Vous êtes sur la page 1sur 50

Partie 2: Introduction à la

comptabilité analytique
I- Chapitre préliminaire

II- La méthode des coûts complets

III- La méthode des coûts partiels


Chapitre préliminaire :
Généralités sur la comptabilité analytique

A- Définition de la comptabilité analytique


B- Principaux objectifs de la comptabilité analytique
C- Les caractéristiques d’un coût
D- Les principales méthodes de comptabilité analytique
E- Les éléments constitutifs des coûts
F -Evaluation des stocks
Chapitre préliminaire :
Généralités sur la comptabilité analytique

A) Définition de la comptabilité de gestion


1- Définition du CGNC

La CA est « un mode de traitement des données » qui après analyse, traitement, et


reclassement par destination ou par fonction des charges et des produits de la
comptabilité générale, permet:

 De connaître les coûts et les résultats des différentes fonctions de l’entreprise.


 D’analyser les résultats après calcul des coûts des biens de services et leur
comparaison au prix de vente
 D’évaluer les éléments du bilan de l’entreprise ».
Chapitre préliminaire :
Généralités sur la comptabilité analytique

B) Principaux objectifs de la comptabilité analytique

Calcul des coûts et analyse de la rentabilité

Objectif de la
comptabilité
analytique

Aide à la prise de décision Contrôle de gestion


Objectifs de la comptabilité analytique

Contrôle de gestion
Etablir les prévisions de charges et produits courants ;
 En constater la réalisation et expliquer les écarts qui en
Aide à la prise de décision résultent
Objectifs de la comptabilité analytique

La comptabilité analytique décrit les événements qui se produisent à l’intérieur de


l’entreprise.

Achats Biens et Ventes Produits et


Entreprise
services services

Comptabilité Comptabilité Comptabilité


générale analytique générale
Comptabilité analytique vs générale
Chapitre préliminaire :
Généralités sur la comptabilité analytique

D) Les caractéristiques d’un coût


1- Le champ d’application du
calcul

Coût par fonction Coût par opération Coût par responsable Coût par activité
économique comptable

2- Contenu 3- Moment de calcul

Coûts complets Coûts partiels Coûts Coûts


constatés préétablis
Chapitre préliminaire :
Généralités sur la comptabilité analytique

E) Les principales méthodes de la comptabilité analytique

 La méthode des sections homogènes ;


 La méthode de l’imputation rationnelle ;
 La méthode de direct costing ;
 La méthode du coût marginal ;
 La méthode A.B.C ou comptabilité par activité ;
 La méthode des coûts standards ;
 La méthode Input-Output ou comptabilité à base de processus.
Ces différentes méthodes peuvent être regroupées en deux principales méthodes :
o La méthode des coûts complets
o La méthode des coûts partiels
Chapitre préliminaire :
Généralités sur la comptabilité analytique

F) Les éléments constitutifs des coûts

Approvisionnement Coût d’achat

Production Coût de production


Coût de revient

Distribution Coût de distribution

Le coût de revient est le coût complet d’un produit au stade final de son élaboration.
Chapitre préliminaire :
Généralités sur la comptabilité analytique 12

Coût d’achat = prix d’achat +frais sur achats

Coût de production = coût d’achat des matières consommées


+
main d’oeuvre directe(MOD)
+
autres frais de production

Coût de revient = coût de production des articles vendus


+
coût de distribution
Chapitre préliminaire :
Généralités sur la comptabilité analytique

I- L’évaluation des stocks

• Les stocks sont constitués de l’ensemble des biens qui interviennent dans le
cycle d’exploitation de l’entreprise pour être :
 Soit vendus en l’état
 Soit consommés au premier usage dans le processus de production de l’entreprise
I- L’évaluation des stocks

Typologie Stocks

Phase Phase de Phase de


d’approvisionnement production distribution

• Marchandises • Produits intermédiaires • Produits finis


• Matières premières • Produits en-cours • Produits résiduels
• Matières consommables • Emballages
• Emballages • Marchandises
Chapitre préliminaire :
Généralités sur la comptabilité analytique

1) L’inventaire permanent vs intermittent:


 La comptabilité des matières, des produits finis ou semi-finis et des autres éléments du
stock est tenue suivant la méthode de l’inventaire permanent.

 C’est une organisation des stocks qui permet de connaître de façon constante au cours de
l’exercice les existants chiffrées en quantité et en valeur: tenue systématique des fiches
de stock (informatique).

