Vous êtes sur la page 1sur 87

 

  Stage 2006 

 
 
 
 
 
 
RAPPORT DE STAGE DE AVRIL/JUIN 2006 
DUT Génie Electrique et Informatique Industrielle 
  
 
 

 
 
  Schneider Electric France 
  Direction Commerciale France 
 
  Centre Services et Solutions Industrie OUEST 
 
 
 
 
 
Réalisation d'une maquette de présentation 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Par Damien LE GALLO 
 
 
 
 

Damien LE GALLO    1 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
SUJET : 
 
 
Réalisation d'une maquette de présentation des offres d'accès 
distants SCHNEIDER ELECTRIC (avec automate, réseau 
Ethernet, serveur RAS) 
 
 
 
 
Maître de Stage : Nicolas DELLIERE   
nicolas.delliere@fr.schneider­electric.com 
 
Tuteur IUT :  Nozar RAFII     
Nozar.Rafii@univ­nantes.fr 

Damien LE GALLO    2 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 

 
 
 
 
 
 
 
 
 

Damien LE GALLO    3 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 

REMERCIEMENTS 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Je tiens à remercier M. Pierre­Jacques TOUBLANT, responsable du service Solution Service 
Industrie Ouest, qui m’a permis d’intégrer Schneider Electric, et son équipe très sympathique et 
agréable. 
 
Je souhaite également remercier M. Nicolas DELLIERE, chargé d’étude, pour son 
aide dans la réalisation de la maquette. Aide tant technique que matérielle. 
 
Je remercie aussi Mme Sophie LESUEUR du CPI de Metz pour son assistance 
technique lors de la configuration de la maquette. 
 
Pour finir, je tiens à remercier toute l’équipe du service Solution Service Industrie de 
Nantes, pour toute l’aide qu’elle a pu m’apporter et son accueil. 

Damien LE GALLO    4 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 

SOMMAIRE 
 
A.  INTRODUCTION                Page 7 
 
B.  L’ENTREPRISE SCHNEIDER ELECTRIC 
I)  L’historique               Page 8 
II)  L’organisation de Schneider Electric, du Président au Service SSI Ouest  
1.  Organisation générale            Page 9  
2.  Organisation nationale           Page 10 
3.  Centre SSI Ouest            Page 11 
III)  Schneider Electric en quelques chiffres (année 2005)    Page 13 
IV)  Les activités et les marchés de Schneider Electric   
1.  Les marchés              Page 14 
2.  Les activités              Page 15 
a.  La haute tension 
b.  La basse tension 
c.  Les automatismes programmables 
i.  Contrôle industriel 
ii.  Automatisme programmable 
d.  Les services 
3.  Les marques              Page 16 
 
C.  LE PROJET 
I)  L’objectif                Page 17 
II)  L’architecture              Page 17 
III)  Rappel sur l’Ethernet            Page 18 
IV)  L’analyse du sujet              Page 19 
V)  Analyse et configuration du serveur RAS        
1.  Analyse du serveur RAS_2000         Page 20 
2.  Configuration du serveur RAS         Page 20 
VI)  Analyse et configuration de l’îlot d’entrées/sorties déportées Advantys et 
de son logiciel 
1.  L’îlot Advantys             Page 24 
a.  Qu’est­ce qu’un îlot Advantys 
b.  L’îlot logique 
c.  L’îlot physique 
2.  Le logiciel Advantys            Page 24 
3.  Configuration de l’îlot logique         Page 25 
4.  Configuration de l’îlot physique        Page 27 
5.  Premier problème rencontré          Page 28 
6.  Solution apportée au premier problème      Page 28 
7.  Second problème rencontré 
8.  Solution apportée au second problème      Page 28 
VII)  Analyse et configuration de l’automate API_1 et du logiciel Unity Pro 
1.  Le logiciel Unity Pro            Page 29 
2.  Configuration de l’automate API_1 pour la maquette   
a.  La configuration de l’I/O Scanning      Page 30 
b.  La configuration du Global Data        Page 35 

Damien LE GALLO    5 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
VIII)  Configuration de la passerelle Uni­Telway 
1.  Configuration du serveur RAS         Page 38 
2.  Connexion via Unity Pro          Page 40 
3.  Problème rencontré            Page 42 
4.  Solution apportée            Page 42 
IX)  Réalisation du programme de démonstration 
1.  Présentation du processus          Page 43 
2.  Répartition des fonctions sur les automates de la maquette  
Page 44 
3.  Présentation des fonctions sous forme d’organigramme ou de Grafcet  
a.  La fonction « GESTION GLOBALE » du fonctionnement  
Page 44 
b.  La fonction « TRANSFERT »        Page 45 
c.  La fonction « REMPLISSAGE »        Page 46 
d.  La fonction « VISSAGE »          Page 47 
4.  Les programmes développés 
a.  Programmes et correspondance des Entrées/Sorties de l’API_1  
Page 48 
b.  Ecran d’exploitation développé        Page 53 
c.  Programme et correspondance de Entrées/Sorties de l’API_2 
Page 54 
5.  Problèmes rencontrés            Page 58 
6.  Solutions apportées            Page 58 
X)  Configuration des Réseaux Locaux Virtuels (VLAN)    
1.  Rappel sur les VLANs            Page 59 
2.  Explication de la configuration imaginée      Page 60 
3.  Présentation et résolution du problème rencontré lors de la 
configuration              Page 60 
XI)  Les essais de validation du fonctionnement de la maquette 
1.  La création d’une connexion          Page 63 
2.  Accès au serveur Web de l’API_1        Page 66 
3.  Rapatriement d’un programme automate vers le PC  Page 68 
4.  Connexion au serveur Web de l’îlot Advantys    Page 70 
 
D.  CONCLUSION                Page 71 
 
E.  LES ANNEXES 
I)  Schéma électrique de la maquette         Page 72 
II)  Liste du matériel              Page 73 
III)  Schémas d’implantation de la maquette        Page 74 
IV)  Connexions et attributions de ports des switchs      Page 76 
V)  Correspondance des adresse IP et adresse X­WAY    Page 76 
VI)  Information sur l’I/O Scanning          Page 77 
VII)  Information sur le Global Data          Page 79 
VIII)  Information sur l’adressage Uni­Telway       Page 81 
IX)  Organisation du travail et Planning du stage 
1.  Organisation du travail           Page 82 
2.  Planning du stage            Page 83 
               
F.  LE GLOSSAIRE                Page 85 

Damien LE GALLO    6 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
A.  INTRODUCTION  
 
Dans le cadre de mon stage de fin d’études de DUT Génie Electrique et Informatique 
Industrielle en option Réseaux Locaux Industriels de l’IUT de Nantes, j’ai participé à la 
réalisation d’une maquette d’offre d’accès distants au sein de l’agence de Nantes de Schneider 
Electric . 
 
Le but de ces dix semaines de stage était de réaliser une maquette de présentation des 
offres d’accès distants Schneider Electric (avec automates, réseau Ethernet, serveur RAS). La 
réalisation de cette maquette n’était qu’une partie du projet. En effet, ce dernier comportait 
deux parties conséquentes qui était la réalisation de la maquette, et la rédaction d’un 
document de présentation des configurations. 
 
Durant la réalisation de cette maquette, j’ai pu mettre en place différents services de 
communications (réseau Ethernet, réseau Uni­Telway, service I/O Scanning, service Global 
Data) ainsi que tester des matériels nouveaux pour moi, tels que le serveur RAS et l’îlot 
d’entrées/sorties déportées Advantys. J’ai entièrement réalisée cette maquette avec le matériel 
qui m’a été fourni. C’est­à­dire que j’ai réalisé le câblage électrique et le câblage réseau. 
 
Je vous présenterai donc dans une première partie, l’entreprise qui m’a accueillie et 
aidée, Schneider Electric, puis le travail que j’ai réalisé. Pour finir, nous aurons un bilan de ce 
projet. 
 

Damien LE GALLO    7 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
B.  L’ENTREPRISE SCHNEIDER ELECTRIC 
 
Schneider Electric est un groupe mondial dont l'activité porte sur deux domaines, 
qui sont la distribution électrique et l'automatisme industriel. Les innovations initiées 
par la Recherche & Développement suivent les grandes orientations stratégiques du 
groupe : optimiser la facilité de mise en œuvre et d’exploitation, la sécurité, la flexibilité 
et la capacité d’évolution des produits et services. 
 
I.  L’historique 
1838 : Création de  1902 :  Création  de  Mac 
Schneider & Cie  Bride  Manufacturing  1924 : Création de Télémécanique 
(devient Square D en 1971) 
1968 : Création de Modicon 

1836 : Les frères Schneider 
reprennent des mines, des 
forges et des fonderies au  Fin  du  XIXème  siècle : 
Schneider est présent dans 
Creusot 
le domaine de l’électricité 

1920 : Création de Merlin Gerin 

1966 : Schneider devient une société anonyme 

1975 : Merlin Gerin entre dans le Groupe Schneider 

1981 :  Développement  du 


domaine de l’énergie électrique 

1988 :  Télémécanique  intègre 


le Groupe Schneider 
1991 : Square D rejoint le Groupe 
1994 : Le Groupe Schneider devient Schneider SA 
1996 :  Modicon 
2002 : Schneider Electric devient Schneider SAS  devient  une 
marque Schneider 

1999 : Schneider acquiert Lexel 
et devient Schneider Electric 

2000 :  Accélération  par 


acquisitions élargissant l’offre 

2001 : Offre Public d’Echange Schneider sur 
Legrand, mais abandon du projet de fusion 
suite au veto de la commission de Bruxelles 

Damien LE GALLO    8 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
 
II.  L’organisation de Schneider Electric, du Président au Service SSI Ouest 
1.  Organisation générale 
 
 
 
Organisation Schneider Electric 
Président du Directoire 
 
Jean­Pascal TRICOIRE 

Déploiement Stratégique 
Eric PILAUD 

Finances & Contrôle de  Ressources Humaines & 
gestion ­ Juridique  Communication  
Pierre BOUCHUT  Jean­François PILLIARD 

Programme d’Entreprise  Qualité 
Alejandro SOLIS    Serge GOLDENBERG 

Plate­formes de croissance 
Directions Centrales  Directions Opérationnelles 

Clients & Marchés  Direction Opérationnelle  Alimentation Electrique 


Michel CROCHON  Amérique du Nord  sécurisée 
Dave PETRATIS  Claude GRAFF 

Produits & Technologies  Direction Opérationnelle 
Automatismes et Sécurité 
Alain MARBACH  Europe 
des bâtiments 
Christian WIEST 
Arne FRANK 
Globalisation & Industrie  Direction Opérationnelle 
Hal GRANT  Internationale & Ibérique 
Julio RODRIGUEZ 

Services  Direction Opérationnelle 
Eric PILAUD  Asie ­ Pacifique 
Russell STOCKER 
 

Damien LE GALLO    9 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
2.  Organisation nationale 
 
 
 

 
 

Damien LE GALLO    10 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
3.  Centre SSI Ouest 
 
 

Source : Intranet Schneider Electric 
 
 
DOE : Direction Opérationnelle Europe 
DCF : Direction Commerciale France 
 
  Dans ce service, chaque personne a un rôle bien précis. Le chargé d’affaire, doit gérer 
et chiffré les affaires qui lui sont proposées. Cette gestion des affaires, ce fait tant d’un point 
de vue humain, gestion des personnes, répartition des tâches… que d’un point de vue 
temporel puisque c’est lui qui doit donner les informations sur les délais de réalisation. Les 
chargés d’études, comme leurs nom l’indique, doivent eux réaliser des études sous forme 
d’audits, mais ils font aussi de la réalisation de projet, c’est­à­dire que ce sont eux qui 
développent les applications, les testent et réalisent la mise en place. 
   

Damien LE GALLO    11 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
Pyramide permettant de voir qui est le supérieur du responsable Solution Service 
Industrie Ouest, jusqu’au Président du directoire. 
 

PRESIDENT DU 
DIRECTOIRE : 
M. Jean­Pascal TRICOIRE 

DIRECTION OPERATIONNELLE 
EUROPE : 
M. Christian WIEST 

DIRECTION 
OPERATIONNELLE EUROPE 
France : 
M. Jean­Pierre CHARDON 

DIRECTION 
COMMERCIALE France : 
M. Patrick GOANACH 

DIRECTION COMMERCIALE 
France INDUSTRIE : 
M. Alain DE LAMBILLY 

DIRECTION SERVICE  DIRECTION REGIONALE 
INDUSTRIE :  OUEST : 
M. Serge DESSON  M. Sylvio DA COSTA 

Agence de Nantes 
CENTRE REGIONAL SOLUTION  RESPONSABLE REGIONAL PAYS 
DE LA LOIRE : 
SERVICE INDUSTRIE (SSI) : 
M. Pierre­Jacques TOUBLANT  M. Guy CAMBIANICA 

 
 
  M. Guy CAMBIANICA est lui responsable de la partie commerciale industrie des 
Pays de la Loire.  
 
 

Damien LE GALLO    12 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
III.  Schneider Electric en quelques chiffres (année 2005) 
 
Schneider Electric est un Société Anonyme (SA) depuis 1994, dont le chiffre d’affaire 
pour 2005 est de 11,679 milliards d’Euros. Le résultat d’exploitation pour cette année est de 
1,565 milliards d’Euros pour un résultat net de 994 millions d’Euros.  
 
