Vous êtes sur la page 1sur 193

LE

NA
IO
AT
EN
OL
EC
DES PONTS ET CHAUSSEES

COURS METROLOGIE
Responsable du cours : D. Duhamel

Auteurs : A. Alaoui, C. Bernard, G. Bouchet, D. Duhamel,


C. Gatabin, R. Linder, G. Moreau, F. Pinard

Septembre 2005

1
1. INTRODUCTION A LA MESURE ............................................................................................................ 5
1.1 LA MESURE .............................................................................................................................................. 5
1.1.1 Introduction..................................................................................................................................... 5
1.1.2 Le système de mesure ...................................................................................................................... 5
1.1.3 Les signaux...................................................................................................................................... 6
1.1.4 L’analyse de Fourier....................................................................................................................... 7
1.1.5 Propriétés du système de mesure .................................................................................................... 8
1.1.6 Comportement de systèmes physiques............................................................................................. 9
1.2 LES ERREURS DE MESURE......................................................................................................................... 9
1.2.1 Grandeurs étalons......................................................................................................................... 10
1.2.2 Etalonnage .................................................................................................................................... 10
1.2.3 Sensibilité ...................................................................................................................................... 10
1.2.4 Les types d’erreur ......................................................................................................................... 11
1.2.5 Les différentes causes d’erreur ..................................................................................................... 12
1.2.6 Etude statistique ............................................................................................................................ 13
1.2.7 Combinaison de différentes erreurs .............................................................................................. 14
1.3 LES CAPTEURS ....................................................................................................................................... 14
1.3.1 Principes physiques....................................................................................................................... 14
1.3.2 Les différents types de capteurs..................................................................................................... 16
1.3.3 Les bases de données..................................................................................................................... 17
1.4 LES MOYENS D’ACQUISITION ET D’ANALYSE ......................................................................................... 17
1.4.1 Moyens analogiques...................................................................................................................... 18
1.4.2 Moyens numériques....................................................................................................................... 23
2. LES PLANS D'EXPERIENCES................................................................................................................ 25
2.1 INTRODUCTION ...................................................................................................................................... 25
2.1.1 Aspects historiques de l’expérimentation...................................................................................... 25
2.1.2 Les buts de l’expérimentation, ses paradoxes ............................................................................... 25
2.2 L’EXPERIMENTATION ET LA CONSTRUCTION D’UN PLAN D’EXPERIENCES. DEFINITIONS. ....................... 26
2.2.1 Schéma d’une expérience, quelques définitions ............................................................................ 27
2.2.2 Définition des effets principaux des facteurs et de leurs interactions sur un cas simple .............. 28
2.2.3 Le problème des plans d’expériences : comment faire varier les facteurs ?................................. 29
2.2.4 Quel type de modèle ? ................................................................................................................... 29
2.3 COMPARAISON DE DEUX PLANS EN ETOILE ET D’UN PLAN FACTORIEL ................................................... 30
2.4 LES PLANS A DEUX NIVEAUX.................................................................................................................. 35
2.4.1 Définition du modèle pour un plan factoriel à 2 niveaux.............................................................. 36
2.4.2 Propriétés de groupe..................................................................................................................... 38
2.4.3 Application à la construction de plans factoriels fractionnaires .................................................. 38
2.4.4 Calcul des actions dans un plan fractionnaire.............................................................................. 41
2.5 EXEMPLES DE PLANS .............................................................................................................................. 41
2.6 UNE DEMARCHE PRATIQUE POUR ELABORER UN PLAN D’EXPERIENCES ................................................. 42
2.7 TP PLANS D’EXPERIENCES. COMPACTEUR DE PLAQUES ......................................................................... 45
2.8 LES PLANS HYPERGRECO-LATINS ........................................................................................................... 48
2.9 UN EXEMPLE DE PLAN PRODUIT ............................................................................................................. 53
3. L’ACQUISITION DE DONNEES SOUS INFORMATIQUE ................................................................ 55
3.1 QU’EST CE QUE LABVIEW ? ................................................................................................................... 56
3.2 FONCTIONNEMENT DE LABVIEW ............................................................................................................ 56
3.3 VOTRE PROGRAMME LABVIEW.............................................................................................................. 58
3.3.1 Programme avec la boucle FOR ................................................................................................... 60
3.3.2 L’affichage des MIN-MAX ............................................................................................................ 60
3.3.3 Sauvegarde des données dans un fichier....................................................................................... 62
4. JAUGES DE DEFORMATION ET CAPTEURS DE DEPLACEMENT.............................................. 71
4.1 MISE EN ŒUVRE................................................................................................................................ 71
5. MESURES DE VIBRATIONS................................................................................................................... 73
5.1 LES VIBRATIONS .................................................................................................................................... 73
5.1.1 Introduction................................................................................................................................... 73
5.1.2 Les différents capteurs .................................................................................................................. 74

2
5.1.3 Caractéristiques des accéléromètres............................................................................................. 75
5.1.4 Principe de fonctionnement des accéléromètres ........................................................................... 77
5.2 ANALYSE MODALE ................................................................................................................................. 77
5.2.1 Introduction................................................................................................................................... 77
5.2.2 Analyse des vibrations d’une barre............................................................................................... 79
5.2.3 Vibrations d’une poutre en flexion................................................................................................ 81
5.3 DESCRIPTION DU TP .............................................................................................................................. 83
5.3.1 Mesure simple de vibration ........................................................................................................... 83
5.3.2 Vibrations longitudinales d’une barre .......................................................................................... 83
5.3.3 Vibrations d’une poutre ................................................................................................................ 83
6. MESURES DE DEPLACEMENTS PAR ANALYSE D’IMAGES ........................................................ 85
6.1 INTRODUCTION ...................................................................................................................................... 85
6.2 MORPHOLOGIE MATHEMATIQUE ............................................................................................................ 85
6.2.1 Introduction................................................................................................................................... 85
6.2.2 Transformations ensemblistes classiques...................................................................................... 86
6.2.3 Transformations en tout ou rien.................................................................................................... 87
6.3 METHODES EXISTANTES ET LIMITATIONS............................................................................................... 91
6.3.1 L’imagerie : traitement manuel..................................................................................................... 91
6.3.2 L’imagerie : traitement automatisé............................................................................................... 91
6.4 MISE EN ŒUVRE PRATIQUE .................................................................................................................... 92
6.4.1 Préparation des échantillons ........................................................................................................ 92
6.4.2 Description globale de la méthode utilisée ................................................................................... 94
6.5 DEROULEMENT DU TP ........................................................................................................................... 98
6.5.1 Les essais quasi-statiques.............................................................................................................. 98
6.5.2 Courbe contrainte/ déformation globale ..................................................................................... 100
6.5.3 Comparaison entre les déformations locale et globale. .............................................................. 100
6.6 PRESENTATION DU LOGICIEL IMAQ VISION ........................................................................................ 100
6.6.1 Généralités .................................................................................................................................. 100
6.6.2 Acquisition d'images ................................................................................................................... 101
6.6.3 Traitement des images................................................................................................................. 102
6.7 LES ESSAIS DYNAMIQUES ..................................................................................................................... 106
6.7.1 Description.................................................................................................................................. 106
6.7.2 Acquisition des données .............................................................................................................. 107
7. INTRODUCTION A LA PHOTOELASTICITE................................................................................... 109
7.1 POLARISATION RECTILIGNE DE LA LUMIERE......................................................................................... 109
7.2 DETERMINATION DES DIRECTIONS DE POLARISATION D'UN FILTRE ...................................................... 109
7.2.1 Expérience................................................................................................................................... 110
7.3 LE PHENOMENE DE BIREFRINGENCE - DETERMINATION DES AXES OPTIQUES D'UNE LAME BIREFRINGENTE
110
7.3.1 Expérience : ................................................................................................................................ 111
7.4 LE PHENOMENE DE BIREFRINGENCE : RETARD OPTIQUE, ISOCHROMATIQUE, EN LUMIERE
MONOCHROMATIQUE ....................................................................................................................................... 111
7.4.1 Expérience : ................................................................................................................................ 112
7.5 LA BIREFRINGENCE MECANIQUE .......................................................................................................... 112
7.5.1 Expérience : ................................................................................................................................ 113
7.5.2 L'extinction isocline..................................................................................................................... 113
7.5.3 Les isochromatiques.................................................................................................................... 113
7.5.4 L’ordre des isochromatiques....................................................................................................... 114
7.5.5 Teinte sensible............................................................................................................................. 115
7.5.6 Sensibilité du matériau................................................................................................................ 115
7.6 APPLICATIONS SIMPLES DE LA PHOTO-ELASTICITE ............................................................................... 115
7.6.1 Étude de la flexion pure .............................................................................................................. 115
7.7 ÉTUDE DE LA COMPRESSION DIAMETRALE D'UN DISQUE ...................................................................... 116
7.7.1 Étude des directions principales des contraintes ........................................................................ 116
7.7.2 Etude des isochromatiques.......................................................................................................... 117
8. UTILISATION DE L’HOLOGRAPHIE POUR LA DETERMINATION DES MODES PROPRES
D’UNE PLAQUE ENCASTREE. .................................................................................................................... 119

3
8.1 L’HOLOGRAPHIE .................................................................................................................................. 119
8.2 ELEMENTS DE THEORIE SUR L’HOLOGRAPHIE ...................................................................................... 119
8.2.1 Concepts généraux de l’holographie .......................................................................................... 119
8.2.2 Laser et longueur de cohérence .................................................................................................. 120
8.2.3 Holographie par transmission .................................................................................................... 121
8.2.4 Holographie interférométrique : ................................................................................................. 124
8.3 TRAVAIL EXPERIMENTAL ..................................................................................................................... 126
8.3.1 Objectifs ...................................................................................................................................... 126
8.3.2 Détermination des premières fréquences propres de la plaque .................................................. 126
8.3.3 Réalisation du montage holographique....................................................................................... 126
8.3.4 Détermination des déformées modales........................................................................................ 126
9. CAPTEURS DE TEMPERATURE ET DE PRESSION ....................................................................... 127
9.1 GENERALITES ...................................................................................................................................... 127
9.2 LES CAPTEURS DE TEMPERATURE ........................................................................................................ 127
9.2.1 Les thermocouples....................................................................................................................... 128
9.2.2 Les sondes à résistance de platine .............................................................................................. 129
9.3 LES CAPTEURS DE PRESSION................................................................................................................. 131
10. MESURES DE PRESSIONS ACOUSTIQUES.................................................................................. 147
10.1 LE SON ................................................................................................................................................. 147
10.2 LES MICROPHONES ............................................................................................................................... 148
10.2.1 Différents types de microphones ................................................................................................. 148
10.2.2 Principe physique de fonctionnement.......................................................................................... 152
10.3 DESCRIPTION DU TP ............................................................................................................................ 153
10.3.1 Utilisation d’un microphone ....................................................................................................... 153
10.3.2 Principe du tube de Kundt........................................................................................................... 153
10.3.3 Détermination du coefficient d’absorption ................................................................................. 154
10.3.4 Mesure de l’impédance ............................................................................................................... 155
10.3.5 Travail à effectuer sur l’absorption ............................................................................................ 156
11. MESURES EN SOUFFLERIE ............................................................................................................ 159
11.1 INTRODUCTION .................................................................................................................................... 159
11.2 TRAVAIL EXPERIMENTAL ..................................................................................................................... 159
11.2.1 Aspect stationnaire...................................................................................................................... 160
11.2.2 Aspect instationnaire................................................................................................................... 161
11.3 LES CAPTEURS ..................................................................................................................................... 162
11.3.1 Le tube de Pitot ........................................................................................................................... 162
11.3.2 Le capteur de pression ................................................................................................................ 163
11.3.3 La jauge à fil résistant................................................................................................................. 164
11.3.4 Le vélocimètre à fil ou à film chaud ............................................................................................ 166
12. VISCOSITE DANS LES FLUIDES .................................................................................................... 169
12.1 INTRODUCTION .................................................................................................................................... 169
12.2 NOTION DE FLUIDE ............................................................................................................................... 170
12.3 VISCOSITE DYNAMIQUE & VISCOSITE CINEMATIQUE ........................................................................... 170
12.3.1 Profil de vitesse ........................................................................................................................... 170
12.3.2 Viscosité dynamique.................................................................................................................... 171
12.3.3 Viscosité cinématique.................................................................................................................. 171
12.3.4 Valeurs de la viscosité................................................................................................................. 172
12.4 MESURES DE VISCOSITE ....................................................................................................................... 172
12.4.1 Viscosimètre d'Ostwald ............................................................................................................... 172
12.4.2 Viscosimètre à chute de bille....................................................................................................... 173
12.4.3 Viscosimètres rotatifs .................................................................................................................. 173
12.5 BUT ET DEROULEMENT DU TP.............................................................................................................. 174

4
1. Introduction à la mesure
Denis DUHAMEL

1.1 La mesure

1.1.1 Introduction

La mesure est un acte quotidien et des mesures comme celles de la température, de l’heure ou du poids
sont des choses de la vie courante pour lesquelles peu d’attention est portée sur les instruments de
mesure utilisés et sur l’exactitude des résultats obtenus. Cependant, pour des équipements plus
importants comme on peut en trouver dans les installations industrielles, ces questions deviennent
essentielles afin de garantir la qualité de l’ensemble du processus de mesure. Il est ainsi souvent
nécessaire de respecter une norme ou de garantir la fiabilité d’un composant et on doit être assuré de la
qualité des mesures que l’on effectue. Pour cela il est nécessaire d’apporter une grande attention au
matériel utilisé durant la mesure ainsi qu’à la façon dont elle est effectuée.

De manière générale, le but de la mesure est d’évaluer une variable physique appelée variable mesurée
ou mesurande. Le but du système de mesure est donc la quantification de la variable mesurée, c’est
l’opération de mesurage. Ce que l’on obtient en pratique est la valeur donnée par l’instrument de
mesure. L’exactitude de la mesure se définit à partir de la différence entre la valeur donnée par
l’appareil de mesure et la valeur réelle de la grandeur mesurée. Toute la difficulté consiste donc à
avoir une valeur donnée par le processus de mesure qui soit la plus proche possible de la vraie valeur
physique qui reste généralement inconnue. Il est cependant essentiel de pouvoir estimer l’erreur
probable que l’on commet durant le processus de mesure afin de pouvoir garantir que la valeur donnée
par l’appareil de mesure ne diffère pas de la vraie valeur d’une quantité supérieure à une grandeur
fixée et connue.

1.1.2 Le système de mesure

Le but général est de spécifier un système de mesure, un équipement et une procédure de mesure. Un
système de mesure est généralement constitué de quatre parties : le capteur qui traduit la valeur
physique en un signal généralement de nature électrique, le conditionneur de signaux qui transforme le
signal du capteur pour en modifier l’amplitude ou pour le filtrer, la sortie qui permet de lire la valeur
mesurée et éventuellement un système de contrôle par feedback dans le cas où le système de mesure
est inclus dans un contrôle de processus (voir figure 1). Le capteur utilise un phénomène physique
réagissant à la valeur physique à mesurer et assure sa transformation en un signal électrique, optique
ou mécanique plus facile à manipuler et à quantifier. Les différents types de capteurs et leurs
fonctionnements seront décrits beaucoup plus en détail par la suite.

L’ensemble de l’équipement constitue une partie du processus de mesure. En effet, il doit être
complété par une procédure de mesure qui définira l’ensemble des grandeurs à mesurer, les moyens
techniques pour y parvenir et qui déterminera aussi l’ensemble des traitements à effectuer sur les
valeurs mesurées pour parvenir à l’objectif final. Une aide précieuse pourra être apportée par un plan
d’expérience qui permettra de déterminer les variables à mesurer, le nombre et le type de mesures à
effectuer ainsi que l’ordre des mesures. Souvent le nombre de mesures à effectuer pourra être réduit
considérablement par rapport à une approche naïve pour un résultat final équivalent. Cette question
fera l’objet d’un chapitre spécifique.

5
calibration

conditionnement du signal

signal
capteur sortie traitement

processus
physique

^
signal de controle ^
controle

Figure 1 : Schéma général d’un système de mesure

1.1.3 Les signaux

Un système de mesure transforme un signal physique d’entrée en un signal de sortie. Différents types
de signaux sont transmis entre les capteurs, les conditionneurs et la sortie du système. Une
connaissance minimale des caractéristiques de ces signaux est nécessaire à la compréhension du
fonctionnement des appareils de mesure. Pour cela, on peut dans un premier temps classifier les
signaux en trois catégories selon leur représentation temporelle et les valeurs prises par la quantité
mesurée. On distingue ainsi : les signaux continus (dits aussi analogiques), les signaux discrets, les
signaux numériques. Ces types de signaux sont représentés sur la figure 2.

signal continu signal discret signal numérique

. . . . . .
. . . . . .
. . . . .
.

temps temps temps


Figure 2 : Différentes formes de signaux

Un signal continu est défini pour toutes les valeurs du temps et peut prendre n’importe quelle valeur
en amplitude. Un signal discret est en général un signal continu qui est mesuré à certains instants
seulement. Un signal numérique est un signal discret qui a été quantifié et qui par conséquent ne peut
prendre qu’un ensemble discret de valeurs en amplitude. Un signal analogique peut être numérisé à
l’aide d’un convertisseur analogique numérique. La transformation inverse d’un signal est réalisé par
un convertisseur numérique analogique. Ces opérations seront détaillées dans la suite.
Il faut aussi distinguer les signaux déterministes en fonction du temps pour lesquels les valeurs
futures peuvent être prédites des signaux aléatoires qui ne sont pas prédictibles et qui nécessiteront des
traitements spécifiques. Ces deux types de signaux sont représentés sur la figure 3. Les signaux de

6
mesure sont généralement des signaux déterministes. Les bruits de mesure sont des signaux aléatoires
qui s’ajoutent aux signaux à mesurer. Un signal d’interférence est plutôt un signal de type déterministe
qui s’ajoute au signal à mesurer et qui le perturbe.

Enfin, une dernière caractéristique des signaux concerne l’intervalle de temps sur lequel ils sont
définis. Il faut distinguer les signaux transitoires qui n’existent que sur un intervalle de temps fini des
signaux permanents définis à tout instant. On distinguera aussi les signaux stationnaires dont les
propriétés n’évoluent pas en fonction du temps des signaux instationnaires dont les propriétés sont
variables en fonction du temps. Par exemple un bruit de mesure d’origine thermique est un signal
stationnaire et permanent alors qu’un choc engendre un signal transitoire.

signaux deterministes signal aleatoire


2
1

1
0.5
temps
20 40 60 80 100
0
0 1 2 3 4 5
temps
–1
–0.5

–2
–1

Figure 3 : Signaux déterministes et aléatoires


Parmi les grandeurs caractérisant les signaux, les plus simples sont la valeur moyenne définie par
t2

y=
∫ t1
y (t )dt
t 2 − t1
et la valeur RMS définie par
t2

yrms =
∫ t1
y 2 (t )dt
t 2 − t1
La valeur moyenne est aussi appelée la valeur dc (courant continu) ou offset tandis que la valeur rms
est appelée la valeur ac (courant alternatif). Souvent on obtient une meilleure représentation de la
valeur rms en retirant la partie statique du signal donnée par la valeur moyenne. Pour des signaux
discrets, les formules sont analogues en remplaçant les intégrales par des sommes.

1.1.4 L’analyse de Fourier

Pour les systèmes linéaires une analyse de Fourier permet souvent une description plus fine d’un
signal dynamique. Elle permet la détermination des composantes fréquentielles du signal. Cette
analyse sur les signaux d’entrée permet d’aider au choix des capteurs et de l’équipement en fonction
du contenu fréquentiel. La représentation en série de Fourier s’écrit

y (t ) = A0 + ∑ ( An cos(nωt ) + Bn sin(nωt ) )
n =1
avec

7
T /2
1
T −T∫/ 2
A0 = y (t )dt

T /2
2
T −T∫/ 2
An = y (t ) cos(nωt )dt

T /2
2
T −T∫/ 2
Bn = y (t ) sin( nωt )dt

pour un signal périodique de période T = 2π / ω . La fréquence fondamentale du signal est 1/T et les
harmoniques ont pour fréquence n/T. Pour un signal qui n’est pas périodique la transformation de
Fourier s’écrit

∫ y(t )e
iωt
Y (ω ) = dt
−∞
et la transformation inverse est


1
∫ Y (ω )e
−iωt
y (t ) = dt
2π −∞
souvent le signal est sous forme discrète et la transformation de Fourier discrète est donnée par
1 N
Y ( f k ) = ∑ y (rδt )e −i 2πrk / N k = 1,2,..., N
N r =1
avec f k = kδf et δf = 1 /( Nδt ) . Ces calculs sont effectués grâce à l’algorithme FFT de transformée
de Fourier rapide.

1.1.5 Propriétés du système de mesure


Dynamique du système

La dynamique du système est définie par le rapport entre la plus grande et la plus petite valeur qui
peuvent être mesurées par le dispositif de mesure. Il faut entrer un signal compris entre x min et x max et
l’appareil renvoie une valeur mesurée comprise entre y min et y max . Si un signal en dehors de cette
plage est entré dans le système cela peut conduire à des détériorations du système de mesure ou pour
le moins à des valeurs de sortie erronées par rapport à la grandeur à mesurer. S’il n’est pas détérioré,
le système à tendance à saturer et par exemple à renvoyer la valeur maximale y max quand on rentre
x > xmax . Il faut absolument éviter de se placer en dehors de l’intervalle de mesure défini par
[ x min , x max ]. Ces valeurs sont indiquées dans les notices d’utilisation des capteurs et des appareils de
mesure (qu’il faut lire avant de les utiliser).

Rapidité

Elle permet d’apprécier de quelle façon la grandeur de sortie suit dans le temps les variations de la
grandeur mesurée. Physiquement, c’est le temps nécessaire pour que le régime transitoire devienne
négligeable dans des conditions de précision déterminées. Pour quantifier cette notion, on définit le
temps de réponse du système (souvent du capteur) comme l’intervalle de temps qui s’écoule après une
variation brusque du mesurande pour que la grandeur de sortie ne diffère plus de sa valeur finale d’un
écart supérieur à une limite fixée e%. Plus précisément, on définit pour la croissance de la grandeur de
sortie, le temps de retard à la montée et pour la décroissance de la grandeur de sortie, le temps de
retard à la chute. Par exemple un thermomètre exposé à un changement brusque de température ne
sera capable de donner une mesure fidèle de la nouvelle température qu’après plusieurs dizaines de
secondes.

8
Finesse

Cette notion permet d’estimer l’influence de la présence du capteur et de ses liaisons sur la valeur du
mesurande. La finesse ne peut être appréciée qu’en fonction des conditions d’utilisation. Par exemple,
un capteur de déplacement linéaire aura une finesse plus grande si sa masse mobile et l’effort
nécessaire à son déplacement sont faibles par rapport à la masse de l’objet en déplacement. Pour
certains capteurs, la finesse et la sensibilité sont des qualités antagonistes. En règle générale, la finesse
et la rapidité d’un capteur évoluent dans le même sens. La réaction du capteur sur le mesurande peut
être annulée en utilisant des méthodes de mesure sans contact.

1.1.6 Comportement de systèmes physiques

La plupart des systèmes peuvent être décrits à partir de la connaissance du comportement de systèmes
élémentaires. Les systèmes élémentaires sont les systèmes d’ordre 0, 1 et 2. Les systèmes d’ordre 0
sont représentables par une relation d’entrée sortie telle que
y (t ) = Kx(t )
si x(t) est l’entrée et y(t) la sortie du système. Ce type de comportement intervient principalement dans
la mesure de propriétés physiques statiques. La réponse du système est considérée comme instantanée,
dans la pratique cela signifie qu’elle est beaucoup plus rapide que les phénomènes physiques auxquels
on s’intéresse.

Les systèmes d’ordre un sont ceux qui ont des propriétés dissipatives et qui ne réagissent pas
instantanément à une sollicitation en entrée. Ils sont décrits par la relation
τy& (t ) + y (t ) = Kx(t )
où τ est la constante de temps du système. Lors de l’application brusque d’un signal d’amplitude A, la
réponse du système qui est à l’état y 0 à l’instant initial est
y (t ) = KA + ( y 0 − KA)e −t / τ
Quand t = 2.3τ la valeur de y(t) diffère de 10% de sa valeur finale. Ce temps est appelé le temps de
montée du système. Un thermomètre à mercure par exemple se comporte suivant cette loi.

Les systèmes qui possèdent en plus une inertie sont modélisés par des systèmes du second ordre dont
l’évolution est gouvernée par l’équation
1 2ξ
&y&(t ) + y& (t ) + y (t ) = Kx(t )
ω 2
0 ω0
ω 0 est la fréquence propre et ξ le facteur d’amortissement. En fonction de la valeur de
l’amortissement le système peut être oscillant pour 0 < ξ < 1 ou non oscillant pour ξ > 1 .

1.2 Les erreurs de mesure

L’erreur de mesure est la différence entre la vraie valeur de la grandeur physique et la valeur mesurée
par l’instrument de mesure. Cependant la vraie valeur est généralement inconnue. On ne peut
qu’estimer l’erreur probable de mesure, appelée incertitude. Il convient premièrement de mettre tout
en œuvre pour minimiser cette incertitude par un choix approprié de l’équipement de mesure et surtout
par son réglage. Comme les erreurs de mesure ne peuvent jamais être éliminées complètement, il est
essentiel, dans un second temps, de pouvoir estimer l’erreur qui reste associée au processus de mesure
choisi afin de garantir que la vraie valeur est dans un intervalle estimé à partir de la valeur mesurée et
de l’erreur probable. Pour pouvoir procéder au réglage de l’appareil de mesure, il faut disposer de
grandeurs de référence qui sont données par les grandeurs étalons.

9
1.2.1 Grandeurs étalons

Les étalons primaires sont utilisés pour définir les unités de base et pour fournir des grandeurs de
référence pour mesurer ces unités. Ainsi l’unité de masse est le kilogramme et est défini à partir d’une
barre étalon en alliage platine iridium conservé au bureau international des poids et mesures à Sèvres.
L’unité de temps est la seconde définie comme la durée de 9 192 631 770 périodes de la radiation
émise par la transition entre deux états fondamentaux de l’atome de césium 133. L’unité de longueur
est le mètre défini comme la distance parcourue par la lumière pendant 3.335641 × 10 −9 s . L’unité de
base des températures est le Kelvin défini comme 1/273.16 la température du poids triple de l’eau.
Finalement l’unité de courant électrique est l’ampère.

A partir de ces grandeurs primaires sont définies toutes les grandeurs dérivées : force, accélération,
pression, énergie, puissance, … Les étalons primaires sont ensuite utilisés pour définir toute une
hiérarchie d’étalons secondaires selon l’ordre suivant :

• Etalons primaires
• Etalons nationaux
• Etalons locaux
• Instruments de travail

Les étalons sont de moins en moins précis à mesure que l’on descend dans la hiérarchie. Un étalon
d’un niveau donné est défini par rapport à l’étalon de niveau supérieur et sert lui-même à définir
l’étalon de niveau inférieur qui est une référence moins précise de la grandeur mais beaucoup plus
facilement accessible. Les étalons de niveau supérieur sont très peu accessibles et ne peuvent en aucun
cas servir pour les mesures courantes. L’utilisateur final a généralement accès à l’étalon de niveau
inférieur qui lui sert à vérifier son instrument de mesure.

1.2.2 Etalonnage

L’étalonnage d’un instrument consiste à appliquer une valeur connue en entrée du système de mesure
afin de vérifier que la sortie correspond bien à la valeur attendue. La valeur d’entrée est obtenue grâce
à l’utilisation d’une grandeur étalon. En entrant différentes valeurs connues on peut obtenir en sortie
la courbe d’étalonnage y=f(x) de l’instrument qui permet de relier la valeur lue en sortie notée y à la
vraie valeur de la grandeur physique à mesurer notée x (voir figure 4). C’est particulièrement utile
lorsque la réponse de l’instrument est non linéaire. Ce type d’étalonnage est effectué par le fabricant
de l’appareil de mesure.

L’opération d’étalonnage permet aussi de déduire la justesse de l’instrument. La justesse est l’aptitude
de l’instrument à fournir la vraie valeur de la grandeur physique. En entrant une valeur connue, on
peut mesurer l’erreur due à l’instrument et définir la justesse par
 vraie valeur − valeur mesurée 
e = 1 −  x100

 vraie valeur 
L’étalonnage peut être simple ou multiple suivant que la valeur de sortie dépend d’une ou de plusieurs
grandeurs physiques d’entrée.

1.2.3 Sensibilité

Connaissant la courbe d’étalonnage, on peut définir la sensibilité de l’instrument au voisinage d’une


valeur d’entrée x1 par la relation
dy
K ( x1 ) =
dx x1

10
Cette grandeur permet de mesurer l’influence d’un changement de la valeur d’entrée sur la valeur de
sortie. Un bon instrument devra avoir une assez grande sensibilité. Lorsque la sensibilité est constante
la réponse de l’instrument est linéaire. Ce type d’instrument sera particulièrement recherché en raison
de sa facilité d’utilisation. La sensibilité devra être aussi indépendante que possible de la fréquence de
variation de la grandeur mesurée, du temps et d’autres grandeurs d’influence.

1.2.4 Les types d’erreur

On distingue deux grands types d’erreurs : les erreurs de biais et les erreurs de précision (voir figure
5). La précision d’un instrument traduit sa capacité à redonner la même valeur de sortie lorsqu’une
même valeur entrée est introduite à plusieurs reprises de façon indépendante. C’est une indication des
variations aléatoires apportées par le système. Cela ne nécessite pas d’étalonnage. On évaluera l’erreur
de précision en effectuant des mesures répétées d’une même valeur à différents instants et en calculant
l’écart type des valeurs obtenues. Elle est affectée par le système de mesure à travers sa répétabilité et
sa résolution, la variabilité temporelle et spatiale de la variable mesurée, les variations dans le mode
opératoire et dans les conditions environnementales, la procédure et la technique de mesure pouvant
varier légèrement d’une mesure à l’autre.

. valeur mesurée
valeur ajustée
3 .
. .
valeur de sortie, y [unité]

y=f(x)

2
.
. .
.
. . K(x) = dy/dx pour x=x 1

. . .
1

. .
0 . . .
0 1 2 3 x1 4 5
valeur d’entrée, x [unité]
Figure 4 : Courbe d’étalonnage

L’erreur de biais est la différence entre la moyenne des valeurs mesurées et la vraie valeur. Elle est
plus difficile à estimer. Il faut pour cela comparer les valeurs mesurées avec d’autres valeurs obtenues
par différents moyens comme : un étalonnage plus précis, une méthodologie différente, ou des
comparaisons entre laboratoires.

L’erreur totale de mesure est la somme de l’erreur de biais et de l’erreur de précision. Un instrument
juste doit minimiser les deux sources d’erreur. Ces erreurs supposent que tous les étalonnages
possibles pour réduire les erreurs de biais ont été faits. C’est l’erreur restante dans l’instrument de
mesure. Chaque partie du système de mesure est affectée par ces types d’erreur. Ces erreurs doivent
être déterminées au niveau de la conception de l’ensemble capteurs plus instrument afin de garantir a
priori la justesse des mesures qui seront effectuées avec l’instrument.

11
vraie valeur

valeur mesurée

erreur de biais



● ●


moyenne des valeurs mesurées



erreur de précision



Figure 5 : Erreurs de mesure

1.2.5 Les différentes causes d’erreur

Erreur d’étalonnage

L’étalonnage a pour but de réduire les erreurs mais ne peut pas les éliminer complètement. La
grandeur étalon utilisée pour étalonner le système n’est pas parfaite et engendre une petite erreur de
même que la mise en œuvre de la procédure d’étalonnage.

Hystérésis

On peut balayer la plage de valeurs d’entrée d’un système en partant de la plus petite valeur vers la
plus grande ou au contraire de la plus grande vers la plus petite. Pour une même valeur d’entrée le
système peut donner deux valeurs différentes suivant le sens de balayage. On définit alors l’erreur
d’hystérésis par
yhaut − ybas
%emax = x100
ymax
Ce phénomène peut être produit par exemple par des effets de viscosité ou de charge électrique
résiduelle dans le système.

Erreur de linéarité

Beaucoup d’instruments sont conçus pour fournir une relation linéaire entre la valeur physique entrée
dans le système et la valeur lue en sortie. Mais comme les systèmes réels ne sont jamais parfaitement
linéaires, une erreur est introduite à ce niveau et peut être estimée par
yL − y
% eL = x100
ymax
où y L est la valeur du système linéaire, y la valeur réelle de sortie et y max la valeur maximale fournie
par l’instrument.

Erreur de sensibilité

La valeur mesurée est définie à partir du signal fourni par le capteur grâce à la mesure préalable de la
sensibilité du système. Les erreurs de précision, par exemple, limitent la connaissance possible de la

12
sensibilité du système qui n’est connue qu’avec une certaine indétermination. Cela définit l’erreur de
sensibilité.

La résolution de l’instrument

L’erreur due à la résolution de l’instrument peut être évaluée par

u 0 = ±1 / 2 résolution (95%)

où la résolution est la plus petite valeur mesurable par l’instrument.

Grandeur d’influence

Le système peut, lors de son utilisation, être soumis non seulement au mesurande mais également à
d’autres grandeurs physiques dont les variations peuvent influencer la valeur de la grandeur de sortie
(électrique). Ces variations sont impossibles à distinguer de l’action du mesurande. Les principales
grandeurs d’influence sont la température (qui a des effets électrique, mécanique, géométrique), la
pression, l’accélération et les vibrations (déformations, contraintes), l’humidité (constante diélectrique,
résistivité, isolation électrique), les champs magnétiques variables ou statiques (f.e.m., résistivité), la
tension d’alimentation, l’amplitude et la fréquence (grandeur de sortie électrique). Pour tenter d’éviter
ces problèmes il faut mettre tout en œuvre pour réduire leur importance et si cela n’est pas possible, il
faut au minimum stabiliser les grandeurs d’influence et effectuer un étalonnage aussi précis que
possible.

Récapitulation sur les erreurs

Les erreurs peuvent se classer en trois types :


1. Les erreurs d’étalonnage
• Erreur par rapport aux étalons primaires
• Erreur due à la technique d’étalonnage
2. Erreur d’acquisition de données
• Erreur due aux capteurs
• Erreur due à l’appareil de mesure
• Erreur due aux variables non contrôlées
3. Erreur due à l’analyse des données
• Technique des moindres carrés
• Courbe d’étalonnage ajustée
• Erreur de troncature

1.2.6 Etude statistique

Supposons que l’erreur de biais est négligeable, on peut estimer la vraie valeur de la moyenne xvrai à
partir de la moyenne de la grandeur mesurée x mes avec un écart u x et une probabilité P par
xvrai = x mes ± u x (P%)
Par exemple pour une loi normale, en notant σ l’écart type, nous avons
x mes − σ < x vrai < x mes + σ (68,26%)
x mes − 2σ < xvrai < x mes + 2σ (95,45%)
x mes − 3σ < xvrai < x mes + 3σ (99,73%)
A partir d’un échantillon de N valeurs mesurées, on peut estimer la moyenne et la variance par les
formules

13
N
1
x=
N
∑x i =1
i

1 N
∑ ( xi − x )
2
S x2 =
N − 1 i =1
si la variable x suit une loi gaussienne, on peut estimer un intervalle de confiance par la formule
xi = x ± t N , P S x ( P%)
où t N , P est la distribution de Student pour la probabilité P et le nombre de valeurs N. L’intervalle de
confiance sur la variance x est obtenu à partir d’une loi normale, pour S x2 il est obtenu à partir de la
loi du Chi-carré. On se référera au cours de statistique pour une étude plus développée du sujet.

1.2.7 Combinaison de différentes erreurs


La combinaison de diverses sources d’erreur se fait suivant la formule suivante
u t = ± e12 + L + en2
où les ei sont les erreurs dues à des causes élémentaires. Il faut pour cela que les unités de mesure des
erreurs soient cohérentes et que les niveaux de probabilité soient les mêmes (en général 95%).

Exemple :

Un instrument mesurant une force a les propriétés suivantes


Résolution : 0.25 N
Erreur de linéarité : 0.20 N
Erreur de répétabilité : 0.30 N

On a donc e1 = 0.20 N , e2 = 0.30 N , l’erreur de résolution est e0 = 0.125 N . L’erreur globale due à

cet instrument peut être évaluée par u = ± (0.125) 2 + (0.2) 2 + (0.3) 2 = ±0.38 N (95%) .

Dans le cas où la valeur mesurée dépend de plusieurs facteurs, par exemple R = f ( x 1 , x 2 , K , x n ) ,


l’incertitude sur R est
2
 ∂R
n

u R = ± ∑  u xi  ( P %)
i =1  ∂x i 

Exemple : un capteur de déplacement a une courbe d’étalonnage y = KE avec K = 10.10mm / V ,


u K = ±0.10mm / V . On cherche l’erreur autour de la valeur E = 5.00V avec u E = ±0.01V . On a
alors
2 2
 ∂y   ∂y 
uy = ±  uE  +  uK  = ±0.51mm (95%)
 ∂E   ∂K 

1.3 Les capteurs

1.3.1 Principes physiques

Les capteurs sont des dispositifs qui soumis à l’action d’un mesurande présente une caractéristique de
nature électrique (impédance, charge, tension, courant, …) fonction du mesurande. Ils peuvent être
divisés en deux catégories : les capteurs actifs et les capteurs passifs. Le capteur actif se comporte

14
comme un générateur : il est vu de sa sortie comme étant une charge, une tension ou un courant relié
directement au mesurande. Le capteur passif se comporte comme une impédance : la sortie du capteur
est donc une résistance, une inductance ou une capacité.

Les capteurs actifs sont basés sur un effet physique assurant la conversion en énergie électrique de la
forme d’énergie propre au mesurande (thermique, mécanique ou rayonnement). Les principaux
capteurs actifs sont indiqués dans le tableau 1.

Les effets physiques mis en œuvre dans ces différents capteurs sont les suivants
• Thermoélectrique
Deux conducteurs de natures chimiques différentes, dont les jonctions sont à des températures
T1 et T2, forment un circuit qui est le siège d’une f.e.m : e(T1,T2). La détermination d’une
température inconnue est possible à partir de la mesure de e lorsque la température T2 est
connue.

Mesurande Effet utilisé Grandeur de sortie

Température Thermoélectricité Tension

Force, pression, Piézoélectricité Charge


accélération
Vitesse Induction électromagnétique Tension

Position (aimant) Effet Hall Tension

Tableau 1 : Principes physiques des capteurs actifs


• Piézoélectrique
L’application d’une force ou d’une contrainte mécanique sur les matériaux piézoélectiques
entraîne une déformation générant l’apparition de charges électriques égales et de signes
contraires sur les faces opposées. La mesure de force peut s’effectuer à partir de la tension lue
aux bornes d’un condensateur (dont la charge varie par l’effet de cette force sur l’élément
piézoélectrique).

• Induction électromagnétique :
Si un conducteur se déplace dans un champ d’induction fixe, il est le siège d’une f.e.m.
proportionnelle au flux coupé par unité de temps. La mesure d’une f.e.m. d’induction permet la
détermination de la vitesse de déplacement générant celle-ci.

• Effet Hall :
Une plaquette (de matériau type semi-conducteur) est parcourue par un courant l. Cette plaquette
est soumise à une induction faisant un angle avec le courant. Une tension V apparaît alors dans
une direction perpendiculaire à l’induction et au courant. Il est possible ainsi de déterminer la
position d’un objet en lui liant un aimant.

Les capteurs passifs fonctionnent comme une impédance dont l’un des paramètres est sensible au
mesurande. Ils peuvent être influencés par des propriétés géométriques ou par la résistivité,
perméabilité magnétique, … Cette variation d’impédance est due à l’action du mesurande sur :

• Les caractéristiques géométriques ou dimensionnelles : à chaque position d’un élément mobile


correspond une valeur de l’impédance. En mesurant cette impédance, le déplacement peut être
obtenu (potentiomètre, inductance à noyau mobile, condensateur à armatures mobiles).

15
• Les propriétés électriques des matériaux : la déformation résulte de forces appliquées directement
ou non sur le capteur, (jauge d’extensiométrie liée rigidement à une structure soumise à une
contrainte).

Les propriétés électriques des matériaux peuvent influencer plusieurs grandeurs physiques
(température, éclairement, pression, humidité, …). La mesure est effectuée en intégrant le capteur
dans un circuit électrique alimenté appelé conditionneur. Celui-ci peut être soit un montage
potentiométrique, soit un pont d’impédance qui à l’équilibre donne l’impédance et en déséquilibre
donne une mesure de la variation de l’impédance. Les principaux capteurs passifs sont indiqués dans
le tableau 2.

Mesurande Caractéristique électrique sensible

Température Résistivité

Déformation Résistivité
Perméabilité magnétique

Humidité Résistivité

Position (aimant) Résistivité

Tableau 2 : Principaux capteurs passifs

1.3.2 Les différents types de capteurs

Une liste très sommaire des différents capteurs permet de distinguer les capteurs suivants
1. Capteurs optiques
• cellule photoconductrice : capteur résistif très sensible
• capteur photoémissif
• détecteur thermique
• capteurs d’images
• fibres optiques
2. Capteurs de température
• méthodes optiques basées sur la répartition spectrales du rayonnement émis par l’effet doppler
dû à l’agitation thermique
• méthodes mécaniques fondées sur la dilatation d’un solide, d’un liquide ou d’un gaz à pression
constante
• méthodes électriques reposant sur la variation thermique de la valeur d’une résistance
3. Capteurs de position et de déplacement
• le capteur fournit un signal fonction de la position de l’une de ses parties liée à l’objet. Les
exemples sont le potentiomètre, l’inductance à noyau mobile, le condensateur à armature
mobile.
• le capteur fournit une impulsion à chaque déplacement élémentaire
4. Capteurs d’accélération, de vibration et de choc
• accéléromètre
• capteurs piézoélectriques
5. Capteurs de force
• capteurs piézoélectriques

16
6. Capteurs à jauge
• capteurs composites avec corps d'épreuve

Les capteurs seront étudiés plus en détail lors des différents TP.

1.3.3 Les bases de données

La gamme des capteurs utilisables est très vaste et le nombre de capteurs différents en mécanique peut
atteindre plusieurs milliers. Ils se distinguent par leurs caractéristiques techniques et par les sociétés
fabricant ces capteurs. Pour aider les utilisateurs, il existe des bases de données permettant de
sélectionner un ou plusieurs capteurs répondant à des spécifications définies par l’utilisateur.
L’exemple ci-dessous donne une sortie d’une base de donnée pour la recherche d’un capteur de
pression.
Cas de recherche d’un capteur de pression
FOURNISSEUR: VEGA_TECHNIQUE
CONSTRUCTEUR: VEGA_TECHNIQUE
DESIGNATION: VEGABAR 44
ETENDUE DE MESURE (bar): 1 2.5 5 10 20 40 60
TYPE DE CAPTEUR: absolu
ELECTRONIQUE INTEGREE: oui
SIGNAL DE SORTIE: 4-20mA numerique
PROTOCOLE NUMERIQUE: HART PROFIBUS PA
SENSIBILITE: ns
ALIMENTATION: 12-36V continu
CONNEXION DE SORTIE: bornier
DIMENSIONS (mm): longueur=85 longueur=85 hauteur=140
MASSE (grammes): nc
RACCORD: autre
DIMENSIONS DU RACCORD: nc
TEMP. UTILISATION MINI (°C): -40
TEMP. UTILISATION MAXI (°C): 130
TENUE AUX VIBRATIONS: 4g de 5Hz a 100Hz
INDICE DE PROTECTION: IP65
TENUE ATMOSPH. EXPLOSIVE: opt
RESISTANCE CORROSION: inox 316ti, PVDF
FIABILITE: MTBF=260000 heures
TECHNOLOGIE: capacitif ceramique
INCERTITUDE MESURE (% EM): +/-0.1
DERIVE TEMP ZERO (%EM/°C): +/-0.002
DERIV TEMP SENSIB (%mes/°C): nc
DERIVE DANS LE TEMPS: +/-0.1%/12 mois
BANDE PASSANTE: nc
FREQ. DE RESONANCE (kHz): nc
TEMPS DE REPONSE (ms): 200
SURCHARGE ADMISSIBLE (bar): 25 35 45 60 90 140 200
COMMENTAIRE: agrements ATEX II 1G EEx ia IIC
COMMENTAIRE: ATEX II 1/2G EEx d ia IIC + membrane arasante
DELAI DE LIVRAISON (jours): 20
CODE PRIX: E

1.4 Les moyens d’acquisition et d’analyse

La sortie d’un système de mesure est souvent un signal électrique. Ce signal provient de la
transformation d'une grandeur physique en signal électrique à l'aide d'un phénomène électrique ou
électromagnétique puis est transmis au système d'acquisition qui est généralement un système
électronique. On distingue les systèmes analogiques et les systèmes numériques.

