Vous êtes sur la page 1sur 107

PROGRAMME D’AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT

ECONOMIQUE DES NIAYES (PADEN)

ETUDE SUR LES OPPORTUNITES DE COMMERCIALISATION DE


L’OIGNON, DE LA CAROTTE ET DE LA POMME DE TERRE DANS LES
MARCHES NATIONAUX ET SOUS REGIONAUX

RAPPORT D’ETUDE

VERSION DEFINITIVE

JUILLET 2014

______________________________________________________________________________________________
Programme d’Aménagement et de Développement Economique
des Niayes (PADEN)
PROGRAMME D’AMENAGEMENT
ET DE DEVELOPPEMENTECONOMIQUE DES NIAYES
(PADEN)

ETUDE SUR LES OPPORTUNITES

DE COMMERCIALISATION DE L’OIGNON, DE LA CAROTTE

ET DE LA POMME DE TERRE DANS LES MARCHES

NATIONAUX ET SOUS REGIONAUX

RAPPORT DEFINITIF

JUILLET 2014

______________________________________________________________________________________________
Programme d’Aménagement et de Développement Economique
des Niayes (PADEN)
Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

Sommaire

RESUME SYNTHETIQUE ............................................................................................... 10

I. INTRODUCTION .......................................................................................................... 11

1.1 Contexte de l’étude ......................................................................................................... 11


1.2 Rappel des objectifs de l’étude ....................................................................................... 12
1.3 Méthodologie et organisation de l’étude ........................................................................ 12

2. ANALYSE SITUATIONNELLE DE LA CHAINE DE VALEURS OIGNON ........... 13

2.1 Caractéristiques de l’offre et de la demande en oignon ................................................. 13


2.1.1 Une production d’oignon sur sept mois ................................................................................................... 13
2.1.2 Non respect des Bonnes pratiques post-récolte ...................................................................................... 14
2.1.3 Evaluation de l’offre et la demande en oignon ........................................................................................ 16

2.2 Présentation des circuits de commercialisation et des marchés de l’oignon ................ 19


2.2.1 Les circuits de commercialisation de l’oignon local ................................................................................ 19
2.2.2. Les circuits d’exportations et d’importations d’oignon ......................................................................... 21
2.2.3 Les marchés nationaux de l’oignon............................................................................................................ 24
2.2.4 Les marchés sous régionaux de l’oignon................................................................................................... 26

2.3 Analyse et sélection des marchés porteurs de l’oignon ................................................ 30


2.3.1 Sélection des marchés porteurs pour l’oignon ......................................................................................... 30
2.3.2 La sélection des opérateurs de commercialisation ................................................................................... 32
2.3.3 Analyse des contraintes et opportunités des marchés de l’oignon........................................................ 33

2.4 Les interventions stratégiques et recommandations .................................................... 36


2.4.1 Les interventions stratégiques sur la commercialisation ......................................................................... 36
2.4.2 Les recommandations pour la commercialisation de l’oignon .............................................................. 37
2.4.3 Plan de marketing et de promotion de l’oignon local ............................................................................. 40

3. ANALYSE SITUATIONNELLE DE LA CHAINE DE VALEURS CAROTTE ........ 42

3.1. Caractéristiques de l’offre et de la demande en carotte ............................................... 42


3.1.1 Une production de Carotte sur dix mois .................................................................................................. 42
3.1.2 Des techniques post-récolte encore traditionnelles................................................................................. 43

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 3


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

3.1.3 Evaluation de l’offre et de la demande en Carotte .................................................................................. 45


3.2 Présentation des marchés de la Carotte ........................................................................ 48
3.2.1 Les circuits de commercialisation locaux .................................................................................................. 48
3.2.2 Les circuits d’exportation et d’importation de la carotte....................................................................... 50
3.2.3 Les marchés nationaux de Carotte ............................................................................................................. 52
3.2.4 Les marchés sous régionaux de Carotte .................................................................................................... 54

3.3 Analyse et sélection des marchés de la carotte ............................................................ 57


3.3.1 Sélection de marchés porteurs pour la Carotte ........................................................................................ 57
3.3.2 Sélection de partenaires pour la commercialisation ................................................................................ 59
3.3.3 Analyse des contraintes et opportunités des marchés de la carotte ...................................................... 60

3.4 Les interventions stratégiques et recommandations .................................................... 63


3.4.1 Les interventions stratégiques sur la commercialisation ......................................................................... 63
3.4.2 Les recommandations pour la commercialisation de la carotte ............................................................ 64
3.4.3 Plan alternatif de commercialisation de la carotte locale ........................................................................ 65

4. ANALYSE SITUATIONNELLE DE LA CHAINE DE VALEURS POMME DE


TERRE ............................................................................................................................... 67

4.1. Caractéristiques de l’offre et de la demande en pomme de terre ................................. 67


4.1.1 La production locale de Pomme de Terre ................................................................................................ 67
4.1.2 Des techniques post-récolte à améliorer ................................................................................................... 67
4.1.3 Evaluation de l’offre et de la demande en Pomme de Terre ................................................................. 68

4.2 Présentation des marchés de Pomme de Terre ............................................................. 71


4.2.1 Les circuits locaux de commercialisation de pomme de terre ............................................................... 71
4.2.2 Les circuits d’importation de la pomme de terre .................................................................................... 72
4.2.3 Les marchés nationaux de Pomme de Terre ............................................................................................ 73
4.2.4 Les marchés sous régionaux de Pomme de Terre ................................................................................... 74

4.3 Analyse et sélection des marchés de pomme de terre .................................................. 77


4.3.1 Sélection des marchés de la Pomme de Terre .......................................................................................... 77
4.3.2 Sélection de partenaires pour la commercialisation ............................................................................... 80
4.3.3 Analyse des contraintes et opportunités des marchés............................................................................. 81

4.4 Les interventions stratégiques et recommandations ................................................... 83


4.4.1 Les interventions stratégiques sur la commercialisation ......................................................................... 83
4.4.2 Les recommandations sur la commercialisation ...................................................................................... 84
4.4.3 Plan de marketing et de promotion de la pomme de terre .................................................................... 86

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 4


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

5. ANALYSE DE LA REGULATION DES MARCHES PAR FILIERE ......................... 87

5.1 Les problèmes de régulation des marchés .................................................................... 87


5.1.1 Les raisons de la régulation du marché de l’oignon ................................................................................ 87
5.1.2 Les raisons de la régulation du marché de la carotte............................................................................... 88
5.1.3 Les raisons de la régulation du marché de la pomme de terre............................................................... 89

5.2 Les acteurs de régulation des marchés ......................................................................... 90


5.2.1 Les organisations professionnelles de producteurs ................................................................................. 90
5.2.2 Les cadres de concertation interprofessionnel ......................................................................................... 91
5.2.3 Les services techniques et l’Agence de Régulation des Marchés........................................................... 92

5.3 Les actions de régulation des marchés et les SIM ........................................................ 94


5.3.1 Les actions de régulation des marchés des filières ciblées...................................................................... 94
5.3.2 Les Systèmes d’Information des Marchés (SIM) ..................................................................................... 95
5.3.3 Analyse des contraintes et opportunités de la régulation ...................................................................... 97

5.4 Les interventions stratégiques et recommandations ................................................... 99


5.4.1 Les interventions stratégiques sur la régulation des marchés ................................................................ 99
5.4.2 Les recommandations pour la régulation................................................................................................ 100
5.4.3 Planning de commercialisation et de régulation des marchés.............................................................. 101

LISTE DES ANNEXES .................................................................................................... 104

Annexe n° 1 : Liste des personnes ressources rencontrées .............................................................. 104


Annexe n° 2 : Liste des partenaires pour la chaîne de valeurs Oignon .............................................. 105
Annexe n° 3 : Liste des partenaires pour la chaîne de valeurs Carotte ............................................... 105
Annexe n° 4 : Liste des partenaires pour la chaîne de valeurs Pomme de terre ................................... 106
Annexe n° 5 : Liste des importateurs rencontrés........................................................................... 106
Annexe n° 6 : Présentation des marchés de l’oignon ..................................................................... 107
Annexe n° 7 : Présentation des marchés de la Carotte ................................................................... 107
Annexe n° 8 : Présentation des marchés de la Pomme de terre ....................................................... 107

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 5


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

LISTE DES TABLEAUX

TABLEAU N° 1 : CALENDRIER DE PRODUCTION D’OIGNON ......................................................................................................... 13


TABLEAU N° 2 : EVOLUTION DE LA DEMANDE NATIONALE D’OIGNON DE 2006 A 2013 ....................................................... 18
TABLEAU N° 3 : LES PRINCIPAUX MARCHES RURAUX DE COLLECTE D’OIGNON ....................................................................... 24
TABLEAU N° 4 : LES PRINCIPAUX MARCHES DE GROS D’OIGNON AU SENEGAL ........................................................................ 25
TABLEAU N° 5 : STRUCTURE DES COUTS DE L’OIGNON EXPORTE EN FCFA ............................................................................. 26
TABLEAU N° 6 : STRUCTURE DES MARGES DE L’OIGNON EXPORTE EN FCFA .......................................................................... 27
TABLEAU N° 7 : STRUCTURE DES COUTS D’EXPORTATION DE L’OIGNON EN GAMBIE (FCFA) ............................................. 27
TABLEAU N° 8 : STRUCTURE DES MARGES DE L’OIGNON EXPORTE EN GAMBIE (FCFA) ....................................................... 28
TABLEAU N° 9 : CARACTERISTIQUES DES MARCHES NATIONAUX D’OIGNON RETENUS .......................................................... 30
TABLEAU N° 10 : CARACTERISTIQUES DES MARCHES D’OIGNON RETENUS ............................................................................... 31
TABLEAU N° 11 : CARACTERISTIQUES DES PARTENAIRES RETENUS ............................................................................................ 32
TABLEAU N° 12 : PLAN DE MARKETING POUR LA COMMERCIALISATION DE L’OIGNON LOCAL ............................................ 40
TABLEAU N° 13 : CALENDRIER DE PRODUCTION DE LA CAROTTE DANS LES NIAYES............................................................. 42
TABLEAU N° 14 : EVOLUTION DE LA DEMANDE NATIONALE DE CAROTTE DE 2006 A 2013 ................................................. 47
TABLEAU N° 15 : REPARTITION DES VENTE DE CAROTTE MARCHE DE COLLECTE FASSS BOYE ........................................... 52
TABLEAU N° 16 : PRINCIPAUX MARCHES URBAINS DE LA CAROTTE ............................................................................................ 53
TABLEAU N° 17 : STRUCTURE DES COUTS DE LA CAROTTE EXPORTE EN MAURITANIE........................................................... 54
TABLEAU N° 18 : STRUCTURE DES MARGES DE LA CAROTTE EXPORTE EN MAURITANIE EN FCFA ..................................... 55
TABLEAU N° 19 : CARACTERISTIQUES DES MARCHES NATIONAUX DE CAROTTE RETENUS .................................................... 57
TABLEAU N° 20 : CARACTERISTIQUES DES MARCHES POTENTIELS RETENUS DANS LA SOUS REGION .................................. 58
TABLEAU N° 21 : CARACTERISTIQUES DES PARTENAIRES RETENUS ............................................................................................ 59
TABLEAU N° 22 : PLAN DE MARKETING ET DE PROMOTION DE LA CAROTTE LOCALE........................................................... 65
TABLEAU N° 23 : CALENDRIER DE PRODUCTION DE LA POMME DE TERRE DANS LES NIAYES.............................................. 67
TABLEAU N° 24 : EVOLUTION DE LA DEMANDE NATIONALE EN POMME DE TERRE (2006-2013) ........................................ 70
TABLEAU N° 25 : PRINCIPAUX MARCHES LOCAUX DE POMME DE TERRE ................................................................................... 73
TABLEAU N° 26 : CARACTERISTIQUES DES MARCHES NATIONAUX DE POMME DE TERRE RETENUS..................................... 77
TABLEAU N° 27 : CARACTERISTIQUES DES MARCHES POTENTIELS RETENUS DANS LA SOUS REGION .................................. 78
TABLEAU N° 28 : CARACTERISTIQUES DES PARTENAIRES RETENUS ............................................................................................ 80
TABLEAU N° 29 : PLAN DE MARKETING ET DE PROMOTION DE LA POMME DE TERRE ........................................................... 86
TABLEAU N° 30 : CALENDRIER DE COMMERCIALISATION DE L’OIGNON SUR LES MARCHES NATIONAUX .......................... 88
TABLEAU N° 31 : CALENDRIER ANNUEL DE COMMERCIALISATION DE LA CAROTTE AU SENEGAL ...................................... 89
TABLEAU N° 32 : PLANNING DE REGULATION DES MARCHES .................................................................................................... 101
TABLEAU N° 33 : PLANNING DE COMMERCIALISATION DANS LES MARCHES NATIONAUX ................................................... 101
TABLEAU N° 34 : PLANNING D’EXPORTATION VERS LES MARCHES INTERNATIONAUX ........................................................ 102
TABLEAU N° 35 : PLANNING D’IMPORTATION AU NIVEAU DES MARCHES INTERNATIONAUX ............................................. 102

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 6


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

LISTE DES FIGURES

FIGURE N° 1 : LES PRINCIPAUX CIRCUITS LOCAUX DE COMMERCIALISATION DE L’OIGNON ................................................ 20


FIGURE N° 2 : LES CIRCUITS D’EXPORTATION D’OIGNON VERS L’EUROPE................................................................................ 21
FIGURE N° 3 : LES CIRCUITS D’EXPORTATION D’OIGNON VERS LA SOUS REGION .................................................................... 22
FIGURE N° 4 : LES CIRCUITS D’IMPORTATION IDENTIFIES DE L’OIGNON................................................................................... 23
FIGURE N° 5 : LES PRINCIPAUX CIRCUITS DE COMMERCIALISATION DE LA CAROTTE ............................................................. 48
FIGURE N° 6 : LES CIRCUITS D’EXPORTATION DE LA CAROTTE VERS LA MAURITANIE ........................................................... 50
FIGURE N° 7 : LE CIRCUIT D’IMPORTATION DE LA CAROTTE ........................................................................................................ 51
FIGURE N° 8 : LES PRINCIPAUX CIRCUITS LOCAUX DE COMMERCIALISATION DE POMME DE TERRE.................................... 71
FIGURE N° 9 : LE CIRCUIT D’IMPORTATION DE POMME DE TERRE ............................................................................................. 72

LISTE DES GRAPHIQUES

GRAPHIQUE N° 1 : EVOLUTION DE LA PRODUCTION NATIONALE D’OIGNON 2006 -2013, .................................................... 16


GRAPHIQUE N° 2 : EVOLUTION ANNUELLE DES IMPORTATIONS D’OIGNON 2006 -2013, ...................................................... 17
GRAPHIQUE N° 3 : EVOLUTION COMPAREE DES IMPORTATIONS ET DE LA PRODUCTION NATIONALE D’OIGNON .......... 17
GRAPHIQUE N° 4 : EVOLUTION DE LA DEMANDE NATIONALE D’OIGNON DE 2006 A 2013 .................................................. 18
GRAPHIQUE N° 5 : EVOLUTION DE LA PRODUCTION NATIONALE DE CAROTTE 2006 -2013,................................................ 45
GRAPHIQUE N° 6 : EVOLUTION ANNUELLE DES IMPORTATIONS DE CAROTTE DE 2006 -2013, ............................................ 46
GRAPHIQUE N° 7 : EVOLUTION COMPAREE DES IMPORTATIONS ET DE LA PRODUCTION DE CAROTTE DE 2006 -2013 .. 46
GRAPHIQUE N° 8 : EVOLUTION DE LA DEMANDE NATIONALE DE CAROTTE DE 2006 A 2013 .............................................. 47
GRAPHIQUE N° 9 : EVOLUTION COMPAREE DES PRIX MOYENS MENSUELS DE LA CAROTTE ................................................. 53
GRAPHIQUE N° 10 : EVOLUTION DE LA PRODUCTION NATIONALE DE POMME DE TERRE 2006-2013, ............................... 68
GRAPHIQUE N° 11 : EVOLUTION ANNUELLE DES IMPORTATIONS DE POMME DE TERRE 2006 -2013, ................................. 69
GRAPHIQUE N° 12 : EVOLUTION COMPAREE ENTRE IMPORTATIONS ET PRODUCTION .......................................................... 69
GRAPHIQUE N° 13 : EVOLUTION DE LA DEMANDE NATIONALE EN POMME DE TERRE DE 2006 A 2013 ............................. 70
GRAPHIQUE N° 14 : INDICE SAISONNIER GENERAL DU PRIX AU DETAIL, MARCHE DE THIAROYE DE 1989 A 2002 .......... 87
GRAPHIQUE N° 15 : EVOLUTION PRIX MOYENS MENSUELS D’OIGNON 2012 -2013, ................................................................ 87
GRAPHIQUE N° 16 : L’OFFRE DE CAROTTE DE LA ZONE DE FASS BOYE (DECEMBRE A AVRIL 2014) .................................. 88
GRAPHIQUE N° 17 : EVOLUTION MENSUELLE DES QUANTITES DE CAROTTE 2011-2013....................................................... 94

LISTE DES ANNEXES

ANNEXE N° 1 : LISTE DES PERSONNES RESSOURCES RENCONTRES ........................................................................................... 104


ANNEXE N° 2 : LISTE DES PARTENAIRES POUR LA CHAINE DE VALEURS OIGNON ................................................................ 105
ANNEXE N° 3 : LISTE DES PARTENAIRES POUR LA CHAINE DE VALEURS CAROTTE ............................................................... 105
ANNEXE N° 4 : LISTE DES PARTENAIRES POUR LA CHAINE DE VALEURS POMME DE TERRE ............................................... 106
ANNEXE N° 5 : LISTE DES IMPORTATEURS RENCONTRES ............................................................................................................ 106
ANNEXE N° 6 : PRESENTATION DES MARCHES DE L’OIGNON .................................................................................................... 107
ANNEXE N° 7 : PRESENTATION DES MARCHES DE LA CAROTTE................................................................................................ 107
ANNEXE N° 8 : PRESENTATION DES MARCHES DE LA POMME DE TERRE ................................................................................ 107

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 7


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

BIBLIOGRAPHIE

Seck. M, 2013 : Proposition technique sur l’étude des opportunités de commercialisation de


l’oignon, la carotte et la pomme de terre dans les marchés nationaux et sous régionaux,.

PADEN, 2013 : Termes de références sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la


carotte et de la pomme de terre dans les marchés nationaux et sous régionaux 2013,

PCE, 2013 : Etude sur l’identification et l’analyse des marchés locaux du mil et du maïs;

ISRA, 2009 : Les organisations interprofessionnelles agricoles, de nouveaux outils de régulation des
marchés,

PAEP, 1999 : Etude du marché Ouest-Africain de l’Oignon et de la Pomme de terre, Avril 1999 ;

PAEP, 2000, Etude du marché Ouest-Africain de l’Oignon et de la Pomme de terre, volume 1;

PADEN, 2013 : Guide de gestion du Guichet de Développement économique à frais partagés

DH, 2013 : Direction de l’Horticulture, Rapport Bilan de la campagne Pomme de terre 2012/2013

DH : 2013 : Direction de l’Horticulture, Rapport Bilan de la campagne Carotte 2012/2013

PDMAS, 2009 : Rapport d’orientation Méthodologique étude d’identification de pôle de


développement dans les Niayes et en Casamance.

Projet de renforcement des acteurs des filières rizicoles 2006 : analyse des filières rizicoles par les
organisations professionnelles de l’Afrique de l’Ouest.

Saïd Assa, Pape Coly, 2004 : La filière maïs locale dans le département de Vélingara : situation
actuelle et perspectives : mémoire soutenue pour l’obtention d’un diplôme d’ingénieur agronome en.

PCE, 2006 : La chaîne de valeurs Mangue au Sénégal, Analyse et cadre stratégique d’initiatives pour
la croissance de la filière.

Socé Sene, 2003 : Etude des filières Pomme de terre et oignon en Guinée

Aïfa Fatimata NDOYE, Juin 2004 : Evaluation de la rentabilité financière des productions
maraîchères dans la zone des Niayes, Sénégal

Seck Maguette, Septembre 2012 : Etude Monographique des filières « oignon, gombo et
maïs/sorgho dans la Vallée du fleuve Sénégal.

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 8


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

SIGLES & ABREVIATIONS

AJML : Association des Jeunes Maraîchers de Lending,


ANCAR Agence Nationale du Conseil Agricole et Rural
APOQ : Association des Producteurs d’Oignon de Qualité
APOV : Association des Producteurs d’Oignons de la Vallée
ARM Agence de Régulation des Marchés
ASEPEX Agence Sénégalaise pour la Promotion des Exportations
AUMN : Association des Unions Maraîchères des Niayes
C.C.F : Comptoir Commercial Fallène
CSA : Commissariat à la Sécurité Alimentaire
DCI : Direction Commerce Intérieur
DH : Direction de l’Horticulture
DIPA : Déclarations Importation Préalable de Produit Alimentaire
DPV : Direction de la Protection des Végétaux
FNRAA : Fonds National de Recherche Agricole et Agroalimentaire
GDE : Guichet de développement économique
OP : Organisations Producteurs
PADEN : Programme d’Aménagement et de Développement Economique des Niayes,
PAEP : Projet d’Appui à l’Entreprenariat Paysan
PIP : Périmètres Irrigués Privés
PIV : Périmètres Irrigués Villageois
UGPAS : Union des Groupements de Producteurs Agricoles de Sakal
U.M.L : Union des Maraichers du Littoral
SAED : Société d’Aménagement et d’Exploitation du Delta du fleuve Sénégal
SCA : Stratégie de Croissance Accélérée
VFS : Vallée du fleuve Sénégal

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 9


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

RESUME SYNTHETIQUE

L’étude sur « les opportunités de commercialisation de l’oignon, de la carotte et de la pomme de


terre » entre dans le cadre des actions du PADEN qui a pour but de contribuer à mettre en valeurs
le potentiel productif des Niayes pour accroître les revenus des producteurs et productrices pour en
faire de véritables entrepreneurs.
L’objectif global de l’étude est l’identification des informations pertinentes sur les marchés porteurs
du Sénégal et de la sous région (Guinée, Gambie, Mauritanie) pour les spéculations (carotte, oignon
et pomme de terre). Il s’agit de :
(i) l’identification des marchés porteurs en tenant compte d’un certain nombre de critères
(capacités d’absorption, situation géographique et sociologique, etc.)
(ii) l’identification des partenaires capables d’assurer la fluidité du système de commercialisation
sur la base de contrats qui engagent les acteurs nationaux et régionaux,
(iii) proposer un calendrier de distribution par spéculation sur les différents marchés identifiés.
Ce présent rapport concerne l’analyse diagnostique de la situation du maillon commercialisation des
chaînes de valeurs oignon, carotte et pomme de terre. L’analyse diagnostique s’est basée sur une
évaluation des conditions de commercialisation (caractéristiques de l’offre et de la demande, circuits
de commercialisation, marchés potentiels et système de régulation …) avec une analyse des
contraintes et des opportunités de commercialisation dans chaque chaîne de valeurs ciblée.
L’analyse permet de sélectionner des marchés porteurs et des partenaires pour faciliter la
commercialisation des produits. Il permet ensuite d’identifier les actions nécessaires pour la
régulation des marchés de l’oignon, de la carotte et de la pomme de terre.
Sur la base de cette analyse, des interventions stratégiques, des recommandations et des calendriers
de distribution ont été proposés pour chacun des chaînes de valeurs ciblées.
Des mesures d’accompagnement sont aussi proposées pour la professionnalisation des OP des
filières ciblées. Il s’agit d’appuyer les OP dans l’amélioration du matériel végétal (semences), de la
qualité des produits par le conditionnement et le transport en direction des marchés porteurs.
Un financement doit être trouvé pour la commercialisation et la construction d’infrastructures de
stockage de grandes capacités pour les organisations professionnelles.
Il est également important de développer le système d’achat/vente groupé au sein des organisations
professionnelles pour augmenter les capacités de négociation des producteurs.
Les opportunités de transformation des produits ciblés sont aussi à prendre en compte dans
l’accompagnement technique, structurel et dans l’appui à la professionnalisation des OP.
Ainsi, pour saisir les opportunités de commercialisation et de transformation des différentes chaînes
de valeurs ciblées, le PADEN doit appuyer la professionnalisation des organisations professionnelles
et interprofessionnelles afin de leur permettre de prendre en charge les actions de commercialisation
vers les marchés nationaux et internationaux.

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 10


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

I. INTRODUCTION

1.1 Contexte de l’étude

Dans le cadre du soutien au Gouvernement du Sénégal pour accroître les revenus des producteurs et
productrices de la zone des Niayes, la Coopération Canadienne apporte à travers le Programme
d’Appui et de Développement Economique des Niayes (PADEN), un appui à la mise en valeurs du
potentiel productif et à faire des producteurs de véritables entrepreneurs tout en protégeant les
ressources naturelles.
Le PADEN s’articule autour de deux grandes composantes :
 l’appui au développement horticole et agro-forestier
 l’appui au renforcement des capacités des structures d’appui et de services aux producteurs.
A cet effet, le PADEN a mis en place un mécanisme de financement « Guichet de développement
économique (GDE) à frais partagés » pour les producteurs et productrices horticoles et leurs
organisations (incluant les transformateurs agroalimentaires), les organisations de producteurs et
productrices forestiers ainsi que pour les prestataires privés de services (artisans et corps de métiers)
de la zone des Niayes.
Le PADEN s’appuie sur l’approche « chaîne de valeurs » qui est axée sur la demande du marché
entre autres. Cette approche permet d’avoir une meilleure visibilité sur les opportunités
d’intervention du secteur privé et de génération de revenus par les différents intervenants des filières
agricoles.
Des réflexions approfondies ont été menées sur les conditions de mise en marché des produits
horticoles (Oignon, carotte, pomme de terre,…).
Ces réflexions font ressortir que les rares systèmes de commercialisations mis en œuvre ont des
incidences peu significatives sur les revenus des populations de la zone des Niayes. Cette situation
est due en l’occurrence à la fois au mauvais ciblage et des marchés mais aussi aux conditions de
commercialisation sur des marchés peu porteurs. Les productions sont soumises à une
commercialisation aléatoire qui ne satisfait que faiblement les attentes des producteurs et, surtout, ne
remplit pas les conditions d’une agriculture durable.
Ainsi, à chaque campagne, les producteurs sont confrontés à des problèmes de commercialisation
caractérisés par une alternance de période d’abondance et de période de pénurie. Cette situation
entraine une baisse des revenus des producteurs, la recrudescence de l’émigration des jeunes
agriculteurs et le développement des activités para agricoles dans les Niayes.
C’est en effet pour favoriser l’émergence d’entreprises compétitives dans les domaines horticoles que
le PADEN cherche à identifier des informations pertinentes sur les marchés porteurs du Sénégal, de
la Gambie, la Mauritanie et la Guinée pour la carotte, l’oignon et la pomme de terre.

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 11


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

1.2 Rappel des objectifs de l’étude


L’objet de l’étude est d’identifier et de fournir des informations pertinentes sur les marchés porteurs
du Sénégal et de la sous-région (Guinée, Gambie et Mauritanie) pour les spéculations visées.
Les objectifs spécifiques de l’étude portent sur :
- l’identification de marchés nationaux et sous régionaux des spéculations ciblées avec une
attention particulière sur : (i) les circuits de commercialisation ; (ii) les aspects sociologiques
(coutumes, habitudes alimentaires, etc.…) et (iii) la situation géographique et climatique.
- l’analyse économique des marchés identifiés au niveau national et sous régional pour fournir
des informations permettant de conseiller les producteurs, leurs organisations et de tous les
acteurs des chaînes de valeurs respectives ;
- l’identification de partenaires structurés capables d’assurer la fluidité du système de
commercialisation sur la base de contrats qui engagent les différents acteurs locaux et
régionaux (producteurs, transporteurs et commerçants établis dans les centres urbains) ;
- la proposition de calendrier d’opportunité de distribution par spéculation vers les différents
marchés identifiés pour une meilleure optimisation des ventes.

1.3 Méthodologie et organisation de l’étude


La méthodologie utilisée comprend : (i) une recherche documentaire ; (ii) des missions de terrain ;
(iii) des études de marchés ; (iv) une analyse et validation du rapport d’étude.
La recherche documentaire a consisté en la revue des différentes études de chaîne de valeurs
réalisées et des documents disponibles relatifs à la commercialisation des espèces ciblées. Il s’agit en
particulier des rapports d’activités sur : le bilan de la campagne horticole (oignon, pomme de terre,
carotte), l’étude des chaînes de valeurs oignon dans la Vallée, les documents relatifs au PADEN, les
rapports des travaux des tables filières, etc.
Plusieurs documents portant sur les organisations professionnelles agricoles au Sénégal, et les
stratégies de commercialisation des produits horticoles ont également été consultés.
Des guides d’entretiens en fonction de la cible ont été élaborés. Par la suite, des visites de terrain ont
été réalisées dans les différentes zones de production (Niayes et Vallée du fleuve Sénégal) et des
marchés ciblés : les marchés nationaux et sous régionaux des pays comme la Gambie, la Mauritanie.
Dans les zones de production, les opérateurs de la production et la commercialisation dans les
marchés ruraux ont été consultés. Il s’agit en particulier des Organisations Professionnelles, des
producteurs, des coxeurs, des bana- banas, etc.
Dans les marchés urbains, les acteurs principaux ont été rencontrés. Il s’agit des coxeurs ou
intermédiaires, des commerçants, des grossistes et des importateurs. Plusieurs entretiens ont été
effectués auprès des institutions d’appui des filières ciblées à savoir, l’Agence de Régulation des
marchés (ARM) le Commissariat à la Sécurité Alimentaire (CSA), la Direction de l’Horticulture
(DH), l’Agence Sénégalaise de Promotion des Exportations (ASEPEX), la Direction du commerce
Intérieur (DCI), la Direction de la Protection des Végétaux (DPV), la Société d’Exploitation des
Terres du Delta (SAED), etc.
Au terme de l’étude un rapport a été élaboré portant pour chaque filière sur : (i) l’analyse des circuits
de commercialisation ; (ii) les éléments d’identification de nouveaux débouchés porteurs qui offrent
de meilleures conditions d’écoulement ; (iii) les contraintes et opportunités de développement des
Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 12
Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

filières précitées ; (iv) la synthèse des recommandations pour le développement des chaînes de
valeurs et de micro entreprises de commercialisation rentables et viables. Un atelier de restitution a
été organisé pour partager les résultats de l’étude avec les acteurs concernés.
2. ANALYSE SITUATIONNELLE DE LA CHAÎNE DE VALEURS OIGNON

2.1 Caractéristiques de l’offre et de la demande en oignon


2.1.1 Une production d’oignon sur sept mois
La production d’oignon est concentrée dans les zones des Niayes et la Vallée du fleuve Sénégal
(VFS).
Dans la VFS, l’oignon est cultivé dans des périmètres irrigués villageois (PIV) et les périmètres
irrigués privés (PIP). L’essentiel de la production se fait dans le Département de Podor, au niveau
des localités de Ndiayène Pendao, Guèdé village, Fanaye et dans la zone du Lac de Guiers à Mbane
selon les informations reçues de la SAED.
Dans les Niayes, la production d’oignon se fait principalement dans le Gandiolais (Département de
Saint-Louis), dans la zone de Potou (Département de Louga), de Thieppe (Département de
Kébémer), à Mboro (Département de Tivaouane), Kayar (Département de Thiès) et au niveau de la
zone sud des Niayes couvrant une partie des régions de Thiès et de Dakar).
Les producteurs utilisent différentes variétés. Cependant dans la Vallée le Violet de Galmi est la
principale variété utilisée tandis que dans les Niayes, les variétés sont multiples. On distingue le
(Violet de Galmi, Oriont F1, Rouge d’amposta, Gagne Mbaye, Jaune de Valence), etc.…
Quatre saisons de cultures sont possibles par an :
- la Culture hâtive (bulbilles ; plantation en octobre) avec le Violet de Galmi, et Orion F1,
- la Culture de pleine saison (semis en novembre- décembre) : Violet de Galmi, Texas E. Grano,
- la Culture mi-tardive (semis en janvier) : du type Red Creole,
- et enfin, culture tardive (semis en février-mai) : Rouge et Jaune Espagnols.
Le calendrier de production ci-dessous montre cependant que la production d’oignon se fait sur sept
(7) mois de Novembre à Mai dans la Vallée du fleuve. Alors que dans les Niayes les conditions
climatiques favorables permettent d’y cultiver de l’oignon sur près de 9 mois sur 12 (cf. tableau n°1).
Tableau n° 1 : Calendrier de production de l’oignon
Durée du cycle
N D J F M A M J J A S O
Zones Saison sèche froide Saison sèche chaude Saison des pluies
VFS
Niayes
Source : enquêtes Mars 2014

Selon nos enquêtes, la culture hâtive à travers les bulbilles est très peu réalisée (quelques tentatives
dans la zone des Niayes). Les fortes températures en juin limitent la production dans la Vallée du
fleuve. Alors que dans les Niayes ce sont les précipitations du mois d’Août et les problèmes
phytosanitaires qui limitent la production d’oignon.

