Prix Prix total Chronogramme Observations


prévisionnel superficie unitaire (FCFA) d’exécution
d’exploitation (FCFA) des travaux
Etapes des
travaux
Traitement 30ha (68160 3.000 333.000 À partir du 15 Il faut traiter
phytosanitaire du plants) mars 2017 chaque année
bananier 10gr/plant pour lutter contre
=111kg les charançons et
nematodes du
bananier à raison
de 10gr/plant ete

Rédigé par BODO AFFANA Jean Claude (Expert consultant en Développement Rural et
Phytosanitaire) assisté par EKODO AFANDA Achille Hervé (Ingénieur en Hydraulique Agricole).
Page 13
par an
ère ème
Fertilisation du 60 sacs de 25.000 1.500.000 1 et 2 Idem que le
bananier 50kg saison de pluies cacaoyer
2017
Coupe et 30.000 400 12.000.000 A tout moment Ce tarif est
transport régimes de facultatif. Il s’agit
plantains du coût du
transport entre
Nkoteng et
Yaoundé
Imprévu (5) 5% 291.650 5.833.000

Le total des dépenses = 6.124.650 FCFA (six million cent vingt-quatre mille six
cent cinquante francs) pour une année d’entretien de la bananeraie.

VI-RECETTE MOYENNE
6-1- La bananier
 Au bout d’une année certaines variétés de bananier entreront en production.
Un hectare de bananier bien planter contient 1111 plants, soit 3333000 plants
pour 30ha. Bien entretenu (traitement phytosanitaire, défrichage,
fertilisation…) les 30ha peuvent produire en moyenne 30.000 régime par an et
ceci pendant au moins quatre (04) ans d’affilé.
 Livrer sur les marchés de Yaoundé, l’on peut vendre en gros en régime en
moyenne à 2.000 FCFA
 Si l’on veut maximiser son produit dans les marchés frontaliers comme Abong-
Minko, Kyossi… pourvu qu’on supporte les tracasseries et le coût élevé du
transport.
En conclusion, le bananier produira durant 04 ans et ceci au rythme de 30.000
régimes par an. Au total on pourra récolter 120.000 régimes au bout 04 ans.
La recette de la bananeraie : 120.000 x 2.000 = 240.000 000 FCFA. C’est la recette
moyenne.
6-2- Le cacaoyer

Rédigé par BODO AFFANA Jean Claude (Expert consultant en Développement Rural et
Phytosanitaire) assisté par EKODO AFANDA Achille Hervé (Ingénieur en Hydraulique Agricole).
Page 14
 Lorsqu’on a fait un bon choix de semence et dans les conditions idéales de
plantation et d’entretien, trois (03) ans après on peut récolter 200kg / ha de
fèves séchées.
 A la quatrième année cette récolte peut passer à 400kg, voir 1000kg soit 1t/ha
à la cinquième année. Ces récoltes peuvent atteindre le maximum de
4000kg/ha ou 4t/ha les années suivantes.
Ici nous allons nous en tenir à la moyenne de 2000kg/ha
 La tonne de cacao bord champ coûte à ce jour 1.250.000 FCFA à Nkoteng.
 La recette moyenne annuelle de 30ha de cacaoyer est : 30x1.250.000 x 2 =
750.000.000 FCFA
NB : Il y a des possibilités de maximiser son profit en commercialisant son produit
bord-port. Soit en l’exportant, pour la réussite de ces opérations il est conseillé de
disposer des quantités importantes, d’où l’importance de se constituer en
organisation professionnelle (GIC, GIE, Coopérative…). On peut également
transformer son produit localement, s’il dispose de l’expertise avérée ou d’un
professionnel en la matière.

6-3- Bilan financier du projet au bout de 06 ans d’exploitation : exploitation


associée cacaoyer-bananier-arbre fruitier.
Désignation Montant en FCFA Total
Recettes Bananier (04 ans)=240.000.000 480.000.000 au bout de 06
Cacaoyer (06 ans d’exploitation
ans)=135.000.000
Arbres fruitiers (06 ans)=
3.000.000 (01 de production). Il
est évident ces chiffres seront
croissant au fil des ans pour le
cacaoyer et les arbres fruitiers
Dépenses de 10.566.402 10.566.402
fonctionnement (création)
Dépenses de 6.787.242 6.787.242
fonctionnement de
l’entretien avant la
production
Rédigé par BODO AFFANA Jean Claude (Expert consultant en Développement Rural et
Phytosanitaire) assisté par EKODO AFANDA Achille Hervé (Ingénieur en Hydraulique Agricole).
Page 15
Equipement pour les six 2.870.000 2.870.000
premières années.
Dépenses spécifiques 6.124.650 x 2 = 12.249.300 25.032.000
pour l’entretien de la
bananeraie (02 ans après
la création)
Dépenses spécifiques 6.258.000 x 4 = 25.032.000 25.032.000
pour l’entretien de la
cacaoyère (04 ans après)

