Vous êtes sur la page 1sur 162

ENSA d’AGADIR /BTP5/ 2016-2017

Rapport du Projet de Fin d’Etudes


Présenté par :

Anass ELAAOUAD
Mohamed IZIKI

En vue de l’obtention du Diplôme d’Ingénieur d’Etat

Spécialité : Bâtiment et Travaux Publics

Encadré par : Entreprise : SECTOB


Mr. HILALI El Mokhtar, Encadrant à l’école
Mr. BAH Thierno Aliou, Encadrant à l’Entreprise

Soutenu le : 07/07/2017, devant la commission du jury : – Mme. KIRROU Ilham


– Mr. HILALI El Mokhtar
– Mr. JADAOUI Mohamed
– Mr. BAH Thierno Aliou
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Dédicaces

A Dieu le miséricordieux,

A nos chers parents,

A nos chères frères et sœurs,

A toutes nos familles,

A tous nos honorables enseignants depuis la


maternelle,

Et à toutes les personnes qui ont contribuées


de près ou de loin à la réalisation de ce projet
de mémoire,

Nous dédions ce travail.

ELAAOUAD Anass
IZIKI Mohamed

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 1
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Remerciements

Au terme de ce travail, nous tenons à exprimer nos sincères


dévouements à notre DIEU tout-puissant qui nous a donné la volonté
et la force pour élaborer ce travail.
Nous tenons à exprimer notre immense gratitude et présenter nos
remerciements les plus sincères à Monsieur BAH Thierno Aliou,
ingénieur d’état en génie civil et directeur du bureau de contrôle «
SECTOB » pour son accueil chaleureux, son encadrement et pour
les conditions et moyens qu’il a mis à notre disposition pour réussir
ce projet de fin d’études.
Nos vifs remerciements s’adressent à Monsieur ECHCHARKI
Aziz, ingénieur d’électricité et fluide et à Monsieur JID Abdeljalil
technicien expérimenté en génie civil au sein du bureau sur leur
disponibilité et leur aide technique précieux, ainsi qu’à tout le
personnel du bureau de contrôle « SECTOB ».
Nous adressons nos remerciements à Monsieur HILALI El
Mokhtar professeur à l’Ecole Nationale des Sciences Appliquées
d’Agadir, qui a eu l’amabilité d’assurer notre encadrement durant la
période de la réalisation de notre projet.
Nous tenons à remercier vivement nos professeurs à l’école
Monsieur BOUGUERBA Azouz et Monsieur BENJABROU Morad,
et le directeur du bureau d’études « CASBA ingénierie » Monsieur
DESAUTELS Jack pour nous avoir aidé à réaliser ce travail.
Nous remercions également tous les membres du jury d’avoir
accepté d’évaluer notre travail.
Nos remerciements vont à l’ensemble du corps professoral et
administratif de L’ENSA d’Agadir pour les efforts qu’ils n’ont pas
cessé de déployer pour nous assurer une meilleure formation.
Enfin, nos remerciements s’adressent à tous ceux qui ont contribué
de près ou de loin à l’élaboration de ce projet.

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 2
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Résumé

Notre projet de fin d’études, effectué au sein du bureau de contrôle «


SECTOB » consiste à concevoir et dimensionner un atelier de préfabrication
du béton précontraint et spécial, situé dans la zone industrielle de la ville d’Ait
Melloul.
Pour ce faire, nous avons tout d’abord procédé à la présentation du
projet et les différents règlements, normes et hypothèses de calcul que nous
avons utilisés dans notre l’étude, ainsi qu’à la conception du projet, en tenant
en compte des différents critères et contraintes de la conception présentes.
Après, nous avons passé au calcul de l’effet du vent sur la structure qui
nous a servi pour le dimensionnement et la vérification de la résistance des
éléments de l’ossature porteuse de l’atelier à savoir : les pannes, les lisses, les
liernes, les suspentes, les potelets et les systèmes de contreventement. La
présence d’un pont roulant de 12 tonnes a nécessité de faire une étude
soigneuse des différentes actions engendrées et qui sont transmises aux
portiques par l’intermédiaire des chemins de roulement.
Ensuite nous avons effectué une étude de deux variantes de portique,
pour chacune d’elles nous avons dimensionné et vérifié ses éléments
constituants pour s’assurer de leur résistance et leur stabilité vis-à-vis des
différents phénomènes d’instabilité. La variante choisie a subi des vérifications
supplémentaires vis-à-vis de l’action sismique et thermique, l’évaluation de
l’effort sismique a été faite à l’aide du logiciel « CYPECAD » vue l’irrégularité
de la structure.
L’étape suivante consiste au dimensionnement et calcul des éléments
des assemblages et des fondations en suivant les règlements et normes en
vigueur.
Une étude de protection de la structure a été faite pour assurer un
usage sain et garanti de l’atelier, cette étude comprend la protection contre les
risques de la corrosion et de l’incendie et contre les risques naturels à savoir :
la foudre et les eaux pluviales.
Enfin nous avons produit les plans d’exécution de l’ouvrage qui ont été
vérifiés et contrôlés par le bureau de contrôle, en plus d’une étude de prix de
la structure pour que le maitre d’ouvrage ait une idée sur le coût global du
projet.

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 3
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Sommaire
DEDICACES -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 1
REMERCIEMENTS ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 2
RESUME ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 3
SOMMAIRE ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 4
LISTE DES FIGURES --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 6
LISTE DES TABLEAUX ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 8
INTRODUCTION GENERALE --------------------------------------------------------------------------------------------------------- 10
CHAPITRE I. PRESENTATION ET CONCEPTION DU PROJET D’ETUDE ------------------------------------------------ 11
1-1. INTRODUCTION :-------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 11
1-2. PRESENTATION DU PROJET : ------------------------------------------------------------------------------------------------- 11
1-3. HYPOTHESES DE CALCUL : ---------------------------------------------------------------------------------------------------- 13
1-4. CRITERES DE LA CONCEPTION : ----------------------------------------------------------------------------------------------- 14
1-5. CONCEPTION STRUCTURALE : ------------------------------------------------------------------------------------------------ 17
1-6. GENERALITES SUR LES PHENOMENES D’INSTABILITE : ---------------------------------------------------------------------- 19
1-7. CONCLUSION : ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 21
CHAPITRE II. DIMENSIONNEMENT ET VERIFICATION DES ELEMENTS DE L’OSSATURE --------------------- 22
2-1. INTRODUCTION :-------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 22
2-2. METHODOLOGIE DE CALCUL :------------------------------------------------------------------------------------------------ 22
2-3. CALCUL DU VENT : ------------------------------------------------------------------------------------------------------------ 22
2-4. CALCUL DES PANNES : -------------------------------------------------------------------------------------------------------- 29
2-5. CALCUL DES LIERNES : -------------------------------------------------------------------------------------------------------- 40
2-6. CALCUL DE L’ECHANTIGNOLLE : ---------------------------------------------------------------------------------------------- 41
2-7. CALCUL DES LISSES : ---------------------------------------------------------------------------------------------------------- 42
2-8. CALCUL DES SUSPENTES : ---------------------------------------------------------------------------------------------------- 46
2-9. CALCUL DES POTELETS : ------------------------------------------------------------------------------------------------------ 47
2-10. CALCUL DES CONTREVENTEMENTS : ------------------------------------------------------------------------------------- 50
2-11. CALCUL DES CHEMINS DE ROULEMENT : --------------------------------------------------------------------------------- 60
2-12. CALCUL DES PORTIQUES -------------------------------------------------------------------------------------------------- 70
2-13. CONCLUSION : ---------------------------------------------------------------------------------------------------------- 102
CHAPITRE III. ASSEMBLAGES ET FONDATIONS ------------------------------------------------------------------------ 103
3-1. INTRODUCTION : --------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 103
3-2. GENERALITE SUR LES ASSEMBLAGES : ---------------------------------------------------------------------------------------- 103
3-3. ASSEMBLAGE POUTRE AU VENT : ---------------------------------------------------------------------------------------------- 104
3-4. ASSEMBLAGE BUTONS : -------------------------------------------------------------------------------------------------------- 108
3-5. ASSEMBLAGE TRAVERSE-POTELET : -------------------------------------------------------------------------------------------- 109
3-6. ASSEMBLAGE POTEAU-TRAVERSE :------------------------------------------------------------------------------------------- 111
3-7. ASSEMBLAGE TRAVERSE-TRAVERSE : ------------------------------------------------------------------------------------------ 115
3-8. ASSEMBLAGE DU PIED DE POTEAU ENCASTRE : ------------------------------------------------------------------------------- 117
3-9. CALCUL DES FONDATIONS : ---------------------------------------------------------------------------------------------------- 123
3-10. CONCLUSION : ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 130
CHAPITRE IV. PROTECTION ET ETUDE DE PRIX DE LA STRUCTURE ---------------------------------------------- 131
4-1. INTRODUCTION : ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 131
4-2. PROTECTION CONTRE LES INTEMPERIES :-------------------------------------------------------------------------------------- 131
4-3. PROTECTION CONTRE LA CORROSION : ---------------------------------------------------------------------------------------- 138
4-4. PROTECTION CONTRE L’INCENDIE : -------------------------------------------------------------------------------------------- 141
4-5. PROTECTION THERMIQUE ------------------------------------------------------------------------------------------------------ 143
4-6. ETUDE DE PRIX : ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 151
4-7. CONCLUSION : ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------ 154

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 4
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

CONCLUSION GENERALE ---------------------------------------------------------------------------------------------------------- 155


BIBLIOGRAPHIE ET WEBOGRAPHIE --------------------------------------------------------------------------------------------- 156
BIBLIOGRAPHIE ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 156
WEBOGRAPHIE ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 156
ANNEXES : ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 157
ANNEXE(1) : FORMULAIRE RDM POUR LE CALCUL DES SOLLICITATIONS ---------------------------------------------------- 157
ANNEXE(2) : CALCUL DE LA PRESSION DYNAMIQUE DE BASE DU VENT ------------------------------------------------------ 158
ANNEXE(3) : RESULTATS DU CALCUL DES MODES PROPRES DE VIBRATION SISMIQUE -------------------------------------- 159
ANNEXE(4) : APPROCHE PERSPECTIVE DU RTCM ---------------------------------------------------------------------------- 160
ANNEXE(5) : PLANS D’EXECUTION--------------------------------------------------------------------------------------------- 161

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 5
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Liste des figures


FIGURE 1 : CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES DU PROJET ................................................................................................. 13
FIGURE 2 : DISPOSITION DES JOINTS DE DILATATION POUR LE CAS 1 ...................................................................................... 15
FIGURE 3 : DISPOSITION DES JOINTS DE DILATATION POUR LE CAS 2 ...................................................................................... 16
FIGURE 4 : DISPOSITION DES JOINTS DE DILATATION POUR LE CAS 3 ...................................................................................... 16
FIGURE 5 : VUE 3D DE L'OSSATURE DU PROJET ................................................................................................................. 17
FIGURE 6 : TOLE NERVUREE DE TYPE TOITESCO .............................................................................................................. 18
FIGURE 7 : PANNEAU SANDWICH FRP ............................................................................................................................ 18
FIGURE 8 : PHENOMENE DE FLAMBEMENT ....................................................................................................................... 20
FIGURE 9 : PHENOMENE DE DEVERSEMENT ..................................................................................................................... 20
FIGURE 10 : PHENOMENE DE VOILEMENT ........................................................................................................................ 21
FIGURE 11 : RAPPEL DES CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES DE L'OUVRAGE.......................................................................... 23
FIGURE 12 : POSITION DES PANNES SUR LA TOITURE .......................................................................................................... 29
FIGURE 13 : CHARGES SOLLICITANT LES PANNES ............................................................................................................... 30
FIGURE 14 : MODELISATION DES PANNES SELON LE SENS Y .................................................................................................. 30
FIGURE 15 : MODELISATION DES PANNES SELON LE SENS X.................................................................................................. 30
FIGURE 16 : VALEURS DES ENTRAXES DES PANNES ............................................................................................................. 31
FIGURE 17 : CONFIGURATION DES SURCHARGES D’EXPLOITATION SUR LES PANNES .................................................................. 32
FIGURE 18 : PROJECTION DES CHARGES APPLIQUEES SUR LES PANNES DANS LE REPERE LOCAL .................................................... 33
FIGURE 19 : FIXATION DES PANNES SUR LA COUVERTURE .................................................................................................... 37
FIGURE 20: CHEMINEMENT DES EFFORTS DANS LES LIERNES ................................................................................................ 40
FIGURE 21 : FIXATION DES PANNES SUR LES TRAVERSES PAR L’INTERMEDIAIRE DE L’ECHANTIGNOLLE ........................................... 41
FIGURE 22 : PORTEES DES LISSES DU PIGNON ET DU LONG PAN ............................................................................................ 42
FIGURE 23 : CONFIGURATION DES CHARGES APPLIQUEES SUR LES LISSES ................................................................................ 43
FIGURE 24 : CHEMINEMENT DES EFFORTS DANS LES SUSPENTES ........................................................................................... 46
FIGURE 25 : SURFACE D'INFLUENCE DU POTELET CENTRALE ................................................................................................. 48
FIGURE 26 : CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES DU PROFILE IPE 120 ................................................................................. 49
FIGURE 27 : DISPOSITION DES ELEMENTS DE CONTREVENTEMENT ........................................................................................ 50
FIGURE 28 : CONFIGURATION DES EFFORTS REPRIS PAR LA POUTRE AU VENT .......................................................................... 51
FIGURE 29 : DISPOSITION DES POTELETS SUR LE PIGNON .................................................................................................... 51
FIGURE 30 : SURFACE D'ENTRAINEMENT ......................................................................................................................... 52
FIGURE 31 : EFFORTS SOLLICITANT LA DIAGONALE D'EXTREMITE .......................................................................................... 53
FIGURE 32 : CONFIGURATION DES EFFORTS SOLLICITANT LE PALEE DE STABILITE ...................................................................... 59
FIGURE 33 : PONT ROULANT BI-RAIL .............................................................................................................................. 61
FIGURE 34 : TYPES DES RAILS DES PONTS ROULANTS .......................................................................................................... 63
FIGURE 35 : TYPES DES POUTRES DE ROULEMENT ............................................................................................................. 63
FIGURE 36 : TYPES DES CORBEAUX ................................................................................................................................. 63
FIGURE 37 : REACTION VERTICALE DU PONT ROULANT ....................................................................................................... 64
FIGURE 38 : REACTION HORIZONTALE TRANSVERSALE DU PONT ROULANT .............................................................................. 66
FIGURE 39 : POUTRE ISOSTATIQUE SOUMISE A DEUX CHARGES MOBILES ................................................................................ 68
FIGURE 40 : EMPLACEMENTS DES CHARGES MOBILES PRODUISANT LA FLECHE LA PLUS DEFAVORABLE .......................................... 69
FIGURE 41 : TYPE DES PORTIQUES A AME PLEINE............................................................................................................... 70
FIGURE 42 : TYPES DES SCHEMAS STATIQUES DES PORTIQUES A AME PLEINE ........................................................................... 71
FIGURE 43 : POSITION DES CHARGES DUES AU PONT ROULANT SUR LA POUTRE DE ROULEMENT.................................................. 72
FIGURE 44 : EFFORTS VERTICAL ET HORIZONTAL TRANSVERSAL DUS AU PONT ROULANT ............................................................ 73
FIGURE 45 : CAS DE CHARGE 1 POUR LE PORTIQUE A AME PLEINE ......................................................................................... 74
FIGURE 46 : CAS DE CHARGE 2.1 POUR LE PORTIQUE A AME PLEINE ...................................................................................... 75
FIGURE 47 : CAS DE CHARGE 2.2 POUR LE PORTIQUE A AME PLEINE ...................................................................................... 76
FIGURE 48 : CAS DE CHARGE 3.1 POUR LE PORTIQUE A AME PLEINE ...................................................................................... 76
FIGURE 49 : CAS DE CHARGE 3.2.1 POUR LE PORTIQUE A AME PLEINE................................................................................... 77
FIGURE 50 : CAS DE CHARGE 3.2.2 POUR LE PORTIQUE A AME PLEINE................................................................................... 77
FIGURE 51 : COURBE ENVELOPPE DES MOMENTS SOLLICITANT LE PORTIQUE .......................................................................... 78
FIGURE 52 : COURBE ENVELOPPE DE L’EFFORT NORMAL SOLLICITANT LE PORTIQUE ................................................................. 78
FIGURE 53 : COURBE ENVELOPPE DE L’EFFORT TRANCHANT SOLLICITANT LE PORTIQUE ............................................................. 79
FIGURE 54 : VALEURS DES FLECHES MAXIMALES DU PORTIQUE............................................................................................. 80
FIGURE 55 : DEPLACEMENTS GLOBAUX DU PORTIQUE ........................................................................................................ 84

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 6
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

FIGURE 56 : TERMINOLOGIE D'UNE FERME EN TREILLIS....................................................................................................... 85


FIGURE 57 : SURFACE D’INFLUENCE DU NŒUD ................................................................................................................. 87
FIGURE 58 : EFFORTS SOLLICITANT LA FERME EN TREILLIS.................................................................................................... 87
FIGURE 59 : POSITION DU CENTRE DE GRAVITE ................................................................................................................. 94
FIGURE 60 : DIRECTIONS DE LA DILATATION THERMIQUE .................................................................................................... 98
FIGURE 61 : MODELISATION DE L'EFFET THERMIQUE.......................................................................................................... 98
FIGURE 62 : SPECTRE DE CALCUL SELON X ..................................................................................................................... 100
FIGURE 63 : SPECTRE DE CALCUL SELON Y ..................................................................................................................... 101
FIGURE 64 : INTERVALLE DES PERIODES MODALES SELON X ............................................................................................... 101
FIGURE 65 : INTERVALLE DES PERIODES MODALES SELON Y ............................................................................................... 102
FIGURE 66 : ASSEMBLAGE DES ELEMENTS DU PORTIQUE ................................................................................................... 103
FIGURE 67 : SECTION NETTE D’UN GOUSSET NON-SYMETRIQUE ......................................................................................... 105
FIGURE 68 : DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES DES GOUSSETS ............................................................................................... 105
FIGURE 69 : DIMENSIONS GEOMETRIQUES DU GOUSSET DE COIN ....................................................................................... 106
FIGURE 70 : DISPOSITION DES SOUDURES DU GOUSSET .................................................................................................... 106
FIGURE 71 : DIMENSIONS GEOMETRIQUES DU GOUSSET INTERMEDIAIRE.............................................................................. 107
FIGURE 72 : VUE EN ELEVATION DE L’ASSEMBLAGE BUTONS-POTEAU .................................................................................. 109
FIGURE 73 : DETAIL DE L’ASSEMBLAGE BUTONS-POTEAU .................................................................................................. 109
FIGURE 74 : DETAIL DE L'ASSEMBLAGE TRAVERSE-POTELET ............................................................................................... 110
FIGURE 75 : CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES DE LA PLATINE DE L'ASSEMBLAGE POTEAU-TRAVERSE ...................................... 112
FIGURE 76 : POSITION DE L'AXE NEUTRE ....................................................................................................................... 114
FIGURE 77 : CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES DE LA PLATINE DE L'ASSEMBLAGE TRAVERSE-TRAVERSE ................................... 116
FIGURE 78 : LIGNE DE RUPTURE DE LA PLATINE ............................................................................................................... 118
FIGURE 79 : REPARTITION TRIANGULAIRE DES CONTRAINTES SOUS LA PLATINE ...................................................................... 119
FIGURE 80 : DIMENSIONS GEOMETRIQUES DES TIGES D'ENCRAGE ....................................................................................... 121
FIGURE 81 : DIAGRAMME TRAPEZOÏDALE DES CONTRAINTES APPLIQUEES SUR LA PLATINE ....................................................... 122
FIGURE 82 : DIMENSION GEOMETRIQUE DE PLATINE........................................................................................................ 123
FIGURE 83 : DIMENSION GEOMETRIQUE DE PLATINE AVEC RAIDISSEUR ................................................................................ 123
FIGURE 84 : SONDAGES GEOTECHNIQUES...................................................................................................................... 124
FIGURE 85 : FERRAILLAGE DU FUT DE POTEAU ................................................................................................................ 126
FIGURE 86 : COUPE LITHOLOGIQUE DU TERRAIN ET LES DIMENSIONS DE LA SEMELLE ISOLEE ..................................................... 128
FIGURE 87 : CONFIGURATION DES EFFORTS SOLLICITANT LA SEMELLE .................................................................................. 129
FIGURE 88 : FERRAILLAGE DE LA SEMELLE DU POTEAU DE LA PALEE DE STABILITE ................................................................... 129
FIGURE 89 : FERRAILLAGE DE LA SEMELLE COURANT ........................................................................................................ 130
FIGURE 90 : RAYON DE PROTECTION DU DISPOSITIF DE PARATONNERRE............................................................................... 133
FIGURE 91 : VUE EN ELEVATION DU PARATONNERRE ....................................................................................................... 134
FIGURE 92 : PARATONNERRE DAT CONTROLER PLUS ................................................................................................. 134
FIGURE 93 : DISPOSITIF DE FIXATION DU PARATONNERRE ................................................................................................. 134
FIGURE 94 : VUE EN ELEVATION DU SYSTEME DE LA MISE A LA TERRE .................................................................................. 135
FIGURE 95 : DETAIL DU SYSTEME DE LA MISE A LA TERRE .................................................................................................. 136
FIGURE 96 : ELEMENT DE DESCENTE DES EAUX PLUVIALES ................................................................................................. 136
FIGURE 97 : FIXATION DE LA GOUTTIERE ....................................................................................................................... 137
FIGURE 98 : JOINT DE DILATATION DE LA GOUTTIERE ....................................................................................................... 137
FIGURE 99 : CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES DU MOIGNON ......................................................................................... 138
FIGURE 100 : PROTECTION PAR GALVANISATION DES PROFILES .......................................................................................... 140
FIGURE 101 : PROTECTION PAR PEINTURE INTUMESCENTE ................................................................................................ 143
FIGURE 102 : POURCENTAGE D’ENERGIE CONSOMMEE SELON LE SECTEUR ........................................................................... 143
FIGURE 103 : COMPOSITION DES PAROIS VERTICALES ...................................................................................................... 148
FIGURE 104 : COMPOSITION DE LA TOITURE .................................................................................................................. 148
FIGURE 105 : COMPOSITION DE L’ASSISE ...................................................................................................................... 149

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 7
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Liste des tableaux


TABLEAU 1 : INTERVENANTS DANS LE PROJET ------------------------------------------------------------------------------------------------- 12
TABLEAU 2 : PRESSION DYNAMIQUE POUR LA REGION 1 ------------------------------------------------------------------------------------- 23
TABLEAU 3 : COEFFICIENT DU SITE ------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 24
TABLEAU 4 : VENT NORMAL A LA PAROI AD -------------------------------------------------------------------------------------------------- 27
TABLEAU 5 : VENT NORMAL A LA PAROI BC --------------------------------------------------------------------------------------------------- 28
TABLEAU 6 : VENT NORMAL A LA PAROI AB --------------------------------------------------------------------------------------------------- 28
TABLEAU 7 : VENT NORMAL A LA PAROI CD --------------------------------------------------------------------------------------------------- 29
TABLEAU 8 : COMBINAISONS DES CHARGES A L’ETAT LIMITE ULTIME (ELU) ---------------------------------------------------------------- 34
TABLEAU 9 : COMBINAISONS DES CHARGES A L’ETAT LIMITE DE SERVICE (ELS) ------------------------------------------------------------- 34
TABLEAU 10 : MOMENT MAXIMUM SOLLICITANT LES PANNES ------------------------------------------------------------------------------- 34
TABLEAU 11 : VERIFICATION DES CONTRAINTES APPLIQUEES SUR LES PANNES POUR LES PROFILES PROPOSES ---------------------------- 36
TABLEAU 12 : CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES DU PROFILE IPE 120 ------------------------------------------------------------------- 36
TABLEAU 13 : EFFORTS DE TRACTION DANS LES SUSPENTES ---------------------------------------------------------------------------------- 47
TABLEAU 14 : PRESSION DU VENT AGISSANT EN TETE DU POTELET -------------------------------------------------------------------------- 52
TABLEAU 15 : VALEURS NUMERIQUES DES EFFORTS D'ENTRAINEMENT --------------------------------------------------------------------- 53
TABLEAU 16 : FORCE TOTALE EN TETE DU POTELET ------------------------------------------------------------------------------------------- 53
TABLEAU 17 : CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES DU PROFILE HEA 100 ----------------------------------------------------------------- 55
TABLEAU 18 : COEFFICIENTS DE DEVERSEMENT POUR LES MONTANTS DE LA POUTRE AU VENT ------------------------------------------- 56
TABLEAU 19 : COEFFICIENT DE DEVERSEMENT POUR LES BUTONS --------------------------------------------------------------------------- 57
TABLEAU 20 : CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES DU PROFILE IPE 120 ------------------------------------------------------------------- 57
TABLEAU 21 : COEFFICIENT DE DEVERSEMENT POUR LA TRAVERSE DU PORTIQUE DU RIVE ------------------------------------------------ 58
TABLEAU 22 : CLASSE D'UTILISATION DES PONTS ROULANTS --------------------------------------------------------------------------------- 61
TABLEAU 23 : ETAT DE CHARGE DES PONTS ROULANTS --------------------------------------------------------------------------------------- 62
TABLEAU 24 : GROUPES DES PONTS ROULANTS ----------------------------------------------------------------------------------------------- 62
TABLEAU 25 : COEFFICIENTS DE MAJORATION DYNAMIQUE ET FLECHES ADMISSIBLES ----------------------------------------------------- 66
TABLEAU 26 : CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES DU PROFILE HEA 400 ----------------------------------------------------------------- 67
TABLEAU 27 : REACTIONS DU PONT ROULANT ------------------------------------------------------------------------------------------------ 68
TABLEAU 28 : COEFFICIENTS DE PRESSION DE VENT MAXIMAUX DES POTEAUX ET TRAVERSES --------------------------------------------- 73
TABLEAU 29 : CHARGES DE VENT SUR POTEAUX ET TRAVERSES ------------------------------------------------------------------------------ 73
TABLEAU 30 : SOLLICITATIONS MAXIMALES DANS POTEAUX ET TRAVERSES ----------------------------------------------------------------- 79
TABLEAU 31 : CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES DU PROFILE IPE 450 ------------------------------------------------------------------- 80
TABLEAU 32 : CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES DU PROFILE HEA 340 ----------------------------------------------------------------- 83
TABLEAU 33 : EFFORTS DANS LES BARRES DU TREILLIS ---------------------------------------------------------------------------------------- 88
TABLEAU 34 : CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES DU PROFILE HEA 240 ----------------------------------------------------------------- 88
TABLEAU 35 : CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES DU TUBE CARRE TC 50*2,50 --------------------------------------------------------- 90
TABLEAU 36 : CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES DU TC 70*3---------------------------------------------------------------------------- 91
TABLEAU 37 : RESUME DES PROFILES ADOPTES POUR LA FERME EN TREILLIS---------------------------------------------------------------- 91
TABLEAU 38 : EVALUATION DU POIDS TOTALE DE LA FERME --------------------------------------------------------------------------------- 92
TABLEAU 39 : ACTIONS DU PONT ROULANT --------------------------------------------------------------------------------------------------- 92
TABLEAU 40 : CARACTERISTIQUES DE LA MEMBRURE SUPERIEURE ET INFERIEURE ---------------------------------------------------------- 94
TABLEAU 41 : MOMENT DUS AUX ACTIONS DU PONT ROULANT ----------------------------------------------------------------------------- 95
TABLEAU 42: CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES DU PROFILE HEA 340 ------------------------------------------------------------------ 95
TABLEAU 43: RECAPITULATIF DES QUANTITATIFS DES DEUX VARIANTES--------------------------------------------------------------------- 97
TABLEAU 44 : ETUDE MULTICRITERE ----------------------------------------------------------------------------------------------------------- 97
TABLEAU 45 : DONNEES DU CALCUL SISMIQUE ----------------------------------------------------------------------------------------------- 99
TABLEAU 46 : MODE SISMIQUE DOMINANT SELON X--------------------------------------------------------------------------------------- 101
TABLEAU 47 : MODE SISMIQUE DOMINANT SELON Y --------------------------------------------------------------------------------------- 101
TABLEAU 48 : CARACTERISTIQUES DE L’ASSEMBLAGE POTEAU-TRAVERSE ----------------------------------------------------------------- 112
TABLEAU 49 : CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES DU PROFILE IPE 450 ---------------------------------------------------------------- 113
TABLEAU 50 : EFFORT NORMAL SUR LES BOULONS DE L’ASSEMBLAGE POTEAU-TRAVERSE ----------------------------------------------- 114
TABLEAU 51 : CARACTERISTIQUES DE L'ASSEMBLAGE TRAVERSE-TRAVERSE --------------------------------------------------------------- 116
TABLEAU 52 : EFFORT NORMAL SUR LES BOULONS DE L'ASSEMBLAGE TRAVERSE-TRAVERSE--------------------------------------------- 117
TABLEAU 53 : RESULTATS DE LA MESURE DES CONTRAINTES ADMISSIBLES ---------------------------------------------------------------- 125
TABLEAU 54 : PRE-DIMENSIONNENT DE LA SEMELLE --------------------------------------------------------------------------------------- 127
TABLEAU 55 : AVANTAGES ET INCONVENIENTS DE PEINTURE DE REVETEMENT ----------------------------------------------------------- 139

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 8
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

TABLEAU 56 : AVANTAGES ET INCONVENIENTS DE LA GALVANISATION -------------------------------------------------------------------- 140


TABLEAU 57 : AVANTAGES ET INCONVENIENTS DE LA METALLISATION PAR PROJECTION ------------------------------------------------- 140
TABLEAU 58 : AVANTAGES ET INCONVENIENTS DU FLOCAGE ------------------------------------------------------------------------------- 142
TABLEAU 59 : AVANTAGES ET INCONVENIENTS DE LA PEINTURE INTUMESCENTE --------------------------------------------------------- 142
TABLEAU 60 : BESOINS EN CLIMATISATION SELON LES ZONES (KWH/AN) ---------------------------------------------------------------- 144
TABLEAU 61 : RESISTANCES THERMIQUES SUPERFICIELLES INTERNES ET EXTERNES ------------------------------------------------------- 147
TABLEAU 62 : TRANSMISSION THERMIQUE DES PAROIS ------------------------------------------------------------------------------------ 148
TABLEAU 63 : TRANSMISSION THERMIQUE DE LA TOITURE --------------------------------------------------------------------------------- 148
TABLEAU 64 : TRANSMISSION THERMIQUE DU DALLAGE ----------------------------------------------------------------------------------- 149
TABLEAU 65 : DETAIL DE METRE DE L’OSSATURE METALLIQUE ----------------------------------------------------------------------------- 152
TABLEAU 66 : METRE DES ELEMENTS DE LA COUVERTURE ET DU BARDAGE --------------------------------------------------------------- 152
TABLEAU 67 : DETAIL DU METRE DES TRAVAUX DE FONDATION --------------------------------------------------------------------------- 153
TABLEAU 68 : RECAPITULATIF DU METRE DES FONDATIONS -------------------------------------------------------------------------------- 154
TABLEAU 69 : BORDEREAU PRIX-DETAIL ESTIMATIF DU PROJET --------------------------------------------------------------------------- 154

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 9
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Introduction générale

Grâce à ses avantages, la charpente métallique est devenue un mode de


construction de premier ordre, qui se développe de plus en plus dans le monde,
surtout pour les grands projets industriels et commerciaux tels que les grandes
usines, les hangars à stockages et les supermarchés.
L’utilisation du matériau acier présente par rapport aux différents autres
matériaux de construction plusieurs avantages à savoir :
 Qualité constante du matériau et détails de construction standardisés,
 Légèreté et utilisation optimale de l'espace grâce aux grandes portées et aux
sections réduites des éléments,
 Structures porteuses aérées et tolérances réduites facilitant la mise en place
des installations techniques et des éléments du second-œuvre,
 Facilité d'adaptation aux changements d'affectation grâce à des
assemblages démontables et à l'intégration de nouveaux éléments et
installations,
 Économies importantes grâce au poids réduit de la structure,
 Montage rapide, indépendant des conditions atmosphériques,
 Écologie exemplaire (possibilité de démontage, recyclage),
 Comportement élastique avec une résistance et une rigidité élevées. Ainsi,
l'acier supporte des contraintes très élevées à la traction comme à la
compression, jusqu'à sa limite d'élasticité.
Cette importance croissante que revêtit la charpente métallique a été
toujours impulsée et soutenu par un travail de recherche et de normalisation sur
l'acier, et qui a abouti à une meilleure maîtrise de méthode de calcul et
d’exécution.
Conscients du grand intérêt que présente ce matériau et de l’orientation
future du domaine du génie civil qui consiste à la construction en acier, nous
avons choisi comme sujet de notre projet de fin d’études la conception et le
dimensionnement d’un atelier en charpente métallique qui connait la présence de
plusieurs particularités, ce qui nécessite de faire une étude soigneuse et détaillée.