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 13


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

La récolte d’oignon se fait de façon précoce dès les mois février dans les deux zones agro-écologique
des Niayes et de la Vallée. Cette récolte se poursuit jusqu’au mois de mai dans la Vallée du fleuve.
Elle se poursuit cependant dans les Niayes jusqu’en juillet.
Les rendements sont variables de 17 à 21 tonnes/ha dans la Vallée du fleuve (statistique SAED) et
de 20 à plus de 35 T/ha dans les Niayes (Seck. A 2014).
L’analyse des calendriers de production de l’oignon local permet de repérer un manque de
coordination de la planification des récoltes entre la zone des Niayes et la Vallée du fleuve. Ce
manque de planification provoque une succession de périodes de surproduction et de pénuries
d’oignon sur le marché.

2.1.2 Non respect des Bonnes pratiques post-récolte


L’analyse des techniques de récolte montre que les critères techniques ne sont pas très respectés par
la majorité des producteurs. Les récoltes sont souvent effectuées trop tôt ou sans respect des
normes techniques (maturité). Le but visé est l’écoulement des produits avec un meilleur prix sur le
marché. Cela a pour conséquence la médiocre qualité de l’oignon constatée parfois sur le marché.
Dans les marchés de vente en gros, il n’existe pas souvent des infrastructures de conservation ou de
stockage. Les coxeurs utilisent des palettes pour le stockage du produit en plein air et soumis ainsi
aux conditions de l’atmosphère ambiante. Ainsi, le produit est le plus souvent exposé au soleil
durant la journée. Il en résulte des risques réels de dépréciation de la qualité.
L’utilisation de magasins (abris séchoirs) est cependant adoptée par quelques OP comme :
- l’UGPAR, qui cherche à acheter l’oignon en période de surproduction pour le stocker dans ses
magasins et aires de stockage en attendant les meilleurs prix sur le marché. Le coût d’un magasin
de stockages (abris séchoir) est estimé par l’ARM à environ 24 millions. L’insuffisance des
moyens empêche l’UGPAR d’augmenter sa capacité de stockage estimé à plus de 4000 t/an par
son président.
- L’UML qui regroupe la production de ses membres dans un magasin ou centre de
conditionnement pour satisfaire les commandes de leurs clients importateurs ;
- L’APOQ a mis en place avec l’appui financier de la FAO un programme de production
d’oignon de qualité. A cet effet, elle regroupe le remboursement en nature de ses membres pour
le stocker dans des magasins en attendant la mise en marché.
Le conditionnement est le plus souvent appliqué que par quelques OP comme l’UML, l’AUMN,
l’UGPM et l’APOQ, qui utilisent des emballages spécifiques. Cependant, la majorité des producteurs
ont recours à des sacs récupérés et achetés sur le marché local. Par conséquent, ces emballages ne
peuvent renseigner sur l’origine ou la qualité du produit. Par ailleurs, la contenance de chaque sac se
situe entre 40 à 42 kg.
Le peu de transformation de l’oignon au Sénégal est fait par les femmes qui coupent l’oignon en
tranches pour la vente directe aux consommateurs qui l’utilisent pour la fabrication de sauce
alimentaire.
Le séchage de l’oignon est peu pratiqué par les producteurs/transformateurs, il existe cependant des
techniques de séchage élaborées par l’ITA et des producteurs nigériens, pour satisfaire une demande
sur le marché.

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 14


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

Une expérience en matière de transformation de l’oignon est cependant en cours selon les résultats
de nos enquêtes. Cette expérience est portée par la société Nestlé Sénégal.
De l’analyse de la technologie post-récolte, nous pouvons tirer les enseignements suivants :
- Le séchage de l’oignon peut constituer une opportunité pour la valorisation de la production
locale surtout en période de surproduction. Les producteurs doivent être sensibilisés sur les
pratiques de séchage à travers des visites d’échanges auprès de l’ITA ou auprès des producteurs
nigériens.
- Le non respect des critères techniques de récolte par certains producteurs, l’utilisation limitée des
magasins de stockage par les OP et le conditionnement inapproprié de l’oignon sont à l’origine de
nombreuses pertes post-récoltes. Ces facteurs limitent aussi la prolongation des périodes
d’utilisation et de disponibilité de l’oignon local. Ces facteurs empêchent également un
approvisionnement continu du marché et une régulation des cours et de l’offre en oignon.

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 15


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

2.1.3 Evaluation de l’offre et de la demande en oignon


L’offre est analysée à deux niveaux : l’offre nationale, évaluée selon les quantités produites,
commercialisées et l’offre extérieure, appréciée à partir du volume des importations d’oignon.
a) La production nationale d’oignon
Le graphique n°1 ci-dessous, laisse apparaître une augmentation régulière de la production d’une
année à l’autre, à partir de la campagne 2005/2006 (cf. graphique n°1).
Graphique n° 1 : Evolution de la production nationale d’oignon 2006 -2013,

Source : DH 2014

En effet, la croissance de la demande due à l’urbanisation et le gel annuel des importations d’oignon
sont à l’origine de l’augmentation de la production. Ces facteurs ont rendu la culture d’oignon plus
intéressante pour les producteurs dont certains ont pu augmenter parallèlement leur niveau de
production grâce aux des projets et programmes de développements utilisant l’approche chaîne de
valeurs dans le secteur de l’horticulture.
Le rôle central de l’oignon dans les revenus monétaires des exploitations de la moyenne Vallée est
pour beaucoup dans l’augmentation de la production. En effet l’oignon est considéré comme
principale culture de rente par les exploitations dans la Vallée (Département de Podor). De ce fait,
ces exploitations ont augmenté leurs superficies de 1 527 à 2 987 ha entre les campagnes 2005/2006
et 2010/2011. Cela a entrainé un accroissement de l’offre nationale d’oignon avec une contribution
de 24 432 à 77 662 tonnes d’oignon de 2005 à 2011 réalisée par les exploitations de Podor (SAED,
2013).
Le graphique n°1 montre enfin que l’offre nationale d’oignon est évaluée à plus de 205 000 tonnes
durant les deux dernières campagnes 2011/2012 et 2012/2013 selon les statistiques de la DH. Cette
offre dépasse pourtant les besoins annuels du pays estimés à environ 180 000 tonnes par la
Direction du Commerce Intérieur (D.C.I, 2014). Malgré tout, le Sénégal continue d’importer de
l’oignon pour satisfaire la demande de la population.
La non maîtrise de la technologie post-récolte et la mauvaise gestion de l’offre par les producteurs et
leurs OP semblent expliquer cet état de fait.
Par ailleurs, la mauvaise qualité de l’oignon due au non respect des critères techniques de récolte et
l’utilisation limitée des magasins de stockage ne permettent pas une longue conservation de l’oignon
local. Ces facteurs empêchent la prolongation des périodes de disponibilité de l’oignon local et un
Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 16
Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

approvisionnement continu du marché. Ce sont là quelques raisons qui font que l’offre nationale ne
peut pas encore couvrir les besoins du pays ; d’où la nécessité de compléter le déficit par les
importations.
b) Les importations d’oignon au Sénégal
L’analyse du graphique sur l’évolution annuelle des importations d’oignon de 2006 à 2013 permet de
confirmer que le Sénégal importe encore une part relativement considérable d’oignon (cf. graphique
n°2). Ce graphique montre une tendance à la hausse des importations d’oignon qui atteignent 170
000 tonnes en 2013 selon les statistiques de la DPV.
Graphique n° 2 : Evolution annuelle des importations d’oignon 2006 -2013,

Source DPV Mars 2014, poste contrôle du Port

c) Analyse comparée de la production nationale et des importations


L’analyse croisée des deux graphiques fait apparaître une tendance à la stabilisation des importations
durant les années 2006-2012 autour de 95 à 120 000 tonnes. Cependant durant l’année 2013 les
importations ont augmenté de plus de 50 000 tonnes (cf. graphique n°3).
Graphique n° 3 : Evolution comparée des importations et de la production nationale d’oignon

Source DPV Mars 2014, poste contrôle du Port


L’analyse du graphique ci-dessus montre que le niveau de la production nationale croît plus vite que
les importations. Cette situation semble s’expliquée par la stratégie adoptée par le Sénégal pour la
satisfaction du marché de l’oignon, à savoir l’autosuffisance en oignon. Cette stratégie fondée sur un

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 17


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

mécanisme concerté et consensuel de gel des importations protège la production locale de la


concurrence des produits d’importations. Cette situation reste ainsi favorable à la croissance de la
production locale. Cependant pour satisfaire la demande nationale, le Sénégal est obligé à certaines
périodes de l’année de faire recours aux importations
d) L’oignon : Une demande nationale en croissance

Pour déterminer le niveau de la demande nationale d’oignon, nous avons utilisé la formule suivante :

« Demande nationale : (Importation + Production nationale) – (Réexportation + Exportation) »

Nous avons considéré que les quantités d’oignon réexportées ou exportées à un niveau zéro (nulles)
car elles sont très faibles par rapport aux importations et production d’oignon.
Le tableau n°2 présentant l’évolution de la demande est déterminé selon la formule ci-dessus. Il
montre que de 2006 à 2013, les rapports production locale sur la demande sont relativement stables,
variant de 55 à 56% avec quelques particularité en 2007, 2010 et 2012. Cette relative stabilité est
également notée sur les rapports importations sur demande variant de 44 à 37 avec une baisse entre
2010 et 2012.

Tableau n° 2 : Evolution de la demande nationale d’oignon de 2006 à 2013

Spéculation 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013


Importation 89 802 97 110 102 970 117 540 105 459 133 591 123 350 176 462
Production 110 000 140 000 130 000 150 000 170 000 190 000 210 000 230 000
Réexp/export 0 0 0 0 0 0 0 0
Demande 201 808 239 117 234 978 269 549 277 469 325 602 335 362 408 475
Prod/demande 55% 59% 55% 56% 61% 58% 63% 56%
Imp/Demande 44% 41% 44% 44% 38% 41% 37% 43%
Source DPV Mars 2014, poste contrôle du Port
Ainsi, si l’on prend en compte la production nationale en 2013, la part de la demande à satisfaire en
substitution aux importations, représente 43 % de la demande globale.
L’analyse du graphique n°4 présentant l’évolution de la demande déterminée selon la formule
utilisée, montre un accroissement de la demande, d’année en année à partir de 2008.
Graphique n° 4 : Evolution de la demande nationale d’oignon de 2006 à 2013

Source DPV Mars 2014, poste contrôle du Port

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 18


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

La courbe montre que la demande dépasse les 400 000 tonnes (Importation + Production
nationale).
Cette situation, laisse apparaître un potentiel important que pourrait viser les producteurs locaux
dans une perspective de substitution des importations. Pour atteindre cet objectif il faut au préalable
résoudre les problèmes liés à la maîtrise des techniques post-récolte. Il s’agit de l’application des
bonnes pratiques de production et de récolte et de la mise en place d’infrastructures de
stockage/conservation adéquate. Cela prolonge la disponibilité de l’oignon local en permettant un
approvisionnement continu du marché.
2.2 Présentation des circuits de commercialisation et des marchés de l’oignon

2.2.1. Les circuits de commercialisation de l’oignon local


L’analyse des résultats de l’étude permet d’identifier des circuits de commercialisation et des acteurs
directs et indirects au niveau des marchés ruraux et urbains.

a) Les acteurs de la commercialisation sur les marchés locaux


Les acteurs directs concernent les producteurs, les bana- banas, les grossistes et les détaillants :
 Les producteurs sont le premier maillon de la chaîne. Ils assurent la fonction de production en
combinant divers facteurs de production. Ils sont de différents types et adoptent des stratégies
de diversification en vue de réduire l’incertitude liée à l’écoulement.
 Les bana-banas sont des commerçants itinérants chargés de la collecte et de l’acheminement de
l’oignon jusqu’aux marchés de gros. On distingue trois types de bana-banas.
Les bana-banas collecteurs (type 1) qui sillonnent les zones de production en se déplaçant
jusqu’au niveau des exploitations pour acheter les produits directement aux producteurs.
Les bana-banas (type 2) qui s’approvisionnent au niveau des marchés ruraux.
Les bana-banas (type 3) sont en même temps des producteurs implantés dans la zone de
production. Cette double fonctions leurs permettent d’acquérir des connaissances particulières
facilitant leurs liens de partenariats commerciaux et de collaboration avec certains producteurs à
qui ils octroient des semences et de l’engrais à crédit.
 Les demi-grossistes ou grossistes, qui assurent une fonction classique de regroupement de
l’oignon au niveau des marchés de gros urbains. Ils sont régulièrement installés au niveau de ces
marchés et assurent le relais entre les bana-banas et les détaillants.
 Les détaillants sont des commerçants qui vendent au tas ou parfois au kg à la demande de la
clientèle sur les marchés. Ils s’approvisionnent auprès des demi-grossistes et grossistes. Certains
détaillants obtiennent des facilités auprès des coxeurs qui leur remettent les produits à crédit.
Les acteurs indirects impliqués dans la mise en marché sont les transporteurs et les coxeurs :
 Les transporteurs sont des prestataires de service chargés du transfert des récoltes des zones de
production vers les zones de collecte ou de consommations. On distingue :
Les transporteurs primaires qui interviennent, dans les zones les plus enclavées et assurent le
transport des récoltes du champ vers les marchés de collecte ou parcs oignon.
Les transporteurs secondaires font la liaison entre les marchés de collecte et marchés urbains.
Les moyens utilisés sont les camions de 20, 30 et 35 tonnes. Le transport des produits se fait en
général en vrac ou dans des sacs récupérés sans respect des normes de qualité et sécurité.

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 19


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

 Les coxeurs. On distingue selon leur lieu d’intervention, les coxeurs ruraux et les coxeurs
urbains. Les coxeurs ruraux, localisés au niveau des marchés ruraux reçoivent les récoltes des
maraîchers et se chargent de la commercialisation moyennant une commission fixe par sac.
Les coxeurs urbains, qui sont dans les marchés de gros sont chargés de réceptionner le produit,
de trouver des acheteurs et de négocier les prix pour les bana-banas ou pour les producteurs.
L’ensemble des acteurs se retrouvent le long des différents circuits qui vont des marchés de collecte
aux marchés de gros. Ils facilitent la centralisation de la production avant son expédition vers les
marchés urbains.
En tenant compte des flux, de l’intervention des principaux acteurs de marchés et des situations
d’échanges, nous pouvons identifier cinq (5) circuits de collecte et de commercialisation de l’oignon.

b) Les circuits de commercialisation locaux


L’analyse de la figure n°1 sur les principaux circuits locaux de commercialisation d’oignon montre
les principaux canaux de distribution sur les marchés nationaux.
Figure n° 1 : Les principaux circuits locaux de commercialisation d’oignon

Producteurs/OP Producteurs Producteurs Producteurs Producteurs


Marchés ruraux

1 2 3 4 5

Coxeurs ruraux
Bana banas collecteurs

Bana banas marchés ruraux Bana banas producteurs


Marchés urbains

Coxeurs Coxeurs Coxeurs


urbains urbains urbains

Demi-grossistes ou grossistes

Détaillants
Source : Nos enquêtes mars 2014

L’analyse de cette figure a permis de caractériser chaque circuit de distribution de l’oignon :


Le circuit 1 : concerne les producteurs/OP qui acheminent leurs récoltes aux marchés de gros où
elles sont confiées aux coxeurs qui se chargent de la vente. Ces acteurs ont des récoltes importantes
et ne peuvent prendre le risque de venir avec sur le marché rural local de peur de faire baisser les
prix.
Le circuit 2 : concerne les producteurs qui négocient avec les bana-banas qui se déplacent au niveau
de l’exploitation pour négocier l’achat. Le produit est confié sur le marché à un coxeur urbain qui le
commercialise. Ce circuit concerne surtout les zones périurbaines dont celle de Rufisque.
Le circuit 3 concerne les producteurs qui se chargent de la commercialisation du produit au niveau
du marché rural. Pour cela, ils contactent les bana-banas et négocient avec eux les prix. En cas
d’accord parties, le paiement se fait immédiatement.

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 20


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

Le circuit 4 concerne les producteurs qui passent par un coxeur rural pour la commercialisation de
leur récolte. Le coxeur contacte les bana-banas et négocie les prix. Le bana-bana achemine ensuite la
production au niveau des marchés de gros où le coxeur urbain se charge de sa commercialisation.
Le circuit 5 concerne les producteurs qui vendent leurs récoltes aux producteurs bana-banas auprès
desquels ils avaient contractés des crédits intrants. Ces producteurs sont souvent obligés de leur
réserver la production de peur, de ne pas bénéficier de crédit pour les campagnes futures.
L’analyse des circuits locaux de commercialisation montre que la distribution de l’oignon implique la
participation de plusieurs acteurs : producteurs, bana-banas, coxeurs, grossistes et détaillants.
Parmi ces acteurs, on distingue les coxeurs urbains qui assurent les fonctions de groupage de l’offre,
de négociation et de fixation du prix de l’oignon. De ce fait, les producteurs ne peuvent pas ignorer
ces coxeurs sur les marchés urbains au risque de voir leurs initiatives se soldées par un échec.
2.2.2. Les circuits d’exportations et d’importations d’oignon
Durant nos enquêtes, nous avons identifié les circuits d’exportation et d’importation suivants :

a) Les circuits d’exportation vers l’Europe


Les acteurs identifiés dans les circuits d’exportation vers l’Europe sont :
 Les OP : elles assurent les fonctions de production, de collecte, de conditionnement et de
livraison du produit. Les OP sont les unions maraichères localisées le plus souvent dans les
Niayes.
 Les sociétés privées entreprises horticoles sont des structures disposant des moyens financiers et
matériels nécessaires pour la production. Elles ont aussi des centres de conditionnement et
moyens logistiques et de transport pour acheminer le produit vers les grossistes ou centrales
d’achats.
 Les expéditeurs/Exportateurs : ce sont des opérateurs chargés de la commercialisation du
produit vers l’Europe. Ils disposent d’un réseau de clients dans les marchés Européens. Ils
recherchent des produits de qualité pour faciliter l’écoulement dans ces destinations.
 Les grossistes et les centrales d’achat : ils assurent la fonction de regroupement du produit avant
sa commercialisation auprès des détaillants ou Grandes Moyennes Surfaces (GMS).
 Les détaillants ou Grandes Moyennes Surfaces (GMS) : ils s’approvisionnent directement auprès
des grossistes ou centrales d’achats.
La figure n°2 présente les circuits de l’oignon exporté vers l’Europe,
Figure n° 2 : Les circuits d’exportation d’oignon vers l’Europe
Organisation Producteurs Sociétés Privées
Le circuit 1 concerne les producteurs regroupés en
Marchés intérieurs Marchés extérieurs

1 2 association. Ils organisent la production, le conditionnement


avant sa livraison aux expéditeurs/Exportateurs. Parmi ces
OP on distingue l’Union des Maraichers du Littoral (U.M.L).
Expéditeurs Cette OP a des difficultés liées à la qualité du produit et son
conditionnement pour satisfaire les commandes de leurs
clients.
Grossistes et centrale d’achats
Le circuit 2 concerne les entreprises privées qui produisent
de l’oignon blanc ou de l’oignon salade qu’elles
Détaillants et Grandes surfaces conditionnent pour l’acheminer directement vers les marchés
Source : Nos enquêtes Mars 2014 Européens. Ces entreprises disposent souvent de
représentants commerciaux qui facilitent les liens avec les
clients grossistes
Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et centrales d’achats.
et Commercialisation : 77 519Parmi
04 62ces entreprises,
Page 21
nous avons la société SAFINA et le GIE Agro-Export qui
ont exporté 2093 tonnes d’oignon en 2013 (D.P.V. 2014).
Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

L’analyse des circuits d’exportation montre que la distribution du produit peut se faire directement
aux grossistes ou aux centrales d’achat ou par l’intermédiaire de mandataires (expéditeurs,
représentants). L’analyse des circuits montre également que pour accéder au marché européen, les
OP des Niayes peuvent s’attacher des services d’un intermédiaire. Elles doivent régler cependant au
préalable les questions liées à la qualité et au conditionnement du produit.
b) Les circuits d’exportation vers la sous région

Les circuits d’exportation vers la sous région impliquent les acteurs suivant :
 Les producteurs : ce sont les producteurs qui exploitent des superficies de plus d’un hectare
d’oignon par année. Ils regroupent souvent la production dans des parcs ruraux en attendant
son expédition vers les grossistes ou commerçants importateurs.
 Les grossistes exportateurs: ils sont installés principalement au marché Diaobé dans la région de
Kolda. Ces grossistes assurent le relais entre les grands exploitants producteurs et les
commerçants importateurs provenant des pays limitrophes comme la Gambie.
 Les commissionnaires : ils assurent les fonctions de collecte et centralisation/regroupage du
produit au niveau des marchés ruraux. Ils sont souvent localisés dans les principales zones de
collecte comme Rao, Gouye Renne et Potou dans les Niayes et Thillé Boubacar, Boubé dans la
Vallée.
 Les commerçants importateurs : ce sont des opérateurs qui s’approvisionnent auprès des
grossistes exportateurs ou par l’intermédiaire des commissionnaires dans les marchés ruraux ou
parcs oignon. Ils viennent par groupe dans les marchés de collecte pour s’approvisionner.
 Les détaillants : Ils s’approvisionnent auprès des commerçants importateurs et vendent aux
détails dans les marchés ruraux et urbains.
La figure n°3 présente les circuits de commercialisation des exportations vers la sous région.
Figure n° 3 : Les circuits d’exportation d’oignon vers la sous région

Le circuit 1 concerne les producteurs des Producteurs exploitants


Niayes ou de la Vallée qui approvisionnent le
Marchés intérieurs

marché gambien ou malien par l’intermédiaire 1 2


de grossistes. Ces producteurs ont tissé des
Commissionnaires
relations de confiance avec certains grossistes
installés au marché Diaobé. Ils permettent aux
grossistes d’approvisionner régulièrement Grossistes Exportateurs
leurs clients commerçants importateurs qui
opèrent à Diaobé.

Le circuit 2 concerne les producteurs de la


Marchés extérieurs

Vallée du fleuve Sénégal qui exportent en


Mauritanie par l’intermédiaire de
commissionnaires. Ces derniers sont chargés
de la collecte et de l’acheminement du produit Commerçants Importateurs
jusqu’à Rosso où l’oignon est réceptionné par
les commerçants importateurs.

Détaillants
Source : Nos enquêtes Mars 2014

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 22


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

L’analyse des circuits montre que l’exportation de l’oignon est le plus souvent réservée aux
exploitants ayant plus d’un hectare d’oignon emblavé par année. La vente se fait cependant de façon
indirecte par l’intermédiaire d’un commissionnaire ou d’un grossiste.
Ainsi pour accéder au marché sous régional, les producteurs des Niayes et de la VFS peuvent passer
selon le pays ciblé par un grossiste ou un commissionnaire.
c) Les circuits d’importation d’oignon
Les résultats de nos enquêtes montrent que l’oignon importé provient principalement du (Pays Bas)
et du Maroc. Les principaux acteurs identifiés dans les circuits d’importation sont cartographiés dans
la figure figure n°4 ci-dessous.

Figure n° 4 : Les circuits d’importation identifiés de l’oignon


Marchés extérieurs

Fournisseurs européens Fournisseurs marocains Les principaux acteurs identifiés dans les
circuits d’importateurs sont entre autres :
1 2
- Les fournisseurs qui sont des
producteurs organisés en filières pour
Expéditeurs
commercialiser leurs produits
- Les expéditeurs sont chargés de la
mise en relation avec les acheteurs.
- Les importateurs : ils sont de deux
Marchés intérieurs

Importateurs Importateurs types (Sénégalais ou Marocains).


produits européens produits marocain
- Les demi-grossistes et grossistes
assurent le relais entre les
importateurs et les détaillants. Ils
sont localisés dans les marchés
Demi- grossistes et grossistes comme Castors, Tilène à Dakar ou
dans les marchés des régions dont
Kaolack, Diourbel, Thiès.
- Les détaillants s’approvisionnent
Détaillants
auprès des demi-grossistes ou
Source : Nos enquêtes Mars 2014 grossistes dans les marchés.
L’analyse des circuits de commercialisation montre deux circuits dont les caractéristiques sont :

Le circuit 1 concerne les importateurs qui s’approvisionnent auprès des fournisseurs européens. Ils
disposent de la logistique commerciale (stockage et transport du produit) qui leur permet d’importer
plusieurs containers par mois. Parmi ces importateurs nous avons SADIDAL et Comptoir
Commercial Fallène (C.C.F) basés au marché Dalifort (appelé marché Diamalaye) à Dakar.

Le circuit 2 concerne les importateurs d’oignon en provenance du Maroc. Le transport du produit


se fait à travers des camions frigorifiques du Maroc jusque vers les entrepôts des importateurs. On
rencontre ces importateurs à Diamniadio ou au marché Sandiniéry.

L’analyse des circuits montre que les principales sources d’approvisionnement en oignon sont
l’Europe et le Maroc. Les fournisseurs sont en général identifiés sur la base de cahiers de charges.
Des négociations sont ensuite menées pour aboutir à la signature de contrat d’achat. Le produit est
souvent acheminer au Sénégal par voie maritime ou par la route jusque vers les entrepôts des

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 23


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

importateurs. Ces derniers disposent en général de moyens logistiques commerciaux (stockage et de


transport) nécessaires pour répondre à la demande des clients demi-grossistes et grossistes.
L’analyse montre aussi que certains importateurs se tournent sur le marché local durant les périodes
de gel des importations. Les fournisseurs locaux sont cependant des exploitants privés localisés à
Kirène à Mbour et à Mbane dans le Lac de Guiers et des producteurs de la VFS et des Niayes.
Cette situation ouvre une fenêtre que les producteurs peuvent exploiter en se positionnant comme
fournisseur des importateurs. Pour cela, les producteurs doivent adapter le produit (qualité,
emballage, conditionnement) de façon à être en conformité avec les exigences des importateurs.
2.2.3 Les marchés nationaux de l’oignon
a) Les marchés ruraux de l’oignon,
Le tableau n°3 permet d’identifier les principaux marchés de ruraux de collecte (cf. tableau n°3).
Tableau n° 3 : Les principaux marchés ruraux de collecte d’oignon

Zones Nom du Type de Capacités de Destination principal


marché Marché vente(t/an) du produit
Vallée du Téredji Hebdomadaire 20 000 Saint Louis, Dakar, Touba
fleuve Thillé Hebdomadaire 20 000 Saint Louis, Dakar, Touba
Sénégal
Boubé Parc oignon 30 000 Richard Toll, Dakar…
Potou Hebdom/parc 25 000 Dakar, Touba, Kaolack…
Niayes Rao Parc oignon 4 000 Saint Louis, Dakar, Touba,
Mali
Gouye Renne Parc oignon 3 000 Saint Louis, Dakar, Touba…
Notto Permanent - Dakar…
Mboro Permanent - Dakar…
Source : Nos enquêtes Mars 2014
Les marchés ruraux : Ils sont composés de marchés hebdomadaires et permanents. Il s’agit des
marchés hebdomadaires de Téredji, Thillé Boubacar, Potou et les marchés permanents de Notto et
Mboro dans les Niayes.
Dans ces marchés, le producteur peut vendre lui-même son produit ou le confier à un coxeur. Les
capacités de ventes sont en moyenne de 20 000 T/an selon les déclarations des coxeurs.
Les parcs oignon : Le parc oignon est une aire délimitée avec ou non un hangar qui permet de
stocker le produit en attendant d’être acheminé vers les marchés urbains. Il permet aux producteurs
de stocker l’oignon dans un lieu surveillé en attendant sa commercialisation. Les principaux parcs
identifiés sont : Boubé dans la Vallée du fleuve Sénégal, Potou, Rao et Gouye Renne dans les Niayes.
La gestion d’un parc d’oignon fait cependant intervenir généralement trois catégories de personnel :
un gardien, un coxeur ou responsable de parc, et des manœuvres. Le producteur choisit un parc,
dans lequel il va déposer son produit. Le transport vers le parc est effectué par charrette ou camion
« Unimoc » et son coût est souvent évalué entre 150 à 500 FCFA/sac d’oignon.
Au parc, les manœuvres font la décharge, la pesée et le stockage. Le responsable de parc calcule les
frais à payer par le producteur. Ces frais sont variables selon les parcs. Exemple pour un parc
d’oignon à Potou nous avons : 25FCFA/sac pour la manutention, 20 FCFA/sac pour le pesage et
25 FCFA/sac pour les taxes municipales.
La vente peut s’effectuer par le responsable de parc ou le producteur lui-même. Dans le premier cas,
le responsable de parc informe le producteur sur le prix avant la vente. Dans le second cas, le

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 24


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

producteur négocie lui-même avec le client pour vendre son produit. Dans tous les cas, si la vente se
réalise le producteur est tenu de s’acquitter des frais de gestion du parc.
Les quantités annuelles vendues dans les parcs selon les déclarations des coxeurs ruraux sont :
Gouye Renne 3 000 tonnes, Rao 4 000 tonnes et Boubé 30 000 tonnes.
Les prix relevés auprès des coxeurs sont : (i) (Janvier à Mars) entre 275 à 300 FCFA/kg d’oignon,
(ii) (Avril, Mai à Juin), entre 90 à 150 FCFA/kg et (iii) (Juillet à Août) entre 275 à 300 FCFA/kg.
L’analyse des marchés ruraux de collecte montre que l’essentiel de la collecte est réalisé au niveau des
parcs oignon. La capacité de collecte d’un parc est variable entre 3000 à 4000 tonnes par an selon les
responsables. Le producteur est impliqué dans la négociation et la décision de vente du produit.
L’analyse de la situation des parcs montre des insuffisances en équipement et aménagement du site.
En effet les sites servant de parcs font souvent l’objet d’un aménagement sommaire et les
équipements en matériels disponibles sont limités aux bascules.
Les producteurs sont confrontés souvent à des problèmes d’accès aux parcs à cause de déficit de
moyens et de coûts de transport (charrettes) et des contraintes d’enclavement (pistes sablonneuses
reliant les zones de production aux points de collecte et/ou aux marchés).
Les prix de vente dans les parcs sont parfois très faibles (90 à 150 FCFA/kg) poussant les
producteurs à vendre des quantités importantes pour satisfaire leurs besoins financiers.
La mise en place de moyen de transport adéquat et l’aménagement des pistes de production peuvent
faciliter la collecte primaire du produit. D’autres mesures d’accompagnement comme la
construction de magasins de stockage et la mise en place d’un système de crédit-stockage au profit
des producteurs peuvent protéger les producteurs démunis contre le diktat et les spéculations des
intermédiaires et des commerçants.

a) Les marchés de gros


L’analyse du tableau n° 4 permet d’identifier cinq marchés de gros dont Thiaroye et Dalifort (que
certains appellent Guele tapée) à Dakar et les autres marchés dans les régions intérieurs comme
Diourbel (Touba), Marché Zinc à Kaolack et Diaobé à Kolda (cf. tableau n°4).
Tableau n° 4 : Les principaux marchés de gros d’oignon au Sénégal
Regions Marché de Sources Capacités Destination principale
gros d’approvisionnement d’absorption des ventes
Thiaroye
Potou, Notto, Diogo, Podor, 50 à 300 t/j Dakar, Mali, Guinée
Dakar Mbane, Gouye Renne, etc.… Bissau, Gambie
Dalifort Potou, Loumpoul, Rao, Gandiol, 50 à 200 t/j Banlieue Dakaroise,
Touba Potou, Loumpoul, Gandiol, 50 à 150 t/j Kédougou, Tamba,
Diourbel Thillé, Boubé, etc.… Kaolack, Diaobé
Kaolack Marché Zinc Potou, Diogo, Thillé, etc.… 50 à 100 t/j Kaolack, Gambie…
Kolda Diaobé Potou, 16 à 20 t/j Guinée Bissau, Gambie
Source nos enquêtes Mars 2014
L’analyse des résultats montre que cinq principaux marchés de gros sont identifiés au niveau
national. Le choix de ces marchés de gros se justifie par les raisons suivantes :
Marchés de Dakar : Le choix des marchés de Dakar est guidé par l’importance de leurs capacités
d’absorption. Ces marchés absorbent plus de 300 tonnes d’oignon par jour selon les coxeurs.
Marché de Touba : Il a une position centrale par rapport aux autres marchés (Kédougou, Diaobé,
Tamba et Kaolack). Cette place lui confère une sorte de contrepoids aux grandes villes.
Marché de Kaolack : le marché de Kaolack polarise les marchés secondaires dans les régions du Sud
du pays notamment Kolda, Ziguinchor Tambacounda et même la Gambie.

