Vous êtes sur la page 1sur 58

Plan de prévention santé

sécurité par l’activité


physique du SDIS 80
Marc DECATOIRE

EAP 3 2015-1
1
Sommaire
I. Table des abréviations .......................................................................................................................................................3
II. Remerciements .........................................................................................................................................................................4
III. Introduction ................................................................................................................................................................................5
IV. Analyse de la commande du dossier environnemental ..........................................................................6
V. Diagnostic de l’environnement des activités physiques du SDIS 80 ............................................7
A- Présentation du département de la Somme ............................................................................................7
B- Présentation du SDIS 80...........................................................................................................................................8
C- Accidentalité SDIS 80 ............................................................................................................................................... 11
D- Organisation de la filière EAP du SDIS 80 .............................................................................................. 14
E- Diagnostic synthétique de l’environnement des activités physiques du SDIS 80 . 19
VI. Proposition d’un plan de prévention santé-sécurité par l’activité physique..................... 21
A- Qui ? ........................................................................................................................................................................................ 21
B- Quoi ? ..................................................................................................................................................................................... 23
C- Quand ? ................................................................................................................................................................................ 23
D- Où ? ......................................................................................................................................................................................... 25
E- Combien ? .......................................................................................................................................................................... 25
F- Comment ? ........................................................................................................................................................................ 26
G- Pourquoi ? ......................................................................................................................................................................... 28
VII. Proposition d’optimisation de l’organisation............................................................................................... 29
A- Axe 1 ...................................................................................................................................................................................... 30
B- Axe 2 ...................................................................................................................................................................................... 31
C- Axe 3 ...................................................................................................................................................................................... 32
D- Axe 4 ...................................................................................................................................................................................... 33
E- Précisions sur l’axe 2................................................................................................................................................ 34
F- Précisions sur l’axe 4................................................................................................................................................ 35
VIII. Expression des besoins du dossier d’étude environnemental ....................................................... 36
IX. Conclusion ................................................................................................................................................................................. 37
X. Bibliographie ........................................................................................................................................................................... 38
XI. Résumé ......................................................................................................................................................................................... 40
XII. Annexes ........................................................................................................................................................................................ 41
Annexe 1 : organigramme du SDIS 80 ................................................................................................................ 42
Annexe 2 : organigramme de la filière EAP du SDIS 80 ....................................................................... 43
Annexe 3 : note de service sur le maintien des acquis sportifs ..................................................... 44
Annexe 4 : budget investissement activités physiques 2015 ......................................................... 46
Annexe 5 : budget fonctionnement activités physiques 2015 ....................................................... 47
Annexe 6 : memento filières énergétiques : support EAP 1 ............................................................ 48
Annexe 7 : guide de gestion de la condition physique ......................................................................... 49
Annexe 8 : les accidents du travail liés aux activités physiques du SDIS 80 ..................... 52
Annexe 9 : plan de formation pluriannuel EAP .......................................................................................... 57

2
I. Table des abréviations

 APS : Activités physiques et sportives

 CHSCT : Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail

 CNFPT : Centre national de la fonction publique territoriale

 CNRACL : Caisse nationale de retraites des agents des collectivités locales

 CTD : Conseiller technique départemental

 CS : Centre de secours

 CSP : Centre de secours principal

 CPI : Centre de première intervention

 DDSIS : Directeur départemental des services d’incendie et de secours

 DEEGAP : Dossier d’étude environnemental de gestion des activités physiques

 EAP : Encadrement des activités physiques

 EAP 1 : Opérateur des activités physiques

 EAP 2 : Educateur des activités physiques

 EAP 3 : Conseiller des activités physiques

 ENSOSP : Ecole nationale supérieure des officier de sapeurs-pompiers

 FI : Formation initiale

 FMPA : Formation de maintien et de perfectionnement des acquis

 ICP : Indicateurs de la condition physique

 MC 1, 2 et 3 : Modules complémentaires 1, 2 et 3 (parcours de formation EAP)

 PRAP : Prévention des risques liés à l’activité physique

 RETEX : Retour d’expérience

 SDIS : Service départemental d’incendie et de secours

 SPP : Sapeur-pompier professionnel

 SPV : Sapeur-pompier volontaire

 UDSP : Union départementale des sapeurs-pompiers

3
II. Remerciements

La construction du présent dossier s’appuie sur le travail des différents partenaires de la


filière encadrement des activités physiques. Cet investissement s’inscrit dans un projet
commun de prévention santé sécurité pour le personnel du SDIS. Le recueil de données ainsi
que le tracé des axes du futur plan de prévention sont issus des échanges et contributions de
chaque membre.

Je tiens donc à remercier toutes les personnes qui ont contribué à ce travail :

- Lieutenant Franck DOREMUS – Conseiller Technique Départemental des activités


physiques du SDIS 80

- Les référents activités physiques des trois groupements territoriaux : Sergent-chef


Cyril PRIEZ, Adjudant Olivier GORET, Adjudant Roméo BINET

- Commandant William CHATET– Chef du Service Hygiène et Sécurité du SDIS 80

- Infirmière Jennifer RUIS – Infirmière du Service Santé du SDIS 80

- Commandant Yvan BELLET – Chef du Service Formation du SDIS 80

- Lieutenant-Colonel Claudia STONCZEWSKI – Chef du Groupement Formation

- L’ensemble des formateurs et des intervenants de l ‘ENSOSP 


4
III.Introduction

Les activités physiques constituent une composante à part entière du métier de sapeur-
pompier. Inscrit au programme de chaque garde depuis de nombreuses années, l’organisation
des activités physiques a néanmoins subi de grands changements dernièrement.

La réforme de la filière Encadrement des Activités Physiques (EAP) a fortement modifié


les volumes de formation de l’encadrement et a repositionné les objectifs majeurs. L’activité
physique ne doit plus blesser, elle doit être un bénéfice professionnel et personnel durable pour
permettre au sapeur-pompier de mener à bien ses missions. L’hygiène de vie et le « capital
santé » inscrits dans les textes et ouvrages de référence de la filière EAP, doivent maintenant
prendre un sens concret dans l’organisation des SDIS.

Le SDIS 80 doit s’adapter au contexte social (allongement des carrières), financier (coût
des accidents de travail et des maladies professionnelles) et réglementaire (réformes). Les
nouveaux enjeux de la filière EAP recouvrent ces trois dimensions. Le défi de modernisation de
la gestion de l’activité physique est de s’adapter au contexte actuel et de proposer une réponse
aux problématiques du SDIS.

5
IV. Analyse de la commande du dossier environnemental

Le souhait du Directeur Départemental du Service d’Incendie et de Secours de la Somme


est de repositionner l’activité physique en tant qu’outil de gestion de la condition physique de
nos sapeurs-pompiers, tout en limitant l’accidentologie qui lui est liée.

L’analyse de cette commande et le diagnostic de l’environnement des activités physiques


du SDIS permettent d’identifier les besoins majeurs :

La structuration de l’activité physique dans le SDIS 80


et
son inscription dans une démarche santé/sécurité.

Le dossier d’étude déclinera un plan de prévention permettant de traiter les


problématiques suivantes :

 Problématique financière : la réduction de l’accidentalité lors des séances d’activités


physiques

Dans un contexte budgétaire difficile et teinté de restrictions, le SDIS de la Somme subit


une accidentalité importante et continue lors des séances d’activités physiques.

 Repenser l’activité physique comme levier régulateur de la gestion de la condition


physique des sapeurs-pompiers

Le SDIS 80 a mis en œuvre la réalisation annuelle des indicateurs de la condition


physique afin d’assurer le suivi de la condition physique des sapeurs-pompiers. Malgré la
participation de la quasi-totalité du personnel du service, l'exploitation qui en est faite n'est pas
encore complète. L'amélioration des échanges et l’optimisation du travail inter-service doivent
permettre une meilleure utilisation de ces indicateurs, afin d'en faire un réel outil de gestion de
la condition physique des sapeurs-pompiers du SDIS 80.

6
V. Diagnostic de l’environnement des activités physiques du SDIS

A. Présentation du département de la Somme

1. Généralité

Le département de la Somme est situé dans la région Nord-Pas-de-Calais Picardie, son


nom provient du principal fleuve à traverser son territoire. Celui-ci parcourt le département
d’est en ouest sur 117 kilomètres, et se jette dans la manche au niveau de son estuaire, la baie
de somme.

2. Particularités

Le département, dont le chef-lieu est la ville d’Amiens, est marqué par un patrimoine
historique riche (Cathédrale d’Amiens, sites mémoriaux de la grande guerre, etc.), par un
tourisme côtier organisé autour de la baie de Somme. Le département bénéficie également de
7 stations balnéaires qui se dessinent sur 72 kilomètre de littoral.

La population de la somme est de 583 388 habitants dont environ 180 000 sont situés
dans l’agglomération amiénoise. La majeure partie du département est rurale avec une
superficie agricole importante.

