Vous êtes sur la page 1sur 8

LE RAPPORT DE SYNTHESE

Placé en tête de toute procédure, il a pour but d'établir la synthèse de l'enquête,


de faire ressortir le cheminement de l'action et de la pensée du directeur d'enquête, de
restituer l'atmosphère de l'affaire.
Les affaires traitées étant différentes et la personnalité de l'enquêteur apportant
son style propre, il n'existe pas de rapport-type, cependant il est admis par l'usage et le
bon sens que le document comporte une présentation générale identique et trois parties
déterminées (les faits, l'enquête, la conclusion) qui permettent de proposer un canevas
adaptable à l'essentiel des affaires.

I - LA PRESENTATION DU RAPPORT DE SYNTHESE

1 - L'en-tête
Le rapport de synthèse est établi sur un imprimé portant en haut et à
gauche l'identification du service.
Le rapport est daté. La date indiquée est celle de la rédaction et non pas
celle de la commission des faits.
Le rédacteur énonce son grade, ses prénom et nom.
Le rapport est adressé, soit au magistrat (procureur, juge d'instruction)
sous couvert de la voie hiérarchique, soit au chef de service.

2 - Les rubriques
Le rapport de synthèse comporte quatre rubriques :
 La rubrique objet
Dans cette rubrique est mentionnée la qualification pénale des faits, la
ou les dates, le ou les lieux de commission de la ou des infractions et la ou
les identités des victimes.
 La rubrique affaire
Il est indiqué affaire contre X..., si le ou les auteurs n'ont pas été
identifiés ou, dans le cas contraire, affaire contre personne (s) dénommée (s).
 La rubrique référence
Si les services de police se sont saisis d'initiative de l'affaire, il est
porté, dans cette rubrique, la mention "initiative".
Si l'enquête a été effectuée sur instructions de l'autorité judiciaire, il
est indiqué :
"Réquisitions n° ..., en date du ..., de M. le procureur de la république
près le tribunal de grande instance de ...".
"Réquisition téléphonique en date du ... de M. le procureur de la
République près le tribunal de grande instance de ..."
ou
"Commission rogatoire n° ... en date du ..., de M. (prénom, nom), juge
d'instruction au tribunal de grande instance de ...".
 La rubrique pièces jointes
Elle concerne la brève énumération des documents joints au rapport
(les pièces communiquées par le magistrat qui a sollicité l'enquête, la
procédure, les annexes...) et l'identification des scellés déposés au greffe
du tribunal de grande instance.

Version au 01/11/2010 © INFPN – Tous droits réservés Page 1


Exemple : pièces jointes :
 Votre réquisition (ou votre commission rogatoire) et le dossier
communiqué, en retour.
 X procès-verbaux numérotés (ex : 2200/1 à 2200/27) et leur copie
conforme.
 Un album photographique et un plan des lieux.
 X... scellés déposés au tribunal de grande instance de...

II - LE CORPS DU RAPPORT

Il comprend l'introduction et les 3 parties :

1 - L'introduction ou le préambule
L'introduction permet au rédacteur de présenter brièvement l'enquête et
ses collaborateurs. Elle se fait généralement par une phrase :
"J'ai l'honneur de vous rendre compte des résultats de l'enquête
préliminaire effectuée, conformément à vos instructions contenues dans la ...
visée en référence, avec l'assistance des (grades) X et Y....
Si un autre service a été amené à participer aux investigations, il y a lieu
d'ajouter :
"L'enquête a été menée avec la collaboration de ... (S.R.P.J. de ... ou
service d'investigation et de recherche de ... ou brigade de gendarmerie de ...,
etc...).
Il est inutile d'aborder dans ce préambule le résultat de l'enquête.

2 - Les faits
C'est la première partie du rapport. Elle est très courte. Elle expose
succinctement les faits ayant entraîné la saisine du service. Elle pose le
problème à résoudre.
Si une enquête a déjà été effectuée sur ces faits, il y a lieu d'exposer très
brièvement celle-ci en rappelant les conclusions et éventuellement les
suggestions et hypothèses formulées par les premiers enquêteurs.

3 - L'enquête
Cette partie, de loin la plus importante, réalise la synthèse des opérations
effectuées.
Elle se subdivise en deux sous-parties :
a - Le rassemblement des données et la formulation des hypothèses
Dans cette première sous-partie, le premier paragraphe est réservé
aux constatations et à leur discussion.
Le second paragraphe est destiné à l'examen des premières recherches
(audition de la victime : ses soupçons, les renseignements fournis -
l'enquête de voisinage : la découverte et l'audition de témoins
intéressants, les déclarations apportant d'utiles indications faites par les
familiers, amis ou relations de la victime...).
Le troisième paragraphe est consacré :
 à l'étude et à l'analyse des données rassemblées grâce aux
constatations et aux premières recherches,
 à la formulation d'une ou de plusieurs hypothèses de travail.

