Vous êtes sur la page 1sur 4

UNIVERSITE MONTPELLIER – Faculté des Sciences

Licence L3 EEA – Matériaux - Energie


Code : HLEE 602 – 17 mai 2019 – Durée totale : 2 heures

Trottinette électrique
Trottinette pour adulte. Spécifications : 500 W – 25 km/h – 27 kg. Transmission à chaîne. Rapport de
réduction r = 13/80 – Diamètre roue Droue : 260 mm

Mécanique
1. La force de résistance à l’avancement est Fr = a.M + b.V2 avec M : masse totale (kg), V : vitesse
(m/s), a : 0,16 N/kg et b : 0,4 N/ (m/s)2.
1.1. Dans le plat, à vitesse constante de 25 km/h et pour une masse déplacée de 107 kg, calculer la
force motrice Fm et la puissance P que doit développer le moteur au niveau de la roue.
Faire un dessin représentant les diverses forces.
1.2. Dans une pente de 5%, à vitesse constante de 25 km/h et une masse de 107 kg, calculer la force
motrice Fm et la puissance P que doit développer le moteur au niveau de la roue.
Faire un dessin représentant les diverses forces.
2. Transmission. Détail:
Rapport de réduction
r = roue/moteur = nroue/nmoteur = 13/80
pignons
Rendement de la transmission : t = 0,81
, n : vitesse angulaire de rotation, vitesse de
M
rotation
chaîne

2.1. Pour une vitesse constante de 25 km/h, déterminer la vitesse de rotation du moteur nmoteur.
2.2. Dans le plat, donner l’expression du couple sur une roue Croue en fonction de la force motrice
Fm….. Calculer sa valeur.
2.3. Donner l’expression du couple moteur Cmoteur en fonction de Croue , r, t……. Calculer sa valeur.
2.4. Déterminer la puissance fournie par le moteur Pmoteur.
3. Etablir l’expression de l’inertie équivalente Jéqui du conducteur+batterie ramenée sur l’arbre moteur.
Calculer sa valeur pour M : 107 kg.
Si l’inertie du moteur vaut Jmoteur : 0,0071 kg.m2, que vaut l’inertie totale Jtotale sur l’arbre du moteur.
4. Rappeler le principe fondamental de la dynamique pour un mouvement de rotation. Donner
l’expression du temps d’accélération ou de démarrage.
Application numérique. Pour Cmoteur : 2 N.m et Crésistant : 0,26 N.m, calculer le temps de démarrage td.

1
Thermique. Comportement thermique du moteur
Le moteur à courant continu de 500 W – 24 V, étanche, a les dimensions suivantes :

Vue en coupe

[2]
[1]
[0]
D2 L
e

Induit repère [0] Entrefer repère [1]: 1 mm.


- Diamètre Do : 53,5 mm Conductivité thermique due à l’air :  :
- masse : 4,1 kg 0,35 W.m-1.K-1
- chaleur massique c : 460 J.kg-1.K-1 L : 140 mm
Inducteur : repère [2] est un cylindre creux
Diamètre extérieur D2 ou Dext : 107 mm. L : 140 mm. Rth négligée.
Un phénomène de conduction existe entre la culasse, les flasques (côtés du moteur) et l’air ambiant.
Coefficient de convection h : 15 W.m-2.K-1. Température de l’air ambiant a : 40°C.
Objectif : estimer la température de l’induit.
1. Donner l’expression de la résistance thermique de convection Rth2.
Calculer sa valeur pour le moteur (culasse + flasques).
2. Calculer la résistance thermique de l’entrefer dont l’expression pour un cylindre creux de rayon
extérieur et intérieur Rext et Rint, et de longueur L, est Rth1 = [Ln (Rext/Rint)] / (2  L).
3. Donner le schéma équivalent thermique du moteur en régime permanent en précisant bien toutes les
grandeurs.
4. Déterminer la température de l’induit  pour les conditions suivantes du moteur : 24,4 V – 25,3 A
– Pméca : 500 W.
5. Qu’est-ce qui limite la température maximale admissible de l’induit ?
6. Proposer 2 ou 3 méthodes pour mesurer la température de l’induit.
7. Pendant le refroidissement, moteur à l’arrêt, donner un modèle thermique le plus représentatif du
moteur en précisant les éléments du modèle.
Donner un modèle thermique le plus simple.
Etablir l’équation différentielle régissant l’évolution de la température.
Donner la solution.
Calculer le temps de refroidissement de l’induit pour une résistance thermique de dissipation Rth
de 1,1 K/W.

2
Matériaux magnétiques
On considère d’abord que le moteur de la trottinette est à courant continu à inducteur bobiné. Figure 1.
Désignation : e : entrefer. Lf : longueur d’une ligne de champ moyenne dans le fer. Se et Sf : section
de l’entrefer et du circuit ferromagnétique. La et Sa : épaisseur et section de l’aimant.

