Vous êtes sur la page 1sur 15

UNIVERSITÉ DE ZAGREB

Faculté de Philosophie et Lettres


Département d’Études romanes
Mihaela Ostojić

L’approche de Vinay et Darbelnet

Mini-mémoire

traductologie

Split, 2020

1
Table de matières

Introduction................................................................................................................ 3
Partie liminaire ...................................................................................................…... 3
Traduction et traductologie..........................................................................….......... 3
Approche de Vinay et
Darbelnet .......................................................................................................…........5
Partie pratique...........................................................................................................
…........7
Partie théorique……………………………………………………………………..10
Conclusion ......................…………………………………………………............. 12
Bibliographie..................................……………………………………………...... 13

2
Résumé

Ce mini-mémoire se compose de cinq parties: introduction, partie liminaire, partie


pratique, partie théorique et conclusion. Dans partie liminaire nous avons défini
l’approche de Vinay et de Darbelnet, la traductologie et la traduction. En plus, dans
partie théorique nous avons proposé des exemples de cette approche en les analysant,
ces processus que se trouve dans la traduction d’un extrait d’un roman qui se trouve
dans la partie pratique. Pour finir, dans conslusion, nous avons présenté les problèmes
liés au notre processus de traduction.

1.1 Introduction

Dans ce mini-mémoire nous allons présenter l’approche de Vinay et de Darbelnet.


L’approche de Vinay et de Darbelnet est une des approches linguistiques qui se
consiste en sept processus (l’emprunt, le calque, la traduction littérale, la
transposition, la modulation, l’équivalence et l’adaptation). Ces sept processus sont
très utiles dans le commentaire traductologique mais bien que cette analyse soit très
utile, elle est utilisée uniquement comme une explication de la traduction, pas comme
une méthode de traduction (Le Calve Ivčević 2015). Nous allons introduire les
définitions du traduction et de la traductologie. En plus, nous allons analyser trois
exemples de texte qui représent l’équivalence en offrant une conclusion.

2. Partie liminaire

1.1 Traduction et traductologie

Nous pouvons définir la traduction dans les plusieurs mainères, donc, nous en allons
offrir plusieurs définitions.
La traduction est une activité qui s’occupe de la traduction d’une langue dans une
autre.

“Cette opération nécessite une adaptation complète du document d’origine de façon à


ce qu’il puisse être utilisé par un public ayant une langue, un univers culturel et un

3
comportement social différent de celui pour lequel le document a été écrit
initialement.”(Radulescu 2008:6)

En outre, la traduction est un acte pour lequel nous devons avoir des compétences
intelectuelles mais qui ne contient pas une analyse de processus.
La traductologie et la traduction se différencient par le fait que la premier représente
une opération et l’autre une metaopération. Elle représente la postériorité étant donné
que nous devons traduire le texte pour qu’il soit théorisé (Lungu Badea 1989)

La discipline de la traductologie représente une discipline qui n’est pas si définie et


qui est apparue relativement récemment, dans les années soixante.
Certains théoriciens ont donné des divers définitions de la traductologie et nous en
citerons quelques.
La première définition vient de Holmes. Il définit la traductologie comme une
discipline qui repose sur la description du processus de traduction et sur des principes
de ce processus.
Cette définition est basée sur un principe de Hempel; la description d’une nouvelle
situation dont il définit les principes qui peuvent la décrire. En plus, Holmes ajoute
deux objectifs de cette principe concernant l’analyse traductologique; décrire la
traduction c’est-à-dire la nouvelle situation et établir les principes qui expliquent cette
traduction c’est-à-dire cette nouvelle situation.
Selon Berman la traductologie est une réflexion sur la traduction uniquement par le
traducteur qui a traduit ce qui précède. Il propose les traducteurs sourciers et les
traducteurs ciblistes. Les traducteurs sourciers vise à ȇtre aussi proches que possible
du texte original, ce qui est le contraire des traducteurs ciblistes qui veulent s’éloigner
de la langue source (Lemaire 2018)