 
 
 
Les  activités  de  distribution  électrique, 
d’automatisme  et  de  plates­formes  représentent 
respectivement  63%,  25%  et  12%  du  chiffre 
d’affaire.  
  63 % Distribution Electrique   
  25 % Automatismes & Contrôle   
  12 % Plates­formes de croissance      
Source : un document téléchargeable sur   
l’Intranet Schneider Electric   
 
 
 
   
 
 
 
 
 
 
 
Le marché le plus porteur est le 
bâtiment avec 40% des marchés. Viennent 
ensuite  l’industrie  avec  30%,  puis 
l’énergie  et  infrastructure  avec  16%  et 
pour finir, le résidentiel avec 12%.     16 % Energie & Infrastructures 
  32 % Industrie   
    40 % Bâtiments  
    12 % Résidentiel    
  Source : un document téléchargeable sur l’Intranet Schneider Electric 
 
 
 
 
 

Damien LE GALLO    13 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
La répartition de ce chiffre d’affaire dans le monde est la suivante : 
 

 
    Source : un document téléchargeable sur l’Intranet Schneider Electric 
 
Les effectifs de la société s’évaluent à 88670 collaborateurs, pour une présence dans 
130 pays avec 206 sites industriels et 13000 points de vente. Soit la création de 16 sites 
industriels et de 4000 points de vente en trois ans. 
 
IV.  Les activités et les marchés de Schneider Electric 
1.  Les marchés 
 
Comme nous avons pu le voir ci­dessus, l’activité de Schneider Electric s’exerce 
essentiellement sur quatre marchés. 
  Le marché du bâtiment, qui engendre 40% du chiffre d’affaire, a pour but 
d’optimiser le confort et les coûts d’exploitation, et la sécurité. 
   Le marché de l’industrie, qui engendre 32% du chiffre d’affaire, a pour 
objectif  d’optimiser  la  flexibilité,  la  sécurité  et  la  productivité  des 
différentes machines et procédés. 
  Le marché de l’énergie et l’infrastructure, qui rapporte 16% du chiffre 
d’affaire pour l’année 2005,  dont l’objectif est d’optimiser la production, 
la  distribution  et  la  vente  de  l’électricité,  mais  aussi  de  garantir  la 
disponibilité,  la  fiabilité  ainsi  que  la  sûreté  des  installations  et  des 
équipements. 
  Le marché résidentiel, qui fait un chiffre d’affaire de 12%, dont le but est 
aussi d’optimiser la distribution d’énergie, de garantir la disponibilité, la 
fiabilité et la sûreté des installations et équipements. 
 

Damien LE GALLO    14 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
 
2.  Les activités 
a.  La haute tension 
 
  Nous pouvons retrouver cette activité sur les marchés de l’énergie, de 
l’industrie et du tertiaire. Son principal but est de distribuer, répartir et gérer 
l’énergie électrique haute tension. Pour cela, Schneider Electric apporte des 
solutions complètes pour la protection électrique (disjoncteur) et la gestion des 
réseaux (postes de transformation). 
 
 
b.  La basse tension   

 
Les objectifs de cette activité sont de distribuer et de gérer l’énergie 
électrique basse tension tout en protégeant les personnes et les biens. 
Schneider  Electric  propose  des  services  et  des  produits  comme  les 
appareillages à forte intensité, des équipements d’installation (canalisations 
électriques) ou des systèmes pour la Voix­Données­Images (VDI). 
 
c.  Les automatismes programmables 
i.  Contrôle industriel 
Le  contrôle  industriel  répond  à  toutes  les  exigences  de 
l’automatisation de procédés pour les industries, les infrastructures et les 
équipements  des  bâtiments  du  tertiaire.  Schneider  Electric  propose 
différents  produits  pour  la  protection  et  la  commande  de  moteurs 
(variateurs de vitesse), le dialogue homme­machine et les équipements de 
machines (capteurs). 
 
ii.  Automatisme programmable 
Schneider Electric propose différents produits (automates, réseaux, 
terminaux industriels, logiciels) de manière à accroître la productivité et la 
flexibilité  des  installations  dans  tous  les  secteurs  de  l’industrie  et  du 
  tertiaire. 
 
d.  Les services 
 
Schneider Electric exploite son expertise technologique et métier 
pour proposer une offre complète de services à forte valeur ajoutée à ses 
clients. Les prestations de Schneider Electric Service se distinguent en 
quatre activités : 
  La coopération pour un partenariat autour de grands 
projets avec engagement sur les résultats 
  L’expertise  sur  la  productivité  industrielle  et  la 
réduction du coût complet de l’énergie 
  La maintenance pour une mise en conformité des 
installations, le dépannage, l’entretien, la rénovation 
et le conseil   
  La formation pour un accompagnement humain lors 
des évolutions technologiques grâce à l’Institut Schneider Formation 

Damien LE GALLO    15 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
3.  Les marques 
 
Schneider Electric s’appuie sur la notoriété mondiale de quatre 
  grandes marques : 
  Merlin Gerin dans le domaine de la moyenne et de 
la basse tension 
  Modicon  dans  le  secteur  des  automates 
programmables 
  Square D qui a pour activité la moyenne et la basse 
  tension, ainsi que le contrôle industriel 
  Télémécanique pour le contrôle industriel et les 
automates programmables 

Damien LE GALLO    16 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
C.  LE PROJET 
I.  L’objectif 
 
L'objectif de la maquette est de servir de support matériel de démonstration pour une 
présentation de l'offre d'accès distant et des services Schneider Electric associés. Elle pourra 
aussi servir pour la présentation et la formation sur des échanges et la communication entre 
deux automates et des éléments d’entrées/sorties. Elle pourra aussi bien servir pour des tests 
avant la mise en service d’installation chez un client… La maquette est principalement 
constituée des produits RAS 2000, automates et de l’îlot d’entrées/sorties déportées Advantys. 
 
II.  L’architecture 
 
  Connexion distante à un noeud 

I/O Scanning 

Global Data  RTC / GSM / GPRS / LL


 

ADRESSE IP:192.168.0.1 

RAS 2000 

UNITELWAY 
 
PASSERELLE 
X_WAY : 2.2 
E / S 
ETHERNET   
 
ADRESSE IP:   ADRESSE IP: 
192.168.0.2  192.168.0.3 
ADRESSE X_WAY:   ADRESSE IP:  ADRESSE X_WAY: 
1.2  192.168.0.4  1.3 

PREMIUM UNITY 
API_1 
TSX 57 1634 
PREMIUM 
ILOT ADVANTYS  UNITY API_2 
ENTREES/SORTIES   TSX 57 3634 
DEPORTEES   
 

EMBASE SIMULATION 
ABE7 

Damien LE GALLO    17 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
III.  Rappel sur l’Ethernet 
 
Ethernet est un protocole de réseau informatique à commutation de paquets 
implémentant la couche physique et la sous­couche Media Access Control du modèle OSI 
mais le protocole Ethernet est classé dans la couche de liaison. C'est une technologie de 
réseau local permettant que toutes les machines d'un réseau soient connectées à une même 
ligne de communication, formée de câbles cylindriques (câble coaxial, paires torsadées). Le 
standard qui a été le plus utilisé dans les années 1990 et qui l'est toujours est le 802.3 de 
l'IEEE.  Ce  dernier  a  largement  remplacé  d'autres  standards  comme  le  Token  Ring  et 
l'ARCNET. 
 
Le  nom  Ethernet  vient  de  l'éther,  milieu  mythique  dans  lequel  baigne 
l'Univers, et net, abréviation de réseau en anglais.  (Source : site Internet Wikipedia) 

 
  Figure 1 : Modèle OSI 
  Modèle OSI avec présentation des échange et unité des valeurs échangées 
  (bit, trame, paquet, message) 
 
 
Si nous regardons maintenant le modèle OSI appliqué à notre maquette avec des 
éléments permettant l’échange d’informations entre deux nœuds en fonction des protocoles 
employés, nous obtenons le schéma suivant : 
 
Application Modbus, HTTP Global Data, FTP, DHCP
Présentation
Session
Transport Protocole TCP Protocole UDP
Réseau Protocoles IP et X-WAY Serveur RAS
Liaison Switch
Protocole Ethernet
Physique Hub

OSI Protocole Élément


concentrateur

Damien LE GALLO    18 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
 
IV.  L’analyse du sujet 
 
L’objectif  de  ce  projet  est  de  pouvoir  proposer  au  client,  une  solution  de 
télémaintenance via une connexion distante. Pour cela, nous devons réaliser une maquette de 
présentation.  Sur  cette  maquette,  dont  nous  avons  l’architecture  réseau  ci­dessus,  nous 
retrouvons de nombreux éléments et produits Schneider. 
 
Parmi eux, nous avons deux automates qui fonctionnent avec le logiciel Unity Pro. 
Ces automates seront désignés API_1 pour le TSX57 1634 et API_2 pour le TSX57 3634. 
Nous avons aussi un élément configurable d’entrées/sorties déportées qui est l’îlot Advantys, 
et  l’élément  qui  nous  servira  à  nous  connecter  à  cette  architecture  qui  est  le  serveur 
RAS_2000.  
 
Dans ce projet, je vais devoir configurer les adresses IP des différents éléments 
appartenant au réseau. Cette configuration d’adresse se fera en adresse IP fixe, c’est­à­dire 
que chaque nœud du réseau aura une adresse IP et il n’en changera pas. L’adresse d’un nœud 
lui est propre. De plus, il va falloir que je configure la passerelle Uni­Telway du RAS pour un 
des automates. Et comme nous avons un switch administrable sur ce réseau, nous allons 
configurer des réseaux locaux virtuels (VLAN).Pour notre application, nous avons besoin de 
faire communiquer les automates entre eux, fonction qui sera réalisée par le service Global 
Data. Nous aurons aussi besoin de faire communiquer les automates avec les entrées/sorties, 
fonction qui sera réalisée par le service I/O Scanning. Du fait de la présence de ces service de 
communication, il va falloir que je réalise trois réseaux virtuels, correspondant chacun à un 
I/O Scanning.  
 
 

Damien LE GALLO    19 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
V.  Analyse et configuration du serveur RAS 
1.  Analyse du serveur RAS_2000 
 
Le serveur RAS_2000, est un élément qui nous sert à nous connecter par un accès 
distant à une structure réseau d’automatisme de type Ethernet. Pour cela, il existe différents 
types de serveur. La différence entre ces serveurs est juste le moyen de la connexion distante. 
Il y a donc des serveurs d’interconnexion par réseau téléphonique. Parmi cela, il y en a un par 
lequel nous pouvons accéder avec un système GSM (type téléphone portable), un où nous 
pouvons nous connecter via une ligne téléphonique analogique (système RTC) qui est celui 
que nous avons utilisé. Il y en a aussi un qui nous donne la possibilité de se connecter via un 
modem externe relié par une liaison série, ou encore un avec lequel nous pouvons nous 
connecté via une ligne téléphonique numérique (RNIS).   
 
2.  Configuration du serveur RAS 
 
La première configuration du serveur RAS_2000 et même toute la configuration, ne 
peut se faire que sur un serveur Web qui lui est intégré. Pour s’y connecter la première fois, 
nous devons donc ouvrir notre navigateur Internet (NetScape, Mozilla, Internet Explorer…) et 
saisir dans le bandeau d’adresse, l’adresse IP d’usine du RAS. Cette adresse IP est par défaut 
192.168.0.128.  Enfin,  pour  pouvoir  s’y  connecter  sans  soucis,  il  faut  avoir  configurer 
l’adresse IP de notre carte réseau en une adresse de la même classe IP que celle du serveur. 
C’est pour cela que nous configurerons pour l’avenir notre carte réseau du PC avec l’adresse 
IP 192.168.0.127. De plus, si nous nous interconnectons avec le serveur RAS en direct, c’est­
à­dire le serveur RAS relié par un simple câble à l’ordinateur, nous devrons y être relié par un 
câble croisé (rouge) qui est fourni avec le serveur. 
 
Une fois cette première connexion établie, nous pouvons donner l’adresse IP que nous 
souhaitons à notre serveur. Dans notre cas, nous avons décidé de lui donner comme adresse 
IP, l’adresse 192.168.0.1, car c’est lorsque nous y accèderons à distance, le première élément 
par lequel nous passerons. Pour cela, il suffit de cliquer sur le menu « Paramétrage » sur la 
page HTML qui est ouverte.  
 

Damien LE GALLO    20 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
 
Dans ce menu, nous allons y trouver une arborescence dans 
laquelle  figurera  « Configuration  système ».  De  ce  menu  va 
s’ouvrir une nouvelle arborescence dans laquelle nous trouverons 
«Paramètre Protocole IP », ainsi il va s’ouvrir une fenêtre dans 
laquelle nous pourrons définir l’adresse IP du serveur RAS. Une 
fois le champ « adresse IP » de la partie « Réseau local Ethernet » 
et le masque de sous réseau renseigné, il faudra enregistrer la 
modification  en  cliquant  sur  le  bouton  « Enregistrer »,  puis 
redémarrer le serveur. Cette opération de redémarrage du serveur 
est très importante puisque c’est lors de cette commande que le 
RAS enregistre concrètement et modifie sa configuration. 
 
Maintenant, nous nous connecterons au serveur Web du 
RAS  par  l’adresse  192.168.0.1.  Lorsque  cela  sera  fait,  nous 
pourrons configurer le serveur comme nous le souhaitons. 
 
 
Ainsi,  nous  pourrons 
configurer  l’adresse 
qui sera attribuée aux 
utilisateurs  distants 
lorsqu’ils  seront 
correctement identifiés. Ici, nous avons décidé que lorsque un utilisateur se connectera à 
distance, le serveur RAS lui attribuera l’adresse IP 192.168.0.10.  
 
 Nous allons aussi pouvoir configurer la liste des machines qui seront connectées au 
serveur RAS via le réseau Ethernet. Nous y avons donc configuré, à la vue du schéma de 
l’architecture ci­dessus, les deux automates, l’îlot Advantys et le switch administrable. Ces 
éléments sont configurés sur le serveur Web du RAS_2000, il n’existe pas de logiciel de 
configuration.  
 
Cependant, il est possible de connecter un nœud dans notre architecture, et de ne pas le 
déclarer dans cette liste des machines. Ceci permet donc de cacher un élément aux personnes 
qui pourraient se connecter à distance et ne rien avoir à faire. 
 
