Vous êtes sur la page 1sur 65

DOSSIER DE DEMANDE

D’AUTORISATION ENVIRONNEMENTALE

LUTTE CONTRE LES INONDATIONS


PROJET D’AMENAGEMENT DES OUVRAGES ECRETEURS DE CRUES DE
VAULONGUE ET DE L’ASPE
COMMUNE DE SAINT-RAPHAEL

Pièce 7.H
Avant projet du barrage de l’Aspé
MOE des ouvrages écrêteurs de l'Aspé et de Vaulongue AVP barrage de l'Aspé

Visa
Document actualisé le 12/06/2018.

Chef de
Révision Date Auteur Superviseur Commentaire
Projet

A 06/02/2017 RTH RTH ASA

B 10/02/2017 RTH RTH ASA intégration hausses fusibles

Envoi par mail le 24/03/2017


intégration modification du pertuis de
C 24/03/2017 RTH MHP ASA
fond pour continuité écologique et
aspects paysagers

D 12/06/2018 RTH MHP MHP p/o ASA

ASA : SALMI Akim


MHP : PROST Marc-Henri
RTH : THURIOT Romain
MOE des ouvrages écrêteurs de l'Aspé et de Vaulongue AVP barrage de l'Aspé

SOMMAIRE

1 PREAMBULE ___________________________________ 1
1.1 CONTEXTE DE L’ETUDE ______________________________________ 1
1.2 DONNEES EXPLOITEES ______________________________________ 1
1.3 PIECES GRAPHIQUES ________________________________________ 2

2 PRESENTATION DE L’AMENAGEMENT _________________ 2


2.1 SITUATION GENERALE DE L’AMENAGEMENT ____________________ 2
2.2 PARTIS D’AMENAGEMENT ETUDIES ____________________________ 3
2.3 PRESENTATION DE LA RETENUE ______________________________ 3
2.4 DESCRIPTION GENERALE DE L’AMENAGEMENT _________________ 4
2.5 CLASSEMENT DU BARRAGE ET CHOIX DES CRUES DE PROJET ____ 5
2.5.1 CLASSEMENT DU BARRAGE _______________________________________ 5
2.5.2 DETERMINATION DES CRUES A ETUDIER ______________________________ 5
2.6 FICHE SYNOPTIQUE DU BARRAGE _____________________________ 7
2.7 CONDITIONS HYDRAULIQUES DE FONCTIONNEMENT _____________ 9
2.7.1 SOLUTION DE BASE _____________________________________________ 9
2.7.1.1 Courbe de fonctionnement du seuil de l’évacuateur ________________________________ 9
2.7.1.2 Laminage dans la retenue ____________________________________________________ 9
2.7.2 VARIANTE HAUSSES ___________________________________________ 10
2.7.2.1 Courbe de fonctionnement du seuil de l’évacuateur _______________________________ 10
2.7.2.2 Laminage dans la retenue ___________________________________________________ 12

3 PRESENTATION DETAILLEE DU PROJET ______________ 13


3.1 PRESENTATION DE LA DIGUE ________________________________ 13
3.1.1 IMPLANTATION DU BARRAGE _____________________________________ 13
3.1.2 COUPE TYPE DE LA DIGUE _______________________________________ 13
3.1.3 FONDATION _________________________________________________ 13
3.1.4 REMBLAI DE BASE DE LA DIGUE ___________________________________ 14
3.1.5 DISPOSITIF D’ETANCHEITE PAR GEOMEMBRANE (DEG) __________________ 17
3.1.6 SYSTEME DE DRAINAGE _________________________________________ 17
3.1.7 TABLEAU RECAPITULATIF ________________________________________ 18
3.2 EVACUATEUR DE CRUES ____________________________________ 20
MOE des ouvrages écrêteurs de l'Aspé et de Vaulongue AVP barrage de l'Aspé

3.2.1 PRESENTATION GENERALE ______________________________________ 20


3.2.2 SEUIL DE L’EVACUATEUR ________________________________________ 22
3.2.2.1 Seuil libre de type Creager __________________________________________________ 22
3.2.2.2 Variante hausse __________________________________________________________ 22
3.2.3 COURSIER __________________________________________________ 23
3.2.4 REMBLAIS ATTENANTS__________________________________________ 25
3.2.5 SAUT DE SKI ________________________________________________ 25
3.2.6 BASSIN DE RECEPTION _________________________________________ 29
3.3 PERTUIS DE FOND SOLUTION DE BASE ________________________ 30
3.3.1 PRESENTATION GENERALE ______________________________________ 30
3.3.2 PROTECTION CONTRE LES EMBACLES _______________________________ 30
3.3.3 REDUCTEUR DE SECTION ________________________________________ 30
3.4 PERTUIS DE FOND SOLUTION VARIANTE ______________________ 30
3.4.1 PRESENTATION GENERALE ______________________________________ 31
3.4.2 PROTECTION CONTRE LES EMBACLES _______________________________ 31
3.4.3 REDUCTEUR DE SECTION ________________________________________ 31
3.5 ACCES ____________________________________________________ 32

4 CONTEXTE GEOTECHNIQUE _______________________ 33


4.1 PRESENTATION DES RECONNAISSANCES _____________________ 33
4.1.1 CAMPAGNES DE RECONNAISSANCES GEOTECHNIQUES __________________ 33
4.1.2 RECONNAISSANCES COMPLEMENTAIRES POUR LES PHASES ULTERIEURES _____ 33
4.2 CADRE GEOLOGIQUE GENERAL ______________________________ 33
4.3 SISMICITE _________________________________________________ 35
4.3.1 ZONAGE SISMIQUE ____________________________________________ 35
4.3.2 NIVEAUX D’ETUDES RECOMMANDES ________________________________ 35
4.3.3 VERIFICATION DU RISQUE POTENTIEL DE LIQUEFACTION __________________ 36
4.4 COUPES GEOLOGIQUES ____________________________________ 36
4.5 CADRE GEOLOGIQUE LOCAL_________________________________ 36
4.5.1 MORPHOLOGIE _______________________________________________ 36
4.5.2 FORMATIONS DE RECOUVREMENT _________________________________ 37
4.5.3 LITHOLOGIE DU SUBSTRATUM ____________________________________ 37
4.5.4 DISCONTINUITES______________________________________________ 39
4.6 CONDITIONS HYDROGEOLOGIQUES DU SITE ___________________ 41
4.6.1 PERMEABILITE DU SUBSTRATUM ___________________________________ 42
MOE des ouvrages écrêteurs de l'Aspé et de Vaulongue AVP barrage de l'Aspé

4.6.2 CARACTERISTIQUES MECANIQUES _________________________________ 43

5 ETUDE DE STABILITE DU BARRAGE _________________ 43


5.1 PREAMBULE _______________________________________________ 43
5.2 CARACTERISTIQUES MECANIQUES ___________________________ 43
5.3 SITUATIONS DE PROJET_____________________________________ 44
5.4 RESULTATS DES CALCULS DE STABILITE ______________________ 45
5.4.1 LECTURE DES FIGURES DE STABILITE _______________________________ 45
5.4.2 RESULTATS DES CALCULS EN SITUATION EXCEPTIONNELLE DE CRUE _________ 45
5.4.3 RESULTATS DES CALCULS EN SITUATION NORMALE D’EXPLOITATION _________ 47

6 ENTRETIEN ET SURVEILLANCE _____________________ 49

7 ESTIMATION DU MONTANT DES TRAVAUX _____________ 50

8 DUREE DES TRAVAUX ___________________________ 53

TABLE DES ANNEXES

ANNEXE 1 DONNEES GEOTECHNIQUES

ANNEXE 2 PLANS ET CARTES

TABLE DES FIGURES


Figure 1 : Loi Hauteur-Surface de la retenue du barrage de l’Aspé ________________________ 3
Figure 2 : Loi Hauteur - Volume de la retenue du barrage de l’Aspé _______________________ 4
Figure 3 : Loi hauteur / débit de la solution de base ____________________________________ 9
Figure 4 : Loi hauteur / débit de la solution alternative _________________________________ 10
Figure 1 : Synthèse des enjeux écologiques (source : [4]) ______________________________ 14
Figure 2 : Carrière des grands Caous______________________________________________ 14
Figure 3 : Granulométrie du brut d’abattage 0/360 mm ________________________________ 15
Figure 3-4 : Granulométrie des sables limoneux C1B5 ________________________________ 16
Figure 5 : Bilan des essais triaxiaux sur le matériau C1B5 ______________________________ 16
Figure 6 : Constitution du DEG ___________________________________________________ 17
Figure 7 : Détail du raccord de la membrane avec la plinthe ____________________________ 17
MOE des ouvrages écrêteurs de l'Aspé et de Vaulongue AVP barrage de l'Aspé

Figure 8 : Seuil libre de type Creager ______________________________________________ 22


Figure 9 : Hausses-fusibles _____________________________________________________ 22
Figure 10 : Ligne d’eau et vitesse de l’écoulement sur le coursier (solution de base) _________ 24
Figure 11 : Ligne d’eau et vitesse de l’écoulement sur le coursier (variante hausses) _________ 25
Figure 12 : Saut de ski et bassin de réception _______________________________________ 26
Figure 13 : Paramètres d’un saut de ski (source : 0) __________________________________ 26
Figure 14 : Rapport entre l’angle de sortie du jet et l’angle du saut de ski (abaque d’Orlov) ____ 28
Figure 15 : Taux de dissipation du bassin de réception (solution de base) _________________ 29
Figure 16 : Taux de dissipation du bassin de réception (variante hausses) _________________ 29
Figure 17 : Extrait de la carte géologique de Fréjus Cannes au 1/50 000 __________________ 34
Figure 18 : Zonage sismique réglementaire en Provence-Alpes-Côte-d’Azur _______________ 35
Figure 19 : Levé structural Aspé (Canevas de Schmidt – Hémisphère supérieur) ____________ 40
Figure 20 : Synthèse structurale Aspé (Canevas de Schmidt – Hémisphère supérieur) _______ 40
Figure 21 : Résultats des essais de résistance à la compression sur substratum (source : [1]) _ 43
Figure 22 : Cercle de glissement et facteur de sécurité du talus aval en situation exceptionnelle de
crue (FS=1.49) ____________________________________________________________ 46
Figure 23 : Cercle de glissement et facteur de sécurité du talus amont en situation normale
d’exploitation (FS= 1.40) ____________________________________________________ 47
Figure 24 : Cercle de glissement et facteur de sécurité du talus aval en situation normale
d’exploitation (FS= 1.33) ____________________________________________________ 48

TABLE DES TABLEAUX


Tableau 1 : Liste des plans ............................................................................................................. 2
Tableau 2 : Liste des cartes ............................................................................................................ 2
Tableau 3 : Valeurs caractéristiques de la retenue.......................................................................... 4
Tableau 4 : Classement du barrage de l’Aspé ................................................................................. 5
Tableau 5 : Période de retour de la crue exceptionnelle en fonction de type de barrage et de sa
classe ...................................................................................................................................... 5
Tableau 6 : Période de retour de la crue extrême en fonction de type de barrage et de sa classe .. 5
Tableau 7 : Situations de projet....................................................................................................... 6
Tableau 8 : Caractéristiques principales de l’ouvrage ..................................................................... 7
Tableau 9 : Hydrologie et retenue ................................................................................................... 8
Tableau 10 : Ouvrages hydrauliques............................................................................................... 8
Tableau 11 : Laminage des crues par le barrage de l’Aspé ........................................................... 10
Tableau 12 : Laminage des crues par le barrage de l’Aspé ........................................................... 12
MOE des ouvrages écrêteurs de l'Aspé et de Vaulongue AVP barrage de l'Aspé

Tableau 13 : Caractéristiques des composants de la digue .......................................................... 20


Tableau 14 : Caractéristiques de l’évacuateur de crues ................................................................ 21
Tableau 15 : Recommandations pour les études graduées – barrage en remblai (GT CFBR) ...... 35
Tableau 16 : Exigence de vérification de l’absence de risque potentiel de liquéfaction – barrage en
remblais (GT CFBR) .............................................................................................................. 36
Tableau 17 : Epaisseur des formations meubles ........................................................................... 37
Tableau 18 : Niveau de la nappe dans les sondages .................................................................... 41
Tableau 19 : Résultats des essais de perméabilité du substratum ................................................ 42
Tableau 20 : Influence des caractéristiques physique d’un matériau sur l’angle de frottement ...... 44
Tableau 21 : Caractéristiques nominales des matériaux ............................................................... 44
Tableau 22 : Coefficients partiels et facteurs de sécurité recherché .............................................. 45
Tableau 23 : Caractéristiques réduites des matériaux ................................................................... 45
Tableau 24 : Obligations réglementaires ....................................................................................... 49
MOE des ouvrages écrêteurs de l'Aspé et de Vaulongue AVP barrage de l'Aspé
MOE des ouvrages écrêteurs de l'Aspé et de Vaulongue AVP barrage de l'Aspé

1 PREAMBULE
1.1 CONTEXTE DE L’ETUDE
La Garonne prend sa source dans l’Estérel. Elle conduit à des crues régulièrement dommageables
pour les communes de Fréjus et Saint Raphaël situées dans la partie aval du bassin versant.
Les dernières crues, d’occurrences comprises entre 50 et 100 ans (2006 et 2011) ont ainsi rappelé
la vulnérabilité des riverains au risque de crue. La partie basse de Fréjus et Saint Raphaël forme
une cuvette où les hauteurs d’eau peuvent être importantes en cas d’inondation et mettre en péril
des vies humaines et/ou des structures d’habitations et d’entreprises.
Face à ce constat, la CAVEM (Communauté d’Agglomération Var Estérel Méditerranée) a
entrepris en 2007 une réflexion globale visant à définir une stratégie de protection contre les crues
des communes de Fréjus et Saint –Raphaël. Un schéma directeur de lutte contre les inondations
de la Garonne, du Pedegal et du Valescure a donc été réalisé en 2007 et révisé en 2014 dans
lequel 7 ouvrages écrêteurs étaient prévus (4 sur le bassin du Valescure et du Pédégal et 3 sur le
bassin de la Garonne).
En 2016, une analyse multicritères est réalisée et il apparaît que la réalisation des 3 ouvrages
écrêteurs de Vaulongue, de l’Aspé et des Crottes amont permet d’obtenir un écrêtement significatif
des crues de la Garonne dans la traversée de Saint Raphaël. L’analyse coût-bénéfice de ces
ouvrages est positive. La CAVEM intègre la réalisation de ces ouvrages dans le PAPI Argens en
2016.
Suite à ce constat, la CAVEM a confié après appel d’offres la mission de maîtrise d’œuvre des
ouvrages à ISL. Ce document s’inscrit dans le cadre de cette mission. Il présente l’Avant Projet
(AVP) du barrage de l’Aspé.