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 10
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

chapitre I. Présentation et conception du


projet d’étude
1-1. Introduction :
Le présent chapitre est consacré à la présentation générale du projet : sa consistance, les
différents intervenants dans le projet, ainsi que l’objectif de l’étude. Il abordera les différents
règlements, normes et hypothèses de calcul que nous avons utilisés dans notre l’étude, ainsi
que les différents critères et contraintes prises en compte lors de la phase de la conception.

1-2. Présentation du projet :


1-2-1. Organisme d’accueil :
1-2-1-1. Présentation de l’entreprise d’accueil :
La Société d'Expertise de Contrôle Technique des Ouvrages d’Art et Bâtiments
(SECTOB) est un organisme de contrôle technique de construction agréé pour effectuer des
missions de contrôle en matière de stabilité et de durabilité de travaux de Génie Civil.
Dans ce cadre, la Société SECTOB effectue des missions diverses de contrôle dont
celles obligatoires telles que définies par la législation en vigueur au Royaume du MAROC.
Les missions du bureau de contrôle SECTOB en tant que contrôleur technique observent les
directives de la Norme NF P03-100, transposée en Norme Marocaine et plus
particulièrement les missions de la catégorie L; portant sur la normalisation des risques de
désordres matériels affectant la solidité des ouvrages et susceptibles de mettre en cause la
responsabilité décennale des constructeurs (Article 769 du Dahir formant code des
obligations et des contrats du 09 Ramadan 1331 (12 Août 1913) modifié par le Dahir du 9
Décembre 1959).
La Société SECTOB, a été créée en 2002 à Agadir par son Directeur M. BAH THIERNO
ALIOU Ingénieur d'Etat Génie Civil de l'Ecole Hassania des Travaux Publics de
CASABLANCA (promotion 1991).

1-2-1-2. Missions réalisées par l’entreprise :


Les missions du bureau de contrôle SECTOB observent les directives de la Norme NF
P03-100. Certaines missions de contrôle portent sur la normalisation des risques de
désordres matériels affectant la solidité des ouvrages et susceptibles d’engager la
responsabilité civile décennale des assurés.
D’une manière générale, les missions de contrôle du bureau SECTOB portent sur tous
corps d’état :
 Gros œuvres, charpente métallique, étanchéité, VRD ;
 Electricité, plomberie, climatisation, sécurité.
Plus précisément, les interventions du bureau de contrôle comprennent, selon la
terminologie de la Norme NFP 03-100, les missions suivantes :
 La mission L portant sur la solidité des ouvrages et des éléments d'équipements
indissociables,
 La mission S portant sur la sécurité des personnes dans les constructions,
 Mission PS relative à la sécurité des personnes dans les constructions en cas de
séisme,
 Mission P1 relative à la solidité des éléments d'équipement non indissociablement
liés,
 Mission Brd relative au transport des brancards dans les constructions,

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 11
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

 Mission LE relative à la solidité des existants,


 Mission Av relative à la stabilité des ouvrages avoisinants,
 Mission Hand relative à l'accessibilité des constructions pour les personnes
handicapées.
Pour l’ensemble de ces missions, SECTOB intervient tant dans la phase de conception
que dans celle de l’exécution.
SECTOB effectue entre autres, des expertises sur des édifices existants et établit des
rapports d'expertises.
Enfin, SECTOB établit en fin des travaux les Rapports d'assurances pour l'obtention de
l’assurance décennale des constructions.

1-2-2. Consistance du projet :


Le projet étudié appartient à la société Vetcam s-a-r-l spécialisée dans la préfabrication et
la commercialisation du béton précontraint et spécial. Le local de la société est situé dans la
zone industrielle d’Ait Melloul, il est constitué de :
 Bâtiments en R+1 avec des Shows Rooms au niveau du rez de chaussez
 3 charpentes métalliques
 Station essence
 Aire de manœuvre des véhicules
 Locaux annexes : laboratoire, vestiaire, snack, café …

1-2-3. Intervenants dans le projet :


Nous présentons ci-dessous les intervenants dans les différentes étapes de la réalisation
du projet :

MAITRE D’OUVRAGE SOCIÉTÉ VETCAM S-A-R-L

Architecte Cabinet d’architecture Taoufik BENHIDA

Bureau d’étude Sud Infra

Bureau de contrôle SECTOB

Entreprise d’exécution Société ACAS

Tableau 1 : intervenants dans le projet

1-2-4. Objectif de l’étude :


La présente étude consiste à la conception et le dimensionnement de l’une des trois
charpentes métalliques présentes dans le projet et qui abrite la préfabrication des produits
en béton précontraint et spécial. L’étude doit répondre aux différentes exigences du maitre
d’ouvrage afin de concevoir une ossature durable, stable mécaniquement, optimisée en
termes de matériaux et en modes d’exécution.
La structure étudiée présente plusieurs particularités qui nécessitent une étude bien
détaillée tenant en compte des différentes contraintes engendrées, parmi ces particularités
on trouve :
 La grande portée du long pan qui atteint 150 m de longueur, ce qui nécessite de faire
une conception particulière qui tient compte de l’effet de la dilatation thermique qui
devient prépondérant dès qu’on dépasse une cinquantaine de mètres de longueur.

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 12
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

 L’existence d’une ouverture permanente au niveau de la façade gauche, permettant


le transport des produits préfabriqués via dix pistes de roulement, ce qui nécessite de
faire une étude soigneuse de l’effet de soulèvement du vent sur l’ossature.
 L’existence d’un pont roulant qui permettra de faciliter le déplacement des charges au
sein du volume de l’atelier, ce qui nécessite de faire une étude des différents types
de réactions engendrées par le pont roulant et d’inclure ces sollicitations dans le
calcul des éléments porteurs de l’ossature.
 La situation du projet dans une zone qui connait une augmentation de température
considérable pendant la période d’été, ce qui nécessite de faire une étude thermique
de l’ouvrage permettant de créer du confort thermique au sein de l’atelier.
 La présence abondante du matériel électrique au sein de l’atelier nécessite de faire
une étude de protection contre l’incendie et contre les intempéries permettant de
protéger la structure contre l’infiltration des eaux pluviales, les coups de foudre et
l’incendie. Aussi une étude de protection contre la corrosion est indispensable vue la
nature de l’activité que connaitra l’atelier et qui se caractérise par l’existence
abondante des sources d’eau.
La figure (1) présente les caractéristiques géométriques de la charpente étudiée :

Figure 1 : caractéristiques géométriques du projet

1-3. Hypothèses de calcul :


1-3-1. Normes et règlements utilisés :
- CM 66 : Pour le calcul de la structure métallique,
- BAEL 91 et DTU 13.12: Pour le calcul des éléments en béton armé,
- NV65 : Pour le calcul au vent,
- RPS 2011 : Pour les calculs parasismiques,
- NF P 430 et NF P 460 : pour le calcul des assemblages,
- NF P 22-615 : pour le calcul des chemins de roulement,
- DTU 60.11 : pour le calcul des éléments de descente des eaux pluviales,
- NF 17 102 : pour le calcul des éléments de la protection contre la foudre,
- RTCM : pour le calcul des éléments de la protection thermique.

1-3-2. Caractéristiques du site du projet :


1-3-2-1. Caractéristiques géotechniques du sol :
Les études géotechniques qui ont été faites par le laboratoire et que nous détaillerons
dans la partie étude géotechnique du chapitre intitulé assemblage et fondation ont données
une contrainte du sol de 2.5 bar.

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 13
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

1-3-2-2. Données de calcul au vent :


Le projet est localisé dans la ville d’Ait Melloul qui se situe dans la région I et le site du
projet est un site « normal ». Le reste des données du calcul au vent sont données dans la
partie calcul au vent du deuxième chapitre.

1-3-2-3. Données de calcul sismique :


D’après la carte de zonage sismique, les données de calcul sismique propre à la ville d’Ait
Melloul sont :
 Zone de vitesse : ZV3
 Zone d’accélération : A4
 Classe du bâtiment : classe 3
 Classe du site : S2
Le reste des données du calcul sismique sont données dans la partie vérification de
l’action sismique du deuxième chapitre.

1-3-3. Caractéristiques des matériaux de construction :


1-3-3-1. Béton :
Nous avons utilisé du béton ayant une contrainte caractéristique à 28 jours :
.

1-3-3-2. Acier :
Pour les éléments en acier de la charpente métallique, nous avons utilisé de l’acier ayant
une contrainte caractéristique : et pour l’acier des armatures des fondations,
nous avons utilisé du .

1-4. Critères de la conception :


La conception de la structure porteuse d’une halle d’un bâtiment est basée sur son
utilisation prévue, soit essentiellement ses caractéristiques de résistance (pour assurer une
sécurité structurale suffisante) et de déformabilité (pour garantir une bonne aptitude au
service). Elle est donc fortement influencée par les propriétés des matériaux qui la
composent. Un projet de charpente métallique doit en conséquence être conçu et élaboré de
façon à ce que les propriétés du matériau soient utilisée au mieux, soit sa haute résistance
mécanique, sa grande ductilité et sa soudabilité.
Différents critères dont le choix, par le maitre de l’ouvrage, l’architecte ou l’ingénieur, peut
influencer la conception du projet. Certains critères sont liés à l’aptitude au service du
bâtiment (fonctionnement, confort…), alors que d’autres sont liés directement à la sécurité
structurale de la charpente (capacité portante, résistance au feu.). Ces critères se résument
en :

1-4-1. Nombre et position des points porteurs :


La question qui se pose lors de la conception d’un bâtiment à ossature métallique est la
question de l’optimisation du nombre de points porteurs. L’espace d’exploitation doit être
maximal. Pour ce faire, il faut réduire au maximum l’emprise au sol due aux éléments
verticaux de la structure. De plus, en augmentant le nombre des points porteurs, on
augmente le poids total des éléments verticaux car les dimensions ces derniers ne sont pas
directement proportionnels à la charge à laquelle ils sont soumis (phénomène de flambage).
Dans notre projet, nous allons nous contenter de deux points porteurs, c’est-à-dire des
portiques d’une seule travée, d’une emprise de 24.8 m, permettant ainsi de libérer de
l’espace au sein de l’atelier pour l’implantation des pistes de roulement.

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 14
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

1-4-2. Joint de dilatation :


La performance d'un bâtiment à ossature métallique peut être influencée par plusieurs
phénomènes physiques dont les effets sont difficilement quantifiables, parmi lesquels on
trouve :
 Variations de température et dilatation thermique,
 Tassement différentiel des fondations,
 Vibrations.
Pour les petits bâtiments et les constructions courantes, ces phénomènes peuvent être le
plus souvent ignorés. Mais pour une construction de grande dimension, comme le cas de
notre projet, il convient d'adopter une ou plusieurs des dispositions constructives suivantes
pour absorber les mouvements relatifs prévisibles entre différentes parties de la structure :
 Joints de dilatation : ces joints permettent d’absorber les déplacements liés à la
dilatation ou au retrait des matériaux sous les effets des changements de
température. Leur spécification dépend des variations prévisibles de température et
du coefficient de dilatation thermique des matériaux.
 Joints de rupture : ces joints permettent les déformations différentielles des parties de
bâtiment qui sont de hauteur ou de forme différentes.
 Joints de tassement : ces joints sont des dispositifs spéciaux qui limitent l'effet des
tassements différentiels des fondations.
L’introduction ou non des joins de dilatation dépend essentiellement de la longueur du
bâtiment. La position exacte de ces joints n’est pas règlementée par le CM66. En revanche
le CTICM différencie entre les trois cas suivants pour l’introduction des joints de dilatation :
Cas 1 : longueur de bâtiment < 50 m
Pour ce cas, la mise en œuvre des joints de dilatation n’est pas nécessaire et les
contreventements sont placés dans les extrémité figure (2).

Figure 2 : disposition des joints de dilatation pour le cas 1

Cas 2 : longueur de bâtiment comprise entre 50 m et 150 m


Pour ce cas de bâtiment, il est recommandé de ne prévoir qu'un seul contreventement
vertical au milieu des longs pans, permettant ainsi la dilatation dans les deux directions vers
les extrémités du bâtiment.
Avec :
(1) : Contreventement permanent.
(2) : Contreventement provisoire nécessaire pour la stabilité de montage. Lorsque le
montage du bâtiment doit commencer à une extrémité, il est nécessaire de prévoir un
contreventement provisoire afin de stabiliser le montage des deux premiers portiques. Il
convient ensuite de retirer ce contreventement provisoire.

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 15
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Figure 3 : disposition des joints de dilatation pour le cas 2

Cas 3 : longueur de bâtiment comprise entre 150 m et 200 m


Pour ce cas le portique ou la poutre principale sont doublés de part et d’autre du joint de
dilatation
Avec :
(1) : Joint de dilatation.

Figure 4 : disposition des joints de dilatation pour le cas 3

Solution adoptée :
Pour le cas de notre projet, l’atelier est d’une longueur de 150 m, nous optons donc pour
la configuration du 2ieme cas en introduisant qu’une seule palée de stabilité au milieu, ce qui
permettrai la libre dilatation thermique des deux coté, donc on n’aura pas besoin de joint de
dilatation.
Aussi pour les joints de tassement et de rupture, nous n’aurons pas besoin d’eux, puisque
la structure de l’atelier a une forme rectangulaire unique et les tassements différentiels
n’auront pas lieu selon l’étude géotechnique qui était faite par le laboratoire.

1-4-3. Stabilité de l’ossature :


Toute structure doit être stabilisée contre les effets des charges horizontales, en
particulier le vent, les séismes et les efforts longitudinaux dus aux ponts roulants, dans notre
projet, cette stabilisation est assurée par un système de contreventement constitué de :
 Deux poutres au vent situées au niveau des deux extrémités de l’ossature et qui
reçoivent les efforts de vent sur les pignons par l’intermédiaire des potelets.
 Une première série de butons au niveau des têtes des poteaux qui aura pour but de
transmettre les efforts de vent issus des poutres au vent jusqu’à la palée de stabilité
 Une deuxième série de butons au niveau 5.8 m des pieds des poteaux qui aura pour
objectif de transmettre les efforts dus au pont roulant jusqu’à la palée de stabilité
 Une palée de stabilité situé au niveau de la travée de milieu de l’ossature et qui a
pour fonction de transmettre au fondation les efforts qu’elle reçoit de la part des
butons

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 16
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

 Une poutre au vent au niveau du long pan permettant de limiter les déplacements
des portiques dus aux efforts engendrés par l’exploitation du pont roulant.
La transmission des efforts de vent sur le long pan est assurée par les portiques qui les
transmettent directement aux fondations.
Nous présentons ci-dessous la vue 3D de l’ossature de l’atelier :

Figure 5 : vue 3D de l'ossature du projet

1-5. Conception structurale :


1-5-1. Portique :
Selon la portée, les charges et l’exploitation de l’ouvrage, il existe plusieurs variantes à
adopter, parmi lesquelles on trouve : les portiques à âme pleine, les portiques en treillis et la
construction en poteau et plancher mixte. Pour notre cas cette dernière variante n’est pas
appropriée pour notre projet vu que l’activité au sein de l’atelier aura lieu au niveau du rez-
de-chaussée et le plancher jouera un rôle uniquement de couverture. Dans ce qui suit nous
nous intéresserons aux deux variantes qui restent à savoir :
 Variante 1 : portiques à âme pleine :
Les portiques qui constituent l’ossature principale sont constitués par des traverses, qui
supportent les pannes et de poteaux qui supportent les traverses. Cette variante présente
l’avantage d’être plus esthétique et onéreuse.
 Variante 2 : portiques à fermes en treillis :
Ce sont des systèmes de barres rectilignes situées dans un même plan et assemblées
entre elles selon des triangles (d’où leur appellation : systèmes triangulés). On peut
considérer que les treillis ont des nœuds fixes. La tendance actuelle est à l’élargissement
des mailles et à l’emploi de sections tubulaires avec assemblages soudés sans goussets.
Cette variante présente les avantages de s’adapter aux grandes portées, avoir une structure
porteuse plus rigide et efficace, permettre le passage des conduites de ventilation, de
réseaux et des équipements techniques.
Les calculs permettant la justification du choix de la variante appropriée parmi les deux
variantes proposées seront détaillés dans la partie calcul de portique du deuxième chapitre.

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 17
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

1-5-2. Toiture et bardage :


 La toiture :
La toiture sera en tôle nervurée de type TOITESCO qui comprend des couches
supplémentaires d’étanchéité et d’isolation, ce type de toiture est recommandée en
couverture pour les bâtiments à faibles pentes. Son poids est : 8.99 Kg/m² (figure-6).

Figure 6 : tôle nervurée de type TOITESCO

 Le bardage :
Le bardage sera en panneau Sandwich FRP (figure-7) qui présente un élément
autoportant remplissant simultanément les fonctions de paroi et d’isolation thermique. Il
associe deux parements d’acier revêtu, au moyen d’une âme en mousse polyuréthane
rigide.

Figure 7 : panneau Sandwich FRP

1-5-3. Eléments secondaires :


 Les pannes :
Les pannes permettent de transférer les actions appliquées à la couverture d'un bâtiment
à sa structure principale, le choix s'opère entre les pannes en poutrelles laminées à chaud, le
plus souvent IPE, et les pannes minces formées à froid, alors que les pannes-treillis n'étant
que plus rarement utilisées.
La liaison panne / structure principale peut être réalisée :
 Soit par boulonnage direct de la semelle inférieure de la panne sur la semelle supérieure
de la poutre principale (traverse de portique en général),
 Soit par l'intermédiaire d'une échantignolle, simple ou double,
Pour l’échantignolle simple deux choix se présentent : attaches-en plat plié ou attache en
cornière avec fourrure.

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 18
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Dans notre cas, et pour que les pertes sur les profilés seront optimales et vu que les
profilés existant sur le marché ont une longueur de 12 m, nous optons pour des pannes de
type IPE de 12 m de longueur continue sur deux travées, assemblés par l’intermédiaire
d‘une échantignolle simple en plat plié, ce type d’échantignolle présente l’avantage de la
simplicité dans l’exécution.
 Les butons :
Les butons permettent de transmettre les efforts du vent et du pont roulant par
compression jusqu’à la palée de stabilité. Ils seront en profilé HEA.
 Les lisses :
Sont des poutres horizontales continues appuyées sur les poteaux et les potelets de
l’ossature, elles permettent de supporter le poids des bardages et de transmettre aux
poteaux et potelets les pressions du vent.
Nous optons pour des lisses en profilé UPN d’une portée de 6 m.
 Les potelets :
Les potelets permettent de soulager les bardages au niveau du pignon vis-à-vis des
efforts du vent. Nous optons pour des potelets en profilé IPE.

1-5-4. Assemblages et fondations :


 Assemblages :
L’assemblage sert à réunir un ensemble de deux ou plusieurs pièces en assurant la
bonne transmission des efforts, dans une charpente métalliques plusieurs types
d’assemblage sont possibles, nous distinguons entre :
 Assemblages qui fonctionnement par frottement des éléments en contact, le rivetage et le
boulonnage ressortissent à cette catégorie ;
 Assemblages avec soudure des éléments du contact. La continuité est assurée grâce au
dépôt de métal à chaud.

 Fondations :
Selon la conception adoptée, les fondations peuvent permettre soit :
 Un appui simple : qui demande moins d’assemblage et un volume minime des fondations
puisqu’il libère les rotations, en revanche, il présente le risque d’avoir des déplacements
importants des portiques dans le cas où ces derniers ne sont pas rigidifiés par des
contreventements supplémentaires.
 Un appui encastré : qui minimise les déplacements des portiques, mais qui nécessite plus
d’assemblage pour bloquer les degrés de liberté, et un volume plus important des
semelles.
Le choix du type des assemblages et des fondations qui permettront d’avoir une structure
stable est optimale sera détaillé dans la partie assemblage et fondation du deuxième
chapitre.

1-6. Généralités sur les


phénomènes d’instabilité :
1-6-1. Flambement :
Les déformations dues à la compression ne jouent pas
toujours un rôle déterminant sur les éléments de structure

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 19
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

verticaux. En revanche, un phénomène d’instabilité appelé « flambement » apparait à partir


d’une certaine charge et en fonction du rapport existant entre la section et la hauteur de
l’élément considéré. Le flambement est une forme d’instabilité propre aux éléments
comprimés élancés tels que les poteaux, colonnes, barres comprimées (figure-8).
Le flambement est possible suivant les deux axes principaux de la Section de l’élément.
Si les conditions d’appuis sont les mêmes selon ces deux axes, le flambement se fera
suivant l’axe présentant l’inertie la plus faible.

1-6-2. Déversement : Figure 8 : phénomène de flambement

Les pièces soumises à la flexion autour de l’axe


d’inertie principale maximale de leurs sections
transversales sont affectées par un phénomène
d’instabilité, dénommé déversement, dès lors que l’inertie
principale minimale est sensiblement inférieure à l’inertie
principale maximale. Cette circonstance est rencontrée
pour la grande majorité des profils utilisés en construction
métallique (figure-9).
L’instabilité en cause n’est rien d’autre que le
flambement latéral de la partie de la section transversale
soumise, du fait de la flexion, à des contraintes de
compression. Par rapport au flambement, le déversement
présente néanmoins des spécifiées importantes :
Figure 9 : phénomène de déversement

 D’une part, la partie tendue du profil exerce sur la partie comprimée des effets
stabilisateurs, ce qui conduit à assimiler le phénomène à un flambement en milieu
élastique.
 D’autre part, la compression comme le moment de flexion qui la génère, n’est pas
uniforme sur la longueur de pièces.

1-6-3. Voilement :
Si l’on soumet une plaque rectangulaire à une compression uniforme sur deux côtés
opposés, parallèlement à son plan moyen, on observe que la plaque, au-delà d’une certaine
charge, se déforme transversalement(figure-10).
Il s’agit du phénomène de voilement, qui se manifeste par des ondulations, qui ne sont
pas à la différence près que le voilement se développe progressivement, les grandes
déformations n’apparaissent pas brutalement et ne conduisant généralement pas à la ruine
de la pièce.
Le phénomène de voilement peut également apparaître sous un effort de cisaillement
simple. Il est dans ce cas attaché à la diagonale.
Parmi les mesures qui permettent d’éviter ce phénomène, on trouve : l’augmentation de
l’épaisseur de l’âme et l’introduction d’un certain nombre de raidisseurs d’âme,
judicieusement positionnés

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 20
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Figure 10 : phénomène de voilement

1-7. Conclusion :
En arrivant à la fin de ce chapitre, une idée générale sur les différents composants du
projet s’est bien établie, aussi le cas pour les différentes normes et règlements qui serviront
comme base pour le calcul des différents éléments de l’ossature porteuse et qui sera traité
dans le chapitre qui suit.

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 21
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

chapitre II. Dimensionnement et vérification


des éléments de l’ossature
2-1. Introduction :
Ce chapitre abordera la phase la plus importante dans un projet et qui nécessite plus de
concentration, d’effort et de temps, à savoir : le dimensionnement des éléments de l’ossature
porteuse de l’ouvrage. Pour se faire nous avons commencé par une évaluation de l’effet du
vent sur la structure qui servira pour le dimensionnement et la vérification de la résistance
des éléments de l’ossature porteuse de l’atelier à savoir : les pannes, les lisses, les liernes,
les suspentes, les potelets et les systèmes de contreventement. La présence d’un pont
roulant de 12 tonnes a nécessité de faire une étude des différentes actions engendrées et
qui sont transmises aux portiques par l’intermédiaire des chemins de roulement.
Ensuite, le présent chapitre traitera une étude de deux variantes de portique, pour
chacune d’elles nous avons dimensionné et vérifié ses éléments constituants pour s’assurer
de leur résistance et leur stabilité vis-à-vis des différents phénomènes d’instabilité. La
variante choisie a subi des vérifications supplémentaires vis-à-vis de l’action sismique et
thermique, l’évaluation de l’effort sismique a été faite à l’aide du logiciel « CYPECAD » vue
l’irrégularité de la structure.
NB : Les plans d’exécution des différents éléments calculés de l’ossature sont fournis dans
l’annexe (5).

2-2. Méthodologie de calcul :


Les bâtiments métalliques peuvent être de conception fort différente, selon l’application à
laquelle ils sont destinée : les contraintes d’exploitation, les contraintes d’environnement, les
exigences architecturales, les habitudes des constructeurs, etc.
Nous retiendrons que les solutions technologiques les plus couramment utilisée et nous
effectuerons les calculs de dimensionnement et de vérification des bâtiments, élément par
élément, successivement et dans le sens logique de descente des charges (couverture,
pannes, ferme, poteaux, contreventement, ...).
La méthodologie de calcul sera la suivante :
 Repérage des diverses actions possibles et calcul des combinaisons d’action les plus
défavorable
 Calcul des sollicitations correspondantes (efforts normaux et tranchants, moment de
flexion simple ou déviée, moment de torsion éventuels),
 Vérification des résistances des pièces (calcul des contraintes),
 Vérification des stabilités de forme (déformation, flèche, déplacement).

2-3. Calcul du vent :


Dans les constructions métalliques, on est appelé à tenir compte de l’action du vent qui
peut engendrer des effets non négligeables. Ces actions sont des valeurs caractéristiques
calculées à partir de valeurs de référence de vitesse ou de la pression dynamique.
Elles se manifestent par des pressions exercées normalement aux surfaces, et dépendent
de :
 La vitesse du vent,
 La catégorie de la construction et ses proportions d’ensemble,
 L’emplacement de l’élément considéré dans la construction et son orientation par
rapport à la direction du vent,
 Les dimensions de l’élément considéré,

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 22
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

 La forme de la paroi (plan ou courbe) à laquelle appartient l’élément.


Les calculs du vent seront menés conformément aux règles NV65, ainsi peut-on définir la
pression élémentaire s’exerçant sur l’une des faces d’un élément de parois par :

Avec :
: Pression dynamique de base à 10 m.
: coefficient de masque.
: coefficient qui tient compte de la nature du site où se trouve la construction considérée.
: coefficient correcteur dû à la hauteur au-dessus du sol.
: coefficient de réduction des pressions dynamiques, en fonction de la plus grande
dimension de la surface offerte au vent.
et : coefficients de pression extérieure et intérieure.
β : coefficient de majoration dynamique.
Nous rappelons les caractéristiques géométriques de l’ouvrage (figure-11) :

Figure 11 : rappel des caractéristiques géométriques de l'ouvrage

 Hauteur du bâtiment : H= 9.30 m.


 Dimension du hangar selon le long pan : a= 150 m.
 Dimension selon le pignon : b= 24.8 m.
 Flèche de la toiture : f= 0,90 m.
 Angle entre le plan de la toiture et le plan horizontal : α= 4.15 °.

2-3-1. Pression dynamique de base :


Par convention, les pressions dynamiques de base, normale et extrême, sont celles qui
s’exercent à une hauteur de 10 m au-dessus du sol, pour un site normal, sans effet de
masque, sur un élément dont la plus grande dimension est de 0,5 m.
Le bâtiment industriel serait situé dans la zone d’Ait Melloul classée dans la région I, dont
la pression dynamique est donnée par le tableau (2). (La méthode de calcul des pressions
dynamique du vent est détaillée dans l’annexe (2)) :

RÉGION I
Pression dynamique de base normale Pression dynamique de base extrême
53,5daN/m2 93,63daN/m2

Tableau 2 : pression dynamique pour la région 1

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 23
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

2-3-2. Facteurs de modification de la pression dynamique :


2-3-2-1. Effet de la hauteur :
A une hauteur H au-dessus du sol la pression dynamique qH est définie par la relation
suivante et valable pour les valeurs de H comprises entre 0 et 500m :

[ ( )]

Pour , on trouve :

2-3-2-2. Effet du site :


Le coefficient de site est un coefficient d'augmentation pour les sites exposés comme
le bord de la mer et de réduction pour les sites protégés comme à l'intérieur d'une forêt
dense.
Les valeurs du coefficient du site sont données sur le tableau (3) :

RÉGION IV III II I
Site protégé - 0.8 0.8 0.8
Site normal 1 1 1 1
Site exposé 1.2 1.25 1.3 1.35

Tableau 3 : coefficient du site

Pour notre cas, il s'agit d'un site normal, donc .

2-3-2-3. Effet de masque :


Il y a effet de masque lorsque la construction envisagée est masquée et protégée par
d’autres constructions de grande probabilité de durée.
Pour des raisons de sécurité on prend

2-3-2-4. Effet de majoration dynamique :


Aux effets statiques calculés précédemment, s’ajoutent les effets dynamiques qui
dépendent des caractéristiques mécaniques et aérodynamiques de la construction.
La connaissance du mode fondamental d'oscillation de la structure dans la direction de
vent étudiée est primordiale pour la prise en compte de ce phénomène. Plus la structure
sera flexible (grande période d'oscillation) et plus les amplifications des déformations, et
donc des efforts dans la structure, seront importantes.
Pour notre cas la structure est étalée (a, b>>H) dans les deux dimensions donc l’effet
dynamique du vent peut être négligé en premier lieu.
Afin de calculer l’effet dynamique des actions parallèles à la direction du vent, une
multiplication par un coefficient au moins égal à l’unité est prescrite par le NV.65. Il est donné
par la formule suivante :

Avec :
θ : Coefficient global dépendant du type de la construction. La structure fait partie des
constructions prismatiques à base rectangulaire, donc θ = 1.

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 24
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

ξ : Coefficient de réponse, fonction de la période T du mode fondamental de vibration de


la structure.
τ : Coefficient de pulsation. Dans notre cas H = 9.3m < 10m, donc l’échelle fonctionnelle
donne : τ = 0,36.
Pour évaluer la période T, on utilise la formule forfaitaire applicable aux bâtiments
d'habitation, dans le cas d’un contreventement par ossature métallique on a :


Donc : D’où : ξa=0.15

ξb=0.3

donc {

2-3-2-5. Effet de dimension :


Les pressions dynamiques s’exerçant sur les éléments d’une construction (pannes,
poteaux, etc..), doivent être affectés d’un coefficient de réduction δ en fonction de la plus
grande dimension (horizontale, verticale) de la surface offerte au vent(maitre-couple)
intéressant l’élément considéré, et de la cote H du point le plus haut de la surface
considérée :
Ainsi à partir des abaques on trouve pour :
 Les pannes et les lisses :
 Les fermes :
 Les poteaux :
 Les potelets :

2-3-3. Actions extérieures et intérieures du vent :


Le calcul du coefficient , tout comme celui de , dépend des dimensions de la
construction par l’intermédiaire du coefficient γo obtenu par la figure .