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 25


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

Ces marchés sont approvisionnés à partir des marchés ruraux et des parcs à vocation oignon
implantés dans les Niayes et dans la Vallée. Ce sont les bana-banas qui déplacent le produit vers les
marchés de gros. Ils louent des camions pour petits groupes d’opérateurs pour acheminer l’oignon
vers les marchés réduire les coûts. En effet, le coût de transport d’un sac relevé se situe entre 250 à
600 FCFA selon les destinations.
Les prix de vente relevés sont dans des fourchettes de : (i) « 100-350 FCFA/kg » au marché
Thiaroye, (ii) « 175-300 FCFA/kg » au marché Dalifort, (iii) « 200-400 FCFA/kg » au marché de
Touba et (iv) « 100-350 FCFA/kg » pour le marché de Kaolack.
L’analyse des circuits marchés montre également que le produit est confié aux coxeurs qui réalisent
les ventes. Ces derniers sont chargés de trouver des acheteurs et de négocier le prix. Ils reçoivent
pour cette intermédiation une commission variant de 350 à 500 FCFA/sac selon le marché.
Les capacités d’absorption ou de vente des coxeurs dans les marchés de Kaolack, Touba, Dalifort et
Thiaroye, sont respectivement à 100, 150, 200 et 300 tonnes/jour. Les ventes sont destinées aux
marchés nationaux (Dakar, Kédougou, Tambacounda, Kolda et Kaolack) et aux pays limitrophes.
De l’analyse des marchés de gros, nous pouvons tirer les enseignements suivants : (i) les ventes sont
réalisées par les coxeurs qui trouvent des acheteurs et négocient le prix de vente. (ii) L’absence de
fonds de commercialisation, conduit le coxeur à prendre en charge les coûts de l’emballage et du
transport du produit vers les marchés.
Ainsi, pour mieux profiter de la vente dans ces marchés de gros, les producteurs doivent négocier un
partenariat avec les coxeurs et mettre en place un fonds de commercialisation.
2.2.4 Les marchés sous régionaux de l’oignon
a) Le marché mauritanien
Les résultats de nos enquêtes montrent que, la Mauritanie fait recours aux importations durant toute
l’année. Les principaux pays fournisseurs sont le Sénégal et le Maroc. Les transporteurs marocains
entre en Mauritanie ce qui n’est pas le cas pour ceux des Sénégalais qui s’arrêtent à Rosso.
Le tableau n° 5 ci-dessous présente la structure des coûts d’exportation de l’oignon local vers la
Mauritanie pour un camion de 20 tonnes faisant le trajet Dakar-Rosso -Dakar.
Tableau n° 5 : Structure des coûts de l’oignon exporté en FCFA

Postes Quantité (kg) P.U (FCFA) Montant (FCFA)


Coût d’achat de l’oignon 4 500 000
Oignon en sac 40 kg 20000 225 4 500 000
Charges transport
Gasoil en litre aller retour 150 800 120 000
Taxes traversée par Bac 1 50 000 50 000
Assurance 1 70 000 70 000
Charge à l'essieu 1 4 000 4 000
Frais de route 1 50 000 50 000
Restauration du chauffeur 1 20 000 20 000
Total des charges transport 314 000
Prix revient exportateur à Rosso 4 814 000
Source : Nos enquêtes Mars 2014
L’analyse du tableau n°6 montre l’existence de frais de route de 50 000 FCFA, et d’un contrôle à
l’Essieu sur le trajet Dakar Rosso. Les frais d’excédent à l’Essieu sont évalués à 4000 FCFA/tonne.

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 26


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

L’analyse de la structure des coûts montre aussi des frais de traversée du bac de 50 000 FCFA et une
assurance de 70 000 FCFA qui sont exigés à l’entrée du territoire mauritanien.
Le prix de revient de 20 tonnes à Rosso est estimé à 4 814 000 F CFA, soit 240 700 F CFA la tonne.
Le tableau n°6 ci-dessous présente la structure des marges d’exportation pour ce même camion.
Tableau n° 6 : Structure des marges de l’oignon exporté en FCFA

Postes Quantité P.U (FCFA) Montant (FCFA)


Prix revient exportateur à Rosso 4 814 000
Prix de vente 20 tonnes à Rosso 20000 300 6 000 000
Marge pour une vente de 20 tonnes 1 186 000
Marge exportateur/tonne 59 300
Marge exportateur/sac 40 kg 2 372
Marge exportateur/kg 59
Source : Nos enquêtes Mars 2014
L’analyse du tableau montre que : Le chiffre d’affaire des ventes pour 20 tonnes d’oignon exporté
vers la Mauritanie est estimé à 6 000 000 000 F CFA pour un prix de 300 FCFA/kg d’oignon.
La marge bénéficiaire globale pour 20 tonnes est estimée à 1 186 000 FCFA soit 59 300 FCFA pour
une tonne exportée. Cette marge est variable et est fonction de l’évolution des prix du marché. Les
prix de l’oignon relevés auprès des commissionnaires évoluent entre 250 à 600 FCFA/kg d’oignon.
L’analyse des acteurs et des niveaux d’implication pour la destination mauritanienne montre que les
exportateurs d’oignon sénégalais s’arrêtent à la frontière à Rosso.
Les statistiques relevées au poste de contrôle phytosanitaire de la DPV à Rosso donnent 120 tonnes
en 2012 contre 395 tonnes en 2014), ce qui montre que les exportations d’oignon du Sénégal vers la
Mauritanie est en croissance.
Les producteurs et ou opérateurs/exportateurs des Niayes doivent ainsi saisir cette opportunité de
marché pour exporter vers la Mauritanie. Cela nécessitera cependant de prendre en compte les
aspects liés à la concurrence avec l’oignon marocain, les frais de route, de charges à l’essieu, les frais
de traversée du bac et d’assurance.

b) Le marché gambien
Les résultats de l’étude montre que la production d’oignon en Gambie est faite à partir de fermes
privées situées dans la zone de KAFUTA. Cette production limitée en saison sèche est
commercialisée avec l’appui d’un distributeur agréé sur une période de 5 mois (Avril à Août).
Le déficit en oignon est comblé par des importations auprès des fournisseurs sénégalais et
européens. L’oignon importé passe par le port de Banjul ou est en transit par le port de Dakar.
Les fournisseurs Sénégalais (commerçants ou grossistes) approvisionnent le marché gambien à partir
des marchés de Thiaroye, de Diaobé ou de Kaolack. Ces fournisseurs passent souvent par des
opérateurs gambiens qui viennent acheter le produit et le transporter jusqu’en Gambie.
Le tableau n°7 montre un exemple de la structure des coûts de transport de l’oignon vers la Gambie.
Tableau n° 7 : Structure des coûts d’exportation de l’oignon en Gambie (FCFA)
(Cas d’un camion de 30 tonne Dakar-Banjul)
Postes Oignon Sénégal
Coût d'achat de l'oignon (Oignon 3 750 FCFA/sac 25 kg) 4 800 000
Charges transport
Frais payés à la douane Sénégalaise 20 000
Transport 500 000
Douane Gambienne 400 000

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 27


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

Frais traversée du Bac 50 000


Frais postes contrôle 5 000
Taxes Municipales 50 000
Manutention produit 50 000
Total charges frais stockage 1 075 000
Prix revient exportateur 5 875 000
Source nos enquête mars 2014
L’analyse des données des structures des coûts d’exportation montre le paiement de frais à la douane
sénégalaise à la sortie du territoire. Les charges ou frais à l’entrée du territoire gambien sont
composés : de droits de douane, de frais pour la traversée du bac, de frais à payer au niveau des
postes de contrôles et de taxes municipales. Les frais de manutention et de gardiennage sont
également pris en compte dans l’évaluation des coûts pour l’exportation.
Le prix de revient de 30 tonnes d’oignon est estimé à 7 387 000 F CFA soit 246 233 FCFA/tonne.
Les producteurs avertis peuvent ainsi, en prenant compte de la disponibilité du produit et des
charges liées au transport vers la Gambie. Ils peuvent ainsi fixer les prix de vente afin d’obtenir plus
de marges bénéficiaires.
Les structures des marges à l’exportation vers la Gambie
Le tableau n°8 ci-dessous présente la structure des marges d’exportation de l’oignon local.

Tableau n° 8 : Structure des marges de l’oignon exporté en Gambie (FCFA)


Cas d’un camion de 30 tonne Dakar-Banjul
Postes Oignon Sénégal
Prix revient exportateur 30 tonnes 5 875 000
Prix de vente 30 tonnes 7 890 000
Marge pour une vente de 30 tonnes 2 015 000
Marge exportateur/tonne 67 166
Marge exportateur/sac 25 kg 1 679
Marge exportateur/kg 67
Source nos enquête mars 2014
L’analyse du tableau n° 8 sur la structure des marges montre :
Un prix de vente pour 30 tonnes d’oignon exporté estimée de 7 890 000 F CFA pour 263 FCFA/kg.
La marge bénéficiaire globale est 2 015 000 FCFA soit 67 166 FCFA/tonne d’oignon exporté.
Les prix de vente de l’oignon sur le marché gambien est dans une fourchette de (300 à 400 Dallasi)
par sac de 18 kg équivalant à (3750 à 5000 FCFA/sac 18 kg ou 208 à 277FCFA/kg. Le prix de
l’oignon importé est cependant dans une fourchette de 312 à 364 FCFA/kg.
L’analyse des conditions d’accès au marché gambien permet de tirer 2 enseignements principaux à
tenir en compte dans une option d’exportation vers ce marché. En effet, il existe aussi une
restriction annuelle des importations d’oignon sur une période de 5 mois allant (Avril à Août).
L’exportation est donc possible après le mois d’Août. Cependant, il est à noter que, les conditions de
la traversée sont souvent imprévisibles à cause des nombreuses pannes du bac.
En dépit de cette contrainte majeur, le produit sénégalais entre sur le territoire gambien à travers les
opérateurs qui s’approvisionnent sur les marchés de Thiaroye, de Kaolack et de Diaobé.
Les producteurs peuvent ainsi pénétrer le marché gambien en établissant des liens avec les
opérateurs de ce pays qui viennent s’approvisionner sur les marchés locaux sénégalais.

c) Le marché guinéen

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 28


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

Les résultats de l’analyse bibliographique montrent que la production d’oignon en Guinée se fait
dans la Moyenne Guinée. Elle est assurée dans l’ensemble, par les femmes qui cultivent l’oignon en
saison sèche (Décembre-Mai) et durant la saison des pluies (Juin-Août).
Le commerce de l’oignon local, se fait d’Avril à Septembre. il est mené en grande partie par la
Fédération des Producteurs du Fouta Djalon (FPFD). Cette organisation a mis en place des
magasins de stockage qui polarisent les zones d’échanges de l’oignon. Les villes de Labé, Pita,
Dalaba et Timbi Madina restent les grands centres qui reçoivent la production à commercialiser au
niveau des magasins et des points de groupage.
Les statistiques publiées par l’annuaire 2012 des statistiques de la République de Guinée montrent
que la production d’oignon ne couvre pas les besoins du pays. D’après ces données, les quantités
d’oignon importé en Guinée en 2011 ont été estimées à 44 387 tonnes.
Les pays fournisseurs sont principalement les Pays Bas et la Belgique. Les importations sont assurées
en général, par de grands commerçants qui développent des stratégies d’influence et de maîtrise du
marché. Ces commerçants ont constitué des groupes de pression pour mieux tirer profit de la
politique de l'État en matière de taxation des biens importés et de fixation des prix. Ainsi, le volume
d’oignon importé dépend en grande partie du comportement de ces commerçants.
Les résultats de l’analyse bibliographique (Annuaire statistique de la Guinée, 2012) montrent
également que les prix moyens annuels de l’oignon sont entre 3 706 et 4 607 FG/kg équivalent à 398
à 495 FCFA/kg. Le taux de change à ne pas négliger est de 9.2856 FG pour 1 FCFA.
L’analyse des caractéristiques du marché guinéen montre que les contraintes les plus pesantes
découlent des problèmes liés au transport des produits dus à l’état des routes. En effet, les
principales routes existantes sont, pour l’essentiel, des voies rurales de type secondaire et primaire.
L’analyse des statistiques du poste frontalier de contrôle phytosanitaire de la DPV de Tambacounda
a révélé qu’il n’existe pas d’exportation d’oignon du Sénégal vers la Guinée.
Le commerce de l’oignon local, reste limité au mois d’Avril à Septembre. Pour les mois d’Octobre à
Mars, la Guinée fait recours aux importations estimées à environ 45 000 tonnes par an (Annuaire
statistique Guinée, 2012).
Les producteurs d’oignon des Niayes peuvent ainsi profiter des périodes de déficit (Octobre à Mars)
pour écouler leurs produits sur le marché Guinéen.
L’exploitation du marché Guinéen nécessitera cependant, la prise en compte des questions liées au
transport, à l’établissement de liens avec les commerçants importateurs établis en Guinée. Une visite
de prospection est donc nécessaire afin d’identifier des partenaires potentiels dans ce cadre.

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 29


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

2.3 Analyse et sélection des marchés porteurs de l’oignon


2.3.1 Analyse et sélection des marchés porteurs pour l’oignon
a) Sélection des marchés nationaux
Pour sélectionner des marchés porteurs, nous avons adopté une démarche en deux étapes :
- La concertation avec les opérateurs locaux : Il s’agit d’effectuer des échanges avec les différents
opérateurs des marchés dans le but d’établir une première liste de marchés potentiels.
- Les visites de marchés : Avec la liste de marchés potentiels, nous nous sommes rendus au
niveau des marchés pour faire l’état des lieux et vérifier leur pertinence.
A l’issue de ces visites, nous avons fait une analyse des marchés utilisant les critères suivants :
 L’approvisionnement: il a été question de vérifier les sources d’approvisionnement et les
périodes ;
 Situation géographique: il consiste à voir l’éloignement et à analyser le coût du transport.
 Les conditions de distribution : il a été vérifié le mode de transport, les coûts, les délais,...
 Le prix du marché : Il s’agit de vérifier le niveau des prix de gros, prix de détails,
 Les acheteurs, en ce qui concerne le mode de transactions et la destination du produit.
Les résultats de l’analyse ont été obtenus sur la base des caractéristiques des marchés suivants (cf.
tableau n°9).
Tableau n° 9 : Caractéristiques des marchés nationaux d’oignon retenus

Critères Dakar Touba Kaolack


Potou, Mbane, Diogo, , Diogo, Notto
Sources Mbane, Thillé, Boubé
Podor Thillé, Boubé Mbane, Podor thillé
d’approvisionnement Potou, Diogo, Loumpoul,
Capacités d’absorption 200 et 300 tonnes par jour 30 à 50 tonnes par jour 200 et 300 tonnes par
pour Dalifort et Thiaroye. (800 sac de 40 kg)
Période de marché 5 mois (Mars à Juillet). 4 mois (Avril à Juin). 4 mois (Avril à Juin).
400 à 500 f/sac 42 kg 400 à 600 f/sac 42 kg 500 à 600 f/sac 42 kg
Le coût transport
Prix de gros « 100-350 FCFA/kg » « 120-300 FCFA/kg » « 100-350 FCFA/kg ».
Coxeurs, grossistes, Coxeurs, grossistes, Grossistes, Importateur
Les acheteurs
importateurs,
informelles
Modes de transactions informelles informelles
Kédougou, Diaobé,
Destination du Dakar, Kolda. Mali, Guinée Kaolack, Gambie,
produit Bissau,Kédougou, Gambie, Kaolack, Kougheul, Tamba, Kolda
Source nos enquêtes Mars 2014
L’analyse des caractéristiques des marchés fait ressortir les aspects suivants :
1. Les sources d’approvisionnement des marchés sont diversifiées et les capacités d’absorption
sont plus importantes pour les marchés de Thiaroye et Dalifort,
2. Les marchés de l’oignon durent en générale quatre à cinq mois (Mars à Juillet),
3. Le coût de transport du produit vers les marchés est variable 400 à 600 FCFA/sac et les prix de
vente en gros sont entre 100 à 350 FCFA/kg selon les lieux de vente.

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 30


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

4. Les types d’acteurs de marchés identifiés sont les coxeurs, les grossistes et les importateurs. Les
transactions entre ces acteurs sont cependant informelles.
5. Les ventes dans ces marchés sont destinées aux marchés nationaux et sous régionaux (Mali,
Guinée, Gambie, Guinée Bissau).
L’analyse des caractéristiques des marchés sélectionnés permet de déduire que pour exploiter les
opportunités commerciales, les producteurs des Niayes doivent :
Dans un premier temps, planifier la production, organiser la collecte et le groupage ou la
centralisation du produit durant la période de mars-juillet pour un approvisionnement correcte des
marchés. Dans un second temps, les producteurs doivent choisir les marchés en prenant en compte
les capacités d’absorption, le coût du transport et les prix de vente dans ces marchés. Enfin, pour
accéder aux marchés, les producteurs peuvent s’attacher des services des coxeurs, des grossistes ou
des importateurs.
La priorité doit cependant être accordée aux marchés de Dakar, suivis de Touba et de ceux de
Kaolack.

b) La sélection des marchés sous régionaux


Pour identifier ces marchés, il a été adopté la même démarche que dans les marchés nationaux. Les
critères pris en compte sont les suivants :
 Conditions d’accès : il s’agit de vérifier et de prendre connaissance des droits de douane à
payer et des exigences sanitaires auxquelles il faut se conformer.
 Proximité culturelle et géographique : il s’agit de vérifier l’éloignement du pays, les coutumes,
les langues, les habitudes de consommations avec le marché national,
 L’offre et la demande : il s’agit de vérifier les périodes de production et d’importation,
 Les conditions de distribution : Il s’agit de vérifier les conditions de transport, les risques ;
 Prix : il est nécessaire de connaître les prix pratiqués sur le marché, les délais de livraison, les
modes de paiement et les risques liés aux changes,
Sur la base de l’analyse avec ces critères, il a été comparé, pour les marchés suivants les
caractéristiques déclinées dans le tableau n°10.
Tableau n° 10 : Caractéristiques des marchés d’oignon retenus

GAMBIE MAURITANIE
Règlementation Restriction d’importation « Avril-Août ».
Sans restriction d’importations
administrative
Proximité, culturelle Même habitudes de consommations Proximité,
Période d’importation Septembre-Décembre, Janvier- Févier Toute l’année
Imprévisibles (pannes fréquentes du bac) Livraison produit à la frontière
Condition de transport
Concurrence Européenne, oignon local Européenne, et Marocaine
Les acheteurs et mode Existence d’acheteurs potentiels Existence d’acheteurs potentiels
de transactions Transactions informelles Transactions informelles
Source nos enquêtes Mars 2014
L’analyse des caractéristiques des marchés fait ressortir les aspects suivants :

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 31


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

Le marché gambien est caractérisé par une restriction des importations. Les conditions de transport
sont imprévisibles et il existe une concurrence avec l’oignon européen et local. Cependant, les
habitudes de consommation sont les mêmes qu’au Sénégal.
Le marché mauritanien est libre toute l’année, et est plus proche des lieux de production (Niayes et
VFS). Le produit est livré à la frontière, cependant, il existe une concurrence avec les produits
européens et marocains. En outre, il a été identifié dans les marchés en Mauritanie des acheteurs
potentiels prêts à s’investir pour la commercialisation de l’oignon sénégalais. Malheureusement, il
n’existe pas de contrat formel entre les opérateurs.
L’analyse montre que pour exploiter les marchés sous régionaux sélectionnés, les producteurs des
Niayes doivent prendre en compte les conditions de transport, de livraison et des restrictions des
importations dans certains pays. La priorité doit être accordée cependant au marché mauritanien.
2.3.2 La sélection des opérateurs de commercialisation
Pour sélectionner les opérateurs de commercialisation, il a été effectué dans un premier temps des
échanges avec les différents opérateurs sur les marchés. Il s’agit des coxeurs, des grossistes et des
importateurs.
Des visites ont été organisées au niveau des services DPV pour des échanges avec les chefs de
postes du port, de l’aéroport et des postes frontaliers de Kaolack, Rosso et Kidira. Ces échanges ont
permis d’établir une liste d’opérateurs potentiels.
Pour le choix des opérateurs potentiels, nous avons pris en compte les critères suivants :
 Les sources d’approvisionnement : il s’agit de vérifier les sources locale et étrangère,
 Les capacités techniques : il s’agit de voir les moyens techniques, stockage et transport;
 Leurs capacités d’absorption ou de vente : volumes recherchés ou vendus sur les marchés,
 Mode d’acquisition et de règlement à l’achat : comptant, crédit, délai de règlement
L’analyse des résultats a permis de sélectionner des partenaires au niveau national et sous régional
(tableau n°11).
Tableau n° 11 : Caractéristiques des partenaires retenus
ADRESSES/TYPE DE SOURCES CAPACITE MODALITE
PRENOM NOM PARTENAIRE APPROVI D’ABSORPTION ACQUISITION/VENTE
Au niveau National
CCF, Dalifort Dakar Comptant et Crédit
Assane MARONE Importateur Pays Bas 90 à 120 t/mois délai 2 à 3j, 50% avance
Sadidal Dalifort Dakar Pays Bas Comptant et Crédit
Sémou DIOUF Importateur Sénégal 90 à 120 t/mois délai 2 à 3j, 50% avance
Dalifort Dalifort Dakar Comptant et Crédit
Lamine FALL Importateur Pays Bas 90 à 120 t/mois délai 2 à 3j, 50% avance
Babacar GUENE Kaolack, Importateur Pays Bas 30 t/mois Comptant ou à crédit
Abdoulaye WADE Kaolack, Importateur Pays Bas 30 t/mois Comptant ou à crédit
A niveau sous régional
Moustapha DIA Sérékouda, Commerçant Pays Bas 30 t/mois Comptant ou à crédit
Mboussobé CISSE Banjul, Commerçants Pays Bas 30 t/mois Comptant ou à crédit
Source nos enquêtes Mars 2014
Caractéristique des partenaires au niveau national : L’analyse du tableau n°12 montre que les
opérateurs retenus sont localisés à Dakar et Kaolack. Il s’agit des importateurs qui s’approvisionnent
principalement des Pays Bas. On distingue cependant un importateur (Sadidal) qui s’approvisionne

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 32


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

aussi sur le marché local du Sénégal. Les capacités d’absorption de ces partenaires sont autour de 90
à 120 tonnes/mois pour ceux de Dakar contre 30 tonnes/mois pour les partenaires de Kaolack.
Les modalités d’acquisition ou de vente se font au comptant ou à crédit avec leurs clients.
Caractéristique des partenaires au niveau sous régional : L’analyse du tableau n°12 montre que les
partenaires sous régionaux retenus sont localisés à Sérékounda et à Banjul. Ce sont des
commerçants importateurs qui s’approvisionnent sur le marché européen (Pays Bas). Leurs capacités
d’absorption est en moyenne de 30 tonnes/mois. Les modalités d’acquisition ou de vente se font au
comptant ou à crédit.
L’analyse montre que les importateurs nationaux et sous régionaux peuvent s’approvisionner sur le
marché local si les producteurs répondent aux conditions du marché. En effet ces partenaires ont
besoins des produits en quantité et en qualité avec un conditionnement adapté.
Les producteurs des Niayes doivent donc être accompagnés pour satisfaire ces partenaires retenus
dans le cadre d’un partenariat ou d’un contrat formel qui engage les deux parties.
2.3.3 Analyse des contraintes et opportunités des marchés de l’oignon

A. Les contraintes de commercialisation sur les marchés de l’oignon


Les contraintes relevées au niveau des marchés nationaux sont constatées à différents niveaux : la
stratégie de commercialisation des producteurs et leurs OP, la technologie post-récolte, les relations
avec les partenaires et la mise en marché du produit.
1. Des stratégies de commercialisation limitées dans leur mise en œuvre malgré la volonté et
les initiatives de quelques OP.
Une insuffisance d’actions pour le groupage de l’offre des producteurs. Les services offerts
par ces OP ne permettent pas souvent de regrouper l’offre des producteurs pour s’adapter à
la demande du marché. Cette situation explique en partie le mode de commercialisation
individuel.
Le déficit d’informations techniques, économiques, et de données fiables sur les statistiques
en vue de leur exploitation pour une meilleure mise en marché de l’oignon. Malgré la volonté
des OP dont l’UML et l’APMFB, il n’existe pas encore au niveau des OP des statistiques
fiables sur l’offre permettant une meilleure gestion du marché.
Des insuffisances dans l’organisation de la collecte. L’essentiel des OP n’arrivent pas le plus
souvent à organiser la collecte de la production de leurs membres. Cela à cause souvent de
l’absence de moyens financiers et de dispositif de collecte du produit et des données y
afférentes. La majorité des producteurs collectent eux-mêmes leurs productions pour les
vendre individuellement sur le marché.

2. Faible performance et défaut de maîtrise des techniques post-récolte


Des producteurs ne respectant pas souvent les critères techniques pour la récolte. Ils
récoltent avant maturation (précocement au mois février) pour rechercher les meilleurs prix
sur le marché. L’oignon récolté dans ces conditions, présente souvent des teneurs en eau
élevées qui rendent sa qualité médiocre et sa conservation difficile.
Une logistique pas très adéquate pour le transport. Le moyen de transport le plus utilisé pour
sortir l’oignon dans les sites de production dans les Niayes est la charrette. Ce moyen n’est
pas très adapté aux pistes sablonneuses, une alternative peut être trouvée avec l’introduction
de moyens plus adéquats comme les tricycles.

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 33


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

Les insuffisances dans le conditionnement du produit : L’oignon est le plus souvent


conditionné en sac de 40 à 42 kg, dans des emballages de récupération ne permettant pas de
maintenir sa qualité ou d’identifier leur origine. Il existe cependant des initiatives mises en
place par des OP comme l’UML, l’APOQ qui utilisent des emballages spécifiques.
Une technologie de transformation et de séchage encore peut pratiquées. La transformation
de l’oignon par les femmes en tranches pour la fabrication de sauce alimentaire et le séchage
de l’oignon sont peu pratiqués malgré l’existence de techniques élaborées par l’ITA et des
procédés utilisés par les producteurs nigériens.
Une utilisation encore limitée des magasins de stockage par les producteurs ou OP. Cela
s’explique souvent par des infrastructures inappropriées, de faibles capacités et pas équipées
pour le stockage optimal de l’oignon. Ces facteurs limitent en partie la prolongation des
périodes d’utilisation et de disponibilité et empêchent également l’approvisionnement
continu du marché en oignon.

3. Des liens souvent inexistants et informels entre OP et leurs partenaires


Des transactions informelles impliquant la participation de plusieurs acteurs. L’analyse des
circuits locaux de commercialisation montre que la distribution de l’oignon entre les acteurs
producteurs, bana- banas, coxeurs, grossistes se fait de façon informelle. Ce système ne
garantit aucune sécurité pour les producteurs.
Les liens entre les OP et les structures financières sont souvent inexistants ou limités à
l’approvisionnement en intrants. Cette situation ne permet pas d’obtenir des crédits pour le
financement des activités de collecte et de commercialisation de la production.
Il n’existe non plus des liens formels entre les OP et les structures techniques et les
fournisseurs de services en matière de transport ou d’approvisionnement en emballage.

4. Des insuffisances dans la mise en marché du produit au niveau national

Un système de vente profitable aux coxeurs : Sur les marchés urbains, le produit est souvent
confié à un coxeur chargé de la vente sans aucune implication des producteurs ni sur les
négociations ou sur les décisions de vente. Le coxeur perçoit une rémunération ou une
commission fixe par sac indépendamment de la valeur (prix) de ventes. Ce mode de
rémunération pousse souvent le coxeur à vendre le produit quelque soit le prix du marché ou
sa valeur commerciale. Le but visé est d’obtenir rapidement sa rémunération après
écoulement.
L’absence de financement pour la commercialisation. Cette situation oblige le producteur à
brader une partie des récoltes ou à solliciter les coxeurs pour faire face aux besoins financiers
pour la récolte, le conditionnement et le transport du produit vers les marchés.
Une insuffisance en matière d’information sur les marchés. Les informations fournies sont
souvent limitées aux prix du marché. Les producteurs ne reçoivent d’informations pas ou
peu sur les acheteurs, les offres ou les demandes d’achat.
Des prix très faibles à certaines périodes de la campagne. En général les prix peuvent chuter
dans les marchés ruraux jusqu’à 90 à 100 FCFA/kg au mois d’avril et mai entrainant ainsi
une baisse de revenus chez les producteurs.

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 34


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

Une insuffisance d’infrastructures de stockage et de conservation : Le déficit


d’infrastructures de stockage et de conservation ne permet pas d’allonger les périodes de
disponibilité de l’oignon (offre). Cette situation explique le recours aux importations.

5. Des contraintes d’accès aux marchés sous régionaux et européens.


Pour les marchés sous régionaux, les contraintes sont relatives :
o Difficultés de transport à cause des multiples contrôles, de formalités douanières
assez contraignantes, etc.
o Limitation des importations liées à la législation commerciale dans certains pays,
o La concurrence par rapport aux importations d’origines européennes,
o La saisonnalité de la production locale d’oignon et le manque de planification
(étalement) de la production,
Les contraintes sur le marché européen sont liées :
o Aux exigences en matière de qualité et de conditionnement du produit,
o Aux insuffisances en encadrement technique et en financement de la
commercialisation.
A coté de ces contraintes, il existe des opportunités que les producteurs peuvent saisir pour
améliorer la commercialisation du produit à leur profit.

B. Les opportunités de commercialisation


1. L’existence d’une dynamise organisationnelle des producteurs et des initiatives pour l’organisation
de la commercialisation de l’oignon.
Les producteurs sont en majorité regroupés dans des OP. Parmi ces OP certaines comme
l’UML, APMFB, AUMN ont des stratégies collectives de commercialisation. Cependant, leur
mise en œuvre reste encore timide. Il existe aussi une interprofession pour la filière oignon
du Sénégal (IPOS) qui devra à son niveau mettre en œuvre la stratégie coordonnée de mise
en marché pour l’Interprofession .
2. Une technologie post-récolte disponible pour la valorisation du produit
L’existence de cahier de charge oignon dont la vulgarisation permettra une application des
normes techniques pour la récolte, le conditionnement et le transport du produit.
Le créneau de la transformation de l’oignon en tranches constitue une ouverture
supplémentaire qui peut être explorée en perspective de sa large vulgarisation.
Le créneau de séchage de l’oignon constitue aussi une opportunité pour la valorisation de la
production locale surtout en période de surproduction.
3. Existence de partenaires d’appui technique et de structures financières pour les OP
L’existence de structures d’appui des OP. Il s’agit de la DH, du PADEN, de l’ANCAR qui
peuvent accompagner les OP en matière d’encadrement et de renforcement de capacités en
gestion administrative, technique, financière, organisationnelle, commerciale, etc….
L’existence d’une agence de régulation des marchés ARM qui a un rôle important dans la
gestion de l’offre, des modes de mise en marché des produits (qualité, prix), de la promotion
des produits et gestion efficaces des infrastructures marchandes.

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 35


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

L’existence de structures financières comme la CNCAS, pour le financement des activités de


commercialisation des filières agricoles, de même que les Institutions de la microfinance,
etc…
4. Des opérateurs disponibles pour faciliter la commercialisation de l’oignon
Existence et disponibilité des opérateurs prêts à s’investir pour faciliter la commercialisation.
Il s’agit des importateurs sélectionnés dans le cadre de cette étude. Ils sont basés à Dakar,
Kaolack et en Gambie (Banjul, Sérékounda). Ils disposent souvent de logistiques post-récolte
pour la commercialisation (stockage et transport ) nécessaires pour répondre à la demande
des clients.
5. Une demande en croissance et des créneaux sur les marchés extérieurs
Une demande nationale croissante estimée à 400 000 tonnes par an (DPV, 2014). Le marché
national et la stratégie de satisfaction de la demande des consommateurs représentent des
atouts intéressants pour les producteurs d’oignon.
Un créneau d’exportation d’oignon blanc vers le marché européen. Ce créneau est exploité
par des entreprises privées et une OP comme l’UML qui exportent vers l’Europe.
Un marché sous régional plus étendu que le marché national. Ce marché peut faire l’objet
d’une exploitation plus diversifiée vers les pays comme le Mali et la Guinée Bissau.
6. Politique favorable du Gouvernement
L’Etat a montré sa détermination à réguler le marché de l’oignon en accompagnant la mise
en place un cadre de concertation interprofessionnel pour la structuration de la filière
oignon. Ce cadre organisationnel gère avec l’ARM les actions de régulation des marchés dont
: (i) la gestion de l’offre, (ii) la négociation des prix, (ii) et la gestion de la qualité.
2.4 Les interventions stratégiques et recommandations

2.4.1 Les interventions stratégiques sur la commercialisation


Il ressort de l’analyse des contraintes que l’amélioration de la commercialisation de l’oignon local
passe nécessairement par des interventions sur les marchés, lesquelles pourraient se traduire par les
actions suivantes :

1. Développer les services d’appui pour l’organisation de la collecte, le regroupement de l’offre,


et la collecte d’informations économiques, statistiques fiables et son exploitation pour une
meilleure mise en marché du produit.
2. Renforcer les capacités techniques et financières des OP dont l’UML, APMFB, l’APOQ, etc.
dans la mise en œuvre de leurs initiatives de commercialisation de l’oignon.