Version au 01/11/2010 © INFPN – Tous droits réservés Page 2


b - Les recherches orientées et l'administration de la preuve
Selon les hypothèses émises, une ou plusieurs pistes ont été suivies. Il
est évident que c'est celle qui a conduit à un résultat positif qui est mise
en lumière, on ne parle des autres que pour mémoire.
Dans l'étude de la piste principale ou de la piste unique, il est
examiné :
 tout d'abord les recherches d'archives (effectuées à partir d'un
signalement, d'un nom, d'un véhicule, etc...) et les auditions de
témoins ou dénonciateurs qui ont permis l'identification du ou des
suspects,
 ensuite, les éventuelles surveillances et filatures exercées sur le ou
les individus identifiés, leur interpellation et les perquisitions effectuées
(par qui ont-elles été opérées ? Comment ? Les éléments apportés à
l'enquête ? Les pièces à conviction découvertes, etc...),
 et enfin, les interrogatoires (aveux : participation des uns et des
autres, leur rôle exact, leur responsabilité, etc...) et les vérifications
qu'ils amènent.
 Éventuellement, dans une troisième sous-partie, le rédacteur peut
faire état :
 de considérations objectives sur la personnalité des personnes
mises en cause, sur leur rôle respectif, sur leur responsabilité et sur
celle de la victime,
 des difficultés rencontrées au cours de l'enquête,
 des incidents qui ont eu lieu,
 etc...

4 - La conclusion
Cette partie permet de rassembler les éléments à charge et à
décharge.
Le rédacteur souligne les éléments constitutifs des infractions
constatées et les circonstances aggravantes relevées.
Il indique la position des personnes mises en cause, identifiées,
arrêtées, en fuite, écrouées, seront présentées à ..., etc...).
Il mentionne enfin si des recherches ou autres investigations restent à
effectuer.

Version au 01/11/2010 © INFPN – Tous droits réservés Page 3


III - LES DERNIERES RUBRIQUES

Le rapport est signé par le rédacteur seulement.


Cette signature est suivie des dernières rubriques qui se rapportent :
 à l'état civil des personnes mises en cause et à leur position (libres, écrouées,
en fuite),
 à l'état civil des victimes décédées,
 aux destinataires qui sont d'une manière générale :
 le magistrat mandant (juge d'instruction en exécution d'une commission
rogatoire - procureur de la République en flagrance ou en enquête
préliminaire).
 Dans tous les autres cadres d'enquêtes : 1 original + la copie certifiée
conforme de la procédure.
 le service régional de police judiciaire ou la direction centrale de la police
judiciaire : 2 ampliations,
 archives du service : 1 ampliation.
Dans les rapports, il y a lieu d'éviter :
 les mots techniques, pseudo-savants,
 certaines formules (telles que "rien moins que" ou "A tout moins" et les
répétitions qui alourdissent le rapport et nuisent à sa clarté),
 les termes péjoratifs ou de nature à marquer du mépris à l'égard des
personnes citées,
 de mentionner les condamnations amnistiées.
Il convient d'user d'un style simple, concis et impersonnel (on peut, par exemple,
remplacer la formule :
" Nous avons interrogé M. DURAND qui nous a déclaré" ou "J'ai interrogé M.
DURAND qui m'a déclaré" par "Entendu (P.V. N° ...), M. DURANT a précisé...").
Il faut aller à l'essentiel en écartant ce qui est superflu.

Version au 01/11/2010 © INFPN – Tous droits réservés Page 4


REPUBLIQUE FRANÇAISE
---------
MINISTERE DE L'INTERIEUR, DE L'OUTRE-MER,
DES COLLECTIVITES TERRITORIALES
– le 22 novembre .......
ET DE L'IMMIGRATION

DIRECTION GENERALE
DE LA POLICE NATIONALE
Le brigadier de police Alain Y...
Circonscription de sécurité publique
en fonction à la circonscription de S.P.
de (ville)
de (ville) (département)
à

Monsieur le procureur de la République


près le tribunal de grande instance
de (ville)
S/C de monsieur le commissaire principal
chef de la circonscription
de sécurité publique de (ville)

OBJET : Vol aggravé commis le dix-sept novembre au préjudice de la bijouterie


BAUDIER Lucien.
AFFAIRE : C/ROUSSEAU Luc et LAPERE Eric.
REFERENCE : Les instructions verbales du lieutenant de police Jean V. en date du
19.11.....
P. JOINTES : 1 procédure établie par le service comprenant 27 PV numérotés de
2200/1 à 2200/27 et sa copie conforme.
1 album photographique, 1 plan des lieux, 1 rapport et 3 photographies
annexées.

