Vous êtes sur la page 1sur 4

DERNIÈRES NOUVELLES

ETÉ - AUTOMNE 2020 - NUMÉRO 25

HELP OSRA ETHIOPIA asbl


« accompagner les personnes en solidarité »

EN ETHIOPIE AUSSI, LE COVID-19…


Comme dans tous les pays du monde, la pandémie sévit dans le pays aussi bien dans les villes que dans les
campagnes. Le Gouvernement a déployé une action énergique qui semble porter des résultats.
D’autres l’ont dit : comment se laver les mains fréquemment quand l’eau n’est pas facilement disponible ?
OSRA, proche des paysans démunis des régions où elle travaille a joué son rôle en fournissant des dépliants
explicatifs et des solutions hydro-alcooliques et du savon dans plusieurs villages. HELP OSRA a soutenu
cette action en lui allouant un millier d’Euros. Merci aux Donateurs !

Face recto du dépliant en langue oromo Livraison des bouteilles de solution hydroalcoolique

DES FEMMES PLUS AUTONOMES


Avec l’aide significative de L’AISBL FEMMES D’EUROPE, un projet a été lancé par OSRA
afin de permettre à des Groupes Solidaires de Femmes d’une bourgade du District de Wolisso
à une centaine de kilomètres d’Addis Abeba, d’acquérir un début d’indépendance financière tout
en se formant aux activités solidaires et à la gestion d’un projet. Il est prévu d’acquérir de
jeunes bœufs, de les soigner et de les engraisser pour les revendre sur le marché. Le profit

1
ainsi obtenu permettra à ces dames, d’éventuellement créer leur petite activité et trouver leur
place dans la société. Une activité déjà exercée par OSRA précédemment avec succès.

Total du projet : 6.500€ dont 4.706€ financés par Femmes d’Europe, et le solde par HELP
OSRA grâce à nos fidèles donateurs.

Séance de formation des femmes On commence à prendre soin des boeufs

Au nom de ces 140 femmes Oromos bénéficiant de ce projet, mille mercis !

EAU POTABLE ET HYGIÈNE SANITAIRE DANS UN VILLAGE D’OROMIA


Dans son approche intégrée de soutien au développement des communautés rurales pauvres de la Région
d’Oromia en Ethiopie, OSRA accorde la priorité à la fourniture d’eau saine dans les villages. Les nappes
phréatiques sont abondantes dans la région, mais elles se trouvent à une profondeur qui nécessite forage
et installation simple (manuelle) de pompage.

Un tel projet a été lancé dans un village de la communauté de Birbisa Kentero qui se trouve dans le district
de Wolisso, à 114 km. au sud-ouest de la capitale Addis-Abeba. Le village compte une centaine de ménages
ce qui équivaut à environ 500 personnes.

La fourniture d’eau est, mais n’est que, le premier pas vers une vie saine. Elle doit
aller de pair avec la promotion de l’éducation sanitaire pour une meilleure hygiène.
L’objectif est donc d’améliorer la santé des populations, ce qui contribuera à une
meilleure sécurité alimentaire tout en supprimant les corvées pénibles de portage
d’eau par les femmes et les enfants. Comme on le voit sur la photo la borne hydrique
est bien protégée des utilisateurs indésirables. La fourniture d’eau est soumise à un
prix dérisoire certes, mais nécessaire à la ‘conscientisation’ des villageois.

La réalisation d’un tel projet offre aussi une possibilité de soutenir le travail des
femmes en SHG (self help groups ou groupes d’entraide) dans le domaine de
l’agriculture domestique. C’est ainsi que l’on fera la promotion de nouvelles
cultures fruitières en veillant à la formation des femmes dans la gestion de ces
cultures. Sur la photo, arrivée d’un premier chargement de plants de pommiers,
caféiers et manguiers.

Comme toujours chez OSRA, le projet compte sur l’approche participative de la population concernée. Une
fois complété, l’usage des installations devient la responsabilité de la communauté villageoise, les agents
du bureau de District d’OSRA restant en contact pour assurer la durabilité.

2
Grâce aux soutiens généreux dont elle a pu bénéficier, et pour lesquels elle marque sa gratitude, notre
ASBL a pu financer ce projet pour un montant de 20.100€. Le forage du puits et son installation ont coûté
8.600€. On installe des lavoirs et des douches pour 1.500€. L’achat de plants et la formation des SHG

coûtent 3.000€. Le solde représentera les salaires et frais de transport du personnel d’OSRA impliqué dans
ce projet. A noter que la communauté villageoise prendra sa part en fournissant la main d’œuvre non
qualifiée et certains matériaux localement disponibles

Comme on peut le voir ci-


contre, les deux cabines de
douches ainsi que le
bassin-lavoir à quatre
compartiments sont
pratiquement terminés. La
borne hydrique n’est
jamais bien loin.

FOURNITURE D’EAU ET DIVERSIFICATION DE L’AGRICULTURE FAMILIALE


- UN SOUTIEN APPRÉCIÉ DE LA FONDATION ROI BAUDOUIN
En ce mois de juillet 2020, nous avons eu le plaisir de savoir que le FONDS ELISABETH
ET AMÉLIE, géré par la FONDATION ROI BAUDOUIN, avait décidé de soutenir le projet que
nous leur avions soumis quelques mois plus tôt.
Il s’agit d’un projet couvrant l’accès et la gestion de l'eau pour accompagner le développement
de 200 agricultures familiales. Pour ces quelques 200 fermiers et fermières de 2 villages de la
communauté de Birbirsa Kentero l'apport d'eau sera une innovation inespérée. L’eau n’y est
disponible que par portage à partir de sources et de rivières bactériologiquement peu sûres.