En effet, le serveur RAS est un simple routeur. Il est donc possible de se connecter au 
nœud en saisissant simplement son adresse IP dans la barre d’adresse du navigateur Internet. 
 

 
   

Damien LE GALLO    21 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
  Par la suite, nous allons pouvoir configurer la liaison série RS485 de notre RAS, 
liaison qui sert essentiellement pour la passerelle Uni­Telway ou Modbus. Dans ce menu, 
nous configurons donc le débit que nous souhaitons, la parité, si il y a un bit de stop, la taille 
des données… 
 

 
Ici la configuration correspond à la configuration de la liaison que nous avons donnée 
pour la passerelle Uni­Telway. 
 
  Par la suite, nous allons configurer l’accès aux utilisateurs distants. Pour cela, nous 
attribuons un nom d’utilisateur ainsi qu’un mot de passe à chacune des personnes pouvant 
avoir accès au système. Plusieurs possibilités s’offrent à nous dans le cas ou il y aurait plus 
d’une personne pouvant se connecter au serveur à distance. 
  Soit nous définissons un identifiant et un mot de passe général  
  Soit nous définissons un identifiant et un mot de passe par personne 
Dans notre cas, nous avons décidé de définir deux identifiants et mots de passes communs 
pour tous les utilisateurs. 
 

 
 
Ici, les utilisateurs distants ayant accès au système auront pour nom complet visiteur ou 
CTA Nantes. Leurs identifiants seront respectivement visiteur et cta ainsi que leurs mots de 
passes. 
 
Toutes ces configurations sont des configurations intéressantes mais elles ne suffisent 
pas à protéger le système. Pour cela, nous avons la possibilité, et il est préférable, de 
configurer les « droits d’administration ». Pour cela, nous devons définir un identifiant et un 
mot  de  passe  administrateur  qui  seront  demandés  lors  de  toutes  connexion  en  tant 
qu’administrateur. 
 

Damien LE GALLO    22 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
Nous définissons, 
ici,  dans  quelles 
conditions  nous 
pouvons nous connecter 
et  autorisons  la 
connexion  en  tant 
qu’administrateur. C’est­à­dire que nous pouvons nous connecter : 
  Soit en local 
o  Tout le temps 
o  Après une action sur le bouton « Conf » 
  Soit à distance 
o  Tout le temps 
o  Après une action sur le bouton « Conf » 
o  Interdire la connexion 
   
Puis  nous  définissons 
l’identifiant et le mot de passe qui 
seront attribués à l’administrateur du 
serveur RAS. Ici, il s’agit de : 
  adm 
  adm 
 
Maintenant, nous avons configuré l’essentiel du serveur RAS, sachant que la liste des 
services, la liste des filtres et les configurations Internet ici sont laissées par défaut. En ce qui 
concerne les configurations Internet cela paraît logique dans la mesure où nous n’avons pas de 
connexion Internet. Donc, nous pouvons pas augmenter pour le moment la protection de notre 
système en lui appliquant un VPN (Virtual Private Network : Réseau Virtuel Privé). En ce qui 
concerne la liste des services, elle est laissée par défaut puisque par défaut, elle contient tous 
où beaucoup des principaux services et donc la configurer reviendrait à limiter les échanges 
ou les actions réalisables. Puis, pour la liste des filtres, nous sommes ici sur la réalisation 
d’une maquette de démonstration et donc il n’y aura qu’un seul utilisateur connu, donc ce 
dernier doit pouvoir avoir accès à tous les nœuds du réseau et en plus nous n’avons que deux 
types d’utilisateurs pouvant se connecter à distance, visiteur ou cta. 
 
 

Damien LE GALLO    23 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
VI.  Analyse et configuration de l’îlot d’entrées/sorties déportées Advantys et 
de son logiciel 
1.  L’îlot Advantys 
a.  Qu’est­ce qu’un îlot Advantys 
 
Un îlot Advantys est un ensemble de petits modules. Parmi ces modules, nous 
trouvons le coupleur (ou tête de communication), les modules d’entrées, ces entrées pouvant 
être des entrées analogique ou TOR (Tout Ou Rien : un niveau logique 0 ou un niveau logique 
1, type un interrupteur), des modules de sorties, pareil analogique ou TOR, des modules de 
puissance ou d’alimentation.  
 
Il existe cependant deux types d’îlots : 
  l’îlot logique 
  l’îlot physique 
 
b.  L’îlot logique 
 
L’îlot logique n’est en fait qu’un îlot virtuel, puisqu’il s’agit de l’îlot que nous 
visualisons sur le logiciel Advantys. En fait, il s’agit de l’îlot que nous allons transférer par la 
suite, c’est un peu l’îlot qui sert à la configuration des entrées/sorties, mais aussi le support 
vers d’autres logiciels. 
 
c.  L’îlot physique 
 
L’îlot  physique  est,  comme  son  nom  l’indique,  l’îlot  matériel  sur  lequel  nous 
manipulons, nous connectons les switchs et les autres nœuds du réseau par la tête de 
communication. C’est aussi sur cet îlot que sont connectés les capteurs, pré­actionneurs et 
actionneurs du système. C’est aussi sur cet îlot que pourra intervenir un opérateur. 
 
2.  Le logiciel Advantys 
 
Le logiciel Advantys, est le logiciel qui nous permet de configurer l’îlot logique. 
Toutefois, son utilisation est facultative puisque nous pouvons attribuer une adresse IP à l’îlot 
directement sur son serveur Web. Ce logiciel nous permet aussi de nous connecter à l’îlot 
physique. Ce logiciel est disponible chez Schneider Electric sur leur réseau intranet mais 
seulement en version d’évaluation, c’est­à­dire qu’il n’est disponible que vingt­et­un jours. 
Autrement, il faut une licence. 
 
De plus, il contient un mode d’essai, qui nous permet de tester notre configuration et 
de voir si les entrées réagissent correctement. Dans notre cas, nous avons des entrées/sorties 
logiques, donc le test de la bonne réaction des entrées s’est fait en réalisant des interrupteurs. 
Sur chaque, module de l’îlot physique, il y a deux borniers de six broches. Chacun de ces 
borniers sert à y connecter des capteurs pour les entrées et des relais pour les sorties. Mais en 
entrée, il peut très bien aussi y avoir des interrupteurs qui seront connectés entre la broche 1 et 
la broche 3. C’est ainsi qu’avec un fil, j’ai pu me faire des interrupteurs pour tester les entrées.  
 

Damien LE GALLO    24 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
Pour ce test, j’ai procédé de la façon suivante : 
  Je me suis connecté à l’îlot physique, puis placé en mode d’essai sur le 
logiciel Advantys 
  J’ai placé un interrupteur sur une entrée, et j’ai vérifié qu’elle était vue à 
travers le mode d’essai. J’ai aussi vérifié sur le serveur Web embarqué que 
l’état de cette entrée avait changé. 
 
En ce qui concerne les sorties, j’ai procédé plus ou moins de la même façon que pour 
les entrées, à la seule différence que, là j’ai dû forcer les sorties au niveau logique 1 et que par 
la suite, je suis allé lire l’état de ces sorties sur le serveur Web de l’îlot physique et sur l’îlot 
lui­même puisque les sorties qui sont activent sont signalées par un voyant allumé en façade.  
  
3.  Configuration de l’îlot logique 
 
Afin de configurer l’îlot logique, il faut être en possession du logiciel Advantys. 
Ensuite, nous devons ouvrir un nouveau projet. De là, s’ouvre : 
 

Editeur 
graphique 

Navigateur de 
catalogue 

Navigateur  Zone de 
d’espace de travail  compte­
rendu 

 
 
Sur cette fenêtre, il y a trois zones importantes : 
  Navigateur d’espace de travail, qui permet de voir la configuration et les 
éléments qui y sont implantés 
  L’éditeur graphique, qui permet de visualiser l’îlot logique, correctement 
  Zone de compte­rendu 
 

Damien LE GALLO    25 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
Par la suite, j’ai pu créer mon îlot logique tel que sera l’îlot physique, afin de pouvoir 
travailler dessus correctement. Pour cela, il suffit de choisir l’élément constitutif que nous 
souhaitons dans le navigateur de catalogue, et de le faire glisser à l’emplacement voulu. Le 
seul impératif est de commencer par ce que nous appelons la tête de communication, dans le 
menu « Réseau », et de finir l’îlot logique par une plaque de terminaison, dans le menu 
« Accessoires ». Par exemple, pour nous, cela donne la composition suivante : 
 
 
 
  Alimentation 
PDT3100  Sortie TOR 
  DRC 3210 
 

Tête de 
communication 
NIP2212 

 
  Entrées 
  TOR 
  DDI3230 
 
 
 
Une fois cet îlot configuré, il est possible d’attribuer à chaque entrée et sortie une 
variable. Ces dernières pouvant servir lors d’un I/O Scanning. 
 

Damien LE GALLO    26 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
4.  Configuration de l’îlot physique 
 
Comme, il l’a été défini auparavant, l’îlot physique est l’ensemble des modules 
d’entrées/sorties présents sur la grille de la maquette. Cet îlot est configurable par son serveur 
Web embarqué, car l’utilisation du logiciel Advantys n’est que facultative. Sur ce serveur 
Web, nous pouvons donc configurer l’adresse IP de cet îlot. Pour cela, il faut tout d'abord 
connaître l'adresse IP d'usine du module de communication (pour nous le STB NIP 2212). 
Cette adresse IP se déduit de l'adresse MAC de cet élément. Pour nous, l'adresse MAC du 
module était 00.00.54.11.ED.C4. Nous savons q'une adresse IP est définie sur quatre octets. 
Donc nous prenons les quatre derniers octets de l'adresse MAC pour obtenir l'adresse IP. 
L'adresse IP constructeur se calcule comme suit : 
 
    54  =>  5*16=80+4=    84 
 
    11  =>  1*16=16+1=    17 
 
    ED  =>  14*16=224+13=  237 
 
    C4  =>  12*16=192+4=  196 
 
L'adresse IP de l'îlot définie par le constructeur est donc 84.17.237.196 
 
Afin de modifier cette adresse IP, il faut se connecter au serveur Web intégré au 
module de communication. Pour réussir à s'y connecter, il faut que l'adresse IP de la carte 
réseau du PC soit de la même classe IP (ici classe A) que l'adresse IP de la tête de 
communication.  Pour  m'y  connecter,  j'ai  défini  l'adresse  IP  de  ma  carte  comme  : 
84.17.237.198. 
 
Une fois cette première connexion faite et que nous nous sommes correctement 
identifiés, nous pouvons configurer l’adresse IP que nous souhaitons administrer à notre îlot. 
Pour cela, il suffit d’aller dans le menu « Configuration », puis de cliquer sur « Configuration 
des paramètres IP ». De là, s’ouvre la fenêtre suivante : 
 
Dans notre application, nous souhaitions 
que  l’îlot  Advantys  ait  en  adresse  IP  fixe, 
l’adresse 192.168.0.4. 
 
Toutefois,  il  est  possible  de  configurer 
l’îlot en client DHCP ou en service BOOTP, à 
l’aide  de  roue  codeuses  sur  la  face  avant  du 
module de communication. Ces processus sont 
bien  expliqués  dans  la  documentation  de 
configuration de l’îlot. 
 

Damien LE GALLO    27 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
5.  Premier problèmes rencontrés 
 
Je me suis connecté une fois à l’îlot Advantys, configurer en adresse IP fixe, via le 
switch. De là, j’ai pu transférer la configuration de l’îlot logique sur l’îlot physique. J’ai fait 
une modification. J’ai réessayé de m’y connecter, cela a fonctionné mais lorsqu’il a fallu 
transférer  la  configuration,  cela  ne  fonctionnait  plus.  Un  message  m’indiquait  que  la 
configuration implantée était différente de celle que je souhaitais y mettre, et j’étais ensuite 
déconnecté. 
 
6.  Solution apportée au premier problème 
 
Lors  de  la  constitution  de  l’îlot,  j’avais  implanté  l’ensemble  des  éléments  qui 
m’étaient donnés et en priorité le plus petit et le plus fragile, la carte mémoire. Et en fait, à 
chaque fois que l’on implante une configuration dans l’îlot physique, un message s’inscrit 
dans la fenêtre de rapport du logiciel Advantys. 
 
AVERTISSEMENT : LES DONNEES DE LA CARTE MEMOIRE AMOVIBLE 
DU NIM PREVALENT SUR CETTE CONFIGURATION. 
 
De ce fait, lorsque j’ai par la suite rechargé une configuration différente de celle déjà 
implantée, j’ai oté la carte mémoire, j’ai chargé dans la mémoire interne de l’îlot, puis ensuite, 
je chargeais dans la carte mémoire. 
 
7.  Second problème rencontré 
 
J’ai rencontré un second problème avec l’îlot Advantys. En fait, je souhaitais faire un 
I/O Scanning entre l’îlot et chacun des automates. Mais en configurant mes automates et en 
regardant sur leurs serveurs Web, j’ai pu constater que l’I/O Scanning de l’un des automates 
était en défaut. 
 
8.  Solution apportée au second problème 
 
Suite à ce problème de double I/O Scanning qui ne fonctionnait pas, je me suis 
renseigné auprès des personnes qui connaissaient le produit. Et il m’a été dit que cela était 
normal puisque l’îlot ne peut faire deux I/O Scannings simultanés. Et que par conséquent, 
était prioritaire celui qui fait une requête d’I/O Scanning le premier, et l’autre du coup est en 
défaut. C’est pour cela, que dans la mesure où dans mon application j’utilise les entrées de 
l’îlot pour l’exécution de mes sections de l’API_2, il faut que cet automate soit le premier 
connecté et mis en run. Sinon, je pourrais toujours agir sur les entrées de l’îlot mais mon 
programme n’évoluera pas. 
 
