Vous êtes sur la page 1sur 111

CONCEPTION OU DÉVELOPPEMENT ?

« La conception c’est la recherche des concepts qui permettent d’atteindre les


prestations que l’on souhaite offrir à ses clients.
Le développement, c’est la définition de détail du produit, à partir des concepts, sans
les remettre en cause tout en respectant l’enveloppe du projet. »

« Le processus de conception définit pas à pas le produit qui doit répondre aux
besoins et aux attentes, par des choix successifs portant sur des points de plus en
plus détaillés. » AFNOR X50-170, 2002

BUREAU D'ETUDE / NGAYIHI 2


SITUATIONS DE CONCEPTION / AMÉLIORATION
DE PRODUIT ET MODÈLES ASSOCIÉS
Associent fonctions de service et fonctions
techniques Associent une représentation à
• Décrivent solutions retenues en réponse à des une réalité construite
fonctions techniques

Modèles Fonctionnels Modèles


ou de de représentation
fonctionnement du réel

Conception
ou
Amélioration
de produit
Modèles Modèles
de technicoécono
comportement miques

Analysent le comportement des systèmes Associent, en optimisant les coûts, des


étudiés et dimensionnent les composants BUREAU D'ETUDE / NGAYIHI
solutions à des fonctions techniques
3
L’ACTIVITÉ DE RÉSOLUTION DE PROBLÈME
AU CŒUR DU PROCESSUS DE CONCEPTION

BUREAU D'ETUDE / NGAYIHI 4


LE MODÈLE
HIÉRARCHIQUE DU
PROCESSUS DE
CONCEPTION

BUREAU D'ETUDE / NGAYIHI 5


PROCESSUS DE DÉVELOPPEMENT DES PRODUITS

BUREAU D'ETUDE / NGAYIHI 6


ENVIRONNEMENT CLASSIQUE DE DÉVELOPPEMENT
DES PRODUITS

BUREAU D'ETUDE / NGAYIHI 7


DÉVELOPPEMENT DES PRODUITS :
LE PRODUCT DEVELOPMENT SYSTEM
(PDS)

BUREAU D'ETUDE / NGAYIHI 8


DÉVELOPPEMENT DES PRODUITS :
LE PRODUCT DEVELOPMENT SYSTEM (PDS) DE
PTC : FONCTIONNALITÉS UTILISÉES

BUREAU D'ETUDE / NGAYIHI 9


UNE DÉMARCHE POSSIBLE POUR LA CONCEPTION D’UN
PRODUIT (1/2)

BUREAU D'ETUDE / NGAYIHI 10


UNE DÉMARCHE POSSIBLE POUR LA
CONCEPTION D’UN PRODUIT (2/2)

BUREAU D'ETUDE / NGAYIHI 11


LE PROCESSUS DE PRÉ-CONCEPTION
(CONCEPTUAL DESIGN)
Besoin

1- Représenter
2 - Synthétiser
Besoin Solution de
formalisé principe,
(CdCf) concepts

4 - Juger de 3 - Estimer
l’adéquation (des modèles
incomplets)
Champs de
performances
BUREAU D'ETUDE / NGAYIHI 12
A L’ORIGINE DE LA CONCEPTION : L’INNOVATION
LE CYCLE DE VIE DE L’INNOVATION

Besoins / problème Sélection

Définition du problème Synthèse

Critères
Evaluation
contraintes

Idées existantes Créativité

BUREAU D'ETUDE / NGAYIHI 13


GESTION DU PROCESSUS D’INNOVATION :
ÉTAPES ET PARTENAIRES

BUREAU D'ETUDE / NGAYIHI 14


LES 4 CONFIGURATIONS DE DÉVELOPPEMENT DE PRODUITS NOUVEAUX
Développement par planification formelle

• secteurs traditionnels ou d’industrie lourde


• but : limiter ou éliminer les erreurs de spécifications techniques
ou commerciales

Développement par compression

• secteurs de grande consommation ou de forte compétitivité


internationale : IAA, automobile, électronique grand-public
• but : raccourcir les délais de développement (utilisation des
technologies de l’informatique décisionnelle – data warehouse, data
mining, ; production d’alternatives de choix variées, prise de
décision consensuelle, recueil d’expérience, existence d’une vision
claire et partagée)

Développement par planification flexible

• secteurs de production « on-demand » ou « buy to order »


• but : rallonger la phase de planification pour avoir une phase de
mise en œuvre flexible et modifiable en permanence

Développement par improvisation

• secteurs de grande consommation ou des marchés à fort degré


d’innovation ou proportion de services
• but : concevoir et produire en simultané pour améliorer réactivité
(forte implication des consommateurs – marketing direct - ,
réactivité et autonomie de décision, diversification des équipes de
développement)
BUREAU D'ETUDE / NGAYIHI 15
CORRESPONDANCE ENTRE PROCESSUS DE
DÉVELOPPEMENT ET CONFIGURATION DE MARCHÉ
(nombre et hétérogénéité de ses composantes)

Tendre vers un processus Tendre vers un processus


de d’improvisation collective
planification flexible (la complexité et l’instabilité
(la complexité devient plus deviennent plus fortes)
forte)
Complexité du marché

Tendre vers un processus Tendre vers un processus


de de
planification formelle compression
(la complexité et la (l’instabilité devient plus
complexité forte)
sont faibles)

Instabilité du marché
BUREAU
(variabilité des consommateurs et des concurrents) D'ETUDE / NGAYIHI 16
LES COMPOSANTS DE LA QUALITÉ EN
CONCEPTION
Fiabilité
Aptitude d’un produit à accomplir une fonction requise, dans des conditions et un intervalle de temps donnés