Le département fait partie du bassin parisien avec une ouverture sur la manche. De ce
fait, le climat du département est tempéré soumis aux flux d’ouest de la façade maritime. Il se
caractérise donc par une pluviométrie importante et des températures clémentes en hiver.

7
B. Présentation du SDIS 80

1. Généralité

Le SDIS de la somme est un établissement public autonome dirigé par le Colonel Marc
DEHEDIN. Il est placé sous la double autorité du Préfet, Monsieur Philippe DE MESTER et du
Président du Conseil d’Administration, Monsieur Stéphane HAUSSOULIER.

Le SDIS de la Somme est un SDIS de 2ème catégorie, en voici quelques repères :

- 36 627 interventions en 2014 dont 3 015 incendies, 2 491 accidents de la voie publique,
28 554 secours à personnes dont 3 091 carences d’ambulances privées, 2 503
opérations diverses et 64 interventions destinées à traiter les risques technologiques
- un budget de 12 millions d’euros d’investissement et 48 millions de Fonctionnement
- 437 Sapeurs-Pompiers Professionnels, 2 091 Sapeurs-Pompiers Volontaires et 113
Personnels Administratifs Techniques et Spécialisés

Le Directeur Départemental est secondé par le Directeur Départemental Adjoint par


intérim, Chef de l’Etat-Major Fonctionnel, le Lieutenant-Colonel Olivier PEYCRU. Le Chef de
l’Etat-Major Opérationnel est le Lieutenant-Colonel Emmanuel GUIZIOU.

8
2. Organisation fonctionnelle

3. Organisation territoriale

Chef de l’état-
major
opérationnel
Lcl GUIZIOU

Chef du Chef du Chef du


Groupement Groupement Groupement
Ouest Centre Est
Lcl DAJCIC Cdt TABARY Lcl CHARUAU

9
4. Nombre de centres de secours et découpage

Le SDIS 80 est composé de 60 centres de secours dont la répartition selon le type de centre est
la suivante :

Effectif
Type de centre Fonctionnement Quantité
journalier

Centre de secours
Variable Garde postée 5
principal

13 Mixte 17
Centre de secours
7 Astreinte 17

Centre de
première 4 Astreinte 21
intervention

10
5. Régime de travail

Les sapeurs-pompiers professionnels en CSP fonctionnent sur un rythme de 24 heures


de travail suivi de 72 heures de repos. Ils bénéficient en plus de 10 séquences de 12 heures
réparties sur l’année, souvient utiliser pour les temps de formation.

Les sapeurs-pompiers en CS mixtes travaillent sur un rythme de gardes de 12 heures,


prévues en journée et en semaine.

Les sapeurs-pompiers volontaires affectés en CSP peuvent être de garde ou d’astreinte.


Les SPV en CS non mixtes sont uniquement d’astreinte. Ces derniers bénéficient de 40 heures
de formations, dites FMPA de tronc commun, réparties sur l’année.

6. Les spécialités

Le SDIS 80 est composé de plusieurs équipes de spécialistes :

 COD : Conduite
 CYN : Equipes cynotechniques
 IMP : Interventions en milieu périlleux
 RCH : Risques chimiques
 RAD : Risques radiologiques (équipes de reconnaissance uniquement)
 SAL : Scaphandriers autonomes libres
 SAV : Sauvetages aquatiques
 SDE : Sauvetage / Déblaiement

Les spécialités aquatiques, et plus précisément les SAV (sauvetage aquatique)


bénéficient d’une activité opérationnelle plus importante que les autres spécialités, en réponse
au risque côtier et aux phénomènes de marée observés dans la baie de Somme.

C. Accidentalité SDIS 80

1. Les accidents en chiffres

Le travail mené par le CHSCT, le Service Santé et le Groupement Ressources Humaines a


permis une diminution significative de l’accidentalité des sapeurs-pompiers du SDIS 80.

Avec un taux de sinistralité de 4,6 %, en 2013, la Picardie se situe légèrement en dessous


de la moyenne nationale 5,3 % (données issues de la base nationale de données).

Au SDIS 80, depuis 2013 la tendance est à la baisse pour les SPV et les SPP. Néanmoins,
il est à noter une légère hausse en 2014 pour les SPP (+ 2,9%), cette augmentation a touché
particulièrement l’Est et le Centre du département. En revanche, l’accidentologie des PATS
depuis 2013 est constante.

11
Origine des accidents en 2015
(en nombre d'arrêts)

Tajet mission Casernement


4% 18%
Site mission
Trajet Domicile / 31%
Travail
6%

Manœuvre
9% APS
32%

REPARTITION PAR GROUPEMENT


SPP
TERRITORIAL
Avec Nbre de jours Nbre de Arrêts ETAT
Année Nbre EST OUEST CENTRE
Arrêt d'arrêts Rechute Rechute MAJOR
2013 104 63 2258 1 0 24 20 52 8
2014 107 50 1377 2 164 32 15 61 3
2015 77 38 928 2 0 12 16 42 5
REPARTITION PAR GROUPEMENT
SPV
TERRITORIAL
2013 66 33 1011 1 216 20 21 24 1
2014 61 29 458 0 0 21 15 25 0
2015 53 27 697 0 0 23 10 20 0

PATS REPARTITION PAR FILIERE


Avec Nbre de jours Nbre de Arrêts
Année Nbre Technique Administrative
Arrêt d'arrêts Rechute Rechute
2013 8 1 4 1 116 4 4
2014 7 2 17 2 429 4 3
2015 8 3 34 0 0 5 3

12
50
45
40
35
30
25 SPV
20 SPP
15
10
5
0
Site mission APS Manœuvre Trajet Tajet mission Casernement
Domicile /
Travail

2. Qu’en est-il des activités physiques et sportives ?

Parmi les 77 évènements déclarés chez les SPP, 54 accidents se sont produits hors
intervention dont 38 sont directement liés à l’activité physique et sportive.

En termes d’absentéisme, les activités physiques et sportives ont généré plus d’arrêts de
travail que les 23 accidents enregistrés « en mission ».

Enfin, il est à noter que ces accidents ont pour conséquence le plus souvent, des lésions
traumatiques des membres inférieurs (38,1% des accidents) alors que ces blessures ne
représentent que 13,2% lors des interventions.

Bien que les accidents aient significativement baissé de 2013 à 2015 (-35,06%) pour les
SPP, l’activité physique et sportive reste la plus accidentogène.

13
D. Organisation de la filière EAP du SDIS 80

1. Organisation générale

Organigramme de la filière EAP du SDIS 80

DDSIS

Col Marc DEHEDIN

Chef du
Groupement
formation
Lcl Claudia STONCZEWSKI

Chef du service
formation
Cdt Yvan BELLET

Chef du bureau Conseiller


des APS et des technique
spécialités départemental
Ltn Marc DECATOIRE Ltn Franck DOREMUS

Référent APS du Référent APS du Référent APS du


groupement ouest groupement centre groupement est
Sch Cyril PRIEZ Adj Olivier GORET Adj Roméo BINET

Le Chef du Service Formation et le Chef du Bureau des APS sont en régime de travail
SHR, en service fonctionnel. Le suivi de l’organisation des manifestations sportives, de la mise
en œuvre des formations des EAP et de la gestion de la commande de matériel d’activités
physiques sont réalisés par le Service Formation.

Le CTD EAP et les référents groupement sont en régime de garde cyclique (24 heures de
travail suivi de 72 heures de repos). Ils bénéficient en plus de 10 séquences de 12 heures
réparties sur l’année, souvent utilisées pour les temps de formation, mais aussi dans le cadre
de leur engagement dans la filière EAP.

14
Chronologie évolutive de la filière EAP du SDIS 80

2006  2013
 2006 : Formation du 1er 2014  2015
EPS 3 du SDIS 80
 2015 : Réorganisation du 2015  2016
 2010 : Mise à jour du groupement formation avec
règlement formation/Sport intégration d’un emploi  2015 : Formation d’un 2éme
(manifestation sportives fonctionnel consacré en partie au EAP 3 affecté au groupement
départementales et extra- activités physiques formation
départementales)
 Fin 2015 : Constitution d’un  Janvier 2016 : groupe de
 Mars 2013 : Note de service groupe de travail portant sur la travail sur la création d’un
départementale portant sur la réduction des accidents lors des règlement des activités physiques
mise en oeuvre des ICP séances d’activité physique du SDIS 80 animé par le
groupement formation et le
service hygiène et sécurité
 Intégration des grandes
orientations du DEEGAP

Les effectifs de la filière EAP

Niveau Effectif
EAP 1 28
EAP 2 28
EAP 3 1

La répartition actuelle des membres de la filière EAP ne permet pas un maillage


territorial complet. Ce constat est le tribut de l’ancien mode de fonctionnement de la filière qui
permettait aux SPV de n’accéder que partiellement à la filière grâce au stage d’animateur sportif
(3 jours) dans le SDIS 80. Les stages EPS étaient réservés aux effectifs SPP.