Par conséquent, il y aura un automate qui sera en I/O Scanning en lecture/écriture et 
l’autre sera en lecture seule. 
 

Damien LE GALLO    28 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
VII.  Analyse et configuration de l’automate API_1 et du logiciel Unity Pro 
1.  Le logiciel Unity Pro 
 
Dans notre projet, nous avons utilisé le logiciel Unity Pro XL, car c’est le logiciel de 
programmation que supportent les deux automates implantés sur la maquette. En effet ce sont 
deux automates TSX57, un 1634 et un 3634, ou le 1 et le 3 nous indiquent, la gamme de 
produit (1 bas de gamme et 5 haut de gamme), le 63 nous donne une spécificité sur la 
communication embarquée (Ethernet) et le 4, nous dit que nous devons travailler avec le 
logiciel Unity. 
 
Comme il est dit précédemment, le logiciel Unity Pro, nous a servi à programmer les 
automates de notre application Minidosa que nous allons voir dans une autre partie. Mais pas 
seulement, il nous a aussi permis de configurer les automates, en leur attribuant leurs adresses 
IP et leurs adresses X­WAY. De plus, ce logiciel nous a permis de configurer les différents 
services de communications qu’il peut y avoir sur la maquette. C’est­à­dire l’I/O Scanning 
entre chaque automate et l’îlot d’entrées/sorties déportées Advantys, l’I/O Scanning entre les 
deux automates, et le Global Data entre les deux automates aussi. Ce logiciel nous permet, 
aussi de réaliser des essais et de contrôler le bon fonctionnement de notre processus.  
 
Par  exemple,  lorsque  j’ai  développé  mon  application  de  démonstration  pour  la 
maquette, avec le mode d’animation, j’ai pu me rendre compte qu’il y avait un problème dans 
le mode automatique. En effet, pour ce mode, j’utilisais le Global Data pour partager des 
variables sur les deux automates. Il faut savoir que sur l’automate API_1, nous avions le 
programme de « gestion du processus » ainsi que la fonction permettant le « transfert » d’un 
poste à l’autre. Et sur l’automate API_2, nous avions la fonction de « remplissage » et la 
fonction de « bouchage ». Cela implique donc un échange entre les deux automates, c’est le 
rôle du Global Data. L’automate API_1 détectait la présence du flacon à un poste dans sa 
gestion globale, ce qui faisait que le bit concerné était transmis à l’automate API_2 qui 
détecte aussi cette présence et lance l’exécution du programme concerné. Mon problème était 
donc un problème de temps d’exécution des différents programmes de l’API_2. J’ai pu le 
constater grâce au mode d’animation sur la section de « Gestion Globale » car le temps écoulé 
pour exécuter les autres sections était soit trop important soit trop faible.  
 
Tout ça pour dire en fait que le logiciel possède un mode d’animation qui est très 
important pour tester et voir le fonctionnement de notre application et les erreurs éventuelles. 

Damien LE GALLO    29 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
2.  Configuration de l’automate API_1 pour la maquette 
a.  La configuration de l’I/O Scanning 
 
Ici, j'ai configuré l'I/O Scanning à partir du logiciel de l'Advantys et de Unity Pro. 
 
  Voici, ci­dessus, la configuration faite sur Unity Pro. Par contre, il faut bien penser 
que sur Unity Pro, ce qui est défini en lecture est ce qui était défini en écriture sur Advantys et 
inversement. 
 
  De plus sur ce logiciel, j'ai fait importer le fichier ilot_advantys_2.xsy, ce qui a créé 
une liste de variables élémentaires. Mais avant de pouvoir importer ce fichier, j'ai dû 
l'exporter. Pour ce faire, sur le logiciel Advantys, j'ai labellisé toutes les voies dont j'allais 
avoir besoin pour mon application. J'ai double­cliqué sur les modules, et j'ai attribué à 
chacune des voies disponibles un libellé comme dcy, fdc_g, fdc_d, DEP_G ou encore 
DEP_D. 
 
 
 
 
 

Adresse du mot en
en lecture
Offset par rapport à
Offset correspondant à la 0 des sorties de
différence qu'il y a entre l'adresse du l'advantys
premier mot et 0.
Longueur du mot en écriture sur Advantys Longueur du mot en écriture sur
(entrées) Advantys (sorties)

Damien LE GALLO    30 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
Validation de l’I/O Scanning sur le serveur Web de l’automate 
 
Une fois l'I/O Scanning correctement configuré, j'ai pu vérifier sur le serveur Web de 
l'automate API_1 TSX57 1634 que cette fonction fonctionnait bien. 

Damien LE GALLO    31 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
Validation de l’I/O Scanning avec un programme simple 
 
Cette validation de l’I/O Scanning a d’abord été testée sur un programme simple de 
déplacement latéral avec des fins de course, puis il a été reconfiguré pour l’adapter à notre 
application finale. 
 
Ensuite,  j’ai  pu  faire  la 
vérification en réalisant des interrupteurs 
pour  simuler  mes  entrées,  dcy,  fdc_g, 
fdc_d. 
 
   
Sur  l’image  ci­contre,  nous 
pouvons  voir  le  programme  que  nous 
allons exécuter pour la validation. Nous 
pourrons  valider  en  voyant  que  la 
transition et l'étape sont en vert, c'est­à­
dire qu'elles sont actives. 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
Si je passe l'entrée dcy au niveau logique 1, la transition 
ci­dessus  passera  en  vert  et  l'étape1  aussi.  De  plus  nous 
visualiserons que sur le logiciel Advantys, cette entrée et cette 
sortie passent aussi au niveau logique 1. 

 
 
 

Damien LE GALLO    32 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ensuite, je vais valider la fin de course gauche (fdc_g). 
A ce moment, nous verrons la seconde transition basculer en 
vert et l'étape2 aussi.  Et sur le logiciel Advantys, l'entrée 
correspondant à la fin de course gauche (fdc_g) passera au 
niveau  logique  1  ainsi  que  la  sortie  déplacement  droite 
(DEP_D). 

 
 
 
   
 
 
 
   

Damien LE GALLO    33 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
 

 
 
Ensuite pour finir l'exécution du programme, je vais mettre au 
niveau logique 1 l'entrée fin de course droit (fdc_d) qui va nous faire 
basculer en vert sur Unity Pro la transition correspondante et passer à 
l'étape0. De ce fait sur le logiciel Advantys, nous n'aurons plus de sorties 
au niveau logique 1 et une entrée fdc_d au niveau logique 1. 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 
    
 
 
Ainsi nous pouvons constater que l'I/O Scanning entre notre automate API_1 TSX57 
1634 et notre îlot Advantys fonctionne bien et pour toutes les entrées et les sorties. 

Damien LE GALLO    34 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
b.  La configuration du Global Data 
 
 
   
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  Pour configurer le service global data sous Unity Pro, 
il faut tout d'abord valider ce service. Pour ce faire, il faut aller 
dans le navigateur de projet (fenêtre de gauche). 
   
 
 
  Ensuite il faut ouvrir le menu Communication, dans ce 
menu, il faut ouvrir l'option Réseaux, puis double­cliquer sur 
le réseau configuré, c'est à dire celui sur lequel se trouve 
l'automate. 
  
 
 
 
 
A  ce  moment,  dans  la  fenêtre  centrale,  s'ouvre  la  page  correspondant  à  la 
configuration du réseau que nous souhaitons. 
 
  De là, nous allons sélectionner, dans le menu déroulant, le service Global Data. 
 
  Service Global
    Data à valider

 
Onglet non valide

Damien LE GALLO    35 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
  A ce moment, l'onglet Global Data devient valide. 
 
  Dans cette fenêtre, nous devons définir en premier lieu, le nom du groupe (dans notre 
cas : maquette) et l'adresse du groupe (ici : 239.255.255.250). Cette adresse doit être comprise 
entre 224.0.0.0 et 239.255.255.255.  
 
 
 
 
 
 
   Onglet valide
 
 
 
Adresse du groupe
 
 
 
 
  Nom du groupe
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ensuite, nous devons définir les variables qui circuleront sur le réseau. Pour cela, nous 
allons ouvrir l'Éditeur de données. Puis, nous créons les variables ou nous disons si telle ou 
telle variable circulera ou non sur le réseau. 
 
  Dans cette Éditeur de données, nous devons avoir la colonne Global Data ainsi que les 
colonnes Groupe et ID. Pour obtenir la colonne Global Data, il faut faire un clic droit sur une 
colonne puis choisir Personnaliser les colonnes. Dans un premier temps, les colonnes Groupe 
et ID ne serons pas ouverte. Mais pour cela, il suffira de cliquer sur le bouton             situer 
sur la droite de la colonne. 
   
   
Une fois toutes les colonnes ouvertes, il faut créer des variables qui seront envoyées 
sur le réseau et des variables qui seront lues. Ici, sur la fenêtre suivante, nous avons deux 
variables  qui  interviennent  dans  le  service.  Ces  variables  sont  essai_GB_API1  et 
essai_GB_API2. Lorsqu'une variable est créée, par défaut, dans la colonne Global Data, il 
sera mis non. Si une variable doit être envoyée, il faudra lui mettre PUB pour publication 
alors qui si elle est lue, il faudra lui mettre SUB pour souscription. De plus, il faudra aussi 
renseigner le nom du groupe dans lequel nous travaillerons (celui définit sur la page Global 
Data), ainsi que l'ID, celui­ci étant compris entre 1 et 64. Chaque variable aura son ID. 
 

Damien LE GALLO    36 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 

Bouton Plus

Définissions du nom de groupe dans lequel nous travaillerons

Définissions de l'ID propre à la variable

Editeur de données

 
  Il en sera de même pour le second automate. 
 
Validation du Global Data sur le serveur Web de l’automate 
 
Pour valider le Global Data à l'aide du serveur Web de l'automate, il suffit de se 
connecter à ce dernier, d'aller dans le menu Diagnostic, puis de sélectionner le service Global 
Data. 
 
 
 

Menu Diagnostic

ID 1

ID 64

Service Global Data ID

Damien LE GALLO    37 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
VIII.  Configuration de la passerelle Uni­Telway 
1.  Configuration du serveur RAS 
 
 
 
  Pour configurer la passerelle Uni­Telway, sur le serveur RAS, 
il faut aller dans le menu « paramétrage », puis ensuite « »Passerelle 
IP­RS » et enfin, finir par sélectionner « Uni­Telway ». Une fois que 
tout cela est fait, il ne reste plus qu'a configuré l'adresse que l'on 
souhaite donner à l'élément maître (pour nous il s'agit d'un automate). 
 
  Pour notre maquette, nous avons donné comme adresse X­
WAY à notre automate par la passerelle, 2 pour l'adresse réseau et 2 
pour l'adresse station. 
 
 
 
 
 
 
 
 

Adresse réseau
Adresse Station

Damien LE GALLO    38 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 

 
  De plus, dans notre réseau, l'automate maître à un et un seul esclave qui est le serveur 
RAS. Donc, nous n'avons pas besoin de renseigner les correspondances vers des automates 
esclaves. C'est pour cela que nous n'avons laissé qu'un seul profil actif, qui est « any ». 
 

 
 
 

Damien LE GALLO    39 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
2.  Connexion via Unity Pro 
 
Afin de se connecter à l'automate via le logiciel Unity Pro avec l’adresse X­WAY du 
nœud par la passerelle du RAS_2000, il faut être en possession du Driver XIP. 
 
ATTENTION : LE DRIVER XIP DOIT ÊTRE LE DRIVER VERSION 1.9 
 
  Ensuite, une fois ce driver installé, il faut le configurer pour pouvoir avoir un accès 
avec le logiciel Unity Pro. Pour cela, il faut, ouvrir le programme « communication Driver » 
puis « driver manager ». 
 
  De là, il faut configurer un profil pour lui définir la correspondance entre l'adresse IP 
et l'adresse X­WAY. Pour cela, nous devons, lorsque nous avons ouvert « driver manager », 
aller dans l'onglet XIP. Il faut ensuite cliquer sur « configuration ». 

 
  Menu Xip pour le démarrage et l'arrêt du
  A ce moment, s'ouvre la  driver

fenêtre  ci­contre.  Sur  cette 


fenêtre, nous configurons donc la  Onglet
Adresse X-WAY
connexion  à  notre  passerelle.  XIPDriver
de notre poste
Pour  cela,  nous  définissons 
l'adresse X­WAY de notre poste,  Nom de la station
cible
puis le nom de la station cible  Adresse X-WAY
(facultatif),  puis  l'adresse  X­ de la cible
WAY de notre cible à laquelle  Adresse IP de la
nous  allons  faire  correspondre  cible (ici notre
passerelle)
une adresse IP.   Bouton
  pour
Ensuite,  on  clique  sur  Bouton enregistrer configurer
Bouton Ajouter
un profil
ajouter, puis enregistrer. Une fois  pour enregistrer pour valider la
les nouveau ajouts
ces commandes exécutées il faut  configuration
arrêter puis redémarrer le driver. 
Pour cela il suffit d'aller dans Xip 
puis arrêter, puis démarrer. 
   

Damien LE GALLO    40 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
Enfin, il faut lancer le programme Unity Pro. De là, il faut définir l'adresse de 
l'automate. 

  
  La fenêtre suivante s’ouvre : 

Test de la connexion

Validation

 
Dans cette fenêtre, nous allons définir l'adresse avec laquelle nous nous connecterons à 
l'automate. Dans le menu support, il y a plusieurs possibilités qui s'offrent à nous, dont XIP01 
qui correspond au profil que nous avons créé auparavant. Dans notre cas, la connexion par la 
passerelle, l'adresse X­WAY définie était 2.2. Donc ici, nous nous connecterons au l'automate 
par l'adresse 2.2, et la connexion sera définie par {2.2}sys pour se connecter directement au 
système (CPU) et non à un module particulier qui aurait une adresse Uni­Telway unique par 
exemple.  Afin de tester si cela va fonctionner correctement, il est recommandé de tester la 
connexion avec le bouton qui lui correspond. Si la connexion est réussie, nous pouvons 
valider. 

