Vous êtes sur la page 1sur 25

UNIVERSITE ABDELMALEK ESSAADI

FACULTE DES SCIENCES ET TECHNIQUES

MASTER EN SCIENCES ET TECHNIQUES DE LA FACULTÉ


DES SCIENCE ET TECHNIQUES DE TANGER - FILIÉRE :
GÉNIE CIVIL

Calcul hydraulique des réseaux


d’assainissement existants et leurs normes
d'exécution.

Réalisé par : Encadré par :


-AJELLAL IBRAHIM -M. DKIOUAK RACHID
-ABDELLAHI OULD MOHAMED MAHMOUD
-MAJDA BOUFOUS

Année universitaire : 2019-2020


Calcul hydraulique des réseaux d’assainissement existants et leurs normes d'exécution

Remerciements
Nous tenons tous particulièrement à exprimer notre gratitude et notre
remerciement à notre encadrant pédagogique Mr. DKIOUAK
Rachid, Professeur et coordinateur de la filière génie civil à la FSTT
pour l’intérêt avec lequel il a suivi la progression de notre travail et
pour ses directives et conduites chaque fois qu’il était sollicité.

Table des matières


Introduction...........................................................................................................................................5

2
Calcul hydraulique des réseaux d’assainissement existants et leurs normes d'exécution

Liste des abréviation...............................................................................................................................6


I. Généralités :...................................................................................................................................7
1. Définition d’un réseau d’assainissement :..................................................................................7
2. Le rôle d’un réseau d’assainissement :......................................................................................7
II. Les réseaux d’assainissement :.......................................................................................................7
1. Le système unitaire :...................................................................................................................7
2. Le système séparatif :.................................................................................................................8
3. Le système pseudo-séparatif :....................................................................................................9
les avantages et les inconvénients des réseaux d 'assainissement...................................................10
III. calcul hydraulique des réseaux d 'assainissement....................................................................10
1. débit pluviaux :.........................................................................................................................10
1.1. La méthode rationnelle :.......................................................................................................10
1.2. la méthode superficielle (model de CAQUOT) :...................................................................11
Assemblage des bassins :..............................................................................................................13
limites de Validité de la méthode superficielle :...........................................................................14
2. Débit des eaux usées :..............................................................................................................14
2.1 Nature des eaux usées à évacuer :........................................................................................14
2.2 Estimation des débits des eaux usées domestiques :.............................................................14
IV. dimensionnement des canalisations :.......................................................................................16
1. La Section et le diamètre des canalisations :............................................................................16
2. Vitesse d’écoulement et conditions d’auto curage :.................................................................17
a) La vitesse d’écoulement :.....................................................................................................17
3. le débit de pleine section :........................................................................................................17
a) conditions d’auto curage :....................................................................................................18
V. les normes des exécutions des réseaux d'assainissement (région Tanger) :................................19
VI. Etude de cas:............................................................................................................................21
1. Introduction :............................................................................................................................21
2. Données de base :....................................................................................................................21
a) Situation géographique :......................................................................................................21
b) Aperçu hydrologique et hydrographique :............................................................................22
c) Les données météorologiques :............................................................................................22
d) . Démographie et Urbanisme :..............................................................................................23
e) . Définition des matériaux choisis :.......................................................................................23
3. PARAMETRES DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES :.........................................................24
a) Dimensionnement de réseau:..............................................................................................24
b) Application numérique :.......................................................................................................24

3
Calcul hydraulique des réseaux d’assainissement existants et leurs normes d'exécution

Conclusion :..........................................................................................................................................25

Introduction

4
Calcul hydraulique des réseaux d’assainissement existants et leurs normes d'exécution

L’assainissement des eaux usées et des excrétas d’origine humaine constituent l’élément
majeur qui garantit santé, confort et durabilité des ressources dont elle est le besoin essentiel
de la population.
Un bon système d’évacuation des eaux constituera une protection sanitaire contre les facteurs
des transmissions de maladies hydriques et garantira par conséquent un environnement sain et
durable.
Face au retard enregistré dans les projets d’assainissement et ses impacts sanitaires,
environnementaux et économiques, le Maroc a fixé des objectifs qui visent de manière
générale à résorber ce retard enregistré d et restaurer la qualité des cours d’eaux des milieux
naturels.