17
1.4.1 Moyens analogiques

Les moyens analogiques utilisent et traitent des signaux continus. Les exemples qui suivent présentent
les principaux moyens analogiques utilisés dans la pratique.

1.4.1.1 Galvanomètres et potentiomètres

Pour mesurer des courants on utilise des galvanomètres qui engendrent une force ou un moment
lorsqu’un conducteur parcouru par un courant est placé dans un champ magnétique. La figure 6
présente un galvanomètre mesurant des courants continus à partir d'un moment engendré par le
passage d'un courant. Ce moment vaut T = NIAB sin α où N est le nombre de boucles de courant, I
l'intensité du courant, A la surface de la boucle de courant, B la valeur du champ magnétique et
α l'angle entre la normale à la boucle de courant et le champ magnétique. Ce moment est équilibré par
un ressort de rappel.

pointeur

échelle
ressort

aimants permanents

Figure 6 : Principe du galvanomètre

Les signaux fournis par les capteurs sont souvent des tensions électriques dont les valeurs s’étendent
de quelques µV à quelques volts. Pour mesurer des tensions continues on peut employer un
galvanomètre en série avec une résistance de valeur connue comme sur la figure 7. Une autre
possibilité est d’utiliser un potentiomètre dont le schéma de principe est donné sur la figure 8. La
résistance entre les points A et B dépend linéairement de la distance entre ces deux points. Lorsque le
courant est nul dans le galvanomètre, on a la relation E m = E AB . On mesure ainsi E m en bougeant le
point A pour annuler le courant dans le galvanomètre et la tension est alors donnée par
R AB
Em = Ei
RT
lorsque le courant E i est connu. Les potentiomètres sont surtout utilisés pour mesurer de faibles
tensions avec une précision de l’ordre du µV.

18
1.4.1.2 Oscilloscope

Pour des signaux qui ont des composantes hautes fréquences, le moyen le plus utilisé est l’oscilloscope
cathodique. Il peut couvrir des fréquences allant du continu jusqu’à quelques mégaHertz. Une
photographie d’un oscilloscope est donnée sur la figure 9. Le principe de fonctionnement est basé sur
un faisceau d’électrons qui est dévié par un champ magnétique créé entre une paire de plaques
horizontales et verticales. L’impact des électrons sur le revêtement phosphorescent de l’écran crée une
trace visible.

voltage continu
à mesurer
Figure 7 : Voltmètre

+ Galvanomètre
Ei A G
-

E AB Em

B
Figure 8 : Potentiomètre

Figure 9 : Oscilloscope

19
1.4.1.3 Mesure de résistances

Pour mesurer des résistances électriques on utilise soit un ohmmètre, soit un pont de Wheastone. Le
principe d’un pont de Wheastone est indiqué sur la figure 10. On cherche à mesurer la valeur de la
résistance R1 qui varie en fonction d’une grandeur physique que l’on cherche à déterminer. Un courant
continu est engendré entre les points A et D. Lorsque le courant mesuré par le galvanomètre est nul, le
pont est dit équilibré et nous avons les relations :

I 1 R1 − I 3 R3 = 0
I 2 R2 − I 4 R 4 = 0
I1 = I 2
I3 = I4

B Ig

R1 R
2
I1 I2
D G
A
I I4
3

R3 R
4

C
+

Ei
Figure 10 : Pont de Wheastone

Ces relations donnent


R2 R4
=
R1 R3
Une méthode de mesure possible consiste à avoir une résistance variable R2 de valeur connue que
l’on ajuste pour annuler le courant dans le galvanomètre. Une autre possibilité est de mesurer la
tension entre les points B et C avec un appareil de très grande résistance interne pour que le courant
circulant dans l’appareil soit très faible. La tension mesurée est alors
E = I 1 R1 − I 3 R3
ce qui donne
 R1 R3 
E = E i  − 
 R1 + R2 R3 + R4 
Supposons que dans l’état initial E = 0 et que les valeurs des résistances soient toutes égales, une
modification de la résistance R1' = R1 + δR engendre une tension donnée par

20
δE δR / R
=
Ei 4 + 2δR / R
dont la mesure permet de connaître la variation de résistance δR .

1.4.1.4 Amplificateurs et filtres

D’autres types d’appareils analogiques sont utilisés dans les montages électriques. On trouve d’abord
des amplificateurs dont la fonction est de changer l’amplitude des signaux suivant une loi du type

E sortie (t ) = h{E entrée (t )}

où h est une fonction mathématique. Le cas le plus simple et le plus fréquent est

h{E entrée (t )} = GE entrée (t )

pour lequel l’amplification est un gain constant de valeur G. Les amplificateurs ont une valeur limite
pour la tension d’entrée et une borne supérieure en fréquence au delà de laquelle le gain chute
rapidement.

Les filtres sont utilisés pour supprimer des bandes de fréquences dans un signal. On trouve des filtres
passe-bas, passe-haut, passe-bande et coupe-bande, voir figure 11. Ces formes idéales de filtres ne
peuvent pas être obtenues en réalité. Dans la pratique, il y a une zone de transition au-delà de la
fréquence de coupure et le filtre réel a l’allure donnée sur la figure 12. On évalue la vitesse de
décroissance de l’amplitude en décibel par décade.

Un exemple de filtre est un filtre passe-bas de Butterworth représenté sur la figure 13. Il vérifie la
relation
RCE& s + E s = E e

et sa pente est de 20 dB par décade. Lorsque l’on assemble k étages de filtres élémentaires, on obtient
un filtre global dont la réponse en fréquence vaut
1
M( f ) =
[1 + ( f / f ) ]c
2k 1/ 2

avec f c = 1 /( 2πRC ) , voir figure 14.

21
passe−bas passe−haut
1 1

passe−bande stop−bande
1 1

Figure 11 : Différents types de filtres

bande passante
1

bande de transition

fc f
Figure 12 : Filtre réel

R
C
Ee(t) Es(t)

Figure 13 : Filtre de Butterworth

22
Rs L2 L4
Ee(t) C1 C3 C5 RL Es(t)

Figure 14 : Filtre à k étages

1.4.2 Moyens numériques

La numérisation consiste à transformer un signal continu en un signal discret à la fois en temps et en


amplitude, voir figure 15. Pour que ce processus se fasse sans perte d’information, il faut vérifier le
critère de Shannon qui s’exprime par
fe > 2 fm
où f e est la fréquence d’échantillonnage et f m la plus grande fréquence contenue dans le signal
continu. La relation précédente peut aussi s’exprimer par
1
δt <
2 fm
où δt est la période d’échantillonnage.

. .
.. ..
. .. .
. . ..
.
Figure 15 : Discrétisation d’un signal continu

Un échantillonnage avec un pas de temps δt trop grand conduit à un signal échantillonné qui ne
reproduit pas le vrai contenu fréquentiel du signal d’origine, c’est le phénomène de repliement. Pour
éviter cela il faut d’abord filtrer un signal par un filtre passe-bas de fréquence de coupure f e / 2 avant
de l’échantillonner.

La conversion entre les signaux analogiques et numériques est réalisée par des convertisseurs
particuliers. Les convertisseurs analogiques numériques convertissent un signal continu en un signal
discret. Les principaux points définissant la qualité d’un convertisseur sont la résolution (8 bits, 12
bits, 16 bits), la plage de voltage acceptable en entrée, par exemple 0-10V ou –5V +5V, et la vitesse de
conversion. Les convertisseurs numériques analogiques sont soumis aux mêmes contraintes.

23
Figure 16 : Carte d’acquisition

Ces systèmes se retrouvent sur des cartes d’acquisition qui permettent de capter des signaux
analogiques pour les transformer en signaux numériques exploitables sur ordinateur, voir figure 16.
Ces cartes sont connectées sur la carte mère d’un PC.

24
2. Les plans d'expériences
Richard LINDER

2.1 Introduction

2.1.1 Aspects historiques de l’expérimentation

L’expérimentation intervient dans la plupart des domaines d’activité, mais elle s’est surtout
développée depuis le 17ème siècle, essentiellement grâce à l’essor de la mécanique qui a notamment
permis une mesure plus précise du temps. Elle a ainsi pu devenir un concept autonome dont le but est
le développement de la connaissance, et différent de celui de l’empirisme dont le but est d’abord
utilitariste.
Son domaine n’a cessé de s’étendre :

• avec le développement des moyens de mesure, grâce à une grande facilité des mesures et de leur
traitement à un coût très réduit ;
• avec le développement des moyens de calcul ; l’expérimentation numérique est devenue une
activité importante, à l’aide de codes d’éléments finis par exemple ; à son tour cette expérimen-
tation numérique peut demander des validations expérimentales non numériques ;
• avec le développement des connaissances dont on aurait pu croire qu’elles permettraient d’écono-
miser des expériences, ce qui est effectivement le cas pour certaines questions, mais il permet par
ailleurs de se poser de nouvelles questions qui demandent de nouvelles expérimentations.
La méthode expérimentale reste la voie royale pour l’acquisition de nouvelles connaissances, de savoir
faire, pour le développement d’outils techniques. Nous examinerons un peu plus précisément quel est
son statut.

2.1.2 Les buts de l’expérimentation, ses paradoxes

• Le but d’une expérimentation est d’établir s’il existe une relation de dépendance entre certains
facteurs, et de la modéliser.

• Sa mission première est de produire des données objectives ou FAITS nouveaux de préférence :
ceux que la logique ne permettait pas de prévoir (déduire) à partir des connaissances déjà
acquises.

• Cependant l’expérimentation n’est pas la simple observation des faits. Elle participe d’une
démarche générale de type inductif-déductif.
La simple observation des faits ne produit rien à elle seule ; les faits acquièrent une dimension
nouvelle dans la mesure où ils sont suivis d’un travail de remontée (induction) vers une idée générale.
Le problème est que « il n’y a pas de règle générale permettant de faire naître dans le cerveau de
l’homme, à propos d’une observation donnée, une idée juste et féconde » comme l’a dit Claude
Bernard. Ceci laisse le champ libre à l’imagination.
La recherche expérimentale intervient aux divers stades du développement de la
connaissance :

• dans la découverte parfois fortuite de certains phénomènes ;


• dans la recherche des causes d’un phénomène ;
• dans l’élaboration de modèles mathématiques ;

25
• dans la recherche d’idées plus générales (induction) dont on aura besoin de vérifier les
conséquences (déduction).
L’expérimentation fait partie d’une démarche générale de résolution de problèmes qui peut être
schématisée comme suit.

définition des buts analyse des problèmes


problèmes à résoudre dans définition des contextes
le monde pratique

élaboration recherche de savoirs


de modèles pour résoudre les problèmes ;
= outils si insuffisance :
(logiciels, matériels, appel à l’expérimentation
procédures …)

L’expérimentation présente quelques possibilités paradoxales mais intéressantes

• On peut compter sur le hasard ou sur l’indétermination pour faire une découverte : on laisse faire
la nature. Mais le plus souvent on cherche à encadrer ce hasard.
• Souvent on peut trouver des moyens pratiques d’action, sans forcément bien comprendre les
causes, le mécanisme précis ; souvent on utilise des phénomènes, des modèles, sans être certain de
leur parfaite adéquation. C’est le pari de l’empirisme.

2.2 L’expérimentation et la construction d’un plan d’expériences.


Définitions.

Souvent le but est d’établir une relation entre une grandeur exogène y (la réponse de l’unité
expérimentale ou le résultat de l’expérience) et des facteurs causaux {xj}.Un essai élémentaire i
donnera alors le résultat Yi = f{Xij}. Dans une expérimentation on a généralement besoin de faire
varier les facteurs causaux dans différents essais élémentaires, certains devant être fixés à un niveau
préétabli pendant chaque essai ou expérience élémentaire, d’autres devant être contrôlés dans leur évo-
lution temporelle par exemple ; nous examinerons ce problème de façon plus précise un peu plus loin.
Pour pouvoir trouver un modèle pour y il faudra que les facteurs ou variables recouvrent suf-
fisament bien l’espace défini par les facteurs. Nous pouvons imaginer que les possibilités de combiner
les variations des facteurs entre elles deviennent très nombreuses lorsque le nombre de ces facteurs
croît et que leur réponse est de moins en moins linéaire. On peut ainsi chercher à structurer l’en-
semble de ces variations de façon à obtenir l’information avec une qualité et une économie suffisantes.
La démarche intuitive a fait les preuves de son incapacité à établir une structuration qui soit optimale
par rapport au double objectif :

• de qualité : le résultat, le modèle obtenus contiennent-ils effectivement l’information souhaitée et


sont-ils d’une précision suffisante ?
• de coût, notamment en nombre d’essais.

26
2.2.1 Schéma d’une expérience, quelques définitions

Paramètres
{ paramètres d’entrée
d’entré fixes, à contrôler}
fixes ou à contrôler

rétroaction

Facteurs blocs
Unités
Unité
Perturbations
expérimentales
expérimentale
aléatoires

Mesures Modèles a priori


paramètres

Résultats

Tests
statistiques

Modèle définitif
Modèle définitif

• On appelle facteur l’une des causes pouvant influencer le résultat. Certains facteurs peuvent être
contrôlables et seront contrôlés, d’autres peuvent ne pas être contrôlés et agir comme des
perturbations parasites plus ou moins aléatoires, ou encore comme des facteurs blocs qui sont
liés à des lots de matériaux, à des différences d’origine des résultats (différents laboratoires,
différents expérimentateurs).

• On appelle niveau d’un facteur ou modalité de ce facteur, une des valeurs particulières que celui
prendra au cours d’un essai élémentaire. On est amené à choisir le nombre de niveaux qu’il sera
utile d’utiliser pour chacun des facteurs afin de décrire correctement les effets produits par chacun
de ces facteurs, et leurs interactions éventuelles.

• Dans un essai élémentaire chacun des facteurs contrôlés se verra attribuer un niveau. On appelle
traitement un ensemble contenant un niveau pour chaque facteur. Un traitement définit ainsi une
expérience élémentaire pouvant éventuellement être répétée pour améliorer la précision du modèle
recherché. Il n’est généralement pas souhaitable que les répétitions soient éxécutées consécu-
tivement ; souvent l’ordre de l’ensemble des essais est choisi de façon aléatoire pour stabiliser le
résultat par rapport aux éventuels effets blocs ou aux dérives temporelles qui sont fréquentes.

• L’ensemble ordonné des traitements définissant tous les essais élémentaires d’une expérimen-
tation et de leurs itérations constitue le plan d’expériences ; sa réalisation devra permettre de
trouver au moins un modèle.

27
2.2.2 Définition des effets principaux des facteurs et de leurs interactions sur
un cas simple

• Un plan factoriel est un plan dans lequel tous niveaux de tous les facteurs sont combinés entre eux.
• Parmi différents types de modélisation possible adaptés à un plan factoriel on considère un modèle
qui est appelé le modèle multilinéaire général. Dans ce type de modèle on considèrera des
facteurs aussi bien quantitatifs (pouvant varier de façon continue) ou qualitatifs (et discontinus), et
on utilisera des définitions générales applicables dans les deux cas.
• On appelle effet principal le résultat qui est produit isolément par chaque facteur.
• On appelle interaction entre deux facteurs l’effet qui est produit en plus de la somme des effets
principaux par la variation simultanée de ces deux facteurs.
Exemple : plan factoriel à 2 facteurs A et B ayant 2 niveaux chacun.
Y B Y Y A
2 2
Effet principal
du facteur A Interaction
moyenne AB y. 2 moyenne

y2.
1

1
y1. y. 1
Effet principal
du facteur B

1 2 A 1 2 A 1 2 B

On désigne par yij. le résultat moyen (sur les répétitions) obtenu pour le niveau i du premier facteur et
le niveau j du second facteur, le point servant à indiquer que l’on prend la moyenne sur le 3ème indice
qui est l’indice de répétition.
On désigne par A, B les effets principaux des deux facteurs correspondants, et par AB l’interaction
entre les deux facteurs. Pour des plans à 2 niveaux on peut utiliser les définitions suivantes :

2A = y2. . – y1. . 2B = y.2. – y. 1. 4AB = y22. – y21. – (y12. – y11.)


= Σi sign(i) yi.. = Σj sign(j) y.j. = y22. – y12. – (y21. – y11.)
= y11. – y12. – y21. + y22. = Σij sign(i) sign(j)yij.
On voit que l’effet principal d’un facteur est la différence entre ses moyennes marginales (on prend la
moyenne sur les autres facteurs, points noirs du graphe). On voit que l’interaction est une différence
entre les effets de l’un des facteurs lorsque l’autre facteur passe d’un niveau à l’autre. En codant les
niveaux inférieurs par –1, et les niveaux supérieurs par +1 on obtient des expressions de type produits.
• On peut montrer après quelques calculs que la réponse estimée de ce plan s’écrit alors :
Yij = M + Sign(i) A + B sign(j) + sign(i) sign(j) AB
Plus généralement le modèle peut s’écrire de façon symbolique (ou tensorielle), e étant une erreur :
Y = M+A+B+AB+e (la moyenne plus l’effet du facteur A, plus l’effet de B, plus l’interaction AB).

• On voit que les relations de type produit sont généralisables pour les plans factoriels avec un
nombre de facteurs quelconques à 2 niveaux. On verra ces écritures généralisées à la fin de 2.2.4.

28
2.2.3 Le problème des plans d’expériences : comment faire varier les
facteurs ?

Un plan d’expériences est l’ensemble ordonné des essais correspondant aux différents traitements
et à leurs itérations, permettant de déterminer au moins un modèle.

Comment faire varier les facteurs ?


• chacun isolément, à tour de rôle (les autres restant constants : « toutes choses égales par
ailleurs ») ; c’est le cas dans la figure de gauche ci dessous où le plan comporte 4 points ;
• tous ensemble ; c’est le cas de la figure de droite où le plan comporte 8 points ; mais est-ce
possible, et comment ?
• peut-on se contenter de faire varier les facteurs de façon plus ou moins aléatoire ?
• quelle sera la qualité prévisionnelle du modèle obtenu dans chaque cas ?
• quel sera le nombre d’essais compte tenu des répétitions qui seront nécessaires pour assurer une
qualité suffisante au modèle, quel sera le rapport qualité/coût pour différentes possibilités ?

5 7
8 8
4 6

3
1
1 3
2
2 4

2.2.4 Quel type de modèle ?

1. Le modèle multilinéaire généralisé :

• Le résultat prévisionnel est la somme des effets principaux de chaque facteur et d’interactions
de rang croissant (entre couples de facteurs, entre triplets, …).
• C’est un modèle empirique ; il s’applique aussi bien à des facteurs quantitatifs qu’à des facteurs
qualitatifs.
• Il permet des structures de plans très variées, les unes très légères (plans de dégrossissage, peu
précis mais avec un nombre élevé de facteurs), les autres plus lourdes (suivant le nombre
d’interactions retenues : plans factoriels fractionnaires de différentes résolutions).
2. Un modèle reposant sur une théorie scientifique, généralement non linéaire :

• On tente de construire un plan optimal par rapport à la définition du modèle avec une méthode
d’optimisation ; le problème est généralement difficile (temps de calcul long) ;
• La précision du modèle dépend fortement du plan d’expériences (la robustesse est peu évidente).
Le problème est que souvent on connaît mal le modèle.
L’exemple suivant permettra d’illustrer la problématique du type de plan et ce qu’est un modèle
multilinéaire généralisé. On donnera des exemples d’exploitation de plans ayant des structures
différentes, et permettant de comparer les qualités respectives des modèles qu’ils permettent d’obtenir.

29
2.3 Comparaison de deux plans en étoile et d’un plan factoriel
On veut étudier les effets de 3 facteurs A, B, C.

On suppose qu’il suffit de 2 niveaux par facteur.


Quel plan choisir ?
1. Le plus intuitif : plan en étoile décentré : il consiste à faire varier un seul facteur à la fois
à partir d’un point de référence (le point 1) ; il comporte 4 points (traitements).
2. Plan amélioré : plan en étoile centré : les points sont symétriques par rapport à un centre
qui ne fait pas partie des traitements du plan ; il comporte ainsi 6 points.
3. Plan factoriel : il comporte les 8 combinaisons possibles, mais est-ce le plus coûteux ?

5 7

4 3 4 6 8

1 3 5 2 1 3
1
2 6
2 4

Modèles admissibles

Pour simplifier on considérera des facteurs quantitatifs x1, x2, x3 , y étant la réponse du
système expérimental ; pour chacun des 3 plans on peut envisager respectivement les modèles
suivants :
y = a0 + a1x1 + a2x2 + a3x3 + e
y = a0 + a1x1 + a2x2 +a3x3 + e
y = a0 + Σ aixi + Σi > j bij xixj + c x1x2 x3 + e

Le domaine expérimental et la normalisation des facteurs : les niveaux de tous les facteurs
sont codés par ±1, éventuellement 0 pour le niveau intermédiare, ce codage conduisant à un
bon conditionnement des matrices du modèle et à une bonne précision de la résolution des
systèmes linéaires. Pour chaque plan les réalisations du modèle sont notées sous la forme
matricielle suivante où chaque ligne corr-respond à un essai :

Y=XA+e

X = {I | x1 | x2 | x1x2 | … } matrice des réalisations du modèle

Y vecteur des observations ; e vecteur erreur aléatoire, centré : E(e) = 0.

30
Les 3 matrices X relatives aux trois plans seront détaillées plus loin. L’estimation statistique des
coefficients des modèles peut s’effectuer suivant la méthode des moindres carrés dont on rappelle les 2
résultats les plus importants concernant l’estimation du vecteur coefficient A et de sa matrice de
covariance, XTX étant inversible (X est de rang plein dans ces exemples) :
A = (XTX)-1 XTY
Cov A = s2(XTX)-1
s2 estimation de la variance expérimentale supposée connue pour les plans 1, 3, estimable avec le plan 2.

• Les tableaux suivants contiennent les matrices X pour les 3 plans.


Les signes – sont équivalents à –1 et les signes + à +1. La colonne de 1 correspond à la constante.

Plans en étoile
Décentré Centré
A B C I A B C I
1 - - - + 1 1 0 0 1
2 + - - + 2 0 1 0 1
3 - + - + 3 0 0 1 1
4 - - + + 4 -1 0 0 1
5 0 -1 0 1
6 0 0 -1 1

Plan factoriel

Traite- EFFETS INTERACTIONS


ments = niveaux des facteurs (D)
A B C AB AC BC ABC I=M
1 (1) - - - + + + - +
2 a + - - - - + + +
3 b - + - - + - + +
4 ab + + - + - - - +
5 c - - + + - - + +
6 ac + - + - + - - +
7 bc - + + - - + - +
8 abc + + + + + + + +

Matrices de covariance des vecteurs A, AT = (A, B, C, … , M)

Les 3 tableaux suivants contiennent les matrices de covariance C des vecteurs action.

Factoriel C(8,8) Etoile décentré C(4,4) Etoile centré C(4,4)

1/8 0 0 0 1/2 1/4 1/4 1/2 1/2 0 0 0


0 1/8 0 0 1/4 1/2 1/4 1/2 0 1/2 0 0
C=CovA = 0 0 1/8 0 1/4 1/4 1/2 1/2 0 0 1/2 0
s2(XTX)–1 0 0 0 1/8 1/2 1/2 1/2 1 0 0 0 1/6
orthogonal non orthogonal
équilibré non non
optimal non non
interactions non non

31
• La précision des coefficients peut être caractérisée par leur variance qui correspond aux termes
diagonaux des matrices. Ainsi la variance de la moyenne est égale à s2 pour le plan décentré,
à 1/6 s2 pour le plan en étoile centré, et à 1/8 s2 pour le plan factoriel. La variance des autres
coefficients est égale à ½ s2 pour le plan décentré et pour le plan en étoile centré, et à 1/8 s2
pour le plan factoriel. Pour le plan décentré les estimations des effets principaux présentent
d’assez fortes corrélations (termes extra diagonaux 1/2), ce qui est peu favorable à leur bonne
définition.

• On voit que le plan en étoile décentré, le plus intuitif, est aussi le plus mauvais, et finalement
le moins économique.

• La plan factoriel, a priori le plus couteux, permet cependant d’obtenir un modèle dont les co-
efficients sont indépendants en probabilité et ont une précision excellente et uniforme.

Explications intuitives

• On peut comprendre que pour un plan factoriel et dans une moindre mesure pour le plan en
étoile centré il se produit un effet de répétition des différents niveaux des facteurs ; tout se
passe comme si on effectuait 4 fois les essais dans le plan factoriel et environ une fois dans les
autres plans.
• Le cas de l’évaluation de la moyenne est également très révélateur. La moyenne est très
précise pour le plan factoriel, un peu moins pour le plan en étoile centré, et plutôt mauvaise
pour le plan décentré. Dans ce denier cas on peut comprendre que le centre du domaine
expérimental est assez mal défini ; le point 1 joue un rôle crucial, il sert de référence, mais est-
on certain que cette référence est vraiment la bonne ? Par opposition le plan factoriel n’est pas
sensible à ce problème, et dans ce cas on peut considérer que l’on capture assez bien le
domaine dans lequel on veut connaître les actions des facteurs.

• On peut remplacer les variables quantitatives par des variables qualitatives codées de la même
façon ; la signification des coefficients du modèle est alors un peu différente.

• La comparaison entre ces 3 types de plans montre à quel point la notion de plan d’expériences
est importante et peu intuitive au départ.

Exemple d’exploitation et de comparaison des résultats obtenus par un plan en étoile et par un
plan factoriel
L’exemple précédent est rendu plus parlant en exploitant des plans comportant des valeurs pour les
données exogènes Yex. On montrera en particulier combien les plans en étoile peuvent avoir des
apparences trompeuses.
On part d’un ensemble de résultats expérimentaux obtenus par simulation numérique à l’aide d’un
modèle physique supposé connu, de type modèle linéaire généralisé dont on pourra aussi évaluer des
sous modèles adaptés à différents plans. On affecte préalablement ces résultats Y d’une erreur
aléatoire suivant une loi normale N(0 ; 0,1). On en extraira les résultats Yex relatifs à la réalisation de
plans en étoile et de plans factoriels, répétés ou non, comportant éventuellement une donnée man-
quante ou une donnée supplémentaire.
Cet ensemble de plans et de leurs résultats permettront alors comparer les valeurs des coefficients des
modèles, l’évolution des coefficients de corrélation du modèle relatif à chaque type de plan en
fonction du nombre de répétitions, la qualité prédictive des modèles correspondant aux divers plans.

32
On pourra ainsi mettre en évidence concrètement les qualités définies précédemment portant sur la
précision des estimations. L’imprécision est en partie d’origine aléatoire, une autre partie provient
d’un manque d’adéquation du modèle et est liée à un nombre de traitements trop petit ; on verra que
les plans en étoile capturent mal l’espace factoriel qu’ils sont censés recouvrir. Tous ces défauts
seraient accrus dans le cas où les modèles du premier ordre par rapport à chaque facteur ne suffiraient
pas (dans ce cas les facteurs devraient comporter plus de 2 niveaux) ; ce problème n’est pas encore
abordé dans cet exemple simple.
On considère des modèles caractérisés par : une constante égale à 1 ; des effets principaux définis en
amplitude, égaux à 1/2 = A = B = C ; des interactions entre paires, égales à ¼ = AB = AC = BC ;
l’interaction de rang 3 qui est ABC = 1/8.
Une suite d’erreurs aléatoires de loi normale centrée d’écart-type = 0,10 a été générée pour les 24
données qui sont nécessaires au maximum ; les mêmes erreurs sont reprises pour les points communs
aux divers plans :

e 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
0,0375 -0,0226 0,0525 -0,0008 0,1090 -0,0511 -0,0020 -0,1775 0,0236 0,0462 0,1439 0,0266
e 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24
-0,0601 0,058 -0,0903 -0,0954 -0,0471 0,0597 -0,1009 0,0119 0,0396 0,1295 0,1247 -0,0142

Les 3 tableaux ci dessous donnent les résultats de plans correspondant à 4, 5 et 8 points support, sans
répétition et avec une ou deux répétitions. La colonne Yvrai correspond au plan factoriel complet et au
modèle complet sans erreur aléatoire, Yres est l’écart entre Yex et la valeur prédite Y pred (calculée).
N° A B C Yvrai Yexp Ypred Yres Yexpr1 Ypred Yresr1 Yexpr2 Ypred Yresr2
1 -0,5 -0,5 -0,5 0,125 0,165 0,165 0 0,165 0,155 0,100 0,165 0,155 0,035
2 0,5 -0,5 -0,5 0,375 0,425 0,425 0 0,425 0,422 -0,003 0,353 0,422 -0,00
3 -0,5 0,5 -0,5 0,375 0,353 0,353 0 0,353 0,434 0,081 0,427 0,434 -0,028
4 -0,5 -0,5 0,5 0,375 0,485 0,485 0 0,485 0,400 -0,085 0,485 0,400 0,08
1 -0,5 -0,5 -0,5 0,125 0,145 0,155 0,010 0,145 0,130 0,015
2 0,5 -0,5 -0,5 0,375 0,420 0,422 -0,002 0,420 0,426 -0,00
3 -0,5 0,5 -0,5 0,375 0,515 0,381 0,134 0,515 0,381 0,134
4 -0,5 -0,5 0,5 0,375 0,315 0,434 -0,081 0,315 0,405 -0,09
1 -0,5 -0,5 -0,5 0,125 0,080 0,13 0,05
2 0,5 -0,5 -0,5 0,375 0,435 0,426 0,008
3 -0,5 0,5 -0,5 0,375 0,275 0,381 -0,106
4 -0,5 -0,5 0,5 0,375 0,412 0,405 0,01
8 0,5 0,5 0,5 3,375 0,875 2,50 0,952 2,423 0,952 2,423

Plan en étoile, répété une ou deux fois ;


comparaison entre les valeurs vraies (sans erreurs), expérimentales, prédites

N° A B C Yvrai Yexp Ypred Yres Yexpr1 Ypred Yresr1 Yexpr2 Ypred Yresr2
1 -0,5 -0,5 -0,5 0,125 0,165 -0,30 -0,46 0,165 -0,431 0,596 0,165 -0,451 0,616
2 0,5 -0,5 -0,5 0,375 0,425 0,75 0,325 0,425 0,715 -0,290 0,425 0,717 -0,292
3 -0,5 0,5 -0,5 0,375 0,353 0,70 0,35 0,353 0,727 -0,374 0,353 0,671 -0,318
4 -0,5 -0,5 0,5 0,375 0,485 0,73 0,35 0,485 0,693 -0,208 0,485 0,696 -0,211
8 0,5 0,5 0,5 3,375 3,205 2,80 -0395 3,205 2,997 0,208 3,205 2,98 0,216
1 -0,5 -0,5 -0,5 0,125 0,145 -0,430 0,576 0,145 -0,451 0,596
2 0,5 -0,5 -0,5 0,375 0,420 0,715 0,295 0,420 0,717 -0,297
3 -0,5 0,5 -0,5 0,375 0,515 0,727 -0,212 0,515 0,671 -0,157
4 -0,5 -0,5 0,5 0,375 0,315 0,693 -0,378 0,315 0,696 -0,380
8 0,5 0,5 0,5 3,375 3,375 2,997 0,378 3,375 2,98 0,386
1 -0,5 -0,5 -0,5 0,125 0,08 -0,451 0,531
2 0,5 -0,5 -0,5 0,375 0,435 0,717 -0,282
3 -0,5 0,5 -0,5 0,375 0,275 0,671 -0,397
4 -0,5 -0,5 0,5 0,375 0,415 0,696 -0,281
8 0,5 0,5 0,5 3,375 3,260 2,98 0,271

33
Plan en étoile complété, répété une ou deux fois ;
comparaison entre les valeurs vraies (sans erreurs), expérimentales, prédites

N° A B C Yvrai Yexp Ypred Yres Yexp Ypred Yres Yexp Yprer2 Yresr2
1 -0,5 -0,5 -0,5 0,125 0,165 0,288 -0,123 0,165 0,155 0,01 0,165 0,13 0,035
2 -0,5 -0,5 0,5 0,375 0,355 0,231 0,123 0,355 0,378 -0,032 0,355 0,403 -0,048
3 -0,5 0,5 -0,5 0,375 0,425 0,301 0,123 0,425 0,42 0,005 0,425 0,405 0,02
4 -0,5 0,5 0,5 1,125 1,115 1,238 -0,123 1,115 1,18 -0,065 1,115 1,132 -0,017
5 0,5 -0,5 -0,5 0,375 0,485 0,361 0,123 0,485 0,4 0,085 0,485 0,431 0,053
6 0,5 -0,5 0,5 1,125 1,075 1,198 -0,123 1,075 1,1 -0,025 1,075 1,151 -0,076
7 0,5 0,5 -0,5 1,125 1,125 1,248 -0,123 1,125 1,17 -0,045 1,125 1,196 -0,071
8 0,5 0,5 0,5 3,375 3,205 3,081 0,123 3,205 3,245 -0,04 3,205 3,283 -0,078
1 -0,5 -0,5 -0,5 0,125 0,145 0,145 0,155 -0,010 0,145 0,13 0,015
2 -0,5 -0,5 0,5 0,375 0,42 0,42 0,387 0,032 0,42 0,403 0,016
3 -0,5 0,5 -0,5 0,375 0,515 0,515 0,42 -0,005 0,515 0,405 0,11
4 -0,5 0,5 0,5 1,125 1,145 1,145 1,18 0,065 1,145 1,132 0,012
5 0,5 -0,5 -0,5 0,375 0,315 0,315 0,4 -0,085 0,315 0,431 -0,116
6 0,5 -0,5 0,5 1,125 1,125 1,125 1,1 0,025 1,125 1,151 -0,026
7 0,5 0,5 -0,5 1,125 1,215 1,215 1,17 0,045 1,215 1,196 0,018
8 0,5 0,5 0,5 3,375 3,285 3,285 3,245 0,04 3,285 3,283 0,001
1 -0,5 -0,5 -0,5 0,125 0,08 0,08 0,13 -0,05
2 -0,5 -0,5 0,5 0,375 0,435 0,435 0,403 0,031
3 -0,5 0,5 -0,5 0,375 0,275 0,275 0,405 -0,13
4 -0,5 0,5 0,5 1,125 1,137 1,137 1,132 0,004
5 0,5 -0,5 -0,5 0,375 0,494 0,494 0,431 0,062
6 0,5 -0,5 0,5 1,125 1,254 1,254 1,151 0,102
7 0,5 0,5 -0,5 1,125 1,25 1,25 1,196 0,053
8 0,5 0,5 0,5 3,375 3,36 3,36 3,283 0,076

Plan factoriel, répété une ou deux fois ; comparaison entre les valeurs vraies (sans erreurs), expérimentales, prédites
Les trois tableaux suivants fourniront une synthèse comparative de l’analyse des divers plans.
Plan en étoile répété répété 2 fois
action valeur F sA action valeur F sA action valeur F sA
cste 0,55 cste 0,55 0,06 cste 0,54 0,045
A 0,16 A 0,12 0,85 0,04 A 0,137 3,2 0,032
B 0,09 B 0,14 4,05 0,04 B 0,125 3,5 0,032
C 0,13 C 0,13 10,3 0,04 C 0,148 21,7 0,032
R 2 = 1 SE = 0 R2 = 0,63 F = 5,07 SE = 0,08 R2 = 0,70 F = 9,45 SE = 0,078

Plan en étoile + point diag répété répété 2 fois


action valeur F sA action valeur F sA action valeur F sA
Cste 1,26 0,37 Cste 1,22 0,15 Cste 1,24 0,12
A 0,58 4,36 0,37 A 0,50 20,2 0,15 A 0,575 44 0,12
B 0,52 2,60 0,37 B 0,64 17,9 0,15 B 0,55 30,6 0,12
C 0,55 2,19 0,37 C 0,51 10,6 0,15 C 0,57 24,6 0,12
R2 = 0,60 F = 3,05 SE = 0,80 R2 = 0,82 F = 16,2 SE = 0,50 R2 = 0,87 F = 33,1 SE = 0,436

Plan factoriel répété répété 2 fois


action valeur F sA action valeur F sA action valeur F sA
cste 0,99 0,123 cste 1,00 0,016 cste 1,01 0,015
A 0,48 15 0,123 A 0,47 843 0,016 A 0,50 1004 0,015
B 0,47 14,6 0,123 B 0,49 934 0,016 B 0,49 959 0,015
AB 0,22 3,1 0,123 AB 0,23 204 0,016 AB 0,236 216 0,015
C 0,44 12,8 0,123 C 0,47 840 0,016 C 0,476 913 0,015
AC 0,22 3,3 0,123 AC 0,22 188 0,016 AC 0,235 205 0,015
BC 0,25 4 0,123 BC 0,24 214 0,016 BC 0,237 210 0,015
ABC 0,106 42 0,016 ABC 0,114 52,5 0,015
R2 = 0,87 F =8,82 SE = 0,35 R2 = 0,995 F = 466 SE = 0,065 R2 = 0,993 F = 510 SE = 0,077

34
1. Dans le plan en étoile non répété on ne peut faire qu’un calcul déterministe des actions.
Cependant les valeurs des paramètres calculés sont très éloignées des valeurs connues a priori ;
l’effet des erreurs aléatoires se répercute de façon déterministe. On pourrait croire que le modèle
est excellent, mais pour les valeurs calculées en des points non expérimentés les écarts sont
parfois très grands (pour le point N°8 de la première série de 3 plans).
2. Une ou deux répétitions du plan à 4 points supports permettent une estimation statistique du modèle
qui reste cependant très mauvaise dès que la réponse prédite s’éloigne des trois segments de
droite qui définissent le domaine expérimental, en particulier pour le point N°8. L’erreur
d’estimation globale SE paraît faible mais elle ne tient pas compte du grave défaut d’adéquation
du modèle réduit aux effets principaux, défaut visible sur le résidu de la dernière ligne du premier
des 6 tableaux ci-dessus (valeur vraie connue – valeur calculée avec le modèle = 2,4 à 2,5).
3. Si on ajoute le point 8 du plan factoriel (le plus éloigné de l’ensemble des points du plan en étoile)
aux 4 points expérimentaux précédents (tableaux intermédiaires), alors le pouvoir prédictif du
modèle s’améliore considérablement par rapport au plan précédent, mais sans devenir suffisant.
On voit qu’il est nécessaire de répéter le plan une fois pour que les effets des 3 facteurs
deviennent vraiment significatifs (10<F<21). L’amélioration apportée par la seconde répétition
est faible, SE restant forte par rapport à l’écart type expérimental qui a été pris égal à 0,1. Il est
probable qu’une répétition supplémentaire eut amené un gain de précision négligeable. On voit
qu’il n’est pas très rentable d’augmenter le nombre de répétitions.
4. Dans le plan factoriel complet non répété on a enlevé l’interaction triple du modèle pour obtenir un
degré de liberté pour le résidu. De ce fait le modèle a une précision de qualité moyenne, et il
peine un peu pour déterminer les interactions doubles qui sont cependant toutes significatives au
seuil F = 3 associé à une probabilité d’environ 90%. Le fait de répéter ce plan une fois et
d’utiliser le modèle complet donne à ce plan une excellente qualité prédictive. De nouveau une
répétition supplémentaire conduit à une amélioration assez faible (F global = 510 contre 466).

2.4 Les plans à deux niveaux


Tous les facteurs (quantitatifs ou qualitatifs) de ces plans ont 2 niveaux.

• La grande simplicité de ces plans permet de concevoir facilement des plans très variés,
fractionnaires de différentes résolutions (avec divers niveaux d’interaction, ou aucune).

• Ces plans sont très économiques, la croissance du nombre de traitements pour un plan factoriel (où
tous les niveaux de tous les facteurs sont combinés entre eux) en fonction du nombre de facteurs
étant pn = 2n , où p = 2 est le nombre de niveaux, n le nombre de facteurs. Les interactions sont
assez peu coûteuses à obtenir car chacune ne comprend qu’un seul degré de liberté. En effet pour
des facteurs ayant p niveaux chacun chaque effet principal a (p-1) degrés de liberté (ddl), chaque
interaction entre couple de facteurs en a (p-1).(p-1). Le coefficient correspondant à chacun des ddl
nécessite au moins un essai ; on voit la croissance rapide du nombre d’essais avec le nombre de
niveaux des facteurs.

• Les modèles associés à ces plans sont multilinéaires, après un éventuel changement de
variable pour les variables quantitatives ; la linéarité est considérée ici par rapport aux coefficients
inconnus à déterminer ; par exemple y = a.log x + b est un modèle de régression linéaire, x étant
la variable expérimentale, y la réponse du système expérimental.

• Il est assez facile de créer des facteurs ayant des nombres de niveaux égaux à une puissance
entière de 2 à partir de ce type de plans à 2 niveaux, ou encore de créer un plan produit entre un
facteur avec un nombre de niveaux quelconque et un plan à 2 niveaux. Ces extensions permettent
de résoudre de nombreux cas pratiques.
Nous verrons les principes de base permettant de construire de tels plans et nous donnerons un
petit tableau de plans obtenus avec ces méthodes.

35
2.4.1 Définition du modèle pour un plan factoriel à 2 niveaux

Exemple du plan factoriel à 4 facteurs noté 24 (16 traitements).

Fact Fact Inter- Fact Inter- Inter- Fact Inter- Inter- Inter- Inte Inter
action Inter
action action Inter
action action Inter
action
N° Const D C B A r- -
CD BD BC - AD AC - AB -
acti acti acti acti actio
on on on on n
BCD ACD ABD ABC ABCD
1 + − − + − + + − − + + − + − − +
2 + + − − − − + + − − + + + + − −
3 + − + − − + − + − + − + + − + −
4 + + + + − − − − − − − − + + + +
5 + − − + + − − + − + + − − + + −
6 + + − − + + − − − − + + − − + +
7 + − + − + − + − − + − + − + − +
8 + + + + + + + + − − − − − − − −
9 + − − + − + + − + − − + − + + −
10 + + − − − − + + + + − − − − + +
11 + − + − − + − + + − + − − + − +
12 + + + + − − − − + + + + − − − −
13 + − − + + − − + + − − + + − − +
14 + + − − + + − − + + − − + + − −
15 + − + − + − + − + − + − + − + −
16 + + + + + + + + + + + + + + + +

• Dans ce tableau les niveaux des 4 facteurs A, B, C, D sont notés par – et +. La matrice
correspondante, notée X, comprend des termes –1 et +1. Dans un plan factoriel les niveaux de
tous les facteurs sont combinés entre eux ; cette propriété est facilement vérifiée en considérant
successivement les colonnes A, B, C et D.
• On voit que les signes ou coefficients ±1 servent également à calculer les effets principaux des
facteurs tels que nous les avons définis précédemment. On a ainsi pour l’effet principal du facteur
D l’expression ED donnée ci-dessous, où D est également la suite des termes –1 ou +1 de la
colonne D ; l’ensemble des actions est défini par l’expression du vecteur E :
1 T 1 1 T
ED = D Y ECD = (C : D) T Y et E= X Y
16 16 16
• D’après la définition donnée en 2.2.2 les interactions entre les couples de facteurs, par exemple :

4AB = Σij sign(i) sign(j)yij..


le coefficient de chaque ligne est le produit des termes correspondants des effets principaux des
facteurs intervenant dans l’interaction.
• On appelle ce type de produit un produit de Hadamard de 2 vecteurs ; pour deux vecteurs C et D
on le notera C:D et l’on a :
(CD)i = C i D i .
Les interactions sont données par des expressions telles que ECD.
• La matrice X contient les vecteurs colonnes des niveaux des facteurs dans chaque traitement
(essai), mais aussi les colonnes relatives aux interactions et qui sont obtenues à partir des produits
de Hadamard des colonnes de niveaux des facteurs intervenant dans l’interaction.