1.2 DONNEES EXPLOITEES


La conception du projet a été définie à partir des données suivantes :
[1]. une campagne de reconnaissances géotechniques G12 référencée C/G/10/J/241/K/138_A5,
HYDROGEOTECHNIQUE SUD EST, Février 2012 ,
[2]. des levés topographiques réalisés entre 2011 et 2015 par le cabinet GE2I ,
[3]. le rapport 16F-114-RM-1 « Acquisition de données complémentaires », ISL, Janvier 2017 ,
[4]. « Volet naturel de l’étude d’impact du projet d’aménagement sur les sous bassins versants
Garonne et Peyron : Site B : Barrage écrêteur à l’Aspé », BIOTOPE, Octobre 2015 ,
[5]. le rapport 16F-114-RM-2 « MOE ouvrages écrêteurs de l’Aspé, de Vaulongue et des Crottes :
Etudes préliminaires » qui a défini la crue exceptionnelle à considérer pour le
dimensionnement et les situations extrêmes de crue.

16F-114-RM-3- D Page 1 sur 53


12/06/2018
MOE des ouvrages écrêteurs de l'Aspé et de Vaulongue AVP barrage de l'Aspé

1.3 PIECES GRAPHIQUES


Ce document comprend les pièces graphiques suivantes en ANNEXE 2.

N° de plan Désignation

10-01 Topographie et implantation des investigations géotechniques

10-02 Coupe géologique rive/rive

10-03 Vue en plan de l’aménagement

10-04 Coupe du barrage

10-05 Evacuateur de crues – Profil en long et coupes

10-06 Pertuis de fond – Profil en long et coupes


Tableau 1 : Liste des plans

N° de
Désignation
carte

1 Situation générale de l’aménagement, IGN 1/25 000

2 Emprise de la retenue pour la crue exceptionnelle (T = 1000 ans), Orthophoto

Emprise de la retenue pour la crue exceptionnelle variante hausses fusibles (T = 1000


3
ans), Orthophoto
Tableau 2 : Liste des cartes

2 PRESENTATION DE L’AMENAGEMENT
2.1 SITUATION GENERALE DE L’AMENAGEMENT
Le barrage de l’Aspé est situé sur le cours d’eau du vallon des Crottes, en amont immédiat de la
confluence avec la Garonne et du boulevard Jacques Baudino, au Nord-Est de la commune de
Saint-Raphaël.
La carte n° 1 présente la situation générale de l’aménagement.
La localisation de l’ouvrage et de sa retenue, sur le vallon des Crottes, sont figurées sur la carte
n°2 pour une crue de période de retour 1000 ans.

16F-114-RM-3- D Page 2 sur 53


12/06/2018
MOE des ouvrages écrêteurs de l'Aspé et de Vaulongue AVP barrage de l'Aspé

2.2 PARTIS D’AMENAGEMENT ETUDIES


Dans la suite du rapport, deux aménagements alternatifs sont étudiés. Le niveau des Plus Hautes
Eaux (PHE) atteint pour la solution dite de base est de 29,62 m NGF. L’objet de la variante étudiée
est de limiter le niveau des PHE à 29,00 m NGF afin de ne pas impacter des habitations en amont
du barrage.
Cette différence de PHE se traduit principalement par la mise en place de hausses fusibles dans la
solution variante alors que la solution de base utilise un seuil fixe. L’intérêt majeur de ces hausses
est de ne pas diminuer le laminage du barrage par rapport à la solution de base pour des crues de
période de retour inférieures à 1000 ans (crue exceptionnelle).

2.3 PRESENTATION DE LA RETENUE


Les figures ci-dessous présentent les lois hauteur-surface et hauteur-volume de la retenue du
barrage de l’Aspé.

Figure 1 : Loi Hauteur-Surface de la retenue du barrage de l’Aspé

16F-114-RM-3- D Page 3 sur 53


12/06/2018
MOE des ouvrages écrêteurs de l'Aspé et de Vaulongue AVP barrage de l'Aspé

Figure 2 : Loi Hauteur - Volume de la retenue du barrage de l’Aspé

La retenue normale est fixée par la cote du déversoir (28,75 m NGF). Sous cette cote, le volume
d’eau de la retenue est estimé à environ 186 000 m3 et la surface du plan d’eau est de l’ordre de
4,4 ha. Les volumes et surfaces caractéristiques de la retenue sont figurés dans le tableau suivant.

Sous les PHE


Sous la cote du seuil de Sous les PHE (variante
(solution de base)
l’évacuateur de crues hausses fusibles)
29,62 m NGF (T=1000
28,75 m NGF (T=100 ans) 29,00 m NGF (T=1000 ans)
ans)

Hauteur
12 m 13 m 12,5 m
d’eau1

Surface 4,4 ha 5,2 ha 4,6 ha

Volume 186 000 m³ 227 000 m³ 197 000 m³

Tableau 3 : Valeurs caractéristiques de la retenue

2.4 DESCRIPTION GENERALE DE L’AMENAGEMENT


La vue en plan de l’aménagement est présentée sur le plan 10-03. L’aménagement
comprend principalement :
 une digue en remblai zoné à masque amont de 190 m de long et de 15,5 m de hauteur
maximale par rapport au terrain naturel,
 en rive gauche, un évacuateur en béton armé à seuil libre fondé au rocher,

1 Par rapport à la cote de fond de la rivière à l’entrée de la galerie (~ 16,5 m NGF)

16F-114-RM-3- D Page 4 sur 53


12/06/2018
MOE des ouvrages écrêteurs de l'Aspé et de Vaulongue AVP barrage de l'Aspé

 un pertuis de fond Φ 1200 mm en béton armé de 80 m de longueur fondé au rocher au pied du


versant de rive gauche, sous le remblai du barrage.

2.5 CLASSEMENT DU BARRAGE ET CHOIX DES CRUES DE PROJET


2.5.1 CLASSEMENT DU BARRAGE
Le barrage de l’Aspé a été classé en catégorie C au titre de la sécurité des ouvrages hydrauliques
par le Décret no 2015-526 du 12 mai 2015 relatif aux règles applicables aux ouvrages construits
ou aménagés en vue de prévenir les inondations et aux règles de sureté des ouvrages
hydrauliques.
Le détail du classement du barrage de l’Aspé est présenté dans le tableau suivant :

BARRAGE DE l’ASPE

Type Barrage en enrochements

H (m) 15,5
3
V (m ) 186 000

𝑯² × 𝑽𝟎,𝟓 104

Classement au titre du décret de 2016 C

Tableau 4 : Classement du barrage de l’Aspé

2.5.2 DETERMINATION DES CRUES A ETUDIER


Les dernières recommandations sur le dimensionnement des évacuateurs de crues de barrages
(Recommandations pour le dimensionnement des évacuateurs de crues de barrages – CFBR –
Juin 2013) fixent le choix des périodes de retour des crues exceptionnelles et extrêmes.

 SITUATION EXCEPTIONNELLE DE CRUE : détermine les PHE

Classe du barrage Barrages rigides Barrages en remblais


A 3 000 10 000
B 1 000 3 000
C 300 1 000
Tableau 5 : Période de retour de la crue exceptionnelle en fonction de type de barrage et de sa classe

 SITUATION EXTREME DE CRUE : "L’ouvrage possède encore une marge de sécurité avant la
survenance d’un accident. Supposé se produire quand la cote de danger est atteinte »

Probabilité annuelle de
Classe du barrage
dépassement de la cote de danger
-5
A 10
B 3 × 10−5
-4
C 10
Tableau 6 : Période de retour de la crue extrême en fonction de type de barrage et de sa classe

16F-114-RM-3- D Page 5 sur 53


12/06/2018
MOE des ouvrages écrêteurs de l'Aspé et de Vaulongue AVP barrage de l'Aspé

Les périodes de retour des crues à considérer pour le barrage de L’Aspé sont présentées dans le
tableau suivant.

SITUATIONS ETUDIEES

Exceptionnelle Crue (T = 1 000 ans)

Extrême 1 Crue (T = 10 000 ans)

Extrême 2 Crue (T = 1 000 ans) et pertuis de fond obstrué

Tableau 7 : Situations de projet

16F-114-RM-3- D Page 6 sur 53


12/06/2018
MOE des ouvrages écrêteurs de l'Aspé et de Vaulongue AVP barrage de l'Aspé

2.6 FICHE SYNOPTIQUE DU BARRAGE


Le tableau ci-dessous récapitule les principales caractéristiques du barrage de l’Aspé.

CARACTERISTIQUES PRINCIPALES DE L’OUVRAGE

Type Barrage zoné à masque amont

Fonction Ecrêtement des crues

Classe C

Terrain de fondation Grès / Microconglomérat / Pélites

Altitude de la crête et cote de danger 31.0 m NGF

Terrain naturel en lit mineur en aval du barrage 15,5 m NGF

Hauteur maximale au-dessus du TN 15,5 m

Longueur en crête 190 m

Largeur en crête 6,15 m (dont 4 m circulables)

Largeur maximale au niveau du TN 70 m


2 H / 1 V (fruit moyen de 2,125 H / 1 V avec la
Fruit du parement amont
risberme à la cote 25 m NGF)
Fruit du parement aval 1,8 H / 1 V
Tableau 8 : Caractéristiques principales de l’ouvrage

16F-114-RM-3- D Page 7 sur 53


12/06/2018
MOE des ouvrages écrêteurs de l'Aspé et de Vaulongue AVP barrage de l'Aspé

HYDROLOGIE et RETENUE

Variante hausses
Solution de base
fusibles

Rivière Le Vallon des Crottes


Surface du bassin versant au barrage 2,7 km²
Altitude moyenne du bassin versant 78 m NGF
Altitude, emprise et volume de la retenue
28,75 m NGF / 4,4 ha / 186 000 m3
maximale en exploitation normale
Altitude, emprise et volume de la retenue aux 29,62 m NGF / 5,2 ha / 29,00 m NGF / 4,6 ha /
PHE 227 000 m3 197 000 m3
Qentrant = 62 m³/s Qentrant = 62 m³/s
Situation exceptionnelle de crue
Qsortant = 20 m³/s Qsortant = 38 m³/s
(T = 1 000 ans)
ZPHE = 29,6 m NGF ZPHE = 29,0 m NGF
Qentrant = 87 m³/s Qentrant = 87 m³/s
Situation extrême 1 : crue
Qsortrant = 51 m³/s Qsortrant = 66 m³/s
(T = 10 000 ans)
Z = 30,6 m NGF Z = 29,8 m NGF
Qentrant = 62 m³/s Qentrant = 62 m³/s
Situation extrême 2 : crue (T = 1 000 ans) et
Qsortrant = 29 m³/s Qsortrant = 44 m³/s
pertuis de fond obstrué
Z = 30,2 m NGF Z = 29,4 m NGF
Tableau 9 : Hydrologie et retenue

OUVRAGES HYDRAULIQUES

Solution de base Variante hausses fusibles


Type : frontal avec seuil libre de type Type : Seuil plat surmonté de hausses
Creager fusibles
Evacuateur de Zcrête = 28,75 m NGF Zcrête = 28,75 m NGF
crues Largeur en crête = 10 m Largeur en crête = 10 m
Qmax = 60 m³/s sous la cote 31 m Qmax = 110 m³/s sous la cote 31 m
NGF NGF
Section de contrôle : 1,20 (l) x 0,47 (h)
Ouvrage de
Section de la galerie : Φ 1200 mm
vidange
Qmax ≈ 5 m3/s pour la Q100
Tableau 10 : Ouvrages hydrauliques

16F-114-RM-3- D Page 8 sur 53


12/06/2018
MOE des ouvrages écrêteurs de l'Aspé et de Vaulongue AVP barrage de l'Aspé

2.7 CONDITIONS HYDRAULIQUES DE FONCTIONNEMENT


2.7.1 SOLUTION DE BASE
2.7.1.1 Courbe de fonctionnement du seuil de l’évacuateur
Le seuil de l’évacuateur est de type seuil libre profilé (profil Creager).
La forme du seuil de d’évacuateur du barrage de l’Aspé a été optimisée à partir des
caractéristiques suivantes :
 𝑍𝑠𝑒𝑢𝑖𝑙 : cote déversante : 28,75 m NGF
 𝐻𝑑 : charge dimensionnante : 0.87 m (Z1000-Zseuil)
Cette optimisation devrait permettre d’obtenir un coefficient de débit pouvant atteindre 0,5 avec
des conditions d’approche optimisées. De manière prudente, une valeur de 0,4 a été considérée
dans le cadre du dimensionnement.
La loi hauteur/débit sur seuil Creager est présentée sur le graphique suivant.

