Vous êtes sur la page 1sur 7

DES REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

‫وزارة التعليم العالي و البحث العلمي‬

MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEURE ET DE LA


RECHERCHE SCIENTIFIQUE

‫جامعة محمد الشريف مساعدية –سوق اهراس‬

UNIVERSITE MOUHAMMED CHERIF MSAADIA

FACULTE SCIENCES

DEPARTEMENT DES SCIENCES ET TECHNOLOGIE

FILIERE: GENIE MECANIQUE

SPECIALITE: ELECTROMECANIQUE

TP SUR :

ETUDE DE LA MACHINE A COURANT CONTINU

Présenté par : BOUHLI NIHEL et bouamine ayoub

Année Universitaire : 2020/2021


1- Constitution :

Une machine à courant continu est une machine électrique. Il s'agit d'un convertisseur
électromécanique permettant la conversion bidirectionnelle d'énergie entre une installation
électrique parcourue par un courant continu et un dispositif mécanique ; selon la source
d'énergie.

Inventée par Zénobe Gramme et présentée à l'Académie des Sciences, à Paris, en 18714,
c'était au départ un simple générateur de courant continu

Le rôle du circuit magnétique est de canaliser le flux produit par les enroulements inducteurs
supportés par les pôles principaux (stator), de façon à ce qu'il englobe un maximum de
conducteurs de l'induit (rotor).Voici une coupe transversale d’un moteur à courant continu à
aimant permanant :

Le rotor tourne dans un champ magnétique fixe: il doit être feuilleté pour limiter les pertes
par hystérésis et courants de Foucault.

Figure 01 : un moteur éléctrique

2- Principe de fonctionnement :

Le moteur à courant continu se compose :

 de l’inducteur ou du stator
 de l’induit ou du rotor
 du collecteur et des balais.

Un moteur à courant continu comporte deux parties :

Le stator, partie fixe, constitué par un aimant ou un électroaimant appelé également inducteur
qui crée un champ magnétique dirigé vers l'axe du rotor.

1
Le rotor, partie mobile, appelé également induit, constitué par un cylindre d'acier doux à la
périphérie duquel sont disposés des conducteurs reliés aux lames du collecteur sur lesquelles
frottent deux charbons, ou balais, qui assurent la liaison avec les bornes du moteur.

Lorsque les conducteurs sont parcourus par un courant, ils sont soumis à des forces F1 et F2
qui tendent à faire tourner le rotor. Le collecteur permet d'inverser le sens du courant dans les
conducteurs lorsque ceux-ci passent le plan vertical. Ainsi le sens du couple des forces F1 et
F2 et donc le sens de rotation du moteur est conservé.

Figure 02 : Moteur à courant continu

3- Caractéristiques :

 Les avantages :
- Accompagné d’un variateur de vitesse électronique, il possède une large plage de
variation (1 à 100 % de la plage).
- Régulation précise du couple
- Son indépendance par rapport à la fréquence du réseau fait de lui un moteur à large
champ d’application.
 Les inconvénients :
- Peu robuste par rapport au machine asynchrone
- Investissement important et maintenance coûteuse (entretien du collecteur et des
balais.

2
4- Type de mode de fonctionnement d’une machine a courant continu :

1. Moteur à excitation indépendante :

Comme dans le cas des génératrices à excitation indépendante, le bobinage inducteur des
moteurs à excitation indépendante est raccordé à une alimentation à courant continu séparée.

Par conséquent, le courant qui alimente l'inducteur est indépendant de celui qui alimente
l'induit.

Caractéristique mécanique :

La caractéristique mécanique est la relation entre la vitesse de rotation et le couple moteur.

Le schéma de branchement d'un moteur à excitation indépendante et la caractéristique


mécanique sont représentés à la Caractéristique mécanique d'un moteur à excitation
indépendante

La caractéristique mécanique est relevée à tension d'alimentation et à flux constants.

Lorsque le courant d'induit augmente, le couple qui lui est proportionnel augmente, ainsi que
la chute de tension aux bornes de l'induit. Cette dernière fait chuter la force contre-
électromotrice. Par conséquent, la vitesse diminue puisqu'elle est proportionnelle à la f.c.é.m.

Ce type d'excitation est fréquemment utilisé lorsqu'on désire faire varier la vitesse entre de
larges limites avec un couple moteur constant. Dans ce cas, le flux étant maintenu constant,
on fait varier la tension d'alimentation de l'induit à l'aide d'une génératrice à tension réglable.

La vitesse étant inversement proportionnelle au flux, si le flux s'annule (ce qui peut se
produire, par exemple, par rupture du circuit d'excitation), la vitesse prendra des valeurs très
élevées et le moteur aura tendance à s'emballer.

On doit donc prévoir un dispositif de protection du circuit inducteur.

3
Figure 03 : Moteur à
excitation indépendante

2. Moteur à excitation en série :

Dans un moteur à excitation en série, le circuit inducteur qui produit le champ est raccordé en
série avec l'induit.

Caractéristique mécanique :

Le couple est proportionnel au flux et au courant d'induit, il devient proportionnel au carré du


courant d'induit.

Si l'on augmente la charge, le flux augmente proportionnellement. Quant au couple, il


augmente selon le carré du courant d'induit. Comme la vitesse est inversement proportionnelle
au flux, elle diminue.

Suivante représente le schéma de branchement et la caractéristique mécanique d'un moteur à


excitation en série.

On remarque, sur la caractéristique, qu'il n'y a pas de vitesse à vide. En effet, si le moteur
tourne à vide, le courant d'induit est nul.

Aucun champ n'est produit dans le moteur. Le flux est nul. Comme la vitesse est inversement
proportionnelle au flux, elle tend à prendre des valeurs très élevées.

On parle de l'emballement du moteur. C'est pourquoi, on ne fait jamais démarrer un moteur à


excitation en série à vide.

L'avantage de ce type d'excitation réside dans le couple qui est maximal au démarrage du
moteur.

4
Ce moteur est bien adapté pour démarrer avec de grosses charges dont l'inertie est élevée. Il
est particulièrement utile comme moteur d'entraînement des trolleys, des trains et des
systèmes de traction à grande puissance.

Figure 04 : Moteur à excitation série

4- Résultat expérimentaux et explication :

1- le schéma du circuit :

5
2- les tableaux :
- On a le couple T = 0.01 N.m :

Tension 32 52 73 107 151 201

Vitesse 848 1009 1110 1300 1626 2014

Courant 0.36 0.26 0.21 0.17 0.18 0.19

- On a la vitesse V = 200 v :

Couple T 0.06 0.13 0.2 0.33 0.47 0.63

Induit 0.23 0.30 0.37 0.50 0.64 0.81

Vitesse rotor 2002 1996 1987 1970 1954 1936

6- Conclusion :

Nous avons étudié la constitution physique élémentaire et le fonctionnement du moteur à


courant continu, puis nous avons modélisé son fonctionnement avec divers modes
d’excitation. Dans le deuxième article nous aborderons les questions relatives au
dimensionnement des moteurs à courant continu.

Nous concluons que cette technologie est robuste et bien maîtrisée. Son avenir n’est pas du
tout bouché, au contraire ; car on aura toujours besoin de systèmes simples dans le domaine
de la vitesse variable ou constante. Le taux d’expansion du moteur à courant continu est
même le plus important aujourd’hui, en raison de la prolifération d’équipements dans les
voitures particulières.