3. Faciliter l’accès au financement de la commercialisation par la mise en place de crédits


nécessaire à l’organisation de la collecte, à la remise d’avance aux producteurs, à
l’amélioration du conditionnement et du transport du produit vers les marchés.

4. Vulgariser et appuyer l’application du cahier de charge oignon sur les techniques de récolte et
de conditionnement du produit afin de maintenir la qualité du produit et sa durée de
conservation.

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 36


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

5. Améliorer les conditions de transport primaire par l’entretien des pistes de production et
l’introduction de tricycle comme une alternative de modernisation des système de transport
par les charrette pour acheminer les produits vers les marchés ruraux et les parcs oignon.

6. Organiser des visites d’échanges auprès des structures comme l’ITA et des producteurs
nigériens afin de s’imprégner des techniques de transformation et de séchage.

7. Construire des infrastructures de stockage appropriées (aux normes et ayant des grandes
capacités) au niveau des marchés ruraux et parcs oignon pour assurer un groupage des
produits et un approvisionnement continu du marché en oignon.

8. Développer et favoriser les liens formalisés sur la base de contrats entre les producteurs, les
partenaires commerciaux (coxeurs, grossistes et importateurs) et les fournisseurs de services
(transporteurs, emballage) avec la facilitation des structures d’appui techniques pour garantir
une meilleure mise en marché du produit.

9. Mettre en place un système d’information sur les marchés pour la collecte d’informations sur
les acheteurs, les offres ou les demandes d’achat afin de permettre aux producteurs de
choisir les meilleurs marchés.
10. Développer un système de crédit stockage afin de protéger les producteurs de la baisse des
revenus due à des prix très faibles à certaines périodes de la campagne (avril et mai).

11. Sensibiliser les producteurs sur les difficultés de transport, les formalités douanières, la
législation commerciale les pays de la sous région, etc.

12. Mettre en conformité les produits au même titre que les produits d’origines européennes
notamment en matière d’exigences de qualité des produits et du conditionnement.

2.4.2 Les recommandations pour la commercialisation de l’oignon

Pour construire un système de commercialisation qui valorise le produit pour le producteur, il


conviendra de mobiliser les groupes d’acteurs selon les interventions stratégiques pour lesquelles les
éléments ci-après sont proposés.

1. Les éléments d’interventions pour les producteurs et leurs OP


1. Développer des services d’appui pour l’organisation de la collecte, le groupage de l’offre des
producteurs organisés ou individuels,
2. Créer ou renforcer les services de collecte d’informations techniques, économiques,
statistiques, utiles aux OP notamment pour prévoir le marché. Il s’agit des informations sur
les prévisions de récoltes, les stocks, les acheteurs, les offres ou les demandes d’achat.

3. Financer la collecte, le stockage et la commercialisation vers les marchés. Il s’agit de la


collecte de l’oignon au niveau des exploitations agricoles et son groupage dans les marchés
ruraux ou dans les parcs oignon en vue de sa livraison vers les acheteurs.
4. Organiser des visites d’échanges à l’ITA et au Niger pour s’imprégner des techniques de
transformation et de séchage. Sensibiliser les producteurs en particulier les femmes sur les
avantages des techniques de transformation et de séchage.

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 37


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

5. Vulgariser le cahier de charge oignon en particulier les critères techniques de récolte, de


conditionnement et de conservation. Sensibiliser les producteurs sur l’avantage de la qualité
et du conditionnement du produit pour la commercialisation.

6. Développer des liens formalisés avec les partenaires commerciaux identifiés, les structures
d’appui techniques, financiers et les fournisseurs de services (transporteurs, emballage).

7. Développer un système de crédit stockage pour protéger les producteurs de la baisse des prix
durant les mois d’avril et mai.
8. Adapter la présentation, la qualité et le conditionnement du produit par rapport aux
exigences des clients ou du marché.

2. Les éléments d’interventions pour les pouvoirs publics

Pour contribuer au développement d’un système commercial favorable pour le producteur, les
pouvoirs publics pourront baser leurs actions sur les éléments suivants :

1. Soutenir ou faciliter le financement de la commercialisation notamment les actions de


collecte, de conditionnement et de transport du produit vers les marchés

2. Appuyer par la vulgarisation et la formation des normes de qualité, le renforcement des


capacités des producteurs et de leurs OP.

3. Mobiliser les partenaires pour la construction d’infrastructures de stockage appropriées au


niveau des marchés ruraux et parcs oignon pour assurer un approvisionnement continu du
marché en oignon.

4. Faciliter les liens avec les partenaires commerciaux identifiés et les fournisseurs de services
(transporteurs, emballage).

3. Les éléments d’interventions pour les structures d’appui et les bailleurs de fonds

Pour contribuer à la mise en place d’un système de commercialisation favorable pour le producteur,
les structures d’appui et les bailleurs devront, en concertation avec les pouvoirs publics et les
producteurs :

1. Faciliter et financer la création des services d’appui pour l’organisation de la collecte, le


regroupement de l’offre des producteurs organisés ou individuels. Il s’agit dans un premier
temps d’aider les OP dont l’UML, APMFB, l’APOQ dans la mise en œuvre de leurs
initiatives de commercialisation de l’oignon.
2. Renforcer les compétences des structures existantes ou encourager la création de nouvelles
structures pour la collecte d’informations techniques, économiques, statistiques, sur les
prévisions de récoltes, les stocks, les acheteurs, les offres ou les demandes d’achat.

3. Faciliter et financer, la collecte, le stockage et la commercialisation au niveau des


exploitations agricoles et des marchés ruraux ou dans les parcs oignon.

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 38


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

4. Développer et entretenir des pistes de production et appuyer l’introduction de tricycle


comme une alternative pour transporter le produit des périmètres de production vers les
marchés ruraux et les parcs oignon.

5. Financer l’organisation des visites d’échanges à l’ITA et au Niger pour sensibiliser les
producteurs en particulier les femmes sur les avantages des techniques de transformation et
de séchage.
6. Appuyer la vulgarisation des bonnes pratiques sur les techniques de production, de récolte,
de conditionnement et de conservation au niveau des producteurs.

7. Renforcer les compétences des producteurs sur la contractualisation et faciliter


l’établissement des liens formalisés avec les partenaires commerciaux identifiés, les structures
d’appui financier et les fournisseurs de services (transporteurs, emballage).

8. Appuyer la mise en place d’un système de crédit stockage pour protéger les producteurs de la
baisse des prix et de leurs revenus durant la campagne.
9. Appuyer la promotion de produit de qualité et un conditionnement adapté aux exigences des
clients ou du marché. Il s’agit de mettre sur le marché un produit capable de concurrencer
les produits d’origines européens.

10. Renforcer les compétences des producteurs et les partenaires commerciaux sur les modes de
transport, les formalités douanières, la législation commerciale des pays de la sous région.

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 39


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

2.4.3 Plan de marketing et de promotion de l’oignon local


Même si l’intervention publique à la marge peut être envisagée dans ce cadre, il va de soi que les
acteurs de la filière, au premier rang desquels les producteurs, devront porter les actions de
promotion du produit. Le plan dont il est question devra être envisagé transversalement à tous les
maillons de la mise en marché du produit depuis la préparation du produit, jusqu’à la
communication qui cible les consommateurs et même les grands commerçants importateurs.

Tableau n° 12 : Plan de marketing pour la commercialisation de l’oignon local

Politiques Actions
Politique de produit - Segmenter le marché à travers la mise en place d’une taille de gammes
suffisante, distincte par la qualité et les prix
- Mettre les produits aux normes à travers des pratiques pré-récoltes
conformes aux exigences de conservation, un tri, un bon emballage
Politique de prix - Diminuer les amplitudes de prix en nivelant pour plus de visibilité
auprès des consommateurs.
- Indexer les prix en fonction de la qualité
Cibler tout le marché sélectionné de façon à assurer une disponibilité et
accessibilité physique à tous les consommateurs
Raccourcir le circuit de distribution et les délais en regroupant au
maximum l’offre dans les marchés de regroupement.
Politique de Attribuer des quotas aux grands commerçants importateurs d’oignons
distribution en suscitant chez eux des commandes conséquentes dans des conditions
profitables
Renforcer l’interprofession pour qu’elle joue un rôle important dans la
distribution

Prospecter les marchés d’exportation des pays limitrophes comme le


Mali et la Guinée Bissau et y promouvoir le produit
Politique de Mener des campagnes d’information et de sensibilisation auprès des
communication et de associations de consommateurs et des grands distributeurs
promotion
Renforcer les campagnes publicitaires surtout à la télévision

La mise en œuvre de ce plan de marketing nécessite cependant une force de vente dont le PADEN
doit aider à la constitution en rapport avec les acteurs producteurs et leurs OP. Toutefois, il faudrait
au préalable, un niveau d’organisation leur permettant de disposer d’une capacité d’actions
conséquente.

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 40


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

CONCLUSION SUR LA CHAINE DE VALEURS OIGNON


La culture de l’oignon recèle d’innombrables potentialités qui, exploitées d’une manière optimale,
permettraient une meilleure satisfaction de la demande intérieure et un accroissement des volumes
exportés. En effet, le Sénégal bénéficie de beaucoup d’atouts qui sont, entre autres, des conditions
agro-climatiques favorables et des ressources humaines (producteurs à haut niveau de technicité, un
dispositif d’appui conseil et des hommes d’affaires entreprenant).
Le paradoxe de cette filière réside dans le fait constant que la production nationale d’oignon couvre
les besoins en cette denrée (du moins sur le plan des volumes produits), mais parallèlement les
importations continuent sur le marché national. C’est là où se trouve le grand dilemme.
Pour corriger ce paradoxe, la puissance publique doit appuyer la filière oignon de manière
conséquente à travers : (i) l’amélioration de la qualité du produit depuis l’application des itinéraires
de production et de post-récolte (conditionnement), (ii) la régulation de l’offre durant les périodes
excédentaires avec un renforcement des infrastructures de stockage et de conservation, (iii)
l’organisation du circuit de commercialisation avec l’institution d’un marché de gros et des centres de
groupage au niveau des zones de production et (v) la régulation des importations en concertation
avec les négociants.
A partir de ce moment, la filière oignon pourra jouer un rôle déterminant dans la stratégie de
croissance accélérée en assurant un approvisionnement total du marché intérieur et, à moyen terme,
s’orienter vers les marchés d’exportation de la sous région.

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 41


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

3. ANALYSE SITUATIONNELLE DE LA CHAINE DE VALEURS CAROTTE

3.1. Caractéristiques de l’offre et de la demande en carotte

3.1.1 Une production de Carotte sur dix mois


La Carotte est cultivée dans les Niayes où les principales zones de production sont : Potou,
Lompoul, Rufisque, Kayar, Diogo, Mboro, Fass Boye et Notto Gouye Diama. Parmi ces zones, la
plus importante est Fass Boye où la production annuelle tourne autour de 12 à 14 000 tonnes
(APMFB, 2014).
Les principales variétés cultivées sont New Kuroda, Malibu, Amazonia, Manga, Pamela, etc.. Les
critères de choix des variétés sont liés au rendement, au cycle de culture, à la saison et la qualité du
produit.

Pour les itinéraires techniques préconisés pour la culture il faut se reporter aux supports développés
en 2014 par le PADEN (Fiche technique carotte, le guide de bonnes pratiques de production de la
carotte dans les Niayes).

L’analyse des techniques culturales utilisées par les producteurs en particulier ceux de la zone de
Fasss Boye montre encore des pratiques traditionnelles dans certaines opérations de la production.
Par exemple, le semis est encore réalisé à la volée alors que le semis en ligne est plus recommandé.
En effet, le semis à la volée ne permet pas la pratique du buttage qui est une opération importante
pour protéger la carotte des rayons solaires.
L’analyse du calendrier de production de la carotte dans les Niayes montre que la production s’étale
sur 10 mois (cf, tableau n°13).
Tableau n° 13 : Calendrier de production de la Carotte dans les Niayes

Saisons Sept. Oct. Nov. Dec Jan. Fév. Mars Av. Mai Juin Juil. Août
Culture Hâtive
Pleine saison
Culture Tardive
Source : enquêtes Mars 2014
Trois cycles de production sont effectués, il s’agit de la culture hâtive (septembre-décembre), la
culture plein saison (Décembre à Mars) et la culture tardive (Mars à Juillet).

L’analyse du calendrier de production fait apparaître une période Décembre à Mars où les récoltes
de la culture hâtive et de pleine saison arrivent au même moment sur le marché.
En effet les résultats des enquêtes montrent que c’est en plein saison qui la majorité des producteurs
récolte leur carotte. Cette situation crée ainsi une abondance de carotte sur le marché.
Cette situation est encore aggravée avec les récoltes issues de la culture hâtive déjà sur le marché.
L’analyse de la production permet de tirer les enseignements suivants :
- Les techniques de semis pratiquées ne permettent pas de réaliser le buttage qui est une
opération importante pour la production de la carotte de qualité.
- La concentration de la production sur la culture de pleine saison provoque une abondance de la
carotte sur le marché national durant les mois de novembre à mars.
- L’arrivé des récoltes de la culture hâtive et de pleine saison au même moment créant ainsi une
abondance de la carotte sur le marché.

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 42


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

Des propositions ont été faites dans le sens de la vulgarisation des techniques de semis en ligne et
une bonne planification de la production par les producteurs avec une coordination au niveau de
leurs organisations et de l’Interprofession carotte (IPCA).
3.1.2 Des techniques post-récolte encore traditionnelles
Pour analyser les techniques post-récolte, différents aspects sont pris en compte dont : (i) le transfert
du produit des parcelles vers les marchés, (ii) le conditionnement, (iii) la conservation, (iv) la
transformation.
1. Le transfert du produit des périmètres de productions vers les marchés est assuré souvent par
des charrettes ou des camions pour les zones comme Diamniadio. Ces moyens de transport ne
permettent pas de maintenir la fraîcheur du produit et donc de garantir sa qualité durant son
transfert.
2. Le conditionnement du produit se fait généralement en sac de 75 à 85 kg. Le but visé par les
producteurs à travers ce conditionnement est d’avoir moins de sacs pour limiter les charges liées
au transport. Le conditionnement pris au sens large du terme (triage, calibrage, emballage), n’est
pas pratiqué par les producteurs. Les emballages sont le plus souvent des sacs récupérés non
spécifiques par rapport à l’origine du produit. Il existe cependant des initiatives de
conditionnement avec l’APMFB. Cette association dispose d’un centre de conditionnement
encore non fonctionnelle, financé par l’ONG Sos Sahel. Elle met actuellement sur le marché de
la carotte avec des sacs spécifiant l’origine de Fass-Boye.
3. La conservation pratiquée se fait le plus souvent en terre en attendant l’arrivé d’un client. Ce type
de conservation ne dure que quelques jours.
Sur les marchés, il n’existe pas souvent d’infrastructures de stockage ou de chambres froides
pour la conservation de la carotte. La majorité de la carotte est exposée à l’air libre toute la
journée. Il en résulte un risque manifeste de dégradation du produit et de dépréciation de la
qualité après quelques jours de stockage.
Pour les techniques de conservation prolongée, de la carotte pendant 2 à 5 mois nous conseillons
de voir le cahier de charge carotte (Seck. A 2014) et le guide de bonnes pratiques de production
de la carotte dans les Niayes (PADEN, 2014).

4. La transformation artisanale encore marginale est assurée généralement par des femmes (Seck. A
2014). Les techniques utilisées permettent de transformer la carotte en savon, en jus et en
pommade pour le marché local. Il n’existe pas encore d’unités artisanales fonctionnelles.
Les femmes transforment individuellement la carotte pour les besoins du marché national.

L’analyse de la technologie post-récolte, nous pouvons tirer les enseignements suivants :


- Les moyens de transport utilisés pour la carotte sont inadéquats pour le transfert du produit.
- Le conditionnement (triage, calibrage, emballage), n’est pas systématiquement pratiqué sur la
carotte.
- Malgré quelques initiatives menées par les associations comme l’APMFB, les emballages utilisés
sont souvent des sacs récupérés non spécifiques par rapport à l’origine du produit.
- Le manque d’unités de transformation artisanales et d’infrastructure de conservation. Le seul
centre de conditionnement identifié à Fass Boye n’est pas encore fonctionnel.

L’ensemble des faiblesses ci-dessus, contribue à obtenir une carotte de mauvaise qualité avec une
mauvaise présentation sur les marchés. Le manque d’unités de transformation et de conservation ne
permet pas un approvisionnement continu du marché en carotte en produits développés et en
produits frais.

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 43


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

Enfin, l’analyse de techniques post-récoltes utilisées permet de déduire que les pratiques sont encore
traditionnelles avec le transport assuré par des charrettes et une absence de conditionnement
approprié. Il devient donc important de mettre en place les infrastructures nécessaires et de
vulgariser le cahier de charge carotte afin d’obtenir un produit de qualité pour satisfaire la demande
et les exigences des consommateurs.

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 44


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

3.1.3 Evaluation de l’offre et de la demande en Carotte


Dans cette partie, l’offre nationale, les importations et la demande nationale sont analysées.
a) La production nationale de carotte
Le graphique n° 5 montre l’évolution de la production nationale de Carotte de 2006-2013.
Graphique n° 5 : Evolution de la production nationale de Carotte 2006 -2013,

Source : DH, Mars 2014


L’analyse du graphique fait apparaître une forte baisse de la production passant de 7 800 à 5 100
tonnes (2007-2009) et une forte hausse de la production pour atteindre 9 000 tonnes en 2013.

L’analyse du graphique fait apparaître une forte baisse de la production de 2007 à 2009 qui
s’explique par la concurrence de la carotte locale par celle importée.

En effet, pour la période de 2007 à 2009, les importations massives de la carotte (6 547 à 9 174
tonnes) en trois ans (DPV, 2014) avait provoqué une mévente de la production locale sur le marché
national. Les faibles prix du à la concurrence de la carotte importé ont fini par entrainé l’abandon de
la culture par beaucoup de producteurs d’où la baisse de la production.

La hausse de la production à partir de 2009/2010 s’explique en grande partie par les mesures de gel
des importations.
Les difficultés de commercialisation de la production locale ont poussé l’Etat par le biais de l’Agence
de Régulation des Marchés à organiser le marché de la carotte à l’instar de celui de l’oignon. C’est
ainsi depuis la campagne 2009/2010, un gel des importations est appliqué chaque année pour
permettre aux producteurs de mieux vendre sur le marché national.

Ainsi, d’année en année, les mesures de gel des importations d’une durée de 7 mois (janvier à juillet)
durant la campagne 2011/2012 (DH, 2014) ont favorisé de nouveau l’engouement des producteurs
pour la production de carotte d’où une augmentation de la production jusqu’à 9 000 tonnes en 2013
selon les statistiques de la Direction de l’horticulture.

De l’analyse des données officielles sur la production nationale de carotte, nous pouvons en déduire
que le Sénégal n’arrive pas encore à satisfaire la demande des consommateurs. Le déficit de
production est comblé par des importations sur le marché extérieur.

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 45


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

b) Les importations de carotte au Sénégal


Le graphique ci-dessous montre l’évolution annuelle des importations de carotte de 2006-2013
Graphique n° 6 : Evolution annuelle des importations de Carotte de 2006 -2013,

Source DPV Mars 2014,


La hausse importante des importations de 2008 à 2010 s’explique par le comportement des
opérateurs qui importent massivement de la carotte à cause d’un marché libre.
Les mesures de gel des importations de carotte sur une période de l’année à partir de la campagne
2009/2010 ont permis de noter une tendance de réduction des importations de 2010 à 2013, même
si les volumes de 2006 ne sont pas encore atteints.

c) Analyse comparée de l’offre nationale et des importations


L’analyse croisée des graphiques fait apparaître une hausse importante des importations 2008-2010
et la production nationale de 2009 à 2011. On constate aussi une tendance à la baisse des
importations et une hausse de la production locale à partir de l’année 2011(cf. graphique n°7).

Graphique n° 7 : Evolution comparée des importations et de la production de carotte de 2006 -2013

Source DPV Mars 2014


L’analyse croisée des graphiques, montre une corrélation entre l’offre nationale et les importations.
Elle se manifeste à partir de 2011 par une augmentation de la production locale et une baisse des
importations de carotte.

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 46


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

Cela laisse penser à une substitution des importations par une offre nationale en croissance pour
satisfaire la demande en carotte sur le marché. Ainsi, pour connaître la contribution de l’offre
nationale et des importations, il a été opportun d’évaluer la demande nationale.

d) Evaluation de la demande nationale en carotte


Pour déterminer le niveau de la demande nationale la formule suivante est utilisée:

« Demande nationale : (Importation + Production nationale) – (Réexportation + Exportation) »

Dans les calculs, le taux de couverture des importations et de la production locale ont été estimés
par rapport à la demande nationale. Les réexportations et exportations ne sont pas pris en compte à
cause de l’absence de statistiques fiables dans ces domaines.
Les résultats des calculs selon la formule sont présentés au tableau n°14 ci-dessous.

Tableau n° 14 : Evolution de la demande nationale de carotte de 2006 à 2013

Années 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013


Importation 5 795 6 014 5 653 6 547 9 174 8496 8 300 7 379
Production 7850 7800 5963 5100 6690 8340 8500 9 000
16
Demande 13 645 13 814 11 616 11 647 15 864 16 836 16 800 079
Réexp+ exp 0 0 0 0 0 0 0 0
Importations/demande 42% 44% 49% 56% 58% 50% 49% 45%
Production/demande 58% 56% 51% 44% 42% 50% 51% 55%
Source DPV Mars 2014,
L’analyse des données du tableau ci-dessus montre que de 2006 à 2010, le rapport des importations
sur la demande a subi une hausse passant de 42 à 58%, alors que pour la même celui concernant la
production sur la demande a baissé passant de 58 à 42%.
Cette tendance s’est inversée de 2011-2013 avec une baisse du ratio importations/demande de 50 à
45% contre une hausse du rapport production nationale sur la demande passant de 50 à 55%.
Cette situation s’explique par la conquête des parts de marché de 42 à 58% par les importateurs dans
le contexte d’un marché libre de 2006 à 2010. Le gel des importations à partir de 2010 à permis aux
producteurs de gagner des parts de marché pour atteindre 55% en 2013.
Ainsi, dans un contexte de substitution aux importations, il reste un potentiel de 45% des parts de
marché à conquérir par les producteurs.
Le graphique n° 8 montre l’évolution annuelle de la demande de carotte de 2006-2013.
Graphique n° 8 : Evolution de la demande nationale de carotte de 2006 à 2013

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 47


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

Source DPV Mars 2014,


L’analyse du graphique n°8 montre une tendance stabilisée de la demande entre 16 000 à 17000
tonnes au cours des trois dernières années (2011 à 2013). Cette situation semble cependant être
maintenue par un gel des importations permettant ainsi aux producteurs de mieux vendre sur le
marché national.
3.2 Présentation des marchés de la Carotte

3.2.1 Les circuits de commercialisation locaux


L’analyse des résultats du maillon commercialisation a permis d’identifier trois principaux circuits de
commercialisation de la carotte. La figure n°5 ci-dessous présente les circuits de distribution et les
acteurs impliqués dans la commercialisation sur les marchés nationaux.
Figure n° 5 : Les principaux circuits de commercialisation de la Carotte

Les principaux acteurs impliqués sont :


Producteurs Producteurs Producteurs
Marchés ruraux

1 2 3 Les producteurs ils sont de trois types, les


producteurs qui vendent sur les marchés
Coxeurs urbains, ceux qui vendent sur les marchés
R
ruraux par l’intermédiaire de bana-bana ou
Bana banas ceux qui utilisent les services d’un coxeur
rural
Les bana-banas : ils sont de deux types : les
Marchés urbains

Coxeurs bana-banas des habitants des villages des


U UU zones de production et les bana-banas dans
Grossistes les villes comme Rufisque.
Bana banas
Ou coxeurs Les “Coxeurs” on distingue un coxeur rural et
un coxeur urbain.
Les grossistes sont localisés dans les marchés
de gros et de détails dont Castor, Tilène...
Détaillants
Les détaillants s’approvisionnent auprès des
Source : Nos enquêtes Mars 2014 grossistes dans les marchés de gros et de
détails
L’analyse des échanges entre ces différents acteurs a permis de comme Tilène
caractériser les etprincipaux
Castor. circuits de
distribution sur les marchés nationaux :
Le circuit 1 concerne les producteurs qui acheminent directement leurs récoltes sur les marchés
urbains où elles sont confiées aux bana-banas ou coxeurs qui se chargent de la vente. Le paiement

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 48


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

du producteur s’effectue après la vente. Ce circuit concerne surtout les zones périurbaines de
Rufisque.
Le circuit 2 concerne les producteurs qui négocient avec le bana-bana pour vendre sur les marchés
de collecte. Le bana-bana achemine après le produit vers les marchés de gros où il est confié à un
coxeur urbain qui le commercialise. Le paiement du producteur se fait à crédit après la vente. Ce
circuit est plus fréquent dans les Niayes et en particulier dans la zone de Fass Boye.
Le circuit 3 concerne les producteurs qui vendent la carotte sur les marchés ruraux par
l’intermédiaire d’un coxeur rural. Ce dernier est souvent chargé de la vente direct au bana-bana qui à
son tour achemine le produit vers un coxeur urbain chargé de la vente aux grossistes.
De l’analyse des circuits de commercialisation des marchés nationaux, on peut en déduire que :
- L’essentiel des ventes passe par l’intermédiaire des bana-banas et des coxeurs sur le marché.
- La vente de la carotte s’effectue à crédit aussi bien sur les marchés ruraux qu’urbains
- Le paiement du producteur se fait après la réalisation de l’acte de vente.
L’analyse de la situation des marchés montre que ces conditions de vente ne sont pas souvent
favorables aux producteurs. En effet une fluctuation des prix sur le marché crée des incertitudes sur
la valeurs des ventes et donc des revenus pour le producteur. Un lien formel entre producteurs et
acteurs peut aider à trouver des solutions.

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 49


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

3.2.2 Les circuits d’exportation et d’importation de la carotte


a) Le circuit d’exportation de la carotte

Le circuit principal identifié est l’exportation vers la Mauritanie. Les acteurs impliqués sont présentés
sur la figure n° 6 ci-dessous.
Figure n° 6 : Les circuits d’exportation de la carotte vers la
Mauritanie

Les acteurs impliqués à l’exportation sont :


Producteurs
Les producteurs : Ils reçoivent des commandes

Marchés intérieurs
d’achat d’importateurs par l’intermédiaire de 1
commissionnaires (bana-banas).
Les commissionnaires : Ils disposent de réseau Commissionnaires
d’acheteurs sur le marché mauritanien. (Bana-banas)
Les transporteurs : ce sont des prestataires
disposant de petits camions pour le transport. Transporteurs
Les services DPV délivrent les certificats
phytosanitaires.
Les services de la douane mauritanienne: Douane DPV
collectent les droits et taxes à l’entrée du pays

Marchés extérieurs
importateur.
Les commerçants importateurs : ils sont localisés Commerçants Importateurs
au marché SOCIM en Mauritanie et possèdent
des hangars pour le stockage du produit.

Les détaillants : Ce sont eux qui achètent la Détaillants


carotte auprès des commerçants importateurs
pour le revendre dans les marchés intérieurs Source : Nos enquêtes Mars 2014
mauritaniens.
L’analyse des transactions entre ces acteurs a permis de constater que l’exportation de la carotte
concerne les producteurs des Niayes (Fas Boye, Potou, Kayar,…).
L’exportation se fait par l’intermédiaire de commissionnaires ou bana-banas qui se déplacent au
niveau des exploitations pour négocier l’achat de carotte. Ces bana-banas se chargent ensuite de
payer les récoltes, d’organiser la collecte et le conditionnement du produit. Ils payent aussi le
transport jusqu’à la frontière à Rosso avec des camions qui ont de capacité moyenne entre 100 à 200
sacs.
La livraison du produit se fait à Rosso, où la carotte est réceptionnée par les commerçants
importateurs après le paiement des taxes douanières (droits de douane) et la délivrance du certificat
phytosanitaire (respect législation phytosanitaire).
Le paiement se fait souvent par l’intermédiaire de mutuelles localisées à Rosso. Ces mutuelles
facilitent les changes de monnaie locale mauritanienne en francs CFA.

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 50


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

Pour exporter sur le marché mauritanien, les producteurs peuvent donc établir des liens équitables
avec ces bana-banas exportateurs sur la base de contrats formels.
d) Les circuits d’importation de carotte au Sénégal
Les résultats de nos enquêtes montrent que la carotte importée provient pour l’essentiel de la
France. Les principaux acteurs identifiés dans ce circuit sont présentés dans le schéma ci-dessous.
(cf. figure n°7).
Figure n° 7 : Le circuit d’importation de la carotte

Les principaux acteurs sont entre autres :


Fournisseurs Exportateurs - Les fournisseurs sont des producteurs européens
Marchés extérieurs

organisés en filières
1
- Les expéditeurs sont chargés de la collecte et du
Expéditeurs conditionnement du produit avant sa expédition.
- Les services de PV autorise l’importation, ou la
mise en marché par la délivrance de permis
PV d’importer (DPV Sénégal) et de certificat
Douane
phytosanitaire (Service de protection des
végétaux de la France.
Marchés intérieurs

- La direction du commerce intérieur fournit la


Importateurs carotte
déclaration préalable d’importation
- Les services de la douane : collectent les droits et
taxes à l’entrée du Sénégal.
Demi- grossistes et grossistes - Les importateurs : sont des opérateurs disposant
de moyens logistiques qui leur permettent de
transporter le produit jusque dans leurs entrepôts

Détaillants Les demi-grossistes et grossistes assurent le relais


-
entre les importateurs et les détaillants. Ils sont
Source : Nos enquêtes Mars 2014 localisés aux marchés de Castors, Tilène, etc.
Les détaillants s’approvisionnent auprès des
demi-grossistes ou grossistes dans les marchés.
Par ailleurs dans le cadre d’une stratégie d’importation plusieurs procédures sont à remplir avec un
fournisseur. Ces étapes sont entre autres :
L’élaboration du cahier de charges : un cahier de charges exhaustif est rédigé afin de définir les
attentes précises à l’égard des fournisseurs potentiels.
Identification et consultation de fournisseurs : l’importateur organise une consultation de
fournisseurs en les mettant en concurrence.
La négociation : Il s’agit d’analyser le prix du produit en ciblant le plus compétititif. la sélection tient
aussi en compte des conditions de paiement et les règles d’actualisation des prix.
La contractualisation : A l’issue de la négociation, un contrat de vente est généralement conclu entre
l’importateur et le fournisseur.
Le suivi de l’achat : Un plan d’assurance qualité, qui spécifie les engagements pris par fournisseur,
permet de suivre ce dernier tout au long du contrat qui l’engage.
L’importation proprement dite : elle comprend : le calcul du besoin, les commandes et les appels de
livraison, le suivi du bon déroulement de l’exécution de l’importation.

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 51


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

L’analyse montre que dans les opérations d’’importation de la carotte, plusieurs engagements sont
pris en compte entre le fournisseur et l’importateur. Ces engagements permettent de sécuriser la
transaction et leurs revenus. Les producteurs peuvent suivre ainsi cet exemple dans le cadre de leurs
relations de commercialisation avec les bana-banas ou avec les opérateurs/importateurs.
3.2.3 Les marchés nationaux de Carotte
On distingue deux types de marchés ruraux des marchés urbains.
a) Les marchés ruraux,
Les principaux marchés ruraux identifiés sont : Potou, Fass Boye, Diogo, Lompoul, Kayar, Mboro et
Notto. Parmi ces marchés, celui de Fass Boye reste le plus important. Ce marché est permanent, et a
enregistré moyenne de vente de plus de 16 500 tonnes entre Décembre et février 2014 selon les
responsables de l’APMFB (Com. Pers., 2014).
Le tableau n°15 présente les quantités vendues et les destinations de la carotte de Fass Boye.
Tableau n° 15 : Répartition moyenne par destination des ventes de carotte à partir du marché de
collecte de Fass Boye entre décemebre 2013 et février 2014

Destinations Dakar Touba Kaolack Rosso Thiès Quantités (t)


Décembre 4 875 255 170 829 2 635 8 764
Février 4 403 255 170 765 2 380 7 973
Total 9 278 510 340 1 594 5 015 16 737
Part moyenne
des ventes 55% 3% 2% 10% 30% 100%
Source APMFB, 2014, Comm. pers
L’analyse du tableau n° 16 montre que les ventes mensuelles de carotte à Fass Boye tournent autour
de 7000 à 8 700 tonnes par mois de décembre à Février. La quantité moyenne mise sur le marché
pour la même période (décembre à février) est de 16 737 tonnes.
Le marché de Dakar représente la plus grande part des ventes avec 55 % suivie de Thiès 30% et de
Rosso 10%. Les marchés de Touba et de Kaolack reçoivent 5% des ventes durant cette période.
La vente de carotte dans ces marchés s’effectue par l’intermédiaire de bana-banas ou
commissionnaire. Le producteur négocie lui-même avec le bana-bana à qui il livre le produit à crédit
moyennant un paiement dans un délai estimé souvent de 7 jours.
La production ainsi collectée au niveau de ces marchés est livrée aux bana-banas qui le
conditionnent en sacs de 85 pour l’acheminer vers les marchés urbains.
Le transport vers les marchés urbains se fait par des camions contre un coût variant entre 400 et 700
FCFA/sac selon les destinations.

