Vous êtes sur la page 1sur 4

ED n°4

Cas clinique n°1

Monsieur X se présente à votre cabinet car il ressent fréquemment des douleurs en haut
à droite.

PREMIERE PARTIE

Question n°1

Je vous demande de me prouver que la première prémolaire maxillaire est en catégorie


2 de Baume.

Pour cela, donnez moi :


· 2 signes subjectifs
- Sensibilités exacerbées au froid, aux sucres et acides
- Difficultés à localiser la douleur

· 3 tests objectifs
- Test au froid réponse positive
- Test électrique, douleur qui s’estompe à l’arrêt du stimulus
- Test de percussion transversal négatif

· Quels types d’examens complémentaires pourriez-vous faire ? et pour voir quoi ?


Après avoir réaliser notre examen clinique on effectue un examen radiographique
tel que la radiographie rétro alvéolaire pour observer l’étendue de la lésion
carieuse, d’éventuels signes d’inflammation pulpaire comme une rétraction
pulpaire et ainsi choisir son protocole opératoire en fonction de la situation.

Question n°2

Je vous demande de me prouver que l’incisive latérale maxillaire est en catégorie 3 de


Baume.

Pour cela, donnez moi :


· 2 signes subjectifs
- Douleurs spontanées intenses notamment insomniantes
- Douleurs rebelles aux antalgiques

· 3 tests objectifs
- Test électrique douleur avec rémanence de longue durée
- Test de palpation négatif
- Test de percussion axial négatif, transversal positif

· Quels types d’examens complémentaires pourriez-vous faire ? et pour voir quoi ?


On a effectué au préalable notre examen clinique, on effectue une radiographie
rétro alvéolaire nous permettant de voir l’organe dentaire dans son ensemble de

1
façon précise, ainsi que le parodonte. Ceci nous permettant d’évaluer la
profondeur de la lésion, l’atteinte éventuelle du péri apex.

Question n°3

Je vous demande de me prouver que la canine maxillaire est en catégorie 4 de Baume.

Pour cela, donnez moi :


· 2 signes subjectifs
- absence de douleur

· 3 tests objectifs
- Test électrique négatif
- Test au froid négatif
- Test de percussion négatif

· Quels types d’examens complémentaires pourriez-vous faire ? et pour voir quoi ?


- On effectue un examen clinique complet, on réalise une radiographie
panoramique pour détecter la présence de lésions péri apicales, le niveau osseux
et une radiographie rétro alvéolaire afin d’analyser les lésions de façon plus
précises.

DEUXIEME PARTIE

Vous avez traité la catégorie 3 de Baume en urgence et dans la séance suivante la


catégorie 2 de Baume sur la prémolaire. L’urgence et le traitement des dents à pulpe
vitale étant soignées, vous allez donc traiter la Canine qui est en catégorie 4.
Vous avez le cliché rétro-alvéolaire

CAT (conduite à tenir) :

- Plateau technique :
- sonde droite, sonde endodontique, sonde n°17, miroir,
précelle, bistouri
- Turbine contre angle bague bleu, fraise boule diamantée,
fraise cylindre conique,
- Forêt de Gates
- Compresses
- Seringue d’irrigation
- Système de transfert
- Limes 8-40
- Réglette endodontique
- Cô ne de gutta percha
- Cô ne de papier
- Ciment, spatule à ciment

2
- Finger spreader
- Machtou
- Mac Spadden
- Hypochlorite de Sodium 2.5%
- EDTA
- Système d’activation de la solution d’irrigation
- Hydroxyde de Calcium
- Digue
- Crampon incisivo canin
- Pince porte crampon
- Cadre à digue
- Chlorexidine

- Step by step : Parage Canalaire

On pose la digue, on effectue la cavité d’accès, d’abord en utilisant la turbine et la fraise


boule diamantée, après avoir atteint la dentine on passe au contre angle bague bleu et la
fraise cylindroconique.
On effectue une cavité d’accès au bord lisse, on élimine surplomb et épaulement, on
cherche notre entrée canalaire.
On utilise les forêt de Gates sur contre angle, pour évaser l’entrée canalaire dans les 1/3
coronaire afin que la lime ne soit pas contrainte.
On passe la lime 8, on irrigue à l’hypochlorite de sodium (entre chaque passage
d’instrument)
On passe la lime 10 ou 15 selon la largeur du canal on essaye de déterminer la longueur
de travail.
On fait la radiographie de la longueur de travail, et la mesure grâ ce à la réglette
endodontique.
On cherche ensuite la lime apicale maitresse, on augmente le calibre des limes en
irriguant à chaque fois entre chaque instrument et en repassant bien la lime de
perméabilité. Il s’agit de la dernière lime qui atteint l’apex. On effectue une radiographie
rétro alvéolaire.
On effectue le Step Back, en insérant des limes de diamètre plus importants que celle de
notre lime apicale maitresse, mais sans atteinte l’apex, ceci pour avoir une bonne
conicité.
On jauge à la fin du step back, le diamètre apical.
La valeur obtenue correspondra au diamètre auquel on calibrera le cô ne de gutta
percha.
Comme la dent est à la catégorie 4 de Baume, pour être sû r que l’obturation sera
pérenne et qu’on a éliminé toutes les bactéries, on dépose de l’hydroxyde de calcium,
qu’on laissera en interséance.
Quand le patient revient, on enlève l’hydroxyde de calcium, on obture à la gutta percha,
on calibre le cô ne de gutta percha, on fait l’essai du cô ne, on évalue le tug back, pour être
sû r que la gutta ne va pas fuser dans le périapex.
On effectue la radiographie, on retire le cô ne, on effectue l’irrigation finale, EDTA
pendant 60 secondes, hypochlorite de sodium 30 secondes on rince à la chlorexidine.
On sèche le canal avec des cô ne de papier, on prépare le ciment, on place le cô ne avec le
ciment dans le canal, avec le finger spreader on effectue un compactage pariétal, on peut

3
placer un cô ne accessoire si besoin , puis on utilise le Mac Spadden pour l’obturation
finale, pour s’assurer qu’il n’y ai pas d’expansion de prise on appui avec le fouloir de
Machtou le temps du refroidissement. On fait la radiographie. On évalue la densité, la
longueur et la conicité de l’obturation si tout est bon, on obture la cavité.