Vous êtes sur la page 1sur 8

J.

M - Calcul sur la Trigonométrie(1) - TC-sci

0.1 rappelles et extension


Activitée 1. .
Soit ABC un triangle rectangle en A tel que :
AB = 4 et AC = 3 ; et soit H la projection orthogonal
de A sur la droite (BC ).
1)a) Calculer : BC et cos( ABC
 ).
b) En déduire une valeur approchée de la mesure de
l’angle [ ABC
 ].
c) Déterminer la distance AH .
2) Déterminer tan( ABC
 ), puis en déduire sin( ABC
 ).

Activitée 2. .
Dans le triangle ci-contre on considère :
AB = 5 et E B = 4.
• Calculer cos( AEO),
 et en déduire sin( AEO)
 et
tan( AEO).


0.2 Unitées de mesure des angles et des arcs géométriques


Activitée 3. .
Soient (C ) et (C 0 ) deux cercles de même centre O et
de rayons respectifs R et R 0 (on suppose que R < R 0 ).
Soient M et N deux points du cercle (C ) tels que :
à0 ) = α, (0 ≤ α ≤ 900) M 0 est le point
(MOM
d’intersection de la droite (OM ) avec le cercle (C 0 ).
N 0 est le point d’intersection de la droite (ON ) avec le
cercle (C 0 ).
1)a) Montrer que les droites (M N ) et (M 0 N 0 ) sont
parallèles.
M 0N 0
b) En déduire la valeur du rapport k = en
MN
0
fonction de R et R .
2)a) Déterminer la longueur du cercle (C ) et celle du
cercle (C 0 ).
b) Déterminer la longueur de l’arc — M N , et en déduire
0
celle de l’arc M N .
˜ 0

3) Déterminer une relation entre la longueur d’un arc


de cercle et la rayon de ce cercle.
0.2.1 Unités de mesure :
Pour mesurer un angle on a trois unités : le degré ; le grade et le radian.

Définition 0.2.1. .
Un angle d’un radian intercepte sur la circonférence de ce cercle un arc d’une longueur égale au rayon.
Un cercle complet représente un angle de 2π radians, appelé angle plein.

Remarque 0.2.1. .
1 r ad ≈ 57, 3o πr ad = 180o = 200 grade.

Proposition 0.2.1. .
x y z
Si x, y et z sont les mesures d’un angle en radian, degré et en grade respectivement alors : = = .
π 180 o 200
Applications 1. .
• Compléter le tableau suivant :
Mesure de l’angle en degré 45 210 360
π π
Mesure de l’angle en radian
6 8

0.2.2 Mesure et longueur d’un arc géométrique


Définition 0.2.2. .
La mesure d’un arc géométrique est la mesure de l’angle géométrique centrique qui l’intercepte dans un
cercle de rayon 1.

Proposition 0.2.2. .
Si α est la mesure d’un arc géométrique en radian sur
un cercle de rayon R, alors la longueur de cet arc est
Rα.

Cas particulier :
La longueur d’un arc géométrique sur un cercle de
rayon R = 1 est la mesure de l’angle géométrique
centrique qui l’intercepte.

0.3 le cercle trigonométrique ; les abscisses curvilignes


0.3.1 Orientation d’un cercle ; cercle trigonométrique
Orientation du cercle.

Soit (C ) un cercle de centre O et de rayon R. I un


point sur le cercle (C ). Si on veut se déplacer sur le
cercle (C ) à partir du point I , deux sens s’impose.
L’orientation du cercle revient à choisir un sens, l’un
sera directe (positif) l’autre sera indirecte (négatif).
On convient que le sens contraire au déplacement de
l’aiguille d’une montre est le sens positif. Si on
oriente tous les cercles du plan de même sens on dit
qu’on a orienté le plan.
0.3.2 Cercle trigonométrique.
Définition 0.3.1. .
Le plan (P ) est rapporté à un repère orthonormé

− →−
R = (O, i , j ) Le cercle trigonométrique est un
cercle : de centre O l’origine du plan de rayon R = 1
orienté une orientation positive. et admet une
origine I .

