Vous êtes sur la page 1sur 30

EFFORT TRANCHANT

1
Définition : EFFORT TRANCHANT
Dans la section Σ, V (Σ
Σ ) = Somme des
composantes, perpendiculaires à la ligne
moyenne et contenues dans le plan moyen, des
forces appliquées à gauche de (ΣΣ ).

Gauche (g) Droite (D)

Rg

Définition de l’effort tranchant dans une section d’une poutre à plan moyen

2
Effet des contraintes tangentes

1
Béton comprimé
A g dxB d
g dx dx
D C
Armatures g dx

b0
1

σt B A σc Coupe : 1-1

C
D

3
Effet des contraintes tangentes
En plus des contraintes tangentes τ, l’effort tranchant provoque sur
des plans inclinés à 45° par rapport à la ligne moyenne des contraintes
de traction σt et de compression σc toutes deux d’intensité égale à τ
.

- Risque de fissuration à 45° notamment au voisinage des appuis


=> nécessité de ‘’coudre’’ les fissures obliques (potentielles) par
des armatures dites ‘’armatures d’âme’’.
- Risque d’écrasement du béton suivant des ‘’bielles ‘’découpées
par les fissures => nécessité de limiter la contrainte tangente pour
ne pas avoir une contrainte excessive de compression dans les
bielles.
‘’Bielle’’

Fissures à 45°

4
Armatures de cisaillement

• Armatures de cisaillement = armatures transversales


• Positionnées en localisant les zones où il existe un
effort tranchant non nul
• Il faut analyser les états de contrainte des
différentes sections
• La détermination des zones cisaillées est donnée
par l’intensité de V(x)

5
Exemple : poutre sur deux appuis uniformément chargée

6
Exemple de la poutre sur deux appuis en console

7
Dimensionnement
• Tous les calculs sont menés à l’ELU
• Schéma de calcul: Modèle de treillis
• les bielles de béton comprimées forment un angle θ avec la
ligne moyenne de la poutre (θ =45°: Treillis de Morsch)

• les armatures d’âme forment un angle α avec la ligne


moyenne de la poutre.
Membrure comprimée : béton comprimé

Montant
tendu :
armature (θ =45°, α=90°)
d’âme
droite θ α

Membrure tendue :Armatures longitudinales


Diagonale comprimée : Bielle de béton

8
L’état limite ultime sous sollicitations tangentes
peut alors être atteint soit :
• par compression excessive du béton des
bielles comprimées
• par dépassement de la résistance de calcul
des armatures d’âme.

9
Dimensionnement

• Contrainte tangente conventionnelle:


Vu
τ u=
b0: largeur de l’âme
b 0d
d: hauteur utile (d ≅ 0.9h)
L’effort tranchant de calcul:
Vu = 1,35 VG max + VG min + γ Q1VQ1 + ∑1,3ψ 0iVQi
i >1

Cas les plus courants: Vu = 1,35VG + 1.5VQ


VG : Effort tranchant dû aux charges permanentes
10
VQ : Effort tranchant dû aux charges variables.
ELU du Béton de l’âme
1- Armatures d’âme droites (perpendiculaires à la fibre moyenne) :

0.2 f cj
• En Fissuration peu préjudiciable: τ u ≤ Min( ;5MPa)
γb
0.15 f cj
• En Fissuration préjudiciable et très préjudiciable: τ u ≤ Min( ;4 MPa)
γb
0.27 f cj
2- Armatures inclinées à 45°: τ u ≤ Min( ;7 MPa)
γb

3- 45°< α<90°=> Interpolation linéaire entre 1 et 2 pour fix er τu

11
ELU des armatures d’âme
At γ s (τ u − 0.3 f tj k )

b0 st 0.9 f e (cos α + sin α )
At: la section d’armatures d’âme
st: espacement d’armatures d’âme
ftj: résistance à la traction à j jours (ftj ≤3.3MPa)
k est un coefficient qui vaut:
- k=0 si fissuration préjudiciable ou très préjudiciable ou s’il y a reprise de
bétonnage non traité