15
Répartition des EAP par groupement

Répartition des EAP selon le type de centre

Affectation Niveau Effectif


Centre de secours (34) EAP 1 4
EAP 2 1
EAP 3 0
Centre de secours EAP 1 21
principal (5) EAP 2 23
EAP 3 1
Service fonctionnel EAP 1 3
EAP 2 4
EAP 3 0

16
2. Evaluation de la condition physique des sapeurs-pompiers

Un groupe de travail composé de membres du groupement formation, du SSSM, du CTD


et de membres de la filière EAP, a travaillé sur l’organisation du suivi de la condition physique
des sapeurs-pompiers dans le SDIS 80. Ce travail commencé en 2012 a permis d’aboutir à la
parution d’une note de service départementale.

Depuis mars 2013, les sapeurs-pompiers de la Somme réalisent les épreuves du


maintien des acquis sportifs. L’organisation se fait sur des séquences de 4 heures qui
comprennent l’accueil, l’échauffement, la réalisation des épreuves et les temps de pauses
nécessaires.

D’un point de vue sémantique, « maintien des acquis » est lié au fait
qu’administrativement ces séquences de 4 heures s’intègrent dans les 40 heures annuelles de
formation de maintien et de perfectionnement des acquis de tronc commun, prévus pour les
SPV du département (FMPA TC). En ce qui concerne l’appellation « sportif » de ce maintien des
acquis, elle est simplement due à l’antériorité de cette note par rapport à la réforme de la filière
EAP.

Chaque année les référents EAP des trois groupements territoriaux sont chargés de
contacter les chefs de centres de leur groupement pour prévoir ces sessions de 4 heures. Ils
mettent à disposition, si le centre n’en possède pas, du personnel de la filière EAP et du matériel
aux dates souhaitées.

Les épreuves du maintien des acquis sportif comprennent :

- Test Luc Leger


- Pompes
- Killy
- Gainage
- Souplesse

Une fois les tests effectués, les référents EAP des groupements territoriaux compilent les
fiches de relevés et les transmettent directement au SSSM. Les épreuves du maintien des acquis
sportifs favorisent une gestion autonome du potentiel physique et complètent l’aptitude
médicale lors de la visite périodique.

3. Les manifestations sportives du SDIS 80

Le SDIS 80, en partenariat avec l’UDSP 80, organise deux manifestations sportives
départementales :

- le cross départemental : prévu courant novembre et organisé par un centre de


secours d’un groupement territorial différent chaque année
- le challenge de la qualité départemental : prévu courant avril et organisé par le
groupement formation sur la commune d’Amiens (point central du département)

17
Le personnel du SDIS 80 prend part à des événements sportifs extra départementaux.
Les déplacements sont organisés et encadrés par le groupement formation :

- le cross national
- la finale régionale du challenge de la qualité
- la finale nationale (FINAT) du challenge de la qualité

Ponctuellement, les sapeurs-pompiers du SDIS 80 participent aux manifestations


sportives nationales organisées par la FNSPF. Une participation complémentaire du SDIS 80
et de l’UDSP 80, facilite l’engagement des sapeurs-pompiers sur ces manifestations.

4. Organisation de la formation des EAP

Formation initiale

L’antenne Picardie du CNFPT propose des formations EAP 1 et EAP 2 aux 3 SDIS de la
région : L’Oise (60), l’Aisne (02) et la Somme (80). Depuis l’arrêté du 6 décembre 2013, la
formation des EAP dispensées par le CNFPT Picardie s’articulent autour d’un modèle triennal :

2017
MC1,
MC2,
MC3

2016 2018
2 stages 1 stage
EAP 1 EAP 2

Les formations organisées par le SDIS 80 complètent les stages organisés par le CNFPT.
Un dossier de demande d’agreement pour la formation EAP 1 a été transmis à la DGSCGC
courtant 2015. Le SDIS 80 proposera de manière autonome un stage EAP 1en 2016. Ce stage
s’ajoutera à celui du CNFPT afin de répondre à un double objectif :
- Former d’avantage d’EAP 1 pour un meilleur maillage territorial
- Donner accès aux SPV à la formation EAP 1

Formation de maintien et de perfectionnement des acquis

Le SDIS 80 organise une FMPA annuelle d’une journée pour tous les EAP du SDIS. Selon
le thème des FMPA elles peuvent être communes aux EAP 1 et 2, ou bien distinctes. Ces journées
répondent aux objectifs suivants :

18
- Mise à jour réglementaire /actualités départementales et nationales de la filière
- Rappels théoriques sur les notions fondamentales
- RETEX et partage de connaissance
- Présentation du nouveau matériel (acquisition départementale) et carrefour des
techniques
- Organisation de séances selon le thème de la FMPA

Développement en parallèle de la démarche PRAP

Le SDIS 80 rentre progressivement dans la démarche PRAP depuis 2012. Environ 50


SPP, SPV et PATS ont suivi la formation d’acteur PRAP. Initialement tributaire d’un marché
formation, le SDIS 80 a formé un formateur PRAP en 2014, et formera un second formateur en
2016. Ainsi le SDIS 80 possède des formateurs PRAP issus de la filière EAP, en voici les
avantages :
- Rendre le SDIS autonome dans la conduite du cursus de formation des EAP
- Inscrire les membres de la filière EAP dans une démarche de prévention globale
- Ancrer la démarche PRAP dans le SDIS 80 par l’action de formateurs internes au SDIS

E. Diagnostic synthétique de l’environnement des activités physiques du SDIS 80

Le tableau suivant est une photographie de l’activité physique dans le SDIS 80, prise
début 2016 :

19
Points forts Vulnérabilités :

 Système de gestion du matériel  Accidentalité importante / ciblée


d’activité physique sur certaines activités

 Emulation autour des  Pas de programmation


manifestations sportives départementale des activités
départementales (participation physiques / existe seulement en
importante, 600 SP au cross centre de secours
départemental)
 Maillage territorial des EAP
 Volume de formation optimisé incomplet
depuis la réforme de la filière EAP
 Habillement (chaussures  Manque d’implication de certains
intérieures et extérieures prévues chefs de garde et de certains chefs
dans le lot habillement des SPP) de centre dans les séances d’AP

 Note de service depuis 2013 sur le Maintien des Acquis Sportifs :


maintien des acquis sportifs (ICP)  L’appellation « sportive » n’est plus
en adéquation avec la filière EAP
 Confidentialité des relevés,
exclusivement consultables par les
médecins du SSSM
 Manque d’implication de certains
chefs de centre dans la mise en
œuvre des ICP
 Baisse de motivation des sapeurs-
pompiers à la participation aux
épreuves du maintien des acquis
sportifs (statistiques à l’appui)

Sphère réglementaire présente


• Implication du SDIS dans l'organisation des manifestations sportives
• Encadrement des activités physiques par les EAP
• Evaluation de la condition physique cadrée depuis 2013

Sphère préventive à construire


• Axe organisationnel et managérial
• Axe prévention des risques de l’activité physique
• Axe prévention santé par l’activité physique

Le SDIS 80 a atteint le seuil règlementaire imposé par les textes qui encadrent la filière
EAP, mais n’a pas encore défini de politique de prévention liée aux activités physiques.
20
VI. Proposition d’un plan de prévention santé-sécurité par l’activité
physique

Le dossier d’étude a pour vocation de répondre aux différentes vulnérabilités détaillées


précédemment, en posant les jalons d’un plan de prévention santé sécurité adapté aux
spécificités du SDIS 80.

Pour justifier ce choix, une méthode de questionnement empirique est développée plus
loin. Toute démarche d’analyse implique une phase préalable de questionnement systématique
et exhaustif. Faire le tour d’une question conduit à se poser et à répondre à une foule de
question, en voici la liste :

Qui ?
Quoi ?
Quand ?
Où ?
Comment ?
Combien ?
Pourquoi ?

A. « Qui ? » Qui est impliqué dans la démarche ?

La transversalité, ou pluridisciplinarité, est un critère de réussite dans la démarche


projet. Bien que le plan de prévention se centre sur la gestion de l’activité physique dans le SDIS,
ce projet ne peut reposer uniquement sur les épaules des membres de la filière EAP.

Dans le SDIS 80, les premières initiatives en matière de prévention des activités
physiques proviennent du Service Hygiène et Sécurité :

- En 2012, un stagiaire étudiant effectue un mémoire sur la prévention des risques liés
aux activités physiques et sportives
- La rédaction du document unique a permis d’identifier et d’évaluer les risques
rencontrés lors des séances d’activités physiques
- En 2015, le Service Hygiène et Sécurité est une nouvelle fois à l’initiative de
recherches sur le sujet de la prévention des accidents liés à l’activité physique à
travers la constitution d’un groupe de travail.