0.3.3 Les abscisses curvilignes


L’abscisse curviligne principale d’un point sur le C.T

Soit (C ) le cercle trigonométrique d’origine I ;


considérons l’intervalle ] − π, π] tel que 0 l’abscisse de
I sur l’axe perpendiculaire sur (OI ). Si on fait
enrouler le segment qui représente ] − π, π] au tour
du cercle (C ) on remarque que chaque point N
d’abscisse α de l’intervalle ] − π, π] s’associe avec un
point unique M du cercle trigonométrique. Le réel α
s’appelle l’abscisse curviligne principale du point M
et inversement si α est un réel de l’intervalle ] − π, π],
alors il existe un point M unique de (C ) qui s’associe
avec le réel α. Le réel α représente aussi la mesure de
l’angle géométrique centrique [(I à OM )].

Exercice 1. .
Placer sur le cercle trigonométrique (C ) les points
d’abscisses curvilignes principales :
π −π 3π π 3π
; ; , et − .
4 4 4 3 4

Les abscisses curvilignes d’un point sur le cercle trigonométrique

Considérons le cercle trigonométrique (C ) d’origine


I.
(∆) est la droite passante par I et perpendiculaire à
(OI ) et d’unité égale à O J .
Soit M un point sur le cercle (C ) et d’abscisse
curviligne principale α. Si on suppose que la droite
(∆) est un file qu’on peut enrouler autour du cercle
(C ) on remarque que le point M du cercle (C )
coincide avec une infinité de points de la droite (∆) ;
et qui ont pour abscisses ......(α − 6π), (α − 4π),
(α − 2π), (α), (α + 2π).......
En générale : chaque point Nk de la droite (∆) qui
coincidera avec le point M aura pour abscisse
α + k2π.
Ces réels s’appellent les abscisses curvilignes du
point M sur le cercle (C ).

Définition 0.3.2. .
Soit M un point sur le cercle (C ) et d’abscisse curviligne principale α. Les réels qui s’écrivent de la forme
α + 2kπ où k est un entier relatif s’appellent les abscisses curvilignes du point M sur le cercle (C ).
Remarque 0.3.1. .
La mesure en radian de l’angle géométrique [( I
OM )] est |α|.

Exercice 2. .
6π 30π π 7π
1)Représenter sur le cercle trigonométrique les points d’abscisses curvilignes, les réels : − ; ; ; .
4 4 2 2
17π 197π
2)a) Les réels et sont-ils des abscisses curvilignes du même point sur le cercle trigonométrique.
5 5
−25π 2292π
b) Les réels et sont-ils des abscisses curvilignes du même point sur le cercle trigonométrique.
7 7 ³ 7π ´
3) Déterminer toutes les abscisses curvilignes du point M et qui appartiennent à l’intervalle
h (−11π) 35π i 5
, .
7 7
π kπ
4) Construire sur le cercle trigonométrique les points d’abscisses curvilignes + où k ∈ Z.
3 4
Propriété 1. .
x et y sont des abscisses curvilignes du même point M sur le cercle trigonométrique s’il existe un entier
relatif k tel que x = y + 2kπ, alors, on dit que x est congru à y modulo 2π et on écrit : x ≡ y [2π]

Applications 2. .
x et y sont-elles des abscisses curvilignes du même point M sur le cercle trigonométrique dans les cas
13π 87π 123π 186π
suivants : • x = et y = − •x= et y = − .
4 4 9 6

0.4 les angles orientés


0.4.1 Les angles orientés de deux demi droites.
Définition 0.4.1. .
Dans le plan orienté on considère deux demi droites [OX ) et [OY ) l’angle déterminé par le couple
([OX ), [OY )) s’appelle l’angle orienté de deux demi droites on le note : (([OX
á ), [OY )).

([OX
á ), [OY )) ([OY
á ), [OX ))

0.4.2 Mesure d’un angle orienté de deux demi droites.


Définition 0.4.2. .
Soient (([OX
á ), [OY )) un angle orienté de deux demi droites, et (C ) le cercle trigonométrique de centre O, A et
B sont respectivement les points d’intersection de [OX ) et [OY ) avec (C ).
Soient α et β les abscisses curvilignes de A et B respectivement sur le cercle trigonométrique (C ).
Le réel β − α s’appelle une mesure de l’angle orienté (([OX á ), [OY )).
Chaque réel qui s’écrit de la forme β − α = 2kπ où k un entier relatif est aussi une mesure de l’angle orienté
(([OX
á ), [OY )).
On note la mesure de l’angle orienté (([OX á ), [OY )) par(([OX
á ), [OY )). et on écrit : (([OX
á ), [OY )) = β − α + 2kπ
où k ∈ Z.
On écrit aussi : (([OX
á ), [OY )) = β − α [2π] et on lit : la mesure de l’angle orienté (([OX
á ), [OY )) est congru à
β − α modulo 2π.
Angle orienté de deux vecteurs non nuls