Maintenabilité
Aptitude d’un système à être maintenu ou rétabli, pendant un intervalle de temps donné, dans un état dans lequel il peut accomplir
une fonction requise, lorsque l’exploitation et la maintenance sont accomplies dans des conditions données, avec des
procédures et des moyens prescrits

Aptitude au soutien
Aptitude du système de soutien à mettre en œuvre les processus de soutien (maintenance, ravitaillement) dans des conditions
d’efficacité et de coût optimales

Disponibilité
Aptitude d’un système et de son système de soutien à disposer du produit, à un moment donné, pour accomplir une fonction
requise dans des conditions données

Sécurité
Aptitude d’un système à respecter certaines exigences relatives aux risques d’accident pendant les tâches de production, d’essais,
d’exploitation et de maintenance

Ergonomie
Aptitude d’un système à respecter certaines exigences dues aux limitations de capacité de l’opérateur humain

BUREAU D'ETUDE / NGAYIHI 17


LES ÉTAPES DE LA CONCEPTION : FINALITÉS ET
E/S • identification du besoin
• innovation produit ou amélioration de produit ?
Identification • planification de la conception et du développement :
Pourquoi ? du besoin logigramme
• interfaces organisationnelles et techniques

• données d'entrée = cahier des charges fonctionnel


Conception (besoins, exigences légales et réglementaires)
Quoi ? préliminaire • création de la maquette et du prototype (maquette
Combien ? acceptée)

• matières premières,
Avec quoi ? • moyens techniques,
Développement
• contraintes HACCP
essais industriels, en vue de :
• dossier de fabrication
Comment ? Industrialisation • qualification des postes et matériels
• spécifications produit
• analyse des coûts
Validation • données de sortie : résultats obtenus (étude de faisabilité
industrielle,
analyse des risques et CCP)
• revue de conception :
Production • validation de conformité p/r spécifications
et GPAO • écarts
• solutions BUREAU D'ETUDE / NGAYIHI 18
• vérification des preuves documentaires
Conception d’un nouveau produit :
démarche « fonctionnelle » et exemple d’outils utilisés

1. 2. 3.
Etude du besoin Détermination des exigences fonctionnelles Conception
du besoin
Démarche descendante : conception du produit en fonction des besoins
Démarche ascendante : amélioration ou copie / contretypage
d’un produit existant (retro-ingénierie ou rétroconception)

Produit
Besoins Fonctions de service Fonctions techniques
(solutions techniques)

1 2 3 4

Expression Description 5
fonctionnelle fonctionnelle
du besoin du besoin 6

Approche Approche
fonctionnelle matérielle

1 Bête à cornes 3 FAST 5 TRIZ

2 Pieuvre APTE 4
BUREAU
Diagrammes de blocs D ' E6T U D Analyse
E / N G A Y de
I H I la 19
valeur
Démarche fonctionnelle de conception /
amélioration de produit
Critères d’appréciation
des fonctions
Matières d’œuvre :
• physiques Besoin CdCF Niveau d’appréciation
• énergétiques
• informationnelles Flexibilité
Fonctions
Environnement : Milieu de service
• physique
• humain
Principe
technique

• Contexte économique Fonction


• État de l’art technique Optimisation
multi-critères
coût/qualité/délais
Solutions
constructives

Produit BUREAU D'ETUDE / NGAYIHI 20


Outils d’analyse et de créativité
dans la démarche de conception technique

Outils de description fonctionnelle Méthodes contribuant à la créativité technique

• graphe de produit • veille technologique


• diagramme de flux • brain-storming ou remue-méninges
• diagramme des interacteurs (APTE) • méthodes de ressemblance, de concassage
• FAST de description • matrice des découvertes
• schéma bloc • QFD (Quality Function Deployment)
• actigrammes SADT • méthodologies associées à la théorie TRIZ

Outils de description de l’évolution temporelle Méthodes et outils d’analyse d’un produit

• tableaux anachroniques • diagramme de Pareto


• chronogrammes • diagramme causes-effets
• graphe de Gantt • analyse de la valeur
• diagramme PERT • AMDEC

BUREAU D'ETUDE / NGAYIHI 21


Méthodes de Recherche des Solutions Technologiques

On traite ici le passage d’une représentation abstraite du produit mécanique


(CDCF) à une représentation technique concrète (schéma, pièces, assemblage).

D’un point de vue conception, un produit mécanique est un ensemble de


modules fonctionnels assurant chacun une fonction technique (énergie,
cinématique, résistance, etc.).

Si on s’intéresse exclusivement à la partie opérative (mécanique), la structure


fonctionnelle d’un produit peut être modélisée, selon la phase de conception
considérée, par schéma de principe, un graphe de structure, un schéma
cinématique ou un dessin d’ensemble.

BUREAU D'ETUDE / NGAYIHI 22


Méthodes de Recherche des Solutions Technologiques

L’ensemble des fonctions techniques assurées par les différents modules fonctionnels
met en œuvre un principe de fonctionnement technique. Ce principe de
fonctionnement constitue l’idée de conception de base proposée par le(s)
concepteur(s) pour répondre au CDCF.

Les techniques de conception diffèrent suivant la nature des produits et des


entreprises (contexte). Toutefois, il existe (selon la bibliographie) trois grandes classes
de comportement humain face à un problème de conception.

BUREAU D'ETUDE / NGAYIHI 23


Méthodes de Recherche des Solutions Technologiques

Le comportement "machinal" (skill-based behaviour) ne demande presque


pas d'activité de conception intelligente (pas besoin d’un grand effort de
réflexion) car il s’agit de reproduire des cas de conception parfaitement
maitrisés..
Le comportement procédural (rule-based behaviour) fait appel à une activité
mentale consciente. Il consiste à exécuter des tâches de manière coordonnée
en suivant des règles ou procédures qui ne sont pas assez maîtrisées pour être
appliquées "machinalement". Ces tâches ne nécessitent pas de choix
complexes entre plusieurs alternatives.

