Vous êtes sur la page 1sur 171

ÉLECTRICITÉ

HVAC - CLIMATISATION

COMPLEMENT AU COURS « HVAC – Réfrigération » - EXP-UT020

MANUEL DE FORMATION
Cours EXP-SE170
Révision 0
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

ÉLECTRICITÉ
HVAC - CLIMATISATION

SOMMAIRE

Ce cours EXP-SE170, intitulé « HVAC - Climatisation », vient en complément pour


les électriciens, du cours (sur le même sujet) EXP-UT020, intitulé « HVAC -
Réfrigération »

1. OBJECTIFS .....................................................................................................................7
2. INTRODUCTION .............................................................................................................8
3. LA CLIMATISATION ........................................................................................................9
3.1. APPROCHE TECHNIQUE ........................................................................................9
3.1.1. Qu'attend-on de la climatisation? ......................................................................9
3.1.1.1. Confort thermique ........................................................................................9
3.1.1.2. Silence .......................................................................................................10
3.1.1.3. Hygiène ......................................................................................................10
3.1.1.4. Sans maintenance .....................................................................................11
3.1.1.5. Esthétisme .................................................................................................11
3.1.1.6. Faible coût..................................................................................................11
3.1.2. Les techniques de la climatisation ...................................................................11
3.1.3. La climatisation tout air....................................................................................16
3.1.4. Les avantages du tout air et les différents types de systèmes ........................17
3.1.4.1. Tout Air à débit constant ............................................................................17
3.1.4.2. Tout Air à débit constant et à induction ......................................................17
3.1.4.3. Tout Air à débit variable .............................................................................18
3.1.4.4. Tout Air à débit variable et à induction .......................................................18
3.1.5. Les avantages des systèmes Tout Air à induction ..........................................19
3.2. F.A.Q.......................................................................................................................20
3.3. REGLES ET OUTILS DE CONCEPTION ET DE REALISATION ...........................24
3.3.1. Comment aborder un projet.............................................................................24
3.3.2. Hypothèses de base et calculs préliminaires...................................................24
3.3.3. Détermination des débits d’air .........................................................................25
3.3.4. Détermination des terminaux et des encombrements .....................................26
3.3.5. Détermination des réseaux et des encombrements ........................................26
3.3.6. Choix du système de climatisation ..................................................................27
4. POMPES A CHALEUR ET APPLICATION....................................................................29
4.1. PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT.......................................................................29
4.1.1. Pompe à chaleur ou chauffage thermodynamique ..........................................29
4.1.2. Rendement de la pompe à chaleur ou COP....................................................32
4.1.3. Cycle pompe à chaleur et le climatiseur réversible .........................................34
4.2. TECHNIQUES DE CAPTAGE DE CHALEUR.........................................................36
4.2.1. Captage Air .....................................................................................................36
4.2.1.1. PAC air/air..................................................................................................36
4.2.1.2. PAC air/eau................................................................................................36
4.2.2. Captage eau....................................................................................................37
Manuel de formation : EXP-SE170-FR
Dernière Révision: 20/07/2009 Page 2 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

4.2.3. Captage Sol.....................................................................................................38


4.2.3.1. Capteur horizontal......................................................................................38
4.2.3.2. Capteur vertical ..........................................................................................39
4.2.4. Résumé des trois types de pompe à chaleur ..................................................39
5. DOMAINES D’APPLICATIONS DE LA CLIMATISATION (OU P.A.C.)..........................41
5.1. CHOIX DE LA SOURCE DE CHALEUR .................................................................41
5.1.1. Critères généraux ............................................................................................41
5.1.2. Nappes phréatiques ........................................................................................45
5.1.2.1. Quelle nappe ?...........................................................................................45
5.1.2.2. Quel forage ? .............................................................................................45
5.1.2.3. Quelle chaleur ? .........................................................................................46
5.1.2.4. Quelle température ? .................................................................................46
5.1.2.5. Qualité de l'eau ..........................................................................................47
5.1.2.6. Rejet de l'eau .............................................................................................47
5.1.2.7. En résumé..................................................................................................47
5.1.3. Eaux de surface ..............................................................................................48
5.1.3.1. Paramètres de dimensionnement ..............................................................48
5.1.3.2. En résumé..................................................................................................49
5.1.4. Serpentins dans le sol .....................................................................................49
5.1.5. Sonde géothermique .......................................................................................52
5.1.5.1. La précision du dimensionnement..............................................................53
5.1.5.2. Le pieu géothermique ................................................................................53
5.1.6. Forage géothermique ......................................................................................53
5.1.7. Air extérieur .....................................................................................................54
5.1.8. Rejets thermiques ...........................................................................................54
5.1.9. Panneaux solaires ...........................................................................................55
5.2. CLIMATISEUR DE LOCAL – LE SYSTEME SPLIT ................................................56
5.2.1. Principe de fonctionnement .............................................................................56
5.2.2. Typologie des climatiseurs de locaux ..............................................................57
5.2.2.1. Le climatiseur mobile .................................................................................57
5.2.2.2. Le "Window Unit" ou climatiseur de fenêtre ...............................................58
5.2.2.3. Le "split system".........................................................................................58
5.2.2.4. Le "multi - split system" ..............................................................................59
5.2.2.5. Cas particulier : le Roof-Top.......................................................................60
5.2.3. Détails technologiques ....................................................................................60
5.2.3.1. L'unité d'évaporation ..................................................................................60
5.2.3.2. L'unité de condensation .............................................................................61
5.2.3.3. Les liaisons frigorifiques et électriques.......................................................61
5.2.3.4. Le retour d'huile..........................................................................................61
5.2.4. Fonction « chauffage » ....................................................................................62
5.2.5. Fonction « ventilation »....................................................................................63
5.2.6. Domaine d’utilisation .......................................................................................63
5.2.7. La régulation....................................................................................................64
5.2.7.1. La régulation de la température ambiante..................................................64
5.2.7.2. La régulation du compresseur....................................................................64
5.2.7.3. La régulation du condenseur......................................................................65
5.3. REFRIGERATION A DEBIT DE REFRIGERANT VARIABLE .................................66
5.3.1. Principe de fonctionnement .............................................................................66

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 3 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

5.3.1.1. Fonctionnement en froid seul .....................................................................66


5.3.1.2. Fonctionnement réversible (froid ou chaud) ...............................................67
5.3.1.3. A récupération d'énergie (froid et chaud simultanément) ...........................67
5.3.2. Détails technologiques ....................................................................................69
5.3.2.1. Fluide réfrigérant ........................................................................................69
5.3.2.2. Unité extérieure..........................................................................................69
5.3.2.3. Réseau de distribution ...............................................................................69
5.3.2.4. Unités intérieures .......................................................................................70
5.3.2.5. Régulation de la DRV.................................................................................71
5.3.3. Régulation température de la DRV..................................................................72
5.3.3.1. "Froid seul".................................................................................................72
5.3.3.2. "Froid ou chaud" :.......................................................................................72
5.3.3.3. "Froid et chaud"..........................................................................................74
5.3.4. Récupération d'énergie sur boucle d'eau ........................................................76
5.4. VENTILO – CONVECTEUR....................................................................................77
5.4.1. Principe de fonctionnement .............................................................................77
5.4.2. Détails technologiques ....................................................................................79
5.4.2.1. Des ventilos particuliers .............................................................................80
5.4.2.2. Quelques détails technologiques ...............................................................81
5.4.3. Variante : le Module de Traitement d'Air (MTA)...............................................82
5.4.4. Variante : le système modulaire à eau glacée ou "Hydrosplit" ........................84
5.4.5. Domaine d’application .....................................................................................85
5.4.6. Schémas d'installation et régulation des ventilos 2 tubes................................86
5.4.7. Schémas d'installation et régulation des ventilos 4 tubes................................87
5.4.8. Schéma d'installation et régulation des ventilos "2 tubes - 2 fils" ....................88
5.4.9. Avantages .......................................................................................................88
5.4.10. Inconvénients ................................................................................................89
5.5. CONDENSEUR ET TOUR DE REFROIDISSEMENT.............................................91
5.5.1. Vue synoptique................................................................................................91
5.5.1.1. 1° L'aéro - refroidisseur ..............................................................................92
5.5.1.2. 2° La tour de refroidissement fermée .........................................................92
5.5.1.3. 3° La tour de refroidissement ouverte ........................................................93
5.5.2. Fonctionnement d'un condenseur ...................................................................93
5.5.3. Fonctionnement d'une tour de refroidissement................................................94
5.5.4. Les condenseurs à air .....................................................................................95
5.5.5. Les condenseurs à eau ...................................................................................96
5.5.6. Les aéro -refroidisseur (ou dry cooler).............................................................97
5.5.7. Les tours de refroidissement ...........................................................................98
5.5.7.1. Tour ouverte...............................................................................................98
5.5.7.2. Tour fermée................................................................................................99
5.6. POMPES A CHALEUR / APPLICATION BOUCLE EAU.........................................99
5.6.1. Vous avez dit "pompe à chaleur" ?..................................................................99
5.6.2. Types de pompes à chaleur ..........................................................................101
5.6.3. Principe de fonctionnement d'une pompe à chaleur......................................102
5.6.4. Différents coefficients de performance ..........................................................102
5.6.4.1. L'évaluation de la performance instantanée .............................................102
5.6.4.2. L'évaluation de la performance instantanée, auxiliaires compris .............103
5.6.4.3. L'évaluation de la performance annuelle, auxiliaires compris ..................103

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 4 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

5.6.4.4. L'évaluation théorique de la performance annuelle ..................................104


5.6.5. Un rendement qui dépasse 100 % !? ............................................................105
5.6.5.1. Quel bilan énergétique de la PAC ? .........................................................105
5.6.5.2. Est-il normal de rencontrer une machine dont le "rendement" dépasse
100 % ?.................................................................................................................105
5.6.5.3. Quel est le "ε" théorique d'une pompe à chaleur ?...................................105
5.6.5.4. Et quel COP pratique ? ............................................................................106
5.6.6. Pompe à chaleur sur boucle d'eau ................................................................108
5.7. LES GROUPES DE PREPARATION D’AIR..........................................................109
5.7.1. Du chaud et du froid par le même équipement..............................................109
5.7.2. Une gestion délicate lors du dégivrage..........................................................110
5.7.3. Récupérer sur l'air extrait ?............................................................................111
6. LA MACHINE FRIGORIFIQUE A COMPRESSION .....................................................112
6.1. L’INSTALLATION FRIGORIFIQUE VUE DE L’EXTERIEUR.................................112
6.2. L’INSTALLATION FRIGORIFIQUE VUE DE L’INTERIEUR..................................116
6.2.1. Tout est basé sur les propriétés physiques du fluide frigorigène...................116
6.2.2. Dans l'évaporateur ........................................................................................117
6.2.3. Dans le compresseur.....................................................................................118
6.2.4. Dans le condenseur ......................................................................................118
6.2.5. Dans le détendeur .........................................................................................119
6.2.6. Fonctionnement complet ...............................................................................119
6.3. FONCTIONNEMENT MACHINE FRIGORIFIQUE EN EQUILIBRE PERMANENT
.....................................................................................................................................120
6.4. PLUSIEURS REGULATIONS IMBRIQUEES DANS MACHINE FRIGORIFIQUE.123
6.4.1. Régulation du compresseur...........................................................................123
6.4.2. Limiter pression maximale la sortie du compresseur : le pressostat HP........123
6.4.3. Limiter la pression minimale à l'entrée du compresseur: pressostat BP........124
6.4.4. Éviter la surchauffe du moteur.......................................................................124
6.4.5. Lubrifier le compresseur ................................................................................125
6.4.6. Éviter les à-coups de liquide réfrigérant ........................................................125
6.5. L’EFFICATE ENERGETIQUE OU COP-FROID....................................................126
6.6. LA REGULATION DE PUISSANCE DES GROUPES FRIGORIFIQUES..............128
6.6.1. La régulation "tout ou rien" par marche / arrêt du compresseur ....................128
6.6.2. La régulation "tout ou rien" par vidange de l'évaporateur (ou "pumpdown")..128
6.6.3. La régulation "progressive" de la pression d'évaporation ..............................130
6.6.4. La régulation par "étages" .............................................................................131
6.6.4.1. Un évaporateur et plusieurs compresseurs..............................................131
6.6.4.2. Deux machines frigorifiques distinctes en parallèle..................................132
6.6.5. La régulation de la vitesse de rotation ou "inverter" ......................................132
6.6.6. La mise hors - service de cylindres ...............................................................134
6.6.7. L'obturation de l'orifice d'aspiration................................................................134
6.6.8. La régulation par injection des gaz chauds ...................................................134
6.6.9. La régulation "par tiroir" des compresseurs à vis ..........................................135
6.6.10. La pré- rotation du fluide frigorigène dans les turbocompresseurs..............135
7. REGLEMENTATON SUR LES GAZ A EFFET DE SERRE .........................................136
7.1. ASPECTS GENERAUX ........................................................................................136
7.1.1. Qu’est-ce que des gaz fluorés ?....................................................................136
7.1.2. Qu’est ce que le règlement Européen F- Gaz ? ............................................136
Manuel de formation : EXP-SE170-FR
Dernière Révision: 20/07/2009 Page 5 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

7.1.3. Quel est l’objectif du règlement F- Gaz ? ......................................................137


7.1.4. Quels gaz sont couverts par le règlement européen ? ..................................137
7.1.5. Qu’interdit le règlement ? ..............................................................................137
7.1.6. Quels aspects de l’utilisation des gaz fluorés son-ils réglementés? ..............138
7.1.7. La situation danoise et autrichienne. .............................................................139
7.1.8. L’entrée en vigueur du règlement..................................................................139
7.2. OBLIGATIONS ......................................................................................................140
7.2.1. Quelles obligations changent à travers de ce règlement ? ............................140
7.2.2. Qu’est-ce qui change pour l’importateur / producteur ?.................................141
7.2.3. Le confinement..............................................................................................142
7.2.4. Les obligations de rapport .............................................................................144
7.2.5. Les exigences d’étiquetage ...........................................................................145
7.3. LA FORMATION DU PERSONNEL ......................................................................146
7.4. AMENDES ............................................................................................................147
7.5. REVISION DU REGLEMENT................................................................................147
8. ENTRETIEN DE BASE ................................................................................................148
9. CRÉER ET ENTRETENIR SA CLIMATISATION.........................................................151
9.1. INSTALLATION.....................................................................................................151
9.1.1. La sécurité avant tout ....................................................................................151
9.1.2. Principes de pose..........................................................................................152
9.1.3. Déroulement d'une installation ......................................................................153
9.2. CONSEILS DE POSE ...........................................................................................158
9.2.1. Choix de l'emplacement ................................................................................158
9.2.2. Raccordement du conduit de condensats .....................................................158
9.2.3. Raccordements conduites de fluide et électriques ........................................159
9.2.4. Emplissage de fluide frigorigène ...................................................................160
9.2.4.1. Test pour les fuites...................................................................................161
9.2.4.2. Mise en vide .............................................................................................162
9.3. MAINTENANCE SPLIT SYSTEME .......................................................................164
9.3.1. Entretien ........................................................................................................164
9.3.2. Dépannage - diagnostic.................................................................................165
10. GLOSSAIRE ..............................................................................................................166
11. SOMMAIRE DES FIGURES ......................................................................................167
12. SOMMAIRE DES TABLES ........................................................................................171

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 6 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

1. OBJECTIFS
Avec le cours EXP-UT020, l’électricien (et aussi l’opérateur, l’instrumentiste, le
mécanicien,…) de maintenance a déjà pris connaissance d’un bon nombre d’informations.
Dans le cas présent, il faut voir les 2 cours ensemble, ou sinon, plutôt celui-ci avant le
cours EXP-UT020

Le technicien /l’opérateur aura appris avec le premier cours :

La théorie de fonctionnement des boucles de réfrigération

Les différents éléments composants une boucles de réfrigération

Leurs technologies

Les particularités des différents fluides frigorigènes

Les technologies de raccordement des appareils d’une boucle de réfrigération avec


le matériel, les outils à employer

Les méthodes de remplissage en fluide frigorigène

Les techniques de dépannage et d’entretien courant

Les défauts et incidents pouvant survenir sur le système de réfrigération (et


comment y remédier).

…etc.…

A l’issue de ce présent cours, complémentaire, le technicien (le même) devra, en ce qui


concerne la HVAC

Avoir étendu ces connaissances à la climatisation en général

Exposer le fonctionnement d’une boucle de réfrigération, les principes ayant été


revu dans le présent cours

Connaître le fonctionnement d’une pompe à chaleur

Expliquer le fonctionnement d’un système réversible

Énumérer les différentes méthodes en climatisation pour faire du froid et/ou du


chaud

Connaître tous les trucs et astuces pour installer, faire fonctionner, dépanner un
système split

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 7 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

2. INTRODUCTION
Le cours EXP-UT020 est assez complet quant à la présentation des systèmes de
réfrigération avec la théorie, le descriptif des composants, les différents fluides réfrigérants
et l’entretien (la maintenance).

En conséquence, le technicien de maintenance se doit de lire EXP-UT020 de préférence


après celui-ci.

Ce cours EXP-SE0170 se veut plus « généraliste » en étendant la présentation à la


climatisation en général.

En « replongeant » dans la HVAC, je voudrais d’entrée revenir sur un thème évoqué dans
le cours EXP-UT020. Sur les sites Total, j’ai toujours vu soit, pas de service / département
HVAC, la maintenance étant dans ce cas, généralement effectuée par les électriciens ;
soit un service HVAC dans lequel les personnes y étant affecté, sont considérées comme
des sous - techniciens. (Les moins bons vont à la HVAC et/ou à la Safety…..).

Je suis, personnellement de formation électricien et instrumentation ayant « glissé»


progressivement de manière plus générale vers la mécanique et le process, tout en
restant plus « spécialiste » en instrum et élec. Je puis vous assurer qu’un technicien
HVAC (qui se respecte…) doit connaître ces quatre disciplines (process, instrumentation,
électricité et mécanique) et ce à un bon niveau.

Cette considération (navrante et même méprisante) du technicien HVAC à un niveau


négligeable est peut être une particularité française (donc non spécifique à Total….) car
lorsque « l’on » ne connaît pas quelque chose, « l’on » à tendance à considérer ce même
quelque chose comme moins important. Je n’ai pas rencontré ce même comportement de
« négligeabilité » (c’est un mot inventé, pour la bonne cause – neglectfulness en anglais,)
chez les Américains et les Anglo-saxons qui ont un département « Environnemental »
dans lequel l’on trouve de bons techniciens HVAC.

Alors, SVP, sur les chantiers/sites Total, et lorsque l’installation HVAC est suffisamment
conséquente, faites en sorte d’avoir une équipe de bons techniciens, ayant un bon niveau
d’études et surtout, respectez / condidérer ces techniciens !

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 8 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

3. LA CLIMATISATION

3.1. APPROCHE TECHNIQUE

3.1.1. Qu'attend-on de la climatisation?

Qu'est-ce que la climatisation d'un bâtiment tertiaire ou industriel (bureaux, habitations,


laboratoires, ateliers, salles techniques…)?
Est-ce vraiment utile de donner une définition à ce terme ?

Il est plutôt essentiel d'entendre les utilisateurs définir leurs besoins. Eux savent très bien
ce qu'ils attendent de la climatisation :

Confort thermique

Silence

Hygiène

Sans maintenance

Esthétisme

Faible coût

3.1.1.1. Confort thermique

Sur les sites, nous parlons avant tout de


réfrigération car la production pétrolière se
situe principalement dans les pays tropicaux,
équatoriaux et la réaction est
(systématiquement) de penser à faire du froid

Figure 1 : Le confort technique de la clim

Mais l’hiver, au Moyen-Orient (Arabie, Émirats, Iran, Yémen,….) il y fait froid et il faut du
chauffage. Quant à la Patagonie, la Russie, la Chine et bientôt la Sibérie, les zones
arctiques et antarctiques…. , on inverse la tendance, et l’on parle principalement de
chauffage.

Ce que la « clim. » représente, c’est d'abord un confort thermique en toute saison,


c'est à dire chauffer en hiver et refroidir en été, et les deux en mi-saison. Bien entendu il
faut que chacun puisse régler son confort comme il l'entend.

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 9 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

3.1.1.2. Silence

Ensuite ne rien entendre. En général on s'attend


à ce que la climatisation ne fasse pas de bruit,
qu'elle ne couvre pas le bruit des voix ou des
ordinateurs de bureau, qu’elle ne vous empêche
pas de dormir (dans la piaule ou à l’hôtel), qu’elle
ne fasse pas un « bruit de compresseur » dans la
salle de contrôle ou dans les salles d’appareillage
techniques (quoique là……., çà fait souvent du
bruit…)

Figure 2 : Clim = silence, dans les bureaux et


ailleurs

Éventuellement les utilisateurs tolèrent un léger bruit de démarrage ou de déclenchement


signe d'une réaction à leur demande quand ils actionnent un thermostat : " Ça marche ! ",
et donc « ça rassure ».

3.1.1.3. Hygiène

Ensuite, les utilisateurs ne veulent pas


contracter une maladie à cause de leur
climatisation.

Figure 3 : De l’hygiène pour tous les


locaux climatisés

Pas de dessèchement de la cornée, pas d'affection respiratoire, pas de transmission du


rhume du voisin du bureau d'à côté… Ils veulent que l'air de leur bureau soit renouvelé
plus de 2 fois par heure et non 1 seule fois en moyenne comme on peut le constater
aujourd'hui dans bien des bâtiments tertiaires. « Ils » veulent une climatisation qui
contribue à l'amélioration de l'hygiène sur leur lieu de travail.
Quant à la Légionellose, elle apparaît dans la très grande majorité des cas dans les
systèmes de clim. Voir le cours EXP-UT020 sur ce sujet.

Ça, c’est pour le confort individuel, pour le tout un chacun qui râle quand il a trop chaud
(ou trop froid). Sur site, il faut également penser à l’hygiène et au confort des
équipements. Les appareils électroniques d’une salle de relayage, d’une salle de contrôle,
d’une salle de supervision n’aiment pas du tout la chaleur, ils peuvent même déclarer
forfait plus vite que l’espèce humaine en cas de « canicule ». Les renouvellements d’air
des salles techniques sont aussi généralement plus gourmands que pour les bureaux.
Une salle de batteries, ou une salle renfermant des alimentations secourues avec jeux de
batteries type étanche et dites sans maintenance demande une fourchette de
fonctionnement en température assez limitée et un renouvellement d’air (très) important.

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 10 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

3.1.1.4. Sans maintenance

Évidemment leur appareil doit être fiable, et s'il nécessite un entretien, les utilisateurs
ne veulent pas être dérangés.

Là, faut pas exagérer ! J’en en vu envoyer paître, le pov’ gars qui vient nettoyer les filtres
de leur bureau (alors que c’était prévu) mais qui réclament une intervention immédiate en
cas de panne (et toujours sans déranger…).

Il y a un minimum d’entretien à faire, et il faut le faire.

3.1.1.5. Esthétisme

Il faut aussi que cet appareil de climatisation s'intègre


parfaitement dans l'agencement des locaux bien souvent
étudié avec soin. Finis les appareils disgracieux en allège sous
les fenêtres ou derrière les bureaux, place aux appareils qui
s'intègrent dans des colonnes, qui utilisent le faux plafond, qui
libèrent de la place dans les pièces ; place aux diffuseurs
esthétiques.

Figure 4 : Les appareils de clim peuvent être esthétiques

Ça, c’est la tendance publicitaire, la réalité de site reste dans le domaine « traditionnel ».

3.1.1.6. Faible coût

Enfin, les utilisateurs sont conscients que ces avantages ont un coût, mais ils font
remarquer que le non respect de ces attentes diminuera leur productivité. L'investisseur ou
le gestionnaire du local climatisé va tenter de les satisfaire au moindre et à coût
d'investissement égal, le gestionnaire préfère le système qui consomme le moins
d'énergie.

En résumé, dans les bâtiments climatisés, les utilisateurs au sens large veulent que la
climatisation contribue à leur bien-être, qu'elle ne soit jamais un objet de plainte, qu'elle se
fasse oublier et que globalement elle coûte le moins possible…

3.1.2. Les techniques de la climatisation

De nombreuses techniques tentent de satisfaire ces critères. Passons-les en revue au


regard de ces critères définis par les utilisateurs

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 11 de 171
Formation Exploitation
Electricité
HVAC - Climatisation

Critères systèmes Confort thermique Silence Hygiène Sans maintenance Esthétisme Faible coût Note globale

NON
NON OUI
NON
NON -
NON Bac à condensats
Trop souvent en Vrai pour une petite
dans la pièce. Intervention dans la
Split Window Température de applique dans les surface mais pas le système le moins
Ventilateur bruyant pièce, filtre à
soufflage comprise locaux avec un applicable à un conforme aux
dans la pièce. Très faible changer, ventilateur
entre 12 et 15°C. pendant extérieur immeuble attentes.
renouvellement d'air à changer.
difficile à cacher. fonctionnel.
associé.

OUI
NON NON
Mais attention les
OUI +
roulements du NON
Température de Bac à condensats au OUI Un des plus faibles
ventilateur s'usent et
Ventilo-convecteur soufflage comprise contact avec l'air coûts Un système qui ne
peuvent faire du Intervention dans la
standard en faux entre 12 et 15°C. recyclé. Intégré dans le faux d'investissement, au satisfait pas les
bruit. pièce, filtre à
plafond plafond, mais peu de détriment du coût de attentes mais qui est
changer, ventilateur
Doit être en 4 tubes Très faible choix de diffuseur. maintenance et peu coûteux à
Silence à vitesse 1 à changer.
pour être renouvellement d'air d'exploitation. l'investissement
mais plus après 2
confortable. associé.
ans de
fonctionnement.

OUI NON NON


NON NON
Mais attention les Intervention dans la OUI Coût ++
Température de Bac à condensats au
roulements du pièce ou dans le d'investissement
soufflage comprise contact avec l'air
Ventilo-convecteur ventilateur s'usent et couloir, filtre à Intégré dans le faux plus élevé que le Mieux que le ventilo-
entre 12 et 15°C. recyclé.
gainable peuvent faire du bruit changer. plafond, et possibilité ventilo-convecteur convecteur standard
d'utiliser un diffuseur standard et coût de mais plus coûteux à
Doit être en 4 tubes Très faible
Atténuation Ventilateur plus esthétique. maintenance et l'investissement
pour être renouvellement d'air
acoustique grâce performant que celui d'exploitation non
confortable. associé.
aux flexibles. du standard. nul.

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 12 de 171
Formation Exploitation
Electricité
HVAC - Climatisation

Critères systèmes Confort thermique Silence Hygiène Sans maintenance Esthétisme Faible coût Note globale

NON
NON
NON Coût
NON Intervention dans la d'investissement
Ventilateur et pièce, filtre à NON plus élevé que le ++
NON compresseur dans la Bac à condensats au changer. ventilo-convecteur et
pièce ou le faux contact avec l'air Souvent intégré dans surcoût de Un des systèmes les
Pompe à chaleur
Température de plafond. recyclé. Maintenance d'un le faux plafond. maintenance dû au plus coûteux mais
sur boucle d'eau
soufflage comprise circuit frigorifique. circuit frigorifique. qui permet de faire
entre 12 et 15°C. Silence à vitesse 1 Très faible Peu de choix de des économies
mais plus après 2 renouvellement d'air Ventilateur plus diffuseur. Par contre efficacité d'énergie.
ans de associé. performant que celui énergétique
fonctionnement. du ventilo- importante donc
convecteur standard. économies
d'exploitation.

OUI
NON
OUI
OUI
Température de +++
Coût
soufflage comprise Pas de condensats
Souvent intégré dans d'investissement
entre 15 et 20°C. ou condensats OUI Le système qui
le faux plafond. plus élevé que le
jamais au contact satisfait le plus les
Tout air OUI ventilo-convecteur
Attention au débit avec l'air recyclé Pas de maintenance utilisateurs mais qui
Grand choix de mais, très faible coût
variable qui ne du terminal. est difficile à intégrer
diffuseur. de maintenance et
permet pas d'assurer Assure un dans la structure du
importantes
un brassage renouvellement d'air bâtiment.
Libère de la place. économies d'énergie
constant dans la important.
par free -cooling
pièce.

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 13 de 171
Formation Exploitation
Electricité
HVAC - Climatisation

Critères systèmes Confort thermique Silence Hygiène Sans maintenance Esthétisme Faible coût Note globale

OUI

OUI Coût
OUI OUI
d'investissement
Pas de condensats plus élevé que le
Température de Souvent intégré dans ++++
ou condensats OUI ventilo-convecteur,
Tout air avec soufflage comprise le faux plafond.
jamais au contact mais très faible coût
terminaux à entre 15 et 20°C. OUI Le système qui
avec l'air recyclé. Pas de maintenance de maintenance et
induction Grand choix de satisfait le plus les
du terminal. importantes
Très bon confort diffuseur. utilisateurs.
Assure un économies d'énergie
même avec un 2
renouvellement d'air par free -cooling
tubes Libère de la place.
important. possible même avec
des températures
basses.

NON

Pas de condensats.
NON
OUI ++
Attention au risque OUI
Coût
de condensation du OUI
Température d'investissement un système qui ne
Plafond froid OUI plafond si l'humidité Constitue le faux
résultante très élevé. permet pas de
ambiante est élevée Pas de maintenance. plafond donc
voisine de celle de la renouveler l'air
invisible
pièce. Faible puissance au ambiant.
Très faible
m².
renouvellement d'air
associé.

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 14 de 171
Formation Exploitation
Electricité
HVAC - Climatisation

Critères systèmes Confort thermique Silence Hygiène Sans maintenance Esthétisme Faible coût Note globale

NON
NON
NON Pas de condensats NON
NON ++
sauf si l'humidité Coût
Température de ambiante est élevée, Intervention dans la d'investissement et
Monobloc intégré Un des systèmes les
soufflage très voisine et alors la pièce coût de maintenance
Poutre froide. OUI dans le faux plafond plus coûteux et qui
de celle de la pièce. condensation tombe plus élevés que ceux
mais face apparente présente le risque de
dans la pièce. Batterie à nettoyer. du Tout Air.
et peu de choix condenser dans la
Doit être en 4 tubes
esthétique pièce.
pour être confortable Faible Pas de ventilateur Faible puissance
renouvellement d'air unitaire
associé.

NON
NON
NON
NON Intervention dans la
Coût
Mais attention les pièce, filtre à
d'investissement ++
DRV NON roulements du Bac à condensats au changer.
NON moyen et coût de
ventilateur s'usent et contact avec l'air
maintenance Un des systèmes les
Débit à Température de peuvent faire du bruit recyclé. Maintenance d'un
Souvent intégré dans frigorifique élevé. plus coûteux mais
Réfrigérant soufflage comprise circuit frigorifique.
le faux plafond. qui est adapté aux
Variable entre 12 et 15°C. Silence à vitesse 1 Très faible
Par contre rénovations
mais plus après 2 renouvellement d'air Ventilateur plus
économies d'énergie
ans de associé. performant que celui
due aux COP des
fonctionnement. du ventilo-
machines.
convecteur standard.

Table 1: Les différentes techniques de climatisation

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 15 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

Comme nous sommes ici, dans ce chapitre, dans la climatisation et comme nous voyons
la réfrigération par « split », par « window » en détail dans le cours EXP-UT020, voyons ci-
après les systèmes à diffusion par air.

3.1.3. La climatisation tout air

Avec ce système de climatisation l'air traité centralement est distribué dans un réseau de
gaines puis est soufflé dans plusieurs locaux ou zones distinctes. De façon à maîtriser les
ambiances de chaque pièce il faut un organe de réglage de débit, la boîte de détente par
exemple, ou une batterie terminale à eau chaude ou eau glacée ou les deux.

Quand l'air est repris dans un réseau aéraulique vers le caisson central on parle de
double-flux.

Figure 5 : Climatisation avec distribution tout air

Ce caisson peut aussi bien être une CTA (Central de Traitement d’Air – AHU pour Air
Handling Unit) ou une Pompe à Chaleur (PAC) air/air.

Figure 6 : Distribution tout air avec terminaux à induction

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 16 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

A la lumière de la comparaison effectuée précédemment dans le tableau), il apparaît que


le Tout Air avec des terminaux à induction (échangeur chaud / froid en tête de gaine de
distribution d’air) est le système de climatisation qui satisfait le mieux les attentes des
utilisateurs. (Dans les bureaux, les habitations communautaires, les locaux techniques
groupés)

Il présente l'avantage sur le Tout Air classique (sans terminaux à induction ou même la
partie évaporateur d’un split par exemple) d'utiliser de l'air primaire à basse température
(entre 10 et 15°C) et donc des débits d'air plus faibles à puissance égale.

3.1.4. Les avantages du tout air et les différents types de systèmes

3.1.4.1. Tout Air à débit constant

Avec pour seul ajustement la variation de la température dans la CTA (AHU), est adapté
aux grands locaux comme des halls, des restaurants, des salles de réunion, des cinémas,
des quartiers d’habitation (offshore), des ateliers, des zones de stockage ….

Figure 7 : Le tout air à débit constant

3.1.4.2. Tout Air à débit constant et à induction

Il fait intervenir une


batterie terminale à eau
chaude et/ou froide munie
d'un cône d'induction pour
chaque pièce.

Figure 8 : Le tout air à


débit constant et à
induction

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 17 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

Par effet venturi cet appareil aspire l'air de la pièce, le mélange avec l'air sortant de la
batterie terminale et le souffle dans la pièce. La régulation individuelle de température fait
varier en plus ou en moins le débit d'eau dans la batterie et donc la température de l'air
avant le mélange.

3.1.4.3. Tout Air à débit variable

Il fait intervenir un
organe de réglage du
débit d'air soit pour
chaque zone, soit, ce
qui est mieux, pour
chaque pièce. La
régulation individuelle
de température fait
varier en plus ou en
moins le débit d'air
soufflé.

Figure 9 : Le tout air


à débit variable

3.1.4.4. Tout Air à débit variable et à induction

Il fait intervenir un organe de réglage du débit pour chaque pièce. Par effet venturi cet
appareil aspire l'air de la pièce, le mélange avec l'air prétraité et le souffle dans la pièce.

La régulation individuelle de
température fait varier en
plus ou en moins le débit
d'air prétraité, par contre le
débit soufflé, et donc le
brassage, reste quasiment
constant.

Figure 10 : Le tout air à


débit variable et à
induction
Manuel de formation : EXP-SE170-FR
Dernière Révision: 20/07/2009 Page 18 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

3.1.5. Les avantages des systèmes Tout Air à induction

C’est un système qui n’est pas généralisé sur nos sites, mais qui devrait l’être car il
accumule tous les avantages des autres systèmes……, ça vaut la peine d’énumérer ces
avantages.