4
1.2 Approche de Vinay et Darbelnet

Après avoir défini la traductologie et la traduction, nous allons présenter l’approche


de Vinay et Darbelnet, une des approches à la traduction et nous allons présenter sept
proccesus de cette approche.
L’approche de Vinay et Darbelnet est basée sur le livre “Stylistique comparée du
français et de l'anglais” qui a été premièrement publié par Vinay et Darbelnet en 1958
(Lalbila, 2005)
Ils fondent leur approche c’est-à-dire leur étude stylistique sur les principes qui aident
les traducteurs à pénétrer mieux dans la traduction. Ces principes doivent ȇtre prises
comme une aide pour des problèmes de traduction, pas comme une technique que
nous appliquons automatiquement. Étant donné que nous traduisons d’une langue à
l’autre dont la situation est la mȇme, cette discipline a une valeur comparative et vise
à expliquer les principes applicables dans les deux langues.
Ils proposent sept principes c’est-à-dire processus de traduction: l’emprunt, le calque,
la traduction littérale, la transposition, la modulation, l’équivalence et l’adaptation
(Vinay et Darbelnet 1958)

L’emprunt
Nous utilisons le terme étranger pour traduire un terme de la langue cible. Par
exemple nous traduisons la phrase “the coroner spoke” par “le coroner prit la parole”.
“Le coroner” représente la meilleure traduction qu’un titre équivalent.

Le calque
Nous conservons le syntagme de la langue étrangère en traduisant les mots
littéralement. Par exemple: compliments de la saision - compliments of the season.
La traduction littérale

“La traduction littérale ou mot à mot aboutit à un texte à la fois correct et idiomatique
sans que le traducteur ait eu à se soucier d’autre chose que des servitudes
linguistiques”.

La transposition

5
Nous conservons le mȇme sens de ce que nous traduisons mais nous changeons
certaines parties du texte et catégorie grammaticale. Par exemple: “dès son léver” -
“as soon as he gets up”.

La modulation
“Variation dans le message, obtenue en changeant de point de vue, d’éclairage.” Par
exemple: “the time when…” “le moment où….”

L’équivalence
Nous conservons le mȇme sens mais en utilisant des moyens stylistiquement et
structurellement différents. Nous trouvons souvent l’équivalence dans les proverbes,
les idiotismes, les clichés, les locutions substantivales. Par exemple: “Too many cooks
spoil the broth: Deux patrons font chavirer la barque”.

L’adaptation
Nous traduisons un notion qui n’existe pas dans la langue cible et, par conséquent,
nous devons la traduire par un notion ou des notions qui exprime le mȇme sens. Par
exemple “he kissed his daughter on the mouth - qu’il serra tendrement sa fille dans
ses bras”. Ici il existe une donné culturelle et si nous la traduisons par “il a embrassé
sa fille dans la bouche” cela a un sens étrange en français, donc, nous utilisons une
alternative“qu’il serra tendrement sa fille dans ses bras” ( Le Calvé Ivčević 2015).

En plus, ils introduissent le terme “unité de traduction” où ils expriment que selon
eux, la traduction est plutôt fondée sur la cohésion semantique que sur la structure de
la phrase.
Ils introduissent aussi les dimensions qui nous aident à analyser des problèmes de
traduction. Ces problèmes de traduction, ils les divisent en trois parties: lexicale qui
représente un mot, syntagmatique qui représente une partie, un segment, par exemple,
de la phrase et “message” qui représente une phrase assez longue. Ils proposent deux
axes de réflexion; verticale et horizontale. L’axe verticale se consiste de niveau
grammatical, sémantique et stylistique et l’axe horizontale se compose de niveau
textuelle, lexicale et syntagmatique. (Vinay et Darbelnet, 1958)

6
En outre, nous allons présenter le roman de notre extrait de traduction. Il s’agit d’un
roman appelé “Intérim d’un tueur” publié le 20 avril 2020. C’est un roman de genre
roman policier dont l’action est caractérisée par la suspense, se passe très vite, elle est
aussi caractérisée par un style coupé, pas très formel. L’ateur a publié ce roman par
soi-mȇme dans une site internet (si nous l’avons bien recherché).
Nous allons mainenant offrir notre traduction de l’extrait de son roman.