Figure 3 : Loi hauteur / débit de la solution de base

Avec de telles caractéristiques et à charge égale, un seuil Creager permet d’évacuer au moins
25% de débit de plus qu’un seuil plat de même encombrement (10 m).
2.7.1.2 Laminage dans la retenue
Les crues de période de retour 1000 ans et 10 000 ans ont été évaluées dans le cadre du rapport
ISL 16F-114-RM-2.
Le tableau suivant présente les résultats des calculs de laminage pour les crues rares.

16F-114-RM-3- D Page 9 sur 53


12/06/2018
MOE des ouvrages écrêteurs de l'Aspé et de Vaulongue AVP barrage de l'Aspé

Situation extrême 2 :
Situation exceptionnelle Situation extrême 1 :
crue (T = 1 000 ans)
de crue crue
et pertuis de fond
(T = 1 000 ans) (T = 10 000 ans)
obstrué
-5
Période de retour 1 000 ans 10 000 ans probabilité de 10
3 3 3
Q entrant 62 m /s 87 m /s 62 m /s
3 3 3
Q sortant 20 m /s 51 m /s 29 m /s
% laminage 68 % 42 % 53 %
Cote atteinte 29,6 m NGF 30,6 m NGF 30,2 m NGF
Revanche / cote de crête 1,4 m 0,4 m 0,8 m
Tableau 11 : Laminage des crues par le barrage de l’Aspé

En matière de remplissage et de débit à évacuer, la situation extrême 2 (crue de 1000 ans avec un
pertuis bouché et une retenue initialement vide) est moins préjudiciable que la situation extrême 1
(crue de 10 000 ans).

2.7.2 VARIANTE HAUSSES


2.7.2.1 Courbe de fonctionnement du seuil de l’évacuateur
L’évacuateur dispose d’un seuil plat à la cote 27,50 NGF, de largeur 10m, surmonté de deux
hausses fusibles de largeur égale (5 m) hautes de 1,25 m. Avant basculement des hausses, la
côte de déversement est donc égale à celle de la solution de base, soit 28,75 NGF.
Les coefficients de débits considérés dans le calcul de la loi hauteur/ débit sont les suivants :
 seuil plat : μ = 0,385
 hausses fusibles : μ = 0,42
La loi hauteur débit du seuil est présentée sur le graphique suivant :

120 111,7
100

80
Débit (m3/s)

60
2
40 31,3

20 3
crête
PHEE

1
0
27 28 29 30 31 32
Cote (m NGF)

Figure 4 : Loi hauteur / débit de la solution alternative

Le fonctionnement de ce seuil est le suivant lors d’une crue:

16F-114-RM-3- D Page 10 sur 53


12/06/2018
MOE des ouvrages écrêteurs de l'Aspé et de Vaulongue AVP barrage de l'Aspé

lorsque le niveau de la retenue dépasse le niveau de retenue normale (28,75 NGF), les
hausses fusibles déversent. Le basculement de la (des) première(s) hausse(s) n’est activé
que lorsque le niveau de la retenue dépasse la cote z1=28,85 NGF (période de retour
supérieure à 100 ans). Lorsque le niveau de la retenue dépasse z2=28,95 NGF,
l’ensemble des hausses fusibles ont basculé, le seuil plat à la cote 27,50 est alors
totalement libéré et permet de débiter plus de 30 m3/s sous la cote des PHE.

Pour une crue d’intensité supérieure à la crue exceptionnelle, lorsque le niveau du plan
d’eau dépasse le niveau des PHE, la loi hauteur/débit de l’évacuateur est celle du seuil
plat puisque toutes les hausses fusibles ont basculé. Ce seuil permet d’évacuer un débit
maximal d’environ 110 m3/s sous le niveau de la crête.

à la décrue, la loi hauteur/débit du seuil est fonction du niveau maximal zmax du plan d’eau
atteint lors de la crue :
 zmax<z1 : aucune hausse n’a basculé, la loi hauteur/débit est la même en crue et en
décrue.
 z2> zmax >z1 : seule la première hausse a basculé, la loi hauteur débit lors de la
décrue est représentée par le chemin a sur le graphique ci-dessous,
 zmax >z2 : toutes les hausses ont basculé, la loi hauteur/débit pour la décrue est
celle du seuil plat de largeur 10 m représentée par le chemin b.

40
35 31,3
30
Débit (m3/s)

25 b
20
15
a
10
PHEE

5
0
z1 z2
27,5 28 28,5 29
Cote (m NGF) RN=28,75

L’ordre de basculement des hausses fusibles et les niveaux z1 et z2 de basculement


seront optimisés au stade projet. Ces réglages ont peu d’influence sur la cote des
PHE tant que z2<29 NGF.

Le principe de fonctionnement des hausses fusibles est précisé dans la partie 3.2.2.2.

16F-114-RM-3- D Page 11 sur 53


12/06/2018
MOE des ouvrages écrêteurs de l'Aspé et de Vaulongue AVP barrage de l'Aspé

2.7.2.2 Laminage dans la retenue


Le tableau suivant présente les résultats des calculs de laminage pour les crues rares.
Situation extrême 2 :
Situation exceptionnelle Situation extrême 1 :
crue (T = 1 000 ans)
de crue crue
et pertuis de fond
(T = 1 000 ans) (T = 10 000 ans)
obstrué
-5
Période de retour 1 000 ans 10 000 ans probabilité de 10
3 3 3
Q entrant 62 m /s 87 m /s 62 m /s
3 3 3
Q sortant 38 m /s 66 m /s 44 m /s
% laminage 39 % 24 % 29 %
Cote atteinte 29,0 m NGF 29,8 m NGF 29,4 m NGF
Revanche / cote de crête 2m 1,2 m 1,6 m
Tableau 12 : Laminage des crues par le barrage de l’Aspé

En matière de remplissage et de débit à évacuer, la situation extrême 2 (crue de 1000 ans avec un
pertuis bouché et une retenue initialement vide) est moins préjudiciable que la situation extrême 1
(crue de 10 000 ans).

16F-114-RM-3- D Page 12 sur 53


12/06/2018
MOE des ouvrages écrêteurs de l'Aspé et de Vaulongue AVP barrage de l'Aspé

3 PRESENTATION DETAILLEE DU PROJET


3.1 PRESENTATION DE LA DIGUE
3.1.1 IMPLANTATION DU BARRAGE
L’implantation du barrage est figurée sur le plan 10-03. Elle a été déterminée en prenant en
compte :
 la topographie des versants,
 la géologie du site,
 l’optimisation des volumes de remblais,
 l’optimisation du volume de la retenue,
 la facilité des accès en crête et en pied de barrage,
 la présence d’enjeux écologiques.
3.1.2 COUPE TYPE DE LA DIGUE
La coupe-type de la digue est présentée sur le plan 10-04.
La digue est constituée par un remblai zoné en enrochements réalisé après déblai de la fondation
jusqu’au rocher. Elle comprend :
 un dispositif d’étanchéité par géomembrane (DEG) en amont : l’étanchéité se prolonge en
fondation par un rideau d’injection sur une profondeur maximale de 10 m,
 un rip-rap (au dessus de la cote 25 m NGF) et une recharge en remblai (en dessous de la
cote 25 NGF), assurant la protection de la membrane et la stabilité du talus,
 un drain incliné sous le DEG, constitué par une couche de matériau 20/80 mm prolongé par
un cavalier drainant en pied de talus amont, constitué du même matériau : le drainage se
prolonge en fondation par un voile de drainage sur une profondeur de 6m,
 un corps de digue en enrochements brut d’abattage 0/360 mm (matériau d’apport) sous la
cote 25 m NGF et en remblai C1B5 (issu des fouilles) au dessus de 25 m NGF,
 deux cordons drainants constitués de matériaux 20/80 mm (visibles sur les plans 10-03 et
10-06),
 un parement aval recouvert de pierres appareillées disposées sur un géotextile,
 une piste en crête de 4m de large en grave non traitée 0/31,5 mm compactée.
3.1.3 FONDATION
La fondation de la digue correspond à la frange altérée du substratum gréseux. En fond de vallée,
le plafond de cet horizon rocheux se situe à une cote variant entre 15,30 m NGF et 16,80 m NGF :
le déblaiement d’une couche de sables limoneux (de classification GTR : C1B5) d’environ 4 m
d’épaisseur est donc nécessaire avant l’édification de la digue. Sur les versants, le rocher est sub-
affleurant, l’épaisseur de sol meuble à déblayer est moindre (de l’ordre de 1 m).
La plinthe en béton en pied de talus amont est fondée au rocher sain, cette plinthe ayant pour
fonction d’assurer la continuité de l’étanchéité du barrage entre le DEG et le rideau d’étanchéité.
Le rideau d’injection est réalisé par injection de coulis d’étanchéité sur une profondeur maximale
de 10 m et sur toute la largeur de l’ouvrage. L’espacement des forages d’injection est de 2,5 m
Le voile de drainage, situé en aval immédiat du rideau d’injection, a une profondeur d’environ 6 m.
En plan, le voile de drainage est interrompu lorsque la cote du pied de talus dépasse la cote 24 m
NGF, correspondant à la demi-charge pour une crue extrême. Les forages du voile de drainage
sont espacés de 4 m

16F-114-RM-3- D Page 13 sur 53


12/06/2018
MOE des ouvrages écrêteurs de l'Aspé et de Vaulongue AVP barrage de l'Aspé

3.1.4 REMBLAI DE BASE DE LA DIGUE


Une analyse des enjeux environnementaux de la retenue a été menée pour la CAVEM par Biotope
en 2015. La présence d’enjeux importants a conduit le maître d'ouvrage à privilégier l’édification du
barrage avec des matériaux d’apports (c’est-à-dire sans les emprunter dans la retenue).

Figure 1 : Synthèse des enjeux écologiques (source : [4])

Ce choix a également été dicté par la proximité de l’importante carrière des Grands Caous située à
moins de 5 km du site du barrage et localisable sur la carte n°1.

Figure 2 : Carrière des grands Caous

16F-114-RM-3- D Page 14 sur 53


12/06/2018
MOE des ouvrages écrêteurs de l'Aspé et de Vaulongue AVP barrage de l'Aspé

En dessous de la cote 25m NGF (soit environ les ¾ du volume de la digue), la digue est constituée
d’un remblai brut d’abattage 0/360 mm en provenance de la carrière des Grands Caous. Il s’agit de
l’abattage d’Estérellite, roche magmatique caractéristique du massif de l’Estérel.
La granulométrie de ce matériau est présentée sur la figure ci-dessous.
TV 0/300

FINES SABLES GRAVIERS CAILLOUX


100

90
Pourcentage des tamisats cumulés

80

70

60

50

40

30

20

10

0
0,01 0,1 1 10 100 1000
Ouverture des tamis (mm)

Figure 3 : Granulométrie du brut d’abattage 0/360 mm

La classification GTR du matériau est C2B3. Il est caractérisé par :


 une granulométrie bien gradué (CU~30)
 une teneur en fines (<80 µm) < 3%
 une faible argilosité (VBS ~ 0,2)
La roche constitutive présente d’excellentes caractéristiques :
 MDE + LA < 25% (correspondant à la meilleure classe possible de granulats)
 Densité moyenne de 2,69
 Catégorie CS80 soit une résistance à la compression > 80 Mpa
La qualité de base du matériau couplée à la distribution granulométrique conduira, après un
compactage et un arrosage important (plusieurs centaines de litres par m³), à un remblai aux
caractéristiques mécaniques élevées avec des tassements attendus après construction
particulièrement faibles, probablement inférieurs à 0,5% sur la vie de l’ouvrage (soit environ moins
de 10 cm).
Au dessus de la côte 25 m NGF, les sables gravelo-limoneux (0/80 mm) issus des déblais de la
fondation sont réemployés. Les granulométries disponibles pour ces matériaux sont présentées ci-
dessous. Elles apparaissent relativement homogènes avec une granulométrie étalée et continue
qui permettra d’obtenir un remblai de qualité.
Le choix de les utiliser en partie haute est réalisé afin :
 d’en limiter le tassement : ces matériaux situés en crête sont soumis à des contraintes
faibles qui devraient limiter fortement les tassements après construction,
 de ne pas compromettre le caractère drainant de la base du barrage.

