Vous êtes sur la page 1sur 2

Frères et soeurs en Christ,

Le chemin de croix, cette dévotion devenue, de nos jours, populaire, remonte aux
premiers siècles de l’Église, en l’occurrence aux lendemains de la paix constantine. Il nous
plonge dans le drame du vendredi saint qui a vu Jésus porter sa croix du prétoire jusqu’au le
Golgotha où il fut cloué sur cette croix. La croix, autrefois supplice des larrons, honte la plus
ignominieuse, est devenue depuis lors, l’instrument de notre salut, révélant l’amour
miséricordieux de Dieu pour les pécheurs.
Que signifie pour nous aujourd’hui entreprendre le chemin de croix ? Il ne s’agit certes
pas d’un dolorisme moyenâgeux car nous avertit Saint Augustin « Ce ne sont point nos
tourments, c'est notre justice qui plaît à Dieu; (…) Si la croix du Seigneur est devenue notre
symbole, ce n'est point à cause de ce qu'a enduré le Seigneur, c'est à cause du motif pour
lequel il a souffert. Si c'était à cause des souffrances elles-mêmes, les souffrances des larrons
qui enduraient le même supplice, auraient mérité le même honneur. » (Augustin,
Sermons.SERMON CCLXXXV)
Si nous voulons entreprendre ce chemin, c’est parce que nous sommes « convaincus
que chaque pas du Fils de Dieu portant sa croix, chacun de ses gestes et chacune de ses
paroles, et aussi ce qu’ont vécu et accompli ceux qui ont pris part à ce drame, nous parlent
continuellement » (Jean-Paul II, Vendredi Saint 2000). Vivre le chemin de croix « veut dire
faire l’expérience dans l’Esprit Saint de l’amour que la croix du Christ cache en elle. Cela
veut dire reconnaître, à la lumière de cet amour, sa propre croix. Cela veut dire la prendre sur
ses épaules et, toujours en vertu de cet amour, marcher... marcher tout au long de la vie, en
imitant Celui qui a dit “Si quelqu’un veut marcher derrière moi, qu’il renonce à lui-même,
qu’il prenne sa croix et qu’il me suive” » (Mt 16, 24).
Dans cette ferveur, tournons nos regards vers le Crucifié et, prosternés à ses pieds,
recueillons-nous.

Prions le Seigneur
Seigneur Jésus-Christ, remplis nos cœurs de la lumière de ton Esprit, afin que, te
suivant sur ton ultime chemin, nous connaissions le prix de notre rédemption et devenions
dignes de participer aux fruits de ta passion, de ta mort et de ta résurrection, toi qui règnes
avec le Père dans l’unité du Saint-Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles. Amen.
Nous t’adorons au Christ et nous te bénissons.
Parce que tu as racheté le monde par ta sainte croix.

1
PREMIÈRE STATION
Jésus est condamné à mort

DEUXIÈME STATION
Jésus est chargé de sa croix

TROISIÈME STATION
Jésus tombe pour la première fois

QUATRIÈME STATION
Jésus rencontre sa mère

CINQUIÈME STATION
Simon de Cyrène aide Jésus à porter
sa croix

SIXIÈME STATION
Véronique essuie le visage de Jésus

SEPTIÈME STATION
Jésus tombe une deuxième fois

HUITIÈME STATION
Jésus console les femmes de
Jérusalem

NEUVIÈME STATION
Jésus tombe pour la troisième fois

DIXIÈME STATION
Jésus est dépouillé de ses vêtements,
abreuvé de vinaigre et de fiel

ONZIÈME STATION
Jésus est cloué sur la croix

DOUZIÈME STATION
Jésus meurt sur la croix

TREIZIÈME STATION
Jésus est descendu de la croix et
confié à sa Mère

QUATORZIÈME STATION
Le corps de Jésus est mis au tombeau

Prière
Seigneur Jésus Christ, toi qui, dans la puissance de l’Esprit Saint, as été conduit par le
Père des ténèbres de la mort à la lumière d’une vie nouvelle dans la gloire, fais que le signe du
tombeau vide nous instruise et devienne source de foi vive, de charité généreuse et de ferme
espérance. À toi, Jésus, présence achée et victorieuse dans l’histoire du monde, honneur et
gloire pour les siècles. Amen.

Vous aimerez peut-être aussi