Vous êtes sur la page 1sur 39

CNTA ’09 Université A.

MIRA BEJAIA

Effet de l’Anisotropie Magnétique sur les


Caractéristiques d’un Résonateur Micro Ondes
C. Zebiri, M. Lashab F. Benabdelaziz
Département d’électronique, faculté des sciences de Département d’électronique, faculté des sciences de
l’ingénieur. Universite ferhat abbes. l’ingénieur. Universite Mentouri.
Sétif, Algerie Constantine, Algerie
zebiri@ymail.com benabdelaziz2003@ymail.com

Abstract— L’effet de l’anisotropie uniaxiale de la perméabilité anisotropie uniaxiale [8], ont prouvé que ce type de support
d’un substrat magnétique sur la fréquence de résonance ne présente aucune influence majeure sur le facteur de
complexe d’un résonateur microruban a été étudié en se basant qualité, la largeur de la bande passante. Pour ces raisons
sur la formulation de l'équation intégrale. Cette fréquence a d’autres études ont été orientées vers les supports dotés
été calculée en employant la méthode spectrale via la méthode d’anisotropies positive et négative [9-10], ou biisotropiques
des moments procédure Galerkin pour la résolution [11].
numérique de l’équation intégrale. Pour une convergence
rapide des résultats, les fonctions sinusoïdales ont été choisies Nous utilisons l'approche spectrale (S D A), qui est
comme fonctions de base. Les résultats numériques obtenus intensivement employée dans l'analyse et la conception des
indiquent que la fréquence de résonance et la largeur de la structures planaires. Dans une telle approche, la fonction
bande passante sont en liens direct avec la composante spectrale tensorielle de Green, qui relie les champs
perpendiculaire de la perméabilité à l’axe optique. électriques tangentiels et les courants respectifs des
différents conducteurs, devrait être déterminée. Beaucoup de
Notre étude a été comparée avec celles publiées par d’autres techniques ont été proposées pour l’évaluation de cette
auteurs [10]. fonction [8]-[10]. Notre article consiste donc en une
évaluation du tenseur de Green d’un résonateur imprimé sur
I. INTRODUCTION substrat bianisotrope (figure.1). Une résolution numérique du
système d’équations élaboré, et mis sous forme matricielle,
La miniaturisation des antennes a suscité ces dernières nous permet d’avoir la fréquence de résonance complexe du
années un très grand intérêt au prés des chercheurs dans le résonateur étudié (figure. 1).
monde des télécommunications [1] [2]. La course à cette
miniaturisation est motivée par des exigences d’intégration
des antennes dans l’architecture des terminaux mobiles, pour
réduire au maximum leur encombrement. L’une des
applications actuelles qui nécessite aussi l’utilisation
d’antennes de petites dimensions est celle des
interconnections sans fils [3].
L’un des facteurs important agissant sur la
miniaturisation des lignes microbandes et résonateurs est la
permittivité élevé et l’anisotropie du milieu. Où plusieurs
cherches dans la vingtaine passée [4]- [7], ont investi sur
l’effet de l’anisotropie uniaxiale de la permittivité et sa
valeur sur les différents paramètres de ces dispositifs, tel que
la constante de propagation, fréquence de résonance
complexe, et facteur de qualité.
Dans cette article nous essayons de formaliser l’effet de
la perméabilité sur la fréquence de résonance complexe d’un Figure 1. Microstrip implantée sur milieu magnétique.
résonateur microbande implantée sur un milieu doté d’une
anisotropie uniaxiale magnétique. Cependant, Les études
concernant le calcul de la fréquence de résonance des
résonateurs microrubans, implantés sur substrat d’une
CNTA ’09 Université A.MIRA BEJAIA

II. THÉORIE Avec :


εt
A. Equations de Maxwell κ ze 2 = κ 02 ε t µ t − κ s2 (6)
εz
Les milieux magnétiques considérés dans notre travail
ont une anisotropie uniaxiale, donnés comme suit [12] : µt
κ zh 2 = κ 02 ε t µ t − κ s2 (7)
µz
µ t 0 0 ε t 0 0
    κ s2 = κ x2 + κ y2 (8)
µ = 0 µt 0 , ε = 0 εt 0 (1)
0 0 µz  0 0 ε z 
   Où les coefficients spectraux : A e , A h , B e et B h sont
En substituant ces dernières dans les équations de fonction des variables κ s , κ ze et κ zh . Ces derniers sont
Maxwell, nous déduisons les composantes transversales du respectivement les constantes de la propagation des modes
champ électromagnétique en fonction des composantes TM et TE. Selon les équations précédentes nous obtenons
longitudinales, obtenus a partir des équations misent sous les expressions des composantes tangentielles des champs
formes matricielles. Ce qui sera explicité par le paragraphe suivantes:
suivant.
~
( ) (
 E~ e κ , z  )
E S κ s , z =  ~ h s  = e jκ z z A κ s + e − jκ z z B κ s ( ) ( )
B. Matrices TM et TE de transfert correspondantes à la
couche magnétique
(
 E κ s , z  ) (9)

(κ , z ) = HH~ ((κκ , z )
En considérant une variation temporelle en eiωt et en ~
 = g (κ ) e
 κ A (κ ) − e κ B (κ )
e
~ −j
, z )
s j z z
partant des équations de Maxwell dans le domaine de HS z z
s

h
s
 s
 s s
Fourrier, nous pouvons montrer que les champs transverses
dans le chiral peuvent s’écrire en fonction des composantes (10)
~ ~
longitudinales E z et H z selon les équations matricielles
Où:
suivantes :
 εz 1 ∂  [
κ z = diag κ ze κ zh ] (11)
~
E   j 0  ~ 
~
( ) (
ES κ s , z = F κ s , rs  ~x  =  ε t κ s
1
)
∂z   E~z  (2)
( )
A κ s = − 12
εz
κ ze B e 1 ωµ 0 µ z A h 
T

 E y   
κs (12)
ω µ0 µ z   H z   κ s 
1 εt κ s2
 0
 κ s 
( )
T
B κ s =  12 ωµ 0 µ z z B h 
εz
κ ze B e 1 (13)
 1   κ s εt κ s2 
~  ω ε 0 ε z 0  ~ 
~
( ) 1 
(H κ
H S κ s , z = F κ s , rs  ~y  =  s )   E z  (3)  ωε ε 
κs −
 x  
H 
0 j
µ z 1 ∂   H~ z 

( )
g κ s = −diag  0e t
κ zh
 (14)
 µt κ s ∂z   κ z ωµ 0 µ t 
Pour un milieu électrique non magnétique présentant une
κ κy 
(
Avec : F κ s , rs =  x ) anisotropie biaxiale au niveau (6) de la permittivité, les
κ y − κ x  expressions précédentes se réduisent à celles développés
dans [10].
(
Où F κ s , rs ) rs = 0
~ ~
est le vecteur Kernel, E S et H S sont
III. ÉVALUATION DU TENSEUR DE GREEN
exprimés selon les modes TM, TE. Après étude des conditions aux limites imposées par la
structure on aboutit à l’expression, sous sa forme compacte,
C. Composantes longitudinales et transversales de la fonction dyadique de Green :
En considérant la résolution de l’équation d’onde, nous
exprimons les composantes longitudinales des champs G (k s ) =
1  1 1 
diag  e κ z κ ze , h κ 02 µ t  ⋅ sin κ z d ( ) (15)
électriques et magnétiques dans les milieux chiraux selon jωε 0 D D 
les expressions suivantes:
Où:
~
( )
E z κ s , z = A e e jκ z z + B e e − jκ z z
e e
(4)
( )
D = κ z ε t cos κ zh d + jκ ze sin κ ze d
e
( ) (16)

H (κ , z ) = A e κ cos(κ d ) + jκ sin (κ d )
~ jκ zh z
+ B he−
h
j zz
D h = κ zh µt
h h h
z s (5) (17)
z z z
CNTA ’09 Université A.MIRA BEJAIA

IV. SOLUTION DE L’ÉQUATION INTÉGRALE


Le courant de conduction sur la plaque conductrice peut
être exprimé en série finie de fonctions de base. L’équation
intégrale décrivant le champ électrique est [8]-[11] :

~
∫ ∫ dk s F (k s , rs ) ⋅ G (k s ) ⋅ J (k s ) = 0 (18)
−∞

En utilisant la procédure de Galerkin selon la méthode


des moments, l’équation intégrale (18) a été discrétisée en
une équation matricielle. La solution non triviale de cette
équation est une fréquence complexe f = f r + if i .

f r : La fréquence de résonance réelle.


Figure 2. Fréquence de résonance réelle comparée avec celle de [10];
a=1.5cm, b=1cm, ε r =2.35.
f i : La fréquence de résonance imaginaire, traduit les
pertes par rayonnement pour le cas d’un résonateur
rayonnant.
Le facteur de qualité et la bande passante sont définis par
[13] :

fr
Q= (19)
2 fi

1
BP = (20)
Q

V. RÉSULTATS
L’influence de l’anisotropie uniaxiale magnétique du
substrat sur la fréquence complexe et la bande passante d’un Figure 3. Fréquence de résonance imaginaire comparée avec celle de [10];
résonateur microbande a été étudiée. Afin de valider nos a=1.5cm, b=1cm, ε r =2.35.
résultats et programmes élaborés, des comparaisons ont été
menées par rapport à ceux d’un cas de diélectrique isotrope
présenté dans la littérature.
Les Figures ci-dessous montrent la fréquence réelle, et
imaginaire normalisées ainsi que la bande passante en
fonction de l’épaisseur du substrat anisotrope, d’une
structure microbande monocouche, comparativement aux
mesures de la littérature où (ε x =ε z =2.35), le milieu
considéré est caractérisé comme suit :
(µ t =0.8, µ z =1 : l’anisotrope positive de la
perméabilité) et (µ t =1.2, µ z =1 : l’anisotrope négative).
L’anisotropie uniaxiale est obtenue par le changement
de µ t tout en gardant µ z constante.

VI. COMMENTAIRES Figure 4. Bande passante comparée avec celle de [10]; a=1.5cm, b=1cm,
ε r =2.35.
L’effet d’un milieu diélectrique, doté d’une anisotropie
magnétique, sur la bande passante d’un résonateur Dans les figures ci-dessus, la fréquence complexe et la
microbande rectangulaire a été étudié. Le substrat étant bande passante sont tracées en fonction de l’épaisseur du
anisotrope ayant une permittivité relative : ε x =ε z =2.35. Les substrat pour différentes valeurs de chiralité et selon le
dimensions de la plaque rectangulaire sont : 1cm et 1.5cm. choix de l’anisotropie magnétique. La normalisation est
CNTA ’09 Université A.MIRA BEJAIA

faite par rapport à f 0 , qui est la valeur déduite du mode [2] Brachat. P and Ratajczak. P, “Antennes compactes pour
télécommunications : modélisations et perspectives”, Annales des
fondamentale f r = c 2b ε z . Télécommunications. 55, n°5-6, 2000.
[3] K. Kim and K. O. Kenneth, “Characteristics of integrated dipole
Les résultats numériques représentés par les figures 2, 3 antennas on bulk, SOI and SOS substrates for wireless
communication”, Proceedings of IITC, pp. 21-23, San Francisco
et 4, montres un effet remarquable de l’anisotropie axiale de 1998.
la perméabilité sur la fréquence de résonance réelle, comme [4] D.M. Pozar, “Radiation and scattering from a microstrip patch on a
le montre la formule asymptotique. Alors que pour la partie uniaxial substrate” IEEE Trans. Antennas Propagat., vol. AP-35, pp.
imaginaire et la bande passante, nous remarquons que cet 613-621, Jun.1987.
effet est légèrement semblable quant à l’effet de [5] “Relationships for Green’s function spectral dyadic’s involving
l’anisotropie uniaxiale de la permittivité. Nous pouvons anisotropic imperfect conductors imbedded in layered anisotropic
media”, IEEE Trans. Antennas Propagat., vol. AP-37, pp. 1207-1211,
appliquer cet effet, dans le cas d’essai d’une augmentation Sep. 1989.
ou diminution de la fréquence de résonance sans pour autant [6] R.M. Nelson, D.A. Rogers and A.G. D’AssunGao, “Resonant
changer la fréquence imaginaire, ou la bande passante. frequency of a rectangular microstrip patch on several uniaxial
substrates,” IEEE Trans. Antennas Propagat., v01~‘Ap-38p, p. 973-
981, Jul. 1990.
VII. CONCLUSION
[7] T. Itoh and W. Menzel, A full-wave analysis method for open
Selon la littérature, l'anisotropie uniaxiale positive microstrip structures,” IEEE Trans. Antennas Propagat., vol. AP-29,
introduit une légère augmentation de la bande passante, alors pp. 63-61, Jun.. 1981.
que cette dernière subit une légère diminution lorsqu’on [8] Kin-Lu Wong, Jeen-Sheen Row, Chih-Wen Kuo, and Kuang-Chih
Huang “Resonance of a Rectangular Microstrip Patch on a Uniaxial
considère l'anisotropie uniaxiale négative. Par contre dans Substrate”. IEEE Trans. Microwave Theory and Techniques, vol. 41,
notre cas de structure implantée sur substrat magnétique, nos pp. 698-701, April 1993.
résultats montrent que l’influence de la perméabilité est plus [9] W. C. Chew and Q. Liu, ‘‘Correction to Resonance frequency of a
apparente sur la fréquence de résonance réelle que dans la rectangular microstrip patch’’ IEEE Trans. Antennas Propagat., vol.
fréquence imaginaire. L’avantage dans l’utilisation de 36, pp. 1827, Dec. 1988.
l’anisotropie axiale de la perméabilité est que dans ce cas [10] F. Bouttout, F. Benabdelaziz, T. Fortaki and D. Khedrouche,
l’élargissement de la bande passante est plus important pour ‘‘Resonant frequency and bandwidth of a superstrate-loaded
une cavité rayonnante et l’inverse est obtenu dans le cas rectangular patch on a uniaxial anisotropic substrate,’’
Communications in Numerical Methods in Engineering (John Wiley
d’une cavité destinée pour une conception de filtre. Cela & Sons), vol. 16, issue : 7, pp. 459-473, July 2000.
nous mène également à une miniaturisation du dispositif vue [11] Filiberto Bilotti and Lucio Vegni, “Chiral Cover Effects on
l’augmentation ou diminution importante de la fréquence Microstrip Antennas”, IEEE Transactions On Antennas And
réelle, car nous pouvons avoir la même fréquence pour des Propagation, vol. 51, no. 10, October 2003. pp2891.
dimensions réduites. [12] K. W. WHITES, CHUNG C. Y., “Composite uniaxial bianisotropic
chiral materials characterization: Comparison of predicted and
measured scattering”, Journal of electromagnetic waves and
REFERENCES applications, vol. 11, pp. 371-394, 1997.
[1] A. K. Skrivervik, J. F. Zurcher, O. Staub and J. R. Mosig, “PCS [13] D. M. Pozar, ‘‘General relations for a phased array of printed
antennas design: the challenge of miniaturization”, IEEE AP antennas derived from infinite current sheets,’’ IEEE Trans. Antennas
Magazine, vol. 43, n°4, Aug 2001. Propagat., vol. AP-33, pp. 498-504, May. 1985.
ANALYSE COMPARATIVE DES MATERIAUX DIELECTRIQUES
DANS LES LIGNES HYPERFREQUENCES

M. Damou, M. Khazini, Z. Souar


Université de Saida Dr Moulay Tahar
BP 138 Saida 20000
TEL : 048 47 47 07 FAX :048 47 42 62
bouazzamehdi@yahoo.fr

Résumé :

Le travail que nous présentons dans cet article traite les matériaux en usage en hyperfréquences
l’extension des modèles régissant la propagation dans les lignes hyperfréquences. Les paramètres
fondamentaux des matériaux doivent constitués les limites des notre modèles. En effet ces paramètres ont
une influence directe sur la transmission du signal. Ces paramètres sont : la permittivité effective du
matériau diélectrique εeff , la conductibilité électrique σ de la partie métallisée, ainsi que les dimensions
de cette ligne ( la largeur w, la hauteur du substrat h et l’épaisseur du ruban b). Ces paramètres contrôlent
et influent directement sur les principales caractéristiques de la ligne en l’occurrence l’impédance de la
ligne et la fréquence d’usage.

