Vous êtes sur la page 1sur 44

Béton Armé

Passage du BAEL à l’Eurocode 2

Quang Huy Nguyen


MCF-HDR, Dr.Ing.
qnguyen@insa-rennes.fr
Passage du BAEL à l’Eurocode 2 2

Table des matières


1. Eurocodes

2. Combinaisons des actions aux états-limites ;

3. Analyse structurale

4. Caractères des matériaux

5. Règle des trois pivots

6. Coefficient d’équivalence

7. Classe d’environnement & maîtrise de fissuration

8. Limitation des contraintes et des flèches

9. Effort tranchant

10. Exemple: calcul d’une poutre en flexion simple selon les Eurocodes
Passage du BAEL à l’Eurocode 2 3

Les Eurocodes sont les normes européennes de conception, de dimensionnement et de


justification des structures de bâtiment et de génie civil.

EN 1990 Eurocode 0 : Bases de calcul des structures


EN 1991 Eurocode 1 : Actions sur les structures
EN 1992 Eurocode 2 : Calcul des structures en béton
EN 1993 Eurocode 3 : Calcul des structures en acier
EN 1994 Eurocode 4 : Calcul des structures mixtes acier-béton
EN 1995 Eurocode 5 : Conception et calcul des structures en bois
EN 1996 Eurocode 6 : Calcul des ouvrages en maçonnerie
EN 1997 Eurocode 7 - Calcul géotechnique
EN 1998 Eurocode 8 - Calcul des structures pour leur résistance aux séismes
EN 1999 Eurocode 9 - Calcul des structures en aluminium
Passage du BAEL à l’Eurocode 2 4

Lien entre les Eurocodes

EN 1990 Eurocode 0 Sécurité structurale, aptitude au


Bases de calcul service, durabilité et robustesse

EN 1991 Eurocode 1 Actions et charges sur les


Actions structures

EN 1992 EN 1993 EN 1994


Eurocode 2 Eurocode 3 Eurocode 4 Conception, dimensionnement
Béton Acier Acier-béton et dispositions constructives:
règle de calcul pour différents
EN 1995 EN 1996 EN 1999 matériaux
Eurocode 5 Eurocode 6 Eurocode 9
Bois Maçonnerie Aluminium

EN 1997 EN 1999
Calcul géotechnique et
Eurocode 7 Eurocode 8
sismique
Géotechnique Séisme
Passage du BAEL à l’Eurocode 2 5

Combinaisons d’actions à l’ELU (cas de bâtiments)


Combinaisons fondamentales
BAEL Eurocode

 
1.35Gmax ou Gmin  Q Q1   Q  0i Qi
• ELU-STR (résistance de la structure)
1
i 1
i
1.35Gk,sup ou Gk,inf   1.5Q1   Q  0i Qki
i
i 1
Q  1.5 (cas général); et
1 Q  1.5 si Qi défavorable; et  0 sinon
 1.35(cas particulier: température ...) i
• ELU-EQU (équilibre statique)
Q  1.3 si Qi défavorable; et  0 sinon
i 1.3Gk,sup ou 0.9Gk,inf   1.5Q1   Q  0i Qki
i
i 1
• ELU-GEO (résistance du sol): …
• ELU-FAT (fatigue) : …
Passage du BAEL à l’Eurocode 2 6

Combinaisons d’actions à l’ELS (cas de bâtiments)


BAEL Eurocode
• Combinaison rare • Combinaison caractéristique:

 
Gmax ou Gmin  Q1   0i Qi  Gk, j  Qk,1   0,i Qk,i
j 1 i 1
i 1
• Combinaison quasi-permanente:

 Gk, j   2,i Qk,i


j 1 i 1
• Combinaison fréquente:

 Gk, j   1,1Qk,1   2,i Qk,i


j 1 i 1
Passage du BAEL à l’Eurocode 2 7

Combinaisons d’actions à l’ELU (cas de bâtiments)