Définition 0.4.3. .
Soient →−
u et →

v deux vecteurs non nuls ; et soient A et
−−→
B deux points du plan orienté tels que → −
u = O A et

− −−→
v = OB l’angle orienté des demis droites [O A) ; [OB )
s’appelle aussi angle orienté des vecteurs → −
u et →−
v et

− →

on le note par : ( u , v ).

La mesure de l’angle orienté (→−
u
 ,→

v ) est la mesure de
A), [OB )) et se note par (→
l’angle orienté ([Oá −
u
 ,→

v ).

Remarque 0.4.1. .
Parmi les mesures de l’angle orienté (→
−u
 ,→
−v ) il y a une mesure dans l’intervalle ] − π; π] et qui s’appelle la

− →

mesure principale de l’angle orienté ( u , v ).

Si α0 est la mesure principale de l’angle orienté (→

u
 ,→

v ], alors toutes les mesures de cet angle orienté
s’écrivent sous la forme de α0 + 2kπ où k un entier relatif. →−
u et →

v sont colinéaires si et seulement si


(u →
− →

, v ) ≡ 0 [2π] ou ( u
 →

, v ) ≡ π [2π].

−−→ − −−→
Si →

u = O A et →
v = OB , alors la valeur absolue de la mesure principale de l’. angle orienté (→

u
 ,→

v ) est la mesure
de l’angle géométrique [ AOB ].


Relation de Shales et conséquence.

Propriété 2. .
Soient → −
u,→ −
v et →−w trois vecteurs on a :
( u , v ) + ( v , w ) ≡ (→

− →
− →
− →
− −
u
 ,→

w ) [2π] Cette relation s’appelle relation de Shales pour les angles orientés.

Exemple 0.4.1. .
− → −→ − → −−→ −−→ −→
( AB , AE ) ≡ ( AB , AD) + ( AD, AE ) [2π]
á á á
π π 3π
≡ + [2π] ≡ [2π].
2 4 4

Propriété 3. .
Soient →
−u,→−
v et h et k deux réels non nuls ; on a :
−→ −→
(→

v,→

u ) ≡ −(→
−u ,→

v ) [2π] Si hk > 0 alors : (hu, kv) ≡ (→

u ,→

v ) [2π].
 à 
−→ −→
Si hk < 0 alors : (hu, kv) ≡ π + (→

u ,→

v ) [2π].
à 

Exercice 3. .
1) Calculer les mesures des angles orientés suivants :
− → −−→
• ( AB , C A)
á
−−→ −−→
• (C A, DF )
á
−−→ −→
• (B D, F A)
á
−−→ −→
• (C A, F E ).
á

Exercice 4. . ³ 3π ´ ³ 13π ´ ³ 14π ´


Considérons sur le cercle trigonométrique les points A ,B et C − ) Calculer les mesures des
4 6 3

−→ −−→ − −→ −−→ −−→ −−→
angles orientés suivants : (O A, OB ), (OB , CO) ), et (−3OB , 4OC ).
á á á

0.5 les rapports trigonométriques


0.5.1 Le repère orthonormé lié au cercle
trigonométrique.
Soit (C ) le cercle trigonométrique de centre O et
d’origine le point I , soit J un point du plan tel que
−→ −→ π
OJ=1 et (OI , O J ) ≡ [2π].
2
−→ −→
le repère R = (O, OI , O J ) est un repère orthonormé qui s’appelle le repère orthonormé directe lié au cercle
(C ).