16F-114-RM-3- D Page 15 sur 53


12/06/2018
MOE des ouvrages écrêteurs de l'Aspé et de Vaulongue AVP barrage de l'Aspé

SC1 , prof=0-1,5m SC1 , prof=1,5-3m SC2, prof=2-3m

FINES SABLES GRAVIERS CAILLOUX


100

90
Pourcentage des tamisats cumulés

80

70

60

50

40

30

20

10

0
0,01 0,1 1 10 100 1000
Ouverture des tamis (mm)

Figure 3-4 : Granulométrie des sables limoneux C1B5

Ces matériaux sont caractérisés par :


 0,4 < VSB < 0,8 caractéristique d’un sable graveleux silteux peu argileux
 17 < %80 µm < 27%
 Dmax = 80 mm
 Densité humide de l’ordre de 1,9 avec une teneur en eau moyenne de 12% correspondant
à un état « m »
Deux essais triaxiaux ont été réalisés sur ces matériaux avec des densités variables (de 1,7 à 1,9).
Le bilan est présenté sur le graphique suivant.

Figure 5 : Bilan des essais triaxiaux sur le matériau C1B5

Ils conduisent à retenir en première approche un angle de frottement de 30° et une cohésion de
10 kPa. En pratique, étant donnée la nature du matériau, le compactage à l’optimum en phase
chantier devrait conduire à des angles de frottement supérieurs à 35°.

16F-114-RM-3- D Page 16 sur 53


12/06/2018
MOE des ouvrages écrêteurs de l'Aspé et de Vaulongue AVP barrage de l'Aspé

3.1.5 DISPOSITIF D’ETANCHEITE PAR GEOMEMBRANE (DEG)


L’étanchéité du barrage est assurée par un DEG, mis en place sur le parement amont. La figure
suivante présente les différentes couches constituant le DEG.

Figure 6 : Constitution du DEG

Le DEG, de 4400 m2 de surface, est constitué de sept couches, de l’intérieur vers la surface :
 Une couche de matériaux 0/31,5 mm de 0,35 m d’épaisseur qui permet d’obtenir une
surface plane pour faciliter la pose de la géomembrane et limiter le risque de
poinçonnement de la membrane,
 une couche accroche-terre afin d’améliorer l’angle de frottement à l’interface,
 un géotextile de support protégeant la membrane étanche contre les perforations,
 une membrane PVC de plus de 3 mm d’épaisseur assurant l’étanchéité,
 un second géotextile,
 un second accroche-terre,
 une seconde couche de protection de matériaux 0/31.5 mm.
La membrane PVC, les géotextiles et les accroches-terre sont solidarisés en usine.
L’ancrage de la membrane en crête est assuré par une clé d’ancrage.
En pied de talus, le DEG se raccorde à une plinthe en béton armé fondée au rocher sain suivant
les dispositions présentées sur la figure suivante.

Figure 7 : Détail du raccord de la membrane avec la plinthe

3.1.6 SYSTEME DE DRAINAGE


Le drainage des eaux d’infiltration est assuré par :
 un drain incliné 20/80 mm de 0,9 m d’épaisseur situé sous le DEG,
 un massif drainant en pied de talus amont,

16F-114-RM-3- D Page 17 sur 53


12/06/2018
MOE des ouvrages écrêteurs de l'Aspé et de Vaulongue AVP barrage de l'Aspé

 deux cordons drainants, l’un en rive gauche le long de la conduite de vidange et l’autre en
rive droite qui permettent d’acheminer les eaux d’infiltration collectées vers l’aval du
barrage,
 un voile de drainage en fondation ayant pour exutoire le massif drainant de pied de talus
amont.
Le système de drainage a pour vocation de collecter les eaux en provenance de la fondation et
potentiellement au travers du masque en cas de défaillance (défaut de soudure, défaut de
raccordement).
3.1.7 TABLEAU RECAPITULATIF
Les caractéristiques géométriques et les fonctions des composants de la digue sont précisées
dans le tableau suivant.

16F-114-RM-3- D Page 18 sur 53


12/06/2018
MOE des ouvrages écrêteurs de l'Aspé et de Vaulongue AVP barrage de l'Aspé

Composant Caractéristiques Fonction

0/360 mm pour Z < 25 m NGF


0/80 mm pour > 25 m NGF
Fruit moyen du talus amont : 2,125 H/1V
Remblai de base de (en prenant en compte la risberme)
Assurer la stabilité de la digue
la digue Fruit du talus aval : 1,8H/1V
Longueur en crête : 190 m
Largeur maximale à la base : 70 m
Cote de crête : 31 m NGF

Caractéristiques principales :
Assurer l’étanchéité de la digue
Cote de crête : 30,5 m NGF

Couche de forme Aplanir la surface de pose de la


Classe granulaire : 0/31,5 mm membrane, protéger la membrane
Epaisseur : 0,35 m du poinçonnement

Accroche-terre
Augmenter l’angle de frottement à
Un accroche-terre de part et d’autre du l’interface membrane / remblai
Dispositif complexe membrane/géotextiles
d’Etanchéité par
Géomembrane Géotextile de protection
Protéger la géomembrane de la
(DEG) Un géotextile de part et d’autre de la perforation
membrane

Membrane
Matière : PVC Assurer l’étanchéité de la digue
Epaisseur : > 3 mm

Couche de protection Protéger la membrane du


Classe granulaire : 0/31,5 mm poinçonnement lors du remblaiement
Epaisseur : 0,35 m de l’amont

Emplacement : talus amont


Cote min : 25 m NGF
Cote max : 31 m NGF Protéger la digue de l’érosion
Rip-rap externe provoquée par les
Blocométrie : 10/50 kg écoulements en crue
Epaisseur : 0,5 m
Fruit : 2,0H/1V

Emplacement : talus amont


Recharge amont Cote max : 25 m NGF Assurer la stabilité du DEG
Epaisseur : 1,5 m
Classe granulaire : 20/80 mm Drainer les infiltrations et abaisser la
Drain incliné sous le
Fruit du drain incliné : 2,0H/1V piézométrie dans le remblai en cas
DEG
Cote de crête : 31 m NGF de défaillance du DEG

16F-114-RM-3- D Page 19 sur 53


12/06/2018
MOE des ouvrages écrêteurs de l'Aspé et de Vaulongue AVP barrage de l'Aspé

Composant Caractéristiques Fonction

Classe granulaire : 20/80 mm Drainer les infiltrations et abaisser la


Cordons drainant piézométrie dans le remblai et la
Longueur du cordon en rive gauche : 62 m
amont-aval fondation en cas de défaillance du
Longueur du cordon en rive droite : 47 m DEG

Emplacement : pied de talus amont Permettre l’ancrage de la membrane


Plinthe en béton en pied de talus amont et assurer la
Epaisseur : 0,5 m
armé continuité de l’étanchéité entre le
Largeur : 5 m DEG et le rideau d’injection

Emplacement : fondation, sous la plinthe


Assurer une très faible perméabilité
Rideau d’injection Profondeur : 5 à 10 m
en fondation
Espacement : 2,5 m

Emplacement ; fondation, en aval du rideau


d’injection Capter les écoulements résiduels,
Voile de drainage réduire les gradients hydrauliques
Profondeur : 6 m
dans la fondation
Espacement : 4 m

Emplacement : crête
Piste Largeur : 4 m Circuler en crête par tout temps
Epaisseur : 0.5 m

Protéger contre l’érosion et le


Parement en pierres Emplacement : talus aval
ravinement
appareillées Epaisseur : 0.5 m
Prévenir les terriers de fouisseurs

Tableau 13 : Caractéristiques des composants de la digue

3.2 EVACUATEUR DE CRUES


3.2.1 PRESENTATION GENERALE
L’évacuateur de crues est présenté sur le plan 10-05. Il est fondé au rocher sur le versant en rive
gauche du barrage avec d’amont vers aval :
 un entonnement suivi :
 d’un seuil libre de type Creager à la cote 28,75 NGF pour la solution de base,
 d’un seuil libre plat à la cote 27,50 surmonté de hausses fusibles déversant à la cote 28,75
pour la solution alternative.
 un coursier achevé par un saut de ski à la cote 18,0 NGF,
 un bassin de réception dont le fond se situe à la cote 15,0 NGF.
Les spécificités du bassin de réception et des six plots constituant l’évacuateur de crues sont
résumées dans le tableau suivant.

16F-114-RM-3- D Page 20 sur 53


12/06/2018
MOE des ouvrages écrêteurs de l'Aspé et de Vaulongue AVP barrage de l'Aspé

géométrie Spécificité

Voile en retour en rive gauche et bêche amont dans le


rocher pour assurer l’étanchéité
Entonnement profilé
Largeur intérieure = 10 m
Plot 1 Béton de rattrapage sous la semelle
Fruit extérieur à 1H/10V
Garde-corps en crête
Fruit sur parements extérieurs pour assurer un bon
compactage du remblai de la digue à l’interface

Largeur intérieure = 10 m
Seuil Creager : Plot courbe
Béton de rattrapage sous la semelle
 Niveau déversant = 28,75 NGF
Plot 2  Pelle : 1,25 m Solution de base : seuil Creager
Hausses fusibles : Solution alternative : hausses fusibles
 Niveau déversant = 28,75 NGF Parements extérieurs verticaux
 Hauteur : 1,25 m

Plots convergents
Largeur intérieure : convergente, de
Béton poreux drainant sous le radier
Plots 3 et 4 10 m à 8 m
Garde-corps en crête assuré par les bajoyers
Pente = 17 °
Parements extérieurs verticaux

Plot droit
Béton poreux drainant sous le radier
Largeur intérieure = 8 m
Plot 5 Garde-corps en crête assuré par les bajoyers
Pente = 17 °
Ancrage au rocher
Parements extérieurs verticaux

Saut de ski

Saut de ski : Rampant en béton armé en aval du saut de ski

Rayon = 3 m Béton de rattrapage sous la semelle

Plot 6 Angle de sortie = 30° Bêche aval et ancrage au rocher

Rampant : Voiles en retour en rive droite et en rive gauche à


l’extrémité de la cuillère pour soutenir les talus et
Pente = 2H/1V° prévenir leur érosion
Raccordement au bassin de dissipation

Fond du bassin = 15 m NGF


Volume d’eau en crue
Bassin de 3 Enrochements bétonnés sur les talus sous la cote
exceptionnelle ≈ 1000 m
dissipation 18,0 NGF
Volume d’eau en crue extrême ≈
3
2000 m

Tableau 14 : Caractéristiques de l’évacuateur de crues

16F-114-RM-3- D Page 21 sur 53


12/06/2018
MOE des ouvrages écrêteurs de l'Aspé et de Vaulongue AVP barrage de l'Aspé

3.2.2 SEUIL DE L’EVACUATEUR


3.2.2.1 Seuil libre de type Creager
Le déversoir de type Creager est un déversoir à seuil épais dont le profil est étudié pour ne
produire ni sous-pression ni surpression sur le parement du seuil pour une charge déterminée
correspondant à la crue exceptionnelle (T = 1000 ans). Afin d’assurer sa stabilité, le seuil est
solidaire du radier du plot n°2.

Figure 8 : Seuil libre de type Creager

3.2.2.2 Variante hausse


L’utilisation de hausses fusibles à la place d’un seuil fixe de type Creager permet de limiter la cote
des PHE à 29,0 NGF. Deux hausses indépendantes de 1,25 m de haut et de 5 m de large sont
juxtaposées sur un seuil plat à la cote 27,50, fixant la cote de déversement à 28,75 NGF.
Des hausses simples sont préférées à des hausses labyrinthe pour des raisons de coût, la
longueur déversante est donc inchangée par rapport à la solution de base (10 m).

Figure 9 : Hausses-fusibles

16F-114-RM-3- D Page 22 sur 53


12/06/2018
MOE des ouvrages écrêteurs de l'Aspé et de Vaulongue AVP barrage de l'Aspé

Le principe de fonctionnement d’une hausse fusible est le suivant :


 Pour un niveau d’eau inférieur au niveau de basculement de la hausse, l’eau ne
pénètre pas ou peu dans l’entonnoir. Les faibles venues d’eau dans l’entonnoir sont
évacuées par une purge située en aval de la chambre de mise en charge. Une butée à
l’aval ainsi que le lest permet à la hausse fusible de ne rester stable sous la poussée de
l’eau :

 Lors d’une crue importante, le niveau de l’eau dépasse le sommet de l’entonnoir et


alimente la chambre de mise en charge. La purge étant saturée, la pleine sous-pression
s’établit dans cette chambre, provoquant le basculement de la hausse.

