Vous êtes sur la page 1sur 18

CHAP.

2 LE CONCEPT RADIOCELLULAIRE

1. Introduction

Ce concept repose sur une règle d’ingénierie radio très simple (liaisons duplex, E/R omnidirectionnel,
BTS fixe) qui lorsqu’elle est associée à des techniques modernes d’Intelligences (principe du modèle OSI),
permet l’extension continue de la zone géographique à couvrir et l’augmentation du nombre d’utilisateurs
mobiles.
La motivation principale qui favorise la mise en œuvre d’un système ou réseau de téléphonie mobile
cellulaire est d’améliorer l’utilisation de l’efficacité du spectre (ressource rare) et la couverture
radio (qualité de service):
 Le concept cellulaire peut résoudre le problème de congestion spectrale et augmenter la capacité
du système et donc du réseau d’accès radio (RAN en anglais) et que nous appelons, ici, RRC.
 La capacité peut être augmentée sans allocation supplémentaire du spectre (fréquence).
 3 Enjeux techniques majeurs:
a) Réduire la puissance de transmission radio : Le territoire est divise en "cellules", desservies chacune
par une (ou plusieurs) stations de base (macro, micro, pico et femto cells ), l'ensemble de ces cellules
formant un seul réseau
b) Augmenter la capacité du système
 étaler la couverture pour autant de cellules que nécessaire (réutilisation vs résistance aux
Interférences)
 augmenter le nombre maximum des utilisateurs mobiles accédant au réseau (cell spliting,
sectoring)
c) Réduire les interférences (filtrage RFE très sélectif, Antennes directives, antennes multiples
intelligentes)

2. La Liaison Radio cellulaire mobile

a) Caractéristiques de la propagation radio mobile:


– Une onde peut subir plusieurs altérations : réflexions, diffractions, diffusions (évanouissements
rapides) et absorption (murs, obstacles, …).
Pour un signal radio émis, le signal reçu est :
Signal reçu = (onde directe) + ondes diffractées + ondes réfléchies
– Les trajets du signal se propageant de l’émetteur RF vers le récepteur peuvent être multiples
(absence fréquente de trajet direct en milieu urbain),
– La présence d’obstacles (éventuellement mobiles) autour du récepteur provoque un effet de masque
(shadowing ou évanouissement lent).
• Exemple de variations du signal reçu en fonction de la distance :
b) Puissances RF mise en jeu : cas du GSM 900 MHz et UMTS
Dans le contexte d’1 environnement outdoor/Indoor obstrué, la puissance reçu à une distance ’d’ est
aussi approximée par l’expression générale suivante:


-d0: la distance de la BTS d’émission vers le point de référence ou obstacle (de 1 à 100 m)
-Pr (d0): puissance reçu à proximité d’un point de référence d0 dans la région de champ lointain de
l’antenne.
-ϒ: exposant de perte de trajet (entre 2 et 4 dans les zones urbaines)

D’autres modèles de propagation empiriques et/ou déterministes sont utilisés dans la planification de
la couverture radio cellulaire outdoor et indoor (cost 231, UIT-P 1546, Winner,…) pour l’estimation du MAPL
et Rayon de cellule.

c) Bilan de Puissance de la Liaison RF Cellulaire


Le bilan de liaison radio (BLR) est un calcul des puissances du signal RF, des puissances de bruit et / ou
des rapports signal sur bruit pour une liaison de communication duplex symétrique, et constitue une
approche utile pour la conception de base d’un système de communication radio complet.