36
• Si on considère le modèle complet et de façon déterministe (il n’y a pas de terme d’erreur
aléatoire), alors d’après l’orthogonalité de X (le vérifier sur le tableau) et son inversibilité on a :

X-1 = (XT X)-1XT = (1/16) XT, et 16(XT)-1 = X .


Ainsi X définit le modèle et le plan d’expériences nécessaire à la détermination des actions E :

Y = X E = 16 (XT)-1E et E = X-1Y = (XT X)-1 XTY = (1/16) XTY.


• On voit que si le modèle est incomplet X reste néanmoins de rang complet et admet des inverses à
gauche dont fait partie l’inverse au sens des moindres carrés où l’on retrouve
T
E = (XTX)-1 XTY = (1/16) X Y.

On note : Y T = [Yabcd]T, où Y est le vecteur formé par les 16 résultats (moyens s’il y a des répétitions),
où les indices correspondent aux 4 facteurs A, B, C, D dont nous définirons l’ordre de variation par
l’ordre lexicographique, ce qui signifie que l’indice le plus à droite varie le plus vite ; ainsi dans le cas
plus simple où on n’a que 2 indices, la suite des couples d’indices est [11, 12, 21, 22] .

• Le produit de Kronecker dont nous aurons besoin est introduit à l’aide de l’exemple suivant :

 a1b1 a1b2 a 2 b1 a 2 b2 
 a1 a 2   b1 b2   a1b3 a1b4 a 2 b3 a 2 b4 
a ⊗ =
 3 a 4  b3 b4   a3b1 a3b2 a 4 b1 a 4 b2 
 
a3b3 a3b4 a 4 b3 a 4 b4 

• Plus généralement le produit de Kroneker de 2 matrices de format A(m, n) et B(p, q) donne une
matrice de format C(mp, nq) qui est formée de mn blocs [aij.B].
• La suite des indices ε de Y, prise dans l’ordre lexicographique, peut être obtenue par un produit
tensoriel de Kroneker, a- et a+ désignant respectivement les niveaux inférieur et supérieur du
facteur A :
( ) ( ) ( ) (
ε = a− , a+ ⊗ b− , b+ ⊗ c− , c+ ⊗ d − , d + ⇔ )
ε = (1111,1112,1121,1122,1211,1212,1221,1222, 2111, 2112, 2121, 2122 , 2211, 2212, 2221, 2222)
• Le lecteur vérifiera que la matrice X peut être obtenue par produit de Kroneker des matrices XA,
XB, XC, XD qui dans ce cas où tous les facteurs ont le même nombre de niveaux, sont égales.
1 − 1
X = X A ⊗ X B ⊗ XC ⊗ X D avec X A = X B = X C = X D =  
1 1 
• Le vecteur E peut également être défini par un produit de Kroneker :
E T = ( I , A) ⊗ ( I , B) ⊗ ( I , C ) ⊗ ( I , D)
dont nous allons détailler les 16 composantes :
E T = ( I , D, C , CD, B, BD, BC , BCD, A, AD, AC , ACD, AB, ABD, ABC , ABCD)
où I = M désigne la moyenne générale des 16 résultats (moyens lorsqu’il y a des répétitions).
Ce procédé du produit tensoriel de Kroneker se généralise dans le cas où les nombres de niveaux
de chaque facteur sont quelconques.
• Dans le cas d’un système inversible, en utilisant la propriété du produit de Kroneker des matrices
qui est différente de celle du produit matriciel :

M = A ⊗ B ⊗ C ⊗ D ⇔ M −1 = A −1 ⊗ B −1 ⊗ C −1 ⊗ D −1

On obtient les actions définies par le vecteur E et dont les valeurs définissent le modèle correspondant
aux résultats du plan :

(
E = X A−1 ⊗ X B−1 ⊗ X C−1 ⊗ X D−1 .(Y ) )
37
• Plus généralement on a la définition suivante des actions pour les plans à 2 niveaux :

 1 1
X A−1 = X B−1 = ... = 12  
− 1 1
Les indices fixes fj de gauche peuvent être égaux à 1 ou 0 avec A0 = 1 (facteur non présent dans
l’action). Si fj = 1 cela signifie que le jème facteur est présent dans l’action et on le notera Aj. Une
1 f1 fp
E f1... f j ... f p = A f 1 ... A fj ... A fp = ∑ sign( Ai1 ) ...sign( Aip ) .Yi1 ...i j ..i p
2p i
j
action A1A2 pourra être notée finalement AB comme dans la notation initiale. La somme sur ij por-
te sur tous les niveaux de tous les facteurs du plan ; les actions dont le jème facteur n’est pas présent
(fj = 0) donnent +1 à droite pour leurs 2 niveaux (et on calcule une moyenne sur ce facteur), sinon
fj = 1 et le signe de Aij est pris en compte.
• A partir des actions on peut alors reconstituer le modèle avec la relation suivante :

Yi1 ...i j ..i p = Y + ∑ sign( A


j =1, p
ij )Ej + ∑ sign( A
j > k j =1, p
ij ) sign( Aik ) E jk

+ ∑ sign( A
j > k >l j =1, p
ij ) sign( Aik ) sign( Ail ) E jkl

• L’application de cette relation est généralement suivie d’une analyse de la variance dont le but est
de ne retenir que les termes qui sont statistiquement significatifs (suffisamment grands par rapport
à un résidu ou erreur due à une reproductibilité imparfaite).

2.4.2 Propriétés de groupe

On considère les 2p traitements définis par le produit cartésien de p facteurs à 2 niveaux, et la valeur
moyenne (sur les répétitions) des résultats relatifs à chacun de ces traitements. L’espace défini par les
valeurs moyennes des résultats est appelé l’espace des moyennes. On voit que toute action (effet
principal ou interaction) peut être considérée comme un vecteur de cet espace ; si on utilise le codage
–1, +1 pour les variables, les composantes des actions seront donc ±1. On peut définir la multiplication
interne par le produit de Hadamard de 2 vecteurs action, modulo 2. On a alors les propriétés
suivantes :
• L’unité est obtenue par tout carré : A2 = B2 = C2 = … I.
• Une interaction AB est égale au produit de Hadamard des vecteurs effets principaux
correspondants.
• Les générateurs du groupe sont les p éléments {A, B, C, …} ; les 2 p éléments du groupe peuvent
être obtenus par produit interne entre les générateurs.
• On a A n = An mod 2 .
Exemples : A3 = A ; ABC.BCD = AD ; I.A = A ; A.B.C = ABC.

2.4.3 Application à la construction de plans factoriels fractionnaires

• On voit que tout vecteur colonne de X (forme linéaire, ligne de XT) définissant une interaction a le
même nombre de termes +1 et -1 . On peut ainsi superposer à son nom celui d’un nouveau facteur
dont les 2 niveaux coïncideraient exactement avec les termes +1 et -1 du vecteur interaction.
Lorsqu’on réalisera l’expérience avec ce nouveau facteur défini par la colonne d’interaction, alors

38
l’effet principal de ce facteur se superposera avec l’interaction qui est définie par la même colonne
forme linéaire (éventuellement à une constante multiplicative près).
• Si on peut considérer que l’interaction est en pratique nulle ou négligeable, alors l’effet principal
du nouveau facteur sera correctement défini par ce vecteur. On voit que ce procédé permet
d’économiser la moitié des traitements par rapport au plan factoriel complet.
• Il faudra cependant examiner toutes les conséquences de ce procédé, à savoir les autres confusions
que cela risque d’entraîner, ce qui est facilité par l’utilisation des propriétés de groupe multiplicatif
des vecteurs définissant les actions. D’un point de vue géométrique on peut dire que l’on utilise
des phénomènes de colinéarité qui se produisent dans des espaces définis sur des corps discrets
(corps de Galois que l’on verra plus loin).
• Il faut savoir que de tels phénomènes de colinéarité se produisent naturellement et plus ou moins
parfaitement dans les structures de plans non contrôlées (plans construits de façon intuitive, plans
associés à des données de terrain). Les phénomènes de dispersion des résultats aggravent ces
problèmes (ils empêchent de discerner -comme dans un phénomène de myopie- des vecteurs
pouvant paraître non colinéaires). C’est la raison pour laquelle ces plans sont généralement de
mauvaise qualité (ils sont trop éloignés de plans orthogonaux).
On verra des exemples de tels plans plus loin.

Exemple 1 : plan à 16 traitements et 5 facteurs, fractionnaire ½, noté L16 25-1.

On introduit le facteur supplémentaire E en posant E=ABCD. On peut donc écrire : ABCDE = I.


On peut trouver les confusions (superpositions) que cette définition entraîne ; pour cela il suffit de
multiplier toutes les actions du plan factoriel par l’unité. On obtient ainsi l’ensemble des 16 paires
d’actions confondues : la moyenne I, les 5 effets principaux et 10 interactions entre couples de
facteurs :
I = ABCDE
A = A.I = A.ABCDE = A2BCDE = BCDE
B = ACDE C = ABDE D = ABCE E = ABCD
AB = CDE AC = BDE BC = ADE AD = BCE BD = ACE
DC = ABE AE = BCD BE = ACD CE = ABD DE = ABC.
Ce plan est dit de résolution V, car la longueur des mots les plus courts est égale à 5.

• Dans les plans de résolution V les effets principaux ne sont confondus qu’avec des interactions de
rang 4 au maximum, les interactions doubles ne sont confondues qu’avec des interactions de rang
3 au maximum.

On remarque que ce plan utilise complètement le nombre de données moyennes qui est de 16 ; s’il n’y
a pas de répétitions il ne restera plus de degré de liberté pour évaluer un résidu qui servirait de
grandeur de comparaison pour savoir si tous les 16 termes du modèle sont significatifs ou pas. Un tel
plan est dit saturé

Exemple 2 : plan à 16 traitements et 6 facteurs, fractionnaire 1/4, noté L16 26-2 de résolution IV.

On introduit 2 facteurs supplémentaires E en posant E=ABC et F = BCD. On peut donc écrire :


ABCE = I = BCDF.
Mais on peut également obtenir l’unité par le produit des unités :
I = ABCE.BCDF = ADEF.
On peut trouver les confusions (superpositions) que ces définitions entraînent ; pour cela il suffit de
multiplier toutes les actions du plan factoriel par les 3 unités. On obtient ainsi l’ensemble des 16
triplets d’actions confondues : la moyenne I, les 5 effets principaux et 10 interactions entre couples de
facteurs :
I = ABCE = BCDF = ADEF

39
A = BCE = ABCDF = DEF D = ABCDE = BCF = AEF
B = ACDE = BDF = ABDEF E = ABC = BCDEF = ADF
C = ABE = BDF = ACDEF F = ABCEF = BCD = ADE
AB = CE = ACDF = BDEF CD = ABDE = BF = ACEF
AC = BE = ABDF = CDEF AE = BC = ABCDEF =DF
BC = AE = DF = ABCDEF BE = AC = CDEF = ABDF
AD = BCDE = ABCF = EF CE = AB = BDEF = ACDF
BD = ACDE = CF = ABEF DE = ABCD = BCEF = AF.

Ce plan est dit de résolution IV, car la longueur des mots les plus courts est égale à 4.

• Dans les plans de résolution IV les effets principaux ne sont confondus qu’avec des interactions de
rang 3 au maximum,
Dans le plan présenté les interactions doubles sont confondues par paires et avec des interactions de
rang supérieur.
En l’absence de connaissance sur le fait de pouvoir négliger certaines interactions doubles on ne
pourra pas estimer aucune interaction. Ce plan présente néanmoins l’avantage de permettre la
détermination des effets principaux dans de bonnes conditions.

Exemple 3 : plan à 16 traitements et 8 facteurs, fractionnaire 1/16, noté L16 28-4, de résolution IV.

On introduit 4 facteurs supplémentaires E, F, G, H en posant :


E = ABC , F = BCD , G = ACD, H = ABD.
On peut donc écrire : I = ABCE = BCDF = ACDG = ABDH.
Mais on peut également obtenir l’unité par le produit des unités :
I = ABCE.BCDF = ADEF
I = BDEG = CDEH = ABFG = ACFH = BCGH.
Nous avons donc obtenu en tout 10 unités. On voit que les confusions seront nombreuses, mais comme
tous les mots unités sont de longueur 4, les effets principaux ne seront confondus qu’avec des
interactions de rang 3. Le plan est encore de résolution IV.
Nous n’écrirons pas le système de confusions qui est très lourd.

Exemple 4 : plan à 16 traitements et 15 facteurs, fractionnaire 1/211, noté L16 215-11,


de résolution III.

Dans ce plan on superpose à chacune des 10 interactions du plan factoriel un nouveau facteur. Ce type
de plan est dit de résolution III, les effets principaux sont confondus avec des interactions de rang 2.
Ce type de plan est utilisable pour faire du dégrossissage. Il permet de tester de nombreux facteurs
dans le but d’éliminer ceux qui paraissent non significatifs, puis de réaliser un plan plus performant
sur un nombre de facteurs plus réduit.
Nous n’écrirons pas le système de confusions qui est compliqué.
Il existe une très grande variété de plans de résolution III, de tailles très diverses, notamment de taille
4, 8, 12, 6, 20, 24, .. pour des plans avec des facteurs à 2 niveaux. A contrario les plans de résolution V
sont peu nombreux, et il en a été dressé une liste exhaustive pour des plans de petite taille (n< 128).

40
2.4.4 Calcul des actions dans un plan fractionnaire

Les relations qui ont été obtenues pour définir le modèle linéaire sont applicables. Il suffit pour cela de
remplacer les actions du modèle multilinéaire sur lesquelles on a introduit des confusions par celles
que l’on souhaite faire apparaître, sachant que celles que l’on a remplacées sont négligeables.
Autrement dit on opère simplement un renommage de certaines actions définies par le plan factoriel
complet, en prenant en compte le système des confusions.

Remarques finales

1. Le problème posé ici est identique à celui de l’ordre auquel il faut arrêter le développement en série
d’une fonction dérivable. On admet généralement que les termes de rang supérieur perdent très
rapidement leur signification physique, ce que l’expérience a souvent confirmé ; il arrive rarement que
des interactions de rang 3 soient trouvées significatives par une analyse de variance des résultats
expérimentaux. De plus il est déjà assez difficile de trouver des interprétations physiques à ces
interactions triples et a fortiori de rang plus élevé.
2. La prise en compte de termes de rang 2 sera généralement considérée comme suffisante. Le coût
des interactions de rang > 2 en terme de nombre d’essais est également très dissuasif. Dans la plupart
des cas (plans de petite taille, par exemple < 128) il sera nécessaire de réaliser un plan factoriel
complet pour pouvoir les déterminer.
3. On peut se demander si à la place de plans fractionnaires (orthogonaux) on n’aurait pas intérêt à
construire des plans non orthogonaux permettant d’éviter les phénomènes de colinéarité des vecteurs
définissant les actions, et d’introduire plus de facteurs et d’interactions dans le modèle.
L’expérience a montré que cette démarche serait généralement peu fiable. La raison en est qu’il est
difficile d’échapper aux phénomènes de quasi colinéarité, et qui ont pour effet une très mauvaise
définition des coefficients du modèle ! Il vaut mieux contrôler les phénomènes de colinéarité qui
peuvent se révéler très dangereux.
4. Il existe d’autres façons de construire des plans d’expériences, notamment celles basées sur des
méthodes d’optimisation prenant en compte divers critères de qualité (des fonctions d’information par
exemple). Ces méthodes sont généralement très lourdes et ne permettent pas de trouver la structure
optimale des plans pour un modèle donné. On démontre qu’un plan factoriel complet est optimal pour
le modèle complet correspondant. Les plans fractionnaires ne sont généralement pas optimaux, malgré
leurs propriétés remarquables. En pratique la recherche de plans optimaux utilise souvent une
démarche partant de plans fractionnaires.

2.5 Exemples de plans

ddl ddl
Design Résol Fract modèle résidu Type modèle / plan
L 8 2 7-4 III 1/16 8 0 saturé*
L 8 24-1 IV 1/2 5 3

L 12 211 III 12 0 plan multifactoriel (Plackett-Burman) ; saturé*


L 12 31 23-1 III-IV 1/2 12 0 plan produit cartésien ; modèle produit tensoriel

L 16 2 n-p n–p=4 III 10 à 16 6à0 n = 9, 15 et p = 5, 11


L 16 28-4 IV 1/16 9 7
L 16 25-1 V 1/2 16 0 saturé*

L 20 219 III 20 0 plan multifactoriel (Plackett-Burman) ; saturé*

41
L 24 31 x 24-1 IV-V 1/2 24 0 plan prod cartésien; modèle prod tensor; saturé*
L 32 2n-p n–p=4 III 18 à 32 14 à 0 n = 17, 31 et p = 12, 26
L 32 216-11 IV 1/211
17 15
L 32 4128 IV 1/32 12 20 le fact à 4 niv par fusion de colonnes
L 32 4224 IV 1/8 11 21 le fact à 4 niv par fusion de colonnes
L 32 8123 IV 1/2 11 21 le fact à 8 niv par fusion de colonnes
L 32 26-1 VI 1/2 22 10
L 32 41 24 V 1/2 26 6 le fact à 4 niv obtenu par fusion de colonnes
L 48 31 x 25-1 V-VII 1/2 48 0 plan produit cartésien sauturé*; modèle produit tensor.

L 64 2 8-2 V 1/4 37 27
L 64 41 25 V 1/2 34 30 fusion de colonnes
L 64 42 23 V 1/2 40 24 fusion de colonnes
L 64 81 24 V 1/2 46 18 fusion de colonnes
L 64 41 25 V 1/4 43 21 fusion de colonnes
L 27 34-1 IV 1/3 9 18
L 81 35-1 V 1/3 51 30
L 243 35-1 V 1/729 243 0 Saturé*
L 96 31 x 41 28 IV-V 1/32 36 63 plan produit cartésien ; modèle produit tensoriel
L 96 31 x 216-11 IV-V 1/211 51 45 plan produit cartésien ; modèle produit tensoriel
L 96 31 x 4224 IV-V 1/8 33 63 plan produit cartésien ; modèle produit tensoriel
L 128 211-7 V 1/16 68 60
L 128 41 29 V 1/16 68 60
L 128 81 28 V 1/16 101 27
L 128 43 23 V 1/4 71 57
L 128 161 24 V 1/2 81 41

• pour les plans saturés il suffit de répéter l’un des points du plan pour obtenir une estimation de l’erreur ; le
plan subit alors une légère perte d’orthogonalité mais il reste optimal.

2.6 Une démarche pratique pour élaborer un plan d’expériences

Les 7 étapes :

1. Définition des objectifs et d’une enveloppe des moyens


2. Analyse des facteurs et des types de modèles possibles
3. Construction du plan
4. Réalisation et suivi des essais
5. Analyse des résultats, interprétation
6. Validation des résultats
7. Archivage ; valorisation des résultats et de la méthode utilisée.

1. Définition des objectifs et d’une enveloppe des moyens

• Les objectifs doivent être écrits.


• S’assurer que l’essentiel du savoir a été rassemblé.
• Une première définition de l’enveloppe des moyens et des coûts est faite, elle sera
reprécisée après la définition du plan au point 3.
• Implique le chef de projet, des personnes de l’art, le spécialiste PE dès le début du

42
projet.

2. Analyse des facteurs et types de modèles

• Faire le tour de tous les facteurs, les hiérarchiser, définir leur domaine de variation (prévoir
large)
• Peut on croiser les facteurs entre eux ?
Sinon délimiter le domaine possible, utile.
• Faire le tour des facteurs bruits, prévoir comment les équilibrer.
• Les facteurs blocs (différents lots, machines, labos)
On cherchera à les intégrer dans le plan comme facteurs pour éviter les biais et
une perte de précision sur les facteurs intéressants.
• Le facteur temps intervient souvent (dérive).
• Prévoir plusieurs types de modèles ; 2 catégories :

a) Les modèles linéaires généralisés (empiriques) :


- autorisent des facteurs qualitatifs / quantitatifs ;
- utilisent des plans préconstruits souvent très économiques et robustes (orthogonalité) ;
- le modèle est une somme d’effets principaux et d’interactions de rang croissant
éventuellement (suivant précision recherchée).
b) Les modèles non linéaires (modèle connu d’après des théories) :
- le plan d’expérience est construit à l’aide de méthodes d’optimisation souvent délicates.
c) Pour le modèle linéaire, si possible faire un choix des interactions à retenir, à négliger
(permet des économies importantes).
• Connaître les variances expérimentales : envisager des répétitions d’essais.

3. Construction du plan

• Construire plusieurs plans aide souvent à préciser les objectifs, et à avoir enfin une idée du
coût.
• Plans de type exploratoire permettant de scruter un grand nombre de facteurs, dans le but
d’éliminer les moins intéressants dans le plan définitif qui pourra de ce fait être plus précis et
plus économique ; il existe une grand variété de ces plans exploratoires ; ils permettent d’avoir
une idée de l’effet principal des facteurs ou de groupes de facteurs.
• Plans partiels préliminaires pour acquérir une connaissance de certains facteurs (fortement non
linéaires), pour pouvoir définir leur domaine.
• Si le domaine expérimental est contraint ou si certains essais échouent et doivent être
remplacés par d’autres utiliser des méthodes d’optimisation pour concevoir ou réparer le plan.
• Une démarche séquentielle permet une bonne réactivité et une utilisation des connaissances
partielles acquises ; certains types de plans permettent de compléter les essais en utilisant
ceux qui sont déjà acquis ; pour les modèles non linéaires cette démarche est souvent
nécessaire (il est souvent impossible de réaliser des essais valables sans avoir un ordre de
grandeur des constantes à trouver).
• L’optimisation du plan pour un modèle non linéaire est souvent obtenue par des méthodes de
type heuristique. Il convient d’examiner les défauts éventuels de ce plan (colinéarités).
• Dresser la liste des hypothèses faites, examiner notamment la liste des alias (effets confondus
dans les plans fractionnaires).
• Hiérarchiser les facteurs, pour les plans fractionnaires on placera si possible tous les facteurs
principaux dans la partie factorielle du plan pour avoir la meilleure probabilité d’avoir plus
d’interactions entre facteurs principaux (allégement du modèle par enlèvement de termes non
significatifs).
• Définir les répétitions (sauf plans numériques) ; plus les plans sont petits plus il faut a priori
de répétitions ; pour les plans assez gros il est souvent inutile de les répéter (effet de répétition

43
interne) ; certains procédés d’optimisation permettent de trouver des répétitions non
uniformes.
• Prévoir l’analyse de la variance dont le but est de sélectionner les termes significatifs du
modèle. Il est nécessaire de connaître (d’estimer) la variance de répétabilité à laquelle on
compare la variance apportée par les différents termes du modèle. Soulignons que les tests
utilisés à cet effet reposent sur des hypothèses de normalité de l’erreur aléatoire.

Retour à la phase 2 pour consultation, modifications éventuelles.

• Prévoir les ressources supplémentaires pour pouvoir faire quelques essais de vérification ou
des essais de compensation des essais manqués (modifiés si impossibilité locale).

4. Réalisation et suivi des essais

• Tenir un cahier pour noter les incidents, remarques qui peuvent être utiles pour l’exploitation
et l’interprétation des résultats (observations souvent qualitatives) ;
• Suivre la réalisation des essais de façon à favoriser la réactivité et la confiance entre
l’expérimentateur et les responsables du plan d’expérience et du projet global.

5. Analyse des essais, types modèles et interprétation

• Le dépouillement et la mise en forme des résultats doivent être réalisés le plus possible par
l’expérimentateur : responsabilité et satisfaction du travail.

• Pour le modèle linéaire généralisé : calculer les coefficients avec des techniques de régression
linéaire :
- recherche du meilleur sous modèle du point de vue statistique (fixer les seuils
d’acceptation des actions significatives);
- tests sur la qualité des régressions.

• Modèles non linéaires : problème de la recherche des valeurs initiales permettant de démarrer
les itérations d’une méthode de régression non linéaire (Levenberg-Marquardt).
• Souvent il est nécessaire de combiner cette dernière méthode avec une méthode
complémentaire d’exploration des valeurs initiales (algorithmes génétiques, recuit simulé).
• Tester différents modèles linéaires / non linéaires, pouvant être obtenus avec les mêmes essais.
• Calculer les réponses sur l’ensemble des nœuds du domaine expérimental, sur des
configurations qui présentent un intérêt particulier.
• Evaluer le pouvoir prévisionnel du modèle (incertitudes sur les valeurs données par le modèle,
sur les coefficients).
• Faire les représentations graphiques, graphes des possibilités et des échecs …

6. Validation des résultats

• Avec tous les participants.


• Discuter les interprétations, les anomalies.
• Eventuellement prévoir des essais complémentaires ou de vérification sur le domaine le plus
intéressant ou le plus critique.
• Vérifier que l’objectif est bien atteint.

7. Archivage ; valorisation

• Archiver les résultats bruts.


• Présenter l’ensemble de la recherche : ses objectifs, leur évolution éventuelle, les méthodes
expérimentales, les résultats, les conclusions possibles sous des formes adaptées.

44
2.7 TP plans d’expériences. Compacteur de plaques

But de l’appareil
On a fait construire un compacteur de laboratoire pour pouvoir fabriquer des plaques d’enrobés
bitumineux. Ces plaques serviront à prélever des éprouvettes - par sciage ou par carottage – dont les
propriétés sont proches de celles d’une couche de chaussée bitumineuse obtenue sur un chantier de
construction routière avec un compacteur à pneus.
Le principe est de compacter les enrobés par un train de pneus circulant sur l’enrobé répandu à chaud
(par exemple 150°C, le bitume étant rigide à froid). Le matériau acquiert ses propriétés mécaniques de
rigidité et de résistance grâce à cette opération de compactage, de même que son imperméabilité, sa
résistance à l’abrasion.
Certaines propriétés de l’enrobé dépendent non seulement de la compacité obtenue sur le mélange,
mais aussi du mode de compactage (type de compacteur vibrant/statique, rouleaux lisses ou à
pneumatiques), ce qui a justifié ce mode de fabrication d’éprouvettes d’essai.

Ce compacteur de laboratoire est constitué de :


• Un moule recevant de l’enrobé chaud sortant d’un malaxeur qui réalise le mélange granulats,
sable, filler et bitume. Le mélange est à une température T (initiale).
• Le fond du moule est mobile et reçoit la poussée F d’un vérin.
• Un équipage mobile constitué de 2 pneus gonflés à une pression P, appliquant une force -F
(réaction) sur la surface de l’enrobé.

L’équipage mobile effectue N cycles longitudinaux, suivant un plan de balayage latéral.

va et vient longitudinal N

balayage latéral
moteur

pneus, pression P

axe de rotation/ translation

enrobés bitumineux

moule à
parois fixes

fond mobile
verticalement

piston, force F

Figure 1 : Schéma du compacteur de plaques

45
• Pour couvrir la gamme de produits dont l’aptitude au compactage est très variable on choisit de
tester les paramètres de la machine sur deux types de mélanges M, l’un appelé grave-bitume
(avec des gros gravillons de taille 20 mm), l’autre appelé béton bitumineux (avec des gros
gravillons de taille 10 mm).
• L’efficacité du compactage peut dépendre de la température T - si le mélange est trop froid il se
compactera mal- qui sera l’un des paramètres du plan d’expériences.
• Le vérin peut appliquer la charge prescrite de façon progressive (croissante au cours de premiers
cycles), ou suivant le type échelon (qui produira de plus grosses ornières au début). On testera
donc ce facteur « mode de chargement » C.
• De plus le balayage latéral B destiné à permettre de recouvrir l’ensemble de la surface de la plaque
peut être effectué ici suivant une modalité à 2 paires de bandes juxtaposées, ou 3 paires de bandes
avec un certain recoupement entre les bandes. On veut savoir si l’une des modalités est préférable.
• Enfin la surface initiale de l’enrobé, correctement arasé avant le début de l’essai, peut émerger
plus ou moins des bords supérieurs du moule. Cela est susceptible d’avoir une certaine influence,
on retiendra ce facteur pour être certain de ne pas en oublier, et on l’appellera E.

On se propose de réaliser un plan d’expériences comportant les 8 facteurs ayant chacun 2 modalités
(ou niveaux) définies ci-dessous, comportant 16 essais, sans répétition.

Repère Facteur Modalité 1 Modalité 2


M Type de mélange Grave-bitume Béton bitumineux
T Température 120°C 150°C
F Force vérin 300 daN 600 daN
P Pression pneus 0,3 MPa 0,6MPa
N Nombre de cycles par roue 40 160
C Mode de chargement progressive échelon
B Plan de balayage 3 bandes 2 bandes
E Emergence -0,5 cm +0,5 cm

Le TP comporte deux étapes :

A. Une étude des plans à 16 essais, soit avec 4 facteurs, soit 5 facteurs, soit 6 facteurs, soit 7
facteurs, ou 8 facteurs à 2 niveaux. Elle a pour but d’explorer les possibilités de ce plan : les divers
modèles possibles, la résolution. Ce plan à 16 a été choisi compte tenu de sa taille « raisonnable»,
des possibilités de nullité des effets de certains facteurs et de leurs interactions, ce qui aura pour
effet d’améliorer la résolution du plan.
On évaluera les qualités du modèle linéaire généralisé pour chaque plan ; en particulier
on s’intéressera aux possibilités de déterminer les interactions entre les facteurs.
• On fera le bilan pour chaque plan : sa résolution, ses degrés de liberté du modèle et du résidu.
Cette question sera précisée plus loin, en B.1.
Pour construire les plans fractionnaires on procédera de la façon suivante :
• Les facteurs M, F, N, E facteurs servent à construire le plan factoriel de base 24 = 16.
• Les facteurs supplémentaires P, C, B, T servent à construire les plans fractionnaires à 16
traitements, par superposition (confusion) avec certaines interactions (cf plus loin).
B. On analysera un ensemble de données expérimentales obtenues avec ce plan d’expériences.
Chaque groupe d’étudiants analysera un des 2 cas suivants :

46
a) Les compacités moyennes des plaques (sur l’ensemble de leur volume).
b) Les compacités obtenues en fond de couche (les 2 centimètres inférieurs où l’enrobé est le
moins compact, son épaisseur totale étant d’environ 10 cm).
Dans le tableau suivant les modalités 1 sont codées par –1 et les modalités 2 par 1.

N° M F N E Comp moy % Comp fond


%
1 -1 -1 -1 -1 82,8 81,9
2 -1 -1 -1 1 87,3 86,7
3 -1 -1 1 -1 89,9 88,8
4 -1 -1 1 1 87,6 87,7
5 -1 1 -1 -1 88,9 88,5
6 -1 1 -1 1 88 87,4
7 -1 1 1 -1 89,9 89,9
8 -1 1 1 1 90 88,4
9 1 -1 -1 -1 96,7 96,5
10 1 -1 -1 1 97,4 97,8
11 1 -1 1 -1 97,7 97,8
12 1 -1 1 1 97,4 97,1
13 1 1 -1 -1 97,4 97,3
14 1 1 -1 1 97 96,6
14 1 1 1 -1 98,5 98,7
16 1 1 1 1 98,7 99,1

Pour définir les facteurs supplémentaires on posera :


T = MFN ; B = MFE ; C = MNE ; P = FNE.
1. Etablir la liste des unités du groupe multiplicatif des actions associées au plan L1628-4.
Caractériser les confusions obtenues pour les effets principaux et pour les interactions de rang 2.
Pour la suite on utilisera le logiciel Statgraphics et son module de régression linéaire multiple.
2. Construire la matrice X du modèle correspondant au plan factoriel complet 24 avec ses 16
traitements (16 lignes) et 15 colonnes (on n’introduit pas la colonne de 1 corrrespondant à la
constante) M, F, MF, N, MN, E, T=MFN, MT=FNT, B=MFE, C=MNE, P=FNE.
- L’introduire dans le logiciel par l’option « analyse existing or enter new data ».
- On renommera certaines colonnes du tableau X pour réaliser ce que l’on veut :
analyser la constante du modèle, les 8 facteurs, les 4 interactions MF, MN, FN, MT.
Ces interactions ont été choisies en fonction de connaissances déjà acquises, parmi
l’ensemble des interactions possibles.
- Entrer la colonne de données dans un vecteur Y (pour chaque groupe du TP).
- Sauvegarder le fichier de données (« datafile ») après chaque modification !
- Appeler « multiple régression » sur la barre d’outils ; il se créé un « statfolio » qui va
réaliser et recueillir les résultats des analyses dans divers tableaux et graphiques.

3. Utilisation de l’outil d’analyse de régression multiple linéaire.


Après avoir examiné les résultats de l’analyse on complètera celle-ci (au point 4) avec
les options suivantes de la barre d’outils.
Le 2ème outil «tabular options » conditionnal sum of square, correlation matrix, unusual
residuals.
Le 3ème outil : graphical options.
Le 4ème : enregistrement des calculs sur de nouvelles colonnes du tableau des données :
residuals, studentisized residual, …

• Dans le modèle avec les 4 interactions précisées en B.2 l’analyse de régression prend en

47
compte un seul degré de liberté pour l’erreur.
On examinera le tableau obtenu par le logiciel dans ce cas :
- Les écarts-types de l’estimation des actions, la variable de Student T
(d’après l’examen des valeurs c’est le rapport entre quelles grandeurs ?),
- la probabilité P que l’action soit nulle.

En vous référant à l’écart-type égal à 0,3 (connu d’après d’autres expériences),


quelles actions élimineriez vous du modèle retenu finalement ?
Vous comparerez ultérieurement vos choix à ceux des analyses ascendante (forward selection)
et descendante (backward).
• Imprimer le tout. Reporter vos commentaires sur les impressions.
4. Faire faire l’analyse de la variance des actions du modèle obtenu (tabular options).
Sortir la liste des grands résidus (unusual residuals) ; le résidu studentisé est le rapport entre le
résidu (écart entre la valeur prévue par le modèle et la valeur expérimentale de C ) et l’écart-
type de l’estimation de la valeur expérimentale.

Sortir la matrice de corrélation de l’estimation des coefficients. Commentaire,


explications ?

5. On utilisera les options d’analyse de régression disponibles :


analyse ascendante, analyse descendante.

On utilisera d’abord la valeur F=4 proposée par le logiciel.


On suppose connu l’écart-type de répétabilité de la compacité qui est égal à 0,3 ; ceci signifie
ici qu’environ 95% des valeurs de compacités C obtenues par des répétitions d’essais sont
comprises dans :
Cmoy – 0,6 < C moyen < Cmoy +0,6.
• On suivra l’évolution de la valeur de l’écart-type résiduel au cours des itérations dans chacune des
2 méthodes, analyse descendante et ascendante, pour comprendre comment procède le logiciel
dans chacune de ces méthodes.
• Etudier l’analyse de la variance faite avec chaque méthode de régression, comparer les modèles
obtenus dans les 3 méthodes.
• Comparer les résultats des analyses descendantes et ascendantes obtenus avec F = 2.

6. On explorera les options graphiques disponibles (si non encore réalisé).

Faire un compte rendu sommaire des résultats obtenus sur chacun des 5 points et dresser des
conclusions. Joindre les impressions utiles.

2.8 Les plans hypergréco-latins


Dans le cas où les nombres de niveaux ne sont pas tous égaux à 2 on sait construire des plans factoriels
fractionnaires lorsque les nombres de niveaux pi des facteurs du plan sont tous égaux à un nombre
premier ou à une puissance d’un nombre premier. Un tel ensemble de nombres {0, .., pi-1}, muni de
certaines lois d’addition et de multiplication, forme ce que l’on appelle un corps de Galois. Avec ces
corps on sait construire des plans fractionnaires que l’on appelle également des plans hypergréco-
latins. Des méthodes dérivées de cette technique permettent de construire des plans fractionnaires de
structures plus variées mettant en jeu un corps et ses sous corps, ou des produits cartésiens de corps.

Les corps de Galois et la construction de plans hyper-gréco-latins


Les plans hyper-gréco-latins (HGLG) peuvent être construits sur des espaces vectoriels
générés par les corps de Galois. Ce sont des plans factoriels fractionnaires dont tous les facteurs ont le

48
même nombre de niveaux p qui est égal à un nombre premier ou à une puissance entière d’un nombre
premier, soit p = qs avec s ≥1. L’exemple le plus classique, en dehors des plans à 2 niveaux, est celui
des plans à 3 niveaux où le corps de Galois est formé par l’ensemble {0, 1, 2} muni de l’addition
modulo 3 et la multiplication modulo 3.
Plus généralement, si K(q, 1) est le corps de Galois des entiers définis modulo q, où q est un
nombre premier, les corps de Galois sont formés par des ensembles de qs éléments avec s ≥1 notés
K(q, s). Ces éléments sont les restes de la division des polynômes à coefficients dans K(q,1), par le
polynôme irréductible de degré s dont les coefficients sont dans K(q,1).
Un polynôme de degré s est dit irréductible si on ne peut pas le décomposer en produits de polynômes
de degré inférieur à s.
• Ces corps étant finis, il en découle qu’ils sont commutatifs.
• Chaque polynôme irréductible possède une racine primitive qui est telle que ses puissances
successives, divisées par le polynôme irréductible de degré s donnent l’ensemble des éléments du
corps défini par ce polynôme.
Pour construire ces corps on utilise de plus les trois propriétés générales des corps :
• L’existence d’un élément unitaire noté 1 pour la multiplication.
• L’existence d’un élément neutre 0 pour l’addition.
• L’élément 0 qui est absorbant pour la multiplication : 0*g = g*0 = 0 pour∀g ∈ K.

q s Polynôme irréductible Racine primitive Eléments du corps


2 2 x2 + x + 1 x 0, 1, x, x+1
3 x3 + x + 1 x 0, 1, x, x+1, x2
x2 + 1, x2 + x +1
4 x4 + x + 1 x
3 2 x 0, 1, 2, x, x+1, x+2, 2x,
2x+1, 2x+2
3 x
4 x
5 2 x
3 2x
7 2 x
11 2 x+2

On obtient facilement les tables d’addition et de multiplication pour un corps de Galois donné, en
partant des polynômes irréductibles. Le tableau ci-dessus donne la liste des polynômes les plus usuels,
leurs racines primitives, et les éléments des trois corps les plus petits.

Exemple du corps K(2, 2).


Le polynôme irréductible de degré 2 à coefficients dans K(2, 1) est x2 + x + 1 ; les restes de la division
des polynômes x3, x3 + x, x3 + x2 + x par x2 + x + 1 sont respectivement 1, x +1, x, 0 qui sont les
éléments du corps K(2, 2). On obtient ainsi les tables suivantes, en notation polynomiale dans les
tableaux de gauche :
addition 0 1 x x+1 addition 0 1 2 3
0 0 1 x x+1 0 0 1 2 3
1 1 0 x+1 x 1 1 0 3 2
x x x+1 0 1 2 2 3 0 1
x+1 x+1 x 1 0 3 3 2 1 0

Multipli- Multipli-
cation 0 1 x x+1 cation 0 1 x x+1
0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
1 0 1 x x+1 1 0 1 2 3

49
x 0 x x+1 1 2 0 2 3 1
x+1 0 x+1 1 x 3 0 3 1 2

Lorsqu’on remplace x par 2 on obtient le corps isomorphe {0, 1, 2, 3} dont les tables sont situées dans
les deux tableaux de droite ; ses éléments sont obtenus en remplaçant 0, x, x, x+1 respectivement par
0, 1, 2, 3. Ces corps isomorphes sont d’un usage plus pratique.

Exemple du corps K(2, 3).


addition 0 1 x x+1 x2 x2+1 x2+ x x2+ x+1
0 0 1 x x+1 x2 x2+1 x2+ x x2+ x+1
2
1 1 0 x+1 x x +1 x2 2
x + x+1 x2+ x
x x x+1 0 1 x2+ x 2
x + x+1 x2+1 x2+1
x+1 x+1 x 1 0 x2+ x+1 x2+ x x2 x2
x2 x2 x2+ 1 x2+ x x2+ x+1 0 1 x 1+x
2 2
x +1 x +1 x2 2
x + x+1 x2+ x 1 0 1+x x
x2 + x x2 + x 2
x + x+1 x2+ 1 x2 x 1+x 0 1
x2 +x+1 x2 +x+1 x2+x x2+ 1 x2+ 1 x+1 x 1 0
multiplic 0 1 x x+1 x2 x2+1 x2+ x x2+ x+1
0 0 0 0 0 0 0 0 0
1 0 1 x 1+x x2 x2+1 x2+ x x2+ x+1
x 0 x x2 x2 + x 1+x 1 x2 +x+1 x2+1
1+x 0 1+x x2 + x x2+1 x2 +x+1 x2 1 x
x2 0 x2 1+x 2
x +x+1 x2 + x x x2 +1 1
2 2
x +1 0 x +1 1 x2 x x2 +x+1 1+x x2 + x
x2 + x 0 x2 + x x2+x+1 1 x2+1 1+x x x2
x2 +x+1 0 x2 +x+1 x2+1 x 1 x2 + x x2 1+x

ad 0 1 2 3 4 5 6 7 mul 0 1 2 3 4 5 6 7
0 0 1 2 3 4 5 6 7 0 0 0 0 0 0 0 0 0
1 1 0 3 2 5 4 7 6 1 0 1 2 3 4 5 6 7
2 2 3 0 1 6 7 4 5 2 0 2 4 6 3 1 7 5
3 3 2 1 0 7 6 5 4 3 0 3 6 5 7 4 1 2
4 4 5 6 7 0 1 2 3 4 0 4 3 7 6 2 5 1
5 5 4 7 6 1 0 3 2 5 0 5 1 4 2 7 3 6
6 6 7 4 5 2 3 0 1 6 0 6 7 1 5 3 2 4
7 7 6 3 4 3 2 1 0 7 0 7 5 2 1 6 4 3

Corps de Galois isomorphe à K(2, 3)

ad 0 1 2 3 4 5 6 7 8 mul 0 1 2 3 4 5 6 7 8
0 0 1 2 3 4 5 6 7 8 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
1 1 2 0 4 5 3 7 8 6 1 0 1 2 3 4 5 6 7 8
2 2 0 1 5 3 4 8 6 7 2 0 2 1 6 8 7 3 5 4
3 3 4 5 6 7 8 0 1 2 3 0 3 6 7 1 4 5 8 2
4 4 5 3 7 8 6 1 2 0 4 0 4 8 1 5 6 2 3 7
5 5 3 4 8 6 7 2 0 1 5 0 5 7 4 6 2 8 1 3
6 6 7 8 0 1 2 3 4 5 6 0 6 3 5 2 8 7 4 1
7 7 8 6 1 2 0 4 5 3 7 0 7 5 8 3 1 4 2 6
8 8 6 7 2 0 1 5 3 4 8 0 8 4 2 7 3 1 6 5

Corps de Galois isomorphe à K(3, 2)

Propriétés d’orthogonalité dans l’espace [K(q,s)]N


Le plan factoriel de base comporte r facteurs dont tous les nombres de niveaux sont égaux à qs, et N
traitements, avec N = qsr. Le modèle associé comporte N composantes d’action. Chacune de ces
actions est définie par une colonne de la matrice des actions et peut être représentée par un point de
coordonnées (x1,…, xN) de l’espace vectoriel [K(q,s)]N . Ce point engendre une droite passant par
l’origine (une variété de dimension 1), et qui est formée par l’ensemble des points α (x1,…, xN) α ∈

50
K(q, s). Les vecteurs formés par les facteurs de base étant orthogonaux (par définition), il en découle
la propriété suivante pour une combinaison linéaire (comportant au moins deux coefficients non nuls)
de ces vecteurs de base :

• toutes les combinaisons linéaires entre les vecteurs de base (orthogonaux deux à deux) sont des
vecteurs orthogonaux aux vecteurs de base, et orthogonaux entre eux.
L’orthogonalité est définie par le produit scalaire ordinaire avec les tables d’opérations du corps de
Galois correspondant K(q, s). Le lecteur pourra vérifier cette propriété avec l’identité : (x+ay)² = ||x||2
+ 2a(x|y)+a2||y||2 et en observant que si x et y sont des vecteurs de base ils vérifient :
(x|y) = ||x||2 = ||y||2 = 0.