Les fourchettes de prix relevés sur les marchés sont variables selon les périodes et le niveau de
remplissage du sac.
Il a été identifié que selon les périodes :
- (Décembre- Mars) des prix entre « 5000 à 6000 FCFA/sac »
- (Avril – Mai) des prix entre « 10 000 à 12 000 FCFA/sac »
- A partir de mai-Juin une augmentation des prix, qui peuvent atteindre « 15 000 à 18 000
FCFA/sac ».
- A la fin des récoltes les prix sont entre « 18 000 à 25 000 FCFA/sac » de 85kg.

De l’analyse, des marchés de collecte , les enseignements suivants peuvent être tirés:
- La vente par sac pousse le bana-bana à remplir au maximum les sacs afin de gagner en poids.

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 52


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

- Les prix de la carotte sur les marchés ruraux sont faibles entre décembre-mars (5000 et 6000
FCFA/sac de 85 kg) équivalent à 59 à 70 FCFA/kg de carotte.
- Le moyen de transport par camion ne permet pas de conserver longtemps la qualité du produit.
- Le paiement des producteurs se fait à crédit après la vente.
Ces facteurs ne sont pas favorables au producteur, il faut ainsi trouver des solutions afin d’améliorer
les conditions de vente au profit du producteur.

b) Les marchés urbains de la carotte


Le tableau n°16 fournit des caractéristiques sur les principaux marchés urbains.
Tableau n° 16 : Principaux marchés urbains de la Carotte

Marchés Capacité de Sources Destination du


vente d’approvisionnement produit
Thiaroye 16 000 tonnes Potou, Diogo, Lompoul, Fass Boye, Banlieue Dakaroise,
Dalifort Notto, Mboro Rufisque, Diamniadio, Thiès, Touba, Kaolack,
Touba 1 000 tonnes Diogo Lompoul, Fass Boye Dara, Linguère
Kédougou, Diaobé,
Tamba, Kaolack,
Kaolack 500 tonnes Diogo Lompoul, Fass Boye Kaolack,
Thiès 10 000 tonnes Diogo Lompoul, Fass Boye Thiès,
Source nos enquêtes Mars 2014
L’analyse du tableau montre que les principaux marchés de destination de la carotte sont : Thiaroye,
Dalifort, Dakar, Thiès, Touba et Kaolack.
Les capacités de vente sont plus importantes dans les villes comme Dakar et Thiès (10 à 16 000
tonnes) que dans les régions de Diourbel et Kaolack (500 à 1000 tonnes).
L’analyse du tableau n°16 montre aussi que les sources d’approvisionnement sont diversifiées.
Cependant les plus importantes sources sont Lompoul, Diogo et Fass Boye.
L’analyse du tableau n°16 montre également que les principales destinations des produits sont les
marchés de Dakar, Louga, Thiès, Diourbel, Kédougou, Tambacounda, Diaobé à Kolda.
La vente de la carotte dans les marchés urbains se fait généralement par l’intermédiaire de Coxeurs
urbains. Ces derniers se chargent de négocier les prix et de réaliser les ventes à la place du
producteur ou du bana-bana. Le coxeur reçoit après vente une commission évaluée entre 500 à 700
FCFA/sac selon le marché.
Le graphique n°9 indique les prix moyen de la carotte sur les marchés ruraux et urbains.
Graphique n° 9 : Evolution comparée des prix moyens mensuels de la Carotte

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 53


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

Source nos enquêtes Mars 2014


L’analyse comparée des graphiques n°9 montre que les prix moyens de la carotte sur les marchés
ruraux et urbains suivent la même tendance. Ils sont entre 6 000-7 500 FCFA/Sac de décembre à
Avril. A partir du mois de mai, les prix augmentent pour atteindre 25 à 28 000 FCFA/sac.
On constate une différence de 2 000 à 3 000 FCFA/sac entre les prix sur les marchés ruraux et
urbains. En effet, les bana-banas ou coxeurs ont tendance à appliquer une marge variable de 2000 à
3000 FCFA/sac de carotte vendu sur le marché.
3.2.4 Les marchés sous régionaux de la Carotte
a) Le marché mauritanien
Les résultats de nos enquêtes montrent que la Mauritanie importe de la carotte toute l’année.
Les principaux pays fournisseurs de la carotte sont la France, la Belgique, le Maroc et le Sénégal.
La carotte exportée par le Sénégal est conditionnée en sac de 75 à 85 kg. Le transport se fait le plus
souvent en camion et la livraison se fait à Rosso. Le tableau n°17 ci-dessous présente la structure des
coûts d’exportation pour un camion de 200 sacs faisant le trajet Fass Boye-Rosso –Fass Boye.
Tableau n° 17 : Structure des coûts de la carotte exportée en Mauritanie

Postes de dépenses Quantité en (sac) P.U (FCFA) Montant (FCFA)


Coût d’achat carotte
Carotte en sac 85 kg 200 6000 1 200 000
Charges transport
Carotte en sac 200 800 160 000
Frais de traversée du bac 1 17 500 17 500
Taxes douanières 1 10 000 10 000
Manutention 200 100 20 000
Total charges transport 207 500
Prix revient à Rosso 1 407 500
Prix revient par sac 7 038
Source nos enquêtes Mars 2014
L’analyse des charges de transport montre que l’exportateur doit s’acquitter des frais liés à la
traversée avec le bac, à l’assurance, et aux droits de douane. Il doit aussi payer des frais de
manutention durant la livraison du produit. Les charges de transport sont évaluées à 207 500 FCFA
pour 200 sacs.

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 54


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

Le coût d’achat est de 1 200 000 FCFA pour un prix de 6 000 FCFA/sac. Le prix de revient de 200
sacs est évalué à 1 407 500 FCFA soit 7 038 FCFA/sac.
Notons que pour traverser le fleuve, l’exportateur sénégalais peut utiliser la pirogue ou le bac.
Dans le cas de la traversée avec le bac, les frais sont évalués en fonction du poids du chargement du
camion. Les coûts actuels sont estimés à : 17 500 FCFA/camion de 7.5 à 10 tonnes et 55 000
FCFA/camion de 25 à 30 tonnes.
Dans le cas de la traversée avec une pirogue, les frais sont évalués à 20 000 FCFA pour 200 sacs.
Les bana- banas utilisent le plus souvent les camions de 7 à 10 tonnes afin de faire traversée le
produits avec la pirogue. Ce moyen leur permet d’arriver et d’éviter les attentes pour la traversée
avec le Bac.
Le tableau n°18 ci-dessous présente la structure des marges d’exportation pour 200 sacs de carotte.
Tableau n° 18 : Structure des marges de la carotte exportée vers la Mauritanie en FCFA

Postes de dépenses Quantité en (sac) P.U (FCFA) Montant (FCFA)


Prix de revient à Rosso 1 407 500
Prix de vente 200 sacs Rosso 200 9660 1 932 000
Marge pour 200 sacs 524 500
Marge exporta/sac 85 kg 2 623
Marge exporta/kg 31
Source : Nos enquêtes Mars 2014
On relève un prix de vente de 1 932 000 F CFA pour 9 660 FCFA/sac de 85 kg.
La marge bénéficiaire pour 200 sacs de 85 kg de 524 500 FCFA soit 2 623 FCFA/sac exporté.
Cette marge bénéficiaire est cependant approximative et peut être variable selon l’évolution des prix
du marché. Les prix d’achat relevés sur le marché de SOCIM en Mauritanie évoluent dans une
fourchette de :
- 9 660 à 16 000 CFCA/sac de 85 kg soit 113 à 188 FCFA/kg pour la période février-mars
- 16 000 à 19 000 CFCA/sac de 85 kg soit 113 à 188 FCFA/kg. pour la période avril-mai.

b) Le marché gambien
Les résultats de nos enquêtes montrent que la carotte cultivée par les femmes dans des jardins
n’arrive pas à satisfaire les besoins de la population. Ainsi pour combler ce déficit, la Gambie
importe de la carotte de la France et de la Belgique.
L’analyse des données sur les statistiques relevées au poste frontalier de Kaolack montrent que
l’offre sénégalaise en matière de carotte n’arrive pas en Gambie.
La présentation du produit Sénégalais à des commerçants gambien à permis d’identifier, des
opérateurs prêts à s’engager dans la commercialisation de la carotte sur le marché gambien.
Les producteurs sénégalais peuvent ainsi saisir cette opportunité pour introduire la carotte sur le
marché gambien.
Pour cela, il faut au préalable régler les problèmes de conditionnement de la carotte et établir des
liens formels avec les opérateurs identifiés. Il faudra aussi prendre en compte les conditions d’accès
sur le marché gambien notamment les droits de douane, le contrôle phytosanitaire et les frais de
traversée avec le bac.
Par exemple, pour un container de 40 pieds, les droits de douane sont évalués entre 500 et 800 000
FCFA), et les frais de traversée avec le bac à 50 000 FCFA.

c) Le marché guinéen

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 55


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

Les résultats de l’analyse bibliographique montrent que la culture de carotte est considérée comme
marginale en Guinée. La demande en carotte est satisfaite par les importations venant d’Europe.
Les informations recueillies au différents postes de contrôle DPV montrent qu’il n’existe pas
d’exportation de carotte du Sénégal vers la Guinée.
Les producteurs peuvent prospecter ce marché d’autant plus que c’est un pays frontalier dont la
population est estimée à environ 11 176 026 Habitants en 2013 (annuaire Statistique 2013).

L’analyse du marché sous régional de la carotte montre que l’exportation de la carotte peut être
envisagée avec une destination prioritaire vers la Mauritanie. Cela peut s’expliquer par sa proximité
aux zones de production de carotte, par l’existence d’une demande toute l’année et la disponibilité de
bana-banas et des commerçants importateurs.
L’exportation vers les marchés gambiens ou guinéens sera envisagé dans le cas spécifique où les prix
sont très intéressants.
Pour accéder au marché mauritanien, il faut cependant prendre en compte les facteurs suivants :
- Les formalités douanières, le paiement de droits de douane et le contrôle phytosanitaire,
- Les frais de la traversée du bac, les frais d’assurance,
- Le transport du produit et la manutention durant la livraison du produit à Rosso.
- La concurrence par rapport aux autres produits marocains et européens.

Malgré tous ces facteurs limitant potentiels, ce marché semble offrir aux producteurs sénégalais des
opportunités assez importantes et intéressantes d’écoulement de leur production de carotte.

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 56


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

3.3 Analyse et sélection des marchés de la carotte

3.3.1 Sélection de marchés porteurs pour la carotte


a) La sélection de marchés nationaux de carotte
Pour sélectionner des marchés porteurs au niveau national, une rencontre a été organisée avec le
Vice Président de l’APMB pour échanger sur les destinations de la production de carotte. Cette
rencontre a permis de collecter les statistiques sur les ventes de carotte et leurs destinations.
L’analyse de ces statistiques a permis d’identifier et de classer les marchés selon leur tonnage. Une
visite des marchés a suivi ces concertations afin de faire un état des lieux et discuter avec des acteurs
intervenant dans la commercialisation de la carotte.
La sélection des marchés s’est faite selon les critères suivants :
 L’approvisionnement: il a été question de vérifier les sources d’approvisionnement et les
périodes ;
 Les conditions de transport : à ce niveau, le mode de transport, les coûts, les délais de
paiement ont été analysés.
 Le prix du marché : la tâche a consisté à vérifier le niveau des prix de gros, les prix de détails,
 Les acheteurs : l’existence de partenaires pouvant faciliter le commerce de carotte a été
analysée.

Les résultats obtenus ont permis de caractériser les marchés retenus (Cf tableau n°19).

Tableau n° 19 : Caractéristiques des marchés nationaux de carotte retenus

CRITERES DAKAR TOUBA KAOLACK


Potou, Diogo, Lompoul, Fass Diogo Lompoul, Fass Diogo Lompoul, Fass
sources
Boye, Notto, Mboro, kayar Boye Boye
d’approvisionnement
Rufisque, Diamniadio,
400 à 500 f/sac 85 kg 600 à 700 f/sac 85 kg 600 à 700 f/sac 85 kg
Le coût transport
Prix de gros 5000-18000 FCFA/sac 5000-18000 FCFA/sac 6000-18000 FCFA/sac
Coxeurs, Coxeurs, Grossiste/ coxeurs
Les partenaires
Source nos enquêtes Mars 2014
L’analyse des caractéristiques fait apparaître les éléments suivants :
- Des sources d’approvisionnement diversifiées dans les Niayes,
- Un coût de transport variable selon la destination du produit, évalué entre 600 et 700
FCFA/sac vers Touba et Kaolack et entre 400 et 450 FCFA/sac pour la destination vers Dakar.
- Des prix de gros très fluctuants entre 5000 à 18 000 FCFA/sac pendant une campagne.
- Une présence de grossistes et de coxeurs sur les marchés.

L’analyse des caractéristiques permet de déduire que pour exploiter les marchés nationaux
sélectionnés, les producteurs peuvent :
D’abord organiser la collecte et le regroupement de l’offre en carotte dans les principales zones de
production dont Diogo, Lompoul et Fass Boye.
Ensuite, ils peuvent choisir les marchés en prenant en compte le coût du transport et les prix de
vente dans ces marchés.

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 57


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

Enfin, ils peuvent établir des liens équitables et formels avec les coxeurs, et les grossistes évoluant
dans les marchés sélectionnés.
L’ensemble de ces actions peut contribuer à la valorisation de la carotte sur le marché au profit du
producteur.
a) La sélection de marchés au niveau sous régional
Pour la sélection des marchés sous régionaux, nous avons d’abord rencontré les bana-banas
exportateurs pour échanger avec eux sur les conditions de vente et les pays destinataires de carotte.
Cela nous a permis repérer les pays importateurs et d’identifier les principaux marchés de gros dans
ces pays. Nous avons ensuite visité les marchés physiques dans les pays ciblés par l’étude afin de
faire un état des lieux et d’identifier des partenaires pouvant faciliter la commercialisation de la
carotte. Enfin, pour la sélection des marchés, nous avons pris en compte les critères suivants :
 Conditions d’accès : vérification faite des droits de douane et des exigences phytosanitaires
(normes).
 Les conditions de transport : vérification des frais de transport, durée,
 Concurrence : analyse des prix pratiqués, des délais de paiement et des risques inhérents aux
changes,
 Existence d’acheteurs : identification d’opérateurs potentiels pour l’achat de la carotte.
 Le conditionnement : analyse de type d’emballage et leurs capacités.
Les résultats de l’analyse des critères de sélection des marchés sont présentés au tableau suivant (Cf
tableau n°20).

Tableau n° 20 : Caractéristiques des marchés potentiels retenus dans la sous région

CRITERES GAMBIE MAURITANIE


Droits douanes, Frais de traversée
Conditions d’accès Droits de douanes, Assurance, Frais de
Exigences phytosanitaires,
traversée, Exigences phytosanitaires
assurance
Traversée avec le bac difficile avec des Traversée avec le Bac ou avec les
Conditions de
délais pouvant prendre 3 à 4 jours, Pirogues
transport
Attentes parfois longues
Concurrence Européenne (Belgique, Hollande) Européenne et marocaine
Partenaires acheteurs Disponibilité d’opérateurs prêts acheter Existence d’un réseau d’opérateurs
la carotte du Sénégal. qui achètent la carotte Sénégalaise,
En sac de 10 kg, En sac de 10, 75 et 85 kg
Conditionnement
Source nos enquêtes Mars 2014
L’analyse des caractéristiques de ces marchés fait apparaître les aspects suivants :
- Les conditions d’accès aux marchés retenus nécessitent le paiement de droits de douanes,
des frais de traversée avec le bac et d’assurance mais aussi le respect des exigences
phytosanitaires.
- Les conditions de transport et les délais d’attente de la traversée par voie maritime (avec le
bac) sont imprévisibles ; la durée peut atteindre trois à quatre jours avec un risque réel
d’altération des produits frais.
- Il existe également sur ces marchés, de la concurrence avec les produits européens et
marocains.
- Par contre, il est important de noter l’existence d’un réseau d’acheteurs sur le marché
mauritanien et des opérateurs prêts à s’investir pour introduire la carotte sur le marché gambien.

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 58


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

- Le conditionnement est fait en sac de 85 kg/sac contre 10 kg emballés dans des sachets par
les concurrents.
L’analyse des caractéristiques montre que pour exploiter ces marchés sous régionaux les producteurs
doivent être :
1. Sensibilisés sur les formalités administratives et règlementaires des pays ciblés.
2. Dotés de camion frigorifiques permettant de conservé le produit au moins trois à quatre jours.
3. Appuyés pour l’amélioration de la qualité et du conditionnement de leurs products

En résumé, l’exploitation de ces marchés va nécessiter la prise en compte de l’ensemble des


caractéristiques ci-dessus. Il s’agira après de développer des liens entre les acheteurs identifiés et les
producteurs dans le cadre d’un partenariat commercial établi sur la base de contrat formel.
3.3.2 Sélection de partenaires pour la commercialisation
Pour sélectionner les partenaires potentiels, il a été adopté la démarche suivante :
1. sollicitation de l’appui de personnes ressources de la DH et des coxeurs des marchés de Thiaroye
et de Dalifort. il a été aussi interviewé les bana-banas intervenant dans l’exportation de la
carotte. Les informations recueillies, ont permis d’établir une liste d’opérateurs de
commercialisation de la carotte tant au niveau national que du côté de la sous région.
2. Sur la base de cette liste, nous avons effectué des visites auprès des partenaires afin d’échanger
avec eux sur les questions relatives aux conditions de commercialisation de la carotte.
Pour sélectionner les partenaires potentiels, nous avons pris en compte les critères suivants :
 Les sources d’approvisionnement : il s’agit de vérifier les sources locale et étrangère,
 Les capacités techniques : il s’agit de voir les moyens techniques, stockage et transport;
 Leurs capacités d’absorption ou de vente : volumes recherchés ou vendus sur les marchés,
 Mode d’acquisition et de règlement : il s’agit de voir les modalités de règlement à l’achat
Avec l’aide de ces critères, nous avons retenu et caractérisé les partenaires potentiels pour la
facilitation de la commercialisation de la carotte au niveau national et sous régional (cf tableau n°22).
Tableau n° 21 : Caractéristiques des partenaires retenus
ADRESSES/TYPE CAPACITES SOURCES CAPACITES MODALITES DE
PRENOM NOM VENTE APPRO TECHNIQUES REGLEMENT
Au niveau National
Sandinièry/Importateur 500
Ibrahima Sylla sacs/sem Niayes, Chambre froide Crédit /semaine
Thiaroye/coxeur 500
Moussa Ka sacs/sem. Niayes Néant Crédit /semaine
Touba/coxeur 100
Fallou Fall sacs/sem. Niayes Park de palette Crédit /semaine
Kaolack/grossiste 100
Babacar Gaye sacs/sem. Niayes Hangar stockage Crédit / Comptant
A niveau sous régional
Youssouf Tirera Gambie/opérateur Non précisé Néant Non indiqué Crédit /2 semaines
Darou Salam/bana- 200
Malick Thioune bana sacs/sem. Niayes Néant Crédit / 1 semaine

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 59


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

Darou Ndiaye/bana- 200


Gorom Ndiaye bana sacs/sem. Niayes Néant Crédit /1 semaine
Mauritanie/Importateur 200
Ismaïla Diakhaté sacs/sem. Niayes hangar stockage Crédit /1 semaine
Mauritanie/Importateur 200
Adou Mawloud sacs/sem. Niayes hangar stockage Crédit /semaine
Source nos enquêtes Mars 2014
L’analyse des caractéristiques des partenaires au niveau national fait apparaître les aspects suivants :
- Les opérateurs sont composés de deux coxeurs exerçant au marché Thiaroye et à Touba,
d’un grossiste travaillant à Kaolack et d’un importateur basé à Sandinièry.
- Les capacités de vente sont plus importantes pour les opérateurs du marché de Sandinièry et
de Thiaroye, que pour ceux de Touba et de Kaolack avec 500 sacs/semaine pour les premiers
contre 100 sacs/semaine les autres.
- Tous les opérateurs retenus s’approvisionnent au niveau des Niayes.
- Les moyens techniques des partenaires sont limités aux parcs, à la disponibilité de palettes et
hangars de stockage. Il existe un importateur qui dispose cependant de chambre froide pour la
conservation.
- Les modalités de paiement se font au comptant ou à crédit. Les opérateurs importateurs
payent cependant à crédit par l’intermédiaire des banques ou des mutuelles d’épargnes et de
crédits.
L’analyse des caractéristiques des partenaires au niveau sous régional montre que :
- Les partenaires sur le marché sous régional de deux bana-bana exportateurs, de deux
importateurs et d’un opérateur économique.
- Les capacités de vente des partenaires sont évaluées en moyenne à 200 sacs/semaine.
- Tous les opérateurs retenus s’approvisionnent au niveau des Niayes.
- Les moyens techniques des partenaires sont limités aux hangars de stockage. Il existe un
importateur qui dispose cependant de chambre froide pour la conservation.
- Les modalités de paiement se font au comptant ou à crédit. Les opérateurs importateurs
payent cependant à crédit par l’intermédiaire des banques ou des mutuelles d’épargnes et de
crédits.

3.3.3 Analyse des contraintes et opportunités des marchés de la carotte

A. Les contraintes de commercialisation sur les marchés de la carotte


Les contraintes identifiées sont relatives : l’absence de stratégie de commercialisation des
producteurs, au non respect de la technologie post-récolte, aux relations avec les partenaires et la
mise en marché du produit.

Une mauvaise gestion de l’offre et des informations par les producteurs et par leurs OP,
Une mauvaise gestion de l’offre des membres: La plupart des OP identifiées n’ont pas de
services commerciaux pour appuyer leurs membres. Il existe cependant des tentatives pour
organiser le marché de la carotte avec l’APMFB.

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 60


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

Un manque de maîtrise des informations sur leurs membres. Il s’agit des informations sur la
production, les surfaces emblavées, les quantités prévues et réalisées, les stocks, les
demandes, les acheteurs et les achats.

Une technologie post-récolte encore inadaptée ou non performante


Des techniques de production encore traditionnelles : Les techniques utilisées par les
producteurs sont encore traditionnelles. Par exemple les pratiques de semis à la volée ne
permettent pas la pratique du buttage qui est une technique importante pour protéger la
carotte des coûts de soleil et ainsi de garder intacte sa couleur.
Des moyens de transport post-récolte inadéquats : il s’agit des charrettes et de camions
utilisés pour le transfert et le transport des produits vers les marchés de carotte. Ces moyens
de transport ne permettent pas de maintenir la qualité du produit.
Une absence de triage, calibrage, et emballage adéquat : le conditionnement n’est pas
pratiqué sur la carotte mise en marché. Les emballages utilisés sont encore non adaptés par
rapport au produit. Signalons que les associations de producteurs Lompoul et de Fass Boye
(APMFB) utilisent des emballages spécifiant l’origine du produit. La qualité des emballages
est cependant non adaptée au conditionnement de la carotte.
Une transformation artisanale est encore peu connue. La transformation est pratiquée par
quelques femmes. Il n’existe pas d’unités de transformation pour la carotte.
L’absence d’infrastructure de conservation: Il n’existe pas encore de chambres froides ou
d’unités de conservation pour la carotte dans les marchés ou dans les zones de production. Il
existe cependant un centre de conditionnement non encore fonctionnel identifié à Fass
Boye.
Des relations inexistantes ou inéquitables entre les producteurs et les partenaires
Des liens inéquitables et défavorables aux producteurs. Les engagements portent
généralement sur les quantités et la commission à payer après la vente. Le coxeurs ou bana-
bana, prend souvent les décisions de vente sans consulter le producteur sur les prix.
Des liens avec aucune formalisation entre les acteurs : Ces modèles prennent en compte
cependant les engagements des acteurs sur les quantités de carotte. Ils sont en général basés
sur la confiance mutuelle entre les deux parties.
L’inexistence de relation entre les producteurs et les structures financières dans le cadre du
financement des activités de commercialisation.
Des insuffisances et des exigences dans la mise en marché.
Une mauvaise mise en marché du produit : Chaque producteur contact son bana-bana ou
coxeur pour vendre sa production. Cette situation est à l’origine de la concurrence entre
bana-bana, ce qui se traduit souvent par une baisse des prix sur les marchés.
Des prix très faibles sur une période de l’année : Durant la période de (Décembre-Mars), les
prix sont faibles se situent entre 5000 et 6000 FCFA/sac de 85 kg équivalent 59 à 70
FCFA/kg de carotte. Ces prix influencent négativement le revenu des producteurs.
Un système de vente pas bénéfique au producteur : Il existe des sacs de 75 kg, de 85 kg et
même de 120 kg dont le prix de vente reste le même sur le marché de gros.

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 61


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

Des exigences administratives et sanitaires pour accéder aux marchés sous régionaux : Les
conditions d’accès aux marchés retenus nécessitent le paiement de droits de douanes, des
frais de traversée par Bac et assurance, et de se conformer aux exigences phytosanitaires.
Des conditions de transport souvent imprévisibles : il s’agit des conditions de transport vers
les marchés sous régionaux. Les conditions de la traversée par bac sont imprévisibles et
peuvent durer trois à quatre jours, pouvant altérer le produit.

B. Les opportunités de commercialisation de la carotte


Les opportunités de commercialisation sont relatives à :
L’existence d’une dynamique organisationnelle des producteurs :
Les producteurs sont regroupés en OP dans les différentes zones de production des Niayes
On distingue des OP à Lompoul, à Fass Boye, dans l’arrondissement de Sakal, de Méoune et
à Rufisque.
Un cahier des charges disponible pour la valorisation de la carotte
L’existence de cahier des charges carotte dont la vulgarisation permettra une application des
techniques de transport et de conditionnement du produit.
Existence de partenaires d’appui technique et de structures financières pour les OP
Les partenaires comme la DH, l’ARM, et le PADEN, peuvent accompagner les OP dans la
gestion de l’offre et la collecte d’informations techniques et économiques, la CNCAS et les
institutions de la microfinance, pour le financement des activités de commercialisation.
Des opportunités sur les marchés nationaux et sous régionaux
Le marché Mauritanien est ouvert toute l’année et il reste 45% de parts de marché à
conquérir au niveau national.
Politique de gel des importations : Le gel des importations est souvent appliqué. Cette
stratégie protège la production locale par rapport aux produits importés.

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 62


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

3.4 Les interventions stratégiques et recommandations


La mise en place d’un système de commercialisation se fera avec les structures d’appui et les
partenaires financiers en concertation avec les pouvoirs publics et les producteurs :

3.4.1 Les interventions stratégiques sur la commercialisation


Les interventions stratégiques sur les marchés pourraient se traduire par les actions suivantes :

Regroupement de l’offre des membres producteurs dans les OP : Il s’agit de mettre en place
des services réservés à la collecte et de regroupement de l’offre en carotte.
Développement de la collecte d’informations sur la production, les surfaces emblavées, les
quantités prévues et réalisées, les stocks, les demandes, les acheteurs et les achats.

Vulgarisation des techniques de semis en ligne permettant la pratique du buttage qui est une
technique importante pour garder la qualité et la couleur de la carotte.
Introduction de moyens de transport (tricycle) permettant de maintenir la qualité du produit.
Le conditionnement du produit avec des emballages adaptés indiquant l’origine de la carotte.
Vulgarisation de la transformation artisanale de la carotte auprès des femmes
Construction d’infrastructures de conservation: Il s’agit de chambres froides pour la
conservation de la carotte dans les marchés ou au niveau des zones de production.
Etablissement de liens formels avec les bana-bana, coxeurs, importateurs et les banques.
Organisation de la mise en marché du produit par la coordination de l’offre des OP ou des
producteurs sur le marché.
Financement de la commercialisation de la carotte au profit des producteurs et des OP,
Sensibilisation sur le système de vente de la carotte par poids,
Renforcement des capacités/des formations sur les conditions d’accès aux marchés retenus,
les procédures douanières, les exigences administratives et phytosanitaires dans la sous
région.
Sensibilisation sur les conditions de transport vers les pays sous régional : il s’agit des
conditions de la traversée par bac.

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 63


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

3.4.2 Les recommandations pour la commercialisation de la carotte

Pour améliorer la commercialisation de la carotte au profit du producteur, il conviendra de mobiliser


les groupes d’acteurs (les producteurs, les pouvoirs publics, les structures d’appui et les partenaires
techniques et financiers) selon les interventions stratégiques proposés ci-après.

1. Les éléments d’interventions pour les producteurs et leurs OP

Le regrouper l’offre des membres producteurs dans les OP : Il s’agit de mettre en place des
services réservés à la collecte et de regroupement de l’offre en carotte.
Développer la collecte d’informations sur la production, les surfaces emblavées, les quantités
prévues et réalisées, les stocks, les demandes, les acheteurs et les achats.
Vulgariser les techniques de semis en ligne permettant la pratique du buttage qui est une
technique importante pour garder la qualité et la couleur de la carotte.

Pratiquer le triage, calibrage avec des emballages adaptés indiquant l’origine de la carotte.
Vulgariser la transformation artisanale de la carotte auprès des femmes
Etablir de liens formels avec les acteurs bana-banas, coxeurs, importateurs et les banques.
Organiser la mise en marché du produit et assurer la coordination de l’offre des OP sur le
marché.
Financer la commercialisation de la carotte auprès des producteurs et des OP

Sensibiliser sur le système de vente de la carotte par poids et sur les conditions de transport
vers les pays de la sous régional

2. Les éléments d’interventions pour les pouvoirs publics

Construction d’infrastructures de conservation: Il s’agit de chambres froides pour la


conservation de la carotte dans les marchés ou dans les zones de production.
Introduction de moyens de transport permettant de maintenir la qualité du produit.

3. Les éléments d’interventions pour les structures d’appui et les bailleurs de fonds
Sensibiliseer sur les conditions de transport vers les pays sous régional : il s’agit des
conditions de la traversée par bac
Renforcer les capacités/les formations sur les conditions d’accès aux marchés retenus, les
procédures douanières, les exigences administratives et phytosanitaires dans la sous région.
Vulgariser les techniques de semis en ligne permettant la pratique du buttage qui est une
technique importante pour garder la qualité et la couleur de la carotte.
Etablir de liens formels avec les acteurs bana-banas, coxeurs, importateurs et les banques.
Organiser la mise en marché du produit et coordonner l’offre des OP sur le marché.
Financer la commercialisation de la carotte auprès des producteurs et des OP

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 64


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

3.4.3 Plan alternatif de commercialisation de la carotte locale


Parallèlement à l’amélioration du système de commercialisation, la carotte locale devra bénéficier
d’un plan de marketing conséquent à même de promouvoir davantage la carotte et d’augmenter ses
parts de marchés au plan intérieur et éventuellement au niveau des pays où il existe une demande
potentielle comme la Mauritanie.
Tableau n° 22 : Plan de marketing et de promotion de la carotte locale

Politique de Actions Acteurs


marketing
Mettre en marché des produits emballés et Les producteurs
Politique de conformes aux besoins des importateurs accompagnés par le
produit PADEN et les autres
Labelliser la carotte locale ;
partenaires
Rationaliser les circuits de distribution afin de La force de vente des
réduire les intermédiaires, associations de producteurs
Politique de prix
Discuter les marges et aboutir à un prix
rémunérateur pour les producteurs.
Changer le système de distribution physique en L’Etat, les producteurs, le
mettant en place des magasins de conservation, PADEN et les
des chambres froides et en utilisant des transporteurs
camions frigorifiques et une vente au poids.
Politique de
distribution Assurer une couverture du réseau de Les acteurs sélectionnés
distribution des marchés sélectionnés
Mettre en place et former un personnel PADEN, les producteurs et
constitutif d’une force de vente ARM,
Faire des actions de relations publiques en La force de vente des
direction des importateurs de carotte, dans associations de producteurs
toutes les villes ou marchés sélectionnés afin de et des grossistes
Politique de
référencer le produit
communication et
de promotion Faire de la publicité sur le produit au niveau de ARM, PADEN
la télévision et des radios de proximité
Mettre en place un système d’information ARM, PADEN

CONCLUSION SUR LA CHAINE DE VALEURS CAROTTE


La culture de Carotte si elle est exploitée d’une manière optimale, permettra de satisfaire la demande
du pays. La zone des Niayes bénéficie de beaucoup d’atouts qui sont, entre autres, des conditions
climatiques favorables et des organisations dynamiques dans la filière dont l’APMFB.
Dans le cadre de la facilitation de la commercialisation, les capacités techniques des opérateurs de
commercialisation doivent être renforcées dans les domaines de la collecte, du conditionnement de
la production, et des procédures de paiement du système bancaire. Les opérateurs retenus doivent
être constitués en réseau pour appuyer la commercialisation de la carotte produite dans les Niayes.
Ils doivent aussi être dotés de moyens logistiques de stockage et de transport afin de leur permettre

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 65


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

de jouer efficacement leur rôle de facilitateur. Enfin, ils doivent s’engager dans l’établissement de
relations formelles avec les producteurs afin de contribuer à l’accroissement de leurs revenus.