Fig 1 Fig 2 Fig 3

La

Ba

Ha

e
H
N spires N spires aimant
[A/m]

1. Expliciter les termes induction rémanente, champ coercitif, point de Curie.


2. Indiquer le sens du courant inducteur I dans les bobinages pour avoir l’induction magnétique B
avec le pôle nord à droite du dessin.
3. Etablir le modèle ou schéma magnétique équivalent au moteur de la figure 1. Désignation :
Réluctance de l’entrefer Re, de l’induit Ri, du circuit ferromagnétique Rf.
4. En appliquant la loi d’Hopkinson, établir l’expression du courant I en fonction des réluctances, de
l’induction dans l’entrefer Be, de la section de l’entrefer Se….
5. Application numérique : e : 1 mm – Se : 7000 mm2 – Lf : 185 mm – Sf : 3500 mm2 – N : 100 spires
– Be : 0,4 T – o : 4..10-7 H/m et r : 2000
Calculer les réluctances Re et Rf. Hypothèses : Ri négligée.
Quelle-doit être la valeur du courant I ?
En pratique le moteur à courant continu est à aimants (figure 2). Caractéristique de l’aimant figure 3.
6. Donner 2 conditions pour écrire que les inductions magnétiques dans l’aimant et dans l’entrefer
sont égales Ba = Be.
7. Rappeler le théorème d’Ampère (son expression et son énoncé).
En l’appliquant au dessin de la figure 2, établir la relation entre Ha et He (champ magnétique dans
l’aimant et dans l’entrefer). Hypothèse : r du circuit ferromagnétique est infinie.
8. A partir des relations des questions 6, 7, et celle entre Be et He, démontrer que la droite de charge
𝐿
s’écrit : 𝐵𝑎 = − 𝜇𝑜 𝑒𝑎 . 𝐻𝑎
9. Application numérique : La : 20 mm – e : 1 mm . Tracer la droite de charge. Quelles sont les
valeurs de Ba et Ha au point de fonctionnement ?
10. Quel est le point de fonctionnement optimal pour l’aimant ? A quoi correspond-t-il ?

3
Matériaux Diélectriques
On s’intéresse à un câble de distribution d’énergie monophasé 12 kV – 50Hz de longueur 10 km dont
la structure et les caractéristiques sont présentées ci-dessous.

1 - conducteur en Aluminium (diamètre d0)


2 - écran semi-conducteur interne (diamètre d1)
3 – isolant (diamètre d2) - 4 - écran semi-conducteur
externe
5 - couche en textile - 6 - feuille de cuivre
7 - protection extérieure

d0 = 8 mm
Isolant : diamètre intérieur, extérieur :
d1 = 10 mm, d2 = 14 mm

Tension nominale Un = 12 kV efficace


Fréquence nominale f = 50 Hz
Courant nominal I = 200 A

Longueur l = 10 km
Données :
Résistivité de l’âme centrale (aluminium) à 20°C : 2,69 µ.cm ; coefficient de variation avec la
température de 0,00403 K-1.

Matériau isolant : polyéthylène à 50 Hz : permittivité diélectrique relative r : 2,5 ; facteur des pertes
tg  = 10-4 lorsque l’âme centrale est à 70°C.

Permittivité du vide 0 = 8,85*10-12 F/m.


1. Quelle est la résistance de l’âme centrale du câble à 70°C ?
2. Quelle est le rendement de la transmission de puissance par le câble dans les conditions nominales ?
3. Quelle est l’expression de la capacité C d’une phase du câble assimilé à un condensateur
cylindrique? Justifier.
𝑅𝑒
2𝜋 𝜀0 𝜀𝑟 𝐿 𝐿𝑛 𝐿 𝑅𝑒 𝑅𝑒
𝐶= 𝑜𝑢 𝑅𝑖 𝑜𝑢 2𝜋 𝜀0 𝜀𝑟 𝐿𝑛 𝐿 𝑜𝑢 2𝜋 𝜀0 𝜀𝑟 𝐿𝑛( )
𝑅𝑒 2𝜋 𝜀0 𝜀𝑟 𝑅𝑖 𝑅𝑖
𝐿𝑛( )
𝑅𝑖

Avec Re, Ri, L : rayon extérieur, intérieur et longueur. o, r : permittivité diélectrique du vide et
relative.

Calculer la capacité du câble.

4. On néglige la résistance de l’âme centrale et les pertes diélectriques dans l’isolant. Quel est le
courant qui parcourt le câble alimenté sous tension et fréquence nominales à une extrémité, l’autre
extrémité n’appelant aucune puissance ?
5. Calculer les pertes diélectriques du câble pour un fonctionnement nominal.