Vous êtes sur la page 1sur 5

UNIVERSITE HASSAN II-CASABLANCA A.U.

2020/2021

FA C U LT E D E S SCIENCES JURIDIQUES, ECONOMIQUES ET


SOCIALES

MOHAMMEDIA

FILIERE : SCIENCES ECONOMIQUES ET DE GESTION

CINQUIEME SEMESTRE
MODULE : HISTOIRE DE LA PENSEE ECONOMIQUE

PROFESSEUR : M.SAJID

ELEMENTS D’INTRODUCTION GENERALE

ETUDIER L’ H I S T O I R E DE LA PENSEE
ECONOMIQUE, LES CONDITIONS DE SA
NAISSANCE ET DE SON DEVELOPPEMENT MET
EN LUMIERE UNE CARACTERISTIQUE
ESSENTIELLE DE L’ E C O N O M I E POLITIQUE.
L’ E C O N O M I E P O L I T I Q U E E T L E S Q U E S T I O N S
AUXQUELLES ELLE S’EFFORCE DE REPONDRE
S O N T N E E S AV E C L A P R O D U C T I O N M A R C H A N D E .

Lorsqu’apparaît la production pour un marché, lorsque les


fluctuations des prix causent de nombreux problèmes, lorsque les
relations monétarisées (solvabilité marchande) vont dissoudre les
anciennes relations sociales traditionnelles (famille, troc, etc.), les
premières questions de nature économique surgissent. L’histoire des
préoccupations et réflexions économiques commence avec
l’apparition de la division du travail et du surplus à partager.
C’est ce qui semble expliquer les raisons de l’apparition des
réflexions économiques en Chine et surtout dans la Grèce antique où
la production marchande et l’économie monétaire avaient connu leur
premier essor. Ce lien entre la production marchande et la genèse et
développement de la pensée économique trouve sa forte justification
dans le développement de la pensée économique en Europe
occidentale à partir du XVIIIe siècle dans un contexte de la révolution
industrielle et du développement de la production marchande et du
capitalisme industriel.
Les conditions de la naissance et du développement de l’analyse
économique font apparaître l’économie politique comme une science
historique qui étudie des lois elles-mêmes historiques, c’est-à-dire des
lois qui sont spécifiques à un système économique et social
historiquement bien situé et bien déterminé: la production capitaliste.
Ainsi, il existe un rapport particulier entre l’état actuel des idées et
pensées économiques, et leur histoire. Une histoire qui nous aide à
mieux comprendre les controverses et débats actuels de l’économie
politique.
Retracer l’histoire des idées et de la pensée économique suppose
de bien cerner son sujet. Cela suppose ensuite de trouver un point de
départ dans le temps pour cheminer jusqu’aux apports d’économistes
contemporains. L’économie naît réellement au XVIII e siècle. C’est à
partir de là en effet que la réflexion sur la société et les relations entre
les hommes intègre un objectif clair: accroître les richesses de tout un
chacun et de tout le pays.
Auparavant, le monde vit globalement dans une économie de
pénurie et de famines. Les idées économiques d’avant le XVIIIe siècle
étaient insérées dans le cadre de préoccupations philosophiques ou
sous l’emprise du rituel et du religieux. Pour ce qui est des idées des
mercantilistes, elles émanent d’hommes d’affaires, d’industriels ou
d’hommes politiques qui sont de l’ordre de recommandations
d’actions à entreprendre par les Etats que de pures réflexions
économiques.
Alors que toute société a une économie, son étude est le plus
souvent celle d’une économie capitaliste, orientée vers le marché
plutôt que celle d’une économie planifiée. Dans les sociétés
traditionnelles anciennes, les marchés soit n’existaient pas, soit étaient
accessoires à d’autres manières d’organiser la production et la
distribution.
Dans ces sociétés, l’économie était intégrée dans les institutions
culturelles et religieuses. Dans les sociétés anciennement planifiées,
l’économie est intégrée dans les institutions politiques, comme le
féodalisme européen ou dans les diverses formes des systèmes de
production reposant sur l’esclavage. L’économie n’était pas autonome
et n’est devenue « désintégrée » qu’à la suite du développement du
capitalisme.
C’est au XVIIIe que débute l’aventure moderne du
productivisme et de la croissance économique. C’est également à cette
époque que le terme d’ »économie politique » s’impose pour désigner
la réflexion sur la richesse d’un pays, sur la croissance et la répartition
de ses fruits. Etymologiquement, il vient du grec et signifie « étude de
la gestion [économie en grec] de l’Etat [politique en grec
également] ».
L’économie politique est née, au XVIIIe siècle, de diverses
tentatives qui vont être faites pour expliquer certains faits sociaux à
l’aide de méthodes proches de celles qui sont utilisées dans les
sciences de la nature. A l’heure actuelle, cette discipline a pris une
grande extension et trouve des applications pratiques dans de
nombreux pays, y compris dans les « pays de l’Est », où l’appareil de
production et de distribution des biens est entièrement dirigé par les
pouvoirs publics. [Henri DENIS. Histoire de la pensée économique.
PUF, 1966]
Pour Henri DENIS, l’économie politique, qui s’attache à
l’interprétation de faits humains, ne peut prétendre à cette entière
indépendance à l’égard des systèmes philosophiques qui est l’ambition
des « sciences exactes ». Expliquer l’organisation sociale de la
production et son évolution au cours de l’histoire est une tâche qui est
nécessairement liée à la philosophie politique.
Antoine de Montchrestien est premier auteur ayant employé
cette expression d’économie politique. Paru en 1615, son traité
d’économie politique est un texte dont le contenu se conforme à
l’étymologie de cette expression. Il est très politique et contient des
recommandations et conseils au roi Louis XIII pour mieux gouverner
et mieux s’acquitter de sa tâche de souverain.