Après l’élaboration du modèle nous érigeons une simulation sous Matlab et nous analyserons la
répartition des champs magnétique et électrique au moyen du logiciel spécialisé tels que COSMOS et CST
MICROWAVE STUDIO
Les résultats obtenus permettent de valider le choix des matériaux pour une ligne à haut
rendement fonctionnant à une fréquence f =100 Ghz.

Mots-clés : Effet diélectrique, Permittivité, Matériaux, Ligne Micro ruban, Modélisation numérique,
Simulation.

I. Introduction diélectrique, munie d’une ligne conductrice.


La technique des circuits imprimés désormais L'ensemble est enfermé dans un blindage figure I.1.
dépassée et développée dans le domaine des
hyperfréquences où elle a tout d’abord permis, la
réalisation de lignes de transmission et des circuits
passifs micro ondes (circulateurs, isolateurs,
déphaseurs..) [3].
Les dispositifs des télécommunications sont en
constante évolution. Ce développement est dû à la
nécessité de transférer toujours plus d'informations au
débit. Ainsi, les fréquences utilisées sont de plus en
plus élevées et les dimensions des systèmes évoluent
naturellement dans le sens contraire. Ces systèmes
micro-ondes ou hyperfréquences sont donc très
complexes et deviennent de plus en plus difficiles à
analyser, et/ou réaliser.

II. Analyse statique de la ligne micro Figure I.1. Ligne micro-ruban blindée.
ruban
II.1 La ligne micro ruban : II.2 Paramètres fondamentaux :
La ligne micro ruban est un guide d'onde particulier, Les paramètres important de la ligne sont défini ci -
utilisée en microélectronique pour confectionner des après
circuits planaires (miniaturisation) réalisant des
• La permittivité relative du substrat εr. l’emploi de
fonctions électroniques précises tels que filtrage,
diélectriques de grande permittivité a pour effet de
amplification, generation….
concentrer le champ électromagnétique dans le
Il est constitué d'un plan de masse parfaitement
substrat, réduisant ainsi le rayonnement.
conducteur sur lequel est déposé un substrat
• L’épaisseur h du substrat est généralement de cas d’un matériaux diélectrique idéal [6]. Puisque les
l’ordre d’une fraction de millimètre. matériaux sont des milieux réels la permittivité est
corrigée par le terme ε' ' qui varie selon la nature du
• La largeur w du conducteur (ruban) est le plus
matériau la fréquence et l’humidité qui règne pendant
souvent du même ordre de grandeur que l’épaisseur
l’usage.
h du substrat (0.1 ≤ w/h ≤ 10). On contrôle
L’impédance caractéristique Zc de la ligne en
variant la largeur du ruban. IV.1.1 Choix du substrat
En ce basant sur les modèles de Wheeler et
• L’épaisseur b du ruban est généralement très petite Hammestrad [8], nous avons étudié la caractéristique
(b/h ≤ 1) et même négligeable. de la variation de la permittivité effective en fonction
du rapport w/h, pour analyser l’influence de ce dernier
III. Les équations de Maxwell sur la propagation de l’onde. Dans la figure IV.1 on
III.1. Champs et sources remarque que l’augmentation du rapport w/h est suivie
d’une augmentation de la permittivité effective. En
Dans les milieux continus, les phénomènes
effet on remarque que dans le cas de l’Alumina les
électromagnétiques sont d´écrits par quatre fonctions
valeurs de la permittivité sont faibles par rapport à celle
qui dépendent du temps t.
de GaAs.
1- le champ électrique E, qui est de la dimension d’une
Afin d’avoir une valeur de permittivité effective
force par unité de charge ou V.m (Volts par mètre),
optimale le composant est protégé dans un blindage,
2- l’induction magnétique B, qui est de la dimension
l’apport de ce dernier sera décrit ci-dessous.
d’une force par unité de courant ou T (Tesla).
3- le champ magnétique H, en A.m-1 (Ampères par IV.2 Caractérisation numérique
mètre). La modélisation en électromagnétisme peut se faire
4 - le déplacement électrique D, en C.m-2 (Coulombs selon la méthode des éléments finis, ou selon la
par mètre carre). méthode FEM méthode que nous avons utilisée ici.
Les équations de Max well en milieu isotrope se Celle-ci est basée sur la discrétisation des équations
écrivent alors en fonction de E et H seulement : [7] de Maxwell.
La méthode FEM est la méthode numérique la plus
div ε E = ρ (1) Équation de Maxwell Gauss, utilisée pour la résolution des problèmes dans
RotH = ε ∂ E ∂ t (2) Équation de Maxwell Ampère l’électromagnétisme. Bien qu’elle ait existé pendant
RotE − µ∂H ∂t = 0 (3) Équation de Maxwell Faraday, plus de trente années, son usage continue à se
développer pendant que les coûts de calcul continuent
div µH = 0 (4) absence de monopole magnétique.
à diminuer [1].
Dans le cas d’un milieu isotrope, homogène,
IV.2.1 Estimation de l’impédance
isolant et non charge (j=0 et ρ=0), E et H satisfont
l’équation des ondes : Dans le cas de la modélisation statique, la
∆ E − µε ∂ 2 E ∂ t 2 = 0 (5) simulation du modèle analysé ne tient pas compte de la
fréquence. Les figures ci dessous caractérisent les
∆ H − µε ∂ 2 H ∂ t 2 = 0 (6)
paramètres électriques de la ligne micro-ruban ouverte
Cette équation s’obtient en injectant (3) dans ∂t(2) dans le cas de plusieurs substrats en fonction de la
pour le champ électrique et (2) dans ∂t(3) pour le champ largeur de ruban, ceci pour une épaisseur du substrats
magnétique, et en utilisant la fait que ; h=0.635 mm
RotRotA − GraddivA = − ∆ A (7) On note la diminution de l’impédance
L’onde électromagnétique se propage à la vitesse caractéristique quand le rapport de dimension w/h1
de l’onde. Ainsi, les équations de Maxwell sont de (largeur sur hauteur) augmente. L’effet diélectrique
nature hyperbolique. engendre une diminution de cette impédance
caractéristique avec la croissance de la permittivité
IV. Technique de conception diélectrique εr.[2].
Notre technique de conception se base sur l’étude A. Analyse à l’impédance de référence 50 Ω
fondamentale, l’analyse et la simulation des différents Le tableau suivant représente les différentes valeurs
paramètres constitutifs du composant. du rapport (w/h) pour les différents matériaux dans le
cas d’un impédance de référence pratique Z= 50 Ω.
IV.1 Permittivité effective
Permittivité Référence Hammerstad Wheeler Green
La permittivité ε exprime les pertes dans les relative 50 Ω (w/h) (w/h) (w/h)
matériaux. Ce paramètre complexe se compose de deux Alumine 50 Ω 1.25 0.88 0.41
parties (l’une réelle, l’autre imaginaire) : Oxyde de 50 Ω 1.65 1.21 0.61
 σ Béryllium
ε = ε' - j  ε' ' +  avec σ la conductibilité du Quartz 50 Ω 2.1 1.92 1.10
 ω Polystyrène 50 Ω 3.15 2.52 1.51
matériau et ω la pulsation induite par l’effet de la
conduction ε' représente la portion des fuites dans le Pour conserver une impédance caractéristique
conventionnelle pratique des lignes en
microélectronique divers auteurs [4] pointent la valeur Effet du blindage sur l’impédance caractéristique
de ZC = 50Ω qui peut être obtenue après modélisation Maintenant, nous analysons par logiciel (Matlab
adéquate pour les quatre matériaux retenues (Alumine 2D), l’influence du rapport w/h sur l’impédance
(96 %), Oxyde de Béryllium, Quartz et Polystyrène) caractéristique de la ligne.
aux voisinage des rapport w/h compris entre 0.41 et
3.15 mm/mm. Ces dimensions sont aisément La figure I.5 montre l’influence du blindage sur
réalisables et permettent d’avoir des lignes d’usage l’impédance caractéristique de la ligne micro-ruban,
pratique. cette influence est caractérisée avec plusieurs hauteur
Sur le plan d’intégration de circuits le modèle de du plan de masse supérieur de la structure blindée qui
Green semble donner de meilleures performances car est représentée sur la figure I.1 et c’est la méthode de
les valeurs correspondants à w/h assurent de fines Green qui nous à permis de tenir compte de l’effet du
dimensions largeur w et hauteur h [2]. blindage et de ses conséquences.
Méthode de Green
Méthode de Green
Polstyrène εr =2.53 Polstyrène εr =2.53
Quartz εr =3.8
Quartz εr =3.8
Impédance caractéristique

Oxyde de Béryllium εr =6.5

Impédance caractéristique
Oxyde de Béryllium εr =6.5
Alumine (96%) εr =8.9
Alumine (96%) εr =8.9

Rapport w/h

Figure I.2. Effet du rapport w/h sur l’impédance


Rapport w/h
caractéristique de la ligne micro-ruban pour
plusieurs substrats Figure I.5. Effet du rapport w/h sur l’impédance
caractéristique de la ligne micro-ruban pour
Méthode d’Hammerstad plusieurs substrats

On observe que l’impédance caractéristique


Impédance caractéristique

Polstyrène εr =2.53
Quartz εr =3.8 diminue en fonction du rapport w/h, mais si on
Oxyde de Béryllium εr =6.5
Alumine (96%) εr =8.9
augmente le plan de masse jusqu'à une hauteur égale
trois fois la hauteur du substrat, on bascule vers une
structure ouverte utilisant divers matériaux (Alumine
(96 %), Oxyde de Béryllium, Quartz et Polystyrène)
comme diélectriques. C’est la disparition de l’effet
résistif engendré par le blindage qui prédomine.

V. Permittivité effective d’une structure


Rapport w/h ouverte
Figure I.3. Effet du rapport w/h sur l’impédance Nous avons étudié la caractéristique de la variation
caractéristique de la ligne micro-ruban pour
de la permittivité effective en fonction du rapport w/h,
plusieurs substrats
pour analyser l’influence de ce dernier sur la
Méthode de Wheeler propagation de l’onde.
Dans les figures (I.6, I.7, I.8) on remarque que
l’augmentation du rapport w/h est suivie d’une
Polstyrène εr =2.53
Impédance caractéristique

croissance de la permittivité effective. En effet on


Quartz εr =3.8
Oxyde de Béryllium εr =6.5 remarque que dans le cas de l’oxyde du Béryllium
Alumine (96%) εr =8.9 (BeO) les valeurs de la permittivité sont faibles par
rapport à celle de l’Alumine (Al2O3). Il faut alors
utiliser ces deux matériaux plus que les autres pour
prévoir des impédances caractéristiques similaires à
celles publiées [1].

Rapport w/h
Figure I.4. Effet du rapport w/h sur l’impédance
caractéristique de la ligne micro-ruban pour
plusieurs substrats
V.1. Interprétation des paramètres Méthode d’Hammerstad
électriques
Alumine (96%) εr =8.9

Les figures (I.2, I.3,….I.8) montrent la

Permittivité effective
variation des paramètres électriques :l’impédance
caractéristique ZC, la permittivité effective εeff en Oxyde de Béryllium εr =6.5
fonction de la permittivité relative εr pour plusieurs
substrats, il est évident que la capacité par unité de
longueur de la ligne micro-ruban est proportionnelle Quartz εr =3.8
à la permittivité relative du substrat utilisé, ce qui se
traduit par une diminution de l’impédance
caractéristique et une augmentation de la Polstyrène εr =2.53
permittivité effective quand on utilise des substrats
de permittivités plus élevées. Rapport w/h
En utilisant la fonction dyadic Green et le Figure I.8. Effet du rapport w/h la permittivité
concept réaction de Rumsey, une expression de effective de la ligne micro-ruban pour plusieurs
substrats
l'impédance caractéristique de une ligne micro-
ruban
Dans le cadre d'une masse diélectrique elle
est issue. L'impédance caractéristique V.2. Apport du blindage sur la permittivité
déterminée par la méthode actuelle se trouve effective
accord avec les résultats publiés plus tôt.
La figure I.9 montre l’apport du blindage sur la
Résultats numériques pour une ligne micro-
permittivité effective de la ligne micro ruban, cette
ruban sur le substrat d'alumine est présenté par
influence est étudiée pour plusieurs hauteurs supérieures
ondes millimétriques. (h1) du plan de masse de la structure blindée (figure I.1).
Méthode de Green Pour celà nous avons utilisé la méthode de WHEELER
et HAMMERSTAD. .
Alumine (96%) εr =8.9

Les différents graphiques ci-dessous présentent les


résultats obtenus.
Permittivité effective

Oxyde de Béryllium εr =6.5

Méthode de Wheeler
Quartz εr =3.8 Structure blindée
h 1= 2 h
Polstyrène εr =2.53 h 1= 4 h
h 1= 6 h
Permittivité effective

Structure ouverte

Rapport w/h
Figure I.6. Effet du rapport w/h la permittivité
effective de la ligne micro-ruban pour plusieurs
substrats

Méthode de Wheeler

Alumine (96%) εr =8.9


Rapport w/h
Figure I.9. Influence du blindage sur la
Permittivité effective

Oxyde de Béryllium εr =6.5 permittivité effective de la ligne micro-ruban en


fonction du rapport w/h (h = 0.635 mm et εr= 8.9)

Dans la figure I.9 on remarque que pour une valeur


Quartz εr =3.8 de h1 = 6 h la permittivité effective est importante par
rapport à celle de la courbe obtenue pour h1 = 2 h. Cette
Polstyrène εr =2.53
analyse nous éclaircit l’effet du blindage qui entraîne une
augmentation de la permittivité effective avec
l’évolution de la hauteur h.1
Rapport w/h
Figure I.7. Effet du rapport w/h la permittivité effective
de la ligne micro-ruban pour plusieurs substrats
Les courbes de variation ont été obtenues pour
une épaisseur nulle sur une couche silicium de 0.635
mm. La permittivité relative de diélectrique est de
8.9 pour l’Alumine.
Méthode d’Hammerstad

Structure blindée

h1= 2 h
h1= 4 h
h1= 6 h
Permittivité effective

Structure ouverte

Rapport w/h Figure I.12. La distribution de champs électriques et


magnétiques dans le ruban
Figure I.10. Influence du blindage sur la
permittivité effective de la ligne micro-ruban en
fonction du rapport w/h (h = 0.635 mm et εr= 8.9) Sur la figure I.12 représentant les champs
(électrique et magnétique), on constate la
concentration des champs au niveau du ruban, ce qui
V.3. Effet du blindage sur les champs E et H limite la puissance susceptible d’être transmise par
ce type de ligne.
La simulation des champs électriques et Comme la ligne est ouverte, une partie du signal
magnétiques avec le logiciel sur l’effet du disparait par rayonnement. Ce phénomène augmente
blindage nous a permis de recueillir les avec l’apparition de modes supérieure è des
configurations qui suivant. fréquences élevées on doit utiliser un substrat de
permittivité élevée, soit réduire son épaisseur [2].