Combinaisons accidentelles
BAEL Eurocode

 Gmax ou Gmin   FA   11Q1   2i Qi


• Pour les situations de projets accidentelles

i 1
 Gk, j  Ad   1,1 ou  2,1 Qk,1   2,i Qk,i
j 1 i 1

Eurocode: L’action sismique ne fait pas partie des


actions accidentelles comme dans le BAEL

• Pour les situations de projet sismique

 Gk, j  AEd   2,i Qk,i


j 1 i 1
Passage du BAEL à l’Eurocode 2 8

Exemple: Combinaisons d’actions pour un bâtiment de bureaux

Combinaisons fondamentales à l’ELU de résistance

Conclusion: Concernant les actions variables d’accompagnement


• l’EC considère 5% plus de charge d’exploitation
• l’EC considère 10% moins de charge due au vent
• l’EC considère 25% moins de charge de neige
• l’EC considère 15,4% plus d’action thermique
Passage du BAEL à l’Eurocode 2 9

Exemple: Combinaisons d’actions à l’ELS d’une poutre de bâtiment de bureaux

Actions considérées: Charges permanentes G et charge d’exploitation Q B

BAEL Eurocode
G  QB • Combinaison caractéristique (utilisée pour la
vérification des contraintes)
G  QB

• Combinaison quasi-permanente (utilisée pour


la vérification des flèches, de l’ouverture des
fissures)
G  0.3QB
Conclusion: Les flèches sont vérifiées à l’ELS
avec des sollicitations moins élevées selon
l’Eurocode
Passage du BAEL à l’Eurocode 2 10

Analyse structurale
BAEL (A.3.2,1) Eurocode 2 (§5.4  §5.7)
L’analyse linéaire élastique (calcul de type RdM) Quatre types d’analyse sont admis dans l’EC2
1. L’analyse linéaire élastique (celle du BAEL):
A.3.2,1 Règles générales
D'une façon générale les sollicitations sont calculées en utilisable à l’ELU et à l’ELS
utilisant pour la structure un modèle élastique et linéaire 2. L’analyse linéaire élastique avec redistribution:
(*). On emploie les procédés de la Résistance des Matériaux
dans la mesure où la forme des pièces le permet (**). utilisable à l’ELU
3. L’analyse non linéaire: utilisable à l’ELU

La portée de calcul des poutres et des dalles est la 4. L’analyse plastique: utilisable à l’ELU et à l’ELS

portée entre nus


La portée de calcul des poutres et des dalles est la
portée entre nus La portée de calcul est la portée
entre axes, mais pour les poutres (ou dalles) liées
monolithiquement avec leurs supports, on prend le
moment au nu.
Passage du BAEL à l’Eurocode 2 11

Loi de comportement du béton


Calcul des sections
BAEL (A.4.3,4) Eurocode 2 (§3.1.7)
 bc c
0.85fcj fck
fck
 b fcd 
c

 bc c
2‰ 3.5‰  c2  cu2
  
n
Diagramme parabole-rectangle 
 c  fcd 1   1  c   si  c   cu
   cu  
  
• Le coefficient réducteur 0,85 de la résistance
du béton a disparu dans l’EC2;  c  fcd si  cu   c   cu2

Commentaire: fcj et fck ne sont pas déterminés


de la même façon dans BAEL et EC2. En effet,
pour le même lot d’échantillons, fck ≈ fcj – 4MPa
 d’où la disparition du coefficient 0,85.
Passage du BAEL à l’Eurocode 2 12

Loi de comportement du béton


Calcul des sections
BAEL (A.4.3,4) Eurocode 2 (§3.1.7)
(0.8 ou 0.85)fcj c
fck
 bc  b fck
fcd 
c
0.8Yu
Yu
c
Déformation Contrainte
1.75‰ 3.5‰
Diagramme bilinéaire
Diagramme rectangulaire simplifié
c  fcd

x x

Déformation Contrainte

Diagramme rectangulaire simplifié


Passage du BAEL à l’Eurocode 2 13

Loi de comportement du béton


BAEL (A4.4,32) Eurocode 2 (§3.1.5)

 bc Relation contrainte-déformation pour l'analyse


structurale non-linéaire

k( c /  c1)  ( c /  c1)2


c  fcm
E ijo /  b  bc 1  (k  2)( c /  c1 )
c
 bc1  bcu
fcm
Diagramme pour le calcul des déformations à
l’ELU de stabilité de forme