J'ai l'honneur de vous rendre compte des résultats de l'enquête effectuée en


flagrant délit, conformément aux instructions citées en référence, assisté des gardiens
de la paix Francis A..., Jacques Z...., Pierre T...., et Alain Z.... du service.
LES FAITS
Le 18 novembre ..... à 9 heures, M. BAUDIER Lucien, qui exploite une
bijouterie à l'enseigne "Le Coq d'Or", 12, rue des Frères Lumière à (ville), constatait
qu'un vol avec effraction avait été perpétré dans son magasin pendant le week-end.
M. BAUDIER avisait alors téléphoniquement le service.

Version au 01/11/2010 © INFPN – Tous droits réservés Page 5


L'ENQUETE

Le transport sur les lieux était effectué avec l'assistance du brigadier major
André L... du P.L.I.J. et les constatations permettaient de relever (P.V. N° 2200/1)
:
 sur la porte de communication entre l'arrière-boutique et la bijouterie : quatre
traces de pesée, de formes trapézoïdales de 3 x 3 x 2 cm,
 sur le tiroir supérieur du comptoir installé dans le magasin, deux traces de
pesée identiques aux précédentes et une trace plate de forme hexagonale ayant
pour base 1 et 1,5 cm,
 sur le second tiroir deux traces de pesée de formes hexagonales similaires à
cette dernière,
 sur chacun des battants de la porte fermant le haut d'un buffet double corps
situé dans la même pièce, deux traces de pesée de formes trapézoïdales et une
autre de forme hexagonale semblables à celles déjà observées,
 et enfin sur la vitrine de présentation toujours dans le magasin des traces
papillaires susceptibles d'être exploitées par comparaison.
En l'absence de toute effraction extérieure tant en ce qui concerne les grilles de
protection et la porte donnant sur la rue que celle permettant d'accéder par le couloir à
l'arrière boutique, il était permis de penser que le ou les malfaiteurs s'étaient introduits
dans les lieux soit à l'aide de fausses clés, soit par le biais d'une complicité qui restait à
déterminer.
La plainte recueillie auprès de M. Lucien BAUDIER (P.V. n° 200/2) faisait apparaître
la disparition d'une montre de valeur de marque EDOX, d'un appareil photo CANON, d'un
carnet de chèques établi au nom de la victime et d'une somme de 2 058 euros.
Les déclarations de madame Michèle AUGER (P.V. N° 2200/4) et de M. LAFONT
Pierre (P.V. N° 2200/5) demeurant tous deux rue des Frères Lumière, témoins recensés
lors de l'enquête de voisinage, la première au n° 15 et le second au n° 16, laissaient
supposer que le vol commis au préjudice de M. BAUDIER Lucien avait été perpétré le 17
novembre 19.. vers une heure du matin, par deux individus circulant dans une voiture
PEUGEOT 306 blanche, après un repérage préalable des lieux.
Ces deux hommes étaient rapidement identifiés par l'intermédiaire du fichier
national automobile (P.V. N° 2200/6), de l'audition de M. PETIAU Gérard (P.V.
N° 2200/7), loueur de voitures, de la consultation des différents fichiers de police et des
surveillances et filatures (P.V. N° 2200/8).
Il s'agit des nommés Luc ROUSSEAU et Eric LAPERE, défavorablement connus de
nos services, demeurant tous les deux à (ville), 12 Allée des primevères, bâtiment 3, le
premier appartement 100, le second appartement 25.
Une comparaison d'empreintes effectuée par le brigadier-major André L... du
poste local d'identité judiciaire établissait que les traces papillaires relevées sur les lieux
du vol correspondaient avec plus de 18 points de similitude aux empreintes digitales du
pouce droit de Luc ROUSSEAU.
Luc ROUSSEAU et Eric LAPERE étaient interpellés le 21 novembre à 11 H 30, à
leur sortie du bar de la poste à (ville) (P.V. N° 2200/9).