VI. Conclusion
En conclusion il faut noter que l’analyse et la
compréhension physique du matériau est nécessaire pour
toute conception pendant l’usage optimal.
Par ailleurs, nous constatons également que le
blindage est très important pour la structure. Néanmoins
il limite quelque fois l’usage en bande de fréquences
élevées [9].
La présente caractérisation est faite en deux
aspects, statique et dynamique par l’application de
méthode de Green qui repose sur une théorie solide,
complexe et exact.
L'impédance caractéristique en statique
d'une ligne micro-ruban dépend de ses dimensions et
Figure I.11. la distribution de champs d’électriques et
magnétiques de la nature du substrat isolant. Il existe dans la
littérature de nombreuses équations empiriques
La figure I.11 montre une ligne micro- complexes permettant de calculer l'impédance de la
ruban avec un croquis approximatif de la ligne à partir des données géométriques, cependant
distribution des champs transverses à la nous avons préfère la théorie de Green pour vérifier
direction de propagation. Les lignes des champs la finesse des résultats antérieurs réalises par nos
vont du plan supérieur vers le plan de la masse. collègue dans ce domaine.
La plupart des lignes des champs sont La cartographie des champs
concentrées à l'intérieur du micro-ruban. électromagnétiques dans la ligne a été simuler au
moyen du logiciel Micro-wave et montre bien
l’évolution du signale dans la structure
References
[5] Manolatou, C., et al., High-density integrated optics.
[1] M..Damou ; « Etude comparative de l’effet
Journal of Lightwave Technology, 17: p. 1682-
dielectrique des lignes micro rubans par la
1692, 1999.
méthode de wheeler-Application au filtre coupe-
bande » . Mémoire de magistére Mai 2008 [6] M.Grillet, cristaux photoniques et intégration
[2] M.Khazini ; « Etude, Modélisation et photonique, thèse de doctorat, Lyon, 2003.
Caractérisation d’une Ligne Micro-ruban Par La [7] Z. Souar ; Cours de poste-graduations « les
Méthode de Green ». Mémoire de magistére matériaux réels en micro-ondes » université de saida
2008. 2002.
[3] Technique de l’ingénieure « Microstrip Filters [8] E. O. Hammerstad, O. Jensen, “ Equation for
for RF/Microwave Applications ».2006. Microstrip Circuit design,” Proc, Eur. Microwave
[4] H. A. Wheeler, “Transmission line properties Conf., pp. 268-272, 1975.
of a strip on a dielectric sheet on a plane,” IEEE [9] G. Ghione, C. Naldi, “Analytical formulas for
Trans. Microwave Theory Tech., Vol. 25, No. 8, Microstrip line” Electron . Lett, vol.19 1983
631, 1977.

Lignes Micro-rubans
Méthode de Wheeler Méthode de Green Méthode d’Hamastrad
Impédance caractéristique

Pour w h ≤ 1
60  8h w 
ZC = ln  + 0 .25 eff 
ε eff  w eff h 
  2 h  
2
Pour w h ≤1 Zc =
z vide
ln  A .
h
+ 1+  
2π εr  w  w  
  
 
120 π  1 
ZC = 
ε eff  w eff  w eff 
 h + 1 . 393 + 0 . 667 ln  h + 1 . 444  
  

Pour w h ≥ 1
Permittivité effective

−1
ε + 1 ε r − 1  2 −a * b
ε +1 ε −1  10h 
12 h
ε eff = r + 1+ 
2 2  w eff 
 εeff = r + r 1 +
Pour w h ≤ 1 2 2  w eff 
 −1 
 
ε + 1 ε r − 1  12 h  2
  w 2 
ε eff = r + 1+ + 0 .04 1 −  
2 2  w   h 
 eff 
 
 
Capacité

4ε0 εeff
C=
  2 
 1  8h  8h   8h  
ln1 +     +   + π2 
 2  w eff  w eff   w eff  


 4  u 2 
u +  
1     u 3 
ln 4  
52 1  
a =1+  + 18.7 ln 1 +  18.1  
 u + 0.432    
49

Paramètres

 
 
0 . 053
 ε − 0 .9  w
b = 0 .564  r  et u =
 ε r + 3  h
  h
0.7528

A = 6 + (2π − 6) exp −  30.666  
  w  
 
Résumé:

Horn Antenna Analysis by Moment Method


For Millimeter-Wave Applications
M. Lashab*, C. Zebiri**, F. Benabdelaziz***
*
Département d’électronique, Université de Skikda, Algérie.
**
Département d’électronique, Université de Sétif, Algérie.
***
Département d’électronique, Université de Mentouri, Constantine, Algérie
Lashabmoh@yahoo.fr, Zebiri@netcourrier.com, Benabdelaziz2003@yahoo.fr

Abstract: Horn Antenna for millimeter-wave application has been analyzed by two methods, the first one is an
asymptotic one which is the aperture integration based on the geometrical optics (GO), the second one is a numerical
method based on the well known moment method and improved by wavelets. The aim of this work is first to introduce
the application of wavelet in electromagnetic scattering, secondly a comparison of the two method of analysis is
presented to show the limit of use of the asymptotic method an to emphasize on the fact that moment method is an exact
method which is improved by the introduction of wavelet by reduction of both memory space and processing time, this
is illustrated in this work.

Key words: Moment Method, Wavelets, Horn antenna, Aperture integration.

frequency of work is 10 GHz.


The theoretical contents is expressed in the next
INTRODUCTION section, which consists of three subsections, The first
subsection is dedicated to the Aperture integration and
Design of feeds for large reflector antennas such as problem description, the second subsection is about
horns became crucial and more computing time and integral equation and Moment Method formulation,
memory space especial for millimeter-wave the last subsection is for orthogonal wavelet
applications. The analysis of radiation pattern can be expansion.
achieved by asymptotic methods such as the Aperture
Integration which is based on Geometrical and 1. Formulation
Physical Optics Technique [1,2], some work have
been done using numerical solutions for 1.1 Aperture Integration
electromagnetic scattering problems such as Moment
Method [3], this is one of the most powerful numerical The pyramidal horn understudy is presented in figure
techniques for solving electromagnetic problems, 1, since the aperture integration is based on the
however this method has always suffered from geometrical optics, we assume that the incident filed is
memory and computation time, due to digitalized formed over the aperture plane, and the aperture field
integral equations resulting for very dense impedance has a uniform distribution. The radiated field
matrix. considered here is in TE 10 mode with y directed
Still author numerical method have been applied electric field. The electric far field radiated by the
to improve the accuracy such as the adaptive integral aperture may be written as [12].
method [4,5,6]. Here in this work we trying to
compare results obtained form the aperture integration
1 + cos θ e − jkr
method which is an asymptotic method, with the
wavelet technique which is based on the moment
Eθ = jk
2
[
f x cos φ + f y sin φ
2πr
] (1)
method for future combination between these two And,
methods, because for very large size structures, even
1 + cos θ e − jkr
very powerful methods may face the problem of
memory space and computing time. Many work have
Eφ = jk
2
[
f y cos φ − f x sin φ
2πr
] (2)

been curried out using wavelet to solve


electromagnetic problems the results are very Where ( r , θ , φ ) are the spherical coordinates points in
promising [ 7,8,9,10]. The authors have also presented
the radiation zone, k is the free space propagation
and published works on the use of wavelets for
solving electromagnetic problems [11]. The pyramidal constant, f = f x xˆ + f y yˆ is the Fourier transformer
horn antenna is excited at the mode TE 10 and the of the field at the aperture E x (x,y,o), which may be

- 1-
written as: Physical and geometrical Optics”, Semiconductor
Physics, Quantum Electronics & Optoelectronics,
+∞ +∞ Vol. 9, No. 2, pp. 53-57, 2006.
f (θ , φ ) = ∫ ∫
jk y y
E x ( x, y,0)e jk x x e dxdy (3)
−∞ −∞
[3] A. A. Kishk and C. S. Lim, “Comparative Analysis
Between Conical and Gaussian Profiled Horn
Where, k x = sin θ cos φ , k y = sin θ sin φ . Antennas”, Progress in Electromagnetic research,
PIER 38, 147-166, 2002.

[4] Vahraz Jamnejad and Ahmad Hoorfar, “Design of


Corrugated Horn Antennas by Evolutionary
Optimization Technique”, IEEE A ntenna and
Wirless Propagation Letters, Vol. 3, 2004.

[5] Wei-Bin Ewe, Le Wei Li & Qun Wu, “Analysis of


Reflector and Horn antennas Using Adaptive
Integral Method”, IEICE Trans. Commun. Vol.
E88-B, No. 6, June 2005.

[6] F. Villa, M. Sandri & N. Mandelsi, ”High


Performance Corrugated Feed Horns for space
applications At Millimeter wavelengths”,
Experimental Astronomy 14: 1-15, 2002.

[7] Masafumi Fujii, Wolfgang J. R. Hoefer, ”Time-


Domain Wavelet Galerkin Modelling of Two
dimensional Electricaly Large Dielectric
Figure 4. Radiation pattern for pyramidal Horn, H- Waveguides”, IEEE Transactions on Microwave
plane, A= 1.4λ, B=2.2λ, L= 3.14λ, F=12 Ghz Theory and Techniques, Vol. 49, No. 5, May
2001.
In this paper the use of Haar wavelet leads to a
matrix sparsity of 76,2%, for a threshold of 0.1%, [8] Adriulli. Francesco, P. Guiseppe Vecchi, and
which means the moment matrices were rendered Francesco Vipiana,, “Optimal A Priori Clipping
sparse by thresholding to zero all matrix elements Estimation for Wavelet-Based Method of
whose magnitude was less then 0.1% of all the Moment Matrices”, IEEE T rans. A ntennas
maximum magnitude of all matrix entries. Propagat. Vol. 53, No. 11, Nov 2005.

[9] Zunoubi M.R, A.A. Kishk, “ A Combined Bi-


3. Conclusion CGSTAB And Wavelet Transform Method for
EM problems Using Moment Method”, Progress
The analysis of radiation pattern of large horn has In Electromagnetics Research, Pier 52, 205-224,
been presented using two methods which are the 2005.
aperture integration and wavelet-based moment
method. The results obtained are very closing especial [10] Shifman Yair and Yehuda Leviatan, “Scattering
for the main lobe and the second or third one. Aperture by a Grove in a Conducting plane a PO-MoM
integration can be used in combination with wavelet- Hybrid Formulation and Wavelet analysis”. IEEE
based moment method if the edges are avoided. The Trans. Antennas Propagat. Vol. 49, No. 12, 1807-
results obtained when using wavelets can be improved 1811, December 2001.
when using large number of wavelets and low
threshold the computing time be greater, a [11] M. Lashab , C. Zebiri & F.Benabdelaziz, “
compromise have to be done. Wavelet-based Moment Method And Physical
Optics Use on Large Reflector Antennas”,
Progress in Electromagnetic research M , Vol. 02,
REFERENCES
pp.189-200, 2008

[1] R. C. Gupta and S. P. Singh, ”Analysis of [12] Balanis C.A, “Antennas Theory Analysis and
Radiation Patterns Of Compound Box-Horn Design”, Second Edition, John Wiley & Sons,
Antenna”, Progress i n Electromagnetic research, Inc, New York 1997.
PIER 76, 31-44, 2007.
[13] Pan George W. “Wavelet In Electromagnetics and
[2] N. Merabtine, A. Boualleg & M. Benslama, Devices Modelling”, John Wiley & Sons, Inc,
“Analysis of radiation Patterns and Feed New York 2001.
illumination of the reflector antenna using the

- 2-
CNTA ’09 Université A.MIRA BEJAIA

ANTENNES PIFA POUR LES STANDARDS DU MOBILE


DE LA TROISIEME GENERATION
Y. Belhadef, N. Boukli. Hacene, et M. Abri
Laboratoire de Télécommunications, Département de Télécommunication
Faculté des Sciences de l’Ingénieur, Université Abou-Bekr Belkaïd -Tlemcen
BP 230, Pôle Chetouane, 13000 Tlemcen- Algerie
Fax: 213 43 28 56 85
belhadef_y@yahoo.fr
bouklin@yahoo.com
abrim2002@yahoo.fr