Le comportement cognitif (knowledge-based behaviour) est basé sur une


activité mentale complexe et consciente, afin de résoudre des problèmes et
planifier des tâches.

BUREAU D'ETUDE / NGAYIHI 24


Méthodes de Recherche des Solutions Technologiques

Principales étapes du processus de conception

• Spécifications fonctionnelles du besoin (élaboration du


CDCF) ;
• Recherche de concepts ;
• Recherche d'architecture ;
• Conception détaillée ;

BUREAU D'ETUDE / NGAYIHI 25


Méthodes de Recherche des Solutions Technologiques

La conception préliminaire

Le domaine de la conception préliminaire (preliminary design) ou


préconception couvre les phases de recherche de concept (principe de
fonctionnement) et de conception architecturale (topologie +
forme + dimensions).

BUREAU D'ETUDE / NGAYIHI 26


Méthodes de Recherche des Solutions Technologiques

Notion de principe de fonctionnement

Un principe de fonctionnement est une combinaison de principes physiques et


techniques permettant de traduire une idée de conception en un système
technique en vue de répondre à une ou plusieurs fonctions techniques.

Dans la plupart des cas, le concepteur génère des solutions par combinaisons des
principes de fonctionnement qu’il connaît « association fonctions-principes ».

Outils privilégié le FAST

BUREAU D'ETUDE / NGAYIHI 27


Méthodes de Recherche des Solutions Technologiques

Notion de principe de fonctionnement


Le principe de fonctionnement constitue la solution de principe pour répondre à
une exigence technique au niveau du produit. Il associe un ensemble de principes
physiques en vue de résoudre un problème technique.

Par exemple, pour la fonction technique « FT71 : Arrêter Efficacement la voiture», le


concepteur peut choisir la solutions constructive « Freins ». Il doit ensuite choisir
un principe de fonctionnement pour cette solution constructive (frein à disque,
freins à tambour, etc.).

BUREAU D'ETUDE / NGAYIHI 28


Méthodes de Recherche des Solutions Technologiques
Principes de transformation et d’adaptation d’énergie : les actionneurs

La transformation de l’énergie est une fonction technique incontournable


dans la plupart des systèmes industriels. En effet nous sommes souvent
appelé à passer d’une forme d’énergie à une autre.

BUREAU D'ETUDE / NGAYIHI 29


Méthodes de Recherche des Solutions Technologiques
Principes de transformation et d’adaptation d’énergie : les mécanismes

En conception mécanique, on est souvent appelé de transformer un


mouvement ou d’adapter sa vitesse en vue d’assurer une fonction technique.
Les principes d’adaptation et de transformation de mouvement utilisés sont
divers et variés.

BUREAU D'ETUDE / NGAYIHI 30


Méthodes de Recherche des Solutions Technologiques
Principes de transformation et d’adaptation d’énergie : les mécanismes

Petit rappel

BUREAU D'ETUDE / NGAYIHI 31


Méthodes de Recherche des Solutions Technologiques
Principes de transformation et d’adaptation d’énergie : les mécanismes

Petit rappel

BUREAU D'ETUDE / NGAYIHI 32


Méthodes de Recherche des Solutions Technologiques

Structure, topologie, géométrie et dimensions des solutions technologiques

La structure des solutions technologiques est caractérisée par sa topologie,


sa géométrie, puis ses dimensions caractéristiques. La topologie définie
l’architecture de la solution.

BUREAU D'ETUDE / NGAYIHI 33


Méthodes de Recherche des Solutions Technologiques

Exigences fonctionnelles de comportement mécanique

• Les exigences fonctionnelles de comportement cinématique.


• Les exigences fonctionnelles de comportement dynamique
• Les exigences fonctionnelles de résistance
• Les exigences fonctionnelles de positionnement

BUREAU D'ETUDE / NGAYIHI 34


Le plan-type d’un CdCF (1/2)
(selon la norme AFNOR X50-151)

1. Présentation générale du
problème
1.1 Projet
1.1.1 Finalités
1.1.2 Espérance de retour sur
investissement
1.2 Contexte
1.2.1 Situation du projet par rapport aux autres projets de l’entreprise
1.2.2 Etudes déjà effectuées
1.2.3 Etudes menées sur des sujets voisins
1.2.4 Suites prévues
1.2.5 Nature des prestations demandées
1.2.6 Parties concernées par le déroulement du projet et ses résultats (demandeurs,
utilisateurs)
1.2.7 Caractère confidentiel si il y a lieu
1.3 Enoncé du besoin (finalités du produit pour le futur utilisateur tel que prévu par le
demandeur)
1.4 Environnement du produit recherché
1.4.1 Listes exhaustives des éléments (personnes, équipements, matières…) et contraintes
(environnement)
1.4.2 Caractéristiques pour chaque élément de l’environnement
2. Expression fonctionnelle du
besoin
2.1 Fonctions de service et de contrainte
2.1.1 Fonctions de service principales (qui sont la raison d’être du produit)
2.1.2 Fonctions de service complémentaires (qui améliorent, facilitentB U Rou
E Acomplètent
U D ' E T U D E le/ service
N G A Y I Hrendu)
I 35
2.1.3 Contraintes (limitations à la liberté du concepteur-réalisateur)
Le plan-type d’un CdCF (2/2)
(selon la norme AFNOR X50-151)