 En comptabilité générale, l’inventaire des stocks est tenu selon la méthode de l’inventaire
intermittent (en fin de période comptable)
Chapitre préliminaire :
Généralités sur la comptabilité analytique

2) Evaluation des mouvements des stocks :


Evaluation des entrées :(CGNC)
Les entrées des matières premières et fournitures consommables sont enregistrées à
leur coût d’achat.
Les entrées des produits finis ou semi-finis sont enregistrées à leur coût de
production.

Achats Stocks Production Stocks Distribution

Entrée en stock des Sortie de stock pour Entrée en stock de la Sortie de stock pour
approvisionnements la production production la vente
Chapitre
2) préliminaire
Evaluation :
des mouvements des stocks :
Généralités sur la comptabilité analytique

Evaluation des sorties


Pour évaluer les sorties, plusieurs procédés peuvent être adoptés :
 Coût moyen unitaire pondéré
 Première entrée, Première sortie : FIFO
 Dernière entrée, Première sortie : LIFO

Achats Stocks Production Stocks Distribution

Entrée en stock des Sortie de stock pour Entrée en stock de la Sortie de stock pour
approvisionnements la production production la vente
Chapitre préliminaire :
Généralités sur la comptabilité analytique

Coût moyen unitaire pondéré

D’après ce procédé, le coût des sorties est calculé après chaque entrée de la manière suivante :

SI ( en valeur) + Entrée (en valeur)


CMUP = -----------------------------------------------------------
SI ( en quantité) + Entrée (en quantité)
Chapitre préliminaire :
Généralités sur la comptabilité analytique

Application:
• 2 Janvier : SI 380 Kg à 8 DH / Kg.
• 6 Janvier : Sortie 220 Kg.
• 12 Janvier : Sortie 80 Kg.
• 16 Janvier : Entrée 250Kg à 8.5 DH / Kg.
• 19 Janvier : Sortie 160 Kg .
• 24 Janvier : Sortie 120 Kg.
• 27 Janvier : Entrée 300 Kg à 9 DH / Kg.
• 30 Janvier : Sortie150 Kg.

T.A.F : Etablir la fiche de stock selon le CMUP.


Chapitre préliminaire :
Généralités sur la comptabilité analytique

Fiche de stock selon le CMUP


Chapitre préliminaire :
Généralités sur la comptabilité analytique

Première entrée, Première sortie : FIFO

Selon ce procédé, les sorties sont évaluées aux coûts les plus anciens en stock
Exemple :

2 Janvier : SI 100 unités à 10 DH / unité.


5 Janvier : Entrée de 50 unités à 11 DH / unité.
7 Janvier : Sortie de 120 unités.

T.A.F : Etablir la fiche de stock selon la méthode FIFO


Chapitre préliminaire :
Généralités sur la comptabilité analytique

Dernière entrée, Première sortie : LIFO

Exemple : voir énoncé précédent

T.A.F : Etablir la fiche de stock selon la méthode LIFO.


II- La Méthode des coûts complets
II- La Méthode des coûts complets

Des coûts obtenus en incorporant la totalité des charges.

S’appuie sur la mise en place d’une typologie des charges en directes et charges indirectes.
II- La Méthode des coûts complets

Charges incorporées

Charges directes : affectation


Charges indirectes : leur imputation
sans hypothèses
nécessitent un calcul intermédiaire
ou calcul intermédiaire

Matières premières ; Dotations aux amortissements des


machines ;
Main d’œuvre directe ;
Frais d’entretien des machines ;
Frais de publicité spécifique à un
produit … Frais d’administration…
Traitement des charges indirectes :

Répartition Imputation
Charges
En fonction des coûts
unités d’œuvre
Indirectes Grâce à des clés de consommées
répartition technico-
comptables (surfaces
occupées, puissances
installées…)
Centres d’analyse
II- La Méthode des coûts complets

Charges par nature

Charges indirectes Charges directes


Ensemble des centres

Centres

affectation
d’analyse

auxiliaires

Centres principaux

Coût complet
Les centres d’analyse :

Unités qui regroupent des activités homogènes (exemple: un atelier d ’emballage, un service
comptable).
Centres principaux: participent directement à la production (l ’atelier)
Centres auxiliaires: jouent un rôle plus fonctionnel, et travaillent pour les autres centres
(service comptable)

Centre d’analyse

Centres d’analyse auxiliaires : Centres d’analyse principaux :


II- La Méthode des coûts complets

La répartition

• Répartition primaire: frais clairement rattachés aux centres principaux.