- k= 1 en flexion simple et fissuration peu préjuduciable

- k≤1 si la reprise de bétonnage est munie d’indentations dont la saillie atteint au


moins 5mm
3σ cm
− k = 1+ En flexion composée avec compression (σcm contrainte moyenne de
f cj compression de la section totale du béton sous l’effort normal de calcul)
10σ tm
− k = 1− En flexion composée avec traction (σtm contrainte moyenne de traction de la
f cj section totale du béton sous l’effort normal de calcul)
12
ELU des armatures d’âme
At γ sτ u
En flexion simple, on utilise souvent: ≥
b0 st 0.9 f e

Cours d’armature de section

Effort b0 Epaisseur de l’âme


St St St St
tranchant
α

13
Dispositions constructives
En général, on commence par fixer le diamètre φt des armatures d’âme, puis on
détermine leur espacement st

h b0
Diamètre des armatures d’âme: Φ t ≤ Min(Φ l ; , )
35 10

φl: diamètre des armatures longitudinales tendues

st ≤ Min(0.9d ;40cm)
Pourcentage minimal d’armatures d’âme: At f e
≥ 0.4MPa
b0 st

14
Justification des sections d’appuis
• Appui simple d’about (appui de rive):
- Les bielles de béton comprimé convergent vers l’appui en formant un angle voisin de
45°avec l’axe de la poutre.
- Les charges sont transmises à l’appui par l’intermédiaire d’une bielle unique, dite ‘’bielle
d’about’’ inclinée à 45°sur l’axe de la poutre.
- Compte tenu de ce modèle de transmission d’efforts, l’équilibre est réalisé par une
bielle unique. Cet équilibre se traduit par les justifications suivantes :

Fissure
B
Z
Vu
45°F
0
A

Bilan des forces au voisinage de l’appui

15
Appui simple d’about (appui de rive)
Armatures inférieures longitudinales à prolonger au délà du bord de l’appui:
- une section d’armatures longitudinales inférieures doit être prolongée au delà du
bord de l’appui (côté travée) et doit être suffisante pour équilibrer l’effort tranchant
selon le bilan de forces.
- les armatures longitudinales inférieures sont soumises (au voisinage de l’appui) à
un effort de traction . Pour obtenir cet effort, on écrit l’équilibre des moments par
rapport à B.

Équilibre des moments % B VuZ – F0Z= 0 donc F0=Vu


Ainsi la section d’aciers, traversant la section du nu d’appui et ‘’équilibrant’’ F0

γ sVu 0 Fissure
• Section minimale à ancrer: Ast ancrée = B
fe Z
Vu
45°F
0
A

Z
16
Bilan des forces au voisinage de l’appui
Appui simple d’about (appui de rive)
• Longueur d’ancrage droit nécessaire:

Vu 0
ls = τ su = 0.6Ψs2 f t 28 Pour les barres HA: Ψs = 1.5
nsπΦτ su
ns: nombre des barres ancrées
Bielle
d’about
• Si ls ≤ a => ancrage droit

• Si ls > a => ancrage courbe


a: largeur de la bielle d’about

17
Appui simple d’about (appui de rive)
Justification de la bielle d’about: condition de non écrasement
a
2 2 Vu
b0
o
45

a
Nu d’appui

Equilibre de la bielle d’about

2Vu 0 f cj
σ bc = ≤ 0,8
ab0 γb

18
A
r
m
Justification des sections d’appuis
a
t
u
r
• Appui intermédiaire
e
s
Armatures inférieures longitudinales à prolonger au délà du bord de l’appui:
s
u • Il faut vérifier que la section d’armatures longitudinales inférieures Ast ancrée
p
é traversant la section du nu d’appui peut équilibrer l’effort de traction F0
r
Mu
γ s ( Vu +
i
e )
u • Section minimale à ancrer
= 0 .9 d ; (Mu en valeur algébrique)
de chaque coté de l’appui: A st ancrée
r
e
s fe
:
Armatures supérieures