 
Par la suite, il suffira juste de se connecter à l'automate pour rapatrier la configuration 
et les programmes. 

Damien LE GALLO    41 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
3.  Problème rencontré 
 
Lors des essais de connexion via le logiciel Unity Pro aux automates API_1 et API_2 
par leurs adresses X­WAY, je n’arrivais pas à atteindre ces nœuds. Le logiciel me donnait un 
message me disant que l’automate n’était pas prêt, ou éteint ou occupé.  
 
4.  Solution apportée 
 
Afin de résoudre ce problème, j’ai été obligé de faire appel à une personne de 
l’agence. Nous sommes partis de notre logiciel Unity Pro afin de faire un diagnostic précis, 
puis nous avons regardé le driver XIP. Sur le logiciel Unity Pro nous avons regardé si nous 
pouvions tout de même nous connecté via la liaison Ethernet. Cela fonctionnait. Nous avons 
alors regardé le driver XIP qui a première vue fonctionnait, à première vue seulement. Parce 
que en fait, nous n’avions pas la bonne version du driver ce qui faisait que nous ne pouvions 
nous connecter aux automates par leurs adresses X­WAY. 
 

Damien LE GALLO    42 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
IX.  Réalisation du programme de démonstration 
1.  Présentation du processus 
 
Ce système est un système de conditionnement de liquide dans des flacons, type parfum, 
eau… Pour cela, il y a trois fonctions de réaliser : 
  Transfert 
  Remplissage 
  Vissage (bouchage) 
 
  Consigne 
  Présence  utilisateur 
Energie  Présence 
flacon 

Parfum   
  Flacon de 
CONDITIONNER DU  parfum 
Flacon 
PARFUM  conditionner 

Bouchon 

SYSTEME DE 
REMPLISSAGE 
MINIDOSA 

  Le  principe  de  fonctionnement  est  relativement  simple,  puisqu’il  s’agit :  (voir 
organigramme page suivante). 
 
  Si un flacon se présente, au début de la chaîne de transfert, de le faire 
arriver sous le poste de remplissage. 
  Lorsque  le  flacon  est  sous  le  poste  et  qu’il  y  a  du  liquide  à 
conditionner, alors il lui est mis ce liquide. 
  Puis ce flacon plein est transféré au poste suivant, qui est le poste de 
vissage (bouchage), et au passage, il prend un bouchon. 
  Ensuite, une visseuse descend à l’aide d’un vérin, et visse le bouchon. 
Lorsque le couple est suffisant, le vérin remonte et le moteur de la 
visseuse cesse de fonctionner. 
  Enfin, le flacon rempli et bouché, est de nouveau transféré vers la 
chaîne d’évacuation.  
 
Ce qu’il faut savoir, c’est que la fonction transfert est réalisée par un plateau tournant. 
Ce plateau est entraîné par un vérin pneumatique associé à un pion d’entraînement. Lorsque le 
plateau est en position sous un poste, le pion d’entraînement ce dégage et un pion d’indexage 
veille à ce que le plateau ne tourne pas. 
 
 

Damien LE GALLO    43 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
2.  Répartition des fonctions sur les automates de la maquette 
 
Sur ce projet, j’ai décidé de bien dissocier les fonctions. C’est­à­dire que sur le 
premier automate API_1, nous traitons la fonction « TRANSFERER » et sur le second 
automate, nous traitons les fonctions « REMPLISSAGE » et « VISSAGE ». De plus, sur 
l’automate API_1, nous avons aussi la « GESTION GLOBALE DU PROCESSUS ».  
 
3.  Présentation des fonctions sous forme d’organigramme ou de Grafcet 
a.  La fonction « GESTION GLOBALE » du 
fonctionnement  Minidosa

 
  NON
Cette fonction, a pour rôle de gérer le programme et le  Démarrage
système dans sa globalité, c’est­à­dire que c’est lui qui fait appel à 
telle ou telle fonction afin que le processus se déroule correctement.   OUI

  TRANSFERER
Ici, nous avons dû réaliser des macros, car le programme 
faisait appel à un autre programme du même automate et cela 
simplifiait la tâche. Ces macros ont donc servi à faire appel à la 
fonction « TRANSFERT », fonction appelée par trois fois d’ailleurs.  Flacon sous poste NON
  remplissage
Nous avons aussi mis en place un Global Data afin de 
pouvoir faire communiquer les deux automates entre eux. Cette  OUI

fonction nous permet ainsi d’avoir des variables de déclarées sur  REMPLIR
l’automate API_1 et de les faire intervenir sur l’automate API_2. 
C’est le cas pour la détection de présence des flacons sur le poste de 
remplissage et le poste de vissage. Nous diffusons la variable qui  Flacon plein
NON

correspond à cette présence et l’automate API_2 lit et souscrit cette  OUI
variable, ce qui nous permet du fait de nos quatre entrées et quatre 
sorties de l’Advantys de pouvoir générer avec l’ABE7 toutes les  TRANSFERER
PRENDRE LE BOUCHON
variables. 
 

Flacon sous poste NON
vissage

OUI

VISSER LE BOUCHON

NON
Flacon bouché

OUI

TRANSFERER

OUI NON
Flacon conditionné

Damien LE GALLO    44 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
b.  La fonction « TRANSFERT » 
 
 
 
 
 
Cette fonction a pour but, elle, de déplacer les 
flacons d’un poste à l’autre, c’est­à­dire de la sortie 
du tapis de chargement, vers le poste de remplissage 
puis vers le poste de vissage et enfin vers le tapis de 
déchargement.  Toute  cette  fonction  est  réalisée  à 
l’aide d’un vérin pneumatique et de deux pions, un 
d’indexage  pour  maintenir  le  plateau  tournant  en 
position, et un d’entraînement qui est en bout de tige 
de vérin et qui sert à faire tourner le plateau. 
 
L’enchaînement  de  la  procédure  est  la 
suivante : 
  Rentrée du pion d’indexage 
et  sortie  du  pion 
d’entraînement 
  Rentrée de la tige du vérin 
d’entraînement  (le  plateau 
tourne) 
  Sortie du pion d’indexage et 
rentrée  du  pion 
d’entraînement (stabilisation 
du plateau au poste) 
  Sortie  de  la  tige  du  vérin 
d’entraînement  (retour  en 
position initiale) 
 
 

Damien LE GALLO    45 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
c.  La fonction « REMPLISSAGE » 
 
 
 
Arrivée de  Techniquement,  cette  fonction 
liquide  est  réalisée  à  l’aide  d’un  vérin.  Une 
image facile pour se représenter cette 
fonction, est de s’imaginer le principe 
de la seringue, sauf que dans notre cas, 
Bille 
d’éch
nous avons deux bouchons. Le principe 
est  donc  simple.  Le  piston  du  vérin 
Course du vérin 
recule. Donc, il aspire le liquide. Mais il 
ne  peut  pas  aspirer  de  l’air  car  le 
bouchon  d’évacuation  est  bloqué  et 
fermé.  Ensuite, le piston avance, ce qui 
expulse  le  liquide  dans  notre  flacon. 
Mais, le liquide ne peut retourner dans 
la réserve, car la « vanne d’arrivée » est 
Piston 
fermée avec la pression. 
 
De plus, avec la course du piston 
qui  est  fixe,  la  quantité  de  liquide 
aspirée est fixe donc un seul réglage 
suffit pour une contenance particulière.  
 
 
 
 
 
Cela nous donne donc un enchaînement des opérations très 
simple et en deux étapes : 
  Reculer le piston pour aspirer 
  Avancer le piston pour expulser 
 
 
 
 
 
 
 

Damien LE GALLO    46 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
d.  La fonction « VISSAGE » 
 
 
  Techniquement, cette fonction aussi est réalisée par 
un vérin incluant une visseuse sur sa tige. En effet, nous 
avons un vérin avec une tige qui monte et qui descend. Au 
bout de cette tige, il y a une cloche qui a le même diamètre 
que notre bouchon. Lorsque la tige descend, nous mettons le  Vérin 
moteur de la visseuse en fonctionnement afin que lorsque la 
cloche  arrive  sur  le  bouchon,  celui­ci  se  serre 
automatiquement sur le flacon. La fin de ce processus se fait 
lorsque  nous  atteignons  le  courant  limite  du  moteur,  le 
courant limite étant l’image du couple. A ce moment, le 
moteur cesse de tourner et la tige du vérin remonte. 
 
   
 
  Bouchon 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
  Le processus peut donc se réaliser simplement à l’aide 
d’un grafcet en deux étapes : 
  Démarrage du moteur et descente de 
la tige du vérin 
  Arrêt du moteur et montée de la tige 
du vérin 
 
 

Damien LE GALLO    47 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
4.  Les programmes développés 
a.  Programmes et correspondance des Entrées/Sorties de l’API_1 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Pour ce programme de démonstration, j’ai réalisé un 
mode automatique et un mode manuel. Il est assez simple de 
savoir lequel est lequel puisque pour le mode manuel chaque 
section a pour numéro d’étape, des nombres commençant par 
un « 1 » et pour le mode automatique par un « 2 ». 
 
 
Programme de Gestion du processus 
 
Ce Grafcet est composé d’un « OU » pour choisir 
entre le mode manuel et le mode automatique. Ce choix se 
fera directement sur l’écran d’exploitation (voir ci­après) par 
deux boutons. Sinon, les programmes sont sensiblement les 
même  à  la  seule  différence  qu’ils  font  appels  à  des 
programmes esclaves correspondants au mode d’exécution. 
C’est­à­dire que nous trouverons une fonction transfert en 
mode manuel et une autre section correspondante au mode 
automatique.   

Damien LE GALLO    48 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Programme de la fonction de transfert 
 
 
 
Entre ces deux programmes, il y a une petite différence qui 
est qu’à la place de la validation des entrées par des interrupteurs, 
celle­ci est réalisée par des temporisations de 5 secondes chacune. 
Sinon le principe est le même que celui annoncé dans la partie de 
présentation de chaque fonction : 
  Rentrée du pion d’indexage et sortie du 
pion d’entraînement 
  Rentrée de la tige du vérin d’entraînement 
(le plateau tourne) 
  Sortie du pion d’indexage et rentrée du 
pion  d’entraînement  (stabilisation  du 
plateau au poste) 
  Sortie de la tige du vérin d’entraînement 
(retour en position initiale) 
 
 
 

Damien LE GALLO    49 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
Programmation des temporisations 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
 
Dans une section de blocs fonctions (FBD) sous Unity Pro, j’ai implanté autant de 
fonction « TON » que j’avais de temporisations à utiliser. Pour cela, il a fallu dire quand est­
ce que j’enclenchais la temporisation, le temps devant s’écouler ainsi que le bit correspondant 
à la fin de cette temporisation.  
 
  Par exemple, j’enclenche la temporisation lorsque le bit « tempo » est au niveau 
logique 1, la temporisation compte 5 secondes, puis je déclenche cette temporisation au bout 
de ces 5 secondes et mets le bit « fin_tempo » au niveau logique 1. 

Damien LE GALLO    50 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
Correspondance des adresses d’Entrées/Sorties 
Nom  Type  Adresse  Global Data  Groupe 
                 
dcy_inter  EBOOL  %I0.5.0  Non    
pion_indexage_rentre_inter  EBOOL  %I0.5.1  Non    
entrainement_rentre_inter  EBOOL  %I0.5.2   Non    
pion_entrainement_rentre_inter  EBOOL  %I0.5.3  Non    
pion_indexage_sorti_inter  EBOOL  %I0.5.4  Non    
entrainement_sorti_inter  EBOOL  %I0.5.5  Non    
pion_entrainement_sorti_inter  EBOOL  %I0.5.6  Non    
              
variables_diffusees  WORD  %MW500  PUB  maquette  
pic_courant_vissage  BOOL  %MW500.2      
reserve_liquide_pleine  BOOL  %MW500.3      
reserve_liquide_videe  BOOL  %MW500.4      
visseuse_remontee  BOOL  %MW500.5      
presence_flacon_vis_auto  BOOL  %MW500.12     
presence_flacon_rem_auto  BOOL  %MW500.13      
presence_flacon_vissage  BOOL  %MW500.14      
presence_flacon_remplissage  BOOL  %MW500.15      
              
variables_recues  WORD  %MW600  SUB  maquette 
remplissage_reserve  BOOL  %MW600.2      
vidangeage_reserve  BOOL  %MW600.3      
demarrage_visseuse  BOOL  %MW600.5      
descente_visseuse  BOOL  %MW600.6      
arret_visseuse  BOOL  %MW600.7      
remontee_visseuse  BOOL  %MW600.8      
flacon_bouche_auto  BOOL  %MW600.12      
flacon_plein_auto  BOOL  %MW600.13      
flacon_bouche  BOOL  %MW600.14      
flacon_plein  BOOL  %MW600.15      

Damien LE GALLO    51 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
 
Nom  Type  Adresse  Global Data  Groupe 
              
rentrer_pion_indexage  BOOL     Non    
rentrer_entrainement  BOOL     Non    
rentrer_pion_entrainement  BOOL     Non    
sortir_entrainement  BOOL     Non    
sortir_pion_indexage  BOOL     Non    
remplir  BOOL     Non    
stabilisation_plateau  BOOL     Non    
transferer  BOOL     Non    
transferer_prendre_bouchon  BOOL     Non    
visser_bouchon  BOOL     Non    
tempo_5  BOOL     Non    
tempo_4  BOOL     Non    
tempo_3  BOOL     Non    
tempo_2  BOOL     Non    
tempo_1  BOOL     Non    
stabilisation_ecran  BOOL     Non    
sortir_pion_entrainement  BOOL     Non    
pion_indexage_rentre_ecran  BOOL     Non    
pion_entrainement_sorti_ecran  BOOL     Non    
mode_manuel  BOOL     Non    
mode_auto  BOOL     Non    
fin_tempo_5  BOOL     Non    
fin_tempo_4  BOOL     Non    
fin_tempo_3  BOOL     Non    
fin_tempo_2  BOOL     Non    
fin_tempo_1  BOOL     Non    
entrainement_sorti_ecran  BOOL     Non    
entrainement_rentre_ecran  BOOL     Non    
dcy_bouton_ecran  BOOL     Non    
 

Damien LE GALLO    52 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
b.  Ecran d’exploitation développé 
 
 
       C

et écra
été développé s
nous permet de
l’évolution de n
aussi de le pilo
incorporés. 
  