Ce mini projet rend donc compte des différentes étapes suivies , qui seront présentées et
détaillées dans la suite de ce document, en se basant sur la structure suivante :

 Généralité
 Réseau d assainissement
 calcul hydraulique
 Dimensionnement des conduites d’assainissement
 Etude de cas
 Normes des exécutions des réseaux d assainissement

Liste des abréviation

VRD : Voirie et réseaux divers

5
Calcul hydraulique des réseaux d’assainissement existants et leurs normes d'exécution

BV : bassin versant
EP : Eaux pluviales
EU : Eaux usées
PVC : Polychlorure de Vinyle

C.A.O : Centrifugé Armé Ordinaire


PP: polypropylène

DN : Diamètre

nominal

GNA : Granulat Non traité de base


GNF1 : Granulat Non Traité de Fondation de type 1
EB : Enrobé Bitumineux
Ha : Hectares
Hab : Habitants
AEP : Alimentation en eau potable
ml : Mètre Linéaire
PN : Pression nominale
OPM : Optimum Proctor Modifié

I. Généralités :
Assainissement est un processus permettant de protéger le milieu naturel (protection de
l’environnement direct de l’homme c’est à dire la préservation de ses ressources de vie
naturel, l’air, l’eau de rivières, les eaux souterraines contre la pollution).

6
Calcul hydraulique des réseaux d’assainissement existants et leurs normes d'exécution

1. Définition d’un réseau d’assainissement :

L’assainissement des agglomérations a pour objet d’assurer l’évacuation de l’ensemble des


eaux pluviales et usées ainsi que leur rejet dans les exutoires naturels sous des modes
compatibles avec les exigences de la santé publique et de l’environnement.
Le réseau d’assainissement est l’ensemble des techniques qui permettent l’évacuation par
voie hydraulique des eaux pluviales et usées d’une agglomération .les eaux sont recueillies à
l’intérieur des propriétés par un réseau de canalisations puis évacuées d’une manière
gravitaire vers un égout collecteur qui en assure le rejet dans un exutoire étudié à ne pas nuire
à l’hygiène publique .L’assainissement est de ce fait un outil précieux de lutte contre la
pollution, l’inondation, les maladies à transmission hydrique et de sauvegarde de salubrité du
milieu.
Les ouvrages d’assainissement ont pour objet la collecte, le transport et le traitement
éventuel et la restitution dans le milieu naturel des :
o Eaux pluviales.
o Eaux usées : eaux domestiques (ménagères et vannes) et eaux industrielle

2. Le rôle d’un réseau d’assainissement :

-Assurer la protection des biens matériels et humains contre les inondations.


- Permettre la protection de la santé publique et la préserver.
-Préserver l’environnement en l’occurrence le milieu naturel contre les rejets des eaux
usées.

II. Les réseaux d’assainissement :


1. Le système unitaire :
Il s’impose lorsqu’il n’y a pas de possibilité de concevoir économiquement un réseau des
eaux pluviales de surface, c’est-à-dire:

- Si l’exutoire est éloigné des points de collecte;


- Lorsque les pentes du terrain sont faibles, ce qui impose de grosses sections aux
réseaux d’égouts séparatifs

7
Calcul hydraulique des réseaux d’assainissement existants et leurs normes d'exécution

Il est reconnu que le système unitaire est intéressant par sa simplicité, puisqu'il suffit d’une
canalisation unique dans chaque voie publique et d’un seul branchement pour chaque
habitation.

Figure: réseau unitaire


2. Le système séparatif :

Deux réseaux d’évacuation : un réseau d’eaux usées et un réseau d’eaux pluviales.