1. Les partenaires engagés dans la démarche productive du plan de prévention

Le Service Hygiène et Sécurité est l’entité qui a positionné en premier la prévention au


cœur du débat. Les membres de la filière EAP et le SSSM appartenant au réseau de prévention
du SDIS (assistants de prévention, etc.) se sont joint à cette réflexion pour trouver un consensus
dans le projet de création d’un plan de prévention.

21
Aujourd’hui, les partenaires sont clairement identifiés. Ils ont été mobilisés
dernièrement en groupe de travail.

Entité Fonction Rôle dans la structure


Filière EAP Conseiller Technique Gestion de la politique
Départemental départementale de l’activité physique
Référent AP de groupement
Service Chef du Service Hygiène et Sécurité Examiner toutes les questions
Hygiène et relatives à la santé, à la sécurité et au
Sécurité bien-être des fonctionnaires au travail
SSSM Médecin-chef, Parmi les missions du SSSM on
ISP correspondant activités retrouve :
physiques - La surveillance de la condition
physique des sapeurs-pompiers
- L’exercice de la médecine
professionnelle et d’aptitude des
sapeurs-pompiers
Groupement Chef du bureau des APS et des Mise en œuvre des formations de
Formation formations de spécialités spécialité et suivi de la filière EAP
Groupement Chef du service personnel Suivi des dossiers AT /MP
Ressources
Humaines

Les différents partenaires ont été sollicités pour contribuer à la création de ce dossier
d’étude dans le cadre d’un recueil de propositions et d’un recueil de données. Ils participeront
aux échanges lors de prochaines étapes de production du plan de prévention, dans le courant
de l’année 2016.

2. Les partenaires du dispositif de communication

En dehors des partenaires liés de par leur implication directe dans le projet de plan de
prévention, il est fondamental de ne pas occulter les partenaires qui participeront au dispositif
de communication, et qui favoriseront son intégration dans la vie du SDIS :

- le service informatique : diffusion d’information, partage de données


- le service communication : création d’affiches, exploitation des nouveaux supports
de communication (web, réseaux sociaux, etc.)
- les chefs de groupements territoriaux : relayer les messages forts du plan de
prévention aux chefs de centre.
- réseau des assistants de prévention / référents prévention des centres de secours
(Acteurs PRAP) : avec les membres de la filière EAP, ils accompagneront la mise en
place du plan de prévention et de ses orientations au sein des différents centres de
secours du SDIS

22
B. « Quoi ? » La mise en œuvre d’un plan de prévention santé sécurité par
l’activité physique, un projet en cours dans le SDIS 80

Planifier la sécurité : une commande du DDSIS renforcée par les textes de la filière

L’arrêté du 6 décembre 2013 positionne l’activité physique au centre d’un dispositif


préventif orienté sur la santé et la sécurité des sapeurs-pompiers. Ces dernières années,
plusieurs SDIS ont mis en œuvre un plan de prévention santé sécurité par l’activité physique.
Cette démarche doit maintenant s’appliquer au SDIS 80 pour répondre à un double objectif :

- Réduire l’accidentalité du SDIS 80 lors des séances d’activités physiques


- Positionner l’activité physique comme outil de prévention et de gestion de la
condition physique

La stratégie mise en œuvre dans le SDIS 80 repose sur les éléments énoncés dans le
présent mémoire. Les idées fortes qui vont être déclinées donneront les grandes orientations
du plan de prévention.

C. « Quand ? » Quelles sont les grandes étapes de la création du plan de


prévention ?

Etape 1 : Le recueil des besoins issus du SDIS 80

Parallèlement et en cohérence avec la commande du Directeur Départemental, un


groupe de travail s’est réuni de septembre à décembre 2015 dans le but d’identifier les pistes
permettant la réduction de l’accidentalité du SDIS 80. Les axes développés dans ce plan de
prévention prennent appui sur ses propositions.

Etape 2 : La rédaction du DEEGAP avec un regard extra-départemental

Le DEEGAP se construit à partir des idées formulées par le groupe de travail du SDIS 80,
mais il s’inspire également de travaux issus d’autres SDIS. Le stage EAP 3 a permis d’enrichir la
démarche avec un regard extérieur. Ceci grâce à :

- Les cours suivis lors de l’EAP 3


- Les échanges entre les stagiaires et avec les formateurs
- La documentation partagée et produite lors de ce stage

La formation EAP 3 de 2015 était une étape clé de la production du plan de prévention,
afin de maîtriser l’ensemble des éléments constitutifs de la nouvelle filière EAP et de les adapter
aux particularités locales.

Etape 3 : La transposition du DEEGAP en un plan de prévention départemental

Le DEEGAP, à travers les quatre grands axes qui seront développés, doit servir de guide
pour la rédaction du plan de prévention santé sécurité durant le premier semestre 2016.

23
Les membres du groupe de travail sur la réduction de l’accidentalité lors des séances d’APS
seront à nouveau sollicités lors des étapes de rédaction et de relecture du plan de prévention.

Etape 4 : La transposition du plan de prévention dans le SDIS 80

Le plan de prévention, issu d’un travail transversal (EAP, SSSM, service HS, etc.) sera
annexé au règlement formation du SDIS 80. Une délibération du CHSCT au second semestre
2016 permettra d’officialiser le présent document au 1er janvier 2017.

Retro planning 2016

Septembre 2015 à Novembre 2015 :


4 réunions de travail sur la réduction
des accidents liés aux activités
physiques (Synthèse des idées, projet
d’intégration dans un document
référence)

22 janvier 2016 :
Réunion sur les tests du maintien des acquis
sportifs ICP
Bilan 2015 et perspectives 2016 :
Evolution/mise en œuvre des tests
d’évaluation de la CP
Mobilisation des partenaires : SSSM, chef du
service HS

Janvier 2016 à mars 2016 :


4 réunions de travail sur la création d’un
guide départemental des APS
Organisation des réunions avec
représentation des différents partenaires
(SSSM, SHS, EAP, CDC, représentants du
personnel)

Avril 2016 à juin 2016 :


Période de relecture du guide départemental
et de présentation au Directeur
Départemental
Septembre 2016 à décembre 2016 :
Délibération des instances paritaires

1er janvier 2017 : Application du guide


départemental (annexé au règlement
formation du SDIS 80)

24
D. « Où ? » Où s’appliquera le plan de prévention ?

Le plan de prévention propose de repositionner l’activité physique dans la gestion de la


condition physique des sapeurs-pompiers. Les leviers principaux sont la séance d’activité
physique de la garde, ainsi que le suivi individuel de la condition physique.

En résumé, le plan de prévention s’intéresse principalement aux formes d’activités


physiques qui se déroulent en centre de secours. Cependant, des conseils portant sur la santé,
le bien-être et l’entretien de la condition physique les jours de repos pourront être prodigués.

E. « Combien ? » Y’a-t-il d’autres projets structurants au sein de la filière EAP


du SDIS 80 ?

Parallèlement au plan de prévention, un guide départemental des manifestations


sportives est en projet. Il permettra de cadrer l’organisation des événements départementaux
et les déplacements extérieurs.

Le choix de dissocier les deux documents est une décision managériale qui doit aider les
sapeurs-pompiers de la Somme de dissocier l’activité physique et le sport.

Plan de préven on Guide départemental


santé sécurité par des manifesta ons
l’ac vité physique spor ve

Quoi ? Quoi ?
Ac vités physiques Sport

Où ? Où?
=> En centre de => Manifesta ons,
secours, sur repos concours, brevets JSP
en autonomie

Ou retrouver le plan de prévention ?

Pour être officialisés, les deux documents seront annexés au règlement formation du
SDIS 80. Cet aspect règlementaire est facilitateur, puisque réviser une annexe est plus simple
que le socle du règlement. Or, le plan de prévention se veut être un document évolutif qu’il
conviendra de faire évoluer périodiquement.

25
F. « Comment ? » Quelles sont les clés de la réussite ?

Principe d’amélioration continue

Le plan de prévention propose différents types de mesures étalées sur 3 années. La


notion de planification renvoie à l’idée de prévoir sur une période mesurée. Il a donc été décidé
de positionner la mise en œuvre des propositions d’optimisation sur 3 années : 2016, 2017 et
2018. La démarche d’optimisation fera l’objet d’une évaluation l’année suivante. Si besoin, des
remédiassions ou adaptations viendront modifier le schéma de prévention initial. Cette
méthode est issue de la gestion de la qualité dite PCDA (plan, do, check, act).

Ainsi, les propositions sont étalées et graduées dans le but de prioriser selon les
principes suivants :
- Faisabilité
- Résultats attendus
- Coût humain
- Cout financier.

La mise en œuvre du principe d’amélioration continue passera systématiquement par :

- Des évaluations mesurées et objectives portant sur les éléments mis en œuvre dans
le cadre du plan de prévention
- Des adaptations en adéquation avec les objectifs du plan de prévention
- Une veille technique et réglementaire
- Une ouverture sur les autres SDIS.
En 2018, une révision du plan de prévention permettra de dresser un bilan précis sur
les premières mesures et planifier les nouvelles orientations en fonction des objectifs fixés, de
l’évolution du SDIS et de la société.
26
Critères de réussite du plan de prévention

Identifiable Transversal

Evolutif Adaptable

Progressif

27
G. « Pourquoi ? » Quels sont les objectifs du plan de prévention ?

La construction d’un plan de prévention santé sécurité doit permettre de répondre aux
vulnérabilités managériales et organisationnelles de l’activité physique dans le SDIS 80
évoquées précédemment.