Par  e
directement  ch
souhaitons  e
automatique ou
 

Damien LE GALLO    53 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
c.  Programme et correspondance des Entrées/Sorties de l’API_2 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Programme de la fonction remplissage 
 
Cette fonction est celle correspondant au premier 
poste du processus. Son principe a été expliqué au­dessus. 
  Reculer le piston pour aspirer 
  Avancer le piston pour expulser 
 
 Par contre, il a été rajouté une étape (103 ou 203), 
car cela nous permet de mettre le bit « flacon_plein » au 
niveau logique 1, et donc de transmettre ce bit via le Global 
Data à l’automate API_1 et donc de pouvoir transférer le 
flacon au poste suivant qui est celui du bouchage. 

Damien LE GALLO    54 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
Programme de la fonction Vissage 
 
 
 
    
 
 
 
 
 
 
 
 
  Ce  poste  est  le  second  de  notre 
processus.  Et  son  fonctionnement  est  celui 
expliqué auparavant : 
  Démarrage du moteur 
et descente de la tige 
du vérin 
  Arrêt  du  moteur  et 
montée de la tige du 
vérin 
 
  Ici,  pour  les  mêmes  raisons  que 
précédemment, nous avons rajouté une étape, 
afin de bien transmettre le bit et de continuer à 
faire évoluer notre processus. 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Programme pour les temporisations 
 
   En ce qui concerne les temporisations, dans cet automate, nous avons procédé de la même 
façon  que  sur  l’autre  automate  et  cela  nous  donne  donc  le  même  résultat.

Damien LE GALLO    55 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
Correspondance des Entrées/Sorties 
Nom  Type  Adresse  Global Data  Groupe 
variable_recue  WORD  %MW500  SUB  maquette 
%MW500.0 
sortir_tige_ilot  BOOL  îlot Advantys      
%MW500.1 
demarrer_moteur_ilot  BOOL  îlot Advantys      
presence_flacon_vissage_auto  BOOL  %MW500.12      
presence_flacon_rem_auto  BOOL  %MW500.13      
presence_flacon_vissage  BOOL  %MW500.14      
presence_flacon_remplissage  BOOL  %MW500.15      
courant_limite_ecran  BOOL  %MW500.2      
fdc_recul_piston_ecran  BOOL  %MW500.3      
fdc_avancement_ecran  BOOL  %MW500.4      
tige_rentree_ecran  BOOL  %MW500.5      
         
variable_diffusee  WORD  %MW600  PUB  maquette 
%MW600.0 
courant_limite_ilot  BOOL  îlot Advantys      
%MW600.1 
tige_rentree_ilot  BOOL  îlot Advantys      
flacon_bouche_auto  BOOL  %MW600.12      
flacon_plein_auto  BOOL  %MW600.13      
flacon_bouche  BOOL  %MW600.14      
flacon_plein  BOOL  %MW600.15      
reculer_piston  BOOL  %MW600.2      
avancer_piston  BOOL  %MW600.3      
demarrer_moteur  BOOL  %MW600.5      
sortir_tige  BOOL  %MW600.6      
arreter_moteur  BOOL  %MW600.7      
rentrer_tige  BOOL  %MW600.8      
Damien LE GALLO    56 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
 
Nom  Type  Adresse  Global Data  Groupe 
              
%MW501.0 
reculer_piston_ilot  BOOL  îlot Advantys  Non    
%MW501.1 
avancer_piston_ilot  BOOL  îlot Advantys  Non    
%MW602.0 
fcd_recul_piston_ilot  BOOL  îlot Advantys  Non    
%MW602.1 
fdc_avancement_ilot  BOOL  îlot Advantys  Non    
arreter_moteur  BOOL     Non    
rentrer_tige  BOOL     Non    
fin_tempo  BOOL     Non    
fin_tempo_2  BOOL     Non    
fin_tempo_3  BOOL     Non    
fin_tempo_4  BOOL     Non    
tempo  BOOL     Non    
tempo_2  BOOL     Non    
tempo_3  BOOL     Non    
tempo_4  BOOL     Non    

Damien LE GALLO    57 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
 
5.  Problèmes rencontrés 
 
Lors de la réalisation de cette application, j’ai été confronté à un problème de temps 
d’exécution de section en mode automatique. 
 
En effet, j’ai développé mes programmes sous forme de Grafcet. Et lorsque j’arrivais à un 
poste, ma transition était transmise à l’automate API_2. Or ma transition restait toujours vraie 
(niveau logique 1) et ne retombait jamais à zéro. Donc, la première transition de ma section de 
remplissage ou de vissage était toujours active, et mon Grafcet s’exécutait indéfiniment. De plus, 
l’échange de fin de cycle de remplissage ou de vissage s’effectuait sur un bit de fin de tempo qui 
restait aussi toujours actif, donc le temps de cycle était trop faible.  
 
6.  Solutions apportées 
 
  Pour régler ce problème, j’ai été obligé de mettre le bit à partager entre les deux automates 
dans une étape, et non dans une transition. Ce qui fait que lorsque je détecte la présence d’un flacon 
à un poste, j’active le bit. Alors la section correspondant au poste s’exécute. Par contre pour régler 
le même problème dans les sections de chaque poste, j’ai été obligé de rajouter une étape dans 
laquelle j’ai placé le bit à échanger pour poursuivre l’évolution du processus. 
 
 
  Pour illustrer tout cela, je vais prendre un exemple concret de mon application. Nous 
prendrons l’arrivée au poste de remplissage. 
 
  Lorsque j’avais le problème, j’échangeais « presence_flacon_remplissage_auto » mais une 
fois que le bit était passé au niveau logique 1, il ne retombait jamais au niveau logique 0, donc la 
section de remplissage s’effectuait indéfiniment. De plus, je finissais ma section par un bit 
« fin_tempo_2 », ce qui fait qu’avec le temps de validation de l’échange du bit, entre les deux 
automates, défini dans la configuration du Global Data, l’automate API_1 n’avait pas le temps de 
relever le bit. Et donc, je ne sortais pas de mon étape dans la Gestion Globale, tant que l’automate 
API_1 ne détectait pas ce niveau du bit. 
 
  Pour cela, j’ai donc mis la variable « presenc_flacon_rem_auto » dans l’étape consécutive. 
Cette variable est celle échangée entre les deux automates. Et, dans la section de remplissage, j’ai 
rajouté une étape à laquelle j’ai affecté le bit « flacon_plein » et une temporisation pour que 
l’API_1 ait le temps de recevoir ce bit. 
 

Damien LE GALLO    58 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
X.  Configuration des Réseaux Locaux Virtuels (VLAN)  
1.  Rappel sur les VLANs 
 
Le terme VLAN vient de l’anglais Virtual Local Area Network, ce qui signifie Réseau Local 
Virtuel. Ce sont donc des sous réseaux virtuels. 
 
Le but de ces réseaux est de pouvoir, à l’aide d’un élément réseau, créer des sous réseaux. 
Cet élément réseau est généralement un switch administrable.  
 
PC1  API1   
 
Ici, le PC2 appartenant 
au  VLAN2  ne  peut  pas 
interagir sur l’automate API1. 
Mais,  il  peut  le  faire  sur 
VLAN1  l’automate  API2,  puisqu’ils 
appartiennent  tous  deux  au 
même sous­réseau. 
 
Par  exemple,  ce  type 
de  réseau  permet,  dans 
l’industrie,  de  séparer  deux 
PC2  chaînes  de  production  de 
façon à ce que la chaîne1 ne 
API2  puisse  pas  intervenir  sur  la 
chaîne2. 
 
Pour nous, l’intérêt du 
VLAN  était  d’éviter  toute 
VLAN2  saturation  de  notre  réseau 
Ethernet.  Ce  phénomène  de 
saturation  aurait  pu  être 
engendré par le service Global 
Communication impossible 
Data qui fait de la diffusion 
multicast (à toutes les stations 
Communication possible 
du réseau). 

Damien LE GALLO    59 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
2.  Explication de la configuration imaginée 
 
Dans notre application, nous avons un switch administrable, ce qui nous permet de dire que 
nous pouvons réaliser des Réseaux Locaux Virtuels dits VLAN. 
 
De ce fait, j’ai essayé de créer trois VLANs qui correspondaient à : 
  l’I/O Scanning entre l’automate API_1 et l’îlot d’entrées/sorties déportées 
  l’I/O Scanning entre l’automate API_2 et l’îlot Advantys 
  L’I/O Scanning et le Global Data entre les deux automates 
 
3.  Présentation et résolution du problème rencontré lors de la configuration 
 
Lors de la configuration, j’ai été confronté à un problème qui m’a bloqué toute une journée.  
 
  Ce problème était que chaque nœud appartenait à au moins deux réseaux virtuels, et lors de 
la configuration de ces réseaux sur le serveur Web du switch, nous devons définir pour 
chaque port la correspondance à un VLAN particulier.  
C’est­à­dire, que si l’on considère le VLAN entre l’automate API_1 et l’îlot physique, et que 
nous décidons de lui donner l’ID (identifiant de réseau) 1, lors de la répartition des ports, nous 
devons donner au port sur lequel est connecté l’automate, dans la colonne ID, l’indice 1. Or, nous 
voyons que ce même automate appartient aussi au réseau virtuel d’ID 3. Ainsi nous devons mettre 
dans la colonne ID correspondante au port de cet automate l’indice 3. Mais, il est impossible sur ce 
switch de faire correspondre un nœud à deux réseaux virtuels en même temps.  
De ce fait, je n’ai pas configuré ces indices, et par la suite je ne pouvais plus me connecter 
d’aucune manière à mon switch. Il existe pourtant une solution que j’ai utilisé afin de débloquer la 
situation. 
 
  Cette solution était de se connecter au switch par l’hyperterminal de l’ordinateur, à l’aide 
d’un câble bien particulier. Sa particularité est que l’une des extrémités est un connecteur de type 
RJ11 et que l’autre est un connecteur de type série mais dont toutes les broches ne sont pas utilisées. 
Une fois connecté, il a fallu que je demande au switch de redémarrer avec sa configuration par 
défaut à chaque fois.  
 

Damien LE GALLO    60 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
  Pour cela, il a fallu que je m’identifie en tant qu’administrateur du switch. J’ai donc dû saisir 
mon identifiant ainsi que mon mot de passe correspondant dans la fenêtre ci­dessous. 

 
 
Une fois correctement identifié, cela m’a ouvert la fenêtre de menu suivant. Je suis allé dans 
le menu « Configuration ». 

 
 

Damien LE GALLO    61 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
Dans ce menu, j’ai dû, à l’aide des flèches de direction et la barre d’espace, choisir dans la 
partie « Load after reset » le mode « default configfile ». De là, j’ai validé en sélectionnant 
« APPLY Load after reset » puisque c’est ce que j’avais modifié. Et par la suite, j’ai pu me 
reconnecter au switch comme je le faisait auparavant après un redémarrage de l’élément. 
 
 
 

Damien LE GALLO    62 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
 
XI)  Les essais de validation du fonctionnement de la maquette 
 
Une fois que la maquette est correctement configurée, il faut l’essayer afin de savoir si cette 
configuration est bonne et fonctionne ou non. Pour cela, nous avons fait différents tests, de la 
création de la connexion distante à l’exploration des serveurs Web des éléments, en passant par un 
rapatriement de programme sous Unity Pro. 
 
1.  Création de la connexion distante 
 
Afin de valider le bon fonctionnement de la  maquette d’accès distant par une ligne 
analogique RTC, il faut tout d’abord créer une connexion distante, à l’aide d’un modem analogique, 
c’est­à­dire avec un modem à 56Kbits. 
 
Pour  cela,  sous  un  système 
d’exploitation Windows 2000, il faut 
procéder comme suit : 
 
Panneau de configurations 
      Connexion réseau et accès distant 
  Etablir une nouvelle connexion 
 
   
 
 
 
 
 
   
Nous cliquons sur suivant et nous obtenons la fenêtre suivante : 

   
 
 

Damien LE GALLO    63 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
Nous sélectionnons la Connexion à un réseau privé, et validons en cliquant sur suivant. 
Nous avons : 
   
  Nous  mettons 
le numéro de téléphone 
qui est la cible, pour 
nous  il  s'agit  du 
0,0240687484  et 
validons  en  cliquant 
sur suivant. Une autre 
fenêtre s'ouvre où nous 
0,0240687484 lui  indiquons  le  nom 
que  nous  souhaitons 
donner  à  cette 
connexion. 
 
 
 
 
 
 
 
  Une fois la connexion créée, nous 
pouvons  nous  connecté  directement  au 
serveur RAS par la ligne RTC associée. 
Pour  cela  nous  double­cliquons  sur  la 
connexion distante et nous obtenons : 
 
   
  cta
ou
visiteur

cta
ou
visiteur

Damien LE GALLO    64 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
A ce moment la connexion s'établit et nous avons accès en passant par le navigateur Internet 
au portail du RAS_2000 comme suit : 

 
  A partir du moment où nous avons ouvert le portail Web du RAS_2000 nous pouvons 
accéder à chacun de éléments du réseau par leur Serveur Web embarqué. De plus nous pouvons 
aussi nous connecté avec Unity à l'automate API_1 et ainsi récupérer les programmes qu'il contient 
et l'exécuter sur le logiciel. C'est ce que nous allons voir par la suite. 
 