Résumé— Dans cette com munication, n ous désirée, permettant l’abaissement des modes
nous sommes intéressés aux ant ennes supérieurs de l’élément quart d’onde. Pour cela,
miniatures, particulièrement à l ’antenne P IFA deux principes sont utilisés la plupart du
(Planar Inverted Antenna) qui pe uvent être temps : l’allongement des longueurs électriques
intégrées dans l es obj ets communicants. Du et/ou la création d’effets capacitifs.
fait de l a t aille d’ un t éléphone portable et des Ces dernières années, la demande des
multitudes normes à c ouvrir, l es ant ennes combinés compacts de téléphone mobile a été
intégrées e n t éléphonie m obile do ivent non développé la plate-forme des cartes qui sont
seulement êt re de pe tites di mensions m ais être commencées à apparaître sur le marché avec
aussi de larges bandes. Plusieurs techniques de des tailles fixes et l’augmentation de la
miniaturisation e t d’ élargissement de bandes mobilité électronique est développé le besoin
des petites ant ennes s ont ut ilisées pour l e de plus petits combinés mobiles augmentera
téléphone por table. P armi l es pl us utilisées, très probablement. La taille de combiné,
existe l’ajout de résonateurs, qui est l’objet de cependant, est limitée par la batterie et la taille
ce t ravail. Deux antennes PIFA simulés par le de l’antenne. En outre, la nécessité d’utiliser la
simulateur Supe rNEC, à l a f réquence 2100 diversité d’antenne ou les antennes adaptatives
MHz qui couvre la norme UMTS des systèmes sur le combiné de téléphone mobile pour
de la 3G, sont présentées et discutées. améliorer l’exécution de récepteur augmente le
besoin de petites antennes. En dernières années,
Mots clé : PIFA, Téléphone portable, Ajout de les nouvelles conceptions résultant sur
résonateurs parasites, SuperNEC, UMTS, l’antenne planaire de F inversée (PIFA)
Etude paramétrique. (longueur approximativement de λ/4 avec un
profil bas) peut être encore optimisée en
I. INTRODUCTION employant des charges stratégiquement placées
L’augmentation du nombre de standards de [1].
communication (GSM900, DCS1800, Cette antenne, mise au point par T.Taga et
PCS1900, UMTS, Bluetooth...) durant ces K.Tsuneskawa [2], est utilisée comme antenne
dernières années, a fortement incité les de réception sur les mobiles de la norme NTT
chercheurs à trouver des modèles d’antennes de (réseau de téléphonie cellulaire Japonais). Plus
plus en plus complexes faisant appel couramment dénommées PIFA (Planar Inverted
généralement à des structures court-circuitées Antenna) dans la littérature scientifique, elles
(quard-d’onde). L’élément rayonnant est ont l’avantage d’être compactes tout en ayant
généralement optimisé pour assurer le bon une large bande passante.
fonctionnement de l’antenne à la fréquence

1
CNTA ’09 Université A.MIRA BEJAIA

La fréquence de résonance pour cette résonateurs parasites. Si l’on désire obtenir une
structure est calculée à partir de la formule large bande passante, il faut choisir les
suivante : longueurs des résonateurs de chaque pavé du
C (1) même ordre de grandeur. Si l’on souhaite plutôt
Fr =
4(H + L ) travailler sur plusieurs bandes de fréquences
C : Vitesse de la lumière, H : Hauteur de distinctes, il faut alors dimensionner
l’élément rayonnant et L : Longueur de différemment chaque résonateur. L’association
l’élément rayonnant. de plusieurs éléments rayonnants peut se faire
L
de deux façons différentes : soit les pavés sont
juxtaposés dans le même plan, soit ils sont
W
empilés les uns sur les autres (superposés).
D
A. Résonateurs parasites juxtaposés
Elément
Court-circuit rayonnant
Réalisées à l’aide de plusieurs résonateurs
demi-onde (Figure 2), l’inconvénient majeur de
H Plan de telles structures est une augmentation
masse
Alimentation Couche d’air importante de la taille globale de l’antenne.
Pour réduire les dimensions des antennes, des
Figure 1 : Schéma de la structure PIFA. courts circuits plans ont alors été ajoutés
d’abord sur les éléments parasites seuls puis sur
Compte tenu du développement actuel et les résonateurs parasites et alimenté [4]. Afin
futur des systèmes de communication mobiles, d’allonger les trajets en courants à la surface
les objectifs de cette communication se seront des pavés et d’obtenir une miniaturisation plus
orientée vers les études paramétriques d’une prononcée, des courts circuits de type
antenne miniature de type PIFA en employant languettes ou filaires [5] ont été utilisés à la
un logiciel de conception qui utilise une fois sur les éléments parasites et alimenté.
méthode numérique et en particulier la
méthode des moments. Les principaux avantages de ces antennes
sont une bonne efficacité ainsi qu’un
II. TECHNIQUE DE MINIATURISATION rayonnement relativement identique sur toute la
large bande couverte. Malgré les efforts de
Une antenne miniature peut être obtenue en miniaturisation effectués, l’inconvénient
perturbant les trajets en courants sur l’élément majeur de ces structures reste toujours un
rayonnant. Le principe repose donc sur encombrement trop important.
l’allongement des longueurs électriques. Les
antennes larges bandes et multibandes sont
obtenues soit en créant de nouvelles
résonances, soit en perturbant les modes
supérieurs des éléments en allongeant leur
longueur électrique (mode fondamental
également perturbé). [3]. Figure 2: Résonateur parasite juxtaposé.

III. RESONATEURS PARASITES B. Résonateurs parasites superposés

Une des techniques permettant d’obtenir un Ceux sont des éléments rayonnants
fonctionnement large bande et/ou multibande superposés de type demi-onde permettant
est de réaliser une antenne constituée de d’obtenir une large bande passante. L’ajout de
plusieurs résonateurs : un seul résonateur est cours circuits plans à la fois entre l’élément
alimenté, les autres, excités par couplage rayonnant inférieur et le plan de masse et entre
électromagnétique, sont considérés comme des les éléments rayonnants superposés a permis

2
CNTA ’09 Université A.MIRA BEJAIA

une réduction des dimensions, des antennes des points de maillage pour augmenter le
larges bandes [6] et multibandes. Afin nombre de cellules. Le logiciel SuperNEC
d’allonger les longueurs électriques des permet la simulation des structures à trois
éléments, des courts-circuits de type filaires ont dimensions avec plan de masse de dimensions
aussi été utilisés (Figure 3). finies, le substrat diélectrique quant à lui, est de
dimension infinie. Après ces étapes de calculs,
Les avantages énoncés pour les éléments
SuperNEC propose différents résultats pour
rayonnants juxtaposés sont également valables
caractériser la structure étudiée : les paramètres
lorsqu’ils sont empilés.
[S], le lieu d’impédance, le diagramme de
rayonnement en deux ou trois dimensions,
l’efficacité, le gain, le VSWR, les densités de
courant etc.

Figure 3 : Résonateur parasite superposé. V. ANTENNE PIFA A BANDES POUR LE


SYSTEME UMTS
Miniaturisation Large bande Multibande
Le parlement européen entend par «
× ×
Système de T élécommunications M obiles
Universelles (UMTS) » un système de
 Inconvénient : augmentation du volume de l’antenne. communications mobiles de la troisième
génération capable de fournir en particulier des
IV. LOGICIEL SUPERNEC services multimédias sans fil d’un type
L’interface d’entrée de SuperNEC est nouveau, dépassant les possibilités actuelles
présentée sur la figure suivante : des systèmes de la seconde génération tels que
le GSM, et combinant l’utilisation d’éléments
terrestres et de satellites. Le but de notre étude
c’est la conception d’une antenne capable de
fonctionner dans ce système.
Notre exemple est simulé par le SuperNEC
pour fonctionner dans la bande 2100 MHz
couvrant la norme UMTS de la troisième
génération.

• Géométrie
L’élément rayonnant de cette structure
d’antenne est de dimension 30×30 mm et est
constitué de trois pavés rayonnants disjoints
Figure 4 : L’interface d’entrée de SuperNEC. mais reliés au même court-circuit plan de
hauteur H = 8 mm. L’élément central, est
Les structures complexes comme l’avion, alimenté par une sonde coaxiale de largeur de
les bateaux, les moteurs de véhicules et mêmes 3mm et les deux latéraux sont alimentés par
les structures d’antennes…etc, peuvent être couplage parasite [7]. Les résultats obtenus
modélisées sous forme des fils (segments) avec ce modèle ne sont intéressants que lorsque
maillés (méthode de moment). les deux plateaux latéraux sont inclinés. Donc
l’adaptation de l’antenne est améliorée en
Le maillage de la structure est réalisé pour jouant sur l’inclinaison des deux pavés parasite.
un nombre de cellules données mais
l’utilisateur à également la possibilité d’ajouter Elément central Plateaux latéraux
30 mm
30 mm
3
W3
W2
H = 8mm
H0 =7 mm W1
CNTA ’09 Université A.MIRA BEJAIA

0.5 2

0.2

1800 MHz

0 0.2 0.5 1 2 5 ∞

-0.2
2400 MHz

-0.5 -2

-1

(b)

Figure 5 : PIFA à bande et sa structure dans le


rédacteur de superNEC.

Il a été difficile de déterminer quels sont les


φ = 0°
principaux paramètres qui régissent le
fonctionnement de l’antenne, tel que le
changement de la hauteur H 0 de l’inclinaison
des deux éléments parasites (H 0 = 4.5 mm)
avec les autres dimensions des pavées qui sont
bien choisies (largeur de 5mm, 4mm, 5mm
pour chaque pavé respectivement) introduit les
résultats de simulation qui sont présentés par
les figures ci-dessous
Sur les figures 5.((a), (b), (c)), on
φ = 90° θ =90°
représente respectivement le coefficient de
réflexion, les lieux d’impédance d’entrée et le
diagramme de rayonnement polaire en 2D et
3D.
5

-5

-10
Amplitude [dB]

-15 3D
-20
(c)
-25

-30
Figure 5. (a) : Coefficient de réflexion.
(b) : Lieux d’impédance d’entrée.
-35
(c) : Diagramme de rayonnement en 2D et 3D.
-40
1800 1900 2000 2100 2200 2300 2400
Fréquence [MHz] Sur la figure 5.(a), la puissance réfléchie
(a) correspond à -36.5 dB pour notre fréquence de

4
CNTA ’09 Université A.MIRA BEJAIA

résonance, ce qui donne une bonne adaptation à L’augmentation de la longueur L d’élément


la fréquence 2100 MHz. L’abaque montre que rayonnant à 42 mm qui est alimenté par la
le lieu d’impédance d’entrée se situe au centre sonde coaxiale avec une position de
de l’abaque de Smith. Donc l’adaptation est (10×15mm) à partir du coté supérieur de court-
bien réalisée. La bande passante est de l’ordre circuit permet d’améliorer le fonctionnement
de 1.9%. de l’antenne à la fréquence de résonance 2100
MHz.
Le diagramme de rayonnement polaire en 2D
pour le plan E, présente quatre lobes Sur les figures 6.((a), (b), (c)), on représente
d’ouvertures différentes, dans le plan H, le respectivement le coefficient de réflexion, les
rayonnement est omnidirectionnel et pour lieux d’impédance d’entrée et le diagramme de
θ=90°, on remarque la constitution de deux rayonnement polaire en 2D et 3D.
lobes, comme le montre la figure 5.(c). De 5
même, on présente le diagramme de
0
rayonnement en 3D sur la même figure.
-5

Amplitude [dB]
-10

VI. ANTENNE PIFA DE TYPE T (UMTS) -15

-20

• Géométrie -25

-30
La géométrie de la structure ressemble à
-35
l’antenne précédente en ôtant les deux plateaux 1800 1900 2000 2100 2200 2300 2400

parasites et en ajoutant une autre bande Fréquence [MHz]

rayonnante de dimension (30×3 mm) (a)


perpendiculaire à l’élément central selon la
1
figure 6 [6].
0.5 2

L=30mm
W =3mm

0.2
2400 MHz
30mm

0 0.2 0.5 1 2 5 ∞

1800 MHz
H =6mm

-0.2

Court- Bande Elément Plan de


circuit rayonnante -0.5 -2
central masse
-1

(b)

Figure 6 : PIFA de type φ=0°

5
CNTA ’09 Université A.MIRA BEJAIA

norme UMTS. Les résultats obtenus indiquent


que la simulation par SuperNEC est faite avec
succès pour les différentes structures présentées
précédemment. Il est certain que de
nombreuses études restent à mener dans le
domaine des antennes miniatures pour en avoir
une connaissance aussi approfondie, leurs
nombreux avantages devraient leur procurer
dans l’avenir une place toujours plus
φ=90° θ=90° importante dans les systèmes de
télécommunication.

REFERENCE

[1] P.Salonen, M.Keskilammi, M.Kivikoski,


Dual-band and wire-band PIFA with U- and
meanderline-shaped slots, Antennas and
Propagation Society International Symposium,
2001. IEEE, Volume 2, 8-13 July 2001 Page
3D (s): 116-119 vol.2.
(c) [2] T. Taga and K. Tsuneskawa , « Performance
Figure 6. (a) : Coefficient de réflexion. Analysis of a built in planar inverted F
(b) : Lieux d’impédance d’entrée. antenna for 800 MHz band portable radio
(c) : Diagramme de rayonnement en 2D et 3D. units », IEEE Trans. on Selected Areas in
Comm., Vol. SAC-5, N°5, June 1987 pp 921-
Avec le positionnement correct de la sonde 929.
d’alimentation (7mm à partir du coint de [3] PASCAL CIAIS « Antennes multistandards
l’élément rayonnant central), une très bonne pour communications mobiles », Thèse
adaptation a été obtenue à la fréquence 2100 d’Electronique, Université de Nice-Sophia
MHz, tel que le coefficient de réflexion Antipolis, 2004.
présenté sur la figure 6.(a) à une valeur nul
[4] J. OLLIKAINEN, P. VAINIKAINEN «
inférieur à -30 dB. Le lieu d’impédance Radiation and bandwidth characteristics of
d’entrée traduit aussi une adaptation parfaite à two planar multistrip antennas for mobile
la fréquence désirée. La bande passante est communication systems», IEEE Vehicular
assez large, elle dépasse les 28 %. Pour les Technology Conference, Vol. 2, pp. 1186-
diagrammes de rayonnements en 2D et 3D 1190, May 1998.
tracés à la fréquence de résonance 2100 MHz [5] Y. J. WANG, C. K. LEE, W. J. KOH «Design
ils présentent presque les mêmes of small and dual-band internal antennas for
caractéristiques électromagnétiques que IMT-2000 mobile handsets», IEEE
l’exemple précédent simulé à la même Transactions on Microwave Theory and
fréquence. Techniques, Vol. 49, n°8, pp. 1398-1403,
August 2001.
CONCLUSION
[6] J. OLLIKAINEN, M. FISCHER, P.
Nous avons modélisé des dispositifs VAINIKAINEN « Thin dual-resonant stacked
rayonnants de formes géométriques différentes. shorted patch antenna for mobile
La conception des ces structure conduit à des communications», Electronics Letters, Vol.
35, n°6, pp. 437-438, March 1999.
antennes miniatures et large bandes trouvant
leurs applications dans des systèmes mobiles de [7] ANIS BENHSAIN « Antennes pour terminaux
la troisième génération est précisément la téléphoniques portables de nouvelles

6
CNTA ’09 Université A.MIRA BEJAIA

génération », Rapport de DEA, Université de


Nice-Sophia Antipolis.