(exemple: les salaires des ouvriers de l ’atelier).
• Répartition secondaire: les frais des centres auxiliaires sont répartis entre
les centres principaux. Exemple: le service comptable travaille pour tous
les centre principaux.
II- La Méthode des coûts complets

L ’imputation
• Une fois que l ’on a calculé les frais de chaque centre principal, on les
impute aux différents produits en fonction du nombre d ’unité d ’œuvre
consommée par chaque produit
Les unités d’œuvre :

 L’unité d’œuvre est l’unité physique permettant de mesurer l’activité déployée par un centre et
d’imputer ses prestations aux coûts de produits.
 Le choix de l’unité d’œuvre peut être :
 La main d’œuvre directe
 L’heure machine
 Le nombre de unités de matières …
 Le calcul du coût de l’unité d’œuvre, pour une période donnée, est le quotient :

Coût du centre d’analyse

Nombres d’unités d’œuvre fournies

 L’imputation du coût du centre aux coûts du produit fera proportionnellement au nombre


d’unités d’œuvre consommées par ce dernier.
II- La Méthode des coûts complets 32
Étapes de mise en œuvre (synthèse)
• Recensement de toutes les charges de l ’entreprise
• Classement en coûts directs et en coûts indirects
• Affectation des coûts directs au compte de coût de revient des différents produits
• Choix des sections homogènes principales et auxiliaires les mieux adaptées à l’activité et
au mode de fonctionnement de l’entreprise
• Choix de l’unité d’œuvre pour chaque section
• Regroupement des charges indirectes dans les sections homogènes
• Calcul du montant de l’unité d’œuvre
• Imputation des coûts indirects aux coût de revient des produits en calculant le nombre
d’unités d’œuvre de chaque section consommées pour fabriquer une unité de chaque
produit
II- La Méthode des coûts complets 33

INTÉRÊT DE LA MÉTHODE

 permet de calculer un coût de revient complet grâce à l’imputation des charges indirectes

 Le regroupement des charges par section peut faciliter la mise en place d’une gestion
budgétaire et la répartition des responsabilité parmi les collaborateurs
II- La Méthode des coûts complets

LIMITES DE LA MÉTHODE

Difficulté de constituer des sections véritablement homogènes

Difficulté de définir des unités d’œuvre qui s’appliquent correctement à


chaque coût

Risque de lourdeur dans le fonctionnement du système


III- La méthode des coûts partiels
(Direct Costing)

35
III- La méthode des coûts partiels

I- Les principes théoriques de la méthode :


1- Les principes de la méthode

 Des coûts obtenus en incorporant qu’une partie des charges pertinentes en fonction du problème
traité.
 La méthode est basée sur la distinction entre charges variables et charges fixes

 La méthode n’est pas basée sur la distinction entre charges directes et charges indirectes,
contrairement à ce que pourrait laisser penser l’appellation « direct costing »

 L’appellation « variable costing » serait donc plus significative pour la méthode

36
III- La méthode des coûts partiels

I- Les principes théoriques de la méthode :

2- Distinction charges fixes charges variables

 Il s’agit d’étudier la relation entre charges et niveau d’activité de l’entreprise.

 Certaines charges dépendent du niveau d’activité de l’entreprise. D’autres charges en sont


indépendantes.

37
I- Les
III- Laprincipes
méthode théoriquesde
des coûtslapartiels
méthode :

a. Les charges variable


Ce sont des charges qui varient avec le volume d’activité de l’entreprise

C.V

Forme générale
y= ax

Activité
38
III- La méthode des coûts partiels

b. Les charges fixes:


Ce sont des charges dont le montant reste stable quel que soit le niveau d’activité, dans le cadre
d’une structure donnée, d’où leur autre appellation « charges de structures ».

C.F

Forme générale y= b

Activité
39
III- La méthode des coûts partiels

b. Les charges fixes


• En longue période et en cas de changements de structure (changement de capacité de production). Les
charges fixes varient par paliers.

C.V

Activité
CA1 CA2
40
III- La méthode des coûts partiels

c. Les charges semi - variables

Elles comportent une partie fixe et une partie variable.


Exemple : Salaires des représentants commerciaux.