Le mélange entre l'air froid traité par la batterie terminale et l'air de la pièce est réalisé
dans le tube de mélange. L'écart de température entre l'air soufflé et l'air ambiant est de
l'ordre de 5°C.

Le diffuseur de soufflage est sélectionné de


façon traditionnelle pour assurer la meilleure
diffusion dans le local, éviter les zones mortes
et contribuer à la dépollution de la pièce.

Les batteries terminales sont à 4 tubes ou 2


tubes ou 2 tubes 2 fils.

Figure 11 : Batteries d’induction à 4 ou 2 tubes

Ces systèmes sont statiques puisqu'ils ne


comportent aucune pièce tournante comme un
ventilateur. De ce fait ils sont silencieux même si
l'effet venturi accélère le flux d'air.

Figure 12 : Batteries d’induction statiques

L'air prétraité est filtré efficacement dans la CTA (en amont, généralement à l’extérieur).

L'air aspiré dans le local n'est jamais au contact avec la batterie terminale dans laquelle on
peut trouver des condensats. On protège donc les utilisateurs contre la prolifération des
bactéries qu'on trouve dans les bacs à condensats des appareils traditionnels.

Ces condensats sont collectés et


évacués de suite en continu et sous
pression. Ils ne sont pas une menace
pour la santé des utilisateurs.

Figure 13 : Récupération amont des


condensats

Ces systèmes statiques ne peuvent pas se dérégler. Ils n'ont pas de filtre sur l'aspiration.
La seule pièce qui peut tomber en panne est la vanne motorisée de régulation d'eau.

Une installation de climatisation « Tout Air à induction » coûte moins cher qu'une
installation « Tout Air traditionnelle » car les débits d'air sont plus faibles : les CTA et les
Manuel de formation : EXP-SE170-FR
Dernière Révision: 20/07/2009 Page 19 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

gaines sont plus petites. Cette même installation coûte environ 20% plus cher qu'une
installation avec des ventilo-convecteurs standard, mais quasiment le même prix qu'un
installation avec des ventilo-convecteurs gainables.

En zone tempérée, les économies d'énergie sont importantes : 3 mois d'hiver avec une
récupération énergétique en CTA, puis 7 mois de mi-saison avec beaucoup de free -
cooling, même à basse température extérieure (pourquoi pas au-dessous de 12°C ?), et 2
mois d'été avec de l'électricité bon marché et du free - cooling pendant la nuit. Le
rendement électrique du seul ventilateur de l'installation, dans la CTA, voisin de 75%,
améliore encore l'efficacité énergétique de l'installation.

L'absence de filtre terminal sur l'aspiration de l'air de la pièce et l'absence de ventilateur


génèrent encore d’autres économies par rapport à une installation avec des ventilo-
convecteurs.

3.2. F.A.Q

F.A.Q. pour Foire Aux Questions, et la aussi nous restons (principalement) pour le
système à distribution « Tout air ».

Climatiser ou rafraîchir ?

Climatiser veut communément dire assurer une température ambiante quelle que soit la
température extérieure, par 35°C comme par 15°C par exemple. Alors que rafraîchir veut
plutôt dire assurer une température ambiante jusqu'à une valeur limite de température
extérieure puis laisser dériver cette température intérieure.

Faut-il fonctionner à débit variable ou à débit constant ?

Une installation à débit variable peut avoir des batteries terminales chaudes mais n'a pas
de batterie terminale froide d'ajustement. La puissance froide est donc délivrée par de l'air
refroidi dans la CTA à la même température pour tous les locaux.

Si ceux-ci ont des comportements thermiques différents, voire même opposés, il faut
découper le bâtiment en différentes zones thermiques, ce qu'on appelle un zoning.

S'il n'est pas possible de réaliser ce zoning, pour des raisons d'encombrement de gaines
par exemple, alors il faut passer au débit d'air constant avec batterie terminale
d'ajustement.

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 20 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

Comment équilibrer un réseau d'air ?

Équilibrer une installation TOUT AIR


classique équipée de registres de
réglage demande beaucoup de
patience…

Figure 14 : Réseau de distribution à


équilibrer au niveau des registres

Non seulement, les débits d’air au


niveau de chaque registre de
distribution est à ajuster en fonction du volume du local, de son exposition, de ses
déperditions et/ou de ses apports thermiques, mais il peut aussi être fonction du caractère
des occupants….., (moi je veux moins d’air, moi plus, moi plus chaud, moi plus froid…..)

Comment fait-on avec un bâtiment à façades thermiquement très opposées ?

Plusieurs possibilités :

Utiliser des batteries terminales 4 tubes avec un TOUT AIR à débit constant

Procéder à un zoning par façades et utiliser :

Soit des batteries terminales 2 tubes et procéder à un change - over par


façade alors que la CTA alimente en air les 2 façades.

Soit des régulateurs de débit et faire varier la température de soufflage selon


la façade.

Combien de fois doit-on renouveler l'air des locaux climatisés ?

La seule réglementation en vigueur est l'obligation écrite dans le code du travail de


renouveler l'air des locaux des personnes travaillant. Les débits sont de 18 l/s pour des
locaux non fumeurs et 36 l/s pour des locaux fumeurs.

L'habitude est de souffler au minimum 60 m³/h, soit environ 1 vol/h dans un bureau, mais
l'expérience montre que ce n'est pas suffisant et qu'un minimum de 2.5 vol/h serait plus
hygiénique

Ceci concerne la France.

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 21 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

Comment climatiser les salles de réunion d'un immeuble de bureaux ?

Ces salles de réunion sont souvent au centre des immeubles, les unes au-dessus des
autres. Leur utilisation est intermittente, plus qu'un bureau. Plutôt que de se raccorder sur
une antenne de la distribution locale, il est préférable de réaliser un réseau spécifique
avec une CTA spécifique aux salles de réunion, et de prévoir des registres motorisés qui
s'ouvrent lorsque la salle est occupée ou lorsque la GTC commande cette ouverture

Comment climatiser des locaux fumeurs ?

D'abord augmenter le taux de renouvellement des locaux fumeurs en augmentant le débit


primaire et le débit extrait.

Ensuite éviter de recycler les fumées extraites avec l'air primaire soufflé dans les locaux
non fumeurs. Cela peut passer par la création d'un réseau aéraulique spécifique. Dans ce
cas le TOUT AIR NEUF dans ces locaux fumeurs exclusivement est réponse appropriée.

Faut-il des terminaux 2 tubes ou 4 tubes ?

Le 2 tubes change - over est la solution la plus simple (en zone tempérée) : en plein hiver
le réseau contient de l'eau chaude, en plein été de l'eau glacée. Pendant la mi saison
proche de l'hiver, le réseau contient de l'eau chaude et la CTA permet de rafraîchir avec
du free - cooling. Pendant la mi saison proche de l'été, le réseau contient de l'eau glacée
et la CTA permet de réchauffer les locaux le matin lorsque les vannes des batteries
terminales sont fermées.

Cette solution est appropriée pour des zones aux comportements climatiques peu
différents.

Le 4 tubes est la solution la plus fiable : chaque batterie terminale dispose en toute saison
d'eau chaude et d'eau glacée. La CTA peut faire du free - cooling quand c'est nécessaire.
Cette solution est appropriée pour traiter de façon centralisée des zones aux
comportements climatiques différents.

Qu'est-ce que le free - cooling ?

C'est le rafraîchissement des locaux avec de l'air extérieur froid. Par exemple de l'air
extérieur à 12°C au mois de février, cas classique en région parisienne.

Avec un débit moyen de 250 m³/h par bureau le TOUT AIR permet de réellement rafraîchir
avec de l'air froid à 12°C : 1100 W pour maintenir à 25 °C ! Les autres systèmes qui
renouvellent très peu l'air des locaux ne peuvent pas faire de free - cooling.

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 22 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

Peut-on utiliser le Tout Air en rénovation ?

On peut l'utiliser en neuf comme en rénovation. Ce qui limite son utilisation c'est la place
disponible dans les faux plafonds des pièces et des circulations.

Comment et quand doit-on choisir le système de climatisation ?

Le plus tôt possible en conception. Parce qu'il peut s'avérer indispensable de demander à
l'architecte une augmentation des hauteurs de faux plafonds, un changement de place des
trémies…

Est-ce vrai qu'un système Tout Air est trop consommateur d'air neuf ?

Oui une installation TOUT AIR met en œuvre beaucoup d'air, mais une installation TOUT
AIR n'est pas obligatoirement TOUT AIR NEUF et s'accompagne très souvent d'une
récupération énergétique efficace. Cela dépend de la CTA.

Ainsi une CTA peut comprendre un caisson de mélange, où sont mélangés l'air neuf et
l'air partiellement recyclé du bâtiment. Cette CTA fonctionne avec un minimum d'air neuf
et un maximum d'air recyclé en plein été et en plein hiver, ce qui économise l'énergie. Par
contre en mi-saison la CTA fonctionne longtemps pratiquement en tout air neuf pour
optimiser le free - cooling.

La CTA peut aussi être équipée d'un système de récupération d'énergie comme un
échangeur à plaque, un caloduc, une roue… Ces systèmes sont indispensables dès que
la CTA travaille en TOUT AIR NEUF.

Enfin la Centrale peut être une Pompe à Chaleur (PAC) air/air, avec caloduc de
préférence.

Quelles sont les contraintes d'entretien ?

Une installation TOUT AIR comporte comme tous les autres systèmes une CTA ou une
PAC air/air, une production de chaud et une production de froid, une distribution d'air et
une distribution d'eau. Tous ces éléments doivent être entretenus. La nature de l'entretien
de ces éléments centralisés, la fréquence aussi, sont identiques quel que soit le système.

La spécificité du TOUT AIR réside dans la taille plus importante des gaines, ce qui en
facilite l'entretien, dans la taille plus importante des CTA ce qui augmente le prix des
filtres.

Par contre les éléments terminaux sont soit statiques (batteries terminales avec ou sans
induction, registres fixes), soit motorisés (boîte de détente, variateurs de débit avec ou
sans induction).

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 23 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

3.3. REGLES ET OUTILS DE CONCEPTION ET DE REALISATION

3.3.1. Comment aborder un projet

Il faut d'abord savoir ce qu'on va faire :

Du TOUT AIR NEUF ou du RECYCLAGE ?

Il est interdit de recycler l'air dans un établissement de soins, ce sera donc du TOUT AIR
NEUF. Par contre dans un immeuble de bureaux on utilise volontiers un caisson de
mélange qui recycle une partie de l'air des locaux en plein hiver et en plein été, mais qui
assure beaucoup de TOUT AIR NEUF une grande partie de la mi saison.

Du chauffage ? Du rafraîchissement ? Ou de la climatisation ?

C'est un choix fondamental du concepteur. Ce choix a des incidences sur les calculs de
charges thermiques, sur les températures de réseaux et de locaux. Il faut ainsi fixer les
températures que l’on désire dans les locaux tout en connaissant les conditions extrêmes
de température extérieure.

Ensuite, il faut suivre ces étapes de conception :

Hypothèses de base et calculs préliminaires

Détermination des débits d'air dans les locaux et dimensions des terminaux

Détermination des réseaux aérauliques

Choix du système : débit d'air constant ou variable, 2 tubes ou 4 tubes

Choix des diffuseurs

Choix de la régulation

3.3.2. Hypothèses de base et calculs préliminaires

Hypothèses de base

Fixer la température primaire de soufflage : 20°C dans le cas de débit d'air constant avec
batterie terminale, 12°C dans le cas de débit d'air variable avec terminal à induction.

Fixer la température d'eau glacée : 6- 11°C par exemple

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 24 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

Fixer la température d'eau chaude : 45-40°C par exemple

Fixer pour chaque local le débit minimum d'air primaire : 120 m³/h pour un taux de
renouvellement de 3 vol/h par exemple.

Méthode des apports

Déterminer les apports sensibles des locaux, les déperditions statiques des locaux.

Méthode du taux de renouvellement

Déterminer le taux de renouvellement minimum de chaque local traité

3.3.3. Détermination des débits d’air

On calcule les débits d'air d'une aile ou d'un étage ou d'une partie d'étage type du
bâtiment.

Méthode des apports :

Si la température de sortie de la batterie terminale est de 9°C, le débit primaire est :

apports sensibles
qp = en m³/h
0,34 × ((25 − 9 )

Dans le cas du débit d'air variable, l'air primaire étant à 12°C, le débit primaire est :

apports sensibles
qp = en m³/h
0,34 × ((25 − 12 )

Méthode du taux de renouvellement

Pour chaque taux de renouvellement, le débit primaire est :

Qp = taux x volume de la pièce en m³/h

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 25 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

3.3.4. Détermination des terminaux et des encombrements

Pour chaque local dont on a déterminé le débit primaire, on sélectionne rapidement le


terminal pour en connaître l'encombrement.

Prenons par exemple 250 m³/h.

Batterie terminale

Sélection d'une batterie terminale à induction Ø200, raccordée en Ø 160 en amont et en Ø


250 en aval.

La distance aval minimum est de 6 fois le diamètre aval, soit 1.500 mm.

On vérifie sur les plans ou les esquisses que :

le faux plafond est suffisamment haut pour y insérer le tube Ø 250

la pièce est assez longue ou large pour y insérer la batterie longue de 500 mm, la
pièce d'induction longue de 250 mm, le tube long de 1.500 à 2.000 et le diffuseur.

Régulateur de débit

Sélection d'un régulateur de débit à induction Ø160, raccordé en Ø 160 en amont et en Ø


200 en aval.

La distance aval minimum est de 6 fois le diamètre aval, soit 1.200 mm.

On vérifie sur les plans ou les esquisses que:

le faux plafond est suffisamment haut pour y insérer le tube Ø 200

la pièce est assez longue ou large pour y insérer le régulateur long de 500 mm, la
pièce d'induction longue de 250 mm, le tube long de 1.200 à 2.000 et le diffuseur
.
Si le terminal et ses accessoires peuvent s'insérer dans la place disponible en faux
plafond, on peut passer à l'étape suivante.

3.3.5. Détermination des réseaux et des encombrements

On somme les débits d'air primaire des locaux de l'aile ou de l'étage ou de la partie
d'étage type du bâtiment. Ce débit total est celui de l'antenne.

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 26 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

On en calcule la section et on vérifie qu'elle peut s'insérer dans le faux plafond de la


circulation.

Prenons par exemple 12 x 250 = 3.000 m³/h.

La vitesse dans la gaine dépend du type de locaux traités.

Bureaux, laboratoires

Vitesse de l'air en début d'antenne : 7 à 8 m/s

Ex. : 3.000 m³/h à 8 m/s donnent une gaine Ø365. On choisit entre:

- Ø 400 et v= 6.6 m/s


- Ø 355 et v= 8.4 m/s
- 250 x 420 et v= 8 m/s

Locaux à sommeil

Vitesse de l'air en début l'antenne : 5 m/s

Ex. : 3.000 m³/h à 5 m/s donnent une gaine Ø460. On choisit entre :

- Ø 500 et v= 4.2 m/s


- 300 x 550 et v= 5 m/s

Si les gaines peuvent s'insérer dans la place disponible en faux plafond, on peut passer à
l'étape suivante.

Si les gaines sont trop encombrantes, il faut revenir à l'étape précédente.

3.3.6. Choix du système de climatisation

A ce stade de la conception il faut choisir entre le débit constant et le débit variable, et


entre le 2 tubes et le 4 tubes.

Débit d'air constant ou variable ?

Débit d'air variable : il est interdit

si la CTA doit apporter du chaud et du froid en même temps dans des pièces
différentes et contiguës,

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 27 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

si pour éviter ce problème il est impossible de diviser le bâtiment en différentes


zones thermiquement distinctes.

Débit d'air constant : l'air primaire est prétraité en CTA et il faut ajouter des batteries
terminales à induction qui ajustent la température de soufflage en fonction des besoins. Il
faut aussi ajouter un ou 2 réseaux d'eau selon qu'on est en 2 tubes ou 4 tubes.

2 tubes ou 4 tubes ?

Uniquement dans le cas d'une installation à débit d'air constant.

Le Tout Air permet d'apporter un traitement thermique de base avec la CTA, et un


ajustement avec la batterie terminale.

Le 2 tubes change - over est la solution la plus simple : en plein hiver (zone tempérée) le
réseau contient de l'eau chaude, en plein été de l'eau glacée. Pendant la mi saison proche
de l'hiver, le réseau contient de l'eau chaude et la CTA permet de rafraîchir avec du free -
cooling. Pendant la mi saison proche de l'été, le réseau contient de l'eau glacée et la CTA
permet de réchauffer les locaux le matin lorsque les vannes des batteries terminales sont
fermées.

Cette solution est appropriée pour des zones aux comportements climatiques peu
différents.

Le 4 tubes est la solution la plus fiable : chaque batterie terminale dispose en toute saison
d'eau chaude et d'eau glacée. La CTA peut faire du free - cooling quand c'est nécessaire.

Cette solution est appropriée pour traiter de façon centralisée des zones aux
comportements climatiques différents

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 28 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

4. POMPES A CHALEUR ET APPLICATION


Dans le cours EXP-UT020, la pompe à chaleur n’a été que « vaguement » exposée.
Comme c’est un terme qui est très médiatisé, il faut (quand même) en parler et aussi le
démystifier.

La pompe à chaleur (PAC) était surtout présentée comme un instrument de chauffage à


installer dans les zones tempérées européennes, mais dorénavant l’on parle de réversible.
Soit faire du chaud et du froid avec le même appareil mais en inversant le « système ». Ce
principe a donc de l’avenir y compris dans les pays du moyen orient où l’hiver, l’on a
besoin de chauffage.

Pompe à chaleur, réfrigération, c’est pareil ! Il y a toujours le cycle classique avec


condenseur, évaporateur, compresseur, vanne de détente et fluide frigorigène circulant
dans l’ensemble. Le condenseur ça refroidit le fluide mais ça souffle de l’air chaud et
l’évaporateur fait l’inverse ; il suffit donc de placer soit l’évaporateur, soit le condenseur
dans le local que l’on désire soit chauffer, soit refroidir. Mais l’on ne va quand même pas
« s’amuser » à démonter / inter changer ces 2 appareils entre été et hiver ; avec un tour
de passe-passe et un simple commutateur ou une régulation automatique ça marche tout
seul…..

Mais attention, il ne faut pas faire n’importe quoi, comme par exemple

En réfrigération, installer le condenseur dans les combles (raison esthétique…) où il


y fait plus de 60°C dans la journée. Le fluide sort du compresseur à 55/60°C et
l’échangeur / condenseur est supposé refroidir ce même fluide, pas le chauffer (ça
existe sur site Total…)

En chauffage (PAC), avoir l’évaporateur en extérieur (avec échangeur sur air


ambiant), et demander à ce qu’il fonctionne lorsqu’il fait -10°C dehors. Le fluide sort
du condenseur entre 4 et 8°C et demande à être réchauffé, pas refroidi. (ça existe
aussi….)

Comme nous connaissons déjà le principe de fonctionnement de la réfrigération, et


comme la PAC utilise (exactement) les mêmes matériels, voyons les principes et
fonctionnement en chauffage par la suite les systèmes « mixtes ».

4.1. PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT

4.1.1. Pompe à chaleur ou chauffage thermodynamique

Notre environnement, le sol sous nos pieds, l’eau des nappes, l’air qui nous entoure,
stocke chaque jour l’énergie que nous dispense le soleil. Récupérer cette énergie gratuite
et inépuisable et s’en servir pour le chauffage, c’est possible grâce à la pompe à chaleur.

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 29 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

Figure 15 : La pompe à chaleur récupère l’énergie naturelle

La pompe à chaleur permet d’économiser les énergies fossiles comme le fioul ou le gaz et
l'énergie électrique directe.

Il en existe plusieurs types, qui puisent la chaleur soit dans l’air (PAC aérothermique), soit
dans le sol (PAC géothermale) ou l’eau des nappes phréatiques (PAC aquathermale).

C'est comme dans votre réfrigérateur, de la chaleur est puisée à l’intérieur de celui-ci, ce
qui en abaisse la température, puis est rejetée à l’extérieur, dans l’air de la cuisine. Le
petit bruit que vous entendez dans votre frigo est le compresseur électrique qui
"comprime" un fluide dit réfrigérant qui a la capacité par ses changements d’état
(gazeux/liquide) de transférer l’énergie frigorifique et calorifique.

Les pompes à chaleur fonctionnent selon le même principe, mais c’est l’environnement
extérieur, sol, air ou eau, qui fournit la chaleur et l’intérieur du logement qui la récupère.

La pompe à chaleur puise donc les calories dans cet environnement abondant et gratuit et
les restitue au logement à un coût très économique. Cet équipement muni d’un
compresseur électrique permet des économies d’énergies jusqu’à 70% par rapport à une
solution classique de chauffage.

Le schéma montre le principe de fonctionnement d’une pompe à chaleur, révisez le cycle


de Mollien dans le cours EXP-UT020 en chapitre 6

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 30 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

Figure 16 : Cycle et principe de la pompe à chaleur

1. Évaporation : au contact des calories puisées dans l'environnement, le fluide


frigorigène, grâce à son faible point d'ébullition, d'état liquide se transforme en vapeur.

2. Compression : cette vapeur est portée à haute pression.

3. Condensation : la vapeur va transmettre sa chaleur au circuit de chauffage. Le fluide


frigorigène, toujours comprimé, redevient liquide.

4. Détente : la pression du fluide frigorigène est réduite. Le fluide est prêt à une nouvelle
absorption des calories de l'environnement.

5. Réversibilité : le cycle peut être inversé dans le cas d'une pompe à chaleur réversible ;
celle-ci peut donc également rafraîchir un logement en été, en absorbant les calories de la
pièce et en les évacuant à l'extérieur.

La PAC, par rapport à la réfrigération, c’est la même chose mais le principe est inversé.. .

Q2 est de la chaleur fournie dans le local à chauffer

Q1 est de la chaleur fournie à l’évaporateur pour réchauffer le fluide

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 31 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

4.1.2. Rendement de la pompe à chaleur ou COP

(COP = coefficient de performance)

En utilisant 1 kWh d‘électricité pour faire fonctionner la pompe à chaleur, vous pouvez
récupérer gratuitement jusqu'à 3 ou 4 kWh naturellement présents dans l'environnement
tout en le préservant.

Pour réaliser ce transfert de calories, seul le compresseur et les ventilateurs (ou pompes)
du système sont raccordés électriquement.

Figure 17 : Rendement d’une pompe à chaleur

Comme les calories prélevées dans le milieu naturel sont gratuites et qu’une grande partie
de l’électricité fournie au compresseur est transformée en chaleur, un chauffage
thermodynamique consomme moins d’énergie qu’il n’en fournit

Ce passage de 1 à 3 (ou même jusque 4) est appelé COP (coefficient de performance de


la pompe à chaleur), c’est pour ainsi dire le rendement. Oui le rendement d’une PAC,
pompe à chaleur, est bien supérieur à 1, il est dans cet exemple de COP = 3 !

Autrement dit en terme de consommation, vous vous chauffez avec 3 kWh et n’en payez
qu’un ! Ou bien votre facture de chauffage s’il est en électrique direct, par exemple avec
des convecteurs, est divisée par 3 !

L’économie d’énergie est donc très conséquente par rapport à un système de chauffage
électrique standard. Des pays - comme la Suède pourtant située dans l’Europe du Nord -
se placent depuis des années aux premiers rangs des utilisateurs.
Manuel de formation : EXP-SE170-FR
Dernière Révision: 20/07/2009 Page 32 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

La France, de plus en plus consciente et engagée dans la préservation de l’énergie et de


l’environnement, connaît une croissance remarquable comme le montre le tableau ci-
dessous

Année 2002 2003 2004 2005 2006


Sol / Sol et Sol / Eau 7 700 5 400 6 800 7 800 9 600
Eau / Eau 3 600 4 900 5 400 8 850
Air / Eau 4 400 4 700 5 600 12 000 35 050
Air / Air Données non représentatives
Total 12 100 13 700 17 300 25 200 53 500

Table 2: Évolution de l’implantation des PAC en France

Exemple de rendement :

Figure 18 : Exemple de rendement de pompe à chaleur

Ordre de grandeur des performances d’une pompe à chaleur puisant de la chaleur dans
de l’air extérieur à +7°C pour réchauffer de 30 à 35°C l’eau d’un circuit de chauffage.

Dans ces conditions de fonctionnement, on dit que le coefficient de performance (COP) de


la PAC est de :

Puissance calorique fournie Puissance du condenseur 10


COP = = = 3,33
Puissance calorique consommée Puissance du compresseur 3

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 33 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

4.1.3. Cycle pompe à chaleur et le climatiseur réversible

Pour comprendre le fonctionnement des pompes à chaleur, il faut d’abord se convaincre


que même par temps très froid, l’air extérieur contient beaucoup de chaleur

On peut utiliser une machine frigorifique pour « refroidir l’air extérieur » ce qui revient à y
puiser de la chaleur, et la chaleur récupérée sera évacuée dans le local à chauffer

Figure 19 : Cycle pompe à chaleur

Le climatiseur fonctionne en mode pompe à chaleur lorsqu’il fournit de la chaleur à


l’intérieur des locaux, c’est-à-dire lorsqu’il fonctionne à l’inverse de la réfrigération. Les
températures idéales de fonctionnement sont celles représentées sur la figure

Figure 20 : Les températures pour une pompe à chaleur

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 34 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

Lorsqu’il peut fonctionner en mode climatisation et en mode chauffage, le climatiseur est


dit réversible. En hiver, on pourra dire qu’il fonctionne en mode chaud.

Figure 21 : Mouvement de la vanne d’inversion ce cycle d’un climatiseur réversible

Le basculement des climatiseurs réversibles du mode « froid » au mode « chaud » et


inversement s’effectue au moyen d’une vanne d’inversion de cycle qui peut être pilotée
par un thermostat d’ambiance double seuil.

Remarque :

On pourrait dire aussi que le climatiseur fonctionne en mode « pompe à chaleur », mais
d’un point de vue fiscal, un simple climatiseur réversible n’est pas aujourd’hui considéré
comme une véritable pompe à chaleur (sauf conditions particulières).

Nous abordons là, les textes officiels, avec leurs « nébulosités », et les possibilités d’octroi
de subvention, de dégrèvement fiscal,…. ;etc, ce n’est pas le sujet ici. Ceci n’enlève rien à
l’intérêt d’opter pour un climatiseur réversible lorsque la climatisation est nécessaire.

Tout l’intérêt des pompes à chaleur réside dans le fait que pour fournir 10 kWh de
chaleur, la consommation d’énergie n’est que d’environ 3 kWh, généralement
électrique.

En fait le terme « pompe à chaleur » est une aberration, puisque dans le circuit du fluide
frigorigène on ne pompe pas, on compresse ! Et un opérateur de site pétrolier connaît bien
la différence ! Mais comme ce terme est reconnu fiscalement en France…

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 35 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

4.2. TECHNIQUES DE CAPTAGE DE CHALEUR

Nous n’allons pas « revenir » sur le cycle de fonctionnement de la boucle dite de


réfrigération (voir cours EXP-UT020), mais sur la source de chaleur que va chercher la
PAC. Comment va-t-on récupérer cette chaleur extérieure ?

En règle générale, si vous désirez installer et disposer d’un système de chauffage avec
PAC, il vous faudra faire du Génie Civil ! (sauf en système tout air)

Une variété de solutions existe en fonction du type de captage des calories.

4.2.1. Captage Air

Les calories sont captées sur l'air extérieur. Il existe deux types de PAC :

4.2.1.1. PAC air/air

Air chaud restitué dans l'air


ambiant du local par
cassettes/grilles, split système,
multi -split :

Figure 22 : PAC Air / Air

L’évaporateur est l’unité extérieure « extirpant » le froid du fluide frigorigène au travers


d’un échangeur à air pulsé (côté BP). A l’intérieur, l’air propulsé dans les gaines récupère
de la chaleur dans l’échangeur / condenseur, côté HP, aval du compresseur.

4.2.1.2. PAC air/eau

Chaleur restituée dans le circuit d'eau chaude de l'installation de chauffage par radiateurs
à eau, plancher chauffant ou plancher chauffant - rafraîchissant, ventilo-convecteurs (pour
une PAC réversible). Le condenseur (intérieur) est donc un échangeur avec d’un côté le
fluide frigorigène et de l’autre un circuit d’eau pompée ; comme pour un chauffage central
à circulation d’eau chaude, la chaudière étant remplacée par une PAC. En pratique, la
PAC est doublée(est en parallèle) par une source de chauffage (chaudière, résistances
électriques,…, voir application, paragraphe ci-après)

Avantages:

gain de place au niveau du captage des calories

systèmes les moins coûteux

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 36 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

Contraintes :

impact important de la température extérieure sur la performance de la pompe à


chaleur

veillez à une bonne isolation acoustique de l'unité extérieure

4.2.2. Captage eau

Les calories sont captées dans une nappe phréatique, une réserve d'eau... Il existe
un seul type de PAC dans cette configuration : ⇒ Le PAC eau/eau

La chaleur ou la fraîcheur est restituée par plancher chauffant ou plancher chauffant –


rafraîchissant (avec climatisation réversible) :

Figure 23 : Captage en nappe phréatique pour PAC et/ou climatisation réversible

L’énergie est puisée dans les nappes phréatiques souterraines également à des
températures qui peuvent paraître froides autour de 14°C, mais bien suffisantes pour être
captées et décuplées avec une COP de 3 ou 4 vers une installation de chauffage via
pompe à chaleur.

La température de la nappe à ce niveau étant des plus intéressantes pour en profiter avec
encore plus d’efficacité en été lors du fonctionnement en mode climatisation que toute
pompe à chaleur EAU/EAU peut fournir.

Le captage sur nappe phréatique offre une performance énergétique importante


(température constante et élevée toute l'année entre 8 et 12°C).

Contraintes : Il est plus coûteux (forage + rejet de l'eau sur laquelle on a puisé les
calories, dans un plan d'eau, ou double forage pour réinjecter l'eau puisée dans la nappe).

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 37 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

Cette solution peut également être assujettie à une taxe sur décision de la mairie.

Attention : l'exploitation des eaux est soumise à une réglementation spécifique.

4.2.3. Captage Sol

Les calories sont captées dans le sol à l'aide de deux types de capteurs :

La température au niveau du sol est en moyenne de 12°C et au fur et à mesure que nous
descendons dans le sous-sol, celle-ci augmente en moyenne de 4°C tous les 100 m, c’est
ce qui est appelé le gradient géothermal.

L’énergie est donc puisée dans le sol par des capteurs horizontaux enterrés d’environ 80
cm ou des capteurs verticaux, profonds jusqu’à 100 mètres. Ces derniers, prennent moins
de place sur le terrain, mais nécessitent des opérations de forage bien maîtrisées.

4.2.3.1. Capteur horizontal

Figure 24 : Captage sol système horizontal

Avantages :

systèmes moins coûteux que les capteurs verticaux

Contraintes :

nécessité d'une surface de terrain importante pour le capteur : 1,5 à 2 fois la


surface habitable

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 38 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

interdiction de planter des arbres dans le terrain occupé par le réseau de capteur
(se trouver à plus de 2 m des arbres)

sol meuble préférable à un sol rocheux

4.2.3.2. Capteur vertical

Figure 25 : Captage sol système vertical

Avantages :

systèmes plus performants que les capteurs horizontaux

apport de 10 W par mètre linéique

Contraintes :

coût du forage,

réglementation sur la protection des sous-sols

4.2.4. Résumé des trois types de pompe à chaleur

PAC sol/eau : uniquement avec capteur enterré horizontal, restitution de la


chaleur ou de la fraîcheur par plancher chauffant ou plancher chauffant -
rafraîchissant. Le fluide frigorigène circule dans le réseau de capteur et de l'eau
circule dans les émetteurs de chauffage.

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 39 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

PAC sol/sol (système à détente directe) : uniquement avec capteur enterré


horizontal, restitution de la chaleur ou de la fraîcheur par plancher chauffant. Le
fluide frigorigène circule directement dans le réseau de capteur et dans le
plancher.

PAC eau glycolée / eau : avec capteur horizontal ou vertical, restitution de la


chaleur ou de la fraîcheur par plancher chauffant ou plancher chauffant -
rafraîchissant. De l'eau additionnée d'antigel circule dans les capteurs et de l'eau
circule dans les émetteurs de chauffage. Le fluide frigorigène reste confiné dans
la PAC.

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 40 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

5. DOMAINES D’APPLICATIONS DE LA CLIMATISATION (OU


P.A.C.)
Climatisation est plus général que « Pompe à chaleur ». La pompe à chaleur qui est en fait
l’ensemble compresseur / condenseur est employée aussi bien en réfrigération que
chauffage

5.1. CHOIX DE LA SOURCE DE CHALEUR

Tout le raisonnement tenu ci-dessous provient du secteur domestique. Il est moins évident
de mettre en oeuvre un projet dans le secteur industriel ou tertiaire où les puissances de
chauffe en présences sont beaucoup plus importantes. Cependant, pour des petites
habitations satellites, des bureaux il peut être intéressant de se lancer quand même dans
la réflexion.

5.1.1. Critères généraux

Il est difficile de comparer les sources de chaleur


(couramment appelée "sources froides") car différents
paramètres modifient le bilan.

La tâche la plus ardue du projeteur consiste d'ailleurs


à coordonner les propriétés des PAC avec les
caractéristiques disponibles de débit et de
température de la source de chaleur. Une source de
chaleur mal dimensionnée peut avoir des retombées
catastrophiques sur la sécurité de l'exploitation, sa
puissance et son rendement thermique.

Figure 26 : Température sol fonction du mois en


Europe

Les courbes ci-contre décrivent la variabilité des


températures rencontrées dans l'air et dans le sol tout
au long de l'année.

Attention : ce sont des valeurs établies pour la Suisse mais leur évolution est similaire à
celle de l France (nous avons également une température moyenne annuelle autour des
10°C) mais l'amplitude des variations est chez nous un peu plus faible puisque la
température moyenne est de + 3° en janvier et de + 17°C en juillet. Les différentes
courbes sont donc chez nous plus "tassées".

En ce qui concerne les économies d'énergie et la protection de l'environnement, le point


déterminant est le niveau de température et sa constance.
Manuel de formation : EXP-SE170-FR
Dernière Révision: 20/07/2009 Page 41 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

Pour cette raison, le classement peut être dressé comme suit :

1. rejets thermiques

2. nappe phréatique

3. chaleur du sous-sol

4. air extérieur

Chaque source de chaleur possède ses avantages et ses inconvénients, c'est pourquoi
seule une analyse minutieuse du projet peut apporter la réponse attendue. Le tableau
suivant reprend les principales sources de chaleur et les caractéristiques à prendre en
compte lors de la conception :

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 42 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

Caractéristiques de la Coût ε (*)


Source Conditions d'installation Remarque
source d'installation (à titre indicatif)

Faibles variations de Comparable à celui


Rejets thermiques de Installation plus ou
température. des PAC Air/Eau ou Système courant pour
process industriels moins importante selon
Bas. Eau/Eau selon les la production d’eau
ou de systèmes de la configuration de la
Possible variation de débit propriétés de la chaude sanitaire.
climatisation. source.
selon les cas. source froide.