3 Partie pratique

Tko je mogao narediti ubojstvo? Netko tko ga poznaje, netko tko je ljubomoran na
njegov uspjeh? Netko kog je njegov munjeviti uspon I rastuća popularnost uplašila?
Fred bi si trebao postaviti sva ta pitanja tako da može usmjeriti daljnji tok istraživanja
zbog toga što uhićenje osumnjičenog koje je on smatrao iminentnim možda neće moći
dati sve odgovore na pitanja. Od pomisli da je Salanche ubijen da bi ga se zaustavilo,
prodrhti. Fred počne razmišljati o tome kome bi to bilo u interesu I tko bi to mogao
napraviti? Kako će se nastaviti uspinjati, kako će pronaći izvor odgovornosti?
Trenutno njegova jedina nada počiva na tome da će uhvatiti bjegunca te da će mu
bjegunac pomoći razriješiti misteriju.
Sve nemirniji, izvadi mobitel I nazove inspektora
Pichard, gdje ste, ima li novosti?
-

Vincent oklijeva, čovjek koji mu se približava možda jednostavno radi na kolodvoru


no zbog slabašnog svjetla kasnog poslijepodneva ga nije uspio dobro identificirati. No
dok se stranac postupno približava te ga proučava, Vincent se osjeća sve više I više
neprijatno zbog stranca atletske građe koji je bio predobro obučen za jednog radnika
na kolodvoru. Kad je prošao pokraj njega, Vincent ga pozdravi kimajući glavom te
primjeti u njegovom pogledu takvu hladnoću koja mu govori da bude na oprezu.
Muškarac nastavi hodati, prestigne Vincenta te se naglo vrati I baci na njega. Zgrabi
plijen za vrat onako kako bi zgrabio jadnu gazelu, okružujući ga s metalnom žicom
koju izvadi iz rukava stezajući je s rukama. Vincent osjeti kako mu zastaje dah te
osjeti oštru bol od čelika koje je urezano u njegovo meso dok ga napadač vuče iz sve

7
snage pritiskajući nogom donji dio njegovih leđa kako bi povećao pritisak. Posrćući
pade na koljena, nesposoban da olabavi stisak gubivši svijest dok su mu oči crvene od
krvi te mu glava puca od pritiska. U očajničkom pokušaju izvuće svoj revolver koji je
bio skriven u pojasu te iz revolvera ispali par uzaludnih metaka. Muškarac zajauče te
oslobodi svoju žrtvu. Vincent odmah iskoristi taj trenutak da se podigne te okrećući
zada udarac pištoljem u lice napadača koji se srušio na zemlju. Postavivši se na sve
četiri, krvavog vrata i nosa, Vincent pokuša doći do daha ošamućen od okršaja.
Muškarac na tlu koji je samo slabije ozljeđen je počeo dolaziti sebi. Vincenta preuzme
osjećaj opasnosti te se pokuša što brže udaljiti bez okretanja, u smjeru svjetlosti.
Nakon što prijeđe nekih pedesetak metara stigne do žičane ograde koja zatvara
perimetar te ga odvaja od male mračne uličice. Popne se po “željeznoj zavjesi” prije
nego što pronađe mali prolaz na razini tla gdje je žičana ograda rastrgana. Kleknuvši,
proširi rupu u ogradi te se puzeći provuče kroz nju.
Došavši na drugu stranu, stopi se sa sumrakom nadajući se da će se sakriti od
reflektora policije. Noć je pala no u kolodvorskoj četvrti vlada čudno uzbuđenje te su
zrake svjetlosti reflektora obasjale prostor kao usred bijela dana. Desetak policajaca
nastavi pretraživati zonu uz pomoć lebdećeg automobila na koji je priključen
zrakoplov specijaliziran I prilagođen za tu vrstu potrage. Stroj je opremljen snažnim
projektorima I kamerama koje mogu snimati tijekom noći I preko zidova. No
očigledno je bjegunac napustio kolodvor I počinjemo širiti područje traganja.
-
Ravonski je napokon pukao I napustio svoje mjesto kako bi bio u blizini postrojbe te
da ih bolje koordinira. Njegov vjeran poručnik je došao kako bi mu prenio najnovije
informacije.
- Dobra večer šefe. Uspio je pobjeći no najvjerojatnije nije otišao daleko te ćemo ga
stisnuti.
-Kako vam je uspio pobjeći?
-Prošao je kroz tunel koji ga je doveo negdje gdje je siguran od pogleda. No moram ti
reći još nešto!
-A da? Što?
- nekoliko ljudi je čulo pucnjeve te smo slijedeći tragove pronašli tragove krvi.
-Odvedite me tamo!
Pichard dovedezapovjednika do prolaza gdje se nalazio osumnjičenik te gdje su već
bili forenzičari.