0.4 fcm
tan   E cm
 c
 c1  cu1
Note: Pour l’analyse structurale, la résistance
moyenne fcm est utilisée, non pas la résistance
caractéristique fck /𝛾𝑐 comme pour le calcul des
sections.
fcm  fck  8 MPa
Passage du BAEL à l’Eurocode 2 14

Loi de comportement des aciers


BAEL (A2.2,2) Eurocode 2 (§3.2.7)
s s Diagramme à palier incliné
fud
fe fyd
Diagramme à palier horizontal
Es  200GPa

c Es  200GPa
c
fe / E s 10‰ fyd / E s  ud
Classe fyd (Mpa) fud (MPa) εud
A 435 458 22,5‰
B 435 471 45‰
C 435 503 67,5‰

• Deux types de diagramme contrainte-déformation: à


palier horizontal (comme BAEL) et à palier incliné;
Remarque: Par rapport au BAEL, l’acier
défini dans l’EC est beaucoup plus ductile. • 3 classes de ductilité pour les aciers: ductilité
normale (A); haute ductilité (B) et très haute ductilité
(C)
Passage du BAEL à l’Eurocode 2 15

Règle des trois pivots


Diagramme des déformations limites de la section
BAEL (A.4.3,3) Eurocode 2 (§6.1)
cas du béton ordinaire fck  50 MPa

3.5‰ 3.5‰
B  0.135d B
0.259d
3h 3h
7 7
d
h C C

A A
10‰  ud
2‰ 2‰
Classe εud
Acier A 22,5‰
Traction excentrée Acier B 45‰
PIVOT A :
Flexion simple ou composée Acier C 67,5‰
Flexion simple ou composée PIVOT B
Compression excentrée PIVOT C L’EC2 ne retient plus le pivot A à εs=10‰ mais à
εud qui est en tous cas plus grand que 10‰.
Passage du BAEL à l’Eurocode 2 16

Coefficient d’équivalence acier/béton


En BA les sections sont pratiquement homogénéisées en assimilant la section d’acier à une section équivalente
de béton  travailler avec un seul matériau.

BAEL (A4.5,1) Eurocode 2(§7.4.3(5))


• Pour de charges de plus ou moins courte durée et à longue durée
Es
n  15 (Combinaison caractéristique des actions):
Ec Es
n
E c,28 j
1  ef  Valeur utilisée pour la vérification
des contraintes à l’ELS

ef : coefficient de fluage effectif


cas courant: n  16; 18 
 

• Pour de charges essentiellement permanentes (Combinaison


quasi-permanente des actions):

1  (, t0 )
Es Valeur utilisée pour la vérification
n des flèches et de l’ouverture des
L’EC2 ne retient plus le coefficient E c,28 j
fissures à l’ELS
d’équivalence acier/béton égal à 15.
Ce coefficient est défini en fonction (, t0 ) : valeur finale du coefficient de fluage
du coefficient de fluage de béton.
cas courant: n  18; 20 
 
Passage du BAEL à l’Eurocode 2 17

Classes d’exposition
BAEL (A.7.1) Eurocode 2(§7.4.3(5))
Le BAEL ne stipule pas de classe Nouveauté de l’EC2: définition des classes d’exposition
d’exposition mais il indique les
dispositions à prendre en compte L’EC2 définit 18 classes d’environnements suivantes :
pour la protection des armatures. – X0 : aucun risque de corrosion ou d’attaque;
– XC1, XC2, XC3, XC4 : classes correspondant au risque
de carbonatation ;
A.7.1 Protection des armatures – XD1, XD2, XD3 : classes correspondant au risque de
L'enrobage de toute armature est au moins égal
corrosion par les chlorures ;
à:
- 5 cm pour les ouvrages à la mer ou exposés – XS1, XS2, XS3 : classes correspondant au risque de
aux embruns ou aux brouillards salins, ainsi corrosion par les chlorures présents dans l’eau de mer ;
que pour les ouvrages exposés à des – XF1, XF2, XF3, XF : classes correspondant au risque
atmosphères très agressives (*) d’attaque par gel et dégel ;
… – XA1, XA2, XA3 : classes correspondant au risque
d’attaques chimiques.