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 66


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

4. ANALYSE SITUATIONNELLE DE LA CHAINE DE VALEURS POMME DE


TERRE

4.1. Caractéristiques de l’offre et de la demande en pomme de terre

4.1.1 La production locale de Pomme de Terre


La Pomme de terre est cultivée sur l’ensemble du territoire national, cependant, les principales zones
de production sont, les Niayes et la Vallée du fleuve Sénégal.
Dans la Vallée, la production se fait dans le Lac de Guiers qui est une dépression alimentée à partir
du fleuve Sénégal par la Taouey. Au niveau du Lac, le site principal est la zone de Mbane où l’on
trouve de grandes fermes de production.
Dans les Niayes, la production concerne, les zones de Diogo, de Fass Boye et de Kayar
principalement. Parmi ces zones on distingue celle de Kayar dont la production a atteint plus de
6 000 tonnes.
Les principales variétés cultivées sont : Sahel, Claustar, Universa, Safranne, Alaska, Atlas, etc. La
variété Sahel est d’une utilisation assez répandue dans les Niayes. Les critères de choix des variétés
sont liés au rendement, au cycle, à la qualité, la conservation et la résistance aux maladies.
Pour les techniques de production voir cahier de charge pomme de terre (Seck. A 2014).
Le tableau n°23 ci-dessous indique les cycles de production de la pomme de terre dans l’année.
Tableau n° 23 : Calendrier de production de la pomme de terre dans les Niayes

Saisons Ob Nb Dcb Jan Fév. Mars Av Mai Juin Juil. Août Sept
Culture Hâtive
Pleine saison
Culture Tardive
Source nos enquêtes Mars 2014
L’analyse du tableau montre que trois cultures sont possibles par an: Culture hâtive (octobre-
novembre) ; culture de pleine saison (novembre- février) ; culture tardive (mars-avril).
La production s’étale sur environ 6 à 7 mois dans les Niayes. Deux cycles sont réalisés, une culture
pleine saison (novembre-février), et une culture tardive (janvier avril).
Les rendements sont estimés entre 20 et 40 T/ha selon le cahier de charge (A. Seck 2014).
L’analyse des résultats de nos enquêtes montre cependant que la culture hâtive est limitée par les
difficultés liées à l’indisponibilité des semences en octobre.
4.1.2 Une technologie post récolte à améliorer
Le diagnostic de la technologie post-récolte met en évidence les aspects suivants :
Le transfert du produit des zones de production vers les lieux de collecte est assuré par les charrettes
utilisées sur les pistes sablonneuses de Kayar, Thieppe, Fass Boye. Le produit est ensuite transporté
par camions ne permettant pas de garder la qualité du produit jusque vers les marchés urbains.
Le conditionnement est fait dans des sacs variant entre 50 et 55 kg. Les opérations de triage et de
calibrage de la pomme de terre ne sont pas réalisées. Il existe cependant un centre de
conditionnement et de stockage à Mboro. Ce centre sous la gestion de l’UGPM peut être important
dans le cadre de l’amélioration de la qualité de la pomme de terre locale et dans la régulation de la
commercialisation.

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 67


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

La conservation se fait à l’ombre pour réduire les effets de la température. Il n’existe pas encore des
infrastructures de conservation, qui est une étape importante pour prolonger ladisponibilité et
l’utilisation du produit.
La transformation n’est pas pratiquée par les femmes. Il existe cependant un créneau pour la
transformation de pomme de terre en frites ou en chips.
De cette analyse on peut dire qu’il existe des insuffisances dans l’application de la technologie post-
récolte. Les moyens pour le transfert du produit ne sont pas adaptés, les infrastructures de
conditionnement sont insuffisantes. Il n’existe pas d’infrastructures de conservation et les techniques
de transformation sont encore méconnues ou non exploitées.
Un appui technique et une sensibilisation des producteurs et des OP est donc nécessaire pour la
vulgarisation de cette technologie afin de mettre sur le marché une offre de qualité.
4.1.3 Evaluation de l’offre et de la demande en Pomme de Terre
Cette partie concerne l’analyse de : l’offre nationale, des importations et la demande nationale.
a) La production nationale de pomme de terre
L’analyse du graphique n°10 sur l’évolution de la production de 2006 à 2013 montre une forte
augmentation de la production durant ces dernières années.
Graphique n° 10 : Evolution de la production nationale de pomme de terre 2006-2013,

Source : DH, Mars 2014


La production à doublée en quatre (04) années entre 2009 et 2013 (cf graphique n°10).
Cette augmentation de la production est consécutive aux mesures de soutien apportées par l’Etat du
Sénégal en matière de développement de la production nationale par la mise à disposition de
semences subventionnées.
En effet, depuis plus de cinq (5) ans, il existe un programme de relance de la production de pomme
de terre. A travers ce programme, l’Etat du Sénégal subventionne à hauteur de 50 % les semences de
pomme de terre. C’est ainsi, durant la campagne 2012-2013, l’Etat du Sénégal a mis à la disposition
des producteurs une subvention 400 tonnes de pomme de terre pour une valeurs de 120 000 000
FCFA (DH. 2014).
Les producteurs des Niayes ont aussi reçus de l’engrais (9-23-30 et urée) dans le cadre de ce
programme de relance de la production de pomme de terre.

L’Etat du Sénégal cherche aussi à développer la culture de pomme de terre dans la Vallée du fleuve.
C’est pour cela qu’il a facilité la mise en place de grandes fermes de production dans la zone du Lac
de Guiers principalement à Mbane.

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 68


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

Les superficies emblavées sont évaluées à plus de 150 hectares et la production annuelle tourne
autour de 5 000 tonnes (SAED. 2014).
Le soutien apporté par l’Etat aux producteurs en particulier ceux des Niayes et le développement de
la production dans la Vallée ont fortement contribué à l’augmentation de l’offre nationale de pomme
de terre. Cependant la production reste encore insuffisante pour satisfaire les besoins de la
population Sénégalaise. C’est pour cette raison que le Sénégal par le biais des importateurs, continue
d’importer de la pomme de terre auprès de ses fournisseurs européens et marocains.
b) Les importations de Pomme de Terre
L’analyse du graphique n° 11 sur l’évolution annuelle des importations de pomme de terre de 2006-
2013 montre une tendance stable des importations entre 64 000 et 74 000 tonnes de 2007 à 2011 et
une hausse importante jusqu’à 100 000 tonnes en 2013.

Graphique n° 11 : Evolution annuelle des importations de pomme de terre 2006 -2013,

Source DPV, Mars 2014, poste contrôle du Port


La hausse importante des importations en 2013 est un phénomène inattendu. Elle s’explique par le
comportement instable des importateurs des pommes de terre.
En effet certains importateurs disposent des magasins leurs permettant de stocker des quantités
importantes pour l’approvisionnement régulier du marché. Ce comportement des importateurs peut
d’une année à l’autre influencer le marché avec des importations massives de pomme de terre.

e) Analyse comparée de l’offre nationale et des importations


L’analyse du graphique n° 12 fait apparaître une tendance stable des importations entre 60 et 80 000
tonnes et une hausse de la production nationale qui atteint 20 000 tonnes en 2013.
Graphique n° 12 : Evolution comparée des importations et production
de pomme de terre de 2006 -2013

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 69


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

Source DPV Mars 2014


L’analyse des graphiques laisse apparaître qu’il n’existe pas de corrélation entre les importations et
l’offre nationale de pomme de terre. En effet le marché national de pomme de terre est libre.
Il n’existe aucune intervention de l’Etat sur le marché. Par contre, l’Etat agit sur l’offre nationale en
accordant des subventions à la production dans le but de satisfaire la demande intérieure.
f) Evaluation de la demande nationale en pomme de terre
Pour déterminer le niveau de la demande nationale la formule suivante a été utilisée:
« Demande nationale : (Importation + Production nationale) – (Réexportation + Exportation) »

Avec l’aide de cette formule, il a été calculé la demande nationale et les taux de couverture des
importations et de la production locale. Nous n’avons pas pris en compte les réexportations et
exportations à cause de l’absence de statistiques. Les résultats sont présentés au tableau n°24.
Tableau n° 24 : Evolution de la demande nationale en pomme de terre (2006-2013)

Années 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013


Importation 60 981 66 610 68 340 77 590 69 097 74 470 70 470 100 529
Production 5 000 6 500 7 500 10 000 11 700 12 500 15 000 20 000
Demande 65 981 73 110 75 840 87 590 80 797 86 970 85 470 120 529
Réexpo+exp 0 0 0 0 0 0 0 0
Import/demande 92% 91% 90% 89% 86% 86% 82% 83%
Produc/demande 8% 9% 10% 11% 14% 14% 18% 17%
Source DPV Mars 2014,
L’analyse des données montre que de 2006 à 2012, le taux de couverture des importations a baissé
de 10% passant de 92% à 82%. Par contre le pourcentage de la production/demande a subi une
hausse de 10% passant de 8% à 18%. De même le taux de couverture des importations a augmenté
de 1% (82 à 83%), alors que celui de la production nationale a subi une baisse de 1% (18 à 17%).
En effet, l’analyse comparée permet de déduire que les 10% de parts perdues par les importateurs
ont été récupérés par les producteurs locaux entre 2006 et 2012. Par contre, entre 2012 et 2013, les
producteurs ont perdu 1% des parts de marché au profit des importateurs.
L’analyse du graphique n°13 ci-dessous montre une fluctuation de la demande autour de 80 000.
Graphique n° 13 : Evolution de la demande nationale en pomme de terre de 2006 à 2013

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 70


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

Source DPV Mars 2014,


Ainsi, avec une demande de 85 000 tonnes, et une production de 20 000 tonnes, nous pouvons
déduire que les besoins du Sénégal à 65 000 tonnes. Cette demande est actuellement estimée pour
une valeur de plus de 20 milliards de FCFA (DCI, 2014). Signalons cependant que le marché
national de pomme de terre reste encore libre. le gel des importations a été instauré pour une 1ère fois
en 2014.
L’analyse de l’offre et de la demande en pomme de terre montre que dans le cas de marché libre, le
comportement des importateurs peut influencer le marché national par des importations massives.
Cette situation peut provoquer une concurrence de la pomme de terre locale par celle importée.
Cette tendance si elle se poursuit risque d’annuler tous les efforts de la production locale.
4.2 Présentation des marchés de Pomme de Terre

4.2.1 Les circuits locaux de commercialisation de pomme de terre


La figure n°8 ci-dessous permet de distinguer trois circuits majeurs pour la commercialisation de la
pomme de terre sur le marché national. Ces circuits font intervenir les producteurs, les « bana-
banas», les coxeurs, les grossistes et les détaillants.
Figure n° 8 : Les principaux circuits locaux de commercialisation de pomme de terre

Producteurs Producteurs Fermiers Les principaux acteurs impliqués sont :


Les producteurs sont de trois types : type 1 :
Marchés ruraux

Producteurs
1 2 3 ceux qui vendent sur les marchés urbains, type
2 : qui concernent ceux qui vendent sur les
Coxeurs marchés ruraux par l’intermédiaire de bana-
R
banas et le type 3 ; constiitué par ceux qui
Bana-banas vendent sur les marchés ruraux en utilisant les
services d’un coxeur rural.
Les bana-banas : ils sont dans les marchés
Marchés urbains

Coxeurs
ruraux des zones de production.
U UU
Les “Coxeurs” : on distingue un coxeur rural et
Grossistes un coxeur urbain.
Les grossistes sont localisés dans les marchés
de gros et de détails dont Castor, Tilène...
Les détaillants s’approvisionnent auprès des
Détaillants grossistes dans les marchés de gros, les
marchés de détails dont Castor, Tilène.
Source : Nos enquêtes Mars 2014

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 71


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

L’analyse des échanges entre ces différents acteurs a permis de caractériser les circuits suivants :
Le circuit 1 concerne, les producteurs qui passent par les bana-banas pour vendre leurs
productions. Ces bana-banas, se chargent ensuite d’acheminer directement les produits vers les
marchés urbains. Dans ces marchés, le produit est confié à un coxeur urbain qui se charge de la
commercialisation.
Le circuit 2 concerne, les producteurs qui passent par les services d’un coxeur pour vendre à un
bana-bana. Ce bana-bana, se charge ensuite d’acheminer directement le produit vers les marchés
urbains où il est confié à un coxeur urbain qui se charge de la commercialisation.
Le circuit 3 concerne les exploitants dans les zones du Lac de Guiers. Ils contactent directement
les grossistes avant d’acheminer le produit sur le marché. Le produit est en général conditionné et
transporté des fermes vers les marchés urbains. Il arrive parfois, que le grossiste aillent sur place
pour faire une commande et acheter bord champ.
Notons que les fermiers disposent le plus souvent des infrastructures de conditionnement et des
moyens de transport pour la livraison du produit vers les clients.
L’analyse des transactions entre les producteurs et les coxeurs et bana-banas montre que ces acteurs
sont liés par des relations informelles. Il existe cependant des engagements qui portent souvent sur
les quantités à vendre et la commission fixe à payer après la vente. Le plus souvent, il n’y a pas
d’accord sur le prix avec les producteurs. Cette situation est souvent décriée par le producteur.

Des solutions doivent être trouvées pour l’établissement de relations équitables favorables aux
partenaires producteurs et coxeurs.

4.2.2 Les circuits d’importation de la pomme de terre


e) Les circuits d’importation

Les principaux acteurs identifiés dans ce circuit sont présentés ci-dessous. (cf. figure n°9).

Figure n° 9 : Le circuit d’importation de Pomme de terre

Les principaux acteurs sont entre autres : Marchés extérieurs


- Les fournisseurs : ce sont des producteurs Fournisseurs Exportateurs
européens et marocains organisés en filières.
1
- Les services DPV autorisent l’importation, ou la
mise en marché par la délivrance de permis
d’importer et de certificat phytosanitaire.
- Les services de la douane : collectent les taxes à Douane
DPV
l’entrée du pays.
- Les importateurs : sont des opérateurs disposant
Importateurs
Marchés intérieurs

de moyens logistiques qui leur permettent de


transporter le produit jusque dans leurs entrepôts
- Les demi-grossistes et grossistes assurent le relais Demi- grossistes et grossistes
entre les importateurs et les détaillants…
- Les détaillants s’approvisionnent auprès des
demi-grossistes ou grossistes dans les marchés.
Détaillants
Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 72
Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

Source : Nos enquêtes Mars 2014

Les principales étapes à conclure entre importateur et fournisseur sont entre autres :

1. La rédaction de cahier de charges : elle permet de définir les attentes précises à l’égard des
fournisseurs potentiels. Ce cahier de charges doit prendre en compte les aspects relatifs à la
qualité, nature et type de transport, délais de livraison, évaluation des prix, charges, etc…
2. La consultation de fournisseurs en les mettant en concurrence. Il peut aussi chercher un
partenariat avec les fournisseurs.
3. La négociation : Il s’agit d’adapter le prix du produit en visualisant celui le plus bas proposé.
On prend aussi en compte des dimensions qui peuvent avoir un impact sur les coûts, les
conditions de paiement et les règles d’actualisation des prix.

4. La formation du contrat de vente : elle obéit à des obligations réciproques entre


l’importateur et le fournisseur. Dans l’élaboration du contrat on tient compte : (i) des
transfert de risques et de la propriété, (ii) à la garantie du produit, et à la responsabilité du fait
des produits.
5. Le suivi de l’achat : un plan d’assurance qualité, qui spécifie les engagements pris par le
fournisseur, permet de suivre le respect du contrat qui l’engage.
6. L’importation proprement dite : elle comprend : le calcul du besoin, les commandes et les
appels de livraison, le suivi du bon déroulement de l’exécution de l’importation.
En réalité dés l’arrivé du produit, les importateurs se déplacent auprès des services DPV et Douane
pour obtenir un certificat de contrôle phytosanitaire et le paiement des droits de douane. Le produit
est ensuite enlevé pour être distribué aux grossistes et demi grossistes dans les marchés nationaux.
4.2.3 Les marchés nationaux de Pomme de Terre
Les marchés ruraux de collecte
Les principaux marchés de collecte identifiés pour la pomme de terre sont : Mbane, Potou, Fass
Boye, Diogo, Lompoul, Mboro et Notto.
Dans ces marchés, la collecte de pomme de terre locale s’effectue généralement sur une période cinq
mois de janvier à mai.
La production collectée est vendue dans ces marchés ruraux par les bana-banas ou coxeurs.
Les prix relevés dans les zones de collecte selon les périodes sont présentés ci-dessous.
- « 200-250 FCFA/kg » de Janvier à Février,
- « 125-150 FCFA/kg » de Mars à Mai,
La production collectée par les bana-banas est acheminée vers les marchés urbains où elle est
confiée à un coxeur. Le paiement intervient souvent après la vente.

Les marchés urbains


Le tableau n° 25 ci-dessous précise les principaux lieux de vente de la pomme de terre locale.
Tableau n° 25 : Principaux marchés locaux de pomme de terre

Régions Marchés Sources d’approvisionnement Destination du produit


Dakar Thiaroye Diogo, Potou, Mbane, Lompoul, Dakar, Mali, Guinée Bissau,

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 73


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

Mboro, Kayar
Dalifort Diogo Lompoul, Mboro, Kayar Banlieue Dakaroise,
Diourbel Touba Diogo, Potou, Mbane Kédougou, Tamba, Kaolack,
Kaolack Marché Zinc Diogo, Potou, Mbane, Kaolack,
Source nos enquêtes Mars 2014
L’analyse des données sur ces marchés montre que :
Les principaux marchés identifiés Thiaroye, Dalifort, Touba, Thiaroye et Kaolack.
Les sources d’approvisionnement sont les marchés ruraux et les zones de production dont : Mbane,
Potou, Fass Boye, Diogo, Lompoul, Mboro, Kayar et Notto.
La commercialisation dans ces marchés dure 3 mois (Mars à Mai). Elle se fait directement par le
producteur ou par l’intermédiaire d’un « Coxeur urbain » qui reçoit une commission variable de 350
à 500 FCFA/sac selon le marché.
La capacité d’absorption des marchés est difficile à évaluer à cause de l’irrégularité du produit et
l’absence de statistiques sur les marchés. Sur la base des déclarations des coxeurs rencontrés les
marchés de Dakar sont plus importantes suivi respectivement par ceux de Touba et de Kaolack.
La destination principale du produit est le marché local, en particulier Dakar et sa Banlieue. Une
partie est vendue cependant dans les marchés de Touba et Kaolack et dans la sous région.

Les prix relevés sur les marchés de gros sont dans des fourchettes de :
- « 200-300 FCFA/kg » sur les marchés de Dakar (Thiaroye et Dalifort),
- « 200-400 FCFA/kg » pour Touba, et « 200-350 FCFA/kg » pour Kaolack.

Les prix de détail sont


- « 225-350 FCFA/kg » sur les marchés de Dakar (Thiaroye et Dalifort),
- , (iii) « 225-400 FCFA/kg » au marché Touba, et (iv) « 200-350 FCFA/kg » pour de Kaolack.
L’analyse des résultats montre que les acteurs appliquent généralement des marges de 25 à 50
FCFA/kg sur les prix de gros selon les périodes et acteurs des marchés.

De l’analyse, des marchés de collecte et urbains nous pouvons tirer les enseignements suivants :
- Les prix sur les marchés ruraux sont faibles entre « 125-150 FCFA/kg » de Mars à Mai,
- La commercialisation de la pomme de terre est limitée à trois mois sur les marchés urbains.
- Le paiement des producteurs se fait à crédit après la vente.
Des solutions doivent être trouvées afin d’améliorer les conditions de commercialisation pour le
producteur.

4.2.4 Les marchés sous régionaux de Pomme de Terre

a) Le marché Mauritanien

Selon nos enquêtes, la Mauritanie importe de la pomme de terre sur toute l’année. Les principaux
fournisseurs sont les Pays Bas et le Maroc. Les échanges entre le Sénégal et la Mauritanie sur la
pomme de terre sont très limités.
Les informations relevées au niveau du poste de contrôle de la DPV de Rosso précise que le Sénégal
n’a exporté que 102,5 tonnes en 2012.

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 74


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

Le marché mauritanien est cependant libre, il n’existe pas de restriction significative. L’exportateur
de pomme de terre doit prendre en compte, la concurrence avec celle importée, le contrôle
phytosanitaire, les conditions de transport et de traversée de la frontière à Rosso.
Les modalités d’accès sont les mêmes que pour l’exportation de carotte vers la Mauritanie.
Le taux de change de la monnaie mauritanienne à prendre en compte est de : 1 UM= 1.61 FCFA

b) Le marché gambien

La stratégie de la Gambie pour la satisfaction de sa population en pomme de terre est basée sur un
blocage des importations pour écouler la production locale.
Cette production réalisée dans des fermes privées est conditionnée dans des sacs de 20 kg avant
d’être commercialisée sur le marché.
La commercialisation est faite dès le mois d’Avril avec l’appui d’un distributeur agréé. Les prix du
marché sont surveillés de même que l’emballage pour le conditionnement de la production.
Les résultats de l’étude montrent que la Gambie n’arrive pas à satisfaire les besoins de sa population
sur toute l’année. Cette situation s’explique selon nos enquêtes par un climat qui n’est pas propice à
la culture durant la saison des pluies (Juillet à Septembre).
Pour combler ce déficit, certains opérateurs gambien importent de la pomme de terre des Pays-Bas,
d’autres se rabattent sur le marché sénégalais en particulier à Kaolack pour se ravitailler.
Cette situation montre qu’il existe bien des opportunités de commercialisation sur le marché
gambien.
Les prix relevés sur le marché montrent que le kilogramme de pomme de terre est vendu entre 475
et 500 Dallasi équivalent à 590 et 625 FCFA par les grossistes.
Il faut cependant prendre en compte plusieurs facteurs ou contraintes liées à la traversée du fleuve
Gambie, au certificat phytosanitaire et au taux de change (1 Dallasi = 1.25 FCFA).
c) Le marché guinéen

Les résultats de nos recherches bibliographiques montrent que la stratégie de la Guinée pour
satisfaire la demande de sa population est basée sur le développement de la pomme de terre à grande
échelle. Ce programme a commencé vers la fin des années 1980, avec la création du Projet de
Développement Agricole de Timbi-Madina.
Ensuite, le gouvernement guinéen avait pris en 1992 la décision de bloquer les importations
européennes pendant la période « février à juin » pour favoriser la production locale.
Aujourd’hui, la culture de la pomme de terre en Guinée est étalée sur une grande partie de l'année :
pendant la saison sèche (février à juin) avec l’irrigation, pendant la saison des pluies (juin à octobre)
et durant l’intersaison (octobre à décembre)".
Les rendements moyens sont de 15 à 20 tonnes par hectare. La production locale tourne autour de
20 000 tonnes et couvre les besoins nationaux. Selon l’Institut de recherche agronomique de Guinée
(IRAG), la moitié de la production est consommée à Conakry, la capitale, tandis que l'autre moitié
est exportée vers d’autres pays d’Afrique de l’ouest.
La commercialisation se fait de façon collective pour les producteurs affiliés aux différentes unions
de paysans et de manière individuelle par les autres producteurs non affiliés.
Le succès de la pomme de terre a mis fin à l’exode rural des jeunes et a contribué à l’émancipation
des femmes qui ont désormais de petits revenus grâce au commerce de ce produit.

Malgré ce succès de la pomme de terre en Guinée, il existe certaines difficultés dans le domaine de la
commercialisation vers les pays de la sous région. Ces difficultés sont liées au mauvais état des routes
et aux tracasseries administratives qui obligent à payer des taxes aux nombreux barrages routiers.
Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 75
Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

A cela, il faut ajouter que la pomme de terre guinéenne n’est pas très bien prisée par les
consommateurs sénégalais. Les enquêtes ont révélé que le consommateur sénégalais préfère de loin
la pomme de terre importée d’Europe ou du Maroc qui a plus de goût et plus facile à cuisiner.
Le kilogramme de pomme de terre est vendu entre 3.000 et 4.000 francs guinéens (entre 210 et 342
FCFA) aux grossistes qui les revendent entre 5.000 et 6.000 FG (entre 355 et 510 FCFA).

L’analyse des marchés des pays ciblés montre que la Gambie et la Mauritanie n’arrivent pas à assurer
leurs besoins annuels en pomme de terre contrairement à la Guinée.
Il apparait ainsi après analyse que les marchés de la Gambie et de la Mauritanie offre des
opportunités pour la producteurs Sénégalais. Cependant, il semble nécessaire d’accorder une priorité
au marché national dont la demande est estimée à environ 60 000 tonnes (DCI. 2014).

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 76


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

4.3 Analyse et sélection des marchés de pomme de terre

4.3.1 Sélection des marchés de la pomme de Terre


Pour sélectionner les marchés de pomme de terre, nous avons utilisé la même démarche que sur les
marchés nationaux de la carotte. Les critères que nous avons pris en compte sont cependant
spécifiques selon les marchés nationaux ou sous régionaux.
a) La sélection de marchés nationaux de pomme de terre
Les critères que nous avons pris en compte dans la sélection des marchés sont :
 L’approvisionnement: il s’est agi de vérifier les sources d’approvisionnement et les périodes ;
 La période de forte production : il a été question de voir les périodes de déficit et
d’abondance,
 Les conditions de distribution: pour ce critère, il a été interrogé le mode de transport, les
coûts et les délais de paiement.
 Le prix du marché : il a été vérifié le niveau des prix de gros et de prix de détails,
 Les acheteurs : il s’est agit de voir l’existence d’acheteurs ou de facilitateur sur le marché,
 Le mode de transactions et la destination du produit.
En se basant sur les critères décrits, il a été retenus les marchés suivants :
Tableau n° 26 : Caractéristiques des marchés nationaux de pomme de terre retenus

CRITERES DAKAR TOUBA KAOLACK


Diogo, Potou, Mbane, Diogo, Potou, Mbane Diogo, Potou,
Sources
Lompoul, Mboro, Kayar Mbane,
d’approvisionnement
Période de production 3 mois (Mars à Mai) 3 mois (Mars à Mai) 3 mois (Mars à Mai)
400 à 500 f/sac 42 kg 400 à 600 f/sac 42 kg 500 à 600 f/sac 42 kg
Coût transport
Prix de gros (« 200-300 FCFA/kg » « 200-400 FCFA/kg » « 200-350 FCFA/kg »
Coxeurs, grossistes, Coxeurs, grossistes, Grossistes,
Acheteurs
informelles informelles
Modes de transactions informelles
Source nos enquêtes Mars 2014
L’analyse des caractéristiques fait apparaître les éléments suivants :
1. Les sources d’approvisionnement sont localisées dans les Niayes et la Vallée du fleuve.
2. La période de commercialisation est cependant réduite à trois mois mars, avril et mai.
3. Le coût de transport variable selon la destination est entre 400 à 500 FCFA/sac, pour les
produits acheminés vers Dakar et 400 à 600 FCFA/sac pour produits envoyés vers les
régions comme Diourbel et Kaolack.
4. Les prix de marché de gros sont entre 200 à 300 FCFA/kg à Dakar et 200 à 400 FCFA/kg
dans les régions Diourbel et Kaolack.
5. Les acteurs des marchés sont des coxeurs et des grossistes, et les transactions avec les
producteurs sont informelles.

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 77


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

L’analyse montre que dans le cadre d’exploitation de ces marchés, les producteurs doivent se
protéger de la fluctuation des prix. Les producteurs doivent aussi établir des relations formelles avec
les acteurs coxeurs ou grossistes pour garantir la sécurité de leurs revenus.

a) Sélection des marchés sous régionaux


Les critères que nous avons pris en compte sont les suivants :

 Conditions d’accès : il s’agit de vérifier les droits de douane, les exigences phytosanitaires.
 Proximité culturelle et géographique : il s’agit de vérifier l’éloignement du pays, les coutumes,
les langues pratiquées, les habitudes de consommations sur le marché national,
 L’offre et la demande : il s’agit de vérifier les périodes de production et d’importation,
 Les conditions de transport : Il s’agit de vérifier les frais de transport à supporter, frais de
stockage, délai de paiement, les risques liés à l’exportation :
 Concurrence : les prix pratiqués sur le marché, délais de paiement, risques de change,
 Le conditionnement : il s’agit de voir le type d’emballage, et leur contenance,
En se basant sur les critères ci-dessus, nous avons retenu les marchés suivants (Cf tableau n°27).
Tableau n° 27 : Caractéristiques des marchés potentiels retenus dans la sous région

CRITERES GAMBIE MAURITANIE


Conditions d’accès Restriction d’importation pour la
Droits de douanes, Exigences
période de « avril à août ». Droits de
phytosanitaire
douanes, exigences phytosanitaires
Période de demande ou Septembre-Décembre Toute l’année
d’importation Janvier- Févier
Traversée de bac difficile avec des Durée 19 à 20 h par la route
Condition du transport
délais pouvant prendre 3 à 4 jours, Décharge à Rosso
Concurrence Présence de pomme de terre Présence de pomme de terre
européenne et locale européenne, et marocaine
Existence d’acheteurs Disponibilité de commerçants Existence d’acheteurs mais plus
importateurs, orienté vers la carotte,
En sac de 20 kg En sac de 32 à 35 kg
Conditionnement
Source nos enquêtes Mars 2014
L’analyse des caractéristiques des marchés retenus montre que :
1. Les conditions d’accès dans les marchés exigent des formalités douanières et le contrôle
phytosanitaire.
2. Le marché de la Mauritanie est cependant libre toute l’année alors que le marché gambien
connait une restriction pour quatre (04) mois (Avril-Août).
3. Les conditions de transport vers la Gambie est difficiles à prévoir à cause du bac alors que le
trajet vers la Mauritanie dure quelque environ 19 à 20 heures.
4. Il existe dans ces marchés une concurrence avec les produits européens et marocains.
5. Il existe des acheteurs potentiels sur les marchés de la Mauritanie de la Gambie.
6. Le conditionnement du produit et de 20 kg en Gambie alors qu’en Mauritanie il est à 32 voir
35 kg.
L’exploitation de ces marchés va nécessiter cependant la prise en compte de tous ces critères.

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 78


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

Les producteurs Sénégalais doivent donc se préparer à la concurrence européenne et marocaine.


Pour cela, ils doivent mettre sur le marché un produit de qualité et bien conditionné.
Ils doivent établir des relations de commercialisation (partenariat commercial) avec les acheteurs
potentiels déjà identifiés.

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 79


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

4.3.2 Sélection de partenaires pour la commercialisation


La démarche que nous avons adoptée consiste à échanger dans un premier temps avec les acteurs
producteurs pour identifier leurs clients sur le marché.
Ensuite il a été effectué une visite au marché Thiaroye pour échanger avec les coxeurs et
commerçants. Ces échanges nous ont permis d’établir une liste de partenaires dans les marchés.
Enfin, pour le choix des partenaires potentiels, nous avons pris en compte les critères suivants :
 Les sources d’approvisionnement : il s’agit de vérifier les sources locale et étrangère,
 Les capacités techniques : il s’agit de voir les moyens techniques, stockage et transport;
 Leurs capacités d’absorption ou de vente : volumes rechercher ou vendu sur les marchés,
 Mode d’acquisition et de règlement : il s’agit des modalités de règlement à l’achat
Les partenaires retenus sont présentés au tableau ci-dessous (Cf tableau n°28).
Tableau n° 28 : Caractéristiques des partenaires retenus
TYPE SOURCES CAPACITES MODALITES DE
PRENOM NOM ADRESSES APPRO TECHNIQUE/VENTE VENTE/ACHAT
Au niveau National
Moussa Ndaw Coxeur Thiaroye Niayes et Disponibilité de Parc Comptant et Crédit
Vallée Vente : 150-180 t/mois délai une semaine
Moustapha Tian Grossiste Thiaroye Niayes et Disponibilité de Parc Comptant
Vallée Vente : 100-120 t/mois
Malick Diagne Coxeur Dalifort Niayes et Disponibilité de Parc Crédit, avec délai
Vallée Vente : 20 à 30 t /mois une semaine
Babacar Gaye Grossiste Kaolack Niayes et hangar de stockage Comptant, crédit
Vallée Vente : 30 t/mois
Grossiste Touba Niayes et hangar de stockage Comptant, crédit
Abdou khadre LO Vallée Vente : 40 t/mois
Djibi Kane Coxeur Touba Niayes et Disponibilité de Parc Crédit, avec délai
Vallée Vente : 120 t/mois une à deux semaines
A niveau sous régional
Moustapha DIA Comme Sérékouda, hangar de stockage Comptant, crédit
Hollande Vente : 30 t/mois
Mboussobé Commer Banjul, hangar de stockage Comptant, crédit
CISSE Hollande Vente : 30 t/mois
Source nos enquêtes Mars 2014
L’analyse des caractéristiques des partenaires montre que :
Les partenaires s’approvisionnement dans la zone des Niayes).
Les capacités de vente sont plus importantes pour les opérateurs partenaires des marchés de
Thiaroye et de Touba avec 100 à 150 t/mois. Les autres partenaires sont entre 20 et 40 t/mois.
Les moyens techniques des partenaires sont limités en termes de parcs et d’hangars de stockage.
Le paiement se fait au comptant ou à crédit.
L’analyse des caractéristiques des partenaires au niveau national fait apparaître les aspects suivants :
Les partenaires de la sous région (Gambie) s’approvisionnent vers l’Europe (Hollande).
Les capacités de vente sont de 30 t/mois avec des moyens techniques limités au niveau des parcs et
des hangars de stockage. Ces partenaires ne disposent pas de logistique de transport.