Proximité d'eau en
quantité adéquate Passage par un circuit
Variable selon
Faibles variations de nécessaire. d'eau intermédiaire.
Eau de surface la proximité de Excellent : 4,5 à 5 (2)
température
l'eau.
Système de protection Encrassage possible.
contre le gel.

Des puits existants


peuvent réduire les
coûts.
Besoin de suffisamment
d'eau souterraine de
Très faibles variations de Besoin d'un circuit
Excellent : 4,5 à 5 qualité.
Nappe phréatique température. (+ 6°C à intermédiaire.
( 2)
+ 10°C)
Restrictions légales
Coût d'entretien faible.
locales.
Dimensionnement très
rigoureux.

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 43 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

Caractéristiques de la Coût ε (*)


Source Conditions d'installation Remarque
source d'installation (à titre indicatif)

Échangeurs verticaux
ou horizontaux.
Faibles variations de
température (plus fortes si Les conditions de sol et
usage de serpentins à Besoin de surface si de surface influencent
faible profondeur). (3) échangeur de chaleur la conception.
Sol Moyen à élevé. Bon : 4,5
horizontal et d'une
Connaissance des solution antigel. Coûts d'entretien
propriétés thermiques du faibles.
sol requise.
Dimensionnement très
rigoureux.

Larges variations de Système universel, Dégivrage et parfois


Moyen :
Air extérieur température (- 0°C à Bas. source disponible en chauffage auxiliaire
3 à 4,5 (1)
+ 15°C) grande quantité. nécessaires.

Table 3: Comparatif sources de chaleur et efficacité

(*) Les valeurs de l'efficacité énergétique instantanée «ε » dépendent des modèles de pompes à chaleur choisies. Les valeurs données ici ne sont
que des ordres de grandeur permettant la compréhension de l'influence de la source froide. Des valeurs de performance annuelle seraient plus
réalistes
(1)
Pour une PAC Air/Eau avec température de départ de 35° et air extérieur à 7°.
(2)
Pour une PAC Eau/Eau avec température de départ de 35°C et température de source de chaleur de 2° à 10°C.
(3)
Pour une température de départ de 45°.
Manuel de formation : EXP-SE170-FR
Dernière Révision: 20/07/2009 Page 44 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

5.1.2. Nappes phréatiques

5.1.2.1. Quelle nappe ?

L'appellation "nappe phréatique"


désigne toutes les eaux se trouvant
dans le sous-sol.

Figure 27 : Les différentes nappes


phréatiques

L'hydrogéologie distingue 2 types de nappes : les nappes aquifères à porosité d'interstices


et les nappes aquifères fracturées. Dans les premières, les plus fréquentes et les plus
exploitées, l'eau circule dans les porosités de la roche constituée par des graviers, sables
ou alluvions. Dans les nappes aquifères fracturées, la roche est imperméable et l'eau
circule dans les fractures ou fissures de roches telles que le granit, le calcaire, la craie.

Le risque de réaliser des forages infructueux est plus élevé dans les nappes aquifères
fissurées ou fracturées, et il dépend essentiellement de la connaissance locale de la
fracturation. Dans les nappes aquifères à porosité d'interstices, le débit de la nappe est
proportionnel à la perméabilité de la roche (taille des grains), à la pente et à la section de
la nappe aquifère à cet endroit.

5.1.2.2. Quel forage ?

Le forage est constitué de deux parties : la chambre de


pompage et la chambre de captage.

La partie supérieure, la chambre de pompage, est un


tubage en acier qui traverse les couches de sol où il n'y a
pas de captage. Une cimentation permet d'éviter le
mélange entre une éventuelle nappe supérieure et la
nappe de pompage. Elle évite également l'éboulement du
trou.

La partie inférieure, la chambre de captage, contient un


massif de gravier filtrant (pour éviter l'encrassement par
les matières fines), un tube de décantation et un capot qui
ferme le puits

Figure 28 : Type de forages


Légende :

1 - niveau de l'eau dans le puits 3 - pompes à vitesse variable 5 - massif filtrant


2 - tubage acier 4 – crépine 6 - tube de décantation et capot

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 45 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

5.1.2.3. Quelle chaleur ?

Les eaux de la nappe phréatique représentent une source de chaleur idéale pour les
raisons suivantes :

niveau de température idéal pour les PAC

température relativement constante

importance des gisements

propreté

La capacité thermique de l'eau plaide incontestablement en faveur d'une source liquide :

le gain de chaleur provenant de 1 m³ d'eau refroidie d'environ 5 K se monte à


5,8 kWh.

pour un gain de chaleur identique, il faudrait comparativement refroidir environ


3 500 m³ d'air de 5 K !

Mais le débit d'eau reste important. Imaginons un bâtiment de 5 000 m², en l'imaginant
bien isolé, on peut tabler sur un besoin de chaleur limité à 60 W/m² (par - 10°C extérieur).

Soit une puissance totale installée de 300 kW. La puissance à capter à l'évaporateur sera
de 225 kW (si COP = 3).

Sur base d'un refroidissement de l'eau de 5 K, le débit d'eau nécessaire sera de


225 kW / 5,8 kWh/m³ = 45 m³/h !!!

5.1.2.4. Quelle température ?

La température phréatique sans infiltration des eaux de surface varie autour des 10°C à
12°C. C'est une température moyenne légèrement supérieure à la moyenne annuelle de la
température de l'air extérieur (9,5°C). Ce niveau plus élevé est dû en majeure partie au
rayonnement solaire. L'énergie géothermique provenant des profondeurs au sous-sol est à
ce niveau insignifiante.

Plus la profondeur est importante, moins la température de l'air exerce une influence sur la
température de la nappe phréatique. L'écart saisonnier entre les valeurs maximales et
minimales diminue avec la profondeur.

La variation maximale atteint environ 5 K. Les infiltrations des eaux de surface peuvent
avoir une influence déterminante sur la température de la nappe phréatique, de même que
des pits industriels.

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 46 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

5.1.2.5. Qualité de l'eau

Dans la plupart des cas, la nappe n'est pas une eau agressive. Il est cependant vivement
conseillé de pratiquer une analyse.

Les valeurs suivantes doivent être respectées :

valeur pH >= 7

teneur en oxyde de fer <= 0,15 mg/l

teneur en manganèse <= 0,1 mg/l

Une pollution mécanique (sable) ne peut se produire que si l'installation de filtration de


l'eau n'est pas effectuée dans les règles de l'art. Il faut aussi se méfier du colmatage
provoqué par une eau trop calcaire ou riche en boues fines. Le puits doit être garanti par
l'entreprise spécialisée.

En pratique les valeurs indicatives pour le diamètre de la foreuse sont :

150 mm pour 50 à 150 l/min

300 mm pour 150 à 300 l/min

800 mm pour 600 à 1 200 l/min

5.1.2.6. Rejet de l'eau

L'eau prélevée, après absorption de la chaleur, est parfois remise dans un cours d'eau de
surface. Si, par contre, le réservoir d'eau souterraine est de faible capacité, ou si l'eau
prélevée ne peut être remise en surface à cause de sa composition chimique, cette eau
doit être réinjectée au moyen d'un second forage (forage de réinjection) dans la couche de
prélèvement.

Ce second forage doit être en aval et suffisamment éloigné du premier pour ne pas créer
d'interférence thermique. Une autorisation pour pouvoir prélever dans la nappe est de
toute façon requise.

5.1.2.7. En résumé

En résumé, on peut dire que :

Une étude du sol préalable au forage est conseillée.

A proximité d'un cours d'eau ou d'un lac, tenir compte d'une possible infiltration.
Manuel de formation : EXP-SE170-FR
Dernière Révision: 20/07/2009 Page 47 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

Le captage et la restitution de l'eau doivent respecter les principes hydrologiques.

Une analyse de l'eau est vivement recommandée.

Des autorisations officielles sont nécessaires (elles ne sont accordées que si l'eau
n'est pas utilisée ultérieurement comme eau potable).

5.1.3. Eaux de surface

Les importantes variations de température des eaux


de surface (cours d'eau, lacs) ne permettent
généralement pas une exploitation monovalente avec
utilisation directe. On trouve donc davantage de cas
d'utilisation indirecte : la source de chaleur transmet
son énergie à un échangeur de chaleur lui-même relié
à la PAC par un circuit intermédiaire. Ce dernier
contient une solution antigel pour permettre à la
température d'évaporation de descendre en dessous
de 0°C.

Figure 29 : Fonctionnement avec eaux de surface

En principe le captage des eaux de surface peut se faire de deux manières :

par la pose d'un échangeur de chaleur noyé dans le cours d'eau; une très grande
quantité d'eau passe par l'échangeur et le Delta T° de refroidissement est
proportionnellement très petit;

l'eau est récoltée dans un puits filtrant et pompée vers un échangeur de chaleur.

L'avantage de la solution du puits filtrant réside dans le fait que l'eau prélevée du puits est
pratiquement propre. L'échangeur noyé se retrouve lui facilement encrassé par des
plastiques, des branchages, ....

5.1.3.1. Paramètres de dimensionnement

Si l'on opte pour la solution de l'échangeur noyé, il est recommandé de tenir compte d'un
écart logarithmique moyen des T°C de 5 à 6 K. Pour dimensionner la surface de
l'échangeur de chaleur, il est courant d'admettre un coefficient k de 200 à 300 W/m²K
(vitesse de courant > 0,5 m/s). Il est vivement conseillé de prévoir une marge de sécurité
d'environ 20 % en cas d'encrassement de l'échangeur.

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 48 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

La vitesse du courant de la source de chaleur (rivière, fleuve) empêche la formation de


gel. L'écart entre les tubes doit être au minimum de 4 cm. De plus l'échangeur doit être
protégé des éboulis par un ouvrage adéquat.

S'il s'agit d'eau stagnante, cette solution n'est utilisable que sous certaines réserves, le
principal inconvénient étant la diminution du coefficient de convection vu l'absence
d'écoulement de l'eau.

5.1.3.2. En résumé

En résumé, on peut relever les points suivants :

Un circuit intermédiaire entraîne des températures plus basses et donc des


coefficients de puissance moins élevés.

Débits souvent variables (ex : rivière).

Réalisation plutôt difficile (spécialement pour la solution de l'échangeur noyé).

Avec un échangeur noyé, les procédures d'autorisation et l'entretien peuvent être


coûteux dans certains cas.

5.1.4. Serpentins dans le sol

La captation de la chaleur est réalisée horizontalement avec des serpentins d'eau


glycolée.

Remarque : si un mélange eau -glycol circule dans le circuit fermé entre une source de
chaleur et l'évaporateur, les pompes à chaleur seront parfois désignées sous le terme de
PAC saumure/eau ou saumure/air.

La chaleur du sous-sol, jusqu'à environ 2 m de profondeur,


est en grande partie due au rayonnement solaire. La
chaleur géothermique ne représente que quelques
pourcents.

Le pouvoir calorifique du sous-sol dépend de la nature du


sol et surtout de sa teneur en eau. Près de la surface, la
température varie de - 5 à + 17°C. A environ 15 mètres, elle
oscille entre 8 et 12°C.

Figure 30 : Serpentins dans le sol

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 49 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

Les pouvoirs calorifiques suivants peuvent être extraits (source : Revue Installateur) :

sol sablonneux sec 10 à 15 W/m²

sol argileux sec 20 à 25 W/m²

sol argileux humide 25 à 30 W/m²

sol marécageux 30 à 35 W/m²

On voit donc bien que la quantité de pluie infiltrée est un facteur essentiel dans l'extraction
de chaleur du sol, ce qui est logique vu la grande capacité calorifique de l'eau.

Les serpentins sont constitués de tuyaux en polyéthylène. On devrait plutôt les qualifier de
"collecteurs solaires", étant donné qu'ils utilisent la capacité d'accumulation de la chaleur
du sous-sol. Ils sont placés entre 0.8 (limite de gel) et 1.5 mètres de profondeur, une zone
où la nature du sol et les conditions atmosphériques influencent les apports thermiques,
sans que la température de la source n'oscille de trop.

Pour une température de sol minimale de 2°C (une plus grande absorption de chaleur
pourrait créer des cristaux de glace autours des serpentins et diminuer leur efficacité),
l'extraction thermique par mètre courant "q" est environ de :

sol sablonneux sec 10 W/m

sol argileux humide 25 W/m

sol argileux saturé 35 W/m

Figure 31 : Couplage Serpentins et panneaux solaires

Des soutirages de chaleur fréquents provoquent une


baisse relativement importante de la température du
sous-sol.

Si la surface des collecteurs n'est pas assez importante, il est conseillé de combiner
l'installation avec un système de recharge (par exemple des absorbeurs solaires, avec ou
sans vitre). Le collecteur solaire se refroidira d'abord dans la PAC pour éviter que
l'environnement du serpentin ne se dessèche trop et perde de sa puissance d'échange.

Pour limiter le refroidissement excessif du sol, un écartement minimal entre les tuyaux doit
être respecté :

1 m en cas de sol sec


0,7 m en cas de sol humide
0,5 m en cas de sol sablonneux ou caillouteux saturé

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 50 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

Une pose trop serrée pourrait provoquer le gel de l'eau autour des tuyaux et une fermeture
hermétique. Les collecteurs sont donc espacés d'une distance à calculer en fonction du
site (ordre de grandeur : 0.8 m). La configuration du sol et la durée annuelle de
fonctionnement constituent les paramètres importants de dimensionnement.

Les grandes surfaces nécessaires (2 à 3 fois la surface à chauffer pour le résidentiel) et


les coûts qui en résultent limitent les applications, d'autant que la surface du collecteur
(souvent un jardin), ne peut être plantée d'arbres.

Exemple d'installation

Les déperditions calorifiques d'une habitation domestique construite sur sol argileux
s'élèvent à 12 kW. On prévoit un chauffage par le sol avec une température d'entrée de
45°C.

En choisissant une PAC dont la puissance de chauffe est de 13,3 kW pour une puissance
électrique absorbée de 3,85 kW (valeur fournisseur), il faudra extraire du sol 13,3 -
3,85 = 9,45 kW. Il faudra donc 9 450 W/ 25 W/m = 378 m soit 4 serpentins de 100 m.

Les applications en secteur tertiaire paraissent donc réduits pour cette technique ... mais
la possibilité de refroidir le bâtiment via le même échangeur en renforce l'intérêt !

En pratique, les échangeurs horizontaux ne sont intéressants que lorsqu’il faut


entreprendre de grands travaux, qui permettent un placement économique des tuyaux
dans le sous-sol ou à l’intérieur d’une couche de propreté.

Ces composants peuvent aussi être intégrés en alternance, entre les fondations. Le
placement sous le bâtiment permet d'éviter la sensibilité aux conditions météorologiques
d'été (sécheresse) mais comporte le risque de gel des fondations en hiver...

Pour les gros projets, une compréhension des flux thermiques des sols près de la surface
est nécessaire pour un calcul assez précis des échangeurs de chaleur du sol. Avant le
revêtement, il faudrait opérer une expertise/analyse du sol afin de déterminer la situation
géologique de celui-ci à l’endroit de la construction.

On tiendra compte des dates de l’analyse (été/hiver - pluies récentes - ...) pour obtenir les
paramètres thermiques de sol nécessaires pour le calcul et la simulation exacte de la
configuration.

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 51 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

5.1.5. Sonde géothermique

La captation de la chaleur est réalisée verticalement avec


des sondes géothermiques

On peut effectuer des forages de 16 à 18 cm jusqu'à une


profondeur de 50 à 150 m.

L'avantage de ces sondes est de profiter, sous 10 m, d'une


source de chaleur à peu près constante dans l'année. Par
33 mètres, la température du sol augmente de 1°C, soit
3°C par 100 mètres.

Figure 32 : Sonde géothermique

L'extraction thermique va de 30 à 100 W/m de profondeur (en fonction de la nature du


sol).. Si un tiers de la puissance provient du compresseur et deux tiers du sol (COP = 3), il
faudra prévoir environ 12 mètres de sonde par kW de puissance de chauffage (en
comptant 55 W/m en moyenne).

Il faut veiller à ce que le forage soit placé transversalement par rapport au flux des eaux
souterraines pour éviter de refroidir excessivement les zones autours des pieux en aval.

Une distance de 5 à 6 mètres entre les puits est également conseillée pour les mêmes
raisons.

Figure 33 : Échange chaleur avec sonde géothermique

En refroidissant, le sol crée une sorte d'entonnoir de froid qui dépend de la puissance
spécifique des sondes (W/m). Des soutirages intensifs provoquent une baisse de la
température de la sonde et l'entonnoir s'agrandit. Plus le soutirage de chaleur par mètre
Manuel de formation : EXP-SE170-FR
Dernière Révision: 20/07/2009 Page 52 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

de longueur de sonde est faible, meilleur sera le COP annuel. Durant les arrêts de
fonctionnement, la zone de terrain entourant la sonde se régénère à nouveau. Ce
phénomène est absolument nécessaire car le faible flux thermique provenant du sous-sol
ne suffit pas à maintenir les conditions de dimensionnement. La détermination correcte de
la longueur des sondes est donc d'une grande importance pour éviter une surexploitation
qui empêcherait une régénération de la source.

5.1.5.1. La précision du dimensionnement

Un dimensionnement correct permet un bon fonctionnement des éléments (circulateur,


compresseur) et une régulation efficace. L'importance du dimensionnement est encore
plus grande pour les pompes à chaleur géothermiques ou fonctionnant sur nappes
phréatiques. Un surdimensionnement de la pompe pourrait provoquer une demande telle
que la source froide ne pourrait plus se régénérer. On assisterait alors à une chute des
performances. Un sous dimensionnement amènerait le besoin d'un appoint, réduisant
considérablement le COPA de l'installation.

5.1.5.2. Le pieu géothermique

Une forme particulière de sonde géothermique est le pieu géothermique. Lorsque le


forage de pieux est nécessaire pour les fondations d'un bâtiment, une partie des pieux
peut jouer le rôle de sonde et être raccordé à une pompe à chaleur classique.

Contrairement aux puits d'eau, les sondes géothermiques ne demandent pas


d'autorisation.

5.1.6. Forage géothermique

Des forages profonds permettent de récupérer la


chaleur géothermique (due à des activités volcaniques)
à des températures plus élevées (plus de 150°C).
Selon leur température les eaux puisées à ces
profondeurs peuvent être utilisées directement ou
élevées par une pompe à chaleur au niveau voulu.

Pour garantir une solution économiquement rentable le


COP annuel ne doit pas se situer au-dessous de 4.

Figure 34 : Forage géothermique

L'utilisation géothermique de la chaleur appartient au domaine des technologies lourdes,


et ne sera pas davantage développée ici. En effet, à moins d'être dans une région
spécifique (la région de St Ghislain près de Mons (Belgique) en est une, grâce à la
Manuel de formation : EXP-SE170-FR
Dernière Révision: 20/07/2009 Page 53 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

présence de failles dans la roche qui permettent à l'eau chaude de remonter et d'être
accessible à une profondeur raisonnable), de telles températures ne s'atteignent qu'avec
des forages dont la profondeur se mesure en kilomètres.

5.1.7. Air extérieur

Comme source de chaleur, l'air extérieur offre le précieux avantage d'être disponible
partout et de n'être soumis à aucune autorisation. Il présente toutefois quelques
inconvénients qui remettent en cause son utilisation en système monovalent :

évolution contraire de la température de la source de chaleur et de la température


du système de chauffage,

à une T°ext. de 6 à 7°C, l'eau issue de la condensation de l'air ambiant commence


à geler et nécessite un dégivrage,

problèmes de bruit dus à la grande quantité d'air déplacée,

une performance globale annuelle très faible,

besoin de place plus important.

Qu'il s'agisse d'une installation intérieure ou extérieure, il est indispensable de se


renseigner très précisément sur les techniques de protection phonique. L'ordonnance sur
la protection contre le bruit et les prescriptions locales doivent être soigneusement
étudiées. Au besoin, un spécialiste en acoustique devra être consulté.

5.1.8. Rejets thermiques

Dans la plupart des cas le produit des rejets thermiques et le besoin de chaleur ne
concordent pas; une analyse exacte s'avère donc indispensable. Il s'agit de savoir si le
problème peut être résolu par adjonction d'un accumulateur (côté froid et/ou côté chaud).

Une exploitation rationnelle de l'accumulateur permet une utilisation optimale lorsque les
besoins thermiques sont moyens; elle permet également de limiter les pointes de
puissance (avantage financier).

Les eaux usées représentent une source de chaleur particulièrement intéressante, surtout
du fait de leur température relativement élevée. Cependant il faut tenir compte des
remarques suivantes

pour des raisons de pollution, elles ne sont souvent qu'indirectement utilisables


(attention au choix du matériel, prévoir un système automatique de nettoyage),

quantités offertes souvent trop insignifiantes pour permettre une utilisation rentable,
Manuel de formation : EXP-SE170-FR
Dernière Révision: 20/07/2009 Page 54 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

l'utilisation du réseau public des eaux usées est soumise à autorisation.

L'air vicié est une source de chaleur très souvent employée dans les installations
d'utilisation de rejets thermiques, et ceci sans PAC. Pour une utilisation indirecte avec
PAC, l'air pollué se révèle intéressant, surtout pour le chauffage de l'eau. Il peut être
corrosif (agriculture, industrie).

5.1.9. Panneaux solaires

La combinaison d'une PAC et de panneaux


solaires peut s'avérer intéressante. En effet, le
rendement du panneau solaire s'améliore si la
température de l'eau qui y circule diminue.

Figure 35 : PAC et panneaux solaires

Une PAC dont l'évaporateur est lié au circuit des collecteurs solaires permettra de
travailler à plus basse température dans les collecteurs, ce qui double leur rendement (et
donc divise par 2 la surface nécessaire et l'investissement) et allonge leur durée annuelle
de fonctionnement. La PAC disposera, elle, d'une source froide à température plus élevée.

Les deux appareils voient donc leur fonctionnement optimisé. Un chauffage d'appoint sera
nécessaire en hiver, par température extérieure très basse et ensoleillement limité.

Reste le coût de l'ensemble qui semble difficile à amortir...

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 55 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

5.2. CLIMATISEUR DE LOCAL – LE SYSTEME SPLIT

Principe déjà abordé (et revu en fin de cours), mais revoyons donc un plus la théorie ; ce
n’est jamais inutile d’autant plus que c’est le système le plus utilisé, le plus courant sur les
sites (types window et split)

5.2.1. Principe de fonctionnement

Un climatiseur de local est une machine frigorifique


prévue pour extraire la chaleur des locaux et la
rejeter à l'extérieur.

Figure 36 : Le principe du climatiseur de local

Le fonctionnement d'un climatiseur est basé sur le changement de phase d'un fluide
frigorigène : dans l'évaporateur, le fluide capte la chaleur dans l'air du local et s'évapore;
dans le condenseur, le fluide redevient liquide car il est refroidi par l'air extérieur.

Figure 37 : Cycle de fonctionnement

Le compresseur a pour rôle de comprimer le gaz, opération accompagnée d'une forte


élévation de température qui permettra au fluide frigorifique de céder sa chaleur à l’air
extérieur.

Le détenteur relâche la pression, opération accompagnée d'une forte diminution de


température nécessaire à l’échange de chaleur avec l’air ambiant.
Manuel de formation : EXP-SE170-FR
Dernière Révision: 20/07/2009 Page 56 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

5.2.2. Typologie des climatiseurs de locaux

On distingue plusieurs types de climatiseurs :

Le climatiseur mobile

Le climatiseur de fenêtre (« Window Unit »)

Le « split system »

Le multi « split system »

Le Roof top

5.2.2.1. Le climatiseur mobile

C'est un appareil à faible puissance frigorifique (max 2,5 kW), principalement destiné à un
usage local. Il impose de laisser un ouvrant entrouvert, ce qui diminue l'étanchéité du local
à l'air et aux bruits extérieurs !

Figure 38 : Climatiseur mobile monobloc et à unités séparées

Ce système est de moins en moins utilisé. Son emploi se limite souvent aux situations
provisoires.

S'il est monobloc, l'air de refroidissement du condenseur peut être pris soit dans la pièce
(perte de puissance jusqu'à 30 % par rapport à la puissance frigorifique annoncée), soit à
l'extérieur (cas le plus favorable). Il est rejeté systématiquement à l'extérieur par une gaine
flexible;

S'il est séparé, pour des raisons de mobilité de l'unité extérieure, le compresseur est situé
dans l'unité intérieure. La distance entre les deux unités est généralement limitée à 2 m.

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 57 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

5.2.2.2. Le "Window Unit" ou climatiseur de fenêtre

Le climatiseur de "fenêtre" ("window"), est un climatiseur monobloc installé dans un


percement effectué dans une paroi extérieure (mur ou baie).

Figure 39 : Climatiseur type window

Généralement, un seul moteur


entraîne simultanément le
compresseur et les deux ventilateurs.

Si bien que tous les bruits de


fonctionnement sont fournis en prime
dans le local !

Seuls les amateurs de polars américains (où il y a toujours un window qui vrombit à
l'arrière de l'inspecteur, celui-ci basculant sur sa chaise, les deux pieds sur son bureau...)
peuvent apprécier ce type de confort ... !. Quant à l’industrie pétrolière, les sites
américains sont généreusement équipés de « window units » surtout pour les piaules,
c’est « très agréable » d’y dormir quand la clim est obligatoire par +40°C dehors (la nuit).

5.2.2.3. Le "split system"

"Split System" signifie "climatiseur à éléments séparés", à savoir que l'unité de


condensation est séparée de l'unité d'évaporation.

Avec un split, l'évaporateur est souvent situé dans le local à traiter (en réfrigération – le
plus commun), tandis que condenseur et compresseur sont situés à l'extérieur (en
terrasse, au sol,...), ce qui permet de diminuer le bruit

Table 4: Les différentes combinaisons de split système

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 58 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

1 : air repris dans le local


2 : alimentation électrique
3 : sonde de température de reprise d’air
4 : commande unité intérieure
5 : évacuation des condensats
6 : télécommande
7 : volet réglable
8 : air soufflé dans le local
9 : filtre à air
10 : liaison du fluide frigorigène
11 : raccordement électrique
12 : air repris à l’extérieur
13 : air soufflé à l’extérieur

Figure 40 : Application en split système air / air

Dans chacun des cas, les unités sont reliées par liaison frigorifique (fluide frigorigène) et
câble électrique, dont les longueurs peut être adaptées au cas traité, ce qui autorise une
grande souplesse d'installation.

Les systèmes split ou multi - split sont des pompes à chaleur air/air réversibles, s’il sont
prévus d’un système d’inversion

La distribution directe dans les locaux est simple et assurée par un réseau bi - tube dans
lequel circule le fluide frigorigène (inconvénient: le risque de fuite). La gamme de
puissance en chaud et en froid est assez large, les longueurs de distribution suffisantes.

5.2.2.4. Le "multi - split system"

Les unités de condensation et d'évaporation sont séparées et reliées par des liaisons
frigorifiques et électriques dont la longueur peut être adaptée au cas traité, ce qui autorise
une grande souplesse d'installation.

Figure 41 : Le système multi - split

Les unités d'évaporation peuvent être posées


diversement, y compris dans un local annexe
avec des gaines de soufflage dans 1 ou
plusieurs locaux

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 59 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

Lorsque l'on multiplie le nombre d'échangeurs de


chaleur, on parle de système multi - split. Les
différents échangeurs intérieurs, par exemple un
par local, sont alors tous reliés à un (ou
plusieurs) échangeurs de chaleur extérieur.
Différentes "boucles" sont donc "juxtaposées"
avec comme seule interconnexion la ou les
unités extérieures

Figure 42 : Application en multi – split

5.2.2.5. Cas particulier : le Roof-Top

L'unité de condensation et
l’unité d'évaporation sont
intégrées dans le même
appareil posé en toiture et
relié par une gaine à un
diffuseur d’air séparé.

Figure 43 : Principe et image d’un système Roof-top

5.2.3. Détails technologiques

5.2.3.1. L'unité d'évaporation

Un ventilateur centrifuge fait circuler l'air intérieur au travers d'un filtre, puis de
l'évaporateur, avant de le rejeter au travers de grilles de diffusion dont l'inclinaison est
réglable. Divers emplacements sont possibles pour l'insertion de l'évaporateur (en
réfrigération) :

En plafond
En allège

En cassette insérée dans un faux plafond

Table 5: Les différentes possibilités d’installation de l’évaporateur


Manuel de formation : EXP-SE170-FR
Dernière Révision: 20/07/2009 Page 60 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

5.2.3.2. L'unité de condensation

Le fluide frigorigène (à l'état vapeur) est comprimé


par le moto - compresseur hermétique, puis refroidit
dans le condenseur, avant d'être détendu et de
repartir vers le local

Figure 44 : Le condenseur extérieur en réfrigération

5.2.3.3. Les liaisons frigorifiques et électriques

Pour simplifier la tâche sur chantier (et rendre l'installation accessible à des non
frigoristes), les conduites de raccordement en cuivre peuvent être pré chargées en fluide
frigorigène et équipées de raccords rapides. Lors du montage, les opercules sont
automatiquement perforés.

Leur longueur ne dépasse pas 10 à 15 m généralement pour limiter les pertes de charge.
La tuyauterie ramenant le fluide détendu vers l'évaporateur sera soigneusement isolée car
l'échauffement du fluide dans le conduit,...
c'est autant de puissance frigorifique
perdue pour l'évaporateur. Et même si elle
reste suffisante, c'est une perte qui
diminue le rendement de la machine : son
coefficient de performance.

Figure 45 : Connexions d'un multi split :


3 évaporateurs sont reliés à un
condenseur commun.

5.2.3.4. Le retour d'huile

L'huile est naturellement entraînée par le fluide frigorigène liquide vers l'évaporateur. Par
contre, il est nécessaire d'organiser volontairement le retour de l'huile vers le compresseur
lorsque le fluide est à l'état vapeur :

Soit le compresseur est situé plus bas que l'évaporateur, et la gravité fera le travail
sur base d'une pente descendante de 1 cm par mètre.

Soit le compresseur est situé plus haut que l'évaporateur, et un siphon devra être
prévu; on provoque alors volontairement un bouchon d'huile afin que la vapeur, en
forçant le passage, entraîne l'huile avec elle. Comme ce système ne fonctionne que

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 61 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

sur quelques mètres, un tel siphon devra être prévu au minimum tous les 5 mètres
de dénivellation.

A défaut, c'est la lubrification du compresseur qui risque d'être insuffisante, et sa longévité


aussi...(voir cours EXP-UT020)

5.2.4. Fonction « chauffage »

Si une fonction "chauffage" est recherchée, trois systèmes sont possibles.

Solution 1 : incorporer une résistance électrique d'appoint, en


fonctionnement direct

Figure 46 : Chauffage avec résistance électrique

Cette solution est coûteuse à l'exploitation, vu le prix du kWh de


jour.

Solution 2 : incorporer une batterie d'eau chaude alimentée par le réseau de


chauffage du bâtiment

Cette solution est peu utilisée car coûteuse à l'investissement. Un


thermostat d'ambiance commande l'apport de chaleur, soit via une
vanne trois voies modulant la température de l'eau, soit directement
sur le ventilateur.

Figure 47 : Chauffage avec batterie d’eau chaude

Solution 3 : sélectionner une machine frigorifique "réversible" capable de


fonctionner en pompe à chaleur

Dans une machine frigorifique, le cycle peut être inversé


grâce à l'utilisation d'une vanne à quatre voies à la sortie du
compresseur : l'évaporateur devient condenseur et le
condenseur devient évaporateur. C'est un climatiseur dit
"réversible".

Figure 48 : Chauffage en réversible

On parle d'un fonctionnement en "pompe à chaleur" puisque c'est la chaleur de l'air


extérieur qui est utilisée pour chauffer l'air du local.

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 62 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

5.2.5. Fonction « ventilation »

Certains appareils disposent d'une prise d'air neuf permettant


d'adjoindre une fonction ventilation au matériel.

Figure 49 : Fonction ventilation

A ne pas confondre avec le brassage d'air en recyclage total proposé par tous les
appareils : dans ce cas, le ventilateur fonctionne seul et l'air du local passe simplement par
le filtre sommaire qui retient les plus grosses particules en suspension. Il est, par exemple,
impossible d'améliorer la qualité de l'air d'un local "fumeur" avec ce principe. Seule, une
réelle dilution par de l'air neuf apportera l'amélioration recherchée

5.2.6. Domaine d’utilisation

Ce type d'appareil permet un rafraîchissement des locaux à peu de frais.

La gamme de puissance frigorifique va de 1,5 à 15 kW.

Mais le confort n'est pas très élevé


:
d'une part, le taux d'humidité du local n'est pas maîtrisé,

d'autre part, le flux d'air froid risque d'être inconfortable pour les occupants.

Ce dernier point s'explique comme suit : en conditionnement d'air, on cherche à assurer


un écart de soufflage limité (écart entre la température de l'air soufflé et la température du
local). On peut aller jusqu'à 10°C d'écart (soit une pulsion d'air à 14°C si le local est à
24°C) mais on utilise alors des bouches à haut taux d'induction pour être sûr que le
mélange avec l'air ambiant soit maximal. Dans un climatiseur par contre, le fabricant
cherche à fournir une puissance maximale dans un encombrement minimal. L'évaporateur
est donc de petite surface, ... et travaille à très basse température ! L'air du local est
fortement refroidi à son contact. Une "coulée" d'air froid risque alors de gêner fortement
les occupants...

Ceci dit, c'est une solution facile lorsque quelques locaux sont à traiter, particulièrement en
rénovation. Et le confort limité peut être accepté si le climatiseur est utilisé
sporadiquement pour vaincre des périodes de surchauffe.

Le niveau de puissance acoustique est relativement acceptable, à vitesse moyenne et sur


base d'une sélection attentive

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 63 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

5.2.7. La régulation

5.2.7.1. La régulation de la température ambiante

La température ambiante du local conditionné est régulée au moyen d'un


thermostat d'ambiance agissant sur le fonctionnement du compresseur. Le
ventilateur de soufflage fonctionne en même temps que le compresseur, ou
fonctionne en continu.