Seuil de Sensibilité
d) Seuil de réception du récepteur RF

– bruit du récepteur : Le bruit résulte des propriétés du récepteur (Facteur de bruit du RF Front End, SRF)

– seuil de réception (SRF) :


Srec = Pr min = N . (C/N)seuil
= N . F. (S/N)out = N. F. (Eb /No)seuil. Db/Bw ;
F: facteur de bruit du récepteur
N : puissance de bruit/entrée Récepteur
Prmin(dBm) : PIRETX + Grx – Lrec – MAPL(d) - Mtotale
Où : MAPL= Max Allowed Path Loss et Mtotale = marge de puissance du système
e) Interférences :

Une interférence est tout signal qui peut altérer, modifier ou perturber un signal radio lorsqu'il est
transmis sur un canal RF entre une source et un récepteur. Le terme fait généralement référence à
l’addition de signaux non désirés à un signal radio utile.
 Interférences canaux adjacents (fréquentiel): Ica
f) Interference Co Canal (spatial) : Icc

Dans un réseau cellulaire F/TDMA/OFDMA, les ressources fréquentielles sont réutilisées :


 L’utilisation d’une même fréquence sur deux sites éloignés crée de l’interférence co-canal.

– R : rayon de la cellule,
– D : distance de réutilisation des fréquences.

 Les cellules utilisant la même fréquence s’interfèrent mutuellement (D/R > seuil)

g) Interférences inter-symboles (temporel) : IES

Durant la communication, le récepteur mobile reçoit le signal numérique et après démodulation il


détecte à un instant de décision ‘kT’ donné, plusieurs symboles décalés (multi paths).
conséquence : distorsion sur le symbole utile Détecté s(kT).

Le calcul d’interférence sur le lien/liaison radio dans une cellule : Ik = Ica + Icc + Ies

h) Capacité du canal Radio

La capacité d’un canal de communication numérique est le débit maximal admissible, soit :
– sans erreur (théorique)
– pour un taux d’erreur donnée (pratique)
 la capacité est égale au produit du débit symbole maximal par le nombre de bits/symbole.
C = max( Rate symb )x max(Nb)
– dans un canal à bruit additif gaussien, il est possible de trouver une méthode de codage, telle que
pour tout Débit Rb existe un débit max admissible C, C =W × log2 (1+ SNR) (b/s)
tel que la transmission soit sans erreur.
W : largeur de bande en Hz, du lien RF (ou après dé-modulation)
SNR : rapport des puissances entre signal RF et bruit à l’entrée RF (ou après Démod (Eb.Db/No.Wbb)).

Remarque importante :
 la capacité d’un lien radio est limitée par la largeur de bande du lien et le SNR admissible en
réception.
 Le SNR admissible en réception dépend du taux d’erreur acceptable et de la modulation choisie
(courbe).
 Le bruit résulte des propriétés du récepteur (sensibilité) mais également des interférences
Fréquentielles, temporelles et spatiales.
 L’ensemble doit être pris en compte pour déterminer la qualité du lien radio.
i) La qualité de signal/service Radio
Les critères de qualité radio sont: CNR, CINR, Eb/No
• La qualité du signal radio est mesurée par le CINR.
• Les services de type circuit (e.g. la voix) sont caractérisés par un seuil de fonctionnement Eb/No ou
TEB=10-3
Chaîne de transmission simplifiée :

 Le CINR est un rapport de puissances à l’entrée de la chaîne de réception. Le CINR seuil dépend du
service et du système/standard radio .
 Eb est l’énergie bit, No est la densité spectrale du bruit. L’[Eb/No]seuil est caractéristique du
service. On parle « d’EbNo ».
 Le codage canal peut être vu comme un booster permettant un seuil de fonctionnement Eb/No plus
faible.
 Ordre de grandeur de l’[Eb/No]seuil pour la voix GSM: [EbNo]seuil ~ 6dB.

Autres grandeures de mesure de la qualité :

• Probabilité de blocage (blocking) : probabilité que le contrôle d’admission rejette un nouvel appel par
manque de ressources. On utilise la loi Erlang-B pour le dimensionnement. On désire généralement Pb<2%.
• Probabilité de coupure (dropping) : probabilité qu’un appel en cours soit interrompu. Raisons
possibles :
– Mauvaises conditions radio persistantes,
– Echec du hand-over.
– On utilise parfois un Grade of Service GoS=10*Pdrop+Pb
• Probabilité de dépassement (outage) : probabilité que le SINR soit inférieur au SINR seuil. Pout =
Pr(SINR<SINRseuil). Pout<2% pour un service de parole (en général).
3. Les Fondements du concept cellulaire

a) Forme de la cellule – choix du modèle.