La collecte séparative des eaux usées domestiques nécessite des ouvrages de section réduite
en raison du volume limités des effluents. C’est un système économique si l’évacuation des
eaux pluviales ne nécessite pas un autre réseau complet c’est-à-dire qu’elle puisse être
réalisée en faisant un large appel au ruissellement dans les caniveaux.
Le recours à un assainissement séparatif peut être avantageux si la réalisation peut être
effectuée progressivement

Le système séparatif comprend deux réseaux distincts, un réseau à l’évacuation des eaux
usées domestiques (eaux vannes et eaux ménagères) et sous certaines réserves de certains
effluents industriels alors que l’évacuation de toutes les eaux météoriques (eaux pluviales) est
assurée par un autre réseau.

8
Calcul hydraulique des réseaux d’assainissement existants et leurs normes d'exécution

réseau séparatif
3. Le système pseudo-séparatif :

Le système pseudo séparatif est un système dans lequel on divise les apports d’eaux
pluviales en deux parties :
L’une provenant uniquement des surfaces de voirie qui s’écoule par des ouvrages
particuliers des services de la voirie municipale : caniveaux aqueducs, fossés avec évacuation
directe dans la nature.
L’autre provenant des toitures qui sont raccordées au réseau d’assainissement à l’aide des
mêmes branchements que ceux des eaux usées domestiques. On recoupe ainsi les évacuations
des eaux d’un même immeuble.

réseau pseudo-séparatif

les avantages et les inconvénients des réseaux d’assainissement :

9
Calcul hydraulique des réseaux d’assainissement existants et leurs normes d'exécution

les avantages et les inconvénients des réseaux d 'assainissement

III. calcul hydraulique des réseaux d 'assainissement


Toute étude d' un réseau d' assainissement liquide nécessite a l étape initiale la détermination
de débit de l' eau pluviales ou d eaux usées a évacuer

1. débit pluviaux :
Lors d’une chute de pluie, seule la fraction d’eau ruisselée est prise en compte dans
dimensionnement des réseaux d'assainissement, appelés à évacuer ces eaux pour une
fréquence décennale.
En fonction de l’étendue du bassin et de son urbanisation, nous considérons les deux
méthodes les plus utilisées pour l’évaluation du débit pluvial :
-La méthode rationnelle.
-La méthode superficielle.
1.1. La méthode rationnelle :
Cette méthode est utilisée pour des surfaces limitées généralement inférieures à 10 ha, Elle est
facilement applicable pour des agglomérations de petite importance, et aussi peut être
intéressante pour des installations dont la surface est relativement limitée (usine, caserne,
centre commerciaux…).

Elle consiste à estimer les débits pluviaux suite à une averse d’intensité moyenne i
supposée constante durant la chute de pluie sur des surfaces d’influence de superficie
A, caractérisée par un coefficient de ruissellement Cr, La méthode rationnelle

10
Calcul hydraulique des réseaux d’assainissement existants et leurs normes d'exécution

s’exprime par la formule suivante :

QEP = K × C × I × A
QEP : Débit d’eau de ruissellement.
K : Coefficient correcteur de l’intensité tenant compte de la distribution de la pluie
dans l’espace, dont sa détermination est en fonction de la forme du bassin,
C : Coefficient de ruissellement, limite 0 < Cr <1.
I : Intensité de précipitation
A : Surface de l’aire d’influence (ha).

1.2. la méthode superficielle (model de CAQUOT) :

Cette méthode a été proposée par CAQUOT en 1949, Elle tient compte de l’ensemble des
paramètres qui influent sur le ruissellement.

Le débit maximum à prendre en compte dans le calcul des canalisations est donné par la
formule dont les coefficients sont en fonction de la période de retour et de la région dans
laquelle on se trouve.