Le forage de deux puits apportera une eau de qualité à leurs cultures. On améliorera et
développera les connaissances en matière de gestion de l'irrigation et de respect de
l'environnement. De nouvelles espèces de fruits et légumes seront offertes à leur cultivation.
On profitera de l'eau pour disséminer de bonnes pratiques sanitaires dans l'agglomération
villageoise.

Pourquoi ce projet ?
D’abord pour répondre à la demande locale des villageois. Ensuite pour aider à améliorer la
situation dans ces villages démunis. Dans l'Oromia, l'agriculture, souvent primitive, est le
moyen de subsistance pour 96% de la population. On y cultive des céréales et des féculents
principalement. Moins de la moitié de la population dispose d'une eau saine. L'autre moitié se
fournit dans des endroits insalubres qui demandent un portage pédestre sur de longues
distances. Difficile donc, d'obtenir une agriculture familiale prospère en dehors de la saison des
pluies qui dure trois mois. Il en résulte une population vulnérable au manque de nourriture.
La sécurité alimentaire fait défaut.

Deux petits villages proches se sont engagés à porter le projet sous la direction de l'ONG locale
OSRA. L'agriculture familiale occupe des parcelles de maximum 50 ares, une superficie qui s'est
fort rétrécie au fil du temps vu la croissance démographique. Ce projet compte ainsi apporter
une révolution dans la manière d'organiser et de soigner l'agriculture familiale

Comment s’y prendre ?


1. En premier lieu, le facteur clé: activer - dès le début ! - la participation continue de la
communauté villageoise dans le planning, la réalisation et le monitoring du projet.
3
2. Former et installer le 'Comité WASH - WAter, Sanitation, Health - dont le statut est
entériné par les autorités locales et du village. Ce Comité - formé de sept personnes dont
3 ou 4 femmes – est en charge de l'organisation du point d'eau et de son fonctionnement.
Il a aussi comme fonction d'être le 'promoteur sanitaire' dans le village. Les membres
sont formés pour cela et restent en contact avec les responsables locaux du Ministère de
la Santé
3. Les sondages du Service des Eaux indiqueront les points de forage des puits à 70 m ;
les villageois valideront. Installation des pompes à main qui ont prouvé leur fiabilité
ailleurs.
4. Formation de 200 fermiers et fermières à l'agriculture familiale (culture de fruits et
légumes). Développer des connaissances agricoles pour mieux gérer les méthodes
d'irrigation en préservant les impératifs écologiques.
5. Fourniture de 4000 plants fruitiers, et de 200 kg de semences légumineuses
6. Dans un souci de durabilité on veillera, par une action collatérale, à l'amélioration
sanitaire des villageois à travers le comité 'WASH'.
7. A chaque stade, utilisation de l'expertise d'OSRA et des services gouvernementaux du
District

Quel budget ?
Il s’agit d’un projet au coût total de 47.500€. Il s’étalera sur un an. Le forage et l’installation
des postes hydriques coûteront 23.000€. Les achats de plants et semences, un peu moins de
11.000€. Il y aura de la formation et de l’écolage pour 4.000€. Les salaires, frais de
fonctionnement et transports absorberont les 9.500€ restants.

Quel impact ?
En bénéficieront directement: 200 agriculteurs (140 hommes et 60 femmes), ce qui représente
une population de 1400 personnes.
Indirectement, on estime qu'au moins 400 personnes supplémentaires seront impactées par ce
projet, car la production agricole ne servira pas qu'aux familles cultivatrices; le surplus sera
vendu sur les marchés.
De plus, non seulement les pratiques sanitaires améliorées seront rapidement copiées par
d'autres agriculteurs voisins ou des communes périphériques, mais ils apprendront en outre à
diversifier leurs cultures. Ce que l'on peut appeler 'percolation' à travers la population a été
clairement observé précédemment

Quel financement ?
Le Fonds Elisabeth et Amélie, géré par la Fondation Roi Baudouin prend généreusement
en charge 36.840€ soit la plus grande partie du projet. La population bénéficiaire locale
apportera des matériaux et du travail pour 1.000€.

Il reste donc environ 10.000€ à financer, dont 3.000€ sont


déjà couverts. Nous espérons dès lors pouvoir compter sur la
générosité de nos donateurs et sympathisants pour combler
la différence de 7.000€, et ainsi permettre à cette population
d’entrevoir une vie meilleure. Comme notre asbl travaille
bénévolement, les dons sont dès lors transmis dans leur
intégralité.
Nous accueillerons avec joie et gratitude votre participation (fiscalement déductible)
sur le compte bancaire de l’association :
(Par virement européen SEPA)
HELP OSRA ETHIOPIA asbl - code IBAN BE69 3101 7953 6578 - code BIC : BBRUBEBB
avec mention: don OSRA 2020
(En Belgique, les dons de min. 40€ sur l’année bénéficient d’une réduction d’impôt de 60% du montant donné)

11/ 1, avenue de Mercure - 1180 Bruxelles - Tél : 02 675 41 22 - e-mail : help.osra@skynet.be

Vous aimerez peut-être aussi