2-3-3-1. Rapport de dimension λ


 Vent normal au pignon :

 Vent normal à la grande face :

2-3-3-2. Coefficient γo :
La valeur de γo est donnée l’abaque du règlement NV65 (p 89) en fonction des rapports
de dimensions :
 Vent normal au long-pan (grande surface):
donc d’après l’abaque mentionné : γo= 0,93

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 25
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

 Vent normal au pignon :


donc d’après l’abaque mentionné : γo=0,85

2-3-3-3. Coefficients de pression extérieur Ce :


2-3-3-3-1. Parois verticales :
a. Vent normal au pignon :
 Face au vent : Ce = 0,8 (quel que soit γo).
 Sous le vent : Ce = -(1,3 γo-0,8) = -0,305.
b. Vent normal au long-pan :
 Face au vent ; Ce = 0,8.
 Sous le vent : Ce = -(1,3 γo-0,8) = -0,409.
2-3-3-3-2. Versants de toiture :
a. Vent normal au long-pan :
Dans notre cas, ⁄ , la figure R-III-6 des règles NV 65, donne la valeur de
en fonction de l’angle d’inclinaison des toitures par rapport à l’horizontale ( ).
 Face au vent : Ce=-0,38.
 Sous le vent : Ce= -0,31.
b. Vent normal au pignon :
A partir de la même figure (cf. R-III-6 des règles NV 65) on fait la lecture de la valeur du
coefficient Ce, mais cette fois-ci en prenant une inclinaison nulle .
Ainsi Ce=-0,28 pour les deux versants.

2-3-3-4. Coefficients de pression intérieur Ci :


Les coefficients de pression qui s'exercent de façon homogène sur toutes les surfaces
de l'intérieur de ce hangar, dépendent de la perméabilité μ de la construction, qui est égale
au rapport de la surface totale de ses ouvertures à sa surface totale.
Le calcul des perméabilités des différentes parois du hangar montre que notre structure
est de type ouvert comportant une paroi ouverte.
Les actions intérieures sont déterminées par les coefficients Ci calculés au moyen des
formules variables par chaque cas. Lorsque ces déterminations conduisent à des coefficients
Ci tel que (article III-2.14 des règles NV 65) :
-0.20 < Ci < 0 on prend Ci = -0.20
0 < Ci < 0.15on prend Ci = +0.15
Le hangar étant considéré comme une structure de type ouvert comportant une paroi
ouverte donc selon l’article III-2.142 des règles NV 65, il y a deux cas à considérer :
 Cas 1 : la paroi ouverte est au vent :
 Surpression sur la face intérieure des parois fermé y compris les versants
de toiture.
 Dépression D’où sur la face intérieure de
la paroi ouverte.

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 26
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

 Cas 2 : la partie ouverte est sous le vent :


 Vent normal au pignon :
 Surpression D’où sur la face intérieure
de la paroi ouverte.
 Dépression D’où
 Vent normal au long pan :
 Surpression D’où sur la face intérieure
de la paroi ouverte.
 Dépression D’où

2-3-3-5. Les actions résultantes Cr :


La prise en compte de l’action du vent consiste à combiner ses effets extérieurs et
intérieurs sur une paroi donnée. On exprime cette action par la valeur de la différence :
. D’après article III-2.153 des règles NV 65, lorsque les actions résultantes sont
comprises entre -0,30 et 0, on prend -0,30, et lorsqu’elles sont comprises entre 0 et +0,30,
on prend +0,30.
Les quatre cas de vent sont présentés comme suit :
2-3-3-5-1. Vent normal au pignon : (petite face)
 Vent normal à la paroi AD (paroi ouverte) :

Tableau 4 : vent normal à la paroi AD

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 27
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

 Vent normal à la paroi BC :

Tableau 5 : vent normal à la paroi BC

2-3-3-5-2. Vent normal au long pan (grande face) :


 Vent normal à la paroi AB :

Tableau 6 : vent normal à la paroi AB

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 28
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

 Vent normal à la paroi CD :

Tableau 7 : vent normal à la paroi CD

2-4. Calcul des pannes :


Les pannes sont des éléments de liaison considérés comme secondaires qui servent à
transférer les efforts du vent appliqués à la couverture d’un bâtiment et à sa structure
porteuse. Elles reposent directement sur des traverses et reçoivent des charges reparties
donnant lieu à une flexion déviée vu la pente du versant qui engendre une composante
verticale du poids propre de la panne (figure-12).

Figure 12 : position des pannes sur la toiture

Les pannes sont soumises à :


 Des charges verticales : poids propre de la panne et du complexe de couverture
(figure-13 ; à droit),
 Une charge oblique W, due au vent (pression ou succion) appliquée
perpendiculairement au versant, donc parallèlement à l’âme de la panne (figure-13 ;
à gauche).

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 29
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Figure 13 : charges sollicitant les pannes

D’où la nécessité de calculer, lors du dimensionnement des pannes, deux moments de


flexion distincts, selon les deux plans principaux d’inertie du profilé.

2-4-1. Hypothèses de calcul :


Nous avons opté pour des pannes en IPE de 12 m de longueur, ce qui donne des poutres
continues sur deux travées (figure-14). Donc dans le plan perpendiculaire au plan de la
toiture, chaque panne est modélisée par poutre continue appuyée tous les 6m sur les
traverses du portique :

Figure 14 : modélisation des pannes selon le sens y

Dans le plan incliné de la toiture, la panne est modélisée par une poutre continue
appuyée tous les 6m sur les traverses des portiques et sur deux liernes
intermédiaires (figure-15).

Figure 15 : modélisation des pannes selon le sens x

De plus nous faisons les hypothèses suivantes :


 La tôle de toiture empêche la torsion de la panne due à l’excentricité des charges ;
 La tôle de toiture empêche le déversement de l’aile supérieure des pannes, en
revanche l’aile inferieur risque de déverser sous l’effet de la compression engendré
par le vent de soulèvement.

2-4-2. Principe de calcul :


Les pannes sont dimensionnées pour satisfaire simultanément :
 Les conditions de flèche. (1/200 de la portée de la panne)
 Les conditions de résistance.
Les calculs seront conduits en élasticité conformément aux règles CM66, ce qui par
rapport au calcul en plasticité, revient à ne pas tirer profit des propriétés élasto-plastique de
l’acier et à renoncer aux allégements qui en découlent, ce qui nous place en fait en sécurité.

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 30
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

2-4-3. Combinaisons de charge :


Les combinaisons d’actions à prendre en compte doivent couvrir toutes les situations
critiques où la structure est susceptible de se soumettre. En gros ces combinaisons
comprennent des combinaisons d’états limites ultimes et de service. Nous allons nous
intéresser aux combinaisons de calcul les plus défavorables, afin de vérifier la stabilité et la
résistance des pannes.
 Combinaisons d’état limite ultime :
Nous présentons ci-dessous les combinaisons de calcul dans l’état limite ultime fixées par
le CM 66 :
 1.33G + 1.5Q
 G + 1.75W n
 1.33G + 1.42(Q + W n)
 1.33G + 1.5W n

 Combinaisons d’état limite de service :


Nous présentons ci-dessous les combinaisons de calcul dans l’état limite de service
fixées par le CM 66 :
 G+Q
 G + Wn
 G+Q+W n
Avec :
G désigne l’ensemble des charges permanentes.
Q désigne l’ensemble des charges d’exploitation.
Wn est la charge due au vent (surpression, dépression)

2-4-4. Evaluation des charges :


L’entraxe des pannes est de 2,06 (m) ce qui correspond en moyenne à 7 pannes par
versant. Et la pente de versant est de l’ordre de 4,15° (α=4.15°), ceci est illustré dans la
figure (16) :

Figure 16 : valeurs des entraxes des pannes

2-4-4-1. Charges permanentes :


Les charges permanentes englobent le poids propre de la panne, de la couverture et des
éléments accrochés à la toiture.
 Couverture : 8.99 kg/m².
 Charges suspendues : 5 kg/m².

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 31
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

 Poids propres de la panne : 10 kg/ml


Donc : G= 8.99*2.06+5*2.06+10=45kg/ml ; donc G=38.819kg/ml
En faisant la projection dans le repère local de la panne on trouve :

2-4-4-2. Surcharges d’exploitation :


La norme NF P 06-001 prescrit dans le cas des toitures inaccessibles de considérer
uniquement dans les calculs : une charge d’entretien qui est égale aux poids d’un ouvrier et
son assistant et qui est équivalente à deux charges concentrées de 100 kg chacune situées
à 1/3 et 2/3 de la portée de
la panne. Cette configuration de charge est présentée dans la figure (17) :

Figure 17 : configuration des surcharges d’exploitation sur les pannes

Pour simplifier les calculs, nous convertissons les deux charges concentrées en une
charge uniformément répartie équivalente ‘q’. Cette charge est obtenue en égalisant les
deux moments maximaux due à ‘q’ et aux charges ponctuelles P :
Moment maximum due aux charges ponctuelles P :

Moment maximum due à la charge uniformément répartie équivalente ‘q’ :

En égalisant les deux moments, on trouve : avec L=6.00 m et P=100kg


Application numérique q = 44.44 kg/m²
Donc la charge d’entretien répartie sur la panne est égale à : Q=44.44*2.06=91.546 kg/ml ;
Donc Q=91.546 kg/ml
De même, en faisant la projection dans le repère local de la panne :

2-4-4-3. Surcharges climatiques (effet du vent) :


La charge du au vent est donnée par la formule suivante :

Avec:
Pression dynamique de base à 10 m :
Coefficient correcteur dû à la hauteur :
Coefficient de site :
Coefficient de masque :

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 32
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Le coefficient de majoration dynamique : {

Le coefficient de pression maximale de la couverture est égal à :

Le coefficient de réduction des pressions dynamiques pour une panne de 12 m de longueur


est égal à :
Application numérique :
 Cas du vent normal :

{ ⇒{

 Cas du vent extrême :

2-4-5. Calcul des combinaisons des charges :


Nous faisons un calcul des différentes combinaisons de charges et nous retenons le cas
le plus défavorable pour la vérification de la stabilité. Les charges sont projetées dans le
repère local des pannes (ex ; ey) en tenant en compte l’inclinaison de la toiture comme le
montre la figure suivante (figure 18).

Figure 18 : projection des charges appliquées sur les pannes dans le repère local

⃗ ⃗⃗⃗⃗⃗ ⃗⃗⃗⃗⃗ {

2-4-5-1. Etat limite ultime :


L’ensemble des combinaisons à l’état limite ultime (ELU) sont présentées dans le tableau
(8) :

PU (KG/ML)
Projection sur ex Projection sur ey
Surpression Dépression Surpression Dépression

1 1,33×G+1,5×Q 13,674 13,674 188,454 188,454


2 1,33×G+1,42×(Q+W n) 13,144 13,144 221,399 28,829
3 G+1,75×W n 2,809 2,809 88,321 -149,001

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 33
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

4 1,33×G+1,5×W n 3,736 3,736 94,012 -109,408

Tableau 8 : combinaisons des charges à l’état limite ultime (ELU)

Le cas la plus défavorable est donnée par la combinaison (1) selon ex et la combinaison
(5) selon ey
En effet :

2-4-5-2. Etat limite de service :


L’ensemble des combinaisons à l’état limite de service (ELS) sont présentées dans le
tableau (9) :

PS (KG/ML)
Projection sur ex Projection sur ey
Surpression Dépression Surpression Dépression
1 G+Q 9,434 9,434 130,024 130,024
2 G+W n 2,809 2,809 67,063 -68,550
3 G+Q+W n 9,434 9,434 158,369 22,756

Tableau 9 : combinaisons des charges à l’état limite de service (ELS)

Le cas la plus défavorable est donné par la combinaison (1) selon ex et la combinaison (3)
selon ey
En effet :

2-4-6. Dimensionnement des pannes :


Il s’agit de déterminer la résistance à la flexion nécessaire pour reprendre les charges
appliquées. Donc, il faut que la contrainte de dimensionnement σd soit inférieure à la
contrainte élastique σel de la section.

2-4-6-1. Calcul des moments :


Les pannes sont chargées uniformément et les moments maximaux sont donnés par les
formules suivantes (annexe-1) :

{
Par l’application de ces formules on trouve les valeurs de moment illustrées par le tableau
(10) :

Pannes PU (kg/ml) PS (kg/ml) MU (kg.m) MS (kg.m)


Sens-X 13,674 9,434 996,296 717,161
Sens-Y 289,791 179,62 10,256 7,076

Tableau 10 : moment maximum sollicitant les pannes

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 34
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

2-4-6-2. Calcul des contraintes :


Les contraintes selon les deux directions sont données par les formules suivantes :

{
Les pannes sont des IPE, le tableau (11) présente la vérification des contraintes pour les
profilés IPE 80 jusqu’à IPE 160 :

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 35
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Profilée Wx (cm3) Wy (cm3) Mx (kg.m) My (kg.m) (MPa) (MPa) (MPa)


IPE 80 20 3,69 996,296 10,256 498,15 27,79 525,94
IPE 100 34,2 5,79 996,296 10,302 291,31 17,79 309,11
IPE 120 53 8,65 996,2955 10,302 187,98 11,91 199,89
IPE 140 77,3 12,3 996,2955 10,302 128,89 8,38 137,26
IPE 160 109 16,7 996,296 10,302 91,40 6,17 97,57

Tableau 11 : vérification des contraintes appliquées sur les pannes pour les profilés proposés

D’après le tableau (11) nous constatons que le profilé IPE 120 vérifie bien la contrainte,
nous passons à la vérification de la flèche.
Les caractéristiques de l’IPE 120 sont données par le tableau (12) :

Dimensions (mm) Ix (cm4) Wx Iy Wy J (cm4)


h b a e r (cm3) (cm4) (cm3)
IPE 120 64 4. 6. 7 318,00 53,20 27,70 8,65 1,74
120 4 3
Tableau 12 : caractéristiques géométriques du profilé IPE 120

2-4-6-3. Vérification de la flèche :


D’après les règles CM 66, les pannes doivent présenter une flèche inférieure à 1/200 de
leur portée sous l’application des charges maximales non pondérées.
Les charges, non pondérées, les plus défavorables à prendre en compte sont :

La flèche limite étant : {

La flèche est calculée par la formule suivante (annexe-1) :

{
 Sens ox : l=3m, la valeur de la flèche maximale suivant x est :

 Sens oy : l=6m, la valeur de la flèche maximale suivant y est :

Donc le profilé IPE 120 vérifie bien la condition de la flèche selon x et y selon le règlement
CM66

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 36
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

2-4-6-4. Vérification du cisaillement :


La formule de vérification du cisaillement est la suivante :
( )

Or : {

Avec :
Effort tranchant repris par la semelle.
Effort tranchant repris par l’âme.
: section de la semelle.
: section de l’âme
: effort tranchant maximal dans la direction x ( )
: effort tranchant maximal dans la direction y
En effet : L’effort tranchant est calculé par les formules suivantes (annexe-1) :

Application numérique : {

Vérification :
Donc est largement inférieur à , donc Le profilé adopté résiste bien au
cisaillement.

2-4-6-5. Vérification du déversement :


 Membrure supérieure :
L’assemblage de la panne avec le bac en acier de la couverture se fait au niveau de la
panne(figure-19). C’est-à-dire que cette membrure est fixée et le risque du déversement est
exclu. Il est clair que cette stabilisation des pannes par la couverture permet un gain non
négligeable sur la constitution de l'empannage.

Figure 19 : fixation des pannes sur la couverture

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 37
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

 Membrure inférieure :
Pour la semelle inférieure, contrairement à la semelle supérieure, le risque de
déversement est envisageable en cas de soulèvement de la panne, ce qui correspond à la
combinaison suivante :
(Vent normal avec surpression).
Donc, il faut vérifier le déversement pour la membrure inférieure.

En effet : {

Dans le cas des pièces symétriquement chargées et appuyées la vérification de la stabilité


au déversement est la suivante :
Démarche de calcul :
La démarche consiste à comparer la contrainte limite σe à la contrainte de non
déversement σd définie par la formule suivante :

Si on a σd > σe, la vérification de la stabilité au déversement n'est pas nécessaire.


Sinon on effectue les opérations suivantes :
On détermine l’élancement :

Les coefficients B, C et D, ils sont définis dans l'article 3,64 du CM66 et seront calculé
comme suite :
 Le coefficient D (article 3,641 CM66) est donné en fonction de la dimension de
la pièce :


{
Donc :

 Le coefficient C (article 3,642 CM66) est donné en fonction de la répartition des


charges. Puisque les moments sont nuls aux extrémités :
Donc :
 Le coefficient B (article 3,643 CM66) est donné en fonction de du niveau
d’application des charges. Elles sont appliquées au niveau de la fibre inferieur
ce qui donne :

√ ( )

Donc :
 Contrainte de non déversement :

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 38
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Donc :
 On détermine l’élancement :

√ , donc :

 On détermine le coefficient de flambent k0 D’après le tableau de l’annexe 13.411


ou par la formule :

( ) √( ) , avec

( ) √( )

Donc :
 Puis on détermine ensuite le coefficient de déversement Kd :

Donc :
 La contrainte de comparaison est, selon l’article 3,73 des règles CM 66 :

Avec :

Application numérique :
Donc il n’y aura pas lieu un risque déversement des pannes en IPE 120.

2-4-6-6. Vérification du voilement :


La vérification du voilement des âmes des laminés normalisés (IPE, HE, …) n’est pas
nécessaire puisqu’ils sont largement surdimensionnés à cet égard. Cependant les règles
CM66 préconise de positionner des raidisseurs au droit des appuis et des charges
concentrées, pour éviter d’éventuelles déformations locales.

2-4-6-7. Récapitulation :
Après avoir effectué les différentes vérifications prescrites par le règlement en vigueur,
Nous avons opté pour des pannes en IPE 120 continue sur 12 m avec des liernes a mis
travées.

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 39
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

2-5. Calcul des liernes :


Les liernes sont des tirants qui fonctionnent en traction. Elles sont généralement formées
de barres rondes ou de petites cornières. Leur rôle principal est d’éviter la déformation
latérale des pannes.
Compte tenu de la faible inertie transversale des pannes, et dès lors que la pente des
versants (α) atteint 8 à 10%, l’effet de la charge Qx (perpendiculaire à l’âme de la panne)
devient préjudiciable et conduit à des sections de pannes importantes, donc onéreuses
La solution consiste à réduire la portée transversale des pannes en les reliant entre elles
par des liernes (tirants), situés à mi - portée. Chaque fois que les pannes en profilés sont
disposées normalement au versant, il convient de les entretoiser par un ou plusieurs cours
de liernes en fer rond ou en cornière. Ces liernes, reliées entre elles au niveau du faîtage,
permettent d’éviter la déformation latérale des pannes, très préjudiciable au bon aspect de la
couverture.

2-5-1. Dimensionnement des liernes :


La réaction R au niveau des liernes est donnée par la relation suivante :

( ⁄ )

Figure 20: cheminement des efforts dans les liernes

Application numérique :
Effort de traction dans le tronçon de la lierne L1 provenant de la panne sablière :

Effort de traction dans le tronçon L2 :

Effort de traction dans le tronçon L3 :

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 40
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Effort de traction dans le tronçon L4 :

Le dernier lierne travaille en compression :

Effort dans les diagonales (les bretelles) :

L’effort maximale dans les liernes est celui repris par la 4éme lierne :
Nous optons pour des tubes ronds dont le diamètre doit vérifier la contrainte suivante :

Nous adoptons des barres rondes de diamètre : D = 6 mm pour l’ensemble des liernes.

2-6. Calcul de l’échantignolle :


L’échantignolle est un dispositif de fixation permettant d’attacher les pannes aux fermes
(figure-21). Le principal effort de résistance de l’échantignolle est le moment de
renversement dû au chargement (surtout sous l’action de soulèvement du vent).

Figure 21 : fixation des pannes sur les traverses par l’intermediaire de l’échantignolle

2-6-1. L’excentrement « t » :
L’excentrement « t » est limité par la condition suivante : ,
Pour le profilé IPE 120, nous avons : b = 64 mm, ce qui donne : 64 ≤ t ≤ 96,
On prend un excentrement : .

2-6-2. Moment de renversement :


La pression de soulèvement reprise par l’échantignolle est : ⁄

L’effort résultant appliqué sur l’échantignole est :

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 41
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Le moment de renversement est donc :


Donc : .

2-6-3. Dimensionnement de l’échantignolle :


La condition que doit vérifier l’échantignole est la suivante :

Avec :
a : La largeur de l’échantignolle (a = 15 cm) est calculée après avoir dimensionné la
membrure supérieure de la ferme.
e: épaisseur de l’échantignolle.
D’où :

Calcul de l’épaisseur de l’échantignolle :

√ √

Donc l’épaisseur de l’échantignolle est de l’ordre de 14 mm.

2-7. Calcul des lisses :


Les lisses de bardages sont constituées de poutrelle (IPE, UPN, UAP) disposées
horizontalement, elles portent sur les poteaux du portique ou sur les potelets intermédiaires.
Les lisses travaillent en flexion déviée et sont sollicitées par :
 Une charge horizontale due à la pression de vent.
 Une charge verticale due au poids propre des lisses et celui du bardage.
Dans notre projet nous avons choisi d’utiliser des lisses en UPN :
 Pour le long pan, nous avons des travées de 6m, les lisses seront posées
suivant un entraxe de 2.00 m. (figure-22 à droit).
 Pour le pignon on a une travée maximale de 4.14 m et de même les lisses
seront posées suivant un entre axe de 2.00 m. (figure-22 à gauche).

Figure 22 : portées des lisses du pignon et du long pan

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 42
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Ces UPN sont disposés d’une manière à reprendre l’effort du vent selon la grande inertie
et selon la faible inertie à rependre les charges permanentes, cette disposition est présentée
par la figure (23) :

Figure 23 : configuration des charges appliquées sur les lisses

2-7-1. Calcul des lisses du long pan :


La vérification des lisses se fait selon les deux sens : horizontal et vertical.

2-7-1-1. Calcul en flexion horizontale :


La pression engendrée par le vent extrême vaut :

Le cas le plus défavorable est donné pour le cas du vent normal au long pan :


Avec :

{
2-7-1-1-2. Choix du profilé :
Le moment de flexion dû à l’effet du vent est égal à : ;

La contraint normale doit vérifier :

Application numérique :
Donc nous optons pour un profilé en UPN 100
2-7-1-1-2. Vérification de la flèche :
La vérification de la flèche se fait sous la charge non pondérée :

La flèche limite

La flèche est calculée par la formule :

Application numérique :

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 43
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

La condition de flèche n’est pas vérifiée pour ce profilé UPN 100, donc nous procédons à la
vérification du profilé supérieur, à savoir UPN 120.

Application numérique :
La condition de flèche est vérifiée pour ce profilé UPN 120.

2-7-1-2. Calcul en flexion verticale :


Les lisses fléchissent verticalement sous l’effet de leurs poids propres et le poids du
bardage. Dans le cas des lisses UPN 120, la charge verticale non pondérée vaut :
 Poids propre des lisses : 13.70 kg/ml.
 Poids propre du bardage : 8.99 kg/m².

Donc : ⇒ .

La flèche verticale est alors : ⇒


La flèche n’est pas vérifiée, donc nous devons mettre des suspentes à mi- portée. Dans ce
cas la flèche sera :

La condition de flèche est bien vérifiée.

2-7-1-3. Vérification des contraintes :


Les contraintes maximales de flexion ont lieu à mi- portée des lisses, sous l’effet conjugué
des moments Mx et My. Il faut donc vérifier que :

Avec :
Moment de flexion dû à l’effet du vent est :
Moment de flexion sous l’effet des charges permanentes :

Application numérique : ⇒

La condition de la contrainte est vérifiée.

2-7-1-4. Vérification du déversement :


Pas de risque de déversement parce que les ailles des lisses sont fixés d’un côté par les
poteaux et de l’autre côté par le bardage.

2-7-2. Calcul des lisses du pignon :


De la même façon on fait la vérification dans les deux sens : horizontal et vertical.

2-7-2-1. Calcul en flexion horizontale :


La pression engendrée par le vent extrême vaut :

Le cas le plus défavorable est donné pour le cas de vent normal au long pan :

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 44
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial


Avec :

{
2-7-2-1-1. Choix du profilé :
Moment de flexion dû à l’effet du vent est : ⇒

La contrainte normale doit vérifier :

Application numérique :
Nous optons donc pour un profilé en UPN 80.
2-7-2-1-1. Vérification de la flèche :
La vérification de la flèche se fait sous la charge non pondérée :

La flèche limite :

La flèche est calculée par la formule :

Application numérique :
La condition de la flèche est vérifiée pour le profilé UPN 80.

2-7-2-2. Calcul en flexion verticale :


Une lisse fléchit verticalement sous l’effet de son poids propre et du poids de bardage
qu’elle supporte. Dans le cas de lisse en UPN 80, la charge verticale non pondérée vaut :
 Poids propre des lisses : 10.80 kg/ml.
 Poids propre du bardage : 8.99 kg/m².
Donc : ⇒

La flèche verticale est alors : ⇒

La condition de flèche n’est pas vérifiée pour le profilé UPN 80, donc nous procédons à faire
les vérifications pour le profilé supérieur, à savoir UPN 100.

Application numérique :
La condition de flèche est vérifiée pour ce profilé UPN 100, donc on n’a pas besoin de mettre
des suspentes.

2-7-2-3. Vérification des contraintes :


Les contraintes maximales de flexion ont lieu à mi- portée des lisses, sous l’effet conjugué
des moments Mx et My. Il faut donc vérifier que :

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 45
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Avec :
Moment de flexion dû à l’effet du vent est :
Moment de flexion sous l’effet des charges permanentes :

Application numérique : ⇒

Donc la condition de la contrainte est vérifiée.

2-7-2-4. Vérification au déversement :


Pas de risque de déversement parce que les ailles des lisses sont fixés d’un côté par les
poteaux et d’autre coté par le bardage.

2-7-3. Récapitulation :
Pour les lisses du long pan, nous adoptons des profilés en UPN 120 avec des suspentes
a mis travée de 6mm de diamètre. Pour les lisses de pignon, nous adoptons des profilés en
UPN 100 sans suspente.

2-8. Calcul des suspentes :


Les suspentes sont des tirants qui fonctionnent en traction. Elles sont généralement
formées de barres rondes ou de petites cornières, leur rôle principal est d’éviter la
déformation latérale des lisses (flèche verticale).
L’effort est transmis d’un tirant à l’autre depuis le bas jusqu’à l’avant-dernière lisse ou il
est transmis aux poteaux à travers des bretelles diagonales. La dernière barre est introduite
pour assurer la stabilité de la plus haute lisse. Elle travaille donc en compression.
Les suspentes sont disposées au niveau du long pan de la façon suivant (figure-24) :

Figure 24 : cheminement des efforts dans les suspentes

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 46
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Le tableau (13) regroupe les valeurs des efforts de traction dans les différentes suspentes
présentes :

R (kg) T1 (kg) T2 (kg) T3 (kg) T4 (kg)


160.23 80.115 240.345 400.575 358.179
Tableau 13 : efforts de traction dans les suspentes

L’effort maximal dans les suspentes est celui repris par la 4éme lierne :
Nous avons pris pour les liernes des tubes ronds dont le diamètre doit vérifier la contrainte
suivante :

Donc nous optons pour des barres rondes de diamètre : D = 6 mm.


Vérification de la barre AB à la compression :

La suspente est soumise à une contrainte


Le coefficient de flambement est :
La contrainte de compression est : ⇒
Donc la contrainte de compression est vérifiée.
Finalement pour les suspentes sur le long pan, nous optons pour des ronds de 6mm de
diamètre.

2-9. Calcul des potelets :


Les potelets sont des éléments qui servent à rigidifier le bardage en résistant aux efforts
horizontaux et en supportant les lisses. Ils sont sollicités à la flexion composée :
 Compression : sous l’effet de leurs poids propres, du poids du bardage et des
lisses,
 Flexion : sous l’action du vent provenant du bardage (figure-25).
Afin que les potelets ne supportent pas l’effort provenant de la toiture nous considérons
que les potelets sont double-articulés.
Pour les éléments comprimés et fléchis et très élancés, on les dimensionne souvent sous
la condition de la flèche :

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 47
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Figure 25 : surface d'influence du potelet centrale

3-9-1. Evaluation des charges :


3-9-1-1. Charge permanente concentrée G :
Bardage : 8.99 (kg/m²).
Poids propres des lisses : 10.80 (kg/m²).
Poids propres du potelet : (à déterminer après vérification de la condition de la flèche).

3-9-1-2. Surcharges du vent :


La pression engendrée par le vent vaut :

⇒ ⁄
Avec :

3-9-2. Dimensionnement du potelet :


3-9-2-1. Sous la condition de flèche :
La vérification de la flèche se fait pour le cas du vent normal non pondéré suivant la
formule :

Application numérique : .
Ce qui correspond à un profilé en IPE 220 dont les caractéristiques sont données par le
tableau (26) :

Dimensions (mm) Ix (cm4) Wx ix Iy (cm4) Wy iy A

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 48
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

h b a e r (cm3) (cm) (cm3) (cm) (cm²)

IPE 220 220 110 5,9 9,2 12 2772,00 252,00 9,11 205,00 37,30 2.48 33,40

Figure 26 : caractéristiques géométriques du profilé IPE 120

3-9-2-2. Vérification de la contrainte :


Il faut vérifier que :

( )

( )
Avec :

{
: Le déversement de l’aile comprimé du potelet est empêché par la présence du
bardage tout le long de la longueur du potelet

Cette vérification est faite suivant les deux combinaisons :,

3-9-2-2-1. Contrainte de flexion :


La contrainte de flexion est donnée par la formule :

Avec : {

D’où : ⇒ .

3-9-2-2-1. Contrainte de compression :


La contrainte due à la compression est calculée comme suit :
Avec :
,

Donc :

Les élancements : {

Le coefficient de flambement est donné par la formule suivante :

( ) √( )

Application numérique :
3-9-2-2-1. Vérification de la contrainte :
Sous la combinaison (1.33G+1.5Wn) :

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 49
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Sous la combinaison (G+1.5Wn) :

Pour les deux combinaisons, Le profilé choisi vérifie bien les contraintes. Donc le profilé
IPE 220 convient pour les potelets.