Construction des plans fractionnaires


1. On construit le plan factoriel complet comportant r facteurs e base ayant chacun p niveaux, où p
est un nombre premier ou une puissance d’un nombre premier p = qs ; le plan comprend donc pr
traitements.
2. Dans l’espace de dimensions pr les r facteurs définissent r vecteurs colonnes qui sont orthogonaux
2 à 2 au sens du produit scalaire sur le corps K(q,s).
3. Le nombre maximum de facteurs que peut comporter un plan de résolution III saturé étant égal à n
= (pr –1)/(p-1) on pourra ajouter jusqu’à m = n – r facteurs supplémentaires.
4. Les vecteurs supplémentaires qu’il est possible de former à partir de r vecteurs initiateurs sont
obtenus par des combinaisons linaires entre k vecteurs parmi eux, avec r ≥ k ≥ 2.
5. L’ensemble des vecteurs non colinéaires est obtenu avec les coefficients multiplicateurs constitués
par des k-uplets de nombres ne formant pas des vecteurs colinéaires au sens des deux lois de
composition interne du corps. Les vecteurs proportionnels étant colinéaires il suffira de considérer
les k-uplets commençant par 1.
Exemple
A partir du plan de base 42 on peut introduire des facteurs supplémentaires définis par les doublets
suivants : (1, 1), (1, 2) (1,3). Le lecteur vérifiera que tous les autres doublets possibles sont colinéaires
avec l’un des précédents.
6. Si le nombre de facteurs de base est suffisamment grand, on peut trouver des plans de résolution
supérieure à III, comme pour les plans avec des facteurs à 2 ou à 3 niveaux.
7. Il reste à établir les listes de confusions entre les actions. On peut utiliser la généralisation de la
méthode vue à propos des plans à 3 niveaux, en utilisant les tables d’opération du corps de Galois
K(q, s) à la place de celles du corps K(3, 1).
8. Une première méthode est basée sur l’utilisation des équations exprimant l’égalité entre un niveau
d’interaction et son facteur confondu. Les solutions forment le sous groupe des traitements
correspondant au niveau 0 du facteur ; on en déduit les classes latérales du groupe et qui
correspondent aux autres niveaux. Une classe latérale est formée par les éléments que l’on peut
déduire de ceux du sous groupe additif, comprenant donc l’élément neutre, à l’aide de l’opération
d’addition avec un élément ne faisant pas partie du sous groupe. Les classes latérales et le sous
groupe forment ainsi une partition du groupe.
9. Une autre méthode consiste à rechercher les vecteurs colinéaires par un examen systématique de
toutes les interactions potentielles du plan factoriel constitué par tous les facteurs du plan.
10. Enfin une troisième méthode consiste à utiliser les unités définies par les confusions, ainsi que
leurs produits possibles.

Construction du plan fractionnaire 45-3


Nous développerons l’exemple évoqué précédemment.
Partons du plan factoriel à 2 facteurs A et B ayant chacun 4 niveaux et comportant 16 traitements. Il
est possible de superposer de nouveaux facteurs aux parties d’interactions notées AB, AB2, AB3
définies de façon à ce que chacune possède 3 degrés de liberté. Cette définition des interactions n’a

51
pas de sens physique, sa seule justification est de permettre l’introduction de confusions avec des
facteurs supplémentaires.
Une fois que l’ensemble de ces opérations est achevé (après l’analyse de la variance qui permettra de
retenir les actions significatives) on pourra réanalyser les interactions entre des facteurs donnés : dans
l’exemple considéré toutes les 3 parties d’interaction entre les facteurs A et B qui comportent donc (4-
1).(4-1) = 9 degrés de liberté ; avec cet ensemble on pourra leur retrouver une signification physique
plus claire et un modèle mathématique à l’aide d’une régression polynomiale adaptée.
On cherche donc à introduire les facteurs suivants en posant :
C = AB, D = AB2, E = AB3
Les niveaux des facteurs C, D, E, sont les solutions des équations respectives en x et y définissant les
niveaux des blocs AB, AB2, AB3 respectivement :

C = AB ⇒ x+y = 0, 1, 2, 3 ; soit c0=(0,0),(1,1),(2,2),(3,3) ; c1=(0,1),(1,0),(2,3),(3,2) ;


c2=(0,2),(1,3),(2,0),(3,1) ; c3=(0,3),(1,2),(2,1),(3,0).
D = AB2 ⇒ x+2y = 0, 1, 2, 3 ; soit d0=(0,0),(1,3),(2,1),(3,2) ; d1=(0,3),(1,0),(2,2),(3,1) ;
d2=(0,1),(1,2),(2,0),(3,3) ; d3=(0,2),(1,1),(2,3),(3,0).
3
E = AB ⇒ x+3y = 0, 1, 2, 3 soit e0=(0,0),(1,2),(2,3),(3,1) ; e1=(0,2),(1,0),(2,1),(3,3) ;
e2=(0,3),(1,1),(2,0),(3,2) ; e3=(0,1),(1,3),(2,2),(3,0).
Plus simplement pour trouver les colonnes ABk avec k = 1, 2, 3, il suffit de calculer les combinaisons
linéaires des vecteurs colonnes A et B par z = x+ky, x et y étant les composantes respectives de A et
B, en utilisant les opérations du corps K(2, 2).

A B C=AB D = AB2 E = AB3


0 0 0 0 0
0 1 1 2 3
0 2 2 3 1
0 3 3 1 2
1 0 1 1 1
1 1 0 3 2
1 2 3 2 0
1 3 2 0 3
2 0 2 2 2
2 1 3 0 1
2 2 0 1 3
2 3 1 3 0
3 0 3 3 3
3 1 2 1 0
3 2 1 0 2
3 3 0 2 1

Recherche des confusions du plan 45-3

Les confusions découlent des 9 équations suivantes :


1. La confusion C = AB fournit l’équation x+y = z ; en utilisant les tables d’opération du corps on
voit que cette équation est équivalente aux 3 suivantes :
x+y+z = 0 (a) 2x+2y+2z = 0 (b) 3x+3y+3z = 0 (c)
2. La confusion D = AB2 fournit l’équation x+2y = u équivalente aux 3 équations :
x+2y+u = 0 (d) 2x+3y+2u = 0 (e) 3x+y+3u = 0 (f)
3. La confusion D = AB3 fournit l’équation x+3y = v équivalente aux 3 équations :
x+3y+v = 0 (g) 2x+y+2v = 0 (h) 3x+2y+3v = 0 (k)

52
Nous n’examinerons que les confusions résultant de C = AB.
Confusion avec l’effet principal A.
Les blocs des 4 niveaux A (ensemble des traitements) sont définis par les solutions de :
x = 0, 1, 2, 3 (A)
L’addition avec les équations (a, b, c) donnent les équations (a’), (b’), (c’) :
y+z = 0, 1, 2, 3 (a’) 3x+2y+2z = 0, 1, 2, 3 (b’) 2x+3y+2z = 0, 1, 2, 3 (c’)
Les équations (b’) et (c’) doivent être transformées, car l’exposant de la première lettre du mot
définissant une action doit être égal à 1 (sinon les nombres de degrés de liberté des actions sont
erronés). On multiplie ainsi (b’) par 2 et (c’) par 3 et on obtient les équations équivalentes :
x+3y+3z = 0, 2, 3 1 (b’’) x+2y+2z = 0, 3, 1, 2 (c’’)
Les équations (a’), (b’’), (c’’) impliquent alors les confusions suivantes :
A(0, 1, 2, 3) = BC(0, 1, 2, 3) = AB3C3 (0, 1, 2, 3) = AB2C2 (0, 3, 1, 2).
Autres confusions résultant de C = AB elles sont obtenues de la même façon ; on trouve :
A(0, 1, 2, 3) = BC(0, 1, 2, 3) = AB3C3 (0, 2, 3,) = AB2C2 (0, 3, 1, 2)
B(0, 1, 2, 3) = AC (0, 1, 2, 3) = AB3C (0, 2, 3, 1) = AB2C (0, 3, 1, 2)
C(0, 1, 2, 3) = AB (0, 1, 2, 3) = ABC3 (0, 2, 3, 1) = ABC2 (0, 3, 1, 2)
AB(0, 1, 2, 3) = C(0, 1, 2, 3) = ABC3 (0, 2, 3, 1) = ABC2 (0, 3, 1, 2)
AB2 (0, 1, 2, 3) = BC2 (0, 1, 2, 3) = AC3 (0, 2, 3, 1) = AB3C2 (0, 3, 1, 2)
AB3 (0, 1, 2, 3) = BC3 (0, 1, 2, 3) = A B2C3 (0, 2, 3, 1) = AC2 (0, 3, 1, 2)

Remarque
Il est équivalent d’utiliser les éléments unitaires de l’ensemble des mots désignant les actions
pour trouver les confusions, en utilisant les tables d’addition et de multiplication de K(2, 2). Les
équations (a) à (k) équivalent à poser les unités génératrices suivantes :
I1 = ABC = A2B2C2 = A3B3C3
I2 = DA2B = D2A3B2 = D3AB3
I3 =EA3B = E2AB2 = E3A2B3
En considérant toutes les combinaisons entre les unités on voit que chaque action est confondue
avec 63 autres actions. Il y a donc 16 ensembles d’actions confondues dans ce plan où l’on a
introduit le maximum de facteurs supplémentaires et le maximum de confusions possibles.

2.9 Un exemple de plan produit


Propriété du produit des modèles d’un plan produit
• Un plan produit est le produit cartésien des ensembles disjoints des facteurs de chacun des
plans. Le modèle associé au plan produit est égal au modèle produit tensoriel symbolique des
modèles de chacun des plans. En particulier on peut en extraire la somme directe des
modèles. La matrice du modèle produit est égale au produit de Kroneker des matrices des
modèles de chaque plan élémentaire.
Exemple. Le produit du modèle du plan constitué par le seul facteur A à 3 niveaux par le modèle
du plan fractionnaire donne bien le modèle du plan produit qui est décrit par le système des alias
ci-dessous, à condition de garder les parenthèses qui signifient une confusion :
(A +A2).((I-BCD)+(B-CD)+(C-BD)+(D-BC))
= I+(A-ABCD)+(B-CD)+(C-BD)+(D-BC)+(AB-ACD)+(AC-ABD)+(AD-ABC)

53
où l’on à remplacé à droite (A+A2) par A.
Plan 3.24-1
Nous choisirons comme générateur de confusion pour la partie 24-1: I = ABDE.
D’où la liste des alias, obtenue en appliquant la propriété du plan produit :
A+BDE AB+DE BC+ACDE
B+ADE AD+BE CD+ABCE
C+ABCDE AE+BD CE+ABCD
D+ABE BD+AE
E+ABD
C2+ABC2DE AB(C+C2)+DE(C+C2)
AC2+BC2DE A(C+C2)D+B(C+C2)E
BC2+AC2DE A(C+C2)D+B(C+C2)E
DC2+ABC2E
EC2+ABC2D M=ABDE

Avec ce plan on peut tester le modèle suivant où le facteur C qui est à 3 niveaux interagit avec tous les
autres facteurs qui sont à deux niveaux :
Y = M+A+B+C+D+E+AC+BC+CD+CE+(AB+DE)+(AD+BE)+(AE+BD)
ddl 1 1 1 2 1 1 2 2 2 2 1 1 1
où le terme C représente les 2 degrés de liberté C et C2, AC représente les degrés de liberté AC et AC2.

• Plus généralement il est intéressant d’introduire un facteur à m niveaux dans un plan produit
lorsque l’on sait qu’il s’agit a priori d’un facteur susceptible d’interagir avec les autres facteurs
du plan.

54
3. L’acquisition de données sous informatique
Gilles MOREAU

55
Le but de ce TP est d’apprendre à réaliser un Programme capable de visualiser en temps réel et
d’acquérir des données provenant de capteurs reliés à une carte d’acquisition et d’en déterminer le
Max. et le Min. Ensuite nous ajouterons des seuils de déclenchements qui pourraient à terme servir
par exemple à piloter un essai ou une machine. La version de LabView utilisée est la version
« LabView 6i » en anglais. Ce TP vous permettra d’avoir une approche du squelette de base des
programmes d’acquisition et de pilotage avec ce type de logiciel très présent dans le domaine
expérimental.

Nota : c’est votre programme que vous utiliserez dans le TP « jauges de déformation, capteurs de
déplacement ».

3.1 Qu’est ce que LabView ?

Labview est un progiciel de développement d’applications comparable à la plupart des systèmes de


développement en langage C ou Basic existant. Contrairement aux autres logiciels de programmation
qui utilisent le langage à base de commandes dont la programmation consiste à empiler des lignes de
code, Labview utilise un langage de programmation graphique, le langage G, pour créer un
programme sous forme de diagrammes. Labview offre des bibliothèques étendues de fonctions et de
routines (blocs pré-programmés) capable de répondre à la plupart des besoins en programmation pour
des applications en laboratoire.

En ce qui concerne les plates formes Windows, Macintosh et Sun, Labview comprend également des
bibliothèques de fonctions spécifiques à l’acquisition de données et au pilotage d’instruments VXI et
GPIB, ou encore d’instruments connectés sur une simple liaison série. Il existe aussi des bibliothèques
dédiées à la présentation, à l’analyse et au stockage des données. Labview intègre une panoplie
complète d’outils de développement de programmes conventionnels, de sorte que l’on peut définir des
points d’arrêts, animer l’exécution du programme en mettant en évidence le cheminement des données
et exécuter pas à pas le programme. Le développement et la mise au point du programme s’en trouvent
ainsi facilités.

3.2 Fonctionnement de Labview

Labview comprend des bibliothèques de fonctions et des outils de développement spécialement conçus
pour les applications de contrôle d’instrument (voir Annexe 1).
Un programme Labview est appelé VI (Instrument Virtuel), parce que sa représentation et son
fonctionnement ressemblent à ceux des instruments classiques. Néanmoins, les VIs diffèrent en ce
sens qu’ils tirent leur fonctionnalité de la programmation informatique avec l’équivalent en code
source, et acceptent les paramètres des VIs de niveaux supérieurs :

• Un VI intègre une interface utilisateur interactive appelé face avant, puisqu’elle simule la face-
avant d’instruments physiques. La face-avant contient des boutons rotatifs, des boutons poussoirs,
des graphes et autres commandes et indicateurs. Ces éléments sont modifiables à l’aide de la
souris et du clavier, et on peut ainsi visualiser les résultats à l’écran.

56
Figure 1 : Exemple de face avant

• Un VI reçoit des instructions de son diagramme, que l’on construit en Langage G. Le diagramme
qui correspond au code source du VI, réduit ainsi la programmation à une simple manipulation
graphique.

Figure 2 : Exemple de diagramme

• Le VI représente une structure hiérarchique et modulaire, on peut ainsi l’utiliser comme


programme principal ou comme sous-programme à l’intérieur d’autres programmes ou de sous-
programmes. Un VI contenu à l’intérieur d’un autre VI est appelé sous-VI.

• Les structures contrôlent le flux des données dans les VIs. LabView s’articule autour de quatre
structures différentes : la boucle WHILE, la boucle FOR, la structure Condition et la structure
Séquence.

57
Avec ces caractéristiques, Labview adhère entièrement au concept de programmation modulaire, c’est
à dire que l’on peut scinder une application en une série de tâches que l’on peut subdiviser autant de
fois que l’on veut. On construit donc un VI pour chaque tâche, puis on les rassemble pour obtenir au
final un VI principal qui contiendra un ensemble de sous-VI qui représentent ainsi les fonctions de
l’application. Néanmoins, on peut utiliser indépendamment chaque VI du reste de l’application, ce qui
facilite la mise au point de celle-ci. On peut donc utiliser des sous-VI dans plusieurs applications.

3.3 Votre programme LabView


Objectif :
1-Vous allez utiliser une boucle WHILE puis une boucle FOR associées chacune à un graphe
déroulant pour acquérir et présenter les données en temps réel provenant d'un générateur aléatoire
simulant une ou plusieurs voies de mesure reliées à divers capteurs.
2- Vous ajouterez les fonctions permettant la détection et l’affichage du maximum et du
minimum, le réglage de la fréquence d’acquisition des données (c’est à dire la vitesse d’exécution des
boucles) ainsi que la sauvegarde des données dans un fichier lisible sous tableur type « EXCEL ».
3-Remplacement des générateurs aléatoires par l’interrogation des voies de mesures réelles.

Programme avec la boucle WHILE :

Création de la face avant

Vous pouvez vous inspirer de la face avant suivante pour construire votre VI.

- Ouvrez une nouvelle face avant.

- Placez un interrupteur boolean dans la face avant. Il servira à interrompre le processus d’acquisition

- Placez un graphe déroulant dans la face avant. Celui-ci servira à afficher les données aléatoires en
temps réel.

58
- Placez un bouton rotatif. Celui-ci servira à contrôler la vitesse d’exécution de la boucle donc la
fréquence d’acquisition.

- Utilisez les outils texte pour mettre les légendes et commentaires que vous désirez sur votre face
avant.

Le diagramme

- Ouvrez la fenêtre « diagramme », vous devez retrouver les objets de votre face avant sous forme de
rectangle que l’on appellera « terminaux » comme sur l’illustration suivante.

- Placez dans votre diagramme une boucle WHILE en la choisissant dans la palette « FONCTION » et
placez vos terminaux à l’intérieur de celle-ci (voir annexe 2 « boucle WHILE »)

- Ajouter à l’intérieur de celle-ci une fonction de générateur aléatoire appelée « random number ».

- Reliez entre eux à l’aide du câblage virtuel la fonction générateur aléatoire avec votre terminal de
visualisation du signal et le terminal du bouton boolean avec la condition d’arrêt de la boucle WHILE
(voir illustration suivante).

59
- Revenez en face avant, mettez en route votre VI et actionnez le bouton arrêt de votre face avant

Vous constatez que la boucle WHILE est une structure de bouclage indéfinie. Le diagramme qu’elle
contient s’exécute tant que la condition indiquée reste vraie. Dans votre cas, tant que l’interrupteur est
sur la position ON (TRUE), le diagramme continue à générer des nombres aléatoires et à les afficher
dans le graphe déroulant.

3.3.1 Programme avec la boucle FOR

- Procédez comme pour le programme précédent en remplaçant la boucle WHILE par une boucle FOR
(voir annexe3 « boucle FOR »)

- Mettre comme valeur au terminal de comptage de la boucle FOR le chiffre 100.

- Revenez en face avant, mettez en route votre VI.

Vous constatez que la boucle FOR génère 100 nombres aléatoires et affiche les points dans un graphe
déroulant.

3.3.2 L’affichage des MIN-MAX

- Ouvrez vos deux faces avant et ajouter un indicateur numérique qui servira à visualiser le MAX ou le
MIN.

- Ouvrez les fenêtres diagrammes de vos deux programmes.

- Ajoutez la fonction « MAX & MIN » dans chacune des deux boucles WHILE et FOR.

60
- Ajoutez un registre à décalage sur chacune des deux boucles en plaçant le curseur flèche sur la
bordure droite ou gauche de la boucle en cliquant droit et choisissant « Add Shift Register » dans le
menu déroulant (le registre à décalage permet de reporter comme valeur entrante dans la boucle la
valeur générée au tour de boucle précédent).

- Placez à l’extérieur des boucles une constante numérique (qui sert à l’initialisation du registre à
décalage pour le premier tour de boucle)

- Cablez comme sur le schéma suivant

Mettez en route vos VIs.

Le paramétrage de la vitesse d’exécution des boucles.

Comme vous pouvez le constater lors de l’exécution de vos programmes ceux-ci s’exécutent très
rapidement. En effet lorsque vous demandez l’exécution d’un VI, les boucles se déroulent le plus
rapidement possible. Cependant vous avez peut être besoin d’acquérir des données à intervalles
réguliers, comme toutes les minutes ou toutes les secondes. Nous allons voir ici comment permettre un
choix de la vitesse d’exécution des boucles.

- Ouvrez une de vos fenêtres diagrammes.

- Ajouter à l’intérieur de la boucle la fonction « WAIT UNTIL NEXT ms TIME » (noter que cette
fonction travaille en milliseconde ).

- Câblez le terminal de votre bouton rotatif à celle-ci.

61
mettez en route votre VI et essayez différentes valeurs à l’aide du bouton rotatif (pensez que la valeur
est en milliseconde).

Vous constatez que votre boucle tourne à la vitesse imposée par le bouton rotatif.

3.3.3 Sauvegarde des données dans un fichier

Actuellement vos VIs ne permettent que de visualiser des données mais pas de les sauvegarder.

Pour cela vous allez utiliser la fonction « Write Spreadsheet File ».

- Ajoutez à l’extérieur droit de vos boucles la fonction « Write Spreadsheet File ». Cette fonction va
permettre la sauvegarde des données dans un fichier de votre PC.

- Ajoutez également la fonction « Build Array ». Cette fonction permet la mise en tableau des données
avant sauvegarde.

- Câblez comme sur le schéma suivant.

62
Lancez votre VI, vous constatez que le programme vous demande d’entrer le nom et le répertoire du
fichier de sauvegarde. Choisissez un nom, puis arrêtez votre VI.

Ouvrez avec Excel le fichier créé.

63
Annexe 1

64
65
66
67
Annexe 2

• La boucle While est une boite réajustable utilisée pour exécuter le diagramme qu’elle contient
jusqu’à ce que la valeur booléenne transmise au terminal d’entrée prenne la valeur False. Le VI
vérifie la valeur fournie à la fin de chaque itération de la boucle while. Le terminal d’itération est
une sortie numérique qui contient le nombre de fois que la boucle s’est exécutée. Lorsque l’on
lance l’exécution du VI, la boucle while se déroule le plus rapidement possible, mais la vitesse
d’acquisition est modifiable à des intervalles réguliers comme toutes les secondes ou les minutes.
Cette boucle sert donc à exécuter le diagramme à l’intérieur de la boucle (ce qui définit la
condition) tant que la condition while est vraie.

68
Annexe 3

• La boucle For est une boite réajustable comme la boucle while, elle exécute son sous-programme
X fois, X étant la valeur contenue dans le terminal de comptage (N). On peut définir cette valeur
explicitement en câblant une valeur extérieure à la boucle en haut du terminal de comptage. Le
terminal d’itération (I) contient le nombre d’itérations actuellement effectuée :
Soit 0 à la première itération, 1 à la seconde et ainsi de suite jusqu’à N. Les terminaux de
comptages et d’itérations sont des entiers longs signés compris entre 0 et 231-1.
La boucle For sert donc à exécuter un sous-diagramme pour i= 0 à N-1.

69
70
4. Jauges de déformation et capteurs de déplacement
Gilles MOREAU

BUT DU TP

Dans ce TP vous apprendrez à choisir, utiliser et connecter des capteurs et plus particulièrement des
jauges de contrainte ainsi que des capteurs de déplacement de type LVDT. Vous apprendrez
également à piloter une machine de traction-compression et à récupérer les données de vos capteurs
grâce au programme LabView que vous aviez réalisé lors du TP précédent.

4.1 MISE EN ŒUVRE


- Vous disposerez de différentes jauges de contrainte ainsi que leurs de fiches techniques et vous
choisirez celle qui vous semble la mieux adaptée à la mesure à effectuer.

- Il en sera de même pour les capteurs de déplacement

- Vous collerez la jauge sur l’éprouvette à tester (éprouvette en composite).

- Vous disposerez des différents conditionneurs ou alimentations nécessaires au fonctionnement des


capteurs.

- Vous connecterez les capteurs à leurs conditionneurs ainsi que sur le bornier permettant la
récupération des signaux sur l’ordinateur via le programme LabView que vous aviez réalisez lors
du précédent TP.

- Vous modifierez votre programme afin de pouvoir récupérer les signaux provenant de vos
capteurs.

- Vous disposerez l’éprouvette instrumentée ainsi que le capteur de déplacement sur le machine de
traction compression.

- Vous lancerez les programmes de pilotage de la machine ainsi que votre programme d’acquisition.

- Vous analyserez les résultats ainsi que les fiches techniques de chacun des capteurs et tenterez de
comparer et de définir les différentes applications de ces deux types de capteurs et leurs
spécificités.

Jauge de contrainte Capteur de déplacement

71
72
5. Mesures de vibrations
Denis DUHAMEL

5.1 Les vibrations

5.1.1 Introduction

Les vibrations sont les oscillations mécaniques d’une quantité par rapport à une valeur de référence.
La plupart des systèmes mécaniques sont des sources de vibrations, c’est pourquoi on les rencontre
dans de très nombreuses occasions : à la maison, dans les transports, au travail. Ce sont souvent des
phénomènes parasites et désagréables d’un autre processus et constituent un problème majeur à régler.
Dans le génie civil, par exemple, on veillera au comportement vibratoire de ponts sous l’effet du vent
ou au comportement de bâtiments sous séismes. Dans l’industrie, on s’assurera que les produits
manufacturés ne sont pas des sources trop importantes de vibrations (machines outils, appareils
ménagers, voitures, …). Les vibrations causent aussi de l’usure et de la fatigue et sont souvent
responsables de la ruine finale de la structure. Mais les vibrations peuvent aussi parfois être créées de
façon intentionnelle, c’est le cas par exemple dans les compacteurs à béton et les marteaux piqueurs.

De manière générale on doit faire des mesures de vibrations pour différentes raisons :
• Pour vérifier que les fréquences et les amplitudes n’excèdent pas les limites supportables par les
matériaux constituant le système, notamment pour des raisons de fatigue.
• Parce que l’évolution du spectre de fréquence fournit une indication de l’état d’usure ou de fatigue
des organes mécaniques de l’installation et permet d’assurer une maintenance préventive.
• Pour satisfaire une réglementation qui impose une limite à l’amplitude des vibrations afin d’éviter
les nuisances acoustiques qui en découlent.
• Pour éviter d’exciter certaines parties du système sur leurs fréquences de résonance.
• Pour atténuer ou isoler des sources de vibration.
• Pour bâtir ou vérifier un modèle de la structure (analyse modale).

Physiquement, les vibrations sont le résultat de forces dynamiques provenant de parties mobiles des
machines et des structures qui lui sont liées. Les différentes parties de la machine vont vibrer à
différentes amplitudes et à différentes fréquences. Elles sont engendrées par des défauts d’équilibrage,
des chocs, du frottement ou une onde acoustique. Les vibrations proviennent de l’interaction de trois
composants essentiels de tout système mécanique : des ressorts, des amortisseurs et des masses.

k c

Figure 1 : Système masse ressort amortisseur


Un système mécanique composé d’une masse m et d’un ressort de raideur k vibre sur sa fréquence
naturelle
ω 1 k
f = =
2π 2π m

73
Le mouvement libre est sinusoïdal, avec un déplacement de la forme d (t ) = D sin(ωt ) où D est
l’amplitude de la vibration. Un accroissement de masse se traduit par une diminution des fréquences
tandis qu’une augmentation de raideur accroît les fréquences de vibration. Une augmentation de
l’amortissement se traduit par une diminution de l’amplitude en fonction du temps.

Les vibrations peuvent être décrites par une position, une vitesse ou une accélération. La vitesse et la
position peuvent être obtenues à partir de l’accélération par une ou deux intégrations en temps. Le
cheminement inverse pour trouver l’accélération et la vitesse à partir de la position nécessite des
dérivations et est beaucoup plus sensible au bruit de mesure ce qui explique qu’on évite de le faire en
pratique. Les unités de mesure des vibrations sont les suivantes

Accélération m / s2

Vitesse m/s

Position m

Tableau 1 : Unités de mesure

On mesure aussi les accélérations en g avec la conversion suivante 1g = 9.80665m / s 2 . Le résultat


final est souvent exprimé en dB suivant la formule
 a2   a 
L = 10 log10  2  = 20 log10  
a  a 
 ref   ref 
−6 −2
où le niveau de référence est défini par a ref = 10 ms et a est l’amplitude de l’accélération mesurée.

5.1.2 Les différents capteurs

La chaîne de mesure est classiquement donnée par la figure 2. On se rappelle que la qualité globale
d’une chaîne de mesure n’est pas meilleure que celle du plus mauvais élément de la chaîne.

capteur préamplificateur filtre sortie

Figure 2 : Chaîne de mesure

Le capteur sert à convertir un signal mécanique en un signal généralement électrique. Le


préamplificateur sert d’interface pour convertir le signal reçu du capteur en un signal qui puisse être
envoyé à l’instrument d’analyse du signal. Le filtre permet d’éliminer les parasites dans les basses et
hautes fréquences.

On peut utiliser différents types de capteurs pour mesurer les vibrations. Pour mesurer des
déplacements, on peut par exemple utiliser des capteurs électromagnétiques qui ont l’avantage d’être
sans contact. Les mesures de vitesse sont effectuées en mesurant le voltage induit dans une bobine se
déplaçant dans un champ magnétique. Le tableau 2 et la figure 3 donnent les caractéristiques des
principaux capteurs utilisables.

74
capteur dynamique Bande de avantage inconvénient
fréquence
Capteur de 500 :1 0-2000Hz • Pas de partie • Sensible aux
déplacement mobile irrégularités de surface
électromagnétique • Sans contact • Etalonnage sur place
• Mesure de très nécessaire
basses fréquences • Faible dynamique
Capteur de vitesse 1000 :1 > 10Hz • Pas d’alimentation • Parties mobiles pouvant
• Faible impédance se déformer
• Grande dimension
• Sensible à l’orientation
• Sensible aux champs
magnétiques
• Limité aux hautes
fréquences
Accéléromètre 108 : 1 Au moins • Pas d’alimentation • Limité dans les basses
piézoélectrique (160dB ) 1Hz-30kHz • Pas de partie fréquences
mobile
• Grande dynamique
• Faible dimension et
faible poids
• Grande stabilité
Tableau 2 : Les différents capteurs

5.1.3 Caractéristiques des accéléromètres

Le capteur de loin le plus utilisé est l’accéléromètre en raison de ses performances et de sa facilité
d’utilisation. Les accéléromètres ont l'avantage d'une très grande dynamique, de l'ordre de 160 dB
associée à une large plage de fréquences. En général, ils sont peu sensibles aux conditions
environnementales telles que la température. Il existe un grand nombre de types d'accéléromètres.
Certains accéléromètres travaillent en compression, d'autres en cisaillement. Lors du choix d'un
accéléromètre pour une application donnée, les critères essentiels sont les domaines d'amplitudes et de
fréquences à couvrir. On choisira soit un accéléromètre miniature pour de fortes accélérations et des
hautes fréquences ou un accéléromètre de taille moyenne pour des fréquences plus basses. Le domaine
de fréquence que peut couvrir un accéléromètre est limité par sa fréquence de résonance. En général, il
peut être utilisé depuis les basses fréquences jusqu'à une fréquence égale à un tiers de sa fréquence de
résonance. Ainsi l'erreur est limitée à moins d'un décibel. Lors d'une exposition à une accélération
constante, la réponse est aussi constante sur ce domaine de fréquence. Plus un accéléromètre est gros,
plus il est sensible mais plus sa plage de fréquence est faible. Ces facteurs sont décrits sur la figure 4.

Il est très important que l'accéléromètre soit convenablement fixé sur la structure à analyser. Une
mauvaise fixation peut diminuer de façon importante la bande passante du capteur ou même fausser
les résultats obtenus. La meilleure méthode consiste à visser l'accéléromètre sur la structure. Lorsque
cela n'est pas possible on collera l'accéléromètre avec une colle forte. Une méthode rapide mais moins
performante consiste à utiliser de la cire d'abeille. On peut ajouter une pastille de mica pour assurer
l’isolation électrique entre l’accéléromètre et l’objet à mesurer quand cela est nécessaire.
L'accéléromètre a aussi une masse qui peut perturber la mesure en changeant la masse de l'objet testé.
En règle général, la masse de l'accéléromètre devra être inférieure au dixième de la masse de la partie
vibrante analysée. La sensibilité d’un accéléromètre est maximale dans la direction perpendiculaire à
la base. Toutefois une sensibilité résiduelle existe dans la direction transverse (3-4% au plus). On
veillera à monter l’accéléromètre pour que la direction à mesurer coïncide avec sa direction de
sensibilité maximale.

75
Amplitude
Relative

10 8 Accéléromètre
1111111
0000000
0000000
1111111
piézoélectrique
0000000
1111111
0000000
1111111
0000000
1111111
0000000
1111111
0000000
1111111
10 6

10000

000000000000000
111111111111111
000000000000000
111111111111111
11 000000000000000
111111111111111
001111111111111111111111111111
0000000000000000000000000000
000000000000000
111111111111111
00
11
100 0000000000000000000000000000
1111111111111111111111111111
000000000000000
111111111111111
0000000000000000000000000000
1111111111111111111111111111
00
11
00
11 000000000000000
111111111111111
0000000000000000000000000000
1111111111111111111111111111
11 000000000000000
111111111111111
001111111111111111111111111111
0000000000000000000000000000
000000000000000
111111111111111
00
11 0000000000000000000000000000
1111111111111111111111111111
000000000000000
111111111111111
0000000000000000000000000000
1111111111111111111111111111
00
11
00
11 000000000000000
111111111111111
0000000000000000000000000000
1111111111111111111111111111
11 000
111 000000000000000
111111111111111
001111111111111111111111111111
0000000000000000000000000000
000
111 00
11
00
11 000
111 000000000000000
111111111111111
0000000000000000000000000000
1111111111111111111111111111
00
11
00
11 000
111 000000000000000
111111111111111
0000000000000000000000000000
1111111111111111111111111111
00
11
111111111111111
000000000000000
00
11 0000000000000000000000000000
1111111111111111111111111111
000
111 00
11
111111111111111
000000000000000
1 1111111111111111111111111111
0000000000000000000000000000
000
111 00
11
000
111 00
11
00 200
11 Fréquence
0.2 000
111
000
111
2 20
00
11
2k 20kHz
000
111 00
11
00
11
Capteur de Capteur de
position vitesse

Figure 3 : Dynamique des différents capteurs

Sensibilité
pC/ms -2

30

0.01

10 40 150 kHz

Figure 4 : Sensibilité des accéléromètres

Les accéléromètres délivrent des signaux de faibles amplitudes. C'est pourquoi il est nécessaire
d'utiliser un préamplificateur qui va augmenter le signal à envoyer à l'instrument d'analyse. Il permet
aussi d'effectuer un filtrage et de prévenir des surcharges. La consultation de la fiche d’étalonnage est
importante. On y trouvera la sensibilité de l'accéléromètre ainsi que sa fréquence de résonance. Un
filtre passe-bas avec une coupure au voisinage du tiers de la fréquence de résonance devra être utilisé.
On pourra aussi utiliser un filtre passe-haut pour réduire le bruit des basses fréquences d'origine
thermique ou provenant du préamplificateur. Enfin, un étalonnage périodique de l’accéléromètre
permet de vérifier la sensibilité du capteur.

76
Un certain nombre d’accéléromètres ont été conçus pour des applications spécifiques, par exemple
pour servir de référence à l’étalonnage, pour être utilisés en cas de haute température, pour des
mesures triaxiales, pour supporter des chocs importants ou pour mesurer des vibrations de faibles
amplitudes. En parallèle, on peut aussi utiliser un capteur de force pour mesurer une excitation
apportée à la structure dans le but d’effectuer par exemple une analyse modale. Ce capteur de force
peut être une tête d'impédance ou un marteau. Ces capteurs seront décrits et utilisés dans le TP.

5.1.4 Principe de fonctionnement des accéléromètres

Les accéléromètres sont en général basés sur l'effet piézoélectrique qui est la génération d'une charge
électrique à la surface quand le matériau est soumis à une déformation. Une différence de potentiel
proportionnelle à la déformation peut alors être mesurée. Le schéma de principe d’un accéléromètre
est donné sur la figure 5. Il est constitué d’une masse M reliée à un boîtier par un ressort de raideur K
et un amortisseur visqueux de coefficient C. Notant z = h − h0 , où h est le déplacement de la masse et
h0 le déplacement de la structure sur laquelle est collée l’accéléromètre, nous avons
d 2 h0 d 2z dz
-M 2
= M 2
+ C + Kz
dt dt dt
En fréquence, on obtient

z ω2
=
h 0 − ω 2 − 2iξωω 0 + ω 02
où ω 0 = K / M est la pulsation propre de la masse M sur le ressort de raideur K et
ξ = C /(2 KM ) est le coefficient d’amortissement. Dans les accéléromètres piézoélectriques, le
ressort est constitué par un cristal piézoélectrique qui transforme la force de rappel Kz en un courant
électrique. Pour une fréquence propre ω0 élevée, le rapport entre la grandeur mesurée z et
l’accélération du support est constant et vaut
z 1
≈ 2
ω h0 ω 0
2

Pour obtenir une grande valeur de ω0 , il faut une faible masse M et une grande raideur K d’où une
miniaturisation du capteur, par exemple pour l’accéléromètre BK type 4370, f0=19 kHz .

Une variante de l’accéléromètre est la tête d’impédance qui permet de mesurer à la fois la force et
l’accélération au même point (voir figure 6).

5.2 Analyse modale

5.2.1 Introduction

Si une force sinusoïdale est appliquée sur un système linéaire, ce système va vibrer à la même
fréquence que la force, c’est la vibration forcée. Par contre, les amplitudes et les phases sont en
général différentes. Un système réel est généralement constitué d’un grand nombre de masses, raideurs
et amortisseurs. La réponse du système à une force excitatrice est une fonction d’allure complexe
comportant un pic pour chaque degré de liberté du système comme sur la figure 7.

77
1111111111111
0000000000000
0000000000000
1111111111111
0000000000000
1111111111111
0000000000000
1111111111111
0000000000000
1111111111111
0000000000000
1111111111111
0000000000000
1111111111111
0000000000000
1111111111111
0000000000000
1111111111111
C
0000000000000
1111111111111
0000000000000
1111111111111
0000000000000
1111111111111
0000000000000
1111111111111
0000000000000
1111111111111
0000000000000
1111111111111
0000000000000
1111111111111
0000000000000
1111111111111
M .. b
0000000000000
1111111111111
0000000000000
1111111111111
. h
0000000000000
1111111111111
b
0000000000000
1111111111111 a h0
0000000000000
1111111111111
0000000000000
1111111111111
0000000000000
1111111111111
0000000000000
1111111111111
0000000000000
1111111111111
0000000000000
1111111111111
0000000000000
1111111111111
0000000000000
1111111111111
K
0000000000000
1111111111111
0000000000000
1111111111111
0000000000000
1111111111111
0000000000000
1111111111111
0000000000000
1111111111111
0000000000000
1111111111111
0000000000000
1111111111111
1111111111111
0000000000000
1111111111111
0000000000000

Figure 5 : Schéma de principe d’un accéléromètre

Force

1111111111
0000000000
0000000000
1111111111
0000000000
1111111111
0000000000
1111111111
0000000000
1111111111
0000000000
1111111111
0000000000
1111111111
0000000000
1111111111
0000000000
1111111111
1111111111
0000000000 Sortie accélération
Sortie force

Figure 6 : Schéma de principe d’une tête d’impédance.

L’analyse modale a pour but de déterminer les fréquences propres et les amortissements ainsi que les
formes des modes de vibration pour finalement fournir un modèle mathématique du système. La
dynamique d’une structure dans un domaine de fréquence donné est une superposition d’un ensemble
de modes de vibration, chacun étant associé à une fréquence propre, un amortissement et une forme
modale. Ces valeurs peuvent être déterminées à partir de la mesure de la fonction de transfert entre un
excitateur et un ou plusieurs points de mesure.

Dans le cas d’une structure avec des modes faiblement couplés, on peut facilement déterminer l’allure
des modes. Il faut exciter la structure au voisinage d’une fréquence de résonance. La structure va alors
vibrer pratiquement sur ce seul mode. La fonction de transfert à cette fréquence est purement
imaginaire. La valeur de la partie imaginaire est proportionnelle au déplacement modal. En examinant
la partie imaginaire en différents points de la structure, on peut ainsi déterminer l’allure du mode.

78
Module de la reponse en frequence
1.2

0.8

0.6

0.4

0.2

0
0 100 200 300 400 500 600
Frequence (Hz)

Figure 7 : Courbe de réponse en fréquence

5.2.2 Analyse des vibrations d’une barre

Lors du TP, on mesurera les vibrations longitudinales d’un cylindre élastique excité par un pot vibrant
sur sa base. On se propose dans un premier temps de calculer les fréquences propres et les modes
propres de ce système simple.

L échantillon

O
^ d’impédance
tete

pot vibrant

Figure 8 : Test sur échantillon cylindrique

Les conditions aux limites sont décrites par une surface libre à l’extrémité x = L , soit l’effort
longitudinal f = 0 . A l’autre extrémité x = 0 , le pot vibrant impose l’effort f 0 (t ) . On supposera les
déplacements uniformes dans chaque section ce qui est valable à basse fréquence et quand le diamètre
D est faible devant la longueur L. L’évolution dynamique de la poutre est alors décrite par l’équation
de l’élastodynamique unidimensionnelle

79
∂ 2u ∂ 2u
E 2 = ρ 2
∂x ∂t
ESu ' (0, t ) = f 0 (t )
u ' ( L, t ) = 0
où f 0 (t ) est la force imposée par le pot vibrant à la base de l’échantillon. Dans le cas d’une
( )
excitation harmonique f 0 (t ) = Re f 0 e iωt et le problème en fréquence devient
d 2u
E + ρω 2 u = 0
dx 2
u ' ( 0) = f 0 / ES (1)
u ' ( L) = 0
Les modes propres sont les solutions sans chargement extérieur (c’est à dire lorsque f 0 = 0 ).

Exercice

1) Faire un calcul des fréquences propres et des modes propres du système, soit les couples
(ω n , u n ( x)) solutions de (1) avec f 0 = 0 .

2) Calculer la solution du problème (1) quand f 0 ≠ 0 .

Lorsque l’on connaît les modes propres la solution générale du système (1) avec second membre
( f 0 ≠ 0 ) est aussi donnée par le développement
+∞
u ( x) = ∑ a n u n ( x)
n =0
où an est l’amplitude du mode n et un(x) la fonction propre. Les fonctions propres peuvent être
normalisées pour vérifier
L

∫ ρ ( x)u
0
n ( x)u m ( x)dx = δ nm

L’amplitude an pour que u(x) soit solution du problème (1) est donnée par
2 f0
an =
ρL S (ω − ω n2 )
2

où ω n est la n ième pulsation propre.

Pour tenir compte de l’amortissement présent dans la structure, on remplace dans la formule précé-
dente le facteur ω 2 − ω n2 par ω 2 − 2iξ nωω n − ω n2 avec en général ξn << 1. Au voisinage de la
fréquence ω n , la réponse est dominée par le terme d’ordre n de la somme et la structure vibre suivant
le mode propre d’ordre n.

3) En ne gardant que le terme d’ordre n dans la somme et en supposant que ξ n << 1 , montrer que la
pulsation de résonance du mode n pour laquelle l’amplitude de vibration est maximale est
ω nr = ω n 1 − 2ξ n2
4) Montrer que la valeur de ξn peut s’obtenir à partir de la fréquence propre et de la largeur du pic
de résonance (intervalle de pulsation ∆ω à 3 dB de la valeur maximale) par la formule.

