Vous êtes sur la page 1sur 4

CYCLES RISQUES FISCAUX ASSOCIES

Règles générales  Comptabilité non tenue conformément aux dispositions légales (CGNC ou autres) notamment quant aux états 
obligatoires, la codification des comptes, la nature des écritures, etc.
 Absence de manuel de procédures comptables
 Absence de livres cotés et paraphés (journal, inventaire, assemblées et conseil, transfert des actions pour les SA,
paie sauf dispense).
 Non tenue correcte des archives (10 ans).
Ventes / Clients  Minoration du chiffre d’affaires ou chiffre d’affaires non comptabilisé. 
 Vente à des prix inférieurs au prix du marché (notamment à des sociétés apparentées)
 Non facturation des gratuités (exemple le secteur pharmaceutique, hôtelier, etc.)
 Avoirs non justifiés (par des bons de retours signés par les clients, des bons d’entrée en stock, etc.)
 Non réintégration des pertes sur créances non couvertes par une procédure judiciaire ou sans continuation de la
procédure.
 Non réintégration des provisions pour créances ne remplissant pas les conditions de déductibilité.
 Non reprise des provisions devenues sans objet (suite à un jugement en faveur de la société)
 Créances anciennes non recouvrées
 Ventes en exonération de la TVA en l’absence d’attestations d’exonération
 Marge très inférieure à celle du secteur sans justifications valables.
 Non justification des refacturations à l’identique et des débours.
 Non facturation des prestations (local, mise à disposition du personnel, prêts, etc.)à des sociétés intragroupes au
prix du marché.
 Montant des pourboires (hôtel)
Achats /  Charges non liées à l’exploitation 
Fournisseurs  Charges non appuyées par des pièces probantes
 Achats à des prix majorés au prix du marché (notamment à des sociétés apparentées)
 Présence de factures fictives
 Existence des charges à payer ou des factures non parvenues anciennes.
 Les dettes au-delà de 5 ans (prescription commerciale) ont-elles été passées en produits non courants.
 La non constatation des remises et ristournes annuelles à recevoir.
 Constatation des charges immobilisables.
Paie/Personnel  Erreur dans le calcul de l’IR 
Page 1 sur 4
 Non individualisation de la provision pour congés payés
 Absence de preuves pour la constatation des charges à payer relatives aux primes et gratifications.
Stocks  Absence d’inventaire physique 
 Stock mal valorisé (frais d’approche, respect des règles CMP/FIFO, stock négatif, stock valorisé à 0 ou un prix
inférieur à son coût).
 Non respect de l’équation : achats + stock initial = ventes + stock final en volume.
 Les provisions pour stocks sont elles individualisées (par article ou famille d’article) et appuyées par des justificatifs
(PV de destruction ultérieure mais attention à la valeur marchande, vente ultérieure à une valeur inférieure à la
valeur comptable, etc.)
 Non réintégration de l’écart sur stock non justifié.
Immobilisations/  Immobilisations en non valeur : 
Amortissements o Les charges activées ne répondent pas aux conditions requises
o Exhaustivité des charges activables
o Durée d’amortissement (5 ans sans prorata)
 Immobilisations incorporelles et corporelles
o Evaluation au coût jusqu’à la mise en service.
o Absence d’inventaire et son rapprochement avec la comptabilité
o Durées d’amortissement (biens d’occasion, leasing)
o Omission de constatation comptable des amortissements.
o Exhaustivité des immobilisations notamment les charges qui ont la nature d’immobilisations.
o Déclaration de livraison à soi-même en cas de production par l’entreprise
o La cession des immobilisations non faite sur la base du prix du marché.
 Immobilisations financières :
o Prêts ou avances non producteurs d’intérêt au taux du marché.
o Provisions sur les titres ne répondant pas aux conditions fiscales de déductibilité.
Capitaux /  La retenue à la source (15%) pour la distribution des dividendes pour les personnes physiques et les personnes 
Dettes morales étrangères
/Provisions pour  Existence du certificat de propriété pour les distributions de dividendes à des personnes morales marocaines.
risques et  Absence de procédure judiciaire pour les provisions pour litiges.
charges  Non reprise des provisions devenues sans objet.
TVA  Non déclaration de la TVA sur les prestations de services par des non résidents. 

Page 2 sur 4
 Ecart non justifié entre les totaux des crédits des relevés bancaires de la société et le chiffre d’affaires déclaré.
 Ecart non justifié entre le chiffre d’affaires comptable corrigé de la variation des postes de créances et le chiffre
d’affaires déclaré
 Déduction des TVA non récupérables (Art 106, missions, charges non liées à l’exploitation, voitures de tourisme,
gasoil, etc.)
 Déduction de la TVA sans pièces justificatives probantes (conditions de fond et de forme)
 Absence de calcul de prorata en présence d’activités n’ouvrant pas droit à déduction.
 Absence de régularisation de la TVA ou facturation de la TVA en cas de vente de biens d’occasion.
 Non régularisation de la TVA sur le stock disparu sans justificatif.
IR  Les indemnités et avantages non imposées (transport, représentation, voiture de fonction, logement, frais de 
téléphone mobiles, etc.)
 Existence de frais de déplacement non justifiés
 Différentiel de taux d’intérêt non imposé.
 Exonération des indemnités de licenciement non appuyée par une décision du tribunal ou avec une procédure de
réconciliation devant l’inspecteur de travail (partie correspondant à l’indemnité légale)
 Non concordance de la déclaration annuelle des salaires avec les charges du personnel comptabilisé
 Non imposition au taux de 30% de la rémunération des occasionnels.
IS  Les différentes réintégrations : 
o Provisions (notamment pour stocks et créances) ne répondant aux conditions fiscales de déductibilité)
o Provisions pour garantie.
o Excédent d’amortissement des voitures de tourisme
o Excédent d’intérêt sur compte courant d’associés
o Dons
o Cadeaux dépassant 100 DHS TTC et ne portant pas le sigle ou le logo
o Charges sur des exercices antérieurs
o Ecarts de conversion passif N
o Pertes sur créances non justifiées par actions en justice.
o Amendes, pénalités et majorations.
 Les déductions :
o Dividendes
o Les écarts de conversion passif N-1

Page 3 sur 4
o Les reprises sur provisions non déductibles.
 Mauvais calcul de l’IS notamment avec l’existence d’activités exonérées.
 Non Imputation des déficits
 Non imputation de la cotisation minimale.
 Non dépôt ou dépôt avec des manquements des différentes déclarations accompagnant la liasse (rémunérations
versés à des tiers, rémunérations versés à des tiers non résidents, justification des déficits, etc.)
Trésorerie  Existence de paiement en espèces pour des factures dépassant 10.000 DHS ou des encaissements pour des 
montants dépassant 20.000 DHS.
Taxe  Absence de contrôle de la valeur locative qui sert de base pour la déclaration de la taxe professionnelle 
professionnelle  Non dépôt de la déclaration annuelle.

%\$VSHUQNODYHU

Page 4 sur 4

Vous aimerez peut-être aussi