Bien que la véritable empreinte (forme) de la cellule radio soit de nature amorphe (irrégulière), une
forme cellulaire régulière est nécessaire, en théorie, afin de simuler l’ingénierie radio du réseau d’accès et
l’adaptation technologique à la croissance/extension ou développement future.

Superficie :
- Cercle = 3,14 R2 ; Carré = 2R2 ; Triangle Equilat = 1,3R2 ; hexagone= 2,6 R2
Le choix d’une forme doit reposer sur la problématique (les critères) suivante :
- Problématique : Une cellule doit être conçue pour servir les mobiles les moins sensibles au sein de
l’empreinte (forme), et ceux-ci peuvent être généralement situés à la frontière de la cellule.
 Théorie = espace libre = isotrope.
 Structure régulière = voisinage homogène
 1 cellule = k voisines équidistantes
 Positionnement des cellules (formes) doit être linéaire avec recouvrement minimal.
Solution : La forme Hexagonale est la plus adaptée
- L’hexagone décrit mieux un cercle (Espace libre)
-L’hexagone possède la plus grande superficie parmi les trois formes.
- En utilisant la géométrie hexagonale, le plus petit nombre de cellules peut couvrir une région
géographique donnée.

b) Découpage Hexagonale d’une Zone géographique


-Modèle hexagonal: superposition idéale des cellules sur la cartographie d’une zone géograph (radio
coverage design)
-Découpage régulier et homogène (propagation et trafic) du réseau RRC ou RAN (utile pour une
première planification radio cellulaire).

 Type de structure/découpage cellulaire du réseau radio RAN : sur la base du rayon de couverture, il
existe quatre types de découpage cellulaire : Macrocells, Microcells, Picocells et Nanocells.
a. Réseaux radio macro cellulaires :
Les réseaux macro cellulaires sont principalement utilisés pour couvrir de vastes zones à faible
densité de trafic. Les macro cellules ont des rayons compris entre 1 et 10 km, voir plus. Les Grandes
macro cellules, avec des rayons entre 5 et 10 km ou même plus, sont utilisées pour les zones
rurales, les grands axes routiers mais aussi en zone suburbaine pour la couverture des mobiles
empruntant les highway périphériques (superposition de cellules). De petites cellules, avec des
rayons compris entre 1 et 5 km, sont utilisées si la densité du trafic dans les grandes cellules est si
élevée qu'elle provoque le blocage des appels. Ils fournissent donc ces grandes cellules avec une
capacité supplémentaire (division des cellules). La planification de petites cellules est plus difficile
car les prévisions du trafic pour des zones relativement petites ne peuvent pas être faites
facilement, et ces signaux subissent des trajets multiples, Evanouissement de Rayleigh et effet
d’ombres log-normales.
b. Réseaux radio micro cellulaires
Les réseaux radio micro cellulaires sont utilisés dans les zones à forte densité de trafic, comme les
zones urbaines. Les cellules ont des rayons compris entre 200 m et 1 km. Pour des cellules aussi
petites, il est difficile de prédire les densités de trafic et couverture de la zone car la forme de la
cellule est dynamique dans le temps (c'est-à-dire que la forme change de temps à temps) en raison
des caractéristiques de propagation. Les microcellules unidirectionnelles sont placées en une
chaîne le long des principaux boulevards à forte densité de trafic, alors que «bidirectionnel» fait
référence au cas où une antenne transmet le rayon principal et deux rayons supplémentaires sont
réfléchis sur les bâtiments des deux côtés de la rue.
Dans ces cellules, les antennes sont placées à la hauteur des réverbères; par conséquent, les
bâtiments environnants bloquent la propagation du signal vers les cellules co-canal adjacentes. Cela
améliore la capacité de réutilisation de fréquences, car les interférences dans le même canal sont
considérablement réduites par l'effet d'ombre causé par l'infrastructure.
c. Réseaux radio pico cellulaires
Une pico cellule est la plus petite des cellules d'un système sans fil, couvrant normalement une
zone de bureau pour prendre en charge un système sans fil intégré au bâtiment. Le terme picocell
est le plus couramment utilisé en relation avec les systèmes de communications personnelles de
troisième génération (3G). Les pico cellules sont presque toujours placé à l'intérieur (grandes
offices, aéroports, supermarchés,…) et elles ont des rayons de cellule entre 10 et 200 m. Pour les
applications en intérieur, les cellules ont des structures tridimensionnelles, Tailles de cluster fixes,
les attributions de canaux fixes et la prévision des densités de trafic sont difficiles pour les
applications en intérieur.
Les systèmes radio pico cellulaires sont aussi utilisés pour la communication sans fil (wlan, …) dans
les bureaux, immeubles résidentiels, grands hotels, …).