8
-To se ovdje dogodilo . Čula su se dva ili tri pucnja no zasad smo pronašli samo dva
metka. Vjerujem da je u pitanju isti kalibar koji je jučer korišten za ubojstvo
Salanchea.
-Koliko je vremena prošlo od pucnjave?
-Pretpostavljam manje od trideset minuta, šefe! No otkrili smo još nešto. Našli smo
put gdje je izašao nakon pucnjave tako što je napravio rupu u željeznoj ogradi , malo
dalje odavde. Tamo smo također našli tragove krvi.
-Ok, to znači da je ozlijeđen no također da se sukobio s nekim I da je taj netko isto
tako magično nestao. Osim ako sam sebe nije propucao u stopalo, u što sumnjam!

Transposition

Texte source texte traduit

Quelqu’un de son entourage, Netko tko ga poznaje, netko


jaloux de sa réussite ? tko je ljubomoran na njegovu spjeh?

Traduction littérale

Texte source texte traduit


Quelqu’un de son entourage, Netko tko ga poznaje, netko
jaloux de sa réussite ? tko je ljubomoran na njegov uspjeh?

Bonsoir chef. Dobra večer šefe.

Des dizaines de policiers Desetci policajaca su nastavili pretraživati


continuent de fouiller la zone područje

9
Équivalence

Texte source texte traduit


les yeux injectés de sang et dok su mu oči bile crvene od krvi
le crâne en ébullition te mu je glava pucala od pritiska

Vincent hoche la tête en signe de bonjour Vincent ga pozdravi kimajući glavom

— Allo Pichard. Où êtes-vous ? -Pichard, gdje ste?


Du nouveau ? Ima li novosti?

Emprunt

Texte source texte traduit


Après une cinquantaine de mètres nakon što je prošao nekih pedesetak
metara
…car l’arrestation du suspect qu’il espère …zbog toga što uhićenje osumnjičenog
Imminente… koje je on smatrao iminentnim…

4 Partie théorique

Nous allons présenter notre processus de traduction basé sur les sept processus de
Vinay et Darbelnet que nous avons précédemment expliqué. En outre, nous n’allons
montrer que quelques-uns de processus, étant donné qu’il n’existe pas d’exemples
représentatifs de certains processus dans le texte (l’adaptation, la modulation, le
calque). Nous allons se concentrer plutôt sur les processus de traduction avec lesquels
nous avons eu les plus de difficultés.

10
1 a) …les yeux injectés de sang et le crâne en ébullition…

1 b)… dok su mu oči bile crvene od krvi te mu je glava pucala od pritiska…

Là, dans la langue source, il se présente une équivalence: si nous cherchons dans le
dictionnaire français-croate ce que signifie le mot “ébullition” nous allons trouver que
la traduction d”ébullition” en croate est “ključanje”, “vrenje”, “osip”. Nous ne
pouvons pas utiliser ces mots dans le contexte de notre phrase“Il vacille et tombe à
genoux, incapable de desserrer l’étreinte et commençant à perdre conscience, les
yeux injectés de sang et le crâne en ébullition.” Nous ne mentionnons pas souvent la
phrase “glava mi ključa” en croate, mais contrairement à cela, nous mentionnons la
phrase “glava mi puca” (trop souvent avec un COI, par exemple: “glava mi puca od
pića”), donc, nous avons décidé à traduire “en ébullition” par “pucala od pritiska”
comme cela renvoie au mȇme sens que dans la langue source.