Au fur et à mesure de la montée des eaux, les hausses fusibles basculent les unes après les
autres. Leur cote de basculement est réglée par la hauteur de leur puits.
3.2.3 COURSIER
L’axe du coursier a été choisi afin d’obtenir une pente suffisamment forte pour obtenir des vitesses
d’écoulement compatibles avec le saut de ski tout en éloignant le bassin de réception du pied aval
du barrage.
Le coursier est constitué de trois plots en béton armé (plots n°3,4 et 5). Pour chacun des plots, une
couche de béton de rattrapage permettra de rattraper les irrégularités du fond de fouille rocheux
après terrassement (inévitable pour un terrassement dans un rocher sous forme de dalles). Le plot
le plus en aval est ancré au rocher afin d’améliorer sa stabilité vis-à-vis du soulèvement dans un
secteur susceptible d’être soumis à des pressions dynamiques ou statiques. L’étanchéité entre les
plots est assurée par des joints de type waterstop continus. Des bèches et contre-bèches entre les
plots permettent de limiter le risque de soulèvement.

16F-114-RM-3- D Page 23 sur 53


12/06/2018
MOE des ouvrages écrêteurs de l'Aspé et de Vaulongue AVP barrage de l'Aspé

La convergence du coursier (de 10 m à 8 m de largeur) permet d’accélérer l’écoulement et de


mieux répartir le jet après le saut à ski : la zone de dissipation de l’énergie dans le bassin de
réception est plus étalée, évitant ainsi une érosion localisée de ce dernier. La largeur minimale du
coursier est de 8m afin d’éviter le risque d’embâcles.
La Figure 10 présente :
 le profil en long du radier de l’évacuateur de crues et des bajoyers,
 les lignes d’eau dans le coursier pour la crue exceptionnelle (T = 1000 ans) et pour la crue
extrême (T = 10 000 ans),
 les vitesses atteintes par l’écoulement sur le coursier pour ces mêmes crues.
Comme le montre cette figure, l’écoulement atteint une vitesse maximale de 11 m/s pour la crue
exceptionnelle et 14m/s pour la crue extrême. De telles vitesses permettent un « décollage » de la
lame d’eau sur le saut de ski (amorce du saut de ski).
La hauteur des bajoyers est dimensionnée de manière à :
 disposer d’une revanche par rapport à la charge hydraulique (h+v²/2g) dans le coursier
(selon la formule proposée par l’USBR),
 assurer la fonction de soutènement des remblais attenants,
 assurer partiellement la fonction de garde-corps vis-à-vis du risque de chute de personne
dans le coursier,
 éviter la chute de blocs dans le coursier.
Au niveau de la crête, des gardes corps surmontent les bajoyers. En aval du coursier, la faible
hauteur de lame d’eau et la cote des remblais attenants permettent de diminuer la hauteur des
bajoyers.

ligne d'eau Q1000 ligne d'eau Q10000 EVC Vitesse Q1000 Vitesse Q10000

34,0 22,0

32,0 20,0

30,0 18,0

28,0 16,0

26,0 14,0

Vitesse (m/s)
Cote (NGF)

24,0 12,0

22,0 10,0

20,0 8,0

18,0 6,0

16,0 4,0

14,0 2,0

12,0 0,0
-4 -2 0 2 4 6 8 10 12 14 16 18 20 22 24 26 28 30 32 34 36
Absisse

Figure 10 : Ligne d’eau et vitesse de l’écoulement sur le coursier (solution de base)

16F-114-RM-3- D Page 24 sur 53


12/06/2018
MOE des ouvrages écrêteurs de l'Aspé et de Vaulongue AVP barrage de l'Aspé

ligne d'eau Q10000 EVC ligne d'eau Q1000 Vitesse Q10000 Vitesse Q10000

34,0 22,0

32,0 20,0

30,0 18,0

28,0 16,0

26,0 14,0

Vitesse (m/s)
Cote (NGF)

24,0 12,0

22,0 10,0

20,0 8,0

18,0 6,0

16,0 4,0

14,0 2,0

12,0 0,0
-4 -2 0 2 4 6 8 10 12 14 16 18 20 22 24 26 28 30 32 34 36
Absisse

Figure 11 : Ligne d’eau et vitesse de l’écoulement sur le coursier (variante hausses)

3.2.4 REMBLAIS ATTENANTS


Le fruit extérieur au droit du plot amont permet de réaliser un compactage efficace des remblais
attenants et de garantir ainsi un bon compactage au droit de cette interface.
Les remblais attenants du coursier sont arasés 1,10 m sous le niveau des bajoyers afin d’assurer
une fonction de garde-corps tout en prévenant la chute de pierres dans le coursier.
3.2.5 SAUT DE SKI
Le saut de ski en bout de coursier permet de dissiper l’énergie de l’écoulement dans l’air et dans le
bassin de réception tout en éloignant la zone de dissipation du pied de talus du barrage. Pour une
même énergie dissipée, la longueur du bassin de dissipation du saut de ski est réduite par rapport
à un bassin à ressaut. Les vérifications présentées ci après s’appliquent pour les deux solutions
étudiées.

16F-114-RM-3- D Page 25 sur 53


12/06/2018
MOE des ouvrages écrêteurs de l'Aspé et de Vaulongue AVP barrage de l'Aspé

Figure 12 : Saut de ski et bassin de réception

Le saut de ski présente un rayon de 3m et un angle de sortie de 30° par rapport à l’horizontale.
Les bajoyers s’arrêtent au droit du saut de ski, afin de permettre une aération efficace du jet.
En aval du saut de ski, un rampant en béton armé (ancré au rocher par des ancrages forés et par
une bêche en pied) permet de protéger le massif supportant la cuillère de l’érosion.
Les caractéristiques géométriques retenues permettent :
 d’éviter un fonctionnement noyé de la cuillère :
Conformément aux recommandations de l’USACE2, la hauteur h entre l’extrémité du saut de ski et
le fond de la cuillère doit être supérieure à la hauteur hmin définie sur la Figure 13. Elle dépend de
la lame d’eau et de la géométrie du saut de ski.

Figure 13 : Paramètres d’un saut de ski (source : 0)

 De dévier intégralement l’écoulement

2 HYDRAULIC DESIGN OF SPILLWAYS, USACE, 1990

16F-114-RM-3- D Page 26 sur 53


12/06/2018
MOE des ouvrages écrêteurs de l'Aspé et de Vaulongue AVP barrage de l'Aspé

Les recommandations de l’USACE suggèrent que le rayon R du saut de ski soit au moins
quatre fois supérieur à la lame d’eau en pied de coursier.

Lame d’eau en pied


Rayon minimum
de coursier pour la
recommandé
crue extrême

Solution de base 0,40 m 4 × 0,4 = 1,6 m

Variante hausses 0,54 m 4 × 0,54 = 2,2 m

Le rayon du saut de ski est de 3 m soit une valeur supérieure au minimum recommandé pour
les deux variantes étudiées. L’abaque d’Orlov (1974) présenté en Figure 14 confirme que
dans de telles conditions, l’angle de sortie du jet αb est très proche de l’angle du saut de ski βb .

16F-114-RM-3- D Page 27 sur 53


12/06/2018
MOE des ouvrages écrêteurs de l'Aspé et de Vaulongue AVP barrage de l'Aspé

Q10000-variante hausses
Q10000-seuil fixe

Figure 14 : Rapport entre l’angle de sortie du jet et l’angle du saut de ski (abaque d’Orlov)

 D’obtenir un angle d’incidence du jet dans le bassin de dissipation supérieur à 30°


évitant au jet une incidence trop horizontale susceptible de générer des vagues en surface
potentiellement agressives pour les berges du bassin.
Comme vu au point précédent, l’angle de sortie du jet est égal à l’angle du saut de ski soit 30°.
L’étude de la trajectoire simplifiée du jet, parabolique, démontre que pour un point d’impact
situé plus bas que le saut de ski, l’angle d’incidence est supérieur à 30°.

 D’éviter que le niveau de l’eau en aval ne conduise à l’ennoiement de la cuillère.


Le calage de la cuillère à la cote 18 m NGF est basé sur l’hypothèse que le niveau aval ne
dépasse pas 18 m NGF pour la crue extrême.

16F-114-RM-3- D Page 28 sur 53


12/06/2018
MOE des ouvrages écrêteurs de l'Aspé et de Vaulongue AVP barrage de l'Aspé

3.2.6 BASSIN DE RECEPTION


Le bassin de dissipation est commun à l’évacuateur et à la galerie de fond. Il est à terrasser pour
partie dans le rocher du versant et pour partie dans le remblai du site. Le fond du bassin est calé à
la cote du fond du vallon des Crottes (15 m NGF). La longueur du bassin est d’environ 30 m
depuis la sortie de la galerie et 25 m depuis l’extrémité de l’évacuateur. Les talus du bassin
présentent des pentes douces (3H/1V). Ils sont revêtus de gros enrochements jusqu’à la cote
18 m NGF soigneusement appareillés puis maçonnés. Ces enrochements comprennent une bêche
ancrée au rocher. Le fond du bassin, au rocher, n’est pas revêtu.
Dans les tableaux ci-dessous, les taux de dissipations du bassin sont détaillés pour les crues
exceptionnelle et extrême. La puissance en pied de coursier est surestimée car le calcul néglige la
puissance dissipée sur le coursier et dans l’air. Les niveaux d’eau aval considérés pour les crues
exceptionnelle et extrême sont respectivement 17 NGF et 18 NGF.

Puissance Puissance Taux de


Période de
Volume bassin pertuis de évacuateur de dissipation du
retour
fond crues bassin

100 ans ~500 m3 700 KW 0 KW 1,4 KW/m3

1000 ans ~1000 m3 800 KW 1700 KW 2,5 kW/m3

10 000 ans ~2000 m3 900 KW 5600 kW 3,3 kW/m3


Figure 15 : Taux de dissipation du bassin de réception (solution de base)

Puissance Puissance Taux de


Période de
Volume bassin pertuis de évacuateur de dissipation du
retour
fond crues bassin

100 ans ~500 m3 700 KW 0 KW 1,4 KW/m3

1000 ans ~1000 m3 800 KW 3600 KW 4,4 kW/m3

10 000 ans ~2000 m3 900 KW 7300 kW 4,1 kW/m3

Figure 16 : Taux de dissipation du bassin de réception (variante hausses)

Les valeurs obtenues sont notablement en retrait de la valeur de 15 kW/m³ généralement admise
comme valeur à ne pas dépasser.
Des courants de retour plus ou moins perturbés sont toujours possibles. Pour prévenir toute
érosion, le pied du parement aval est protégé par des enrochements jusqu’à la cote 18 m NGF.
Par ailleurs, afin d’éviter tout risque d’affouillement des ouvrages en béton armé, les extrémités
aval de l’évacuateur et de l’ouvrage de tête aval comprennent des bêches en béton armé ancrées
dans le substratum.

16F-114-RM-3- D Page 29 sur 53


12/06/2018
MOE des ouvrages écrêteurs de l'Aspé et de Vaulongue AVP barrage de l'Aspé

3.3 PERTUIS DE FOND SOLUTION DE BASE


3.3.1 PRESENTATION GENERALE
Le pertuis de fond est une conduite en acier prise dans un ouvrage en béton armé fondé au
rocher. Il permet d’évacuer sans dommage les débits issus du Vallon des Crottes. Le débit de
sortie est limité à une valeur de l’ordre de 5 m3/s pour les crues courantes par un réducteur de
section situé à l’extrémité amont de la conduite, après un raccord rond-carré.
Les caractéristiques géométriques de la galerie sont les suivantes :
 Diamètre intérieur : 1200 mm
 Longueur : Environ 85 m (incluant les têtes amont et aval).
 Fil d’eau amont : 16,5 m NGF
 Fil d’eau aval : 15,5 m NGF
 Section de contrôle L=1,20m, H=0,47m
Les parements extérieurs présentent un fruit afin de permettre un compactage efficace des
remblais attenants.
Le diamètre de la conduite a été choisi afin que cette dernière soit visitable. De plus, un tel
diamètre permet au pertuis de fond d’assurer le rôle de dérivation provisoire en phase chantier.
Le plan 10-06 présente :
 le profil en long de la galerie avec :
 l’ouvrage de tête amont et sa grille anti-embâcles,
 la section de contrôle réalisée au moyen d’un réducteur en acier de construction,
 la conduite en acier Φ 1200 mm,
 l’ouvrage de restitution.
 une coupe transversale dans le pertuis de fond avec :
 les cavaliers drainants en matériaux 20/80 mm,
 la conduite en acier Φ 1200 mm,
 l’ouvrage en béton armé contenant la conduite.
3.3.2 PROTECTION CONTRE LES EMBACLES
L’ouvrage de tête comprend une grille en acier galvanisé mécanosoudé en permettant de prévenir
l’obturation du pertuis par les embâcles.
La section amont au droit des grilles est d’environ 4 m² (hors barreaux). Elle est environ 6 fois plus
importante que la section de contrôle ce qui offre une sécurité confortable vis-à-vis du risque
d’obturation de la grille (une grille obturée à 80 % permet encore d’évacuer le débit recherché)
3.3.3 REDUCTEUR DE SECTION
Le réducteur de section est réalisé en acier galvanisé mécanosoudé boulonné sur le génie civil de
la galerie. En obturant la partie haute de la galerie, il limite la section d’écoulement à environ
0,6 m² (1,2m x 0,47m). Cette réduction permet de limiter le débit à 5 m³/s.