2.2 Critères d’appréciation (en soulignant ceux qui sont déterminants pour l’évaluation des
réponses)
2.3 Niveaux des critères d’appréciation et ce qui les
caractérise
2.3.1 Niveaux dont l’obtention est imposée
2.3.2 Niveaux souhaités mais révisables
3. Cadre de
réponse
3.1 Pour chaque fonction
3.1.1 Solution proposée
3.1.2 Niveau atteint pour chaque critère d’appréciation de cette fonction et modalités de
contrôle
3.1.3 Part du prix attribué à chaque fonction
3.2 Pour l’ensemble du produit
3.2.1 Prix de la réalisation de la version de base
3.2.2 Options et variantes proposées non retenues au cahier des charges
3.2.3 Mesures prises pour respecter les contraintes et leurs conséquences
économiques
3.2.4 Outils d’installation, de maintenance … à prévoir
3.2.5 Décomposition en modules, sous-ensembles
3.2.6 Prévisions de fiabilité
3.2.7 Perspectives d’évolution technologique
BUREAU D'ETUDE / NGAYIHI 36
Treize recommandations pour construire un CdCF
(daprès Fernez-Walch,
2000)

1. Bien énoncer le projet pour éviter de concevoir un produit qui ne satisfera pas le
consommateur
2. Soigner la formulation du concept général du produit
3. Ne pas oublier les utilisateurs annexes du produit
4. S’accorder du temps pour identifier le marché du produit (analyse de l’existant, projections,
…)
5. Bien comprendre que le partenaire est le concepteur-réalisateur du produit
6. Bien situer le contexte du produit (interlocuteurs, liens avec d’autres projets, …)
7. Bien poser les contraintes, les faire valider par les décideurs
8. N’oublier aucune contrainte
9. Définir les fonctions de service (à partir des attentes de l’utilisateur) et les fonctions de
contrainte (à partir des contraintes préalablement identifiées dans l’étude du contexte)
10. Décrire précisément les composantes de l’environnement du produit
11. Prendre en compte le cycle de vie du produit et pas seulement la phase d’utilisation
12. Ne pas présenter des solutions ou des tâches sur le FAST
13. Distinguer « critère d’appréciation d’une fonction » et « critère d’évaluation du projet »

BUREAU D'ETUDE / NGAYIHI 37


Page 10
Exemple de CdCF pour l’aménagement d’une zone d’ébouillantage d’escargots
(Richer, Techniques de l’Ingénieur, 2009)

BUREAU D'ETUDE / NGAYIHI 38


D. Bo
Ingénierie de projet
2. Avant-projet
APS: avant-projet simplifié (ou sommaire)

• Inventaire des caractéristiques “produit”


• Formalisation des schémas procédés
• Analyse des flux matières
• Choix des modules de procédé
• Etude d’optimisation des installations de production
• Comparaison technique et financière des différentes solutions
• Principes d’exploitation de protection sécurité et environnement
• Etude du plan de masse et des bâtiments
• Estimatif des dépenses d’investissement et d’exploitation
• Calendrier prévisionnel de réalisation

BUREAU D'ETUDE / NGAYIHI 39


Ingénierie de projet
2. Avant-projet
APD: avant-projet détaillé

• Etudes de fonctionnement
• Notes de calcul
• Plan d’implantation des matériels
• Plans détaillés et spécifications pour appel d’offres
– équipements de fabrication
– génie civil, gros oeuvre, second œuvre
– fluides
– électricité, automatisation , instruments
• Contrôle et coordination des études d’exécution des constructeurs et entrepreneurs
• Etablissement du calendrier des travaux et optimisation des délais
• Détermination du budget et de l’échéancier des paiements

BUREAU D'ETUDE / NGAYIHI 40


Ingénierie de projet
2. Avant-projet
CdCG: cahier des charges général

1. Clauses commerciales: prix, quantités, conditions financières


2. Planning du programme: délais des différentes tâches, échéanciers de fourniture
3. Clauses techniques (= spécifications techniques de besoin)
• le produit et son utilisation (mode et domaine d’utilisation)
• directives de conception et de réalisation
• conditions d’environnement
• définition des
• interfaces
• interchangeabilité
• fiabilité requise
• normes à respecter
… de qualité et de réception
4. Clauses
• procédures de construction
• procédures d’Assurance Qualité
• opérations de recette, contrôle, qualification
5. Clauses de garantie
• garanties de constructeur
• conditions d’utilisation du produit
6. Clauses de maintenance
• nature de la maintenance (curative, préventive), fréquence, procédure et personnel d’intervention
7. Clauses administratives et juridiques BUREAU D'ETUDE / NGAYIHI 41
• règles entre partenaires, pénalités, arbitrage, assurances
Cahier des charges
:
exemple de rubriques pour un projet « travaux neufs »
• Les fonctions à réaliser
• Les limites de fourniture
• Les performances à garantir
• Les exigences maintenance à respecter
• Les exigences qualité à respecter
• La protection, sécurité, environnement
• Poste de conduite
• Caractéristiques techniques
• Critères de validation
• Contrôles de réception
• Formation du personnel
• Documentation à fournir
• Planning d’intervention

BUREAU D'ETUDE / NGAYIHI 42


Un exemple de prestations amont offertes par un cabinet d’ingénierie

Missions préalables : pré-études

• Etude de faisabilité
Elle permet, à travers un programme succinct, des plans, une approche budgétaire et un planning
prévisionnel, d’étudier la faisabilité technico-économique d’un projet. Le dossier ainsi constitué
permet de présenter le projet dans l’entreprise et aux intervenants extérieurs : banques,
administrations…
• Schéma directeur
Basé sur un ou plusieurs sites, il permet d’inventorier les problématiques et de définir un
programme incluant des diagrammes, différentes esquisses, dossier de plans de la solution retenue
avec chiffrage,
phasage et planning prévisionnel
• Définition du programme de travaux
Assistance à la définition et à la mise en forme du
programme
• Définition des process
Assistance à la définition des machines et procédés en regard des objectifs de
production
• Relevé des existants
avec saisie informatique des
plans BUREAU D'ETUDE / NGAYIHI 43
Un exemple de prestations complémentaires offertes par un cabinet d’ingénierie