La formule générale proposée par CAQUOT a été adaptée aux études les plus récentes, en
modifiant les coefficients comme suit :

QEP = K × Iu × Cv × Aw
Avec :

QEP : Débit d’eau pluvial


K, u, v, w : Coefficients d’expression
I: Pente moyenne du collecteur du sou bassin considéré [m/m].
C : Coefficient de ruissellement.
A : Surface du sous bassin considéré [ha].
Les coefficients d’expression K, u, v, w sont donnés par les relations :
1
a 0.5 b
K= ( 6.6 ) (1+0.287 b)

−0.41 b 1 0.95+0.507 b
u= v= w=
1+0.287 b 1+ 0.287 b 1+0.287 b

La période de retour maintenue pour le dimensionnement d’un réseau d’assainissement est

11
Calcul hydraulique des réseaux d’assainissement existants et leurs normes d'exécution

décennale soit 10 ans.


Les coefficients a et b de Montana spécifiques à la région .
a) Correction d’allongement :

La formule de QUACOT n’est valable que pour un allongement moyen du bassin versant
M ≥ 0.8
Tel que :
L
M=
√A
L : largeur du BV en [hectomètre] ;

A : surface du BV en [ha].
0.84 b
M 1 +0.287 b
Si non le débit sera corrigé par le coefficient correcteur m=( )
2
b) Coefficient de ruissellement :

Le coefficient de ruissellement est fonction principalement de type d’occupation du terrain


mais aussi de la nature des sols, de leur degré de saturation en eau, de la pente du terrain
Le coefficient de ruissellement représente le taux d’imperméabilisation. Il est donné par cette
formule :
A imp
C=
A
Aimp : surface imperméable

A : surface totale du bassin versant


De nombreuse expériences ont été réalisées sur différents types de surfaces, on obtient les
coefficients de ruissellement suivants :

Types de surfaces /habitation Coefficient de ruissellement

12
Calcul hydraulique des réseaux d’assainissement existants et leurs normes d'exécution

Petits immeubles +commerces 0.5


Habitat économique 0.45
Zone industrielle 0.65
Zone hôtelière 0.30
Habitat mixte (villas + immeubles) 0.45

Habitat dense 0.80


Immeubles résidentiels 0.5
Moyennes villas 0.35
Grandes villas 0.30
Complexe universitaire 0.40
Bureaux 0.40
Espace verts +parcs 0.6

Voiries +parking 0.9

Tableau :coefficient de ruissellement.


Assemblage des bassins :
La formule superficielle développée ci-avant est valable pour un bassin de caractéristiques
physiques homogènes. L'application du modèle à un groupement de sous-bassins hétérogènes
avec des paramètres individuels Aj, Cj, Ij, Lj (longueur du drain principal), Qpj (débit de
pointe du bassin considéré seul), nécessite l'emploi de formule d'équivalence pour les
paramètres "A, C, I et M" du groupement. Ces formules sont en "série" ou en "parallèle" sont
exprimées ci-après :

Tableau :assemblage des sous bassins versants.

13
Calcul hydraulique des réseaux d’assainissement existants et leurs normes d'exécution

limites de Validité de la méthode superficielle :


La méthode superficielle est applicable si seulement si les conditions suivantes sont :
 La limite supérieure de la surface du bassin est 200 ha
 Le coefficient de ruissellement supérieur à 20 %
 Le coefficient d’allongement M >0.8

2. Débit des eaux usées :


Le but principal de l’évaluation des débits des eaux usées à considérer dans l'étude des
réseaux d'assainissement correspondent essentiellement :
o aux pointes d'avenir qui conditionnent la détermination des sections des
canalisations en système séparatif et dans certains cas, celles des émissaires
en système unitaire.
o aux flots minimaux actuels qui permettent d'apprécier les capacités d'auto curage des
Canalisations.
2.1 Nature des eaux usées à évacuer :

La nature des matières polluantes contenues dans l’effluent dépend de l’origine de ces eaux
usées.
On distingue :
o Les eaux usées d’origine domestique : sont les eaux de consommation après
usage, on les désigne souvent par l’expression de retour à l’égout.
o Les eaux usées d’origine industrielle : proviennent des usines et ateliers de
fabrication, l’évacuation de ces eaux est soumise à une étude particulière, et
un traitement préalable est nécessaire dans la plupart des cas.