3.4 PERTUIS DE FOND SOLUTION VARIANTE


Afin de limiter les incidences en terme de continuité écologique, une variante de pertuis a été
étudiée afin de limiter la longueur de ce dernier.

16F-114-RM-3- D Page 30 sur 53


12/06/2018
MOE des ouvrages écrêteurs de l'Aspé et de Vaulongue AVP barrage de l'Aspé

Les caractéristiques hydrauliques de ce dernier sont similaires, avec notamment une pente
d’écoulement identique et une section de contrôle amont de même dimension.
3.4.1 PRESENTATION GENERALE
Le pertuis de fond est constitué par un cadre en béton armé fondé au rocher sur une longueur de
20 m. Il est prolongé en amont et en aval par des U en béton qui assurent le soutènement des
remblais.
Afin de limiter les quantités de béton nécessaires pour assurer le soutènement de près de 10 m de
remblais, ces U sont munis de butons.
Le débit de sortie est limité à une valeur de l’ordre de 5 m 3/s pour les crues courantes par un
réducteur de section situé à l’extrémité amont de la conduite.
Les caractéristiques géométriques de la galerie sont les suivantes :
 Hauteur : 2,5 m intérieur
 Largeur : 5 m intérieur
 Longueur du cadre : 20 m (incluant les têtes amont et aval).
 Fil d’eau amont : 16,5 m NGF
 Fil d’eau aval : 15,5 m NGF
 Section de contrôle L=1,20m, H=0,47m
Les parements extérieurs ne présentent pas de fruit. Un géodrain est disposé entre les bajoyers de
l’ouvrage et les remblais afin de collecter d’éventuelles infiltrations au droit de reprises de
bétonnage sans générer de dommages pour l’ouvrage.
Les dimensions de la conduite permettent au pertuis de fond d’assurer le rôle de dérivation
provisoire en phase chantier. Elles permettent également en phase d’exploitation de faire circuler
un engin pour aller décolmater la grille du pertuis de fond si nécessaire.
Le plan 10-03_C présente la vue en plan de l’ouvrage avec le pertuis ainsi modifié.
Le plan 10-06_B présente :
 le profil en long de l’ouvrage avec :
 la grille anti-embâcles,
 la section de contrôle réalisée pour partie en béton armé (jusqu’à une ouverture réduite
à une section de 1,2x2m) et ajustée au moyen d’un réducteur en acier de construction,
 l’ouvrage de restitution.
3.4.2 PROTECTION CONTRE LES EMBACLES
L’ouvrage de tête comprend une grille en acier galvanisé mécanosoudé en permettant de prévenir
l’obturation du pertuis par les embâcles. Cette dernière est posée en applique sur le génie civil de
la tête.
La section amont au droit des grilles est d’environ 7 m² (hors barreaux). Elle est environ 10 fois
plus importante que la section de contrôle ce qui offre une sécurité confortable vis-à-vis du risque
d’obturation de la grille (une grille obturée à 80 % permet encore d’évacuer le débit recherché)
3.4.3 REDUCTEUR DE SECTION
Le réducteur de section est réalisé en acier galvanisé mécanosoudé boulonné sur le génie civil de
la galerie. En obturant la partie haute de la galerie et ses piedroits, il limite la section d’écoulement
à environ 0,6 m² (1,2m x 0,47m). Cette réduction permet de limiter le débit à 5 m³/s.

16F-114-RM-3- D Page 31 sur 53


12/06/2018
MOE des ouvrages écrêteurs de l'Aspé et de Vaulongue AVP barrage de l'Aspé

3.5 ACCES
L’accès en crête du barrage se fait en rive droite, depuis le boulevard Jacques Baudino. Le pied de
talus aval est également desservi par cette même route. L’accès au pied de talus amont est à
définir ultérieurement. Il pourra se faire par une rampe en provenance de la crête de rive droite
nécessaire en phase chantier qui sera conservée.

16F-114-RM-3- D Page 32 sur 53


12/06/2018
MOE des ouvrages écrêteurs de l'Aspé et de Vaulongue AVP barrage de l'Aspé

4 CONTEXTE GEOTECHNIQUE
4.1 PRESENTATION DES RECONNAISSANCES
4.1.1 CAMPAGNES DE RECONNAISSANCES GEOTECHNIQUES
Une campagne géotechnique a été réalisée en 2012 par HYDROGEOTECHNIQUE SUD EST
dans le cadre des études du barrage.
Les implantations des reconnaissances sont figurées sur le plan 10-01.
Les reconnaissances in-situ ont été les suivantes :
 5 sondages carottés (116 mm extérieur) de 6 à 15 ml, notés SC1 à SC5,
 4 sondages destructifs avec essais pressiométriques de 10ml, notés PR1 à PR4,
 6 essais Lugeon dans les sondages SC1, SC2 et SC3 à une profondeur de 6 à 14 m,
 3 profils de panneaux électriques notés PE1 à PE3 de 135 m à 155 m de longueur,
 4 profils de sismique réfraction notés PS1 à PS4 de 55 m à 115 m de longueur.
Les échantillons prélevés dans les sondages ont fait l’objet d’essais en laboratoire selon le
programme suivant :
 Mesures de la teneur en eau naturelle (5)
 Analyses granulométriques (5)
 Essais au bleu de méthylène (5)
 Mesures de densité apparente (5)
 Essais de résistance à la compression uniaxiale (3)
 Mesures du module d’élasticité sur roche (3)
 Essais triaxiaux Cu+u (2)
Les résultats ont fait l’objet d’un rapport d’études géotechniques [1].
En complément, le site a fait l’objet en 2016 d’un levé géologique détaillé par un géologue
d’ISL après examen des données disponibles.
4.1.2 RECONNAISSANCES COMPLEMENTAIRES POUR LES PHASES ULTERIEURES
Les études de phases ultérieures s’appuieront, en plus des investigations réalisées à ce jour, sur
les investigations complémentaires définies dans le rapport « Acquisition de données
complémentaires » [3] :
 3 sondages carottés SC6, SC7 et SC8,
 4 essais Lugeon,
 4 essais de résistance à la compression sur les échantillons de roche carottée,
 320 m de profil sismique (2 profils : PSA et PSB).
L’objectif de cette campagne de reconnaissances complémentaires est d’apporter des précisions
concernant la fondation au droit de la digue, de l’évacuateur de crues et du pertuis de fond.

4.2 CADRE GEOLOGIQUE GENERAL


D’après la carte géologique au 1/50 000 de Fréjus – Cannes (BRGM), le site du barrage de l’Aspé
intéresse la couverture permienne du massif ancien de l’Esterel lui même composé de gneiss et
de migmatites (cf. figure suivante).

16F-114-RM-3- D Page 33 sur 53


12/06/2018
MOE des ouvrages écrêteurs de l'Aspé et de Vaulongue AVP barrage de l'Aspé

Formation des Pradineaux (Permien) Dôme coulée de rhyolite fluidale

Coulée du mugéarite (Estérel) Pluton d’estérrellite (Paléogène)

Formation du Mitan (Permien) Filon dolérite (Formation du Mitan)

Figure 17 : Extrait de la carte géologique de Fréjus Cannes au 1/50 000

Les formations permiennes du Mitan (rMi) sont essentiellement détritiques et correspondent au


comblement d’un bassin intra-montagneux. L’activité tectonique constante à cette époque
provoque la subsidence du bassin avec l’accumulation de séquences sédimentaires
granodécroissantes, concomitantes au démantèlement des reliefs avoisinants, essentiellement
composés de massifs rhyolitiques. Ces formations sont caractéristiques d’un réseau fluviatile
chenalisant à méandriforme, avec des séries :
 Grossières ; grès, micro-conglomérats et conglomérats,
 Fines ; pélites et argiles.
Des formations volcaniques sont intercalées à divers niveaux de cet ensemble sédimentaire :
 tantôt acides (rhyolites de l’Esterel) cantonnées à la partie inférieure de la série ;
marquant la ligne de crête au Sud de l’aménagement ;
 tantôt basiques (dolérites) dans les niveaux moyens et supérieurs ; constituant des
filons intrusifs, dont l’un marque le relief à l’aval direct du site (au droit du pont de la
Garonne) ;
 et de fins niveaux de cinérites rencontrés dans la stratification (retombées de cendres
suite à une éruption volcanique).
En queue de retenue, se situe la limite ouest du pluton d’estérellite (microdiorite quartzique
porphyrique riche en phénocristaux de plagioclases zonés ; le « porphyre bleu » dont le toit a
provoqué le bombement des terrains encaissants permiens.

16F-114-RM-3- D Page 34 sur 53


12/06/2018
MOE des ouvrages écrêteurs de l'Aspé et de Vaulongue AVP barrage de l'Aspé

4.3 SISMICITE
4.3.1 ZONAGE SISMIQUE
D’après le nouveau zonage sismique de la France (entrée en vigueur le 1er mai 2011), la
commune de Saint Raphaël se trouve en zone 2 de faible sismicité.

Saint-Raphaël

Figure 18 : Zonage sismique réglementaire en Provence-Alpes-Côte-d’Azur

4.3.2 NIVEAUX D’ETUDES RECOMMANDES


Le projet correspond à un barrage en remblais de classe C en zone 2 (faible sismicité).
Les recommandations en matière d'études graduées vis-à-vis du séisme sont les suivantes.

Tableau 15 : Recommandations pour les études graduées – barrage en remblai (GT CFBR)

Avec :
: vérification de la conformité aux règles du génie civil
: vérification de la stabilité par méthode pseudo-statique
: vérification complète (stabilité et déplacements irréversibles)

16F-114-RM-3- D Page 35 sur 53


12/06/2018
MOE des ouvrages écrêteurs de l'Aspé et de Vaulongue AVP barrage de l'Aspé

Aucun calcul spécifique n’est donc demandé pour un barrage en remblais de classe C sous
réserve que les autres règles de dimensionnement s’appliquant à l’ouvrage aient été vérifiées (ce
qui est le cas).

4.3.3 VERIFICATION DU RISQUE POTENTIEL DE LIQUEFACTION


La vérification de la sécurité structurale d’un barrage en remblai concerne en priorité la liquéfaction
de la fondation.
Le tableau suivant présente les vérifications recommandées par le Comité Français des Barrages
Réservoirs (CFBR).

Tableau 16 : Exigence de vérification de l’absence de risque potentiel de liquéfaction – barrage en


remblais (GT CFBR)

Au titre réglementaire, aucune vérification n’est nécessaire pour le projet du barrage de l’Aspé.
Dans tous les cas, l’ouvrage ne comprend pas de matériaux liquéfiables et est directement fondé
sur le substratum après purge de la couverture.

4.4 COUPES GEOLOGIQUES


Le plan 10-02 présente une coupe géologique rive-rive dans l’axe du barrage déduite des
reconnaissances.
Le plan 10-04 présente une coupe géologique amont-aval en fond de vallée déduite des
reconnaissances.
Sur ces plans sont figurés :
 la topographie du terrain naturel,
 le zonage des matériaux selon les investigations (avec le RQD pour le rocher),
 la crête du barrage et la cote inférieure du fond de fouille,
 les ouvrages en béton armé (pertuis de fond et évacuateur) ainsi que le cordon drainant de
rive droite,
 le pendage du substratum,
 les interfaces entre les différentes classes de vitesse acquises dans le cadre de la
géophysique,
 le niveau des PHE.

4.5 CADRE GEOLOGIQUE LOCAL


4.5.1 MORPHOLOGIE
Le site présente une dissymétrie du fait de la direction du pendage :
 Le relief de la rive droite est doux, plus ou moins dans le sens du pendage.
 Celui de la rive gauche est plus raide, avec un pendage qui rentre dans le versant.
 Le fond de vallée est occupé par une plateforme remblayée en rive droite et le ruisseau des
Crottes, encaissé d’environ 2 m, longeant le pied de versant rive gauche.

16F-114-RM-3- D Page 36 sur 53


12/06/2018
MOE des ouvrages écrêteurs de l'Aspé et de Vaulongue AVP barrage de l'Aspé

4.5.2 FORMATIONS DE RECOUVREMENT


Les deux versants sont occupés par une couverture colluviale, de nature sablo-limoneuse à blocs
de grès, laissant apparaitre ponctuellement le substratum permien.
Le fond de vallée a été comblé par des remblais, de granulométrie plutôt fine, le plus souvent
limono-sableux, à blocs erratiques, avec quelques passées uniquement sableuses. De petits
enrochements ont été déversés sur le talus sud de la plateforme afin de protéger la berge rive
droite du ruisseau des Crottes.
Le lit du ruisseau est majoritairement constitué d’alluvions sableuses, avec localement quelques
dalles de grès affleurantes.
L’ensemble de ces formations meubles sont caractérisées par des vitesses sismiques Vp de
l’ordre de 500 à 700 m/s.
Le tableau suivant donne les épaisseurs de ces formations au droit de l’ouvrage.