2-10. Calcul des contreventements :


Les contreventements ont pour fonction principale de rependre et transmettre aux
fondations les efforts dus aux forces horizontales sollicitant un ouvrage tel que : vent,
freinage des ponts roulants, effets de séisme, chocs, etc. Leur importance est très grande,
elles représentent le facteur principal de la sécurité d’un ouvrage. Ils sont disposés en
toiture, dans le plan des versants (poutres au vent), et en façade (palées de stabilité).
 Contreventement de toiture (poutre au vent) : Les contreventements sont
disposés généralement suivant les versants de la toiture. Ils sont placés le plus
souvent dans les travées de rive. Ils ont pour but de rigidifier les surfaces
horizontales (planchers, toitures) qui doivent transmettre les forces dues au vent
agissant sur les façades aux points fixes verticaux. Leurs diagonales sont
généralement des cornières doubles qui sont fixées sur la traverse (ou ferme).
Leur rôle principal est de transmettre les efforts du vent du pignon aux fondations.
 Contreventement de façades (palée de stabilité) : La palée de stabilité est un
contreventement de façade destiné à reprendre les efforts provenant de la poutre
au vent et les descendre aux fondations.
Le système de contreventement de notre structure est composé d’une Poutre au vent
située dans les deux extrémités de la structure pour reprendre les efforts du vent sur le
pignon et les transmettre à la palée de stabilité qui se trouve au milieu de la structure pour
des raisons de dilatation thermique. En revanche, le vent perpendiculaire au long pan est
repris par les portiques. La poutre au vent sur le long pan est envisagée pour limiter les
déplacements des portiques engendrés par les réactions du pont roulant. Ceci est illustrée
par la figure (27) :

Figure 27 : disposition des éléments de contreventement

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 50
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

La conception adoptée prend en considération les éléments suivants :


 La dilatation thermique : le fait de placer la palée de stabilité au milieu du long pan
permet une libre dilatation thermique de part et d’autre,
 Respecter l’emplacement de l’entrée de l’atelier située à l’extrémité du bâtiment,
 Diminuer les déplacements des portiques sous l’effet des efforts du pont roulant.

2-10-1. Calcul de la poutre au vent du pignon :


La poutre au vent est calculée comme une poutre treillis posée sur deux appuis (figure-
28), tout en négligeant les diagonales comprimées pour la détermination des efforts dans les
barres parce qu’elles flambent facilement, pour ce faire nous utilisons la méthode des
sections.

Figure 28 : configuration des efforts repris par la poutre au vent

2-10-1-1. Efforts en tête des potelets :


Sur le pignon les potelets sont disposés comme l’illustre la figure (29) :

Figure 29 : disposition des potelets sur le pignon

La force agissant sur chaque nœud i du contreventement de toiture est :

Avec :
Fvi : effort du vent sur le pignon, transmis au nœud par l'intermédiaire du potelet,

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 51
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Fei : force d'entraînement.


2-10-1-1-1. Efforts repris par les montants :
La force amenée par le potelet est égale à la charge du vent agissant sur le maître couple
concerné par le nœud, elle est donnée par la formule suivante :
Avec

⇒ ⇒

{
{
Le cheminement des forces se fait en admettant que la pression du vent agissant sur la
façade se répartit à moitié dans les fondations et à moitié dans les traverses des portiques.
Ces forces sont données par le tableau (14) :

Nœuds 1 2 3 4 5 6 7
Si (m²) 9,0789 18,9983 20,2124 21,2207 20,2124 18,9983 9,0789
Fvi (daN) 850,34 1779,40 1893,11 1987,55 1893,11 1779,40 850,34

Tableau 14 : pression du vent agissant en tête du potelet

2-10-1-1-2. Force d’entrainement :


Nous considérons que cette force est reprise par le contreventement de toiture. Les
règles NV65 stipulent que lorsque la dimension parallèle au faîtage dépasse quatre fois la
hauteur (figure 30), la force unitaire d'entraînement applicable à la surface développée de la
toiture au-delà d'une distance égale à 4 h à partir de la surface frappée, est prise égale à (la
surface comporte des ondes ou des plis normaux à la direction du vent) :

Figure 30 : surface d'entrainement

Application numérique :

( )

On suppose que cette force est répartie uniformément sur les fermes du pignon. Il vient
que sur chaque nœud on a :

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 52
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Sauf pour les nœuds d’extrémité, où :

La répartition de la force d’entrainement est donnée par le tableau (15) :

Nœuds 1 2 3 4 5 6 7
Fei (daN) 441,40 882,79 882,79 882,79 882,79 882,79 441,40

Tableau 15 : valeurs numériques des efforts d'entrainement

2-10-1-1-3. Force en tête du potelet :


Comme a été mentionné précédemment, la force en tête du potelet et la somme de la
force d’entrainement et la force du vent :
Les résultats du calcul sont donnés dans le tableau (16) :

NŒUDS 1 2 3 4 5 6 7
Fvi (daN) 850,34 1779,40 1893,11 1987,55 1893,11 1779,40 850,34
Fei (daN) 441,40 882,79 882,79 882,79 882,79 882,79 441,40
Fi (daN) 1291,74 2662,19 2775,91 2870,35 2775,91 2662,19 1291,74

Tableau 16 : force totale en tête du potelet

La réaction d’appui de la poutre au vent est la moitié de la somme des efforts en tête du
potelet :

2-10-1-2. Dimensionnement des diagonales :


Par la méthode des coupures (figure-31), on établit que l’effort Tmax dans les diagonales
d’extrémité (les plus sollicitées) est tel que : .

Figure 31 : efforts sollicitant la diagonale d'extrémité

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 53
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Application numérique : ⇒ .

2-10-1-2-1. Section des diagonales :


La section des diagonales doit vérifier la contrainte limite de traction :


Nous optons pour un Profilé cornière à ailles égales (CAE 40*40*5) avec : A=379 (mm²).
2-10-1-2-2. Assemblage des diagonales :
Nous optons pour des boulons ordinaires de diamètre 14mm et de classe (6.8), qui
doivent vérifier la contrainte au cisaillement préconisée par le CM 66 (art 4.122) tel que :

Le nombre de boulon est donc :

Application numérique :
L’assemblage est réalisé par deux boulons de 14 mm de diamètre et de classe (8.8).
L’autre vérification consiste à vérifier la pression diamétrale (article 4.102-3 du CM 66) :

{
Application numérique : ; donc la pression
diamétrale est bien vérifiée.
2-10-1-2-3. Vérification des cornières :
La section nette des cornières :
Donc :
Finalement on vérifie les cornières en traction :

Le profilée CAE 40*40*5 ne vérifie pas la contrainte de traction, donc on passe au profilé
supérieur soit un CAE 50*50*5 de section brute A=480 (mm²).
Nous vérifions de nouveau les cornières en traction : avec

2-10-1-2-4. Récapitulation :
Nous optons pour les diagonales de contreventement pour des cornières à ailes égales
(CAE 50*50*5) assemblée par deux boulons HR de classe (8.8) et de diamètres 14 mm et
des trous de 15 mm.

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 54
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

2-10-1-3. Dimensionnement des montants :


Les montants sont soumis à l’effort normal transmis par les têtes des potelets ainsi qu’à la
flexion causée par l’effort du vent et son poids propre, nous avons donc une flexion
composée qui nécessite la vérification suivante selon les règles CM66 (article 3.732) :

( )

Nous optons pour un profilé en HEA 100 dont les caractéristiques géométriques sont
présentées dans le tableau (17).

Dimensions (mm) Ix (cm4) Wx ix Iy Wy Iy A


h b a e r (cm3) (cm) (cm4) (cm3) (cm) (cm²)
HEA 100 96 100 5 8 12 349,00 73,00 4,06 134,0 27,00 2,51 21,20
0
Tableau 17 : caractéristiques géométriques du profilé HEA 100

2-10-1-3-1. Contrainte de compression :


La contrainte de compression est due seulement à l’effort du vent au niveau des têtes des
potelets donc :

Application numérique : ⇒

2-10-1-3-2. Contrainte de flexion :


Cette contrainte est due à la charge du vent et au poids propre du profilé, comme c’est
pour le cas des pannes on trouve les valeurs les plus défavorables suivantes :

{ ⇒ {

D’où : { ⇒ {

2-10-1-3-3. Coefficient de flambement :

L’élancement du montant est : { ⇒ { ⇒

Le coefficient de flambement k est donné par le tableau dans annexe 13,411 du règlement
CM66 en fonction de l’élancement :

2-10-1-3-4. Coefficient de déversement :


L’ensemble des coefficients permettant le calcul du coefficient de déversement sont
regroupées dans le tableau (18) :

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 55
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

D C B
4.983 1.132 1 177.270 220.576 96.935 1.814

Tableau 18 : Coefficients de déversement pour les montants de la poutre au vent

Avec : ; Donc :

2-10-1-3-5. Vérification :
( )

Donc le profilé HEA 100 vérifie bien toutes les conditions prescrites par le règlement en
vigueur.

2-10-1-4. Dimensionnement des butons :


Les butons sont soumis à la flexion composée : un effort normal transmis par les têtes
des potelets et une flexion due à leurs poids propres. Nous procédons de la même manière
que pour les montants :

( )

Nous optons pour un profilé en HEA 100 et nous procédons aux vérifications nécessaires.
2-10-1-4-1. Contrainte de compression :
La contrainte de compression est due à l’effort du vent en tête du potelet donc :

Application numérique : ⇒

2-10-1-4-2. Contrainte de flexion :


Cette contrainte est due au poids propre du profilé, les butons sont soumis à la flexion
simple du fait qu’ils ne sont pas inclinés :

( ⁄ ) ⇒

2-10-1-4-3. Coefficient de flambement :

L’élancement du montant est : { ⇒ { ⇒

Le coefficient de flambement k est donné par le tableau dans l’annexe 13,411 du règlement
CM66 en fonction de l’élancement :

2-10-1-4-4. Coefficient de déversement :


L’ensemble des coefficients permettant le calcul du coefficient de déversement sont
regroupés dans le tableau (19) :

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 56
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

D C B
4.983 1.132 1 177.270 220.576 96.935 1.814

Tableau 19 : coefficient de déversement pour les butons

Avec : donc : .

2-10-1-4-5. Vérification :
( )

Donc le profilé HEA 100 vérifie bien toutes les conditions prescrites par le règlement en
vigueur.

2-10-1-5. Dimensionnement du portique de rive :


Pour le portique situé au niveau du pignon droit (pignon fermé), les traverses sont
assemblées avec les potelets et puisqu’elles constituent la membrure inférieure de la poutre
au vent, nous devons les dimensionner en flexion composée.
2-10-1-5-1. Evaluation des charges :
Les traverses sont soumises à la flexion composée sous les efforts suivant :

{ ⁄

2-10-1-5-2. Pré-dimensionnement :
Le Pré-dimensionnement se fait par La vérification de la flèche sous la charge à l’ELS :

Application numérique :
Ce qui correspond à un profilé IPE 270 dont les caractéristiques sont données par le tableau
(20) :

Dimensions (mm) Ix (cm4) Wx ix Iy (cm4) Wy iy A


(cm3) (cm) (cm3) (cm) (cm²)
h b a e r
IPE 120 270 135 6,6 10,2 15 5790,00 429,00 11,2 420,00 62,20 3,02 45.90
Tableau 20 : caractéristiques géométriques du profilé IPE 120

2-10-1-5-3. Vérification de la contrainte :


Les traverse doives vérifier la condition suivante :

( )

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 57
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

a. Contrainte de compression :

Application numérique : ⇒ .

b. Contrainte de flexion :
La traverse est soumise à la flexion déviée, les contraintes dans les deux directions :

( ⁄ ) ⇒
{
( ⁄ ) ⇒


{
c. Coefficient de flambement :

L’élancement : { ⇒ { ⇒

Le coefficient de flambement k est donné par le tableau en annexe13,411 du règlement


CM66 en fonction de l’élancement :

d. Coefficient de déversement :
L’ensemble des coefficients permettant le calcul du coefficient de déversement sont
regroupés dans le tableau (21) :
D C B
1.050 1.132 1 6.951 185.469 105.712 2.051

Tableau 21 : Coefficient de déversement pour la traverse du portique du rive

Avec : donc :

e. Vérification :

( )

2-10-1-5-4. Vérification de flèche :

{
Donc, nous optons pour des profilés en IPE 270 pour les traverses.

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 58
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

2-10-2. Calcul de la palée de stabilité :


Les palées de stabilité jouent le rôle de reprendre les efforts de vent sur pignons transmis
par le contreventement des versants (poutre au vent) ainsi que l’effort longitudinal induit par
le pont roulant. Comme dans le cas de la poutre au vent, seules les diagonales tendues sont
qui travaillent comme c’est illustré dans la figure (32) :

Figure 32 : configuration des efforts sollicitant le palée de stabilité

2-10-2-1. Dimensionnement des diagonales :


2-10-2-1-1. Effort de traction dans la diagonale tendue :
En se basant sur la méthode des coupures, on établit que l’effort Tmax dans la diagonale
inferieure (la diagonale la plus sollicitée) est tel que :

Avec : ,

Application numérique : ⇒

2-10-2-1-2. Section des diagonales :


La section des diagonales doit vérifier la contrainte limite de traction tel que :


Nous optons pour un Profilé en cornière à ailles égales (CAE 50*50*7) avec : A=656 (mm²)
2-10-2-1-3. Assemblage :
On a employé dans cet assemblage des boulons ordinaires de diamètre 14mm et de
classe (8.8), qui doivent vérifier la contrainte au cisaillement préconisée par le CM 66 (4.122)
tel que :

Le nombre de boulon est donc :

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 59
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Application numérique :
L’assemblage est réalisé par quatre boulons de 14 mm de diamètre et de classe (8.8)
L’autre vérification consiste à vérifier la pression diamétrale (article 4.102-3 du CM 66) :

{
Application numérique : ok !

2-10-2-1-4. Vérification des cornières :


Section nette :
Donc :
Condition de vérification des cornières en traction :

2-10-2-1-5. Récapitulation :
Pour les diagonales de la palée, nous optons pour des cornières à ailles égales (CAE
50*50*7) assemblées par deux boulons HR de classe (8.8) et de diamètres 14 mm avec des
trous de 15 mm.

2-10-2-2. Effort normal subi par les poteaux :


La force Rmax agissant sur la palée de stabilité crée dans les poteux des efforts de traction
et compression. Pour assurer l’équilibre de la palée, cet effort à pour valeur :


Cet effort est à prendre en considération dans le calcul des portiques.

2-11. Calcul des chemins de roulement :


Les ponts roulants sont des moyens de manutention et de levage circulant sur deux voies
de roulement parallèles que nous rencontrons principalement dans l’industrie et dans la
distribution de matériels manufacturés.
Le pont roulant est constitué d’un rail d’acier supporté par un chemin de roulement avec
un élément principal appelé : treuil, généralement électrique, qui permet le levage des
charges. Pour permettre le déplacement de celle-ci, ce treuil peut être suspendu et rouler
sous le rail. On obtient alors un palan monorail.
Cette solution de rail unique n’est possible que pour des charges allant jusqu’à 5 tonnes.
Comme dans notre projet, on a des ponts de 12 tonnes, donc on est amené à utiliser un
chariot bi-rails, ces deux rails sont disposés sur des sommiers roulant sur les chemins de
roulement (figure-34).

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 60
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Figure 33 : pont roulant bi-rail

2-11-1. Classement des ponts roulants :


Cette classification est faite selon les règles pour le calcul des appareils de levage,
établies par la Fédération Européenne de la Manutention (F.E.M), section I (appareils lourds
de levage et de manutention).
Les ponts roulants sont classés en différents groupes suivant le service qu’ils assurent.
Les deux acteurs pris en considération pour déterminer le groupe auquel appartient un
appareil sont la classe d’utilisation et l’état de charge.

2-11-1-1. Classe d’utilisation


La classe d’utilisation caractérise la fréquence d’utilisation de l’appareil dans son
ensemble au cours de son service. Ces classes dépendent uniquement du nombre de cycles
de levage que l’appareil est censé accomplir au cours de sa vie. Le tableau (22) représente
les déférents classes d’utilisation :

Classe d’utilisation Fréquence d’utilisation du mouvement de levage

A Utilisation occasionnelle non régulière, suivie de longues périodes de repos

B Utilisation régulière en service intermittent

C Utilisation régulière en service intensif

D Utilisation en service intensif sévère assuré par exemple à plus d’un poste

Tableau 22 : classe d'utilisation des ponts roulants

2-11-1-2. Etat des charges


L’état de charge précise dans quelle mesure le pont soulève la charge maximale ou une
charge réduite. On considère quatre états conventionnels de charge caractérisés par la
valeur représentant la plus petite charge (tableau-23), par rapport à la charge maximale,
qui est égalée ou dépassée à tous les cycles.
Etat de charge Definition
0 Appareil soulevant exceptionnellement la charge nominale et
(Très léger) couramment des charges très faibles

Appareils ne soulevant que rarement la charge nominale et


1 ⁄
couramment des charges de l’ordre du ⁄ de la charge nominale

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 61
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

(Léger)

2 Appareils soulevant assez fréquemment la charge nominale et


couramment des charges comprises entre ⁄ et ⁄ de la charge ⁄
(Moyen) nominale
3 Appareils régulièrement chargés au voisinage de la charge
(Lourd) nominale

Tableau 23 : état de charge des ponts roulants

2-11-1-3. Groupes des ponts roulants


A partir de ces classes d’utilisation et de ces états de charges levées, on classe les
appareils en six (6) groupes suivant le tableau (24) :

Classes d’utilisation
Etat des charges
levées
A B C D

1 2 3 4

⁄ 2 3 4 5

⁄ 3 4 5 6

4 5 6 6

Tableau 24 : groupes des ponts roulants

2-11-2. Chemin de roulement :


Le chemin de roulement est un cas particulier de poutres. Il est sollicité simultanément
par des efforts verticaux dynamiques, des efforts horizontaux transversaux et longitudinaux.il
doit satisfaire aux conditions d’une exploitation satisfaisante.
Les chemins de roulement des ponts roulants se composent de :
 Des rails de roulement
 Des poutres support
 Des butées aux extrémités
 Des poutres horizontales

2-11-2-1. Rails du pont :


Le rail sur la poutre de roulement doit répondre à des exigences pour protéger la partie
supérieure du chemin de roulement contre l’usage et pour distribuer les charges des roues
également au-dessus de la longueur du contact le plus grand possible. Le rail doit donc avoir
:
 Une résistance élevée à l’usure : on utilise en général un acier mi-dur.
 Une rigidité à la flexion élevée.
Pour les ponts de faible puissance, on emploie le plus souvent des rails en carré ou
méplat de 40 à 60 mm de large. Au-delà de ces dimensions, on emploie des rails « Vignole »
ou « Burbach ». Ces rails peuvent être fixés par crochets, par boulons, le plus souvent par
crapauds ou par soudure.
La figure (34) donne des exemples de ces fixations :

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 62
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Figure 34 : types des rails des ponts roulants

Des joints de dilatation dans les rails doivent être fournis sur de longues pistes. Ils
devraient coïncider avec des joints dans la poutre principale. Un transfert progressif des
charges des roues à partir d’un rail à l’autre est assuré, ils sont généralement prévus en
dehors des appuis pour éviter les chocs, et loin du milieu des travées pour réduire les
contraintes dans les poutres.

2-11-2-2. Poutre de roulement :


Elles sont autant que possible prévues en profilés I ou H. Pour des portées et des
charges importantes, le profilé seul devient insuffisant, on prévoit alors soit des poutres
reconstituées à âme pleine, à âme ajourée ou à treillis si on n’est pas limité en hauteur
(figure-35).

Figure 35 : types des poutres de roulement

Le plus souvent, les chemins de roulements sont supportés par la structure principale à
travers des corbeaux soudés aux poteaux. Lorsque le poids à manipuler est important, la
liaison pont-portique peut prendre plusieurs formes : on choisit tantôt de doubler le poteau
quitte en le reliant à la structure principale par des attaches, tantôt d’augmenter la largeur du
portique en dessus du pont pour lui donner un support plus adéquat (figure-36).

Figure 36 : types des corbeaux

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 63
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Un soin très particulier doit être porté sur le raccordement entre le poteau et la poutre de
roulement. Cette liaison doit en effet permettre :
 Une résistance sans risque aux efforts horizontaux,
 La rotation libre de la poutre de roulement,
 L’ajustement latéral de la poutre de piste de grue à la fin du bâtiment.
La rotation libre aux appuis est importante afin d’éviter les moments parasites de flexion,
et surtout de torsion très nocive pour les profilés qui composent les portiques.

2-11-3. Charges sur la poutre de roulement :


Les poutres de roulement supportent les rails, qui transmettent les divers efforts résultant
du fonctionnement des ponts roulants par l’intermédiaire des galets. Ces efforts sont :
 Des efforts verticaux, dû aux poids propres du pont roulant, de la charge levée et des
poutres de roulement,
 Des efforts horizontaux longitudinaux, dû à l’accélération ou au freinage du pont
roulant,
 Des efforts horizontaux transversaux, dû à l’accélération ou au freinage du chariot, à
la marche « en crabe » du pont provenant des imperfections affectant les rails, les
galets …, et les divers efforts dû aux frottements et déformations.

2-11-3-1. Réactions verticales :


Elles sont généralement données par le constructeur du pont. Si ces valeurs ne sont pas
définies, il est toujours possible de les évaluer en fonction de la charge nominale, du poids
du palan ou du chariot dans la position la plus défavorable et du poids estimé ou calculé du
pont.

Figure 37 : réaction verticale du pont roulant

Si , et sont successivement le poids à soulever, le poids du pont et le poids du chariot,


alors la réaction verticale est :
 Chariot à l’extrémité (cas le plus défavorable)
[ ]

[ ]

Avec est la distance minimale entre le crochet et les galets du pont. Vu que cette
distance est en général petite on simplifie la formule de la réaction verticale :

[ ]

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 64
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

S’agissant de charges roulantes, ces réactions doivent être affectées d’un coefficient
dynamique. Le C.T.I.C.M (Centre Technique Industriel de la Construction Métallique) pour le
calcul et l’exécution des chemins de roulement des ponts roulants fournit le tableau suivant
pour la détermination du coefficient de majoration dynamique, aussi la norme P22 615 nous
prescrit les valeurs des Flèches verticales et horizontales de la poutre de roulement
(Tableau-25) :

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 65
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Flèches verticales ou
Groupe du pont Chemin de Support du
horizontales de la poutre de
roulant roulement chemin
roulement
I 1.05 1,00 1/500
II 1,15 1,05 1/500
III 1,25 1,10 1/750
IV 1,35 1,15 1/750

Tableau 25 : Coefficients de majoration dynamique et flèches admissibles

2-11-3-2. Réactions horizontales transversales :


Elles résultent des effets de déplacement ou de balancement de la charge (freinage du
palan ou du chariot) et des effets dus au roulement du pont (marche en crabe).

Figure 38 : réaction horizontale transversale du pont roulant

Un calcul exact de ces réactions nécessite la connaissance des accélérations des


éléments mobiles lors des démarrages ou des freinages, mais aussi de leurs durées. On
considère généralement des efforts égaux de même sens pris forfaitairement à ⁄ des
réactions verticales sans majoration dynamique :

2-11-3-3. Réactions horizontales longitudinales :


Ces réactions ne s’exercent qu’au droit des galets moteurs. Elles sont dues à
l’accélération et au freinage du mouvement de translation. On obtient la valeur maximale de
la réaction horizontale longitudinale en multipliant la réaction verticale (sans majoration
dynamique) par le coefficient d’adhérence du galet sur son galet :

2-11-4. Choix et Vérification du chemin du roulement


Le système de poutre continue : présente l’avantage des déformées réduites et des
contraintes réparties sur toute la longueur de la poutre. Cependant, il n’est considéré
économique qu’à partir de certaine portée.
Le système isostatique : présente l'inconvénient d'avoir des déformées importantes et
qu’il n’exploite pas à fond la matière mais il est facile à réaliser.

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 66
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Dans notre cas le pont roulant est présent depuis la 2eme travée jusqu’à la 24eme travée, on
a opté pour des poutres isostatiques de 6 mètre pour l’ensemble des travées.
D’après la norme P22-615 et les recommandations du C.T.I.C.M (Centre Technique
Industriel de la Construction Métallique), quatre vérifications sont à effectuer :
a) Contrainte sous les réactions verticales avec majoration dynamique ; la contrainte
résultante doit vérifier :

b) Contraintes associées sous les réactions verticales sans majoration et sous les
réactions horizontales ; selon le CM66 on doit vérifier :

c) Flèches verticales sous les réactions verticales sans majoration ni pondération.

d) Flèches horizontales sous réaction horizontales non pondérées.

2-11-5. Calcul de la poutre de roulement :


2-11-5-1. Hypothèses et données du calcul :
Le catalogue du fournisseur donne les caractéristiques suivantes du pont roulant :
 Poids du pont
 Poids du chariot
 Charge nominale à soulever
 Distance entre galets
 Groupe du pont est IV (A3) 1,35
 Portée du pont roulant
 La flèche admissible est prise égale à :
 Nous avons fait la vérification de la poutre de roulement isostatique de 6m
avec le profilé HEA 400, dont les caractéristiques sont données par le tableau
(26) :

(daN/ml):
(cm4)
(cm4)
(cm3)
(cm3)
(cm2)
Tableau 26 : caractéristiques géométriques du profilé HEA 400

2-11-5-2. Réactions du pont roulant :


Nous présentons ci-dessous les résultats obtenus du calcul des réactions du pont roulant
à partir des formules des réactions verticales et horizontales :

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 67
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Chariot à l'extrémité

9,21 2,86
12,43 3,86
0,921 0,286
1,313 0,408

Tableau 27 : réactions du pont roulant

2-11-5-3. Calcul des moments :


Pour une poutre isostatique soumise à deux charges mobiles de même intensité P (figure-
39), le moment M x au droit d’une section d’abscisse x est égal :

Figure 39 : poutre isostatique soumise à deux charges mobiles

2l  E
Le moment maximum est obtenu pour : x
4

Rv  (2l  e) 2
Donc le moment maximum est égal : M max 
8 l
3-11-5-3-1. Moment suivant l’axe XX’ (Flexion verticale) :
Suivant l’axe vertical, la poutre de roulement est soumise aux charges verticales des
galets Rv ainsi qu’à son poids propre p, donc le moment total pondéré est :

( Rv  (2l  e) 2 ) ( pl 2 )
M x max  1,5     1,33  {
8l 8
3-11-5-3-2. Moment suivant l’axe YY’ (Flexion horizontale) :
Suivant l’axe horizontal, la poutre de roulement est soumise aux charges horizontales
transversales transmises par le pont roulant, donc le moment dû à ses charges est :
( RHT  (2l  e)2 )
M y max  1,5  = 1,842 t.m, avec pondération.
8l
( RHT  (2l  e) 2 )
Et M y max  = 1,228 t.m, sans pondération.
8 l

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 68
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

2-11-5-4. Vérification des contraintes :


2-11-5-4-1. Contraintes sous les réactions verticales avec
majoration dynamique :
M x max
y   v x  11.08daN / mm 2  24daN / mm 2 Vérifié
Ix
2-11-5-4-2. Contraintes sous les réactions verticales sans
majoration et sous les réactions horizontales pondérées :

M y max M x max
x   v y  3.22daN / mm2 Et y   vx  8.29daN / mm2
Iy Ix
D’où :
 total  11.51daN / mm   adm  24daN / mm2
2
Vérifié

2-11-5-5. Vérification des flèches :


Les flèches de la poutre de roulement se vérifient à l’ELS. La flèche maximale ne doit pas
dépasser 1/750 de la portée de la poutre.
Dans notre cas la portée de la poutre est 6m, donc la flèche maximale ne doit pas
dépasser 8 mm.
2-11-5-5-1. Flèche verticale :
La configuration des emplacements des charges mobiles qui devrait produire la flèche la
plus défavorable est représentée sur la figure (40) :

Figure 40 : emplacements des charges mobiles produisant la flèche la plus défavorable

La flèche verticale résulte de l’action du poids propre de la poutre et des réactions


verticales dû au pont
roulant :
4
5 pl 2
R  a  (3l  4a )
2
fy   v
384 EI x 24 EI x

Avec ;
a  l  e  1m
2

Donc : fy . Vérifié

2-11-5-5-2. Flèche horizontale :


La flèche horizontale est due aux réactions horizontales transversales du pont roulant :

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 69
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

RHT  a  (3l 2  4a 2 )
fx  , avec RHT = 0,921 t
24 EI y
Donc : fx . Vérifié

Donc on constate que le profilé choisi à savoir HEA 400 répond bien aux exigences
réglementaires de service.

2-12. Calcul des portiques


2-12-1. Variante 1 : Portique en ferme à âme pleine
2-12-1-1. Généralité :
2-12-1-1-1. Ossature principale :
Les portiques en acier sont une forme de construction économique et couramment
employée pour les bâtiments à un seul niveau. Leur conception technologique est variable,
en fonction notamment :
 De leur portée,
 Du schéma statique retenu pour la structure (qui dépend de la nature du sol, de
l’existence ou non des ponts roulants, de la nature des équipements secondaires,
etc.…),
 Des pratiques ou des systèmes de fabrication des constructeurs.
Les portiques à âme pleine peuvent être fabriqués soit à partir :
 De profilés laminés à chaud (figure-41 (a)),
 De profilés reconstitués soudés (PRS) pour former des sections en I (figure-41
(b)).

Figure 41 : type des portiques à âme pleine

Les profils à inertie constante, avec renfort dans les zones les plus sollicitées, sont les
plus utilisés. Cependant, pour les grandes portées, les PRS à inertie variable sont
préférables, car ils permettent d’ajuster les sections aux sollicitations, alors que les laminés
normalisés n’autorisent pas cette précision, du fait de la discontinuité des sections
normalisées et de leurs épaisseurs d’âme généralement surabondante, qui grève le poids,
donc le coût.
En les comparant avec les pièces à treillis, les portiques à âme pleine ont les avantages :
 D’être moins onéreux (sauf pour les grandes portées),
 D’être moins encombrants (transport et manutention facilités, volume intérieur de
bâtiments moindre, etc…),
 D’être plus esthétiques,

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 70
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

 D’être plus simple (assemblages simples par platines et boulons HR, entretien et
peinture moindres, etc…).
2-12-1-1-2. Schéma statique :
La solution la plus adoptée est le portique articulé si on ne prévoit pas de pont roulant
dans le hangar. Si des ponts roulants sont à prendre en compte, on choisit de rendre la
structure plus rigide (figure-42), pour minimiser les déplacements horizontaux.

Figure 42 : types des schémas statiques des portiques à âme pleine

Chaque schéma statique engendre un degré d’hyperstaticité ; il faut bien savoir, que plus
les structures sont de degré d’hyperstaticité élevé, plus elles sont stables, rigides et
indéformable, mais plus leur cout est élevé.
Dans notre projet, les efforts du vent sur le long pan et l’exploitation du pont roulant
engendrera des déplacements importants au niveau des têtes des poteaux ainsi qu’au
niveau de la clé de faitage. Pour remédier à ce problème, la solution la plus répondue est
d’articuler les pieds de poteau et de prévoir une poutre au vent au niveau du long pan avec
des palées de stabilité au niveau des pignons. Pour notre cas cette solution n’est pas utile,
vu qu’il est impossible d’introduire des palées de stabilité au niveau du pignon ouvert à
cause de la présence des pistes de roulement, pour cette raison nous nous contentons des
portiques seuls pour assurer le contreventement du long pan, donc nous optons pour la
rigidification des liaisons poteau-traverse et traverse-traverse ainsi que l’encastrement des
pieds de poteau.