Total recettes = 384.000.000 FCFA (06 ans après la création de l’exploitation)

Total des dépenses = 172514832 FCFA (06ans après la création de


l’exploitation) le bénéfice cumulé = 211485168(deux cent onze millions quatre
cent quatre vingt cinq mille cent soixante huit FCFA) 06ans après la création de
l’exploitation.

6-4- Analyse du compte d’exploitation prévisionnel


Le projet est rentable déjà avec le revenu du plantain au bout de 03ans couvre toute
la dépense. Au bout de 06ans l’exploitation rapporte déjà plus de
210.000.000FCFAau planteur. Chaque année, les cacaoyères et les arbres fruitiers
après 06ans de vie devraient rapporter en moyenne 45.000.000 a l’agriculteur. Mais
pour tenir le cap ce dernier devra respecter à la lettre les normes d’entretien
recommandées par son coach. Si en plus le prix de la tonne de cacao est revu a la
hausse comme le signal les indicateurs économiques internationaux ou si
l’agriculteur vend sa production bord-port, l’exporte ou la transforme ses recettes
seront aussi revues a la hausse voir même doublées.
VII- Stratégies de mise en œuvre et de pérennisation du projet
7-1- Mise en œuvre
Elle doit suivre le cycle de campagne naturelle telle qu’indiquée par le
chronogramme de mise en œuvre conçu dans le compte prévisionnel d’exploitation.
Donc pas de choix technologique spécial.
7-2- pérennisation du projet

Rédigé par BODO AFFANA Jean Claude (Expert consultant en Développement Rural et
Phytosanitaire) assisté par EKODO AFANDA Achille Hervé (Ingénieur en Hydraulique Agricole).
Page 16
La mise en œuvre du projet se fera avec l’implication effective de l’entrepreneur et de
ses ouvriers en vue de maitriser l’itinéraire culturale des diverses cultures du projet,
du coach (société Coopérative Agro-promotion) part l’efficience et l’efficacité de ses
conseils techniques.
7-3- Les ressources matérielles, humaines et technologiques nécessaires à la
mise en œuvre du projet
7-3-1- Les ressources matérielles
 Le matériel végétal de bonne qualité (semences sélectionnées cacao,
bananier, arbres fruitiers)
 Engrais (racinaires et foliaires).
 Equipements de pointe.
 Pesticides appropriés et adaptés.
7-3-2- Les ressources humaines
 La supervision de la mise en œuvre du projet par la sociétéCoopérative Agro-
promotion.
 Une main d’œuvre temporaire et permanente recrutée par l’entrepreneur
après consultation de l’expert.
7-3-3- Les mécanismes à déployer pour obtenir les résultats escomptés.
 L’entrepreneur doit appliquer les conseils prodigues par l’expert (société Agro-
 promotion) à travers la supervision approchée de toute la chaine
d’encadrement.
VIII- L’impact du projet
 Sur la réduction de la pauvreté.
 Création des emplois,
 Augmentation des surfaces cultivées dont de la production,
 Amélioration significative du niveau de vie de l’entrepreneur et des
populations riveraines,
 Renforcement de la sécurité alimentaire dans la région.
IX- Suivi-évaluation et audit du projet
9-1- le suivi interne
Il sera organisé par l’entrepreneur avec la participation active de ses ouvriers chaque
trimestre. Ils seront appuyés dans leurs efforts par Agro-promotion.
9-2- le suivi extérieur
Rédigé par BODO AFFANA Jean Claude (Expert consultant en Développement Rural et
Phytosanitaire) assisté par EKODO AFANDA Achille Hervé (Ingénieur en Hydraulique Agricole).
Page 17
Il sera assure par la société Coopérative Agro-promotion à travers son administrateur
M. BODO AFFANA Jean Claude au moins une fois par mois. C’est également à cette
société qu’incombe la charge d’organiser l’audit annuel en vue de s’assurer du bon
respect des techniques et du calendrier des travaux afin de maintenir le projet sur les
rails.
Le but principal sera d’apporter des réajustements sur les défaillances relevées par
l’audit.
X- Risques et contraintes liés à la réalisation du projet
Les risques encourus dans la réalisation du projet sont de divers ordres :
 D’ordre environnemental: même s’il demeure vrai que la quantité de carbone
séquestrée diminuera de façon drastique dans la zone, mais ici la forêt
détruite sera substituée par l’exploitation (cacaoyère, les arbres fruitiers...)
pour corriger ces manquements relevés. De plus pour limiter les effets de la
pollution sur les milieux de vie naturel (aquatique et aérien...) l’encadrement
technique prescrira des intrants agricoles (pesticides et engrais...) soucieux du
bien être de l’environnement qui soient homologués et même biologiques.
 Pour amoindrir les effets de la sélection naturelle et garantir le succès du
projet, les divers partenaires du projet s’attèleront à ce que le matériel végétal
utilisé soit de qualité saine. De plus les normes de plantations et d’entretien
doivent être respectées rigoureusement car elles sont très déterminantes pour
la réussite du projet.
 Pour réduire les accidents de travail et alléger le travail l’entrepreneur mettra à
la disposition des ouvriers un matériel de travail de haute qualité. Il mettra
aussi une trousse de premier secours pour apporter les premiers soins en cas
d’accident de travail. Un environnement pareil suscitera la confiance des
ouvriers et leur motivation sera à la hauteur des taches à accomplir.
 Pour la stabilité des prix des intrants, même comme ils sont dictés par le
marché le promoteur pourra compter sur le soutien indéfectible de son
partenaire Agro-promotion qui lui assurera autant que faire ce peut
satisfaction.
XII- Convention de collaboration