Localisation Sondage Nature Epaisseur (m) Cote NGF

PS3 0,7 à 3,0 -


Versant rive gauche PS2 Colluvions 0,7 à 1,5 -
SC5 0,9 17,8
PS3 0,7 à 4,5 -
PS2 0,7 à 3,0 -
PR1 3,0 16,6
Fond de vallée Remblais
SC1 3,0 16,4
SC2 3,9 16,4
SC4 5,8 15,7
PS1 0,2 à 1,5 -
Versant rive droite Colluvions
SC3 0,8 25,5
Tableau 17 : Epaisseur des formations meubles

4.5.3 LITHOLOGIE DU SUBSTRATUM


L’étude des affleurements et des carottes de la campagne de 2011 montre que la formation du
Mitan, au droit du site, correspond à une alternance de bancs centimétriques à pluri-décimétriques
de différentes lithologies, avec des degrés de cimentation variables :
 Grès feldspathiques fins à grossier, à ciment siliceux, de couleur rose rougeâtre, à beige
verdâtre,
 Micro-conglomérats et conglomérats polygéniques à galets de rhyolite, grès et pélites,
 Pélites plus ou moins micacées, de teinte lie de vin,
 Fins niveaux de cinérites vert pâle.
Du fait du mode de dépôt fluviatile, des variations de pendage sont observées, avec des niveaux
chenalisés et des biseaux sédimentaires.
Les principaux points d’observation à l’affleurement sont reportés sur le plan 10-01. Les
photographies suivantes présentent une partie de ces affleurements.

16F-114-RM-3- D Page 37 sur 53


12/06/2018
MOE des ouvrages écrêteurs de l'Aspé et de Vaulongue AVP barrage de l'Aspé

Alternance grès / pélites / micro-conglomérats Niveau de cinérites dans les grès

Alternance grès / conglomérats Erosion différentielle pélites / grès

Bancs massifs de grès

16F-114-RM-3- D Page 38 sur 53


12/06/2018
MOE des ouvrages écrêteurs de l'Aspé et de Vaulongue AVP barrage de l'Aspé

Dalles de grès en fond de ruisseau Biseau sédimentaires

Grès sub-affleurants (versant rive gauche) Dolérite (pont de la Garonne en aval)

4.5.4 DISCONTINUITES
Des levés structuraux ont pu être réalisés sur les affleurements rocheux présents au niveau du
site, principalement sur la berge rive gauche du ruisseau et sur quelques talus terrassés en rive
droite. La figure suivante présente la synthèse de ces mesures. L’axe du barrage est reporté en
pointillés noirs.

16F-114-RM-3- D Page 39 sur 53


12/06/2018
MOE des ouvrages écrêteurs de l'Aspé et de Vaulongue AVP barrage de l'Aspé

Figure 19 : Levé structural Aspé (Canevas de Schmidt – Hémisphère supérieur)

Figure 20 : Synthèse structurale Aspé (Canevas de Schmidt – Hémisphère supérieur)

Les principales familles de discontinuités sont les suivantes :


 La stratification S0 présentant une direction moyenne à N160° avec un pendage toujours vers
le SW variant de 10 à 25° (en rouge),
 La famille A, très bien exprimée, diaclases subverticales à N20° 85°SE, avec un espacement
variant de 2 à 60 cm (en vert clair),
 La famille B, bien représentée, diaclases à N130° 80°SW, avec un espacement variant de 2 à
50 cm (en bleu),

16F-114-RM-3- D Page 40 sur 53


12/06/2018
MOE des ouvrages écrêteurs de l'Aspé et de Vaulongue AVP barrage de l'Aspé

 La famille C, diaclases à N20° 85°NW, réplique de la famille A avec un pendage dans le sens
inverse (en vert foncé),
 La famille D, diaclases à N105° 85°N (en violet).
Les familles de discontinuités B et C ont des directions amont aval par rapport à l’axe du barrage ;
des circulations d’eau seront donc possibles en fondation dans le massif rocheux, nécessitant la
réalisation d’un voile d’étanchéité a minima dans la frange du substratum décomprimé.
Aucune discontinuité majeure, de type faille ou zone de cisaillement, n’a été mise en évidence.

Famille A à N20° Famille B à N130°

4.6 CONDITIONS HYDROGEOLOGIQUES DU SITE


Aucune source n’a été mise en évidence sur le site. Le ruisseau était à sec lors des différentes
visites réalisées, à l’exception de quelques rares poches d’eau stagnantes. Les niveaux d’eau
observés dans les sondages de la campagne de 2011, dont 2 ont été équipés en piézomètres
(SC3-PZ et PR1-PZ), mettent en évidence une nappe d’accompagnement du ruisseau, qui s’établit
principalement dans les remblais de la plateforme rive droite. Les niveaux mesurés se trouvent
tous dans les remblais ou au niveau de l’interface remblais / substratum.

Niveau d’eau (profondeur Niveau d’eau (altitude m Interface meuble / substratum (m


Sondage
m/TN) NGF) NGF)
SC1 Pas de données Pas de données Remblais / substratum 16,4
SC2 2,7 17,6 Remblais /substratum 16,4
SC3-PZ sec < 10,9 Colluvions / substratum 25,5
SC4 Pas de données Pas de données Remblais /substratum 15,7
SC5 Pas de données Pas de données Colluvions / substratum 17,7
PR1-PZ 1,7 17,9 Remblais /substratum 16,8
PR2 3,1 16,4 Remblais /substratum 16,4
PR3 Pas de données Pas de données Remblais /substratum 19,5 ?
PR4 2,4 17,4 Remblais /substratum 15,3
Tableau 18 : Niveau de la nappe dans les sondages

16F-114-RM-3- D Page 41 sur 53


12/06/2018
MOE des ouvrages écrêteurs de l'Aspé et de Vaulongue AVP barrage de l'Aspé

Ces niveaux sont cohérents avec ceux mesurés dans les deux puits situés dans l’emprise de la
retenue, à proximité de l’habitation. Les niveaux se situent toujours sous le lit du ruisseau :
 Puits aval : niveau à 1,7 m/TN le 10/08/16, soit environ 17 m NGF,
 Puits amont : niveau à 1,6 m/TN le 10/08/16, soit environ 18 m NGF.
Le substratum rocheux, composé d’une alternance de bancs grès, de micro-conglomérats et de
niveaux de pélites et d’argiles présente a priori une faible perméabilité de fissure. Néanmoins,
dans sa frange décomprimée et fracturée, les bancs de grès et de micro-conglomérats peuvent
constitués des drains préférentiels pour les écoulements.
La présence de traces d’oxydation au droit de certaines diaclases confirme l’existence de
circulation d’eau dans le substratum :
 jusqu’à 12,8 m NGF pour SC1 en fond de vallée (en pied amont du barrage au droit du rideau
d’injection),
 jusqu’à 7,8 m NGF pour SC2 en fond de vallée,
 jusqu’à 16,7 m NGF pour SC3 en haut de rive droite,
 jusqu’à 10,7 m NGF pour SC5 en fond de vallée.
Ces informations conduisent à estimer que des circulations d’eau en fondation entre -4 et -9 m
sous la cote de fondation du barrage. Elles ont conduit à fixer à la profondeur des injections à une
profondeur de 9,5 m.
4.6.1 PERMEABILITE DU SUBSTRATUM
La perméabilité du substratum a été testée à l’aide de 6 essais type Lugeon.
Les essais ont été effectués à des pressions plus faibles que des essais Lugeon (1 MPa).
Cependant, par extrapolation, les absorptions obtenues correspondent à une gamme de 1 à 100
UL, pouvant être associé à une perméabilité de l’ordre de 10-5 à 10-7 m/s dans la gamme de
pression testée. Au-delà de 460 kPa, les logs des essais conduisent à estimer qu’il peut y avoir
débourrage ou dilatation des fissures et augmentation de la perméabilité d’un ordre de grandeur.

Lugeon partiel
Sondage Profondeur Pression Absorption
(UL)
SC1 6à7m 460 kPa 54,0 l/mn/m 93,3
SC1 9 à 10 m 690 kPa 7,4 l/mn/m 8,4
SC1 13 à 14 m 630 kPa 42,9 l/mn/m 46,1
SC2 6à7m 420 kPa 0,6 l/mn/m 1,1
SC2 9 à 10 m 620 kPa 2,2 l/mn/m 2,8
SC3 6à7m 360 kPa 45,9 l/mn/m 99,7
Tableau 19 : Résultats des essais de perméabilité du substratum

Dans les conditions de charge hydraulique apportée par la retenue (de l’ordre de 200 kPa), la
plage des valeurs Lugeon partielles varie de 5 à 30 UL. De telles valeurs d’absorption justifient la
mise en place d’un rideau d’injection.

16F-114-RM-3- D Page 42 sur 53


12/06/2018
MOE des ouvrages écrêteurs de l'Aspé et de Vaulongue AVP barrage de l'Aspé

4.6.2 CARACTERISTIQUES MECANIQUES


4 sondages destructifs avec essais pressiométriques de 10ml, notés PR1 à PR4 ont été réalisés.
Les caractéristiques mécaniques mesurées confirment l’interprétation des sondages carottés
réalisés à proximité (SC1, SC2, S4, SC5) avec :
 des pressions limites mesurées toujours supérieures à 5 MPa dans le substratum sain
(pression limite de la sonde),
 des modules compris entre 90 et 350 MPa.
Par ailleurs, le tableau suivant présente le résultat des essais de compression réalisés sur les
carottes.

Figure 21 : Résultats des essais de résistance à la compression sur substratum (source : [1])

Les résistances à la compression sont comprises entre 53 et 67 Mpa.


A l’échelle du projet, le substratum peut donc être considéré comme rigide, indéformable et peu
perméable. Il constitue une fondation de qualité pour les ouvrages en béton armé et le remblai.

5 ETUDE DE STABILITE DU BARRAGE


5.1 PREAMBULE
Les études de stabilité ont pour objectif la vérification de la stabilité au glissement de l’ouvrage.
Les calculs ont été réalisés à l’aide de SLOPE/W, un logiciel de calculs de stabilité de pente,
développé et distribué par GEO-SLOPE International Ltd, Canada. Le logiciel permet d’utiliser un
grand nombre de méthodes : Fellenius, Bishop, Janbu, Spencer, Morgenstern- Price, GLE.
Les calculs ont été réalisés par la méthode de Bishop suivant les recommandations du Comité
Français des Barrages et Réservoir (Recommandations pour la justification de la stabilité des
barrages et des digues en remblai – Comité Français des Barrages et Réservoirs – 2015).

5.2 CARACTERISTIQUES MECANIQUES


La digue est constituée de matériaux d’abattage de carrière (0/360 mm classé C2B3) et de sable
gravelo-limoneux (0/80 mm classé C1B5).
Le tableau suivant propose des estimations des angles de frottement pour le matériau d’abattage
0/360 mm.

16F-114-RM-3- D Page 43 sur 53


12/06/2018
MOE des ouvrages écrêteurs de l'Aspé et de Vaulongue AVP barrage de l'Aspé

Tableau 20 : Influence des caractéristiques physique d’un matériau sur l’angle de frottement

L’ensemble des matériaux mis en œuvre dans le corps du barrage peuvent être considérés
comme compacts (+6°), aigus (+1°), fin à grossiers (+0 à +2°) et à granulométrie uniforme à étalée
(-3 à +3°) ce qui conduit à une fourchette de 42 à 47°. Une valeur prudente de 40° est retenue
pour le matériau C2B3.
Pour le matériau C1B5 du site, les valeurs retenues sont déduites des essais triaxiaux :
 Angle de frottement de 30°
 Cohésion de 10 kPa
La densité des matériaux est estimée à 20 kN/m³ sur la base de littérature relative au barrage en
enrochements et des essais réalisés sur les C1B5.
Le tableau ci-dessous récapitule les valeurs caractéristiques retenues pour les différents
matériaux.
Matériau c' (kPa) Φ' (°) ϒ (kN/m3)
brut d'abattage 0/360 0 40 20
C1B5 10 30 20
Tableau 21 : Caractéristiques nominales des matériaux

5.3 SITUATIONS DE PROJET


Les recommandations du Comité Français des Barrages Réservoirs (CFBR) sur les barrages en
remblai préconise de réduire les caractéristiques mécaniques nominales des matériaux en divisant
les valeurs des paramètres mécaniques par des coefficients partiels, dont les valeurs dépendent
de la probabilité de la situation considérée (situation normale d’exploitation, situation
exceptionnelle de crue, situation accidentelle).
Le tableau suivant présente les situations considérées et les coefficients partiels appliqués d’après
les recommandations du CFBR sur les barrages en remblai ainsi que le facteur de sécurité
recherché.

16F-114-RM-3- D Page 44 sur 53


12/06/2018
MOE des ouvrages écrêteurs de l'Aspé et de Vaulongue AVP barrage de l'Aspé

Situation Situation exceptionnelle de crue Situation normale

Talus concerné Talus aval Talus amont et aval


Retenue au niveau des PHE
Description Hors période de crue
Niveau aval à 21,0
Coefficients partiels sur la
tangente de l’angle de 1,10 1,25
frottement et la cohésion
Coefficient partiel sur la
1,30 1,30
surcharge
Coefficient de modèle
1,20 1,20
minimal
Tableau 22 : Coefficients partiels et facteurs de sécurité recherché

Les niveaux d’eau dans la retenue et en aval sont estimés par modélisation hydraulique.
Seul le poids des terres est considéré comme une charge permanente
Une surcharge verticale uniforme de 10 kN/m2 est appliquée sur toute la largeur de la crête, pour
toutes les situations de projet considérées.
Le tableau suivant présente les caractéristiques réduites des matériaux pour les situations
étudiées.

