Vous êtes sur la page 1sur 92

Les Champignons d’Europe tempérée

Les Roues d'Identification


Thomas Læssøe & Jens H. Petersen
Traduction et adaptation en français  par Guillaume Eyssartier
Cet ouvrage encyclopédique en deux volumes, traduction d’un
ouvrage anglais et danois, présente un panorama complet du Règne
fongique. Il traite plus de 2 800 espèces de champignons d’Europe et
contient plus de 10 000 illustrations et photographies.

Avec les champignons à lames, les bolets, les chanterelles et les morilles,
mais aussi des groupes moins connus tels que les polypores, les corticiés ou
encore les pyrénomycètes, ce guide sur les champignons est d’une ampleur
sans précédent pour aborder la diversité fongique.
Toutes les espèces sont illustrées par une ou plusieurs photographies
ainsi que des informations sur leur morphologie, leur écologie et leur répar-
tition en Europe tempérée.

• Plus de 7 000 photographies réparties sur 1 700 pages


• Des photos couleur de détail, inégalées par d’autres guides
• Plus de 2 800 espèces traitées
• Un système d’identification innovant et accessible
• 80 « roues d’identification » permettent un cheminement visuel simple
et pratique vers la totalité des genres actuels de champignons

Afin de permettre la plus large utilisation possible de ces roues


d’identification, nous vous proposons cette version numérisée,
disponible pour PC, tablettes et smartpones. Les roues sont disponibles
par des liens, ce qui facilite des allers- retours entre la table des matières
et les principales roues, depuis votre écran.

Les roues numérisées sont téléchargeables depuis le site Mycokey (www.


mycokey.com). Elles sont réservées à l’usage personnel, voire à des fins
pédagogiques, à l’exclusion de toutes fins commerciales.

Thomas Læssøe og Jens H. Petersen


Sommaire

Roues d’identification générales . . . . . . . . . . . 6 (42) Bolets . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70 (760) Ascomycètes inoperculés . . . . . . . . . . . . . 138 (1348)
Chanterelles et genres proches. . . . . . . . . . . . 10 (46) Polypores . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72 (824) Géoglosses et genres proches. . . . . . . . . . . . . 140 (1350)
Champignons lamellés. . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 (56) Polypores stipités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74 (826) Ascomycètes inoperculés grands et gélatineux. . . 142 (1364)
Pleurotoïdes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16 (60) Polypores fasciculés. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76 (846) Ascomycètes inoperculés feutrés à velus. . . . . 144 (1372)
Clitocyboïdes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 (98) Polypores pérennes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78 (854) A. inmp. élancés ou à long pied, glabres ou feutrés. 148 (1404)
Omphalinoïdes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 (128) Polypores piléés annuels. . . . . . . . . . . . . . . . 80 (886) Ascomycètes inop. trapus, glabres ou feutrés . . . . 150 (1426)
Hygrocyboïdes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 (142) Polypores résupinés annuels . . . . . . . . . . . . . 84 (932) Ascomycètes inoperculés érumpents. . . . . . . . 154 (1468)
Mycénoïdes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24 (176) Champignons en rosette et formes proches. . 86 (952) Lichens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156 (1484)
Tricholomatoïdes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 (226) Corticiés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88 (960) Calicioïdes et mycocalicioïdes. . . . . . . . . . 158 (1494)
Collybioïdes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 (274) Corticiés piléés. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90 (962) Oïdiums et espèces cléistothéciales. . . . . 160 (1500)
Marasmioïdes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30 (302) Corticiés mérulioïdes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92 (974) Pyrénomycètes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162 (1510)
Cystoderma et genres proches . . . . . . . . . . . 32 (314) Corticiés pelliculaires fragiles. . . . . . . . . . . . . 94 (986) Hypocrea et groupes proches. . . . . . . . . . . . 164 (1512)
Lépiotoïdes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 (320) Corticiés coriaces, lisses, ± blanchâtres . . . . 96 (1000) Pyrénomycètes durs, à stroma . . . . . . . . . . . . 166 (1546)
Chamaemyces et Limacella. . . . . . . . . . . . . . 36 (348) Corticiés coriaces, ± lisses, colorés. . . . . . . . 98 (1012) Pyrénomycètes sans stroma, sombres, unituniqués. 168 (1582)
Amanitoïdes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 (352) Corticiés grandinioïdes à hydnoïdes . . . . . 100 (1036) Pyrénomycètes bituniqués, non hystérioïdes. . . . 172 (1602)
Russules. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 (372) Hydnoïdes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102 (1054) Pyrénomycètes hystérioïdes. . . . . . . . . . . . . . 174 (1614)
Lactarioïdes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42 (414) Cyphelloïdes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104 (1076) Laboulbeniales. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 176 (1620)
Entolomatoïdes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44 (448) Clavarioïdes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106 (1092) Taphrinales. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 178 (1622)
Plutéoïdes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46 (486) Dacrymycetales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110 (1154) Champignons asexués. . . . . . . . . . . . . . . . 180 (1626)
Agaricus et Allopsalliota. . . . . . . . . . . . . . . . 48 (500) Basidiomycètes gélatineux. . . . . . . . . . . . 112 (1162) Mycetozoa. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 182 (1646)
Coprinoïdes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50 (520) Rouilles et charbons. . . . . . . . . . . . . . . . . . 116 (1198)
Psathyrelloïdes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52 (546) Exobasidiales. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118 (1214) Les textes bleus sont des liens vers les roues.
Hypholomatoïdes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54 (580) Champignons en forme de nids. . . . . . . . 120 (1216)
Gomphidioïdes et Melanomphalia. . . . . . . . . 56 (596) Phalles et genres proches. . . . . . . . . . . . . 122 (1222)
Pholiotoïdes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58 (600) Vesses-de-loup et groupes proches.. . . . . 124 (1228)
Petits champignons bruns (PCB) . . . . . . . . . . 60 (616) Truffes et autres hypogés. . . . . . . . . . . . . 126 (1256)
Inocybe. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 (652) Ascomycètes operculés. . . . . . . . . . . . . . . 130 (1278)
Hebeloma. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 (680) Morilles et genres proches. . . . . . . . . . . . . 132 (1280)
Cortinarius . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66 (690) Ascomycètes operculés ternes. . . . . . . . . . 134 (1290)
Paxillus en genres proches. . . . . . . . . . . . . . . 68 (756) Ascomycètes operculés à couleurs vives. . . 136 (1328)
aperçu de tous les principaux groupes morphologiques aperçu des groupes morphologiques – spores externes
champignons
en rosette et clavarioïdes
Groupes morphologiques compagnie page 1092 cyphelloïdes
et roues d’identification page 952 page 1076
corticioïdes
Les champignons sont ici organisés en page 960
groupes morphologiques pratiques.
champignons
Avec un peu d’expérience, ces groupes gélatineux
peuvent être reconnus à l’œil nu ou à page 1162
la loupe. Il est important de se rappeler Dacrymycetales
qu’ils ne reflètent pas nécessairement page 1154
les relations naturelles. Par exemple, la
morphologie de polypore est apparue en forme de
plusieurs fois au cours de l’évolution, langue ou avec
des branches clavés ou
et par conséquent plusieurs des taxons aplaties ; face coralloïdes
minuscules tubes ou
concernés par cette morphologie ne sont hydnoïdes inférieure-
disques pendants
page 1054 supérieure lisse rouilles et
pas étroitement apparentés, même s’ils se ± coriaces ; basides charbons
ressemblent. La section sur les polypores en diapason ; page 1198
plat ou résupiné- spores souvent
de ce livre couvre donc toutes les espèces cloisonnées
réfléchi ; lisse,
à morphologie « polypore », quelle que verruqueux, ridé
soit leur classification actuelle. ou épineux
Il y a une exception majeure à cette souvent gélatineux ;
spores répétitives
règle générale. Nous avons divisé les
champignons, indépendamment de
leur aspect macroscopique, en deux basidiomycètes
grands groupes phylogénétiques : les pied et
parasites
aiguillons baside
Basidiomycota et les Ascomycota. À la de plantes
« normale »
fin du volume 2, nous avons également unicellulaire pas de
inclus des sections sur les champignons basides carpophore
asexués et les organismes qui de forme
appartiennent à d’autres règnes mais qui étrange


carpophores
ressemblent à de vrais champignons, par (si présent) formant


exemple les myxomycètes. des spores externes

ycètes
(méiospores) libérées apothécie discoïde
Les roues d’identification sont de façon active ou en massue ;

ascom
tubes non
la caractéristique clé de cet ouvrage. asque avec opercule discomycètes
séparables operculés
Nous avons adopté une approche très
page 1278
pragmatique lors de la préparation de polypores
ces roues, de sorte que, par exemple, page 824 apothécie
tubes séparables
de la chair du discoïde, en
même si vous regardez la roue qui spatule ou en
chapeau
recouvre les cyphelloïdes (Basidiomycota) massue ;
(p. 1076), vous trouverez des renvois à asque sans
opercule
des Ascomycota discoïdes semblables
(p. 1372). Pour cette raison, une carpophore à
connaissance préalable de la systématique spores internes, pas de
thalle avec des
libérées de façon carpophore
fongique n’est pas nécessaire. lames sous le algues et/ou des
active ou passive cyanobactéries
Les roues de cette page et de la page chapeau
pas de
suivante sont organisées en fonction de la carpophore
asques sur
discomycètes
façon dont les spores sont produites. bolets des tissus
inoperculés
page 760 vivants ;
page 1348
asexué sur feuilles
en entonnoir et fruits
hyménophore lisse
ou ridé
hyménium

hyménium lichens
page 1484


girolles et chanterelles champignons Taphrina
Carpophores à spores exogènes formées sur champignons à lames page 46 voir page suivante asexués
un hyménium à l’air libre, voir aussi page 31. page 56 page 1622
page 1626
aperçu des groupes morphologiques – spores internes aperçu des groupes morphologiques – spores internes

Eurotiomycetes
Pour choisir la roue à utiliser, vous champignons
page 1500
devez d’abord déterminer si votre asexués
Laboulbeniales oïdiums page 1626
champignon produit des spores à partir (Erysiphales)
page 1620
d’un hyménium externe (voir p. 31 et page 1500
l’illustration p. 42 en bas à gauche). pyrénomycètes
sans stroma
L’hyménium se compose d’une palissade page 1510
de basides ou d’asques, et forme
typiquement une surface lisse. Les
carpophores qui produisent des spores
internes ne présentent pas une telle
surface, mais par exemple de petites sur les insectes
ouvertures (ostioles), à travers lesquelles vivants et autres sur feuilles et
arthropodes tiges ; parasites
les spores peuvent être éjectées. Les
groupes morphologiques à production
semblable aux sur la litière végétale,
externe et dispersion active des spores cléistothèces les plumes, les calicioïdes
page 1494
(méiospores) se trouvent sur la page (chasmothèce) cheveux, etc.
précédente, et les groupes à production périthèce
interne de spores sont sur cette page. (incl. pseudothèce, cléistothèce conidies sèches
thyriothèce ou en masses
Sur cette page, les groupes dont visqueuses
et hystérothèce)
les spores sont activement libérées sont carpophores
presque fermés
représentés en haut à gauche ; les groupes avec une pas de très petits
aux spores libérées de façon passive ou ouverture ronde carpophores avec des têtes
qui forment une masse de spores internes ou en fente poudreuses ;
surtout sur le
poudreuses ou visqueuses sont représentés bois et l’écorce

s
vesses-de-loup et

te
en bas à droite de la roue. Pour que la pyrénomycètes libération active

ycè
avec stroma des spores compagnie page 1228
dispersion passive des spores ait lieu, une

m
sco
page 1510
force externe est souvent nécessaire –

➡a
gouttes de pluie, animaux. plus grand,
avec un


Les roues peuvent être utilisées de carpophore
à spores internes, libération contenu
diverses façons : en étudiant les images libérées de façon passive pulvérulent
périthèces
dans la zone externe, on obtient un active ou passive des spores

s
périthèces dans

ycète
aperçu rapide de la variation des groupes
une structure
fongiques couverts. Les images dans les

asco

iom
charnue, le stroma ;
d’abord en
sections bleu pâle (voir, par ex., la roue surface parsemée

my

sid
d’ostioles oignon, puis

ba
cèt
page 46) présentent des champignons en étoile

es
qui, d’une certaine façon, évoquent des


espèces couvertes par la roue et qui sont ➡
➡ spores dans de
traitées dans d’autres roues ailleurs dans ➡ les deux petites structures
l’ouvrage et indiquées par un numéro de en forme d’œuf
(péridioles)
page. La partie interne de la roue présente géastres
d’autres caractéristiques qui pourraient et compagnie
être prises en compte, en particulier des page 1228
caractères microscopiques tels que la cyathes
morphologie des spores (voir, par exemple, et compagnie
les roues aux pages 60 et 176). masse de page 1216
spores fétide ;
L’approche par roue de l’identification dispersées par
fongique n’atteindra jamais le niveau carpophores ± souterrains ; les insectes
de précision d’une clé analytique. Les formant des spores externes dispersion par les phalles,
libérées de façon active animaux clathres, etc.
caractéristiques distinctives de certains page 1222
champignons ne sont pas toujours
clairement définies, et il peut être
nécessaire de consulter plusieurs roues afin
d’arriver à une conclusion satisfaisante.
Cependant, nous espérons que l’approche


adoptée dans cette publication sera
plus abordable que les clés, souvent très
techniques, publiées dans d’autres guides. truffes
page 1256
voir page précédente
46 chanterelles et genres proches Craterellus – trompettes