Au-delà des vulnérabilités liées à la filière, la mise en œuvre du plan de prévention se


veut être une réponse adaptée aux évolutions des SDIS et plus largement de la société.

Le plan de prévention veillera donc à prendre en compte les éléments suivants :

Les évolutions organisationnelles Les évolutions sociétales


Réforme de la filière motivation des SP
Régime de travail et temps de travail siège des lésions
Accompagnement en reprise d’activité Allongement de la durée des carrières
Evolution des risques, de la sollicitation Sédentarité, alimentation
opérationnelle Evolution de l’activité physique

Après cette réflexion sur le sens et l’objet d’un plan de prévention santé sécurité dans le
contexte actuel du SDIS 80, les propositions d’optimisation qui le composent vont maintenant
être détaillées.

28
VII. Proposition d’optimisation de l’organisation

Le plan de prévention santé sécurité par l’activité physique s’articule autour de 4 axes
majeurs :

Management de
la filière EAP

Plan de
prévention Organisation
de l'activité
Formation santé / physique en
des EAP sécurité centre de
secours

Suivi de la
condition
physique des SP

Le plan de prévention prévoit la mise en œuvre de propositions d’optimisations étalées


de manière triennale. Chacun des quatre axes à développer sera présenté dans ce dossier sous
forme de frise chronologique faisant apparaître les projets sur trois ans.

Les propositions d’optimisation sont donc réparties en trois temps. Le choix de la répartition
des propositions s’est fait selon :

- la priorité
- la faisabilité
- la progressivité (exemple : plan de formation EAP)

29
A. Axe 1 : Management de la filière

Besoins financiers,
Besoins humains

Mobilisation du Rédaction du plan de prévention santé / sécurité du SDIS 80.


groupe de travail 2016
Définir le rôle et les responsabilités à tous les niveaux
hiérarchiques
Mobilisation du
service Définir un plan de communication : « Rôle des ICP », « devenir
communication EAP ». Préparation d’affiches en CS par le service HS
Coût de production
d’affiches Création d’une liste d’aptitude des EAP du SDIS 80. Définir dans
le plan de prévention l’activité minimale des EAP pour être sur
liste d’aptitude

Mise en œuvre du plan de prévention au 1er janvier 2017 : Phase


de test
Mobilisation des
membres de la filière Plan de communication : Accompagner la mise en œuvre du plan
EAP pour le plan de de prévention (information lors des réunions chefs de centre)
commination
Adhésion des chefs de 2017 Mise en place d’indicateurs de suivi de l’activité des EAP :
centre, puis des recensement des séances encadrées par les EAP et
sapeurs-pompiers communication sur l’activité des EAP

Renforcer le rôle des EAP référents groupement, les


accompagner vers l’EAP 3 (développement des projets de la
filière)
Mobilisation des
référents de Animation de séquence « info santé » par les EAP lors des gardes
groupement dans une (Instruction SAP : santé et bien-être)
démarche projet

Evaluation du plan de prévention santé sécurité


Adaptation, mise à jour si besoin.

Accompagner les référents groupement vers l’EAP 3


2018 (développement des projets de la filière)

30
B. Axe 2 : Organisation de l’activité physique sur garde

Besoins financiers,
Besoins humains
Adhésion des EAP et Programmation :
des personnels en CS Programmation des activités physiques en centre de secours
à la programmation dans un but de prévention santé et de sécurité opérationnelle
départementale (entrainement cardio-vasculaire, etc.)

Adhésion des EAP et Déroulement de séances :


des personnels en CS Intégration des propositions du guide de la prévention des
2016 APS (CNRACL) dans les règles du déroulement de séance
aux règles de vie des
séances
Matériel :
25 000 euros / an Faire corréler le plan d’équipement départemental avec la
d’investissement programmation des activités physiques du plan de prévention
3 000 euros / de
fonctionnement

Travail des référents Programmation :


EAP des CS pour Accompagnement des référents activités physiques des
transposer la centres de secours pour la mise en œuvre de la
programmation programmation
départementale au CS
2017 Déroulement de séances :
Travail d’étude Suivi de l’accidentalité en centre de secours, et de l’impact
statistique par le CTD social du plan de prévention
EAP et son adjoint

25 000 euros (I) Matériel :


3 000 euros (F) Suivi du plan d’équipement + veille technique

Travail d’analyse : Programmation :


Bilan sur la mise en Evaluation et ajustement
œuvre du programme,
2018 Déroulement de séances :
des règles de vie en
séance et sur le plan Evaluation et ajustement
d’équipement
Matériel :
Evaluation et ajustement

31
C. Axe 3 : Suivi de la condition physique des sapeurs-pompiers

Besoins financiers, Relevés des indicateurs de la condition physiques :


Besoins humains Réorganisation du suivi des épreuves et de la transmission
Implication des EAP au SSSM
et du SSSM dans le Plan de communication sur l’intérêt préventif des épreuves
relevé des (SSSM, chefs de centres, etc.)
indicateurs et leur Proposition d’un barème à titre informatif
intégration au
2016
dossier médical Accompagnement des sapeurs-pompiers lors de la reprise
après accident de travail :
Rédaction d’un protocole de reprise à mettre en œuvre par
Implication des chefs le chef de centre
de centre et des EAP Communication sur les possibilités d’accompagnement (rôle
2 dans la mise en des EAP 2, Ostéopathe partenaire du SDIS)
œuvre du protocole

Relevés des indicateurs de la condition physiques :


Mise à disposition des relevés de performance aux EAP
Rémunération d’un souhaitant assurer le suivi et l’accompagnement des
kinésithérapeute sur sapeurs-pompiers en difficulté
3 FMPA d’une Mise en place d’un suivi des séances d’activités physiques
2017
journée (coût réalisées par les SPV
estimé : Environ 300
euros) Accompagnement des sapeurs-pompiers lors de la reprise
après accident de travail :
FMPA EAP 2 : rééducation et réathlétisation
Accompagnement systématique d’un EAP 2 en cas de
traumatisme

Relevés des indicateurs de la condition physiques :


Intégration progressive du PAO en complément (ou
Adhésion du remplacement) des ICP
personnel à Mise en place d’un suivi des séances d’activités physiques
2018
l’intégration du PAO réalisées par les SPV

32
D. Axe 4 : Développement de la formation EAP

Besoins financiers, Organisation de deux stages EAP 1


Besoins humains Objectif : Améliorer le maillage territorial de
EAP 1 CNFPT : Coût l’encadrement de l’activité physique
nul
EAP 1 SDIS 80 : 505 à Traitement de dossiers VAE / RATD :
4246 euros (selon le 2016 6 VAE RATD EAP 1
nombre d’indemnités 1 VAE RATD EAP 2
SPV)
Organisation de trois FMPA EAP :
- Esprit et orientation de la filière
FMPA EAP : 101 euros - Actualités de la filière et échange sur les pratiques
Coût des repas seul - Formation au nouveau matériel acquis (TRX, plateau
(pas d’EAP SPV pour BOSU, etc.)
le moment dans le
SDIS 80)

EAP 3 : Formation d’un EAP 3 (référent EAP de groupement)


1926,70 Objectif : construire et faire aboutir les projets de la
+ environ 300 euros filière
de frais de transport
Organisation d’un stage EAP 1
EAP 1 SDIS 80 : 502 à Objectif : Améliorer le maillage territorial de
4246 euros (selon le l’encadrement de l’activité physique
nombre d’indemnités 2017
SPV) Organisation de trois stages de modules
complémentaires (prérequis EAP 2) :
MC1, MC2, MC3 : 606 - PRAP
euros - Encadrement des APS des JSP
(202 euros pas MC) - Chronométrage et jurys

Formation d’un EAP 3 (référent EAP de groupement)


EAP 3 : Objectif : construire et faire aboutir les projets de la
1926,70 filière
+ environ 300 euros
de frais de transport Organisation d’un stage EAP 2 :
2018 Objectif : Améliorer le maillage territorial de
EAP 2 CNFPT : Coût l’encadrement de l’activité physique
nul Positionner des référents EAP 2 dans les CS mixtes

33
E. Précisions sur l’axe 2: l’activité physique sur garde

Programmation :

Le plan de prévention santé sécurité proposera une programmation départementale des


activités physiques lors des séances de garde. Les EAP référents des centres de secours
devront proposer une programmation pour le CS en cohérence avec la programmation
départementale.
En voici les principaux éléments constitutifs :
- Minimum 80 % de la programmation doit cibler l’entrainement cardio-vasculaire
- Maximum 30 % de la programmation des séances doit être à base de jeux de balles
- Lors des séances de renforcement musculaire, au moins 50 % de la programmation de
ces séances doivent cibler la force du tronc (abdos/ dorsaux/ lombaires)
- Création de groupes d’activités à dispenser en fonction du niveau d’encadrement
(Encadrement EAP ?)