Forme générale
Y= ax+b

41
III- La méthode des coûts partiels

3- Le schéma général de fonctionnement de la méthode de direct costing simple


a) La méthode est basée sur la structure de l’entreprise par produit ou ligne de produit, et non
sur la structure divisionnaire, comme c’est le cas pour la méthode des sections homogènes.
b) On distingue donc autant de compartiments de coûts que de produits ou lignes de produits
pour lesquels on désire calculer les coûts ;
c) On analyse les charges par variabilité selon cette structure
d) Les charges variables sont ventilées entre les produits ce qui nous permet de calculer
pour chaque produit une marge sur coût variable.
e) Les frais fixes sont ensuite retranchés globalement de la somme algébrique des marges sur
coût variable des différents produits, ce qui nous permet de dégager un résultat global.

42
III- La méthode des coûts partiels

3- Le schéma général de fonctionnement de la méthode de direct costing simple


Le compte de résultat en coût variable se présente comme suit :

Activités ou produits ou groupes de produits


Total P1 P2 P3 P4 … Pn
Chiffre d’affaires (HT) C.A C.a.1 C.a.2 C.a.3 C.a.4 C.a.n
- Coût variable des ventes -C.V. C.v.1 C.v.2 C.v.3 C.v.4 C.v.n
Coût variable de distribution
Coût variable de production
= Marge sur coût variable Σ Mi m.b. m.b.2 m.b.3 m.b.4 m.b.n
(ou marge brute) 1
Charges de structure - C.S
(non réparties)
= Résultat =R
43
III- La méthode des coûts partiels

Exemple :

Eléments Total A B
Ventes 450 100 350
- CV 260 60 200
= M/CV 190 40 150
- CF 160
Résultat Global 30
Diagnostic de profitabilité
La contribution de la M/CV du produit B à la couverture des charges fixes est beaucoup plus importante que
celle du produit A. en effet la M/CV de B couvre presque la totalité des CF alors que celle de A en couvre à
peine 25%.
III- La méthode des coûts partiels

Intérêts de la méthode

Dans le diagnostic de profitabilité d’un produit, la première phase est de s’assurer que le prix
de vente couvre au moins les charges variables. Si tel n’est pas le cas, on a une marge négative
qui vient s’ajouter au coût de structure (c’est-à-dire les CF). Dans ce cas tout accroissement de
volume d’activité dégrade les résultats. Si au contraire la M/CV est positive, le critère de
jugement sur un produit se base sur la contribution de sa marge à couvrir les charges fixes
III- La méthode des coûts partiels

En ce qui concerne les prévisions

 Le fait de « connaître » le comportement des charges donne la


possibilité de calculer
 Les résultats prévisionnels
 Les coûts prévisionnels

 La prise de décision est donc « facilitée » et par conséquent


l’établissement des budgets.

.
III- La méthode des coûts partiels

 En ce qui concerne l’exploitation


L’une des applications de la méthode des coûts variable est la détermination du seuil de
rentabilité
Les responsables de l’entreprise vont pouvoir déterminer le chiffre d’affaires et/ou la
production indispensable à la couverture des frais fixes c’est-à-dire, le point critique en
dessous duquel l’entreprise ne doit pas descendre, afin d’éviter les pertes ; ce minimum est
appelé seuil de rentabilité

Au seuil de rentabilité nous avons l’égalité suivante:


marge sur coût variable = charges fixes
III- La méthode des coûts partiels

Présentation d’un compte de résultat différentiel

Charges Montant
Chiffre d’affaire 800 000
Charges variables 480 000
----------------------------------------------- -----------------------------------------------
Marge sur cout variable 320 000
Charges fixes 200 000
----------------------------------------------- -----------------------------------------------
Résultat 200 000
III- La méthode des coûts partiels

Détermination du seuil de rentabilité


Seuil de rentabilité = charges fixes / taux de marge

Taux de marge = marge sur cout variable/chiffre d’affaire

Dans notre exemple taux de marge = 320 000/800 000= 0,4


Donc SR= 200 000/0,4= 500 000

Point mort : date à laquelle on atteint le SR


Point mort= SR x 360 /Chiffre d’affaire annuel
Dans notre exemple PM= 500 000 x 360 / 800 000=225 jours soit 7,5
mois PM est atteint le 15 Aout
III- La méthode des coûts partiels

• Bibliographie :

• Claude Allazad et Separi « contrôle de gestion »,épreuve N° 7 DECF . Edition


Duno
• A Bendriouch « comptabilité analytique pour le contrôle de gestion » edition
Cogefos
• Court H et J Leurion « Comptabilité Analytique » edition Foucher
• L. Dubrille et D. Jourdain « comptabilité de gestion »
• Magerin et Ausset « comptabilité analytique »