2-12-1-2. Calcul des charges et sollicitations :


2-12-1-2-1. Définition des charges :
Les portiques sont soumis aux charges permanentes, charges du vent, actions
accidentelles dû au séisme et des charges de service dû à l’exploitation du pont roulant. Le
portique que nous avons étudié est celui le plus sollicité de l’ossature et après nous avons
générer les résultats obtenus pour le reste des portiques.
Le portique le plus sollicité est celui qui supporte la palée de stabilité, il reçoit la charge du
vent issue de la poutre au vent et la transmet aux fondations.
a. Charges permanentes :
 Poids propre de la traverse (forfaitaire) ⁄

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 71
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

 Poids propre du poteau (forfaitaire)



 Poids des cornières, butons, des lisses et du bardage

 Poids des pannes et de la couverture

 Poids de la poutre de roulement
/m
b. Charges d’exploitation :
 La charge d’exploitation surfacique de la toiture y compris les charges d’entretien est
estimée par : Q=44,44 daN/m2 soit une charge linéairement répartie sur les portiques
de : Q=266.64 daN/m.
 Les charges d’exploitation dues au pont roulant :

Figure 43 : position des charges dues au pont roulant sur la poutre de roulement

Pour une poutre de roulement de longueur soumises à deux charges roulantes de valeur
espacées de (figure-43), l’expression de la réaction au droit de ses appuis s’écrit sous
forme :

Avec : ; ; ;
La position des charges permettant de produire la réaction la plus défavorable est
obtenue lorsque l’une des deux charges est positionnée directement au droit de l’appui (
). Ainsi on obtient les valeurs des efforts verticaux et transversaux maximaux sur les
portiques :
 Effort vertical maximal
 Effort transversal maximal
L’effort est transmis directement vers le poteau du portique par l’intermédiaire du
corbeau, tandis que pour l’effort , une excentricité de 0.4 m qui présente la distance entre
le point d’application de est l’axe du poteau génère un moment de flexion :
au niveau de la cote 5.8m du pied du poteau, ainsi qu’un effort normal :
.

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 72
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Figure 44 : efforts vertical et horizontal transversal dus au pont roulant

Les efforts horizontaux longitudinaux sont transmis directement vers le palé de stabilité à
travers les buttons qui sont prévus entre les portiques au niveau de la poutre de roulement
(+5.8 m du pied du poteau), donc ces efforts ne seront pas pris en compte dans le calcul des
portiques.
c. Effet du vent :
La charge du vent est donnée par :
Avec : : le coefficient de dimension qui est égal à 0.84 pour les poteaux et 0.775 pour
les fermes.
: l’espacement entre les portiques :
: le coefficient de pression maximale, le tableau (28) résume les
valeurs maximales de pour les poteaux et les traverses en considérant les différents cas
de direction du vent :
Poteau au vent Poteau sous le vent Traverse
Vent normal au pignon
-1,11 -1,11 -1,08
gauche
Vent normal au long pan 1,21 -0,3 -0,3

Tableau 28 : coefficients de pression de vent maximaux des poteaux et traverses

On calcul donc les différentes valeurs de la charge du vent qui seront réparties
linéairement sur les poteaux et les traverses :
( ⁄ ) Poteau au vent Poteau sous le vent Traverse
Vent normal au pignon gauche -309,15 -309,15 -277,52
Vent normal au long pan 336,99 -83,55 -77,09

Tableau 29 : charges de vent sur poteaux et traverses

Le portique reçoit en plus de ces charges, la charge du vent issue de la poutre de vent et
la transmet vers les fondations sous forme d’un effort de compression N que nous avons
calculé dans la partie contreventement : N = 7914,36 daN.

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 73
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

2-12-1-2-2. Combinaison des charges :


a. Combinaisons relatives aux calculs de résistance et de stabilité :


 ( )

 Combinaison sismique : ; cette combinaison reste moins décisive dans


les calculs vue le poids léger de la structure en la comparant à une structure en béton
armé ce qui nous amène à négliger l’effort sismique sur l’ossature, donc on ne tient
pas compte de cette combinaison dans les calculs.

b. Combinaisons relatives aux vérifications de déformation :





Pour chaque combinaison, nous avons déterminé les charges qui sollicitent le portique,
suivant les différents cas de direction de provenance du vent et suivant les directions du
freinage du pont roulant (freinage vers la gauche ou freinage vers la droite). Les
combinaisons de l’ELU serviront pour le calcul des sollicitations auxquelles sont soumis les
portiques, ainsi que les déplacements au niveau des pieds des poteaux et des clés de
faitage, les combinaisons à l’ELS serviront pour le calcul des flèches des poteaux et des
traverses.
Nous présentons ci-dessous ces différents cas de charges :
 Cas 1 : portique sollicité par des charges permanentes et des charges
d’exploitation , : à l’ELU et à
l’ELS

Figure 45 : cas de charge 1 pour le portique à âme pleine

 Cas 2.1 : portique sollicité par des charges permanentes et des charges du vent
normal au pignon gauche : à l’ELU et à l’ELS

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 74
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Figure 46 : cas de charge 2.1 pour le portique à âme pleine

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 75
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

 Cas 2.2 : portique sollicité par des charges permanentes et des charges du vent
normal au long pan : à l’ELU et à l’ELS

Figure 47 : cas de charge 2.2 pour le portique à âme pleine

 Cas 3.1 : portique sollicité par des charges permanentes , des charges
d’exploitation , et des charges du vent normal au pignon gauche :
( ) à l’ELU et à l’ELS

Figure 48 : cas de charge 3.1 pour le portique à âme pleine

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 76
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

 Cas 3.2.1 : portique sollicité par des charges permanentes , des charges
d’exploitation , avec freinage vers la gauche et des charges du vent
normal au long pan : ( ) à l’ELU et
à l’ELS

Figure 49 : cas de charge 3.2.1 pour le portique à âme pleine

 Cas 3.2.2 : portique sollicité par des charges permanentes , des charges
d’exploitation , avec freinage vers la droite et des charges du vent normal
au long pan : ( ) à l’ELU et à
l’ELS

Figure 50 : cas de charge 3.2.2 pour le portique à âme pleine

2-12-1-3. Calcul des sollicitations :


A l’aide d’un calcul RDM on obtient les valeurs des réactions et des moments sollicitant le
portique pour chaque cas de charge, après on construit une courbe enveloppe des
sollicitations, des flèches et des déplacements les plus défavorables, ce qui demande
beaucoup plus de temps dans les calculs. Pour cela nous avons opté pour un calcul par le
logiciel CYPE3D qui fait un calcul pour chaque cas de charge que nous avons définie et
nous fournit les différentes courbes enveloppes que nous exploiterons après pour le
dimensionnement des éléments du portique et pour les vérifications des flèches et des
déplacements. Nous présentons ci-dessous les courbes enveloppes des moments, de l’effort
normal et de l’effort tranchant fournit par CYPE3D :

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 77
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

2-12-1-3-1. Courbe enveloppe des moments en (KN.m) :


Nous présentons ci-dessous la courbe enveloppe des moments sollicitant le portique :

Figure 51 : Courbe enveloppe des moments sollicitant le portique

2-12-1-3-2. Courbe enveloppe de l’effort normal en (KN) :


Nous présentons ci-dessous la courbe enveloppe des efforts normaux sollicitant le portique :

Figure 52 : Courbe enveloppe de l’effort normal sollicitant le portique

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 78
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

2-12-1-3-3. Courbe enveloppe de l’effort tranchant (en KN) :


Nous présentons ci-dessous la courbe enveloppe des efforts tranchants sollicitant le
portique :

Figure 53 : Courbe enveloppe de l’effort tranchant sollicitant le portique

2-12-1-3-4. Résumé des valeurs des sollicitations maximales :


Nous résumons dans le tableau (30) les valeurs des sollicitations maximales Mmax ; Nmax et
Tmax pour les poteaux et les traverses :

Mmax (kN.m) Nmax (kN) Tmax (kN)

Poteau 315.43 426.05 96.05

Au faitage : 219.35
Traverse 84.02 86.46
À l’appui : 324.07

Tableau 30 : sollicitations maximales dans poteaux et traverses

2-12-1-4. Dimensionnement du portique :


2-12-1-4-1. Dimensionnement de la traverse :
a. Pré-dimensionnement :
On utilise généralement le moment au faitage pour dimensionner la traverse. Pour pré-
dimensionner la traverse on utilise la condition de résistance :

Donc IPE 400

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 79
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Pour des raisons de limitation des déplacements globaux du portique nous optons pour
des IPE 450 et nous procédons aux vérifications imposées par le CM66.
La traverse est sollicitée à un moment de flexion, son aile supérieure est maintenue par
les pannes, tandis que l’aile inferieure demeure libre à se déformer, d’où la nécessité de faire
une vérification au déversement de l’aile inferieure, des vérifications de la flèche et du
cisaillement sont aussi nécessaires.
Les caractéristiques géométriques des traverses en IPE 450 sont données par le tableau
(31) :

3 3 3
Poutre H (mm) B (mm) (mm) (mm) (cm ) (cm ) A(cm )

IPE 450 450 190 9,40 15 1500 176,40 98,80

Tableau 31 : caractéristiques géométriques du profilé IPE 450

b. Vérification de la flèche :
Les valeurs maximales des flèches (en mm) fournies par le logiciel sont présentées dans
la figure ci-dessous :

Figure 54 : valeurs des flèches maximales du portique

Le règlement CM 66 prescrit une valeur de flèche à ne pas dépasser qui est égale à :

On a ; donc la flèche est vérifiée.

c. Vérification du déversement :
La semelle supérieure de la traverse ne peut pas déverser, sous le moment positif, car
elle est immobilisée latéralement par les pannes. Par contre la semelle inférieure peut
déverser sous le moment négatif dû au vent de soulèvement.

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 80
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Dans le cas des pièces symétriquement chargées et appuyées la vérification de la stabilité


au déversement est donnée (d’après CM66 Règle 3.61) Par la formule suivante :

Les coefficients B, C et D, ils sont définis dans l'article 3,64 du CM66 et seront calculé
comme suite :
 Le coefficient D (article 3,641 CM66) est donné en fonction de la dimension de
la pièce :


{
Donc : .
 Le coefficient C (article 3,642 CM66) est donné en fonction de la répartition des
charges et des types des appuis. Dans notre cas la traverse est encastrée des
deux côtés, donc :
Donc : .
 Le coefficient B (article 3,643 CM66) est donné en fonction de du niveau
d’application des charges. Elles sont appliquées au niveau de la fibre inferieur
ce qui donne :

√ ( )

Donc : .
 Contrainte de non déversement :

Donc :
D’où la nécessité de faire la vérification au déversement :
 On détermine l’élancement :

√ Donc :

 On détermine le coefficient de flambent k0 D’après le tableau de l’annexe 13.411


ou par la formule :

( ) √( ) avec

( ) √( )

Donc : .
 Puis on détermine le coefficient de déversement Kd :

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 81
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Donc : ; on prend
 La contrainte de comparaison est, selon l’article 3,73 des règles CM 66 :

Avec :

Application numérique :
Donc il n’y a pas de risque de déversement des traverses.
d. Vérification du cisaillement :
La formule de vérification au cisaillement est donnée par la formule suivante :

Avec : ; ;

AN :
Dons il n’y a pas de risque de cisaillement.
2-12-1-4-2. Dimensionnement du poteau :
a. Pré-dimensionnement :
On utilise les conditions de résistance : et pour pré-dimensionner le
poteau.

: ; Donc HEA 320

: ; Donc HEA 100
Nous optons pour des HEA 340 et nous procédons aux vérifications imposées par le
CM66
Les poteaux sont sollicités à :
 Un effort normal en plus d’un moment de flexion dans le plan des portiques, donc il
faut les vérifier dans un premier temps au flambement-déversement.
 Un effort normal dans le plan des longs pans, donc il faut les vérifier dans un
deuxième temps au flambement seul.
Le poteau est maintenu par des lisses qui empêcheront le déversement de sa semelle
extérieure. Les lisses empêcheront aussi son flambement dans le plan du long pan vu que la
longueur de flambement devient petite avec la présence des lisses (le demi de la distance
entre deux lisses successives : lf = 0.5*2 = 1m), ce qui nous amène à négliger le flambement
dans le plan du long pan.
Donc les vérifications qui restent à faire sont des vérifications à la flexion composée
simple avec risque de flambement-déversement (déversement de la semelle intérieure du
poteau) dans le plan des portiques. En plus des vérifications des flèches et des vérifications
au cisaillement.
Les caractéristiques géométriques des poteaux en HEA 340 sont données ci-dessous :

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 82
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

3 3 3
Poutre H (mm) B (mm) (mm) (mm) (cm ) (cm ) A(cm )

HEA 340 330 300 9.5 17 1678 476 134

Tableau 32 : caractéristiques géométriques du profilé HEA 340

b. Vérification de la flèche :
Le règlement CM 66 prescrit une valeur de flèche à ne pas dépasser qui est égale à :

On a 4.2 cm ; donc la flèche est vérifiée.

c. Vérification du flambement-déversement :
Selon le règlement CM66 art 3.731, la formule de la vérification est la suivante :

Calcul de la contrainte de compression :

Calcul de la contrainte de flexion :

Calcul de L’élancement correspondant :

; avec : la longueur de flambement dans le plan considéré. Le Poteau est encastré


des deux côtés avec une liberté de déplacement au niveau de sa tête, donc .

Donc :

Calcul du coefficient d’amplification des contraintes de compression :

, on a ,

Donc

Calcul du coefficient d’amplification des contraintes de flexion :


Avec la présence de la charge concentrée du pont roulant sur le poteau, est donnée par
la formule suivante : donc

Calcul de la contrainte de non déversement :


Les coefficients de déversement, , , , sont définis dans l'article 3,64 du
CM66 :

Les résultats du calcul donnent :


Nous procédons à la vérification du déversement :
, donc le risque
du flambement-déversement ne peut pas avoir lieu.
d. Vérification du cisaillement :
La formule de vérification au cisaillement est donnée par la formule suivante :

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 83
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Avec : ; ;

AN :
Dons il n’y a pas de risque de cisaillement.
2-12-1-4-3. Vérification des déplacements globaux :
Les déplacements au niveau de la clé de faitage et au niveau du pied du poteau fournis
par le logiciel sont présentés dans la figure ci-dessous :

Figure 55 : déplacements globaux du portique

 La valeur du déplacement au niveau de la clé de faitage ne doit pas dépasser une


valeur Dmax :
 La valeur du déplacement au niveau de la tête du poteau ne doit pas dépasser une
valeur Dmax :
On a :
Le déplacement au niveau de la clé de faitage est égal à : 6.8 cm < 9.92 cm.
Le déplacement au niveau de la tête du poteau est égal à : 2.4 cm < 5.6 cm.
Donc les profilés choisis à savoir HEA 340 pour les poteaux et IPE 450 pour les traverses
vérifient bien toutes les conditions de résistance et de service prescrites par le règlement
CM66.
Afin de minimiser de plus les déplacements au niveau des têtes des poteaux due à la
réaction horizontale transversale du pont roulant, nous introduisons une poutre au vent tout
au long du long pan qui sera constitué de montant, membrure inferieure et membrure
supérieure en HEA 100 et des croix en cornières (50*50*5).

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 84
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

2-12-2. Variante 2 : Portique en ferme en treillis


2-12-2-1. Étude des fermes :
Les fermes en treillis sont des poutres en système triangulé qui prennent appuis sur les
poteaux, elles sont constituées de deux membrures reliées par des montants et des
diagonales. Elles forment une chaine simple de triangles juxtaposés situés dans un seul
plan.
L’objectif du dimensionnement est d’assurer l’équilibre du treillis c’est-à-dire que chaque
membrure est en équilibre ainsi que chaque nœud (figure-56).

Figure 56 : terminologie d'une ferme en treillis

2-12-2-1-1. Hypothèses de calcul :


Les calculs des fermes à treillis sont établis sur la base d’hypothèses simplificatrices,
notamment :
 Les barres sont considérées comme rigides et indéformables. En fait les
allongements ou raccourcissements des barres, pris individuellement, sont
faibles. Leur cumul exige cependant de vérifier la déformation globale de flèche,
 Les barres sont considérées comme articulées, sans frottement, aux nœuds. En
fait les assemblages aux nœuds se font par soudage ou sur goussets. Leurs plus
ou moins grandes rigidités correspondent à des encastrements plus ou moins
parfaits. De ce fait, les calculs qui prennent en compte des articulations, placent
en sécurité et conduisent à surestimer les efforts,
 Le poids propre des barres est négligé vis-à-vis des charges extérieures sollicitant
le système,
 Les charges doivent être appliquées aux nœuds seulement et non aux
membrures puisque ces dernières sont élancées et supportent très mal les
charges latérales,
 Les treillis sont stables et isostatiques.
2-12-2-1-2. Définition des charges :
a. Charges permanentes :
La ferme supporte en plus de son poids propre, le poids de la couverture, des accessoires
de pose, des pannes et celui des contreventements de la toiture.
 Couverture = 8,99 (kg/m²),
 Panne (IPE 120) = 5,00 (kg/m²),
 Ferme (poids forfaitaire) =30,00 (kg/m²),
 Contreventements = 15,00 (kg/m²),

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 85
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

 Donc : la charge permanente totale vaut :

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 86
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

La surface d’influence (figure-57) revenant à chaque nœud est calculée par :

Figure 57 : surface d’influence du nœud

Donc : l’effort revenant sur chaque nœud est : ⇒ .


b. Charge d’exploitation :
La charge d’exploitation est : .

Donc la charge concentrée au niveau de chaque nœud vaut : ⇒


.
c. Surcharge du vent :
La surcharge du vent est généralement perpendiculaire au versant :

Donc : l’effort concentré revenant à chaque nœud est :

{ ⇒ {

2-12-2-1-3. Calcul des réactions d’appuis :


Les réactions aux appuis sont données par : ⇒

Figure 58 : efforts sollicitant la ferme en treillis

2-12-2-1-4. Détermination des efforts dans les barres


La ferme est un ensemble de nœuds articulés et de barres soumises à des efforts
normaux. Puisque la ferme est en équilibre, chaque nœud doit aussi se trouver parfaitement

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 87
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

équilibré. Cet équilibre peut être mis en évidence suivant la méthode des nœuds qui permet
d’écrire les équations d’équilibre pour chaque nœud.
La détermination des efforts se fait pour le cas le plus défavorable des combinaisons
suivantes :

{
Les efforts internes dans chaque élément du treillis sont donnés dans le tableau (33) :

Combinaison de charge (kg)


Cas
Elément
défavorable
P1 P2 P3 P4 P5

Membrure
135788 92812 -21282 150489 16887 150489
supérieur

Membrure inferieur 151748 103721 -24382 168177 18871 168177

Diagonales 12221 8353 -734 13544 1520 13544

Montants 7366 5035 0 8164 916 8164

Tableau 33 : efforts dans les barres du treillis

2-12-2-1-5. Dimensionnement des barres :


Les barres de la ferme travaillent soit à la compression soit à la traction du fait qu’ils sont
considérées comme articulées à leurs extrémités.
a. Membrure supérieure :
L’effort le plus défavorable au niveau des membrures supérieures est celui qui agit sur la
barre comprimée (1-3) :
La longueur de la barre est :
L’élancement limite λlim des membrures supérieures comprimées est :
Pour un élancement moyen de : nous avons :
Section du profilé :
La section est donnée par la relation : ⇒

Nous optons pour un profilé en HEA 240 dont les caractéristiques sont données par le
tableau (34) :

A (cm²) ix (cm) iy (cm)

HEA 240 76,80 9,17 5,51 22,465 37,387 37,40

Tableau 34 : caractéristiques géométriques du profilé HEA 240

D’après l’article 13-411 du CM 66 le coefficient de flambement vaut :

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 88
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 89
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Vérification du profilé choisi :

Donc : le profilé HEA 240 est convenable pour les membrures supérieures.
b. Membrure inférieure
L’effort de traction qui sollicite les membrures inférieures est maximal au niveau de la
barre (8- 10) avec : .
Section du profilé :

La section du profilé nécessaire est donnée par la relation : ⇒ .

La longueur de la barre est : .


L’élancement limite λlim des membrures inférieures tendues est : .
Nous optons pour un profilé en HEA 240 :
Vérification de L’élancement

Vérification de la contrainte : ⇒
Le profilé HEA 240 est convenable pour les membrures inférieures.
c. Montant :
Les barres des montant sont sollicitées par un effort de compression qui est maximal au
niveau de la barre (12-13) qui vaut
La longueur de la barre est :
L’élancement limite pour les montants comprimés est :
Pour un élancement moyen de : nous avons :
Section du profilé (tube carré creux) :

La section est donnée par la relation : ⇒

Nous optons pour un tube carré de côté 50mm est d’épaisseur 2,5mm dont les
caractéristiques sont présentées dans le tableau (35) :

A (cm²) i (cm)

TC 50*2,50 4,69 1,93 46,63

Tableau 35 : caractéristiques géométriques du tube carré TC 50*2,50

D’après l’article 13-411 du CM 66 le coefficient de flambement vaut .


Vérification du profilé choisi :

Donc : un tube carré de côté 50mm est d’épaisseur 2,5mm est convenable pour les
montants.

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 90
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

d. Diagonale :
Les diagonales sont sollicitées par un effort de traction maximal au niveau de la barre (3-4)
de :

La longueur de la barre est :


L’élancement limite λlim des membrures inférieures tendues est :

La section du profilé nécessaire est donnée par la relation : : ⇒ .

Nous optons pour un tube carré de côté 70mm est d’épaisseur 3mm dont les
caractéristiques sont présentées dans le tableau (36) :

A (cm²) ix (cm)

TC 70*3 7,95 2,72 90,74

Tableau 36 : caractéristiques géométriques du TC 70*3

Vérification de L’élancement

Vérification de la contrainte : ⇒
Donc un tube carré de côté 60mm est d’épaisseur 2,50mm est convenable pour les
membrures inférieures.
2-12-2-1-6. Récapitulation :
Le tableau (37) résume les différents profilés adoptés pour la ferme en treille :

Membrure supérieur Membrure inférieur Diagonale Montant

HEA 240 HEA 240 TC 70×3 TC 50×2,50

Tableau 37 : résumé des profilés adoptés pour la ferme en treillis

2-12-3-1-7. Calcul du poids réel de la ferme :


Lors de calcul des charges nous avions estimé le poids propre de la ferme à 25,00
(kg/m2)) de la surface horizontale de la construction. Soit donc 3720 (kg) par ferme. Nous
allons calculer le poids réel de la ferme. Le tableau (38) présent le détail du calcule :

Elément Profile Poids (kg/ml) Longueur (m) Poids total (kg)

Membrure supérieure HEA 240 61,5 24,88 1530,12

Membrure inferieure HEA 240 61,5 24,8 1525,2

Diagonales TC 70×3 10,1 21,2 235,32

Montants TC 50×2,50 6,97 5,4 37,638

Poids total de la ferme (kg) 3328

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 91
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Tableau 38 : évaluation du poids totale de la ferme

Nous ajoutons forfaitairement 20% pour tenir compte du poids des goussets, des boulons,
des contreventements verticaux entre fermes et de la peinture. Le poids réel de la ferme est
donc :


Donc la valeur du poids total de la ferme que nous avons utilisée dans les calculs (30,00
(kg/m2)) est juste.

2-12-2-2. Calcul des poteaux :


Les poteaux de portique nommés poteaux de rives sont des éléments porteurs verticaux
des ossatures de bâtiment, ils travaillent à la flexion composée.
2-12-2-2-1. Efforts dans les poteaux :
a. Charges permanentes
Le poteau supporte en plus de son poids propre, le poids de la ferme et de la couverture :
 Couverture = 8,99 (kg/m²),
 Bardage=8,99 (kg/m²),
 Lisse=10,00 (kg/m²),
 Panne (IPE 120) = 5,00 (kg/m²),
 Ferme =30,00 (kg/m²),
 Contreventements = 15,00 (kg/m²).
Donc : la charge permanente totale vaut :
La surface d’influence revenant à chaque nœud est calculée par :

Donc : l’effort revenant à chaque nœud est : ⇒


b. Charges d’exploitation :
La charge d’exploitation est :
Donc la charge concentrée au niveau de chaque nœud vaut :


c. Actions du pont roulant :
L’action du pont roulant sont donnée par le tableau (39) :

Chariot a l'extrémité

92,10 28,6 0
124,30 38,60
9,21 2,86
13,13 4,08

Tableau 39 : actions du pont roulant

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 92
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

d. Surcharges du vent :
Effet du vent provenant de la toiture :
La surcharge du vent est généralement perpendiculaire au versant :

Donc : l’effort concentré revenant en tête du poteau est :

{ ⇒ {

Effet du vent provenant du bardage :


La surcharge du vent est généralement perpendiculaire au bardage.

Donc : la charge par mètre linière exercée sur les poteaux vaut :

{ ⇒ {

2-12-2-2-2. Calcul des sollicitations :


Dans le calcul des poteaux prévus pour résister aux efforts extérieurs énumérés
précédemment, on tient compte de la nature de leurs liaisons aux fermes et au massif de
fondations.
En principe, nous avons considéré le poteau encastré sur les massifs et articulés sous les
fermes.
a. Sous la charge permanente et d’exploitation :
Calcul des efforts en tête des poteaux :
Les efforts de compression revenant au poteau dus aux charges permanentes,
d’exploitation et au vent respectivement sont :

{
Calcul des moments à la tête du poteau :
Le moment à l’encastrement poteau-ferme vaut :

Avec :
= inertie du poteau (HEA 400).
= inertie de la ferme (à déterminer).
= hauteur du poteau.
= portée de la ferme.

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 93
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Le moment d’inertie de la ferme est calculé en substituant à sa place une poutre pleine
équivalente (vis à vis de la flèche) dont l’axe est confondu avec la membrue inférieure de la
ferme.
Le moment d’inertie équivalent de la ferme est calculé comme suit :
( )
Avec :
: aire de section des membrures supérieures et inférieures de la ferme
respectivement.
: les distances entre le centre de gravité (axe) de la ferme et les axes des
membrures supérieures et inférieures à mi- travée.
Les caractéristiques de la membrure supérieure et inférieure sont résumées dans tableau
(40) :

Elément A (cm²) Y (cm)

Membrure supérieur 76,80 7763,00 90,00

Membrure inferieur 76,80 7763,00 0,00

Tableau 40 : caractéristiques de la membrure supérieure et inférieure


Quant à la position du centre de gravité elle est donnée par : ∑

La figures (59) illustre la position du centre de gravité :

Figure 59 : position du centre de gravité

Donc : .
D’où le moment d’inertie équivalent de la ferme est : Soit : .
Donc : les moments en tête de poteau dus aux charges permanentes, d’exploitation et du
vent respectivement sont :

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 94
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

{
b. Sous la charge du vent :
Le moment dû au vent en tête de chaque poteau est :

Application numérique : ,

c. Sous l’action du pont roulant :


Les moments dû aux efforts horizontaux du pont roulant sont présentés dans le tableau
(41) :
Effort (kN) Moment maximale (kN.m)

124,30 27,53
9,21 11,42
13,13 3,63

Tableau 41 : moment dus aux actions du pont roulant

2-12-2-2-3. Vérification des contraintes :


Nous optons pour des poteaux en HEA 340 dont les caractéristiques sont données par le
tableau (42) :

Dimensions (mm) Ix (cm4) Wx (cm3) Iy (cm4) Wy J


h b a e r (cm3) (cm4)
HEA 330,00 300,00 9,50 16,50 27,00 27693,00 1680, 7436,00 496,00 127,20
340 00
Tableau 42: caractéristiques géométriques du profilé HEA 340

a. Contrainte de compression :
Nous vérifions la contrainte de compression ( ) pour les
différentes combinaisons, l’effort de compression maximal vaut :
Donc :
b. Contrainte de flexion :
De la même façon, Nous vérifions la contrainte de flexion ( ) pour les différentes

combinaisons, le moment de flexion maximal vaut : {

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 95
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Donc : { ⇒ {

c. Effet du déversement :
Le coefficient de déversement Kd est pris égal à 1 vu l’existence du bardage qui empêche
le déversement des ailes du poteau.
d. Effet de flambement :
La longueur de flambement équivalente (CM 66, art. 13,8-1,122) est donnée par la formule
simplifiée suivante : √

Application numérique :
Coeficient de flamblemnt :

( )⇒

e. Vérification :
La formule générale de vérification est donnée comme suit : ( )

Application numérique : ( )
Donc : le profilé HEA 340 est convenable.

2-12-2-3. Déplacement horizontal :


Il est nécessaire de vérifier les déplacements en tête de poteaux, afin de se prémunir
contre d’éventuels désordre dans les éléments secondaires (couvertures, étanchéité,
bardages, ...). Le déplacement ∆ de la partie haute du portique est donné par la relation
suivante :

( )

Avec :
: contrainte de flexion due au vent.

: hauteur du poteau.
: hauteur du profil du poteau.

Application numérique :
Le déplacement admissible est :

Donc : donc le profilé HEA 340 est bien convenable pour les poteaux. De plus les
portiques sont rigidifiés par la poutre au vent du long pan, ce qui permet de limiter le
déplacement horizontal en tête de poteau.

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 96
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

2-12-3. Choix de la variante appropriée :


2-12-3-1. Récapitulatif des quantitatifs des deux variantes :
Le tableau (43) résume les profilés adoptés pour les deux variantes :

Portique en
ferme a âme Portique en ferme en treillis
pleine

Traverse Membrure supérieur Membrure inférieur Diagonale Montant


Ferme
IPE 450 HEA 240 HEA 240 TC 70×3 TC 50×2,50

Poteau HEA 340 HEA 340

Poids total
4075.603 5088.64
en Kg

Tableau 43: Récapitulatif des quantitatifs des deux variantes

2-12-3-2. Critères du choix de la variante appropriée :


Afin de faire le choix de la variante la plus appropriée pour notre projet parmi les deux
variantes étudiées, nous établissons une étude multicritère basée sur les critères suivants :
 Esthétisme : reçu visuel de l’atelier dans son cadre,
 Montage : difficulté éventuelle sur le chantier lié au montage de la structure
porteuse de l’atelier,
 Transport : déplacement sur le chantier des éléments constituant l’atelier,
 Coût de matériaux de construction : dépend du poids et des techniques de
fabrication des éléments constituant l’atelier.

2-12-3-3. Justification du choix de la variante appropriée :


Le tableau (44) présente les résultats de l’analyse multicritère effectuée en se basant sur
les différents critères d’évaluation des variantes :
Variante 1 (portique en ferme a Variante 2 (portique en ferme
Critère
âme pleine) en treillis)
Esthétisme +++ ++
Montage +++ +
Transport ++ ++
Coût de matériaux +++ +
+++ : Très satisfaisant ++ : Satisfaisant + : Insatisfaisant

Tableau 44 : étude multicritère

En se basant sur les résultats de l’analyse multicritère, la première variante nous permet
de gagner en termes de coût des matériaux (20% de gain), des procédés de réalisation et en
termes d’esthétique par rapport à la deuxième variante. Nous choisissons donc d’opter pour
la première variante à savoir : des portiques en ferme à âme pleine.

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 97
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

2-12-4. Vérification vis-à-vis de l’action thermique de la


variante choisie :
L’emplacement de la palée de stabilité au milieu de l’ossature permet une libre dilatation
de ses éléments, ce qui permet d’éviter des efforts thermiques supplémentaires qui
provoque un surdimensionnement des profilés. La conception choisie permet aux butons de
se dilater librement dans la direction des deux extrémités de l’ossature. La valeur de cette
dilatation est donnée par la formule suivante :

Avec :
: la longueur en m ;
: le coefficient de dilatation linéaire qui est égal à 12.10-6 °C-1 pour l’acier ;
: la variation de température qui est égale à 25 °C pour la région d’Agadir.
Les butons ont une longueur chacun de 6 m et on considère que le flux thermique est
suivant l’axe longitudinale (Ox) (figure-60).