L’EC2 ne reconduit plus les conditions sur les enrobages en fonction des
états de fissuration, comme le BAEL. Il définit la notion d’enrobage
nominal minimal Cnom comme suit : c’est l’enrobage minimal Cmin
(déterminé en fonction de la classe d’exposition) augmenté d’une valeur
ΔCdev = 1cm correspondant aux tolérances d’exécution.

Cnom  Cmin  1cm avec Cmin  max(, Cmin,dur)


Passage du BAEL à l’Eurocode 2 18

Conditions d’enrobage (EC2-1-1 §4.4.1)


Cnom  Cmin  1cm

avec Cmin  max(,Cmin,dur)

L’EC2 impose d’utiliser la classe structurale S4 pour les bâtiments et ouvrages


de génie civil courants. La classe S4 correspond à une durabilité de l’ouvrage
de 50 ans.
Passage du BAEL à l’Eurocode 2 19

Exigences de durabilité (EC2-1-1 §4.3)


• (1)P Pour atteindre la durée d'utilisation de projet requise pour la structure, des dispositions appropriées
doivent être prises afin de protéger chaque élément structural des actions d'environnement concernées.
• (2)P Les exigences de durabilité doivent être prises en compte dans:
— la conception de la structure,
— le choix des matériaux,
— les dispositions constructives,
— l'exécution,
— la maîtrise de la qualité,
— les inspections, Tableau E.1N: Classes indicatives de résistance
— les vérifications, pour la durabilité (Annexe E de l’EC 2)
— les dispositions particulières
(utilisation d'acier inoxydable,
revêtements, protection cathodique).
Passage du BAEL à l’Eurocode 2 20

Limitation des contraintes à l’ELS


BAEL Eurocode 2 (§7.2)
• Béton: La contrainte de compression du • Béton: La contrainte de compression du béton est
béton est limitée à 0,6fcj (A.4.5,2) limitée à 0,6fck pour les zones soumises aux classes
d’exposition XD (corrosion induite les chlorures), XS
• Acier: La limitation des contraintes de traction (corrosion induite par les chlorures présents dans
dans les armatures dépend cas où la l’eau de mer) et , XF(attaque gel/dégel).
fissuration est considérée comme:
 Peu préjudiciable • Acier:
 Préjudiciable  La contrainte de traction dans les armatures doit
 Très préjudiciable être limitée afin d'éviter les déformations
inélastiques ainsi qu'un niveau de fissuration ou
de déformation inacceptable.

 Nous pouvons considérer qu'un niveau de


fissuration ou de déformation inacceptable est
évité si, sous la combinaison caractéristique de
charges, la contrainte de traction dans les
armatures n'excède pas 400 MPa. Lorsque la
contrainte est provoquée par une déformation
imposée, il convient de limiter la contrainte de
traction à 500 MPa.
Passage du BAEL à l’Eurocode 2 21

Maîtrise de la fissuration (EC2-1-1 §7.3)


La maîtrise de la fissuration est une nouveauté de l’EC2 par rapport au BAEL
• La fissuration est normale dans les structures en béton armé soumises à des sollicitations de flexion, d'effort
tranchant, de torsion ou de traction résultant soit d'un chargement direct soit de déformations gênées ou
imposées.
• La fissuration doit être limitée afin de ne pas porter préjudice au bon fonctionnement de la structure et de ne
pas rendre son aspect inacceptable (notion d’apparence).

• Les fissures peuvent être admises sans que l'on cherche à en limiter l'ouverture sous réserve qu'elles ne
soient pas préjudiciables au fonctionnement de la structure.
• Il convient de définir une valeur limite de l'ouverture calculée des fissures (wmax) en tenant compte de la
nature et du fonctionnement envisagés de la structure ainsi que du coût de la limitation de la fissuration.

Valeurs recommandées de wmax suivant l’AN française (ANF 7.1)

 Fissuration peu
préjudiciable
Fissuration préjudiciable
0
0

Fissuration très
préjudiciable
Passage du BAEL à l’Eurocode 2 22

Limitation des contraintes à l’ELS


BAEL Eurocode 2 (§7.2)
• Béton: La contrainte de compression du • Béton: La contrainte de compression du béton est
béton est limitée à 0,6fcj (A.4.5,2) limitée à 0,6fck pour les zones soumises aux classes
d’exposition XD (corrosion induite les chlorures), XS
(corrosion induite par les chlorures présents dans
l’eau de mer) et , XF(attaque gel/dégel).