Figure 50 : Télécommande de régulation

Ce deuxième mode de fonctionnement est plus favorable au confort car il


entretient un brassage continu de l’air et prévient toute stagnation
inconfortable d’air chaud ou froid

Au simple contrôle de la température ambiante doivent s’ajouter des fonctions de


programmation de l’occupation, avec arrêt et reprise (éventuellement anticipées) de
manière intelligente

5.2.7.2. La régulation du compresseur

Un climatiseur, dimensionné pour vaincre les apports thermiques maximum (solaires, par
exemple), fonctionne très souvent à charge partielle. Le contrôle traditionnel par mode
MARCHE/ARRET du climatiseur entraîne des fluctuations inconfortables de la
température du local et des mauvaises conditions de rendement du compresseur.

Figure 51 : Cycle de fonctionnement d’un


compresseur en tout ou rien

Les climatiseurs équipés de compresseurs


à vitesse variable peuvent adapter leur
puissance frigorifique à la charge thermique
du local. Ce mode de régulation est appelé
"Inverter". Il permet une variation de vitesse
du compresseur sans pertes importantes de
rendement.

Le démarrage du compresseur se fait alors à basse vitesse, ce qui réduit la pointe de


courant au démarrage.

Lorsqu’une unité extérieure alimente plusieurs unités intérieures (système multi split),
l’ambiance de chaque local doit pouvoir être régulée séparément (y compris la coupure en
cas d’inoccupation).

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 64 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

Dans ce cas, une régulation en vitesse variable


du compresseur permettra d’adapter la
puissance de production de froid en fonction des
besoins totaux réels.

Figure 52 : Cycle de fonctionnement d’un


compresseur en régulation de vitesse

Suite à ce nouveau mode de régulation, la


technique traditionnelle du compresseur
alternatif (piston et vilebrequin), d'une fiabilité
légendaire, est progressivement remplacée par :
(voir cours EXP-UT020)

Le compresseur rotatif :

rendement similaire,
niveau sonore moindre,
fonctionnement à vitesse variable.

Le compresseur scroll :

rendement plus élevé,


niveau sonore encore plus faible,
fonctionnement à vitesse variable.

5.2.7.3. La régulation du condenseur

Certains locaux à charges internes importantes (par exemple, les salles informatiques)
doivent être climatisés en été, mais aussi en mi-saison ou encore en hiver. Dans ce cas,
lorsque la température de l'air extérieur diminue, la capacité de refroidissement du
condenseur augmente.

Paradoxalement, cette situation perturbe le fonctionnement correct de l'évaporateur et


entraîne une perte de puissance de ce dernier. Le confort dans le local n'est alors plus
assuré. A l'extrême, le pressostat basse pression de sécurité de l'appareil peut
commander l'arrêt de l'installation.

Ainsi, un climatiseur devant fonctionner pour des températures extérieures inférieures à


17°C doit être équipé d'un ventilateur de condenseur à vitesse variable. La diminution de
vitesse du ventilateur est alors commandée par un pressostat ou un thermostat placé sur
le condenseur. La puissance d'échange de celui-ci est ainsi maintenue constante quelle
que soit la saison.

Au minimum, le fonctionnement du ventilateur sera commandé en tout ou rien. Idéalement


la vitesse sera modulée, soit en continu, soit par paliers.

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 65 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

5.3. REFRIGERATION A DEBIT DE REFRIGERANT VARIABLE

5.3.1. Principe de fonctionnement

Remarque : la terminologie française est DRV (Débit de Réfrigérant Variable) et en anglais


"VRV" (Variable Refrigerant Volume) ou "VRF" (Variable Réfrigérant Flow) selon les
constructeurs.

5.3.1.1. Fonctionnement en froid seul

On connaissait le principe de la "détente directe" (l'évaporateur de la machine frigorifique


refroidit directement l'air dans le caisson de traitement d'air).

Figure 53 : Distribution type DRV

Cette fois, on réalise la détente directe dans chaque local puisque le fluide réfrigérant est
transporté jusqu'à l'échangeur du local qui sert d'évaporateur ! Ce n'est ni l'air ni l'eau qui
circule dans les conduits, mais bien du fluide réfrigérant.

A partir d'une unité extérieure, on peut alimenter jusqu'à 32 unités intérieures. Les groupes
extérieurs disponibles sur le marché aujourd'hui ont des puissances froid allant de 15 à 90
kW en version monobloc pour le raccordement d'un circuit frigorifique indépendant. Ceux
ci peuvent être multipliés, pour autant que la place disponible pour les groupes extérieurs
soit présente. Mais ce sont des installations qui fonctionneront alors en parallèle (pas
d'échange entre circuits raccordés à des unités extérieures différentes).

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 66 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

5.3.1.2. Fonctionnement réversible (froid ou chaud)

Si certains systèmes sont limités au mode "froid", d'autres sont réversibles : le même
échangeur intérieur peut alors servir de condenseur, lorsque le local est en demande de
chaleur ! Une telle souplesse est issue d'une régulation électronique sophistiquée,
notamment basée sur l'emploi de détendeurs électroniques et d'un bus de communication
entre tous les équipements. Mais c'est l'ensemble des échangeurs qui fournissent du froid
ou qui fournissent de la chaleur. La permutation du rôle des échangeurs est réalisée dans
l'unité extérieure par une vanne d'inversion de cycle à 4 voies.

5.3.1.3. A récupération d'énergie (froid et chaud simultanément)

Encore mieux : certains systèmes assurent simultanément le chaud et le froid dans les
locaux. Par exemple, un local de réunion peut être demandeur de froid (la cassette
intégrée dans le faux-plafond travaille en évaporateur) tandis que le bureau voisin est
demandeur de chaleur (la console en allège travaillera en condenseur). Le système va
assurer simultanément les deux demandes, avec une consommation énergétique
minimale puisque la chaleur extraite d'un côté est valorisée de l'autre côté, avec un COP
défiant toute concurrence !

A titre d'exemple, voici le bilan énergétique annoncé par un constructeur lorsque le


bâtiment demande une charge calorifique identique à la charge frigorifique :

La puissance frigorifique appelée est réalisée avec un COP frigorifique de 4.

On en déduit que 4 kWh de chaleur extraits d'un local vont entraîner un appel de
1 kWh au compresseur.

Si cette chaleur est restituée dans un local voisin en demande, c'est 5 kWh qui lui
seront délivrés.

Dans la mesure où la consommation énergétique totale des locaux est de 9 kWh,


pour 1 kWh dépensé, on peut parler là d'un COP équivalent de 9... !

Attention, il s'agit là d'une valeur théorique, idéale et instantanée, et non d'une moyenne
sur l'année... Et elle suppose que les demandes se complètent : le besoin de chaleur
correspond exactement au besoin de froid.

En pratique, dans une situation moyenne et en tenant compte des consommations des
auxiliaires, le constructeur annonce un COP de 2,7 pour un fonctionnement en froid seul
et un COP de 4,2 lorsqu'il y a récupération de la chaleur extraite d'un local pour la fournir à
un autre local voisin.

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 67 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

Figure 54 : Distribution type DRV chaud et froid

Quelques contraintes (à titre d'exemple, car variable d'un constructeur à l'autre) :

Une distance maximale de 120 m entre l'unité


extérieure et l'unité intérieure la plus éloignée (en ce
compris les coudes, sur base de 1 coude = 2 m
équivalents, par exemple).

Une dénivellation verticale entre unité extérieure et


intérieure limitée à 50 m.

Une dénivellation entre 2 unités intérieures limitée à


15 m (soit 5 étages).

Figure 55 : Contraintes de réalisation en DRV

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 68 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

5.3.2. Détails technologiques

5.3.2.1. Fluide réfrigérant

Ces systèmes sont aujourd'hui disponibles avec le nouveau gaz réfrigérant R407C. (Voir
cours EXP-UT020). Les différents composants ont alors été dimensionnés pour
l'utilisation de ce nouveau gaz.

Le coeur du système reste une machine frigorifique et les critères applicables à ce type
d'installation restent d'actualité. Par exemple, le carter doit être chauffé durant 48 heures
avant le démarrage pour la mise en condition de l'huile.

5.3.2.2. Unité extérieure

L'unité extérieure est généralement placée en toiture (pas de local


technique spécifique). Ceci permet au condenseur d'être
facilement refroidit par l'air extérieur.

Figure 56 : Unité extérieure en toiture

Les unités extérieures sont modulaires et peuvent être alignées côte à côte en fonction de
la puissance nécessaire

A défaut de place disponible, un local


technique sera utilisé et un conduit d'air
apportera et évacuera l'air de refroidissement,
moyennant une consommation supplémentaire
pour vaincre les pertes de charge.

Figure 57 : Unité extérieure en batteries au sol

5.3.2.3. Réseau de distribution

Les tuyauteries en cuivre utilisées sont de très faible diamètre. Cela permet un gain de
place par rapport aux systèmes traditionnels et de faibles pertes dues au transport de la
chaleur.

La distribution peut être de type bitube parallèle ou bitube pieuvre.

Figure 58 : Distribution en « deux tubes »

Pour les installations réversibles, un réseau "deux tubes" sera créé. En

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 69 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

fonctionnement "froid", un tube transportera le fluide frigorigène liquide et ramènera le


fluide à l'état vapeur. En fonctionnement "chaud", le premier tube véhiculera les "gaz
chauds" issus du compresseur et ramènera le fluide refroidi et condensé.

Figure 59 : Distribution en « trois tubes »

Pour les installations avec récupération d'énergie, un réseau "trois


tubes" transportera les "gaz chauds" (ou vapeur haute pression), le
fluide liquide et la vapeur basse pression.

Ils seront sélectionnés en fonction de la demande par un module de répartition à l'entrée


de chaque local ou de chaque zone de locaux régulés en commun.

Remarque : Certains
fabricants réalisent un
système avec
récupération
d'énergie avec
seulement "deux
tubes

Figure 60 : Système à
récupération
d’énergie avec deux
tubes

Dans ce cas là, le chaud et froid simultané sera réalisé en créant un flux diphasique dans
un seul tube (une phase gaz pour le chauffage et une phase liquide pour le
rafraîchissement).

Ce flux diphasique à haute pression sera séparé dans la boîte de répartition. Cette boîte
de répartition contient aussi un jeu de vannes pour amener gaz et liquide vers les unités
en chaud et en froid.

5.3.2.4. Unités intérieures

L'unité intérieure est parcourue par le fluide frigorigène.

Figure 61 : Unité intérieure classique

Un ventilateur hélicoïdal force l'air du local au travers de l'échangeur.

Elle peut fonctionner soit en rafraîchissement, soit en chauffage, soit en brassage d'air,
soit en déshumidification. Un détendeur électronique règle en permanence le débit de
réfrigérant en fonction de la charge intérieure.

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 70 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

Figure 62 : Unité intérieure et son module de


régulation avant la pose de l'habillage

5.3.2.5. Régulation de la DRV

Un tel produit n'a pu être conçu que moyennant


l'intégration d'une régulation numérique
sophistiquée. Il n'est pas étonnant que les
Japonais soient dès lors les premiers à mettre
ce type de climatiseur sur le marché.

Chaque équipement dispose de son "adresse" spécifique sur le bus de communication et


une régulation "intelligente" est possible.

Au niveau de l'utilisateur, une action par télécommande est possible. Au niveau du


personnel de maintenance, de nombreuses fonctions d'autodiagnostic sont intégrées pour
aider à détecter l'origine d'une panne éventuelle.

Boîtier de répartition (avec l’arrivée des 3 Régulation intégrée dans la face avant du
tubes) boîtier

Figure 63 : Les systèmes de régulation

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 71 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

5.3.3. Régulation température de la DRV

5.3.3.1. "Froid seul"

Les unités intérieures assurent le refroidissement uniquement et la régulation de la


température ambiante est assurée :

par la régulation de vitesse du ventilateur de l'évaporateur,

par un détendeur électronique qui module le débit de fluide en contrôlant la


différence de température entrée-sortie du fluide dans l'évaporateur (similaire au
réglage de la surchauffe).

Dans l'unité extérieure se trouve


un compresseur hermétique à
vitesse variable (compresseur
scroll ou compresseur rotatif),
avec une régulation" Iinverter" ;
c à d à vitesse variable par
réglage de la fréquence
d'alimentation.

Figure 64 : Régulation froid seul

En pratique, une sonde est


placée sur la pression
d'aspiration du compresseur.

Cette pression est maintenue constante par action sur la vitesse du compresseur.
Automatiquement, la température d'évaporation est maintenue constante. Ainsi, si la
charge thermique du bâtiment augmente, la vitesse du compresseur augmente et le débit
de fluide réfrigérant est augmenté !

Si la puissance frigorifique est importante, une cascade de deux (ou trois) compresseurs
est réalisée. Mais un seul travaille à vitesse variable. Le deuxième est régulé en "tout ou
rien". Au démarrage, seul le compresseur INVERTER travaille. Dès que la charge
dépasse la limite de puissance de ce compresseur, le 2ème compresseur est enclenché
pour reprendre la charge et le compresseur INVERTER recommence à moduler à partir de
0 %.

5.3.3.2. "Froid ou chaud" :

Les unités intérieures sont réversibles. Dans ce cas, c'est tout le réseau qui travaille soit
en froid, soit en chaud. Cette réversibilité est réalisée via une vanne d'inversion de cycle,
dans l'unité extérieure. En passant d'un mode à l'autre, on inverse le sens de circulation
Manuel de formation : EXP-SE170-FR
Dernière Révision: 20/07/2009 Page 72 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

du fluide dans les conduites. L'échangeur dans le local passe d'évaporateur à condenseur,
et vice versa.

Bien sûr, une fois le mode général décidé, chaque local garde sa propre régulation
interne : un détendeur électronique compare l'air de reprise par rapport à la consigne et
adapte le débit de fluide frigorigène en conséquence.

En mode froid, la température


d'entrée de l'évaporateur est
égale à la température
d'évaporation du fluide; la
température de sortie est cette
même température augmentée
de la surchauffe. Celle-ci est
classiquement réglée sur 6...7°.

Figure 65 : Régulation froid ou


chaud mode froid

La vanne du détendeur sera


donc réglée pour maintenir ces
7 degrés : si la charge thermique
augmente, le débit de fluide
augmentera dans l'évaporateur en fonction de la charge.

Simultanément, la mesure de la température à l'évaporateur permet de détecter la


présence éventuelle de givre sur la batterie (si la batterie est givrée, l'échange avec
l'ambiance se fait moins bien); dans ce cas, le détendeur se ferme, le débit de fluide
s'annule et l'air de l'ambiance (qui continue à être brassé par le ventilateur) permet le
dégivrage.

En mode chaud, le fluide circule


en sens inverse. Cette fois, la
différence de température
mesurée par le régulateur du
détendeur électronique va
correspondre au sous -
refroidissement du condenseur.

Un régulateur électronique gère


globalement l'ensemble de la
demande et adapte la réponse
via un bus de communication qui
relie les différents équipements.

Figure 66 : Régulation froid ou


chaud mode froid

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 73 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

5.3.3.3. "Froid et chaud"

Les unités intérieures travaillent à la demande, avec récupération d'énergie. Ici, le système
permet une production simultanée de froid dans un local et de chaud dans le local voisin.
Avec transfert de la chaleur d'un local vers l'autre !

L'idée de base est que 3 conduites sont extraites de l'unité extérieure :

une conduite liquide,

une conduite vapeur basse pression,

une conduite vapeur haute pression, c à d des "gaz chauds".

Figure 67 : Régulation froid et chaud fonctionnement en froid seul

Ces 3 conduites alimentent des modules de répartition (rectangles en pointillé sur le


graphe). Ceux-ci sont informés de la température ambiante et de la température de
consigne souhaitée, et vont sélectionner le type de fonctionnement adéquat. De ces
modules partent alors deux tubes pour alimenter les échangeurs du local (dont le mode de
fonctionnement -froid ou chaud- sera identique).

Figure 68 : Régulation froid et chaud fonctionnement en « froid majoritaire »


Manuel de formation : EXP-SE170-FR
Dernière Révision: 20/07/2009 Page 74 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

Des clapets anti-retour (non représentés) complètent l'installation afin d'empêcher certains
sens de passage.

Figure 69 : Régulation froid et chaud fonctionnement en équilibre

Remarque : Cette régulation est certainement complexe et pose la question de la maintenance, mais elle
dispose d'un avantage : le fait que tous les composants sont compatibles entre eux. Cela facilite la prise de
responsabilité lors de problèmes quelconques.

Figure 70 : Régulation froid et chaud fonctionnement en « chaud majoritaire »

Figure 71 : Régulation froid et chaud fonctionnement en chaud seul


Manuel de formation : EXP-SE170-FR
Dernière Révision: 20/07/2009 Page 75 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

5.3.4. Récupération d'énergie sur boucle d'eau

Un constructeur propose un système avec récupération d'énergie sur boucle d'eau : les
condenseurs à air des unités "extérieures" sont remplacés par des condenseurs à eau (à
l'intérieur des équipements dénommés PAC sur le schéma parce que ce sont des
machines frigorifiques réversibles en pompe à chaleur). Ces unités peuvent alors être
installées dans le bâtiment

L'utilisation d'un tel système permet une double récupération de chaleur :

récupérer la chaleur entre les unités intérieures d'un même groupe frigorifique,
comme une installation "froid et chaud" ci-dessus

récupérer la chaleur une deuxième fois entre les groupes de condensation


connectés sur la même boucle d'eau

Figure 72 : Récupération d’énergie sur boucle d’eau – schéma

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 76 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

Figure 73 : Récupération d’énergie sur boucle d’eau – implantation

Le principe est similaire à celui d'un réseau de pompes à chaleur sur boucle d'eau. La
partie frigorifique de ce système reste identique. Les différences se situent au niveau des
groupes de condensation, placés à l'intérieur du bâtiment. Ces groupes sont raccordés sur
la même boucle d'eau. La chaleur excédentaire peut être évacuée vers une tour de
refroidissement ou stockée dans une bâche tampon.

Lors du fonctionnement en pompe à chaleur, une source de chaleur naturelle "gratuite" ou


"énergie fossile" doit être utilisée pour assurer une température minimale de 10°C.

5.4. VENTILO – CONVECTEUR

5.4.1. Principe de fonctionnement

Le ventilo-convecteur est au radiateur, ce que le mixer (pour mixer la soupe) est au presse
purée ! Cela va plus vite mais cela fait du bruit... !

Plus sérieusement, un radiateur traditionnel est alimenté par une eau à ...50°...70°... dans
une ambiance à 21°. L'échange de chaleur s'effectue facilement grâce à un tel écart de
température.

Mais pour fournir du froid, on fait circuler de l'eau (dite "glacée") à ...5°...10°... dans une
ambiance à 24° : l'écart de température devient trop faible pour fournir une bonne
puissance frigorifique. On passe dès lors à un échange forcé : un ventilateur est ajouté et

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 77 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

le radiateur est remplacé par une batterie


d'échange. En pulsant de l'air sur l'échangeur, la
puissance frigorifique est fortement augmentée mais
le bruit envahit les locaux.. !

Figure 74 : Ventilo –convecteur « décarcassé »

Pour assurer le refroidissement l'été mais aussi le chauffage en hiver, un ventilo-


convecteur comprendra donc :

une prise d'air du local (à chauffer ou à refroidir),

un filtre grossier pour arrêter les poussières,

un ou plusieurs ventilateurs, à faible vitesse,

une ou deux batteries d'échange, de faible section, alimentées en eau chaude et/ou
en eau glacée,

éventuellement une résistance électrique d'appoint

un bac inférieur pour récolter les condensats,

et un habillage éventuel qui coiffe le tout pour l'intégrer au local.

On le retrouve en position verticale (allège de fenêtre), ou en position horizontale


(accroché au plafond ou intégré dans un soffite).

Et l'apport d'air neuf ?

Le ventilo-convecteur suppose l'installation de deux


réseaux distincts :

un réseau d'eau pour apporter chaleur et froid


au local,

un réseau d'air pour assurer la pulsion


minimale d'air neuf hygiénique.

Figure 75 : Apport d’air neuf pour un ventilo -


convecteur

Cette séparation entre la fonction "thermique" et la fonction "ventilation" permet une facilité
de régulation et l'absence de contamination par recyclage de l'air.

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 78 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

Dans certains cas, un caisson de mélange avec arrivée d'air neuf est intégré au ventilo.
Cet air vient soit d'une prise directe en façade au dos du ventilo, soit d'un caisson de
traitement d'air en centrale.

L'intégration d'une prise d'air neuf à l'arrière de l'équipement est une solution peu
onéreuse, mais :

elle demande une protection


vis à vis du risque de gel,
elle réalise

un pont thermique avec


l'extérieur,

le débit d'air neuf sera


fonction de la pression du
vent sur la façade...

Figure 76 : Prises d’air sur ventilo


convecteur

Si bien que dans la plupart des cas,


on prévoit une installation de
ventilation supplémentaire indépendante :

soit une ventilation simple flux (avec extraction dans les sanitaires, par ex.)

soit une ventilation double flux (avec pulsion et extraction dans chaque local)

Conclusions

La possibilité de faire du chaud et du froid avec le même appareil, son prix de revient très
raisonnable suite aux faibles surfaces des échangeurs, la facilité de la régulation local par
local, l'efficacité du transport thermique par eau, ... fait du ventilo-convecteur un best-seller
de nos bâtiments climatisés !

5.4.2. Détails technologiques

Il existe quatre grandes familles :

Les ventilos "à 2 tubes réversibles" : ils ne disposent que d'un seul échangeur, alimenté
alternativement en eau chaude en hiver, et en eau glacée en été. Mais un risque de perte
d'énergie apparaît par mélange entre eau froide et eau chaude si la zone neutre est trop
faible (voir régulation des ventilos dans ce chapitre).

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 79 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

Les ventilos "à 4 tubes" : ils disposent de deux échangeurs, pouvant être connectés en
permanence soit au réseau d'eau chaude, soit à celui d'eau glacée.
La taille (le nombre de rangs) de l'échangeur de froid est plus élevé que celui de la batterie
chaude, suite au delta T° plus faible sous lequel travaille la batterie froide. On dit que "le
pincement" est plus faible entre T°eau et T°air dans l'échangeur.

Les ventilos "à 2 tubes - 2 fils" : pour diminuer les coûts d'installation, on ne prévoit que
le réseau d'alimentation en eau glacée. Pour assurer le chauffage d'hiver, une résistance
électrique d'appoint est prévue (le ventilateur pulse l'air du local
au travers de la résistance, comme dans le cas d'un convecteur
électrique direct).
Mais le prix du kWh électrique étant nettement plus élevé que
le kWh thermique, les coûts d'exploitation seront importants...

Les ventilos "2 tubes réversibles + 2 fils" : astuce ! Ce


dernier système peut être utilisé en fonctionnement deux tubes
(c à d, eau glacée en été, eau chaude en hiver), la résistance
électrique sert alors uniquement en résistance d'appoint en mi-
saison.

Figure 77 : Le ventilo 2 tubes réversibles + 2 fils

Les coûts d'exploitation sont dès lors plus limités que dans la version "2 tubes - 2 fils".

5.4.2.1. Des ventilos particuliers

Il est possible d'intégrer complètement le ventilo dans un faux plafond ou un faux plancher
(des hauteurs d'équipement de 200 à 300 mm existent).

Soit il s'agit un appareil "cassette" : il aspire l'air du local en partie centrale et le re-pulse
après traitement latéralement, tangentiellement au faux plafond.

Figure 78 : Ventilo convecteur type cassette en plafond

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 80 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

Certains ventilos sont prévus pour être intégrés sous le plancher des locaux montés sur
vérins (local informatique, par exemple). Dans ce cas, l'ouverture de l'appareil doit pouvoir
se faire par le dessus.

Soit il s'agit d'un appareil dont le raccordement est


prévu via des gaines de distribution vers différentes
grilles de pulsion. Cela améliore le confort (meilleure
diffusion de l'air, diminution du bruit, ...) mais il faut
que le ventilo reste facilement accessible pour la
maintenance (ouverture prévue par le dessous).

Figure 79 : Ventilo convecteur avec gaines

5.4.2.2. Quelques détails technologiques

Vannes

La batterie d'échange air - eau à tubes ailettés est encadrée par deux vannes d'isolement
et une vanne de réglage du débit d'eau. Cette vanne est commandée par un thermostat
dont le bulbe est situé dans la prise d'air.

Ventilateurs

La ventilation est assurée par une ou deux turbines, centrifuge ou tangentielle, de 40 à


50 Pa de pression totale, généralement à 3 vitesses (avec un sélecteur accessible à
l'utilisateur... qui le positionne souvent en première vitesse pour limiter le bruit !). La
puissance demandée est généralement de l'ordre de 80 à 125 W, suivant les modèles.

Condensats

Le bac de récupération des condensats sera raccordé au réseau d'évacuation. Dans le


cas où le ventilo est accroché au plafond, cette évacuation n'est pas toujours aisée. On
aura parfois recours à une petite pompe de relevage des eaux de condensat.

Habillage

L'habillage est constitué en acier galvanisé, généralement recouvert intérieurement de


laine de verre ou de mousse polyuréthane pour des raisons thermiques et acoustiques.

Mais il arrive que pour des raisons esthétiques, la carcasse du ventilo soit intégré dans la
structure décorative du local ou dans une armoire et dans ce cas, seules les grilles restent
visibles.

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 81 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

Table 6: Habillage des Ventilo convecteurs

5.4.3. Variante : le Module de Traitement d'Air (MTA)

Il s'agit d'une variante côté "émission" : les ventilos sont remplacés par de petits caissons
de préparation, disposés en batterie dans le local technique.

Au départ, il s'agit de la réponse


d'un constructeur à un promoteur
immobilier qui lui demandait :
"faites-moi un système simple,
modulable, facile à entretenir".

Figure 80 : Caisson de MTA

Ce caisson comprend :

une batterie chaude (à


eau ou électrique),

une batterie à eau glacée,

une prise d'air neuf,

un filtre de classe F5,

un ventilateur centrifuge,

un régulateur pouvant communiquer avec une centrale de régulation (GTC),

un départ pour le soufflage,

un retour pour la reprise.

Ces caissons sont prolongés par des gaines pour alimenter les diffuseurs d'air dans les
locaux (ces diffuseurs assurent aussi bien la pulsion que la reprise).

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 82 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

Ils sont eux-mêmes les extrémités d'une


gigantesque pieuvre qui les nourrit :

en air neuf prétraité,

en eau glacée,

éventuellement en eau chaude.

Tout a été prévu pour diminuer la main


d'oeuvre : pré- industrialisation des supports,
raccordement par flexible,... Chaque
équipement défaillant est rapidement
démonté et remplacé.

1 : centrale d’air neuf


Figure 81 : Implantation des MTA 2 : production d’eau chaude
3 : production d’eau glacée
4 : MTA juxtaposées
La régulation est particulièrement 5 : conduit de soufflage
performante (dans la version "full 6 : conduit de reprise
7 : bouches de soufflage et de reprise
options" !) :

action sur l'ouverture des vannes, à basse vitesse,

puis action sur le ventilateur s'il faut augmenter les puissances (périodes de
relance, par exemple),

pilotage possible de l'éclairage et des stores extérieurs,

possibilité de fonctionner en tout air neuf (free-cooling de nuit, par exemple

Chaque module de 25 à 50 m2 dispose de


son propre caisson, et peut donc définir ses
propres conditions de confort.

Figure 82 : Régulation des MTA

Le principe de fonctionnement est donc fort proche de celui des ventilo-convecteurs. Mais
en plus, il apporte une flexibilité totale s'adaptant très bien aux bâtiments modulaires dont
on voudrait pouvoir modifier les cloisons (immeubles de bureaux, chambres d'hôtel,...).

Le coût d'installation fort élevé est sans doute un inconvénient du système ...

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 83 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

5.4.4. Variante : le système modulaire à eau glacée ou "Hydrosplit"

Il s'agit d'une variante côté "production" et "distribution".

Cette technique, encore appelée "hydrosplit", est un système modulaire, préfabriqué, pour
ventilos 2 tubes - 2 fils (sans être exhaustif, et à titre d'information, on range dans cette
catégorie "l'Hydroflow" de Carrier, "l'Aquajet" de Technibel, "l'Aquastream" de Trane,
..etc..).

Est vendu "en kit" :

un groupe d'eau glacée,

un module hydraulique de distribution primaire,

des modules hydrauliques de distribution secondaire,

sur lesquels viennent se greffer des ventilos 2 tubes - 2 fils

1 - Groupe frigorifique généralement disposé en


toiture.

2 - Circulateur de la boucle primaire.

3 - Capacité tampon, dimensionnée pour absorber


les besoins frigorifiques durant 5 à 10 minutes (le
compresseur est équipé d'un anti-court cycle qui
interdit le démarrage du compresseur durant 5 à
10 minutes).

5 - Circulateur secondaire.

6 - Clapet anti-retour.

7 - Unité terminale de traitement d'air (ventilo-


convecteur).

8 - Module hydraulique secondaire. **

9 - Module de by-pass qui permet une irrigation


permanente de la boucle.

Figure 83 : Système modulaire Hydrosplit


* exemple 1, chez un fabricant, la boucle primaire peut présenter 50 m. de dénivellation verticale et 100 m.
d'éloignement.

** exemple 2, chez un fabricant, il peut y avoir jusqu'à 9 modules de distribution secondaire, auxquels on
peut raccorder 8 ventilos chacun, soit un total de 72 ventilos dans le bâtiment.

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 84 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

L'objectif commercial est de faire baisser les prix par cette standardisation du produit, et
d'ouvrir le marché de la climatisation aux chauffagistes qui n'ont plus qu'à assembler le
mécano !

Pourquoi pas... mais ce système entraîne un chauffage électrique direct, peu écologique
et d'un coût d'exploitation fort élevé ! Il faut s'assurer que les besoins de chauffage seront
tout à fait occasionnels.

Certains systèmes sont greffés sur une installation frigorifique réversible, d'autres
présentent l'avantage de pouvoir lui raccorder également une distribution d'eau chaude
(pour réaliser du "2 tubes" ordinaire). Cela peut constituer alors une solution intéressante
en rénovation, puisqu'il y a récupération de la chaudière existante.

5.4.5. Domaine d’application

On rencontre le ventilo-convecteur comme émetteur :

Dans les installations de climatisation devant assurer à la fois des besoins de


chaleur en hiver et des besoins de refroidissement en été; ainsi, on les rencontre
classiquement en allège de fenêtre des locaux, pour casser le froid du vitrage en
hiver et compenser les apports solaires importants en été dans les bureaux, les
commerces, les restaurants, les salles informatiques, les chambres d'hôtel,...

Dans les installations de chauffage pour lesquelles on souhaite une relance très
rapide; une salle des fêtes, une salle de conférence, ... dont le chauffage est
intermittent, seront utilement équipés de ventilo-convecteurs.

Dans les installations de chauffage irriguées par de l'eau à basse température; les
circuits raccordés à une source géothermale, à une pompe à chaleur, à un capteur
d'énergie solaire,... sont valorisés par les ventilo-convecteurs qui augmentent la
puissance de l'échange.

On rencontre plus particulièrement le ventilo-convecteur "4 tubes" dans les bâtiments dont
les besoins simultanés sont différents d'un local à l'autre : une cafeteria, un local
informatique, des bureaux, des salles d'archives,... et le tout sur une même façade !

Le ventilo "2 tubes - 2 fils" est une solution qui peut à la limite convenir lorsque le bâtiment
est neuf et particulièrement bien isolé. Les apports internes (éclairage, bureautique,
personnel,...) sont tels que le chauffage ne doit être enclenché qu'en période de gel, par
exemple. Mais il sera utile de demander au bureau d'études une évaluation précise des
coûts d'exploitation prévus pour le bâtiment...

C'est souvent la solution choisie par les promoteurs : le prix de revient du bâtiment est
moindre. Quand à l'exploitation, ce n'est plus leur affaire ... !

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 85 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

5.4.6. Schémas d'installation et régulation des ventilos 2 tubes

Deux systèmes s'entrecroisent au niveau de l'échangeur :

le circuit d'eau (transfert thermique de la production vers l'émetteur),

le circuit d'air (transfert thermique de l'émetteur vers la pièce).

Et les régulations de ces deux systèmes sont distinctes.

Sur ce schéma de base, on distingue 2 régulations :

Figure 84 : Ventilo 2 tubes Installation - Régulation

1. Une vision de la régulation locale de chaque ventilo-convecteur

avec vanne 3 voies,

avec vanne 2 voies et régulateur de pression différentielle,

avec vanne 2 voies et circulateur à vitesse variable.

2. Une régulation de l'alimentation eau chaude/eau glacée des ventilo-convecteurs

chaud ou froid + commutation été/hiver,

chaud ou froid par une machine frigorifique réversible,

chaud et froid simultanément + distribution par zone,

chaud et froid simultanément + distribution par zone + circulateur de zone.

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 86 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

5.4.7. Schémas d'installation et régulation des ventilos 4 tubes

Trois systèmes s'entrecroisent au niveau de l'échangeur :

le circuit d'eau glacée,

le circuit d'eau chaude,

le circuit d'air (transfert de l'émetteur vers la pièce).

Et les régulations de ces systèmes sont distinctes.

Sur ce schéma de base, on distingue dès lors 2 régulations :

Figure 85 : Ventilo 4 tubes Installation - Régulation

1. Une régulation locale de chaque ventilo-convecteur

avec vanne 3 voies,

avec vanne 2 voies et régulateur de pression différentielle,

avec vanne 2 voies et circulateur à vitesse variable.

2. Une régulation de l'alimentation eau chaude/eau glacée des ventilo-convecteurs

production de chaud et froid distinctes,

production combinée de chaud et froid, via une machine frigorifique avec


récupération de chaleur au condenseur.

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 87 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

5.4.8. Schéma d'installation et régulation des ventilos "2 tubes - 2 fils"

Le schéma d'installation des ventilos "2 tubes - 2 fils"


est simple : hydrauliquement, seul le réseau d'eau
glacée est réalisé.

La résistance d'appoint électrique est, soit


commandée en tout ou rien, soit soumise à une
régulation progressive (régulation chrono -
proportionnelle).

Figure 86 : Ventilo 2 tubes 4 fils - Installation -


Régulation

Les schémas de régulation sont simples puisque les productions de chaud et de froid sont
indépendantes. L'équipement frigorifique peut être complété par un stockage de glace.

Les schémas de régulation, les principes de régulation sont vus dans les cours
instrumentation EXP-SI070 quant à la régulation proprement dite. Même si les régulateurs
/ contrôleurs de clim sont (quelquefois) un peu spéciaux, les principes restent les mêmes.
Allez donc « prospecter » dans ce cours « régulation » qui est assez conséquent et que
l’on ne va (quand même) pas reproduire ici.

5.4.9. Avantages

La possibilité de faire du chaud et du froid avec le même appareil, et avec une


puissance élevée.