  L’enchaînement des  étapes est sensiblement le même pour un système d’exploitation 
Windows XP. 
 
 

Damien LE GALLO    65 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
2.  Accès au serveur Web de l’API_1 
   
Pour nous connecter à cet élément, nous avons cliqué sur le lien mis sur le portail Web du 
RAS_2000. Ainsi, la fenêtre suivante s'ouvre. 

 
  De là, nous avons accès à tous les menus disponibles sur ce serveur comme le menu 
Diagnostic, et donc nous pouvons visualiser le bon fonctionnement de l'I/O Scanning entre 
l'automate et l'îlot advantys, ou encore visualiser le rack. 

 
 

Damien LE GALLO    66 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
Visualisation de l'I/O Scanning 
 
 
 
 
Ici,  ce  menu  nous 
permet  de  savoir  si  l’I/O 
Scanning que nous avons pu 
configurer fonctionne bien ou 
si il est en défaut. C’est par là 
que  nous  avons  pu  constater 
que  l’I/O  Scanning  par  deux 
automates sur l’îlot Advantys 
était impossible ou du moins 
pour l’écriture. 
 
 
 
   
 
Visualisation de la bande passante 
 
 
 

Damien LE GALLO    67 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
3.  Rapatriement d’un programme automate vers le PC 
 
Une fois la vérification d’accès au serveur Web embarqué de l’automate faite, nous allons 
essayer de récupérer le programme qui y est déjà implanté. Pour cela, nous devons ouvrir le logiciel 
Unity Pro.  
 
Sous ce logiciel, nous allons dans le menu Automate puis dans l'option définir l'adresse de 
l'automate 

Puis, pour être sûr de pouvoir travailler avec l'automate, nous testons la connexion et 
validons. 
 
Ensuite, nous nous connectons à l'automate, en faisant Automate puis Connexion et pour 
récupérer le programme implanté dans l'automate, nous choisissons l'option Transférer le projet 
depuis l'automate. 

 
Puis une fois le projet transféré puis compilé, nous avons la fenêtre suivante et nous pouvons 
voir l'évolution du programme comme si nous étions connecté en directe sur l'automate. Dans cette 
fenêtre,  nous  trouvons  l’intégralité  des  caractéristiques  du  programme,  c’est­à­dire,  les 
entrées/sorties avec leurs adresses mémoires, la/les section(s) développée(s), la configuration réseau 
réalisée, et la configuration du rack de l’automate. 
 
 
 
 
 
 
 
 

Damien LE GALLO    68 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 

 
 
 
 
 
 

Damien LE GALLO    69 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
 
4.  Connexion au serveur Web de l’îlot Advantys 
 
  Une fois connecté au serveur RAS_2000, nous pouvons nous connecter à l'îlot Advantys, le 
serveur RAS nous servant de passerelle. De ce fait, nous pouvons aller sur son serveur Web ou 
encore nous connecter via le logiciel Advantys. 
 
Ainsi, la navigation sur le serveur web se fait comme si nous étions directement connectés 
via un câble Ethernet à l'îlot, à la seule différence qui est le débit. 

 
Pour se connecter via le logiciel Advantys à l'îlot, il faut une fois la configuration faite, 
cliquer sur le menu En ligne puis connecter ou sur l'icône        
 
 
Et de là, nous pouvons configurer de nouveau l’îlot Advantys tout en sachant que :  
 
  Les  données  téléchargées  sont  stockées  dans  la  mémoire  flash  du  module  NIM. 
Avertissement : les données de la carte mémoire amovible du NIM prévalent sur celles de 
cette configuration. 
 
 
 
 
 
 

Damien LE GALLO    70 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
D. CONCLUSION 
 
 
 
 
 
 
 
 
L’objectif du stage de fin d’étude, est d’acquérir un expérience professionnelle et de 
découvrir le monde de l’entreprise autrement que par de visites.  
 
  Ce projet a tout d’abord été une découverte de matériels Ethernet TCP/IP, comme le serveur 
RAS, l’îlot d’entrées/sorties déportées Advantys et le switch administrable. De plus, ce projet m’a 
permis de mobiliser certaines connaissances théoriques que je pouvais avoir et de les mettre en 
application sur des éléments concrets. Cela m’a permis aussi d’approfondir des connaissances mal 
comprises lors de la formation, telles que le service I/O Scanning et le service Global Data vus 
rapidement en TP. J’ai également appris de nouvelles choses, entre autre l’adressage X­WAY et 
Uni­Telway ainsi que leur histoire. 
 
  Au niveau relationnel, je suis satisfait d’avoir pu intégrer le service SSI Ouest de l’agence de 
Nantes, car il y a une vraie politique d’apprentissage et de formation des étudiants. En effet, en tant 
que stagiaire, nous sommes considérés comme de vrais professionnels et si nous avons un problème 
quelconque sur un sujet, nous pouvons sollicité l’aide d’une personne qui si elle n’a pas la réponse 
nous dirigera vers un spécialiste au sein de l’agence ou du groupe. 
 
  Enfin, l’environnement technico­commercial dans lequel j’ai pu évoluer pendant ces trois 
mois  de  stages  m’a  permis  de  me  conforter  dans  mon  choix  d’orientation  et  d’objectif 
professionnel.  

Damien LE GALLO    71 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
E. LES ANNEXES 
I)  Schéma électrique de la maquette 

Damien LE GALLO    72 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
 
II)  Liste du matériel 
Fonction dans  
la maquette  Désignation  Référence  Quantité 
           
   Disjoncteur tripolaire 6,3A  GV2­L10  1 
Alimentation  Disjoncteur bipolaire 10A  GB2­CD16  5 
   Alimentation à découpage  ABL1REM24100  1 
RAS  Serveur RAS 2000 RTC  FSXRAS2000RTC  1 
   Cordon RJ45 1m  E387957  5 
   Rack 8 emplacements extensible  TSX RKY8EX  1 
   Alimentation 100/240VCA 55W  TSXPSY 5500M  1 
   2 terminaisons de bus X  TSXTLYEX  1 
Automate  Processeur TSX P 571634M Unity  TSXP571634M  1 
API_1  Carte 16 entrées  TSXDEY16FK  1 
   Embase de simulation  ABE7TES160  1 
   Embase 16 entrées/sorties  ABE7H16R20  1 
   Cordon ABE7 HE10  TSXCDP103  2 
   Rack 8 emplacements extensible  TSX RKY8EX  1 
   Alimentation 100/240VCA 55W  TSXPSY 5500M  1 
Automate  2 terminaisons de bus X  TSXTLYEX  1 
API_2  Processeur TSX P 573634M Unity  TSXP573634M  1 
   Module de communication  TSXSCY21601  1 
   Câble voie 0  TSX SCY CU 6030  1 
Communication  Switch administrable  499NOS27100  1 
   Switch non administrable  499NSS25101  1 
   Interface réseau (NIM) standard pour Ethernet  STB NIP 2212  1 
   Distribution d'alimentation standard, 24Vcc  STBPDT3100  2 
   Sortie relais, 2 relais, forme C, 2A, bobine :24Vcc  STBDRC3210  2 
   Entrées numériques (TOR) puits de 24Vcc, 2 voies  STBDDI3230  2 
STB  Plaque de terminaison  STBXMP1100  1 
Kit de connecteurs pour borniers à vis NIM 2 points  1 sachet 
Advantys    STBXTS1120  1 bornier 
   Base PDM  STBXBA2200  2 
Kit de connecteurs pour borniers à vis PDM 2 points  1 sachet 
Îlot physique    STBXTS1130  2 borniers 
   Base d'Entrées/Sorties taille 2  STBXBA2000  2 
Kit de connecteurs pour borniers à vis E/S 5 points  1sachet 
     STBXTS1110  4 borniers 
   Base d'Entrées/Sorties taille 1  STBXBA1000  2 
1 sachet 
   Kit de connecteurs pour borniers à vis  STBXTS1100  4 borniers 
   Carte mémoire 32 Ko  STBXMP4440  1 

Damien LE GALLO    73 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
III)  Schémas d’implantation de la maquette 
 

 
Damien LE GALLO    74 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
  

Damien LE GALLO    75 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
IV)  Connexions et attributions de ports des switchs  
 
SWITCH ADMINISTRABLE    SWITCH NON­ADMINISTRABLE 
             
PORT  MATERIEL    PORT  MATERIEL 
RAS_2000  
1  (192.168.0.1)    1  Switch administrable 
TSX57 1634   PC  
2  (192.168.0.2)    2  (192.168.0.127) 
TSX57 3634   TSX57 3634  
3  (192.168.0.3)    3  (192.168.0.3) 

Ilot Advantys   Ilot Advantys  
4  (192.168.0.4)    4  (192.168.0.4) 
PC (192.168.0.127) 
ou 
5  switch non­manageable       
 
V)  Correspondance des adresse IP et adresse X­WAY 
 
Définitions des adresses IP avec les correspondances X­WAY 

       
Adresse X­WAY  
Nom de la machine  Adresse IP  Adresse X­WAY  passerelle 
Automate API_1  
TSX57 1634  192.168.0.2  1.2  2.2 
Automate API_2 
TSX57 3634  192.168.0.3  1.3  2.2 

Îlot Advantys  192.168.0.4       

Switch Administrable  192.168.0.20       
 

Damien LE GALLO    76 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
VI)  Information sur l’I/O Scanning* 
 
Le scanner d’entrées/sorties (I/O Scanning) permet, de manière périodique, de lire ou 
d’écrire des entrées/sorties distantes sur le réseau Ethernet sans programmation spécifique. Ce 
service comporte les éléments essentiels suivants : 
  une zone de lecture regroupant toutes les valeurs des entrées distantes, 
  une zone d’écriture regroupant toutes les valeurs des sorties distantes, 
  Des périodes de scrutations indépendantes du cycle automate et dédiées à chaque 
équipement distant. 
 
La scrutation ne s’effectue que si l’automate est en Run. Ce service fonctionne avec tous les 
équipements supportant la communication Modbus sur le profil TCP/IP en mode serveur. Le 
mécanisme d’échange qui vous est transparent, est effectué par des requêtes : 
  de lecture, 
  ou d’écriture, 
  ou de lecture et écriture. 
Note : Certains types d’équipements scannés comme les modules TSX ETY supportent uniquement 
les requêtes de lecture ou d’écriture (requête de lecture/écriture simultanée non supportée). 
 
La figure suivante illustre le fonctionnement de la scrutation des entrées/sorties déportées. 
 

 
 
1. Dès que l’automate passe en Run, le module ouvre une connexion par équipement scruté  (une 
connexion par ligne saisie dans la table des éléments scrutés). 
2. Ensuite, le module effectue une lecture périodique des mots d’entrées et une écriture périodique 
des mots de sorties de chaque équipement. 
3. Si l’automate passe en Stop, les connexions avec chaque équipement sont fermées. 
 
 

Damien LE GALLO    77 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
Les fonctionnalités du service IO scanning sont de : 
  gérer  la  connexion  avec  chaque  équipement  distant  (une  connexion  par 
équipement scruté), 
  scruter  les  entrées/sorties  de  l’équipement  en  utilisant  des  requêtes  de 
lecture/écriture Modbus sur le profil TCP/IP, 
  mettre à jour les zones de lecture et d’écriture dans la mémoire application, 
  rafraîchir les bits de chaque équipement distant. 
Note : Ces bits indiquent si les mots d’entrées/sorties du module ont été rafraîchis. 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
*Informations issues de la documentation d’aide Unity Pro 
 

Damien LE GALLO    78 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
VII)   Information sur le Global Data* 
 
L’objectif du service Global Data, supporté par les coupleurs TSX ETY4103/PORT/5103 et 
la liaison Ethernet du TSX P57 5634, est de fournir un échange de données automatique pour la 
coordination d’applications automate. 
   
Les modules de communication sont regroupés dans un Groupe de Distribution pour 
échanger  des  variables  destinées  à  la  coordination  des  automates.  Chaque  module  de 
communication publie une variable application locale vers les autres modules de communication du 
Groupe de Distribution. Chaque module de communication peut également souscrire aux variables 
application publiées par tous les autres modules appartenant au Groupe de Distribution, quelque soit 
leur emplacement. 
 
Une Variable Application est un ensemble de mots contigus d’un automate. Le service de 
Global Data doit être configuré afin de déterminer l’emplacement et le nombre de variables 
application publiées et souscrites par chaque module de communication. Une fois les coupleurs 
configurés, les échanges entre les modules de communication appartenant au même Groupe de 
Distribution sont réalisés automatiquement lorsque l’automate est en RUN. Illustration : 
 

 
 
Un Groupe de Distribution est un groupe de modules de communication identifié par la 
même adresse IP multicast. Des échanges en "multicasting" sont utilisés pour distribuer les Global 
Data. Plusieurs Groupes de Distribution indépendants peuvent coexister sur le même sous réseau 
avec leur adresse multicast propre. 
 
Un  protocole  Publication/Souscription  sur  UDP/IP  est  utilisé  pour  la  distribution  des 
données. La publication d’une variable est synchronisée sur le début du cycle automate. Les 
variables souscrites sont recopiées dans la mémoire application automate en fin de cycle. Les zones 
de la mémoire automate recevant les différentes variables souscrites ne doivent pas se recouvrir. 
 
A chaque variable application est associé un Health bit (Bit d’état). Ce bit d’état indique la 
validité de chaque variable souscrite : il est à 1 si la variable a été publiée et reçue dans le délai de 
validité configuré, sinon il est à 0. 