80
∆ω
2ξ n =
ωn

5.2.3 Vibrations d’une poutre en flexion

On se propose d’utiliser un accéléromètre pour mesurer les fréquences propres de flexion d’une poutre
suspendue et excitée par un marteau.

5.2.3.1 Modèle de poutre

On étudie une poutre droite en flexion, ayant une section rectangulaire de dimension 2e par b, et de
longueur l. On note x le point courant de la poutre et w sa flèche suivant y.

barre d’aluminium 2e

y l b

x
Figure 9 : Poutre en flexion

On note T(x,t) l’effort tranchant suivant y. L’équilibre en force suivant y d’un élément de poutre de
longueur dx s’écrit :
T ( x + dx, t ) − T ( x, t ) = ρ a Sw
&&( x, t )dx
ρ a est la masse volumique (de l’ordre de 2770 kg/m3 pour l’aluminium et 7840 kg/m3 pour l’acier)
et S=2eb est la section de la barre. On note M(x,t) le moment fléchissant suivant z. L’équilibre en
moment suivant z s’écrit
M ( x + dx, t ) − M ( x, t ) + T ( x + dx)dx = 0
on a négligé ici l’inertie de rotation de la section plane en x .

d2
La relation de comportement en flexion relie la courbure de la poutre w( x, t ) au moment
dx 2
fléchissant :
d2
M ( x, t ) = E a I 2 w( x, t )
dx
E a est le module d’Young (de l’ordre de 6.9 1010 Pa pour l’aluminium et 2.07 1011 Pa pour l’acier) et
I=2/3e3b est l’inertie de flexion de la poutre. On a donc à résoudre l’équation différentielle d’ordre 4 :
d4
Ea I w( x, t ) + ρ a Sw
&&( x, t ) = 0
dx 4
Dans le cas où la barre est libre aux deux extrémités, les conditions aux limites s’écrivent
d2 d3 d2 d3
w( 0, t ) = w( 0, t ) = w(l , t ) = w(l , t ) = 0
dx 2 dx 3 dx 2 dx 3
soit un moment et un effort tranchant nuls aux extrémités.

5.2.3.2 Décomposition modale

On cherche les oscillations libres sous la forme :

81
w(x, t) = g(x) ( A exp( iωt ) + Β exp( − iωt ) )
ω est la pulsation reliée à la fréquence de résonance par la formule ω=2πf. On trouve que g(x), le
mode propre de vibration associé à cette fréquence vérifie l’équation :
E a I d 4 g ( x)
− ω 2 g ( x) = 0
ρ a S dx 4
et les conditions aux limites :
d2 d3 d2 d3
g ( 0) = g ( 0) = g (l ) = g (l ) = 0
dx 2 dx 3 dx 2 dx 3
L’équation des modes propres se résout en posant :
g(x) = α cos(kx) + β sin(kx) + γ cosh(kx) + δ sinh(kx)
avec
ρaS
k4 = ω2
Ea I
On calcule les dérivées de g(x) :
d2
2
g ( x) = k 2 (−α cos(kx) − β sin(kx) + γ cosh(kx) + δ sinh(kx))
dx
d3
g ( x) = k 3 (α sin(kx) − β cos(kx) + γ sinh(kx) + δ cosh(kx))
dx 3
Les conditions aux limites en x=0 sont vérifiées si :
α=γ et β=δ
On élimine ainsi γ et δ. Les conditions aux limites en x=l sont vérifiées si :

α (− cos(kl ) + cosh(kl )) + β (sinh(kl ) − sin(kl )) = 0


α (sin(kl ) + sinh(kl )) + β (cosh(kl ) − cos(kl )) = 0

La solution g(x) n’est pas identiquement nulle si et seulement si le déterminant de ce système est nul
soit
− cos(kl ) + cosh(kl ) sinh(kl ) − sin(kl )
= 2(1 − cosh(kl ) cos(kl )) = 0
sin(kl ) + sinh(kl ) cosh(kl ) − cos(kl )

On trouve ainsi les valeurs admissibles de k, le nombre d’onde. De façon approchée, on a k=0 qui
correspond à un mode rigide de translation suivant y , puis les valeurs telles que :
1
cos(k n l ) = ≈0
cosh(k n l )
π
k n l ≈ (1 + 2n)
2
Avec ces valeurs de kn, on trouve les fréquences propres associées :
π Ea I
fn ≈ (1 + 2n) 2
8l 2
ρaS
Les valeurs exactes sont données dans le tableau suivant :

n 1 2 3 4 5 6
knl 4.730 7.8532 10.9956 14.1371 17.2787 20.4203

On trouve gn(x) de la forme :

82
g n ( x) = (cos(k n l ) − cosh(k n l ))(cos(k n x) + cosh(k n x)) + (sin(k n l ) + sinh(k n l ))(sin(k n x) + sinh(k n x))

et la solution d’une poutre en oscillation libre est donc de la forme :



g n ( x)
w( x, t ) = ∑ α n Re(exp(i 2πf n t + ϕ n ))
l
n =0
∫g
2
n ( y )dy
0

αn est l’amplitude du mode n et ϕn est son déphasage. On peut vérifier par le calcul que les
fréquences de résonance sont les mêmes quand la poutre est encastrée aux deux extrémités.

5.3 Description du TP

Le but de ce TP est d’utiliser des accéléromètres et des têtes d’impédance pour mesurer l’amplitude de
vibration de quelques structures puis les modes propres de quelques structures simples. L’expérience
consiste à mesurer les premières fréquences de vibration et à les comparer avec des modèles. Un
compte-rendu écrit sera demandé, il devra faire le point sur les méthodes utilisées et sur les résultats
obtenus.

5.3.1 Mesure simple de vibration

1) Connecter un accéléromètre à un amplificateur et à l’analyseur de signal


2) Utiliser l’étalonneur pour régler la sensibilité du système de mesure.
3) Faire vibrer quelques objets et déterminer les amplitudes de vibration et les bandes de fréquences
associées.

5.3.2 Vibrations longitudinales d’une barre

1) Mesurer les dimensions d’une éprouvette cylindrique et sa masse volumique.


2) Mettre en place le pot vibrant, la tête d’impédance et l’éprouvette au-dessus.
3) Régler le générateur de signal de l’analyseur pour que le pot vibrant soit excité par un bruit
blanc. Tracer la fonction de transfert H(ω) = U(ω)/ F(ω) où F et U sont respectivement la force
et le déplacement mesurés à la base (x=0). En déduire les fréquences propres de l’éprouvette.
4) Mesurer le facteur d’amortissement du premier mode (et du second si possible).
5) Reproduire les opérations ci-dessus avec des éprouvettes de différentes longueurs et constituées
de différents matériaux.

5.3.3 Vibrations d’une poutre


On se propose de mesurer les fréquences propres et les modes propres de différentes poutres avec une
excitation par pot vibrant ou par un marteau (voir figure 10).

• Poutre en aluminium excitée par un pot vibrant


1. Sélectionner une petite règle en aluminium et mesurer ses dimensions et son poids.
2. Mettre en place la tête d’impédance et la règle.
3. Mesurer les fréquences de résonance et les coefficients d’amortissement.
4. Comparer avec les résultats du calcul.

• Poutre en acier excitée par un marteau


1. Sélectionner une règle en acier et mesurer ses dimensions et son poids.
2. Mettre en place le marteau et régler l’analyseur de signal comme indiqué dans le manuel du
marteau Brüel et Kjaer
3. Mesurer les fréquences de résonance et les coefficients d’amortissement.
4. Comparer avec les résultats du calcul.

83
• Mesurer la forme modale du second mode.

Figure 10 : Excitation par un marteau

84
6. Mesures de déplacements par analyse d’images
Amina ALAOUI

6.1 Introduction
Depuis quelques années, l’utilisation du traitement d’images dans le domaine des matériaux et de la
mécanique s’intensifie. Les principales raisons de ce succès se résument en quatre points : c’est une
méthode
• sans contact et donc sans interactions perturbantes dues au contact,
• peu perturbée par l’environnement,
• adaptable à différents types de matériaux et d’éprouvettes,
• au coût de revient raisonnable par rapport aux autres types de mesures (en plus du gain
du temps).
C’est grâce à ces avantages que le traitement d’images est de plus en plus répandu dans le domaine de
la science des matériaux et de la mécanique où il est utilisé pour étudier les microstructures afin d’en
déduire leur comportement macroscopique : mesure de porosité, mesure et suivi de micro-fissures et
mesure de déformation.
L’objectif de ce TP sera de faire le suivi de déformations par analyse d’images sur des échantillons de
différents matériaux au cours de leur écrasement.
Cette mesure de déformation consistera à trouver, à partir de la séquence filmée, le champ de
déplacement sur la surface de l'échantillon qui permet ensuite de calculer les déformations.

6.2 Morphologie mathématique


Dans ce paragraphe, on introduit les différents outils d'analyse d'images basés sur la morphologie
mathématique. II décrit les théories auxquelles se rattachent les outils développés et précise les
algorithmes permettant de les implanter avec le minimum de temps de calcul. Par la suite, l'analyse
d'image quantitative est traitée (problèmes de voisinage ... ).

6.2.1 Introduction
La base de la morphologie mathématique a été développée grâce aux travaux de A. Haas, G. Matheron
et J. Serra à l'Ecole des Mines de Paris durant les années 1960. Le développement de cette discipline
nous a donné de puissants outils pour l'analyse quantitative d'images. Ces outils transforment l'image
dans le but d'en extraire le maximum d'information possible.
La morphologie mathématique est basée sur la théorie ensembliste ; deux types de transformations
sont alors utilisées: les transformations en tout ou rien et les transformations ensemblistes classiques.
Les transformations en tout ou rien utilisent un élément structurant pour modifier l'image.
Les outils définis par la morphologie mathématique peuvent être appliqués aussi bien sur une image
binaire que sur une image en niveaux de gris (qui est une fonction), mais dans certains cas les
fondements mathématiques sont légèrement différents. La morphologie sera utilisée sur les images en
niveaux de gris dans le but de mettre en valeur l'information recherchée. Après la binarisation de
l'image, elle sera utilisée afin de supprimer les objets non désirés et d'effectuer l'extraction de
l'information sur les objets à analyser.
Pour les transformations en tout ou rien, il est nécessaire de définir la notion de voisinage sur une
image discrète. Soient X et Y deux ensembles quelconques de Rn, le voisinage en un point x
quelconque de X sera défini comme étant une boule notée Bx de centre x et de rayon 1 (sens
topologique du voisinage d'un point).
Sur une image discrète, la définition du voisinage sera différente selon la trame de la caméra utilisée.
Si la trame est hexagonale, alors les six pixels voisins du pixel central pourront être utilisés pour
définir le voisinage (appelé V6) de ce point. Dans le cas d'une trame carrée, deux voisinages distincts
pourront être utilisés. Le premier, appelé V4, correspond à l'utilisation des quatres pixels adjacents au

85
point choisi (2 sur la verticale et 2 sur l'horizontale). Le second, noté V8 , revient à considérer que
tous les pixels (8 au total) autour du point font partie intégrante du voisinage.

Figure 1 : différents voisinages utilisés en morphologie mathématique


La figure 1 donne les trois voisinages possibles lors de l'utilisation de ces transformations. Il est
aisé de constater que lors de l'utilisation d'une caméra à trame hexagonale, le voisinage utilisé
correspond relativement bien à la définition de la boule Bx dans le plan. Dans le cas d'une trame
carrée, aucun des deux voisinages ne correspond vraiment à un cercle de centre X et de rayon 1.
Il est toutefois possible d'approcher un cercle en utilisant la combinaison des deux voisinages.
Par contre, lors de l'utilisation d'une combinaison des voisinages de base, le rayon de la boule
n'est plus unitaire. Il faut donc être prudent dans l'utilisation des différents voisinages et c'est le
type d'information à extraire de l'image qui fixe le choix du voisinage.
La suite de ce chapitre introduit toutes les notions de morphologie mathématique nécessaires à
la bonne compréhension de cette thèse. Seules les fonctions concernant les images binaires
seront détaillées, la préparation de surface choisie autorisant l'extraction directe des vides de
l'image.

6.2.2 Transformations ensemblistes classiques


Soient X et Y deux ensembles quelconques. Les transformations ensemblistes classiques vont à partir
de ces deux ensembles X et Y, générer un ensemble de points satisfaisant à certaines conditions. Les
différentes transformations ensemblistes utiles en analyse d'images sont les suivantes:
1. l'union: X ∪ Y = { x ∈ X , y ∈Y }
2. l'intersection: X ∩ Y = { z tel que z ∈ X ∧ z ∈Y }
3. la complémentation: {
X c = x ∈ X c ⇔ x ∉X }
Les ensembles X et Y représentent deux images distinctes ou même deux objets distincts d'une
image. Ces différentes notions sont définies sur un ensemble fini de points (ex: une image est un
domaine de définition discret de dimension connue). La figure 2 donne le résultat des différentes
opérations pour deux objets X et Y.

Figure 2 : Exemples de transformations ensemblistes classiques

86
L'implantation de l'union est très facilement réalisée à l'aide du «ou logique» entre chacun des
pixels correspondants. Celle de l'intersection nécessite l'utilisation du «et logique». Pour la
complémentation la valeur de chacun des pixels de l'image sera remplacée par la différence entre
la valeur du niveau de gris maximum et la valeur du pixel.
La fonction de complémentation est pour sa part utilisée sur une image complète plutôt que sur un
objet. Ces fonctions sont essentiellement utilisées sur les images binaires.

6.2.3 Transformations en tout ou rien


Les deux premières transformations en tout ou rien qui ont été développées sont l'addition et la
soustraction de Minkowski. A partir de ces deux transformations de base, tout un ensemble de
fonctions morphologiques a été créé (soit par itérations, soit par combinaisons des opérations de base).
Ces diverses fonctions utilisent les différents concepts de la géométrie euclidienne aussi bien que ceux
de la topologie.
Elles utilisent un élément structurant qui va fixer la direction d'analyse de l'ensemble considéré. Cet
élément structurant représente le voisinage considéré, mais permet aussi l'analyse particulière de
certains aspects précis de l'image. Le principe de fonctionnement est le suivant: il s'agit de promener
l'origine de l'élément structurant sur tous les points de l'espace, et pour chacun des points, une
question est posée relative aux transformations morphologiques classiques. La réponse sera
positive ou négative.

6.2.3.1 Addition de Minkowski et dilatation


Soient X et Y deux ensembles quelconques de Rn, l'addition de Minkowski (notée X ⊕ Y) des deux
ensembles X et Y est définie par l'union de la somme de tous les couples (x,y) de X par
Y : X ⊕ Y = { x + y / x ∈ X , y ∈Y }= ∪ { x + y}
x∈X , y∈Y

Soit si Xy représente le translaté de X par y: X ⊕ Y = ∪ { X + y}= ∪ X y


y∈Y y∈Y

A partir de cette définition, il est possible de préciser la dilatation d'un ensemble X par un élément
structurant Bx :
Le dilaté de X par B est le lieu des centres x de Bx tels que l'intersection entre X et Bx soit différente de
l'ensemble vide (voir figure 3) : X ⊕ B x = { x / X ∩ B x ≠ ∅ }
La dilatation est une opération croissante, extensive.

6.2.3.2 Soustraction de Minkowski et érosion


Par analogie avec l'addition de Minkowski, il est aisé de définir la soustraction de Minkowski notée Θ
( )
de deux ensembles X et Y : X ΘY = X c ⊕ Y c Xc étant le complémentaire de X. L'érosion d'un
ensemble X par un élément structurant Bx est définie selon une méthode similaire à la dilatation:
L'érodé de X par Bx est le lieu des centres de Bx tels que l'élément structurant Bx soit inclus dans X (cf
figure 3): X Θ B x = { x / B x ⊆ X }
L'équation précédente permet de démontrer que l'érosion d'un ensemble par un élément structurant
revient à dilater le complémentaire de cet ensemble par le même élément structurant.
La figure 3 montre que la dilatation va avoir tendance à boucher les trous et les cols des objets alors
que l'érosion va pour sa part supprimer les protubérances des objets dont le diamètre est inférieur à
celui de l'élément structurant.

87
Figure 3 : Exemple de dilatation et d'érosion d'un ensemble X par un élément Bx

6.2.3.3 Ouverture et fermeture


A partir des deux fonctions de base (dilatation et érosion), il est possible de construire un certain
nombre d'opérations effectuant une transformation particulière sur l'ensemble X de départ. Ces
différentes fonctions sont basées sur une combinaison particulière de l'érosion et de la dilatation, ainsi
que sur un certain nombre d'itérations.
L'ouverture (notée O(X)) d'un ensemble X par un élément structurant Bx est obtenue en érodant
l'ensemble X par Bx en premier lieu, puis en dilatant le résultat obtenu par l'élément structurant Bx.
O ( X ) = ( X Θ Bx ) ⊕ Bx
La fermeture (notée F(X)) d'un ensemble X par un élément structurant Bx est obtenue en dilatant
l'ensemble X par Bx en premier lieu, puis en érodant le résultat obtenu par l'élément structurant Bx.
F ( X ) = ( X ⊕ Bx ) Θ Bx
L'ouverture et la fermeture lissent le contour de l'ensemble de départ. L'ouverture va supprimer les
proéminences des objets, et il peut arriver aussi qu'elle sépare l'ensemble de départ en plusieurs sous-
ensembles. La fermeture, pour sa part, bouche certains trous et ferme les canaux dont la taille est
inférieure au diamètre de l'élément structurant.

Figure 4 : Exemple d'ouverture et de fermeture d'un ensemble X par un élément structurant Bx.

Les deux opérations décrites ci-dessus sont idem-potentes et croissantes. L'ouverture est anti-extensive
alors que la fermeture est extensive. Comme la figure 4 le montre, ces deux fonctions vont avoir pour
effet de supprimer ou d'ajouter des points à l'ensemble X. Les ensembles reconstruits ne sont plus tout
à fait les mêmes, les modifications peuvent même être majeures par rapport à l'effet désiré.

6.2.3.4 Érodé ultime


L'information contenue dans une image est très variée. Outre les paramètres classiques de
caractérisation (périmètre, surface), il est intéressant de chercher à caractériser la convexité, la forme
(sphéricité, allongement, ...) des différents objets contenus dans l'image. La complexité des objets peut
être grande et l'érodé ultime d'un objet fournit des renseignements appréciables sur la forme d'un objet.

88
L'érodé ultime d'un objet A par un élément structurant B est défini ci-dessous:
U A
= ( AΘ k o B x ) {
avec k o = sup k , A Θ k B x ≠ ∅ }
Les paramètres qui seront extraits de ces érodés seront la longueur, le nombre de morceaux pour un
objet donné, le nombre de branches par morceau, le nombre de points extrêmes, la direction
principale. A partir de ces différents paramètres, les formes des objets vont pouvoir être caractérisées
et les décisions de classements pourront être effectuées. Toutefois, l'érodé ultime seul ne permet pas
toujours de prendre une décision sur la forme exacte d'un objet. Par exemple, les érodés ultimes d'un
carré et d'un cercle peuvent être tous les deux réduits à un point. Il faut alors coupler les
renseignements obtenus par l'analyse des érodés ultimes avec les informations plus générales afin de
prendre la décision. La recherche de l'érodé ultime d'un objet est relativement simple à implanter, mais
coûteuse en temps de calcul. Pour l'obtenir, il suffit d'éroder l'objet en question tout en conservant les
derniers pixels allumés de l'objet. La figure 5 donne quelques exemples d'érodés ultimes pour des
objets simples. Il peut arriver qu'un objet ait un érodé ultime composé de plusieurs morceaux.
Effectivement, lors des érosions successives, chacun des morcellements de l'objet conduira à la
formation d'un ou plusieurs morceaux de l'érodé ultime. L'érodé ultime d'un tel objet sera composé de
l'ensemble des différents morceaux.

Érodés ultimes des objets


Figure 5 : Exemple d'érodés ultimes
L'érodé ultime peut-être utilisé afin de séparer plusieurs objets joints. Cette séparation peut aboutir à
certaines aberrations si quelques garde-fous ne sont pas mis en place. La démonstration en sera faite
plus tard.

6.2.3.5 Squelette
Soit A une forme plane et x un point de A. Si Bx désigne la boule de centre x et de rayon
d(x,A`) (distance de x au complémentaire de A). On dira que x appartient au squelette de A si et
seulement si il n'existe pas de boule contenue dans A et contenant Bx.(Hotzkin 1935)
Supposons qu'il soit possible de mettre le feu sur tout le contour de l'objet X au même instant t, la
vitesse de propagation étant uniforme dans toutes les directions. Le squelette est alors composé de
l'ensemble des points d'extinction du feu.

89
Figure 6 : Squelette des objets de l'image
La figure 6 montre les squelettes de différents objets. La notion de squelette est très proche de celle de
l'érodé ultime. Dans le cas du cercle parfait, ces deux notions sont même confondues. Il est cependant
nécessaire d'être prudent dans l'utilisation du squelette pour caractériser un objet. En effet, deux objets
pratiquement identiques peuvent donner des squelettes complètement différents.
La figure 7 donne en exemple le cas d'un cercle parfait conduisant à un squelette égal à son centre,
alors que le même cercle avec un petit défaut sur le contour donnera un squelette beaucoup plus
complexe. Cette notion de squelette est donc instable.
Dans le cas de l'utilisation de cette notion en analyse d'images, le problème est encore plus accentué.
La discrétisation effectuée sur l'image ainsi que le choix du voisinage influe sur le squelette résultant
de cette opération.

Figure 7 : Exemple de variation de squelette pour deux objets pratiquement identiques

90
Réalisation morphologique de la squeletisation sur une trame :
Le squelette au sens morphologique est exprimé comme étant constitué de l'ensemble des points
perdus par ouverture sur les érodés successifs.
S ( A) = AΘ ρ B x / {([AΘ ρ B x ] Θ B x )} avec le symbole / qui représente la soustraction au sens
U
ρ≥0

ensembliste.
Cette méthode de construction comporte des inconvénients. En effet, le squelette obtenu est non
connexe, instable, d'épaisseur variable et dépendant du choix de l'élément structurant ainsi que de
l'orientation de A sur l'image. D'autres méthodes peuvent être utilisées pour obtenir le squelette d'une
forme: amincissements successifs, ligne de partage des eaux et la méthode de l'axe médian.

6.3 Méthodes existantes et limitations


Il existe plusieurs méthodes en mécanique pour mesurer la déformation : photoélasticité,
extensométrie par extensomètre ou jauges. Parmi toutes ces mesures, la seule qui soit la plus fiable et
le plus souvent utilisée est sans doute la mesure par une jauge d’extensométrie, mais qui peut se
révéler défaillante dans certaines circonstances comme pour la mesure de grandes déformations ou la
mesure en environnement critique. Une mesure sans contact est alors judicieuse et l’imagerie répond
aux contraintes.

6.3.1 L’imagerie : traitement manuel


Des méthodes manuelles de mesure du champ de déplacement existent, mais l’un de leurs plus grands
inconvénients est qu’elles exigent l’intervention de l’utilisateur pour faire les appariements entre deux
images de la séquence de déformation.

6.3.1.1 Méthode de diffraction


Cette méthode consiste à tracer une mire à l’aide d’un laser sur la surface de l’éprouvette à tester et à
photographier la mire déformée après le chargement. On utilise ensuite un rayon cohérent pour
provoquer une diffraction aux points d’intersection sur le négatif de la mire déformée et donc calculer
la déformation.

6.3.1.2 Méthode de stéréophotogrammétrie


La stéréophotogrammétrie est basée sur la perception visuelle de la profondeur d’une scène. La vision
humaine peut concevoir la profondeur d’un objet à partir de la disparité des deux images formées sur
la rétine de chaque œil. Donc, si on envoie simultanément les deux images d’un même objet prises
sous deux angles différents dans les yeux d’un observateur, il peut traduire la disparité entre les deux
images par une profondeur de la scène. Les différences de disparités des points se traduisent comme
les différences de profondeur des points, c’est à dire par un relief. Là encore l’intervention d’un
observateur humain est nécessaire. C’est l’observateur qui doit mesurer le relief fictif dû au
déplacement entre deux images.

6.3.2 L’imagerie : traitement automatisé


Comme on l’a vu l’intervention d’un observateur humain est nécessaire. Or, notre objectif est
d’automatiser cette tâche pour la rendre la plus fiable possible en se basant sur les caractéristiques de
l’échantillon étudié et de sa préparation. On présente ici les différentes méthodes existantes, leurs
champs d’applications et leurs limitations.

6.3.2.1 Flot optique


La méthode du flot optique est initialement appliquée sur des images prises à différents instants par
une caméra pour déduire la vitesse d’une scène en mouvement par rapport à la caméra. Elle cherche à
établir une relation entre le champ de vitesse des points lumineux dans l’image et le gradient
d’intensité lumineuse.

91
Contraintes
On doit supposer que :
• la capacité de réflexion entre deux images successives reste la même (non
garanti à cause du tramage de la caméra),
• l’éclairage sur la surface de l’échantillon reste constant spatialement et
temporellement,
• le mouvement de l’échantillon reste plan.

6.3.2.2 Mise en correspondance par les primitives


C’est une méthode très utilisée dans la stéréovision pour reconstruire une scène tridimensionnelle à
partir de deux images prises sous différents angles. Les primitives peuvent être des points, des chaînes
de contours, des lignes, des régions…
L’appariement de ces primitives extraites se fait par la comparaison des images en utilisant un critère
en fonction des attributs attachés à chaque primitive (longueur, direction, position, …). Leurs
principaux avantages résident dans le fait qu’elles donnent peu de faux appariements et sont rapides à
exécuter.
Inconvénients
• Nécessite deux caméras (ultra rapide dans notre cas),
• difficulté de choisir les primitives quand les images sont très texturées,
• L’interpolation ne peut se faire qu’à travers ces primitives qui sont
généralement irrégulièrement distribuées.

6.3.2.3 Mise en correspondance par les intensités locales


Son principe consiste à mettre en correspondance des régions à l’aide des informations locales que
sont les distributions des intensités des pixels (formant ainsi des objets caractérisés par leur niveau de
gris, leur emplacement et leur zone d’influence) dans chacune des deux images à traiter. Cette
méthode est très utilisée dans le domaine médical (détection des cellules cancéreuses par exemple).
Inconvénient
Elle ne peut s’appliquer que sur des images à texture identifiable ce qui n’est pas toujours le cas.

6.3.2.4 Méthode pour les objets déformables


Certaines études ont été consacrées aux problèmes de la mesure du mouvement d’un objet déformable
par mise en correspondance de deux primitives, ou de deux pixels calculée par un critère prédéfini.
Cette méthode a trouvé des champs d’application dans le traitement d’images médicales.
Pour pouvoir utiliser ces méthodes, on doit faire des hypothèses sur le comportement élastique de
l’objet observé. Or l’objectif de la détermination du champ de déplacement est de pouvoir caractériser
le comportement des matériaux étudiés pendant l’écrasement ce qui nous supprime la possibilité de
poser de telles hypothèses.

6.4 Mise en œuvre pratique

6.4.1 Préparation des échantillons


L’essai est effectué sur un échantillon du matériau à étudier : c’est un cube découpé dans
un bloc, ayant environ 50 mm de chaque côté. Un marquage est effectué.

Quel est le but de ce marquage ?


Pourquoi n’utilise-t-on pas la texture de l’échantillon ?

6.4.1.1 Choix du type de marquage

92
6.4.1.1.1 La grille rectangulaire

6.4.1.1.2 Les disques

6.4.1.1.3 La grille en diagonales

Marquage en diagonales Marquage en diagonales avec mires et séparateurs

93
Commenter ces différents types de marquages ?

6.4.1.2 Les mires et les séparateurs


Quels sont les intérêts de ces éléments ?

6.4.2 Description globale de la méthode utilisée

6.4.2.1 Vue générale


La méthode adoptée se décompose en cinq parties majeures :
1. Segmentation de l’image en cours de traitement pour en extraire les zones
claires,
2. Calculs des barycentres des zones claires,
3. Mise en correspondance des barycentres avec ceux de l’image précédente,
4. Correction des erreurs et conversion en unités physiques,
5. Exploitation et affichage des résultats.

6.4.2.2 Organigramme
L’organigramme ci-dessous décrit le déroulement du traitement d’une séquence d’images. Il peut être
résumé de la manière suivante :

Données
(Séquence d'images)

Segmentation de la première image

Calcul des barycentres des Extraction des


losanges pertinents deux mires

Pour : i = 2...n avec n = nombre d’images


Faire :
• Segmentation des objets clairs de l’image i
• Calcul des barycentres
• Correspondance avec l’image (i-1)

Sortie : n listes
triées de points

Correction de l’erreur due au déplacement du support


Conversion en unités physiques

Exploitation et analyse des données

Vecteurs Courbes Trajectoires


déplacements iso valeurs des points

94
On commence par traiter la première image pour en extraire les mires et les losanges pertinents. Une
fois qu’on les a, on segmente le reste des images en exécutant à chaque fois la mise en correspondance
de chaque image avec celle qui la précède. Arrivé à ce stade de traitement, on a à notre disposition
toute l’information requise pour corriger, convertir, exploiter et afficher les résultats souhaités.

6.4.2.3 Calcul des barycentres


Le calcul des barycentres s’effectue de la manière suivante :
1. Les objets de l’image segmentée sont étiquetés : 2. On calcule le barycentre de chaque objet étiqueté,.

Etiquetage des zones claires de l’image Calcul des barycentres des objets étiquetés
Les barycentres peuvent être calculés de deux manières :

6.4.2.3.1 Barycentres pondérés


Les barycentres pondérés ont l’avantage de prendre en compte les niveaux de gris de l’image
originale. Ceci permet de diminuer l’influence des bords (la grille en diagonale) due à l’effet du
tramage. Les coordonnées de chaque barycentre sont calculées de la manière suivante :
Soit : N le nombre de pixels d ' un objet étiqueté noté O,
et ( xi , yi ) les coordonnées d ' un pixel ∈ O tel que : i = 1..N ,
et f i le niveau de gris du pixel ( xi , yi ).
Le barycentre pondéré de coordonnées ( Bx , B y ) est obtenu comme ceci :
1 N
1 N
Bx = N ∑ xi * fi , By = N ∑y * f i i


i =1
fi i =1

i =1
fi i =1

6.4.2.3.2 Barycentres non pondérés


Les barycentres non pondérés quant à eux ne tiennent pas en compte des niveaux de gris de l’image
originale. Ils sont obtenus en calculant la moyenne des coordonnées composant cet objet :
Soit : N le nombre de pixels d ' un objet étiqueté noté O,
et ( xi , yi ) les coordonnées d ' un pixel ∈ O tel que : i = 1..N .
Le barycentre de coordonnées ( Bx , By ) est calculé de la manière suivante :
1 N
1 N
Bx =
N
∑x
i =1
i , By =
N
∑y
i =1
i

95
6.4.2.4 La mise en correspondance
Cette partie du programme sert à mettre en correspondance les barycentres d’une image de la séquence
avec ceux de l’image qui la précède. Grâce à cette succession de mises en correspondance, on aura
l’évolution de chacun des points caractérisant l’échantillon (barycentres des losanges) ainsi que le
déplacement du chariot (mire supérieure) et le déplacement du banc d’essai dû au choc (mire
inférieure). Son principe et le type de fichiers de sortie sont expliqués par l’exemple suivant :

6.4.2.4.1 Exemple
Le fichier contenant la liste des barycentres d’une image se compose de deux parties :
1. Un entête où la première ligne décrit le type du fichier, la deuxième fait
référence à l’image traitée et la troisième donne le nombre de barycentres.
Ce nombre est fixé par le traitement de la première image.
2. Une liste des coordonnées des barycentres extraits de l’image en format
abscisse ordonnée. Quand ces valeurs sont négatives (= −1) , elles
désignent un point qui a été perdu (aucun des barycentres de cette image
ne correspondent à ce point dans l’image précédente).
#Liste de points en format (x,y) de type long #Liste de points en format (x,y) de type long
#Nom du fichier : image f_000008 , Nom physique : liste-f_000008 #Nom du fichier : image f_000009 , Nom physique : liste-f_000009
125 137

-1.000000 -1.000000 147.496490 187.532303

176.920090 71.828239 101.044197 97.013123

87.076309 82.325005 89.716507 90.133705

191.614853 83.618248 194.364319 91.065331

108.311958 82.838783 179.730133 79.223709

128.915131 84.131248 131.703247 91.700829

215.778305 85.917725 218.602539 93.399185

55.006161 90.012718 57.796589 97.153145

152.731812 87.815071 169.967026 231.950363

-1.000000 -1.000000 51.370869 177.506790

98.326683 89.815269 208.309647 185.628372

179.836578 92.036156 182.580811 99.344917

119.495644 91.396652 122.118149 98.570564

205.264954 95.515182 155.284683 95.165611

143.268173 96.240288 145.956970 103.226051

230.455566 98.977676 111.072121 90.588715

86.878304 97.673630 207.956345 102.739250

168.561630 101.518974 171.095139 108.212234

67.210312 230.291306 232.627716 105.840851

169.985809 231.937164 89.607346 104.047577

Liste 1 Liste 2

Etat des fichiers de sortie avant la mise en correspondance

96
Avant la correspondance, la liste 2 contenant les barycentres de l’image i est désordonnée et peut
contenir plus (ou moins) de points que la liste 1. La correspondance entre ces deux listes consiste à
trouver dans la liste 2 les barycentres qui coïncident le mieux (voir les méthodes utilisées) à ceux de la
liste 1 (contenant les barycentres de l’image i-1). Après la correspondance, la liste 1 n’est pas
modifiée. Quant à la liste 2, elle est triée de telle manière qu’un barycentre de la liste 1 se trouvant sur
la ligne j ait son correspondant dans la liste 2 sur la ligne j aussi. Si aucun point de la liste 2 ne
correspond à un point de la liste 1 se trouvant sur la ligne j, la ligne j dans la liste 2 est remplacée par
une valeur négative égale à moins -1 (ceci signifie que ce point a été perdu). On notera aussi que le
nombre de points de la liste 2 est maintenant égal à celui de la liste 1. On obtient alors :

#Liste de points en format (x,y) de type long #Liste de points en format (x,y) de type long
#Nom du fichier : image f_000008 , Nom physique : liste-f_000008 #Nom du fichier : image f_000009 , Nom physique : liste-f_000009
125 125

-1.000000 -1.000000 -1.000000 -1.000000


176.920090 71.828239 179.730133 79.223709

87.076309 82.325005 89.716507 90.133705

191.614853 83.618248 194.364319 91.065331

108.311958 82.838783 111.072121 90.588715

128.915131 84.131248 131.703247 91.700829

215.778305 85.917725 218.602539 93.399185

55.006161 90.012718 57.796589 97.153145

152.731812 87.815071 155.284683 95.165611

-1.000000 -1.000000 -1.000000 -1.000000


98.326683 89.815269 101.044197 97.013123

179.836578 92.036156 182.580811 99.344917

119.495644 91.396652 122.118149 98.570564

205.264954 95.515182 207.956345 102.739250

143.268173 96.240288 145.956970 103.226051

230.455566 98.977676 232.627716 105.840851

86.878304 97.673630 89.607346 104.047577

168.561630 101.518974 171.095139 108.212234

67.210312 230.291306 -1.000000 -1.000000


169.985809 231.937164 169.967026 231.950363
Point déjà perdu Nouveau Point
perdu

Liste 1 Liste 2

Etat des fichiers de sortie après la mise en correspondance

97
6.4.2.4.2 Méthode du plus proche voisin
Dans cette méthode, on recherche le plus proche voisin d’un barycentre dans une boule d’un diamètre
donné.
Si par exemple deux points (ou plus) de l’image (i-1) pointent sur le même point de l’image i, on
supprime la ou les affectation(s) erronée(s) en recherchant lequel de ces points est le plus proche et
lequel (lesquels) on va supprimer.
Avantages
Simple et efficace pour les « petits » déplacements.
Inconvénient
Lors de « grandes » déformations, cette méthode a ses limites comme le démontre la figure suivante.

Pixel de l’image i

Pixel de l’image (i+1)

Exemple de « petite » Exemple de « grande »


déformation déformation
Sur l’image de gauche, on voit facilement que la correspondance est évidente. Par contre sur l’image
de droite et à cause d’un grand déplacement, la correspondance sera erronée en utilisant cette méthode.
Cependant, si la fréquence d’acquisition et la résolution de l’image sont suffisantes, ce problème ne se
pose pas.

6.4.2.4.3 Prédiction d’ordre 1


En utilisant l’image i et l ’image (i-1) on prédit où « devraient » se trouver les points dans l ’image
(i+1), ce qui revient à faire une estimation du vecteur vitesse.
Une fois qu’on a l’ensemble des points prédits de l’image (i+1), on effectue la correspondance (du
plus proche voisin) entre ces points et les vrais barycentres obtenus de l’image (i+1).
Avantage
Cette prédiction permet un suivi satisfaisant dans le cas d’un mouvement faiblement accéléré, même
dans les régions où les déplacements sont importants.
Inconvénient
Lors des essais effectués, l’échantillon subit un écrasement. A la fin de l’écrasement, les bulles d’air
restées bloquées dans la structure du polymère permettent à l’échantillon de « se regonfler ». Cette
deuxième phase de déformation implique un changement du sens du mouvement et donc l’incapacité
de cette méthode à suivre ces nouveaux paramètres. L’utilisation d’une prédiction au minimum
d’ordre 2 a donc été envisagée.

6.5 Déroulement du TP

6.5.1 Les essais quasi-statiques

6.5.1.1 Description de l’essai


Cet essai est destiné à l’étude de la réponse statique d’un bloc de matériau que l’on écrase. L’essai est
filmé par une caméra afin de suivre l’évolution de la géométrie du bloc de matériau durant le test.
Pour réaliser cet essai, nous utilisons une presse mécanique Adamel DY31, munie d’un capteur de
force de 2000N, sur laquelle est montée un plateau de compression et un capteur de déplacement à
électronique intégrée.
La presse est pilotée par le logiciel spécifique AUTOTRAC, qui permet de contrôler la vitesse de
déplacement du plateau jusqu’à ce que la force de compression atteigne 1990 N.

98
Le VI (Virtual Instrument) utilisé afin de réaliser l’acquisition de mesures ainsi que d’images est
conditionné par les contraintes que nous explicitons ci-dessous.
1. Les signaux de force et de déplacement du capteur sont visualisés ainsi
que la prise d’images, et lorsque la force dépasse un certain seuil (Fseuil),
l’acquisition des mesures est activée.
2. De plus, l’acquisition des images ne se fait que toutes les N mesures, car
la vitesse de la caméra est limitée à 30 images par seconde, tout en
synchronisant la prise d’image et la mesure de force et de déplacement.
3. Enfin, le VI peut être utilisé dans une autre application similaire, mais en
mettant en jeu des niveaux d’effort plus faibles.

6.5.1.2 Fonctionnement du VI
La façade avant du VI se présente comme suit :

Avant de lancer le VI, il faut choisir quel capteur de force nous utilisons, pour cela nous choisissons
simplement le capteur à l’aide de l’interrupteur.
Il faut ensuite remplir les commentaires correspondants à chaque expérience afin de pouvoir organiser
les résultats (commentaires sur le type d’essai et l’échantillon utilisé, choix du format d’image et des
noms de fichiers pour le stockage des résultats), puis choisir la fréquence d'échantillonnage des
mesures ainsi que la fréquence d’acquisition vidéo.
La synchronisation de l’acquisition vidéo s’effectue de la manière suivante :
Nous avons réglé l’acquisition des mesures à une mesure par seconde, et ainsi à chaque
incrémentation, nous indiquons sur la face avant le nombre précis de mesures effectuées.
Nous divisons ce nombre par N et nous le comparons à son entier le plus proche, quand le nombre de
mesures atteint est égal à son entier le plus proche, alors le VI déclenche l’acquisition d’une image.
Ex : Si N=10, pour les 9 premières mesures nous aurons 0.1, 0.2…0.9 après division et 1 pour le
chiffre entier supérieur le plus proche, par contre si le nombre de mesures est 10 ou 20 nous aurions
une égalité entre les deux chiffres soit 1 ou 2, l’acquisition d’une image est donc possible. Mais on
peut modifier le nombre d’images par minute, si on divise par 10 nous aurions 6 images en une

99
minute, par contre si on divise par 60 nous aurions une image par minute. Pour activer une acquisition
vidéo, il faut donc que le nombre de mesures, une fois divisé par N, soit égal à son entier le plus
proche.

6.5.1.3 Expérience à réaliser


Votre échantillon de mousse est un parallélépipède d'une hauteur de 50 mm. Il vous faut préparer votre
échantillon afin de le marquer correctement. Il faut ensuite programmer le logiciel de pilotage de la
machine d'essai afin de définir la vitesse d'écrasement du plateau.

6.5.2 Courbe contrainte/ déformation globale


A partir des fichiers générés par le programme, comportant l’histoire de force et l’histoire
des déplacements issues des capteurs, construire la courbe contraintes/déformations
globale du matériau. Comparez cette courbe à celle que vous pourrez construire en
traitant les images pour en extraire les déplacements des mires.

6.5.3 Comparaison entre les déformations locale et globale.


On vous demande en plus de construire l’histoire des déplacements de certains points du
matériau, en utilisant le logiciel IMAQ Vision, dans lequel vous écrirez un script qui
réalise un traitement similaire à celui qui vous est proposé dans la section précédente.
On vous demande de comparer les déformations de ces points avec les déformations
mesurées de façon globale à partir du déplacement des mires.
Que peut-on dire quant à l’homogénéité des déformations dans le matériau ?

6.6 Présentation du logiciel IMAQ Vision

6.6.1 Généralités
Le logiciel IMAQ Vision Builder permet l’acquisition et le traitement « simple » d’images. Il est
développé par National Instrument et donc totalement compatible avec tous les autres logiciels de type
LabView. En lançant le programme, on arrive sur une fenêtre d’accueil comportant plusieurs menus
ainsi qu’une barre d’outils plus ou moins active selon le contenu de la fenêtre. Un pictogramme est
cependant toujours actif : il s’agit de l’aide en ligne symbolisée par le livre avec un point
d’interrogation. N’hésitez pas à en faire usage !

100
Au démarrage, les autres pictogrammes actifs permettent soit l’acquisition d’images, que nous
présentons dans la section suivante, soit le chargement d’images existantes dans le buffer en vue du
traitement (pictogramme dossier).

A priori, étant donné que les images auront été acquises par le VI que vous avez utilisé pour l’essai,
c’est cet outil que vous utiliserez : Il vous permet de selectionner le répertoire où sont archivées vos
images et vous pouvez ainsi les sectionner pour un traitement :

Avant de présenter les programmes de traitement, voici le principe d’acquisition des images en
utilisant directement IMAQ Vision Builder.

6.6.2 Acquisition d'images


Dans la barre d’outils, la caméra indique le menu d’acquisition d’images. En cliquant dessus, on arrive
sur la contextuel d’acquisition simple. Il faut alors sélectionner la bonne interface connectée à la
caméra numérique via la carte d’acquisition. Ceci fait on peut commencer à l’acquisition proprement
parler.

6.6.2.1 Image simple

101
• La flèche simple indique une acquisition en continue, qui est très utile pour faire les réglages
de luminosité et de contraste.
• La petite pipette permet de contrôler (par filtrage numérique prédéfini) la qualité de l’image.
• La flèche avec barre permet de réaliser l’acquisition d’une image unique.

6.6.2.2 Séquence et Contrôle de l'acquisition (Trigger)


Pour lancer une séquence, il faut cliquer sur le pictogramme « film ». Sans autre préliminaire, le
logiciel réalisera alors l’acquisition d’un nombre d’images égal à la valeur du curseur dans la fenêtre
‘Number of Frames’.
Le Skip Count permet de commencer la numérotation à une valeur supérieure à 0 (continuité d’une
séquence antérieure par exemple).
Pour contrôler la prise d’image, il faut utiliser le Trigger. Pour cela, on désigne d’abord la connexion
physique active par un choix dans le menu Line. Ensuite, on determine le type d’action à mener ; les
trois possibilités sont présentées dans le tableau suivant :

Trigger désactivé Le premier Trigger déclenche Le logiciel attend un signal de


toute la séquence trigger avant chaque acquisition.