Un prix de revient raisonnable suite aux faibles surfaces des échangeurs à débit
d'air forcé, et au faible coût de pose, (à noter que le prix de l'appareil dépend peu
de la taille de l'échangeur et qu'il est donc possible de le surdimensionner au départ
pour tenir compte d'un éventuel accroissement des charges futures).

Une intégration aisée en rénovation puisque seules des tuyauteries d'eau sont à
placer, en dehors de la gaine de débit d'air neuf.

Un placement aisé en allège lorsque les hauteurs sous plafond ne permettent pas
l'intégration d'un faux plafond.

La possibilité de placer le ventilo en hauteur et de libérer la place au sol.

Une facilité de régulation, local par local, et donc un bon confort pour les
utilisateurs.

Une régulation souple puisque réalisée tant via le débit d'eau que le débit d'air.

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 88 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

Un mode de régulation très accessible par les utilisateurs.

Une liaison possible des différents appareils par bus de communication, ce qui
permet une régulation globale de qualité par GTC.

Une efficacité du transport thermique par eau.

Un arrêt possible de l'équipement, localement.

Une intégration possible dune prise d'air neuf à l'arrière de l'équipement.

Une fiabilité de l'appareil (qui constitue un grand classique de la climatisation) et


donc une longue durée de vie; ce n'est pas la Rolls de la clim, ... mais une bonne
Peugeot, quoi !

Avantages spécifiques au système à quatre tubes :

La souplesse d'utilisation est totale puisque chaque ventilo est autonome : un local
peut être refroidi lorsque son voisin est chauffé...

La possibilité de récupérer la chaleur extraite dans un local pour la fournir au local


en demande.

Plus de circuits de zones, de vannes de commutation, ... la régulation est plus


simple et le service de maintenance ne s'en plaindra pas !

Avantages spécifiques au système à deux tubes - 2 fils :

Très économique à l'installation et très souple à la régulation.

5.4.10. Inconvénients

Lorsqu'un appareil de mauvaise qualité est installé (sous - dimensionnement des


échangeurs, vitesse élevée du ventilateur, ...), le bruit sera l'élément le plus négatif
de cet équipement. Le niveau sonore peut être compris entre 35 et 65 dB, selon la
qualité constructive, la vitesse du ventilateur et l'âge de l'équipement.

L'hygrométrie n'est pas contrôlée dans les locaux, ce qui peut poser problème d'un
air trop sec en hiver.

La difficulté d'assurer un confort thermique correct est réelle, notamment sans


courants d'air dans la zone de travail,...

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 89 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

Curieusement, la facilité de fabrication et de pose peut devenir un inconvénient,


surtout en marché public où le prix constitue le critère de sélection : la qualité des
ventilos fournis et la qualité de l'installation est très variable !

Le ventilo dont une prise d'air est réalisée en façade est une solution peu adaptée
aux critères de confort actuel ! Ses performances thermique et acoustique sont
faibles. Sans oublier le risque de gel...

Inconvénients spécifiques au système à deux tubes :

Les besoins doivent être similaires dans les différents locaux dune même zone;
autrement dit, le nombre de zones doit être suffisamment élevé, si on ne souhaite
pas de conflits en mi-saison pour le passage du chaud au froid !

Inconvénients spécifiques au système à quatre tubes :

Le coût d'installation est plus élevé puisque les ventilos contiennent deux
échangeurs, les circuits sont dédoublés, de même que le nombre de vannes, de
circulateurs,...

L'encombrement est également plus important (ventilos plus volumineux et gaines


techniques plus larges).

Durant toute une partie de l'année, il faut maintenir en fonctionnement les deux
réseaux; les pertes énergétiques de ces réseau ne sont pas négligeables...

Inconvénients spécifiques au système à deux tubes - 2 fils :

Le coût d'exploitation est certainement le point noir de ce système...

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 90 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

5.5. CONDENSEUR ET TOUR DE REFROIDISSEMENT

5.5.1. Vue synoptique

La chaleur extraite par une machine frigorifique doit être évacuée vers l'extérieur, tout
comme la chaleur produite par une pompe à chaleur doit être insufflée à l’intérieur.

Pompe à chaleur = machine frigorifique

Considérons la machine frigorifique pour laquelle le plus simple est de refroidir le fluide
frigorigène avec l'air extérieur :

Figure 87 : Condenseur à refroidissement par air

Mais la puissance de refroidissement est parfois trop faible.

Figure 88 : Condenseur à refroidissement par air + évaporateur d’eau

On peut alors la renforcer grâce à l'évaporation d'eau supplémentaire (lorsque de l'eau


s'évapore, la chaleur de la vaporisation est "pompée" sur la goutte d'eau qui reste et qui
donc se refroidit):

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 91 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

Problème : parfois, la distance entre le groupe et la toiture est fort élevée et la perte de
charge sur le circuit frigorifique serait trop importante.

Aussi, un circuit d'eau est créé : l'eau refroidit le fluide frigorifique et l'air refroidit l'eau !

Trois types d'échangeur sont rencontrés :

L’aéro-refroidisseur

La tour de refroidissement fermée

La tour de refroidissement ouverte

5.5.1.1. 1° L'aéro - refroidisseur

L'eau est directement refroidie par l'air.

Figure 89 : Condenseur - Aéro – refroidisseur

5.5.1.2. 2° La tour de refroidissement fermée

Une puissance supplémentaire est donnée par pulvérisation d'une eau indépendante du
circuit.

Figure 90 : Tour de refroidissement fermée


Manuel de formation : EXP-SE170-FR
Dernière Révision: 20/07/2009 Page 92 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

5.5.1.3. 3° La tour de refroidissement ouverte

Cette fois, c'est l'eau qui traverse le condenseur qui est directement pulvérisée et en partie
évaporée.

Figure 91 : Tour de refroidissement ouverte

5.5.2. Fonctionnement d'un condenseur

Le fonctionnement du condenseur s'intègre dans un fonctionnement global de la machine


frigorifique. Que nous allons revoir en paragraphe suivant

Figure 92 : Fonctionnement du condenseur

En théorie, la condensation se déroule en 3 phases :

Phase 1, la désurchauffe du fluide frigorigène, qui, sortant du compresseur sous


forme de gaz très chauds (parfois jusqu'à 70°C), va se refroidir et donner sa
chaleur sensible.

Phase 2, la condensation du fluide, moment où l'essentiel de la chaleur est donnée


sous forme de chaleur latente.
Manuel de formation : EXP-SE170-FR
Dernière Révision: 20/07/2009 Page 93 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

Phase 3, le sous -refroidissement du liquide, communiquant encore de la chaleur


sensible au fluide refroidisseur.

En pratique, ce découpage en phases ne se fait pas vraiment ainsi. Le fluide frigorigène


circule dans un tube en contact avec l'eau ou l'air. Le fluide qui touche le tube est liquide
et se sous - refroidit. Le fluide qui est en contact avec ce liquide condense à son tour.

Enfin, le gaz qui est au centre du tube désurchauffe simplement. A la limite, le gaz au
coeur du tube ne sait pas qu'il y a un refroidissement sur les parois !

Les 3 phases sont donc simultanées...revoyez le cours EXP-UT020 mais aussi la


paragraphe suivant « la machine frigorifique »

5.5.3. Fonctionnement d'une tour de refroidissement

Un litre d'eau évaporée évacue 2 500 kJ de chaleur.

Pour obtenir le même effet avec le refroidissement de l'eau, on devrait refroidir 60 litres
d'eau de 10°C... (sur base d'une capacité calorifique de l'eau de 4,18 [kJ/kg.K].

C'est sur ce principe physique que la tour de refroidissement fonctionne. Ainsi, dans la
tour ouverte, l'eau chaude issue du condenseur est pulvérisée en micro - gouttelettes, puis
ruisselle sur une surface d'échange eau - air. Un ou plusieurs ventilateurs provoquent un
courant contraire ascendant.

Du fait de l'échange avec l'air froid et de l'évaporation partielle, la température de l'eau


diminue. L'eau refroidie est recueillie dans un bac et repart vers le condenseur.

En théorie, si l'échange était parfait (surface d'échange infinie), l'eau refroidie atteindrait la
température humide de l'air. Par exemple, si l'air extérieur est de 30°C, 40 % HR, sa
température humide est de 20°C 100 % HR. Mais l'eau n'atteindra pas cette valeur.

En pratique, elle sera de 3 à 8°C au-dessus de cette valeur, suivant le dimensionnement


du bureau d'études (pour atteindre 3°C, il faut dimensionner largement la tour). Cette
valeur est appelée l'"approche".

Comparons les systèmes en fixant des valeurs moyennes : une température d'air de 30°C
40 % HR, une "approche" de 5°C, un pincement des échangeurs de 6°C et un
échauffement de la température de l'eau de 7°C.

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 94 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

T condensat.
Entrée
Sortie condenseur fluide
condenseur
frigorigène.

normal T air sec = 30° T air = 30° T air = 37° 43°


Condenseur
à air avec
évaporation T air sec = 30° T air = 25° T air = 32° 38°
d'eau

tour ouverte T air humide = 20° T eau cond = 25° T eau cond = 32° 38°

Condenseur
tour fermée T eau pulvér. = 25° T eau cond = 31° T eau cond = 38° 44°
à eau

dry-cooler T air sèche = 30° T eau cond = 36° T eau cond = 43° 49°

Table 7: Les températures dans une tour de refroidissement

Cette approche simplifiée situe l'ordre de grandeur de la température de condensation, et


donc l'impact sur la consommation du compresseur

5.5.4. Les condenseurs à air

L'évacuation de la chaleur du circuit frigorifique est assurée au travers d'un échangeur


direct fluide frigorigène/air.

Le gaz chaud du réfrigérant cède sa chaleur à l'air traversant le condenseur et passe à


l'état liquide.

Le débit et la température du flux


d'air déterminent la puissance du
condenseur.

Figure 93 : Le condenseur à air

La vitesse moyenne de passage de l'air est de 2 à 4 m/s. Ordre de grandeur du coefficient


d'échange d'un condenseur à air : 20 à 30 [W/m².K]

Deux types de ventilateur sont utilisés : l’axial et le centrifuge

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 95 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

Figure 94 : Ventilateurs dans les condenseurs – axial et centrifuge

5.5.5. Les condenseurs à eau

On parle de condenseur à "refroidissement indirect", puisque cette fois, le gaz chaud du


réfrigérant cède sa chaleur à de l'eau circulant dans le condenseur.

Ordre de grandeur du coefficient d'échange d'un condenseur à eau : 700 à 1 100 [W/m².K]

Les performances du condenseur seront fonction de :

la différence de température entre le réfrigérant et l'eau,

la vitesse de l'eau (le débit),

le coefficient d'encrassement,

la nature du fluide frigorigène.

Figure 95 : Condenseur à eau

Pour le refroidissement, on peut utiliser l'eau du réseau (eau potable), mais cette solution
n'est pas adéquate vu la consommation exorbitante d'eau qu'elle entraîne !

On peut utiliser également l'eau de nappes phréatiques, de lac ou de rivière (demander


l'autorisation). Les eaux contiennent alors plus ou moins d'impuretés qui se déposent sur
les tubes. Ces dépôts peuvent réduire considérablement le coefficient de transfert de
chaleur. A défaut de la mise en place d'un système de nettoyage automatique, il faut
surdimensionner l'échangeur de sorte que les performances de l'installation restent
suffisantes.

Plus classiquement, il s'agira d'un circuit d'eau, ouvert ou fermé. C'est le cas le plus
fréquent. Il entraîne l'utilisation d'une tour de refroidissement.

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 96 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

5.5.6. Les aéro -refroidisseur (ou dry cooler)

L'aéro refroidisseur est un simple échangeur eau/air : un ou plusieurs ventilateurs forcent


le passage de l'air extérieur pour accélérer le refroidissement.

Cette batterie d’échange convient en toute saison, puisque en ajoutant un antigel (type
glycol), elle est insensible au gel.

Elle présente donc l'intérêt de


refroidir le condenseur de la
machine frigorifique ... à
distance ! Le groupe frigorifique
peut être en cave et l'aéro -
refroidisseur en toiture : la
boucle d'eau organisera le
transfert.

Figure 96 : Condenseur type


aéro refroidisseur

Elle n’est pas aussi


performante qu'une tour de
refroidissement avec pulvérisation d'eau puisque la température de refroidissement est
limitée à la température de l’air extérieur...

Boucle d'eau

L'eau de refroidissement tourne en circuit fermé entre le condenseur et l'aéro -


refroidisseur. On doit dès lors prévoir un vase d'expansion et une soupape de sûreté sur la
boucle. Des purgeurs seront placés aux points hauts de la boucle.

Un gros avantage (surtout par rapport aux tours ouvertes) est qu'il n'y a pas de risque
d'entartrage ou de corrosion du circuit puisqu'il s'agit toujours de la même eau qui circule
("eau morte").

Régulation

Généralement, un thermostat placé sur la boucle d'eau actionne le ou les ventilateurs en


fonction de la température.

C'est le point faible de l'aéro -refroidisseur : la température de l'eau de refroidissement est


élevée.

D'une part, parce qu'il y a un double échange : fluide/eau glycolée - eau


glycolée/air, et donc un Delta T° supplémentaire.

D'autre part, parce que l'air de refroidissement peut être élevé en été.
Manuel de formation : EXP-SE170-FR
Dernière Révision: 20/07/2009 Page 97 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

Or, si l'air de refroidissement est chaud, l'eau sera encore plus chaude et, dans le
condenseur, la pression de condensation sera très élevée. Le compresseur verra dès lors
sa consommation énergétique augmenter.

Proportionnellement, la tour de refroidissement aura un meilleur rendement... mais une


sensibilité à la corrosion plus forte...

Ce système doit donc être limité aux installations de moyenne puissance. (Les boucles de
réfrigération du gaz naturel compressé, par exemple – là nous ne sommes plus dans
l’habitat..))

5.5.7. Les tours de refroidissement

Dans une tour de refroidissement, on va profiter de l'effet de refroidissement créé par la


vaporisation de l'eau. En effet, pour passer à l'état vapeur, l'eau a besoin d'énergie. Et
cette énergie, elle la prend sur elle-même. Une eau qui s'évapore ... se refroidit.

5.5.7.1. Tour ouverte

On parle de tour "ouverte" si c'est l'eau de refroidissement elle-même, venant du


condenseur, qui est pulvérisée.

C'est le système le plus efficace qui entraîne le refroidissement le plus élevé. Mais le
contact entre l'eau et l'atmosphère est source de corrosion (oxygénation de l'eau,
introduction de poussières et de grains de sable qui risquent de se déposer dans le
condenseur, risque de gel accru,...).

Un exemple simple est donné dans ce


paragraphe pour une armoire de climatisation
d'un local informatique :

Figure 97 : Condenseur type Tour de


refroidissement ouverte

A noter qu'il existe des tours ouvertes sans


ventilateurs. La pulvérisation d'eau est réalisée
avec une pression assez élevée et cette pulsion
d'eau entraîne l'air avec elle par effet induit (effet
Venturi).

L'avantage premier est la diminution des bruits et des vibrations

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 98 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

5.5.7.2. Tour fermée

On parle de tour "fermée" si l'eau du circuit de refroidissement circule dans un échangeur


fermé sur lequel de l'air extérieur est pulsé, et de l'eau est pulvérisée.

L'évaporation partielle de l'eau entraîne un


refroidissement plus faible que dans le cas de la
tour ouverte, mais les risques de corrosion sont
annulés.

La figure est pour la même application : pour une


armoire de climatisation local informatique :

Figure 98 : Condenseur type Tour de


refroidissement fermée

La consommation d'eau se limite à la quantité d'eau évaporée (présence d'une


alimentation par flotteur), plus un faible volume lors de purges pour éliminer les impuretés
qui se sont concentrées dans le fond du bac.

5.6. POMPES A CHALEUR / APPLICATION BOUCLE EAU

Oui ? Les pompes à chaleur ont déjà un chapitre dans ce cours, mais revoyons quand
même sous une autre forme, et afin de comparer avec le paragraphe suivant sur la
machine frigorifique, et peut-être, pour mieux comprendre…..

5.6.1. Vous avez dit "pompe à chaleur" ?

Elle transfère de l'énergie d'un milieu à un autre

Une pompe à chaleur (PAC) est une machine dont


le but est de valoriser la chaleur gratuite présente
dans l’environnement : celle présente dans l’air
extérieur, les rivières, le sol. En effet, tout corps,
même "froid" contient une quantité importante
d’énergie qui peut être récupérée.

Figure 99 : Pompe à chaleur réversible

Pratiquement, grâce à un fluide décrivant un cycle


thermodynamique, la pompe à chaleur retire de la
chaleur à une source dite "froide" et la rejette dans
Manuel de formation : EXP-SE170-FR
Dernière Révision: 20/07/2009 Page 99 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

une source dite "chaude". Ce transfert


fait appel à un processus forcé, puisque
chacun sait que la chaleur se déplace de
façon naturelle d'une zone chaude vers
une zone froide. C'est pourquoi la PAC
doit être entraînée par un compresseur
qui lui amènera l’énergie nécessaire à
son fonctionnement.

Figure 100 : Pompe à chaleur à placer


sur la toiture d'un atelier industriel,
par exemple.

Il est important de préciser que l'on parle ici d'appareils réalisant un transfert, et non une
création de chaleur. L'objectif visé - le coefficient de performance - se situe autour de
3 unités de chaleur fournies à la source chaude par unité injectée au compresseur. Cela
signifie que pour un kWh consommé et payé, on en reçoit 3 gratuitement.

Mais la PAC est un producteur de chaleur "dynamique" : contrairement à une chaudière,


une PAC voit ses performances varier selon les conditions d'utilisation. Elle aura ainsi de
très bonnes performances de chauffage ... en été !

La tâche la plus difficile pour le projeteur consiste à prendre en considération ce


comportement dynamique et à équiper l'installation de telle manière que les conditions
limites de fonctionnement ne soient pas dépassées.

Un boom commercial

Il s’agit d’une technologie qui bénéficie d'un fort regain d'intérêt ces dernières années
après un premier boom (et une déception...) lors de la crise pétrolière des années 70. Le
marché est en pleine expansion : la croissance moyenne du nombre d’installations de
PAC en Europe entre 1997 et 2000 est de 15 % par an.

Pays 1997 1998 1999 2000


Ventes % de Ventes % de Ventes % de Ventes % de
unités croissance unités croissance unités croissance unités croissance
Allemagne 3 600 56 4 350 20 4 700 8 5 750 22

Finlande 800 60 1 500 87 2 200 46 2 750 25

Pays-Bas 1 150 72 1 700 10 1 850 9 3 000 62

Suède 17 000 37 18 500 9 20 000 8 23 000 15

Suisse 5 200 24 6 150 18 6 500 6 7 200 11

France 1 700 0 3 000 81 6 000 87 7 500 25

Table 8: Les installations de PAC en Europe

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 100 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

Un outil "propre" ?

La PAC permet d’utiliser l'énergie électrique à bon escient. La pompe à chaleur s’inscrit-
elle alors dans la démarche "développement durable" ? Il convient de nuancer la réponse.

Non… si l’on considère que la pompe à chaleur utilise du courant électrique produit avec
un très mauvais rendement en centrale (rendement moyen de 38 % en Belgique) ou en
produisant des déchets nucléaires difficiles à gérer.

Oui ... car la production de courant au moyen de combustible d'origine fossile pour
alimenter une PAC est globalement moins préjudiciable pour l'environnement que la
même production d’électricité pour alimenter des chauffages à résistance électrique, par
exemple.

Si l'électricité est produite par des éoliennes et que la pompe à chaleur "multiplie" par 3
cette énergie en la convertissant en chaleur, le bilan est fabuleux !

Dans une moindre mesure, une PAC dont l'électricité proviendrait d'une centrale électrique
gaz TGV (rendement de 55 %), aura elle aussi un bilan global plus favorable que la
chaudière gaz chez le particulier.

5.6.2. Types de pompes à chaleur

Les pompes à chaleur sont désignées en fonction des fluides caloporteurs qui baignent les
échangeurs de chaleur de l'évaporateur et du condenseur.

Désignation Évaporateur Condenseur


Pompe à chaleur Eau/ Eau Eau Eau
PAC Air/ Eau Air Eau
PAC Saumure/ Eau Saumure Eau
PAC Air/ Air Air Air

Table 9: Principaux types de PAC


Exemple de désignation abrégée

Type : Eau/ Eau


Température entrée évaporateur : 10°C
Température sortie condenseur : 45°C
Désignation abrégée : W10/W45

L'expression W10/W45 signifie que la source froide est une eau à 10°C et la source
chaude une eau à 45°C. C'est sous cette forme les fournisseurs désignent leurs produits.
Une source de chaleur telle une nappe phréatique ou une eau de surface sera désignée

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 101 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

par "eau", l'air atmosphérique ou des rejets gazeux par "air", un mélange eau-glycol qui
circule dans le circuit fermé entre une source de chaleur et l'évaporateur par "saumure".

De ce fait, les pompes à chaleur puisant l'énergie du sol seront parfois désignées sous le
terme de "saumure".

Les systèmes les plus répandus sont les systèmes Air/Eau puis Saumure/Eau dont la
source de chaleur est souterraine. Les pompes à chaleur Eau/Eau et Saumure/Eau sont
souvent soumises à autorisation et sot donc moins courantes

5.6.3. Principe de fonctionnement d'une pompe à chaleur

Le principe de fonctionnement est le même que celui de la machine frigorifique mais


l'application travaille en sens inverse.

Cette fois, l'objectif consiste à extraire la


chaleur gratuite d'un milieu extérieur : l'eau
d'une rivière, l'air extérieur, l'eau d'une nappe
souterraine, ... (On parle de "source froide").

Physiquement, l'air extérieur à 0°C contient


beaucoup d'énergie puisque sur l'échelle des
températures absolues, l'air se situe en réalité
à 273° K !

Figure 101 : Principe frigorifique / chaleur

L'évaporateur est à l'extérieur et la température du fluide frigorigène sera environ 5 à 8°C


inférieure à la température de la source froide. L'énergie thermique captée sera
"remontée" à un niveau de température utilisable (pour le chauffage d'une maison, par
exemple) via le compresseur : le condenseur est donc à l'intérieur.

Bien sûr, on choisira un émetteur de chaleur à une température la plus basse possible
(par exemple, chauffage à air chaud, chauffage à eau chaude par serpentin dans le sol,
...). L'écart de température entre l'entrée et la sortie du compresseur doit être en effet le
plus faible possible pour limiter le travail du compresseur.

5.6.4. Différents coefficients de performance

5.6.4.1. L'évaluation de la performance instantanée

On peut déduire le rendement d'une PAC (appelé "ε", indice de performance) sur base du
rapport entre l'énergie thermique utile délivrée au condenseur par rapport à l'énergie
électrique fournie (et payée) au compresseur.
Manuel de formation : EXP-SE170-FR
Dernière Révision: 20/07/2009 Page 102 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

Par exemple, si, à un moment de mesure


donné, les températures des sources chaudes
et froides d'une certaine PAC sont telles qu'elle
transmet via son condenseur une puissance de
3 kW alors qu'au même moment son
compresseur requiert un puissance de 1 kW, on
pourra dire que son indice de performance vaut
3 kW / 1 k W = 3 pour ces conditions de
température.

Figure 102 : ε = chaleur au condenseur/travail


du compresseur = Q2 / W.

Ce rapport peut être déduit du catalogue du fournisseur, à partir de mesures qu'il aura
effectuées dans des conditions standard.

5.6.4.2. L'évaluation de la performance instantanée, auxiliaires compris

Cette fois, on parle d'un coefficient de performance "COP".

C'est la norme européenne EN 255 qui définit le coefficient de performance en lieu et


place de l'indice de performance présenté ci-dessus. Pour le calculer, en plus de la
puissance du compresseur, on devra prendre en compte la puissance du dispositif antigel,
de la commande/régulation et des installations mécaniques (pompe, ventilateur).

Toutefois, ces mesures ne concernent que les éléments rattachés à la pompe à chaleur et
sont indépendantes de l'installation de chauffage, de l'accumulateur, etc. La norme fixe
des conditions de mesures standardisées très précises qui ne correspondent aux
situations réelles que dans certaines circonstances. Il ne faut pas perdre cela de vue
lorsque l'on travaille avec le COP.

Reprenons l'exemple de PAC ci-dessus. Dans les conditions imposées par la norme
EN 255, la puissance mise à disposition au condenseur ne sera peut être pas 3 kW mais
3,2 kW pour une température de sortie du condenseur identique. De plus, la puissance
absorbée par l'ensemble des équipements à prendre en compte ne sera peut-être pas de
1 kW mais de 1,1 kW. Le coefficient de performance vaudra alors 3,2 / 1,1 = 2,9.

5.6.4.3. L'évaluation de la performance annuelle, auxiliaires compris

Le coefficient de performance annuel ("COPA") est l'indice le plus important dans


l'examen d'une installation de pompe à chaleur. Toutes les quantités d'énergie produite et
injectées pendant une année y sont comparées les unes aux autres. Il ne s'agit plus ici
d'une valeur théorique calculée à partir de puissance installées, mais d'une mesure réelle

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 103 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

sur site de la quantité d'énergie consommée et fournie. C'est le coefficient de performance


annuel qui donne vraiment idée du "rendement" et de l'efficacité de l'installation.

Imaginons que notre PAC exemple fasse maintenant partie de toute une installation de
chauffage. Les variations de température des sources froides et chaudes, les pertes par
émission du réseau de distribution, la consommation d'un chauffage d'appoint, etc... font
que 13 000 kWh* de chaleur sont produits sur une année, tandis que les consommations
globales s'élèvent à 6 200 kWh* d'énergie électrique. On dira alors que le COPA de cette
installation vaut 13 000 kWh / 6 000 kWh = 2,17.

*Ces valeurs ne servent qu'à illustrer la définition du COPA. Il ne s'agit pas d'une
quelconque moyenne d'installations existantes ou du résultat d'une étude de cas.

5.6.4.4. L'évaluation théorique de la performance annuelle

Il s'agit du Facteur de Performance Saisonnier ("SPF").

Alors que le COPA est le rapport entre les valeurs mesurées sur un an de l'énergie
calorifique donnée utilement au bâtiment et de l'énergie (souvent électrique) apportée à
l'installation, le SPF est le rapport de ces même quantités d'énergie fournies et apportées
en un an calculées de façon théorique sur base du COP instantané à différentes
températures.

Il s'agit donc bien d'une valeur théorique mais prenant en compte les variations de
température de la source froide et non pas d'une valeur mesurée en situation réelle
comme le COPA. De plus, le SPF décrit une PAC tandis que le COPA décrit une
installation complète. On ne tiendra donc pas compte pour le calcul du SPF des pertes de
l'accumulateur par exemple, ou d'un mauvais réglage d'un dispositif de dégivrage, qui
augmenteraient la quantité d'énergie demandée au compresseur et donnerait une valeur
finale moins avantageuse mais plus réelle.

Qdemandée
SFP =
On calculera le SFP comme ceci : P(Text )t (Text )
Σ
COP(Text )

Où :
• Qdemandée est la quantité d'énergie demandée à la PAC durant la période de chauffe
[kWh/an].
• P(Text) est la puissance à apporter lorsque la température de la source froide est
Text (par exemple les déperditions thermiques d'une maison selon la température
extérieure) [kW].
• t(Text) est le temps durant lequel la température de la source froide est Text [h/an]
• COP(Text) est le coefficient de performance de la pompe à chaleur lorsque la
température de la source froide est Text

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 104 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

5.6.5. Un rendement qui dépasse 100 % !?

5.6.5.1. Quel bilan énergétique de la PAC ?

Qu'est-ce qui coûte dans l'exploitation d'une installation de pompe à chaleur ?

pas l'énergie de la "source froide" : elle est gratuite,

mais bien l'énergie électrique du compresseur.

D'où la notion de rendement donné par "ε",


l'indice de performance :

Or Q2 = Q1 + W = chaleur captée à la source


froide + énergie développée par le travail du
compresseur (loi de conservation des énergies).

Figure 103 : ε = chaleur au condenseur/travail du


compresseur = Q2 / W.

Dès lors, Q2 est toujours plus grand que W et ε


est toujours nettement plus élevé que 1.

5.6.5.2. Est-il normal de rencontrer une machine dont le "rendement" dépasse


100 % ?

En réalité, ce n'est pas ici une machine de conversion, de transformation d'énergie comme
une chaudière, mais bien une machine qui transfère une quantité d'énergie thermique d'un
seuil de température à un autre. L'indice de performance n'est donc pas un rendement
mais une évaluation de la performance du transfert. Si l'écart entre les 2 seuils de
température augmente, l'efficacité (ε ou COP) diminue.

5.6.5.3. Quel est le "ε" théorique d'une pompe à chaleur ?

Puisque W = Q2 - Q1, on écrit encore : ε = Q2 / (Q2 - Q1)

Si l'on considère un travail sans pertes, les lois de la thermodynamique établissent le lien
entre l'énergie contenue dans un fluide (Q) et la température absolue de ce fluide (T), si
bien que l'on admettra sans démonstration l'expression suivante du COP théorique :

ε théorique = T2 / (T2 - T1) [T étant exprimé en Kelvin]

Où T2 = température de condensation [K] et T1 = température d'évaporation [K]

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 105 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

Il faudra donc une température d'évaporation maximale et une température de


condensation minimale. Attention cependant à ne pas confondre les températures T1 et T2
du fluide frigorigène avec celles des sources chaudes et froides, même si, par voie de
conséquence, le coefficient de performance instantané est d'autant meilleur :

que la température de la source de chaleur (= la "source froide") est élevée,

que la température du réseau de chauffage est basse (T2 proche de T1).

Alors que l'on ne peut guère influencer la température de la source de chaleur, celle au
départ du chauffage sera définie par le projeteur ! Il aura tendance à choisir un chauffage
par le sol ou un chauffage à air chaud.

Exemple d'une pompe à chaleur AIR – AIR

Soit T°ext = 0°C (= 273°K) et T°chauff. = 40°C


ε théor = (273 + 40) / (40) = 7,8 !

En théorie, la pompe fournira 8 x plus d'énergie au condenseur que d'énergie demandée


au compresseur ! ... (Les 7/8 de la chaleur étant captés dans l'air extérieur).

5.6.5.4. Et quel COP pratique ?

En pratique, plusieurs éléments vont faire chuter la performance :

Il existe un écart de température entre le fluide frigorigène et les sources.


Par exemple : si T°ext = 0°C, T°évaporateur = ... - 8°C... Et si T°chauff. = 40°C,
T°condenseur = ... 48°C... D'où ε = (273 + 48) / (56) = 5,7.

Le coefficient de convection entre l'eau et l'évaporateur étant nettement meilleur


que le coefficient de convection entre l'air et l'échangeur, on aura tendance à
privilégier les PAC eau/eau et eau/air. Encore faut-il avoir une rivière au fond de
son jardin ou une nappe phréatique sur laquelle il est possible de puiser
(autorisation obligatoire) . en général, il faudra se résoudre à prendre l'air
extérieur comme source froide.

Or dans ce cas, si la T°ext < 5° C, alors T°fluide évaporateur = 0°C. Dès lors, du
givre apparaît sur les ailettes, la glace bouche l'échangeur extérieur, d'où
nécessité de dégivrer (soit un courant électrique est envoyé sur l'échangeur pour
faire fondre la glace, soit le cycle est inversé et des gaz chauds sont envoyés
dans l'évaporateur).

Avec la consommation de dégivrage, l'indice de performance moyen diminue


fortement.

Lorsque la température de l'air extérieur descend sous 0°C, le compresseur a de


plus en plus de mal à fonctionner : la puissance délivrée au condenseur de la
Manuel de formation : EXP-SE170-FR
Dernière Révision: 20/07/2009 Page 106 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

pompe à chaleur devient très faible et il faut parfois ajouter des résistances de
chauffage électrique directe à l’installation.
Paradoxe malheureux, c'est quand il fait très froid que l'habitation demandera le
plus de puissance. et que la pompe à chaleur lui en donnera le moins !

Il y a nécessité de faire fonctionner les ventilateurs des sources froides et


chaudes, d'où une consommation électrique supplémentaire de ces auxiliaires.

Exemple.

Voici les spécifications techniques d'un climatiseur réversible présent sur le marché. En
hiver, ce climatiseur peut fournir de la chaleur au local : il fonctionne alors en mode
"pompe à chaleur".

Unité intérieure FHYB35FJ


Unité extérieure RY35D7
kcal/h 3 100
Puissance frigorifique Btu/h 12 300
kW 3,60
kcal/h 3 500
Puissance calorifique Btu/h 14 000
kW 4,10
Puissance rafraîchissement kW 1,51
absorbée chauffage kW 1,33

Table 10: Exemple de spécifications techniques d’un climatiseur réversible

On y repère :

• l'efficacité frigorifique, E.F., ou COPfroid (coefficient de performance en froid)

puissance frigorifique / puissance absorbée = 3,6 kW / 1,5 kW = 2,4

• l'indice de performance au condenseur, ε

puissance calorifique (au condenseur) / puissance absorbée


= 4,1 kW / 1,3 kW = 3,2

Attention ! Ce coefficient est obtenu dans des conditions très favorables ! En petits
caractères, le fabricant précise qu'il s'agit de valeurs obtenues pour 7°C extérieur... Cette
performance va s'écrouler en période plus froide. En réalité, c'est le rendement moyen
saisonnier qui nous intéresse... mais celui-ci n'est jamais donné puisqu'il dépend des
conditions d'exploitation.

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 107 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

5.6.6. Pompe à chaleur sur boucle d'eau

Plusieurs pompes à chaleur sont


connectées sur une boucle d'eau
commune.

Figure 104 : Pompe à chaleur sur boucle


d’eau

En été, elles fonctionnent en machine


frigorifique dont le condenseur est
refroidi par la boucle d'eau. Celle-ci se
refroidi elle-même via une tour de
refroidissement posée par exemple en
toiture.

En hiver, elles fonctionnent en pompe


à chaleur dont la boucle d'eau
constitue la source "froide". Celle-ci
est elle-même réchauffée par une
chaudière placée en série sur la boucle.

En mi-saison, ce système prend tout son sens : si simultanément des locaux sont
refroidis et d'autres réchauffés, la boucle qui les relie permet le transfert d'énergie entre
eux, avec une performance remarquable.

Ce système est optimalisé s'il dispose en plus d'un système pour stocker la chaleur et la
restituer à la demande, en différé.

Ces PAC/climatiseurs sont constitués de deux parties :

Une partie traitement de l'air du local composée principalement d'un filtre, d'un
échangeur Air/fréon et d'un ventilateur de soufflage.

Une partie circuit frigorifique constituée d'un compresseur, d'une vanne 4 voies
d'inversion de cycle, d'un échangeur Eau/fréon raccordé à la boucle d'eau, d'un
détendeur capillaire.