Figure 60 : directions de la dilatation thermique

On applique la formule : , la dilatation des butons


entrainera le déplacement des portiques suivant le même axe (OX). Les portiques des
extrémités sont ceux qui vont subir le déplacement le plus important par rapport aux autres
portiques, la valeur de ce déplacement maximal est égale la dilatation totale des
butons sur une longueur de 75 m : .
Nous sommes donc amenés à faire une vérification des portiques puisqu’ils subiront des
déplacements suivant l’axe (OX). La vérification sera faite pour le portique de l’extrémité,
pour ce faire nous allons chercher l’effort qui provoquera un déplacement de 22.5 mm au
niveau de sa tète sachant qu’il est libre à se dilater à ce niveau et encastré au niveau de son
pied. La figure (61) montre la modélisation adoptée :

Figure 61 : modélisation de l'effet thermique

Pour une barre de longueur L encastré à son extrémité gauche et soumise à un effort
concentré P à son extrémité droite, sa flèche maximal s’écrit sous la forme : , le

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 98
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

moment maximal appliqué sur la barre s’écrit sous la forme : et la contrainte


maximale , avec :

: module de Young de l’acier


: moment d’inertie de la barre
Pour notre cas on a un poteau HEA 340 ayant les caractéristiques suivantes : ,
, , .

Donc on a : , d’où , AN :

On calcule la contrainte maximale appliquée sur le poteau :

On a , donc la contrainte est vérifiée, On peut dire donc que


les portiques résistent bien aux efforts engendrés par la dilatation thermique.

2-12-5. Vérification de l’action sismique de la variante


choisie :
2-12-5-1. Données de calcul sismique :
La stabilité de l’ossature sous le séisme est assurée d’une part par la palée de stabilité
pour les efforts sismiques de direction parallèle au long pan et d’autre part par les portiques
pour les efforts sismiques de direction parallèle au pignon.
Le projet sera réalisé dans la ville d’Ait Melloul dans un site de type S2 selon les résultats
de l’étude géotechnique, la ville se situe dans une zone de vitesse ZV3 et une zone
d’accélération A4, d’après le règlement PRS 2011.
Le reste des données de calcul sismique et qui sont données par les articles du règlement
sont données par le tableau (45) :

Pourcentage d’amortissement (RPS 2011, 5.2.3.3)  5.00

Facteur de correction d'amortissement (RPS 2011,5.2.3.3)  1.00

Facteur de comportement (X) (RPS 2011, Tableau 3.3) 2.00

Facteur de comportement (Y) (RPS 2011, Tableau 3.3) 2.00

Coefficient de vitesse (RPS 2011, Tableau 5.1)  0.13

Coefficient de site (RPS 2011, Tableau 5.2)  1.2

Fraction de charge d'exploitation (RPS 2011, Tableau 6.1) 0.20

Niveau de ductilité (RPS 2011, Tableau 3.2) 1

Tableau 45 : données du calcul sismique

2-12-5-2. Description des approches de calcul sismique :


Le calcul de l’effort sismique peut être mené par deux approches différentes :

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 99
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

 L’approche statique équivalente :


Cette approche a comme principe de remplacer les effets dynamiques développés par le
mouvement de la structure par des sollicitations statiques équivalentes, les conditions
d’application de cette méthode sont :
 Régularité en plan et en élévation
 Hauteur du bâtiment < 60 m
 Période fondamentale < 2 secondes
 L’approche dynamique :
Elle est basée sur la réponse maximale de la structure au moyen de spectre de réponse
adaptés au site de la construction, elle est appliquée lorsque les conditions exigées par
l’approche statique équivalente ne sont pas vérifiées.
Pour notre cas : La hauteur du bâtiment : H= 9.3m < 60m ; L’élancement qui est égal au
rapport de la longueur et la largeur de l’ossature : .
Les critères de la régularité ne sont pas respectés, donc l’approche statique équivalente
n’est pas applicable, nous optons donc pour une approche dynamique. Vu la complexité du
calcul sismique dynamique manuel, les calculs seront faits par l’intermédiaire du logiciel
CYPECAD, et c’est à nous de vérifier et d’interpréter les résultats obtenus.

2-12-5-3. Application de l’analyse modale spectrale :


2-12-5-3-1. Spectre de calcul
Le spectre de conception sismique s'obtient en réduisant le spectre élastique par le
coefficient (K) correspondant à chaque direction d'analyse :

Nous obtenant donc les spectres de calcul pour les deux directions X et Y et qui sont
présentés ci-dessous :

Figure 62 : spectre de calcul selon X

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 100
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Figure 63 : spectre de calcul selon Y

2-12-5-3-2. Coefficient de participation :


Nous présentons ci-dessous l'intervalle des périodes compris dans les modes étudiés,
avec l’indication des modes dans lesquels plus de 30% de la masse est déplacée à savoir le
mode 23 pour la direction X et le mode 28 pour la direction Y :

Hypothèse Séisme X

Hypothèse modale T (s) A (g)

Mode 23 0.522 0.144

Tableau 46 : mode sismique dominant selon X

Figure 64 : intervalle des périodes modales selon X

Hypothèse Séisme Y

Hypothèse modale T (s) A (g)

Mode 28 0.522 0.144

Tableau 47 : mode sismique dominant selon Y

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 101
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Figure 65 : intervalle des périodes modales selon Y

2-12-6. Vérification et interprétation des résultats :


Nous constatons bien que les périodes de vibration de l’ossature sont toutes inferieures à
0.03s (33Hz pour les fréquences), donc il n’y aura pas de risque d’amplification des actions
sismiques et l’ossature ne va pas entrer en résonnance lors d’une excitation sismique.
Aussi les résultats des déplacements maximums pour les différents modes de vibration
donnent des valeurs faibles inférieur à 3 cm.
Donc, l’ossature résistera bien en ultime et en service en cas d’un séisme.

2-13. Conclusion :
Au terme de ce chapitre, les différents éléments de l’ossature porteuse de l’ouvrage sont
bien dimensionnés et vérifiés chacun à part et suivant les règlements et normes en vigueur.
L’étape suivante consiste à assembler ces éléments entre eux pour avoir une structure
stable et harmonieuse.

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 102
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

chapitre III. Assemblages et fondations


3-1. Introduction :
Ce chapitre détaillera le calcul des assemblages des éléments de l’ossature porteuse de
l’atelier en utilisant les différentes techniques prescrites dans les règlements en vigueur, à
savoir le boulonnage et le soudage. Après la solidarisation des différents éléments entre eux,
une étude de l’interaction de la structure avec le sol est indispensable, pour se faire, nous
avons exploité les résultats de l’étude géotechnique effectuée par le laboratoire pour
dimensionner les fondations qui ont pour objectifs de transmettre au sol les différents types
de sollicitations que subit l’ossature.
NB : Les plans d’exécution des assemblages et des fondations sont fournis dans l’annexe
(5).

3-2. Généralité sur les assemblages :


La conception et le calcul des assemblages constituent une étape déterminante dans
l’élaboration de la sécurité globale et locale de toute la structure. Il s’agit bien évidemment de
points de passage obligés pour les sollicitations régnant et transitant dans les différents
éléments et qui, en cas de défaillance de certains d’entre eux, mettent en cause le
fonctionnement global de la structure.
L’assemblage traverse –traverse et poteau–traverse est effectué par l’intermédiaire de
platines, sollicités par un moment fléchissant, un effort tranchant et un effort normale. Ces
dernières sont soudées sur chaque traverse (en usine) et assemblés (sur chantier) par des
boulons HR, tout en assurant le renfort par des raidisseurs appelés clés de faîtage (figure-
66).

Figure 66 : assemblage des éléments du portique

Le CM 66 fournit des formules de calcul de la résistance ultime des assemblages et la


contrainte de référence utilisée est généralement la limite d’élasticité de l’acier des
constituants vérifiés.

3-2-1. Assemblage par boulons non précontraints :


Il s’agit de boulons prévus pour être mis en œuvre avec un serrage non contrôlé : leur
comportement au serrage ne fait l’objet d’aucune investigation particulière lors de leur
fabrication. Ils sont généralement de classes de qualité 4.6, 4.8, 5.6, 5.8, 6.6, 6.8, 8.8 et
10.9, les trois dernières classes étant les plus couramment utilisées. Ces assemblages
permettent de reprendre des efforts d’orientation quelconque par rapport à l’axe des vis.
Leurs comportements vis-à-vis des efforts perpendiculaires et parallèles sont différents et
donc requièrent des vérifications propres.

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 103
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

3-2-2. Assemblages par boulons précontraints :


Il s’agit de boulons aptes à la mise en œuvre de la précontrainte par serrage contrôlé.
Seules les classes de qualité 8.8 et 10.9 sont concernées et le marquage spécifique HR
figure impérativement sur chaque élément du boulon.
Quelle que soit l’orientation des efforts appliqués à l’assemblage, ses limites de
fonctionnement en tant qu’assemblage précontraint sont directement dépendantes de la
précontrainte initiale qui lui a été appliquée.
Pour le CM 66, le fonctionnement de l’assemblage précontraint est attendu jusqu’à l’état
limite ultime, ce qui signifie d’imposer un niveau élevé à la précontrainte des boulons, le plus
élevé compatible avec les caractéristiques mécaniques de l’acier qui les constitue.

3-2-3. Assemblages par soudure :


Le soudage est un procédé qui permet d’assembler des pièces par liaison intime de la
matière, obtenue par fusion ou plastification. Le soudage permet d’assurer la continuité de la
matière, donc de garantir une bonne transmission des sollicitations, il est plus esthétique que
le boulonnage En revanche, il présente divers inconvénients tel que la nécessité du contrôle
et l’exigence d’une main d’œuvre qualifiée et un matériel spécifique.

3-3. Assemblage poutre au vent :


L’assemblage des diagonales sur poutre (ou poteau) se fait par l’intermédiaire des
goussets, la diagonale est fixée sur le poteau par l’intermédiaire d’un gousset soudé sur
l’âme de la poutre (ou poteau). Le gousset doit respecter les règles générales suivantes :
 Épaisseur du gousset doit être au moins égale à celle des cornières assemblées,
 On raidit les membrures par des couvre-joints chaque fois que celles-ci sont
interrompues,
 Le gousset doit par sa forme et sa disposition éviter ou réduire au minimum
l’excentricité des efforts par rapport aux sections du gousset qui sont le plus
sollicitées,
 Sa forme doit être aussi régulière que possible,
 Réduire les dimensions,
 Forme idéale : le rectangle,
 Réduire au maximum le nombre de coupes et de chutes,
 Éviter les angles rentrants = amorces de ruptures certaines,
 Éviter les coins de goussets dans le vide = risque de blessure lors du montage,
 Trous dissymétriques pour éviter les erreurs au montage,
 Si possible essayer de minimiser, voire annuler, la distance d entre le point d’épure et
le centre de gravité des boulons.
Le gousset se calcule avec les théories de la résistance des matériaux, la précision
atteinte étant suffisante. On les vérifie généralement dans la section ββ qui travaille à la
flexion composée.
Le gousset d’un contreventement est un gousset dissymétrique sans flexion, le calcul se
fait suivant la section nette constituée d’un côté par la plus courte distance entre le boulon
extrême et le bord le plus rapproché, et du côté opposé par une section symétrique à la
précédente, ceci est représentée par la figure (67) :

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 104
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Figure 67 : section nette d’un gousset non-symétrique

La condition à vérifier est :

3-3-1. Gousset de coin :


Le gousset de coin relie la diagonale (CEA50*50*5) au montant (HEA100) et à la poutre
(IPE450), donc l’épaisseur du gousset sera de 5 mm et doit reprendre un effort de 8290,66
(daN).
Les dimensions du gousset ont été déterminées en respectant les dispositions
constructives illustrées dans la figure (68) (CM66 article 4-101) :

Figure 68 : dispositions constructives des goussets

On a opté pour l’assemblage avec des boulons de 14 mm de clase 8.8 et qui respecte les
conditions suivantes :

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 105
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

En respectant les dispositions constructives on a trouvé un gousset dont les dimensions


sont illustrées par la figure (69) :

Figure 69 : dimensions géométriques du gousset de coin

3-3-1-1. Vérification de la contrainte :

Application numérique :

La condition de contrainte est bien vérifiée

3-3-1-2. Soudure des bords des goussets :


L’assemblage du gousset aves la poutre (IPE450) et avec le montant (HEA100), est fait
par l’intermédiaire des soudures bout à bout, l’épaisseur de cette soudure est au moins
égale à l’épaisseur des pièces assemblée (article 4-311 CM66), ce qui donne une épaisseur
ou gorge de 5 mm (a=5mm). La force F agissant sur la soudure est de l’ordre de 4145.33
daN.
En effet : ⇒
La figure (70) illustre les dispositions des soudures :

Figure 70 : disposition des soudures du gousset

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 106
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Selon le règlement CM 66 et d’après l’article 4-312 les dimensions des cordons doivent
satisfaire à la condition :

( )

{
3-3-1-2-1. Vérification du cordon 1 :
On a donc : { et

( )

3-3-1-2-2. Vérification du cordon 2 :


On a donc : { et

( )
Les deux cordons de soudure vérifient bien la condition de contrainte.

3-3-2. Gousset intermédiaire :


De la même manière que précédemment en respectant les dispositions constructives on a
opté pour un gousset intermédiaire ayant les dimensions suivantes (figure-71) :

Figure 71 : dimensions géométriques du gousset intermédiaire

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 107
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

3-3-2-1. Vérification de la contrainte :

Application numérique :

3-4. Assemblage butons :


L’assemblage du butons au poteau est fait par double cornière.

3-4-1. Choix de la cornière :


- Choix du diamètre du boulon : le diamètre est choisi en fonction de l’épaisseur la plus
faible des pièces assemblées, donc
- Hauteur de cornière : il est choisi en fonction de la hauteur de l’âme,

- Épaisseur de la cornière : il doit être égale à l’épaisseur de la plus faible des pièces
assemblées +1 ou 2 mm, donc :

3-4-2. Vérification des boulons :


On a utilisé deux files verticales de boulons. Les boulons sont soumis à des effort
horizontales dus au poids propre du butons et une force verticale sous l’effet du vent avec un
effort normal transmis par le butons à la palée de stabilité, Soit :

L’assemblage est réalisé par deux boulons de classe (8.8), donc les efforts dans chaque
boulon sont égaux à :

{ {

3-4-3. Diamètre du boulon :


On doit vérifier les boulons au cisaillement selon l’article 4-12-32 du CM66 :

⇒ ,
√ √
{ {
Donc nous optons pour des boulons de 12 mm de classe (8.8), disposés comme le
montre la figure (72) :

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 108
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Figure 72 : vue en élévation de l’assemblage butons-poteau

Le détail de cet assemblage est donné par la figure (73) :

Figure 73 : détail de l’assemblage butons-poteau

3-5. Assemblage traverse-potelet :


Pour les deux portiques situés au niveau des pignons les deux traverses (IPE) sont
assemblées sur les potelets par boulonnage par l’intermédiaire des platines et des
raidisseurs soudés au niveau de l’âme des potelets.
Les boulons doivent résister aux efforts de traction et de cisaillement tel que :

3-5-1. Données de calcul :


Nous optons pour une platine de section 16.50×30 cm² et d’épaisseur 10 mm et pour des
boulons HR de 12 mm de diamètre est de classe (8.8), ( .
La résistance du boulon vaut : .
Application numérique : .

3-5-2. Résistance à l’effort de traction :


L’effort admissible dans l’axe de chaque boulon est : avec :
,

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 109
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Application numérique : donc les boulons vérifient la résistance


à l’effort de traction.

3-5-3. Résistance à l’effort de cisaillement :


L’effort tranchant admissible par boulon dans le plan de glissement est :

Avec : ,

Application numérique : .
Pour qu’ils résistent au cisaillement les boulons doivent vérifiés la condition suivante
(article 4-12-32 CM66) :

√ √
Application numérique :

Donc les boulons résistent bien au cisaillement.

3-5-4. Vérification à la pression diamétrale :


La vérification de la résistance à la pression diamétrale est donnée par :

Avec : {

Application numérique :

3-5-5. Conclusion :
L’assemblage traverse-potelet est réalisé par des boulons HR de 12 mm par
l’intermédiaire de quatre platines d’épaisseur 10 mm. Comme le montre la figure (74) :

Figure 74 : détail de l'assemblage traverse-potelet

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 110
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

3-6. Assemblage poteau-traverse :


3-6-1. Renfort du jarret :
L'assemblage au niveau du jarret doit être un assemblage résistant au moment et doit
conférer à la fois une rigidité adéquate et de la résistance à la flexion. La transmission des
charges se fait essentiellement à travers des boulons en traction. On utilise généralement
des boulons à serrage contrôlé. De plus, il faut que le poteau résiste au cisaillement induit
par les efforts de traction dans les boulons au sommet du renfort.

3-6-2. Type de boulons choisis :


Sous les effets dynamiques introduits par les ponts roulants, nous allons utiliser des
boulons précontraints appelés aussi boulons Haute Résistance. Ces boulons sont constitués
d’acier à haute limite élastique. Cependant, ils ne travaillent pas en cisaillement ils
transmettent l’effort par frottement. Le coefficient de frottement est pris égal à : «
selon CM66 ».
L’assemblage par des boulons HR est défini par la norme NF P 22-460, qui distingue
quatre types principaux d’assemblages :
 Les assemblages sollicités par un effort perpendiculaire à l’axe des boulons,
 Les assemblages sollicités en traction dans l’axe des boulons,
 Les assemblages sollicités par une combinaison des deux précédents types,
 Les assemblages sollicités par un moment de flexion en plus de l’effort de traction et
de l’effort de cisaillement.

3-6-3. Calcul de l’assemblage :


3-6-3-1. Données de calcul :
 Efforts appliqués à l’assemblage :
L’assemblage poteau-traverse est soumis aux sollicitations suivantes :

 Disposition constructive de l’assemblage :


Les distances entre axes des boulons ainsi qu’entre axes des boulons et les bords des
pièces (pinces) sont limités par :
a) Des valeurs minimales :
 Pour faciliter la mise en place des boulons,
 Pour remettre le passage des clés,
 Pour éviter le déchirement des tôles (à la manière de timbre-poste).
b) Des valeurs maximales :
 Pour conserver le bon contact des pièces assemblées (ce qui augmente le frottement
et limite les risques de corrosion),
 Pour éviter des assemblages trop longs.
L’article 9.2.1 de la norme NF-P 22 460 définit les différentes dispositions constructives à
respecter que nous résumons ci-dessous :
– L'épaisseur d'une platine doit être inférieure ou égale à deux fois le diamètre
nominal des vis prévues dans l'assemblage : .
– La distance , entraxe des boulons, ne doit pas être supérieure à 15 fois
l'épaisseur de la pièce la plus mince : .

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 111
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

– La distance au bord libre des pièces doit être supérieure ou égale à 1.5 fois le
diamètre des trous et inférieure ou égale à 6 fois l'épaisseur
minimale des pièces assemblées : .
– La nécessité de mettre des raidisseurs horizontaux au niveau du poteau, afin d’éviter
les déformations probables induite par l’effet de compression sur le poteau.
Nous présentons ci-dessous les caractéristiques de l’assemblage poteau-traverse, en
tenant compte des dispositions constructives :

Profilés assemblés IPE 450 et HEA 340 Unité


Profilé du jarret ½ IPE 450 mm
Epaisseur de l'âme : ea 9.4 mm
Epaisseur des semelles : es 15 mm
Hauteur de la jonction : h 900 mm
hauteur de calcul : h'=h-es 885 mm
2
Aire de la section totale : A 16910 mm
Dimensions de la platine 230*220 Mm
Epaisseur de la platine d'about : e 20 Mm
Entraxe des boulons: s 155 Mm
Distance au bord libre: a 60 Mm
Nombre des boulons : n 12
Classe des boulons HR 8.8
Diametre des boulons 16 Mm
2
Section résistante des boulons As 192 mm
Contrainte limite d’élasticité des boulons : f yb 640 Mpa

Tableau 48 : caractéristiques de l’assemblage poteau-traverse

Figure 75 : caractéristiques géométriques de la platine de l'assemblage poteau-traverse

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 112
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

3-6-3-2. Vérification de la résistance au cisaillement :


Selon l’article 6.2 de la norme NF P22–460, lorsque l’assemblage est sollicité par un effort
perpendiculaire à l’axe des boulons, la valeur admissible de l’effort tranchant est :

Avec :

: le coefficient conventionnel de frottement .

: L’effort de précontrainte dans les boulons est donnée par l’article 7.2 et se calcule en
tenant compte des pertes de tension qui sont estimées forfaitairement à 20% de la tension
initiale :

On obtient donc :

Or l’effort tranchant repris par un boulon est :

Donc l’assemblage résiste bien à l’effort tranchant.

3-6-3-3. Vérification de la résistance à l’effort normal et au


moment de flexion :
Nous devons en premier temps préciser le nombre de boulons qui vont subir un effort de
traction parmi les 12 boulons existant, pour cela nous déterminons la zone tendue de
l’assemblage en calculant la position de l’axe neutre qui est donnée par l’article 9.2.2.2.1
de la norme :

√ {

Les caractéristiques géométriques de la poutre IPE 450 sont données ci-dessous :

Poutre h (mm) b (mm) (mm) (mm)

IPE 450 450 190 9.4 15

Tableau 49 : caractéristiques géométriques du profilé IPE 450

AN : √ √

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 113
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Figure 76 : position de l'axe neutre

On a donc les fils de boulons qui vont subir un effort de traction


sont les cinq premiers fils, le dernier fils subira un effort de compression. Donc on aura au
total 10 boulons qui travailleront en traction et sur lesquels l’effort de traction total que subit
l’assemblage va être répartit.
On calcule le moment extérieur appliqué à l’assemblage qui est donné par la formule
suivante :

En exploitant la linéarité du diagramme des contraintes normales dans la section, on


obtient une formule de l’effort de traction dans chaque boulon :


Le tableau (50) résume les efforts Ni pour chaque boulon distant de di de la face
supérieure de la semelle inferieure :

Fils de boulon di (mm) di2 (mm2) Ni (daN)


2.0 210 44100 2306,73
3.0 365 133225 4009,32
4.0 505 255025 5547,14
5.0 660 435600 7249,73
6.0 815 664225 8952,32
Somme 1532175 28065,27

Tableau 50 : effort normal sur les boulons de l’assemblage poteau-traverse

L’article 7.2 de la norme NF P22 460 impose que l’effort de traction par boulon ne doit pas
être supérieur à la précontrainte du boulon :

Donc l’assemblage résiste bien aux efforts normaux.

Le moment résistant de l’assemblage s’obtient par la somme des produits des efforts Ni
dans les boulons par et doit vérifier :
On a : ∑

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 114
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Donc l’assemblage résiste aussi bien aux efforts dus au moment fléchissant.

3-6-3-4. Vérification de la résistance à la compression :


Puisqu’on ne néglige pas l’effort normal dans l’assemblage, alors l’effort de compression
admissible donné par l’article 9.2.2.2.2 de la norme NF-P22 460 s’écrit sous la forme :
et doit vérifier : ∑

La surface de la section comprimée est donnée par la formule suivante : ( √ )

AN : ;
On a ∑
Donc l’assemblage résiste aussi bien aux efforts de compression.

3-6-3-5. Vérification de la pression diamétrale des boulons :


La pression diamétrale engendrée par les boulons doit être limitée afin de ne pas
poinçonner et déchirer la tôle boulonnée. L’article 6.5.1 de la norme NF-P22 460 impose de
vérifier que la pression diamétrale sur la surface de contact n’excède pas quatre fois la limite
d’élasticité de l’acier de la pièce assemblée.
 Pour la platine :

 Pour la semelle du poteau :

Donc La condition réglementaire de la pression diamétrale est vérifiée pour la semelle du


poteau et la platine.

3-7. Assemblage traverse-traverse :


3-7-1. Renfort du jarret :
L’assemblage traverse-traverse va être renforcé par des demi IPE 450 des deux côtés de
l’assemblage et qui sont issues des chutes des profilés au chantier.

3-7-2. Type de boulons choisis :


Comme pour le cas de l’assemblage poteau-traverse, nous avons opté pour des boulons
HR avec serrage contrôlé de classe 8.8, avec un coefficient de frottement :

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 115
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

3-7-3. Calcul de l’assemblage :


3-7-3-1. Donnée de calcul :
Profilés assembles 2*IPE 450 Unité
Profilé du jarret ½ IPE 450 mm
Epaisseur de l'âme : ea 9.4 mm
Epaisseur des semelles : es 15 mm
Hauteur de la junction : h 900 mm
hauteur de calcul : h'=h-es 885 mm
2
Aire de la section totale : A 16910 mm
Dimensions de la platine 230*220 mm
Epaisseur de la platine d'about : e 15 mm
Entraxe des boulons: s 155 mm
Distance au bord libre: a 60 mm
Nombre des boulons : n 12
Classe des boulons HR 8.8
Diametre des boulons 16 mm
2
Section résistante des boulons As 192 mm
Contrainte limite d’élasticité des
640 Mpa
boulons : fyb

Tableau 51 : caractéristiques de l'assemblage traverse-traverse

Figure 77 : caractéristiques géométriques de la platine de l'assemblage traverse-traverse

L’assemblage traverse-traverse est soumis aux sollicitations suivantes :

3-7-3-2. Vérification de la résistance au cisaillement :

Or l’effort tranchant repris par un boulon est :

3-7-3-3. Vérification de la résistance à l’effort normal et au


moment de flexion :
La zone tendue de l’assemblage est définie par : √ √

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 116
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Donc les fils de boulons qui vont subir un effort de traction sont les cinq premiers fils,
Le moment extérieur appliqué à l’assemblage :
Les efforts Ni appliqués sur chaque boulon sont donnés par le tableau (52) :

Fils de boulon di (mm) di2 (mm2) Ni (daN)


2.0 210 44100 1589,08
3.0 365 133225 2761,98
4.0 505 255025 3821,38
5.0 660 435600 4994,27
6.0 815 664225 6167,17
Somme 1532175 19333,91
Tableau 52 : effort normal sur les boulons de l'assemblage traverse-traverse

On a :
Donc l’assemblage résiste bien aux efforts normaux.
Le moment résistant de l’assemblage : ∑

Donc l’assemblage résiste aussi bien aux efforts dus au moment fléchissant

3-7-3-4. Vérification de la résistance à la compression :


On a La surface de la section comprimée : ; L’effort de compression
admissible :
On a ∑
Donc l’assemblage résiste aussi bien aux efforts de compression.

3-7-3-5. Vérification de la pression diamétrale des boulons :


Pour la platine :

3-8. Assemblage du pied de poteau encastré :


La base du poteau joue le rôle de transmettre au massif de fondation les efforts
développés dans le poteau. Elle est constituée d’une platine en acier soudée au pied de
poteau par un cordon de soudure appliqué sur le contour de la section du profilé constituant
le poteau. Son épaisseur ne peut pas excéder l’épaisseur de l’âme et des semelles du
poteau. Elle peut être renforcée par des raidisseurs.
On distingue deux modes d’assemblage :
Poteau articulé : transmet aux fondations des efforts normaux (compression et traction)
Poteau encastré : transmet aux fondations des efforts normaux, de cisaillement et des
moments de flexion ou une combinaison de ces cas.
Comme c’est déjà justifié nous encastrons les pieds des poteaux des portiques. Les
appuis des poteaux sont sollicités par les efforts suivants que nous avons calculé dans la
partie calcul de portique du deuxième chapitre :

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 117
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Portique courant :{

Portique de palé :{

3-8-1. Hypothèses de calcul :


 Un massif avec un béton de
 Contrainte de compression de béton :
 Les boulons sont de classe (8.8)
On admet que les platines, soumises aux réactions des fondations, risquent de se plier
suivant les lignes tangentes au contour des poteaux, telles que la ligne 1-1, 2-2 et 3-3 de la
figure (78) :

Figure 78 : ligne de rupture de la platine

Les portions de tôles situées à l’extérieur de ces lignes sont alors à calculer comme des
poutres en porte à faux, et il faut vérifier que la section de tôle au droit de la ligne de pliage
est capable de résister au moment des réactions exercées par le massif de fondation entre
cette section et le bord libre de la platine.
Dans ce qui suit, nous détaillerons le calcul du pied de poteaux du portique de palle de
stabilité.

3-8-2. Surface de platine :


Les platines sont des plaques rectangulaires qu'on dispose entre les poteaux et les
massifs en béton des fondations, elles permettent de distribuer l'effort transmis par le poteau
à la fondation. De ce fait, la surface de la platine est déterminée par la vérification de la
contrainte du béton sous la platine, tel que :

Application numérique :

Donc nous optons pour une palatine carré de surface 60×60(cm²).

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 118
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

3-8-3. Diamètre des goujons :


Le calcul est ramené à un calcul par les règles du BAEL 91 d’une poutre partiellement

tendue dont les caractéristiques dimensionnelles sont les suivantes : {

La section des armatures pour la section tendue est :

* +

{
Ce qui correspond à des goujons de 18 mm de diamètre.

3-8-4. Vérification de la contrainte de compression du


béton :
Le moment M est équivalent à l’effort N excentré de :

Donc le centre de poussée se trouve hors du tiers central de la section, et la platine est
soulevée à gauche (les boulons de gauche sont sollicités en traction).
En effet : avec D la distance entre les deux rangées des goujons (D=43 (cm))
La figure (79) illustre les efforts sur la platine :

Figure 79 : répartition triangulaire des contraintes sous la platine

En écrivant les équations d’équilibre des forces et des moments, nous aboutissons à
l’équation suivante :

Avec :

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 119
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

A : surface des goujons en traction (4 boulons de 18 mm) donc :


{
On doit résoudre l’équation suivant :

On trouve : .
La contrainte de compression du béton dans le cas d'un poteau encastré est donnée par la
relation suivante :

̅̅̅
( )

Application numérique : ⇒ ̅̅̅


( )

3-8-5. Vérification des goujons en traction :


On doit vérifier que :

Application numérique : ⇒

3-8-6. Vérification de l’effort tranchant :


On calcule l’effort de compression entre la platine et le béton :

On compare cet effort de compression avec l’effort tranchant :


Si : alors l’effort tranchant est transmis par frottement platine et béton.
Si : alors une bêche est nécessaire. Elle est calculée pour reprendre l’effort
tranchant.
Dans notre cas on a : donc , or
.
Nous sommes donc dans le premier cas dons nous pouvons ne pas mettre une bêche
puisque l’effort tranchant sera transmis par frottement entre la platine et le béton.

3-8-7. Vérification des tiges d'ancrages :


L’effort de traction Ni dans chaque tige est obtenu en divisant la force par le nombre de
tiges tendues :

L’effort transversal sollicitant les tiges s’obtient de la même manière :

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 120
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

3-8-7-1. Résistance des sections :

L’article 4,12 des règles CM 66 exige de vérifier que : √


{

Application numérique : √
; Donc la condition est bien vérifier.
{

3-8-7-2. Adhérence des tiges :


Pour assurer l’adhérence des tiges au béton et pour en limiter le glissement, Différents
systèmes d’ancrage peuvent être utilisés. Nous excluons la variante de la tige droite vu Le
grand effort de traction et on optera pour des tiges recourbées, comme c’est illustré dans la
figure (80) :

Figure 80 : dimensions géométriques des tiges d'encrage

Dimensions de la tige d’ancrage recourbée : { ⇒ {

Nous devons vérifier que : ̅̅̅ avec : ̅̅̅


Application numérique ̅̅̅
Donc l’adhérence des tiges est bien vérifiée.