0.5.2 Les valeurs trigonométriques.


Définition 0.5.1. .
−→ −→
Soit (C ) le cercle trigonométrique et R = (O, OI , O J )
le repère orthonormé directe lié au cercle (C ). Soit M
un point sur le cercle trigonométrique d’abscisse
curviligne x. Soit C la projection orthogonale du
point M sur la droite (OI ) et S la projection
orthogonale du point M sur la droite (O J ). L’abscisse
du point M dans le repère R s’appelle le cosinus du
réel x et se note cos(x). L’ordonné du point M dans le
repère R s’appelle le sinus du réel x et se note sin(x).
Soit (∆) la droite tangente au cercle (C ) au point I ,
−→
munie d’un repère (I , → −
u ) où : →

u = O J . Si M 6= J et
M 6= J 0 alors la droite (OM ) coupe la droite (∆) en un
point T . l’abscisse du point T sur la droite (∆) munie
du repère (I , →−
u ) s’appelle la tangente du réel x et on
le note tan(x).
Remarque 0.5.1. .
La fonction qui à tout réel associe le réel cos(x) s’appelle la fonction cosinus et on la note :R −→ R
x 7−→ cos(x).
Si x est un réel associé au point M sur le cercle trigonométrique alors C ∈ [I I 0 ] donc −1 ≤ cos(x) ≤ 1.
D’autre part x + 2kπ est aussi un abscisse curviligne de M ; donc cos(x + 2kπ) = cos(x).
La fonction qui à tout réel associe le réel sin(x) s’appelle la fonction sinus et on la note R −→ R
x 7−→ sin(x).
Si x est un réel associé au point M sur le cercle trigonométrique alors S ∈ [J J 0 ] donc −1 ≤ sin(x) ≤ 1.
D’autre part x + 2kπ est aussi un abscisse curviligne de M ; donc sin(x + 2kπ) = sin(x) La fonction qui à tout
π
réel x 6= + kπ où k ∈ Z associe le réel tan(x) s’appelle la fonction tangente et on la
2n
π o
note :R − + kπ/ k ∈ Z −→ R.
2
x 7−→ tan(x).

Propriété 4. .
π
Soit x un réel tel que x 6= + kπ où k ∈ Z, on a :
2
sin(x)
tan(x) = .
cos(x)

Preuve 1. . i
π h
On prend x ∈ 2kπ, + 2kπ (la démonstration est la même pour les autre valeurs de ) Dans le triangle OI T
2
OC OM C M
on a (MC ) ∥ (I T ) donc et d’après le théorème de Thalès = = et puisque OI = 1 et OC = cos(x)
OI OT IT
sin(x) cos(x) sin(x)
et C M = OS = sin(x) et I T = tan(x) alors : = et par suite : tan(x) =
tan(x) 1 cos(x)
En utilisant le cercle trigonométrique on peut conclure que :

Propriété 5. .

cos(−x) = cos(x) ; sin(−x) = − sin(x).


On dit que la fonction cos est paire et la fonction sin
est impaire cos(π − x) = − cos(x) ; sin(π − x) = sin(x)
cos(π + x) = − cos(x) ; sin(π + x) = − sin(x).

Les quadrilatère OC 0 B S et OC DS 0 étant des carrés, on peut conclure que :


³π ´ ³π ´
cos − x = sin(x), sin − x = cos(x).
2 2
De ce
³ πqui précède
´ on en déduit
³π que
´ :
cos + x = − sin(x), sin + x = cos(x).
2 2
0.5.3 les valeurs trigonométriques usuelles.
Exercice 5. .
π
1) Soit M un point sur le cercle trigonométrique (C ) d’abscisse curviligne principale . - Déterminer la
3
nature du triangle OI M . Soit le point C la projection³π´ orthogonale de M sur (OI
³π´ ) ³ π ´ que C
-Montrer ³ πest
´ le milieu
du segment [OI ] - En déduire la valeur de cos - Calculer les valeurs : sin ; cos et sin -
³ 7π ´ ³ 4π ´ ³ 122π ´ 3 3 6 6
Déterminer sin , sin et sin . 2) Soit M un point sur le cercle trigonométrique (C ) d’abscisse
6 3 3
π
curviligne principale . Soit C la projection orthogonale de M sur (OI ) ; monter que le triangle OC M est
4 ³π´ ³π´ ³ 3π ´ ³ 5π ´ ³ 127π ´
isocèle rectangle en C . En déduire cos et sin En déduire cos ; sin et cos .
4 4 4 4 4
Tableau des valeurs trigonométriques usuelles :

π π π π
x 0
6 p4 p3 2
1 2 3
sin(x) 0 1
p2 p2 2
3 2 1
cos(x) 1 0
2 2 2