Missions spécifiques

• Etude de flux
Études qualitatives (diagrammes), quantitatives (avec analyse des chiffres),
modélisations, préconisations de solutions

• Etude d’optimisation de la productivité


Analyse des flux et des volumes, études de poste, études de mécanisation/automatisation
de la production, assistance à la mise en ligne de procédés

• Audit technique
Installations frigorifiques, électricité courants forts et courants faibles, ventilation,
aéraulique climatisation, fluides, plomberie

• Audit industriel
Bâtiment, utilités et process sous l’angle technique, administratif, sécurité,
environnemental
• Audit sécurité
Protection incendie, code du
travail
• Assistance à la réalisation de dossiers d’agrément CE
Diagrammes de flux, plans, descriptifs des BUREAU D'ETUDE / NGAYIHI 44
matériaux
Un exemple de prestations offertes par un cabinet d’ingénierie :

• Avant-projet sommaire, détaillé


- Relevés sur site,
- Prise des éléments de programme,
- Études de flux permettant de définir le concept adapté aux exigences du programme et des
contraintes d’exploitation,
- Présentation des solutions esquissées,
- Estimatif des prestations de la solution retenue.

• Dossier permis de construire


- Recueil des infos et contraintes administratives,
- Préparation du dossier de permis de construire pour dépôt par le maître
d’ouvrage.
• Dossier de consultation des entreprises, appels d’offres
- Préparation du dossier de consultation des entreprises par corps d’état séparés avec cahiers des
charges et plans.

• Assistance au choix des entreprises et rédaction des marchés de travaux


- Consultation des entreprises choisies d’un commun accord avec le maître
d’ouvrage,
- Comparaison des offres reçues,
- Organisation des réunions d’adjudication,
- Assistance au maître d’ouvrage pour le choix des entreprises.
- Rédaction des marchés de travaux.
BUREAU D'ETUDE / NGAYIHI 45
Un exemple de prestations MOE offertes par un cabinet d’ingénierie :

• Vérification des plans d’exécution


- Validation,
- Coordination des plans d’exécution des différents
intervenants.
• Suivi du chantier
- Planification, contrôle, coordination, détails techniques,
- Direction des travaux,
- Vérification de la conformité des ouvrages avec les documents d’exécution et les stipulations des
marchés.
• Réception des travaux
- Visites de pré-réception, contrôle des performances, établissement des procès verbaux de
réception.
- Le maître d’œuvre assiste le maître d’ouvrage :
* aux opérations préalables à la réception des ouvrages avec établissement du procès
verbal,
* pour la levée des réserves en finition,
* à la réception des ouvrages.
• Assistance à la mise en service
- Mise en service de l’ouvrage avec assistance de la maîtrise
d’œuvre.

BUREAU D'ETUDE / NGAYIHI 46


TRIZ, un corpus de
connaissances dédié à la
génération d’idées

47
UN ACRONYME

48
NIVEAUX
D’INVENTIVITÉ
Degré
Niveau
d’inventivité

Solution
1 apparente
Amélioration
2 mineure
Amélioration
3 majeure
Nouveau
4 concept

5 Découverte

Domaine de validité de l’outil présenté


49
Problèmes « routiniers »

Il existe au moins une méthode connue


pour essayer de résoudre le problème
Objectif : un résultat qualitatif et
quantitatif
Exemple : dimensionner un réacteur
pour la réaction X

50
RÉSOLUTION PAR
ANALOGIE

Cas semblables

Mon Ma
problème solution

51
Problèmes « inventifs »

Il n’existe pas de méthode connue pour


résoudre le problème dans notre champ de
compétences
Objectif créativité : générer des idées

Exemple : contourner un brevet

52
RÉSOLUTION PAR
MODÉLISATION

?
Problème Solutions

=> Conception inventive :


- méthodes structurantes
- méthodes stimulantes

53
UN MÉCANISME CONNU

2x²+x-6 = 0

54
PLUSIEURS NIVEAUX
D’ABSTRACTION

f(x) = 0 x = f-1(o)

-b± b2-4ac
ax²+bx+c = 0 x= 2a

x1 = + 3 / 2
2x²+x-6 = 0
x2 = -2

55
UN PROCESSUS
SYSTÉMATIQUE

Modèles de Modèles de
Phase TRIZ problème solution

ABSTRACTION
Reformulation Inertie psychologique Interprétation

REALITE INDUSTRIELLE

Problème Solution

Phase d'analyse
56
ARIZ ALGORITHME DE MISE EN ŒUVRE DE LA
MÉTHODE
BUREAU D'ETUDE / NGAYIHI 58
La génération d’idées ou de
principes de solutions :
méthodologie

1. Modéliser la situation problème à


l’aide d’un graphe constitué de
ressources et de relations de cause à
effet.

59
FORMULATION D’UN
PROBLÈME
Sommets : Ressources

U N
GRAPHE :
positive, utile,.. négative, nuisible,..