Rédigé par BODO AFFANA Jean Claude (Expert consultant en Développement Rural et
Phytosanitaire) assisté par EKODO AFANDA Achille Hervé (Ingénieur en Hydraulique Agricole).
Page 18
Afin de rassurer le coach (la société Coopérative Agro-promotion) et surtout pour un
engagement sans limite de sa part, il sera signé une convention de collaboration
ratifiée par le coach et l’entrepreneur agricole.

XIII- Conclusion / recommandation


 La signature de la convention de collaboration entre les deux parties.
 L’élaboration de cette étude de projet qui a pour objet de baliser le terrain pour
garantir le succès dudit projet. Cette étude :
- Elle détermine les caractéristiques requises pour le choix du site du projet.
- Elle établit le chronogramme (le calendrier) des activités à effectuer dans
l’espace et dans le temps.
- Elle donne une idée précise sur le profit du projet et établie l’ordre de priorité
des étapes du projet à financer dans le temps et permet aux deux parties de
planifier aisément leurs échéances (dépenses pour l’entrepreneur et la
fourniture du matériel pour la société Coopérative Agro-promotion).
- Elle peut aider l'entrepreneur agricole à obtenir des crédits bancaires, des
subventions de la part de |’Etat, des aides de la part des Organisations Non
Gouvernementales ou de tout autre partenaire au développement.
- Elle éclaire et met en confiance ses partenaires financiers car elle donne une
idée précise sur les fondements et la vision entrepreneuriale du projet.
- Elle permet d’apprécier la rentabilité ou la non-rentabilité du projet, liste les
difficultés et les risques liés a la mise en œuvre du projet et procure des
techniques et les stratégies à adopter pour contourner en toute quiétude ces
divers obstacles.
- Elle permet également d’éviter les obstacles qui peuvent enfreindre le bon
déroulement des activités du projet.
 Le Promoteur doit se munir d’un cahier de charge qui lui permettra d’être en
possession de toutes les données financières exactes du projet et par là,
établir une bonne traçabilité de la gestion de l’exploitation.
 Le Promoteur doit avoir en sa possession, les fiches techniques des
différentes spéculations pratiquées dans la parcelle. Elles peuvent être
fournies par Agro-promotion ou toute autre source fiable traitant du domaine
agricole.
Rédigé par BODO AFFANA Jean Claude (Expert consultant en Développement Rural et
Phytosanitaire) assisté par EKODO AFANDA Achille Hervé (Ingénieur en Hydraulique Agricole).
Page 19
 Il doit se faire accompagner d’un conseil agricole et phytosanitaire
expérimenté cela est très déterminant pour la réussite de son projet.

Rédigé par BODO AFFANA Jean Claude (Expert consultant en Développement Rural et
Phytosanitaire) assisté par EKODO AFANDA Achille Hervé (Ingénieur en Hydraulique Agricole).
Page 20