7
Transmission OD8PSK sur une fibre SSMF en utilisant l'Inversion
Spectrale à Mi-Système

A.BENHAOUS, H.MAYACHE, S.TOUMI


Laboratoire d’étude et de recherche d’instrumentation et de communication
Département: Electronique
Université de Badji-Mokhtar, Annaba

Abstract—Des f ormats d e modulation d'ordre s upérieur phase de l'onde lumineuse de la modulation OD8PSK,
ont été récemment employés pour augmenter la capacité, ce ci provoque une erreur de détection des donnés au
aussi bi en q ue l a distance de t ransmission dans l es récepteur.
systèmes de communication optiques. L'objectif principal Les régénérateurs optiques (2R) peuvent être utilisés
de c et a rticle es t de prouver l a limite d es f ibres de
comme solution pour corriger le problème de phase.
compensation de dispersion (DCF) comme s olution pour
corrigé l e p roblème de l a p hase e ngendré p ar l a Cependant, puisque la modulation OD8PSK transmet
dispersion chromatique et les effets non linéaires dans les l'information par la phase du signal, (donc pas
systèmes O D8PSK (Optical D ifferential 8 -Level P hase- l'amplitude), la régénération d'un signal OD8PSK est
Shift K eying), de pr ouver l'u tilité d e la t echnique donc triviale.
d’inversion s pectrale à mi-système ( MSSI), et co mparer L'utilisation d'une fibre de compensation de la
leur performance d ans u n s cénario optique à c anal dispersion chromatique (DCF) donne de bon résultats,
unique de transmission à 10Gbit/s et 40 Gbit/s en utilisant on arrive alors à un recouvrement des donnés
des simulations numériques (Matlab Simulink). transmises correctes, ceci reste vrai si on néglige l'effet
de l'automodulation de phase (SPM). Malheureusement
I. Introduction si la distance de transmission est très grande il faut
Face à la demande sans cesse croissante en matière prendre en considération l'effet de la SPM sur la phase.
de débit d'information transmise dans une fibre, des L'inversion spectrale à mi-système (MSSI) est une
nouveaux formats de modulation sont considérés technologie prometteuse pour réduire le problème de la
comme la technique la plus efficace qui répond à cette phase dans les systèmes de transmission DPSK [4]. Ce
demande. La modulation de phase quadrature type de modulation est semblable à la modulation
différentielle à quatre niveaux (DQPSK) [1], [2] et la OD8PSK qui utilise la phase pour transmettre
modulation de phase à huit niveaux (OD8PSK) [11], a l'information. Cette méthode connue aussi sous le non
été proposée et vérifié en termes de performance par (Conjugateur de phase optique " OPC") compense
les simulations numériques [3]. L’intensité du signal en même temps la dispersion chromatique et la SPM.
étant constante (l'intensité n'est pas modulée par les
données), ce qui offre une meilleure tolérance à la non II. Principe
linéarité (XPM). D'autre part, une détection directe Le principe de MSSI est l'inversion spectrale du
permet d’obtenir une structure de réception simple spectre de signal optique au milieu du chemin de
exempte des oscillateurs locaux nécessaire dans la transmission. Dans la première moitié du lien, le signal
détection homodyne. Cependant ce type de modulation se disperse, générant ainsi des impulsions distordues
rencontre des problèmes au cours de la propagation. En où les composantes rouges devancent les bleues. Ce
effet la dispersion chromatique et la non linéarité signal dispersé subit ensuite une conjugaison de phase
(SPM: self-phase modulation) affectent beaucoup la qui inverse son spectre optique; le bleu devient rouge
et le rouge devient bleu. La forme de l'impulsion reste
inchangée mais les composantes spectrales longues
sont situées à l'avant et les courtes à l'arrière. Dans la
deuxième partie du lien, la dispersion recomprime
Manuscript received February. 18, 2009. l'impulsion. Si la dispersion avant le conjugateur de
Benhaoues atef (phone: 06 67 54 29 90, email: sti_atef@hotmail.fr), phase est la même que celle que l'on retrouve après,
Mayache hichem (email:Lehic82@hotmail.com), Toumi salah
(email:toumi.salah@caramal.com
l'impulsion originale sera restaurée à la fin du lien.
Aussi la technique OPC est capable de supprimer la H ( f ) = exp( −iφ NL )
déformation induite par la SPM. Quand un OPC est
2 (2)
placé au milieu de la fibre, le décalage fréquentiel de la où φ NL = γPin Leff , Pin = A(T ,0) ,
SPM (présentés dans la première partie de la fibre
c'est-à-dire avant le OPC) est ajouté au signal avec un 1 − exp( −αz )
Leff = .
signe opposé dans la deuxième moitié. α
Le déphasage non linéaire dépend de la puissance
III. Modélisation de la fibre SMF d'entrée P in .
La simulation finale d'une fibre optique avec ses
Une simulation réelle d'une chaîne de effets linéaires et non linéaires est représentée par la
communication optique nécessite la modélisation de figure 1.
quelques types de fibres utilisées dans la pratique soit
la fibre conventionnelle (SMF), et les fibres utilisées
pour la compensation de la dispersion chromatique
(DCF, DSF, NZDSF).
Fig 1. Modélisation de la fibre optique en matlab simulink.
On a choisi l’outil Matlab-Simulink comme outil de
simulation, pour simuler une chaîne de communication Dans notre simulation on suppose que les autres
optique (sources, récepteurs et la fibre optique) et effets non linéaires (FWM, Raman et Brillouin) sont
simuler notre méthode de compensation. négligeables et on néglige aussi la dispersion modale
Une méthode basée sur les fonctions de transfert de polarisation.
permet facilement de modéliser la fibre SMF et
quelque d'autres types de fibre. Ce modèle suppose que IV. Résultat de la simulation dans une
la fibre SMF possède sa propre fonction de transfert, configuration monocanal
d’où la multiplication de la transformée de Fourier de
l'onde optique par cette fonction de transfert c'est-à- Cette partie est consacrée à l’estimation des
performances de la technique de compensation
dire: Xˆ ( f ) = H ( f ). Xˆ ( f ).
out in proposée, à savoir le MSSI par rapport aux fibres de
On donne la fonction de transfert d'une fibre mono compensation de dispersion (DCF) qui sont
mode pour le terme de la dispersion est [6] : majoritairement utilisées dans les systèmes
commerciaux (systèmes de transmission optique
β 2ω 2 L
H ( f ) = exp(+i ) = exp(−iπDλLf ). (1) DQPSK et OD8PSK).
2
Où D est la dispersion chromatique, λ est la Afin d’estimer à la fois la performance des deux
longueur d'onde, c vitesse de lumière (f=c/ λ) et L la techniques de compensation et leur comparaison, nous
longueur de transmission. Par conséquent, la fibre est avons choisi la comparaison de la différence de phase
un filtre linéaire avec une atténuation et un déphasage avant et après propagation.
dépendant de la longueur de la transmission et de la D'abord nous considérons une transmission sur fibre
valeur de la dispersion. SMF de 80 km sans module de compensation DCF.
Pour une modélisation d'une fibre SMF on prend la
valeur de la dispersion donnée par ITU;
D(λ) SMF =+17ps/nm.km à1550nm, et une atténuation α
en dB de 0.2dB/km, ceci implique un total
d'atténuation de puissance optique de16dB après 80km.
Pour notre simulation on prend une longueur de 80
km et 160 km. Pour une fibre DCF (Dispersion
Compensating Fiber), il suffit de changer la valeur
"D smf " pour prendre la valeur par exemple D(λ) DCF =-
85ps/nm.km (dispersion négative pour compenser la
dispersion chromatique positive de la fibre SMF) et
une longueur plus petite (L = 16 km) avec une perte de
0.5dB/km.
Pour les effets non linéaires (la SPM) une
modélisation non linéaire NLFM peut être
implémentée: Fig 2. Différence de phase du signal avant et après
propagation
La figure 2 montre, qu’à l’absence du module de
compensation de dispersion chromatique, la dispersion
chromatique corrompt la différence de phase entre les
symboles transmis, où on voit que la différence de
phase après propagation (courbe bleue) est différente
de la différence de phase avant propagation (courbe
verte). Ceci implique qu'il y a une détection incorrectes
de la différence de phase c'est-à-dire une conversion
phase-intensité incorrecte où un recouvrement de
données erroné. Toute information reçue sera donc
totalement déférente de celle transmise.
Pour lutter contre ces dégradations, il faut disposer
d’une fibre ayant une dispersion chromatique de signe
opposé. Plusieurs de ces fibres DCF existent avec des
caractéristiques assez variées. Une étude a été menée,
pour déterminer le meilleur couple de fibres optiques,
et deux conditions devaient être respectées pour former Fig 3. Différence de phase du signal avant et après
propagation (utilisation des DCF)
ces couples : une dispersion chromatique cumulée
nulle et une atténuation cumulée du signal égale à 24
Cependant le résultat montré ci-dessus est obtenu si
dB. Les caractéristiques retenues des couples de fibres
on ne considère que l'effet de la dispersion
sont alors présentées par le tableau suivant :
chromatique. Dans notre cas nous allons étudier l'effet
de la non linéarité (l'auto modulation de phase) sur la
Tableau 1. Paramètres caractéristiques du couple de fibres
simulées. performance de ce type de modulation. En effet la
SPM seule n'est pas gênante puisqu’elle est faible, mais
Paramètres de la fibre le bruit d'émission spontanée amplifiée (ESA) des
SMF DCF
amplificateurs de fibre dopée erbium (EDFA)
Longueur (km) provoque un changement de l'intensité optique qui est
80 16 convertie en fluctuations de phase [8] par la non
linéarité de Kerr (SPM). Ce bruit de phase,
Atténuation (dB/km) habituellement désigné sous le nom du bruit de Gordon
0,2 0,5
Mollenauer, altère la performance d'un système de
transmission OD8PSK. Dans un premier temps on
Dispersion (ps/nm/km)
17 -85 garde la fibre de compensation de la dispersion
chromatique (DCF) pour illustrer sa limite à ce
Effet Kerr problème de non linéarité. Il est clair que les résultats
Oui Oui
obtenus auparavant changent de façon significative
(Fig 4).
Effet Raman
Non Non

Coefficient de non linéarité (m2/W)


2,7.10-20 7.10-20

Aire effective de la section (µm2)


80 30

La figure 3 montre qu’avec la compensation de


dispersion par un facteur de -85 ps/nm.km et une
longueur de DCF de16 km, la dispersion induite par le
SMF sur le signal transmis est complètement égalisée.
La différence de phase au récepteur après propagation
est égale à la différence de phase juste après l'émetteur
(avant propagation), ceci implique une reconstitution Fig 4. Différence de phase du signal avant et après
correcte des données. propagation (utilisation des DCF en présence des effets non
linéaires).
La figure 4 illustre que le module de compensation
de la dispersion chromatique (DCF) n’est pas suffisant
pour compenser toutes les pénalités des effets non
linéaires {la différence de phase au récepteur après
propagation est différente à la différence de phase juste
après l'émetteur (avant propagation)}. L'auto
modulation de phase par ses propriétés corrompt la
phase qui porte l'information dans le cas de la
modulation OD8PSK et va induire des erreurs de la
détection au niveau du récepteur. En effet le problème Fig 6. Une chaîne de transmission optique (RZ-DQPSK,
de la phase augmente si la non linéarité de la fibre de OD8PSK) avec un OPC pour la compensation.
compensation DCF est introduite, et comme l'aire
effective de la DCF est très petite (tableau1), les effets Dans un premier temps on valide les résultats
non linéaires vont augmenter. obtenus par cette technique pour un débit de 10Gbit/s
L'inversion spectrale à mi-système (MSSI) est une et une longueur de fibre de 80km. La figure 7 montre
technologie prometteuse pour compenser le résultat après la simulation. La différence de phase
simultanément la SPM et la dispersion chromatique résultante par cette technique de compensation après
[9]. Le grand avantage de l'utilisation de cette propagation est la même que la différence de phase
technologie réside en sa réalisation sans employer des avant propagation comme nous pouvons le constaté, ce
modules de compensation de la dispersion (DCF), ce qui signifie l'absence d'une distorsion induite par la
qui simplifie beaucoup la conception d'un système de dispersion chromatique et l'automodulation de phase
communication otique. On évite alors les grandes (SPM), c'est-à-dire par cette technique nous obtenons
pertes des fibres DCF, ceci à pour résultat le nombre une compensation total de la dispersion chromatique et
réduit des amplificateurs optiques c'est-à-dire un coût l'automodulation de phase (SPM), et ce par un seul
faible et un bruit ASE faible. dispositif placer au milieu de la fibre. Par conséquent
Notre idée pour simuler cette technique en Matlab une réduction du coût et de l’encombrement dans un
Simulink est simple ; Il suffit de mettre un bloc au système optique, et une correction du problème de la
milieu de la fibre qui prend le conjugué du signal phase de la modulation OD8PSK, pour arriver à une
OD8PSK, distordu par la dispersion chromatique et les bonne récupération des donnés transmises par ces types
effets non linéaire (Fig 5). de modulation.

Fig 5. Simulateur optique en Simulink d'un système


conjugateur de phase (OPC).