2.2 Estimation des débits des eaux usées domestiques :

L’évaluation de la quantité des eaux évacuées quotidiennement, s’effectue à partir de


la consommation d’eau potable par l’habitant (litres/habitant/jours), correspondant
aux plus fortes consommations journalières de l’année.
Toute fois en l’égard avec perte d’eau dans conduites, réservoirs, évaporation et du
fait que toute l’eau utilisée n’est pas rejetée aux réseaux on admet que l’eau évacuée
est de 80% de l’eau consommée.

14
Calcul hydraulique des réseaux d’assainissement existants et leurs normes d'exécution

a) Evaluation du débit moyen journalier :

La base de calcul de ce débit est la consommation en eau potable, à laquelle on ajoute un


coefficient de rejet T(T<1) donné par la relation suivante :

DNT
Q moyj=
86400

Qmoyj: Débit d’eau usée rejetée quotidiennement (l/s).

T : Coefficient de rejet, dépend du type de consommation qui se trouve étroitement lié à la


typologie d’habitat, on estime que 80% de l’eau potable consommée est rejetée.

N : Nombre d’habitants total.


D : Dotation journalière en eau potable (consommation quotidienne) en litre/habitant/jour.
La valeur de la dotation journalière moyenne est obtenue selon le type d’habitat et le nombre
d’habitants

Tableau :la dotation journalière moyenne

15
Calcul hydraulique des réseaux d’assainissement existants et leurs normes d'exécution

b) Evaluation du débit de pointe


Comme la consommation, le rejet des eaux usées est aussi variable dans la journée,
d’où on est appelé à déterminer le débit de pointe qui va conditionner le
dimensionnement des canalisations et qu’il est donné par la formule suivante :

Qpte = Qmoyj ∗ Cp
Qpte : Débit de pointe

Qmoyj : Débit moyen journalier

Cp : Coefficient de pointe, qui dépend de l’emplacement du collecteur et sa section,


peut être calculé à partir du débit moyen journalier :
b
C P =a+
√Q moyj
a: Paramètre exprimant la limite inférieure à ne pas dépasser lorsque Qmoyj croit vers l'infini
a = 1,5.

IV. dimensionnement des canalisations :

1. La Section et le diamètre des canalisations :


Connaissant en chaque point, les débits à évacuer et la pente des ouvrages, le choix
des sections sera déduit à partir de la formule de dimensionnement des canalisations
en écoulement à surface libre de MANING STRIKLER :

1
h 2
Q P=K s × S × R × I
a

𝑄𝑝 : Débit de pointe transite par la canalisation en m3/𝑠,

𝑆 : Section de la canalisation (surface mouillé à pleine section en 𝑚2

𝑅ℎ : Rayon hydraulique de la canalisation (𝑅ℎ = 𝐷/4 en m pour une conduite circulaire).


𝐼 : Pente de canalisation en m/m.
𝐾𝑠 : Coefficient de Manning& Strickler qui dépend de la rugosité de la
canalisation en fonction du matériau choisi.

 Pour le réseau Eaux usées (Réseau séparatif) : 𝛼 = 2/3

3
 Pour le réseau Eaux pluviales (Réseau séparatif/Réseau unitaire) : 𝛼 =
4

16
Calcul hydraulique des réseaux d’assainissement existants et leurs normes d'exécution

Pour une conduite circulaire à surface mouillée à pleine section on a 𝑅ℎ = 𝐷/4.