Chanterelles et genres proches


Ce groupe d'espèces forme des Gomphus clavatus (Gomphales) est – certains omphalinoïdes ont un
carpophores plutôt charnus, également ectomycorhizien, tandis que hyménophore veiné, mais sont plus
massifs ou creux, à pied ± central Faerberia carbonaria (Polyporales) est petits avec des pieds courts (page 128) ;
et à hyménophore très décurrent, saprophyte. – les hygrocyboïdes et les
complètement lisse ou formé de veines omphalinoïdes en entonnoir ont des
± ramifiées. Autres champignons semblables : lames décurrentes (pages 128 et 142) ;
Le groupe central est constitué – les clitocyboïdes ont des formes – certains mycènes (p. ex.
par les Craterellus et les Cantharellus similaires aux chanterelles, mais ont Hemimycena) peuvent ressembler,
(Cantharellales), tous deux des lames typiques qui peuvent être mais sont petits, fragiles et blancs
ectomycorhiziens. fourchues (page 98) ; (page 176).

Bibliographie : 50, 92, 231, 242.


Craterellus
7 espèces, page 47
Cantharellus
5 espèces, page 50
Gomphus
1 espèce, page 54

Microscopie :
spores et cystides.

Le nombre
approximatif
d'espèces
Faerberia s'applique
1 espèce, page 55 à l'Europe
tempérée.
7 mm

Les Craterellus ont un hyménophore


clitocyboïdes
lisse ou veiné et un pied ± creux.
pied ± creux ; page 98 Le plus connu d'entre eux est la
pied ± plein ;
face inférieure lisse Trompette-des-morts (ci-dessous).
face inférieure espèce grande
ou veinée
veinée et massive ;
face inférieure veinée Craterellus cornucopioides, la
± violacée
espèce grisâtre ; •• Trompette-des-morts, a une chair
face inférieure fine, gris-noir à brune, rarement
veinée ; sur sol jaune-brun, en forme de trompette,
brûlé
avec une marge ondulée et un
omphalinoïdes et
hygrocyboïdes
hyménium gris presque lisse, très
pages 128 & 142 décurrent. Le pied est creux, la surface
du chapeau est feutrée et l'odeur
est très agréable. Les spores lisses et
lames étroites, hyalines mesurent (9-) 10-13,5 (-16)
simples ou fourchues × (5,5-) 6,5-8,5 (-9,2) µm. Forme des
ectomycorhizes principalement avec
Arrhenia
page 64
les hêtres, chênes et épicéas sur des
lames ± épaisses sols calcaires, typiquement ± riches en
argile.
espèces Craterellus cinereus ▷▷ a des rides
principalement sans
pied ; lames réduites à évidentes. Les deux espèces poussent
des veines parfois côte à côte. Une forme
Hemimycena et jaunâtre est parfois nommée
petits, grêles et Delicatula C. konradii (image du bas).
blanchâtres ; lames page 176
Largement répandu et localement
chanterelles et souvent réduites
compagnie sont ± autres commun, devenant plus rare vers le
en forme d'entonnoir, champignons nord ; surtout de septembre à octobre. 7 mm
avec un pied, et un semblables petit, grêle et
hyménophore lisse à veiné Jan Vesterholt
brunâtre ; face Cotylidia
inférieure lisse page 958
56 synthèse des champignons lamellés à spores pâles synthèse des champignons lamellés à spores pâles 57
marasmioïdes
page 302
Champignons lamellés collybioïdes
I+ = peut être amyloïde page 274
Les champignons lamellés constituent I+ (dext.) = peut être tricholomatoïdes Cystoderma
un très grand groupe, avec plus de dextrinoïde page 226 et Cystodermella
page 314 lépiotoïdes
3 000 espèces en Europe tempérée. Ils page 320
se caractérisent par un chapeau à face
inférieure tapissée de lames. La plupart mycénoïdes
page 176
des espèces ont aussi un pied. Chez les
espèces pleurotoïdes, le pied est réduit
ou absent.

Couleur des spores petits à moyens, assez


coriaces ; lames adnées lames surtout
La couleur de la sporée est un caractère à échancrées adnées ; ± coriaces,
clé pour diviser les champignons robustes, moyens reviviscents pied et
lamellés en groupes pratiques : blanc, chapeau
à grands ; lames ±
granuleux ;
crème à jaune (cette page) ou brune, échancrées
I+ voile partiel
brun-rose à noire, voire verte ou lilas
(page suivante). I+ I+ lames libres ;
minces, le plus souvent
petits et fragiles, avec voile partiel
souvent Limacella et
Voiles des chapeaux convexes ;
Chamaemyces
souvent avec des spores présent
Chez certaines espèces, les lames se page 348
amyloïdes
développent à l’air libre, mais elles
sont aussi parfois protégées par un amanites
lames libres ; voile page 352
voile partiel. D’autres espèces sont I+ général visqueux
sporée blanche
I+
entièrement couvertes par un voile à crème (dext.)
général : Amanita phalloides possède I+
(dext.)
les deux types de voile en version
membraneuse : à maturité, le voile avec des lames lames libres,
épaisses, I+ rarement adnées ;
partiel donne l’anneau, tandis que cireuses voile général
hygrocyboïdes champignons lamellés
le voile général produit la volve à la page 142 membraneux
chapeau à face ± fragile
base du pied. Chez les Cortinarius, les inférieure tapissée de
deux types de voile sont filamenteux I+ lames ; chair ± tendre
et, chez les Gomphidius par ex., ils petits et
fragiles, avec
sont présents sous forme de couches des lames sporée blanche pied et
gluantes. décurrentes à jaunâtre chapeau

autde spo
granuleux ;

res rée
I+ ornements I+ voile général
Insertion des lames Phaeolepiota

cou s
La façon dont les lames s’attachent page 314

leur
au pied est un caractère important autres

s
omphalinoïdes champignons
pour séparer les espèces et les genres. charnus, semblables fragile ; chair à
page 128
Les lames peuvent être libres, adnées, à lames cellules rondes ;
échancrées ou décurrentes, avec décurrentes pas de lait

quelques variations.

fragile ; chair à cellules


rondes ; avec du lait
sans pied, ou alors
lames libres réduit et excentré

avec plis décurrents,


chanterelles
et girolles, page 46
lames sublibres
ou adnées
clitocyboïdes
page 98
Lactarius et
Lactifluus


page 414 Russula
pleurotoïdes page 372
carpophores coriaces,
lames échancrées ou avec lames légèrement et page 60
bien fixés sur le bois page suivante
une dent décurrente longuement décurrentes polypores, page 824
58 synthèse des champignons lamellés à spores sombres synthèse des champignons lamellés à spores sombres 59

hypholomatoïdes gomphidioïdes et
psathyrelloïdes page 580 Melanomphalia I+ = peut être amyloïde
Caractères microscopiques page 546 page 596 I+ (dext.) = peut être
De nombreuses espèces à lames ont dextrinoïde
des cystides sur le pied (caulocystides),
sur le chapeau (piléocystides) ou sur pholiotoïdes
les lames. Ces dernières se divisent coprinoïdes page 600
page 520
en pleurocystides, sur les faces des
Agaricus et
lames, et cheilocystides, sur l’arête Allopsalliota
des lames. Les cystides sont très page 500
importantes pour l’identification
des espèces. Il est conseillé d’utiliser
lames adnées à échancrées ;
une loupe binoculaire lors de la lames ± chair assez coriace ; chapeau
préparation, pour s’assurer que la adnées, parfois jaunâtre ou visqueux
lames
partie appropriée de la lame est pommelées ; chair
décurrentes
très fragile
étudiée.
Les champignons à lames lames libres et
présentent une grande variété de déliquescentes chapeau visqueux à
écailleux ; sur bois Hebeloma
types de spores : lisses, anguleuses,
page 680
épineuses, à paroi mince ou épaisse, I+
simple ou double, avec ou sans (dext.) petits à grands,
plutéoïdes lames libres non
pore germinatif. Certaines spores déliquescentes
± lisses, ternes et
page 486 I+ brunâtres ; odeur
se colorent ± en bleu avec le réactif (dext.) fréquente de radis ;
I+
de Melzer (spores amyloïdes ou (dext.) au sol
I+). Lorsque vous étudiez des I+
sporée brun (dext.)
éléments microscopiques, vérifiez sombre à noire
toujours l’amyloïdité et la nature des assez petits ; chapeaux
revêtements du chapeau et du pied. fibrilleux ou feutrés ;
lames libres spores brun-gris
et odeur souvent Inocybe
Relations entre les genres spermatique ; au sol page 652
Les champignons à lames constituent champignons lamellés sporée brun-
chapeau à face gris à brun-
un « groupe morphologique » – un sporée inférieure tapissée de rouge Cortinarius
assemblage artificiel. Les plus grands entolomatoïdes ± rose lames ; chair ± tendre
page 448 brunâtre page 690
groupes monophylétiques sont petits à grands ;
les Agaricales, les Russulales et les cortine ; spores
I+
(dext.) brun rouillé ;
Hymenochaetales, qui comprennent au sol

nâtre
chacun de nombreuses espèces

rte
lames adnées,

ve
échancrées ou

e bru
non lamellées, mais qui entrent sporée lilas à
décurrentes blanche brune I+
par exemple dans les groupes

jaun
à jaunâtre (dext.)
morphologiques des corticiés, des lames adnées,
échancrées ou un
clavarioïdes, des vesses-de-loup et des peu décurrentes ;
tricholomatoïdes,
polypores. avec des lames surtout au sol
échancrées et des
odeurs douceâtres
Autres champignons semblables :
pied central
– girolles et chanterelles n’ont pas et lames très
de véritables lames mais des veines décurrentes
ou des plis ± fourchus ou interveinés lames libres