Suivant les cycles de fonctionnement, les échangeurs


Eau/fréon et Air/fréon sont tour à tour le condenseur ou
l'évaporateur du circuit frigorifique; ce basculement est
rendu possible par la vanne 4 voies d'inversion de cycle
canalisant les gaz chauds sous pression, en sortie du
compresseur, vers l'un ou l'autre des échangeurs dans
lesquels le fluide frigorigène sera alors condensé en
abandonnant ses calories à l'eau ou l'air.

Figure 105 : Vanne 4 voies d’inversion de cycle


Manuel de formation : EXP-SE170-FR
Dernière Révision: 20/07/2009 Page 108 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

5.7. LES GROUPES DE PREPARATION D’AIR

5.7.1. Du chaud et du froid par le même équipement

Une des applications les plus courantes de la PAC est l’alimentation en chaud et en froid
des groupes de préparation d’air par des installations réversibles Air/Air. Ces installations
sont très avantageuses puisqu’un seul appareil réversible assure deux fonctions pour un
investissement initial raisonnable. La performance de la pompe à chaleur est élevée
puisque les températures demandées sont faibles.

Concrètement, une pompe à chaleur est couplée à un caisson de traitement d’air


classique, un des échangeurs de la PAC étant dans le caisson, l’autre étant à l’extérieur.

Figure 106 : Caisson de traitement d’air

Figure 107 : Modes de fonctionnement du caisson

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 109 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

Exemple de modèle disponible sur le marché :

Modèle 1
Puissance frigorifique nominale kW 13,5
Puissance calorifique nominale kW 14,55
Débit d'air maximal m³/h 2 400
Pression acoustique dB(A) 65
Réfrigérant R 22
Hauteur mm 485
Largeur mm 1 022
Longueur mm 1 261
Poids net Kg 88
Prix € 5 085

Table 11: Exemple de spécifications techniques pour caisson d’air

Des puissances plus importantes sont bien sûr possibles et suffisantes pour remplacer les
installations traditionnelles

En été, la pompe à chaleur fonctionne comme unité de climatisation classique, la batterie


placée dans le caisson constituant l’évaporateur et la batterie extérieur le condenseur. On
peut atteindre un COP saisonnier de réfrigération de l'ordre de 3. Attention, le
fonctionnement en détente directe entraîne des températures très basses dans
l'échangeur et donc une déshumidification de l'air parfois exagérée par rapport aux
besoins.

En hiver, le cycle est inversé et la batterie interne devient condenseur tandis que
l’échangeur externe joue le rôle d’évaporateur. Le COP varie alors selon la température
externe, le dégivrage et le besoin d’appoint électrique. En intégrant ces divers auxiliaires,
on atteint un COP saisonnier de l'ordre 2,5.

5.7.2. Une gestion délicate lors du dégivrage

Une difficulté reste : le chauffage de l'air est sans inertie (par opposition à un chauffage du
sol ou d'un ballon d'eau). Donc, lors des périodes de dégivrage de l'évaporateur, de l'air
froid risque d'être pulsé sur les occupants.

L'arrêt de la pulsion de l'air étant difficile, une solution peut consister à travailler avec des
pompes à chaleur modulaire. Quand un module dégivre, il s'arrête et un autre module
produit.

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 110 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

5.7.3. Récupérer sur l'air extrait ?

Pour améliorer l’installation, il est possible


de faire passer l’air extrait par l’échangeur
extérieur lorsqu’il joue le rôle
d’évaporateur. La récupération de chaleur
à l’échangeur sera améliorée du fait de la
grande différence de température entre l’air
vicié et la basse température d’évaporation
du fluide frigorigène en hiver.

Figure 108 : Récupération de l’air extrait

Cet apport de chaleur à l’évaporateur permettra de remonter la température d’évaporation


et de diminuer le dégivrage, donc d’améliorer le COP.

La sélection de la puissance de la pompe à chaleur dépend du bilan thermique été et du


bilan thermique hiver. Dans le secteur tertiaire, les besoins frigorifiques en été sont
souvent supérieurs aux besoins calorifiques en hiver. La pompe à chaleur sera alors
surdimensionnée pour le régime de chauffe et le chauffage d’appoint ne sera alors que
rarement nécessaire.

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 111 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

6. LA MACHINE FRIGORIFIQUE A COMPRESSION


Nous avons vu le matériel dans le cours EXP-UT020, nous en avons vu (et revu) aussi
dans ce cours ; ré assemblons le tout, redécouvrons chaque élément pour (re)voir (et
réviser) le fonctionnement de la machine frigorifique

6.1. L’INSTALLATION FRIGORIFIQUE VUE DE L’EXTERIEUR

Dans les installations de climatisation, la machine frigorifique permet d'évacuer vers


l'extérieur la chaleur excédentaire des locaux.

En pratique, elle prépare de l'air froid


ou de l'eau froide qui viendront
compenser les apports de chaleur du
soleil, des équipements de bureautique,
des occupants,... de telle sorte que le
bilan chaud-froid soit à l'équilibre et que
la température de consigne soit
maintenue dans les locaux.

Figure 109 : Diffusion de l’air dans des


gaines de distribution

La technique la plus simple consiste à préparer de l'air froid qui sera diffusé via des gaines
de distribution

Figure 110 : Traitement de l’air dans des caissons de climatisation

Pour le groupe frigorifique, on distingue deux modes principaux d'action :

Soit le fluide frigorigène refroidit l'air en passant directement dans la batterie de


refroidissement : on parle de "système à détente directe" parce que l'évaporateur
de la machine frigorifique prend la place de la batterie de froid dans le caisson de
climatisation.

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 112 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

Figure 111 : Réfrigération à détente directe

Soit l'installation frigorifique prépare de l'eau froide à ...6°C... (généralement


appelée "eau glacée"), eau qui alimentera la batterie de refroidissement du
caisson de traitement d'air.

Figure 112 : Réfrigération par circuit d'eau glacée.

Mais le transport de froid par l'air est très coûteux à l'investissement (gainage).

A titre d'exemple, comparons l'encombrement demandé pour le transfert de 10 kW de


froid :

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 113 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

Transport par air Transport par eau


9°C (de +16° pulsé à +25°C 5°C (boucle d'eau glacée au
Delta T° : Delta T° :
d'ambiance, par ex.) régime 7° - 12°C, par ex.)

Débit d'air : 3 270 m³/h Débit d'eau : 1,72 m³/h

Vitesse : 15 m/s Vitesse : 0,8 m/s

Section de Diamètre de
300 x 220 mm (ou Ø 300 mm) Ø 40 mm
gaine : conduite :

Table 12: Comparaison entre transfert par eau et par air

De plus, à l'exploitation, la consommation des ventilateurs représente de 10 à 30 % de


l'énergie transportée contre 2 % pour la consommation des pompes de circulation

Aussi, on rencontre souvent des installations où le refroidissement des locaux est


principalement assuré par de l'eau glacée alimentant les batteries froides des ventilo-
convecteurs.

Figure 113 : Circuit d'eau glacée pour l'air neuf et les ventilo-convecteurs.

Un complément de froid peut être donné par le rafraîchissement de l'air neuf de


ventilation.
Manuel de formation : EXP-SE170-FR
Dernière Révision: 20/07/2009 Page 114 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

Bien sûr, "produire du froid" sous-entend évacuer de la chaleur. Aussi, à l'extérieur du


bâtiment, souvent en toiture, on trouvera un équipement chargé de refroidir.

Et refroidir avec :

soit le fluide frigorigène directement : c'est le


condenseur de l'installation frigorifique.

Figure 114 : Condenseur en cycle frigorifique

soit de l'eau, qui elle-même sert à refroidir le fluide frigorigène : c'est la tour de
refroidissement.

On distingue trois types de tour :

La tour ouverte

l'eau est pulvérisée devant un ventilateur et le refroidissement est


alors renforcé par la vaporisation partielle de cette eau (la chaleur de
la vaporisation est "pompée" sur la goutte d'eau qui reste et qui donc
se refroidit). Après refroidissement, cette eau sera conduite vers un
condenseur à eau se trouvant près du compresseur.

La tour fermée

l'eau venant du condenseur reste à l'intérieur d'un circuit tubulaire


fermé, mais se fait "arroser" par un jet d'eau de refroidissement.
Cette eau s'évaporant partiellement, sera également fortement
refroidie. Mais cette fois, l'eau qui a été au contact de l'air extérieur
(son oxygène et ses poussières), n'est plus en contact direct avec le
condenseur à eau évitant de bien pénibles ennuis de corrosion...

Le dry cooler

il s'agit d'une tour fermée, que l'on n'arrose pas, que l'on refroidit
simplement par l'air extérieur pulsé par des ventilateurs. Cette
batterie d'échange convient en toute saison, puisque en ajoutant un
antigel (type glycol), elle est insensible au gel. Elle n'est pas aussi
performante que les précédentes puisque la température de
refroidissement est limitée à la température de l'air extérieur...

Table 13: Les différents types de tour de condensation

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 115 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

6.2. L’INSTALLATION FRIGORIFIQUE VUE DE L’INTERIEUR

Le transfert de chaleur, entre intérieur et extérieur, ne peut se faire que si un équipement


rehausse le niveau de température entre le milieu où la chaleur est prise (air ou eau) et le
milieu où la chaleur est évacuée (air extérieur) : c'est le rôle de la machine frigorifique.

Elle se compose au minimum des 4 éléments suivants :

1 évaporateur

1 condenseur

1 compresseur

1 organe de détente

Voici le fonctionnement de chacun de ces composants.

6.2.1. Tout est basé sur les propriétés physiques du fluide frigorigène

La machine frigorifique est basée sur la propriété des fluides frigorigènes (voir cours EXP-
UT020) de s'évaporer et de se condenser à des températures différentes en fonction de la
pression.

Pour expliquer le fonctionnement, nous prendrons les caractéristiques du R 22 parce c'est


le fluide le plus couramment utilisé en climatisation. Mais ce n'est plus celui que l'on
choisira dans les installations nouvelles.

A la pression atmosphérique :

Le R22 est liquide à - 45°C et se met à "bouillir" aux alentours de -40°C.

⇒ Si du fluide R 22 à -45°C circule dans un serpentin et que l'air à 20° C passe autour de
ce tuyau, l'air se refroidira : il cédera sa chaleur au fluide qui lui s'évaporera. C'est le rôle
de l'évaporateur de la machine frigorifique.

A la pression de 13 bars :

Cette fois, le R 22 ne va "bouillir" qu'à 33°C. Autrement dit, si de la vapeur de fluide à 13


bars et à 65°C circule dans un serpentin et que de l'air à 20° C passe autour de ce tuyau,
le fluide se refroidira et à partir de 33°C, il se liquéfiera, il se condensera. En se
condensant, il va libérer énormément de chaleur. C'est le rôle du condenseur de la
machine frigorifique.

⇒ Si l'on souhaite donc que le fluide puisse "prendre" de la chaleur : il doit être à basse
pression et à basse température sous forme liquide, pour lui permettre de s'évaporer.
Manuel de formation : EXP-SE170-FR
Dernière Révision: 20/07/2009 Page 116 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

⇒ Si l'on souhaite qu'il puisse céder sa chaleur : il doit être à haute température et à haute
pression, sous forme vapeur, pour lui permettre de se condenser.

Pour réaliser un cycle dans lequel de la chaleur est extraite d'un côté et donnée de l'autre,
il faut compléter l'installation par 2 éléments :

1. Le compresseur, qui comprime le gaz en provoquant l'augmentation de


température jusqu'à + 65°C.

2. Le détendeur, qui, au départ d'un fluide à l'état liquide, "lâche" la pression : le


fluide se vaporise partiellement et donc se refroidit. Le liquide retombe à la
température de - 40°C (bien sûr, on choisira - 40°C pour faire de la congélation, et
entre 0°C et + 5°C pour de la climatisation).

Si ces différents équipements sont bouclés sur un circuit, on obtient une machine
frigorifique.

En pratique, suivons le parcours du fluide frigorigène dans les différents équipements et


repérons le tracé de l'évolution du fluide frigorigène dans le diagramme des
thermodynamiciens, le diagramme H-P, enthalpie (ou niveau d'énergie) en abscisse et
pression en ordonnée (revoir aussi le cours EXP-UT020).

6.2.2. Dans l'évaporateur

Le fluide frigorigène liquide entre en ébullition et s'évapore en absorbant la chaleur du


fluide extérieur.

Figure 115 : Fonctionnement de l'évaporateur

Dans un deuxième temps, le gaz formé est encore légèrement réchauffé par le fluide
extérieur, c'est ce qu'on appelle la phase de surchauffe (entre 7 et 1).

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 117 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

6.2.3. Dans le compresseur

Le compresseur va tout d'abord aspirer le gaz frigorigène à basse pression et à basse


température (1). L'énergie mécanique apportée par le compresseur va permettre d'élever
la pression et la température du gaz frigorigène. Une augmentation d'enthalpie en
résultera

Figure 116 : Fonctionnement du compresseur

6.2.4. Dans le condenseur

Figure 117 : Fonctionnement du condenseur

Le gaz chaud provenant du compresseur va céder sa chaleur au fluide extérieur. Les


vapeurs de fluide frigorigène se refroidissent ("désurchauffe"), avant l'apparition de la
première goutte de liquide (point 3). Puis la condensation s'effectue jusqu'à la disparition
de la dernière bulle de vapeur (point 4). Le fluide liquide peut alors se refroidir de
quelques degrés (sous - refroidissement) avant de quitter le condenseur

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 118 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

6.2.5. Dans le détendeur

La différence de pression entre le condenseur et l'évaporateur nécessite d'insérer un


dispositif "abaisseur de pression" dans le circuit. C'est le rôle du détendeur. Le fluide
frigorigène se vaporise partiellement dans le détendeur pour abaisser sa température

Figure 118 : Le détendeur et son fonctionnement

Voir le cours EXP-UT020 pour les détails technologiques sur les détendeurs, vannes
thermostatiques et autres accessoires.

6.2.6. Fonctionnement complet

Figure 119 : Cycle frigorifique élémentaire


Manuel de formation : EXP-SE170-FR
Dernière Révision: 20/07/2009 Page 119 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

Le cycle est fermé, le fluide frigorigène évolue sous l'action du compresseur dans les
quatre éléments constituant la machine frigorifique.

L'ensemble du cycle peut être représenté dans le diagramme enthalpie - pression. Sous la
courbe en cloche se situent les états de mélange liquide - vapeur; à gauche de la cloche,
le fluide est à l'état liquide (il se "sous - refroidit"), à droite, le fluide est à l'état vapeur (il
"surchauffe").

Figure 120 : Diagramme enthalpique du cycle frigorifique

6.3. FONCTIONNEMENT MACHINE FRIGORIFIQUE EN EQUILIBRE


PERMANENT

Le cycle réel de fonctionnement d'une machine frigorifique se stabilise à partir des


températures du milieu qu'il faut refroidir, de l'air extérieur où la chaleur est rejetée, et des
caractéristiques dimensionnelles de l'appareil.

Ainsi, la température d'évaporation se stabilisera quelques degrés en dessous de la


température du fluide refroidi par l'évaporateur. De même, la température de condensation
se stabilisera quelques degrés au-dessus de la température du fluide de refroidissement
du condenseur.

Or, les besoins de froid évoluent en permanence et la température extérieure varie toute
l'année !

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 120 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

Tout cela va bien sûr entraîner une modification du taux de compression et une variation
de la puissance absorbée. En fonction du régime d'évaporation et de condensation, le
compresseur aspirera un débit masse plus ou moins grand de fluide frigorigène définissant
ainsi la puissance frigorifique à l'évaporateur et calorifique au condenseur.

Exemple

Afin d'imaginer ces évolutions, partons d'un cas concret.

Évaporateur

La boucle d'eau glacée fonctionne au régime 5°-11°. L'échange de chaleur s'effectue en


deux phases :

ébullition du fluide

surchauffe des vapeurs

Figure 121 : Évolution des fluides dans


l'évaporateur

La température d'évaporation qui s'établit est de


0°C. Dans le cas du R22, ceci correspond à une
basse pression de 4 bar (lecture du manomètre),
soit 5 bar absolu (comparé au vide).

Figure 122 : Évolution des fluides dans le


condenseur

Condenseur

Le condenseur est directement refroidi par l'air extérieur. Supposons que celui-ci entre à
30°C dans le condenseur. L'échange de chaleur s'effectue en trois phases :

désurchauffe des gaz chauds provenant du compresseur,

condensation du fluide,

sous - refroidissement du liquide.

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 121 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

La température de condensation qui s'établit est de 40°C. Dans le cas du R 22, ceci
correspond à une haute pression de 14,5 bar, soit 15,5 bar absolu.

Analysons le comportement du compresseur sur base des caractéristiques nominales


données par le fournisseur.

On constate que pour une température


d'évaporation de 0°C et pour une température
de condensation de 40°C,

la puissance électrique absorbée par le


compresseur sera de 6,3 kW

la puissance frigorifique donnée à


l'évaporateur sera de 21,9 kW

Remarque : en réalité, une adaptation de


quelques pour cent devrait avoir lieu car le
constructeur fournit des indications pour un
fonctionnement normalisé de son appareil
(surchauffe de 0K, sous - refroidissement de
25 K selon DIN 8928 et bientôt la CEN) mais
ceci dépasse la portée de ces propos.

Figure 123 : Courbes / Extrait d'un catalogue de


compresseurs

Supposons à présent que le condenseur soit


mal entretenu. L'échange de chaleur se fait
moins bien, la température au condenseur
augmente, le compresseur va travailler
davantage et va augmenter la pression de
sortie des gaz.

Une nouvelle température de condensation va se mettre en place : supposons qu'elle


atteigne une température de 50°C. Comme la température du liquide s'élève à l'entrée du
détendeur, la température d'évaporation s'élève également de 1 ou 2°C. Le diagramme
constructeur prévoit une augmentation de la puissance électrique absorbée : 7 kW, pour
une puissance frigorifique diminuée : 18,2 kW...

Le "rendement" de la machine s'est dégradé :

AVANT : (21,9 kW produits) / (6,3 kW absorbés) = 3,5

APRES : (18,2 kW produits) / (7 kW absorbés) = 2,6

On dira que "l'efficacité énergétique" de la machine frigorifique a diminué de 25 %. A noter


que l'on serait arrivé au même résultat si la température extérieure s'était élevée de 10°.

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 122 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

6.4. PLUSIEURS REGULATIONS IMBRIQUEES DANS MACHINE


FRIGORIFIQUE

On peut voir la machine frigorifique comme un ensemble d'équipements, réunis par le


réseau de fluide frigorigène et régulés chacun en poursuivant divers objectifs en parallèle.

6.4.1. Régulation du compresseur

La régulation du compresseur consiste en l’adaptation de la puissance fournie à la


puissance requise : la régulation du compresseur

Une machine frigorifique est dimensionnée pour vaincre les apports thermiques maximum
(ciel bleu, soleil éclatant et 32°C de température, par exemple). Elle est donc la plupart du
temps surpuissante. Il faut donc pouvoir adapter la puissance frigorifique du compresseur
à la charge partielle réelle.

Diverses techniques de régulation du compresseur sont possibles :

arrêter le compresseur par "tout ou rien" ou par étages,

réduire sa vitesse de rotation,

le mettre partiellement hors service (décharge de cylindres,...),

prévoir un by-pass refoulement - aspiration,

obturer l'orifice d'aspiration,

6.4.2. Limiter pression maximale la sortie du compresseur : le pressostat HP

La plus importante partie d'une


installation frigorifique est sans
aucun doute le compresseur. Il doit
maintenir la quantité nécessaire
d'agent frigorifique en circulation; il
opère ainsi donc comme une
« pompe » (c’est une image, bien
entendu…).

Figure 124 : Les sécurités pression


pour le compresseur

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 123 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

La pression différentielle entrée-sortie est très importante et, selon le point de travail et le
fluide frigorifique, elle se situe entre 5 et 20 bar, environ.

Imaginons une panne du ventilateur du condenseur ou une période de forte chaleur de


l'air extérieur. Le refroidissement des gaz chauds dans le condenseur est insuffisant, la
température à l'évaporateur va augmenter, la pression à l'entrée du compresseur
augmente. Le compresseur pourrait alors développer une pression de sortie supérieure au
niveau permis.

Afin de protéger l'installation, il est prévu sur cette partie Haute Pression (HP) un
pressostat qui déclenche le moteur d'entraînement lorsque la pression dépasse le niveau
maximal permis par le constructeur.

6.4.3. Limiter la pression minimale à l'entrée du compresseur: pressostat BP

La basse pression avant le compresseur est également surveillée.

Par exemple, en cas de demande de froid insuffisante à l'évaporateur, la chaleur


d'évaporation transmise au fluide frigorifique n'est pas suffisante. Cela conduit à une
diminution de la pression du côté basse pression du compresseur avec pour conséquence
une diminution de la température d'évaporation ainsi que le givrage de la batterie de froid
ou le gel de l'eau glacée.

Or quand une batterie givre, le coefficient d'échange diminue, la température


d'évaporation diminue encore et le phénomène s'accélère. C'est pourquoi la basse
pression est contrôlée et le compresseur est déclenché par le pressostat BP lorsque la
Basse Pression descend en dessous d'une valeur minimale. Ainsi, en cas de fuite de
réfrigérant, il est important de faire déclencher le compresseur, autrement il tournera sans
réfrigérant et se détériorera en très peu de temps. Normalement la pression dans
l'évaporateur est largement supérieure à la pression atmosphérique.

6.4.4. Éviter la surchauffe du moteur

Il faut éviter que la machine ne démarre et ne s'arrête trop souvent. En effet, des
enclenchements répétitifs entraînent la surchauffe du moteur (le courant de démarrage est
plus élevé que le courant nominal). Un temps de fonctionnement minimal est nécessaire
pour évacuer cet excédent de chaleur.

Un dispositif, appelé "anti-court - cycle", limite la fréquence de démarrage des


compresseurs et assure un temps minimal de fonctionnement.

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 124 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

6.4.5. Lubrifier le compresseur

Les pistons d'un moteur de voiture nécessitent une lubrification constante pour éviter aux
anneaux de piston d'être "rongés". Il existe le même problème dans les compresseurs
frigorifiques. L'huile qui lubrifie le compresseur suit également la vapeur du fluide
frigorigène et se trouve ainsi dans le système de circulation. Le technicien de service doit
contrôler que l'huile retourne bien au compresseur, par la pose adéquate des tuyauteries
frigorifiques, le cas échéant en incorporant un séparateur d'huile.

Lorsque le compresseur n'est pas en service, un réchauffage du carter est réalisé. En


effet, en cas de faibles températures ambiantes, l'huile peut absorber un peu de vapeur du
fluide frigorigène. Comme cette huile se trouve principalement dans la cuvette du carter, il
peut y avoir à cet endroit une concentration importante d'agent frigorigène dans l'huile.

Lorsque l'installation est mise en service, une très rapide chute de pression apparaît,
l'agent frigorigène tente de se vaporiser et de se séparer de l'huile. Celle-ci commence à
mousser, ce qui peut provoquer des à-coups de liquide et un manque d'huile dans le
compresseur. Afin d'empêcher l'huile d'absorber du fluide frigorigène, la cuvette du carter
est, lors du déclenchement de l'installation, réchauffée à l'aide d'une résistance électrique.

6.4.6. Éviter les à-coups de liquide réfrigérant

Le compresseur a pour fonction de comprimer un gaz. Les liquides étant pratiquement


incompressibles, le compresseur sera endommagé si le réfrigérant le traverse en phase
liquide plutôt que vapeur. Si le piston pousse contre un agent non compressible, il s'ensuit
un "à-coup de liquide", et donc la « casse » du piston et des clapets.

Lorsque l'installation est hors service, le liquide peut s'accumuler avant le compresseur et
lors du ré enclenchement provoquer un à-coup de liquide. Pour éviter cela, une vanne
magnétique (solénoïde) est souvent placée avant le détendeur. La vanne magnétique se
ferme lorsque l'installation est déclenchée et évite à l'agent réfrigérant de retourner à
l'évaporateur.

Le raccordement électrique est effectué de telle sorte que le compresseur puisse


fonctionner après la fermeture de cette vanne. Le compresseur s'arrête lorsque le
pressostat basse pression déclenche. Aussitôt que la pression augmente à nouveau, le
processus est répété. Ce processus est parfois appelé "le pump down".

Remarque : les à-coups de liquides ne concernent quasiment que les compresseurs à


pistons. Les profils des vis ou des labyrinthes de Scroll peuvent s'écarter en cas
d'aspiration de liquide. Et les turbocompresseurs ne sont pas des compresseurs
volumétriques.

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 125 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

6.5. L’EFFICATE ENERGETIQUE OU COP-FROID

Un climatiseur est énergétiquement efficace


s'il demande peu d'énergie électrique au
compresseur pour atteindre une puissance
frigorifique donnée.

Figure 125 : Efficacité énergétique de la


climatisation- froid

En comparant les données, on établit le


rapport entre puissance frigorifique fournie et
puissance électrique absorbée par le
compresseur.

Exemple : voici les spécifications techniques d'un climatiseur réversible présent sur le
marché. Nous reprenons le même exemple qu’au paragraphe 6.6.5.4., mais en
« développant » plus

Unité intérieure FHYB35FJ


Unité extérieure RY35D7
kcal/h 3 100
Puissance frigorifique Btu/h 12 300
kW 3,60
kcal/h 3 500
Puissance calorifique Btu/h 14 000
kW 4,10
Puissance rafraîchissement kW 1,51
absorbée chauffage kW 1,33

Table 14: Exemple de spécifications d’un climatiseur (B)

On y repère :

l'efficacité frigorifique, E.F., ou COPfroid (coefficient de performance en froid)

puissance frigorifique / puissance absorbée = 3,6 kW / 1,5 kW = 2,4

energy efficiency ratio, E.E.R

puissance frigorifique / puissance absorbée = 12,3 Btu/h / 1,5 kW = 8,2

Et si l'on souhaite utiliser l'appareil en mode chauffage :

le coefficient de performance au condenseur, COPchaud


Manuel de formation : EXP-SE170-FR
Dernière Révision: 20/07/2009 Page 126 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

puissance calorifique (au condenseur) / puissance absorbée


= 4,1 kW / 1,3 kW = 3,2

Remarques.

1 - Il ne faut pas confondre COPfroid et COPchaud ! Le COPchaud est le rapport entre


l'énergie thermique délivrée au condenseur et l'énergie électrique demandée par le
compresseur (c'est un terme qui vient de l'évaluation du rendement d'une pompe à
chaleur). Alors que le COPfroid part de la chaleur captée à l'évaporateur. La confusion
étant fréquente, il n'est pas inutile lorsque l'on compare le rendement des machines dans
les documentations de constructeurs, de vérifier ce qui se trouve derrière l'appellation
COP.

2 - Il est intéressant de s'inquiéter également de l'efficacité globale de la machine


frigorifique installée, c'est à dire du rapport entre le froid produit et l'ensemble de toutes les
consommations électriques engendrées, y compris les ventilateurs aux échangeurs, les
pompes... Une machine frigorifique, avec une efficacité excellente, placée sur le toit d'un
immeuble de plusieurs étages, peut voir son efficacité fortement chuter si la machine est
placée en cave et que le condenseur est refroidi via un gainage d'air traversant les
étages ! La consommation du ventilateur sera importante dans le bilan final.

3 - Il est très important de se rendre compte que l'énergie mécanique des ventilateurs et
des pompes se dégradera en chaleur. Cette chaleur vient en diminution de la puissance
frigorifique pour les éléments du côté froid. Ce n'est donc pas seulement le COP ou l'EE
qui se dégradent par la consommation électrique supplémentaire, c'est aussi la puissance
frigorifique qui diminue.

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 127 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

6.6. LA REGULATION DE PUISSANCE DES GROUPES FRIGORIFIQUES

Déjà abordé (partiellement) dans les chapitres / paragraphes précédents,mais (re)voyons


toutes les possibilités, sans toutefois aller dans le détail des régulations P.I.D. que vous
vous ferez un plaisir de découvrir (si vous ne connaissez pas déjà) dans les cours
instrumentation.

6.6.1. La régulation "tout ou rien" par marche / arrêt du compresseur

Appliquons le principe d'une régulation par "tout ou rien" à une machine frigorifique.

Le thermostat d'ambiance agit directement sur l'alimentation du compresseur. En


général, il agit en parallèle sur l'électrovanne placée sur la ligne liquide.

Les pressostats de sécurité (pressostats


HP et BP) peuvent également agir sur le
compresseur et sur l'électrovanne de la
ligne liquide, mais en cas de
fonctionnement anormal cette fois.

Figure 126 : Régulation tout ou rien par


marche/arrêt du compresseur

C'est de cette manière, simple et fiable, que


sont régulées les armoires de climatisation, les
groupes de production d'eau glacée, ...

Pour les machines plus puissantes, il y aurait un risque trop élevé d'échauffement des
bobinages du moteur.

6.6.2. La régulation "tout ou rien" par vidange de l'évaporateur (ou


"pumpdown")

Le principe consiste à arrêter le fonctionnement du compresseur par le pressostat BP,


suivant la cascade d'événements suivants :

supposons que le niveau de froid soit atteint dans l'ambiance : le thermostat coupe
l'alimentation de l'électrovanne sur la ligne liquide,

le fluide frigorifique ne peut plus alimenter l'évaporateur,

le peu de fluide qui s'y trouve encore s'évapore,


Manuel de formation : EXP-SE170-FR
Dernière Révision: 20/07/2009 Page 128 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

comme le compresseur continue d'aspirer les vapeurs, la pression chute,

le pressostat BP détecte l'insuffisance de pression et arrête le compresseur.

La remise en marche suit la même logique :

la sonde d'ambiance informe le thermostat d'une remontée en température,

le thermostat alimente l'électrovanne qui s'ouvre,

le fluide frigorigène
envahit l'évaporateur,

la pression remonte,

le compresseur se remet
en marche sous
l'impulsion du pressostat
BP et le cycle continue.

Figure 127 : Régulation tout ou


rien par vidange de
l’évaporateur

Remarques.

1 - On constate cette fois que deux pressostats BP seront nécessaires : un pressostat BP


d'arrêt ou de mise en marche du compresseur et un pressostat de sécurité qui intervient
en cas de fonctionnement anormal.

2 - Suivant les schémas électriques :

soit le pressostat n'autorise le redémarrage que s'il y a demande de froid (mise en


série des interrupteurs),

soit le pressostat enclenche le compresseur même s'il n'y a pas de demande de


froid, ce qui est à éviter car cela entraîne des démarrages trop fréquents.

L'avantage de ce type de régulation est qu'il va vider l'évaporateur et le circuit basse


pression de la majorité du fluide frigorifique. Or celui-ci risquait de se condenser à l'arrêt
du groupe, de former des gouttes de liquide, gouttes dangereuses au redémarrage (coups
de liquide au compresseur).

De plus, cette technique abaisse la pression du carter du compresseur. Le fluide


frigorifique dissous dans l'huile, s'évapore en bonne partie grâce à cette basse pression.

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 129 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

Et lors du redémarrage, l'émulsion de l'huile sera plus faible. Ceci ne permet pas de
couper le chauffage de l'huile du carter pour autant.

3 - Ce type de régulation est couramment utilisé, particulièrement lorsqu'il est nécessaire


de vider l'évaporateur du fluide frigorifique avant l'arrêt.

On le rencontre dans les groupes frigorifiques dont l'évaporateur travaille à "détente


directe" (batterie de caissons de traitement d'air), dans les groupe de production d'eau
glacée, ...

6.6.3. La régulation "progressive" de la pression d'évaporation

Comment adapter la puissance frigorifique à la charge réelle de l'ambiance ? La régulation


par "tout ou rien" entraîne un nombre élevé d'enclenchements et de déclenchements du
compresseur, et une fluctuation de la température intérieure peu confortable.

On cherche dès lors une adaptation plus progressive de la puissance frigorifique aux
besoins des locaux.

Le régulateur de pression d'évaporation

Imaginons une charge assez faible. Le compresseur va aspirer les vapeurs mais celles-ci
sont peu importantes. La pression à l'aspiration va diminuer, entraînant une diminution de
température d'évaporation, et même un risque de gel de l'évaporateur.

On introduit alors un régulateur de pression entre l'évaporateur et le compresseur, un


robinet qui va laminer les vapeurs de fluide frigorigène et créer une perte de charge : la
pression dans l'évaporateur restera constante mais la pression côté compresseur va
baisser fortement.

On parle d'ailleurs d'un "robinet à pression


constante. Il assure le "laminage des vapeurs
aspirées".

Figure 128 : Régulation progressive de la


pression d’évaporation

La puissance frigorifique va diminuer, mais les


températures à la sortie du compresseur vont
s'élever (parfois jusqu'à 100°C).

Bien sûr, si la charge augmente, la vanne s'ouvre et le débit de fluide augmente. A charge
thermique maximale, le robinet est totalement ouvert.

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 130 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

Le régulateur de pression d'évaporation prévient contre le risque de gel de l'évaporateur,


en supprimant le risque d'avoir une pression si basse que l'évaporateur ne prenne en
glace.

Mais le rendement énergétique de la machine s'en trouve dégradé... Et pourtant ce type


de régulation est fréquemment employé, lorsque la réduction de puissance n'excède pas
40 à 50 %.

6.6.4. La régulation par "étages"

Comme pour les cascades de chaudières, le principe consiste à découper la tâche par
palier !

La puissance frigorifique totale est éclatée en plusieurs machines en parallèle qui


s'épauleront en fonction de la puissance à atteindre.

Différentes configurations sont possibles :

Un évaporateur et plusieurs compresseurs

Deux machines frigorifiques distinctes en parallèle

6.6.4.1. Un évaporateur et plusieurs compresseurs

Il est alors fréquent que l'évaporateur soit lui


aussi décomposé en plusieurs circuits. Il est
nécessaire d'égaliser les niveaux d'huile dans
les carters, à partir une tuyauterie de
connexion

Figure 129 : Régulation par étages – un


évaporateur et plusieurs compresseurs

On rencontre parfois le fait que les deux moto


- compresseurs sont enfermés dans le même
carter.

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 131 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

6.6.4.2. Deux machines frigorifiques distinctes en parallèle

Il faut alors qu'un fluide caloporteur fasse


la liaison entre les évaporateurs. C'est par
exemple le cas du réseau d'eau glacée
d'une installation de climatisation
importante.

Figure 130 : Régulation par étages – deux


machines distinctes

Ce système est recommandé, tout


particulièrement lorsque les variations de
charge sont importantes. Le montage est
simple et fiable puisque les machines
restent indépendantes.

De plus, il permet une variation progressive de la puissance énergétiquement favorable


(aucune machine n'est dégradée dans son fonctionnement).