d. Réseaux radio nano cellulaires


Une nano cellule est une unité radio portable miniature qui établit un service de téléphonie
cellulaire partout où la couverture ou la capacité est nécessaire. L'installation de ce type de réseau
est simple et rapide. Les nano cellules ne nécessitent qu'une source d'alimentation et un moyen
pour connecter la station de base à un ordinateur (fixe ou portable), puis la minicellule est prête à
fonctionner. Les nano cellules sont les nœuds cellulaires les plus rentables actuellement
disponibles. La conception d'une nano cellule combine un petit facteur de forme avec une faible
consommation d'énergie pour permettre une installation dans une large gamme des
environnements. Semblable aux pico cellules, une nano cellule peut être montée sur le mur, dans
un véhicule, dans un mallette, ou dans un boîtier extérieur résistant aux intempéries. Bien qu'il n'y
ait pas de limite au nombre d'utilisateurs qui peuvent être autorisés sur une nano cellule, jusqu'à
sept mobiles peuvent accéder au réseau en même temps. Pour une plus grande couverture ou
capacité, plusieurs stations de base nano cellulaires distribuées peuvent être reliés entre eux à
l'aide de câbles Ethernet standard. Jusqu'à quatre unités nano cellulaires peuvent être combinées
et configuré comme un réseau unique géré par un ordinateur. La portée réelle d'une nano cellule
ou la pico cellule sera déterminée par le gain de l'antenne, les obstructions matérielles et les
matériaux de construction, entre autres.

 Zone de services de la cellule

Définition de la zone de service :

- C/N> limite : Pr >Pseuil (-96dBm - GSM)


- C/I > Valeur seuil ; I=Ica + Icc
- distance<dist_max ; temps AR.
- BER<limite (< 10-3 : voix ; (< 10-6 : data )

En pratique, la cellule réelle est définie par :


-sa zone de service
- sa zone de brouillage ou interférences

Deux aspects sous-jacent :


– voisinage au sens réseau (recouvrement)
– voisinage au sens signal (interférences)
objectif : répartir les ressources de façon optimale

L’objectif principal de la conception de systèmes et/ou réseaux cellulaires est de fournir l’accès à
autant d’appels mobiles que possible (capacité cellulaire élevée) dans une largeur de bande RF donnée
(licence opérateur), de la manière la plus efficace et la plus fiable en terme de qualité de service (voix,
data).
Pour atteindre cet objectif, le système cellulaire utilise deux caractéristiques cruciales connues sous le
nom de réutilisation des fréquences et division des cellules/sectorisation.

c) Cluster et Facteur de réutilisation (Motif cellulaire)