(page 46). pied et
– certains polypores ont des chapeau sans pied, ou alors
granuleux ; réduit et excentré
hyménophores évoquant des lames,
voile général
mais ils sont en général très coriaces
(page 824). Rhodotus et Lepista
page 231 & 249
petits champignons
bruns (PCB)
page 616
Paxillus
et groupes proches
page 756


lépiotoïdes
page 320
Phaeolepiota
page 314 page précédente pleurotoïdes
page 60
60 pleurotoïdes Sarcomyxa pleurotoïdes 61
1 espèce, page 74
Hohenbuehelia
Resupinatus 12 espèces
Les pleurotoïdes Arrhenia 3 espèces page 71
Neofavolus
1 espèce
5 espèces pleurotoïdes page 70 Panus
Les champignons pleurotoïdes sont Microscopie : page 79
page 65 2 espèces
en forme d'éventail ou de langue et spores et cystides.
page 75
n'ont pas de pied, ou alors un pied très Le nombre Chaetocalathus
réduit. Certains sont fixés par l'arrière, approximatif 1 espèce Neolentinus
d'espèces s'applique page 67 2 espèces
les lames formant un motif rayonnant. page 81
à l'Europe tempérée. petits ;
D'autres ont des lames réduites à des assez
veines ou à des rides, voire absentes. coriaces ; petits à assez grands ; Lentinus
Les espèces à hyménophore lisse ± feutrés grands ; assez ± coriaces ; 2 espèces
assez grands ; ±
Cheimonophyllum coriaces ; en partie jaunes page 80
et sans pied sont traitées avec les coriaces ; base
1 espèce assez cuticule ou verdâtres Lentinellus
lilas, feutrée ;
cyphelloïdes (page 1076). page 67 fragiles ; gélatineuse hyphes 6 espèces
pas de voile coriaces ; lames
La plupart des espèces de ce groupe squelettiques + avec des faisceaux page 76
sont des saprophytes et poussent d'hyphes ; odeur
un peu anisée ; hyphes
sur le bois, même si certaines sont coriace ; squelettiques +
Panellus

eux
aussi nématophages. Quelques-unes velouté coriace ; arête
5 espèces I+

atin
se trouvent sur des tiges herbacées : denticulée ; hyphes

ux
page 68

tine
squelettiques +

gél
pet
Gloiocephala, Campanella, et certains un peu coriace ;

its

éla
s–
Hohenbuehelia, un Lentinellus, un pas de voile

ng
nd
gra
Clitopilus, plusieurs Entoloma, quelques coriaces ; arête

gra

– no
nd
denticulée ; hyphes

no

s–
Deconica et Crepidotus. Tectella


un peu

ng
squelettiques +

gél

nds
Pleurocybella

petit
1 espèce coriaces ;

éla etit

atin
Les espèces pleurotoïdes montrent 1 espèce

gra
tin
page 69 pas de voile

eux
p
différentes couleurs de sporée. La grands ; lames page 83

eux
I+ non anastomosées,

s
majorité a des spores blanches à couleur de la sporée I+ à arête entière
un peu
crème, mais un petit groupe a des coriace ; avec (I+)
spores roses ou brunes et Pleurotus un voile grands, ± coriaces ; Pleurotus
ostreatus a une sporée gris violacé. lames anastomosées, à 6+ espèces
à lames
Gloiocephala  ; petit – non gél arête entière ; hyphes page 84
Ces différences reflètent le fait que les 4 espèces petits et un avec o atineu
x les pleurotoïdes squelettiques +
u sans
peu coriaces ; lames
espèces concernées ne sont pas toutes page 66
hyménophore lisse
atypiq
ues ont un pied excentré à
apparentées. La couleur des spores est latéral ou pas de pied
ou veiné ; souvent arête des lames
du tout. Saprophytes sur
utilisée dans la division des groupes de pubescent de cystides entière, lames
bois ou tiges herbacées.
(loupe) jaunes
la roue d'identification.
Certaines espèces pleurotoïdes sont Phyllotopsis
assez fragiles ;
spores à stries 1 espèce
remarquablement coriaces, comme les hyménophore lisse +/- longitudinales ; lames page 82
ou veiné
Panus et les Neofavolus, ainsi que les rosâtres ; odeur souvent
carpophores âgés des Lentinellus et autres farineuse
assez coriace ; champignons
des Pleurotus. D'autres, par exemple Arrhenia semblables
5 espèces pleurotoïdes hyménophore en spores anguleuses ;
Schizophyllum, Hohenbuehelia et page 64 réseau I+ lames rosâtres ; Clitopilus
1–4 espèces
Sarcomyxa, ont une chair gélatineuse odeur souvent
farineuse pleurotoïdes, page 88
ou caoutchouteuse. assez coriace ;
Campanella hyménophore
1 espèce ridé
Autres champignons semblables : page 63 grands ; restes de
coriaces ; lames à voile évidents ;
– les cyphelloïdes forment de petits arête refendue charnus Entoloma
carpophores sans lame, sans pied ou
≈ 5 pleurotoïdes espèces
presque. Ils sont typiquement fixés par sans restes de voile page 88
le sommet du carpophore (page 1076) ; évidents ; petits à
– les clitocyboïdes ont un pied central, moyens et plutôt peu
petit ; lambeaux petits et peu charnus
mais évoquent parfois certains Plicatura sans pied de voile charnus ; avec
pleurotoïdes (page 98). 1 espèce ni lames triangulaires cortine
page 63 cyphelloïdes
page 1076
Bibliographie : 11, 65, 66, 156, 181,
203, 223, 224, 245, 295.
coriaces et
sans pied Tapinella
Crepidotus 2 espèces
à pied ≈ 20 espèces page 96
Schizophyllum
central page 90
3 espèces
page 62 Deconica
2 espèces pleurotoïdes
page 95
clitocyboïdes polypores Pleuroflammula
page 98 page 824 1 espèce, page 96
Leucopaxillus Aspropaxillus
98 clitocyboïdes 5+ espèces 1 espèce clitocyboïdes 99
page 107 page 110
Lepista &
Les clitocyboïdes Paralepista
13 espèces
Les espèces clitocyboïdes ont des lames Pseudoclitopilus page 112
un peu à très décurrentes, un chapeau 2 espèces Omphalotus
Notholepista page 106 Bonomyces Ampulloclitocybe
mamelonné, aplati ou en entonnoir et 1 espèce 1 espèce 1 espèce
page 111 1 espèce
une chair le plus souvent fibrilleuse mais page 106 page 111 page 116
non coriace. Certaines espèces sont
de petite taille, mais beaucoup sont de
taille moyenne à très grande. La plupart
ont des sporées blanches à crème,
mais certaines espèces appartenant aux
genres Clitocybe et Paralepista ont des lames
sporées rosâtres. séparables
grands à très
Catathelasma de la chair
Presque tous les clitocyboïdes grands ; lames assez grands ; Infundibulicybe
1 espèce séparables de lames séparables 10+ espèces
sont des décomposeurs de litière ou page 105 lames
lames roses, la chair de la chair page 114
de sol. Les exceptions comprennent séparables
jaunes ; lames
sur bois espacées ;
les Ossicaulis et les Omphalotus qui de la chair
± sur sol
sont lignicoles. Hygrophoropsis et chapeau nettement en
brûlé
jaunâtre entonnoir ; 1 espèce
Aphroditeola peuvent aussi pousser sur pruineux mamelonnée
des restes de bois. Catathelasma forme Rhizocybe
des ectomycorhizes avec les conifères. (I+) 3 espèces
à voile I+ pied mou page 118
La classification des clitocyboïdes membraneux en massue Omphaliaster
I+
a subi d'importants changements et Pseudoomphalina 3+ espèces
& Pseudolaccaria I+ page 117
de nombreuses espèces, auparavant
2 espèces comme de gros
placées dans les Leucopaxillus et les page 103 spores
Omphalina
Clitocybe, sont maintenant attribuées à échinulées
à spores
Pseudoclitocybe
de nouveaux genres. 2 espèces
amyloïdes I+ I+
page 104 rhizomorphes
assez grands et les clitocyboïdes
Autres champignons semblables : élancés, à teintes marqués ; surtout au
I+ ont des lames ±
– les omphalinoïdes ressemblent, mais gris-brun printemps
décurrentes et des
ils sont plus petits et plus fragiles, chapeaux mamelonnés,
I+ en entonnoir ou aplatis.
parfois biotrophes (mousses, etc.), chair
Sporée blanche à blanchâtres ; odeur Ossicaulis
gélatineuse farineuse ; sur bois
parfois saprophytes (page 128) ; rosâtre 2 espèces
– les pleurotoïdes ont également des page 119
Myxomphalia
lames décurrentes mais ont des pieds 1 espèce, page 103 chair I+ pied blanchâtre
gélatineuse et lames gris
excentrés. Beaucoup d'entre eux autres
brunâtre
(par ex. Neolentinus et Lentinellus) ont champignons
lames semblables
une chair nettement coriace (page 60) ; fourchues, blanchâtres ;
– les entolomatoïdes peuvent être Hohenbuehelia rougissantes odeurs
1 espèce à pied central typiques
clitocyboïdes, mais leurs spores sont lames
(voir page 73) reste des
rose brunâtre, verruqueuses, striées ou fourchues, coriace ou avec un espèces à
pied excentrique Atractosporocybe
anguleuses (page 448) ; odeur agréable sporée blanche,
à latéral 1 espèce, page 119
crème ou
– les Paxillus et quelques autres genres rosâtre
± orange
à sporée brune ont aussi des lames Cantharellula à lames
1 espèce
décurrentes (page 756). fourchues
page 102
hyméno-
phore
plissé petits et fragiles
bibliographie :
8, 9, 10, 27, 110, 156, ou à lames épaisses
et cireuses spores rose
174, 181, 183, 340, 344. brunâtre, brunes Leucocybe &
ou noires Singerocybe
3 espèces,
pages 119 & 120
Aphroditeola
1 espèce
Microscopie : page 101
spores et cystides. Clitocybe &
Clitopaxillus
Le nombre 30+ espèces
Hygrophoropsis
approximatif page 121
3 espèces
d'espèces s'applique
lames un peu à très décurrentes page 100
à l'Europe tempérée.
girolles et chanterelles, pleurotoïdes, omphalinoïdes & entolomatoïdes & Paxillus
page 46 page 60 hygrocyboïdes pages 448 & 756
pages 128 & 142
128 omphalinoïdes omphalinoïdes 129

Les omphalinoïdes Arrhenia Microscopie :


Rickenella 23 espèces spores et cystides
Les espèces omphalinoïdes forment Contumyces hyméniales.
3 espèces page 135
un groupe aux contours assez vagues page 134 1 espèce
de champignons à lames relativement page 139 Le nombre
approximatif
petits et généralement non visqueux, d’espèces s’applique
quelque peu fragiles et élégants, à l’Europe tempérée.
à lames en général longuement Cantharellopsis Hydropus
1 espèce 1 espèce omphalinoïde
décurrentes et à sporée blanche. Ils page 184
page 133
sont loin de tous avoir un chapeau
ombiliqué et peuvent aussi être plats, rougeâtre, verdâtre, bleuâtre,
colorés ; pied, grisâtre, brun ou noirâtre ;
convexes ou mamelonnés. chapeau et au sol ou sur bois de feuillus
rose ; avec des
cystides ; au sol
Certains champignons lames finement
pubescents
omphalinoïdes sont biotrophes, blanchâtre, Hodophilus
spores
lichénisés avec des algues ou centre du amyloïdes ; cystides 10+ espèces
parasites de mousses (côté gauche chapeau ± beige non ramifiées ; au sol page 164
Arrhenia rosâtre
de la roue). D’autres sont des
23 espèces
décomposeurs (saprophytes) de page 135 petits, brun à
litière, d’herbes ou de bois (côté droit sapro jaunâtres ; avec des
phy
s tes
de la roue). chapeau yte au I+ lames épaisses et
oph so des petites spores ;
souvent à ry le
minuscules rb ts au sol
su ur
Autres champignons semblables : mèches Omphalina

bo
– certains hygrocyboïdes (Hygrocybe 16 espèces

is
page 139
et autres genres proches) avec des ± bruns ou blanc s ;

um
lames décurrentes ressemblent chapeau couleur au sol

hagn
beaucoup mais ils ont, en général, Gyroflexus miel ; lames
1 espèce

sur Sp
blanchâtres
des basides très élancées (6-9 plus page 132
les omphalinoïdes
longues que larges) et sont surtout sont plutôt petits lames épaisses,
biotrophes (page 142) ; et fragiles avec des jaunes à gris-rose ;
– certains Mycena à lames décurren- lames décurrentes, le au sol ou sur bois Chromosera
Loreleia plus souvent épaisses de conifères 5 espèces

sur hépa
tes sont également omphalinoïdes. 2 espèces chapeau orangé et des chapeaux page 148
Nombre d’entre eux se distinguent page 133 brunâtre convexes, plans ou
ombiliqués
par leurs spores amyloïdes, mais
tiqu
lames jaune orangé
Phloeomana speirea par ex. et les
es
à jaune verdâtre ;
espèces proches, ainsi que le genre autres sur conifères
Hemimycena ont des spores non champignons
sur
chapeau beige semblables
amyloïdes (page 176).
lic
rosâtre à miel ns
he
– les espèces clitocyboïdes ont souvent teintes orange et
marge hirsute ; Chrysomphalina
des lames décurrentes, mais elles sur feuillus
lich 2 espèces
sont plus charnues et moins fragiles énis page 141
és
(page  98) ; Blasiphalia spores
1 espèce jaune orangé
– certains entolomatoïdes sur Peltigera blanches
page 132 avec un feutre
ressemblent aussi, mais ils ont des spores rose basal orange ;
sporées rose brunâtre et des spores brunâtre, lames grêles ; spores I+
carpophores
anguleuses, striées robustes épaisses spores Haasiella
bosselées, striées ou anguleuses 2 espèces
ou bosselées et basides surtout I+
(page 448). Arrhenia avec un thalle à page 140
23 espèces élancées
la base du pied
page 135
Bibliographie : 156, 181, 262.