Déroulement de séances :

Le plan de prévention intégrera les 6 recommandations issues du guide national de


prévention des activités physiques et sportives. (CNRACL) A partir d’un vaste plan de
communication, les recommandations seront progressivement appliquées lors des séances
d’activités physiques.
En voici le détail :
- Encadrer toutes les séances par un EAP
- Limiter la durée des séances d’activités physiques
- Prendre en considération les antécédents traumatiques (principalement chevilles
genoux)
- Intégrer les indicateurs de la condition physique (individualisation des séances)
- Préciser la place du supérieur hiérarchique
- Mettre en adéquation les chaussures, les activités et les lieux de pratique

Plan d’équipement :

Le SDIS 80 alloue un budget de 28 000 euros par an pour le matériel d’activité physique. La
répartition du matériel se fait selon des lots prédéfinis associés à la taille du centre et la
présence d’EAP dans le centre.
La mise en cohérence du plan d’équipement avec la programmation départementale des
activités physiques entrainera des modifications au niveau du choix des agrès. Les agrès de
musculation lourde représenteront moins de 20 % du budget investissement. A l’inverse, 80
% du budget sera consacré à l’entrainement cardio-vasculaire. Cela permettra de poursuivre
le plan d’équipement en vélos elliptiques, de vélos de cardio training, et de débuter un plan
d’équipement de rameurs.

34
F. Précisions sur l’axe 4 : Le développement de la formation des EAP

Comme l’a montré l’état des lieux du SDIS 80, la répartition des membres de la filière
EAP n’est pas homogène, et le maillage territorial est perfectible.
Pour contrecarrer cette vulnérabilité, le groupement formation a modifié le schéma
départemental de formation des EAP.

Schéma régional de formation / CNFPT Picardie :

2017
MC1,
MC2,
MC3

2016 2018
2 stages 1 stage
EAP 1 EAP 2

Le plan de prévention intègre désormais des formations EAP 1 organisées par le SDIS 80
à raison d’un stage par an.
Ainsi, le plan de formation étalé sur 10 ans doit permettre la mise en place de quotas suivants :

Encadrement
Type de centre
EAP 1 EAP 2
CSP 2 par équipes 1 par équipe
CS mixte 2 1
CS SPV 1 0

Plan de formation :

Formation d’EAP Nombre d’EAP en fin d’année


Année
EAP 1 EAP 2 EAP 1 EAP 2
2016 22 0 50 28
2017 12 0 62 28
2018 12 6 74 34

35
VIII. Expression des besoins du dossier d’étude environnemental

Tableau synthétique des besoins

Types de Ce que va couter le plan de Ce qu’il va rapporter


besoins prévention
Humains - Implication des membres du Bien-être au travail (perception des
groupe de travail prévention enjeux de la santé)
des APS Moins de blessures et plus de
- Implication des membres de présence pour les sapeurs-pompiers
la filière EAP Autonomie et émulation autour de la
- Adhésion de la direction, des gestion individuelle de sa condition
chefs de groupements et des physique
chefs de centre
- Implication du service Cohérence et structure au sein de la
hygiène / sécurité et du filière EAP
service communication Epanouissement et échange dans le
- Implication du SSSM travail transversal entre plusieurs
groupements

Financiers Matériel : Réduction du nombre d’accidents de


Maintien du budget sur les service et de maladies
prochaines années : professionnelles
28 000 euros / an Moyenne national des coûts directs
d’un AT : 3000 euros

Formation : Diminution du nombre de rechute


3 stages EAP 1 => 7 126 euros par l’accompagnement individuel
FMPA EAP 2017 => 300 euros des EAP 2
Formation de 2 stagiaires EAP 3
=> 6678 euros Diminution du nombre d’inaptitudes
Coût de production d’affiches opérationnelles et de l’apparition de
=> Moins de 100 euros maladies cardio-vasculaires

36
IX. Conclusion

La sinistralité du SDIS 80 a diminuée significativement ces trois dernières années.


Cependant, les activités physiques et sportives restent la première source d'accidents de
service, près de la moitié de l'ensemble des accidents en caserne. Initié par le service hygiène
et sécurité, la démarche de prévention santé sécurité s’est vu renforcée par la récente réforme
de la filière d’encadrement des activités physiques qui priorise l’autonomie et la
responsabilisation de chacun et de chaque niveau hiérarchique.

Ce dossier d’analyse pose donc les jalons du futur plan de prévention du SDIS 80. Il en
ressort une analyse et des propositions qui ont vocation à offrir un socle à partir duquel la
démarche de prévention santé sécurité doit s’installer durablement. Elle vise également à faire
évoluer les mentalités vers une culture de la prévention par l’activité physique.

La planification de la prévention dans le SDIS 80 est une démarche managériale,


structurante et adaptée au contexte social et économique du SDIS. Plus qu’à la filière EAP et à
ses partenaires, il appartiendra à l'ensemble des sapeurs-pompiers du SDIS 80 de donner du
sens à cette démarche.

37
X. Bibliographie

Articles et rapports

- CNRACL. Guide national de prévention. Activités physiques et sportives chez les


sapeurs-pompiers. Septembre 2013. Disponible sur : www.cdc.retraites.fr

- Guide départemental : entrainement physique des sapeurs-pompiers des Yvelines.


Bureau activités physiques. 2014

Ouvrage et revues

- La préparation physique du sapeur-pompier. Mickael GOUFFIER. ENSOSP / DGSCGC /


ANSDIS / FNSPF / CNFPT

- TMS : Troubles musculo-squelettiques. Groupe de travail national santé sécurité


prévention. FNPF

- La bible de la préparation physique. Didier REISS, Pascal PREVOST. Edition Amphora


2013

Mémoire ou rapport de stage

- Dossier départemental d'étude et de gestion des activités physiques et sportives dans le


SDIS de la Somme, Franck DOREMUS, 2006.1
- La gestion de l’accidentologie liée à la pratique des activités physiques et sportives au
sein du SDIS 95. Martin WIBLE, CSSP 2012.1

Réglementation

- La Circulaire du Ministère de l’Intérieur du 03/04/02 relative à l’évaluation de l’aptitude


physique des sapeurs-pompiers. 


- L’arrêté du 06/12/13 est relatif à l'encadrement des activités physiques chez les
sapeurs-pompiers. 


- L’arrêté du 06/05/00 fixe les conditions d’aptitude médicale des Sapeurs-Pompiers


Professionnels et Volontaires et les conditions d’exercice de la Médecine Professionnelle
et Préventive au sein des Services Départementaux d’Incendie et de Secours.

- L’arrêté du 6/05/00 indique, entre autre, que le médecin sapeur-pompier chargé de


déterminer l’aptitude médicale du sapeur-pompier doit tenir compte de son niveau
d’aptitude physique à partir de résultats obtenus à l’issue de tests sportifs. 


- L’arrêté du 25/01/64 fixant les conditions d’aptitude physique des sapeurs-pompiers.


38
- Le Décret n° 85-603 du 10/06/85 modifié par le Décret n° 2000-542 du 16/06/00,
relatif à l'hygiène et à la sécurité du travail ainsi qu'à la Médecine Professionnelle et
Préventive dans la Fonction Publique Territoriale, précise les rôles des différents
acteurs des collectivités en matière de prévention dans les domaines de l'hygiène et de
la sécurité. 