Arcs : RELATIONS DE CAUSE A EFFET

cause (quelque contrarie (quelque procure (quelque empêche (quelque


chose de nuisible) chose d’utile) chose d’utile) chose de nuisible)

60
UNE RESSOURCE
C’est du vide,
Du temps,
Un objet,
Etc..
…c’est un facteur qui décrit la situation initiale à améliorer

61
Identification des ressources

- ressources de type substances


- ressources de type champ (Me.Th.Ch.E.M.EM.)
- ressources d’espace
- ressources de temps
- ressources informationnelles
- ressources fonctionnelles …

et leurs dérivées : changements,


gradients, déchets…
62
BUREAU D'ETUDE / NGAYIHI 63
BUREAU D'ETUDE / NGAYIHI 64
BUREAU D'ETUDE / NGAYIHI 65
EXEMPLE :
LA BOÎTE À PIZZA
ORDINAIRE

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

66
MODÉLISATION DE LA
SITUATION

Modélisation « orchestrée » par un animateur qui a déjà l’expérience de la méthode


67
Traitement du modèle TRIZ
en vue de générer des
principes de solutions

• A partir du modèle établi, il faut rechercher


des contradictions physiques liées aux
ressources.

68
QU’EST CE QU’UNE
CONTRADICTION PHYSIQUE ?

Lorsqu’une même ressource doit être à la fois:


Chaude et froide Rapide et lente
Haute et basse Étanche et perméable
Dure et molle Épaisse et fine
Active et non active Longue et courte
Mobile et immobile Conductrice et isolante
Grande et petite Forte et faible
alors le modèle comporte une contradiction physique

69
QU’EST CE QU’UNE CONTRADICTION
PHYSIQUE ?

BUREAU D'ETUDE / NGAYIHI 70


EXEMPLE DE COMBINAISON
SOURCE DE CONTRADICTION
PHYSIQUE (CP)

Ressource Ressource
N1 N2

- Essayer de résoudre la contradiction suivante :

(N1) ne devrait pas exister pour éviter des résultats


nuisibles et devrait exister pour empêcher (N2)

71
AUTRE COMBINAISON SOURCE
DE CP

Ressource Ressource
U1 U2

- Expression de la contradiction identifiée :

(U1) devrait exister parce qu’elle fournit une action utile


mais ne devrait pas exister parce qu’elle contrarie (U2)

72
AUTRE COMBINAISON SOURCE
DE CP

Ressource Ressource
U N

- Expression de la contradiction identifiée :

(U) devrait exister parce qu’elle fournit une action utile,


mais ne devrait pas exister parce qu’elle cause (N).

73
AUTRE COMBINAISON SOURCE
DE CP

Ressource Ressource
N U

- Expression de la contradiction identifiée :

(N) Ne devrait pas exister parce qu’elle cause une action


nuisible, mais devrait exister parce qu’elle fournit (U).

74
Comment traiter le modèle
CONFLIT – CONTRADICTION ?

A/B

75
FACE À UNE
CONTRADICTION ENTRE
DEUX RESSOURCES

• Solution "classique":
rechercher un compromis acceptable entre
les ressources en conflit
Approche "TRIZ":
rejeter le compromis - rechercher les moyens de s'affranchir de la contradiction

76
RECHERCHE DES
CONTRADICTIONS

Rappel des sources de


contradictions physiques

77
Recherche des contradictions

1. Le facteur utile (pizza chaude et croustillante) devrait être en place dans


la mesure ou il fournit ou augmente (satisfaction du client), et ne devrait
PA S C A L C R U B L E A U 78
pas exister afin d’éviter (dégagement de chaleur). …
Recherche des contradictions

2. Le facteur nuisible (hygrométrie importante) ne devrait pas exister afin


d’éviter (ramollissement du carton) et (pâte ramollie), et devrait être en
place dans la mesure ou il fournit ou augmente (bonne conservation des
condiments).

79
Recherche des contradictions

3. Le facteur utile (ouverture du carton) devrait être en1place dans la


mesure ou il élimine, reduit, ou previent (hygrométrie importante), et ne
devrait pas exister afin d’éviter (dégagement de chaleur).

80
SYNTHÈSE DES
CONTRADICTIONS
PHYSIQUES

1. Le facteur utile (pizza chaude et croustillante) devrait être en place dans


la mesure ou il fournit ou augmente (satisfaction du client), et ne devrait
pas exister afin d’éviter (dégagement de chaleur).

2. Le facteur nuisible (hygrométrie importante) ne devrait pas exister afin
d’éviter (ramollissement du carton) et (pâte ramollie), et devrait être en
place dans la mesure ou il fournit ou augmente (bonne conservation des
condiments).

3. Le facteur utile (ouverture du carton) devrait être en place dans la
mesure ou il élimine, reduit, ou prevent (hygrométrie importante), et ne
devrait pas exister afin d’éviter (dégagement de chaleur).

81
TRAITEMENT DES
CONTRADICTIONS

Contradictions physiques
- Appliquer les principes de séparation
(non présenté dans ce cours)

- Convertir en contradictions techniques

Contradictions techniques
- Utiliser la matrice des contradictions

82
Conversion
des contradictions physiques CP
en contradictions techniques CT

EXPRESSION DE LA CP N°1

N°1
• le facteur utile (pizza chaude) devrait exister pour fournir ou
augmenter (satisfaction du client),
• et ne devrait pas exister pour éviter (dégagement de chaleur).