I+/- I+

lames longuement décurrentes Xeromphalina


Lichenomphalia page 185
4 espèces entolomatoïdes clitocyboïdes hygrocyboïdes mycénoïdes
page 130 page 448 page 98 page 142 page 176
142 hygrocyboïdes hygrocyboïdes 143

Hygrocyboïdes Microscopie :
Les espèces hygrocyboïdes (hygrophores spores.
Hygrocybe
et autres) ont des lames épaisses, cireuses 35+ espèces
Neohygrocybe Le nombre
3 espèces
et le plus souvent assez espacées. De Gliophorus
page 150
page 160
approximatif
d'espèces
nombreuses espèces ont des couleurs 5+ espèces Chromosera s'applique
très vives. Au microscope, les basides page 145 5 espèces à l'Europe
page 148 tempérée.
sont généralement 6 à 9 fois plus
longues que larges. La sporée est
blanchâtre et les spores lisses et non
amyloïdes ; en général, il n'y a pas de
cystides.
La plupart des espèces hygrocyboïdes
sont biotrophes, et entretiennent
une symbiose mal comprise avec les
plantes : des hyphes vivantes ont été Cuphophyllus
10 espèces
détectées dans les tissus et les graines de page 161
Plantago. Les Hygrophorus forment des petits à grands,
petit,
visqueux à
ectomycorhizes avec un certain nombre omphalinoïde,
secs, lisses ou
lubrifié à
de partenaires ligneux. Une espèce sec, lamelles
méchuleux ; avec grands, ± gras au
(Hygrophorus exiguus) semble être des couleurs vives toucher, avec des
décurrentes
couleurs ternes et
associée aux mycorhizes de Tricholoma. des lames adnées
Gloioxanthomyces
La plupart des espèces hygrocyboïdes 1 espèce de taille moyenne,
ou échancrées
sont très exigeantes en matière page 149 visqueux, à arête
d'habitat, sont très sensibles aux engrais des lames visqueuse
ou non
et préfèrent des milieux à longue petits à grands, gras
au toucher, surtout
continuité écologique, à l'instar d'un
avec des couleurs
certain nombre d'espèces clavarioïdes, petit, gluant, ternes et des lames
d'entolomes et de géoglosses ; ce sont avec fil visqueux ± décurrentes
sur l'arête des
tous de bons indicateurs des sites de lames
grande valeur écologique. les espèces
Dans la majeure partie de hygrocyboïdes ont
petits, secs,
l'Europe, l'habitat typique des espèces des lames épaisses,
aux couleurs ternes
grand, avec cireuses et des spores
hygrocyboïdes – Hygrophorus et blanches ; basides
et aux lames
chapeau peu décurrentes
Hodophilus mis à part – est une prairie conique, rose, longues et minces,
et plutôt fines
ancienne et non fertilisée, habitat qui gras au toucher spores I-
a considérablement décliné au cours petits, gras Camaro­phyl­lopsis
des 50 dernières années. Dans d'autres autres au toucher, couleurs 1 espèce
parties du monde, elles se trouvent champignons ternes et lames page 165
semblables décurrentes, épaisses,
principalement dans de vieilles forêts. plutôt distantes
Les Hodophilus ont tendance à préférer Porpolomopsis sporée sporée rosâtre
les fourrés épineux sur les sols argileux. 1 espèce blanchâtre spores
page 144 anguleuses

Autres champignons semblables : assez grands,
± visqueux, à
– les espèces omphalinoïdes ont sommet du pied
parfois des lames épaisses et espacées ; parfois floconneux ;
± amyloïdes ectomycorhiziens
beaucoup sont des parasites de mousses Hodophilus
10+ espèces
ou sont lichénisés, mais certains sont en forme d'entonnoir surtout à lames minces
page 164
avec des lames décurrentes ; normales ; spores principalement
saprophytes (page 128). spores non amyloïdes amyloïdes ; la plupart du temps
– les espèces mycénoïdes, sans doute avec des cystides hyméniales
toutes saprophytes, ont souvent des
lames ascendantes, des spores amyloïdes
et des cystides (page 176).
– les espèces entolomatoïdes ont des
Hygrophorus
spores anguleuses, rosâtres (page 448). 40+ espèces
page 166
Bibliographie : 1, 2, 3, 43, 57, 156, 172,
178, 183.
omphalinoïdes mycénoïdes entolomatoïdes
page 128 page 176 page 448
176 mycénoïdes mycénoïdes 177

Mycénoïdes Resinomycena
1 espèce Roridomyces Hemimycena
Les espèces mycénoïdes sont des Microscopie : 2 espèces
page 186 30+ espèces
champignons à lames de petite taille, spores et cystides. page 187 page 188 Mycena
Phloeomana Atheniella
plutôt fragiles ou assez coriaces avec Le nombre 4 espèces
150+ espèces
et genres proches page 196
des sporées blanches. Leur chapeau approximatif page 192 4 espèces
d’espèces s’applique Delicatula
est souvent en cloche ou convexe 1 espèce pages 193, 194
à l’Europe tempérée.
mais, avec l'âge, il peut s'aplatir page 186
ou même prendre la forme d'un
entonnoir. L'insertion des lames est
Xeromphalina
très variée, mais jamais libre. Odeur 4+ espèces
et les caractéristiques des surfaces – page 185
sèches ou visqueuses, etc. – sont des
cuticule
critères importants. Sur le terrain, il 8 espèces
pruineux ; celluleuse et petits et page 196
faut noter si les carpophores ont une cystides sèche ; pied blanchâtres ;
odeur distincte, par exemple de radis, ± capitées à gangue lames normales grisâtres à
lames en forme visqueuse ou réduites brunâtres ; blanchâtres,
d'iodoforme ou d'eau de Javel, et s'ils de veines ; spores I- orange à roses ;
sont secs ou tout ou partie visqueux. coriace,
chapeau à voile spores I-
Les champignons mycénoïdes très ténu s
brun orangé de
I+ oï
ont souvent des spores amyloïdes avec un cé
n
y
Hydropus feutre basal I-
m
lisses. De nombreuses espèces ont orange ; lames I+ r es
a 5 espèces
8 espèces g en en
des cystides caractéristiques dans décurrentes I- es yc page 198
page 182 r m
charnus ;
ut re
l'hyménium ou ailleurs. chapeau
a
ge
n
odeur de radis
le
Ce sont principalement des tomenteux ou I+ I+ I-
décomposeurs et ils poussent fibrilleux (épicutis
en cutis ou en I+(-)
souvent sur des débris de feuilles ou trichoderme)
d'aiguilles, sur du bois mort ou sur arête des
I+/- lames colorée
l'écorce d'arbres vivants. Quelques
chapeau soyeux ou I+
espèces (p. ex. Mycena galopus, fibrilleux (épicutis
Fayodia
page 205) peuvent former des 3 espèces en cutis) ; I+ les espèces
associations mycorhiziennes avec les page 181 pied ± lisse mycénoïdes avec du lait
sont petites, assez
plantes de la famille des Éricacées. fragiles, à chapeau
Mycena est le genre mycénoïde I- 5 espèces
± en cloche et à
chapeau soyeux ou page 203
le plus typique en Europe tempérée, sporée blanche
fibrilleux (épicutis
le suivant étant Hemimycena. pied avec
en cutis) ;
un disque
Ces derniers ont des spores non pied ± lisse I- basal
amyloïdes et sont petits ou très petits
et blanchâtres ; certains sont sans Gamundia
lames et évoquent les champignons 1 espèce teintes bleutées
gris à brun rougeâtre ; ou sur tronc
cyphelloïdes (page 1076). page 180 chapeau pruineux groupes vivant
et pied pubescent semblables à
sporée blanche
Autres champignons similaires : très petits, 9 espèces
pâles ou gris page 206
– les espèces omphalinoïdes et
5 espèces
hygrocyboïdes à lames décurrentes ± coriaces fragiles, souvent page 209
(pages 128 & 142). à lames épaisses lames
Mycenella décurrentes
– les collybioïdes et marasmioïdes, 4 espèces et cireuses reste des
mais ils sont souvent plus coriaces ou page 178 non mycènes
reviviscents reviviscents grisâtres
reviviscents (pages 274 & 302). à bruns
– les entolomatoïdes ont des sporées
roses (page 448). 6 espèces
– les Panaeolus ont des sporées page 212
noirâtres (page 554).
– les petits champignons bruns (PCB)
ont des sporées brun-gris à rouille
(page 616).

Bibliographie : 12, 15, 104, 156, 183,


206, 272, 273. 85+ espèces 15 espèces
omphalinoïdes et
page 218 page 213
marasmioïdes collybioïdes hygrocyboïdes
page 302 page 274 pages 128 & 142
226 tricholomatoïdes tricholomatoïdes 227

Lepista
Gerhardtia 13 espèces
Tricholomatoïdes 1 espèce page 249 Microscopie :
Les espèces tricholomatoïdes sont page 244 Melanoleuca spores puis
Tricholomella Dermoloma 20+ espèces Pseudoporpoloma cystides.
des champignons à lames plutôt 1 espèce 3 espèces page 246 1 espèce cyst. = cystide.
charnus ; avec des pieds ± solides, page 244 page 245 page 253
Le nombre
des lames ± échancrées et des approximatif
sporées blanchâtres ou, rarement, Calocybe
d'espèces
10 espèces
brun-rose. Les genres Tricholoma et s'applique à
page 240
l'Europe tempérée.
Catathelasma sont ectomycorhiziens,
tandis que les Squamanita parasitent Pseudotricholoma
d'autres champignons à lames. Les chapeau
1 espèce, page 253
autres genres sont des décomposeurs ± brun- cuticule élégants
(saprophytes), bien que les Armillaria rose ; sans aucune et souvent
voile partiel pied
Hypsizygus sur sol fibre ; odeur mamelonnés ; Pogonoloma
puissent tuer des arbres et des fugace,
riche ±  poudré ;
2 espèces filamenteux ou farineuse avec caulo- 1 espèce
arbustes avant de dégrader leur bois odeur chapeau
page 239 ± membraneux cystides page 253
cuticule douceâtre conique,
(nécrotrophes). verrues fibrilleux ; ±
sans aucune I+
Les genres de champignons fibre ; odeur hygrocyboïde
tricholomatoïdes présentent assez ± farineuse chapeau non
peu de caractères fiables pour les fibrilleux ;
I+/-
odeur de farine
distinguer les uns des autres. Outre Floccularia
chapeau ± lisse ; dé
la morphologie des spores et la surtout dé
co
m 2 espèces
co po
présence de voiles, l'identification sur feuillus m se bord du chapeau page 252
po ur I+
s fibrilleuse-barbue ;
dépend beaucoup de l'expérience et Megacollybia
se
ur au
s so odeur de savon
de l'intuition. S'il est, par exemple, & Clitocybula chapeau su
r
l
radialement bo I+
assez simple pour un mycologue 1 espèce is
page 238 fibrilleux ; chapeau ±
expérimenté de reconnaître les souvent avec des I+ méchuleux
Melanoleuca en tant que tels, il rhizomorphes ; par les restes
sur feuillus du voile
est très difficile d'expliquer les les espèces
différences macroscopiques entre tricholomatoïdes
un Melanoleuca et un Lyophyllum. chapeau souvent ont des carpophores ± chapeau lisse, gris-
méchuleux ; grands et charnus, des brun, chair tendre
Tricholomopsis lames jaunes ; lames échancrées et
Autres champignons semblables : 4 espèces sur conifères des spores blanchâtres,
page 236 rarement rose brunâtre
– les Neohygrocybe ont des lames ± grand ;
voile présent ; avec un voile
épaisses et cireuses (page 160).
centre du chapeau et un bulbe Leucocortinarius
– les collybioïdes charnus sont ± sombre, I+ marginé 1 espèce
souvent plus fragiles, avec un pied méchuleux ; autres page 257
creux et des lames typiquement surtout sur bois champignons
semblables lames
adnées (page 274). cyst. Lyophyllum
+/- ±  décurrentes ;
à voile 15+ espèces
– les grands Entoloma ont des Armillaria & page 254
chapeau veiné ;
is
membraneux