La longueur d'onde du signal conjugué est donnée


par la relation suivante:
ω = 2 *ω −ω (3)
c p s
Où ω s est la longueur d'onde du signal (1550 nm),
ω p est la longueur d'onde de la pompe (1546.12 nm),
c'est-à-dire un signal conjugué se propage dans la Fig 7. La différence de phase du signal avant et après
deuxième partie de la fibre par une longueur d'onde de propagation (utilisation de la technique MSSI).
1542.24 nm. Dans nos simulations, on suppose que le
MSSI est idéal, ce qui signifie que le signal n'est pas Une compensation totale de l'automodulation de
distordu par la FWM. phase signifie aussi que tout le bruit de phase (bruit de
La figure 6 montre l'implémentation de la technique Gordon Mollenauer) est supprimé. Signalons ainsi que
OPC dans notre système de transmission optique. la perte est réduite, puisque seule la perte de la fibre de
propagation (SMF) est considérée ce qui réduit le
nombre des amplificateurs, ainsi que le bruit ASE.
On essai maintenant d'augmenter la distance de aussi qu’avec un seul composant (MSSI) placé au
transmission de 80km à 160 km, avec un débit de 40 milieu de la fibre on peut éviter la compensation
Gbit/s. Les systèmes à 40 Gbit/s constituent la périodique par les fibres DCF ce qui, abaisse le coût et
prochaine génération des systèmes de transmission à l’encombrement d'un système à 10-40Gbit/s de longue
très haut débit sur la fibre optique. Encore marginaux distance.
pour le moment, les experts prévoient cependant un
déploiement massif à l’horizon 2010 dans le cadre du REFERENCES
renouvellement des coeurs de réseaux de transport [1] Torger Tokle, "Optimised Dispersion Management and
terrestres et sous-marins déployés au début des années Modulation Formats for High Speed Optical Communication
2000. Systems," Research Center COM Technical University of Denmark
2004.
[2] R. A. Griffin et al.,"Optical differential quadrature phase-shift
key (DQPSK) for high capacity optical transmission", in Optical
Fiber Communication Conf. Anaheim, CA, 2002, Paper WX6.
[3] Hosung Yoon, Duckey Lee, and Namkyoo Park,"Performance
comparison of optical 8-ary differential phase-shift keying systems
with different electrical decision schemes" 2005 Optical Society of
America.
[4] C. J. McKinstrie, S. Radic and C. Xie,"Reduction of soliton
phase jitter by in-line phase conjugation", Optics Letters, Vol. 28,
No. 17, pp. 1519-1521, 2004.
[5] AGRAWAL (G.P.)"Non Linear Fiber Optics ", second edition,
Optics and Photonics Academic Press New York 1995.
[6] Le Nguyen Binh, Irwin Gan and William Tan,"Simulink Model
for Optically Amplified transmission Systems" Technical Report
(2005, 2006, 2007) Part I, III, V, IV". Department of Electrical and
Computer Systems Engineering, Monash University, Australia
[7] AGRAWAL (G.P.)"Non Linear Fiber Optics", Third edition,
Optics and Photonics Academic Press New York 2001.
[8] S. L. Jansen, D. van den Borne, B. Spinnler, S. Calabrò, H.
Fig 8. La différence de phase du signal avant et après Suche, P. M. Krummrich, W. Sohler, G.-D. Khoe, Fellow, and H. de
propagation (utilisation de la technique MSSI sur une Waardt" Optical Phase Conjugation for Ultra Long-Haul Phase-
distance 160 km pour un débit de 40Gbit/s). Shift-Keyed Transmission" JOURNAL OF LIGHTWAVE
TECHNOLOGY, VOL. 24, NO. 1, JANUARY 2006
[9] M. Tsang and D. Psaltis, “Dispersion and nonlinearity
La figure 8 montre que la technique MSSI est compensation by spectral phase conjugation,” Opt. Lett. 28, 1558
transparente au débit et à la distance de transmission (2003).
même en présence des effets non linéaires (SPM). Il est [10] I. P. Kaminov, T. L. Koch et d'autres co-auteurs,"Optical Fiber
telecommunications IIA IIIA", Academic Press, 1997.
clair que cette technique peut compenser la dispersion
chromatique et l'automodulation de phase pour un débit [11] H. Yoon, D. Lee, and N. Park, “Performance comparison of
de plus de 10 Gbit/s et une distance de plus de 80km optical 8-ary differential phase-shift keying systems with different
dans les systèmes OD8PSK sans l'introduction electrical decision schemes,” Optic. Express 13, 371-376 (2005),
http://www.opticsexpress.org/abstract.cfm?URI=OPEX-13-2-371
d'aucune autre technique de compensation. [12] Irène et Michel joindot," Systèmes de transmission sur fibre
optique ", traité Électronique 1999.
V. Conclusion [13] R. J. Essiambre, B. Mikkelson, and G. Raybon. "Intra-channel
cross-phase modulation and four-wave mixing in high speed TDM
Nous avons prouvé qu'un MSSI peut être utilisé systems". Electronics Letters, 35(18):1576–1578, September 1999.
pour compenser la SPM et la dispersion chromatique [14] G. P. Agrawal,"Fiber-Optic Communication Systems". New
York, NY: John Wiley & Sons, Inc, 1997 ET 2002.
simultanément dans les systèmes de transmission PSK. [15] Le Nguyen Binh and Ashok Selliah," modeling of polarization
En outre, la performance de système, OD8PSK à10, mode dispersion effects in a DWDM system using finite impulse
40Gb/s est comparée pour les systèmes MSSI et DCF. response discrete filter technique" Technical Report 2004
Nous avons prouvé que la performance de Department of Electrical and Computer Systems Engineering,
Monash University, Australia
l'arrangement basé sur les fibres DCF est altérée par [16] Islam M. N., L. F. Mollenauer, R. H. Stolen, J. R. Simpson,
l'effet non-linéaire SPM, tandis que la performance de and H-T. Shang, "Crossphase modulation in optical fibers," Optics
la transmission basée sur la technique MSSI est Letters 12, 625-627 (1987).
pratiquement inchangée. Ceci indique que le bruit non- [17] C. Wree," RZ-DQPSK format with high spectral efficiency and
high robustness towards fiber nonlinearities"," University of Kiel,
linéaire de phase est efficacement compensé dans la 2002.
configuration MSSI. Cette technique montre aussi la [18] Carlos Eduardo PEREZ VALENZUELA," Formats de
supériorité au niveau de coût, une transparence au débit modulation pour les telecommunication optiques ", Thèse de
et distance de transmission. Ces résultats montrent Doctorat, Ecole Nationale Supérieure des Télécommunications
BRETAGNE 2006.
[19] H. Apithy, Y. Bouslimani et H. Hamam, "Communications à [21] JOINDOT (M.) et (I.) et douze coauteurs." Les
fibres optiques : Limitations causées par la dispersion et les effets télécommunications par fibres optiques". Collection Technique et
non-linéaires", IEEE Canadian Review - Summer / .t. 2004. Scientifique des Télécommunications. Dunod 1996.
[20] D. Sandel, S. Bhandare, A. Fauzi Abas Ismail, F. Wüst, B. [22] G.P. AGRAWAL, "Light Wave Technology,
Milivojevic, A. Hidayat, Reinhold. Noe, M. Guy, M.Lapointe, “2*40 Telecommunication Systems", Wiley Inter-Science, 2005.
Gbit/s RZ-DQPSK transmission over 263 km of fiber with tunable [23] S. L. Jansen, D. van den Borne, P. M. Krummrich, S. Spalter,
chromatic dispersion compensator,” Canada, G. D. Khoe, and H. de Waardt, "Long-haul DWDM transmission
systems employing optical phase conjugation", J. Lightwave
Technol. 12, pp. 505–520, 2006.
MODELISATION DES RESEAUX DE BRAGG UNIFORMES ET
PARTICULIERS
R. Hedara et M .Chikh-Bled
Laboratoire de télécommunication, Département de télécommunication
Faculté des Sciences de L’ingénieur, Université Aboubekr Belkaïd
Tel: 213 43 28 56 89, Fax: 213 43 28 56 86
Hedara_rachida2006@yahoo.fr
m_chikhbled@yahoo.fr

Résumé
La principale fonction d’un réseau de La diminution de l’encombrement
Bragg est le filtrage. On peut le rencontrer spectral a permis de faire évaluer le mode
dans les composants à base de fibres de transmission et ainsi d’augmenter la
optiques ou bien à base de semi- capacité des réseaux en utilisant plusieurs
conducteurs passifs ou actifs. Dans ce l’longueur d’onde dans une même fibre
travail, on présente les principaux résultats optique. On parle alors de multiplexage en
obtenus lors de l’analyse des différents longueur d’onde. Celle qui consiste à
types de réseaux de Bragg par la méthode former plusieurs canaux de transmission
des modes couplés indépendants : chaque canal correspond à
une longueur d’onde qui est envoyée dans
la fibre. Le démultiplexage est l’opération
Mot cl és :
optique intégrée, WDM, Réseau inverse qui permet de séparer et récolter les
de Bragg, guide d’onde, signaux provenant des différents canaux.
Télécommunications optiques
La longueur d’onde de ces canaux est
située autour de 1.55μm, la bande de faible
1. Introduction
atténuation dans les fibres optiques.
Les composants optoélectroniques
Dans les réseaux optiques actuellement
apparaissent comme les acteurs clés entrant
installés, les lasers DBR jouent
dans l’architecteur des systèmes des
parfaitement le rôle d’émetteur.
télécommunications sur fibre optiques , car
Néanmoins, les contraintes imposées aux
ils sont présents à tous les niveaux de la
télécommunications, ainsi que l’émergence
transmission d’une information, en effet
de nouvelles applications favorisent
pour permettre le transport de
l’application de sources lasers de nouvelle
l’information d’un point à l’autre, il est
génération.
nécessaire d’avoir à l’émission, une source
laser permettant de générer des signaux 2. Généralité sur les réseaux de Bragg
sous forme d’une onde optique cohérente.
Il faut ensuit un modulateur optique qui L’intérêt pour l’étude des structures
code l’information à transmettre en niveau périodiques est ancien et la propagation
d’intensité (« 0 » et « 1 » optique). des ondes dans un milieu périodique est un
phénomène bien connu dans le domaine de
La fibre optique servent ensuit de milieu la physique du solide. La propagation
transmission. Malgré les progrès important d’une onde électromagnétique comme la
réalisé dans le but de diminué les pertes de lumière dans un guide d’onde présentant
propagation dan les fibres optiques. Il est une périodicité est un phénomène tout à
nécessaire d’amplifier le signale au cours fait similaire, à la différence que cette onde
de sa propagation, de manier à compenser est alors confinée et que les interactions
les pertes induites par la fibre [1]. n’interviennent plus que dans une seul
direction, celle de la propagation.
L’introduction d’une telle modulation
périodique dans des structures guides théorique sont toutefois identiques pour
d’onde a donné naissance à de nombreux tous les profils.
dispositifs comme les filtres optiques. Une fine corrugation périodique gravée à
Un réseau de Bragg dans une fibre optique la surface d’un guide d’onde par ailleurs
est une variation périodique de l’indice de uniforme crée un couplage entre la lumière
réfraction dans le cœur qui est le milieu se propageant dans le sens aller et celle se
dans lequel se propage le signal optique [2]. propageant dans le sens retour. Le réseau
est alors analogue à un miroir constitué par
La modulation périodique introduite dans l’empilement périodique de couches de
un guide d’onde passif est celle de l’indice diélectriques présentant des indices de
de réfraction d’un ou de plusieurs de ses réfraction différents.
matériaux constitutifs. On parle dans ce cas
de réseau volumique comme le montre la
figure Fig. 1. (b).

Une technique applicable aux semi-


conducteurs, pour lesquels les effets
présentés auparavant ne sont pas suffisants,
consiste à introduire une modulation
périodique par l’intermédiaire d’une
corrugation physique dans la structure du
guide d’onde par des techniques de gravure
On parle alors de réseau surfacique.
Comme le montre la figure Fig. 1. (a).

Fig.2. (a) Schéma d’un réseau surfacique


(b) Le miroir constitué de fines couches

3. Coefficient de réflexion d’un réseau


de Bragg

Le réseau de Bragg présenté une


réflectivité maximale pour la longueur
d’onde vérifiant la condition de Bragg [4].

λB = 2neff Λ
(1)

λ B : longueur d’onde de Bragg


Fig. 1. (a) Réseau surfacique n eff : l’indice effectif du mode optique
(b) Réseau volumique Λ: la période de Bragg
Le réseau de Bragg peut également être On obtient donc, l’expression de la
plus court et être intégré plus facilement réflectivité maximale d’un réseau de
que les composants à base de fibre dans les Bragg uniforme.
circuits photoniques.
Les phénomènes physiques mis en jeu dans R MAX = R(λ B ) = tanh 2 (kL)
(2)
un réseau de Bragg et leur analyse
La réflectivité maximale dépend lumière est considérée comme totalement
directement de la valeur du produit kL . réfléchie. Celle-ci est centrée sur la
a partir de la on peut définir deux type de longueur d’onde de Bragg (λ B =1550).
réseaux : les réseaux à couplage dit fort et
1
les réseaux à couplage dit faible
0.9

0.8 kL = 5
0.7

0.6

0.5

R
0.4

0.3

0.2

0.1

0
1000 1200 1400 1600 1800 2000 2200
λ nm

Figure.5. Réponses spectrales en réflexion. Cas du


Fig. 3. Facteur de réflexion R à la longueur d’onde couplage fort ( kL >1).
de Bragg en fonction du Coefficient de couplage
4. Miroir à empilement de couches [3].
.3.1. Cas de couplage faible Il faut calculer le coefficient kL avec une
Quand le produit kL est plus petit que 1, différence d’indices ∆n = nH − nL et indice
la réponse spectrale en réflexion du réseau effectif. Ce qui donne :
de Bragg présente un profil proche de celui
du carré de la fonction sinus cardinal 2∆n N (nH + nL )
centré sur la fréquence de Bragg. kL = L=
λ nH2 + nL2 (3)
0.18

0.16

0.14
kL = 0.5
0.12

0.1
R

0.08

0.06

0.04

0.02

0
1000 1200 1400 1600 1800 2000 2200
λ nm
Figure.4. Réponses spectrales en réflexion. Cas du
couplage faible ( kL ≤ 1 )
Figure.6. Facteur de réflexion d’un empilement de N
3.2. Cas de couplage fort périodes H(GaAs)-L(AlAs) avec n H =3 et n L =3 et
Quand le produit kL est largement λ B = 1550nm
supérieur à 1, le profil du spectre en
réflexion présente un plateau à R=1 de plus La bande passante du miroir correspond
en plus prononcé au fur et à mesure au stop-band défini plus ∆β = k qui
lorsque kL augmente. constitue la bande passante de filtrage
optique. La sélectivité du filtre augmente
Dans ce cas, le réseau présente une très pour des valeurs croissantes de kL , c'est-à-
forte réflectivité. Il apparaît également une dire pour un grand nombre de couches N.
bande de longueur d’onde, appelée bande On remarque aussi les oscillations autour
interdite, ou stopband, pour laquelle la de la bande passante.
5. Réseaux de Bragg particuliers Transformée de Fourier de son profil
d’indice. Le résultat donne un peigne de
Jusqu'à présent nous avons considéré que réflecteurs de Bragg, espacés
les réseaux est parfaitement périodique le régulièrement de la fréquence
long de la structure, avec des point de d’échantillonnage ISL SBG le plus souvent
départ et de fin bien définis. Souvent, soit exprimée en GHz.
par sa conception même soit à cause des
techniques de fabrications utilisées, le c
ISLSBG =
réseau de Bragg dévie un peu de cette 2neff Z 0 (5)
structure parfaite.
L’utilisation des réseaux de Bragg dans 6.1. Description du modèle
les différents composants optiques, dans sa La multiplication d’un réseau de Bragg
forme la plus simple, à savoir le réseau par une fonction d’échantillonnage permet
uniforme, est très variée. Toutefois, d’obtenir un réseau échantillonné. Les
l’émergence des nouvelles fonctions des composantes de Fourier du réseau
composants passifs et actifs demande des échantillonné peuvent être obtenues par la
réseaux plus performants. C’est pourquoi convolution de la composante de Fourier
des réseaux plus particuliers que sont les d’un réseau de Bragg par un peigne de
réseaux échantillonnés et les réseaux composantes de Fourier d’une fonction
verticaux deviennent nécessaires. d’échantillonnage.
6. Réseau de Bragg Echantillonné ΛB
Un réseau échantillonné consiste en un R
réseau droit, à une longueur d’onde 1/Λ
probablement définie, multiplié par une
fonction d’échantillonnage. Il est possible TF
de modéliser la réflectivité complexe d’un
réseau échantillonné à partir de la Théorie
des Modes couplés ou de la Théorie des
Matrices de transfert, mais il faut avant RE
tout définir les paramètres clés qui
viennent modifier ses propriétés en phase Fig. 5. Réseau Echantillonné de l’espace des réels à
et en amplitude. l’espace de Fourier