 Les eaux pluviales :


4
Qp 11
D=4 ( 1
)
4 π KsI2

 Les eaux usées :


3
Qp 8
D=4 ( 1
)
2
4π KsI

2. Vitesse d’écoulement et conditions d’auto curage :


a) La vitesse d’écoulement :
La vitesse d’écoulement de l’effluent dans la canalisation selon la formule de MANING
STRIKLER est la suivante :

V PS ¨ =K s × Ra × I 0.5

𝑉𝑝𝑠 ∶Vitesse à pleine section en (m/s) ;


𝐾 : Coefficient de rugosité ;
𝑅ℎ : Rayon hydraulique ;

∆H
𝐼 : Pente hydraulique de l’ouvrage tel que I¿ L

La vitesse d’écoulement est limitée inférieurement par une vitesse minimale 𝑚𝑖𝑛 et
supérieurement par une vitesse maximale 𝑉𝑚𝑎𝑥 pour :

o D'autre part, prévenir l'érosion des conduites par les matières solides charriées par les
eaux usées comme le sable et le gravier 𝑽𝒎𝒂𝒙 = 4 m/s.
o D'une part, éviter les stagnations susceptibles de provoquer les dépôts, et d'entraîner
les sédiments, sinon il y aura un risque d'obstruction des canalisations, et de
dégagement des mauvaises odeurs dues à la composition des matières organiques.
𝑽𝒎𝒊𝒏=0,6 m/s (Vitesse d’auto-curage du réseau par temps sec).

3. le débit de pleine section :


Le débit de pleine section est déterminé par la formule de base d’écoulement :

17
Calcul hydraulique des réseaux d’assainissement existants et leurs normes d'exécution

𝑄𝑝𝑠 = 𝑉𝑝𝑠 × 𝑆
Avec :
𝑄𝑝𝑠 : Débit plein section dans la conduite en 𝑚3/𝑠
S : section cde la conduite en 𝑚2
a) conditions d’auto curage :
Les conditions d’auto-curage permettent de concevoir des réseaux auto cureurs en
limitant la vitesse minimale appelée « vitesse d’auto curage ». Ces conditions seront
satisfaites pour les deux conditions suivantes :

Q PS
 V ≥ 0.6m/s pour Q = 10

QPS
 V ≥0.3m/s pour Q = 100
Les conditions d’auto curage sont vérifiées systématiquement une fois la vitesse à pleine
section est supérieure à 1m/s, à l’extrême rigueur supérieure à 0,50 m/s pour la demi- section
en cas des canalisations circulaires et 0.90m/s à pleine section pour le cas des canalisations
ovoïdes

18
Calcul hydraulique des réseaux d’assainissement existants et leurs normes d'exécution

V. les normes des exécutions des réseaux d'assainissement (région


Tanger) :

Lors du calage d’un réseau d’assainissement, les contraintes et exigences techniques


énumérées ci-après sont à satisfaire :

1. La jonction des différents collecteurs secondaires devra être dans le sens


d ‘écoulement de l’effluent avec un angle entre 45° et 67° et d’un angle de 45° à un
collecteur principal.

2. Le branchement des différentes constructions au réseau se fera soit par le biais de


regards borgnes soit par le biais d’une culotte. Le branchement devra être réalisé
obligatoirement à partir d’un regard de façade sise en domaine public dont la
profondeur devra permettre le rejet gravitaire des eaux usées dans le collecteur
assainissement existant et sera au maximum de 1.20 m.

3. Les regards de visite seront espacés au maximum de 50 m (contraintes d’entretien).


Ils seront placés en particulier :
o A chaque changement de diamètre.
o A chaque changement de direction.
o A chaque changement de pente.
o Au droit de confluence entre 2 ou plusieurs collecteurs.
o Au droit des chutes (approfondissement de collecteur).

4. Les regards de visite doubles doivent être réalisés au cas où les hauteurs de chute
dépassent 1.00m

5. Pour la collecte et le drainage des eaux pluviales vers le réseau, les bouches d’égouts
à avaloir doivent être implantés à tous les points bas en fonction du profil en travers
des voies ( espacement maximal 100 m).