ec
spores roses anguleuses (page 478). Desarmillaria bo

to
sur feuillus I+ double

m
r

7 espèces

yc
su

– les Hebeloma et les Cortinarius

o
s

page 232

rh
j
ur

ns

peuvent ressembler, mais ont des

iz
+/-
se

à voile
no

ie
ns
po

lames échancrées ;
pig

spores brunes (pages 680 & 690). filamenteux ;


m

spores spores avec ou sans voile ;


am
co

cultivé ; sur blanchâtres colorées


ch

feuillus au sol
de

Bibliographie : 28, 64, 88, 111, 156,


s
ite

Catathelasma
157, 181, 183, 285, 342, 343, 345.
as

très méchuleux ; page 105


r

Rhodotus
pa

sur bois
1 espèce surtout
page 231 méchuleux ; pied lames spores
souvent épaissi épaisses lames verruqueuses,
spores anguleuses,
à la base ; sur et cireuses normales brunes
± rose brunâtre
champignons

Lentinula
1 espèce
page 230

Leucopholiota
différents 1 espèce Tricholoma
types de lames page 230 67 espèces, page 258
Hebeloma &
échancrées Squamanita hygrocyboïdes collybioïdes entolomatoïdes Cortinarius
7 espèces, page 228 page 160 page 274 page 470 pages 680 & 690
274 collybioïdes collybioïdes 275

Macrocystidia Clitocybula
Callistosporium
Collybioïdes 2+ espèces
1 espèce et proches
page 288 4 espèces
Les espèces collybioïdes sont Microscopie : page 289 (voir page 238)
caractérisées par des chapeaux spores puis cystides.
chl. = chlamydospores.
convexes, mamelonnés ou plats, † = cellule morte. Myochromella Gymnopus
soyeux-fibrilleux, velus, gras ou cyst. = cystide. Tephrocybe 2+ espèces 30+ espèces
visqueux, des lames ± sublibres à 1 espèce page 287 page 290
Le nombre approximatif Lyophyllum page 286
échancrées et une sporée blanche sauf d'espèces s'applique à 25+ espèces
pour les Rhodocollybia, à sporée gris- l'Europe tempérée. page 287
rose pâle et pour les Macrocystidia à Sagaranella jaune-brun
Rhodocollybia
sporée parfois ± brunâtre. La plupart 4 espèces pied 5+ espèces, page 296
olivâtre ; spores
page 287 poudré ; mortes à
des espèces sont assez coriaces. Les odeur guttule orange ; pied et lames à
spores sont, à quelques exceptions près, radicant ;
farineuse au sol ou sur cystides saillantes ;
inertes à l'iode. ou non ; bois odeur d'huître ; au
odeur très
au sol sol ou sur fragments
Les collybioïdes sont surtout farineuse ; chapeau fibrilleux
ligneux
sur sol au sol craquelé ;
saprophytes. Certaines espèces ont un Sphagnurus
sur bois
1 espèce brûlé ou †
long pied radicant relié à des substrats non
page 286 lames espacées à
enfouis tels que des racines d'arbres ou serrées ; chapeau
spores
des cônes. Les Laccaria sont cependant verruqueuses ; ± gras ; sur la
d'importants ectomycorhiziens. plutôt mycénoïdes ; litière
Dans la littérature plus ancienne, au sol
lames ± serrées ;
de nombreuses espèces de collybioïdes chapeau ± gras ; spores
dans les à paroi ± épaisse et
étaient incluses dans les genres Sphagnum rose grisâtre ; sur la
Lyophyllum, Collybia et Xerula. litière
Pseudobaeospora
Cependant, des études phylogénétiques 14+ espèces
Xerula
± soyeux-fibrilleux ; I+/- 2 espèces
ont montré que ces genres sont page 284 (dextrinoïdes) lames espacées ;
lames plutôt chapeau et page 298
tous fortement polyphylétiques, épaisses ; surtout pied veloutés ;
ce qui a conduit à de nombreux sur sol calcaire I± radicant
(dextrinoïdes) ± cyst. les espèces
bouleversements, traduits en de collybioïdes
sur bois, surtout sont assez coriaces,
nombreux noms peu connus. Hydropus sur brindilles lames espacées ;
I± ont des chapeaux chapeau Paraxerula
≈ 8 espèces enfouies convexes ou plats, pruineux ; 1 espèce
Autres champignons semblables : page 182 des lames ± adnées radicant page 298
sur cônes et des sporées
– les mycénoïdes à lames adnées ont ou sur bois ; I+ souvent blanchâtres lames espacées,
des chapeaux campanulés-mamelonnés, lames très
Baeospora serrées souvent à arête
sont plus fragiles, et ont souvent des 2 espèces sombre ; chapeau
spores amyloïdes (page 176). page 283 visqueux ; grandes
– la plupart des marasmioïdes sont sur cônes spores ; radicant
chl. autres
reviviscents. Le pied est typiquement champignons chapeau
sombre avec un sommet pâle. Ils sont sur semblables visqueux-collant ;
Strobilurus champignons ; pied sombre,
aussi plus coriaces (page 302). avec des conidies feutré ; sur bois
3 espèces Hymenopellis
– les tricholomatoïdes sont plus charnus page 282 1 espèce
sur
et ont des lames échancrées (page 226). champignons ; chapeau page 299
– les entolomatoïdes ont des spores 2 espèces visqueux ; pied
avec sclérote avec anneau ;
rose brunâtre et anguleuses (page 448). sur bois
– les PCB (petits champignons bruns) pied ramifié chapeau surtout
sont parfois collybioïdes, mais ont des et sclérote campanulé-
sporées brunes (page 616). noir mamelonné ;
lames épaisses
insertion des lames
et espacées ;
Asterophora variable coriaces et
Bibliographie : 4, 13, 24, 25, 30, 156, mycorhiziens
2 espèces reviviscents ; lames ±
181, 183, 246, 348. page 281 adnées ou avec un spores
Flammulina
collarium colorées
6 espèces
Collybia page 300
3 espèces
page 279

Dendrocollybia
1 espèce Mucidula
page 280 1 espèce
Laccaria entolomatoïdes page 301
Lames sublibres à adnées 9 espèces mycénoïdes marasmioïdes et PCB
page 276 page 176 page 302 pages 448 & 616
302 marasmioïdes marasmioïdes à odeur d’ail 303

Marasmioïdes Les Mycetinis se reconnaissent à leur


Les espèces marasmioïdes ont des Ils peuvent être très difficiles à – les marasmioïdes à pied excentré ou odeur d’ail ou de « vieil élastique ».
chapeaux convexes, assez coriaces distinguer des espèces collybioïdes, sans pied sont à rechercher parmi les
et des lames à insertion très variable, en particulier de genre Gymnopus pleurotoïdes (page 60). Mycetinis alliaceus est grand, coriace
avec parfois formation d’un collarium (pages 290 & 306). Xeromphalina avec une forte odeur d’ail et un pied
(page 312). Les pieds sont en général (page 185) crée aussi un pont entre Bibliographie : 13, 156, 181, 202. très foncé, finement velouté et rigide.
sombres, sauf au sommet, et certaines espèces marasmioïdes et mycénoïdes. Les lames sont pâles et assez espacées.
espèces dégagent des odeurs fortes. Les spores mesurent 7,5-11 × 6-8 µm.
Les carpophores résistent à la Autres champignons semblables : Presque exclusivement sur des troncs
déshydratation (reviviscence). Nombre – les collybioïdes ont souvent des et des rameaux enterrés de Fagus.
d’espèces ont des cystides avec des lames sublibres et un pied plus pâle Mycetinis querceus ▽ est plus brun
protubérances en forme de doigts. que le chapeau (page 274). et pousse directement sur la litière.
M. alliaceus var. subtilis ⋉ est une
forme naine plutôt commune avec un
chapeau pâle et légèrement strié.
Rhizomarasmius Largement répandu et très fréquent
Mycetinis 2 espèces Marasmiellus dans les régions tempérées d’Europe,
3 espèces page 304 11 espèces lames sublibres, adnées et
page 303 rare ou absent ailleurs ; mai-janvier. 20 mm
page 305 décurrentes

Marasmius & Mycetinis querceus est une grande


Cryptomarasmius espèce marasmioïde pâle à forte
20+ espèces
page 308 odeur d’ail, à pied feutré vers la base.
Crinipellis
2 espèces
Les spores mesurent 7-10 × 4-5 µm.
page 307 Gymnopus p. p. Se rencontre surtout sur la litière de
30+ espèces chênes en fin de saison, mais aussi sur
page 306
la litière de hêtre.
Mycetinis alliaceus △ a un pied
plus foncé, pousse sur le bois et,
en comparaison avec M. querceus,
a des cheilocystides. Mycetinis
scorodonius ▽▽ a un pied rougeâtre
inodores ; lames et lisse. Les espèces semblables de
odeur d’ail ; sur ± décurrentes ; Gymnopus (pages 290 & 306) sont
bois, herbes ou sur feuilles ou inodores ;
feuilles sur Pteridium lames sublibres inodores ou ont une odeur de chou.
à adnées inodores ; chapeau
et pied feutrés- Largement répandu, mais plutôt
poilus ; surtout rare ; principalement octobre-janvier.
dans l’herbe
15 mm
parfois à odeur Gloiocephala
de chou ; lames page 66 Jean-Marc Moingeon
± adnées Mycetinis scorodonius est une
espèce marasmioïde de taille moyenne
lames sublibres à pied rougeâtre soyeux, à chapeau
ou collariées
pâle et à forte odeur d’ail. Spores de
7-10 × 3-5 µm. Dans des endroits
pied excentré ouverts et secs, par exemple dans
ou réduit ; les dunes, sur les tiges d’Artemisia
lames souvent
réduites campestris et autres grandes plantes,
Xeromphalina mais parfois aussi sur le bois.
jaune orangé page 185 Crinipellis scabellus ▷▷ pousse
à feutre
I+ basal ; lames dans les mêmes habitats mais a
décurrentes des poils en saillie sur le pied et est
inodore. Marasmius oreades ▷▷
les espèces
marasmioïdes Microscopie :
est moins rouge et a une odeur
ont des lames sublibres, spores puis différente. Les autres Mycetinis ont
adnées, décurrentes ou à pied réduit cystides. des pieds ± feutrés, sont plus grands
collariées et souvent un semblables, mais
pied sombre. Elles sont non reviviscents Le nombre et plus forestiers.
coriaces et reviviscentes. autres approximatif Largement répandu et plutôt 5 mm
champignons d’espèces
semblables commun ; surtout juillet-novembre.
s’applique
Chaetocalathus collybioïdes à l’Europe
voir les pleurotoïdes, page 60 page 274 tempérée.
314 Cystoderma et genres proches Phaeolepiota 315

Cystoderma et genres proches


Ce groupe se caractérise par la et lisses. La chair peut contenir des
surface granuleuse du chapeau et spores asexuées. Certaines espèces
du pied, constituée par les restes ont des cystides hyméniales.
d’un voile général. Certaines espèces
possèdent un anneau ou une zone Autres champignons semblables :
annulaire. Les lames sont sublibres, – les lépiotoïdes ont des lames
adnées ou échancrées et la sporée complètement libres (page 320).
est blanchâtre ou jaune brunâtre. À gauche : jeunes chapeaux. À droite :
Les spores sont amyloïdes ou non, Bibliographie : 156, 181, 324. chapeaux épanouis avec restes de voile à
la marge.