3-8-8. Calcul de l’épaisseur de la platine :


Les platines sont soumises aux réactions des fondations et risquent de se plier suivant les
lignes (1-1, 2-2, 3-3). Les portions de tôles situées à l'extérieur de ces lignes sont alors à
calculer comme des poutres en porte-à-faux, et il faut vérifier que la section de tôle située au
droit de la ligne de pliage est capable de résister au moment des réactions exercées par le
massif de fondation entre cette section et le bord libre de la platine.
Nous allons déterminer l'épaisseur de la platine en fonction de la contrainte de flexion
calculée au droit de chaque ligne de pliage.

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 121
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

3-8-8-1. Vérification dans la section 1-1 :


Le moment dans la section 1-1 est obtenu grâce au diagramme trapézoïdal des
contraintes situées à droite de la section, que l’on peut décomposer en un diagramme
rectangulaire (1) et un diagramme triangulaire (2), comme représentée par la figure (81) :

Figure 81 : diagramme trapézoïdale des contraintes appliquées sur la platine

Les moments sont donnés par les formules suivantes :

{ {

Application numérique
:{ ⇒

Il faut vérifier que : √

Application numérique : .

3-8-8-2. Vérification dans la section 2-2 :


Nous suivrons le même raisonnement et puisque la platine est carrée, nous aurons la
même constante de béton :

{ { ⇒ {

Donc : d’où l'épaisseur de la platine doit vérifier :

3-8-8-4. Vérification dans la section 3-3 :


L’effort de traction dans les boulons est :

Application numérique : .

Cet effort induit un moment égal à : ⇒

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 122
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

L’épaisseur de la platine doit vérifier : √

3-8-9. Récapitulation :
Il vient donc que l’épaisseur de la platine doit être supérieur à 6.07 cm, alors nous optons
pour une platine d’épaisseur de 8 cm, Dont les dimensions sont représentées par la figure
(82) :

Figure 82 : dimension géométrique de platine

Cependant, compte tenu de la grande épaisseur de tôle, nous préférons d’introduire une
platine plus mince, avec raidisseurs bidirectionnels.
Nous optons donc pour une platine moins épaisse (épaisseur = 2cm) et nous introduisons
des raidisseurs d’épaisseur 16 (cm) pour résister à la flexion, comme c’est illustré dans la
figure (83) :

Figure 83 : dimension géométrique de platine avec raidisseur

3-9. Calcul des fondations :


Les semelles subissent des efforts horizontaux, normaux et des moments d'encastrement.
Dans cette partie nous allons déterminer les dimensions des semelles ainsi que leurs
ferraillages afin qu'elles résistent aux sollicitations ainsi qu'au renversement et soulèvement.
Les sollicitations les plus défavorables calculées dans la partie calcul de portique dans le
deuxième chapitre sont égales à :

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 123
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Portique courant :{

Portique de la palée :{

3-9-1. Etude géotechnique :


Suite à la demande du maitre d’ouvrage, le laboratoire a effectué une étude
géotechnique. Pour mener à bien cette étude, le laboratoire a réalisé une reconnaissance
géotechnique du site réservé au projet, l’intervention est résumée en ce qui suit :
 Visite du site du projet et réalisation des sondages géotechniques.
 Relevé de la coupe lithologique du terrain et prélèvement des échantillons.
 Réalisation des essais de laboratoire sur les échantillons prélevés.
 Réalisation des essais de laboratoire sur les échantillons prélevés.

3-9-1-1. Travaux in-situ :


Les travaux sur le terrain consistent à réaliser 3 puits d’exploration par une tractopelle.
Ces sondages ont permis de définir la stratigraphie des sols en place, et de prélever des
échantillons pour des analyses au laboratoire. Les photos ci-dessous illustrent les sondages
réalisés ainsi que les coupes correspondantes :

Figure 84 : sondages géotechniques

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 124
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

D’après la reconnaissance par sondages géotechniques (figure-84), on constate la


présence d’une couche superficielle de terre végétale, surmontant une couche de limon
argileux légèrement sablonneux.

3-9-1-2. Essais effectués au laboratoire :


Les échantillons prélevés ont été transportés aux laboratoires, où une identification
visuelle a été effectuée sur chacun d’eux.
Sur des échantillons jugés représentatifs du sol susceptible de supporter les fondations,
nous avons effectué les essais d’identification suivants :
 Analyse granulométrique selon la norme NFP 18-560,
 Limites d’Atterberg selon les normes NFP 94-051 et 052.
Les résultats des essais réalisés montrent que Cette formation contient entre 80 et 90 %
des fines (< 0.08 mm) et environ 2 % des éléments de diamètre supérieur à 2 mm. Les
essais de limites d’Atterberg attribuent à ce sol un indice de plasticité de 16 %, avec une
limite de liquidité d’environ 33 %. Ainsi, selon la classification LPC, cette formation peut être
classée en une argile moyennement plastique.
Pour déterminer la portance du sol de fondation, un essai œdométrique a été réalisé sur
un échantillon de la formation : limon argileux légèrement sablonneux. Il On déduit que cette
formation de sol est assez compressible et moyennement expansive.

3-9-1-2. Système de fondation-contrainte admissible :


3-9-1-2-1. Sol et système de fondation :
Vu le type du projet et la nature du terrain, le sol de fondation sera le limon argileux
légèrement sablonneux, ainsi nous recommandons de fonder l’ouvrage sur des semelles
isolées rigidifiées ou filantes ancrées à 1,00 m au minimum par rapport au terrain naturel.
3-9-1-2-2. Calcul de la contrainte admissible :
La détermination de la contrainte de calcul peut soit être déduite de l'expérience, soit être
déterminée par le calcul à partir des résultats d'essais de sol. La méthode utilisée pour
l’estimation des tassements est l’intégration par tranches, en utilisant l’état de la contrainte
sous les fondations données par les abaques de Kérisel, et les caractéristiques
œdométriques du sol. Ils ont estimé des tassements pour la charge de 40 tonnes sur une
semelle isolée carrée, la contrainte admissible étant prise égale à 1.0, 0.8 bar.
Les résultats obtenus sont résumés dans le tableau (53) :

Q(t) 40,00

B×L (m²) 2,00×2,00

11,20

B×L (m²) 2,40×2,40

9,60

Tableau 53 : résultats de la mesure des contraintes admissibles

Il en découle que le tassement du sol pour des taux de travail > 2,50 bar dépasse les
limites tolérées.
On adopte donc une contrainte admissible égale à :

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 125
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

3-9-2. Calcul du fût en béton armé :


Nous considérons que la partie fondation située immédiatement sous la platine se
comporte comme un poteau en béton armé, nous effectuons le calcul à la flexion composée
avec la combinaison à l’ELU selon les règles du BAEL, les efforts agissant sur le fut de
poteaux a l’ELU sont :

3-9-2-1. Armatures longitudinales :

La section d’armature nécessaire est : ( )

{
Application numérique : Donc nous optons pour 12 barres HA 16.

3-9-2-2. Armatures transversales :


 Diamètre des armatures :
Le diamètre des cadres à placer dans le sens transversal est défini par la relation suivante :

 Espacement des cadres :


L’espacement et donnée par la relation :
Soit un espacement de 30 cm .

3-9-2-3. Récapitulation :
Nous optons pour un fut de poteau de section 60*60 cm², le ferraillage est donné par la
figure (85) :

Figure 85 : ferraillage du fut de poteau

3-9-3. Dimensionnement de la semelle du poteau de la


palée :

La semelle est soumise aux efforts suivants :{

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 126
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

3-9-3-1. Pré dimensionnement :


Les dimensions de la fondation doivent vérifier en premier lieu les deux conditions :

{ { √

Application numérique :
Puisque les dimensions imposées par l’effort normal ne sont pas assez grandes, Donc,
nous aurons à vérifier les conditions de non-renversement et de la portance du sol vis-à-vis
de la flexion composée et rectifier les dimensions de la semelle s’il le faut.
Nous commençons par les dimensions de semelle suivantes :

A (cm) B (cm) a (cm) b (cm) h (cm) hremblai (cm)

150 150 60 60 30 70

Tableau 54 : pré-dimensionnent de la semelle

3-9-3-2. Dimensionnement :
Soit Nt et Mt l’effort normal total et le moment total subit par la semelle, on a :

Application numérique :
{

3-9-3-2-1. Excentrement :
On a ; donc le diagramme des contraintes est rectangulaire.

3-9-3-2-2. Condition de non renversement :


Nous sommes dans le cas de l’encastrement donc nous devons nous assurer que la
moitié de la semelle est comprimée . Soit x la longueur de la partie comprimée. Par
équilibre des forces on trouve :

( )

En utilisant les deux relations précédentes, la largeur de la semelle doit vérifier la condition :

On recalcule les efforts : {

3-9-3-2-3. Condition de la résistance de sol (DUT 13.12/ 2.31) :


Dans le cas du diagramme de contrainte triangulaire on a :

Application numérique :

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 127
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Donc cette condition est vérifiée.


3-9-3-2-4. Vérification au poinçonnement :
Il faut vérifier que l’effort de poinçonnement Np ne dépasse pas la limite Nplimite :

* +
{

Donc le poinçonnement est bien vérifié ( )

3-9-3-2-5. Vérification au glissement (DUT 13.12/ 2.33) :


Il faut s’assurer que l’inclinaison de la résultante par rapport à la normale au plan de
contact de la fondation avec le sol reste dans le cône de glissement du demi-angle au
sommet tel que :

Application numérique : donc il y’a pas risque de glissement.


3-9-3-2-4. Récapitulation :
Les dimensions de la semelle à retenir sont illustrées dans la figure (86) :

Figure 86 : coupe lithologique du terrain et les dimensions de la semelle isolée

3-9-3-3. Calcul des armatures


3-9-3-3-1. Dans la direction x :
Dans cette direction, nous avons juste un effort normal et un effort de cisaillement (figure-
87) donc nous utilisons la méthode des bielles tel que :

( )

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 128
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Figure 87 : configuration des efforts sollicitant la semelle

Application numérique : .
Donc nous optons pour 10 barres HA de 12 mm de diamètre espacées de 25 cm.
3-9-3-3-2. Dans la direction y :
Dans cette direction nous avons en plus de l’effort normal et de cisaillement un moment,
donc nous allons utiliser la méthode des poutres et considérer l’aile de la semelle comme
une poutre console, la section d’acier est donnée par la relation :

( ) ( )

( )

{
Application numérique : .
Donc nous optons pour 12 barres HA de 12 mm de diamètre espacées de 20 cm.

3-9-3-4. Récapitulation :
Nous avons opté pour une semelle isolée centrée carrée dont les dimensions et le
ferraillage sont illustrés dans la figure (88) :

Figure 88 : ferraillage de la semelle du poteau de la palée de stabilité

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 129
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

3-9-4. Dimensionnement de la semelle du poteau courant :


En suivant la même démarche de calcul pour la semelle du poteau de la palée de
stabilité, nous optons pour une semelle centrée carrée dont les dimensions et le ferraillage
sont illustrés dans la figure (89) :

Figure 89 : ferraillage de la semelle courant

3-10. Conclusion :
Vers la fin de ce chapitre, dans lequel nous avons clôturé la phase du dimensionnement
des différents éléments de l’ouvrage, nous aboutissons à une ossature stable
mécaniquement et optimisée en termes de matériaux utilisés. La nature de l’activité que
connaitra l’atelier nous pousse à chercher d’améliorer les performances de l’ouvrage
permettant ainsi d’assurer la sécurité et le confort au sein de l’atelier.

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 130
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

chapitre IV. Protection et étude de prix de la


structure
4-1. Introduction :
Ce chapitre abordera l’étude de la protection de la structure qui a pour but d’améliorer les
performances au sein de l’atelier, cette étude comprend la protection contre les risques de la
corrosion et de l’incendie et contre les risques naturels à savoir : la foudre et les eaux
pluviales.
Après, nous avons effectué une étude de prix de la structure pour que le maitre d’ouvrage
ait une idée sur le coût global du projet.

4-2. Protection contre les intempéries :


4-2-1. Protection contre la foudre :
Les coups de foudre un danger considérable pour les structures et les services. Ce
danger peut donner lieu :
 À des dommages affectant la structure et son contenu,
 À des défaillances des réseaux électriques et électroniques associés,
 À des blessures sur des êtres vivants dans la structure ou à proximité.
Des mesures de protection peuvent être prescrites pour réduire les pertes dues à la
foudre. Il est recommandé que la nécessité d’une telle protection et son choix soient
considérés en termes d’évaluation du risque.

4-2-1-1. Définition :
 Foudre : décharge électrique d’origine atmosphérique entre un nuage et la terre,
pouvant comprendre plusieurs impulsions de courant (arcs en retour),
 Coup de foudre : impact simples ou multiple de la foudre au sol,
 Point d’impact : point ou le coup de foudre frappe la terre, une structure, ou une
installation de protection contre la foudre,
 Zone protège : volume d’influence du paratonnerre à dispositif d’amorçage dans
lequel il est le point d’impact de la foudre,
 Densité de foudroiement : nombre d’impacts par an au km²,
 Densité d’arcs (Na) : nombre d’arcs en retours par an au km². Un impact est en
moyenne constitue de plusieurs arcs.

4-2-1-2. Système de protection contre la foudre


C’est un système complet permettant de protéger une structure et des zones ouvertes
contre les effets de la foudre. Il comprend une installation extérieure et si nécessaire une
installation intérieure de protection contre la foudre.
IEPF : une installation extérieure de protection contre la foudre comprend un ou plusieurs
dispositifs de capture, un ou plusieurs conducteurs de descente, et une ou plusieurs prises
de terre.
IIPF : une installation intérieure de protection contre la foudre comprend tous les
dispositifs réduisant les effets électromagnétiques du courant de décharge atmosphérique à
l’intérieur de l’espace à protéger.
PDA : paratonnerre à dispositif d’amorçage c’est un paratonnerre a tige équipé d’un
système générant une avance à l’amorçage.

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 131
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

4-2-1-3. Normes er référentiels applicables :


Il est toujours recommandé de vérifier les exigences qui existent pour les systèmes de
protection contre la foudre dans les normes et les règlements obligatoires nationaux.
D'autres normes et règlements peuvent aussi être applicables à la protection contre la
foudre. La norme utilisée pour déterminer les critères de conception des systèmes de
protection contre la foudre est la NF 17102 et la norme CEI 62305-2.

4-2-1-4. Étude du risque de foudroiement et choix de


niveau de protection :
Une évaluation prend en compte le risque de foudroiement et les facteurs suivants :
 Environnement de la structure,
 Type de construction,
 Contenue de la structure,
 Occupation de la structure,
 Conséquences d’un foudroiement.
4-2-1-4-1. Surface de capture équivalente :
La surface équivalent de capture est donnée par la relation :

4-2-1-4-2. Fréquence attendue des coups de foudre directs sur la


structure :
Cette fréquence est donnée par la relation :
Avec :

L’atelier est situé dans un terrain ou il existe des objets et des arbes de méme hauteur ou
plus élevés.
Application némirique :
4-2-1-4-3. Fréquance acceptée des coups de foudre sur une
structure :
Les valeurs de Nc sont estimées à travers l’analyse du risque de dommage en prenant en
compte des facteurs appropries tel que :
 Le type de construction,
 Le contenue de la structure,
 L’occupation de la structure,
 Les conséquences du foudroiement.

Cette fréquence est donnée par la relation :

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 132
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Avec :

Application némirique :

4-4-1-6. Méthode de sélection du niveau de protection :


La valeur de la fréquence acceptée de coup de foudre Nc sera comparée avec la valeur
de la fréquence attendue de coups de foudre sur la structure Nd. Cette comparaison permet
de décider si un système de protection contre la foudre est nécessaire, et si oui à quel
niveau de protection.

Dans notre cas on a : ,donc un système de protection est nécessaire, ce système


doit respecter les spécification données dans la norme pour le niveau III (courant de crètes
I=14,70 kA ; distance d’amorçage D=60,00 (m))

4-2-1-7. Conception de l'installation extérieure contre la


foudre :
Pour la protection de la structure il faut installer un paratonnerre à dispositif d'amorçage
avec leurs conducteurs de descente et des prises de terres correspondants comme le
montre le plan de couverture et de mise à la terre illustrée dans la figure (90) :

Figure 90 : rayon de protection du dispositif de paratonnerre

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 133
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

4-2-1-8. Installation du paratonnerre :


Le paratonnerre est placé sur la ligne faitage au milieu sur une hauteur de 2,00 mm.
Comme le montre la figure (91) :

Figure 91 : vue en élévation du paratonnerre

4-2-1-9. Système de capture :


Nous avons opté pour un paratonnerre modèle DAT CONTROLER PLUS (AT1545)
(figure-92), avec un rayon de protection de 92,00 m. pour une hauteur de 11,30 m. dans un
Niveau III de protection et avec un temps d'avance à l'amorçage de 45 microsecondes,
conforme à la norme NF 17102.

Figure 92 : paratonnerre DAT CONTROLER PLUS

Le paratonnerre sera fixé par un ancrage de déport à mur avec un mât en acier galvanisé
de 2 mètres et la pièce d'adaptation correspondante(figure-93).

Figure 93 : dispositif de fixation du paratonnerre

NB : Le paratonnerre doit être installé à au moins 2 mètres au-dessus de tout autre objet
se trouvant dans son rayon de protection.

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 134
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

4-2-1-10. Système de conducteur de descente :


Lorsque le paratonnerre est fixé à une structure métallique, on considère cette structure
comme composant naturel et par conséquent comme second conducteur de descente. Le
circuit de liaison à la terre est constitué par du conducteur cuivre étamé de section minimum
de 50 mm², disposé à l’extérieur du bâtiment.
Ce circuit est réalisé, avec sa prise de terre respective, avec une trajectoire la plus
rectiligne possible. Cela sera effectué avec du ruban qui sera fixé à la paroi à l'aide
d'attaches appropriées et avec une distance entre elles de 0,5m. Le ruban présente une plus
grande surface pour la même quantité de matériel conducteur que le câble, et a donc moins
de résistance, moins d'inductance et génère un champ électrique plus petit. Les descentes
seront protégées contre d'éventuels chocs mécaniques par un tube de protection (fourreau)
d'une hauteur de 2 m à partir du sol. Un compteur de coups de foudre sera installé pour
chaque paratonnerre (figure-94).

Figure 94 : vue en élévation du système de la mise à la terre

4-2-1-11. Système de prises de terre :


La prise de terre du paratonnerre, isolée de tout autre élément métallique, devra avoir une
résistance maximum de 10 Ω NF 17102. Pour ce faire, une prise de terre sera réalisée pour
chaque conducteur de descente, composée d’un ensemble de 3 électrodes en acier cuivré
de 2m de longueur, lesquelles une fois fixées dans le terrain, seront unies entre elles avec
du ruban (figure-95). Chaque prise de terre sera pourvue d'un regard de visite et d’un joint de
contrôle afin de pouvoir réaliser des mesures ultérieures. Comme illustrée par la figure
suivante :

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 135
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Figure 95 : détail du système de la mise à la terre

4-2-2. Descente des eaux pluviales :


Les systèmes d'évacuation des eaux pluviales jouent un rôle important dans la protection
contre les intempéries, notamment la pluie, la couverture et la toiture avec étanchéité sont
tributaires de l'efficience d'un système d'évacuation des eaux pluviales (EEP).
Traditionnellement basé sur l'écoulement gravitaire des eaux, celui-ci est formé par
l'assemblage étanche d'un ensemble d'éléments : gouttières, naissances, cuvettes,
descentes, coudes, dauphins, etc., acheminant les eaux collectées jusqu'aux réseaux de
VRD (voirie, réseaux divers), comme le montre la figure (96).

Figure 96 : élément de descente des eaux pluviales

Pour bien fonctionner, ce système doit être correctement dimensionné, y compris les
regards de raccordement en voirie, et correctement mis en œuvre, ce qui suppose une
bonne coordination des corps d'état sur les chantiers.

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 136
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

4-2-2-1. Dimensionnement des composants du système


d’EEP
La norme qui fixe les règles de calcul est le NF DTU 60.11 « Règles de calcul des
installations de plomberie sanitaire et des installations d'évacuation des eaux pluviales ».
Pour calculer la section des gouttières et, il faut tenir compte de la surface en plan de la
couverture intéressée. La longueur maximum des chéneaux et des gouttières est de 12
mètres sans dispositifs de dilatation.
Nous choisissant dons d’installer 28 descentes d’eau pluviale, qui seront fixées sur les
poteaux, dont quatre descentes périphériques et 24 descentes centrales tous les 12 mètres.
Les gouttières seront introduites avec de faible pente et comprendront des joints de dilatation
chaque 12 m et les moignons seront de type conique.
 Les gouttières :
Le tableau 1 de la deuxième partie du DTU indique les sections minimales en cm2 des
conduites de section semi-circulaires et pour un débit de 3 l/min/m2 en fonction de la pente
et de la surface en plan de toiture desservie en m2.
Dans notre cas, la surface desservie : Sd = 149.16 m2, on lit sur le tableau la valeur de la
surface correspondante de la gouttière. On trouve Sg = 265 cm2 , on a ;
avec est le diamètre de la gouttière, d’où = 25.98 cm. Donc nous optons pour des
gouttières ayant un diamètre 26 cm.

Figure 97 : fixation de la gouttière

Figure 98 : joint de dilatation de la gouttière

 Les tuyaux de descente E.P :


Pour les tuyaux de descente E.P, le diamètre intérieur minimal est fixé par le DTU à un
minimum de 6 cm pour éviter tout risque d’obstruction. Le diamètre de la descente est
donné en cm par le tableau 1 de la deuxième partie du DTU en fonction de la surface
desservie, on trouve = 12 cm
 Les moignons :

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 137
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Les dimensions du moignon sont données dans le tableau 5 de la partie II du DTU 60.11 :

Figure 99 : caractéristiques géométriques du moignon

Avec est le diamètre intérieur des tuyaux de descente :


On trouve :

4-3. Protection contre la corrosion :


En fonction du degré d’agressivité auquel est soumis l’ouvrage, de la durée de protection
envisagée, des possibilités de mise en œuvre et d’entretien, et du coût, l’acier recevra une
protection plus ou moins poussée selon ses fonctions dans la construction :
 Enveloppe : l’acier devra résister aux agressions extérieures (environnement) et
éventuellement intérieures (condensation) ;
 Éléments porteurs : généralement peu exposés s’ils sont à l’intérieur des ouvrages, ils
ne nécessitent pas de protections importantes. À l’extérieur, il faut en revanche assurer
leur pérennité ;
 Esthétique : pour les éléments visibles, même si la corrosion n’est pas redoutée, il peut
parfois être nécessaire d’appliquer des revêtements pour des raisons esthétiques et
d’aspect.
Lorsqu’il est soumis à des atmosphères humides, à des agressions chimiques, à la
condensation, qu’il est en contact avec l’eau ou les sols, l’acier, comme tous les métaux,
tend à s’oxyder et à se corroder. C’est un phénomène électrochimique qui entraîne la
formation d’oxyde (rouille). Dans le cas de l’acier ordinaire non protégé, la rouille est une
matière pulvérulente, sans résistance mécanique et poreuse, ce qui permet la progression
du phénomène à l’intérieur de la pièce et sa dégradation progressive.

4-3-1. Méthodes de protection :


4-3-1-1. Préparation de la surface
La préparation de la surface consiste en l’enlèvement de toute impureté présente sur
l’élément : calamine, rouille etc. Elle joue un rôle important dans la détermination de la valeur
protectrice d’un revêtement. Plusieurs procédés sont utilisés :
 Le décapage à l’acide : pour la galvanisation et la métallisation ;
 Le grenaillage et sablage : pour la peinture anticorrosion.

4-3-1-2. Peinture de revêtement


Les peintures de revêtement sont la méthode la plus couramment utilisée de protection de
l'acier contre la corrosion. Une bonne connaissance de la grande variété de peintures
disponibles est nécessaire pour comprendre leurs capacités et leurs limites.
Les systèmes de peinture ne doivent pas être considérés comme étant simplement
plusieurs couches de revêtement superposées. Les aspects suivants sont aussi à prendre
en compte :
 L'état de la surface avant l'application du revêtement : nettoyage et préparation
mécanique ;

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 138
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

 Le choix des matériaux de revêtement et la composition du système ;


 Les limites supérieures et inférieures de l'épaisseur du film sec ;
 Les conditions environnementales pendant l'application et le séchage du revêtement ;
 Les conditions d'exposition, la durée de vie et les coûts anticipés.
En général, un système de peinture a trois composants :
 La couche primaire qui est un liant permet l’adhérence et inhiber le processus de
corrosion ;
 La couche intermédiaire : Contribue à l’épaisseur totale du revêtement. C’est la
seconde barrière à la corrosion.
 La couche de finition : donne la couleur et résiste à l’abrasion, aux attaques
chimiques et aux intempéries. La couche de finition peut être une couche de peinture
intumescente. Pas de couche de finition si flocage.

Propriétés Mise en œuvre

– En atelier ou sur chantier


– Protection la moins chère
Avantages – Finition propre et couche régulière
– Taille des éléments illimités.

– Protection interrompre en cas de dégradation ou – Temps de réalisation long


fissure.
– Durée de vie faible par
Inconvénients
– Nécessite une bonne préparation de surface. rapport aux autres.

Tableau 55 : avantages et inconvénients de peinture de revêtement

4-3-1-3. Galvanisation
La galvanisation à chaud est la formation d’un revêtement de zinc et/ou d’alliages zinc-fer
par immersion de pièce en acier ou en fonte dans un bain de zinc en fusion.
Les avantages et les inconvénients de cette méthode sont présentés dans le tableau
(56) :

Propriétés Mise en œuvre

– Enrobage totale de la pièce.


– « Double protection » : physique par
– Réalisation en atelier à bonne
enrobage et électrochimique grâce au zinc.
cadence.
– Epaisseur du revêtement importante (70 à
Avantages – Efficacité de cette protection
80 microns)
estimée à 30 ans en milieu urbain.
– Revêtement très adhérent : création d’un
– Finition pas obligatoire.
alliage métallique.

– Risque de de formation des pièces fines à – Facile à abimer lors du transport


cause de la température haute de fusion ou manutention.
Inconvénients (450°C) – Trous et filtrage obstrués par le
– Résidus de zinc lors de la sortie de la pièce zinc en fusion, nécessitant un
et irrégularités de surface dues à perçage ultérieur qui abime.

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 139
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

l’épaisseur du zinc déposée.

Tableau 56 : avantages et inconvénients de la galvanisation

4-3-1-4. Métallisation par projection


La métallisation par projection consiste à faire fondre le métal et à le projeter sur la
surface à l’aide de pistolet à flamme ou d’arc électrique. Cette méthode est peu utilisée dans
le cas de structures neuves, mais peut être utile pour la protection d’ouvrages existants
(utilisation facile sur chantier).
Les avantages et les inconvénients de cette méthode sont présentés dans le tableau
(57) :

Propriétés Mise en œuvre

– Effectuer en atelier ou sur


– Durée de vie et résistance la plus grande.
chantier
Avantages – Adaptation à toute qualité d’acier
– Taille des éléments illimités.

– Temps de réalisation long


– Haut niveau de propreté de surface exigée.
– Inadaptée pour les grandes
Inconvénients – Nécessite peinture de finition.
structures et cher.

Tableau 57 : avantages et inconvénients de la métallisation par projection

4-3-4. Solution adoptée :


Tenant en compte de la nature de l’activité que va connaitre l’atelier et qui se caractérise
par la présence abondante des sources d’eau et des avantages de la méthode de protection
par galvanisation, nous proposons de galvaniser à chaux les poteaux et les potelets en HEA
(figure-100).

Figure 100 : protection par galvanisation des profilés

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 140
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

4-4. Protection contre l’incendie :


4-4-1. Définition :
La sécurité incendie relève d'une considération de conception très importante pour
n’importe quel bâtiment. Il est nécessaire d'observer des exigences réglementaires
minimales pour assurer une protection adéquate contre toute perte de vies humaines en cas
d'incendie. Les usagers du bâtiment peuvent, quant à eux, souhaiter protéger leur propriété
et la poursuite de leurs activités. Ceci peut augmenter sensiblement les coûts d'un bâtiment,
l'optimisation de la conception de la protection incendie peut donc permettre de réaliser des
économies tout à fait valables.
Les objectifs détaillés sont les suivants :
 Assurer des voies d'évacuation sûres et une lutte efficace contre l'incendie ;
 Permettre une détection précoce des fumées ou de la chaleur ;
 Maîtriser l'incendie et les fumées ;
 Empêcher la propagation du feu ;
 Empêcher l'effondrement prématuré de la structure principale.

4-4-2. Systèmes de protection :


Deux types de protections permettent de lutter contre la dégradation du bâtiment et la
propagation du feu lors d’un incendie :
 Protection active
Les systèmes actifs : sont des dispositifs dynamiques à installer pour prévenir les
incendies et limiter leur propagation, nous citons :
- Les Sprinklers à eau,
- Système de désenfumage,
- Les extincteurs.

 Protection passive
La protection passive consiste à intégrer dans la construction des systèmes limitant la
propagation de l’incendie. Pour la construction métallique, il existe différentes protections
passives :
- Le flocage,
- Les peintures intumescentes,
- Les écrans,
- Les constructions mixtes.

4-4-2-1. Protection par flocage


Le flocage se fait par projection d’un produit minéral coupe-feu ou stable au feu sur la
surface à protéger. La projection se fait sur chantier, après montage et assemblage, sur des
surfaces brutes ou ayant reçu une couche de peinture primaire.
Il existe deux types de flocage : flocage fibreux et flocage pâteux. La différence entre
flocage pâteux et fibreux est leur densité, elle est plus importante pour le flocage pâteux, ce
qui explique le gain de qualité amené par ce dernier.
Le tableau (58) présente les avantages et les inconvénients du flocage fibreux :

Propriétés Mise en œuvre

Avantages – Peu cher – Application rapide

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 141
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

– Remplace la protection – S’adapte à toute forme de


anticorrosion structure

– Esthétique : besoin de
– Sujet aux fissurations
finition
– Besoin de primaire ou
Inconvénients – Produit salissant
d’un grenaillage
– Couche d’adhérence
souvent nécessaire.

Tableau 58 : avantages et inconvénients du flocage

4-4-2-2. Protection par Peinture intumescente


La peinture intumescente est une protection stable au feu en intérieur comme en
extérieur. C’est un produit thermoplastique qui gonfle sous l’action de la chaleur (à partir de
200 °C) pour former une mousse microporeuse isolante « meringue » qui va isoler
thermiquement le support. La protection varie de 30 minutes à 2 heures. Cette solution est
plus esthétique car elle propose une finition parfaite avec un vaste choix de couleurs et
simple à mettre en œuvre. La stabilité au feu de ces peintures est directement liée à
l’épaisseur de la couche de peinture mise en œuvre.
Le tableau (59) présente les avantages et les inconvénients de la Peinture intumescente :

Propriétés Mise en œuvre

– Mise en valeur de l’aspect


architectural de la structure acier. – Finition propre (Une couche de finition
Avantages n’est pas indispensable).
– Epouse toutes les formes.

– Grenaillage nécessaire. – Protection sensible aux chocs


Inconvénients – Couche primaire anticorrosion – Délais de séchage long, donc délais
nécessaire. d’application long.

Tableau 59 : avantages et inconvénients de la peinture intumescente

4-4-2-3. Construction mixte


Dans le cas des constructions mixtes acier/béton, la charpente profite de la bonne
résistance du béton au feu comme protection. C’est notamment le cas pour :
 Poteaux creux en acier remplis de béton : permet une performance incendie
dépendant principalement de la dimension de l’élément, ainsi que des propriétés de
résistance traction/flexion du béton, il existe deux types de remplissage :
 Béton armé (armature ou fibre acier) : il peut résister jusqu’à 120 minutes,
 Béton non armé : il peut atteindre 30 minutes de résistance.
 Profilé IPE ou HEA recouvert de béton,
 Plancher béton à bac acier résistante jusqu’à 2 heures.