- CGCT 1424-24 : Les missions du service de santé et de secours médical

Site Internet

- http://www.sdis80.fr - Site du Service Départemental d'Incendie et de Secours de la


Somme

- http://www.inrs.fr - Site dédié à la prévention des accidents du travail et des maladies


professionnelles

- http://www.legifrance.gouv.fr - Site de diffusion des textes de droit français et


européens

39
XI. Résumé

SERVICE GPT
FILIERE EAP GPT
SSSM HYGIENE ET RESSOURCES
FORMATION
SÉCURITÉ HUMAINES

2016 Management de la Mesures de


filière EAP prévention lors des
séances

Plan de Organisation
prévention de l'activité
Formation santé /
des EAP physique en
sécurité centre de
secours
Plan de
formation
des EAP
Suivi de la
condition
physique des
SP Plan de
Ré athlétisation communication

2017

MISE EN ŒUVRE DU PLAN DE PRÉVENTION

2018

EVALUATION - ADAPTATION - PLANIFICATION

40
XII. Annexes

Annexe 1 : organigramme du SDIS 80

Annexe 2 : organigramme de la filière EAP du SDIS 80

Annexe 3 : note de service sur le maintien des acquis sportifs

Annexe 4 : budget investissement activités physiques 2015

Annexe 5 : budget fonctionnement activités physiques 2015

Annexe 6 : memento filières énergétiques : support EAP 1

Annexe 7 : guide de gestion de la condition physique

Annexe 8 : les accidents du travail liés aux activités physiques du SDIS 80

Annexe 9 : plan de formation pluriannuel EAP

41
Annexe 1 : Organigramme du SDIS 80

42
Annexe 2 : Organigramme de la filière EAP du SDIS 80

DDSIS

Col Marc DEHEDIN

Chef du
Groupement
formation
Lcl Claudia
STONCZEWSKI

Chef du service
formation
Cdt Yvan BELLET

Chef du bureau Conseiller


des APS et des technique
spécialités départemental
Ltn Marc DECATOIRE Ltn Franck DOREMUS

Référent APS du Référent APS du


Référent APS du
groupement groupement
groupement est
ouest centre
Sch Cyril PRIEZ Adj Olivier GORET Adj Roméo BINET

43
Annexe 3: Note de service sur le maintien des acquis sportifs

44
45
Annexe 4 : budget investissement activité physique 2015

Eléments Observations Quantité


roue libre 18kgs minimum, réglage de freinage magnétique motorisé. Utilisation 6 h/jour
vélo d'entrainement 1
minimum. Ordinateur avec 8 programmes d’entrainement. Poids maxi utilisateur 150 kg
banc développé couché avec barre guidée Banc réglable. Disques alésage 28 mm 2
Banc décliné Coloris de châssis : gris ; Coloris de sellerie : bleu 1
roue d'inertie 20kgs mini, avec 8 programmes minimum, résistance magnétique avec plusieurs
vélo elliptique utilisation 4h/jour 2
niveaux de réglages: utilisation 4h/jour
chaise romaine travail des dips + barre fixe 2
Petite haltère VINYLE 1KG 2
petite haltère VINYLE 2 KG 2
petite haltère VINYLE 3 KG 2
STEP Hauteur 15 cm minimum 54
disque caoutchouc 15 kg Diamètre 28 mm 2
disque caoutchouc 10 kg Diamètre 28 mm 2
disque caoutchouc 5 kg Diamètre 28 mm 8
disque caoutchouc 2 kg Diamètre 28 mm 8
disque caoutchouc 1 kg Diamètre 28 mm 8
disque caoutchouc 500g Diamètre 28 mm 8
Moteur 3CV en continu jusqu'à 7,5 CV. Vitesse à réglage électronique de 0,8 à 20 km/h. Réglage
Tapis de course 1
de l’inclinaison de 0 à 12 %. 10 programmes d’entrainement. Utilisation 3h/jour
Barre Z curve 1
ressort stop disque Diamètre 28 mm 8
petite barre altère 38 cm diamètre 28mm Longueur 38 cm, Diamètre 28 mm 4
bande élastique fitness Résistance 15 kg minimum 50
Sangles de suspension Réglage de la hauteur de sangle matérialisé par 3 niveaux. Système d’équilibration non libre 10
Roue d’inertie de 15 kg. Résistance réglable par friction d’un patin sur la roue d’inertie.
Vélo elliptique utilisation 10h/jour 1
Utilisation 10h/jour
Tuyaux pour parcours sportif sapeurs-
Tuyau de 20 mètres (diamètre 45 mm), roulé en simple, maintenu par une courroie ou sangle 1
pompiers
Structure Range disques Diamètre 28 mm 1
Banc multi-position 1
Kettlebell 12 kg 8
Kettlebell 16 kg 16
Heavy-bag 10 kg 4
Heavy-bag 15 kg 4
Roulette abdos / gainage 2 poignées et 2 roues 25

Rack à haltères Doit permettre de ranger des haltères bloqués de 2 à 44 kg 1


En acier chrome, disques inamovibles en caoutchouc
Haltères bloquées 8
Jeu de 2 haltères de chaque poids : 4 kg / 8 kg / 12 kg / 16 kg
Chronomètre 25
gym ball diamètre 65 cm (ou Swiss ball) diam: 65 cm minimum 8
Gilet lesté Lest de 10 kg 4
Jeu de poids (2 kg, 3 kg, 4 kg, 5 kg, 6 kg,
Métallique 1
7,260 kg)
Câble en acier gainé 5
cordeau Système de cordeau avec 400 m de corde, 12 fiches pour traçage de terrains 1
Banc à lombaires 3
banc larry scott biceps spécialement travail des biceps, siège réglable et support de barre 1
Corde à sauter 50

46
Annexe 5 : budget fonctionnement activité physique 2015

Eléments Observations Quantité

Dimension du but : 3,92 (longueur), 1,92 (hauteur), 1,67


Filet pour cage de football 1
(profondeur)
chasuble réversible noir / blanc maille ajourée polyester 70

Natte Dimension 140 x 60 cm ; Epaisseur 8 mm ; Avec 2 œillets 100

Disque volant Diamètre minimum 240 mm 20

mini haies 15 cm 30
mini haie: ensemble composé de jalons et cônes à trous ensemble composé de jalons et cônes à trous de 35 cm H mini.
15
de 35 cm H mini Longueur des jalons 1,20 m
échelle de vélocité 10

cerceaux extra plat diam 48 vert 18

cerceaux extra plat diam 48 bleu 18

BALLON FOOT EXT STABILISE enveloppe polyuréthane 32 panneaux taille 5 50

BALLON FOOT FUTSAL OU FOOTSAL 32 panneaux polyester- bourrage ouate 50

BALLON HANDBALL 5

BALLON BASKET-BALL taille 7 ballon 12 panneaux- taille 7 - polyuréthane 10

BALLON VOLLEY-BALL enveloppe pu soft touch 18 panneaux 10

socle lestable pour insérer des cerceaux et jalons 20

Sifflet poire 25

47
Annexe 6 : Memento filières énergétiques : support EAP 1

Les filières énergétiques


Anaérobie Anaérobie
Aérobie
Alactique Lactique
Effort court et très Effort intense
Type d’effort Effort de longue durée
intense prolongé
0’’ à 7’’ à puissance 25’’ à 40’’ à puissance 3’ à 15’ à la puissance
Durée
maximum maximum maximale
Nulle
Inertie L’énergie est fournie 20’’ à 30’’ 2’ à 4’
(quasi-) instantanément
Très élevée Elevée Faible
Puissance
400 à 750 kJ/min 200 à 500 kJ/min Dépend de la VO2max
Quasi-illimité
Très faible Faible
Capacité Dépend du % de VO2max
Entre 7’’ et 20’’ Environ 2’
utilisé
Créatine phosphate Glycogène
Substrats Glycogène
(CP) Lipides (triglycérides)
énergétiques Glucose
ATP Protéines (exceptionnel)
Durée de 2’ 24h à 72h
1 heure
récupération reconstitution des stocks Reconstitution du stock de
élimination du lactate
totale ATP et CP glycogène
Récupération active
Type de pour + de 3’, passive
Récupération active Récupération active pour +
récupération pour moins de 3’
pour + de 3’, passive de 3’, passive pour moins
pendant (1’ de récupération
pour moins de 3’ de 3’
l’effort régénère 88% de la
phosphocréatine)
Réaliser une prise de pouls après l’effort à T et à T+1 :
- ≠ supérieure à 40 pls : L’organisme récupère très bien
Récupération
- Entre 20 et 40 pls : L’organisme récupère assez bien
cardiaque
- Inférieur à 20 pls : Le pratiquant rencontre peut-être des difficultés
(ou bien il n’était pas à FC max à la fin de son exercice)
Application au métier de sapeur-pompier
Oui
Intérêt pour les Oui Oui
Ex : Dégagement
sapeurs- Ex : Accéder aux étages, Ex : Attaque, reconnaissance,
d’urgence,
pompiers ? établissement… déblai…
sauvetage…
Pratique sur
Oui Non Oui
garde ?
- Force max (1 à 3
Puissance :
rep) - Travail continu (+30’)
2x (6x45’’ allure 400)
Exemple de - Vitesse gestuelle - Travail intermittent
Capacité :
travail (pliométrie, Ex : PMA (90 % FCmax)
2x (3x2’ allure 1000)
explosivité) 2x8x (30/30) R=6’
- Stato-dynamique

48
Annexe 7 : Guide de gestion de la condition physique

Encore en projet, voici un support de communication à destination des sapeurs-pompiers

Guide du suivi de la condition physique


L’objectif de guide est de fournir aux sapeurs-pompiers les éléments permettant la
compréhension de l’évaluation de la condition physique et son intérêt. Il vise également à
responsabiliser tous les sapeurs-pompiers devant l’importance de la conduite autonome de sa
propre condition physique, en lien si besoin avec la filière EAP.

Pourquoi une évaluation de la condition physique ?


1. Prévenir les risques liés au système cardio-vasculaire

L’activité physique s’inscrit dans la préparation du sapeur-pompier à faire face à la diversité et


l’intensité des situations opérationnelles.