Phaeolepiota
1 espèce 315

lames sublibres, adnées


Cystoderma ou échancrées
7 espèces
page 316 20 mm

Phaeolepiota aurea, la Pholiote


dorée, est une grande espèce charnue,
complètement sèche, jaune orangé,
avec un grand anneau évasé à
pendant, dont la face supérieure est ±
colorée par les spores jaune brunâtre.
L’ensemble du carpophore est couvert
de granulations farineuses. Les lames
sont adnées. L’odeur évoque celle des
très grand ;
odeur cyanique ; Cystodermella amandes amères. Spores fusiformes,
sporée jaune 3 espèces lisses, de 11-12 × 4,5-5,5 µm. Sur des
brunâtre page 318 sols riches et souvent perturbés, par
blanchâtres,
jaunâtres à ± exemple dans des pelouses fertilisées
bruns ; spores ou parmi les orties, généralement en
amyloïdes 8 mm
troupes et en ronds de sorcières.
Gymnopilus spectabilis (page 602)
a un chapeau ± fibrilleux, des spores
I+ ornées et pousse sur le bois. Peut
blanchâtres, aussi rappeler un Cystoderma ▷▷
± rouge brunâtre un Cystodermella ▷▷ géant, mais la
à rouge orangé ;
spores non couleur de la sporée est distinctive. Au
amyloïdes Japon, Phaeolepiota aurea est parasité
par Squamanita (page 228), ce qui
peut refléter sa relation étroite avec les
Cystoderma, hôte commun pour ce
genre de champignons parasites.
Largement répandu et localement
commun, plus ou moins absent de
Les Cystoderma et la zone boréale ; principalement de
genres proches ont un Microscopie : spores.
septembre à novembre.
voile général granuleux qui
décore pied et chapeau. Le nombre
autres approximatif
Saprophytes, au sol ou champignons
rarement sur bois pourri d’espèces s’applique
semblables lames libres
à l’Europe tempérée.
lepiotoïdes, page 320
320 lépiotoïdes lépiotoïdes 321

Lépiotoïdes Leucocoprinus Leucocagaricus


Les espèces lépiotoïdes ont des Echinoderma 5+ espèces 20+ espèces
9 espèces page 336 page 337
sporées blanchâtres ou verdâtres et page 334
des lames libres, mais le voile général
est moins membraneux que chez les
plutôt petits ; chair mince ;
espèces amanitoïdes, p. 352. Chez avec anneau et chapeau
certaines espèces, le voile général est souvent plissé-cannelé
pulvérulent ou granuleux, parfois en
forme de petites épines. Les anneaux taille petite à
sont parfois complexes, semblables à moyenne ; anneau
bien formé, souvent
des manchons, formés par des parties Lepiota en manchon
du voile général et du voile partiel. Les 35+ espèces
page 326 taille moyenne ;
spores sont souvent dextrinoïdes. souvent avec
Les espèces lépiotoïdes sont des anneau ; chapeau
à mèches
décomposeurs qui poussent surtout pyramidales
sur les sols humifères de type mull,
petits ; souvent sans I+ (dextrinoïdes),
par ex. sur les sols humides et riches, anneau, mais avec des à pore germinatif
le long des routes avec Urtica, dans guirlandes ; chapeau avec un cal hyalin
les broussailles et les jardins, et sur écailleux, craquelé
les vieux composts. Certaines espèces I+/-
de Macrolepiota, Chlorophyllum et (dextrinoïdes) I+/- (dextrinoïdes),
avec ou sans pore taille moyenne à
Lepiota poussent aussi dans les prairies germinatif ; une espèce grande ; anneau bien
sèches ouvertes, dont celles des dunes. couleur des avec un cal hyalin formé, en manchon,
spores coulissant, souvent
Les espèces lépiotoïdes les plus I+
(dextrinoïdes) double
petites ont, semble-t-il, besoin d'un
scénario climatique singulier pour
produire des carpophores, et plusieurs Cystolepiota
petits et poudrés ;
années peuvent passer sans qu'elles 11 espèces, page 324
pas d'anneau les espèces lépiotoïdes
apparaissent. bien formé ont des lames libres, I+ (dextrinoïdes),
I+/- des sporées blanches paroi épaisse, pore Macrolepiota
(dextrinoïdes) ou verdâtres et un voile germinatif à cal hyalin
Autres champignons semblables : général non membraneux
7 espèces
page 345
– les amanitoïdes ont un voile général
± membraneux (page 352).
– les Limacella et Chamaemyces
ont un chapeau gras ou visqueux
(page 348). autres I+/- (dextrinoïdes), paroi
– les Cystoderma et genres proches champignons épaisse, pore germinatif
semblables sans cal
ont des lames sublibres à échancrées
(page 314). petits et poudrés ;
pas d'anneau taille moyenne à
– les Floccularia ont des lames bien formé ; lames grande ; anneau bien
sublibres à échancrées (page 252). rouges ou vertes formé, en manchon,
coulissant, souvent
– les Agaricus (page 500) ont des double
Melanophyllum
spores brunes. Les jeunes carpophores 2 espèces, page 322
d'A. sylvicola, par ex., à spores
immatures, peuvent être distingués sporée blanche ; lames sporée blanche ; sporée brun
sublibres à échancrées lames libres noirâtre ;
à leur odeur anisée. Les Agaricus lames libres
rougissants peuvent évoquer les surface
Chlorophyllum, mais ces derniers ont visqueuse- voile général ±
surface gluante membraneux
des anneaux plus complexes. chapeau à granuleuse
mèches non
labiles Chlorophyllum
Bibliographie : 6, 85, 156, 183, 226, 5 espèces
332. page 341
Microscopie :
spores.

Le nombre
approximatif
d'espèces s'applique
lames libres à l'Europe tempérée.
tricholomatoïdes Cystoderma et proches Limacella-Chamaemyces amanitoïdes
page 252 page 314 page 348 page 352 Agaricus, page 500
348 Chamaemyces et Limacella Chamaemyces 349

Chamaemyces et Limacella
Ces genres sont caractérisés par des dans des habitats riches. La plupart, – les Volvariella ont des lames libres,
lames ± libres, une sporée blanche peut-être tous, sont associées à des un voile général membraneux formant
et par l’absence de voile général sols calcaires. une volve, et une sporée rose brunâtre
membraneux, bien que certaines Chamaemyces est étroitement lié (page 487).
espèces puissent en avoir un visqueux. aux lépiotoïdes (page 320), tandis que – les lépiotoïdes ont des lames libres et
Voiles partiels membraneux ou Limacella est relativement proche des un chapeau poudré, plissé, écailleux ou
cortiniformes en anneau ou en zone amanitoïdes (page 352). craquelé (page 320).
annulaire sur le pied. Le chapeau est
lisse, ne se craquelle pas et est en Autres champignons semblables : Bibliographie : 90, 156, 181.
général gras à visqueux. – les amanitoïdes ont des lames ± libres
Chamaemyces et Limacella sont et un voile général ± membraneux sur
saprophytes et se rencontrent surtout le chapeau ± gras (page 352).

lames libres

Microscopie :
spores, puis
cystides.

Thomas Læssøe
Le nombre
approximatif
d’espèces s’applique 10 mm
à l’Europe tempérée.
Chamaemyces
1 espèce Chamaemyces fracidus semble
page 349 se placer entre les Amanita et
les Limacella, mais il se reconnaît
facilement à l’armille granuleuse qui
couvre le pied sous l’anneau et à son
chapeau humide, souvent guttulé,
convexe, chamois pâle. Le pied est
également ± couvert de gouttelettes
chapeau gras à ambrées. Les lames blanchâtres
visqueux ; pied sont libres ou presque. L’odeur est
à gouttelettes forte, ± gazeuse ou acide. Cheilo-
ambrées sous la
zone annulaire ; et pleurocystides clavées. Spores
spores lisses lisses, inertes à l’iode, de 4,5-5,5 ×
2,5-4 µm, sans pore germinatif. Sur
les sols calcaires des forêts de feuillus
Limacella (typiquement Fagus), surtout dans
chapeau visqueux à gras ; 6 espèces des lieux abritant de nombreuses
pied sec ou visqueux sous page 350
l’anneau ; odeur souvent autres espèces rares.
farineuse ; spores lisses Cette espèce porte également
ou finement verruqueuses
le nom de Lepiotella irrorata. Elle
sans voile général
± membraneux ; peut rappeler Echinoderma hystrix
chapeau poudré (page 335), mais ce dernier porte
I+/- ou craquelé
(dextrinoïdes) voile général ± des écailles pyramidales, brune, sur
membraneux le chapeau. Chamaemyces fracidus
f. pseudocastanea est une forme
méridionale à chapeau brun assez
Limacella et
Chamaemyces foncé.
ont des lames libres, Plutôt rare et localisé ; surtout de
une sporée blanche juillet à octobre.
et un chapeau lisse,
souvent gras ou autres
visqueux champignons 5 mm
semblables
Martin Kříž

Volvariella amanites lépiotoïdes


page 487 page 352 page 320
352 amanitoïdes Saproamanita 353

Amanitoïdes
Les espèces amanitoïdes ont des lames Riche en espèces, le genre Amanita – les limacelloïdes ont un voile général
libres ou plus rarement sublibres, une comprend certains des champignons visqueux (page 348).
sporée blanchâtre ou un peu verdâtre mortels les plus notoires, mais aussi des – les Volvariella se distinguent par leur
et, presque toujours, un voile général espèces sans anneau (Amanita sect. sporée rose brunâtre (page 486).
± membraneux qui, à maturité, forme Vaginatae) qui forment un groupe très
une volve à la base du pied et/ou des confus dans lequel les espèces sont Bibliographie : 149, 156, 183, 218, 263,
plaques labiles sur le chapeau. Les souvent très difficiles à identifier. 281.
spores peuvent être amyloïdes ou non.
La plupart des espèces sont Autres champignons semblables :
ectomycorhiziennes et poussent donc – les lépiotoïdes n’ont pas de restes de
en forêt et dans les parcs. Le genre voile évidents lâches sur le chapeau, ni voile général
Saproamanita est saprophyte. de volve à la base du pied (page 320). voile partiel

Saproamanita
3 espèces
page 353

25 mm
amanites lames libres à sublibres
Emilio Pini
à anneau
20+ espèces Les Saproamanita sont des
page 355 amanites saprophytes qui poussent
dans les milieux ouverts et souvent
en ronds de sorcière.