Un réseau échantillonné est un réseau La réflectivité de cette structure peut être


classique dont on enlève périodiquement obtenue à partir de la théorie des modes
des portions. En d’autres termes, il s’agit couplés, qui prédit que chaque composante
d’une alternance entre des sections avec spatiale de la décomposition en série de
réseau et des sections sans réseau comme Fourier de la permittivité engendre un pic
le décrit la figure. dans le spectre global des réflexions.
La qième composante ∆ε(q) relative au
Un réseau de Bragg à la longueur d’onde réseau échantillonné est reliée à l’unique
λ B (définie par le Λ pas e t l’indice composante de Fourier ∆ε 0 du réseau non
effective n eff ), et localisé sur une longueur échantillonné par la relation [5]:
Z 1 avec un coefficient de couplage k 0 .Le
réseau est ensuite répété m fois (nombre de Z 1 sin π qZ 1 / Z 0
période d’échantillonnage) avec une ∆ε (q ) = ∆ε 0 exp[− jπqZ 1 / Z 0 ]
Z 0 π qZ 1 / Z 0
période Z 0 . La longueur totale du réseau
(6)
échantillonnée est donc L Tot = mZ 0 . La
réponse spectrale de ce réseau étant la
Si le coefficient de couplage des portions permet de calculer la réflectivité complexe
de réseau est k 0 , alors le coefficient de d’un réseau échantillonné en phase φ[λ]=
couplage de la qième composante de Arg[r[λ]] et en amplitude.
Fourier du réseau échantillonné total est : Les modélisations ci-dessous
correspondent aux caractéristiques
Z1 sin π qZ1 / Z 0
k (q ) = k0 exp[− jπqZ1 / Z 0 ] typiques de réseaux échantillonnés, gravés
Z 0 π qZ1 / Z 0 dans l’InP [6] [7].Ces dimensions
largement étudiées et optimisées sont
(7) Z 0 = 450μm, k 0 =150cm-1 et h=10%.
Il est possible de connaître le coefficient
de réflexion du champ dans un réseau de 1

0.9

Bragg, en introduisant le coefficient de


couplage k (q ) du réseau échantillonné, il
0.8

0.7

0.6

est alors possible de connaître la 0.5

R
réflectivité complexe du réseau 0.4

0.3
échantillonnée. 0.2
q
jk * (q) sin(Q(q )) LTot
r (λ ) = ∑
0.1

− q Q ( q ) cos(θ ( q ) LTot ) − j∆β ( q ) sin(Q ( q ) LTot )


0
1500 1510 1520 1530 1540 1550 1560 1570 1580 1590 1600
longueur donde (nm)

Fig. 6. (a)Phase (rad) dans un réseau échantillonné


2πn effπ πq (b)Réflectivité (Amplitude) dans un réseau
∆β (q) = − − ; (Q(q)) 2 = (∆β (q)) 2 − k (q)
2

λ Λ Z0
Échantillonné

L’évolution du champ dans une structure La modification d’un seul paramètre modifie
périodique est décrite par sa réflectivité l’ensemble des propriétés du réseau
complexe. Les paramètres permettant de échantillonné.
modifier les propriétés spectrales sont la
longueur totale du réseau L SBG, le
coefficient de couplage du réseau k (q ) , la
période d’échantillonnage Z 0 et le rapport
d’ouverture h. L’influence de ces
paramètres peut être modélisée dans un
réseau échantillonné mais aussi dans le cas
particuliers d’un réseau Bragg non
échantillonnées avec un rapport
d’ouverture unité (Z 0 =Z 1 ). On peut définir
également la largeur de bande du pic q
entre deux zéros par :

λ2 π2
∆λbw (q ) = k (q) +
2

π ng LTot
2 (9)
6.2. Simulation d’un réseau de Bragg
Échantillonné
Fig. 7. Influence du ( k 0 , m, h) sur la réflectivité
Deux paramètres supplémentaires
définissant la fonction d’échantillonnage maximale et la passante
(rapport d’ouverture h, période
d’échantillonnage Z 0 ).La modélisation
La variation de coefficient de couplage flexibilité et leur conception les rend très
permet d’augmenter la réflectivité du intéressants pour des applications aux
réseau ainsi que la bande passante des pics. besoins de l’utilisateur [8].
De plus, le rapport d’ouverture modifie References
l’enveloppe du réseau échantillonné
(nombre de pics dans l’enveloppe), mais [1] Brackett, C.A; « Dense W avelength
modifie aussi la réflectivité. Division Multiplexing networks: principles
and appl ications», IEEE Journal of
Le nombre de périodes et par conséquent
selected areas in communications, 1990,
la longueur du réseau échantillonné va
augmenter la réflectivité du réseau et Vol 8, N°8, p.948-964.
permet de diminuer la bande passant des
[2] S.Garidel, « Fabrication des réseaux de
pics.
Bragg par ticuliers par l ithographie
L’intérêt d’un réseau échantillonné est électronique : appl ication à l a r éalisation
d’obtenir une structure qui présente un de di spositifs p hotoniques e t
coefficient de couplage effectif faible. optoélectroniques s ur matériaux de l a
D’un point de vue technologique, il est
filière InP »,Thèse de doctorat, Lille, 2004.
difficile d’atteindre des valeurs de
coefficients de couplages faibles. La [3] Zeno. T ; «Optoelectronique-
largeur de bande du pic de réflexion
composants photonique et fibres optiques»,
dépend directement de la valeur du
coefficient de couplage effectif de la Ellipses-2001.
structure. Ainsi si on a une très petite
[4] Born M. and Wolf E; «Principles of
valeur du coefficient de couplage, tout en
conservant une longueur de structure Optics», Pergamon Press, New York,
correcte, on obtiendra un pic très étroit et 1970.
donc très sélectif, ce qu’est intéressant
dans les systèmes de multiplexages denses [5] A.Yariv; « Coupled-mode t heory f or
en longueur d’onde (DWDM). guided-wave opt iucs», IEEE journal of
Quant um electronics Volume: 9 Issue: 9,
Nous avons vu ici les principaux
septembre 1973, page: 199-933.
avantages qui sont offerts par les réseaux
particuliers que sont les réseaux [6] Bjork. G, Nilsson. O; «Anew exact and
échantillonnés. Toutefois nous avons vu
coefficient num erical m atrix the ory of
également que leur utilisation nécessite des
compromis qui peuvent s’avérer parfois complicated l aser s tructures: pr oprieties
difficiles. of as ymmetric phas e-shifted DFB las ers»,
journal of light wave technology, volume:
7. Conclusion 5 Issue: 1, Jan 1987, page: 140-164.
L’objectif de ce travail est d’étudier des
[7] Mason. B, Barton. J, Fish. G.A,
structures intégrées de types réseaux de
Bragg périodiques ou échantillonnés. Coldren. L.A, Denbaars. S.P; «Design of
sampled». ²
Les réseaux de Bragg sont des
composants présents dans les systèmes de [8] Pierre Aschieri; «Introduction aux
télécommunications. Ils sont idéaux une
télécommunications opt iques», note cours
fois utilisés en association avec des lasers à
fibre, des amplificateurs à fibre ou des optique université Nice version 12, 2004.
diodes Laser. En outre leur grande
Influence des paramètres de substrat sur le rayonnement d'une
antenne microbande rectangulaire
F. Chebbara T. Fortaki
Département de l'électronique, université Département de l'électronique,
de Batna, 05000 Batna, Algérie université de Mentouri, Constantine.

fouadchebbara@hotmail.com

Abstract – Dans ce travail, le problème de l’influence Galerkin. Le théorème de la phase stationnaire sera
des paramètres de substrat sur le rayonnement utilisé pour le calcul du champ rayonné en zone
d'une antenne microbande rectangulaire est lointaine. Dans ce manuscrit on va valider les
rigoureusement formulé en utilisant une équation résultats du champ rayonné par comparaison avec
intégrale. Une nouvelle approche pour la les donnés disponibles dans la littérature [2]. La
détermination du tenseur spectral de Green pour le dépendance du champ rayonné en zone lointaine en
cas d’une structure d’antenne microbande fonction des différents paramètres du substrat sera
rectangulaire. Les fonctions sinusoïdales issues du présentée. Enfin une comparaison entre le
modèle de la cavité sont utilisées pour développer la rayonnement des deux premiers modes
distribution inconnue du courant sur le patch fondamentaux sera faite.
rectangulaire. La convergence numérique des
résultats est discutée en détail. 2. THEORY

Mots cl és : substrat, patch, plan de masse, isotrope, La géométrie de la structure à étudier avec le
méthode de Galerkin, le modèle de Cavité, antenne système d’axe considéré est représentée dans la
microbande rectangulaire. Figure 1. La plaque rayonnante de longueur a et de
largeur b est imprimé sur un substrat diélectrique
1. INTRODUCTION isotrope d’épaisseur d, de permittivité ε et de
perméabilité μ 0 , ce dernier est gravé sur un plans de
En anglais (MPA)-Microstrip patch antennas- ce type masse considéré infini et parfaitement conducteur.
d’antenne est constitué d’une bande conductrice de Au dessus de la plaque se trouve l’aire qui se
forme planaire quelconque, gravée sur un substrat caractérisé par ( ε 0 ,μ 0 ).
diélectrique reposant sur un plan de masse.
Comparativement avec les antennes micro-ondes Y
classiques, l’antenne microbande présente des avantages
différents qui mènent à plusieurs applications dans
l’intervalle de fréquence de 100Mhz à 50Ghz. De tels b X
avantages incluent la petite taille, le poids léger, coût
bas de production, une mise en montage sur missiles,
a
roquettes et satellites sans beaucoup de déformation,
une compatibilité avec des dispositifs à état solide
comme les oscillateurs les et les atténuateurs variables ε 0 , µ0 Z
Air
[1].
Z1=Z=d +
Des nombreux travaux ont été effectués sur -
l'influence des paramètres de substrat sur la fréquence ε , µ0 Substrate
de résonnance de l’antenne microbande, cependant, +
l'effet des paramètres de substrat sur le rayonnement du Z0=Z=0
MPA n’a pas été rapporté dans la littérature ouverte. -

Dans cet article, une analyse rigoureuse d'une


antenne microbande rectangulaire montrée dans la Figure 1 Géométrie d’un patch rectangulaire imprimé sur
Figure 1 est illustrée en utilisant une équation intégrale un substrat isotrope.
dans le but de déterminer les caractéristiques de
l’antenne. La résolution sera faite par la procédure de
i ωt avec:
Assumant une variation e du temps et à partir des
équations du maxwell dans le domaine de transformée T 11 T j12 
de Fourier, nous pouvons prouver que les champs  j 
 
transversaux à l'intérieur de la région isotrope peuvent Tj =  
être écrits en fonction de composants longitudinaux  
~ ~ T j 21 T j 
22

E z et H z [3].
 −1

~ iK ∂ ~ ωµK y ~ (1)  I cos θ j − i g j sin θ j 
E x = x2 E z + 2 H z  
Ks ∂z Ks = , θ j = k zj d j
 
~ iK y ∂ ~ ωµK x ~ (2)  
E y = 2 Ez − Hz
Ks ∂z Ks 2 − i g j sin θ j I cos θ j 

~ iK ∂ ~ ωεK y ~ (3)
H x = x2 H z − Ez
Ks ∂z Ks 2
Les équations de continuité pour les composants du
champ tangentiels sont :
~ iK y ∂ ~ ωεK x ~ (4)
Hy = Hz + Ez
Ks 2 ∂z Ks 2 e j ( Ks, Z −j ) = e j +1 ( Ks, Z +j )

Ks 2 = K x2 + K y2 (12)
h j ( Ks, Z −j ) − h j +1 ( Ks, Z +j ) = j ( Z j )
Après quelques manipulations simples, nous pouvons (13)
convertir (1) - (4) en:
~
En utilisant (12) et (13) dans (11) on obtient :
~  i ∂E z  (5)
Ex  K x Ky   
 
~   1    Ks ∂z 
E= = ⋅ 
  Ks    
~       e j ( Ks, Z +j )   e j ( Ks, Z +j +1 )   0 
 E y   K y − K x   ωµ H~ 
 Ks 
z      
  =T ⋅ − 
  J
   
~    
 ωεE z 
(6) +  + 
~
 Hy  K x Ky    h
 j ( Ks , Z )
j   h
 j ( Ks , Z )
j +1    j ( Z )
j 
~      Ks 
H= = 
1 .  (14)
  Ks   
 ~    i ∂ ~ 
− H x   K y − K x   Hz À partir des simples manipulations, nous obtenons
 Ks ∂z 
le tenseur spectral de Green G relie le champ
~ ~ électrique tangentiel avec le courant dans le plan du
La forme générale de E z et H z est : patch :
~ ~ ~
E z = A1 e − iKzZ + B1 e + iKzZ (7) E =G ⋅J (15)

~
H z = A2 e − iKzZ + B2 e + iKzZ (8) Tell que G est le tenseur spectral de Green dans
la représentation (TM, TE), est donné par
~ ~
En substituant les expressions de E z et H z donner par
K x Ky  K x Ky  (16)
(5) et (6) dans (7) et (8) on aura :    
G =
1   ⋅Q ⋅ 1  
Ks   Ks  
   
e (Ks,Z)= A e−iKzZ + B e+iKzZ (9)  K y − K x   K y − K x 

[
h (Ks,Z)= g (Ks)⋅ A e−iKzZ − B e+iKzZ ] (10) avec: Q = T 1 22 (T 12 ) −1 − g 
−1


0

1

En écrivant les équations (9) et (10) dans les plans z=z j-


1 and z=z j ,et par élimination des inconnus A et B, nous
Les conditions aux limites sur le patch permet
obtenons une matrice de cette forme : d’exprimer l’équation intégrale du champ électrique
et ce via la transformation inverse (retour au
 e j (Ks,Z −j )   e j (Ks,Z +j −1)  domaine spectral), ensuite la méthode des moments
    (11) / procédure de Galerkine est utilisée pour discrétiser
  =T j ⋅ 
h j (Ks,Z −j ) h j (Ks,Z + ) cette équation afin de la ramener à un système
   J −1 
linéaire d’équation algébrique. [4]
1 +∞ ~ ~ i(K x + K y) (17) 3. DISCUSSION DES RESULTATS
E x ( x, y ) =
4π 2 ∫∫ −∞
[G xx J x + G xy J y ]e x y dK x dK y
NUMERIQUES OBTENUS.