Le contexte social actuel et nos modes de vie (sédentarité, alimentation) sont fortement liés à
l’évolution des maladies cardio-vasculaires (cholestérol, hypertension artérielle, diabète)

Pour lutter contre ces maladies et rester opérationnel le plus longtemps possible, l’une des
solutions consiste à pratiquer une activité physique adaptée et mesurée (à la personne) et ce le
plus régulièrement possible dans le temps (« Pratiquer au minimum 30’ d’activité physique
continue par jour » INSERM ).

Pour adapter et mesurer cette activité, le sapeur-pompier, acteur de la prévention de son


capital santé, doit évaluer régulièrement sa condition physique.

2. La condition physique, une composante de la visite d’aptitude annuelle

L’arrêté du 6 mai 2000 fixe les conditions d’aptitude médicale des SPP et SPV

Art 5 : La périodicité (…) est annuelle


Art 11 : Le médecin de sapeur-pompier doit être informé du suivi de l’entraînement et de la
préparation physique du sapeur-pompier.

Comment évaluer la condition physique ?


Note du 3 avril 2002 :
L’utilisation d’indicateurs permet d’évaluer et d’assurer le suivi de la condition physique

Evaluation et suivi de la condition physique au SDIS 80 :

Depuis mars 2013 : note départementale sur la mise en œuvre du maintien des acquis sportifs
Elle est applicable à l’ensemble des SPP et SPV du SDIS.
Les épreuves du MAS sont encadrées uniquement par des opérateurs des activités physiques
(EAP 1) ou des éducateurs des activités physiques (EAP 2).

49
Les 5 épreuves du maintien des acquis sportifs

Le SDIS 80 a mis en place des outils de suivi de la condition physique par le biais
d’épreuves annuelles.

Ces épreuves ciblent des qualités physiques nécessaires pour réaliser les missions de
sapeur-pompier.

Au-delà des missions opérationnelles le maintien et le développement de ces qualités


physiques permet de prévenir certaines maladies et pathologies.

L’entretien de la condition physique s’inscrit donc dans une démarche responsable au


regard des missions de sapeurs-pompiers et de la prévention en matière de santé

Le tableau ci-dessous permet d’identifier le lien existant entre les épreuves du maintien
des acquis sportifs et les enjeux de métier et de la prévention santé.

Qualité physique Intérêt pour le sapeur- Approche prévention


Nom du test
ciblée pompier santé
Réaliser des efforts longs :
entrainement Déplacements rapide avec
Test navette Prévention des maladies
cardio- les EPI, montée d’escaliers,
Luc Leger cardio-vasculaires
vasculaire établissement, attaque,
alimentation, etc.
Force des bras :
Les muscles de maintien
dégagement d’urgence, se
(stabilisateur de
force musculaire hisser, soulever, etc.
l’omoplate) permettent le
Pompes des membres Endurance musculaire :
maintien de la posture
supérieurs capacité du muscle à
correcte au niveau dorsal
résister à l’effort dans la
et scapulaire
durée
Force des jambes :
Le soulevé de charge
Sauvetage, dégagement,
réalisé en sollicitant les
force musculaire relevage, etc.
muscles des jambes limite
Killy des membres Endurance musculaire :
grandement le risque
inférieurs Monter de nombreux
d’apparition de
étages, déplacements avec
lombalgies.
EPI et matériel
Maintien de la ceinture
Stabilité des muscles
force musculaire abdominale et lombaire
posturaux : acceptation de
des muscles Diminution du risque de
Gainage contraintes liées au port
abdominaux et faux mouvement
de charge (tenue de feu,
dorsolombaires Stabilité lors du
ARI)
soulèvement de charge
Le raccourcissement des
élasticité ischio-jambiers entraine
musculaire des Amplitude musculaire : une rétroversion du bassin
Souplesse ischio-jambiers Contorsions liés aux (vers l’avant). Ce
et des muscles cheminements complexes phénomène est à l’origine
lombaires de l’apparition de
lombalgies
50
Comment se situer ?

La note du 3 avril 2002 définie des seuils (Niveau 1 / Niveau 2 / Niveau 3) afin de
permettre au sapeur-pompier d’identifier son niveau de condition physique à un instant donné,
et de planifier la gestion de sa condition à court, moyen et long terme :

Niveau 3 : niveau permettant de répondre correctement aux exigences physiques des missions
de sapeur-pompier. Ce niveau correspond à une condition physique de sécurité opérationnelle.

Niveau 2 : niveau à améliorer afin d’atteindre le niveau 3. Un entrainement adapté, avec l’aide
des membres de la filière EAP, doit permettre au sapeur-pompier d’atteindre le niveau 3.

Niveau 1 : niveau difficilement compatible avec certaines missions des sapeurs-pompiers, le


sapeur-pompier est exposé à des difficultés opérationnelles. Un entrainement adapté est
nécessaire pour évoluer vers les niveaux 2 et 3.

L’entrainement cardio-vasculaire doit être placé au centre du dispositif de gestion de la


condition physique. Cette qualité physique est primordiale pour réaliser les missions de
sapeur-pompier et pour se prémunir des maladies cardio-vasculaires répandues.

En dessous du palier 4 au test « Luc Leger », le seuil minimal d’alerte doit être déclenché, quel
que soit le sexe ou le statut (SPP, SPV). Le sapeur-pompier, autonome dans la gestion de sa
condition physique, doit prendre contact avec le service santé et les membres de la filière EAP
pour mettre en place un accompagnement et disposer des ressources pour retrouver une
condition physique de sécurité opérationnelle.

Exemple du barème du Luc Léger

Test de Luc Age Niveau 1 Niveau 2 Niveau 3


Léger 18-29 ans <8 8à9 9,5 et +
30-39 ans <7 7 à 8,5 9 et +
40-49 ans <5,5 5,5 à 7 7,5 et +
50-65 ans <4,5 4,5 à 6 6,5 et +

51
Annexe 8 : Les accidents du travail liés aux activités physiques du SDIS 80

Statut
Accidents SPP PATS Accidents SPV

38%

62%

Tranches d'age
> 50 ans 40/50 30/40 < 30 ans

2%

13%

40%

45%

52
70

60

50

40
SPV
30 SPP

20

10

0
> 50 ans 40/50 30/40 < 30 ans

Origine des accidents (en nombre


d'arrêts)

Tajet mission Casernement


4% 18%
Site mission
Trajet Domicile / 31%
Travail
6%

Manœuvre
9% APS
32%

53
50
45
40
35
30
25 SPV
20 SPP
15
10
5
0
Site mission APS Manœuvre Trajet Tajet mission Casernement
Domicile /
Travail

Origine des accidents


(nombre de jours d'arrêt)
Casernement; 129

Tajet mission; 172


Site mission
APS
Site mission;
Trajet Domicile / 462 Manœuvre
Travail; 227 Trajet Domicile / Travail
Tajet mission
APS; 554
Manœuvre; 115 Casernement

54
600

500 104

72
400

300
SPV
450 SPP
200 390

217 27
100 172
105 102
0 10 10 0
Site mission APS Manœuvre Trajet Tajet mission Casernement
Domicile /
Travail

Lesions
Hyppoglycémie
1%

Autre
12%
AES
Brulure 7%
2%

Traumatique
78%

55
120

100

42
80

60 SPV
SPP

40
67

20
8
4
0 6 9
0 1
0 3
Hyppoglycémie Traumatique Brulure AES Autre

Tranches horaires
45
40
35
30
25
20
15
10
5
0
0h00 / 8h00 / 9h00 / 12h00 / 14h00 / 18h00 / 20h00 /
8h00 9h00 12h00 14h00 18h00 20h00 24h00

56
Annexe 9 : Plan de formation pluriannuel EAP

Dans le tableau suivant, les objectifs d’encadrement selon le type de centre sont définis :

Encadrement
Type de centre
EAP 1 EAP 2
CSP 2 par équipes 1 par équipe
CS mixte 2 1
CS SPV 1 0

Comme le SDIS 80 est composé de :


5 CSP avec 4 équipes
17 CS mixtes
17 CS SPV
La filière doit être composée de 128 EAP pour atteindre cet objectif.

Pour répondre à cet objectif, voici le plan de formation étalé sur 10 pour la filière EAP :

Formation d’EAP Nombre d’EAP en fin d’année


Année
EAP 1 EAP 2 EAP 1 EAP 2
2016 22 0 50 28
2017 12 0 62 28
2018 12 6 74 34
2019 18 0 92 34
2020 12 0 104 34
2021 12 6 116 40
2022 18 0 134 40
2023 12 0 146 40
2024 12 6 158 46
2025 18 0 176 46

Le plan de formation étalé sur 10 ans prévoit un renfort de 120 EAP aux 56 EAP recensés
en 2016. En prenant en compte les départs à la retraite ainsi que les cessations d’activité, la
planification doit malgré tout permettre au SDIS 80 d’atteindre ses objectifs d’encadrement des
activités physiques.

57