Saproamanita vittadinii est une


magnifique amanite ± blanche
à chamois pâle avec des écailles
amanites très saillantes sur le chapeau et le
voile partiel laissant sans anneau pied. Ce dernier montre aussi des
souvent un anneau (sect. Vaginatae)
sur le pied (espèces 20+ espèces, page 365 guirlandes blanches à chamois pâle
d’Europe centrale ou sur presque toute sa longueur ; pas
du Sud) de bulbe, mais anneau complexe. Les
voile partiel laissant
souvent un anneau lames sont teintées de chamois ou de
sur le pied glauque. Les spores sont ellipsoïdes,

saprophytes amyloïdes et mesurent (9-) 10-13
(-15) × (6,5-) 7,5-10 (-11) µm. En
ec
to ronds de sorcière sans lien avec des
m
yc
or
arbres ou arbustes mycorhiziens.
Amanita solitaria ▷▷ est
hi
zie

pas d’anneau mycorhizien et très semblable, mais


ns

il a des écailles pointues sur la partie


inférieure du pied.
lépiotoïdes
page 320
Espèce essentiellement
I+/- Chamaemyces- méridionale mais qui s’étend aussi
Limacella loin vers le nord que dans les Pays-
page 348
Bas et le centre de l’Angleterre ;
automne.
les espèces amanitoïdes

Emilio Pini
ont des lames libres
ou sublibres et un voile autres
général ± membraneux champignons
semblables Volvariella
page 486
372 russules russules 373

Russules Plus de 200 espèces russules ± douces à sporée pâle


en Europe tempérée. page 386
Russula est un genre de champignons à
lames à chair grenue (non filamenteuse)
et à spores à ornements amyloïdes. La
sporée est blanche à jaune orangé.
C'est un genre difficile. Parmi les
caractères macroscopiques les plus
importants figurent la couleur du chapeau
russules charbonnières
et de la sporée, le goût et l'odeur. et grises
Cependant, les couleurs peuvent varier, ≈ sous-g. Heterophyllae russules âcres à sporée pâle
car les pigments sont solubles dans l'eau page 382 page 390
et disparaissent facilement avec la pluie. saveur douce ou un
La couleur des spores doit être jugée sur saveur douce ; chapeau peu âcre ; jaunâtres à
à teintes brunes, gris- rougeâtres
sporée épaisse. Le goût est assez constant ; rose, grisâtres ou
certaines espèces sont très âcres, mais il verdâtres
est parfois nécessaire de mâcher assez
longtemps pour percevoir le goût de celles
qui le sont peu. Il existe aussi des Russula saveur nettement âcre
en forme de truffe (voir page 1266).
chapeau ± brun, ocre
Les russules sont mycorhiziennes. russules fétides à jaune miel ;
Certaines espèces peuvent pousser sous-g. Ingratae marge cannelée-
page 379 tuberculeuse ; me
avec de nombreuses espèces d'arbres crè

odeur souvent fétide lan
ch
différentes, tandis que d'autres sont ± rée
b
pâl
e
spo ne
jau
exigeantes quant à leur partenaire. Il est rée
spo
donc important de noter quels arbres et uniq
uem
ent
arbustes mycorhiziens sont présents à avec
lam
es, l
des
lam
es
ame
proximité. Les russules au goût doux sont lles
et l
ame les russules
llul
considérées comme comestibles, mais es
sont des champignons
saveur douce ; odeur
de crevettes ; pied
seules quelques-unes sont vraiment des à lames à chair grenue brunissant
aliments de choix. et sans lait (vert avec FeSO4)
sporée
jaune
pâle
sporée
chapeau grisâtre
Autres champignons semblables : à brunâtre ; chair
jaune
à jau
ne or

les
angé
– les lactarioïdes ont une chair et des russules xérampélines

mellu
rougissante ou
spores identiques, mais ils exsudent noircissante sous-g. Xerampelinae

s et la
e
rèm page 396
un lait blanc ou coloré à la cassure he
à c ngé

lames
nc o ra
(page 414).

, lamelle
bl a e
un
rée à ja
spo che saveur douce
– les Paxillus et Gomphidius ont une

t des
n
bl a ou un peu âcre
sporée brune à noire (pages 596 & 756). rée

lames
spo

emen
uniqu
avec
Bibliographie : 76, 92, 151, 156, 165, russules compactes
sous-g. Compactae chapeau blanchâtre,
191, 228, 276, 287, 288.
rangé

angé
page 376 ± en entonnoir ; chair
ni rougissante, ni
ne or
une o

noircissante
à jau
e à ja

saveur nettement âcre


jaune
h
blanc

A1 B1 C1
sporée
sporée

A2 B2 C2

A3 B3 C3

Types sporaux (ornements colorés au Melzer) :


colonne A à verrues ou épines isolées. russules ± douces
colonne B à verrues ou épines ± reliées. russules lactarioïdes russules âcres à sporée sombre
colonne C avec un réseau (C1–C2) ou des crêtes (C3). ≈ sous-g. Lactarioides à sporée sombre page 398
page 374 page 408
414 lactarioïdes lactarioïdes 415
lactaires à lait
brunissant
Lactarioïdes (Lactifluus p. p.)
page 416
Les genres Lactarius et Lactifluus se lactaires à lait violaçant
reconnaissent à leur chair grenue qui page 434
libère du lait à la cassure. Ils ont la
même chair fragile que les Russula, et lactaires roux
des spores à ornementation amyloïde page 428
semblables. La plupart des espèces
ont aussi de grandes cystides sur
les lames. Certains sont doux, mais
beaucoup sont très âcres.
Les caractères les plus importants lactaires à lait jaunissant
page 437
pour l’identification des espèces
sont la couleur et le changement de charnus, à lait
lactaires visqueux abondant et
couleur du lait, la texture superficielle page 420 brunissant ; odeur
du chapeau (y compris le degré de d’artichaut
viscosité), la couleur globale, le goût marge lisse ;
chapeau souvent lait et chair violet
et le partenaire mycorhizien (tous les roux, brun ou lilas ; lait brun en séchant
grisâtre en séchant
lactarioïdes sont mycorhiziens). non visqueux t lai t
an vi o
Les lactarioïdes sont très proches o nn let
i s au
des Russula et, sous les Tropiques, gr sé
u

ch
les deux genres sont moins faciles à

le

ag
ab

e
distinguer.

mu
im
Lactarius helvus mis à part, qui sent

n c,
marge lisse ;
le curry et qui est légèrement toxique, lait blanc puis vite

la i t
bla
chapeau souvent
jaune sur les lames
tous les lactarioïdes européens pâle, gris-brun

l ait

ja u n
à brun olivâtre, en séchant
au goût doux sont comestibles.

iss an t
gras, visqueux à
Cependant, les lactarioïdes âcres sont glutineux
les lactarioïdes
toxiques et certains contiennent des exsudent du lait à la
substances mutagènes. cassure et ont des spores
chapeau ± feutré, à ornementation amyloïde
lactaires blancs ± veloutés

sa nt
Autres champignons semblables : blanchâtres ;
(Lactifluus p. p.) grands et denses lactaires
– certains Mycena ont du lait, mais

rosis
page 417 lait blanc puis à lait rosissant
leurs pieds ne dépassent pas 2 mm rosissant en page 440

la it
séchant
d’épaisseur (page 203).

Bibliographie : 92, 105, 152, 156, 165,


228, 327.
ng

e
o ra
l ait

lait peu abondant,


marge barbue ; la it a que ux orange ou rouge
lait blanc
d’emblée

odeur de curry ou
de bouillon cube
A1 B1 C1

lactaires à lait
A2 B2 C2 orange ou rouge
page 444

A3 B3 C3

Types sporaux (ornements colorés au Melzer) :


colonne A à verrues ou épines isolées.
colonne B à verrues ou épines ± reliées. Plus de 100 espèces en lactaires barbus Lactarius helvus
colonne C avec un réseau (C1–C2) ou des crêtes (C3). Europe tempérée. page 418 page 447
448 entolomatoïdes entolomatoïdes 449

entolomes bleus
Entolomatoïdes méchuleux,
sans boucles
Ce groupe comprend le genre Entoloma Microscopie : page 459 entolomes roses
au sens large et les genres étroitement spores et cystides. ou verdâtres
cyst. = cystides. méchuleux
apparentés Clitopilus, Clitopilopsis, entolomes bleus page 464
entolomes bruns
méchuleux
Clitocella, Rhodophana et Rhodocybe. Ils Le nombre méchuleux, page 466
sont caractérisés par des lames adnées, approximatif avec boucles
d'espèces s'applique page 457
sublibres, échancrées à décurrentes à l'Europe tempérée.
et des sporées ± rose brunâtre. Les
spores sont verruqueuses, striées ou
polygonales. La nature du pigment dans
la cuticule (incrustant ou intracellulaire) entolomes
et importante à noter. Les espèces à pied omphalinoïdes
excentré ou latéral sont traitées avec les page 455
entolomes chapeau
champignons pleurotoïdes (page 88). clitocyboïdes chapeau bleuté,
bleuté, à à centre souvent
Certaines espèces semblent parasites page 454 centre feutré- chapeau rose
méchuleux ; pied ou verdâtre,
des plantes de la famille des Rosacées, Entoloma méchuleux ; plutôt lisse
200+ espèces pied plutôt à centre ± chapeau
tandis que d'autres espèces centrées page 454 fibrilleux méchuleux brunâtre,
autour d'Entoloma rhodopolium élancés, pied mycén à centre ±
petits entolomes à
sont mycorhiziennes. L'écologie de lisse et lames oïde méchuleux
s/co chapeau ± lisse
décurrentes llyb page 469
nombreuses espèces n'est pas encore ioï


s de
connue. ïde s
no
charnus-robustes, ali petits, à chapeau
Tous les genres appartiennent à la ± lisse, gras ou

ph
pied fibrilleux et

om
même famille, les Entolomataceae. lames décurrentes satiné

es
boïd
tocy
Autres champignons semblables : Clitopilus

cli
lames
– Pluteus, Volvariella & Volvopluteus ont 10+ espèces
décurrentes ;
page 453 chapeau
la même couleur de spores, mais des odeur très entolomes blanchâtres
farineuse blanchâtre, à chapeau fibrilleux
lames libres (page 486). ± fibrilleux
± cyst. les entolomatoïdes page 475
– certains Lepista tricholomatoïdes ont des sporées rose
ont des spores rose brunâtre. Ils se + cyst. brunâtre et des spores
lames
verruqueuses, striées petits ;
distinguent par leurs spores finement décurrentes
ou polygonales chapeau
verruqueuses et leur odeur douceâtre Clitopilopsis - cyst.
et pieds
caractéristique (page 249). 1 espèce fibrilleux-
page 452 lames décurrentes ;
. méchuleux
– certains clitocyboïdes et Arrhenia chapeau ± yst
+c
discorosea ont aussi des spores ± rose craquelé

tric
- cyst. ± cyst.
brunâtre, mais lisses (pages 98 & 138). plutôt grands ;

hol
Clitocella autres
– les grands collybioïdes du genre chapeau fibrilleux-

o
4+ espèces lames décurrentes ; champignons

m
rimeux ; cystides

ato
page 452 chapeau ± semblables
Rhodocollybia ont aussi des spores ±

ïd
craquelé à sporées rose
es particulières
rose brunâtre, mais lisses (page 296). lames entolomes fibrilleux à
échancrées brunâtre
velus, verdâtres à bruns
ou un peu page 476
plutôt grands, à
Bibliographie : 45, 89, 156, 158, 181, décurrentes
lames chapeau lisse, sec
182, 204, 223, 224, 335, 336, 337, Rhodocybe échancrées ou ± gras
338. 6+ espèces
page 451 pied
excentré, lames lames lames
latéral ou adnées décurrentes libres
absent
entolomes
Rhodophana tricholomatoïdes,
3 espèces fibrilleux-rimeux
page 450 page 478

lames sublibres, Clitocybe &


pleurotoïdes entolomes tricholomatoïdes,
échancrées et Lepista Rhodocollybia Arrhenia Pluteus et groupes
page 88 à chapeau lisse
décurrentes page 249 page 296 p. 121 & 138 page 486 page 482
486 plutéoïdes Volvopluteus (chapeau lisse et visqueux) 487

Plutéoïdes
Volvopluteus, Volvariella et Pluteus Autres champignons semblables : – Leucoagaricus leucothites a des
se caractérisent par leurs lames libres – les Amanita ont une sporée blanche lames rosâtres, une sporée blanche, un
et leur sporée rose brunâtre. Ce sont et les espèces toxiques ont un voile anneau et pas de volve (page 339).
des décomposeurs du bois ou de partiel qui forme un anneau sur le pied – les entolomatoïdes n'ont jamais de
matière organique dans le sol. L'une (page 352). lames libres et leurs spores ont des
des espèces, Volvariella surrecta, est – les Limacella sont ± visqueux, ont une côtes ou des facettes (page 448).
un parasite de Clitocybe nebularis. sporée blanche et n'ont pas de volve à
la base du pied (page 348). Bibliographie : 6, 89,140, 141, 156, 182.