 L’EC2 est plus favorable

• Acier: La limitation des contraintes de traction • Acier:


dans les armatures dépend cas où la  La contrainte de traction dans les armatures doit
fissuration est considérée comme: être limitée afin d'éviter les déformations
 Peu préjudiciable inélastiques ainsi qu'un niveau de fissuration ou
 Préjudiciable de déformation inacceptable.
 Très préjudiciable
 Nous pouvons considérer qu'un niveau de
fissuration ou de déformation inacceptable est
évité si, sous la combinaison caractéristique de
charges, la contrainte de traction dans les
armatures n'excède pas 400 MPa. Lorsque la
contrainte est provoquée par une déformation
imposée, il convient de limiter la contrainte de
traction à 500 MPa.
Passage du BAEL à l’Eurocode 2 23

Limitation des flèches à l’ELS

BAEL (B.6.5,3) Eurocode 2 (§7.2)


La flèche ne doit pas dépasser : Pour des conditions d’utilisation normales, la flèche,
• pour les éléments supports reposant sur deux calculée par rapport aux actions quasi permanentes, doit
appuis, les valeurs : être inférieure à
• portée/250 dans les cas sans cloisonnement;
 L/500 si la portée L ≤ 5 m ; • portée/500 dans le cas de cloisonnement.
 0,5 cm + L/1000 si la portée L > 5 m ;

• et pour les éléments supports en console, la


valeur :
 L/250 si la portée L ≤ 2 m ;

Remarques:
• L’évaluation des flèches est totalement différent entre le BAEL et l’EC2. Pour l’EC2, on calcule
les caractéristiques des sections fissurées et non fissurées pour déterminer la flèche totale
alors que le BAEL se base sur un écart entre les flèches calculées sous différents cas de
charges (permanentes, permanentes avant cloisons, permanentes + exploitations).

• L’EC2 n’impose pas de calculer les flèches d’un élément si son rapport portée/hauteur L/d reste
inférieur à des limites définies par l’EC2 (méthode forfaitaire)
Passage du BAEL à l’Eurocode 2 24

Effort tranchant
A
s M Ed Fsw Fcd

z N Ed  sw
  Ftd  

VEd
A A z (cot   cot  )

Le fonctionnement d’une poutre en BA après la fissuration oblique peut être modélisé comme celui d’une poutre
à treillis plan multiple avec bielles et tirants (treillis de Ritter-Mörsh) dans laquelle:

• La membrure tendue est constituée par les armatures longitudinales tendues (tirants);
• La membrure comprimée est constituée par la zone comprimée de la poutre (béton + armatures éventuelles);
• La hauteur est égale au bras de levier des forces internes 𝑧;
• Les diagonales comprimées sont les bielles de béton découpées par les fissures obliques d’inclinaison 𝜽 sur
la ligne moyenne de la poutre;
• Les diagonales tendues sont les cadres:
 Inclinés d’un angle 𝛼 sur la ligne moyenne;
 section Asw par nappe;
 espacement s mesuré parallèlement à la ligne moyenne.

BAEL Eurocode 2

• L’angle des bielles 𝜽 est fixé à 45° • L’angle des bielles 𝜽 est entre 21,8° et 45°
• 𝑧=𝑑 • 𝑧 = 0,9𝑑
Passage du BAEL à l’Eurocode 2 25

Justification d’une section courante à l’effort tranchant


BAEL Eurocode 2
La justification à l’effort tranchant se base sur la L’EC2 raison directement à partir de l’effort tranchant
contrainte tangente conventionnelle 𝜏𝑢 de calcul VEd (=Vu):
Vu •
• Vérification du béton: u    lim Vérification du béton:
b0 d cot  cot
VEd  VRd,max   cw 1 fcdbw z
1+cot2
• Armatures d’âme requises:
• Armatures d’âme requises:
At  s ( u  0.3ftjk) Asw VEd
 
b0 s t 0.9fe (sin   cos  ) s fyd z (cot  cot  )sin 

Comparaison BAEL/EC2: Contraintes de cisaillement ultime (MPa) avec cadres droits et 𝜃 = 45°