L’ébauche de la science économique est à rechercher au XVIIIe


siècle, c’est-à-dire à partir du moment où commence à s’imposer
l’idée que la fortune de l’Etat ne peut s’analyser sans comprendre
comment se crée la richesse totale du pays.Cette compréhension de la
réalité économique ne peut se faire sans une méthode d’analyse bien
appropriée consistant à chercher à dépasser les apparences pour
analyser en profondeur la réalité en vue d’en tirer des lois de
comportement et des recommandations à faire aux décideurs.
La mutation fondamentale, où l’économie devient une pensée
plus complexe et plus autonome à partir d’une observation initiale sur
la création et la circulation (distribution) de la richesse, est née au
XVIIIe siècle. Généralement, on impute la genèse de la science
économique à l’apport de l’économiste écossais Adam SMITH (1723-
1790) et particulièrement avec son ouvrage paru en 1776, intitulé
« Recherches (Enquête) sur la nature et les causes de la richesse des
nations ». Faire coïncider la genèse d’une science économique
autonome avec l’apport de SMITH est de nature à justifier le statut
conféré à cet auteur de le considérer comme le père fondateur de
l’économie politique. Cette économie politique est une science sociale
et que les faits sociaux et humains changent et évoluent suscitant un
effort continu de la part des auteurs pour une meilleure compréhension
et analyse d’une réalité en mutation et de plus en plus complexe.
Ainsi, l’histoire du raisonnement économique a vu succéder plusieurs
écoles de pensée s’efforçant chacune d’étayer des éléments d’analyse
de modèles d’explication et d’arguments relatifs à la nature du
fonctionnement d’une économie pour justifier un système économique
en matière de production et de répartition des richesses ou pour
dévoiler les contradictions et les limites d’un système économique par
rapport à un autre dont l’organisation économique et sociale est jugée
plus meilleure. Malgré les différences, les oppositions et les
antagonismes entre les différents apports des économistes, force est de
souligner que la science économique s’est enrichi de ce processus
d’accumulation en matière de connaissances économiques qui a fait
avancer cette discipline des sciences des sociétés.