Damien LE GALLO    79 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
 
Le service Global Data utilise le Multicasting. En raison de ce principe de diffusion, les 
trames multicast émises par un module sont répétées sur tous les ports des commutateurs, ayant 
pour effet de générer un encombrement du réseau. Le Filtrage Multicast permet, lorsque les 
commutateurs présentent cette fonction, de ne propager les trames multicast que sur les ports qui le 
nécessitent. Le protocole utilisé pour établir la liste des ports intéressés par un trafic donné est 
GMRP. 
 
Les modes de marche sont les suivants : 
  La mise en stop de l’automate arrête les échanges de Global Data. 
  L’utilisation  des  bits  système  de  forçage  d’Entrées/Sorties  (%S9,  %SW8, 
%SW9) n’arrête pas les échanges de Global Data. 
 
Il n’y a pas de limites théoriques du nombre de stations appartenant à un Groupe de 
Distribution. La principale limitation est le nombre de variables échangées dans ce Groupe de 
Distribution (64 variables). 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
*Informations issues de la documentation d’aide Unity Pro 
 

Damien LE GALLO    80 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
VIII)  Information adressage Uni­Telway* 
 
Un automate esclave peut disposer jusqu’à trois adresses Uni­Telway : 
  une adresse serveur Ad0, 
  une adresse application client Ad1, 
  une adresse application écoute Ad2. 
 
Adresse Ad0 
Une adresse serveur, appelée Ad0, est obligatoire et codée par configuration. Elle permet 
l'accès au système de l'automate pour des fonctions de réglage, de diagnostic, de lecture ou 
d'écriture de variable, de chargement ou déchargement de programme, ...). 
 
Adresse Ad1 
Une adresse application client, appelée Ad1, est attribuée optionnellement par configuration 
au coupleur esclave. Elle permet l'émission de messages ou requête, nécessitant ou non une réponse, 
vers un autre équipement connecté sur le bus Uni­Telway. 
 
Adresse Ad2 
Une  adresse  application  écoute,  appelée  Ad2,  est  attribuée  optionnellement  par 
configuration au coupleur esclave. Elle permet la réception de la requête Données Non Sollicitées 
(16#FC) en provenance d'un autre équipement connecté sur le bus Uni­Telway. 
 
Contraintes d’utilisation 
Les adresses Ad1 et Ad2 sont consécutives à l’adresse Ad0 (Ad1 = Ad0 + 1 et Ad2 = 
Ad0+2). 
 
Exemple 
Adresse liaison Uni­Telway Entités logiques 
Ad0 = 6 Système répond à des questions 
Ad1 = 7 Application client pose des questions à un équipement serveur Uni­Telway 
Ad2  =  8  Application  écoute  reçoit  la  requête  "Données  Non  Sollicitées"  à  destination  de 
l’application 
 
Note : lorsque le maître Uni­Telway est un SCM (automates série 7), l’application contenue dans le 
maître doit utiliser l’adresse de l’esclave destinataire (Premium) augmentée de 100 (16#0064). 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
*Informations issues de la documentation d’aide Unity Pro 
 

Damien LE GALLO    81 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
IX.  Organisation du travail et Planning du stage 
1.  Organisation du travail 
 
Mon travail s’est organisé en plusieurs temps : 
  Tout d’abord, je me suis imprégné du sujet 
  J’ai consulté et lu les documentations techniques des éléments dont j’avais 
besoin 
  J’ai consulté la configuration de la maquette faite à Metz 
  J’ai configuré le RAS pour la maquette de Nantes puisque je n’avais pas le reste 
du matériel, mis à part un automate 
  Je me suis familiarisé avec l’automate que j’avais en ma possession et le logiciel 
Unity Pro et ses langages de programmation 
  Quand le matériel est arrivé, j’ai fait le câblage électrique de la maquette 
  J’ai configuré la maquette 
o  Réseau Ethernet 
o  Passerelle Uni­Telway 
  J’ai réalisé le programme qui servira à la démonstration 
  J’ai validé le fonctionnement correct de la maquette au fil du temps, c’est­à­dire 
que dès que je finissais une configuration je la testais pour pouvoir passer à la 
suivante 
  J’ai aussi rédigé la documentation sur la configuration de la maquette au fur et à 
mesure que j’avançais, afin que tout soit clair et pour que, le cas échéant, je 
puisse ne pas perdre de temps si je perdais une configuration 
 

Damien LE GALLO    82 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
2.  Planning du stage 
SEMAINE  TRAVAIL PREVU  TRAVA
=> Lecture de la documentati
15  => Établissement d'étapes de 
(du 10 avril au 
14 avril)  Découverte du produit et commande du matériel  => Définition du sujet 
=> Réflexion sur une architec
    => Réalisation d'une première
essai du RAS de METZ 
16 
(du 17 avril au  => Réalisation de la documen
21 avril)  Formation (habilitation) et réception du matériel  RAS_2000 
=> Formation Habilitation 
=> Réalisation de la documen
17  Réalisation de la maquette et câblage de la maquette  RAS_2000 
(du 24 avril au  => Réception du matériel 
28 avril)    => Réalisation et câblage de l

18  => Configuration de l'îlot Adv
(du 1 mai au 5  => Réalisation de l'I/O Scann
mai)  Advantys 
   
=> Essai de la communication
sorties avec un programme de
  => Configuration de tout le ré
  Ethernet 
=> Essai du RAS en IP fixe a
Développement :   sur l’automate  
19  =>programme pour l'API 1  => I/O Scanning entre les deu
(du 8 mai au 12  => Essai de configuration bas
mai)  =>communication des Entrées/Sorties déportées 
   =>1ers tests du RAS  automates 
   => Essai et validation de la pa
  => Essai et validation de la pa
distant avec récupération de p
Damien LE GALLO    83 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
Développement :   => Début de rédaction du rap
20 
(du 15 mai au  =>programme pour l'API 1  => Essai de configuration de 
19 mai)  =>communication des Entrées/Sorties déportées  => Développement du progra
  =>1ers tests du RAS  échange entre les automates 
 
=> Réalisation du programme
21 
(du 22 mai au  présence de problèmes d'exéc
26 mai)  Réalisation de la passerelle Uni­Telway  des variables qui ne repassent
=> Rédaction du rapport, part
=> Réalisation du programme
et automatique sans problème
Réalisation de la passerelle Uni­Telway  temporisation 
22  => Réalisation de l'écran d'ex
(du 29 mai au 2 
juin)     programme 
=> Essai de communication e
  Uni­Telway avec la déconnex
=> Essai de connexion des rel
=> Réalisation des documents papiers support de la  => Rédaction de la document
23 
(du 5 juin au 9  maquette  maquette 
juin)  => Réalisation de la présentation power point de la  => Rédaction du rapport de st
maquette pour le client   
=> Réalisation des documents papiers support de la  => Fin de la rédaction du rapp
maquette  => Début du Power­Point pou
24 
(du 12 juin au  => Réalisation de la présentation power point de la 
16 juin)  maquette pour le client   
 

Damien LE GALLO    84 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
F.  LE GLOSSAIRE 
 
Adressage X­WAY :  Mécanisme d'adressage (au niveau de la couche réseau) pour le protocole 
Uni­TE. Il permet l'interconnexion de plusieurs réseaux ou segments Ethway, 
Ethernet TCP/IP et/ou Fipway. Sur un réseau TCP/IP Ethernet, l'adressage X­
WAY et IP sont utilisés ensemble. 
 
Adresse IP :  Une adresse IP (avec IP pour Internet Protocol) est un identifiant unique, qui 
d'un point de vue conceptuel est similaire à un numéro de téléphone. Cette 
adresse est utilisée pour identifier un composant (en général un ordinateur, 
mais aussi un routeur, une imprimante, etc.) sur un réseau local, un réseau 
étendu ou sur Internet. De l'information, étiquetée de l'adresse IP source et 
destination, peut ainsi être transmise par un protocole de communication 
entre deux composants, chaque composant situé sur le trajet jouant le rôle de 
relais (principe du routage). Un composant donc doit posséder au moins une 
adresse IP pour être accessible. 
 
Adresse MAC :   Adresse de protocole d'accès à un support de l'anglais « Media Access   
Control ». Nombre de 48bits (6 octets), unique sur un réseau, programmé 
dans chaque carte ou appareil réseau lors de sa fabrication. 
 
CLASSE IP :  Classe A : 0.0.0.0 à 127.255.255.255 
Classe B : 128.0.0.0 à 191.255.255.255 
Classe C : 192.0.0.0 à 223.255.255.255 
 
 
DHCP :  De l'anglais « Dynamic Host Configuration Protocol ». Protocole TCP/IP 
permettant à un serveur d'affecter à un noeud de réseau une adresse IP basée 
sur un nom de rôle (nom d'hôte). 
 
Ethernet :   Spécification de câblage et de signalisation LAN (Local Area Network : 
Réseau local) utilisée pour connecter des appareils au sein d'un site bien 
précis, tel un immeuble. Ethernet utilise un bus ou une topologie en étoile 
pour connecter différents nœuds sur un réseau. 
 
Ethernet II :   Format de trame selon lequel l'en­tête spécifie le type de paquets de données. 
 
FTP :      File Transfert Protocol ou Protocole de Transfert de Fichiers 
 
Global Data :  L'objectif du service global data est de fournir un échange de données 
automatique pour la coordination d'applications automate. 
 
HTTP :  Protocole  de  Transfert  HyperTexte  de  l'anglais  « HyperText  Transfert 
Protocol ». Protocole utilisé pour les communications entre un serveur Web et 
un navigateur client. 
 

Damien LE GALLO    85 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
I/O Scanning :   Le scanner d'entrées/sorties permet de manière périodique, de lire ou d'écrire 
des  entrées/sorties  distantes  sur  le  réseau  Ethernet  sans  programmation 
spécifique. 
      Ce service comporte les éléments essentiels suivant : 
        => une zone de lecture regroupant toutes les valeurs des entrées  
             distantes. 
        => une zone d'écriture regroupant toutes les valeurs des sorties  
             distantes. 
        => Des périodes de scrutations indépendantes du cycle automate et 
             dédiées à chaque équipement distant. 
 
IP :  Protocole Internet de l'anglais « Internet Protocol ». Branche de la famille de 
protocole  TCP/IP  qui  assure  le  suivi  des  adresses  Internet  des  nœuds, 
achemine les messages en sortie et reconnaît les messages arrivés.   
 
LAN :  Réseau Local de l'anglais « Local Area Network ». Réseau de communication 
de données à courte distance. 
 
NIM :  Module d'Interface Réseau de l'anglais « Network Interface Module » d'un 
îlot Advantys (tête de communication) 
 
 
Nœud d'un réseau :  Un Nœud d'un réseau est un terminal. En fait, c'est un élément qui est 
connecté sur le réseau local. Il peut s'agir d'un ordinateur, d'une imprimante, 
d'un automate... 
 
Passerelle :  Programme ou composant matériel chargé de transmettre des données entre 
les réseaux. 
 
PING :  Fonction qui permet lorsque nous avons des éléments en réseau de savoir si 
ils peuvent communiquer entre eux. On dit dans le langage courant, si ils se 
voient. En général, la commande Ping est réalisée si c'est pour voir si deux 
PC communiquent avec l'invitation de commande. Dans la fenêtre, on saisit la 
commande que nous souhaitons réaliser puis l'adresse de l'élément avec 
lequel nous souhaitons communiquer. Par exemple : Ping 192.168.0.1 
 
Rack :  Le support des différents modules constituant l’automate. 
 
RTC :      Réseau téléphonique général analogique. 
 
Sous réseau :  Segment de réseau qui partage une adresse réseau avec les autres parties du 
réseau.  Tout  sous  réseau  peut  être  physiquement  et/ou  logiquement 
indépendant du reste du réseau. La partie de l'adresse Internet appelé numéro 
de sous réseau permet d'identifier le sous réseau. Il n'est tenu aucun compte 
de ce numéro de sous réseau lors de l'acheminement IP.  
 

Damien LE GALLO    86 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   
    Stage 2006 
Switch :    Élément constitutif d'un réseau local. 
Le rôle de cet élément est de relier en un même point, différents appareils 
pouvant communiquer entre eux, tels que des ordinateurs, des automates, des 
imprimantes... Il existe deux types de switch : 
=>  Les  switchs  manageables,  qui  peuvent  être  configurés  et 
paramétrés par l'administrateur réseau afin de créer des sous réseaux 
virtuels VLAN   
=> Les switchs non manageables qui ne peuvent être configurés ou   
paramétrés. Ce sont juste des nœuds concentrateurs. 
 
TCP :    Protocole de Contrôle de Transmission de l'anglais « Transmission 
Control Protocol ». Protocole de la couche transport orienté connexion qui 
assure une transmission de données fiable en mode full duplex. TCP fait parti 
de la suite de protocoles TCP/IP.   
 
Uni­Telway :    Type de réseau spécifique à Schneider Electric. 
 
VLAN:    Virtual Local Area Network => Réseau Local Virtuel. 
Contrairement au VPN, ce type de réseau ne nécessite pas de connexion 
Internet. Mais le seul impératif, est de posséder un switch administrable qui 
peut créer des Réseaux virtuels de ce type.  
 
VPN :     Virtual Private Network => Réseau Virtuel Privé 
Ce type de réseau, nous permet de faire un réseau bien sécurisé à partir du 
moment ou nous possédons une connexion Internet. 
 
WAN:    Wide Area Network: Réseau Local Etendu. Le WAN est un réseau 
informatique couvrant une grande zone géographique, typiquement à l'échelle 
d'un pays, d'un continent, voire de la planète entière. L'exemple de WAN le 
plus connu est le réseau Internet lui­même. 
 
 

Damien LE GALLO    87 
GEII2   Option Réseaux Locaux Industriels   

Vous aimerez peut-être aussi