4-4-2-4. Protection par écrans


Protection par cloisons ou plafonds suspendus, permet de combiner les fonctions
acoustique, thermique et étanchéité, à la protection incendie, ce qui apporte un gain
financier.

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 142
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Les écrans doivent assumer l’étanchéité aux gaz, l’isolation thermique et la stabilité
nécessaire à la non propagation du feu, d’où une attention particulière pendant le montage
du joints coupe-feu et des assemblages.

4-4-3. Solution adoptée :


Tenant en compte des avantages de la peinture intumescente et de sa facilité
d’exécution, nous proposons de l’appliquer sur l’ensemble des éléments de l’ossature
(figure-101).

Figure 101 : protection par peinture intumescente

4-5. Protection thermique


4-5-1. Définition :
D’après le règlement thermique de construction au Maroc, parmi les secteurs
économiques, le bâtiment est le deuxième consommateur d’énergie avec une part de 25%
de la consommation énergétique totale du pays, dont 18 % réservés au résidentiel et le reste
pour le tertiaire. Cette consommation énergétique est appelée à augmenter rapidement dans
les années futures pour deux raisons :
 L’évolution importante du parc de bâtiments à cause des grands programmes
adoptés par l’état.
 L’augmentation sensible du taux d’équipement des ménages en équipements CVC,
éclairage et ECS du fait de l’amélioration du niveau de vie et la baisse des prix de
ces équipements (chauffage, climatisation, chauffage de l’eau, réfrigération, etc.).

Figure 102 : pourcentage d’énergie consommée selon le secteur

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 143
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

La mise en place d’une isolation thermique dans l’enveloppe du bâtiment, est la mesure
d’efficacité énergétique qui contribue le plus à réduire la demande énergétique de
climatisation et à réduire les émissions de CO2 dans l’atmosphère, en fonction du niveau
d’isolation ou de la typologie constructive du bâtiment. En isolant le bâtiment on peut
atteindre les objectifs suivants :
 Optimiser le confort d’habitabilité des personnes ;
 Réduire les fuites thermiques, et par conséquent réduire les dépenses d’énergie des
appareils de climatisation et des équipements de froid ;
 Protéger les murs des façades et d’autres éléments de construction contre l’humidité
par condensation de la vapeur d’eau ;
 Contribuer à la sécurité passive contre les incendies, puisqu’il s’agit de matériaux
isolants incombustibles sans aucune contribution au développement du feu.
En termes d’économie d’énergie, le programme d’efficacité énergétique dans le secteur
du bâtiment au Maroc prévoit une économie d’énergie totale d’environ 1,22 Mtep à l’horizon
2020.

4-5-2. Etude du règlement RTCM :


La réglementation Thermique des Constructions au Maroc (RTCM) repose sur un
ensemble de données et d’hypothèses de base tout en évaluant leur fiabilité et leur impact
au niveau du consommateur final ainsi qu’au niveau de l’État et de la collectivité.

4-5-2-1. Zonage
Le territoire marocain a été subdivisé en zones climatiques homogènes en se basant sur
l’analyse des données climatiques enregistrées par 37 stations météorologiques sur la
période de 1999-2008 (10 ans). D’après ce zonage, la région d’Agadir est classée : zone 1.

4-5-2-2. Approches adoptées par le règlement


D’après le règlement en vigueur, Les spécifications techniques minimales des
performances thermiques peuvent être exprimées, pour chaque zone climatique et chaque
type de bâtiment selon deux approches :
 Une approche globale dite performancielle :
Les spécifications sont dans ce cas exprimées en termes d’exigences minimales en
besoins spécifiques annuels de chauffage et de climatisation, par rapport à des températures
intérieures de référence. Selon cette approche, les spécifications techniques minimales des
performances thermiques des bâtiments tertiaires fixées par la RTCM sont présentées dans
le tableau (60) :

Écoles Administrations Hôpitaux Hôtels

Agadir Z1 44 45 72 48
Tanger Z2 50 49 73 52
Fès Z3 61 49 68 66
Ifrane Z4 80 35 47 34
Marrakech Z5 65 56 92 88
Errachidia Z6 67 58 93 88

Tableau 60 : Besoins en climatisation selon les zones (KWh/an)

 Une approche prescriptive

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 144
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Dans ce cas, les spécifications techniques sont exprimées, pour chaque type de
bâtiments et chaque zone climatique, sous forme de coefficients maximaux de transmission
thermique (U en W/m²/K) des murs, de la toiture, des fenêtres et des planches basses, en
fonction du rapport de la surface des ouvertures vitrées à la surface brute de la façade. (Voir
Annexe (4)).

4-5-2-3. Systèmes d’isolation


 Façade
D’après le règlement en vigueur, l’isolation thermique des façades du bâtiment, peut être
réalisée selon trois méthodes différentes :
 Isolation par l’extérieur : appliquer une couche de matériau isolant sur la face extérieure
du mur,
 Isolation par injection des murs creux (doublage) : remplir partiellement ou intégralement
la coulisse par de l'isolant,
 Isolation par l’intérieur : la fixation de l’isolant thermique sur la face intérieure du mur.

 Toiture
Il existe trois méthodes d’isolation de la toiture :
 Toiture chaude : désigne la toiture dont l'isolant est placé sur le support. L'isolant est
recouvert par la membrane d'étanchéité, qui le protège,
 Toiture inversée : désigne la toiture dont l'étanchéité est placée sur le support et dont
l'isolant est posé sur l'étanchéité,
 Toiture combinée : consiste en un mélange des techniques "toiture chaude" et "toiture
inversée", la membrane d’étanchéité est encadrée par les deux couches de l’isolant.

4-5-3. Indices de performance thermique :


 Conductivité thermique λ
C’est la quantité de chaleur par unité de temps, qui traverse une unité de surface d’un
matériau ayant une épaisseur d’une unité, lorsque la différence de température entre les
deux faces est d’un degré. C’est une valeur intrinsèque de chaque matériau, son unité est
W/(m.K).
 Résistance thermique R
C’est l’aptitude d’un produit à s’opposer au passage de la chaleur. Elle dépend de
l’épaisseur du produit et se calcule en divisant l’épaisseur par le coefficient λ du matériau
correspondant, son unité est m2.K/W :

Plus la résistance thermique R d’un produit est grande, plus le matériau est isolant.
 Transmission thermique U
Le coefficient de transmission thermique U d’un élément de construction (toit, mur, sol…)
constitué de couches successives de différents matériaux ou produits est la quantité de
chaleur qui le traverse. Le coefficient de transmission thermique est l’inverse du coefficient
des résistances thermiques de chaque couche, y compris les résistances thermiques
superficielles internes et externes, son unité est W/(m2.K).


Avec : et sont respectivement la somme des résistances thermiques superficielles
internes et externes, ces derniers sont donnés par le tableau (61) :

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 145
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 146
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Paroi en contact avec Paroi en contact avec un autre


l’extérieur local

Paroi verticale
>60°avec le plan 0.11 0.06 0.17 0.11 0.11 0.22
horizontal
Paroi horizontale
<60°avec le plan
0.09 0.05 0.14 0.09 0.09 0.18
horizontal flux
ascendant
Paroi horizontale
<60°avec le plan
0.17 0.05 0.22 0.17 0.17 0.34
horizontal flux
descendant

Tableau 61 : résistances thermiques superficielles internes et externes

4-5-4. Consistance de l’étude :


L’objectif de cette étude est le choix d’une composition qui s’ajoutera à la construction
existante afin d’améliorer ces performances en termes d’isolation thermique, cette
composition doit permettre d’avoir un besoin en climatisation inférieur à celui décrit par le
règlement selon l’approche performancielle.

4-5-4-1. Données climatiques


Nous étudions l’isolation thermique du local pendant la période d’été : de 1 Mai jusqu’à 30
Septembre, donc le nombre de jour de climatisation est 152 jour.
En se basant sur les données climatologiques, la température à l’extérieur pour le calcul
de la charge frigorifique dans la zone d’Agadir est : =38° .
Pour notre cas, et puisque le local étudié est un espace qui connaitra des activités de
préfabrication, la température ambiante qu’il faut maintenir à l’intérieur est : =25° .

4-5-4-2. Composition des périphériques de l’ossature


 Composition des parois verticales :
Les bardages métalliques sont des parois qui assurent à la fois la résistance mécanique,
l’étanchéité à l’air et à l’eau, l’isolation thermique et acoustique, et l’esthétique.
Le panneau sandwich, FRP, représente un élément autoportant remplissant
simultanément les fonctions de paroi et d’isolation thermique (figure-103). Il associe deux
parements d’acier revêtu, au moyen d’une âme en mousse polyuréthane rigide (PUR) ou
polyisocyanurate rigide (PIR).

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 147
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Figure 103 : composition des parois verticales

La transmission thermique des parois verticales est donnée par le tableau (62) :

Panneau Épaisseur (cm) λ (w/(m.K)) R (m². K/w) U (w/(K.m²)


Sandwich 10 0.03 3.33
0.06 0.28
0.11
Tableau 62 : transmission thermique des parois

 Composition de la toiture :
Nous optons pour une composition de toiture comportant en plus de la tôle en acier de
type TOITESCO, une couche de laine de verre surmontée d’un complexe d’étanchéité
bitumineux (figure-104).

Figure 104 : composition de la toiture

La transmission thermique de la toiture est donnée par le tableau (63) :

Matériau Epaisseur (cm) λ (w/(m.K)) R (m². K/w) U (w/(K.m²)


Etanchéité 0.8 0.23 0.03
Laine de verre 10 0.034 2.94
Tôle
1 50 0.0002 0.31
TOITESCO
0.05
0.17
Tableau 63 : transmission thermique de la toiture

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 148
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

 Composition de l’assise :
Le sol sera composé d’une couche de béton de dallage d’épaisseur 15 cm (figure-105).

Figure 105 : composition de l’assise

La transmission thermique de l’assise est donnée par le tableau (64) :

Matériau Epaisseur (cm) λ (w/(m.K)) R (m². K/w) U (w/(K.m²)


Dallage en
15 1.7 0.05
béton
3.2
0.05
0.17
Tableau 64 : transmission thermique du dallage

4-5-4-3. Besoin en climatisation réglementaire


Le règlement RTCM fixe la valeur du Besoin spécifique thermique annuel maximal de
climatisation dans le secteur tertiaire et pour la région d’agadir dans : 72 KWh/m2/ans, ce qui
est équivalent pour notre période de calcul de 152 jours à : 29.98 KWh/m2.

4-5-5. Bilan thermique :


Un bilan thermique permet de déterminer les besoins en climatisation. C’est un calcul qui
se base sur la quantification des apports thermiques qui, malgré la complexité de certaines
formules, est assez simple et précis car les données d'entrée sont connues avec assez de
précision. La partie délicate est de connaître les différents apports gratuits, internes ou
externes.

4-5-5-1. Apport des occupants


Selon le type d’activité dans un local, la main d’œuvre apporte une quantité de chaleur
considérable.
Pour notre cas la main d’œuvre est estimé par 15 personne exerçant une activité ayant un
type d’agressivité moyenne d’une durée de 10 heures par jour, et la chaleur apportée par
une personne est estimée par 4220 W
Le flux de chaleur en Wh qui en résulte se calcul par application de la formule suivante :

Avec :
N : le nombre des occupants
U : chaleur apportée par une personne en W.
T : durée de la saison de calcul en h.
Application numérique : , ,

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 149
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Donc :

4-5-5-2. Apport de l’éclairage


Il constitue une source de chaleur sensible et dépend du type de lampe et du système
d’éclairage. Il y a cinq principaux systèmes d'éclairage à considérer selon l’activité exercée :
 Eclairage général : 12-14 W/m²,
 Eclairage général par zone : 10-12W/m²,
 Eclairage de base et éclairage du plan du travail : 10W/m²,
 Eclairage ponctuel uniquement : 8-12W/m²,
 Eclairage indirect : 20-25 W/m².
Nous adoptons un éclairage général qui sera exploité durant au moins trois heures par
jour.
La quantité de chaleur en Wh dégagée est donnée par la formule suivante :

Avec :
U : la chaleur dégagée par le système d’éclairage en W/m²,
S : surface du plafond en m²,
T : durée de la saison de calcul en h.
Application numérique : , ,
Donc : .

4-5-5-3. Transmission des périphériques


On calcule les transmissions totales par les parois en répertoriant chaque paroi de
surface et de coefficient de transmissions surfaciques , suivant la formule :

Avec :
est le nombre degrés jours de climatisation et égal pour un jour à la différence entre la
température extérieure et la température souhaitable.
T : durée de la saison de calcul en h.
Application numérique : , ,
,
Donc : .

4-5-5-4. Transmission par renouvellement d’air


Le taux de renouvellement est supposé égale à = 50 % du volume du local . Les
transmissions par renouvellement d’air sont données par la formule suivante :

Application numérique :

4-5-5-4. Apports non chiffrables


Pour tenir compte des apports dus aux équipements et matériels techniques, apports
solaires et pour les incertitudes, nous effectuons une majoration de 5%.

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 150
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

4-5-5-5. Besoin total en climatisation :


La formule qui permet de calculer la consommation d’énergie totale en KW h/m²/an
durant la période de climatisation est la suivante :

Avec :
est la Transmission totale du bâtiment :
est l’apport de la chaleur par les occupants et par l’éclairage :
SHON est la surface hors œuvre nette en m² :
n est le facteur de réduction qui prend en compte le comportement dynamique du bâtiment,
pour des raisons de simplification des calculs, on prend n = 1
Application numérique : , :
,
Donc .

4-5-5-6. Récapitulation :
D’après les calculs du bilan thermique effectués, le besoin total en climatisation pour notre
projet d’étude et pour la période d’étude d’été de 152 jours est égal à .Cette
valeur est inférieure au besoin en climatisation maximal prescrit par le RTCM estimé de
. Nous pouvons donc dire que les dispositions de protection thermique que
nous avons employées répondent bien aux exigences du RTCM.

4-6. Etude de prix :


Pour pouvoir estimer le coût global d’un projet, il est nécessaire d’établir tout d’abord un
avant métré des matériaux et des travaux qui font partie de l’exécution du projet à savoir :
 Terrassements,
 Béton armé,
 Ossatures,
 Couvertures.
Pour notre cas, nous allons effectuer un métré, pour aboutir à l’estimation du coût global
du lot charpente métallique du projet tout en tenant compte des différentes prestations
(mains d’œuvre, transport …).

4-6-1. Métré :
4-6-1-1. Ossature métallique :
Elle comporte les fournitures, pose, fabrication de l’ossature métallique du bâtiment
comprenant tous les profilés à savoir : les poteaux, les chemins de roulements, les traverses,
les pannes de couvertures, les lisses de bardage, les sablières, les liernes et suspentes, les
systèmes de contreventement, les potelets y compris la boulonnerie et les outils
d’assemblage.
Le tableau (65) résume le calcul du métré de l’ossature porteuse :

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 151
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

1-Ossature principale
Éléments Type de Poids Longueur Nombre Poids (kg)
profilé (kg/ml) (m)
Traverse de rive IPE 270 36,8 4,15 6 916,32
Traverse courante IPE 450 79,1 12,44 50 49200,20
Jarret ½ IPE 450 79,1 2,488 100 9840,04
Poteau du portique courant HEA 340 107,1 8,4 50 44982,00
Poteau du portique de rive IPE 300 43.1 8.4 2 724,08
Total Ossature principale (kg) 105663,00
2-Ossature secondaire
Potelets IPE 220 26,7 9,3 5 1241,55
Lisses pignon UPN 100 10,8 4,15 28 1254,96
Lisses long pan UPN 120 13,7 6 250 20550
Suspentes Rond d=6mm 0,22 2 350 154
Pannes IPE 120 10,6 6 350 22260
Liernes Rond d=6mm 22,2 2,1 450 20979
Poutre au Diagonale CAE 25*25*4 1,45 7,3 92 973,82
vent (1)
Diagonale CAE 50*50*5 3,77 7,3 24 660,504
(2)
Montant HEA 100 17,1 6 10 1026
Butons HEA 100 17,1 6 50 5130
Palée de Diagonale CAE 50*50*7 5,17 14,8 4 306,064
stabilité Montant HEA 100 17,1 6 2 205,2
Total Ossature secondaire (kg) 74741,00
3-Chemin de roulement
Chemin de roulement HEA 400 127,4 6 46 35162,4
Corbeau IPE 450 79,1 0,6 48 2278,08
Rail Tube 60*40 18,9 6 46 5216,4
Attache L 150*90*10 18,2 6 48 5241,6
Total Chemin de roulement (kg) 47898,00

Tableau 65 : détail de métré de l’ossature métallique

4-6-1-2. Couverture :
Le tableau (66) résume le métré des éléments de la couverture et du bardage :

Elément Type Surface (m²)


Toiture TOITESCO 3732,00
Bardage Panneau Sandwich FRP 2739,50
Etanchéité Multicouche 2739,50

Tableau 66 : métré des éléments de la couverture et du bardage

4-6-1-3. Eléments de descente d’EP :


Le métré éléments de la descente des eaux pluviales est :

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 152
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

 28 tuyaux de descente d’eau pluviale d’un diamètre de 12 cm ;


 Des gouttières demi ronde d’un diamètre de 26 cm et d’une longueur totale de 300
m;
 28 moignons conique.
La quantité en mètre linéaire des chêneaux et des descentes est de : 535,20 (m)

4-6-1-4. Eléments de fondation :


Le métré des éléments des fondations de l’ouvrage est résumé dans le tableau (67) :

Désignation Quantité Nombre Quantité Unité


unitaire totale
Terrassement Poteau courant 10,82 46 497,72 m3
Poteau de palée 13,5 4 54 m3
Poteau de rive 3,84 2 7,68 m3
Potelet 2,5 5 12,5 m3
Longrine 0,85 56 47,6 m3
Béton du fût de Poteau courant 0,4 46 18,4 m3
poteau Poteau de rive 0,16 2 0,32 m3
Poteau de palée 0,4 4 1,6 m3
Potelet 0,12 5 0,6 m3
Béton des Poteau courant 3,2 46 153,6 m3
semelles Poteau de palée 4 4 16 m3
Poteau de rive 0,84 2 1,68
Potelet 0,4 5 2 m3
Armature du fût Poteau courant (T16) 1,6 46 73,6 m
de poteau Poteau de palée (T16) 1,6 576 921,6 m
Potelet (T12) 1,6 40 64 m
Poteau de rive (T12) 1,6 16 25,6 m
Armature des Poteau courant (T12) 2,35 960 2256 m
semelles Poteau de palée (T12) 2,5 88 220 m
Potelet (T12) 0,95 40 38 m
Poteau de rive (T12) 1,4 24 33,6 m
Longrine Béton 0,56 55 30,8 m3
Armature longitudinale 3,7 220 814 m
(T12)
Armature transversal 1,5 770 1155 m
(T8)
Béton de propreté 20 1 20 m3
Dallage en béton 744 1 744 m3

Tableau 67 : détail du métré des travaux de fondation

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 153
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Nous récapitulons le métré des fondations dans le tableau (68) :

Elément Quantité Unité

Armature 5093,31 kg

Béton 989,00 m3

Terrassement 619,50 m3

Tableau 68 : récapitulatif du métré des fondations

4-6-2. Bordereau prix-Détail estimatif de la charpente


métallique :
Les prix indiqués ci-dessous comprennent toutes sujétions de fourniture, de transport, de
montage et de mise en forme :

Prix
Désignation Quantité Unité Prix total
unitaire
Terrassement et
619,5 m3 70 43365,00
évacuation
Béton de propreté 20,00 m3 650 13000,00
Béton pour fondation 989 m3 1100 1087900,00
Acier 228302 kg 20 4566044,36
Armature 5093,3066 kg 12 61119,68
Tôle de couverture 3732,00 m² 200 746400,00
Bardage 2739,50 m² 400 1095800,00
Étanchéité 2739,50 m² 90 246555,00
Chéneau 535,20 m 200 107040,00
Installation paratonnerre 1,00 -- 3000 3000,00
Total charpente métallique H.T 7970224,00
Tableau 69 : Bordereau prix-Détail estimatif du projet

Ainsi le prix total hors taxe de l’ouvrage est égal à 7.9 million de Dirhams.

4-7. Conclusion :
Au terme de ce chapitre, les différentes techniques de protection adoptées nous ont
permis d’aboutir à une structure durable, résistante au feu, isolée thermiquement et stable
face à la corrosion et au risque des intempéries. En plus l’étude du prix de l’ouvrage effectué
permettra au maitre de l’ouvrage d’avoir une idée sur le prix global de son projet.

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 154
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Conclusion générale
Notre travail de fin d’études a consisté à la conception et le dimensionnement d’un atelier
de préfabrication du béton précontraint et spécial. L’objectif principal était de concevoir une
structure stable mécaniquement, optimale en termes des matériaux utilisés, performante et
durable, tout en tenant compte de l’effet du vent, de la dilatation thermique et de l’effet
dynamique engendré par la présence du pont roulant.
Tout d’abord, nous avons défini l’objectif de l’étude et les normes et règlements servants
comme base pour les calculs, après, nous avons justifié la conception adoptée, les appuis, les
matériaux et les types des éléments de structure utilisés, tout en tenant compte des conditions
du site (sol, environnement). Cette conception a été suivie d’un calcul manuel des charges
dues au vent conformément aux règles NV 65.
Ensuite, nous avons entamé une série de calculs qui consistait à :
 Dimensionner les éléments de l’ossature secondaire à savoir : les pannes, les
lisses, les suspentes, les liernes, les potelets et le système de contreventement ;
 Calculer les réactions dus au pont roulant et dimensionner les chemins de
roulement ;
 Calculer deux variantes de portique et choisir la variante la plus appropriée avec
une justification judicieuse du choix ;
 Calculer les assemblages des différents éléments de la structure ;
 Dimensionner et ferrailler les fondations en tenant en compte des résultats de
l’étude géotechnique effectuée par le laboratoire.
Après, nous avons proposé des mesures de protection et d’amélioration permettant
d’obtenir une structure durable résistante au feu, isolée thermiquement et stable face à la
corrosion et au risque des intempéries.
Vers la fin, nous avons estimé le coût global du projet.
Suite à ces études nous avons abouti aux conclusions suivantes :
 La conception est une phase primordiale dans l’étude d’un projet
 L’exploitation optimale des caractéristiques des matériaux ainsi que le bon choix
du type de la structure porteuse adopté permet des gains considérables en termes de coût
de construction, dans notre cas, la variante du portique en âme pleine et plus économique
que celle du portique en treillis.
 Le travail sur le logiciel CYPECAD facilite le dimensionnement de la structure à
condition de maîtriser le fonctionnement exact de chaque outil du logiciel et d’avoir un
esprit de critique et d’analyse permettant d’auto-évaluer les résultats fournis par les outils
informatiques. Pour notre cas les résultats obtenus par CYPECAD confirment les résultats
obtenus par le calcul manuel que nous avons effectués, le logiciel nous a permis d’évaluer
l’effort sismique par la méthode de l’analyse modale qui reste difficile à faire
manuellement.
Enfin, nous tenons à souligner l’importance d’un tel projet académique dans le
développement de nos connaissances théoriques et pratiques dans le domaine de la
charpente métallique. Ce projet a été une occasion pour se familiariser avec les différents
règlements et normes en vigueur. Il nous a permis aussi d’approfondir nos connaissances sur
le logiciel CYPECAD, de bien comprendre les étapes de la modélisation des structures et
d’acquérir l’expérience au niveau de l’interprétation et d’exploitation des résultats obtenus par
l’intermédiaire des logiciels de calcul des structures.

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 155
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Bibliographie et webographie

Bibliographie

- Règles Neige et vent NV65, Editions CSTB, Février 2009 ;


- Règles de calcul des constructions en acier CM66, Edition EYROLLES,
décembre 1966 ;
- Règles de calcul des éléments en béton armé : BAEL 91 et DTU 13.12 ;
- Règlement de construction parasismique, RPS 200, version 2011 ;
- Norme de calcul des assemblages boulonnés non précontraint NF P 430 ;
- Norme de calcul des assemblages boulonnés précontraint NF P 460 ;
- Norme de calcul des chemins de roulement NF P 22-615 ;
- Document technique unifié pour le calcul des éléments de la descente des
eaux pluviales DTU 60.11 ;
- Norme de calcul des éléments de la protection contre la foudre NF 17-102 ;
- Règlement Thermique de Construction au Maroc ;
- Mougin, J.P « Béton armé. BAEL 91 modifié 99 et DTU associés ». G01293 ;
- Jean Morel « Conception et calcul des structures métalliques » - Paris,
Eyrolles ;
- Manfred A. Hert et Michel Crisinel « Traité de Génie Civil Volume 11
charpente métallique ».

Webographie

– Http://www.cticm.com/content/documentation-en-ligne
– Http://notech.franceserv.com/index.html#technoCM
– Http://www.access-steel.com
– Http://www.energieplus-lesite.be

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 156
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

Annexes :
annexe(1) : Formulaire RDM pour le calcul des
sollicitations

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 157
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

annexe(2) : Calcul de la pression dynamique de base du


vent
 Carte du vent du Maroc :

La ville d’Agadir se situe dans la zone 1 d’après la carte du vent du Maroc, donc la vitesse
de vent maximale : .
La pression dynamique de base est donnée en fonction de la vitesse du vent par la
formule suivante (art 1.21 chp3 du NV65) :

Donc la pression dynamique de base extrême : .

Et la pression dynamique de base normale (art 1.22 chp3 du NV65) :


.

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 158
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

annexe(3) : Résultats du calcul des modes propres de


vibration sismique
Mode T Lx Ly Mx My Hypothèse x(1) Hypothèse y(1)
R=2 R=2
Mode 1 1.166 0.0003 1 0% 0% A = 0.829 m/s² A = 0.829 m/s²
D = 28.5424 mm D = 28.5424 mm
R=2 R=2
Mode 2 1.165 0 1 0% 0.12 % A = 0.829 m/s² A = 0.829 m/s²
D = 28.5334 mm D = 28.5334 mm
R=2 R=2
Mode 3 1.165 0.0006 1 0% 0% A = 0.83 m/s² A = 0.83 m/s²
D = 28.5031 mm D = 28.5031 mm
R=2 R=2
Mode 4 1.164 0.0001 1 0% 2.26 % A = 0.83 m/s² A = 0.83 m/s²
D = 28.4798 mm D = 28.4798 mm
R=2 R=2
Mode 5 1.162 0.0001 1 0% 1.18 % A = 0.831 m/s² A = 0.831 m/s²
D = 28.4313 mm D = 28.4313 mm
R=2 R=2
20.08
Mode 6 1.162 0.0001 1 0% A = 0.831 m/s² A = 0.831 m/s²
%
D = 28.4269 mm D = 28.4269 mm
R=2 R=2
Mode 7 1.161 0.0002 1 0% 5.96 % A = 0.831 m/s² A = 0.831 m/s²
D = 28.3805 mm D = 28.3805 mm
R=2 R=2
Mode 8 1.159 0.0073 1 0% 0% A = 0.832 m/s² A = 0.832 m/s²
D = 28.3356 mm D = 28.3356 mm
R=2 R=2
Mode 9 1.158 0.0002 1 0% 0.87 % A = 0.833 m/s² A = 0.833 m/s²
D = 28.2778 mm D = 28.2778 mm
R=2 R=2
Mode 10 1.156 0.042 0.9991 0% 0% A = 0.834 m/s² A = 0.834 m/s²
D = 28.2251 mm D = 28.2251 mm
R=2 R=2
Mode 23 0.522 1 0.0001 86.07 % 0% A = 1.417 m/s² A = 1.417 m/s²
D = 9.79776 mm D = 9.79776 mm
R=2 R=2
Mode 24 0.512 1 0.0009 1.09 % 0% A = 1.436 m/s² A = 1.436 m/s²
D = 9.53243 mm D = 9.53243 mm
R=2 R=2
Mode 25 0.495 1 0.0006 9.13 % 0% A = 1.485 m/s² A = 1.485 m/s²
D = 9.21018 mm D = 9.21018 mm
R=2 R=2
Mode 26 0.442 0.978 0.2087 0% 0% A = 1.736 m/s² A = 1.736 m/s²
D = 8.60426 mm D = 8.60426 mm
R=2 R=2
Mode 27 0.364 0.9687 0.2484 0% 0% A = 2.122 m/s² A = 2.122 m/s²
D = 7.10367 mm D = 7.10367 mm
R=2 R=2
64.64
Mode 28 0.331 0.0014 1 0% A = 2.282 m/s² A = 2.282 m/s²
%
D = 6.32684 mm D = 6.32684 mm
Total 96.29 % 95.7 %

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 159
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

annexe(4) : Approche perspective du RTCM


Taux des U des U des U des R minimale Facteur solaire
baies toitures murs vitrages des FS* des
vitrées exposées extérieurs (W/m².K) planchers vitrages
(W/m².K) (W/m².K) sur sol
(m².K/W)
Zone climatique % NE NE
réglementaire % NE Nord : NE
Z1 (Réf. Autres : ≤0.7
Agadir) 26−35% ≤0.65 ≤1.20 ≤3.30 NE Nord : NE
Autres : ≤0.5
36−45% ≤0.55 ≤1.20 ≤3.30 NE Nord : ≤0.7
Autres : ≤0.3
Zone climatique % NE NE
réglementaire % NE Nord : NE
Z2 (Réf. Autres : ≤0.7
Tanger) 26−35% ≤0.65 ≤0.60 ≤3.30 NE Nord : NE
Autres : ≤0.5
36−45% ≤0.55 ≤0.60 ≤2.60 NE Nord : ≤0.7
Autres : ≤0.3
Zone climatique % NE
réglementaire % Nord : NE
Z3 (Réf. Fès) Autres : ≤0.7
26−35% ≤0.55 ≤0.70 ≤2.60 ≥0.75 Nord : NE
Autres : ≤0.5
36−45% ≤0.49 ≤0.60 ≤1.90 ≥0.75 Nord : ≤0.7
Autres : ≤0.5
Zone climatique % NE
réglementaire % Nord : NE
Z4 (Réf.Ifrane) Autres : ≤0.7
26−35% ≤0.49 ≤0.60 ≤2.60 ≥1.25 Nord : ≤0.7
Autres : ≤0.6
36−45% ≤0.49 ≤0.55 ≤1.90 ≥1.25 Nord : ≤0.6
Autres : ≤0.5
Zone climatique % NE
réglementaire % Nord : NE
Z5 (Réf. Autres : ≤0.7
Marrakech) 26−35% ≤0.55 ≤0.60 ≤2.60 ≥1.00 Nord : ≤0.6
Autres : ≤0.4
36−45% ≤0.49 ≤0.55 ≤1.90 ≥1.00 Nord : ≤0.5
Autres : ≤0.3
Zone climatique % NE
réglementaire % Nord : NE
Z6 Autres : ≤0.7
(Réf.Errachidia) 26−35% ≤0.55 ≤0.60 ≤2.60 ≥1.00 Nord : ≤0.6
Autres : ≤0.4
36−45% ≤0.49 ≤0.55 ≤1.90 ≥1.00 Nord : ≤0.5
Autres : ≤0.3

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 160
Conception et dimensionnement d’un atelier de
préfabrication du béton précontraint et spécial

annexe(5) : Plans
d’exécution

PROJET DE FIN D’ETUDES


JUILLET 2017 161