Bien sûr, le coût d'investissement est plus élevé que si l'on utilisait une seule grosse
machine

6.6.5. La régulation de la vitesse de rotation ou "inverter"

Déjà décrit précédemment, mais rajoutons ce système pour avoir un chapitre complet

Figure 131 : Régulation par système inverter

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 132 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

Le contrôle traditionnel par mode MARCHE/ARRET entraîne des fluctuations


inconfortables de la température à l'évaporateur et des mauvaises conditions de
rendement du compresseur.

Les compresseurs dont on fait varier la vitesse vont comprimer un volume de fluide
variable et ainsi adapter leur puissance frigorifique à la charge thermique du local. Quand
l'écart mesuré entre le point de consigne et la température du local augmente, le système
de régulation agit sur la vitesse de rotation du compresseur qui voit sa puissance
frigorifique augmenter. Ce mode de régulation est appelé "INVERTER". Il permet une
variation de vitesse du compresseur sans pertes importantes de rendement

Notons que le démarrage du compresseur se fait toujours à basse vitesse, contrairement


au fonctionnement MARCHE/ARRET. La pointe de courant nécessaire au démarrage est
ainsi fortement réduite.

La technologie INVERTER est très prometteuse. Cependant, dans certains anciens


modèles, elle présente encore quelques inconvénients tels les parasites qu'elle induit dans
le réseau électrique ou le coût élevé dû à une production en plus faible série.

Dans un très proche avenir, ces inconvénients devraient disparaître (utilisation de moteurs
à courant continu pour les plus petites puissances, marquage "CE", ...) et permettre au
système "INVERTER" de couvrir le marché.

Dans ce but, la technique traditionnelle du compresseur alternatif (piston et vilebrequin),


d'une fiabilité légendaire, est progressivement remplacée par :

⇒ Le compresseur rotatif :

rendement similaire,

niveau sonore moindre,

fonctionnement à vitesse variable.

⇒ Le compresseur scroll :

rendement plus élevé,

niveau sonore encore plus faible,

fonctionnement à vitesse variable

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 133 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

6.6.6. La mise hors - service de cylindres

Le réglage de la puissance frigorifique peut se faire par la mise hors service d'un ou de
plusieurs cylindres de compresseurs à pistons. Pour supprimer l'action d'un piston, il suffit
de maintenir ouvert en permanence la soupape d'aspiration. C'est une méthode très
répandue.

Un tel système est simple et fiable, moyennement efficace sur le plan énergétique. Les
cylindres tournant à vide ont pour conséquence que, pour une puissance de réfrigération
de 50 % par exemple, la machine absorbe encore environ 65 % de la puissance d
entraînement.

Avantage : pour éviter les pointes de courant de démarrage, il est possible de démarrer à
vide le compresseur.

Par contre, la variation de la puissance n'est pas continue (sauts de puissance). Et, autre
inconvénient, l'usure de la machine est pratiquement identique à vide ou en charge.

6.6.7. L'obturation de l'orifice d'aspiration

Dans les compresseurs à piston, un obturateur commandé par une électrovanne bouche
l'entrée d'un ou de plusieurs cylindres, réduisant ainsi le débit et donc la puissance de la
machine frigorifique. Ce système provoque un échauffement du compresseur, ce qui n'est
énergétiquement pas favorable, et entraîne le besoin de laisser au moins un ou deux
cylindres sans obturateur

6.6.8. La régulation par injection des gaz chauds

Le principe consiste à reboucler les gaz chauds


sortis du compresseur vers l'entrée de l'évaporateur,
juste après le détendeur. Un régulateur de capacité
(ou de puissance) maintient la pression
d'évaporation à la grandeur préréglée. Tandis que le
détendeur régule toujours la surchauffe à la sortie
de l'évaporateur, donc la température des vapeurs
en sortie de l'évaporateur reste constante.

Tout ceci permet de rendre constant le débit de


frigorigène qui traverse l'évaporateur.

Figure 132 : Régulation par injection de gaz chauds

Lorsque la charge thermique diminue (= lorsque le besoin de refroidir les locaux est
faible), le régulateur de capacité s'ouvre (il maintient la pression en injectant du fluide
Manuel de formation : EXP-SE170-FR
Dernière Révision: 20/07/2009 Page 134 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

frigorigène) et des vapeurs, chaudes mais détendues, constituent une charge thermique
complémentaire de l'évaporateur.

De même, dans les compresseurs centrifuges, une tuyauterie relie le condenseur à


l'évaporateur, par la partie des échangeurs où le fluide frigorigène est à l'état vapeur. Un
robinet solénoïde placé sur cette tuyauterie isole normalement les deux appareils
(commande manuelle ou automatique).

Bien sûr, avec un tel système, la puissance de l'évaporateur peut varier pratiquement de 0
à 100 % ! Mais ce fonctionnement est pervers : si le besoin de froid diminue, et que le
compresseur pourrait "être mis au chômage", on réinjecte de la chaleur pour donner du
travail au compresseur !!!

Comparaison : imaginons une pompe qui vide un réservoir "bas" vers un réservoir "haut".
De peur du risque qu'elle se désamorce si elle n'a plus assez d'eau à pomper, on lui
réinjecte de l'eau venant du réservoir "haut". Ainsi elle peut continuer à fonctionner sans
problème !

Il faut qualifier cette technique de "pur anéantissement d'énergie". En effet, la puissance


absorbée reste la même lorsque la puissance de réfrigération diminue. De plus, elle
provoque un échauffement du moteur. Elle se rencontre assez souvent car elle met en
oeuvre un matériel peu coûteux. Dans la mesure du possible, il faut mettre ce système
hors service dans les installations existantes.

6.6.9. La régulation "par tiroir" des compresseurs à vis

Les compresseurs à vis sont munis d'un dispositif qui rend leur puissance réglable dans
une plage allant de 100 à 10 %. Le rendement reste satisfaisant, du moins jusqu'à 50 %
de la charge nominale. En dessous, le rendement ce dégrade et il faut donc éviter ces
fonctionnements à basse puissance. L'intérêt de ne pas surdimensionner les installations
reste déterminant.

Le principe consiste à limiter la course de la vis : en délaçant un "tiroir", c à d un élément


du stator déplaçable par translation comme un tiroir, on modifie la section d'entrée du
volume aspiré et donc on module le débit. Un tel mécanisme permet d'assurer également
le démarrage à vide de la machine

6.6.10. La pré- rotation du fluide frigorigène dans les turbocompresseurs

Des ailettes pivotantes sont disposées dans la tuyauterie d'aspiration. En se fermant


progressivement, elles génèrent un mouvement giratoire des gaz frigorigènes pénétrant
dans l'ouïe d'aspiration. Comme pour un ventilateur, le point de fonctionnement se modifie
par déplacement sur une nouvelle courbe caractéristique du compresseur.

C'est le mode de régulation le plus souvent rencontré dans les turbocompresseurs.


Manuel de formation : EXP-SE170-FR
Dernière Révision: 20/07/2009 Page 135 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

7. REGLEMENTATON SUR LES GAZ A EFFET DE SERRE


Nous nous posons tous (plus ou moins) des questions sur les fluides utilisés dans les
systèmes de réfrigération quant aux conséquences sur l’environnement si relâché dans
l’atmosphère.

Voici ci après un « commentaire » sous forme de FAQ (Foire Aux Questions) établi
courant 2007 par l’EPPE « European Partnership for Energy and the Environment » sur
le règlement européen F- Gaz.

EPEE est un groupe de sociétés impliquées dans le développement et la fabrication


d’équipements qui s’appuient sur les fluides frigorigènes HFC pour des applications de
réfrigération, de chauffage et de conditionnement d’air où l’efficacité énergétique et la
sécurité sont des éléments cruciaux.

HVAC peut être complété par la lettre ‘R’ pour donner HVACR : Heating, Ventilating, Air
Conditioning, Refrigeration

7.1. ASPECTS GENERAUX

7.1.1. Qu’est-ce que des gaz fluorés ?

Les gaz fluorés (hydrofluorocarbures (HFCs), perfluorocarbures (PFCs) et hexafluorure de


soufre (SF6)) sont des gaz nouveaux et de sécurité, utilisés dans bon nombre
d’applications industrielles en froid, air conditionné, mousse d’isolation, systèmes
d’extinction incendie, boîtiers de connexion électrique et bien d’autres systèmes.

Les gaz fluorés ont remplacé les CFC et HCFC destructeurs de la couche d’ozone dans
les années 90. Ils ne sont pas destructeurs de la couche d’ozone, sont faiblement toxiques
et la plupart sont ininflammables. Cependant, ils ont un potentiel de réchauffement global
(PRG ou GWP en anglais) relativement élevé.

7.1.2. Qu’est ce que le règlement Européen F- Gaz ?

Le règlement F- Gaz ou “règlement du parlement Européen et du Conseil sur certains gaz


fluorés” est un instrument législatif qui est directement applicable (ie. sans besoin de
mesures de transposition) à tous les membres de l’Union Européenne.

Après presque trois ans de négociations intenses entre la Commission Européenne, le


Parlement Européen, les États Membres, l’industrie et les ONG, le règlement a été
finalement adopté au cours de la première moitié de 2006.

Le règlement détaille des exigences de confinement, un calendrier de contrôle des fuites


des équipements, la formation et la certification des personnels manipulant les gaz fluorés.
Manuel de formation : EXP-SE170-FR
Dernière Révision: 20/07/2009 Page 136 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

Il prévoit également un schéma de rapport pour les producteurs, importateurs,


exportateurs et vendeurs de ces gaz, et comprend des interdictions sélectives pour des
utilisations émissives et de peu d’importance sociétale.

7.1.3. Quel est l’objectif du règlement F- Gaz ?

L’objectif du règlement est de réduire les émissions de gaz fluorés couverts par le
protocole de Kyoto, c. à d. les HFC, PFC, et le SF6. Afin d’atteindre ces objectifs, le
règlement s’occupe :

du confinement, de l’utilisation, de la récupération et de la destruction des HFC,


PFC et SF6;

de l’étiquetage et de la mise au rebut de produits et équipements contenant ces gaz

des rapports d’information sur ces gaz;

du contrôle de certaines utilisations de ces gaz;

de la mise en oeuvre de l’interdiction de mise sur le marché de certains produits et


équipements ;

de la formation et de la certification de personnels et sociétés impliqués dans les


activités couvertes par ce règlement;

7.1.4. Quels gaz sont couverts par le règlement européen ?

Les gaz couverts par le règlement Européen sont appelés gaz fluorés HFC, PFC et SF6.

7.1.5. Qu’interdit le règlement ?

Le règlement interdit-il l’utilisation de certains gaz dans le futur? Le règlement interdit-il la


production d’équipements utilisant des gaz fluorés dans le futur ?

Le règlement impose l’interdiction de certaines applications de gaz fluorés. Ces


interdictions sont jugées appropriées car il existe des alternatives viables et l’amélioration
du confinement et de la récupération ne sont pas faisables. C’est pourquoi la mise sur le
marché de ces produits et équipements est incompatible avec les objectifs et
l’engagement de l’Europe et de ses États Membres envers les changements climatiques.

Le tableau ci-dessous fournit les types de gaz / applications qui seront interdites et leur
date d’interdiction.

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 137 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

Date
Gaz à effet de serre Produits et équipements
d’interdiction
Gaz à effet de serre fluorés Articles chaussants 4 juillet 2006

Gaz à effet de serre fluorés Conteneurs non réutilisables 4 juillet 2007


Hydrofluorocarbones et Systèmes à évaporation directe non
4 juillet 2007
perfluorocarbones confinés contenant des réfrigérants
Systèmes de protection l’incendie et
Perfluorocarbones 4 juillet 2007
extincteurs
Gaz à effet de serre fluorés Pneumatiques 4 juillet 2007

Gaz à effet de serre fluorés Fenêtres à usage domestique 4 juillet 2007

Gaz à effet de serre fluorés Autres fenêtres 4 juillet 2008


Mousses mono composants, sauf si
l’utilisation est nécessaire pour
Gaz à effet de serre fluorés 4 juillet 2008
satisfaire aux normes de sécurité
nationale
Hydrofluorocarbones Aérosols fantaisie 4 juillet 2009

Table 15: Date d’interdiction de gaz HFC suivant la réglementation F - Gaz

Néanmoins, ces interdictions ne s’appliquent qu’aux produits et équipements fabriqués


après la date d’interdiction.

De plus l’utilisation du SF6 dans le moulage de magnésium est interdite à partir du 1er
janvier 2008, si la quantité de SF6 utilisée est supérieure à 850 kg par an. L’utilisation du
SF6 pour le gonflage des pneus de véhicules est interdite dès le 4 juillet 2007.

Cela signifie que l’utilisation de gaz fluorés dans tous les autres produits et équipements
reste légale. Cependant, si un État membre a adopté des mesures plus strictes avant le
31 décembre 2005 (ce qu’ont fait l’Autriche et le Danemark), ces mesures plus strictes
peuvent rester en place jusqu’au 31 décembre 2012. Elles doivent néanmoins être
notifiées par l’État Membre à la Commission Européenne avant le 4 juillet 2007 et être
compatibles avec le traité de l’Union Européenne.

7.1.6. Quels aspects de l’utilisation des gaz fluorés son-ils réglementés?

En principe le règlement ne s’occupe pas des gaz fluorés en terme de production et mise
sur le marché. Il contrôle leur utilisation. Les différents points couverts sont le
confinement, la récupération, la formation et la certification du personnel qui manipule ces
gaz, les rapports sur les importations, exportations et utilisations de ces gaz, l’étiquetage
des équipements et le contrôle de l’utilisation et de la mise sur le marché des équipements
contenant des gaz fluorés.

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 138 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

Le règlement prévoit également la publication d’un rapport basé sur le retour d’expérience
de son application d’ici le 4/07/2011.

7.1.7. La situation danoise et autrichienne.

Il y a eu de nombreuses discussions et spéculations sur la situation danoise et


autrichienne. Qu’en est-il maintenant? Le règlement s’applique-t-il également là-bas?

L’Autriche et le Danemark ont rédigé leur propre réglementation qui interdit l’utilisation des
gaz fluorés à effet de serre avant l’entrée en vigueur de la F- Gaz. Leur législation
nationale est en conflit avec certaines dispositions du règlement européen. Cependant,
aux termes d’un compromis politique, une disposition a été introduite dans le règlement
autorisant les États membres à garder leur législation nationale plus stricte si elle a été
adoptée avant le 31/12/2005.

Mais cette législation plus stricte doit être notifiée à la Commission Européenne avant le 4
juillet 2007 et être compatible avec le traité européen pour être autorisée. En tous les cas,
ces mesures plus strictes nationales ne peuvent être maintenues que jusqu’au 31
décembre 2012.

7.1.8. L’entrée en vigueur du règlement

Je suis perdu quand à l’entrée en vigueur de ce règlement. Quand intervient-elle ?

Le règlement est entré en vigueur le 4 juillet 2006. Par contre, la plupart des dispositions
ne prennent effet qu’au 4 juillet 2007, à l’exception de quelques interdictions soulignées à
la question 5 qui étaient applicables dès le 4 juillet 2006.

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 139 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

7.2. OBLIGATIONS

7.2.1. Quelles obligations changent à travers de ce règlement ?

En tant qu’importateur / fabricant / utilisateur / revendeur / etc. d’équipements basés


sur les F - Gaz, quelles obligations changent à travers ce règlement?

Avec ce nouveau règlement vous devez satisfaire à des obligations que vous n’aviez pas
au préalable, en particulier pour le confinement des F- Gaz et leur récupération dans les
équipements, ainsi que pour leur étiquetage et la qualification minimale des personnels de
maintenance et d’exploitation.

Confinement

Les opérateurs doivent mettre en place toute mesure possible tendant à prévenir les fuites
de F- Gaz et réparer toute fuite aussi rapidement que possible des équipements de froid,
conditionnement d’air et pompes à chaleur. De plus, les opérateurs d’installations fixes
contenant plus de 3kg de F- Gaz doivent tenir un registre des types et quantités de F- Gaz
installés, entre autres.

Récupération

A partir du 4 juillet 2007, les opérateurs sont responsables de la mise en place de la


récupération correcte des F- Gaz par du personnel certifié dans les circuits d’équipement
de froid, air conditionné et pompes à chaleur pour en assurer leur recyclage, régénération
ou destruction; pour les équipements contenant des solvants à base de F- Gaz ou pour les
systèmes d’extinction d’incendie et de boîte de connexion de haut voltage..

Étiquetage

A partir du 4 juillet 2007, les équipements mis sur le marché doivent avoir une étiquette
indiquant le nom du F- Gaz et une mention claire que ce produit contient un gaz à effet de
serre fluorés et sa quantité. Des informations sur les F- Gaz, comme son pouvoir de
réchauffement global, devront être mises dans la notice de ces produits et équipements.

Les fabricants, revendeurs et installateurs d’équipements doivent considérer qui doit faire
l’étiquetage, en gardant à l’esprit que les étiquettes doivent être indélébiles et apposées
lors de la mise sur le marché, mais que les exigences qui s’y rapportent peuvent en être
déterminées avant.

Ceux responsables des notices accompagnant le matériel devront s’assurer que les
informations sur les gaz fluorés et leur potentiel de réchauffement global y sont inscrites.

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 140 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

Qualification minimale pour le personnel de conduite et maintenance

Le règlement fixe des conditions minimales et une reconnaissance mutuelle de la société


et de son personnel impliqué dans l’installation, la maintenance et l’entretien des
équipements et systèmes contenant des F- Gaz ainsi que pour le personnel en charge du
confinement et de la récupération.

Interdictions

Quelques utilisations spécifiques de F- Gaz et de produits contenant des F- Gaz sont


contrôlées ou interdites par le règlement. Elles couvrent l’utilisation de l’hexafluorure de
soufre pour le moulage sous pression de magnésium, l’utilisation de certains F- Gaz dans
des bouteilles non rechargeables, la mise à l’air directe non confinée pour des systèmes
contenant des fluides frigorigènes, les systèmes de lutte contre l’incendie, les pneus, et les
mousses mono composants, entre autres.

7.2.2. Qu’est-ce qui change pour l’importateur / producteur ?

En tant qu’importateur / producteur, etc. de gaz fluorés, quelles obligations


changent à travers ce règlement ?

Avec l’entrée en vigueur du nouveau règlement vous devez satisfaire à des obligations
que vous n’aviez pas au préalable :

Il y a des obligations de rapport pour les producteurs, exportateurs et importateurs


de gaz fluorés.

Il y a des obligations d’étiquetage pour les bouteilles et les conteneurs de gaz


fluorés au delà de celles existantes dans la directive Équipements sous pression
(nom chimique et quantité du gaz). De plus il doit être mentionné que la
bouteille/conteneur contient du gaz à effet de serre couvert par le protocole de
Kyoto. Enfin la mention du PRG (GWP en anglais) du gaz fluoré peut être exigée
sur les documents d’accompagnement lors du transport – cette exigence devant
être décidée par la Commission.

La mise sur le marché de conteneurs non rechargeables avec des gaz à effet de
serre fluorés est interdite à partir du 4 juillet 2007 (voir le tableau dans la réponse à
la question 6.1.5

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 141 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

7.2.3. Le confinement

J’ai entendu dire que le confinement est un des aspects clés de ce règlement. Que
dois-je faire pour éviter toute sorte de fuite?

Dans les industries du froid, du conditionnement d’air et des pompes à chaleur, les
opérateurs d’équipements fixes contenant des HFC doivent utiliser tous les moyens qui
sont techniquement possibles et n’entraînent pas de coûts disproportionnés pour éviter les
fuites de ces gaz et réparer aussitôt toute fuite détectée.

Quelles sont les exigences de contrôle de fuite ?

Des contrôles de fuite manuels et périodiques doivent être effectués par du personnel
certifié avec les intervalles suivants:

Systèmes contenant >3kg de F- Gaz (sauf systèmes hermétiques <6kg) – un


contrôle tous les 12 mois.

Systèmes contenant >30kg de F- Gaz, un contrôle tous les 6 mois

Systèmes contenant >300kg de F- Gaz, un contrôle tous les 3 mois.

En cas de fuite, les systèmes doivent être contrôlés dans le mois qui suit la détection et la
réparation de cette fuite pour s’assurer de l’efficacité de la réparation.

« Contrôle de fuite » signifie que l’équipement ou le système doivent être contrôlés en


utilisant une méthode de mesure directe ou indirecte qui se focalise sur les points
susceptibles de fuir. Les méthodes directes et indirectes seront détaillées dans les
exigences standard qui doivent être publiées par la commission d’ici la mi- 2007.

En tête de ces exigences pour le contrôle de fuite manuel, les opérateurs de systèmes
contenant plus de 300kg de gaz fluoré doivent installer un système de détection de fuite
fixe qui devra être vérifié une fois par an. Quand un système de détection fixe approprié
est mis en place pour des systèmes contenant plus de 30kg de gaz fluoré, la fréquence
des contrôles de fuites manuels est divisée par deux.

Les opérateurs d’équipements contenant plus de 3kg de gaz à effet de serre fluoré doivent
tenir un registre des quantités et types de gaz à effet se serre installés, des quantités
ajoutées, récupérées au cours de la maintenance et lors du démantèlement final. Ils
doivent également relever toute information utile y compris le nom de l’entreprise et du
technicien qui a effectué les opérations de maintenance ainsi que les dates et résultats
des contrôles réalisés et les informations pertinentes sur chaque équipement fixe.

Ces registres doivent être mis à la disposition des autorités compétentes et de la


Commission.

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 142 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

Ai-je besoin de détecteurs de fuite? Influencent-ils la fréquence des contrôles


externes ?

Les techniciens ont besoin d’une méthode valable pour détecter des fuites d’une
installation contenant des F- Gaz. Toute installation de plus de 300kg doit avoir un
système de détection d’ambiance fixe. Ces systèmes doivent être vérifiés une fois par an.

Comme indiqué dans la réponse à la question précédente 6.2.4, lorsqu’un système de


détection fixe est installé pour une installation de plus de 30kg de gaz à effet de serre
fluoré, la fréquence de contrôle de fuite manuel peut être divisée par deux. En tout état de
cause le détecteur manuel de fuite est obligatoire pour LOCALISER PRECISEMENT LA
FUITE une fois celle-ci détectée par un détecteur fixe.

Suis-je responsable de la récupération des gaz fluorés? Si oui, dois-je utiliser du


personnel extérieur ou mon personnel peut-il intervenir ?

Les responsables de la récupération des gaz fluorés sont :

Les opérateurs de circuits de froid, air conditionné et pompes à chaleur

Les opérateurs d’équipements contenant des solvants à base de gaz fluorés

Les opérateurs de systèmes de protection et d’extinction d’incendie

Les opérateurs de boîtiers de connexion de haut voltage (disjoncteurs HT).

Un opérateur est défini comme « une personne exerçant naturellement ou légalement


autorité sur le fonctionnement technique de l’équipement ou du système ».

Les opérateurs doivent mettre en place des procédures pour la récupération correcte et la
destruction des gaz fluorés contenus dans ces équipements par du personnel certifié.
Lorsqu’une bouteille rechargeable ou non arrive en fin de vie, la personne l’utilisant à des
fins de transport ou stockage est responsable de la mise en place de procédures pour la
récupération des fluides résiduels.

Les gaz fluorés contenus dans d’autres produits et équipements, y compris les
équipements mobiles (en dehors d’utilisation à des fins militaires) doivent être récupérés
par du personnel qualifié spécifiquement dans la mesure où cela est techniquement
faisable et n’entraîne pas de coûts disproportionnés.

Quand faut-il récupérer les gaz fluorés ?

La récupération des gaz fluorés pour recyclage, régénération ou destruction doit être
effectuée avant la mise au rebut de l’équipement et si nécessaire au cours des opérations
de maintenance et d’entretien. Les Gaz fluorés ne doivent pas être libérés dans
l’atmosphère.

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 143 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

7.2.4. Les obligations de rapport

J’ai compris que l’industrie devra satisfaire à des obligations de rapport. Quelles
sont–elles ? A qui faut-il rendre compte? Que dois-je rapporter? Qu’advient-il des
données que je communique ?

Au titre de la F- Gaz, seule la tenue de registres sur l’utilisation des gaz fluorés est exigée
(chargés dans les systèmes, récupérés des systèmes, etc.). Ces registres doivent être
mis, sur demande, à disposition des autorités des États Membres et de la Commission.

Les détails seront fixés par chaque État Membre. Vous devez contacter l’autorité
compétente ou votre syndicat dans votre propre pays pour plus d’information.

Dans le cas particulier des producteurs et importateurs de gaz fluorés les exigences
suivantes de rapport sont fixées :

Au 31 Mars 2008 et tous les ans ensuite, chaque producteur, importateur ou exportateur
de gaz fluorés doit communiquer à la Commission (et aux autorités compétentes de l’État
Membre concerné) par un rapport écrit, les éléments suivants concernant l’année civile
écoulée :

a) Chaque producteur qui produit plus d’une tonne de gaz fluorés à effet de serre par an
communiquera :

1. Sa production locale de chaque gaz fluoré dans la Communauté, en identifiant les


principales catégories d’application dans lesquelles les substances seront probablement
utilisées (tel que climatisation automobile, air conditionné, mousses, aérosols,
équipements électriques, solvants ou protection incendie)

2. Les quantités de chaque gaz fluoré qu’ils ont mis sur le marché dans la
Communauté et

3.. Toutes les quantités de chaque gaz fluoré recyclées, régénérées ou détruites.

b) Chaque importateur qui importe plus d’une tonne de gaz fluorés par an, y compris les
producteurs qui importent, communiquera :

1. La quantité de chaque gaz fluoré qu’ils ont importé ou placé sur le marché dans la
Communauté, en identifiant séparément les catégories principales d’utilisation (tel que
climatisation automobile, froid, conditionnement d’air, mousses, aérosols, équipements
électriques, fabrication de semi conducteurs)

2.. Toutes les quantités de chaque gaz fluoré à effet de serre qu’ils ont importé pour
recyclage, régénération ou destruction.

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 144 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

c) Chaque exportateur qui exporte plus d’une tonne de gaz fluoré à effet de serre par an,
y compris les producteurs qui exportent, communiquera :

1.. Les quantités de chaque gaz fluoré à effet de serre qu’ils ont exporté de la
Communauté,

2. Toute quantité de chaque gaz fluoré à effet de serre qu’ils ont exporté pour
recyclage, régénération ou destruction.

Le format précis des rapports sera fixé par le Commission Européenne avant le 4 juillet
2007. La Commission prendra les mesures appropriées pour protéger la confidentialité
des informations recueillies.

7.2.5. Les exigences d’étiquetage

Le règlement impose des exigences d’étiquetage. Dois-je étiqueter les produits que
je vends ?

Les produits et équipements suivants doivent porter une étiquette indiquant le nom
chimique du gaz fluoré à effet de serre qu’ils contiennent. L’étiquette doit clairement
indiquer que le produit ou équipement contient des gaz fluorés à effet de serre couverts
par le protocole de Kyoto et leur quantité.

1. Produits et équipements de froid qui contiennent du perfluorocarbure ou des


préparations contenant du perfluorocarbure.

2. Produits et équipements de froid et air conditionné (autres que ceux de véhicules


automobiles), pompes à chaleur, systèmes de protection et extinction d’incendie, si le
type de produit ou équipement contient des hydrofluorocarbures ou des préparations
contenant des hydrofluorocarbures.

3. Boîtiers de connexion (disjoncteurs HT avec SF6) qui contiennent de l’hexafluorure


de soufre ou des préparations contenant de l’hexafluorure de soufre, et

4. Tous les conteneurs de gaz fluorés à effet de serre.

Où doivent être placées les étiquettes ?

Les étiquettes doivent être claires et indélébiles et placées sur le produit ou l’équipement
en un point proche du point de chargement ou de récupération des fluides fluorés à effet
de serre, ou sur une partie de l’équipement qui contient les gaz fluorés ( vannes
d’expansion thermostatique, etc. ). Les systèmes hermétiques doivent être étiquetés
comme tels.

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 145 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

Comment et où puis-je obtenir l’étiquette ?

Merci de contacter votre syndicat représentant le secteur d’activité d’utilisation de gaz


fluorés pour plus d’informations.

Quand l’obligation d’étiqueter entrera t-elle en vigueur?

Les exigences d’étiquetage, comme la plupart des exigences de ce règlement, sont


applicables à compter du 4 juillet 2007.

7.3. LA FORMATION DU PERSONNEL

Quelles sont les exigences de formation du personnel dans ce nouveau règlement ?

Au 4 Juillet 2007, les exigences minimales pour la formation du personnel et la


qualification des entreprises impliquées dans l’installation, la maintenance et l’entretien
des équipements couverts par ce règlement, seront édictées par l’Europe. Au 4 juillet
2008, sur la base de ces exigences, les États Membres devront établir et adapter leur
propres programmes de formation et certification. Chaque certificat émanant d’un État
membre devra être reconnu par tous les autres États Membres.

L’opérateur doit s’assurer que le personnel possède la certification nécessaire pour


effectuer le suivi, les contrôles, et les récupérations prévues dans ce règlement. Ceci
implique la connaissance des réglementations et normes applicables et les compétences
en matière de prévention des émissions, récupération des fluides fluorés et manipulation
des équipements en fonction de leur type et dimensions.

De plus, à compter du 4 juillet 2009, les entreprises ne pourront prendre livraison de gaz
fluorés que si leur personnel en charge possède le certificat approprié.

Le personnel actuel devra t-il se soumettre à des formations et tests de certification


supplémentaires ?

Dès juillet 2007 l’Europe établira des exigences minimales en matière de formation et
certification du personnel et de l’entreprise impliqués dans l’installation, la maintenance ou
l’entretien des équipements et systèmes. Sur la base de ces exigences, les États
Membres devront établir et adapter leur propres programmes de formation et certification
(d’ici juillet 2008). Ceci s’appliquera également au personnel actuel qui devra le cas
échéant participer à des formations complémentaires.

Le personnel de maintenance doit-il être issu d’une entreprise extérieure ?

Non. Il suffit que le personnel de l’entreprise possède les certificats de formation et la


certification nécessaire.

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 146 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

7.4. AMENDES

Qu’arrivera t-il si je décide de ne pas appliquer le règlement ?

Si un opérateur ou une entreprise ne respecte pas les exigences du règlement et leurs


implications, il sera sujet à des amendes. Le niveau de ces amendes doit être fixé par
chaque État Membre. Cependant, le règlement prévoit que ces amendes doivent être
efficaces, proportionnées et dissuasives

7.5. REVISION DU REGLEMENT

Ce règlement est-il gravé dans la pierre ou peut-il être modifié plus tard ? Si oui, par
quel procédé et qui détermine les modifications ?

Non, le règlement n’est pas figé dans la pierre. Sur la base des progrès dans le
confinement potentiel ou le remplacement de gaz fluorés à effet de serre dans les
systèmes d’air conditionné, autres que ceux des véhicules à moteur, et dans le froid
embarqué, la Commission fera une révision de ce règlement et publiera un rapport le 31
décembre 2007 (au plus tard). Si nécessaire elle accompagnera ce rapport d’un projet de
loi au 21 décembre 2008 pour appliquer les exigences de confinement aux systèmes de
conditionnement d’air, autres que ceux de véhicules à moteur, et aux systèmes de froid
embarqués

De plus, au 4 Juillet 2011, la Commission publiera un rapport basé sur l’expérience tirée
de la mise en oeuvre de ce règlement. Ce rapport examinera un grand nombre d’aspects,
dont :

La mesure de l’impact des différentes exigences sur les émissions de gaz fluorés à
effet de serre et leurs projections futures et examinera la rapport coût efficacité de
ces exigences

L’évaluation des programmes de formation et certification établis par les États


Membres

L’évaluation de l’efficacité des mesures de confinement prises par les opérateurs et


la possibilité de fixer des taux maximums de fuite pour les installation, et

L’évaluation du besoin général d’actions complémentaires par l’Europe et ses États

Membres à la lumière de nouvelles décisions internationales de réduction des


émissions de gaz à effet de serre.

Là où cela semble nécessaire, la Commission peut également proposer un projet de


révision de certaines exigences de ce règlement.

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 147 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

8. ENTRETIEN DE BASE
Le « PFD » représente le principe de climatisation d’une piscine ; ce n’est pas l’application
idéale pour comparer avec les sites pétroliers, soit. Mais, lorsqu’il s’agit de climatiser tout
un bâtiment (en zone tropicale) comportant, les salles techniques électriques,
instrumentation, radio,…, plus les bureaux, plus…, çà « fait du monde » à climatiser.

Figure 133 : Exemple d’installation de climatisation en « PFD »

Pousser donc la porte du local climatisation, ça impressionne de voir la quantité de


matériel. (Bon nombre d’opérateurs, ne vont guère dans la salle technique de la clim…..)

Pourtant, savoir lire un PFD, c’est le rôle d’un opérateur, opérer, contrôler si tout tourne
bien, si les régulateurs sont « en ligne », si les températures, les pressions, ….sont OK.
C’est toujours le rôle de l’opérateur. A ce PFD, rajoutez-y tous les instruments de contrôle,
les transmetteurs, les contrôleurs, les vannes,…etc, çà devient un P&ID, outil principal de
l’opérateur, mais l’opérateur ne s’occupe pas de la climatisation, de la réfrigération sur
« nos » sites.

Les capteurs, les transmetteurs, les boucles de régulation, les vannes de régulation, etc…,
c’est l’instrumentiste qui est spécialiste dans tout çà.

Les automates, les programmations, c’est le spécialiste système qui s’occupe de ça

La distribution électrique puissance et commande, çà, c’est pour l’électricien. Du moment


que cet électricien comprend un schéma électrique, il devrait pouvoir s’en sortir (dans son
Manuel de formation : EXP-SE170-FR
Dernière Révision: 20/07/2009 Page 148 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

domaine). Mais les schémas de (petite) clim (quand ils sont disponibles), sont bien
souvent une mixture instrum + élec + symboles inconnus + mécanique + pneumatique
+…etc.

La tuyauterie (cuivre, acier, PVC), les soudures, le brasage, les raccords, …etc, c’est
l’affaire du plombier…, mais comme il n’y a pas de plombier sur site on demandera au
mécano qui devra aussi s’occuper, si l’installation est importante, de toute la partie
mécanique du matériel de clim. (Compresseurs, échangeurs, ….,alignements des
moteurs, etc.). S’il y a une distribution par gaines, le mécano devra aussi s’occuper de la
« quincaillerie (clanky job) » associée à ce type d’installation (clapets, dampers,
filtres,….etc)

Bref dans la clim, il y en a pour tout le monde et avant tout, celui qui s’occupe de cette clim
doit savoir comment çà marche et avoir assimilé le cycle de réfrigération, soit le
diagramme de Mollien.

