Vous êtes sur la page 1sur 3

Le traitement comptable des succursales

LE TRAITEMENT COMPTABLE DES SUCCURSALES

I Aspect juridique des succursales

La succursale est un établissement commercial ou industriel ou de prestation de services,


appartenant à une société ou à une personne physique dotée d’une certaine autonomie de
gestion. Elle n’a pas de personnalité juridique autonome, distincte de celle de la société ou de la
personne physique propriétaire. Les droits et obligation qui naissent à l’occasion de son activité
ou qui résultent de son existence sont compris dans le patrimoine de la société ou de la
personne physique propriétaire.

La succursale peut être l’établissement d’une société ou d’une personne physique étrangère. La
succursale est immatriculée au registre du commerce et du crédit mobilier conformément aux
dispositions organisant ce registre.

Par ailleurs, une succursale ne doit pas être confondue avec une filiale. En effet, une filiale
d’une société mère constitue comme la société mère elle-même une entité juridique distincte.

II Aspect fiscal des résultats des succursales

Sont réputés réalisés dans chaque Etat, les bénéfices provenant des entreprises exploitées dans
cet Etat autrement dit le bénéfice réalisé au Burkina-Faso par une succursale ivoirienne n’est
pas imposable en côte d’ivoire. Mais il est imposable au Burkina-Faso au tarif en vigueur dans
ce pays. De même les déficits fiscaux dégagés par la succursale d’une société ivoirienne au
Burkina-Faso ne sont pas déductibles en Côte d’Ivoire. Ils devront faire l’objet d’une
réintégration extra-comptable lors de la détermination du résultat fiscal.

III L’organisation comptable des succursales

Une structure qui dispose de deux ou de plusieurs établissements peut tenir une comptabilité
de ses établissements soit de façon intégrée ou autonome.

Dans le premier cas, l’entité principale s’organise de telle sorte que la comptabilité de ses
établissements soit traitée de façon intégrée au siège.

Dans le deuxième cas, chaque établissement jouissant d’une autonomie administrative,


comptable et financière, peut tenir sa propre comptabilité, le siège tenant la sienne de son
coté.

L’autonomie comptable permet à chaque établissement d’établir sa situation et un compte de


résultat avant l’intégration de ces derniers dans la comptabilité de l’entité principale. Cette

2
Animateur : Franck AGUIE 40311564/60058595
Le traitement comptable des succursales

opération d’intégration est appelée contraction comptable. Elle est différente de la


consolidation ou de la combinaison des comptes car elle ne concerne que des entités non
autonomes juridiquement.

IV COMPTABILISATION

1) Cas d’une comptabilité autonome par établissement

Chaque établissement organisera sa propre comptabilité qui sera articulée à celle du siège au
moyen de compte de liaison. Le SYCOHADA a prévu deux comptes de liaison : les comptes 184
et 185.

Le compte 184 « comptes permanents bloqués des établissements et succursales » est utilisé


lorsque l’autonomie accordée à al succursale est totale. Il s’agit d’un compte qui débité au siège
du montant des fonds mis à la disposition de la succursale et des biens acquis par le siège pour
le compte de chacun de ses établissements. Ce même compte sera crédité au niveau de chaque
succursale.

Le compte 185 «comptes permanents bloqués des établissements et succursales » fonctionne


comme un compte courant qui enregistre toutes les opérations réalisées entre le siège et les
établissements. Le compte sert à enregistrer par exemple :

- Les achats ou dépenses faits par le siège pour le compte de la succursale ;


- Les transferts de fonds entre le siège et la succursale ;
- La contrepartie des transferts de biens ou services entre le siège et sa succursale.

Le même compte est utilisé au siège et au sein de chaque établissement autonome et ce en


sens inverse.

Egalement les cessions entre les établissements sont traitées soit en comptabilité générale, soit
en comptabilité analytique, en fonction de l’organisation mise en place au sein de la société et
en fonction de la règle établie par la direction. Ainsi le SYCOAHADA a prévu l’utilisation de
comptes

 186 intitulé « compte liaison charges »


 187 intitulés « compte de liaison produits »

Les terminaisons 6 et 7 de ces comptes permettront de classer les opérations de cessions entre
établissements, selon la nature qu’elles revêtent pour chaque établissement.

2) Détermination du résultat et la présentation de la situation de chaque


établissement

2
Animateur : Franck AGUIE 40311564/60058595
Le traitement comptable des succursales

Après les travaux de fin d’exercice au niveau de chaque établissement, les dirigeants peuvent
établir la situation comptable de l’établissement et déterminer le résultat à partir de divers
comptes de charges et de produits et des comptes 186 et 187.

Il appartient au siège de l’entité juridique de procéder à la clôture de chaque période


comptable à la réincorporation des comptes des établissements à la comptabilité du siège.

APPLICATION

Exercice 1

La société Anonyme SOUMAN implantée à Abidjan crée une succursale à Dakar au Sénégal. La
succursale lors de sa création a acquis à Dakar un micro ordinateur de 1 200 000 et du matériel
de bureau pour 2 800 000. Les biens ont été livrés et une semaine plus tard, le siège expédie un
chèque de 10 000 000FCFA à sa succursale à présenter à la Bank of Africa à Dakar où un compte
à été ouvert au nom de la SA SOUMAN.

Exercice 2

La SA SOUMAN situé à Abidjan dispose d’une succursale à Korhogo. Cette dernière à fait une
demande d’avance de fonds au siège à Abidjan de 6 000 000FCFA. Le 01/04/N, le siège lui
envoie un chèque du montant indiqué.

2
Animateur : Franck AGUIE 40311564/60058595

Vous aimerez peut-être aussi