Armatures inférieures Mu

19
Justification des sections d’appuis
• Appui intermédiaire
Justification de la bielle d’about: condition de non écrasement

2 V ug f cj
≤ 0 ,8
ab 0 γb
2 V ud f cj
≤ 0 ,8
ab 0 γb

20
Liaison table-nervure pour une section en T
• Risque de séparation entre la table de compression et l’âme (plan MNN’M’)
sous l’action des contraintes de cisaillement => armatures de couture droites

Hypothèse : calculs menés en supposant que les matériaux travaillent dans le domaine
élastique (hypothèse des calculs aux ELS), puis transposés aux ELU sans modifications.
Isolons un demi-hourdis en équilibre sous :
- des contraintes normales sur ses faces MNPQ et M’N’P’Q’
- des contraintes de cisaillement sur sa face MNM’N’
21
Liaison table-nervure pour une section en T
y1

dx
-

dx
Liaison table-nervure pour une section en T

V (b − b 0 )
Contrainte tangente moyenne τ u = u
Si τ u ≤ τ u lim => OK
dan le plan (MNN’M’) : 0,9d 2bh 1
A cfe
OR τu =
h 1s c γ s

Ac V (b − b0 )γ s
Section d’acier de couture: ≥ u
sc 0,9d 2 * b * f e

• l’espacement sc des aciers de couture est généralement identique à celui des cadres de l’âme st
Liaison talon-âme pour une section à talon
•Risque de séparation entre l’âme et le talon
au niveau des plans (MM’ et NN’) sous
l’action des contraintes de cisaillement => Effort de glissement dans
armatures de couture droites le plan (MM’) :

Vu Al1
gu =
0,9d Al
Ac
N M
Section d’acier de couture:

Al1 N’ M’ Ac Vu Al1γ s
Al ≥
sc 0,9d Al f e
Al : Section des acies longitudinaux dans le talon entier

Al1 : Section des aciers longitudinaux dans un demi-talon


25
sc: Espacement des cadres du talon
Exemple 1

1 1-1

54 cm

60 cm
1 35 cm

8m

26
Exemple 1
• Poutre uniformément chargée
– Charges permanentes y compris poids propre: p=12,5
kN/ml
– Charges d’exploitation: q = 17,2 kN/ml
– Durée d’application des charges > 24h
• Béton: fc28 = 25 MPa
• Acier: FeE 400 HA
• Fissuration préjudiciable
• Armatures d’âme droites
• Reprise de bétonnage non traitée
Calculer la section d’acier à l’ELU au niveau de la section
27
médiane de la poutre
3 HA10

3 HA16
3 HA16 => A = 21,4cm2
3 HA20 28
Exemple 2
1
0,8m
0,21m
1,2m
1A
1,65m
0,4m

4,8m 0,5m Coupe 1-1

• Charges permanentes y compris poids propre: g=3T/ml


• Charges d’exploitation: q = 0,8T/ml
• Charge concentrée : G= 79T ; Q=23T
• Béton: fc28 = 25 MPa
• Acier: FeE 400 HA
• Fissuration préjudiciable
• Armatures d’âme droites 29

• Reprise de bétonnage non traitée


Exemple 3
80cm

10cm
1

1
70cm
2m 2m 2m
2,7m 3 HA14
2,5 cm
3 HA20
3 HA20
3,8 cm
20cm
Coupe 1-1

Charges permanentes uniformément reparties (y compris poids propre de la poutre) : 5 KN/m


Charges d’exploitation uniformément reparties :
1,2 KN/m ; Charges permanentes concentrées : 150 KN
Charges d’exploitation concentrées : 50 KN
Béton : fc28 = 25MPa
Acier : FeE400 HA
Fissuration préjudiciable
Armatures d’âme droites
1/ Calculer l’effort tranchant maximal dans la poutre, calculé à l’ELU
2/ Vérifier les contraintes normales à l’ELS au niveau de la section médiane sous l’action de Mser
3/ En vérifiant l’état limite des armatures d’âme, proposer un ferraillage transversal de la poutre.

Vous aimerez peut-être aussi