 Le Cluster est un groupement de cellules radio utilisant toutes les ressources disponibles dans la
licence d’exploitation de l’opérateur mobile, et dans lequel chaque canal duplex (Fréq, temps,
code) est utilisé une et une seule fois.
La superficie totale de la zone géographie à couvrir est divisée en clusters (de structure (macro,micro,…)
et taille K différente selon la stratégie de déploiement de l’opérat.).
 Motif de réutilisation cellulaire : ensemble de cellules où toutes les fréquences sont différentes.
Détermination d'un motif de base et réplication de ce motif à l'infini
Résultats admis : Le nombre ‘K’ de cellules (plan de fréquence) réutilisables doit vérifier : K = i2 + j2 + ij
 ( i et j entiers). Dans ce cas, La taille ‘K’ du motif/cluster est appelée ‘Facteur de Réutilisation’.

Distance de réutilisation de canaux RF co-fréquence: exemple du cluster à K = 7 cellules


il y a 6 hexagones/cellules co-fréquence à la distance D ;
D = R√(3K) ; q = D/R = √3K: le rapport de réutilisation (ou reuse ratio)
et l’on peut tirer : K= q2/3. (K = 1; 3; 4; 7; 9 ,…)

EXEMPE DE MOTIFS/CLUSTERS

Si un opérateur dispose de N fréquences au total, avec un motif de taille K, il


pourra mettre N/K fréquences

dans chaque cellule du cluster


Planification Radio: EXEMPLE DE PLAN DE FREQUENCE - cluster k = 7 ; GSM 900
(40 Ressources/Opérateur : Macro couverture)

 Les 40 canaux RF (de 1 à 40) sont planifiés


de telle manière que chaque canal ne peut
être utilisé qu’1 seule fois dans ce motif ou
cluster cellulaire.
 De plus pour éviter de créer des
interférences adjacentes en canaux RF
dans la même cellule, on sépare les canaux
d’au moins 3 largeurs de bandes (ex : Plan
de fréquence de la cellule du centre).

-il n’y a pas d’interférence co-canal dans un même cluster ( chaque canal RF est utilisé une seule fois).
-interférence co-canal ne peut provenir que de deux cellules utilisant le même plan fréquentiel.

Motif de réutilisation : Lorsque le motif est régulier, les cellules interférentes co-canal se trouvent sur
des couronnes concentriques de rayon ‘ D ’ et ‘ D’ ‘:
Le rapport signal/interférence (C / I) au niveau des mobiles causé par les six sites BTS Interférentes est
(en moyenne) le même que le rapport C/I reçu au site de la BTS centrale causé par les mobiles
Interférentes situés dans les six cellules co-fréquence; d’où le rapport de protection (C / I) est:

 Détermination du motif en fonction du (C/I) seuil (sans prise en compte des évanouissements lents
et rapides) :

• La taille dépend du C/I seuil mais ne dépend pas de la puissance d’émission.

CAPACITE DU RRC (RAN) : cas de cellules macro


EXERCICE1 :
Considérons un système cellulaire dont le nb total de canaux vocaux disponible pour gérer le trafic est
960. L’aire de chaque cellule macro est de 6 km2 et la zone de couverture totale du système est de
2000 km2.
Calculer :
1 ) Combien de fois un cluster de taille 4 doit être répliquer pour couvrir toute la zone ? Rép : 84
2 ) nb de canaux par cellule ? Rép : 240
3 ) la capacité du système si la taille de cluster est 4 ; Rép : 80000 comm. Inst.
4 ) la capacité du système si la taille de cluster est 7 ? Rép : 45714
5 ) Est-ce que la diminution de la taille de cluster N augmente la capacité du système? Expliquez
Rép : Il est évident que lorsqu’on diminue la valeur de K de 7 à 4, on augmente la capacité du système
(ici : de 45714 à 80000 canaux), parce que la cellule disposera alors de plus de canaux RF.
Ainsi, la diminution du facteur de réutilisation K augmente la capacité du Réseau.