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 80


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

Le paiement se fait à crédit, à travers les banques ou des mutuelles d’épargnes et de crédits.
L’analyse des caractéristiques montre que les partenaires doivent être dotés d’infrastructures de
stockage, de conditionnement et des moyens financiers nécessaires pour l’achat de la production.
Des liens de partenariat durables doivent être établis entre les acteurs afin de sécuriser la vente au
profit du producteur.
4.3.3 Analyse des contraintes et opportunités des marchés

A/ Les contraintes sur les marchés nationaux de la pomme de terre


A.1 Les principales contraintes sur les marchés nationaux sont :
Les contraintes sont liées à la compétence technique des producteurs, au niveau de l’organisation des
OP et de la mise en marché du produit.
Au niveau des OP et de l’interprofession pomme de terre (IPDTS)
Des faiblesses dans le domaine de l’approvisionnement : Les OP ont des difficultés en
matière d’approvisionnement en intrants et en équipement pour la production.

Au niveau des techniques post-récolte


Des techniques post-récolte sont pas maîtrisées : cela est due à un conditionnement (triage,
calibrage et emballage), non réalisé sur la pomme de terre.

Des difficultés dans l’organisation de la commercialisation de la production

Des pistes sablonneuses limitant l’accès aux zones de production : En effet les principales
zones de production sont enclavées. Il s’agit de Kayar, Thieppe, Fass Boye. Des lieux de
collecte, le produit est transporté

L’absence d’infrastructures de conservation : L’inexistence d’infrastructures, telles que les


chambres froides, pour régler les problèmes de conservation.

L’insuffisance des infrastructures de conditionnement : Il existe un centre de


conditionnement à Mboro. Ce centre peut servir à l’amélioration de la qualité du produit.

Au niveau de l’organisation du marché


Une concurrence rude sur le marché : il s’agit d’une concurrence due à l’importation massive
de pomme de terre qui concurrence la production locale sur le marché.
Absence de fonds de commercialisation pour les producteurs : Cette absence de fonds de
commercialisation pousse souvent le producteur à brader une partie de sa récolte afin de
satisfaire ses besoins financiers.
Le manque d’organisation dans la commercialisation de la production : la commercialisation
n’est pas organisée, chacun utilise ses propres moyens pour mettre son produit sur le
marché.
Il existe des tentatives de commercialisation avec l’UGPM
Un conditionnement inadéquat : le conditionnement de la pomme de terre n’est pas réalisé.
En effet il n’existe ni triage, ni calibrage, ni emballage adéquat.

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 81


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

A.1 Les principales contraintes sur les marchés sous régionaux sont :
Les contraintes sur les marchés sous régionaux sont liées aux formalités administratives et
règlementaires et aux conditions de transports (pour cette partie voir point 3.4.3).

B/ Les opportunités de commercialisation


Les opportunités de marché
Aujourd’hui la filière offre des opportunités dans les domaines suivants :
La disponibilité d’un centre de conditionnement à Mboro : Une réhabilitation de ce centre
avec des équipements adéquats permettra d’améliorer la qualité du produit
L’existence d’un marché national de pomme de terre de 65 000 tonnes à conquérir.
Existence d’un créneau pour la transformation de pomme de terre en frites ou en chips. Un
autre créneau sur la fabrication de frites surgelées n’est pas encore connu.
Une dynamique organisationnelle des acteurs
Des organisations professionnelles très dynamiques sur le terrain. Il s’agit des associations
comme UGPM, FPMN, APMK , AUMN, etc. qui ont mis en place des programmes
d’approvisionnement en semences et en intrants pour la production.
Disponibilité de cahier de charges pomme de terre :
L’application du cahier de charge permet de résoudre les problèmes liés au conditionnement
et à la commercialisation.
Disponibilité d’opérateurs potentiels pour la commercialisation :
Les partenaires sélectionnés sont prêts à s’investir pour la commercialisation de la
production.
Politique favorable du Gouvernement
Le Sénégal a mis en place un programme de soutien aux producteurs de pomme de terre en
fournissant des subventions semences importées et de l’engrais. Le Sénégal fait la promotion
de la culture de pomme de terre dans la Vallée du fleuve Sénégal.

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 82


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

4.4 Les interventions stratégiques et recommandations


Au regard de l’analyse des contraintes et opportunités de marchés, il ressort que la chaîne de valeurs
pomme de terre recèle de réelles potentialités. Il existe cependant des interventions stratégiques que
nous formulons pour améliorer la commercialisation.
4.4.1 Les interventions stratégiques sur la commercialisation
Les interventions stratégiques sur les marchés se traduire par les actions suivantes :

Renforcement de capacités en utilisant le cahier de charges pomme de terre pour une bonne
maîtrise des techniques culturales.
Le conditionnement (triage, calibrage et l’emballage) du produit avant la mise en marché, etc.

Préparation de l’offre : il s’agit de former les producteurs sur l’identification des fournisseurs,
l’élaboration de dossier d’appel d’offre, la consultation de fournisseur, l’évaluation des
charges quantitatives et qualitatives, identification des contraintes de la disponibilité du
produit, délais d’accès au produit, etc.

La régulation des marchés par les interprofessions : il s’agit de former les responsables de
l’interprofession dans leurs fonctions de régulation à savoir : gestion de l’offre, gestion des
marchés et le pilotage des activités de la filière.

La promotion du produit : il s’agit d’une concurrence due à l’importation massive de pomme


de terre qui concurrence la production locale sur le marché.
Le financement de l’achat : crédit à court et moyen terme, règlement des fournisseurs, le
crédit acheteur, la garantie, les besoins en fonds de roulement.
L’organisation de la commercialisation: La collecte et le conditionnement de la pomme de
terre : triage, calibrage et d’emballage.

Commercialisation : il s’agit de la négociation, de l’élaboration de contrats commerciaux sur


la base du cahier de charges, de la consultation de fournisseurs, de la formation du contrat,
duregroupement de l’offre, du financement de la commercialisation, de l’achat, de la mise en
place de fonds de garantie, du suivie du crédit, etc.
Approvisionnement en semences : Il s’agit là, d’appuyer la résolution des problèmes
d’approvisionnement en semences de qualité au bon moment. Cela peut se faire par avec la
collaboration des acteurs producteurs et des partenaires acheteurs potentiels identifiés.

L’entretien des pistes sablonneuses limitant l’accès aux zones de production : Il s’agit de
repérer des pistes prioritaires dans la zone pour effectuer un entretien afin de faciliter la
sortie de la production. Les zones prioritaires seront choisies en collaboration avec les
producteurs et les opérateurs identifiés.

Construction des infrastructures de conservation : Il s’agit de construire des chambres


froides en vue de faciliter le stockage de la production. Ces chambres froides permettront de
régler les problèmes de conservation.

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 83


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

Construction de centres de conditionnement équipés dans les principales zones de


production comme Kayar, Fass Boye, Mboro : Ces centre serviront à l’amélioration de la qualité
du produit.

4.4.2 Les recommandations sur la commercialisation

Les interventions concernent les actions suivantes :

1. Les éléments d’interventions pour les producteurs et leurs OP

Renforcer les capacités sur en utilisant le cahier de charge pomme de terre pour une bonne
maîtrise des techniques culturales.
Conditionner (triage, calibrage et emballage) le produit avant la mise en marché, etc.

Former les producteurs sur l’identification des fournisseurs, l’élaboration de dossier d’appel
d’offre, la consultation de fournisseur, l’évaluation des charges quantitatives et qualitatives,
identification des contraintes de la disponibilité du produit, délais d’accès au produit, etc.

Former les responsables de l’interprofession dans leurs fonctions de régulation à savoir :


gestion de l’offre, gestion des marchés et le pilotage des activités de la filière.

Financer l’achat : crédit à court et moyen terme, règlement des fournisseurs, le crédit
acheteur, la garantie, les besoins en fonds de roulement.
Organiser la commercialisation: La collecte et le conditionnement de la pomme de
terre (triage, calibrage et emballage).

Former sur la négociation, l’élaboration de cahier de charge, consultation de fournisseurs, la


formation du contrat, le regroupement de l’offre, le financement de la commercialisation,
l’achat, la mise en place de fonds de garantie, le suivie du crédit etc.
Appuyer et financer la résolution des problèmes d’approvisionnement en semences de
qualité au bon moment. Cela peut se faire par avec la collaboration des acteurs producteurs
et des partenaires acheteurs potentiels identifiés.

2. Les éléments d’interventions pour les pouvoirs publics

Identifier des pistes prioritaires dans la zone pour effectuer un entretien afin de faciliter la
sortie de la production. Les zones prioritaires seront choisies en collaboration avec les
producteurs et les opérateurs identifiés.

Construire des infrastructures de conservation : Il s’agit de construire des chambres froides


en vue de facilité le stockage de la production. Ces chambres froides permettront de régler
les problèmes de conservation.

Construire des centres de conditionnement équipé dans les principales zones de production
comme Kayar, Fass Boye, Mboro : Ces centres serviront à l’amélioration de la qualité du
produit.

3. Les éléments d’interventions pour les structures d’appui et les bailleurs de fonds

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 84


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

Renforcer les capacités sur les techniques de production en utilisant le cahier de charges
pomme de terre pour une bonne maîtrise des techniques culturales.
Conditionner (triage, calibrage et l’emballage) le produit avant la mise en marché, etc.

Former les producteurs sur l’identification des fournisseurs, l’élaboration de dossier d’appel
d’offre, la consultation de fournisseur, l’évaluation des charges quantitatives et qualitatives,
l’identification des contraintes de la disponibilité du produit, délais d’accès au produit, etc.

Former les responsables de l’interprofession dans leurs fonctions de régulation à savoir :


gestion de l’offre, gestion des marchés et le pilotage des activités de la filière.

Financer l’achat : crédit à court et moyen terme, règlement des fournisseurs, crédit acheteur,
garantie, besoins en fonds de roulement.
Organiser la commercialisation: La collecte et le conditionnement de la pomme de terre, le
triage, le calibrage et l’emballage.

Former sur la négociation, l’application des disoistions du cahier de charges, la consultation


de fournisseurs, la formation du contrat, le regroupement de l’offre, le financement de la
commercialisation, l’achat, la mise en place de fonds de garantie, le suivie du crédit etc.
Appuyer et financer la résolution des problèmes d’approvisionnement en semences de
qualité au bon moment. Cela peut se faire avec la collaboration des acteurs producteurs et
des partenaires acheteurs potentiels identifiés.

Identifier des pistes prioritaires dans la zone pour effectuer un entretien afin de faciliter la
sortie de la production. Les zones prioritaires seront choisies en collaboration avec les
producteurs et les opérateurs identifiés.

Construire des infrastructures de conservation : Il s’agit de construire des chambres froides


en vue de faciliter le stockage de la production. Ces chambres froides permettront de régler
les problèmes de conservation.

Construire des centres de conditionnement équipé dans les principales zones de production
comme Kayar, Fass Boye, Mboro : Ces centres serviront à l’amélioration de la qualité du
produit.

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 85


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

4.4.3 Plan de marketing et de promotion de la pomme de terre


La pomme de terre est un produit qui dispose de nombreux atouts liés au fait que son prix est
relativement élevé surtout en hivernage pendant que les autres légumes se font rares. Toutefois, les
quantités produites semblent être encore faibles par rapport à la demande nationale. Autant
d’éléments qui justifient une plus grande promotion de la pomme de terre. Cette promotion doit
s’appuyer sur un programme de marketing qui a pour objectif d’offrir aux acheteurs une meilleure
connaissance de la pomme de terre. Il s’agira d’entreprendre des actions de communication et de
marketing par les différents acteurs qui interviennent dans la filière.

Les différentes actions qui s’inscrivent dans le plan global de marketing sont résumées dans le
tableau n° 29 ci-dessous.
Tableau n° 29 : Plan de marketing et de promotion de la pomme de terre

Politiques Actions Acteurs


Politique de - Conditionner de façon standard le produit - Producteurs, PADEN,
produit dans des sacs étiquetés de 25 kg, - Interprofession
- Améliorer la qualité du produit,
Politique de prix Garder le cap des prix à la production 300 à Producteurs
350 FCFA/kg
Politique de - Chercher des contrats de vente avec les - Commerçants ; ARM ;
distribution importateurs sélectionnés, ou autres - PADEN, producteurs
- Récolter à maturité et le stocker dans des
chambres froides
- Informer les vendeurs et acheteurs sur les
quantités disponibles
Politique de - Mettre en place un système d’information - ARM ;
communication et sur le produit (les prix, les quantités - Producteurs ;
de promotion disponibles)
- Commerçants ;
- Publicité à travers les média,
-
- Informer les autorités sur les contraintes
de la filière,
- Mener des campagnes de sensibilisation
auprès des consommateurs,

CONCLUSION SUR LA CHAINE DE VALEURS POMME DE TERRE


Au regard de son potentiel économique, du développement actuel de la filière et du déficit de la
demande nationale, il y a urgence à procéder à des investissements de base pour venir à bout des
problèmes de stockage et de commercialisation da la pomme de terre. Ces investissements devront
consister en des infrastructures dans les zones de production et les marchés de regroupement
comme Kayar, Mboro, etc...

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 86


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

5. ANALYSE DE LA REGULATION DES MARCHES PAR FILIERE

5.1 Les problèmes de régulation des marchés

5.1.1 Les raisons de la régulation du marché de l’oignon


a) Un problème de gestion de l’offre nationale sur le marché
La production d’oignon est essentiellement destinée à la consommation nationale et est acheminée
vers les marchés de Thiaroye, Dalifort qui sont les plus grands marchés de redistribution de Dakar.
L’analyse de l’évolution des séries de prix de l’oignon au niveau du marché de Thiaroye de 1989 à
2002 montre que les prix chutent de janvier à mai (Wade 2009). Les cours reprennent à partir du
mois de juin pour atteindre un pic en juillet (cf. graphique n°14).
Graphique n° 14 : Indice saisonnier général du prix au détail, marché de Thiaroye de 1989 à 2002

Source : (Wade 2009)


En effet, selon l’analyse de (Wade 2009) la période de mars à mai, correspond à celles des récoltes
dans les deux principales zones de production (Niayes et Vallée). On note ainsi une présence à la
fois de l’oignon provenant des Niayes et de la Vallée sur les marchés.
Cette situation entraine une abondance de l’offre sur les marchés et une chute des prix de mars- mai.
Le Graphique°15 ci-dessous montre l’évolution des prix moyens mensuels d’oignon de 2012 à 2013
Graphique n° 15 : Evolution prix moyens mensuels d’oignon 2012 -2013,

Source SCA 2013

L’analyse des graphiques montre que les cours chutent de mars à mai jusqu’à 250 FCFA/kg.
A partir du mois de juin les prix reprennent pour atteindre un pic au mois d’Août. En effet l’analyse
du graphique sur l’évolution des prix de l’oignon des marchés nationaux de 2012 à 2013 confirme la

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 87


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

chute marquée des prix entre mars et mai. Cette chute des cours est consécutive à l’augmentation de
l’offre en provenance des Niayes et de la Vallée sur le marché national.
b) La concurrence entre oignon local et importé
L’analyse du tableau n°31 montre que l’écoulement de l’oignon local sans application des mesures de
gel d’importation d’oignon (cf. tableau n°30).
Tableau n° 30 : Calendrier de commercialisation de l’oignon sur les marchés nationaux

Mois N D J F M A M J J A S O
Oignon Vallée
Oignon Niayes
Oignon Importé
Source nos enquêtes mars 2014
L’analyse du calendrier montre aussi que l’offre locale est groupée sur sept (07) mois alors que
l’oignon importé est commercialisé toute l’année.
Le calendrier montre également pour la période de février à mai, la commercialisation à la fois de
l’oignon local provenant des Niayes, de la Vallée du fleuve et de l’oignon importé.
Pour la période de Juin à Août, nous avons à la fois de l’oignon provenant des Niayes et de
l’oignon importé sur le marché.
L’analyse du calendrier de commercialisation montre ainsi que sans aucune intervention sur le
marché, l’oignon importé risque de concurrencer l’oignon local sur une période allant de février à
août. Cette concurrence entraine une chute des prix de l’oignon local. Il faut ainsi des actions de
régulation de l’offre sur le marché.
5.1.2 Les raisons de la régulation du marché de carotte
a) Une mauvaise gestion de l’offre nationale
Le graphique n°16 montre l’offre de la zone de Fass Boye de janvier- avril (cf graphique n°16).
Graphique n° 16 : L’offre de carotte de la zone de Fass Boye (Décembre à Avril 2014)

Source nos enquêtes Mars 2014


L’analyse du graphique montre une offre mensuelle en carotte autour de 8 000 tonnes pour les mois
de décembre, janvier, février et mars.
L’analyse de l’offre globale de ces cinq mois, est estimée à 25 000 tonnes pour la seule zone de Fass
Boye. Cette offre couvre pourtant la demande nationale estimée entre 16 à 17 000 tonnes/an selon

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 88


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

les statistiques DPV et DH. Malgré cette situation le Sénégal n’arrive toujours pas à satisfaire ses
besoins en carotte. Il continue de faire un recours aux importations.
Cette situation montre bien la mauvaise gestion de l’offre nationale en carotte.
b) Des insuffisances dans le conditionnement et la mise en marché

Le conditionnement actuel de la carotte locale n’est pas adéquat pour les raisons suivantes : (i)
L’absence d’emballage non conforme au produit, (ii) L’absence du triage et de calibrage.
Cette situation constitue un sérieux handicapes de la carotte locale par rapport à celle importée.

Les insuffisances dans l’organisation de la mise en marché


Le tableau n° 31 montre le calendrier annuel de commercialisation de la carotte au Sénégal.
Tableau n° 31 : Calendrier annuel de commercialisation de la carotte au Sénégal

Mois Sept Ob Nb Dcb Jan Fév. Mars Avril Mai Juin Juil. Août
Carotte locale (C. hâtive)
Carotte locale (C. Pleine
S)
Carotte locale (C. tardive)
Carotte importée
Source nos enquêtes Mars 2014
L’analyse du calendrier annuel de commercialisation de carotte montre que l’écoulement de la
carotte locale s’étale sur huit (08) mois.
L’analyse fait apparaître une période de gel des importations de janvier à avril (ARM. 2014).
En effet, l’analyse de l’offre en carotte locale montre une concentration des ventes de carotte sur une
période de quatre mois de l’année (janvier-avril). Cependant, avec le gel des importations durant
cette période de janvier-avril, il n’existe pas de concurrence entre carotte locale et carotte importée.
La régulation du marché par le gel des importations est donc nécessaire pour permettre aux
producteurs locaux de mieux vendre sur le marché national.
5.1.3 Les raisons de la régulation du marché de la pomme de terre
La stratégie adoptée par le Sénégal pour satisfaire la demande en pomme de terre est basée sur une
production et une importation libre. Parce que, le Sénégal ne produit pas encore assez de pomme de
terre pour satisfaire le marché national. Plusieurs raisons expliquent cet état de fait :
La saisonnalité de la production de pomme de terre : L’essentiel de la production est réalisé
dans la zone des Niayes qui offre les conditions agro climatiques favorables à la culture de pomme
de terre. La production locale, ne peut se faire cependant en hivernage à cause des problèmes
phytosanitaires qui entraînent une baisse notable des rendements.
La présence de ravageurs comme la teigne (Phthorimea operculella) : Ce ravageur est apparu il y’a
bientôt plusieurs années et est à l’origine de dégâts importants observés sur les récoltes de la culture
tardive (plus de 60% en stockage).
L’indisponibilité des semences au moment opportun : Présentement, la presque totalité des
semences sont importées. Ces semences ne peuvent cependant être disponibles au moment
opportun (fin septembre, début octobre) à cause de la saisonnalité.
En effet, la semence en provenance d’Europe arrive au plus tôt en novembre et doit être plantée
après une période de pré-germination qui dure un mois (Décembre). C’est ce qui explique que la
majorité des producteurs ne peuvent faire que la culture tardive c'est-à-dire de janvier à Avril.
Ainsi l’indisponibilité des semences au moment opportun (fin septembre, début octobre), limite la
production hâtive de pomme de terre au Sénégal.
Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 89
Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

L’absence d’infrastructures de conservation : L’inexistence de chambres froides avec des


capacités de stockage importantes, devraient permettre de régler les problèmes de conservation.
Des chambres de stockage aux normes devraient aussi être construites pour la conservation.
5.2 Les acteurs de régulation des marchés

5.2.1 Les organisations professionnelles de producteurs


Ce sont des producteurs regroupés dans des OP parmi lesquelles on distingue :
L’Association des Producteurs d’Oignon de Qualité (APOQ). Elle compte 5 000 membres qui sont
répartis dans cinq (5) organisations dont le GIE Gandiol, Union forestière de Sague, Maison
Familiales rurales de Potou, Fénagie pêche et Union des Groupements de Producteurs et Agricoles
de Sakal (UGPAS).
L’Association des Unions Maraîchère des Niayes (AUMN) regroupe les seize (17) organisations
(unions ou fédérations) de producteurs de la zone des Niayes, de Sangalkam (Dakar) à Rao (Saint
louis). L’AUMN est née des concertations des (OP) sur leur professionnalisation dans le cadre du
programme Projet d’Appui à l’Entreprenariat Paysan (PAEP).
Les Unions des Maraichers du Littoral (UML) et la Fédération des Producteurs Maraîchers des
Niayes sont aussi des opérateurs importants de la production d’oignon dans les Niayes.
L’Association des Producteurs d’Oignons de la Vallée (APOV). Elle regroupe les GIE de
producteurs d’oignons de la Vallée du fleuve Sénégal, de Dagana à Bakel. Elle a pour rôle la
facilitation à l’accès au crédit, et effectue le suivi des superficies emblavées dans la Vallée du fleuve.
L’Association des Producteurs Maraîchers de Kayar (APMK) qui appuie ses membres en semences
de pomme de terre. D’autres OP comme Union des Groupements de Producteurs de Lompoul
(UGPL), Association des Producteurs Maraîchers de Fass Boye (APMFB), Union des Groupements
de Producteurs de Méouane (UGPM), Association des Jeunes Maraîchers de Lindingue, (AJML).

Pour le diagnostic de la commercialisation au niveau des producteurs et leurs OP, nous avons pris
en compte les éléments suivants : (i) la gestion de l’offre, (ii) la gestion des informations technique,
économique et la communication, (iii) les liens avec les bana-banas, (iv) la mise en marché.
La gestion de l’offre : Les résultats du diagnostic montrent qu’il n’existe pas encore de véritables
actions pour le regroupement de l’offre des producteurs dans les OP.
L’essentiel des acteurs OP n’arrivent pas le plus souvent à organiser la collecte de la production de
leurs membres. Cela à cause souvent de l’absence de moyens financiers pour la collecte du produit.
La majorité des producteurs collecte eux-mêmes leur production pour le vendre individuellement
sur le marché.

La gestion des informations techniques et économiques : Le diagnostic montre qu’il existe des
tentatives de collecte d’informations sur les statistiques de la carotte. Des initiatives sont menées par
l’APMFB concernent les volumes commercialisés par mois et la destination des ventes.
Les principales sources d’information de marché des producteurs sont les coxeurs ruraux et urbains.
Les informations fournis par ces coxeurs sont le plus souvent limitées aux prix du marché. Les
producteurs ne reçoivent pas souvent des informations sur les acheteurs, les offres et les demandes
d’achat. Ces types d’information sont en générales centralisés auprès des coxeurs sur les marchés.

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 90


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

La communication : le diagnostic montre qu’il n’existe pas souvent dans les OP une circulation des
informations techniques vers les services techniques d’encadrement. Les agents de ces structures
viennent souvent chercher les informations qui les intéressent. Il n’existe non plus de
communication sur la demande, les achats, les acheteurs en direction des producteurs.
Les liens avec les acteurs de marché : Le diagnostic montre que les producteurs sont le plus
souvent en relation avec les bana-banas, les coxeurs qui commercialisent la production. Les liens
identifiés relèvent généralement d’ententes, d’accords, avec aucune formalisation entre les acteurs.
Les bana-banas prennent souvent des notes concernant les quantités de carotte livrées par le
producteur. Les liens sont en général basés sur la confiance mutuelle entre les deux parties. Les
accords se font souvent entre parents, amis etc. C’est pour cette raison que les conflits entre acteurs
sur le marché sont généralement réglés à l’amiable quelque soit les relations.
La mise en marché du produit : le diagnostic permet de distinguer quatre principales étapes du
processus. Il s’agit de la négociation, de la récolte et du conditionnement, de la livraison et du
paiement.
Les producteurs négocient individuellement avec les « bana-banas » pour déterminer les quantités à
vendre et les prix sur le marché.
Après la récolte, le produit est livré aux coxeurs ou bana- banas qui se chargent de l’acheminer vers
les marchés urbains.
Le paiement du produit se fait le plus souvent à crédit après la vente avec un délai d’une semaine.

L’absence de financement de commercialisation de la production. En absence de fonds de


commercialisation, le producteur ou l’OP se trouve souvent dans l’obligation de vendre une partie
des récoltes afin de faire face aux besoins financiers de commercialisation vers les marchés.
L’analyse des actions de commercialisation des opérateurs producteurs montre que l’absence de
financement de la collecte et de commercialisation et les insuffisances en matière d’information de
marché sont à l’origine d’une mauvaise gestion de l’offre des producteurs. Ces facteurs ont aussi
favorisé le développement d’un système de commercialisation individuel. Ainsi, malgré quelques
tentatives de vente groupée avec des OP comme UGPAR, UML. Il n’existe pas encore un véritable
système de commercialisation groupé profitable aux producteurs d’oignon des Niayes.
- Les OP ne maîtrisent pas l’offre et les informations techniques sur leurs membres.
- Les liens commerciaux entre les producteurs et les acteurs de marché en particulier les bana-
banas, ne garantissent pas les meilleurs prix, donc un bon revenu pour les producteurs.
- Le mode de paiement sur le marché n’est pas souvent bénéfique pour les producteurs.
L’ensemble de ces facteurs ne militent pas en faveur d’une stratégie visant à améliorer le revenu pour
le producteur. Il est donc nécessaire d’apporter des solutions pour permettre aux OP de parvenir à
une maîtrise de l’offre et une meilleure mise en marché pour leurs membres.
5.2.2 Les cadres de concertation interprofessionnel
Ils ont été initiés par l’ARM et réunissent les acteurs des filières (oignon, carotte et pomme de terre).
De manière générale, le cadre doit assurer les actions de régulation des marchés dont : (i) la gestion
de l’offre, (ii) la négociation des prix, (ii) et la gestion de la qualité.
Les 3 interprofessions créées disposent de statuts, de règlement intérieur et des organes de direction
dont : l’Assemblée générale (AG), le Conseil d’administration (C.A) et le Bureau du Conseil
d’administration. Le CA est appuyé dans ses tâches par quatre commissions qui sont : (i) Production
et Qualité, (ii) Infrastructures et Développement, (iii) Projets, Programmes, Suivi et Evaluation ; et
(iv) commercialisation et marketing

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 91


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

Les membres d’une interprofession sont des personnes morales de droit privé regroupées dans les
organisations représentatives des différentes catégories d’opérateurs de la filière tels que : les
organisations de producteurs de Pomme de Terre et de commercialisation, les producteurs, les
semenciers, les collecteurs, les coxeurs, les transporteurs, les commerçants, les industriels de
transformation, les prestataires de services, les fournisseurs d’intrants et de matériels agricoles, les
consommateurs et les institutions ou organisations d’appui à la filière

Les ressources d’une interprofession doivent provenir des droits d`adhésion qui sont fixés souvent à
cinquante milles francs (50000 FCFA) pour les associations et dix milles francs (10000) pour les
particuliers.
La cotisation annuelle des membres est souvent fixée à vingt cinq milles francs (25000 FCFA) pour
les associations et cinq milles pour les particuliers (5000 FCFA).
Notons cependant que les interprofessions ne disposent pas actuellement de ressources financières
pour leur fonctionnement.
L’interprofession ne parvient pas encore à une gestion autonome de certaines fonctions de
régulation comme : gestion de l’offre, gestion des marchés et le pilotage des activités de la filière.
L’interprofession joue cependant un rôle limité dans l’accès aux intrants en particulier de
l’approvisionnement en semences importées de pomme de terre en collaboration avec la DH.
Il convient de reconnaître que les fonctions assurées par l’interprofession sont encore réduites, peut
être à cause de l’absence de moyens de fonctionnement. Il s’agira donc d’encourager
l’interprofession à travers des mécanismes de prélèvement des cotisations afin de prendre en charge
certaines fonctions de régulation interne.
5.2.3 Les services techniques et l’Agence de Régulation des Marchés

Les services techniques de l’Etat


Les principaux services techniques concernés par la régulation sont : la SAED, la DCI, la DPV, la
DH, et la Douane. Les rôles de ces structures dans la régulation ont été définis selon leurs domaines
de compétence. Par exemple : La Direction de la Protection des Végétaux (DPV) doit arrêter la
délivrance d’autorisations préalables et les procès verbaux d’inspection des produits importés.
La Direction du Commerce Intérieur (DCI) s’occupe elle la délivrance de déclarations
d’importations.
Les structures comme la DH et la SAED interviennent dans la collecte de statistiques sur les
productions et la consolidation de l’encadrement des opérateurs producteurs.
La Douane intervient dans la gestion des statistiques sur les importations de produits horticoles en
particulier l’oignon, la pomme de terre et la carotte.

L’Agence de Régulation des Marchés :


L’ARM une structure administrative autonome créée par décret le 18 Septembre 2002 en vue de
prendre en charge les missions de régulation des marchés.
Elle est sous la tutelle technique du Ministère du Commerce et travaille en rapport avec les services
de l’État impliqués dans les différents domaines de son intervention.
L’ARM assume les missions relatives à la définition, au contrôle et au suivi des accords sur la
régulation des marchés de l’oignon, de la carotte et de la pomme de terre. A ce titre, il accompagne
les producteurs à intervenir sur la production de légumes de qualité pour faciliter l’écoulement. Les
missions de l’ARM sont :

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 92


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

- le suivi de l’évolution des marchés notamment grâce un système d’information et d’alerte


pour permettre aux décideurs de disposer d’une information sur l’état des marchés ;
- l’animation d’un cadre de concertation regroupant les différents acteurs des filières,….
L’ARM intervient aussi dans la collecte de données sur les prix des marchés dans les différentes
zones de production du pays.
Le dispositif de collecte est constitué par des enquêteurs dans les régions dépendant des Antennes
régionales de l’ARM. Le suivi du dispositif consiste à effectuer des visites régulières de terrain dans
les zones de production pour constater de visu la présence de produits horticoles de qualité et en
quantité suffisante (stocks).
Les données sur les prix de gros et de détail sont aussi relevées dans les marchés de collecte et les
marchés de gros avant d’être acheminées à la direction général à Dakar. Les principaux marchés
ciblés sont Dakar, Thiès, Louga et Saint Louis.

L’analyse des activités des structures montre qu’elles rencontrent quelques difficultés dans la
réalisation de leurs missions.
L’ARM a des problèmes dans le suivi des marchés notamment, la fiabilité des données statistiques
sur les prix, les quantités récoltées et les stocks de produit. Cette situation empêche les décideurs de
disposer de bonnes informations sur l’état des marchés.
Dans sa mission d’animation des cadres de concertation, l’ARM a des difficultés de mobilisation des
acteurs qui ne participent à la concertation que durant les périodes d’avant gel des importations.
L’ARM ne maîtrise pas non plus les importateurs qui effectuent souvent des importations massives
de produit avant l’application du gel des importations.
Les structures techniques comme la DH et la SAED ne maîtrisent pas les statistiques sur les
productions.
La collaboration des différentes acteurs ARM, services techniques et les organisations
professionnelles des différentes filières ciblées a permis de mettre en place des actions de régulation
des marchés.