6.6.2.3 Transfert et sauvegarde.


Une fois les images acquises, il faut les transférer dans le buffer actif, en vue de la sauvegarde.

6.6.3 Traitement des images


Pour pouvoir procéder au traitement d’images, il faut d’abord en charger dans le browser (par
acquisition directe ou par ouverture de fichiers existants). Maintenant tous les menus sont actifs ainsi
que tous les pictogrammes :

102
On peut faire défiler les fichiers images en utilisant la barre d’outils « magnétoscope », pour une
prévisualisation rapide et supprimer les fichiers non voulu en les mettant dans la corbeille. Cette barre
indique aussi la nature des images (dimensions en pixels –768x576-, définition –8bits donc 256
niveaux de gris- et type de fichier –BMP), leur nombre et le nom du fichier actif.

Pour lancer le traitement, il faut cliquer sur la roue crantée ou double-clique droit sur la souris
positionnée sur l’image voulue. On peut alors parametrer et appliquer les fonctions choisies à l’image.
On construit ainsi un script.

103
6.6.3.1 Les différentes fonctionnalités
Plusieurs menus de traitement sont proposé :
• le menu image permet de faire du filtrage …
• le menu Gray Scale permet de faire de l’analyse morphologique en niveaux de gris
(idem pour la couleur)
• Le menu Binary permet de traiter des images après binarisation (noir/blanc)
• Le menu Script permet de créer un programme de traitement complet utilisant toutes
les fonctionnalités voulues et sa sauvegarde. En outre, il permet de traiter des
séquences entières en utilisant un script existant.

6.6.3.2 Le traitement automatisé : scripts


Les scripts sont des séries de fonctions de commandes que l’on paramètre au fur et à mesure pour
aboutir au traitement désiré. C’est une forme de macro-programmation. Les pictogrammes du menu
script permettent (de gauche à droite) de :
• Créer un nouveau script (défaut quand on débute) ;
• D’ouvrir un script existant.
• D’enregistrer le script en cours.
• De lancer le script actif.
Ci-après, on présente un script permettant l’extraction des zones « claires » de l’image (par seuillage),
puis l’analyse de ces zones (en déterminant leur surface, barycentre largeur et longueur).

104
105
6.6.3.3 Le traitement des séquences
Lorsqu’un script a été créé, il permet l’automatisation du traitement d’une séquence complète, en
utilisant le batch processing du menu script.

6.7 Les essais dynamiques


En fonction de la disponibilité du puits de chute, on pourra réaliser des essais de choc sur mousse. Le
principe de ces essais et les capteurs utilisés dans ce cas sont présentés ci-après. Un VI spécifique sera
utilisé.

6.7.1 Description

6.7.1.1 Principe
Les essais en dynamique s’effectuent dans un puits de chute présenté ci-après. Ce dispositif permet de
larguer une charge d’une hauteur donnée sur le matériau qu’on veut étudier.
Un électroaimant retient la charge. A sa mise sous tension, il se désaimante et lâche le chariot qui est
guidé par des cordes verticales tendues par des masses.
La hauteur de chute détermine la vitesse d’impact sur l’échantillon et est ajustée grâce au treuil qui
permet de faire monter ou descendre l’électroaimant. Par exemple pour une hauteur de 7 mètres, la
vitesse correspondante est de 11,7 m/s. La masse de la charge quant à elle peut être portée à 100 kg
pour augmenter l’énergie du choc (la masse de la charge utilisée était de 6,4 kg).
Les données acquises pendant ces essais sont les suivantes :

• Une séquence d’images numérisée grâce à la caméra ultra-rapide et qui permettra


d’étudier les déformations locales de l’échantillon.
• Des mesures des forces exercées pendant le choc obtenues à l’aide des deux percuteurs et
qui permettront de connaître les forces globales appliquées à l’échantillon.

106
6.7.1.2 Schéma du banc d’essai

20 cm
électroaimant

Chariot

Cordes

6,5 m Percuteurs

Support

Caméra Echantillon

Liquide visqueux

masses

Schéma de principe du banc d’essai

6.7.2 Acquisition des données

6.7.2.1 La caméra
La caméra utilisée pour suivre les déformations de l’échantillon est une caméra ultrarapide du
constructeur KODAK. Ultrarapide puisque la durée choc à filmer varie de 20 ms à 200ms.
La fréquence d’acquisition est réglable et peut atteindre 10 000 images par seconde mais au détriment
de la qualité des images.
La caméra stocke une séquence d’images d’une durée maximale de 2 secondes. Les images sont
ensuite transmises vers un ordinateur, via une carte SCSI. Les images sélectionnées sont alors
enregistrées et leur traitement permettra d’extraire les informations concernant le matériau.

107
30 ips 60 ips 125 ips 250 ips 500 ips 1 000 ips 2 000 ips 3 000 ips 5 000 ips 10000ips
512 x 480 9 9 9 9
512 x 240 9 9 9 9 9
256 x 240 9 9 9 9 9 9
256 x 120 9 9 9 9 9 9 9
128 x 120 9 9 9 9 9 9 9 9
128 x 80 9 9 9 9 9 9 9 9 9
128 x 34 9 9 9 9 9 9 9 9 9 9
Vitesse d’enregistrement & taille de l’image (ips : images par seconde)
Que peut-on déduire de ce tableau ? Justifier alors le choix de la vitesse d’acquisition ?

6.7.2.2 Les percuteurs


Les percuteurs sont des capteurs de force capables de mesurer des forces jusqu’à 20 kN. Ils
sont constitués de deux plaques métalliques carrées d’environ 120 mm de côté. Ces deux plaques sont
solidaires l’une de l’autre par quatre piliers de section carrée. Sur chacun de ces piliers, il y a 8 jauges
de déformation : une verticale et une horizontale sur chaque face du pilier. Ces jauges sont de type
semi-conducteur pour leur grande réponse dynamique, et c'est grâce à ces jauges qu'on a la mesure
des forces appliquées à chaque pilier.

Photo du percuteur

108
7. Introduction à la photoélasticité
Amina ALAOUI

7.1 Polarisation rectiligne de la lumière


En un point d'un rayon lumineux, on peut schématiser la lumière naturelle par une infinité de vecteurs
perpendiculaires au rayon et dont la longueur varie sinusoïdalement au cours du temps (vecteur champ
r
électrique E ). Un filtre polarisant rectiligne ne laisse passer que les vibrations qui sont orientées
suivant sa direction de polarisation. A la sortie du filtre la lumière est dite polarisée rectiligne (fig. 1).

Figure 1 : propagation de l’onde lumineuse.

Si le filtre tourne autour de l'axe défini par le rayon lumineux, la direction de polarisation de la lumière
émergeant du filtre tourne évidemment de même. Plaçons un second filtre polarisant sur le rayon issu
du premier. On appelle "polariseur" le premier filtre et "analyseur" le second.
Si l'analyseur a sa direction de polarisation parallèle à celle du polariseur (fig. 2), le rayon lumineux
polarisé le traverse.
Si l'analyseur a sa direction de polarisation perpendiculaire à celle du polariseur (fig.3), il ne peut
laisser passer que les vibrations suivant son axe, lesquelles sont absentes dans le rayon incident,
aucune lumière ne sort alors de l'analyseur.

Fig. 2 : Montage polariseur-analyseur parallèle Fig. 3 : Montage polariseur-analyseur croisé

Expérience:
Les polariseurs étant désolidarisés de la poignée, les placer devant une source lumineuse. Si les axes
sont parallèles (fig.4), la lumière traverse l'ensemble polariseur -analyseur. Si les axes sont
perpendiculaires (croisés) (fig.5), la lumière ne traverse pas l'analyseur. La surface commune au
polariseur et à l'analyseur paraît noire

Figure 4 Figure 5

7.2 Détermination des directions de polarisation d'un filtre


II est bien connu en physique que la lumière réfléchie par une surface non métallique (eau, verre,
Plexiglas...) est polarisée rectiligne parallèlement à la surface réfléchissante. Cette polarisation n'est

109
que partielle. Elle est maximale sous l'incidence brewstérienne (rayons réfléchi et réfracté
perpendiculaires). En cas d'extinction d'une lumière réfléchie par un filtre polarisant, la direction de
polarisation du filtre se trouve dans le plan d'incidence appelé aussi plan de polarisation.

Figure 6 : Incidence Brewstérienne

7.2.1 Expérience

Une clé métallique repose au fond d'une cuve remplie d'eau. Elle n'est pas visible à cause de la lumière
réfléchie. Si un filtre polarisant a sa direction de polarisation perpendiculaire au plan d'incidence (fig.
7), la clé n'est toujours pas visible. Par contre, si elle se trouve placée dans le plan d'incidence (fig. 8),
la lumière réfléchie est éteinte et la clé devient visible. Ce test d'extinction de la lumière réfléchie sur
une surface non métallique permet de déterminer la direction de polarisation d'un filtre polarisant.

Figure 7. Figure 8.

7.3 Le phénomène de biréfringence - Détermination des axes


optiques d'une lame biréfringente
Nous savons que la lumière ne peut traverser un ensemble analyseur- polariseur croisés. Elle ne
traverse d'ailleurs pas plus l'ensemble constitué par l'analyseur et le polariseur entre lesquels on a placé
une lame de verre : la lame d'air ou de verre sont isotropes et ne modifient donc pas la lumière
polarisée rectiligne issue du polariseur et qui se trouve alors éteinte par l'analyseur croisé.
Par contre, d'autres lames transparentes possèdent la propriété de biréfringence qui se révèle par la
non-extinction à la sortie de l'analyseur. Toute lame biréfringente possède deux axes optiques
r
orthogonaux (k1, k2), (fig. 9). Tout rayon lumineux polarisé rectiligne E qui atteint
perpendiculairement le biréfringent en O ne peut traverser celui-ci qu'en se décomposant en deux
r r
rayons polarisés rectilignes E1 sur k1 et E 2 sur k2.
r
Si la direction de polarisation E donnée par le polariseur se trouve précisément parallèle à k1 (ou à
k2), le rayon ne se décompose pas et traverse donc le biréfringent sans modification. Si l'analyseur est
croisé, la lumière ne pourra le traverser. Il n'y a donc que deux orientations pour un biréfringent placé
entre analyseur et polariseur croisés qui assurent l'extinction de la lumière émergente (fig. 10).

110
Figure 9 Figure 10

7.3.1 Expérience :

Les polariseurs étant démontés et croisés, placer entre eux une feuille de cellophane. Une lumière
colorée émerge de l'analyseur. Cette lumière s'éteint pour deux orientations de la feuille de cellophane.
Ces orientations définissent les axes optiques de la feuille qui se trouvent alors parallèles aux
directions de polarisation des filtres.

7.4 Le phénomène de biréfringence : Retard optique,


isochromatique, en lumière monochromatique
r
En dehors des orientations particulières précédentes, il faut savoir que chacune des composantes E1 et
r
E 2 se propage indépendamment de l'autre à sa propre vitesse. Si n1 et n2 sont les indices du
r
biréfringent selon les directions k1 et k2 et si c est la célérité de la lumière, la composante E1 se
r
propage à la vitesse v1=c/n1 et la composante E 2 à la vitesse v2=c/n2.
Pour fixer les idées, supposons que k1 soit l'axe lent et k2 l'axe rapide (II faut donc n1 > n2).
Le problème est de savoir quelle est la lumière obtenue à la sortie de la lame biréfringente, et plus
précisément quelles doivent être les caractéristiques de la lame pour que la lumière à la sortie soit
identique à la lumière à l'entrée, c'est à dire polarisée rectiligne de même orientation.
Supposons que la lumière polarisée rectiligne se présente à l'entrée du biréfringent (fig.11-a). A cet
r r r
instant t la vibration E se décompose alors en les vibrations E1 et E 2 suivant les deux directions
principales orthogonales k1 et k2.
r
La vibration E2 , la plus rapide, se trouve à la sortie du biréfringent à l'instant t + t2 où t2= e/v2 = e n2/c
r
(fig.11-b). La vibration la plus lente, E1 , se présente à la sortie à l'instant t + t1 où t1=e/v1=e n1/c.
r
Mais la vibration E 2 a alors parcouru dans l'air (on supposera que la vitesse de la lumière dans l’air est
identique à celle dans le vide : c) la distance :
δ =c(t1-t2)=e(n1-n2) (fig. 11-c)

111
Figure 11a Figure 11b Figure 11c
r r
Lorsque la vibration E1 sort du biréfringent, elle se recompose donc avec la composante E 2' qui se
r
trouve à la sortie à l'instant t + t1 et qui, généralement, diffère de E 2 . La lumière, à la sortie du
biréfringent, est dite alors polarisée elliptique, c'est le cas général.
r r
Dans les cas cependant où E '2 = E 2 c'est-à-dire lorsque δ = 0 (n1 = n2 le milieu étant alors isotrope) ou
lorsque δ = λ ou bien, de façon générale, δ = kλ (k = entier, λ = longueur d’onde de la lumière
monochromatique utilisée), la lumière à la sortie du biréfringent se trouve polarisée rectiligne parallèle
à celle de l’entrée. Comme l’analyseur est croisé avec le polariseur, le biréfringent apparaît noir.
Ainsi, un biréfringent observé entre analyseur et polariseur croisés éclairés par exemple par la lumière
monochromatique jaune d’une lampe au sodium de longueur d’onde λs= 0.589 µ paraît noir si son
épaisseur e et ses indices n1 et n2 vérifient :
e (n1- n2) = kλs
Supposons cette chance réalisée et éclairons l’ensemble en lumière blanche. Toutes les couleurs qui la
composent traversent le biréfringent sauf le jaune de longueur d’onde λs= 0.589 µ ainsi que les
couleurs de longueur d’onde deux fois, trois fois plus courtes, etc.., (lesquelles d’ailleurs ne sont pas
visibles). Ainsi le biréfringent prend la couleur complémentaire du jaune qui est le violet.

7.4.1 Expérience :

Placer une feuille de cellophane entre les polariseurs démontés et croisés et l’observer en lumière
blanche. Celle-ci paraît colorée. La coloration observée est celle de la lumière complémentaire de la
couleur éteinte de longueur d'onde λ qui satisfait à la relation : e (n1- n2) = kλ
Plier la cellophane à 45° des axes de façon à superposer l’axe lent et l'axe rapide. Les effets
s’annulent. Le biréfringent global est alors isotrope et paraît noir.
Plier la cellophane suivant l'axe lent ou l'axe rapide, les effets s’ajoutent et si n est le nombre des
épaisseurs, la longueur d'onde éteinte est celle qui satisfait à n e (n1- n2) = kλ ce qui donne diverses
couleurs complémentaires.

7.5 La biréfringence mécanique


De nombreux matériaux transparents isotropes deviennent biréfringents lorsqu’ils sont soumis à des
contraintes mécaniques, comme le CR39, les polyuréthanes, les araldites, les polycarbonates, etc...
Considérons un spécimen de ce matériau. Au repos, il est isotrope et son indice vaut n0.

112
Soumettons-le à une traction σ1 : il devient biréfringent. Les
directions principales optiques étant les directions principales des
contraintes, soit k1 et k2. Et de plus les indices n1 et n2 qui caractérisent
les vitesses de propagation des vibrations lumineuses suivant k1 et k2
sont données par:
n1- n0= a σ1
n2- n0= b σ1
Soumettons maintenant le matériau à une traction σ2 : mêmes
remarques que précédemment et la variation des indices vaut :
n2- n0 = a σ2
n1- n0= b σ2

Figure 12.

Si l’on applique simultanément sur le spécimen les contraintes σ1 et σ2, les variations des indices
s'obtiennent par sommation:
n1- n0= a σ1 + b σ2
n2- n0= b σ1 + a σ2
Ces relations donnent par soustraction :
n1- n2= (a _b) (σ1 - σ2) = C (σ1 - σ2).
C’est la loi de Maxwell. La constante C dont la dimension est l'inverse d’une contrainte caractérise la
sensibilité du matériau et varie suivant les matériaux.
Supposons ce spécimen, chargé, observé entre analyseur et polariseur croisés.
1. Il apparaît noir si les directions principales des contraintes sont parallèles aux directions de
l'analyseur et du polariseur (voir § 3). C’est l’extinction isocline.
2. Observé en lumière blanche, et pour une orientation non isocline, il apparaît d’une certaine
couleur, qui est la couleur complémentaire de la couleur éteinte de longueur d’onde λ donnée par:
e (n1- n2)=k λ (voir §4). Or n1- n2= C (σ1 - σ2). Les contraintes sont donc reliées à la longueur
d’onde de la lumière éteinte par: (σ1 - σ2).= kλ/Ce = δ/Ce.
La constante C du matériau pouvant être obtenue par étalonnage et l'épaisseur e du spécimen étant
connue, la photoélasticité permet d’obtenir la différence des contraintes principales à partir de la
mesure d’un retard optique δ = kλ.

7.5.1 Expérience :
Installer l'éprouvette de traction et la mettre en charge. Un effort à l'extrémité des prolongateurs crée
alors un effort de traction pure sur l'éprouvette.

7.5.2 L'extinction isocline


Placer l’ensemble analyseur-polariseur croisés, leurs axes de polarisation étant parallèles et
perpendiculaires à l'axe de l’éprouvette tendue. Celle-ci apparaît noire.
Nous sommes dans le cas (voir § 3) où la lumière polarisée issue du polariseur est dirigée suivant l'une
des directions principales des contraintes et traverse le biréfringent sans modification. Elle se trouve
donc éteinte par l’analyseur croisé. Il existe bien entendu deux orientations perpendiculaires des filtres
polarisants qui éteignent l'éprouvette.

7.5.3 Les isochromatiques


Placer les axes des filtres polarisants à 45° de l'axe de l’éprouvette. Ici σ2 = 0 et σ1 est la contrainte
uniforme de traction et la formule fondamentale de la photoélasticité devient :
σ1 = kλ/Ce = δ/Ce.
N'exerçons d'abord aucun effort, alors σ1 = 0 et le retard δ est nul. La lumière se reconstitue à la sortie
du biréfringent comme à son entrée et se trouve éteinte par l'analyseur croisé. L'éprouvette est noire.

113
Exerçons un petit effort d'où une contrainte σ1 et un retard δ faible. On éteint donc des longueurs
d'ondes λ = δ faibles, c'est-à-dire invisibles. L'éprouvette paraît donc blanche.
Exerçons un effort plus grand. Le retard δ croît alors jusqu’à atteindre la plus courte longueur d'onde
visible qui est le violet. L’éprouvette prend donc la couleur complémentaire qui est le jaune.
Les efforts encore plus grands permettront au retard δ entre les deux vibrations d'atteindre
successivement les longueurs d'onde du bleu, du vert, du jaune, de l’orangé, du rouge, et l’éprouvette
prendra successivement les couleurs complémentaires orange, rouge, violet, bleu, vert.

Figure 13.

7.5.4 L’ordre des isochromatiques


Si l'effort augmente encore, le retard δ dépassera la longueur d'onde du rouge et atteindra la longueur
d'onde de l’infra-rouge et des couleurs invisibles. Mais, par un heureux hasard sont éteintes les
longueurs d'onde δ/2 qui sont celles du violet et l'éprouvette devient jaune et le cycle des couleurs
précédentes recommence.
La figure suivante permet de voir que pour un retard δ de l,2 µ par exemple, est éteinte la longueur
d’onde λ1=l,2 µ (invisible), la longueur d'onde moitié λ2 = 0,6 µ qui est l'orangé et la longueur d'onde
λ3 = 0,4µ qui est le violet. L'éprouvette paraît alors bleu-vert. Pour des retards trop importants,
l'éprouvette prendrait une teinte délavée appelée “blanc d'ordre supérieur” mais qu'il n'est pas conseillé
d’atteindre en traction sous peine de rupture de l'éprouvette.

Figure 14.

114
7.5.5 Teinte sensible
L'éprouvette prend la “teinte sensible” lorsqu'elle est violette (pratiquement ni bleue, ni rouge). Cette
couleur assez particulière est obtenue pour un retard δ valant 1, 2 ou k fois la longueur d’onde du
jaune (de 0.575 µ environ) couleur la plus répandue dans le spectre de la lumière blanche.
On peut affirmer que la contrainte σ1 dans l’éprouvette ayant la couleur du premier violet est moitié de
la contrainte σ1 ' dans l'éprouvette dont la couleur est celle du second violet et se trouve n fois plus
petite que celle qui existe dans l'éprouvette atteignant le violet d’ordre n.

7.5.6 Sensibilité du matériau


Si l'éprouvette était éclairée non plus en lumière blanche mais en lumière monochromatique jaune-
orangée du sodium (λs= 0.589 µ), elle prendrait successivement au cours du chargement les couleurs
noire et jaune. Les extinctions s'effectuant pour les retards δ = 0, δ = 0.589 µ, δ = 1.178 µ, δ = k x
0.589 µ correspondant à des contraintes σ1 = 0, σ1 = σ0, σ1 = 2 σ0, σ1 = k σ0.
La contrainte σ0= λs / Ce que l'on peut facilement obtenir par un simple essai de traction, caractérise la
sensibilité du matériau. Le matériau est d’autant plus sensible que σ0 est petit. On utilise souvent la
quantité σ0x e qui caractérise la sensibilité d'une plaque d'épaisseur unité, souvent donnée en bars par
frange par millimètre d’épaisseur.

7.6 Applications simples de la photo-élasticité

7.6.1 Étude de la flexion pure

7.6.1.1 Les directions principales


En tout point de l'éprouvette de flexion, les directions principales des contraintes sont parallèles et
perpendiculaires à son axe. On vérifie en effet l'extinction isocline de l'éprouvette entière pour la
position des filtres donnée par les figures 5.

7.6.1.2 Les contraintes


Les isochromatiques étant les lignes de même couleur sont aussi les lignes de même retard donc de
même différence des contraintes principales (σ1 - σ2). Comme en flexion les contraintes σ2 sont nulles,
le long d'une ligne colorée la contrainte σ1 est constante.
On vérifie donc bien la théorie qui affirme l’uniformité des contraintes suivant des parallèles à l'axe.
Montrons maintenant la linéarité des contraintes. Chargeons par exemple l'éprouvette de façon à ce
qu’apparaisse juste sur les bords le violet d’ordre 2 (fig.15). Nous nous intéresserons uniquement à
cette teinte sensible correspondant à l'extinction du jaune de longueur d'onde λj = 0,575 µ. Le long de
ces isochromatiques violettes d'ordre k nous aurons toujours σ1 - σ2= k λj /Ce.
Or nous savons que σ2 = 0 et posons λj /Ce = σ0 . Nous pouvons alors affirmer que la contrainte vaut
σ0 et 2 σ0 sur les isochromatiques violettes d'ordre 1 et 2. Elle est nulle sur l’isochromatique d’ordre
0. La linéarité des contraintes est prouvée par l’équidistance des teintes sensibles.
On verra (fig.16) la position des isochromatiques et des contraintes pour un moment de flexion plus
important. Attention: éviter toute torsion de l'éprouvette pour une bonne visualisation des couleurs.

Figure 15. Figure 16.

115
7.7 Étude de la compression diamétrale d'un disque

7.7.1 Étude des directions principales des contraintes


Le disque fournit une excellente étude des isoclines (lieux des points de même inclinaison des
directions principales).
Pour cela, il est conseillé de ne pas trop charger le disque afin de privilégier la visibilité du réseau des
isoclines par rapport à celui des isochromatiques. Il suffit ensuite de faire tourner simultanément
polariseur et analyseur croisés. On voit un résultat sur les figures 17 à 19.

7.7.1.1 Figure 17:


Ce sont les isoclines 0° c’est-à-dire le lieu des points où les directions principales font un angle nul
avec les axes de symétrie. Elles sont constituées par les deux axes de symétrie, ce qui pouvait se
prévoir.
Le bord noir de l’éprouvette restant fixe n’est pas une isocline mais l'isochromatique d’ordre zéro.
Un épaississement des isoclines indique une zone de faible variation angulaire des directions
principales. Inversement, dans une zone où les isoclines sont fines (points de charges), l’orientation
des directions principales varie beaucoup en passant d’un point de l'isocline à un point voisin de celle-
ci.

7.7.1.2 Figure 18:


Ce sont les isoclines 15°, lieu des points où les directions principales font un angle de l5° avec les axes
de symétrie de l’éprouvette chargée. Il y a en fait 4 branches dont 2 partent de chacun des points de
charges, l'ensemble admettant le centre de l'éprouvette pour centre de symétrie. La détermination des
isoclines exige beaucoup de bon sens. Par exemple, une règle consiste à savoir que toute isocline
d'orientation α° aboutit sur le bord libre d’une éprouvette en un point où la tangente et la normale au
bord qui sont les directions principales en ce point se trouvent également inclinées de α°.
L'isocline AC part de A (perpendiculairement à la première) et arrive en C où tangente et normale au
bord du disque font encore un angle de 15° (voir fig. 20).

Figure 17 (0°) Figure 18 (15°)

116
Figure 20 : isoline à 15°
Figure 19 (45°)

7.7.2 Etude des isochromatiques

La figure ci-contre donne un exemple


d'isochromatiques :
° celle d’ordre 0 est noire et suit le bord du disque,
° celle d'ordre 1 est la ligne violette placée entre le
rouge et le bleu,
° celles des ordres supérieurs sont les lignes
violettes, à peine visibles car très fines, placées
entre le rouge et le vert.
Par opposition aux cas simples de traction et flexion,
aucune simplification n'existe dans ce cas où les deux
contraintes principales σ1 et σ2 existent. On serait
tenté, puisque la photoélasticité ne permet pas le
calcul séparé de σ1 et σ2, de croire à sa limitation. En
fait, la visusalisation de la différence (σ1 -σ2) qui n'est
autre que le double de la contrainte tangentielle
maximale Tmax est très utile industriellement. Le
critère de limite élastique de Tresca affirme que la ruine d’une pièce ductile se produira dans la zone
de celle-ci où la contrainte Tmax est la plus élevée.
Celle-ci valant successivement 0, σ0 /2, 2σ0 /2, …, kσ0 /2 le long des isochromatiques 0, 1, 2, ..., k, on
peut affirmer que la ruine de l'éprouvette débutera dans les zones où l'ordre des isochromatiques est le
plus élevé: ici aux points de charge évidemment.
Un raisonnement simple permet de connaitre dans le cas particulier de ce disque chacune des
contraintes à son bord: ce bord étant isochromatique d’ordre zéro, on a, en tout point de celui-ci
σ1 -σ2 = 0. Mais la normale et la tangente en tout point du bord libre sont des directions principales et
de plus σ1 = 0 car aucun effort n'est exercé par l’extérieur sur le bord.

117
Le système
σ1 -σ2 = 0
σ1 = 0
permet de conclure à la nullité de chacune des contraintes principales en tout point du bord libre.
Ne généralisons pas à toute isochromatique d'ordre zéro. Celle-ci n'indique que la nullité de la
différence, ce qui donne localement de la compression ou de la tension hydrostatique.

118
8. Utilisation de l’holographie pour la détermination des
modes propres d’une plaque encastrée.
Fabrice PINARD

8.1 L’holographie

L’holographie est une méthode d’enregistrement des images qui permet la restitution en relief d’un
objet, en utilisant les interférences produites par deux faisceaux de lumière cohérente, l’un venant
directement du laser, appelé « faisceau de référence », l’autre provenant du même laser mais réfléchi
par l’objet, appelé pour cela « faisceau objet ».

L’observation au microscope d’une plaque d’enregistrement d’un hologramme permet de comprendre


la différence fondamentale entre les procédés photographiques et holographiques. Dans un cas comme
dans l’autre, on observe la juxtaposition de grains noirs et blancs qui forment l’image, mais à une plus
haute résolution du microscope on voit apparaître sur les taches noires de l’hologramme un système de
franges d’interférences qui portent l’information directionnelle du faisceau objet venant frapper en cet
endroit la plaque. Ainsi, alors que la photo traduit l’information par réflexion de la lumière, c’est par le
réseau de diffraction qu’il porte que l’hologramme va permettre la restitution en trois dimensions de
l’objet enregistré.

Outre l’aspect esthétique de l’holographie, cette méthode d’enregistrement a de nombreuses


applications. Nous ne développerons ici que les aspects théoriques et pratiques de la méthode dite de
l’holographie interférométrique par transmission et par moyennage temporel, qui est celle que nous
allons utiliser pour étudier les modes propres de vibrations d’une plaque encastrée.

8.2 Eléments de théorie sur l’holographie

8.2.1 Concepts généraux de l’holographie

Considérons deux faisceaux de lumière cohérente venant imprégner la plaque d’enregistrement. Pour
peu que les chemins optiques de ces deux faisceaux ne soient pas trop éloignés l’un de l’autre - nous
verrons après le sens donné à cette notion1 - on va donner naissance à des interférences.

L’intensité, qui est le paramètre provoquant la réaction chimique de l’émulsion recouvrant la plaque
holographique, va être enregistrée sur la plaque. La transparence de la plaque, proportionnelle à
l’intensité, va donc laisser la trace de ces interférences. En appelant respectivement R et O les
amplitudes complexes des faisceaux « référence » et « objet », la transparence τ ainsi enregistrée est
proportionnelle à

τ ∝ ( R + O)(R + O)* = |R|²+ |O|² + R*O + O*R

Quand on replace la plaque dans le faisceau référence, l’amplitude complexe restituée par
l’enregistrement juste après la pellicule est τ.R, soit encore proportionnelle à :

τ.R ∝ (|R|²+ |O|²).R + |R|².O + O*R²

On retrouve donc les faisceaux référence, objet et le faisceau conjugué (O*) du faisceau objet, qui
correspondent respectivement aux ordres m=0 (premier terme), m=1 (second terme) et m=-1

1
Cf. §2, Laser et longueur de cohérence

119
(troisième terme) du réseau de diffraction enregistré sur la plaque photographique (comme nous allons
l’illustrer sur l’exemple suivant).

Pour être plus précis, prenons l’exemple de la figure 1, où le faisceau référence porte le vecteur d’onde
k 0 , le faisceau objet porte le vecteur d’onde k et où l’on garde les dénominations R et O pour les
amplitudes complexes de ces ondes. Soit O, un point de la plaque photographique et M le point de
cette plaque où l’on regarde les interférences, on a les équations :

r
(
O = θ ⋅ exp − ik 0 ⋅ OM )
r
R = ℜ ⋅ exp − ik ⋅ OM( )
A= O+ R

(( )
r r
I = A ² = θ + ℜ + 2 θ . ℜ ⋅ cos k 0 − k ⋅ OM )

Figure 1 : Interférence des deux faisceaux

La transparence étant proportionnelle à l’intensité, soit au module de l’amplitude, on voit que la


pellicule porte un réseau de franges d’interférences, d’interfrange λ/sin(ϕ), où ϕ est l’angle entre la
normale à la plaque et le faisceau objet, car si on cherche les franges d’égale intensité, cela revient à
chercher :
r r
(k 0− )
k ⋅ OM = Cste [ 2π ]

ce que l’on résout en écrivant :


sin(ϕ)
X λ 0
v v 2π
OM Y k 0 k0 0 ⇒ X sin(ϕ ) = Cste [2 π] ⇒ i = λ sin(ϕ)
λ
0 2π 2π
cos(ϕ )
λ λ

La plaque est donc un réseau de diffraction de pas égal à l’interfrange.

8.2.2 Laser et longueur de cohérence

Dans une source lumineuse, les atomes, en se désexcitant génèrent un train d’onde dont la longueur
détermine la « longueur de cohérence » de la source lumineuse. Ainsi, si la source lumineuse possède
un spectre en fréquence équivalent à un pic de Dirac, par transformée de Fourier, on en déduit que le

120
train d’onde a une longueur infinie. La longueur de cohérence est donc liée à la dispersion et à
l’étalement en fréquence du spectre. Cette caractéristique de la source lumineuse est essentielle en
holographie.

Considérons le schéma classique d’un montage holographique :

objet

miroir

plaque holographique

miroir

lame séparatrice

Figure 2 : Laser et longueur de cohérence

On comprend bien, par ce schéma que, si les trains d’onde arrivent avec un décalage plus grand que
leur longueur, il n’y aura pas d’interférence et donc pas d’holographie possible...

La longueur de cohérence lc détermine ainsi la plus grande différence de marche admissible entre les
trajets optiques des deux ondes issues de la source. Pour obtenir une profondeur de champ acceptable,
il est donc indispensable de disposer d’une source de lumière très cohérente. Les sources de lumière
classiques ayant une longueur de cohérence de l’ordre de 2 à 3 mm, sont inutilisables en holographie.
C’est la raison pour laquelle les techniques holographiques ont dû attendre l’apparition du laser pour
se développer.

8.2.3 Holographie par transmission

8.2.3.1 Généralités

Une première façon d’observer un hologramme en lumière laser monochromatique est la restitution
par transmission, c’est-à-dire que l’on replace la plaque photographique développée dans le faisceau
référence et on regarde au travers pour observer l’objet en image virtuelle.

Le principe de l’enregistrement d’un hologramme par transmission en lumière quasi-


monochromatique a été exposé sur la figure 2. On dispose les différents miroirs de manière à obtenir
des chemins optiques quasi-égaux (à mieux qu’au centimètre près) pour les faisceaux référence et
objet. Le faisceau objet est le faisceau diffracté par l’objet, qui vient frapper la plaque photographique,
où il interfère avec le faisceau référence. Théoriquement, dans une sphère centrée sur le centre de
l’objet et de rayon égal à la longueur de cohérence du laser, on va pouvoir enregistrer notre
hologramme.

En ajustant le temps d’exposition de la plaque, on enregistre les franges. C’est un paramètre difficile à
évaluer, étant donné que ce qui est important est le contraste entre les franges noires et les franges
blanches, puisque c’est un réseau de diffraction qui permet de restituer la troisième dimension. Ainsi,
si on laisse la plaque pendant un temps trop court à la lumière du laser, les franges noires ne seront pas
très marquées et si on laisse trop longtemps la lumière laser, les franges « théoriquement » blanches
auront reçu beaucoup de lumière et lors du passage de la plaque dans le révélateur, elles se noirciront.

121
De plus, pour avoir un bel hologramme, il faut que la plaque soit éclairée uniformément par le faisceau
référence, toujours afin d’enregistrer un réseau de diffraction le plus efficace possible. En effet, si
l’éclairement n’est pas uniforme, il se peut que, dans des zones plus (ou moins) éclairées, le contraste
entre les franges soit mauvais. Pour cela on utilise un Filtre Spatial.

8.2.3.2 Montage expérimental :


objet

filtre spatial

plaque holographique

diffuseur

Source: laser He-Ne


Figure 3 : Montage d’holographie par transmission

Pour réaliser ce montage, plusieurs précautions sont à prendre :

Orientation de la plaque
La normale à la plaque holographique doit coïncider avec la bissectrice du Rayon Objet et du Rayon
Référence car les franges « imprimées » sur la plaque seront ainsi perpendiculaires à la surface de
cette plaque et toute l’image apparaîtra alors, à la restitution par transmission. Si les franges ne sont
pas parfaitement perpendiculaires à la surface de la plaque, une partie des rayons sera réfléchie et
l’image perdra alors en intensité lumineuse.

Filtre spatial
Il est constitué d’une lentille convergente (un
objectif de microscope de grossissement 40), suivi
d’un petit trou dont le diamètre est de l’ordre de
quelques microns, ce qui correspond au waist du
laser. Le principe de ce dispositif est fondé sur la
connaissance de la forme du faisceau gaussien émis
par le laser. Le trou parfaitement ajusté sur le col de
convergence et sur l’axe optique de la lentille va
permettre de sélectionner les rayons horizontaux du
laser et d’éliminer les rayons parasites non parallèles
à l’axe optique de la lentille, qui se focaliseront dans
le plan focal mais sans passer par le trou, comme on peut le voir sur la figure ci-dessous.

122
trou
→
k0

ki

Figure 4 : Forme du faisceau laser

Ces remarques mettent en évidence quelques difficultés expérimentales dans le réglage du filtre : il
faut impérativement que le trou soit sur l’axe optique sinon on risque de sélectionner un autre ordre
(donc perte d’intensité). Il faut également que le trou soit bien au niveau du waist de façon à ne pas
avoir de diffraction parasite sur ses bords.

Le réglage en lui-même se fait comme suit :


- on place le trou assez loin de l’objectif et on le règle de façon à obtenir des anneaux de diffraction
avec une tache centrale que l’on cherche à obtenir la plus lumineuse possible.
- on rapproche le trou lentement tout en continuant à rechercher la tache la plus lumineuse.
- il arrive un moment où les anneaux disparaissent : on est alors au niveau du waist et le filtre est bien
réglé.

Un filtre bien réglé permet d’obtenir un éclairement bien homogène sur la plaque holographique, qui correspond
à une onde quasi plane.

Diffuseur
Le diffuseur permet de disperser le faisceau de manière à éclairer la surface de l’objet la plus grande
possible. Il permet aussi de diminuer notablement l’intensité du faisceau objet. Expérimentalement, on
vérifie, en effet que l’hologramme est le meilleur lorsque
2
R
2 ≈2
O
Développement
Le développement se fait en trois étapes : Révélateur, Bain d’Arrêt, Fixateur ou Blanchiment. Le
temps dans le révélateur se détermine au jugé. Il faut attendre que la plaque cesse de noircir. La durée
dans le Bain d’arrêt est, par contre parfaitement définie : 1 mn. Avec le fixateur, la moitié de la
lumière est absorbée par la plaque. La plaque est faite en effet d’un seul réseau de diffraction dont
chaque « trait » est séparé par une bande absorbante. Le rendement théorique est de 6%. C’est dire que
les hologrammes obtenus par cette méthode sont sombres...

partie absorbante

Figure 5 : Rôle du Fixateur

123
Avec le blanchiment, on crée en fait 2 réseaux de diffraction ce qui assure un rendement théorique de
100%. Le blanchiment « attaque » les franges apparues avec le révélateur et génère des zones dans
lesquelles la lumière passe plus vite car l’indice de réfraction a été modifié.

zone où l’indice de réfraction a changé

Figure 6 : Rôle du blanchiment


Déroulement d’une expérience
Les plaques étant très sensibles au rouge, il est indispensable de les sortir dans le noir. Il est nécessaire
de déterminer le côté où se trouve l’émulsion. On fera en sorte de placer ce côté face à l’objet. Une
fois que la plaque a été placée dans son support, il faut attendre un long moment afin qu’elle se
thermalise (les plaques sont conservées au réfrigérateur) et que la table cesse toute oscillation. Il faut
bien comprendre que tout mouvement mécanique ou toute modification thermique importante pendant
le temps de pose entraînera l’apparition de franges sur la plaque (cette propriété sera utilisée en
holographie interférométrique). Ensuite, on libère le faisceau laser pendant un temps de pose qui varie
en fonction de la sensibilité de la plaque, de l’intensité des rayons... En clair, ce temps est déterminé
empiriquement... Après l'exposition, on passe au développement, toujours dans le noir. Ensuite, on
nettoie la plaque dans de l’eau (5mn) avant de la passer dans des bains d’alcool à 50% (3mn) puis à
100% (3mn). Ceci a pour objectif de faciliter le séchage qui suit...

Restitution
Pour observer l’hologramme, on replace la plaque là où elle se trouvait en masquant le rayon objet. La
diffraction générée par l’interaction plaque-rayon référence offre une image virtuelle de l’objet à
l’endroit où il était auparavant.

8.2.4 Holographie interférométrique :

Le principe de l’holographie interférométrique est illustré par la figure ci-dessous. Comme nous
l’avons vu auparavant, la reconstruction de l’image enregistrée est obtenue par la diffraction du
faisceau référence. Si on enregistre sur la plaque deux positions différentes de l’objet, les faisceaux
diffractés I1 et I2 vont interférer et donner naissance à des franges.

I1

I2
R R
O
Enregistrement de l’objet : Restitution de l’hologramme :
Position 1 2 faisceaux cohérents sont transmis, I1 et I2.
Position 2 Ils sont donc susceptibles d’interférer.

124
Par exemple, si l’onde I1 est une copie exacte de l’onde I2, leurs phases et amplitudes sont alors
égales et nous obtenons un hologramme deux fois plus lumineux, car en chaque point, les faisceaux
interfèrent constructivement.

La méthode du moyennage ou de la moyenne temporelle


Dans les méthodes précédentes, les hologrammes étaient enregistrés dans des états statiques. Dans le
cas qui nous intéresse ici, nous allons enregistrer l’objet en plein mouvement ou déformation. En
considérant les cas où l’on peut écrire le déphasage en un point en isolant la fonction temporelle (δ(t)
= δ.f(t)), l’amplitude complexe de l’onde objet s’écrit

O = θ.exp[-iδ.f(t)].

Lorsque que l’hologramme est éclairé par le faisceau référence, l’amplitude complexe de la lumière
diffractée par la transparence de la plaque photographique va être proportionnelle à la moyenne
temporelle de l’amplitude complexe de l’onde objet. L’intensité est donc proportionnelle à :

1 Τ 1 Τ
I∝ ∫
Τ 0
O ( t ) dt ² = θ ² ⋅ ∫ exp[− iδ ⋅ f ( t )] dt ²
Τ 0

où Τ est le temps d’exposition de la plaque photographique.

Cette expression est l’expression générale décrivant les différents cas d’enregistrement
d’hologrammes. Par exemple, pour la méthode en double exposition, la fonction se réduit à :

0, 0 ≤ t < Τ
 2
f (t ) = 
1, Τ 2 ≤ t ≤ Τ

et donc
2
1 Τ/2 1 Τ
I ∝ ² = θ ² ⋅ ∫ dt + ∫ exp[−iδ ] dt ∝ (1 + cos(δ ))
Τ 0 Τ Τ/2

et on retrouve le résultat précédemment explicité.

Dans notre cas on a :

2
1 Τ
I ∝ θ ² ⋅ lim ∫ exp[−iδ sin(ωt )] dt ∝ J 02 (δ )
T →∞ Τ 0

f(t) = sin(ωt), avec 1/ω<<Τ :, où J 0 est la fonction de Bessel d’ordre zéro (figure ci-dessous).

On voit donc une frange centrale très brillante, puis des franges latérales, de moins en moins brillantes.

125
Figure 7 : Fonction de Bessel d’ordre 0

8.3 Travail expérimental

8.3.1 Objectifs

L’objet de la présente séance de travaux pratiques est la découverte de la technique holographique au


travers de la réalisation de « clichés holographiques » d’un ou plusieurs des premiers modes propres
de vibration d’une plaque métallique rectangulaire encastrée sur un ou plusieurs cotés.

8.3.2 Détermination des premières fréquences propres de la plaque

Etant considéré le temps imparti dans le cadre de la séance de travaux pratiques, la détermination des
fréquences propres de la plaque utilisée devra avoir fait l’objet d’une étude préalable qui pourra être
tout d’abord à caractère théorique/bibliographique, puis ensuite vérifiée par différents moyens
expérimentaux.

Le mode d’excitation de la plaque qui sera utilisé pendant la réalisation des mesures par holographie
devra lui aussi être préalablement sélectionné.

8.3.3 Réalisation du montage holographique

Les élèves devront réaliser le montage holographique interférométrique tel que décrit dans la partie
précédente, en tenant compte de l’ensemble des remarques faites précédemment, notamment en
matière de chemin optique et de réglage du filtre spatial.

8.3.4 Détermination des déformées modales

Une fois le montage holographique réalisé, les élèves n'auront plus qu'à réaliser des hologrammes du
ou des modes propres préalablement sélectionnés, à différent niveaux d'excitation, ou en introduisant
des perturbations telles que des masselottes locales (fixées sur la face non visible de la plaque).