Situation normale d'exploitation


Matériau c' (kPa) Φ' (°) ϒ (kN/m3)
brut d'abattage 0/360 0 33,9 20
C1B5 8 24,8 20

Situation exceptionelle de crue


Matériau c' (kPa) Φ' (°) ϒ (kN/m3)
brut d'abattage 0/360 0,0 37,3 20
C1B5 9,1 27,7 20
Tableau 23 : Caractéristiques réduites des matériaux

5.4 RESULTATS DES CALCULS DE STABILITE


5.4.1 LECTURE DES FIGURES DE STABILITE
Sur les figures de stabilité présentées dans la partie suivante, le cercle de glissement le plus
défavorable est tracé en blanc. Le coefficient de modèle FSmin associé à ce mécanisme de rupture
figure sur la grille rouge. Le code couleur des cercles de rupture est le suivant :
 En rouge, les cercles ayant un coefficient de modèle compris entre FSmin et FSmin +0,1
 En bleu, les cercles ayant un coefficient de modèle compris entre FSmin +0,1 et FSmin +0,2
 En vert, les cercles ayant un coefficient de modèle compris entre FSmin +0,2 et FSmin +0,3
5.4.2 RESULTATS DES CALCULS EN SITUATION EXCEPTIONNELLE DE CRUE
Stabilité du talus aval :

16F-114-RM-3- D Page 45 sur 53


12/06/2018
MOE des ouvrages écrêteurs de l'Aspé et de Vaulongue AVP barrage de l'Aspé

Les cercles de glissement du talus côté aval et le coefficient de modèle associé le plus défavorable
sont présentés sur la figure suivante.

Figure 22 : Cercle de glissement et facteur de sécurité du talus aval en situation exceptionnelle de


crue (FS=1.49)

Le coefficient minima de modèle est de 1,49. Il est supérieur à la valeur préconisée par le CFBR
(>1,2 en situation exceptionnelle de crue) avec une marge de sécurité confortable.

16F-114-RM-3- D Page 46 sur 53


12/06/2018
MOE des ouvrages écrêteurs de l'Aspé et de Vaulongue AVP barrage de l'Aspé

5.4.3 RESULTATS DES CALCULS EN SITUATION NORMALE D’EXPLOITATION


Stabilité du talus amont :
Les cercles de glissement du talus côté amont et le coefficient de modèle associé le plus
défavorable sont présentés sur la figure suivante.

Figure 23 : Cercle de glissement et facteur de sécurité du talus amont en situation normale


d’exploitation (FS= 1.40)

Le coefficient minima de modèle est de 1,40. Il est supérieur à la valeur préconisée par le CFBR
(>1,2 en situation normale d’exploitation) avec une marge de sécurité confortable.

16F-114-RM-3- D Page 47 sur 53


12/06/2018
MOE des ouvrages écrêteurs de l'Aspé et de Vaulongue AVP barrage de l'Aspé

Stabilité du talus coté aval :


Les cercles de glissement du talus côté aval et le coefficient de modèle associé le plus défavorable
sont présentés sur la figure suivante.

Figure 24 : Cercle de glissement et facteur de sécurité du talus aval en situation normale


d’exploitation (FS= 1.33)

Le coefficient minima de modèle est de 1,33. Il est supérieur à la valeur préconisée par le CFBR
(>1,2 en situation exceptionnelle de crue).

16F-114-RM-3- D Page 48 sur 53


12/06/2018
MOE des ouvrages écrêteurs de l'Aspé et de Vaulongue AVP barrage de l'Aspé

6 ENTRETIEN ET SURVEILLANCE
Le tableau suivant résume les obligations réglementaires pour un barrage de classe C.

Classe C
EDD Tous les 20 ans
Rapport de surveillance Tous les 5 ans
Rapport d’auscultation Tous les 5 ans
Tous les 5 ans
Visite technique approfondie ET
Evolution susceptible de provoquer un endommagement
Accord du préfet pour première mise en eau Non
Tableau 24 : Obligations réglementaires

Les consignes écrites de surveillance du barrage restent à établir.

16F-114-RM-3- D Page 49 sur 53


12/06/2018
MOE des ouvrages écrêteurs de l'Aspé et de Vaulongue AVP barrage de l'Aspé

7 ESTIMATION DU MONTANT DES TRAVAUX


Un détail estimatif des travaux de construction du barrage a été réalisé au stade AVP.
Le coût des travaux a été estimé à partir :
 de métrés réalisés sur les coupes-type et appliqués sur un certain linéaire,
 de prix unitaires établis à partir de marchés de travaux récents,
 un devis préliminaire communiqué par la carrière des Caous pour la fourniture du matériau
0/360 et les matériaux criblés concassés,
 de travaux généraux estimés à 10 % de la masse des travaux,
 d’un poste « aléas et non métrés » représentant 20 % de la masse des travaux (y compris les
travaux préparatoires).

Il prend en compte la disponibilité de surfaces de stockage provisoire à proximité


immédiate de l’ouvrage pour assurer les installations de chantier et le stockage temporaire
des déblais qui seront réemployés (environ 17 000 m³).
Le détail estimatif est présenté dans les pages suivantes. Il inclut notamment la réalisation des
aménagements paysagers. Le montant des travaux estimé est à 3,7 millions d’euros H.T pour
la solution de base.
Il convient d’ajouter à ce montant :
 Dans l’hypothèse où les contraintes foncières et/ou environnementales viendraient à limiter
fortement la possibilité d’organiser un stockage sur site, la possibilité d’utiliser un stock
provisoire au niveau de la carrière est envisageable. La distance entre la carrière et le site
est de 7 km ce qui pourrait constituer un surcoût pour l’opération de l’ordre de 200 k€.
 Pour la variante hausses fusibles, il convient d’ajouter un montant de l’ordre de
200 k€.
 Pour la variante au niveau du pertuis de fond, il convient d’ajouter 390 k€. Ce montant
inclut les moins values sur les fournitures du pertuis initial, les quantités liées au nouveau
pertuis et intègre un surcoût sur la mise en œuvre des remblais qui se voit compliquée par
l’absence de circulation rive/rive sur une partie du pertuis.
Le montant total de l’opération atteint alors 4,5 millions d’euros H.T.
Pour information, tel qu’il est défini dans le présent AVP, le barrage permet d’atteindre l’efficacité
hydraulique recherchée dans le Schéma Directeur (qui prévoyait un barrage de l’Aspé moins
important complété par le barrage des Crottes amont). Le cout cumulé de ces deux ouvrages
avait été estimé à 4,6 millions d’euros H.T. dans le cadre du Schéma Directeur.

16F-114-RM-3- D Page 50 sur 53


12/06/2018
MOE des ouvrages écrêteurs de l'Aspé et de Vaulongue AVP barrage de l'Aspé

Prix Produits
Poste Désignation de la nature de l'ouvrage U Qtés unitaires
(€ H.T) (€ H.T)

1 TRAVAUX PREPARATOIRES ET TRAVAUX GENERAUX

1-1 Installation générale et repliement de chantier, études d'éxécution fft 1 200 000,0 200 000

1-2 Dérivation provisoire fft 1 80 000,0 80 000

TOTAL SERIE 1 280 000


Prix Produits
Poste Désignation de la nature de l'ouvrage U Qtés unitaires
(€ H.T) (€ H.T)

2 DIGUE

2-1 Décapage et mise en dépôt de la terre végétale m² 10 000 1,5 15 000


3
2-2 Déblais meubles dans l'emprise de l'ouvrage m 16 000 5 80 000
3
2-3 Déblais rocheux dans l'emprise de l'ouvrage m 2 000 20 40 000

2-4 Evacuation de déblais en carrière m3 12 000 18 216 000


3
2-5 Fourniture et mise en œuvre remblai 0/360 mm m 30 000 25 750 000
3
2-6 Mise en œuvre remblai C1B5 m 11 000 5 55 000
3
2-7 Fourniture et mise en œuvre drain 20/80 mm m 6 600 40 264 000

2-8 Mise en œuvre recharge en amont du DEG m3 5 900 5,0 29 500


2
2-9 Dispositif d'étanchéité par géomembranne m 4 900 15,0 73 500
3
2-10 Fourniture et mise en œuvre remblai 0/31.5 mm m 3 700 22 81 400
3
2-11 Fourniture et mise en œuvre rip-rap 10/50 kg m 1 400 40 56 000

TOTAL SERIE 2 1 660 400


Prix Produits
Poste Désignation de la nature de l'ouvrage U Qtés unitaires
(€ H.T) (€ H.T)

3 GALERIE DE FOND

3-1 Béton A (propreté ou rattrapage) m3 110 180,0 19 800

3-2 Béton B m3 160 200,0 32 000


3-3 Armatures kg 10 200 1,5 15 300

3-4 Coffrage m² 400 50,0 20 000

3-5 Conduite acier + rond carré kg 23 000 3,5 80 500


3-6 Grille métallique amont + réducteur de section kg 2 400 7,5 18 000

TOTAL SERIE 3 185 600

16F-114-RM-3- D Page 51 sur 53


12/06/2018
MOE des ouvrages écrêteurs de l'Aspé et de Vaulongue AVP barrage de l'Aspé

Prix Produits
Poste Désignation de la nature de l'ouvrage U Qtés unitaires
(€ H.T) (€ H.T)

4 EVACUATEUR DE CRUES

4-1 Décapage et mise en dépôt de la terre végétale m² 3 600 1,5 5 400


3
4-2 Déblais meubles dans l'emprise de l'ouvrage m 8 000 5 40 000

4-3 Déblais rocheux dans l'emprise de l'ouvrage m3 4 000 20 80 000


3
4-4 Béton A (propreté ou rattrapage) m 350 180,0 63 000
3
4-5 Béton B m 670 200,0 134 000
4-6 Armatures kg 45 000 1,5 67 500
4-7 Coffrage m² 1 300 50,0 65 000
4-8 Opération unitaire pour forage et scellement des ancrages u 62 50,0 3 100
4-9 Opération linéaire pour forage et scellement des ancrages ml 190 100,0 19 000
4-10 Garde corps métallique ml 22 200 4 400
3
4-11 Mise en œuvre des remblais attenant m 640 5 3 200
3
4-12 Enrochements bétonnés m 830 80,0 66 400

TOTAL SERIE 4 551 000


Prix Produits
Poste Désignation de la nature de l'ouvrage U Qtés unitaires
(€ H.T) (€ H.T)

5 DRAINAGE ET INJECTION

5-1 Béton B (plinthe) m3 490 200,0 98 000

5-2 Armatures (plinthe) kg 38 600 1,5 57 900

5-3 Mise en station et équipement forage de drainage (e=4m, l=6m) unité 31 250,0 7 750

5-4 Forage de drainage et équipement ml 190 80,0 15 200

5-5 Mise en station et équipement forage d'injection (e=2,5m, l=5 à 10m) unité 106 250,0 26 500

5-6 Forage d'injection et équipement ml 850 80,0 68 000

5-7 Coulis m³ 43 750,0 32 250

TOTAL SERIE 5 305 600


Prix Produits
Poste Désignation de la nature de l'ouvrage U Qtés unitaires
(€ H.T) (€ H.T)

6 AMENAGEMENTS PAYSAGERS

6-1 Blocs appareillés du parament aval m3 1 980 60,0 118 800

TOTAL SERIE 6 118 800

16F-114-RM-3- D Page 52 sur 53


12/06/2018
MOE des ouvrages écrêteurs de l'Aspé et de Vaulongue AVP barrage de l'Aspé

1 TRAVAUX PREPARATOIRES ET TRAVAUX GENERAUX 280 000

2 DIGUE 1 660 400


3 GALERIE DE FOND 185 600

4 EVACUATEUR DE CRUES 551 000

5 DRAINAGE ET INJECTION 305 600

6 AMENAGEMENTS PAYSAGERS 118 800


7 ALEA ET NON METRES (20%) 621 000

Total € H.T. 3 722 400

TVA 20 % 744 480

Total € T.T.C. 4 466 880

8 DUREE DES TRAVAUX


Les expériences récentes sur des chantiers similaires conduisent à estimer la durée des travaux
de l’ordre de 10 mois (hors préparation).
La durée minimale de la période de préparation est estimée à 2 mois.

16F-114-RM-3- D Page 53 sur 53


12/06/2018
MOE des ouvrages écrêteurs de l'Aspé et de Vaulongue AVP barrage de l'Aspé

ANNEXE 1 DONNEES GEOTECHNIQUES

16F-114-RM-3- D ANNEXE page 1 sur 2


12/06/2018
MOE des ouvrages écrêteurs de l'Aspé et de Vaulongue AVP barrage de l'Aspé

ANNEXE 2 PLANS ET CARTES

16F-114-RM-3- D ANNEXE page 2 sur 2


12/06/2018

Vous aimerez peut-être aussi