83
MODÉLISATION DE LA
SITUATION

84
Conversion
des contradictions physiques
en contradictions techniques

1. Traduire les ressources en paramètres

85
39 PARAMÈTRES

1 - masse de l’objet mobile 14 - résistance 27 - fiabilité


2 - masse de l’objet immobile 15 - durabilité de l’o.m. 28 - précision de mesurage
3 - dimension de l’o.m. 16 - durabilité de l’o.i. 29 - précision de fabrication
4 - dimension de l’o.i. 17 - température 30 - facteurs nuisibles externes
5 - surface de l’o.m. 18 - brillance 31 - facteurs nuisibles induits
6 - surface de l’o.i. 19 - énergie dépensée par l’o.m. 32 - facilité de fabrication
7 - volume de l’o.m. 20 - énergie dépensée par l’o.i. 33 - facilité d’usage
8 - volume de l’o.i. 21 - puissance 34 - maintenabilité
9 - vitesse 22 - perte d’énergie 35 - adaptabilité
10 - force 23 - perte de substance 36 - complexité de l’objet
11 - tension, pression 24 - perte d’information 37 - complexité de pilotage
12 - forme 25 - perte de temps 38 - degré d’autonomie
13 - stabilité de l’objet 26 - quantité de substance 39 - productivité

86
Conversion des contradictions
physiques en contradictions
techniques

N°1
• le facteur utile (pizza chaude) devrait exister pour fournir ou
augmenter (satisfaction du client),
• et ne devrait pas exister pour éviter (dégagement de chaleur).

Identification des paramètres à améliorer :


• satisfaction du client : 33 FACILITÉ D’USAGE
Identification des paramètres en conflit :
• dégagement de chaleur : 20 ENERGIE DÉPENSÉE PAR L’O.I

87
Traitement des contradictions
techniques
dégagement
de chaleur

satisfaction du client 20
ENERGIE
FACILITÉ 33
D’USAGE DÉPENSÉE
PAR L’O.I

30 20 33 20

Les 2 paramètres 33 et 20 sont antagonistes

88
Traitement des
contradictions techniques
MATRICE DES
CONTRADICTIONS
Résultat non 1 21
désiré
puissance
A améliorer

9 vitesse 19-35-38-2

19 - Action périodique
35 - Transformation d'état
Principes de conception 38 - Utiliser des oxydants forts
2 - Extraction

89
90
40 PRINCIPES DE
CONCEPTION

HTTP://WWW.TRIZ40.COM
1 - Segmenter
2 - Extraire
3 - Changer de qualité locale
4 - Utiliser l'asymétrie
5 - Combiner
....
37 - Utiliser l'expansion thermique
38 - Utiliser des oxydants forts
39 - Utiliser un environnement inerte
40 - Utiliser des matériaux composites
91
EXEMPLES DE PRINCIPES
N°14 : UTILISER LA
COURBURE
Expressions clés : courbes - sphérique - rotation - curviligne

14a : remplacer des parties droites ou des surfaces planes par des
courbes, des formes cubiques par des formes sphériques
14b : Utiliser des rouleaux, billes, spirales
14c : Remplacer un déplacement linéaire par une rotation, utiliser
une force centrifuge

Exemples :
- fonds bombés des réservoirs
- bille de la souris, "track-ball"
- guide à billes ...
92
Conversion des contradictions
physiques en contradictions
techniques

N°1

Paramètres à améliorer :
• satisfaction du client : 33 FACILITÉ D’USAGE
Identification des paramètres en conflit :
• dégagement de chaleur : 20 ENERGIE DÉPENSÉE PAR L’O.I

93
MATRICE DES CONTRADICTIONS (4/8) MATRICE D

11 12 13 14 15 16 17 18 19 20
Paramètre en

Durabilité de l'o.m.

Energie dépensée

Energie dépensée
Stabilité de l'objet
Tension,pression

Durabilité de l'o.i.
conflit

Température
Résistance

par l'o.m.
(indésirable)

Brillance

par l'o.i.
Forme
Paramètre à
améliorer
27,4 19,2
20 Energie dépensée par l'o.i. 35
29,18 35,32
22,10 29,14 35,32 26,10 19,35 2,14 16,6 16,6
21 Puissance 16
35 2,40 15,31 28 10,38 17,25 19 19,37
14,2 19,38 1,13
22 Perte d'énergie 26
39,6 7 32,15

L’analyse des23 Perte


brevets
de substance n’a fait 3,36 29,35 2,14 35,28 28,27 27,16 21,36
37,10 3,5 30,40 31,40 3,18 18,38 39,31
1,6,
13
35,18 28,27
24,5 12,31

ressortir des principes de solutions


24 Perte d'information 10 10 19

récurrents à cette
25 Pertecontradiction
de temps
37,36 4,10
4 34,17
35,3
22,5
29,3
28,18
20,10
28,18
28,20
10,16
35,29 1,19 35,38
21,18 26,17 19,18
1