Si le temps le permet, ils pourront comparer les résultats obtenus suivant qu'on utilise un simple
fixateur ou un bain de blanchiment lors de la révélation du cliché. Par défaut, le blanchiment sera
utilisé.

126
9. Capteurs de température et de pression
Claude GATABIN

9.1 Généralités
Lorsqu’on choisit de mesurer une grandeur physique ou un phénomène quelconque, dans n’importe
quel domaine, la première question à se poser est : que veut-on réellement mesurer ? Une fois que
cette question a trouvé sa réponse, une grande partie du travail est terminée.
Les questions qui viennent ensuite à l’esprit sont plus précises:
- De quelle précision a-t-on besoin ?
- Quelle est l’étendue de mesure ?
- De quel budget dispose-t-on ?
- etc…

Dans le domaine des capteurs de température ou de pression, il est possible de trouver dans le
commerce toute une panoplie de matériels ou de dispositifs pour satisfaire à nos besoins. Pour des
raisons évidentes, il est impératif d’utiliser des capteurs qui ont déjà fait leurs preuves en terme de
qualité de mesure, de fiabilité ou de longévité. Bien entendu, nous ne trouvons pas toujours le capteur
qui correspond directement à nos besoins ou qui est utilisé habituellement pour le type de mesure qui
nous préoccupe.

Dans ce cas là, une légère adaptation ou un petit essai de qualification doit permettre de valider un
choix. Cette adaptation pourra être proposée au fabricant, ou si elle est simple, exécutée dans notre
laboratoire. De nombreux fabricants, surtout dans le domaine des capteurs spécifiques, n’hésitent plus
à modifier leurs gammes standard de produits. Il existe également des sociétés qui fabriquent des
capteurs sur mesure, suivant un cahier des charges établi par nos soins ou discuté entre spécialistes.

Lorsque toutes les autres possibilités auront été épuisées, le capteur « idéal » n’ayant pas été trouvé, il
faudra envisager un développement spécifique. C’est le cas extrême, car il faut savoir qu’un
développement coûte énormément en temps et en argent.

Il y a deux manières de réaliser une mesure à l’aide d’un capteur : soit on mesure directement la
grandeur physique. Un capteur de température mesure directement la température, un thermomètre
plongé dans l’eau qui chauffe donne directement la température de l’eau. Par contre il est possible de
mesurer une température à l’aide d’un capteur de déplacement qui mesure la dilatation d’une pièce
métallique de longueur connue précisément : c’est une mesure indirecte. C’est une façon de procéder
qu’il faut garder à l’esprit lorsqu’on ne peut utiliser les capteurs existants.

La taille du capteur est un facteur important dans le choix de celui-ci. Il ne faut pas perdre de vue que
plus le capteur est gros plus il influence la mesure elle-même.

9.2 Les capteurs de température


Nous aborderons ici les capteurs le plus communément utilisés dans le domaine des matériaux. Ce
sont les thermocouples et les sondes à résistance de platine. Ces capteurs sont tellement répandus que
leur coût est relativement bas pour des performances intéressantes. On peut les trouver sous de
nombreuses formes, couvrant toutes les situations d’utilisation : immergeables, sous formes de
rondelles, de bagues, plats pour mesurer les températures de surface, cannes multipoints etc…
Il existe de nombreux fournisseurs, revendeurs ou fabricants en France, chez qui nous pouvons trouver
le capteur correspondant à nos besoins dans un délai très court. Certains sont même spécialisés dans le
domaine des capteurs « sur mesure ». Une liste de fournisseurs est fournie en annexe.

127
9.2.1 Les thermocouples

Communément désignés par leur abréviation Tc ou TC, ce sont les capteurs les plus répandus et parmi
les moins chers. Ils se présentent sous la forme d’un câble à deux conducteurs.

Principe sommaire:
Deux fils métalliques conducteurs constitués d’alliages différents A et B sont soudés ensemble à une
extrémité, les deux autres extrémités a et b étant libres. Il existe entre a et b une f.e.m. dont la valeur
dépend à la fois des alliages A et B et de la température (effet Seebeck) [1]. Cette variation n’est pas
linéaire et se trouve influencée par diverses f.e.m. parasites. Si on maintient a et b à une température
constante, a et b sont appelés jonction de référence ou soudure froide, par opposition au point de
soudure des deux fils A et B appelé soudure chaude.

En pratique a et b sont reliés à l’appareil de mesure et la soudure chaude, sert de capteur de


température. Dans ce cas la mesure est ponctuelle au niveau de la soudure. La f.e.m. générée par un Tc
est faible : de quelques microvolts à la température ambiante à quelques dizaines de millivolts aux très
hautes températures pour certains Tc.

Remarque : pour des températures inférieures à l’ambiante la tension devient négative.

Principaux types de thermocouple utilisés:


Les thermocouples les plus fréquemment utilisés dans le domaine des matériaux sont de type J (Fer/
constantan), K (Chromel /alumel), T (Cuivre /constantan) et E (Chromel/constantan). Le choix se fera
suivant la plage de température d’utilisation et la précision souhaitée. Il faut savoir que la précision
dépend beaucoup de la qualité de la fabrication. Elle peut être améliorée par un étalonnage préalable.

Les fournisseurs proposent deux gammes de produit :


classe 1, précision +/-1,5°C
classe 2, précision +/- 3°C
Pour de meilleures précisions il faudra choisir des couples plus rares tels que type R (Platine Rhodium
/ Platine). Les Tc sont utilisables de –200 °C à + 2000 °C suivant le couple choisi.

Présentation des thermocouples :


Afin d’améliorer la protection mécanique et de supprimer les effets parasites, les thermocouples sont
chemisés par une gaine métallique, acier inoxydable, inconel, monel, suivant les applications ou par
une gaine céramique. Cette gaine est remplie d’un isolant électrique : poudre de magnésie ou
d’alumine.

La longueur du chemisage est à la demande. On choisira la longueur chemisée en fonction de


l’application. Si l’appareil de mesure est éloigné, le thermocouple chemisé peut être prolongé par un
câble souple appelé câble de compensation dont les deux conducteurs sont du même alliage que les
fils du Tc. L’utilisation de connecteurs également compensés est indispensable pour ne pas induire de
f.e.m. parasites au niveau des connexions.

Le diamètre extérieur de la gaine est variable. Le minimum standard est égal à 0.5 mm. Plus le
diamètre du Tc est petit plus il est fragile. Plus le diamètre est gros, plus la dynamique du Tc est faible,
plus il est perturbant, mais plus il est résistant.

Appareils de mesure :
En principe, un microvoltmètre devrait suffire à condition que sa résistance interne soit élevée. On
relève la mesure et on compare avec les tables de référence. Il faut toutefois connaître avec précision
la température ambiante, les tables ayant pour référence de soudure froide : 0°C.

128
Il existe maintenant de nombreux appareils qui permettent d’utiliser les Tc standards en linéarisant
leur réponse. On préférera de loin, un thermomètre électronique, un multimètre équipé d’une mesure
Tc, un calibrateur, voire une centrale d’acquisition de données.

9.2.2 Les sondes à résistance de platine


Elles sont appelées communément Pt 100 Ω car leur résistance est égale à 100 Ω à 0°C. On les
trouve sous différentes formes avec toujours un câble comportant 3 ou 4 conducteurs.

Principe sommaire:
D’une façon générale la résistance dépend de la température. Pour les métaux, elle est fonction de la
température et du matériau considéré :

R(T)= R0 (1+AT+BT2+CT3)

T est exprimé en °C, R0 est la résistance à 0°C, A, B, et C sont des constantes dépendant du matériau.
[1]

En fait cette variation n’est pas linéaire. Elle n’est linéaire que pour des faibles variations de
température autour de T. Dans ce cas, on définit la sensibilité thermique d’un matériau α R où
α R = 1/R(T) x dR/dT

Ce coefficient de sensibilité thermique, très variable suivant les matériaux, en déterminera le choix.
D’autres facteurs sont importants pour le choix d’un matériau utilisable dans une plage de température
suffisante pour en faire un capteur.

Le choix d’un matériau idéal se restreint, car il faut prendre en compte la conductivité, la résistance à
l’oxydation, etc…. Le platine, bien qu’ayant un coût élevé présente beaucoup d’avantages : bonne
sensibilité thermique, pureté, résistance à l’oxydation à haute température, comportement mécanique
après tréfilage, etc.

D’autres métaux ou alliages sont utilisés tels que le tungstène, le cuivre, le nickel, certains oxydes
métalliques ou alliages pour des applications bien précises. Plusieurs dispositifs sont possibles pour
linéariser le signal. Dans tous les cas l’utilisation d’une sonde Pt100 est associée à un conditionneur.

Principe d’une sonde Pt 100 Ω


Un fil de platine de quelques microns d’épaisseur, de longueur environ 100 mm est enroulé ou collé
sur un support isolant, alumine, verre. Sa résistance est égale à 100 Ω à 0°C. Le fil est recouvert
ensuite par un autre dispositif isolant, éventuellement gainé pour assurer une protection mécanique.
On peut réaliser ainsi plusieurs types de sondes : cylindriques, plate pour mesures de surface, etc…
voir figure en annexe.

Ce sont ces formes de sonde que l’on utilisera pour les mesures dans les matériaux. On rejoint ici la
configuration des thermocouples : un élément sensible, un isolant électrique, une gaine métallique
étanche. On choisira la gaine en fonction de l’application. Couramment les gaines sont en acier
inoxydable, mais comme pour les Tc, de nombreux métaux ou alliages sont disponibles chez les
fabricants. Les sondes cylindriques ainsi fabriquées ont un diamètre minimum de 1.5 à 3 mm suivant
les fabricants et la qualité demandée.

Schématiquement la sonde est câblée comme suit :


Alim
Alim

Compensation Compensation
Pt 100

129
On préférera ce montage 4 fils à tout autre dès que la longueur de câble est importante, supérieure à 2
m, ce qui est souvent le cas dans les applications de terrain. Il permet de compenser la résistance de
ligne qui devient vite pénalisante. On peut ainsi déporter l’appareil de mesure jusqu’à plusieurs
dizaines, voire centaines de mètres. Au laboratoire un montage 3 fils est suffisant, en considérant que
les deux branches sont équivalentes. Les montages deux fils sont à proscrire.

Précision et étendue de mesure :


La norme IEC 751 fixe la précision des sondes Pt 100 en deux classes

Classe A: +/- 0.15+ (0.002 x T) °C


Classe B: +/- 0.30+ (0.005 x T) °C

On voit que la précision est nettement meilleure que pour les Tc. Bien évidemment le prix d’une sonde
Pt100 est également supérieur. Cette précision fait que ce sont des sondes Pt 100 que l’on utilise pour
réaliser des thermomètres étalons.

L’étendue de mesure des sondes Pt 100 est vaste : de –200 °C à 850°C. Les constructeurs limitent
parfois cette plage en fonction de la qualité des composants utilisés.

Appareils de mesure :
Bien qu’en principe une mesure ohmique à l’aide d’un ohmmètre de précision et du tableau de
correspondance normalisé ou fourni par le constructeur, serait suffisante pour assurer la mesure, il est
préférable d’utiliser un conditionneur spécialisé du commerce. Ces conditionneurs délivrent un
courant constant dans la sonde, environ 1 mA, ce qui permet de linéariser parfaitement le signal reçu
en variation de tension. Ensuite une conversion analogique linéaire traduit le ∆V en ∆T ou si le
conditionneur comporte une mémoire ou un microprocesseur, la conversion se fait par comparaison
avec une banque de données. On en trouvera chez tous les fabricants ou revendeurs. Beaucoup de
systèmes d’acquisition de données conditionnent aussi les Pt100. Comme pour les Tc on trouve des
thermomètres numériques équipés de sondes Pt 100.

Autres capteurs utilisables pour les matériaux :


Pour les mesures au cœur du matériau, seules les fibres optiques peuvent les concurrencer, et
uniquement dans certaines applications.

Pour les mesures de surface, outre les thermorésistances autres que les Pt100, basées sur le même
principe, il faut signaler deux méthodes utilisant le rayonnement infrarouge émis par tout corps chaud.
Cette technique se répand de plus en plus et son coût diminue d’autant. Il s’agit de la pyrométrie
infrarouge, utilisant un appareil appelé pyromètre portable et la thermographie par caméra infrarouge.

Documentation des fabricants : (liste non exhaustive)


Thermocoax
Thermoest
Pyro-systèmes
Pyro-contrôle
Corrège
Thermo-electric

Annexes :
Limites d’emploi des thermocouples
Tables des f.e.m. thermocouples
Schéma de construction des sondes Pt100Ω
Table Pt100 Ω

130
Exercices :
1) Récapituler les avantages et inconvénients des deux capteurs Tc et Pt100.
2) A l’aide de la documentation fournisseurs, déterminer le choix de capteurs de température
correspondant au cahier des charges suivant :

On veut étudier le comportement thermo hydro mécanique d’un béton soumis à une sollicitation
thermique. On construit une maquette cylindrique de 3,5 mètres de diamètre et quatre mètres de
hauteur. En son centre on dispose un mandrin chauffant de 0.5m de diamètre. Les températures
limites sont de 400 °C à l’interface mandrin béton et 150°C en peau externe de béton. On veut
suivre la température radiale, à l’axe de symétrie (2 m de hauteur) suivant trois rayons à 120 °C,
tous les 10 cm. Bien entendu, il faut trouver les meilleurs capteurs en terme de précision, fiabilité,
durabilité, coût.

9.3 Les capteurs de pression

Les matériaux naturels, les ciments ou bétons, les sols sont des milieux poreux déformables lorsqu’ils
subissent des sollicitations mécaniques, hydriques ou thermiques, agissant de façons couplées. Dans
de nombreuses applications, il peut être très important de connaître la pression engendrée dans le
matériau par ces sollicitations. Dans le cas d’un squelette rigide ou peu déformable, cette pression est
faible, mais pour un sol par exemple elle n’est pas négligeable. On l’appellera pression totale. Si on
considère que la porosité est communicante et remplie d’un mélange de deux fluides (gaz et liquide)
en proportions variables, une contrainte exercée sur le matériau, une sollicitation hydrique (arrivée
d’eau, séchage) peut engendrer une variation importante de la pression dans ces fluides. La mesure de
cette pression est souvent nécessaire. C’est la pression interstitielle. Elle est intégrée dans la pression
totale. Ces deux types de pression peuvent donc être mesurés séparément, en faisant appel à des
techniques différentes mais in fine qui se résument à une mesure de pression. C’est uniquement la
partie transmetteur du phénomène qui change dans le capteur.

Les critères de choix d’un capteur de pression pour les matériaux sont liés à l’application, mais dans
tous les cas le capteur devra être robuste mécaniquement, inerte chimiquement, parfaitement étanche
et fiable dans le temps. On trouve hélas peu de fabricants en France proposant des capteurs de pression
spécialisés pour les matériaux. Il faudra souvent faire soi-même de l’adaptation ou du développement.
Par contre, des sociétés anglo-saxonnes, allemandes ou japonaises proposent des capteurs spécialisés.
Quelques unes de ces sociétés fabriquent également sur mesure, notamment pour des applications
industrielles ou semi-industrielles pour lesquelles le marché peut être prometteur.

Les capteurs de pression totale :

La pression totale est la somme de la pression du squelette du matériau et de la pression des fluides
interstitiels.
Le problème majeur à résoudre pour effectuer ces mesures est le contact matériau capteur. Si le
capteur est noyé dans le matériau, par exemple dans un barrage ou un scellement en galerie au moment
du coulage du béton, il n’y a pas de problème de contact. Par contre si le capteur est introduit par
forage dans le matériau le jeu de mise en place doit être comblé pour assurer un bon contact capteur
matériau.

Il existe deux sortes de capteurs de pression totale : hydrauliques ou électroniques. Le principe de


transmission de pression est le même : le matériau appuie sur un réservoir possédant une paroi
déformable. La transmission de pression se fait grâce à un fluide incompressible. Ce réservoir est de
taille et de forme variable suivant l’application. C’est au niveau de la conversion de la pression en un
signal exploitable que les capteurs différent.

131
Pour le capteur hydraulique, par exemple une cellule de Glötzl (société allemande), couramment
utilisées dans le BTP ou le génie minier, la transmission se fait en deux étapes comme indiqué
schématiquement sur la figure suivante. Le réservoir est rempli de mercure, la liaison avec le dispositif
de mesure se fait par l’intermédiaire d’un transmetteur mercure / huile hydraulique équipé de tuyaux
reliés à une pompe. C’est un dispositif très lourd, mais inusable et donc adapté pour de gros ouvrages
qui nécessitent un long suivi dans le temps.
Partie immergée dans
le matériau

Dispositif de mesure+
Retour huile pompe de circulation
et de mise en pression

Tuyau transmetteur

Réservoir déformable Transmetteur


rempli de mercure mercure/huile

Figure 2 : Schéma de principe d’une cellule de Glötzl

Il est à noter que la société Glötzl commercialise maintenant un système où le fluide transmetteur
(huile) est remplacé par une fibre optique.

Capteurs électroniques :
Comme pour les capteurs précédents la transmission de pression se fait par l’intermédiaire d’une
membrane déformable et d’un fluide, huile de silicone habituellement. Le fluide transmet la pression
sur un élément rigide, poutre équipée de jauges de déformation, disque ou tube équipé de cordes
vibrantes. Les jauges montées en pont de Wheastone traduisent la déformation directement en
pression. Les cordes vibrantes traduisent une variation de fréquence de vibration due à la déformation
de leur point de fixation. Les deux systèmes ont leurs avantages et leurs inconvénients.

Les capteurs à jauges standard collés ou gravés, jauges piézorésistives silicium sont les plus
performants en terme de dynamique, de tenue en température (400°C). Ils peuvent être miniaturisés.
Ce sont également les plus chers.

Les capteurs à cordes vibrantes ont une répétabilité, une résolution et une précision excellente. Ils sont
insensibles aux parasites car l’information est transmise en fréquence. Par contre ils sont encombrants
et sensibles à la température.

Le boîtier des capteurs peut-être fabriqué dans des matériaux inoxydables : inox 316L, APX, Titane,
etc, ce qui leur confère une excellente tenue à la corrosion. Il faut cependant être très vigilant sur le
système d’étanchéité de la liaison câble capteur qui est le point faible de ce type de capteurs.

Les capteurs de pression interstitielle :

Comme il s’agit là de mesurer une pression de fluide en s’affranchissant de la contrainte mécanique


exercée par le matériau sur le capteur, la technique est simple. Le fluide est recueilli à l’aide d’un
élément poreux : pierre poreuse, métal fritté, céramique. Il remplit une chambre équipée d’un capteur
de pression. Cette chambre peut être directement intégrée au capteur (voir annexe) ou déportée par un
tuyau loin du lieu de mesure. Dans le premier cas le corps du capteur étant parfaitement rigide, seule la

132
pression du fluide est lue par l’élément sensible du capteur. Les technologies sont exactement les
mêmes que pour les capteurs de pression totale.

Précision et étendue de mesure :


La mesure de pression dans les matériaux ne nécessite pas une précision importante en valeur absolue.
Ce sont souvent les variations qui sont intéressantes de mesurer, souvent sur des périodes longues. Le
capteur doit être fiable et ne pas présenter de dérive dans le temps. Pour tous ces types de capteurs, la
précision nécessaire est proposée par les constructeurs. Les étendues de mesure ne posent également
pas de problème. Par contre, si on trouve de nombreux capteurs fonctionnant parfaitement à basse
température, il est difficile de s’en procurer fonctionnant au-delà de 120, 150°C. Pour certaines
applications, il faudra chercher l’oiseau rare ou demander une adaptation au fabricant habituel.

Etalonnage:
En principe les capteurs sont fournis avec un certificat d’étalonnage constructeur. Pour les capteurs
électroniques à jauges par exemple, la sensibilité est donnée précisément soit en mV/V soit en mV/bar.
Elle est linéaire pour toute l’étendue de mesure et même au-delà (10 à 30 % selon les technologies).
Cette sensibilité peut être vérifiée si on possède un capteur étalon ou une balance manométrique. Il est
également possible de faire procéder à un étalonnage par un laboratoire spécialisé.

Après quelques années de fonctionnement il est souvent nécessaire de procéder à un nouvel


étalonnage. Dans le cas où le capteur serait toujours en place dans le matériau, cela s’avère impossible.
C’est pourquoi le cahier des charges doit être parfaitement établi au moment de l’achat.

Appareils de mesure :
La plupart du temps, les fournisseurs proposent soit des capteurs sorties haut niveau ou amplifiés, il
suffit de les alimenter et de lire le signal directement en tension ou fréquence. Si le capteur est
spécifique, le fournisseur propose également le conditionneur associé.

Autres capteurs utilisables pour les matériaux :


Il n’existe pas d’autre technique éprouvée pour la mesure de pression dans les matériaux. Seules les
fibres optiques, qui ont la propriété d’être sensibles à la pression ont un avenir, probablement comme
transmetteur du signal au même titre qu’une corde vibrante ou un pont de jauges, car leur fragilité est
incompatible avec l’utilisation dans les matériaux.

Documentation des fabricants : (liste non exhaustive)


Kulite International
Kyowa (Phimesure)
Telemac
Entran
Glötzl

Annexes :
Capteur de pression avec conversion par oscillateur électromécanique Jauge de contrainte des sols
(Kulite)
Cellule de pression des sols (Kulite)
Capteur de pression des sols (Kulite)
Soil pression transducers (Kyowa)
Capteur de pression interstitielle (Kulite)

Références :

[1] Les capteurs en instrumentation industrielle par Georges ASCH et collaborateurs. Edition Dunod.
(5ème édition)

133
ANNEXES

134
135
136
137
138
139
140
141
142
143
144
145
146
10. Mesures de pressions acoustiques
Denis DUHAMEL

10.1 Le son
Le son est une variation de pression qui peut être détectée par l’oreille humaine. Les sons désagréables
ou indésirables sont appelés des bruits. Pour pouvoir quantifier les niveaux sonores, il est nécessaire
de procéder à des mesures. On peut mesurer la pression sonore, la vitesse particulaire ou l’intensité
sonore mais comme l’oreille humaine est sensible à la pression, c’est surtout cette quantité qui a été
mesurée à l’origine même si les techniques modernes permettent aussi de mesurer les deux autres. La
pression sonore est mesurée en Pascal et l’amplitude des valeurs habituellement rencontrées s’étend de
20 µPa jusqu’à 100 Pa. Comme l’oreille humaine a de plus une réponse logarithmique aux variations
d’amplitudes, l’unité de mesure habituellement employée est le décibel dont les valeurs s’étendent de
0 dB à 120 dB. Sa définition est
P
L p = 20 log10 ( )
2 ×10 −5

Où P est la valeur RMS de la pression mesurée en Pascal et 2 × 10 −5 Pa est une pression de référence
qui correspond à 0 dB, soit le seuil d’audibilité. On peut aussi mesurer l’intensité sonore qui est la
puissance par unité d’aire, mesurée en W/m² et qui est donnée par la relation (la valeur de référence est
cette fois 10 −12 W / m 2 )
W
Lw = 10 log10 ( )
10 −12

Les mesures de sons et de bruits s’effectuent pour des besoins très variés :

• Un grand domaine concerne l’acquisition de voix et de paroles dans tous les milieux où l’on a
besoin d’enregistrer ou d’amplifier la voix humaine : studio d’enregistrement, radio, TV, …
• Un domaine voisin concerne la prise de son en musique. On ne détaillera pas ces aspects qui
s’éloignent beaucoup de la mesure en mécanique.
• On peut chercher à déterminer le confort acoustique d’une pièce en mesurant le temps de
réverbération d’un local qui est le temps que met un son à s’atténuer de 60 dB.
• On peut déterminer le pouvoir d’isolation d’une paroi pour vérifier qu’une norme d’isolation
minimale est respectée entre deux appartements.
• On peut mesurer le bruit produit par des moyens de transport : véhicules routiers, trains, avions et
vérifier que le niveau sonore n’est pas trop important au voisinage d’habitations et que la
réglementation en vigueur est bien respectée.
• Dans l’industrie, il faut souvent vérifier qu’un local bruyant, contenant par exemple des machines,
n’engendre pas un niveau sonore nuisible pour la santé des personnes qui y travaillent.
• La plupart des constructeurs de machines doivent s’assurer que le niveau sonore produit par leurs
appareils respectent une norme : c’est le cas par exemple pour les machines-outils, les voitures, les
ordinateurs, pour des usages domestiques, pour des appareils électroménagers, …

Pour toutes ces applications, il est nécessaire de disposer de moyens fiables permettant de capter le
son, de le traiter et, lorsque l’application l’exige, de donner un niveau sonore en décibel de façon
reproductible avec une faible marge d’erreur, en général de l’ordre de 1 dB.

147
10.2 Les microphones

10.2.1 Différents types de microphones

Les sons sont mesurés par des microphones. Ces appareils sont destinés à mesurer la pression
acoustique, grandeur à laquelle l’oreille humaine est sensible. Ils assurent la conversion du signal de
pression en un signal électrique. En général le mouvement des molécules d’air entraîne la mise en
mouvement d’un élément solide, la membrane, qui, à son tour, est directement à l’origine du signal
électrique.

Les microphones sont utilisés dans le domaine de la télécommunication, dans le domaine musical ou
pour des mesures purement acoustiques (bruit par exemple). En général, on utilise des microphones
différents en fonction du type d’application envisagé. Il existe ainsi un grand nombre de types de
microphones qui peuvent aussi être à pression ou à gradient de pression en fonction de la grandeur que
l’on veut mesurer. Dans ce dernier cas le micro est sensible à la direction de l’onde, ce qui permet de
privilégier une direction donnée. On peut ainsi, pour des microphones utilisés pour capter la parole,
privilégier la direction d’où provient le son et réduire les bruits parasites venant d’autres directions. Le
schéma de la figure 1 présente un exemple simple de microphone à pression. Les fluctuations de
pression provoquent les mouvements du diaphragme (partie supérieure).

Figure 1: Schéma d’un microphone à diaphragme.

La conversion du mouvement du diaphragme en un signal électrique peut être réalisé suivant différents
principes physiques. On distingue ainsi
- les microphones à condensateur dans lesquels le diaphragme est une des faces d’un condensateur.
On mesure ensuite la tension aux bornes du condensateur pour obtenir la valeur de la pression
appliquée sur le diaphragme.
- les microphones électrodynamiques dans lesquels le mouvement du diaphragme est traduit sous
forme électrique en utilisant le déplacement dans un champ d’induction magnétique d’un
conducteur solidaire de ce diaphragme.

Pour les microphones à condensateur, le diaphragme est sous tension avec un isolant à l’arrière, voir
aussi la figure 2. La distance entre le diaphragme et l’isolant est typiquement de 20µm. Ces deux
composants forment les deux plaques d’une capacité qui va produire le signal du microphone à
capacité. La valeur de la capacité s’étend de 2 à 60 pF. La membrane du diaphragme est sous une
tension de l’ordre de 600N/mm² et est généralement constituée de Nickel. Une différence de potentiel
de l’ordre de 200V est appliquée entre les deux composants. Dans les microphones à électret la plaque
arrière est recouverte d’un film polymère chargé et il est donc inutile dans ce cas d’avoir une tension

148
de polarisation. La sensibilité est fonction de la taille du diaphragme, un grand diaphragme correspond
à une grande sensibilité. Elle s’exprime en V/Pa souvent à 250 Hz ou à 1000Hz.

Figure 2 : Vue en coupe d’un microphone à diaphragme

Figure 3 : Un microphone de mesure avec son préamplificateur

149
diaphragme cavité

111111111111111
000000000000000
000000000000000
111111111111111
000000000000000
111111111111111
000000000000000
111111111111111
000000000000000
111111111111111 fuite capilaire
000000000000000
111111111111111
000000000000000
111111111111111
000000000000000
111111111111111
liaison mécanique
au transducteur
Figure 4 : Fuite capilaire

Un microphone de bonne qualité doit produire un signal électrique proportionnel au niveau de pression
mesuré et ceci dans la plus large bande de fréquence possible. Plusieurs facteurs peuvent limiter ses
performances. Pour que les changements de pression atmosphérique soient sans effet, les microphones
comportent une fuite capilaire qui égalise les pressions moyennes (voir figure 4). Ce trou se traduit par
une réponse qui n’est plus plate en dessous de 5Hz. La limite inférieure d’utilisation de microphones
de mesure de bonne qualité est en général de 1 à 2 Hz. Pour des microphones servant à capter la voix,
cette limite est beaucoup plus élevée et peut se situer vers 50 ou 100 Hz. De l’autre coté du spectre la
fréquence de résonance du diaphragme définit une limite supérieure au domaine de fréquence
utilisable. Entre ces deux limites la courbe de réponse en fréquence doit être aussi plate que possible,
ce qui n’est réalisé que pour des microphones de mesure de bonne qualité. Les microphones ordinaires
conduisent à des distorsions du signal suivant les bandes de fréquence. La présence du microphone se
traduit aussi par une modification du champ de pression. Cela est surtout important à haute fréquence
où la taille du microphone peut ne plus être négligeable par rapport à la longueur d’onde. Ces raisons
expliquent la petite taille habituelle des microphones.

On doit tenir compte dans le choix du microphone du type de champ de pression à mesurer : champ
libre, pression dans une cavité ou champ diffus. Un champ diffus se trouve par exemple dans un local
réverbérant pour lequel les parois sont réfléchissantes. Au contraire une chambre anéchoïque a des
parois absorbantes et la source sonore se comporte comme en champ libre.

La dynamique est limitée dans les faibles amplitudes par le bruit thermique et dans les fortes
amplitudes par la distorsion non linéaire (3% définit la limite admissible). Les fréquences et les
niveaux correspondants peuvent être trouvés dans la carte d’étalonnage du microphone où figurent les
caractéristiques mesurées à la fabrication, voir un exemple sur la figure 5.

Les propriétés d’un microphone peuvent souvent varier en fonction du temps. Ainsi la tension du
diaphragme décroit au court du temps surtout si le microphone est soumis à des températures élevées.
Cela augmente sa sensibilité. Il est par conséquent nécessaire d’étalonner fréquemment un
microphone. Cela est réalisé en mesurant le son produit par un étalonneur envoyant un signal sonore
de référence, souvent 94 dB à 1000Hz. Un exemple est donné sur la figure 6. Comme la réponse du
microphone en fréquence est plate cela suffit pour vérifier la sensibilité. On corrige ensuite l’écart
mesuré par le microphone. Des étalonnages plus précis peuvent être réalisés en laboratoire, par
exemple par le constructeur du microphone (une fois par an).

150
Figure 5 : Carte d’étalonnage

Figure 6 : Etalonneur de microphones

Ces différentes propriétés conduisent à des critères de sélection d’un microphone parmis la large
gamme disponible en fonction de
- la réponse en fréquence (haute ou basse fréquence)
- le type de champ de pression : cavité, champ libre
- la dynamique (pression minimale ou maximale mesurable)
- la position du trou d’égalisation de la pression statique (dépend du montage du micro pour la
mesure)
- la méthode de polarisation (externe ou par électret)
- la sensibilité à l’environnement : robustesse, température élevée, atmosphère corosive, humidité
(dans ce dernier cas les micros prépolarisés sont préférables).
- les accessoires : protecteur de vent ou d’humidité

151
10.2.2 Principe physique de fonctionnement

Un microphone est donc un capteur transformant une information de pression acoustique en un signal
électrique, par un oscillateur électromécanique fonctionnant de la manière suivante :

Pression sonore p

Force agissant sur le diaphragme F

Vitesse ou élongation de l' élément mobileν = iωx

Force électromotrice ( f .e.m) moduléee

Figure 7 : Schéma du principe physique

La réponse globale du microphone se met sous la forme

e(t ) = Sp(t )
avec
Fν e
S=
p Fν
qui est l’efficacité du microphone en V/Pa. Cette grandeur doit être, le plus largement possible,
indépendante à la fois du niveau d’entrée p (linéarité) et de la fréquence f pour éviter toute distorsion.
Il existe un grand nombre de microphones différents suivant les composants qui assurent chaque
conversion dans le diagramme ci-dessus. Il peut en résulter des microphones à pression ou à gradient
de pression, des microphones omnidirectionnels ou à directivité en forme de cardioïde. Le type de
microphone à utiliser dépend de l’application envisagée :
• omnidirectionnel pour une ambiance sonore
• bidirectionnel pour deux interlocuteurs
• unidirectionnel pour un enregistrement en ambiance bruyante.

Concernant le fonctionnement physique des microphones à condensateur, il en existe deux grands


types
• les microphones à polarisation externe où la charge du condensateur est apportée par une
alimentation externe d’environ 200 V. La charge accumulée vaut Q0 = C0 E0 . Sous l’effet de la
pression acoustique la position du diaphragme change ce qui entraine des modifications de C et E
tout en conservant la charge Q constante. Il en résulte une force électromotrice proportionnelle à la
variation de champ électrique e(t ) = αE (t ) .
• les microphones prépolarisés où la charge est présente à la construction du microphone.

Utilisation Type de microphones


Etalonnage et mesure A condensateur
Prise de son professionnelle A condensateur, à électret, électrodynamique (à
bobine et à ruban)
Prise de son pour amateurs A électret, à bobine mobile
Téléphonie A charbon, à bobine mobile
Prothèse auditive A transistor
Tableau 1 : Différents types de microphones

152
Presque tous les microphones de précision utilisés dans la mesure sont des microphones à
condensateur sensible à la pression. Ils utilisent une charge constante pour convertir les déplacements
du diaphragme en un signal électrique. Ils peuvent être réalisés avec la grande qualité et la bonne
fiabilité qui sont nécessaires dans la mesure. Plus particulièrement leur qualité se traduit par : la
linéarité, une réponse plate en fréquence, une petite dimension perturbant peu le champ sonore, une
grande sensibilité.

Pour connecter un microphone à un système d’analyse ou d’enregistrement du signal, il est nécessaire


de transiter par un préamplificateur. Ils sont capables de recevoir des signaux de 1µV à 50V. Une
image d’un microphone avec son préamplificateur est donnée sur la figure 3. Ensuite les enregistreurs
et les analyseurs de signaux traitent le signal reçu. On peut ainsi obtenir le niveau en fonction du
temps, des spectres, …

10.3 Description du TP

10.3.1 Utilisation d’un microphone

La première partie est une simple utilisation d’un microphone de mesure.

• Connecter le microphone, le préamplificateur, l’amplificateur et l’analyseur de signal.


• Etalonner le microphone avec l’étalonneur pour faire la connexion entre le niveau sonore
donné par l’analyseur et le niveau sonore réel.
• Faire la mesure du niveau sonore de différentes sources (son ambiant, voix, machine, …)
• Déterminer le contenu spectral du signal sonore engendré par ces sources.

10.3.2 Principe du tube de Kundt

La seconde utilisation proposée des microphones est la mesure de coefficients d’absorption acoustique
de matériaux. Ils possèdent en effet des propriétés d’absorption acoustique très variables. Une onde
incidente sur un matériau engendre une onde réfléchie et une onde transmise. La partie de l’énergie
qui n’est pas réfléchie correspond à l’absorption. Celle-ci provient soit de la dissipation par le
matériau, soit de la transmission à travers le matériau. Les propriétés d’absorption sont utilisées par
exemple pour réduire le niveau sonore (isolation par laine de verre, ...). Cela peut aussi servir à
améliorer la qualité acoustique de salles de théâtre ou de concert en corrigeant les temps de
réverbération. On présente ici une méthode habituellement utilisée pour mesurer l’absorption qui
permet de mesurer à la fois le coefficient d’absorption et l’impédance.

La méthode consiste à créer une onde stationnaire dans un tube cylindrique et à mesurer le niveau
sonore en différents points le long du tube, voir figure 8. Le spectre de fréquence utilisable dépend du
diamètre du tube. Le gros tube permet des mesures basses fréquences alors que le petit tube est utilisé
pour les hautes fréquences. Avec les deux tubes il est possible de couvrir le spectre de 90Hz à 6500
Hz. Le tube de grand diamètre (100 mm) permet des mesures entre 90Hz et 1800Hz. Le petit diamètre
permet des mesures entre 800Hz et 6500Hz.

Une onde sonore est générée à une extrémité du tube par un haut-parleur qui crée une onde
harmonique. L’autre extrémité est occupée par l’échantillon de matériau à tester. Une onde
stationnaire est créée dans le tube par réflexion sur les deux extrémités. En mesurant le rapport entre le
maximum et le minimum de pression dans le tube, on peut calculer le coefficient d’absorption. En
mesurant la distance entre la surface de l’échantillon et les minima et maxima de pression, on peut
calculer l’impédance de surface de l’échantillon. Le tube étant rigide, la proportion de l’énergie qu’il
absorbe est négligeable par rapport à l’énergie absorbée par l’échantillon. Le détail de la méthode est
présentée dans les paragraphes suivants.

153
onde stationnaire
signal micro

éprouvette

alimentation du haut−parleur

Figure 8 : Principe du tube de Kundt.

10.3.3 Détermination du coefficient d’absorption

L’onde de pression incidente sur l’échantillon qui provient du haut-parleur est


pi = A cos(2πft )
L’onde réfléchie par l’échantillon est
p r = B cos(2πf (t − 2 y / c) + ϕ )
où f est la fréquence, y la distance entre le point de mesure et la surface de l’échantillon, c la vitesse du
son et ϕ le déphasage dû à la réflexion. Le champ de pression total dans le tube est donc
pt = A cos(2πft ) + B cos(2πf (t − 2 y / c) + ϕ )
L’amplitude de la pression totale varie donc entre A+B pour ϕ − 4πfy / c = 2π et A-B pour
ϕ − 4πfy / c = ±π . La distance entre ces deux points est 4πf∆y / c = π soit ∆y = λ / 4 . Le
coefficient d’absorption est défini comme le rapport entre l’énergie absorbée par le matériau sur
l’énergie incidente, soit
2
 B
α = 1−  
 A
ou encore
α = 1− r2
en posant
B
r=
A
La mesure permet de connaître le rapport entre le maximum et le minimum de pression donné par
A + B 1+ r
n= =
A − B 1− r
On en déduit
B n −1
r= = (1)
A n +1
d’où
2
 n −1
α = 1−  
 n + 1
En résumé en mesurant les valeurs du maximum et du minimum de pression dans le tube puis en
appliquant la formule ci-dessus, on obtient directement la valeur du coefficient d’absorption.

154
10.3.4 Mesure de l’impédance

L’impédance est définie comme le rapport entre la pression et la vitesse normale sur la surface de
l’échantillon. C’est une grandeur complexe. L’impédance de l’air est égale à ρc où ρ est la masse
volumique de l’air. Sa valeur est Z=415kg/m2/s en prenant c=343m/s et ρ = 1.21 kg / m 3 , valeurs
pour 20°C et 1013mbar .

L’impédance de l’échantillon se calcule par


pi + p r
Z=
vi + v r
avec
pi = ρcvi
pr = − ρcv r
Ces valeurs sont les amplitudes complexes des pressions et vitesses. L’impédance est
pi + p r
Z = ρc
pi − p r
p
1+ r
pi
Z = ρc
pr
1−
pi
Les pressions incidente et réfléchie sont reliées par
p r = pi re iϕ
où r est le coefficient de réflexion et ϕ le facteur de phase. Donc
1 + re iϕ
Z= ρc = zρc
1 − re iϕ
avec
1− r2
Re( z ) =
1 + r 2 − 2r cos ϕ (2)
2r sin ϕ
Im( z ) =
1 + r 2 − 2r cos ϕ
Le facteur r est donné par la formule (1). Il reste à déterminer le facteur de phase ϕ . La pression totale
est minimum pour
4πy1
−ϕ = π
λ
ce qui donne
4 y1
ϕ =( − 1)π
λ

L’application des formules (2) donne la valeur de l’impédance.

155
A+B

A−B
0
y1
Figure 9 : Minimum de pression.

10.3.5 Travail à effectuer sur l’absorption

10.3.5.1 Appareillage

Monter l’appareillage complet de l’expérience qui se compose du tube de Kundt avec l’échantillon de
matériau à tester et les connexions avec l’analyseur de signal Brüel & Kjaer.

10.3.5.2 Mesures

On mesure le coefficient d’absorption et l’impédance pour quelques types différents de matériaux. Les
fréquences de mesures sont les tiers d’octave compris entre 100Hz et 6300Hz donnés dans le tableau
ci-dessous (on peut éventuellement se contenter de mesurer pour les fréquences centrales des octaves
indiquées en gras). Tracer les courbes donnant le coefficient d’absorption en fonction de la fréquence,
puis les parties réelles et imaginaires de l’impédance.

16 20 25 31.5 40 50 63 80 100
125 160 200 250 315 400 500 630 800
1000 1250 1600 2000 2500 3150 4000 5000 6300

Tableau 2 : Fréquences centrales des tiers d’octave

10.3.5.3 Comparaison avec un modèle

Il existe de nombreux modèles essayant d’expliquer les propriétés acoustiques des milieux poreux. Le
plus simple est le modèle de Delany et Bazley à un seul paramètre σ , la résistance au passage de l’air.
L’impédance s’écrit sous la forme
−0.75 −0.73
Z0  1000 f   1000 f 
= 1 + 9.08  + 11.9i 
ρc  σ   σ 
Pour tenir compte de l’épaisseur e du matériau, l’impédance est corrigée par
Z = Z 0 cotg( Ke)
avec
−0.70 −0.59
K  1000 f   1000 f 
= 1 + 10.08  + 10.3i 
k  σ   σ 

156
k est le nombre d’onde 2π / λ . Pour chaque mesure, identifier le paramètre σ permettant de
reproduire au mieux les mesures expérimentales. L’ordre de grandeur de σ est de quelques
kPa / m 2 .

157
158
11. Mesures en soufflerie
Gilles BOUCHET

11.1 Introduction

Ce travail expérimental est un exemple type de ce qui peut être réalisé dans une soufflerie ; on
s'intéresse ici à un problème d'hydro-élasticité (portant sur des ouvrages immergés tels que les plates-
formes océaniques, les câbles ou les conduites immergés, les ouvrages fixes fluviaux ou portuaires, les
échangeurs de chaleur, etc...) et d'aéro-élasticité (portant sur des ouvrages de grande hauteur ou de
grande envergure, tels que les tours, les cheminées, les mâts, les ponts, les échangeurs atmosphériques,
etc...).

Ce travail a pour objet l'étude du développement des structures tourbillonnaires turbulentes


apparaissant autour d'un obstacle peu profilé placé dans un écoulement amont uniforme
incompressible. On cherchera à décrire et interpréter la répartition des vitesses dans l'écoulement, la
distribution des pressions induites par le fluide sur l'obstacle et les efforts résultants.

11.2 Travail expérimental

Dans cette partie, on étudiera l'écoulement autour d'un cylindre rigide fixe, placé dans un écoulement
d'air amont uniforme, de direction perpendiculaire à l'axe du cylindre. L'étude sera effectuée dans une
soufflerie à vitesse variable, les vitesses obtenues étant suffisamment faibles pour que les effets de
compressibilité soient négligeables (nombre de Mach très inférieur à 1). Le cylindre occupe toute la
hauteur de la veine de mesure, de sorte que l'approximation d'écoulement bidimensionnel soit vérifiée
sur une partie importante de l'obstacle. On étudiera les caractéristiques cinématiques et dynamiques de
l'écoulement, en valeurs instantanées et moyennées dans le temps, ainsi que leurs variations en
fonction du nombre de Reynolds, défini par :
U ∞ .D
Re =
ν
µ
où U ∞ est la vitesse infinie amont, D le diamètre du cylindre et ν = la viscosité cinématique de
ρ
l'air. On donne :
- viscosité dynamique de l'air : µ = 1,86.10 −5 kg.m −1 .s −1
- masse volumique de l'air : ρ = 1,213 kg.m −3

x
h
V

D h

Figure 1 : Schéma de la veine d'étude

159
11.2.1 Aspect stationnaire

Les conditions de l'écoulement amont ( U ∞ ) étant maintenues constantes, les diverses grandeurs
mesurées seront moyennées dans le temps (sur une durée d'environ 3 secondes, très supérieure aux
temps caractéristiques des phénomènes instationnaires se développant dans une telle configuration).