EXERCICE2 :
Si le coefficient de propagation mobile α = 4, Le système cellulaire Analogique nécessite un CIR=18 dB
pour une qualité acceptée de la voix.
- Quel doit être le facteur de réutilisation K ? Rép : KAnalog = 7
Le système numérique GSM nécessite un CIR= 12 dB pour une qualité acceptée de la voix.
- Quel doit être le facteur de réutilisation K? Rép : KGSM = 4

4. Ingénierie pour améliorer la couverture et la capacité du RAN

À mesure que la demande mobile augmente, le nombre de canaux RF par cellule devient insuffisant.
Par conséquent, de nouvelles techniques cellulaire de conception sont nécessaires pour fournir plus de
canaux par zone de couverture cellulaire.
Il y a diverses techniques d’ingénierie qui sont développées pour étendre la capacité du système:
• Division des cellules (cell splitting): réduire le rayon de la cellule pour augmenter la réutilisation des
fréquences.
• Sectorisation: utilise des antennes directionnelles pour contrôler les interférences et la réutilisation
des fréquences.
• placer des Répéteurs pour extension de portée: utilisez des retransmetteurs pour couvrir les zones
sujettes à la décoloration.
• zone Microcellules: répartir la couverture d'une cellule macro en cellules micro.

 Division des cellules

La division de cellules est le processus de subdivision d'une cellule encombrée en cellules plus petites,
chacune avec sa propre BTS et une réduction correspondante de la hauteur de l'antenne et de la
puissance de l'émetteur.

La division cellulaire augmente la capacité d'un système cellulaire car elle augmente le nombre de fois
que les canaux sont réutilisés.
 En diminuant le rayon R et en gardant le rapport de réutilisation du même canal D/R inchangé, la
division des cellules augmente le nombre de canaux par unité de surface.
 La technique cell splitting (division cellulaire) est une caractéristique intéressante du concept
cellulaire et est le processus de division d'une plus grande cellule congestionnée en cellules plus
petites, chacune avec son propre site cellulaire avec une réduction correspondante de puissance
de l'émetteur et hauteur de l'antenne.

Le facteur de réduction de puissance est tel que:

 Sectorisation

La sectorisation est une autre façon d'augmenter la capacité. En sectorisation, une cellule a le même
espace de couverture mais au lieu d'utiliser une seule antenne omnidirectionnelle qui transmet dans
toutes les directions, on utilise soit trois ou six antennes directionnelles et chacune avec une largeur
de faisceau d'environ 120 ° ou 60 ° comme indiqué dans Graphique qui suit.
La figure montre le cas d'une taille de cluster de K = 4 dans laquelle seulement deux des six cellules co-
canal causent des interférences à la cellule médiane pour le secteur marqué S2 dans le cas d'une
sectorisation de cellule à 120 °. Les quatre autres cellules, bien qu'elles rayonnent aux mêmes fréquences,
ne provoquent aucune Interférence parce que la cellule du milieu n'est pas dans leurs angles de
rayonnement.
Pour le cas d'une sectorisation de cellule à 60 °, une seule cellule provoque des interférences.
Le nombre de cellules interférentes co- canal dépend de la forme et de la taille du motif cellulaire ou
cluster. En ayant moins que six cellules co-canal dans le cercle co fréquence provoquant des interférences,
le CIR est augmenté pour la même taille de cluster.

Exemple :

Trouvez le rapport signal / interférence (CIR) pour un cluster de sept cellules avec des secteurs de 120 °.
L’exposant de perte de trajet de propagation est ϒ = 4.
- Rép : CIR = 18,7 dB (sans sectorisation) et CIR = 23,4 dB pour sectorisation 120°
D’où un gain d’amélioration de la couverture et capacité = 23,4 – 18,7 = 4,7 dB
- Si sectorisation à 60° : CIR = 26,45 dB et donc une amélioration de couverture radio = 26,45 – 18,7 > 7 dB.

Vous aimerez peut-être aussi