EC2  Rd,max

BAEL 1.11 lim

Conclusion: Le cisaillement vis-à-vis de la bielle béton de l’EC2 est légèrement plus favorable
que celui du BAEL
Passage du BAEL à l’Eurocode 2 26

Justification d’une section courante à l’effort tranchant

Influence de l’angle des bielles sur le pourcentage d’armatures transversales 21.8    45
VRd
 cw1 fcd bw z
0,60
0,55 2.5  cot   1
0,50
0,45 cot   1
0,40
cot   2.5 1
0,35 
t 
0,30
co
0,25
0,20
0,15
0,10
 w fyd
0,05  cw1 fcd
0 0.05 0.1 0.15 0.2 0.25 0.3 0.35 0.4 0.45 0.5 0.55 0.6 0.65 0.7

Effort tranchant résistant en fonction du pourcentage


Conclusion: Plus l’angle 𝜃 est faible,
d’armatures transversales (cadres verticaux)
moins on place de cadres
Passage du BAEL à l’Eurocode 2 27

Décalage de la courbe des moments

Courbe de moments issu de l’analyse RdM


Courbe de moments décalée à utiliser pour
le calcul des efforts dans les armatures a a
longitudinales
h d

a
a
a
BAEL (A.4.1,5) Eurocode 2 (§6.2.3(7))
On distingue deux cas :
a  0.8 h  0.89 d
• L’élément ne comporte pas d’armatures d’effort
Conclusions:
• Pour les poutres avec des bielles à 45°, le
tranchant (dalle):
ad
BAEL est plus défavorable vis-à-vis du calcul • L’élément comporte des cadres d’effort tranchant:
des armatures longitudinales; a  0.45 d cot 
• Pour les poutres avec des bielles à 21,8°  cas des armatures droites
 le décalage de l’EC2 est plus grand  0.45 d  a  1.125 d
augmentation des longueurs des
armatures longitudinales
 Réduction d’armatures transversales
Passage du BAEL à l’Eurocode 2 28

BAEL (B.6.1,1) Eurocode 2 (§9.2.1.2(2))

Le BAEL n’est pas très explicite sur ce point. Pour une poutre formant une construction monolithique
avec ses appuis, il convient de dimensionner la section
sur appuis pour un moment fléchissant résultant de
l'encastrement partiel d’au moins 0,15 fois le moment
fléchissant maximal en travée, y compris lorsque des
appuis simples ont été adoptés dans le calcul.

Ma  0.15 Mt,max

Courbe-enveloppe de moments

Ma

poutre
Mt,max
poteau
Passage du BAEL à l’Eurocode 2 29

Exemple de dimensionnement des armatures d’une poutre en flexion simple selon l’EC2
Données:
• Caractéristiques mécaniques: béton C35, acier B500B
• Charges permanentes G = 14 kN/m; charges d’exploitation Q = 12 kN/m
• La poutre forme une construction monolithique avec ses appuis.
• Il s’agit d’une poutre dans une salle de sport (catégorie d’usage C)
• Classe d’environnement: XC3
• La maîtrise de la fissuration est requise (fissuration préjudiciable)
• L’humidité relative RH = 70%
Passage du BAEL à l’Eurocode 2 30

Calcul préliminaire et hypothèses


o Portée de calcul: Leff  Lnu  a1  a2  550 cm

35
o Béton C35: fcd   23,33 MPa;  cu2  0.0035 ;   0.8;   1
1,5
500
o Acier B500B: fyd   435 MPa; ud  0.045; Es  200000 MPa; Esh  842 MPa
1,15

o Actions à l’ELU - Combinaison fondamentale: pEd  1.35G  1.5Q  36, 9 kN/m

o Actions à l’ELS - Combinaison caractéristique: pELS  G  Q  26 kN/m

o Actions à l’ELS - Combinaison quasi-permanente: pEqp  G  0.6 Q  21.2 kN/m

o Angle des bielles:   21.8  décalage de la courbes de moments avec a = 1,125d

o Armatures transversales droites:   90


fctm
o Condition de non-fragilité: As,min  max(0.26 b d; 0.0013 b d)  150 mm²
fyk
Passage du BAEL à l’Eurocode 2 31

o Actions à l’ELU - Courbe enveloppe des moments

-20 Ma  0.15 Mt,max  20.9 kNm

0
Moment fléchissant [kNm]

20 Moment RdM
Moment RdM décalé: a = 1.125d
40
Moment résultant l'encastrement partiel
60
80
100
120 Mt,max  139.5 kNm

140
0 0.5 1 1.5 2 2.5 3 3.5 4 4.5 5 5.5
[m]
Passage du BAEL à l’Eurocode 2 32

Calcul des armatures longitudinales de la section à mi- travée:


MEd
MEd  139.5 kNm  moment réduit Ed   0.185  AB  0.0561  Pivot B
2
bd  fcd

Position de l’axe neutre: u 


1

1  
1  2Ed  0.257

1  u fyd
Déformation des armatures tendues:  su   cu2  0.01   0.002175
u Es

Contrainte dans les armatures tendues:  su  441 MPa (diagramme à palier incliné)
MEd
Aire de la section des armatures tendues: Asthéorique   979 mm²
d(1  0.5u ) su

Choix des armatures longitudinales: 5HA16 Asréel  1005 mm²

Forum scientifique MEDIBAT, 8-11 Mars 2017, Sfax - Tunisie


Passage du BAEL à l’Eurocode 2 33

Calcul des armatures transversales 125


100 94.1
• Effort tranchant au nu des appuis 75
64.2

Effort tranchant [kN]


50
VEd  pEd Lnu / 2  94.1 kN 34.2
25
• Vérification de résistance des bielles: 0
cot -25
VRd,max   cw1 fcdbwz  391 kN  VEd -50
2
1+cot  -75
Effort tranchant théorique
 La résistance des bielles est surabondante -100
Effort tranchant de calcul
-125
• La densité théorique des armatures transversales est 0 0.5 1 1.5 2 2.5 3 3.5 4 4.5 5 5.5
Abscisse [m]
calculé en se basant sur la résistance des tirants:
Asw  Asw  VEd,cal
VEd  VRd,s  z fyd cot      0.182 mm²/mm
 s
s  théorique z fyd cot
• Densité minimale imposée par l’EC2

 Asw
 0, 08 fck
   bw  0.236 mm²/mm  Densité minimale sur toute la longueur
 smin fyk
 Asw 
• Solution: cadres espacés 25 cm     0.237 mm²/mm
 s réel
Passage du BAEL à l’Eurocode 2 34
Passage du BAEL à l’Eurocode 2 35

Vérifications à l’ELS
Après le dimensionnement à l’ELU, il est nécessaire d’effectuer des vérifications portant sur:
• La limite de contrainte dans le béton et dans l’acier
• La limite d’ouverture des fissures
• La limite de déformation (flèches)
• Section minimale d’armature

Problème:
 Données: MEd,ELS, MEqp, b, h, d1, d2, 𝜎𝑠, 𝜎𝑐, As1 (As2 éventuel) , 𝛿 ad et wmax
 Vérifier si 𝜎𝑐 ≤ 𝜎𝑐 , 𝜎𝑠1 ≤ 𝜎𝑠 , δ ≤ 𝛿ad et wk ≤ wmax

Vérification des contraintes

M ELS e M ELS
c 
I II (ou I I )
xs   c  s1 
I II (ou I I )
d1  xs    s

bw
c c
Contraintes limites à l’ELS sous la As 2  s 2 / e
d2 xs s 2
combinaison caractéristique (EC2-1-1§7.2) zone
comprimée A.N.
M ser
Classe d’environnement 𝜎𝑠 𝜎𝑐 d1
h
XD, XF, XS 400 0,6fck
MPa s 1
Autre fck As1  s1 / e
ct  ct
déformations contraintes
Passage du BAEL à l’Eurocode 2 36

Vérification des contraintes à l’ELS

• Sous la combinaison quasi-permanente des charges σc ≤ 0,45fck = 15,7 MPa  fluage linéaire

• Sous la combinaison caractéristique des charges σc ≤ σc,limite et σs ≤ σs,limite  la poutre est vérifiée vis-à-
vis de contrainte à l’ELS
Passage du BAEL à l’Eurocode 2 37

Maîtrise de la fissuration sans calcul direct (EC2-1-1 §7.3.3)


• Cette méthode permet de s’affranchir de la vérification complète de l’ouverture de fissure. Elle s’apparence
donc à une méthode forfaitaire.
• Il convient dans le cas de fissures principalement dues aux charges, de limiter la contrainte dans l’acier aux
valeurs forfaitaires du tableau 7.2N et du tableau 7.3.N de l’EC2 en fonction du diamètre obtenu dans le cas
d’un calcul tenant compte de la fissuration.