Après étalonnage des différents appareils de mesure mis à votre disposition (régulateur de vitesse de la
soufflerie, anémomètre à film chaud, capteur de pression, balance aérodynamique), on se propose de
mesurer, de différentes façons, les efforts statiques exercés sur le cylindre, et d'étudier leur évolution
en fonction du nombre de Reynolds.

11.2.1.1 Pression pariétale statique

On définit le coefficient de pression K p , pour un fluide incompressible, par :

Pcylindre − P∞
Kp =
1
ρ .U ∞2
2

Démontrer que pour un fluide parfait en écoulement autour d'un cylindre de longueur infinie, le
coefficient de pression s'écrit :

K p = 1 − 4 sin 2 θ

Tracer la courbe correspondante ; interpréter.

Le cylindre est muni d'une prise de pression (pariétale). Mesurer le coefficient de pression K p en
fonction de θ , pour un nombre de Reynolds donné (on pourra faire varier θ de 0° à 180° par
incrément de 10°, et ceci pour trois nombres de Reynolds différents). Comparer ce K p expérimental
au K p établi ci-dessus pour un fluide parfait ; interpréter.

Calculer le coefficient de traînée de pression C x pression et de portance de pression C y pression ; vous


comparerez ces valeurs avec celles de la section suivante. Etudier l'évolution de C x pression en fonction
du nombre de Reynolds.

11.2.1.2 Efforts statiques globaux

Le cylindre est monté sur une balance aérodynamique permettant de mesurer de façon directe les
forces longitudinale ( Tx ) et transversale ( Ty ) appliquées au cylindre.

On définit le coefficient de traînée de la façon suivante :

Tx
Cx =
1
ρ .U ∞2 .D.L
2

160
où L est la longueur du cylindre.

On définit de la même façon le coefficient de portance C y :

Ty
Cy =
1
ρ .U ∞2 .D.L
2

Mesurer la traînée et la portance moyennes du cylindre et étudier leur variation en fonction du nombre
de Reynolds.

11.2.1.3 Vitesse moyenne

La veine d'essai étant équipée d'une sonde anémométrique à film chaud, on vous demande de réaliser
une étude de la vitesse moyenne dans le sillage du cylindre.

Vous caractériserez l'évolution spatiale du sillage en traçant les profils de vitesse moyenne pour
différentes valeurs de y comprises entre 0 et h.

Vous pourrez également faire varier la vitesse de l'écoulement amont.

11.2.2 Aspect instationnaire

On s'intéresse à présent au caractère instationnaire de l'écoulement, résultant de l'instabilité de Bénard


- Von Karman se développant à l'aval du cylindre.

11.2.2.1 Etude dynamique du sillage

Par une analyse spectrale des signaux de vitesse de l'anémomètre à film chaud, caractériser
l'échappement tourbillonnaire alterné issu du cylindre (en temps et en espace). Déterminer le nombre
de Strouhal :
f .D
St =
U∞

où f est la fréquence d'échappement tourbillonnaire.

Réaliser une analyse spectrale des fluctuations de pression pariétale. Comparer à l'analyse spectrale
des fluctuations de vitesse ; commenter.

11.2.2.2 Efforts dynamiques sur le cylindre

A partir des signaux issus de la balance aérodynamique, réaliser une analyse spectrale des fluctuations
des efforts transversaux appliqués au cylindre.
Comparer les résultats à ceux de l'analyse spectrale des signaux de vitesse. Commenter.

161
11.3 Les capteurs

11.3.1 Le tube de Pitot

Le tube de Pitot est une application directe de l'équation de Bernoulli :

v2
ρ + p + ρϕ = Cte le long d'une ligne de courant (1)
2

Il permet de déterminer la vitesse d'un écoulement fluide à partir d'une mesure de pression. Dans le cas
des souffleries, l'obstacle est fixe et le fluide est en mouvement ; dans de nombreux cas pratiques, le
tube de Pitot est également utilisé pour mesurer la vitesse d'un véhicule (avion, bateau) dans un fluide
immobile. Ce dispositif est constitué de deux tubes coaxiaux (voir figure ci-dessous) : le tube intérieur
est percé d'une ouverture S à son extrémité, placée face à l'écoulement et l'autre tube est percé d'une
série de petits orifices A (en général quatre) répartis sur une couronne. Un manomètre relié à chacun
des deux tubes permet de mesurer la différence de pression ∆p qui existe entre les points S et A .
Mesure de ∆p
par un manomètre
différentiel

U
A’
O’ A
O
S
Figure 2 : Tube de Pitot

Négligeons les effets de viscosité en les supposant seulement importants dans une mince couche limite
près de la paroi des tubes ; nous pouvons appliquer l'équation de Bernoulli (1) le long de la ligne de
courant OS coïncidant avec l'axe des tubes :

U2
p 0 + ρ air = pS (2)
2

Appliquons également l'équation (1) le long de la ligne de courant O ' A ' (le point A ' est sur la même
verticale que la prise de pression A , mais à l'extérieur de la couche limite) :

2
U2 U ' U2
p '0 + ρ air = p A' + ρ air A = p A + ρ air (3)
2 2 2

En effet, on sait que la pression reste constante lorsqu'on traverse l'écoulement quasi unidirectionnel
dans la couche limite normalement à celui-ci, et on a donc p A = p A' . D'autre part, la vitesse en A' est
pratiquement égale à U si A ' est suffisamment en aval de S et si la section du tube de Pitot est faible
devant la taille du canal d'écoulement. Enfin, les pressions aux points O et O ' , infiniment voisins l'un

162
de l'autre et situés loin en amont de l'obstacle, ont la même valeur. On en déduit alors, en combinant
les équations (2) et (3) :

U2
∆p = p S − p A = ρ air (4)
2

La vitesse de l'écoulement découle donc de la mesure de la différence de pression ∆p . Cette


différence de pression peut être mesurée à l'aide d'un tube en U rempli d'eau ; on relie alors la
différence de pression ∆p à la différence de hauteur d'eau h par la relation : ∆p = ρ eau .g .h . On
obtient ainsi :
U2
ρ air = ρ eau .g.h (5)
2

11.3.2 Le capteur de pression

Le capteur de pression différentielle de type Validyne DP-103 est capable de détecter des pressions
différentielles comprises dans le domaine ± 0,56 cmH 2 O ( ± 56 Pa ), avec une précision de 0,25 %
pleine échelle et une sensibilité de 1,12.10 −3 cmH 2 O ( 1,12.10 −1 Pa ).
Diaphragme

Bobine 1
Bobine 2

Pièce en E

gap 2
gap 1 Prise de pression
Figure 3 : Capteur de pression

Il s'agit d'un capteur à réluctance variable dont le principe de fonctionnement est rappelé sur le schéma
ci-dessus. Il est constitué d'un diaphragme en acier inoxydable de perméabilité magnétique µ , serré
entre deux blocs d'acier inoxydable. Une pièce en ''E'' renfermant une bobine est encastrée dans chaque
bloc. Dans sa position non-fléchie, le diaphragme est centré avec un espace (gap) égal le séparant de la
surface de chaque pièce en ''E'', assurant des réluctances égales pour le flux magnétique de chaque
bobine.

Une différence de pression appliquée au sein du capteur (par les prises de pression) fait fléchir le
diaphragme dans le sens du gradient négatif de pression, faisant décroître le gap du côté de la basse
pression et le faisant croître de l'autre. Comme la réluctance magnétique varie avec le gap et détermine
la valeur de l'inductance de chaque bobine, la flexion du diaphragme fait décroître l'inductance d'une
bobine et croître celle de l'autre côté.

Ces inductances étant placées dans un pont de Wheatstone (en courant alternatif), leur variation
entraîne une variation de la tension de déséquilibre du pont, proportionnelle à la pression différentielle

163
mesurée par le capteur. En utilisant un démodulateur de type CD-15 en sortie du pont de Wheatstone,
on récupère un signal continu de ± 10 V . Un tel capteur est capable de mesurer aussi bien des
composantes continues qu'alternatives. Cependant, une dérive de l'électronique est possible, rendant
alors délicate la mesure d'une composante continue (un réglage régulier du zéro est nécessaire).

Le capteur est relié par de petits tubes souples à deux prises de pression situées dans la veine d'étude.

11.3.3 La jauge à fil résistant

Buts

Un corps soumis à des contraintes se déforme. Les jauges à fil résistant ont pour but essentiel la
mesure des déformations, les contraintes étant des grandeurs abstraites en général inaccessibles
directement à la mesure. Des théories, telle que la théorie de l'élasticité, relient les contraintes aux
déformations.

La jauge est alors un moyen indirect de mesure dans le domaine de "l'analyse des contraintes" (mais ce
n'est pas une "jauge de contrainte" comme on l'appelle quelque fois improprement).

La jauge peut également transformer en grandeur physique (force, pression, accélération ...) lorsqu'on
l'utilise sur une cellule appropriée : c'est le domaine des "capteurs".

Principe

Bridgman utilisait déjà ce principe en 1917 pour mesurer des pressions hydrostatiques. Les travaux du
Professeur Simmons de l'Institut Technologique de Californie (C.I.T.) et de Ruges de l'Institut
Technologique du Massachusetts (M.I.T.) aboutissaient dès 1937 à la réalisation de jauges dont la
forme est encore celle que l'on connaît de nos jours.

Cependant, ce n'est qu'au cours de la seconde guerre mondiale que l'exploitation des jauges a
réellement pris son essor aux Etats-Unis (dans les laboratoires de la construction aéronautique et
navale en particulier). Depuis, de très gros progrès techniques ont été réalisés, aussi bien en ce qui
concerne la jauge elle-même, que les appareils de mesure associés.

Ce principe de fonctionnement est le suivant : considérons un fil métallique cylindrique fin (son
diamètre sera de 25µm par exemple, pour donner un ordre de grandeur). Dans la suite du
développement, nous supposons les paramètres extérieurs constants, et en particulier la température.
On sait que la résistance électrique de ce fil conducteur est donnée par la relation :

l
R=ρ (6)
S

où R est la résistance du fil, l sa longueur, S sa section et ρ la résistivité.

Effectuons sur ce fil une traction ∆l petite (on ne dépassera pas la limite élastique), la résistance R
variera de ∆R. La dérivation logarithmique de la relation (6) s'écrit :

∆R ∆ρ ∆l ∆S
= + − (7)
R ρ l S

si l'on assimile les petites variations ∆ aux différentielles mathématiques δ.

164
Puisque nous restons dans le domaine élastique du fil, on peut écrire que :

∆S ∆r ∆l
=2 = −2ν (8)
S r l

si r est le rayon de la section et ν le coefficient de Poisson du fil.

Finalement, l'effet de traction sur le fil se traduit donc par la relation suivante :

∆R ∆ρ ∆l
= + (1 + 2ν ) (9)
R ρ l

Si l'on admet en première approximation que ρ reste constant au cours de la déformation et que ν est
voisin de 0,3, la formule devient :
∆R ∆l
= 1,6 (10)
R l

En fait, l'expérience montre que la relation (9) est de la forme :

∆R ∆l
=K (11)
R l

où K est généralement constant et voisin de 2.

Si l'on réussit maintenant à rendre ce fil de longueur l parfaitement solidaire de la surface d'un corps
(en prenant également la précaution de l'isoler électriquement si le corps est conducteur), la
déformation linéique subie par le corps suivant la longueur l sera transmise au fil. La mesure de la
variation relative de résistance ∆R/R permettra alors de déterminer cette déformation linéique ∆l/l
comme le montre la relation (11).

Aspect usuel d'une jauge - mise en œuvre

Une jauge est constituée d'un fil sensible solidaire d'un support mince en matière isolante. Elle est
mise en place sur la surface d'une structure par collage. Le schéma classique d'une jauge est représenté
sur la figure ci-après.

Comme le montre la figure, le fil est disposé de façon à former une "grille". Si a est la longueur d'une
branche de la grille et n le nombre de branches, on peut écrire :

n.a
R=ρ (12)
S

S étant la section du fil :


∆R ∆ρ ∆a ∆a
= + (1 + 2ν ) =K (13)
R ρ a a

165
La jauge étant collée sur la surface de la structure, la mesure de la variation relative de résistance ∆R/R
aux bornes de la jauge (à l'aide d'un pont de Wheatstone par exemple) permet donc de mesurer
directement la déformation relative ∆a/a de la structure.

b
Support

Fil sensible

Fil de connexion
Figure 4 : Jauge à fil résistant
Si σ est la contrainte appliquée à la structure, la loi de Hooke s'écrit alors :

Eε = σ (14)

où E est le module d'Young du matériau constituant la structure, et ε la déformation relative de la


structure soumise à la contrainte σ.

On a alors :
∆R ∆a
=K = Kε =Kσ /E (15)
R a

soit :
∆R
= K 'σ (16)
R

11.3.4 Le vélocimètre à fil ou à film chaud

Le vélocimètre à fil ou à film chaud est un dispositif permettant de mesurer la vitesse en un point
donné dans un fluide. Il peut être utilisé pour une large gamme de vitesses avec des fluctuations à très
hautes fréquences. La sonde est composée d'un fil ou d'un film mince placé sur un support mécanique
fixe. Cette sonde est introduite dans l'écoulement et le fil (ou film) qui constitue le capteur est chauffé
par un courant électrique à une température supérieure à celle du fluide (environ 220°C). L'écoulement
du fluide, de vitesse V, refroidit le capteur par convection (forcée), faisant varier la résistance du
capteur. Cette variation dépend de la puissance électrique dissipée sous forme de chaleur et de la
vitesse du fluide à mesurer.

A l'équilibre thermique, en admettant que le transfert de chaleur entre le capteur de température T et le


fluide de température Tfluide se fasse uniquement par convection, la relation entre la puissance
électrique Pj dissipée sur le capteur et la vitesse de l'écoulement V peut être écrite ainsi :

166
2
 E 
(
Pj = R(T ) × I = R(T )  c  = a + b V (T − T fluide )
2
) (17)
 R(T )

où R(T) est la résistance du capteur à la température T. La loi d'Ohm, I = Ec /R(T), relie l'intensité I du
courant traversant le capteur à la tension Ec aux bornes de ce capteur et à sa résistance R(T). Les
coefficients a et b sont des constantes empiriques pour une combinaison "capteur - fluide" ; elles
dépendent également de la température T du capteur et de celle du fluide Tfluide.

Cependant, les vélocimètres sont munis de plusieurs autres circuits pour amplifier la tension Ec et
améliorer la qualité du signal. Si la température du fluide Tfluide reste constante, on peut utiliser une
relation simple reliant directement la tension Ev mesurée à la sortie du vélocimètre à la vitesse V de
l'écoulement :
E v2 = A + BV n (18)

où A, B et n sont des constantes pour une combinaison "capteur - fluide" donnée (à Tfluide donnée).
Avant utilisation, il est donc indispensable d'effectuer l'étalonnage du capteur dans le même fluide et
la même gamme de vitesses pour déterminer les constantes A, B et n.

Il existe deux méthodes de mesure de la tension Ev utilisant des montages électroniques différents, en
particulier le vélocimètre à intensité constante et le vélocimètre à température constante :

- dans le vélocimètre à intensité constante, le courant I traversant le capteur placé sur le bras actif
d'un pont de Wheatstone est maintenu constant grâce à une grande résistance RG mise en série
avec la source de tension ST. La variation de la résistance R(T) du capteur due au refroidissement,
en fonction de la vitesse de l'écoulement V, déséquilibre le pont, produisant une tension entre les
bornes A et B. L'amplificateur de compensation AC amplifie cette tension et corrige le temps de
réponse. A la sortie de cet amplificateur, on obtient une tension Ev proportionnelle à la vitesse V de
l'écoulement. Cette tension peut être, soit lue directement sur un voltmètre, soit connectée à une
chaîne d'acquisition de données et enregistrée.

- dans le vélocimètre à température constante, la résistance du capteur R(T), donc sa température T,


est maintenue constante grâce à un circuit d'asservissement. La sonde se trouve dans le bras actif
d'un pont de Wheatstone. La variation de la résistance du capteur R(T) due au refroidissement, en
fonction de la vitesse de l'écoulement V, déséquilibre le pont. Le servo-amplificateur AS détecte
immédiatement la tension de déséquilibre entre les bornes A et B. Il fournit le courant nécessaire
pour réchauffer la sonde et maintenir le pont de Wheatstone en équilibre. La tension sur la sonde,
qui n'est autre que celle entre les bornes C et D, est proportionnelle à la vitesse de l'écoulement V.
Cette tension Ev peut être, soit lue directement sur un voltmètre, soit connectée à une chaîne
d'acquisition de données et enregistrée.

Sonde
A Amplificateur de Sonde
A
compensation
Servo-amplificateur

C D AC
C D AS
Résistance Ev
d’ajustement B Résistance
d’ajustement B

ST R G Ev

Figure 5 : Vélocimètre à intensité constante Figure 6 : Vélocimètre à température constante

167
Les montages à intensité constante nécessitent des circuits de compensation (amplificateur AC) très
compliqués, et ne conviennent pas aux mesures de vitesse avec des fluctuations à très hautes et très
basses fréquences. Le montage le plus couramment utilisé (notamment celui que vous utiliserez lors de
ce TP) est celui à température constante. Cette installation convient parfaitement aux mesures à haute
fréquence et permet de linéariser la relation entre la tension de sortie Ev et la vitesse V.

Les vélocimètres à fil ou à film chaud, qui ont un temps de réponse très court et qui, grâce à leur petite
taille, perturbent peu l'écoulement, conviennent particulièrement à la mesure des fluctuations de
vitesse.

Les capteurs sont réalisés à partir d'un matériau homogène et électriquement conducteur. En général,
on utilise des métaux ayant un coefficient élevé de variation de la résistance en fonction de la
température, tels que le tungstène ou le platine. Les sondes à fil chaud sont faites d'un fil de platine ou
de tungstène très fin (0,6 < φ < 10µm). Elles sont couramment utilisées pour les mesures dans les
écoulements de gaz, mais ne conviennent guère pour les mesures dans les liquides à cause de leur
extrême fragilité. De plus, des impuretés fibreuses se trouvant dans les liquides peuvent s'attacher au
fil et fausser les mesures. Il convient d'utiliser plutôt les sondes à film chaud qui diminuent les risques
de contamination de la sonde par diverses impuretés. Ces sondes sont formées d'un mince film de
platine déposé sur un support isolant, en céramique par exemple, et gainées de quartz.

Film de platine
Fil de platine recourvert de
0,6 < φ < 10 µm quartz

bague d'époxy

support

Figure 7 : Sonde à fil ou à film chaud

Les sondes à fil ou à film chaud ordinaires ne permettent pas de mesurer la vitesse vectorielle. Il existe
pour cela des sondes spéciales munies de plusieurs fils. Grâce à un arrangement géométrique
particulier de leurs fils, ces sondes permettent de mesurer les composantes de la vitesse (u, v, w) ainsi
r
que leurs fluctuations, et d'en déduire la vitesse vectorielle V .

168
12. Viscosité dans les fluides
Christophe BERNARD

12.1 Introduction

L'eau, l'huile, le miel coulent différemment : l'eau coule vite, mais avec des tourbillons (fluide de
faible viscosité) ; le miel coule lentement, mais de façon bien régulière (fluide de grande viscosité).

La viscosité est une grandeur qui exprime la capacité d’un corps à s’opposer au cisaillement. Mais on
parle surtout de la viscosité en parlant d’un fluide. Dans ce cas on dira que la viscosité exprime la
résistance d’un liquide à l’écoulement uniforme et sans turbulence lorsqu’il est soumis à une force
(ceci correspond en fait à un cisaillement d’une particule de fluide du fait de la différence de vitesse de
déplacement entre deux couches).

Dans un fluide réel, les forces de contact ne sont pas perpendiculaires aux éléments de surface sur
lesquelles elles s'exercent. La viscosité est due à ces frottements qui s'opposent au glissement des
couches fluides les unes sur les autres.

La connaissance de la viscosité est capitale. Que ce soit pour construire l’aile d’un avion (air), les
tubes d’écoulement d’une centrale Hydraulique (eau) ou encore d’un moteur d’automobile (huile),
l’ingénieur a besoin de connaître le comportement du fluide en question. Les phénomènes dus à la
viscosité des fluides ne se produisent que lorsque ces fluides sont en mouvement.

169
12.2 Notion de fluide

Un fluide est une substance déformable sans forme propre, qui change de forme sous l'action d'une
force externe qui lui est appliquée. Sa forme est conservée seulement si un corps solide limite le
domaine. Les liquides sont généralement considérés comme non compressibles (c'est le cas de l'eau) ;
ils conservent le même volume quelque soit leur forme : ils présentent une surface propre. Les gaz
tendent à occuper tout l'espace disponible : ils n'ont pas de surface propre ; ils sont compressibles.

• Ecoulement laminaire

Tous les vecteurs vitesse sont parallèles à un instant t. Si tous les vecteurs vitesse sont à la fois
parallèles et égaux, l'écoulement laminaire est uniforme.

• Ecoulement turbulent

Les vecteurs des vitesses instantanées sont inégaux (différents en direction, sens, intensité). Des
tourbillons se forment. La viscosité du fluide augmente : à la viscosité moléculaire µ s'ajoute une
viscosité de turbulence n.

• Fluide newtonien

Si un fluide, à température constante, a une viscosité qui reste constante quelque soit la valeur de la
contrainte appliquée, on dit que ce fluide est newtonien (exemple l’eau : quand on tourne une cuillère
dans un bol, la résistance à l'avancement ne change pas si on change la vitesse de rotation).

• Fluide non newtonien

La viscosité varie selon la contrainte appliquée. Par exemple, on remue du yogourt dans un pot : il
devient moins visqueux si on le bat rapidement (il se fluidifie). Une boue saturée d'eau diminue de
viscosité si elle reçoit une secousse : c'est le cas des glissements de terrain déclenchés par les séismes.
Les forces de liaison entre les particules sont modifiées ; ce phénomène de thixiotropie explique le
phénomène des sables mouvants.

Les fluides non newtoniens ont généralement une forte masse moléculaire, les molécules sont liées les
unes aux autres. Si ces liaisons sont brisées, la viscosité diminue et la déformation, ou le mouvement,
est facilitée. Si un fluide coule, ou se déforme, à partir d'un certain seuil de contrainte et garde ensuite
sa viscosité, on parle de comportement plastique.

12.3 Viscosité dynamique & Viscosité cinématique

12.3.1 Profil de vitesse

Pour formuler mathématiquement l'écoulement d'un fluide, on utilise la notion de fluide parfait, c'est à
dire qui ne présente pas de résistance à l'écoulement (sa viscosité est nulle). Un fluide réel présente le
phénomène de frottement sur les parois (effet de paroi) qui diminue la pression selon le sens de
l'écoulement.

Sous l'effet des forces d'interaction entre les molécules de fluide et des forces d'interaction entre les
molécules de fluide et celles de la paroi, chaque molécule de fluide ne s'écoule pas à la même vitesse.
On dit qu'il existe un profil de vitesse.

170
Si on représente par un vecteur, la vitesse de chaque particule située dans une section droite
perpendiculaire à l'écoulement d'ensemble, la courbe lieu des extrémités de ces vecteurs représente le
profil de vitesse.

vmax

z+∆z
v+∆v
z
v
v=0

Le mouvement du fluide peut être considéré comme résultant du glissement des couches de fluide les
unes sur les autres. La vitesse de chaque couche est une fonction de la distance z de cette courbe au
plan fixe :
v = v(z).

12.3.2 Viscosité dynamique

Considérons deux couches de fluide contiguës distantes de ∆z (dv). La force de frottement F


(également appelée force de viscosité) qui s'exerce à la surface de séparation de ces deux couches
s'oppose au glissement d'une couche sur l'autre. Elle est proportionnelle à la différence de vitesse des
couches soit ∆v (dv), à leur surface S et inversement proportionnelle à ∆z (dz) :

F = η S dv/dz

η, le coefficient de proportionnalité, est appelé coefficient de viscosité.

Unité : Dans le système international (SI), l'unité de viscosité dynamique est le Pascal seconde (Pa⋅s)
ou Poiseuille (Pl) : (Cf Annexe 1)
1 Pa.s = 1 Pl
1 Pa.s = 1N.s.m-2

Autres unités (non légales) :

On trouve encore des tables de valeurs numériques avec un coefficient de viscosité dans un ancien
système d'unités (CGS) : l'unité est le Poise (Po : g/cm.s) ; 1 Pl = 10 Po = 1 daPo = 103 cPo.

La viscosité de produits industriels (huiles en particulier) est exprimée au moyen d'unités empiriques :
degré ENGLER en Europe,
degré Redwood en Angleterre,
degré Saybolt aux USA.

12.3.3 Viscosité cinématique


Dans de nombreuses formules apparaît le rapport de la viscosité dynamique η et de la masse
volumique ρ. Ce rapport est appelé viscosité cinématique ν :

ν=η/ρ

Unité : Dans le système international (SI), l'unité de viscosité n'a pas de nom particulier : (m²/s).
Dans le système CGS (non légal), l'unité est le Stokes (St) : 1 m²/s = 104 St

171
12.3.4 Valeurs de la viscosité

Sans qu’il y ait de relation rigoureuse entre η et la température nous avons η=f(t°). La viscosité des
liquides diminue beaucoup lorsque la température augmente. Et contrairement à celle des liquides, la
viscosité des gaz augmente avec la température.

Ordre de grandeur ; influence de la température

Fluide η (Pa·s)
eau (0 °C) 1,787·10–3
eau (20 °C) 1,002·10–3
eau (100 °C) 0,2818·10–3
huile d'olive (20 °C) ≈ 100·10–3
glycérol (20 °C) ≈ 1000·10–3
H2 (20 °C) 0,86·10–5
O2(20 °C) 1,95·10–5

12.4 Mesures de viscosité

12.4.1 Viscosimètre d'Ostwald

On mesure la durée d'écoulement t d'un


volume de liquide à travers un tube capillaire.
Le tout est plongé dans un bain thermostatique.

On montre que la viscosité cinématique ν est


proportionnelle à la durée t. Si on connaît la
constante de l'appareil (K) fournie par le
constructeur : ν = K·t

Si on ne connaît pas cette constante, on la


détermine préalablement à l'aide de l'eau dont
on connaît le coefficient de viscosité
dynamique η = 1.002 10 −3 Pl à 20°C. .

172
12.4.2 Viscosimètre à chute de bille

Ce viscosimètre est utilisé pour la


détermination de la viscosité des liquides
«newtoniens » transparents et des gaz.

Une bille sphérique tombe lentement dans un


tube bien calibré renfermant le liquide
visqueux. On mesure la durée t que met la bille
pour parcourir une certaine distance. On
montre que la viscosité dynamique η est
proportionnelle à la durée t : η = K·t

Le viscosimètre à chute de bille est utilisé


principalement pour la mesure de substances
de faible viscosité, par exemple :
- solvants, encres pour l’industrie chimique.
- glycérines, matières premières pour
l’industrie pharmaceutique.
- gélatines, moût de bière pour l’industrie
alimentaire.
- huiles, hydrocarbures liquides pour
l’industrie pétrolière.

12.4.3 Viscosimètres rotatifs

Contrairement aux deux méthodes précédentes, le calcul de la viscosité n’est plus basé sur un
déplacement linéaire mais angulaire.

Viscosimètre rotatif ou viscosimètre de Couette

Un cylindre plein (A) tourne à vitesse constante dans un liquide


contenu dans un récipient cylindrique (B) ; celui-ci, mobile autour de A
son axe de révolution, est entraîné par le liquide. Un ressort, exerçant
un couple de torsion après avoir tourné d'un angle α, retient (B) en
équilibre.
B
On montre que la viscosité dynamique η est proportionnelle à l'angle
α: η = K·α α

173
Viscosimètre rotatif ou viscosimètre à mobile tournant

Ce type de viscosimètre est basé sur la résistance à la torsion qu’offre un liquide à la rotation d’une
tige, d’un cylindre ou d’un disque de caractéristiques connues, submergée dans ce liquide. L’élément
giratoire est accouplé à un ressort moteur qui tourne à une vitesse déterminée. L’angle de déviation qui
est mesuré électroniquement, donne la mesure de la force de torsion. Les calculs effectués par
l’appareil à partir de la force de torsion, de la vitesse de l’axe et de ses caractéristiques donnent une
lecture directe de la viscosité. Ce procédé est utilisé pour déterminer la viscosité de liquides
newtoniens et non Newtonien.

12.5 But et déroulement du TP

Le but de ce TP consiste à déterminer la viscosité de différents fluides sur une plage de température
déterminée afin d’avoir une approche pratique de l’évolution de la viscosité selon la température. Ces
déterminations se feront à l’aide d’un viscosimètre à chute de bille HAAKE couplé à un
cryothermostat (-30-100 °C) (cf. manuel d’utilisation).

Déroulement

1 – Notion de viscosité (lecture du support).

2 – Approche sur les différents appareillages de mesure.

3 – Réalisations d’essai(s) : Viscosimètre à chute de bille (cf. notice jointe).

• Mise en place de l’échantillon à étudier conformément à la procédure décrite dans la notice.


• Choix de la bille et de la plage de température de l’étude à l’aide de la méthode de Orrick et
Erbar.
• Mise en place de l’essai.
• Détermination de la masse volumique du liquide étudié.
• Réalisation des essais conformément à la procédure décrite dans la notice.
• Analyse des résultats : extrapolation de la courbe expérimentale selon la relation d’Andrade et
comparaison avec la courbe théorique.
4 – Synthèse et rendu.

174
Annexe 1

Jean Louis POISEUILLE était un physicien et un médecin français. Il est né à PARIS en 1779
et décédé en 1869. L’examen du pouls a été longtemps un des grands moyens de diagnostic.
L’hénanomètre, manomètre à mercure, fut inventé par ce médecin et physicien français, pour mesurer
la tension (nommée pression par les physiologistes) artérielle, en 1819. Ses différents mémoires
portaient sur le cœur et la circulation sanguine dans le cœur et les artères. Son travail était de faire des
séries d’expériences très précises dont le sujet, qui lui a été suggéré par l’étude de la circulation
sanguine, permis d’établir en 1884 les lois de l’écoulement laminaire des fluides visqueux dans les
tuyaux cylindriques. Il établit la loi qui porte son nom et qui conduit à la notion du frottement intérieur
c’est à dire la détermination du coefficient de viscosité. Il introduit l’instrumentation physique
participant ainsi à la création de la physiologie physique. Ses expériences lui permettent d’établir la loi
régissant l’écoulement laminaire des fluides visqueux dans les tuyaux cylindriques qui s’appelle la loi
de POISEUILLE.

175
   
  


 
   
   
          
  


    
 
        
       

    
  
         
  

 
     
 

! " # 
  $  % &
     "  %  ' (")
          
   
     
   "

 * 

    

+        
   ' 
   #   
,    
 %  %  ' + #       
   % 
,  # 
    -        ,        '
.    %  &   
 " #
 
   &  )

          
   %   %   ' (
/    &  %
                
     %  & 

   , "     
  '
  
 
     
 

(        0


 "          $)
/     % "  
   $   %   %    
    ' (   
     
 



   

        
       ,  Æ .  
        

   1     -    %    $    
  
  0
    
  
2
       &   % 
  % 
 
   %  #  3       &  '


 


4   "   
  00 5   "   % ' 2  

 
%       
 ' (     "  "   
6 7' ( $   %  "   %  
      

 

(             & "8 "#8   )

    9  7 
 ' ("   %       
  
        
'
 

   )7 :6 9#;)6 
   6 9
(   -     &     )6 
  )6 07
 

   90:#;076
   )6
(   -     &     006
  96
<
 
    &         
 )6  *
 )6 96 66
   &    6 9 )6
  ,  &  6  *9
  , 7 &  )6  96
  % &  ''' 6 96
&     )6 9 66
&     6 6 )*
&  
 )6 6 )
. )6 7 996
= ) 9 *7
! ) 0 66
 )* 766
 ) 96
 )6 *> 6
   )6  *6
 )6  006
    .  &     -   
   % 
     &  &  #
  #     

  


  

2  
    
   
         

? 
      

   ' +              .  ' ( & & 
    / 9'
60

50

40
viscosite (mPa.s)

30

20

10

0
-10 0 10 20 30 40 50 60 70 80
T ( C)
4.5

4
ln(viscosite) (mPa.s)

3.5

2.5

1.5
0.003 0.0031 0.0032 0.0033 0.0034 0.0035 0.0036 0.0037 0.0038
1/T (K-1)

 9  @   &               


&
   
       

   
 
  
     
   
 
  
                         
 
                           
 
                                  
 
   
                             

  
 
     
     !                         
   
  
!
                     

   
" 
    !                     
"  
!  #
                      $
" %


 

                      $
" & 
! 
    
  '               (

  
      !
" #   $  % !
) 
! 
 *
      

  +    

&     
( # !

  ! 

 +
         
( !                               

! '    
,  -                               
, 
     .
                           
   
 (    
 


 
       
 
-!
Ü -   ! 


 /    
 0

  /    / 

)   *++,'   



 
 
1$"$ 2#
3 ,, ( 4,5 $ ,(1 6+ ,, ( 4,5 $ ,(1)
7!  # 8988 
& /  

'   :      
 
;
 1
 
 <
=
! < 6  > ?   !
 
3 < !! /   /   

 
   ! 

 
   

 
 


   / / ?@=A
!
 ' !/ 

  !
 7 

  1
!
 
    !
    

B    
       #
 /
  
 



   * 
 
  #/      
- 
 
  /
 -. /           
      $       0 & -  


;
  <
 #      1  $  2 3
     .   
     
      
 ) (     
      $   
4
     0     $   4
   .         4

  $  0          .
          5    4
     .0
 6             7
  
           $  0
 8     (  $  1 94
           0  

  $  1         4
 0 8     $ *++,'   : $
     $    0
     $   7 
   0
   ;   :    . 7
      $   $  <  
. 2=0 > 79 7     
  
$        ?  0
         .  7  4
   *++,'0 @  .  :  .     
 0 ) 1          
     2
B    <
C 7   
: 
    
    

C &  
   
  *  
C &   !

  
 
   
C =
   -  /
     
   



 "
  
  
 

 
  
   * 
      

  
  

 
     
   * 
    4  

  -! 
 

;
 * !
5
 
 
&     
 
*        !-
    <
B!   

,,1$),    !-
 ;
 *

),,1,) D    41"5 * 
,
),,1,,   # +
),,1,,   #
),,1,(     
),,1,  
 


),,1,    


),,1,, /   !

),,1,,$ D
 
    
),,1,," D
    !-
   
,,1,     4 * #
 ,5
,,1$)    


 
   
 
  
 !
  + 
  
   

 
;
 !1
  
! 
 


#  
%  
  !    
 
 E+        ! 


$ "
!   !!
     !
&    !-
 F27 !    
   / 
 
 G1

  &   
 
 
! !        
! 
  
  
  & 


  !
       #

  /    
  ! -!
  
 
  
!1
  
!  #
 & 

 
*   !! 

   

 ! /  
 
 
 
  
 
 <  !   
  4 5
H!/ <       4 
 5
    !-
 
*
+ 
-  /
  !
 

%A@ ,) 
!  %B  ,

   
  
!

&     



  !   45 /  
    45 
 ! 
 + !/ 4 
>5 4 * 6  5  * !
  / 
   ,, !! 
/  !

 
   !
4  !/
!    !
  

  ! 1 
    

  C   

>5 &
  ! 

  
 +
    /


 ! 45
  
  ;
 !    /  
!

I
&
  ! 
   
 
  
 /  + 
   Æ
  
  
     
&
  ! 

 +
  
 
  ! -  
/  E   :   
  
   *      
   

 &
  ! 
*!  #/ I
  +
  #  45 4 * 6  5 &   +   #  ! 
    

 

     # + !; #  # !
  
      !   /  
  
!
     
   / 
!
 
! E &    !-
 
!

!

  !; #  



 * !
 E! & 
 
;

!     !       4"5 
     !   
4$5 &
#! !-
 * !

 #  !

I   

!


%  
" 
    !
00 # A     
&    !-
 
;

  
!
     *  #

 

!
 
 Æ   Æ   
 
  
  /   
!! F27 JK  J6K
& #


  !   ! 
   
  !  

!
  #
 
 !!   !
&
!
    #! 45 
 
  !
;


!
    
    Æ    
!
 
 , 
),

& #! 
!
 45 

   

00 #7
    7  
3 
  
     !-
 


   /  
 
4
  !:   
  # 5 
;
 - # 
 
=  !      
   
  ! 45 D/ ,
!!       
 4 * 6  5 &   45 
    


   # + 45 
E !
   +
!
 
 &  / 



    D
 1      45 & #
  

 

     

/  ! E  
0
:   
*   !    *  
   #
  
 E !  # !  
   #


  * !
 
!
 @      
!-
!

    !-
     * 
    



00 #7;    
& 
   

"   / 
  

  

!-
  + !
*      

B! >  


-  
  !-
  

  ! 
  2 4 +5   1
4
 5   
 
 


45  !1
! 
4 5
),,1,,,     
   : 
:) ,:, ,:,,$ ,:"1,
),,1,,,     
   : 
:" ,:, ,:,( $1,
),,1,,,    *1 8 ): 
:" ,:, ,:,( ,1$,,
),,1,,,    *1 8 ): 
: ,: ,:$ ,,1),,
),,1,,,"    L1B  , $:$1): 
:, ,: : ),,1
,,,,
),,1,,,$ "   L1B  , $:$1): 
:,   ",,,1
$,,,
&    
 
   
<

B! >  


-  
  !-
  

  ! 
  2 4 +5   1
4
 5   
 
 


45  !1
! 
4 5
),,1,,,( M    
   : 
:( ,:, 1 '
&     
  
+  E 
  ! %B
, 
%A@ ,)
* :  
;
    
    !
    E
      !!      
 
 +!    /
   
 *
 
!
 
!   
 ! 1



!
    :
 
+   0
  !;!

!   
  !:   
        
 

!-
 & *
 !   
   
   ! -
   N    

  ! -   E 
 !  !
 
 

"  
!  #

&
 +
  
      Æ E  

 

     7 
 

:    
     

!
&
! !           !/    !/ > 
!
    # !-
 @ !!   ! 
!  / +
!

*      


    !/  /
.
 
 
 !!      
 4
   +5 @ ;
 
 !
 
!  / +
!
 *      


  
 !/ > / :   :
.
   
 !!      

A  
   
  >  >      
!  ! 

      / 
-  /+: 
  
! ! /

;
    !

7 
 

  
Æ :    
     
    % 

*  
  
 !   *  4
  
 * 5 E
    !
   !   
! 
   !
&
!  #
  
     
     !
4D/ O   
5 A   #
 
  !

!  

       !:

!    



#         
         
 
      

& /  
    /     !:  
 !
!1
   
 +
!
 *      B   !!    
 
  /
     
   
 + !/ 

> !! 
 -   ! 

!    !
 
!

" $


 


&   
  ! /  4  5 
    
 
 <

  
 

P <
>   ? 
!+ ! 4O5  ! %B ,  ! %A@ ,)
 :,  
:: ,:  
 ,:$ : 
" :  

  C       


     

   
      

Q 

       
 4   1
!
 
E 
 !  5
 Q  
     
 4   !
 1

E 
 !  5
 Q  
   /   
    
!

  

Q
!  #
   

   &   
  ! /  
    4 5 

;


   
!
   #
 
@ 
     
  ! /      
 !
/   

 
 <

 

P
 Q   
 !
/    4 
    5
 Q   
  ! /   
Q  
   /  

    
   

:  
-  
 
;


  <

00  
 
-     J   :  
!
K A   
  
!  + 

   
 
/:  



        

    !    
 *  +  /   
 
Ü B
 < A  
       !-
 0

   !;!  /  G
 :   
/ 1


       

Ü A   /  
  
1 G
 :   0

    
 

   !    01

  +      /  1 G
  1
!


 /!
 !  ! 
!
 
 /       
+ 
 & 

  


 
/

* 
 
      
     
        /  R
@ 

  !-
!
  /  1 G
     
   !-
 

 F27 ?%A@37A37H  H@3@?%A@

00 ';   


A 
    , O
 
      :

 
    
:)

 

     ,:,( 4 
5

!  #
 " 
3!
  !  Æ 
&   
   


Æ        
     
   
 :   
   / 

 
 &
1


 

 
;
 * 
  
 
 *
 / 

 
  
 :     
 :  *
 


    
  

" % 
! 
    
  &
& 
! 
    
  ' 
      M  
 
  !
;
 *!     #   1

#      D
  
Ü 
  !:    
 ' 
;
   

 
 @
*    N+    '  
   
*      



    7 
: 

!   #
  ' 
*!     D
 
     
!
  
&       
  ' 
    !      

    Æ  4  
  5 <


  


 

P <
 Q   
  '  
!
 3

Q
!  #
        '  
!
 3
 Q
!  #
          
!
  Æ 

& ' (     


 &
 
 !


  
 
  

 

 &  /   #
   
 4  
#    : 
5

;
        
 

   


      

!
   

 - :   
      
 /
!  E!   /  /    S     

Ü % 

- ! 

/ 
 
    
 
 

 -!
       
M

) *   +
 
& 
 
/     !-
 
 E   -  /1

 F27 
+
 &  !
    !
+
! %B , 
%A@ ,)   
 /  

    
  
;
 !  

 E 
&  
  
!

;
 *
  ! 
 N   1
 

 

    
!
 !!     1
    -   
 7 
!
     !
 

     !-
           /
 %A@ (,,,
& 
  

 
;

      
/
 & 1
 
+ 
 N  
  
   /  !  1
!      

  !
&  
 F27  
 
;
 !   

  
1
!
<
B! 3  4 5  
 , 
,)1, 7$  
,)1, 7,, , :
,)1, 7,,, (,, 
,)1," 7",,, ",,, :"
,)1" 7,,, ,,, "
    
    !-
: 
 !!   N  
 
   7   
 <
B! 3  4 5  
 , 
,)1, ,, >L ,, :
,)1, ,,, L ,,, 
,)1, ,,,, > ,,,, :"
& N    

;
 
8     -   ! 


;
 
    
  !  -  
 + 
 & !1


   ! 
 #/ 
  / 
 
   
!
J71A673T 3 AF773K % 
 !       

   !
 

  
 

 
 ! 

 % *
!
!

  
!
   
/
   
  
!
 N    

Ü  $     /   . B $4
 %  
         

 
% *
!  
#! !-
   U !
/ !
  


 
!
         

"0!0 ';  C       


Q  

     
 
 Q :"     
   /  
 
 Q :$
  
    
 Q ,:)
  
   /  
 
Q $:$  !   
!  #

      : 
  <
  
    


    
  
@ 

   !;!       
! 
 


 
  

' 
! 
 (
      

 )
*
& *
    
;
 
!    
     
     
  0
  
   /  & 
J 
  K + !    *
    !   
 

 

/
:     !     
:  U
 !
   *
 

!  #
   
        
   
, 

+ # !

  !


 *
 
       

 + 
      )
   
  
,
 H
    $ 
(
 #  
 +
  
"   #  
  ! 
 
 ( 
 D
$

+ !
$ ?  
 +
  :  D

)

   $ 
(  !   

  
,
     %   

     
)  
  !    D
$
     $ 
(
( 

    + :    


!+ !!       ! !

,  
  
,  !1
- /   
  

 8    
  
   !/"4/! 0 D  $
$ (    ;  
1   ;  0
 A  !+ !!     ? E /
 
  
 +
  

  +
 

        ) 



 
  ,,1,

- .  !


,  -  
, 
     .

& 6   /  !
 /  

      .
  
     !-


  #
 
 +
 
    
 +
 #! 
!
  

      
$   *  "   #  *!

) D
$ D

  #

(     )
 

 # ,
    

  C        
  C 
    

   # + 4  5
   
  !
 D      0     : 
M
    0
 !-


  C     

Vous aimerez peut-être aussi