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 93


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

5.3 Les actions de régulation des marchés et les SIM

5.3.1 Les actions de régulation des marchés des filières ciblées


Le diagnostic des activités de régulation permet de déduire que la régulation des marchés des filières
s’appuie sur les mécanismes suivants : le gel des importations, la charte des prix, un comité de veille.
Le gel des importations : C’est une décision prise par consensus entre les acteurs de chaque filière.
Elle s’applique par un arrêt de délivrance des autorisations préalables et des procès verbaux
d’inspection par la D.P.V d’une part et de la déclaration d’importation par la D.C.I.
La charte des prix : En parallèle au gel des importations, une charte de prix est élaborée et
proposée par l’ARM. Elle tient compte des prix à l’importation et des coûts de production, l’indice
harmonisé des prix à la consommation et l’inflation sur le gasoil (ARM. 2014).
Le comité de veille : Il veille au respect des mesures entre les acteurs de la filière. Il peut décider
aussi de la levée du gel des importations dans les situations où les mesures ne sont pas respectées. Ce
comité mis en place par l’ARM est composé de la SAED, de l’UNACOIS, de la DPV, etc.
Le calendrier de régulation des actions de chaque filière ainsi que les effets sont présentés ci-dessous.

Pour la chaîne de valeurs oignon


Les actions de régulation du marché de l’oignon sont définies selon le calendrier suivant.
De Mars à Août : Interdiction d’importation d’oignon : Il s’agit du gel des importations, à cause
d’une production abondante d’oignon durant cette période.
De Septembre à décembre : Reprise des importations : L’Etat autorise les importations en
fournissant les Déclarations Importation Préalable de Produit Alimentaire (DIPA) aux importateurs.
Il laisse libre les importations de l’oignon au Sénégal. Cette situation s’explique par une faible
production locale qui ne satisfait pas la demande de la population.
Janvier à Février : La régulation du marché. Les autorités ont adopté à partir de cette année 2014 un
système qui consiste à allouer des quotas d’oignon aux commerçants importateurs. Ce système de
régulation du marché de Janvier à Février, permet de protéger la production locale des importations
massives d’oignon avant la période de gel. Les prix sont entre 250 et 400 FCFA/kg.

Pour la chaîne de valeurs carotte :


Le graphique n°17 met en évidence les effets du gel des importations de carotte.
Graphique n° 17 : Evolution mensuelle des quantités de Carotte 2011-2013

Source DPV Mars 2014, poste contrôle du Port

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 94


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

Le graphique fait apparaître les effets du gel des importations sur la période de Janvier à Juin. La
reprise des importations se fait à partir du mois de Juillet. La durée du gel est en général de quatre
mois de janvier à avril (ARM 2014).
Pour la chaîne de valeurs pomme de terre
La faiblesse de la production de pomme de terre avait conduit le Sénégal a adopté une stratégie
basée sur une production et une importation libre. Cependant, la production de 29 000 tonnes (DH.
2014) a poussée les autorités et les acteurs de la filière à revoir cette position.
C’est ainsi que les concertations entre l’Etat et les acteurs de la filière ont abouties à un gel des
importations de deux (2) mois 10 jours allant du 20 mars à fin mai 2014.
Cette mesure a permis de relever les prix de la pomme de terre de 150 FCFA/kg à 300 voir 600 F
CFA/kg (CSA. 2014).

Notons cependant que dans le cadre de la mise en œuvre de ces actions, les acteurs de la régulation
ont besoin de Système d’Information des Marchés (SIM) pour contrôler et vérifier les effets des
actions de régulation. C’est d’ailleurs pour cette raison que l’ARM intervient dans la collecte de
données sur les prix des marchés. Les différents SIM identifiés sont présentés au paragraphe suivant.

5.3.2 Les Systèmes d’Information des Marchés (SIM)


Trois SIM ont été identifiés dans le domaine des filières horticoles. Il s’agit entre autres de :

- La C.S.A : Un SIM pour la surveillance de la Sécurité Alimentaire

La CSA dispose d’un outil de surveillance de la Sécurité Alimentaire. Il assure la collecte, le


traitement, l’analyse et la diffusion de toutes données relatives au commerce des céréales et des
légumes au Sénégal et dans la sous-région.
Les objectifs ciblés sont d’aider : (i) Les autorités et les partenaires au développement à une prise de
décision, (ii) Les paysans producteurs à valoriser leurs productions, (iii) Les consommateurs à
s’approvisionner au meilleur prix sur les marchés ; et (iv) Les étudiants dans leurs travaux de
recherche pour une meilleure connaissance du fonctionnement des marchés nationaux.

La CSA effectue des enquêtes hebdomadaires régulières qui permettent d’appréhender les prix au
producteur, les prix à la consommation au détail, les prix de gros. Il fait des estimations des quantités
de produits agricoles présentes sur les marchés.
Les enquêtes du SIM portent sur les produits locaux ou importés suivants : (i) les prix au
producteur, au détail/consommateur ; (ii) les quantités disponibles sur les marchés ; (iii) provenances
et destinations des différents produits ; et (iv) les stratégies adoptées par les acteurs du marché.

Les types de marchés suivis sont : les marchés de collecte (producteur) et les marchés frontaliers.
La transmission des données se fait par fax internet ou téléphone.
Le SIM procède à la vérification des fiches de collecte, à la saisie des données, à l’analyse, à la
publication des bulletins.

- M. louma : Un SIM en plateforme web et mobile

C’est une plateforme web et mobile qui permet aux agriculteurs de prendre la meilleure décision de
vente ou d'achat de produits agricoles. Cette plateforme Web permet à chaque opérateur d'avoir un
aperçu des produits disponibles dans les marchés (www.mlouma.com).

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 95


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

Elle permet également aux acteurs (vendeurs ou acheteurs) de poster les produits qu'ils souhaitent
vendre ou de faire une réservation d'un produit qui l'intéresse.
M. louma a développé des applications sur mobiles pour permettre aux utilisateurs de pouvoir
interagir en utilisant des téléphones basics.
Un centre d'appel est conçu pour permettre aux personnes qui n'ont pas la possibilité d'utiliser la
plateforme Web, d'être assistées par des personnes physiques pour réaliser les achats/vente de
produits. Ce service permet de prendre en compte les clients même ceux qui ne sont pas instruits.

- Manobi : un SIM sur téléphonie mobile et Internet.

Manobi est un opérateur de services sur téléphonie mobile et Internet pour le secteur rural. Elle
fournit le service, « Xam marsé-T2M », qui permet aux producteurs et aux bana-banas d’utiliser le
téléphone mobile pour connaître en temps réel la situation des prix sur les marchés.
Les informations sont collectées par une équipe de sept (7) enquêteurs qui travaillent sous la
responsabilité d’un superviseur chargé de la gestion technique SIM sur les marchés.

Les prix des produits sur les marchés sont relevés deux fois par jour selon les responsables. Ces
données sont transmises et stockées sur une base centralisée. Elles sont analysées en temps réel puis,
retransmises aux utilisateurs à travers une plate-forme développée par Manobi.

Le mode de transmission des informations repose sur un système GSM à partir d’appareils appelés
PDA. Manobi suit les légumes des grandes cultures et la viande.
Les principaux marchés de légumes ciblés sont : Dalifort, Thiaroye, Touba et Kaolack.

L’analyse des actions de la régulation des marchés montre que le SIM est une préoccupation des
tous les acteurs de la régulation des marchés. Il est considéré par ces acteurs comme un outil de
contrôle, d’amélioration de la mise en marchés, de vérification et de prise de décision.

L’analyse a permis cependant de déceler quelques insuffisances des SIM, par rapport à la satisfaction
des besoins des acteurs des marchés. Ces insuffisances sont liées à l’accès limité à l´information de
marché et la fiabilité des informations techniques ou statistiques sur la production.
Les raisons essentielles des insuffisances sont :
- Le faible niveau d’instruction des acteurs surtout les producteurs qui sont en majorité
analphabètes. Ce niveau d’instruction limite l’accès des producteurs aux informations fournies
par les SIM comme (Manobi, Mlouma) utilisant la plateforme Web et l’Internet.
- L’absence d´un dispositif de collecte et d´analyse des statistiques pour les filières ciblées. Les
dispositifs de collecte d’informations sont souvent réservés à des acteurs spécifiques comme
l’ARM, la CSA pour la sécurité alimentaire. En effet, ces organismes possédant des SIM,
collectent et analysent des données pour leurs besoins spécifiques.

L’ensemble de ces raisons font que les filières ciblées sont laissées pour compte et les producteurs ne
peuvent accéder à l’information de marché ou obtenir des données fiables sur la production qui sont
des éléments importants pour améliorer la mise en marché des produits.

Etant donné l’importance des SIM dans la régulation des marchés, les acteurs des filières doivent
échanger sur leur implication dans ce processus.
Le potentiel des organisations de producteurs dans la collecte de statistiques de la production doit
aussi être exploité afin d’obtenir des informations techniques fiables.

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 96


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

5.3.3 Analyse des contraintes et opportunités de la régulation

A/ Les contraintes de la régulation


Les contraintes sont liées à la gestion de l’offre, la gestion des marchés et le pilotage des
interprofessions.
Une mauvaise gestion de l’offre en légumes,
- La concentration de l’offre locale de carotte entre (janvier-avril) : l’analyse montre la plus
part des producteurs choisissent de travailler en plein saison (Décembre-mars). Les récoltent
abondantes durant les mois de (janvier-avril) entrainant une offre importante sur les marchés
et une chute des prix de la carotte.
- Une concurrence entre oignon de la Vallée et oignon Niayes : On constate souvent une
présence sur les marchés à la fois de la production provenant des Niayes et de la Vallée.
Cette situation favorise la concurrence sur les marchés et une chute des prix de l’oignon.
- La saisonnalité de la production: La production locale, ne peut se faire cependant en
hivernage à cause de la températures mais aussi des problèmes phytosanitaires.
- L’insuffisance des infrastructures de conservation ou de stockage : L’inexistence de
chambres froides pour la pomme de terre et la carotte et l’insuffisance de magasins pour
l’oignon ne permettent pas une longue conservation des produits.
- L’insuffisance dans la qualité des produits : elle s’explique par le non respect des techniques
de production, de récolte, de transport et de conditionnement des produits.

Pour la gestion des marchés


- La chute régulière des prix entre mars et mai consécutive à l’augmentation de l’offre en
provenance des Niayes et de la Vallée sur le marché national.
- La non compétitivité des produits locaux par rapport à ceux importés : l’analyse des actions
de régulation montre sans aucune intervention sur le marché, les produits sont concurrencés
par les produits importés entrainant des chutes des prix locaux.
- Un système de commercialisation individuel : malgré quelques tentatives de vente groupée, la
majorité des producteurs commercialisation sur le marché de façon individuelle. Ils
s’appuient sur des coxeurs ou bana-banas.
- Les insuffisances dans la maîtrise des statistiques fiables sur l’offre des produits. Les services
techniques comme la DH, la SAED ne maîtrisent pas encore les statistiques sur les
productions de l’oignon ou de la carotte. Les statistiques souvent obtenues sont évaluées en
fonction des semences ou collectés auprès des producteurs.
- Les insuffisances liées à l’accès limité aux informations de marché : Les informations sur les
marchés sont souvent fournies par les opérateurs coxeurs ou bana-banas. Ces derniers ne
communiquent pas souvent sur la demande de produits, les achats, ou les acheteurs.
- Les mesures sur les chartes de prix élaborés durant les concertations interprofessionnelles ne
sont pas souvent respectées par les acteurs des filières.
- Les importations souvent importantes la veille des périodes de gel. Cette situation s’explique
par la stratégie des importateurs qui cherchent à stocker une quantité importante de
produits pour approvisionner leurs clients en période de gel.

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 97


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

Pour le pilotage des interprofessions.


L’analyse du fonctionnement des interprofessions permet de mettre en évidence que les fonctions de
la régulation sont assurées par l’ARM et les services techniques. Il faut noter cependant que :
- Les organisations interprofessionnelles ne sont pas encore autonomes dans la gestion des
actions de régulation.
- Les activités des organisations interprofessionnelles sont ainsi limitées à la participation aux
concertations sur les mesures liées au gel des importations.
- les organisations interprofessionnelles n’assurent que les fonctions de plaidoyer et de
lobbying pour obtenir des mesures de régulation.

B/ Les opportunités de la régulation des marchés


Les opportunités en matière de régulation des marchés sont identifiées par rapport à la gestion de
l’offre, la gestion des marchés et le pilotage des interprofessions.

1. Gestion de l’offre
- L’existence d’initiatives pour la vente groupée de produits au sein de certaines OP. En effet
des OP comme APMFB, UML et UGPM ont développé des initiatives de commercialisation
des produits pour certains de leurs membres. Ces initiatives portant sur la carotte, l’oignon et
la pomme de terre sont pour l’instant limitées dans la mise en œuvre.
- L’existence de cahiers de charges pour les filières ciblées : la disponibilité des cahiers de
charges sur les filières carotte, pomme de terre et oignon et sa vulgarisation au sein des
organisations de producteurs permettra une bonne maîtrise des normes techniques de
production, de récolte, de transport et de conditionnement des produits.

2. Gestion de marchés
- La disponibilité de l’ARM qui a une mission de suivi de l’évolution des marchés et
d’animation des cadres de concertation interprofessionnelles regroupant les différents
acteurs des filières carotte, oignon et pomme de terre.
- L’existence de SIM pouvant fournir des informations à temps réel sur les marchés.
- La disponibilité des services techniques comme la DCI, la DH, la DPV pour le suivi des
décisions en matière de régulation des marchés.
- L’existence de politiques de régulation des marchés nationaux par l’application de gel des
importations sur une période de l’année concernant les marchés des filières ciblées.

3. Pilotage des interprofessions


- L’existence d’organisations interprofessionnelles pour les différentes filières ciblées (carotte,
pomme de terre et oignon).
- Disponibilité de l’ARM pour l’animation des cardes de concertation interprofessionnelles
entre les acteurs des filières.
- L’existence de services techniques pour l’encadrement dans la gestion des actions de
régulation notamment, la gestion de l’offre, la gestion des marchés et le pilotage des activités,

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 98


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

5.4 Les interventions stratégiques et recommandations

5.4.1 Les interventions stratégiques sur la régulation des marchés


Les interventions stratégiques sur la régulation des marchés se traduisent par les actions suivantes :

1. L’approvisionnement régulier du marché en semences de qualité et une planification de la


production dans le temps et dans l’espace.
2. Renforcement des infrastructures de conservation ou de stockage par la construction de
chambres froides pour la pomme de terre et la carotte et de magasins pour l’oignon pour
permettre une longue conservation des produits.
3. Renforcement de capacité des producteurs sur les techniques post-récoltes, de transport et
de conditionnement des produits.
4. Renforcement des initiatives de vente groupée de produits et coordination de la mise en
marché des produits au sein des organisations professionnelles des filières ciblées.
5. Renforcement des services techniques pour la gestion des statistiques sur l’offre des produits.
Il s’agit de la création d’un dispositif de collecte, analyse et diffusion des informations
économiques et techniques au sein des filières. Pour la zone des iayes, le PADEN appuie la
DH pour mettre en place un système fiable de gestion des statistiques horticoles.
6. Création d’un comité de suivi et de veille sur les mesures ou décisions prises durant les
concertations interprofessionnelles.
7. Application d’un système de régulation par quota de produit importé un à deux mois avant
les périodes de gel des importations.
8. Renforcement de capacités des organisations interprofessionnelles dans la gestion des actions
de régulation, notamment la gestion de l’offre, gestion des marchés et le pilotage.

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 99


Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

5.4.2 Les recommandations pour la régulation

1. Les éléments d’interventions pour les organisations interprofessionnelles


1. Renforcer les capacités des producteurs sur la planification de la production et des
techniques de récoltes, de transport et de conditionnement des produits.
2. Renforcer les initiatives de vente groupée et coordonner la mise en marché des produits au
sein des organisations professionnelles des filières ciblées.
3. Appliquer un système de régulation par quota de produit importé un à deux mois avant les
périodes de gel des importations.
4. Renforcer les capacités des responsables des organisations interprofessionnelles dans la
gestion des actions de régulation, notamment la gestion de l’offre, gestion des marchés et le
pilotage des organisations interprofessionnelles.
5. Créer un dispositif de collecte, analyse et diffusion des informations économiques et
techniques au sein des filières.

2. Les éléments d’interventions pour les pouvoirs publics


1. Appuyer l’approvisionnement régulier en semences de qualité au moment opportun pour les
filières horticoles ciblées.
2. Renforcer les disponibilités en matière d’infrastructures de conservation ou de stockage par
la construction de chambres froides pour la pomme de terre et la carotte et de magasins de
stockage pour l’oignon.

3. Créer un comité de suivi et de veille pour contrôler et vérifier les décisions prises durant les
concertations interprofessionnelles.
4. Appliquer le système de régulation par quota de produit importé d’un à deux mois avant les
périodes de gel des importations.

3. Les éléments d’interventions pour les structures d’appui et les partenaires techniques t
financiers
1. Appuyer les services techniques comme la DH dans la gestion des statistiques sur la
production. Il s’agit de la mise en place d’un dispositif de collecte, analyse et diffusion des
informations économiques et techniques au sein des filières.
2. Faciliter le renforcement de capacités des producteurs dans la planification de la production,
des techniques de récoltes, de transport et de conditionnement des produits.
3. Appuyer les initiatives en matière de vente groupé et de coordonner la mise en marché des
produits au sein des organisations professionnelles.
4. Appliquer un système de régulation par quota de produit importé un à deux mois avant les
périodes de gel des importations.
5. Renforcer les capacités des responsables des organisations interprofessionnelles dans la
gestion des actions de régulation, notamment la gestion de l’offre, gestion des marchés et le
pilotage des organisations interprofessionnelles.

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 100
Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

5.4.3 Planning de commercialisation et de régulation des marchés


L’analyse de la régulation des marchés montre que les acteurs des filières ont encore des difficultés
dans la maîtrise de l’offre locale et l’approvisionnement régulier des marchés en produits de qualités.
Ces éléments justifient la stratégie adoptée par les cadres de concertations des différentes filières
dans le cadre de la régulation des marchés. Cette stratégie s’appuie principalement sur un gel
périodique des importations de produits (oignon, carotte et pomme de terre) dans le territoire
national.
Les différentes actions de régulation et les périodes sont résumés dans le tableau n° 32 ci-dessous.
Tableau n° 32 : Planning de régulation des marchés

Produits Périodes Mesures Actions de régulation


Janvier-Février Régulation du marché Application de quotas
Septembre – Janvier Gel des importations Une suspension des DIPA
Oignon
Mars – Août Autorisation des importations Levée suspension des DIPA
Décembre Régulation du marché Application de quotas
Janvier-Avril Gel des importations Une suspension des DIPA
Carotte
Mai-Novembre Autorisation des importations Levée suspension des DIPA
Avril Régulation du marché Application de quotas
Pomme de
Mi Avril-Mai Gel des importations Une suspension des DIPA
terre
Juin – Mars Autorisation des importations Levée suspension des DIPA
Source nos enquête Mars 2014
Les actions de régulation ont cependant pour objectif de faciliter l’écoulement de la production
locale (carotte, oignon et pomme de terre) par rapport aux importations.
La commercialisation des produits : elle se fait au niveau national selon les périodes et les marchés
comme indiquée sur le planning ci-dessous (cf tableau n° 33).
Tableau n° 33 : Planning de commercialisation dans les marchés nationaux

Marchés nationaux
Produits Marchés
Périodes
Mars - Juillet Thiaroye- Dalifort
Oignon Mars - Juin Touba-Kaolack
Janvier - Avril Thiaroye- Dalifort-Rufisque
Carotte Janvier - Mars Touba-Kaolack
Pomme de terre Avril - Mai Thiaroye- Dalifort
Avril-Mai Touba-Kaolack
Source nos enquête Mars 2014
Les principaux débouchés sont les marchés de Thiaroye, Dalifort, Touba et Kaolack. Dans ces
marchés, la commercialisation est contrôlée en majorité par des coxeurs.
Les périodes de commercialisation sont Mars-Juillet pour l’oignon, Janvier-Avril pour la carotte et
Avril-mai pour la pomme de terre.
Le tableau n°34 montre que l’oignon sénégalais est exporté vers la sous région (Mauritanie, Mali), et
vers l’Europe (France et l’Espagne). L’exportation de la carotte se fait actuellement vers la
Mauritanie. La Gambie représente un marché potentiel pour la carotte Sénégalaise.

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 101
Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

Il n’existe cependant pas encore d’exportation de pomme de terre locale sur les marchés.
Les périodes d’exportation sont : pour l’oignon, Mars-Mai vers la Mauritanie et le Mali et janvier-
mars vers la France et l’Espagne pour l’oignon. Pour la carotte, les exportations peuvent se faire
durant la période de février-Avril vers les marchés mauritanien et la Gambie.
Tableau n° 34 : Planning d’exportation vers les marchés internationaux

Marchés extérieurs
Produits Pays
Périodes
Mars - Mai Mauritanie- Mali
Oignon Janvier-Mars France-Espagne
Carotte Février - Avril Mauritanie- Gambie
Pomme de terre Pas d’exportation
Source nos enquête Mars 2014
Les différents pays : la Mauritanie, la Gambie, le Mali, la France et l’Espagne offrent aux producteurs
sénégalais des potentialités d’écoulement de janvier-mai pour l’oignon et février-avril pour la carotte.
Le Sénégal importe de la carotte, la pomme de terre et l’oignon, pour couvrir ses besoins. Les
principaux fournisseurs du Sénégal sont : le Maroc, la France, la Belgique et les Pays Bas. Le tableau
n° 35 ci-dessous montre le planning d’importation des différents produits ciblés.
Tableau n° 35 : Planning d’importation au niveau des marchés internationaux

Marchés extérieurs
Produits Pays
Périodes
Septembre - Janvier Marocain
Oignon Pays Bas-France, Belgique
Septembre-Janvier
Mai - Décembre Marocain
Carotte France
Septembre - Janvier
Janvier-Mars et Juin- Décembre Marocain
Pomme de terre Janvier-Mars et Juin- Décembre Pays Bas-France et Belgique
Source nos enquête Mars 2014
Les périodes d’importation sont : Pour l’oignon, (Septembre-janvier) en provenance de la France et
l’Espagne. Pour la pomme de terre, les importations se font à partir de la France, les Pays-Bas et la
Belgique de (janvier-mars et juin-décembre). Pour la carotte, les importations se réalisent de Mai-
Janvier en provenance de la France ou du Maroc.
Le planning d’importation montre que le Sénégal fait encore recours aux importations pour combler
son déficit en carotte, oignon et pomme de terre.
C’est dire que les opportunités que les producteurs Sénégalais pourraient maître à profit pour
substituer ces importations d’origines européennes (la France, les Pays-Bas et la Belgique).
Pour saisir ces opportunités, des mesures d’accompagnement doivent être mises en œuvre dans le
cadre de la professionnalisation des OP pour améliorer la qualité des produits (conditionnement,
conditions de transport) du produit vers les marchés. Il faudra aussi procéder à l’amélioration du
matériel végétal des espèces ciblées, trouver un financement de la commercialisation et construire
des infrastructures de stockage de grandes capacités. Il est également important d’intégrer la
labellisation et l’achat groupé pour augmenter les capacités de négociation des producteurs.

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 102
Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

Les opportunités de transformation des produits ciblés sont aussi à prendre en compte dans
l’accompagnement et la professionnalisation des OP.
CONCLUSION SUR LA REGULATION DES MARCHES
L’analyse de la régulation des marchés présentés ici montrent que les cadres de concertation
interprofessionnels sont en développement au Sénégal. On constate l’existence de cadres de
concertations interprofessionnels pour les filières de l’oignon, la carotte et la pomme de terre.
Ce dynamisme concentre l’attention de nombreux acteurs, parmi lesquels les acteurs des filières eux-
mêmes (producteurs et importateurs), l’État à travers l’ARM.
Cependant, il convient de reconnaître que les fonctions assurées par les organisations
interprofessionnelles sont loin d’être satisfaisantes.
Les mesures sur les gels des importations obtenues à travers les concertations sont particulièrement
intéressantes pour les producteurs.
Ces résultats montrent que la dynamique interprofessionnelle est porteuse d’espoir pour améliorer
les revenus des ruraux. Il est donc important d’appuyer la professionnalisation des organisations
interprofessionnelles des filières ciblées afin de leur permettre de prendre en charge les différentes
fonctions de régulation et de commercialisation des produits vers les marchés nationaux et
internationaux.

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 103
Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

LISTE DES ANNEXES

Annexe n° 1 : Liste des personnes ressources rencontrés

PRENOM NOM ADRESSE STATUT


Issa Wade DCI Chef de service DIPA
Ousmane DIALLO ARM Chef Antenne ARM Dakar
Jean Paul DIOUF DCI Responsable filière oignon
Niassé NGOM ASEPEX Responsable Agroindustrie
Mamadou NDIAYE CSA Responsable SIM
Ibrahima BA SAED Chef de Secteur Lac de Guiers
Ousseynou NIANG UNACOIS Gestionnaire
Abdoulaye NDIAYE DPV Chef de service
Mody Gaye DPV Chef de service
Ibrahima SAGNA DPV Chef de Poste Rosso
Konaré DPV Chef de Poste Kaolack
Jean Pascal DPV Chef de Poste Diaobé
Diakhoupa DPV Chef de Poste Kidira
Diop DPV Chef de Poste Tamba
Mor HOULLE DPV Chef de Poste Aéroport
Arona BODIAN DPV Chef de Poste Port
Djibril FAYE Dakar Chef service Transit
Amadou NDIAYE Nouachot Mauritanie Responsable système info douanier
Ahmed BRAHIM Mauritanie Responsable statistique agricoles
Souhaïbou KA Marché de Potou Président UGPAS/APOQ
El Hadji DIOP Marché de Potou Responsable de Park
Moussa SOW Marché de Potou Secrétaire APOQ
Souleymane Diallo Marché Kolda Opérateur
Mamadou NDIAYE AUMN Thiès Coordonnateur

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 104
Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

Annexe n° 2 : Liste des partenaires commerçants pour la chaîne de valeurs de l’Oignon

PRENOM NOM ADRESSE STATUT TELEPHONE


Moussa NDAW Marché Thiaroye Coxeur PDT et Oignon 77 647 82 75
Moth NDAW Marché Thiaroye Coxeur PDT et Oignon 77 657 18 58
Pape NDIAYE Marché Thiaroye Coxeur PDT et Oignon 77 505 61 80
Abdou DIOP Marché Thiaroye Coxeur PDT et Oignon 77 928 25 57
Assane CISSE Marché Thiaroye Coxeur PDT et Oignon 77 974 70 40
Pape NDAW Marché Thiaroye Coxeur PDT et Oignon 76 691 17 41
Babacar MBAYE Marché Dalifort Coxeur PDT et Oignon non releve
Malick DIAGNE Marché Dalifort Coxeur PDT et Oignon 77 950 10 23
Gounda Guèye Marché de Potou Grossiste PDT oignon 77 694 42 77
Babacar Gaye Marché Zinc Kaolack Grossiste PDT oignon 77 534 94 41
Abdou hadre LO Marché Touba Grossiste PDT oignon 77 641 34 61
Djibi KANE Marché Touba Coxeur PDT et Oignon 77 641 70 80
Ndiouga Sène Marché Touba Coxeur PDT et Oignon 76 478 36 79
Maouda SOCK Diaobé Grossiste PDT oignon 70 721 57 58

Annexe n° 3 : Liste des partenaires commerçants pour la chaîne de valeurs de la Carotte

PRENOM NOM ADRESSE STATUT TELEPHONE


Moussa Ka Marché Thiaroye Coxeur carotte non releve
Ablaye BOYE Marché de Potou Coxeur carotte non releve
Galo BA Marché de Potou Coxeur carotte non releve
Mayare DIOP Marché de Potou Coxeur carotte non releve
Sérigne Mbacké Diamniadio/Rufisque Producteur carotte 77 630 67 17
Lamine Cissé Diamniadio/Rufisque Responsable de Park 76 337 04 09
Abdoulaye Diallo Diamniadio/Rufisque Producteur carotte 77 985 89 75
Alioune BALDE Diamniadio/Rufisque Producteur carotte 70 797 66 01
Modou Diouf Fass Boye Vice présid APMFB 77 652 28 86
Malick Thioune Fass Boye Commissionnaire 77 331 53 16
Gorom Ndiaye Fass Boye Commissionnaire 77 433 50 48
Ismaïla Diahaté Mauritanie SOCIM Importateur 00 222 22 12 41 42
Abdou Mawloud Mauritanie SOCIM Importateur 00222 22 06 59 13
Abdou SY Mauritanie SOCIM Importateur non releve
Ahmed Diahaté Mauritanie SOCIM Importateur non releve
Cheikh Sougou Mauritanie SOCIM Importateur non releve
Hamadi Mauritanie SOCIM Importateur non releve
Ahmed Mahou Mauritanie SOCIM Importateur non releve
Mahfous Mauritanie SOCIM Importateur non releve
Fallou Fall Marché Touba Coxeur carotte 76 340 87 07

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 105
Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

Annexe n° 4 : Liste des partenaires commerçants pour la chaîne de valeurs de la Pomme de terre

PRENOM NOM ADRESSE STATUT TELEPHONE


Moussa NDAW Marché Thiaroye Coxeur PDT et Oignon 77 647 82 75
Moth NDAW Marché Thiaroye Coxeur PDT et Oignon 77 657 18 58
Pape NDIAYE Marché Thiaroye Coxeur PDT et Oignon 77 505 61 80
Abdou DIOP Marché Thiaroye Coxeur PDT et Oignon 77 928 25 57
Assane CISSE Marché Thiaroye Coxeur PDT et Oignon 77 974 70 40
Pape NDAW Marché Thiaroye Coxeur PDT et Oignon 76 691 17 41
Babacar MBAYE Marché Dalifort Coxeur PDT et Oignon non releve
Malick DIAGNE Marché Dalifort Coxeur PDT et Oignon 77 950 10 23
Gounda Guèye Marché de Potou Grossiste PDT oignon 77 694 42 77
Babacar Gaye Marché Zinc Kaolack Grossiste PDT oignon 77 534 94 41
Abdou hadre LO Marché Touba Grossiste PDT oignon 77 641 34 61
Djibi KANE Marché Touba Coxeur PDT et Oignon 77 641 70 80
Ndiouga Sène Marché Touba Coxeur PDT et Oignon 76 478 36 79
Maouda SOCK Diaobé Grossiste PDT oignon 70 721 57 58
Souleymane Diallo Kolda Opérateurs économique

Annexe n° 5 : Liste des importateurs rencontrés

PRENOM NOM ADRESSE STATUT TELEPHONE


Assane MARONE Marché Dalifort Importateur 77 541 12 12
Madiagne GUEYE Marché Dalifort Importateur 77 642 80 83
Sémou DIOUF Marché Dalifort Importateur 77 244 70 74
Lamine FALL Marché Dalifort Importateur 33 835 90 42
Souhaïbou Diaw Mboro Exportateur d'oignon blanc 77 362 33 41
Babacar GUENE Marché Zinc Kaolack Importateur 33 945 10 21
Abdoulaye WADE Marché Zinc Kaolack Importateur 77 555 18 62
Moustapha DIA Sérékouda Gambie Importateur PDT oignon 00220 759 95 65
Mboussobé CISSE Banjul Gambie Importateur 00220 756 05 95
Youssouh Tirera Banjul Gambie Opérateur potentiel carotte 00 220 22 921 54

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 106
Etude sur les opportunités de commercialisation de l’oignon de la carotte et de la pomme de terre dans Version
les marchés nationaux et sous régionaux définitive

Annexe n° 6 : Présentation des marchés de l’oignon

Régions Marché de collecte Tour de marché Jour de Marché


Fanaye Hebdomadaire Mercredi
Thillé Boubacar Hebdomadaire Jeudi
Saint Louis
Boubé Permanent Permanent
Louga Potou Hebdomadaire Mardi
Thiès Notto Permanent Permanent
Mboro Permanent Permanent

Regions Marché de gros Sources d’approvisionnement


Dakar Thiaroye Potou, Notto, Diogo, Podor, Mbane, etc.…
Dalifort Potou, Loumpoul, Rao, Gandiol, Thillé, etc.…
Diourbel Touba Potou, Loumpoul, Gandiol, Thillé, Boubé, etc.…
Kaolack Marché Zinc Potou, Diogo, Thillé, etc.…
Kolda Diaobé Potou,

Annexe n° 7 : Présentation des marchés de la Carotte

Régions Marchés Sources d’approvisionnement


Dakar Thiaroye Potou, Diogo, Lompoul, Fass Boye, Notto, Mboro
Dalifort Rufisque, Diamniadio,
Diourbel Touba Diogo Lompoul, Fass Boye
Kaolack Marché Zinc Diogo Lompoul, Fass Boye
Thiès Marché centrale Diogo Lompoul, Fass Boye

Annexe n° 8 : Présentation des marchés de la Pomme de terre

Régions Marchés Sources d’approvisionnement


Dakar Thiaroye Diogo, Potou, Mbane, Lompoul, Mboro, Kayar
Dalifort Diogo Lompoul, Mboro, Kayar
Diourbel Touba Diogo, Potou, Mbane
Kaolack Marché Zinc Diogo, Potou, Mbane,

Maguette SECK Consultant en Gestion de filières, Organisation et Commercialisation : 77 519 04 62 Page 107

Vous aimerez peut-être aussi