6. Les collecteurs seront projetés à une profondeur minimale de 1.45m au-dessus de la


génératrice supérieure par rapport au niveau de la chaussée afin d’éviter d’une part les

19
Calcul hydraulique des réseaux d’assainissement existants et leurs normes d'exécution

surcharges roulantes, et d’autre part les encombrements avec les autres réseaux (eau
potable, électrification, téléphone…). Le réseau d’assainissement des eaux usées doit
être placé au dessous du réseau eau potable.

7. La distance minimale horizontale d’une canalisation d’assainissement par rapport à


un câble, une conduite d’eau potable et/ou une autre canalisation EP/EU devra être de
0.40 m.

8. Diamètres et pentes minimaux adoptés pour les collecteurs sont :


o 300 mm pour les eaux usées ;
o 400 mm pour les eaux pluviales.
o Pente minimale 0.5%.(exceptionnellement 0.3% en terrain plat tout
en respectant les critères d’auto curage).

9. Le diamètre minimal d’une antenne de branchement particulier est 160mm en


P.V.C avec une pente minimale de 2%.

10. Les branchements particuliers ne doivent pas être raccordés dans un regard de
visite ou sur des conduites de diamètre supérieur ou égal à 600mm.
Tous les raccordements des branchements particuliers doivent être réalisés sur des
Canalisations in site du lotissement.

20
Calcul hydraulique des réseaux d’assainissement existants et leurs normes d'exécution

VI. Etude de cas:

1. Introduction :

Ce projet d’assainissement a pour but d’établir une étude d’assainissement de


l’agglomération « Douar El Harakat » à la commune Tassoultante et ce, en concevant le
réseau d’assainissement. Il s’agit de définir, dimensionner et caller le réseau ou les réseaux
d’assainissement qui seront capables d’évacuer les eaux usées et les eaux pluviales en même
temps c’est un réseau unitaire.

2. Données de base :

a) Situation géographique :

La localisation du site de l’aménagement est montrée au point A dans la Figure 4.1, Il est
situé à Douar El Harakat, (la commune Tassoultante, Préfecture de Marrakech).

21
Calcul hydraulique des réseaux d’assainissement existants et leurs normes d'exécution

Figure 9 : Situation du site à l’échelle de l’agglomération [Google Earth]

Cette étude est établie à partir des documents suivants :


 Plan de masse de la zone d’étude au 1/2000.
 Plan côté du site d’intervention au 1/2000.
De plus, des visites des lieux ont été effectuées dans le but de compléter les renseignements
con-tenus dans les différents documents cités ci-dessus.
Aperçu topographique :
La morphologie des terrains traversés par le projet est généralement plat, caractérisée
par des altitudes aux alentours de 400m selon les données de profil en long.

Le tracé de la piste existante est carrossable présent des courbes en plan très serrées et
de fortes déclivités en profil en long.
Aperçu géologique et géotechnique :
Le tracé de la présente étude emprunte une zone caractérisée par la présence du
quaternaire dunaire consolidé avec affleurement par endroits des quartzites de l’Acadien.

Les sols en surface sont constitués de limon plus au moins sableux avec des passages
argi-leux.

b) Aperçu hydrologique et hydrographique :

La zone d’étude est caractérisée par une topographie accidentée qui favorise l’existence des
cours d'eau et des chaâbas. Ces derniers traversent perpendiculairement la voirie urbaine. En
cas d’importantes crues, ces chaâbas en forte pente, constituent une menace pour la
population (Erosion des terrains, et menace des habitants situés au voisinage de ces chaâbas).
c) Les données météorologiques :
La pluviométrie :
La zone d'étude est caractérisée par un climat de type semi-aride .La
pluviométrie enregistrée dans la région, d’après la carte des Isohyètes est de 350mm/an.

Le vent :
L’implantation précise de certains ouvrages, comme la station d’épuration
demande la connaissance du régime dominant des vents pour protéger la ville contre les
mauvaises odeurs susceptibles. Les observations faites au niveau de la station montrent qu’il
existe deux brises marines et continentales. Ainsi le vent souffle dans la direc-tion sud-ouest
en été. La vitesse moyenne mensuelle du vent varie entre varie entre 1,3 m/s et 2,6 m/s, elle
peut atteindre les 20 m/s au mois de Décembre et Janvier.