Tableau 7.2N: diamètre maximal des barres ∅𝑠*

𝜎𝑠 k k k

t t
a réel a réel

cnom L,réel L,réel L,réelcnom


bw

Pour que le contrôle de la fissuration


sans calcul direct de l’ouverture des
Tableau 7.3N: Espacement maximal des barres fissures soit assuré, il suffit que l’une
k k k des deux conditions suivantes soit
satisfaite:
L,réel  s
ou
a réel  a
Passage du BAEL à l’Eurocode 2 38

Classe d’environnement XC3 (modérément humide)  l’ouverture des fissures est limitée à wmax = 0,3 mm

 s  265.8 MPa  tableau 7.3N


  a  168 mm
w max  0.3 mm 

Tableau 7.3N: Espacement maximal des barres
k k k

a réel  a
 Le contrôle de la fissuration est assuré
 aréel  66 mm
Passage du BAEL à l’Eurocode 2 39

Vérification des flèches à l’ELS par la méthode forfaitaire (EC2 §7.4.2)

L’EC2 n’impose pas de calculer les flèches d’un élément si son rapport portée/hauteur L/d reste inférieur à
des limites définies par les formules suivantes:
Passage du BAEL à l’Eurocode 2 40

Application à la poutre en question:

K 1 
3

0  5.916  10 
 L  L
979 3  5.5
  9.79  10      16.4      15.2
250  400   d EC2  d réel 0.36
  0 
fck  35 MPa 
  La limitation des flèches est respectée
Passage du BAEL à l’Eurocode 2 41

Vérification des flèches à l’ELS par le calcul (EC2-§7.4.3)

Pour les éléments dont on prévoit qu'ils seront fissurés mais pas entièrement; s’ils travaillent principalement en
flexion, l’expression suivante prévoit de manière appropriée leur comportement :
  II  (1   )I
où:
• α est le paramètre de déformation considéré, qui peut être par exemple une déformation unitaire, une
courbure ou une rotation.
• αI, αII sont les valeurs du paramètre respectivement dans l’état non fissuré et dans l’état fissuré
•  est un coefficient de distribution (qui tient compte de la participation du béton tendu dans la section),
donné par l‘expression:
2
  cr 
  1  0.5  

 s 
Passage du BAEL à l’Eurocode 2 42

Principe du calcul des flèches par les courbures

L/4 L/4 L/4 L/4

f4
2 f2
1
f3

r1, r2, r3, r4, r5

r1, r2, r3, r4, r5

  f2
1 1 1
f    dx         (1   )    dx f3
r r
 II  r I  L²/384
  f4
Passage du BAEL à l’Eurocode 2 43

qEqp
4
5 qEqp L
Application à la poutre en question:
f f 
384 Ec,eff I I
L
2
L  1 1 1 1 1 L
f   2  12  20  12  2   19 mm < fmax   22 mm
384  r1 r2 r3 r4 r5  250
 La limitation des flèches est respectée

Méthode simplifiée pour le calcul des flèches

• L’EC2 propose d’évaluer la flèche en supposant la poutre non fissurée, puis en la supposant entièrement
fissurée. Il faut mener deux calculs, l’un en section non fissurée et l’autre en section fissurée, et ensuite
interpoler en utilisant l’Expression (7.18) pour obtenir le flèche

f   fII  (1   )fI
Application à la poutre en question:

5L4 q Eqp   1  L


f      21 mm < f   22 mm
384E c,eff  I II II 
max
250
Passage du BAEL à l’Eurocode 2 44

Merci de votre attention !

Quang Huy Nguyen


MCF-HDR, Dr.Ing.
INSA de Rennes, France
qnguyen@insa-rennes.fr

Vous aimerez peut-être aussi