2 a) Vincent hoche la tête en signe de bonjour

2 b) Vincent ga pozdravi kimajući glavom

Nous voyons ici deux expressions, l’un est propre à la langue source et l’autre est
propre à la langue cible. Si nous devons traduire une expresstgfion en langue cible, il
nous peut arriver que nous ne parvenons pas à décrire complètement le sens de la
langue source. Comme nous voulons conserver le style original de l’écrivain,
heureusement, la langue cible comporte une formidable équivalence pour l’
expression de la langue source; ils ont la mȇme signification mais sont
structurellement différentes, donc cela présente l’équivalence.

3 a) — Allo Pichard. Où êtes-vous ? Du nouveau ?

3 b) -Pichard, gdje ste, ima li novosti?

11
Dans cet exemple, il s’agit également d’équivalence . Là, il se présente une expression
dans la langue source “Du nouveau” dont la traduction dans le dictionnaire français-
croate ne correspond pas au sens de cette expression qu’il a dans cette phrase. Ce
roman dont nous avons présenté un extrait de traduction, est écrit dans un style qui
n’est pas trop formel mais plutôt coupé, ce que nous avons essayé conserver.
L’expression “Du nouveau ?” a une connotation qui n’est pas formel, donc, nous
avons essayé de la traduire avec son équivalent, avec une expression qui exprime la
mȇme connotation. Nous avons eu des difficultés avec cette processus, comme nous
trouvons que l’expression “ima li novosti?” n’exprime pas le mȇme style qi n’est pas
formel qui a été exprimé dans la langue source mais nous n’avons pas trouvé une
meilleure équivalent pour “Du nouveau ?”.

5.Conclusion

Après avoir présenté l’approche de Vinay et Darbelnet, des définitions de traduction


et de traductologie et après avoir offert des exemples de processus d’approche et les
analyses de ces processus, nous allons offrir une conclusion. Ces sept processus de
traduction: l’emprunt, le calque, la traduction littérale, la transposition, la modulation,
l’équivalence et l’adaptation, selon notre opinion, sont très étroitement liés. Il a été
très difficile pour nous de les distinguer, surtout si un exemple représente
l’équivalence ou transposition, nous avons trouvé ces processus très semblables
comme leur idée est très proche, mais ce que nous a aidés, a été la structure de ces
processus; la transposition se réfère à un changment de catégorie grammaticale, une
partie du texte, contrairement à l’équivalence. Dans l’exemple qui exprime la
transposition “Quelqu’un de son entourage - Netko tko ga poznaje”, nous avons
changé un substantif “entourage” par un verbe “poznavati” ce que nous prouve qu’il
s’agit de la transposition. Dans l’exemple d’équivalence “du nouveau”-”ima li
novosti” nous avons gardé la mȇme catégorie grammaticale; un substantif dans la
langue source et dans la langue cible.
En plus, nous avons remarqué que l’équivalence et la traduction littérale ont été l’unes
des processus les plus représentées dans le texte et nous n’avons pas trouvé
d’exemples représentatifs de certains processus dans le texte (l’adaptation, la

12
modulation, le calque). Comme nous avons trouvé beaucoup d’équivalence, nous les
avons analysées trois. C’est le processus avec lequel nous avons eu les plus difficultés
puisque nous voulions conserver le style et le sens original de texte et, si une
équivalence se présente dans le texte, il est parfois très difficile de la traduire dans une
manière qui ne la privera pas de son sens original, ce que nous avons montré dans
partie théorique.

6. Bibliographie

Ivčević Le Calvé, Evaine. 2015. Lectures en traductologie, Sveučilište u Zadru, Zadar

Lemaire, Claire. 2018. Traductologie et traduction outillée : du traducteurspécialisé


professionnel à l’expert métier en entreprise, Université Grenoble Alpes

Lungu Badea, Georigana. 1989. De la méthode en traduction et en traductologie,


Eurostanda,

Rădulescu, Anda. 2008. Bref aperçu des grands courants en traduction : théories
européennes et américaines, Editura Universitaria Craiova

Renaudier, Thierry. 2020. “Intérim pour un tueur”

Vinay et Darbelnet. 1958. La Stylistique comparée du français et de l'anglais, Didier,


Paris

13
14
15