22
Calcul hydraulique des réseaux d’assainissement existants et leurs normes d'exécution

La température :
La température est l’un des facteurs climatiques qui déterminent le
choix du mode d’épuration d’où son importance pour tout projet d’assainissement. Dans notre
zone d’étude, la température varie pendant une journée et la moyenne annuelle est d’environ
20 °C à 22 °C. Les températures maximales et minimales sont respectivement 44 °C aux mois
de juin, Juillet, août et septembre et 10°C aux mois de décembre, janvier, février.
d) Démographie et Urbanisme :

Typologie de l’Habitat :

La Typologie d’habitat dominante pour la majorité de ces sous quartiers est l’habitat non
réglementaire économique en dur de type R+1. Les surfaces des lots du quartier varient de 11
m2 à 400 m2.

Population :

La population de Douar El Harakat, selon les recensements de 2014, comptait 6750 hab et
sera 10066 hab. soit un taux d’accroissement moyen annuel de 3.7 % avec une taille moyenne
de 5 personnes par ménage. (R.G.P.H, 2014)[7]
Le nombre total des ménages est : 1350 ménages.

Taux d'acc : 3.7%

Année 2010 2012 2014 2020 2025

Population 5338 6278 6750 8395 10066

Tableau 5 : Evolution antérieure de la population du Douar El Harakat

e) Définition des matériaux choisis :

Le béton armé est un matériau particulièrement bien adapté à la réalisation des réseaux
d’assainissement, pour lesquels il apporte des réponses multiples.

Dans notre cas, on a choisi le BA 135A comme nature des collecteurs, car on obtient des
diamètres qui sont grande vont jusqu'à D = 1000 mm a l’exutoire et aussi à cause de la forte
charge de rupture qui va jusqu'à 135 KN/m pour le diamètre Max = 1200 mm.

23
Calcul hydraulique des réseaux d’assainissement existants et leurs normes d'exécution

Données du trafic :

D’après les informations recueillies sur place lors de la reconnaissance des lieux, le trafic
journalier des véhicules empruntant l’actuelle piste est très faible et ne dépasse pas les 50 v/j,
le transport des habitants de la région est assuré actuellement à dos des animaux ou à pied et
par des Land rovers, mais après construction de la voirie à l’étude, le trafic prévisible sera
plus important et peut atteindre 100 v/j.

3. PARAMETRES DE DIMENSIONNEMENT DES OUVRAGES :

a) Dimensionnement de réseau:

Le système d’assainissement adopté pour Douar El Harrakat est le système unitaire


(EP+EU).
L’évaluation des débits des eaux pluviales à l’exutoire d’un bassin versant est basée sur la
méthode superficielle de CAQUOT (voir 3.5.2.2.).

La période de retour maintenue pour le dimensionnement de ce réseau d’assainissement est


décennale soit 10 ans.

Le calcul des eaux pluviales est fait sur la base de la carte des isohyètes (Douar El
Harakat), avec (a=6.036 et b=- 0.601, pour T=10 ans).

b) Application numérique :

u = 0.828 ; v = 0.246 ; w = 0.6453 ; K = 1.3872

K^ (1/u) = 1.485 ; 1/u = 1.208 ; w/u = 0.7798 ; v/u = 0.2978

Les résultats de calcul dans les annexes (pièces écrites et dessinées).

24
Calcul hydraulique des réseaux d’assainissement existants et leurs normes d'exécution

Conclusion :
Cette expérience ainsi que cette réalisation de
ce mini-projet que nous avons fait nous a
permis d’utiliser les connaissances acquises
et d’appliquer les différentes formules et
relations vus et par conséquent nous a donné
une idée claire et net sur des projets et
surtout à propos de l’étude et la conception
des réseaux d’’assainissement et leurs calcul
hydraulique tout en respectant les normes

25

Vous aimerez peut-être aussi