Figure 134 : Exemple d’installation de climatisation (B)

Pour faire l’entretien d’un « petite » climatisation telle qu’un split système, vous avez
suffisamment d’indications et d’outils dans les deux cours de ce cursus :

EXP-UT020 « HVAC – Réfrigération » où en fait vous y trouverez plus de


« conseils » sur l’entretien / la maintenance
Manuel de formation : EXP-SE170-FR
Dernière Révision: 20/07/2009 Page 149 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

EXP-SE170, le présent cours, chapitre suivant

Quant à l’entretien d’une installation telle que celle du 2ème « PFD », référez vous aux
manuels opératoires et aux manuels de maintenance et également aux notices d’entretien
(complémentaires, pas forcement dans les manuels de maintenance), çà peut faire
quelques milliers de pages, qu’il est impossible de reproduire ici, avec tous les différents
types de matériels possibles.

Il vous faut prendre toutes les notices de fonctionnement, d’entretien, de régulation, les
schémas de tous les matériels ceci dans les catalogues constructeurs. Il vous faut y
associer les P&ID’s spécifiques de votre site, les schémas électriques et instrumentation
également spécifiques au site, sans oublier les séquences d’automatismes sur API (ou
PLC).

Exemple de notices constructeur

Pour le « Global Chiller » type 30GY de Carrier

Figure 135 : Le « Global Chiller » de chez Carrier

Les notices représentent :


- Installation et fonctionnement : 12 pages
- Entretien, fonctionnement 44 pages
- Régulation 36 pages
- Schémas électriques 17 pages

Total 109 pages, rien que pour un seul élément de réfrigération (courant sur site) et que
en notice constructeur. Vous comprenez pourquoi, vous n’aurez pas plus de détail dans ce
cours sur la maintenance des appareils de clim…

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 150 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

9. CRÉER ET ENTRETENIR SA CLIMATISATION


Nous allons « nous occuper » ici du split system.

Ce type de climatisation est très couramment utilisé sur nos sites que ce soit dans les
bureaux, les logements et les locaux techniques,

Sa fonction principale est d’opérer en réfrigération, mais il faut savoir qu’un split system
peut être réversible et produire du chauffage, s’il est prévu pour cela bien évidemment.

Chez soi, le split system est également présent, l’on aurait même tendance à le préférer
au type « window ».

Ce cours est destiné aux techniciens susceptibles d’entretenir les installations HVAC, mais
aussi aux « autres », les opérateurs par exemple, il doit donc fournir des informations
utiles à l’installation et la maintenance d’une unité de climatisation (split system en
l’occurrence).

En conséquence, si vous décidez de monter et par la suite d’entretenir une clim’, et même
si vous n’êtes pas un spécialiste, voici quelques recommandations / conseils

9.1. INSTALLATION

9.1.1. La sécurité avant tout

IMPORTANT : Tout climatiseur est un équipement électrique qui demande des


précautions très sérieuses de pose pour la sécurité des personnes et la durée prolongée
de l'appareil.

Dans tous les cas, un climatiseur nécessitant une installation doit être posé dans les
règles de l'art ; Si vous savez « comment faire », si vous êtes (plus ou moins) spécialiste,
pas de problème, sinon faites vous aider par un « professionnel ».

Les unités doivent être conformes aux Directives Européennes Basse Tension
(CEE/73/23) et Compatibilité Electro-Magnétique (CEE/89/336). Ceci pour un
site, un endroit régit par les normes européennes.

Vérifier que l'alimentation électrique sur le lieu d'installation est en 230 Volts
(minimum 198 Volts - maximum 264 Volts).

La prise de l'installation doit toujours être munie d'un raccordement à la terre.

Ne pas positionner le climatiseur dans une salle humide, sous de l'eau


s'égouttant (ex : des vêtements pendus pour sécher).

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 151 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

Ne pas utiliser de matériel endommagé. En cas de dysfonctionnement, éteindre


le climatiseur et retirer la prise de courant.

Utiliser votre climatiseur uniquement dans le cadre d'applications agrées :


rafraîchissement, déshumidification, …

Les climatiseurs contiennent un fluide frigorigène. L'entretien du circuit de fluide


frigorigène ne doit être effectué que par une personne connaissant les principes
de la réfrigération, et non pas un « helper » n’y connaissant rien….(comme sur
les sites Total…)

Les climatiseurs contiennent un fluide frigorigène qui demande à être éliminé


selon les prescriptions. Lorsqu'on met le climatiseur au rebut à la fin de sa durée
de vie, il convient de le démonter soigneusement. Acheminer le climatiseur au
centre de déchets approprié pour le recyclage.

Il est conseillé d'installer un disjoncteur magnétique thermique ou un fusible de


sécurité de 16 Ampères en amont de l'interrupteur principal, et ce sur un circuit
spécifique dédié à ce climatiseur ; (et non pas sur un circuit prises de courant)

La présence d'un adulte est requise en cas d'utilisation du climatiseur pour des
enfants ou des personnes handicapées.

Maintenir le climatiseur et sa télécommande hors de la portée des enfants, ce


n’est pas un jouet.

9.1.2. Principes de pose

Un tuyau d'évacuation des condensats (eau produite par condensation de l'air chaud sur
l'échangeur froid) doit être raccordé à l'arrière de l'unité intérieure. En période chaude, un
climatiseur peut produire naturellement plusieurs litres d'eau.

Il faut veiller à ce que cette eau soit évacuée (dans une conduite d'eaux usées ou une
évacuation d'eau de pluie) ou recueillie (par exemple dans un bac à plantes) pour éviter
qu'elle n'occasionne des dégâts.

Sur certaines plateformes, offshore, des circuits de récupération sont installés afin
d’utiliser cette manne d’eau douce.

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 152 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

1 - Châssis panneau avant

2 - Panneau avant

3 - Filtre à air

4 - Grille de soufflage

5 - Ailettes d'orientation du flux d'air

6 - Sonde de température ambiante

7 - Afficheur

8 - Récepteur infrarouge

9 - Télécommande

10 - Gaine de connexion avec l'unité extérieure (tubes


aller/retour du fluide frigorigène + liaison électrique +
isolant thermique)

11 - Câble de connexion

12 - Vannes d'arrêt

Figure 136 : Schéma de principe de pose d'un climatiseur Split system

9.1.3. Déroulement d'une installation

Dans tous les cas, lire et respecter scrupuleusement le manuel d'installation fourni avec
l'appareil.

1 - Fixation du support de l'unité intérieure

Il est important à ce stade, d'avoir vérifié si les


dégagements nécessaires à la bonne marche
du climatiseur ont bien été respectés. L'unité
intérieure doit être parfaitement horizontale.
Faites très attention à l'endroit où percer le
mur pour le passage des gaines (vérifiez
précisément si l'endroit où sort la gaine est à
la bonne place)

Figure 137 : Fixation du support de l’unité


intérieure
Manuel de formation : EXP-SE170-FR
Dernière Révision: 20/07/2009 Page 153 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

2 - Fixation de l'unité intérieure sur son support

Avant de fixer l'unité intérieure sur son


support, vous devez veiller à ce que le tube
d'évacuation des condensats (et non
l’appareil) soit en légère pente de façon à ce
que rien n'entrave l'évacuation.

Figure 138 : Fixation de l’unité intérieure

L’unité intérieure, surtout si elle du type « cassette », montée en plafond est très
probablement équipée d’une pompe pour évacuation des condensats ; voir ci-après

3 - Fixation des supports de l'unité extérieure

Avant de fixer les supports de l'unité


extérieure, veillez à parfaitement positionner
ces supports par rapport à la sortie des gaines
à travers le mur. Les supports doivent être
fixés parfaitement à l'horizontale.

Figure 139 : Fixation des supports de l’unit é


extérieure

4 - pose de l'unité extérieure

L'unité extérieure doit être posée sur des


silentblocs amortissant les vibrations du
compresseur, que l’unité soit posée murale
(comme la figure) ou posée au sol (sur socle
béton). Il ne vous reste plus qu'à raccorder la
liaison frigorifique sur l'unité extérieure, les
câbles électriques sur le bornier et l'évacuation
des condensats à l'endroit le plus approprié.

Si la liaison frigorifique est trop longue, vous


pouvez (comme sur cet exemple) faire une
couronne derrière l'unité extérieure pour
compenser l'excédent de longueur.

Figure 140 : Fixation / mise en pace de l’unité


extérieure
Manuel de formation : EXP-SE170-FR
Dernière Révision: 20/07/2009 Page 154 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

Avant la mise en route, vous devrez actionner les vannes permettant au fluide frigorigène
de circuler. Dans certains cas, vous devrez faire une purge de l'air présent dans le tube de
liaison frigorifique selon une procédure précise indiquée dans le manuel de pose.

ATTENTION: les nouveaux climatiseurs fonctionnant avec des fluides écologiques ont une
charge interne d'environ 40 bars. Une installation incorrecte peut provoquer une fuite
brutale et dangereuse (risque d'explosion).

Ceci suppose un circuit de liquide frigorigène déjà chargé. Dans le cas, où il faut emplir les
canalisations (et les appareils), voir le cours EXP-UT020 et le paragraphe sur ce sujet ci
dessous.

5 - Raccordement de la liaison frigorifique

Figure 141 : Conduites pré isolées pour les installations de climatisation

Les tubes frigorifiques doivent être parfaitement raccordés avec leurs homologues sortant
de l'unité intérieure et passant à travers le mur.

Certains fabricants fournissent des tubes de liaison préchargés en fluide frigorigène (je
n’en ai jamais vu et ça ne doit pas être évident à mettre en œuvre…), des raccords
rapides pour la connexion, d'autres non (collets battus, compresseurs surchargés...).

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 155 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

Figure 142 : L’écrou de raccordement fiable entre les tubes pré-isolées et les unités Split.

Il est plus « rigoureux » d’utiliser des conduites pré-isolées que d’installer des tubes cuivre
et les isoler par la suite, d’ailleurs, dorénavant l’on n’installe pratiquement que des
conduites pré-isolées, comme sur l’exemple de la figure. L’isolant est généralement à
base de « mousse » polyéthylène et aussi (maintenant) de la couleur que vous voulez…

Quant aux raccordements, vous pouvez utilisez le principe « archaïque » du collet –battu,
ou les raccords à compression et/ou les « nouveaux systèmes comme sur la figure

Voir le cours EXP-UT020 pour les détails quant au matériel et méthodes pour les
raccordements.

6 - Raccordement de la pompe d’évacuation des condensats

La pompe est mise automatiquement en service et hors service par un contacteur de


niveau (contacts LSH et LSL).

Si votre unité plafonnier se met « à pleuvoir », c’est que le contact de niveau est grippé,
cela arrive (relativement) souvent. Il ne faut surtout pas oublier de contrôler, nettoyer ce
système de niveau lors de la simple maintenance de nettoyage.

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 156 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

Figure 143 : Raccordement de la pompe d’évacuation des condensats

A : Tube d’aspiration annelé Ø 16


mm

B : Tube translucide Ø 7 mm

C : Pompe de relevage des


condensats

D : Tube de refoulement Ø 7 mm
intérieur (3m fourni avec le kit)

E : Détecteur de niveau d’eau

Figure 144 : Circuit de la pompe d’évacuation des condensats

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 157 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

9.2. CONSEILS DE POSE

9.2.1. Choix de l'emplacement

Évitez l'exposition aux sources de chaleur, d'humidité, de vapeurs d'huile ou de


polluants.

Cherchez l'emplacement qui assure la meilleure répartition de l'air dans la pièce.

Placez le groupe extérieur au plus près de l'unité intérieure.

Pensez à l'évacuation des condensats avant de choisir l'emplacement.

Figure 145 : Choisir un endroit approprié pour l’unité intérieure

Éviter tout obstacle devant la diffusion d'air ainsi que devant la reprise d'air

Ne pas placer l'unité en plein soleil ou


la placer près d'une source de chaleur

Ne pas placer dans un endroit soumis


à des ondes à haute fréquence.
Attention dans les salles radios, les
salles instruments

Figure 146 : Attention aux ondes à haute


fréquence

9.2.2. Raccordement du conduit de condensats

Éviter de raccorder le tuyau des condensats au tout-à-l'égout sans un siphon


adapté. Respecter une pente adaptée à la pression de refoulement.

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 158 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

Veillez à raccorder parfaitement l'évacuation des condensats et de ne pas faire de


contre-pente à l'évacuation.

Figure 147 : Installer convenablement le conduit d’évacuation des condensats

9.2.3. Raccordements conduites de fluide et électriques

Figure 148 : Raccorder convenablement conduits de fluide et câbles électriques


Manuel de formation : EXP-SE170-FR
Dernière Révision: 20/07/2009 Page 159 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

Attention de ne pas écraser les conduites lors de l'installation.

Éviter toute dénivellation excessive entre l'unité intérieure et extérieure (voir le


manuel d'installation stipulant les longueurs et dénivellement maximum))

Attention aux branchements électriques mal serrés.

NE PAS DEBRANCHER LES CONDUITES DE FLUIDE FRIGORIGENE UNE FOIS


L'INSTALLATION TERMINEE. (si ; il y en a qui l’on fait !)

De manière générale, évitez les coudes et les longueurs excessives entre les deux
unités du split system (voir le manuel d'installation)

9.2.4. Emplissage de fluide frigorigène

Tout est installé, raccordé mais l’air et l’humidité qui restent à l’intérieur du système de
réfrigération (conduits et appareils), et si on les laisse à l’intérieur (en plus du réfrigérant)
auront des effets indésirables suivants.

La pression dans l’installation augmente.

Le courant d’exercice augmente.

L’efficacité réfrigérante (ou de chauffage) diminue.

L’humidité dans le circuit réfrigérant peut geler et bloquer les petits tuyaux
capillaires.

L’eau peut conduire à des phénomènes de corrosion des composants dans


l’installation réfrigérante.

Par conséquent les groupes interne et externe et les tuyaux placés entre groupe interne et
groupe externe doivent être vérifiés pour des fuites et nettoyés / drainés pour enlever
les éléments non condensant et l’humidité du système, et ensuite seulement chargés en
fluide frigorigène.

Voir également le cours EXP-UT020

Préparation

Vérifiez que chaque tuyau (les tuyaux latéraux du gaz et ceux du liquide) entre groupe
interne et groupe externe ont bien été branchés correctement et que tous les câblages
nécessaires à la vérification ont été effectués. Enlevez les capuchons des vannes de
service aussi bien du côté gaz (haute pression) que liquide (basse pression) sur le groupe
externe. Prenez note du fait que les deux vannes de service des côtés gaz et liquide sont
fermées.

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 160 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

9.2.4.1. Test pour les fuites

1. Branchez la vanne manomètre (le manifold avec les indicateurs de pression) et la


bouteille de gaz azote à l’ouverture de service avec les tuyaux de charge comme
indiqué sur le dessin.

Figure 149 : Tester pour les fuites et remplir de réfrigérant

La vanne (le robinet) “Hi” (pour High Pressure) du manifold doit toujours être fermée.
Manuel de formation : EXP-SE170-FR
Dernière Révision: 20/07/2009 Page 161 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

2. Mettez l’installation sous pression à moins de 10 bar avec le gaz azote, en ouvrant
(lentement) la vanne LO (pour Low pressure), laissez pressuriser et fermez la vanne
de la bouteille quand le manomètre indique cette pression de 10 bar. Ensuite, contrôlez
les fuites éventuelles avec du savon liquide.

Attention: Pour éviter que l’azote entre dans l’installation réfrigérante à l’état liquide, la
partie supérieure de la bouteille doit être plus en haut que son fond quand vous mettez
l’installation sous pression, la bouteille doit être utilisée en position verticale. (c’est
parce que l’on a déjà vu de telles utilisations que c’est spécifié…)

3. Effectuez un test pour les fuites sur tous les joints des tuyaux (internes et externes) et
sur les robinets de service côté gaz et côté liquide. Des bulles indiquent une fuite.
Faites attention d’éliminer le savon avec un chiffon propre.

4. Une fois que vous aurez vérifié l’absence de fuites dans l’installation, diminuez la
pression de l’azote en desserrant le connecteur du tuyau flexible de charge sur la
bouteille. Quand la pression de l’installation est normale de nouveau, débranchez le
tuyau flexible de la bouteille. (Il n’y a aucun problème pour le renvoi d’azote dans
l’atmosphère…)

9.2.4.2. Mise en vide

Dessin parti droit de la figure 148 (tester pour les fuites et remplir de réfrigérant)

1. Branchez l’extrémité du tuyau flexible de charge, précédemment raccordé à la bouteille


d’azote, à la pompe à vide pour évacuer l’air et le reste (humidité, impuretés,…) des
tuyaux et des groupe interne et externe.

Vérifiez que la vanne “Lo” (Low pressure) du manifold soit ouverte, la


vanne “Hi” (High pressure) fermée. Puis faites fonctionner la pompe à vide.

Le temps de fonctionnement varie selon la longueur des tuyaux, la taille des unités et
la capacité de la pompe.

Laissez fonctionner la pompe jusqu’à ce que le vide soit fait dans le système jusqu’à
500 microns. Laissez la pompe fonctionner pendant encore quelques minutes.

1 Micron = 10 -6 m ou 1/1000mm ici en pression de mercure en valeur abolue

2. Arrêtez la pompe, isolez la (avec une vanne) et laissez les connexions fixées sur les
deux robinets de service. Après 5 minutes, si le système n’arrive pas à maintenir ces
500 microns ou moins, revérifiez si toutes les connexions sont bien ajustées / serrées
et répétez la procédure de mise en vide

3. Quand le vide désiré est atteint, que le vide « tient » cinq minutes, on peut passer au
remplissage de réfrigérant

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 162 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

Il est possible de débrancher la pompe à vide, en laissant les robinets Hi et Lo fermés


bien entendu, et d’amener par la suite une bouteille de réfrigérant, mais il préférable
d’utiliser un montage comme ci-dessous pour faire le vide et remplir de réfrigérant
«dans la foulée».

Dans ce cas, lorsque le vide est atteint et tient suffisamment, toutes les vannes étant
fermées, il suffit de rouvrir les vannes vers la bouteille de réfrigérant en « craquant »
la dernière vanne pour emplir les circuits jusqu’à la pression recommandée (fonction
du réfrigérant et du niveau de réfrigération).
Par la suite, lorsque le système a été mis en route, il sera toujours possible de rajouter
du fluide réfrigérant en principe de côté basse pression.

Voir le cours EXP-UT020 chapitre 10 & 12 pour les « détails » et caractéristiques de


charge.

Figure 150 : Faire le vide et charger le réfrigérant

Pour la mise en service et les paramètres de fonctionnement, voir également le cours


EXP-UT020

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 163 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

9.3. MAINTENANCE SPLIT SYSTEME

9.3.1. Entretien

Pour assurer un fonctionnement sain de votre climatiseur, il est nécessaire de procéder à


un entretien régulier.

IMPORTANT: avant tout entretien, vous devez


débrancher / isoler l'alimentation électrique de votre
climatiseur.

Figure 151 : Nettoyage de la « carrosserie »

Pour nettoyer l'unité intérieure, ne pas utiliser de solvants ou détachants ménager. Un


nettoyage régulier de la carrosserie de l'unité intérieure avec un chiffon sec ou avec un
chiffon ou une éponge humide si elle est très sale est suffisant pour maintenir son aspect.

Un nettoyage très régulier (tous les 15 jours) du filtre à air évite une accumulation de
poussières et particules qui altèrent le rendement et les qualités d'hygiène de l'air brassé
par l'unité intérieure.

La plupart des modèles s'ouvrent sur leur face


avant pour laisser l'accès aux filtres.

Figure 152 : Ouverture de l’unité pour accès


aux filtres

Les filtres à air classiques piègent les macro - particules et poussières dans leurs fibres.

Ils sont très facilement lavables à l'eau savonneuse (ou au lave-vaisselle chez soi) et
doivent être soigneusement rincés et séchés avant de les remettre en place.

Certains modèles disposent en plus de filtres piégeant les micro - particules et même les
odeurs (filtres à charbon actif).

Le remplacement de ces filtres est indiqué et


préconisé par le fabricant dans le manuel d'utilisation
du climatiseur

Figure 153 : Nettoyage et/ou remplacement des


filtres

Et n’oubliez pas le système pompe à eau / LSH, si


l’unité en comporte un

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 164 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

9.3.2. Dépannage - diagnostic

Le manuel d'utilisation de votre climatiseur décrit les procédures à suivre en cas de panne.
Cependant, le petit guide ci-dessous vous aidera à établir un premier diagnostic.

Possibilités typiques de panne


:
Les voyants clignotent de façon inhabituelle

Le fusible ou le disjoncteur saute ou se déclenche souvent

Objets ou liquides pénétrés dans le climatiseur

La télécommande ne fonctionne pas ou de façon incorrecte

Le climatiseur ne démarre pas

1 - Vérifier le fusible et le disjoncteur


2 - Vérifier que le courant arrive bien à la prise
3 - Remplacer les piles de la télécommande (piles hors d'usage)
4 - Vérifier les faux contacts de la télécommande
5 - Effacer la programmation (horaire programmé de façon incorrecte)
6 - Vérifier le mode de fonctionnement choisi et la température (la température est
suffisante par rapport à celle programmée)
7 - Vérifier le bon branchement du câble de commande de l'unité extérieure
8 - Vérifier que rien n'entrave le fonctionnement de l'unité extérieure.

L'unité ne refroidit pas (ou ne réchauffe pas)

1 - Vérifier le mode de fonctionnement (programmation incorrecte)


2 - Filtre à air obstrué (nettoyer le filtre)
3 - Portes ou fenêtres ouvertes
4 - Vérifier que rien n'obstrue l'entrée ou la sortie d'air de l'unité extérieure
5 - La protection thermique du compresseur s'est peut-être déclanchée (attendre le
refroidissement du compresseur)

De l'eau suinte sous l'unité extérieure

1 - Vérifier le bon raccordement de l'évacuation des condensats


2 - Vérifier que l'unité intérieure n'est pas inclinée (contre-pente)
3 - Vérifier que l'évacuation n'est pas obstruée
4 – Vérifier le système automatique d’évacuation (pompe et LSH / LSL)

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 165 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

10. GLOSSAIRE

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 166 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

11. SOMMAIRE DES FIGURES


Figure 1 : Le confort technique de la clim ............................................................................9
Figure 2 : Clim = silence, dans les bureaux et ailleurs.......................................................10
Figure 3 : De l’hygiène pour tous les locaux climatisés .....................................................10
Figure 4 : Les appareils de clim peuvent être esthétiques .................................................11
Figure 5 : Climatisation avec distribution tout air ...............................................................16
Figure 6 : Distribution tout air avec terminaux à induction .................................................16
Figure 7 : Le tout air à débit constant ................................................................................17
Figure 8 : Le tout air à débit constant et à induction ..........................................................17
Figure 9 : Le tout air à débit variable .................................................................................18
Figure 10 : Le tout air à débit variable et à induction .........................................................18
Figure 11 : Batteries d’induction à 4 ou 2 tubes.................................................................19
Figure 12 : Batteries d’induction statiques .........................................................................19
Figure 13 : Récupération amont des condensats ..............................................................19
Figure 14 : Réseau de distribution à équilibrer au niveau des registres ............................21
Figure 15 : La pompe à chaleur récupère l’énergie naturelle.............................................30
Figure 16 : Cycle et principe de la pompe à chaleur..........................................................31
Figure 17 : Rendement d’une pompe à chaleur.................................................................32
Figure 18 : Exemple de rendement de pompe à chaleur ...................................................33
Figure 19 : Cycle pompe à chaleur ....................................................................................34
Figure 20 : Les températures pour une pompe à chaleur ..................................................34
Figure 21 : Mouvement de la vanne d’inversion ce cycle d’un climatiseur réversible ........35
Figure 22 : PAC Air / Air.....................................................................................................36
Figure 23 : Captage en nappe phréatique pour PAC et/ou climatisation réversible...........37
Figure 24 : Captage sol système horizontal.......................................................................38
Figure 25 : Captage sol système vertical ...........................................................................39
Figure 26 : Température sol fonction du mois en Europe ..................................................41
Figure 27 : Les différentes nappes phréatiques.................................................................45
Figure 28 : Type de forages...............................................................................................45
Figure 29 : Fonctionnement avec eaux de surface ............................................................48
Figure 30 : Serpentins dans le sol .....................................................................................49
Figure 31 : Couplage Serpentins et panneaux solaires .....................................................50
Figure 32 : Sonde géothermique .......................................................................................52
Figure 33 : Échange chaleur avec sonde géothermique....................................................52
Figure 34 : Forage géothermique ......................................................................................53
Figure 35 : PAC et panneaux solaires ...............................................................................55
Figure 36 : Le principe du climatiseur de local...................................................................56
Figure 37 : Cycle de fonctionnement .................................................................................56
Figure 38 : Climatiseur mobile monobloc et à unités séparées..........................................57
Figure 39 : Climatiseur type window ..................................................................................58
Figure 40 : Application en split système air / air.................................................................59
Figure 41 : Le système multi - split ....................................................................................59
Figure 42 : Application en multi – split ...............................................................................60
Figure 43 : Principe et image d’un système Roof-top ........................................................60
Figure 44 : Le condenseur extérieur en réfrigération .........................................................61

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 167 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

Figure 45 : Connexions d'un multi split : 3 évaporateurs sont reliés à un condenseur


commun......................................................................................................................61
Figure 46 : Chauffage avec résistance électrique..............................................................62
Figure 47 : Chauffage avec batterie d’eau chaude ............................................................62
Figure 48 : Chauffage en réversible...................................................................................62
Figure 49 : Fonction ventilation..........................................................................................63
Figure 50 : Télécommande de régulation ..........................................................................64
Figure 51 : Cycle de fonctionnement d’un compresseur en tout ou rien ............................64
Figure 52 : Cycle de fonctionnement d’un compresseur en régulation de vitesse .............65
Figure 53 : Distribution type DRV ......................................................................................66
Figure 54 : Distribution type DRV chaud et froid................................................................68
Figure 55 : Contraintes de réalisation en DRV...................................................................68
Figure 56 : Unité extérieure en toiture ...............................................................................69
Figure 57 : Unité extérieure en batteries au sol .................................................................69
Figure 58 : Distribution en « deux tubes » ........................................................................69
Figure 59 : Distribution en « trois tubes » .........................................................................70
Figure 60 : Système à récupération d’énergie avec deux tubes ........................................70
Figure 61 : Unité intérieure classique ................................................................................70
Figure 62 : Unité intérieure et son module de régulation avant la pose de l'habillage .......71
Figure 63 : Les systèmes de régulation .............................................................................71
Figure 64 : Régulation froid seul ........................................................................................72
Figure 65 : Régulation froid ou chaud mode froid ..............................................................73
Figure 66 : Régulation froid ou chaud mode froid ..............................................................73
Figure 67 : Régulation froid et chaud fonctionnement en froid seul ...................................74
Figure 68 : Régulation froid et chaud fonctionnement en « froid majoritaire » ...................74
Figure 69 : Régulation froid et chaud fonctionnement en équilibre ....................................75
Figure 70 : Régulation froid et chaud fonctionnement en « chaud majoritaire » ................75
Figure 71 : Régulation froid et chaud fonctionnement en chaud seul ................................75
Figure 72 : Récupération d’énergie sur boucle d’eau – schéma ........................................76
Figure 73 : Récupération d’énergie sur boucle d’eau – implantation .................................77
Figure 74 : Ventilo –convecteur « décarcassé » ................................................................78
Figure 75 : Apport d’air neuf pour un ventilo - convecteur .................................................78
Figure 76 : Prises d’air sur ventilo convecteur ...................................................................79
Figure 77 : Le ventilo 2 tubes réversibles + 2 fils ...............................................................80
Figure 78 : Ventilo convecteur type cassette en plafond ...................................................80
Figure 79 : Ventilo convecteur avec gaines .......................................................................81
Figure 80 : Caisson de MTA ..............................................................................................82
Figure 81 : Implantation des MTA......................................................................................83
Figure 82 : Régulation des MTA ........................................................................................83
Figure 83 : Système modulaire Hydrosplit .........................................................................84
Figure 84 : Ventilo 2 tubes Installation - Régulation...........................................................86
Figure 85 : Ventilo 4 tubes Installation - Régulation...........................................................87
Figure 86 : Ventilo 2 tubes 4 fils - Installation - Régulation ................................................88
Figure 87 : Condenseur à refroidissement par air..............................................................91
Figure 88 : Condenseur à refroidissement par air + évaporateur d’eau.............................91
Figure 89 : Condenseur - Aéro – refroidisseur...................................................................92
Figure 90 : Tour de refroidissement fermée.......................................................................92
Figure 91 : Tour de refroidissement ouverte ......................................................................93

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 168 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

Figure 92 : Fonctionnement du condenseur ......................................................................93


Figure 93 : Le condenseur à air .........................................................................................95
Figure 94 : Ventilateurs dans les condenseurs – axial et centrifuge ..................................96
Figure 95 : Condenseur à eau ...........................................................................................96
Figure 96 : Condenseur type aéro refroidisseur.................................................................97
Figure 97 : Condenseur type Tour de refroidissement ouverte..........................................98
Figure 98 : Condenseur type Tour de refroidissement fermée...........................................99
Figure 99 : Pompe à chaleur réversible .............................................................................99
Figure 100 : Pompe à chaleur à placer sur la toiture d'un atelier industriel, par exemple.
.................................................................................................................................100
Figure 101 : Principe frigorifique / chaleur .......................................................................102
Figure 102 : ε = chaleur au condenseur/travail du compresseur = Q2 / W. .....................103
Figure 103 : ε = chaleur au condenseur/travail du compresseur = Q2 / W. ......................105
Figure 104 : Pompe à chaleur sur boucle d’eau ..............................................................108
Figure 105 : Vanne 4 voies d’inversion de cycle..............................................................108
Figure 106 : Caisson de traitement d’air ..........................................................................109
Figure 107 : Modes de fonctionnement du caisson .........................................................109
Figure 108 : Récupération de l’air extrait .........................................................................111
Figure 109 : Diffusion de l’air dans des gaines de distribution .........................................112
Figure 110 : Traitement de l’air dans des caissons de climatisation ................................112
Figure 111 : Réfrigération à détente directe.....................................................................113
Figure 112 : Réfrigération par circuit d'eau glacée...........................................................113
Figure 113 : Circuit d'eau glacée pour l'air neuf et les ventilo-convecteurs......................114
Figure 114 : Condenseur en cycle frigorifique .................................................................115
Figure 115 : Fonctionnement de l'évaporateur ................................................................117
Figure 116 : Fonctionnement du compresseur ................................................................118
Figure 117 : Fonctionnement du condenseur ..................................................................118
Figure 118 : Le détendeur et son fonctionnement ...........................................................119
Figure 119 : Cycle frigorifique élémentaire ......................................................................119
Figure 120 : Diagramme enthalpique du cycle frigorifique ...............................................120
Figure 121 : Évolution des fluides dans l'évaporateur......................................................121
Figure 122 : Évolution des fluides dans le condenseur....................................................121
Figure 123 : Courbes / Extrait d'un catalogue de compresseurs .....................................122
Figure 124 : Les sécurités pression pour le compresseur ...............................................123
Figure 125 : Efficacité énergétique de la climatisation- froid...........................................126
Figure 126 : Régulation tout ou rien par marche/arrêt du compresseur...........................128
Figure 127 : Régulation tout ou rien par vidange de l’évaporateur ..................................129
Figure 128 : Régulation progressive de la pression d’évaporation ..................................130
Figure 129 : Régulation par étages – un évaporateur et plusieurs compresseurs ...........131
Figure 130 : Régulation par étages – deux machines distinctes......................................132
Figure 131 : Régulation par système inverter ..................................................................132
Figure 132 : Régulation par injection de gaz chauds .......................................................134
Figure 133 : Exemple d’installation de climatisation en « PFD » .....................................148
Figure 134 : Exemple d’installation de climatisation (B)...................................................149
Figure 135 : Le « Global Chiller » de chez Carrier...........................................................150
Figure 136 : Schéma de principe de pose d'un climatiseur Split system .........................153
Figure 137 : Fixation du support de l’unité intérieure .......................................................153
Figure 138 : Fixation de l’unité intérieure .........................................................................154

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 169 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

Figure 139 : Fixation des supports de l’unit é extérieure .................................................154


Figure 140 : Fixation / mise en pace de l’unité extérieure................................................154
Figure 141 : Conduites pré isolées pour les installations de climatisation .......................155
Figure 142 : L’écrou de raccordement fiable entre les tubes pré-isolées et les unités Split.
.................................................................................................................................156
Figure 143 : Raccordement de la pompe d’évacuation des condensats..........................157
Figure 144 : Circuit de la pompe d’évacuation des condensats.......................................157
Figure 145 : Choisir un endroit approprié pour l’unité intérieure ......................................158
Figure 146 : Attention aux ondes à haute fréquence .......................................................158
Figure 147 : Installer convenablement le conduit d’évacuation des condensats..............159
Figure 148 : Raccorder convenablement conduits de fluide et câbles électriques...........159
Figure 149 : Tester pour les fuites et remplir de réfrigérant .............................................161
Figure 150 : Faire le vide et charger le réfrigérant ...........................................................163
Figure 151 : Nettoyage de la « carrosserie » ...................................................................164
Figure 152 : Ouverture de l’unité pour accès aux filtres...................................................164
Figure 153 : Nettoyage et/ou remplacement des filtres ...................................................164

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 170 de 171
Formation Exploitation
Électricité
HVAC - Climatisation

12. SOMMAIRE DES TABLES


Table 1: Les différentes techniques de climatisation .........................................................15
Table 2: Évolution de l’implantation des PAC en France ...................................................33
Table 3: Comparatif sources de chaleur et efficacité .........................................................44
Table 4: Les différentes combinaisons de split système....................................................58
Table 5: Les différentes possibilités d’installation de l’évaporateur....................................60
Table 6: Habillage des Ventilo convecteurs .......................................................................82
Table 7: Les températures dans une tour de refroidissement............................................95
Table 8: Les installations de PAC en Europe...................................................................100
Table 9: Principaux types de PAC ...................................................................................101
Table 10: Exemple de spécifications techniques d’un climatiseur réversible ...................107
Table 11: Exemple de spécifications techniques pour caisson d’air ...............................110
Table 12: Comparaison entre transfert par eau et par air ...............................................114
Table 13: Les différents types de tour de condensation ..................................................115
Table 14: Exemple de spécifications d’un climatiseur (B) ................................................126
Table 15: Date d’interdiction de gaz HFC suivant la réglementation F - Gaz...................138

Manuel de formation : EXP-SE170-FR


Dernière Révision: 20/07/2009 Page 171 de 171