10,36 15,2 14,35 3,35 3,35 3,17 34,29 3,35


26 Quantité de substance 35,14
14,3 17,40 34,10 10,40 31 39 16,18 31
10,24 35,1 2,35 34,27 3,35 11,32 21,11
27 fiabilité 11,28 36,23
35,19 16,11 3,25 6,40 10 13 27,19
6,28 6,28 32,35 28,6 28,6 10,26 6,19 6,1, 3,6,
28 Précision de mesurage
32 32 13 32 32 24 28,24 32 32
32,30 3,27
29 Précision de fabrication 3,35 30,18 3,27 19,26 3,32 32,2
40 40
22,2 22,1 35,24 18,35 22,15 17,1 22,33 1,19 1,24 10,2
30 Facteurs nuisibles externes
37 3,35 30,18 37,1 33,28 40,33 35,2 32,13 6,27 22,37
2,33 35,40 15,35 15,22 21,39 22,35 19,24 2,35, 19,22
31 Facteurs nuisibles induits 35,1
27,18 27,39 22,2 33,31 16,22 2,24 39,32 6 18
35,19 1,28 11,13 1,3 27,1, 27,26 28,24 28,26
32 Facilité de fabrication 35,16 1,4
1,37 13,27 1 10,32 4 18 27,1 27,1
2,32 15,34 32,35 32,40 29,3 1,16 26,27 13,17 1,13
33 Facilité d'usage
12 29,28 30 3,28 8,25 25 13 1,24 24
1,13 11,1 11,29 15,1 15,1
34 Maintenabilité 13 2,35 1 4,10
2,4 2,9 28,27 13 28,16
15,37 35,30 35,3 13,1 27,2 6,22 19,35
35 Adaptabilité 35,16 2,16
1,8 14 32,6 35 3,35 26,1 29,13
19,1 29,13 2,22 2,13 10,4 2,17 24,17 27,2
36 Complexité de l'objet
35 28,15 17,19 28 28,15 13 13 29,28
35,36 27,13 11,22 27,3 19,29 25,24 3,27 2,24 19,35
37 Complexité de pilotage 35,38
37,32 1,39 39,30 15,28 39,25 6,35 35,16 26 16
38 Degré d'autonomie 13,35
15,32
1,13
18,1 25,13 6,9
26,2
19
8,32
19
2,32
13
94
10,37 14,10 35,3 29,28 35,10 20,10 35,21 26,17 35,10
39 Productivité 1
14 34,40 22,39 10,18 2,18 16,38 28,10 19,1 38,19
L’exploitation des
contradictions physiques

EXPRESSION DE LA CP N°2

N°2 :
• le facteur néfaste (hygrométrie importante) ne devrait pas
exister pour éviter (ramollissement du carton) et (pâte
ramollie),
• et devrait être en place pour fournir ou augmenter (bonne
conservation des condiments).

95
MODÉLISATION DE LA
SITUATION
N°2 :
• le facteur néfaste (hygrométrie importante) ne devrait pas
exister pour éviter (ramollissement du carton) et (pâte
ramollie),
• et devrait être en place pour fournir ou augmenter (bonne
conservation des condiments).

96
Traitement des contradictions
techniques
bonne conservation B
des condiments
A
hygrométrie
importante

A B A B

Les 2 paramètres A et B sont antagonistes

97
Choix du paramètre à privilégier
Que souhaite-t-on avant tout ?

N°2:
• le facteur néfaste (hygrométrie importante) ne devrait pas
exister pour éviter (ramollissement du carton) et (pâte
ramollie),
• et devrait être en place pour fournir ou augmenter (bonne
conservation des condiments).

Identification des paramètres à améliorer :


• bonne conservation des condiments : 13 (stabilité de l’objet)
Identification des paramètres en conflit :
• hygrométrie importante : 23 (perte de substance)
98
99
100
PRINCIPE DES SOLUTIONS
PROPOSÉS PAR LA MATRICE

2. Extraction
Séparer de l'objet une partie (ou propriété) *perturbatrice* ou, au contraire, extraire
seulement une partie (ou propriété) nécessaire.
14. Sphéricité
Remplacer des parties linéaires par les courbes, les surfaces planes par des surfaces
sphériques, les forme parallélépipédiques par des formes sphériques.
Utiliser des rouleaux, les billes, les spirales, des dômes.
Remplacer les translations par des rotations ; utiliser la force centrifuge.
30. Membranes flexibles et parois minces
Remplacer les structures tridimensionnelles par des membranes flexibles et des films
minces.
Isoler l’objet de son environnement en utilisant des membranes flexibles et des films
minces.
40. Matériaux composites
Remplacer un matériau homogène par un matériau composite.

101
DES IDÉES ?

• 2. Extraction Cheminée ?

• 14. Sphéricité Canalisation ?

• 30. Membranes flexibles et parois minces Film plastique ?

• 40. Matériaux composites …?

102
PISTE EXPLORÉE !
N°14 : UTILISER LA
COURBURE
Expressions clés : courbes - sphérique - rotation - curviligne

14a : remplacer des parties droites ou des surfaces planes par des
courbes, des formes cubiques par des formes sphériques

Exemples :
- fonds bombés des réservoirs

103
LA NOUVELLE BOÎTE À PIZZA

La vapeur est canalisée vers les cotés et recueillie sous la pizza

104
POUR RÉSUMER

Un processus systématique

Inventorier les ressources de la situation


Recenser l’ensemble des relations de causes à effets
Formuler la ou les contradictions physiques
Exprimer des contradictions techniques
Identifier les paramètres en conflit
Recenser et hiérarchiser les principes de solutions
Utiliser les principes de solutions suggérés pour
générer des idées

105
TRIZ 76 STANDARDS DE MODÉLISATION DES
VÉPOLES

< Le pneu > ne peut pas < soutenir la jante >


< Le pneu > doit < soutenir la jante > afin de
car < la pression d’air dans le pneu est
< supporter la masse de l’automobile >
insuffisante >
EXEMPLE

Comment protéger la structure du


véhicule et limiter les dommages
corporels subis par un piéton lors
d’un choc ?

Pare-chocs à
Pare-chocs en
absorption d’énergie
plastique

Loi d’évolution Loi 4: Loi d’accroissement de la fonction idéale


Champ Innovation Solution Expérimentations associées / piste de
Support Principe physique
technologique principale technologique projet

Intégration Résistance
Matériau et Absorbeur Simulation numérique de la
d’une structure mécanique des
structure d’énergie déformation de l’absorbeur d’énergie
déformante matériaux
EXEMPLE
Bouclier + Absorbeur de choc
EXEMPLE
EXEMPLE
REMARQUES ?
On ne fait intervenir dans l’analyse que l’objet technique en cause (pare choc)
En particulier on ne tient pas compte du piéton et de son environnement
Il n’est pas si facile de trouver le paramètre à améliorer et celui à conserver
Il faut bien comprendre les paramètres de conception