Lors des perquisitions effectuées aux domiciles des suspects (P.V. N° 2200/14 et
15), il était retrouvé la plus grande partie du butin ; par ailleurs Luc ROUSSEAU,
présenté aux témoins Michèle AUGER et Gérard PETIAU était formellement reconnu par
ceux-ci (P.V. N° 2200/16 et 18).
Entendu, Luc ROUSSEAU (P.V. N° 2200/19) et Eric LAPERE (P.V. N° 2200/20)
reconnaissaient les faits qui confirmaient les éléments recueillis par ailleurs.

Version au 01/11/2010 © INFPN – Tous droits réservés Page 6


Des déclarations de l'un et de l'autre, il ressort que :
ROUSSEAU et LAPERE se sont connus sur un chantier en 1995.
Se fréquentant régulièrement, ils se rencontraient quasi quotidiennement au bar
de la poste à (ville).
Le 12 novembre, ils avaient fait la connaissance dans cet établissement de
BAUDIER Paul, fils de la victime.
Ce dernier, à court d'argent, et pour se venger de son père, leur avait proposé de
réaliser une bonne opération au sein de la bijouterie familiale.
A cet effet, il leur donna toutes indications utiles leur permettant de s'emparer de
la recette du samedi : plan des lieux, localisation précise de la somme et fourniture du
double des clés de l'arrière-boutique dès le 15 novembre.
Ce même 15 novembre, ROUSSEAU louait une voiture PEUGEOT 306 blanche
chez AVIS à (ville) et procédait à une reconnaissance des lieux de concert avec LAPERE
peu après 19 heures.
Le dimanche 17 novembre vers 1 heure du matin, tous deux se rendaient sur
place au moyen de la 306. C'est ROUSSEAU qui commettait l'effraction de la porte
intérieure séparant le magasin de l'arrière-boutique avec son pied de biche. Il aidait
ensuite LAPERE à fracturer les tiroirs du comptoir au moyen du tournevis qu'il lui avait
prêté, puis le buffet en bois renfermant la recette de la journée.
Le lendemain à midi, toujours au bar de la poste, ROUSSEAU et LAPERE
restituaient à BAUDIER fils le double de la clé de l'arrière boutique et lui remettaient sa
part de butin.
La perquisition (P.V. n° 2200/21) effectuée au domicile de ce dernier et son
audition (P.V. n° 2200/23) confirmaient les déclarations des deux premiers.
Conformément à vos instructions, étaient restitués à M. Lucien BAUDIER la
montre, l'appareil photo, le carnet de chèques et la somme de 1 500 euros découverts et
saisis aux domiciles des suspects.

Version au 01/11/2010 © INFPN – Tous droits réservés Page 7


CONCLUSION

L'enquête effectuée a permis d'établir que Luc ROUSSEAU et Eric LAPERE sont les
auteurs d'un vol commis le 17 novembre 19.., en réunion, par effraction dans une
maison habitée, au préjudice de M. Lucien BAUDIER, bijoutier installé 12 rue des Frères
Lumière à (ville), faits prévus et réprimés par les articles 311-1, 311-3 et 311-4 du code
pénal et susceptibles d'entraîner des poursuites du chef de vol aggravé.
Paul BAUDIER, complice de ce vol aggravé par aide ou assistance aux termes de
l'article 121-7 du code pénal, et auteur de recel aggravé selon l'article 321-1 du code
pénal, bénéficie de l'immunité prévue par l'article 311-12 du même code.
Conformément à votre demande, ROUSSEAU et LAPERE seront conduits devant
vous ce jour à 11 H 30, tandis que Paul BAUDIER a été remis en liberté.
Le Brigadier de Police
Nom, prénom
ETATS CIVILS :
 ROUSSEAU Luc, Emile, né le 30 octobre 1958 à La Grande Paroisse (Seine-et-
Marne) de Jacques et Bernadette TOURDON, cariste, demeurant 12 Allée des
primevères à (ville).
 LAPERE Eric, Robert, né le 8 juillet 1953 à Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône) de
Jules et Marie DUBOIS, sans emploi, demeurant 12 Allée des primevères à (ville).
 BAUDIER Paul, Jacques, né le 4 août 1962 à Melun (Seine-et-Marne) de Lucien
et Catherine LEDUC, étudiant, demeurant 16 rue de la Convention à (ville).
DESTINATAIRES :

 M. le procureur de la République près le T.G.I. de (ville) (2 exemplaires)


 S.R.P.J. (1 ex.)
 Archives (1 ex.)
VU ET TRANSMIS
Le Commissaire Principal

Version au 01/11/2010 © INFPN – Tous droits réservés Page 8