1 +∞ ~ ~ i(K x + K y) (18) Tout d’abord afin de valider nos résultats


E y ( x, y ) =
4π 2 ∫∫
−∞
[G yx J x + G yy J y ]e x y dK x dK y numériques on a considéré un patch de dimension :
longueur a= 60mm, largeur b= 40mm, imprimé sur
Pour obtenir une bonne convergence, un choix sensé de un substrat appelé Plexiglass d’épaisseur d= 0.8mm
fonction de base s’avère nécessaire. Pour ca, nous avons et de permittivité diélectrique relative ε r =2.6 (1-
utilisé les fonctions de base constituées par les modes i0.02). La Figure 2 montre que pour le premier
de TM du modèle de cavité simple.
mode TM 10 , le diagramme de rayonnement dans le
J x (x, y)=∑ an J xn(x, y)
N
(19)
n =1
plan φ = π suit une loi en cosθ. Tandis que dans
2
J y (x, y)=∑m =1bm J ym(x, y)
M
les plans φ = π
(20)
et φ = 0 le rayonnement pour des
4
Ainsi, l'équation intégrale est discrétisée sous une forme angles θ proches de l’horizontal demeure très
matricielle [5]: important. On note que les champs rayonnés dans
ces plans sont similaire à ceux de J. R. MOSIG et al
(Z kn N × N (Z km) N × M   (an ) N ×1   0 
1 ) 2
[7] obtenus par la théorie des réseaux.
    
 ⋅  =  (21)
L’effet de l’épaisseur du substrat sur le
(Zln3 )M × N (Zlm4 )M ×M  (bm)M ×1   0  rayonnement des deux premiers modes
fondamentaux dans le plan φ = 0 est étudié dans les
Le système d’équation est homogène, donc une solution figures 3et 4. Le patch est de dimensions 4cm*3cm
non triviale est atteinte quand le déterminant de la
et le substrat est appelé Duroid de permittivité
matrice Z s’annule.
ε r =2.32. On observe pour les deux modes que la
(22) réduction dans l’épaisseur du substrat a pour effet
de rendre le champ rayonné moins important. Donc
Avec (Z) est la matrice dans (21). La solution de il est avantageux de travailler avec des substrats de
l’équation (22) conduit à une fréquence de résonance grandes épaisseurs, cependant il faut faire un
complexe f = f r + jfi . f r est la fréquence de compromis entre l’augmentation du champ rayonné
résonance et la partie imaginaire f i traduit les pertes et le problème des ondes de surface.
par rayonnement. Le facteur de qualité est définit par Dans les figures 5 et 6, on étudie l’influence de la
2f [6].
Q= i constante diélectrique du substrat sur le
fr
rayonnement des deux premiers modes
Le champ électrique rayonnée est obtenu à partir de la fondamentaux dans le plan φ = 0 . Les substrats
transformée de Fourier inverse. considérés (Duroid, Mylar et Espilam-10) ont des
+∞
constantes diélectriques égales à 2.32, 3 et 10. On
(23)
∫ ∫ E (K , K y , d1 )e iK z 0 d1 e
1 −( − K x x − K y y + K z 0 )
E= x dK x K y constate que l’augmentation de la permittivité du
4π 2
−∞
substrat se traduit par une diminution du champ
Le théorème de la phase stationnaire permet d’évaluer rayonné, ceci est probablement du aux ondes de
l’expression(23) dans le cas limité où r tend vers surface qui se manifestent pour les diélectrique de
l’infini (champ rayonnée en permittivité élevée [8]
zone
La figure 7 illustre la comparaison entre le
E = iK 0
e −iK 0r iK 0d1 cos θ
2 rπ
e
~
( ~
× ( E x ( K x , K y , d1 ) cos φ + E y ( K x , K y , d1 ) sin φ )ϑˆ ) rayonnement des deux premiers modes
fondamentaux. Les résultats indiquent que le mode

( )
e−iK 0 r iK 0 d1 cos θ ~ ~ TM 01 rayonne de façon efficace comparativement
+ iK 0 e × ( E y ( K x , K y , d1 ) cos φ + Ex ( K x , K y , d1 ) sin φ ) cos ϑφˆ
2rπ au mode TM 10 . Ce résultat est semblable à celui
déterminé dans [2] à partir de la partie imaginaire
de la fréquence de résonance complexe.
1
E
1
E
0.9
Φ=0 0.9
εr=2.32
0.8 0.8

0.7 Φ=π/4 0.7


εr=3
0.6 0.6

0.5 Φ=π/2 0.5


εr=10
0.4 0.4

0.3 0.3

0.2 0.2

0.1 0.1

0 0
-100 -80 -60 -40 -20 0 20 40 60 80 100
θ
-100 -80 -60 -40 -20 0 20 40 60 80 100
θ
Figure2. Diagramme de rayonnement de l’antenne pour le
mode TM 10 Figure5. Influence de ε r sur le rayonnement de l’antenne
pour le mode TM 10 .

E1 1

0.9

0.8
d=0.6cm E 0.9

0.7
0.8
εr=2.32
0.7
0.6
d=0.4cm 0.6
0.5

0.4
0.5 εr=3
0.4
0.3

0.2 d=0.2cm 0.3

0.1 0.2
εr=10
0 0.1
-100 -80 -60 -40 -20 0 20 40 60 80 100
θ 0
-100 -80 -60 -40 -20 0 20 40 60 80 100

Figure3. Influence de l’épaisseur du substrat Duroid sur le θ


rayonnement de l’antenne pour le mode TM 10 Figure6. Influence de ε r sur le rayonnement de l’antenne
pour le mode TM 01

E 1 1

0.9 d=0.6cm 0.9


0.8 E0.8
0.7
0.7
0.6
TM01
0.6
0.5 d=0.4cm
0.5
0.4
0.4
0.3
d=0.2cm
0.3
0.2
TM10
0.2
0.1

0.1
0
-100 -80 -60 -40 -20 0 20 40 60 80 100
0
θ -100 -80 -60 -40 -20 0 20 40 60 80 100

Figure4. Influence de l’épaisseur du substrat Duroid sur le


rayonnement de l’antenne pour le mode TM 01 θ
Figure7. Comparaison entre le rayonnement des
deux premiers modes
Remarque : REFERENCES

Tous l es ré sultats e t les r emarques obt enus pour l e [1] Dmitriev VA, Costa JCWA. Theoretical investigation of
plan φ = 0 sont s emblables pour l es pl ans φ = π compact microstrip resonators with stubs for patch
2 antennas. IEEE T ransactions o n Microwave T heory a nd
Techniques 2002; 50(1):27-29.
et φ = π .
4 [2] T. Fortaki, “Characterization of a rectangular microstrip
patch antenna effect of the anisotropy uniaxial of the
substrate” Thesis of m agister, U niversity o f C onstantine,
Algeria 1999.

4. CONCLUSION [3] Posart DM. Radiation and scattering from a microstrip


patch on a uniaxial substrate. IEEE Transaction o n
Antennas and Propagation 1987; Ap-35(6):631-621.
L’étude rapportée dans notre travail était de caractériser
avec exactitude une antenne microbande de forme [4] Chew WC, Habashy TM. The use of vector transforms in
solving some electromagnetic scattering problems. IEEE
rectangulaire, et discuter son rayonnement en zone Transactions o n A ntennas and Propagation 1986, Ap-
lointaine. L’application d’une méthode basée sur les 34(7):871-879.
équations intégrales permet une caractérisation plus [5] Chew WC, Liu Q. Resonance frequency of a rectangular
microstrip patch. IEEE T ransactions o n Antennas a nd
rigoureuse de l’antenne. Une nouvelle technique très Propagation 1988; 36(8):1045-1056.
efficace pour la détermination du Tenseur spectral de
[6] Michalski KA, Zheng D. Analysis of microstrip resonators
Green est proposée. Les conditions aux limites sur le of arbitrary shape. IEEE Transactions on Microwave
patch permet d’exprimer l’équation intégrale du champ Theory and Techniques 1992; 40(1):112-119.
électrique et ce via la transformation inverse (retour au [7] J. R. Mosig and F. E. Gardiol. Radiation of microstrip
domaine spectral), ensuite la méthode des moments / antenna of arbitrary shape. ANN Telecomm 1 985; 4 0(3-
4):181-189.
procédure de Galerkine est utilisée pour discrétiser cette
[8] J. S. Row and K. L. Wrong.Resonance in a substrate-
équation afin de la ramener à un système linéaire looded rectangular microstrip structure. IEEE T rans
d’équation algébrique. Pour obtenir une bonne microwave Theory and Techniques 1993; 41:1349-1345.
convergence, un choix sensé de fonction de base s’avère
nécessaire. En fin, le champ rayonné en zone lointaine
est obtenu en s’appuyant sur le théorème de la phase
stationnaire.

Les résultats numériques montrent que la réduction


dans l’épaisseur du substrat se traduit par une
diminution du champ rayonné.

Ces mêmes résultats montrent également que


l’augmentation de la constante diélectrique du substrat a
pour effet de rendre le champ rayonné moins important.

Enfin, les résultats en prouver que le mode TM 01


rayonne de façon plus efficace comparativement au
mode TM 10 .
STUDY OF AN ULTRA-WIDEBAND (UWB) MONOPOLE ANTENNA
WITH SPLIT RING RESONATOR SRR

W. Moulessehoul, S.M. Meriah


Laboratoire de Télécommunications, Département d’Electronique, Faculté des Sciences de
l’Ingénieur, Université Abou-Bekr Belkaïd -Tlemcen
Mwas385@hotmail.com
meriah_m@yahoo.com

Keywords: monopole antenna, split ring resonator, ultra wide band, returns loss.

II. DESIGN AND SIMULATION


Our model SRR is two concentric open split-
Abstract
ring strips, oriented in the same direction,
An ultra wide band (UWB) monopole antenna
connects with
with split ring resonator SRR is presented and
a microstrip line, which port is optimized to
disccuted in this letters, it’s a simple structure,
50Ω, and ground plane is covered partly on the
small size and large spectrum from 11.2 to 25.8
opposite of the substrate, the parameters shown
GHz. The simulation is obtained by the method
in Fig. 1.The units of dimension is expressed by
of moments; we measure the coefficient of
mm.
adaptation S11, and the gain of antenna.
The dimension of structure is small compared to
the resonant wavelength resulting in low
radiative losses and so very high quality factors.

I. INTRODUCTION

I n 1999 research group Pendry develop the


structure of the Split Ring Resonator SRR [1],
i.e. metallic ring or concentric rings with gaps,
she’s made by an artificial metal structure with a
magnetic resonance without the presence of
magnetic component [2], it has part of a negative
refractive index material [3]. The SRR resonates
at a frequency where the wavelength of the gap
is much greater than its diameter, as follows:
[2]

Various structures have been proposed at the


different resonate, to increase the gain and
Fig 1: Schematic of a novel antenna
expand the bandwidth.
A magnetic flux penetrating the metal rings
induces rotating currents in the rings, which
produces its own
flux to enhance or oppose the incident field
(depending on SRR's resonant properties). This
field pattern is dipolar. Due to splits in the rings
the structure can support resonant wavelengths
much larger than the diameter of the rings. This
would not happen in closed rings. The small gap
between the rings produces large capacitance
which lowers the resonating frequency as time
constant is large then, and the SRR behaves like
as an LC circuit driven by an external
electromotive wave[4,5], the resonance
frequency can be written as:

[6] Fig 2: Return loss of UWB antenna with


individual SRR

Where r 0 is the average radius of the considered The figure above shows the reflection coefficient
SRR, C pul the per unit length (p.u.l.) capacitance of different resonance frequencies, and a wide
between the rings, L is the total inductance of the band below -10dB from 11.2 to 25.8 GHz. This
SRR. An FR4 of 1 mm thickness (with relative resonance is due to the outer ring, and the
permittivity ε r = 4.2 and loss tangent δ = 0.02) is associated frequency also depends on the
used as a substrate, who’s printed SRR, a capacity created by the one hand, the spacing
compact size is 30*40 mm2. The working between the two rings and, secondly, the cut in
frequency band ranges from 11.2 to 25.8 GHz, both rings. The gain of the antenna measured is
which covers the entire UWB communication above 2.6 dBi, and the maximal gain is 8.6 dBi,
spectrum. it’s obtained at 12.8 GHz.
The bandwidth can be denoted as a percent of
the center frequency Bp as follows: III. CONCLUSION
An ultra wide band monopole antenna with SRR
[7] is simulated and can be realized. The antenna
operates at the spectrum from 11.2 to 25.8 GHz.
The big advantage of these resonators, in
Where , and and are addition to their resonant character, is their small
dimension, thus allowing miniaturization of
the upper and the lower frequencies of operation. circuits.
Bandwidth may also be defined as a ratio Br by:
[8]
IV. REFERENCES
[1] X. Yang and R. Tao, Z. Yu, Q. Shi, “The
institution of Engineering and Technology
2008“.
[2] S. N BUROKUR, “mise en œuvre de
métamatériaux en vue d’application aux circuits
microondes et aux antennes“.
[3] J. B. Pendry, A. Holden, D. Robbins, and W.
Stewart, “Magnetism from Conductors and
Enhanced Nonlinear Phenomena,” IEEE Trans.
Microwave Theory Tech. 47, 2075-2084 (1999).
[4] Marqués, R , et al “Comparative analysis of
edge and broad side coupled split ring resonator
for metamaterials design – theory and
experiments”
, IEEE Trans Antenna Propag, 2003, 51, pp,
2572- 2581.
[5] Marqués, R, et al “Role of bianisotropy in
negative permeability and left handed
metamaterial”,Phys. Rev. B, 2002, 65, pp.
144440(1)- 144440(6).
[6] W. Rotman, “Plasma simulation by artificial
dielectrics and parallelplate media,” IRE T rans.
Antennas Propagat., vol. AP-10, pp. 82–95,
Jan. 1962.
[7] Antenna Standards Committee of the IEEE
Antennas and Propagation Society,
IEEE St andard D efinitions of T erms f or
Antennas, I EEE St d 145-1993, The Institute of
Electrical and Electronics Engineers, Inc, New
York, 1993.
[8] W. L. Stutzman and G.A. Thiele, Antenna
Theory and Design 2nd edition, John
Wiley & Sons, New York, 1998.