Microscopie : Le nombre approximatif


spores et cystides. d'espèces s'applique à
cyst. = cystides. l'Europe tempérée.

Volvariella
Volvopluteus 9 espèces
1 espèce page 488
Pluteus lames libres
page 487
30 espèces, page 491

15 mm

Volvopluteus gloiocephalus, la
plutées à cuticule fibrilleuse Volvaire visqueuse, est une grande
page 491 espèce à chapeau lisse, gras à
visqueux, grisâtre, et à long pied
grisâtre à base enchâssée dans une
assez grande volve blanche (restes du
voile général). Sporée rose brunâtre.
Cheilocystides clavées. Les spores
sont lisses et mesurent 10,5-17,5 ×
chapeau lisse
et visqueux
6,5-9 µm. Surtout dans les endroits
chapeau fibrilleux plutées à cuticule feutrée perturbés, y compris les champs, les
à feutré page 493 tas de compost, les balles de paille 7 mm
humide, etc. Elle peut pousser par
milliers dans les prairies fauchées
et dans les champs nouvellement
ensemencés.
Les amanitoïdes (page 352) ont
souvent le même chapeau lisse et
cyst. cyst. cuticule
gras, mais ils sont généralement
cyst.
fibrilleuse, parfois mycorhiziens et ont des spores
avec quelques blanches ; les espèces les plus
mèches ; cystides
à crochets semblables, comme Amanita
phalloides (page 359), ont un
avec une volve cuticule veloutée ; anneau sur le pied. Les Volvariella ▷▷
(voile général) à la cystides sans ont un chapeau sec à un peu collant
base du pied crochets
plutées à cuticule celluleuse et toujours nettement fibrilleux
page 496
pas de volve à la radialement. Les Pluteus ▷▷ n'ont
base du pied cyst.
pas de voile général, et n'ont donc
pas de volve.
les plutéoïdes
ont des lames libres et Largement répandu et commun ;
une sporée rose brunâtre ; cuticule celluleuse (parfois mai-décembre.
avec ou sans voile général avec quelques poils) ;
(volve) cystides sans crochets
500 Agaricus et Allopsalliota Agaricus et Allopsalliota 501

Agaricus et Allopsalliota Arvenses Microscopie :


Agaricus
4+ espèces spores et
Les genres Agaricus et Allopsalliota ont 40+ espèces, page 503
page 503 cheilocystides.
des lames libres non déliquescentes
et une sporée brun chocolat noirâtre. Le nombre
Allopsalliota approximatif
Les coprins (Coprinus, Coprinopsis et 1 espèce, page 502 d’espèces s’applique
Coprinellus, page 520) ont également à l’Europe tempérée.
des lames ± libres et des spores ±
noires, mais leurs lames se dissolvent
normalement avec la maturation.
Des études phylogénétiques ont
permis la description de nombreuses
espèces d’Agaricus qui ne peuvent
être reconnues par les seuls caractères
morphologiques. Seules un peu plus anneau épais, ± double ; Minores
espèces assez grosses ; 4+ espèces, page 506
de 40 espèces largement définies
spores de 5 à 12 µm
peuvent être morphologiquement de long
identifiées en Europe tempérée.
anneau mince ;
Agaricus et Allopsalliota sont des petites espèces ;
décomposeurs qui poussent souvent spores de 4,5-6,5 µm agarics jaunissants
de long 3+ espèces, page 508
en ronds de sorcière.
espèces jaunissant
De nombreuses espèces sont lentement ;
comestibles, mais les espèces odeur d’anis ou
jaunissantes peuvent contenir des d’amande amère
teneurs élevées de cadmium, et les
espèce jaunissante,
pigments jaunes peuvent entraîner puis rougissante
des troubles gastriques. De plus, la et noircissante ;
sommet des spores Agaricus et
plupart des espèces contiennent des à paroi épaissie Allopsalliota
hydrazines (agaritine) potentiellement ont des lames espèces jaunissant
cancérigènes. Les Agaricus ne doivent libres d’abord roses immédiatement ;
ou grisâtres puis odeur d’encre-phénol
donc être consommés qu’en petites lames adnées ; rapidement brun
quantités et seulement bien cuits. sporée brun chocolat sombre
autres
Autres champignons semblables : champignons
semblables
– Stropharia coronilla évoque un petit espèces ± brunissantes ou
Agaricus jaunâtre, mais ses lames sont rougissantes ;
Psathyrella Stropharia odeur faible, aigre ou
adnées (page 590). page 546 page 590 désagréable
– les Psathyrella à anneau ont des lames libres ;
sporée
lames adnées (page 546). blanchâtre
– les lépiotoïdes ont des spores
blanches (page 320).
– le mortel Amanita virosa a un voile
général membraneux et des spores
blanches, comme les autres Amanita
(page 357).

Bibliographie : 91, 147, 148, 156, 182,


226, 236, 237.

agarics rougissants
18+ espèces, page 510

amanitoïdes lépiotoïdes
lames libres page 352 page 320
520 coprinoïdes coprinoïdes 521

groupe de Coprinopsis nivea


Coprinoïdes page 532
Microscopie :
spores et cystides.
Les espèces coprinoïdes appartiennent aux Coprinopsis v. = hyphes du voile
genres Coprinus, Coprinellus, Coprinopsis 70+ espèces groupe de Coprinopsis urticicola général.
page 523 page 530
et Parasola – plus de 150 espèces en
Le nombre
Europe tempérée. Ils ont des spores noires petits à moyens ;
approximatif
voile poudreux
et des lames presque toujours libres. formé de cellules groupe de Coprinellus micaceus
d’espèces s’applique
groupe de Coprinopsis à l’Europe tempérée.
Nombre d’entre eux ont un processus de globuleuses page 537
lagopus page 526
maturation unique, nommé déliquescence : petits ;
les spores mûrissent depuis le bord des voile en petites Coprinellus
lames vers l’intérieur et les parties qui plaques ; souvent 50+ espèces
sur herbes page 537
ont libéré leurs spores se désintègrent et
deviennent liquides. Cela permet d’avoir chapeau ± brun
orangé à voile
des lames très serrées, puisque le risque groupe de Coprinellus disseminatus
filamenteux et
que les spores soient prises entre elles est poudreux page 540
réduit. Néanmoins, de nombreuses spores
restent piégées et colorent le liquide en
une sorte d’encre noire. Les coprinoïdes
sont groupés en fonction de l’aspect de la chapeau ± brun orangé,
couvert de cystides
surface du chapeau et du voile, granuleux proéminentes (piléocystides)
ou filamenteux. Ces caractères sont à la
limite entre la macro et la micro, et une
voile filamenteux
bonne loupe x 10 est nécessaire. Les

sis

us
groupe de Coprinopsis

op
coprinoïdes peuvent produire de nombreux v.

ell
rin
atramentaria
types de spores différents, allant de lisse à

rin
Cop
page 523

Cop
verruqueuses, d’ellipsoïdes à citriformes,
en forme de cœur ou tronquées. Ils ont grands et
sombres ;
toujours un pore germinatif et parfois une voile fibrilleux en
les coprinoïdes
paroi externe incolore et décollée. Tous ont plaques
ont des lames libres Coprinellus
des cystides. déliquescentes ; Parasola
Les différences phylogénétiques et sporée noire
morphologiques entre les champignons Parasola
13+ espèces
psathyrelloïdes (page 546) et coprinoïdes page 544
ne sont pas évidentes. Certains
autres
Coprinopsis, par exemple, n’ont pas champignons
de lames déliquescentes et sont traités semblables
parmi les psathyrelloïdes. ps
is
no
Tous les coprinoïdes sont des ri
op us
C in
saprophytes et nombre de coprophiles Co
pr chapeau glabre,
ont un cycle de vie très court, fructifiant ± plissé ; lames
très libres et très
quelques semaines seulement après espacées
la germination des spores. Certains
coprophiles sont capables de tuer les
mycéliums concurrents dans le substrat. spores brun sombre
à noires

Autres champigNons semblables :


grands, blanchâtres ; spores
– les Psathyrella et genres proches
voile filamenteux brun rouille
ont des lames surtout adnées et non en mèches ; pied
déliquescentes (page 546). avec un anneau
– les Bolbitius ont un chapeau visqueux et
des spores rouille (page 618).
Coprinus
Bibliographie : 156, 182, 207, 208, 227, 2 espèces
page 522
290, 322.

Psathyrella petits champignons


et genres proches bruns (PCB)
lames libres
page 546 page 616
546 psathyrelloïdes psathyrelloïdes 547
psathyrelloïdes
écailleux psathyrelloïdes
Psathyrelloïdes Psathyrella (& page 562 à arête rouge psathyrelloïdes à
Coprinopsis p.p.) page 564
Les psathyrelloïdes sont en général 75+ espèces voile abondant
fragiles, à sporée noire à brun foncé, page 562 page 566

rarement gris-brun, ont souvent un


chapeau sec brunâtre terne et des reste des Psathyrella
Cystoagaricus
page 574
lames sublibres, adnées ou un peu 2 espèces
page 561
décurrentes. Certains ont un anneau,
mais la plupart ont des restes de voile
sur le chapeau ou, rarement, pas de
voile du tout. Comprennent un certain
nombre de genres autrefois traités
dans les Psathyrella : Cystoagaricus, arête des lames
chapeau soulignée de
Homophron, Kaufmannia, Lacrymaria méchuleux ; rouge
et Typhrasa, ainsi que les genres avec anneau
± classiques Panaeolus, Psilocybe, voile distinct
chapeau méchuleux ;
Deconica et une partie des Parasola. Kauffmania
cystides avec ou sans
1 espèce
La plupart des spores ont un pore gouttes verdâtres dans
page 560
NH4OH
germinatif, et elles sont rarement
ornées (Lacrymaria, Panaeolus p. p.). grand avec voile
La forme et le contenu des cystides ténu et chapeau
(cheilo- et pleurocystides) sont lisse ; spores assez
pâles, sans pore dans NH4OH chapeau sans
importants pour l’identification. germinatif mèches ; arête des
Les psathyrelloïdes poussent sur lames non rouge ;
voile ténu
bois, au sol ou sur excréments, et une
espèce est parasite des Pluteus. chapeau à voile
filamenteux ;
cystides à
Autres champignons semblables : Typhrasa inclusion les psathyrelloïdes
charnus ;
– les coprinoïdes ont des lames ± 2 espèces voile absent ;
huileuse sont souvent
page 560 spores pâles
déliquescentes (page 520). fragiles, bruns à
et cystides à
grisâtres, ont des
– les Stropharia, Leratiomyces et spores brunes à
paroi épaisse
et à cristaux
Hypho­loma, à sporée sombre, sont noires et des lames
chapeau
plus vivement colorés et ont souvent jamais libres
fibrilleux ;
un chapeau visqueux (page 580). lames
pommelées, soie
– les Inocybe ont des sporées brun pleureuses Homophron
tabac (page 652). voile absent ; 2 espèces
autres champignons
– les Agrocybe ont des sporées plus semblables chapeau et page 578
pâles, gris brunâtre, et souvent un pied avec des
soies brunes
chapeau gris (page 625). pied rigide ; (loupe requise)
chapeau lisse ;
Bibliographie : 86, 154, 155, 156, 171, lames pommelées,
182, 225, 370. parfois pleureuses Parasola
Lacrymaria
3 espèces 1 espèce psathyrelloïde
page 558 page 579

base du à sporée ± noire à sporée brune


pied souvent plus pâle
bleuissante ; lames
± pommelées
pied non Microscopie :
chapeau
bleuissant ; lames spores et cystides.
visqueux ou
lames ± déliquescentes NH4OH : ammoniaque.
couleurs jaunes
Panaeolus pommelées
12+ espèces Le nombre approximatif
page 554 d’espèces s’applique à
l’Europe tempérée.

lames sublibres, adnées ou un


peu décurrentes

Psilocybe Deconica Hypholoma


6+ espèces 15+ espèces et genres proches coprinoïdes PCB Inocybe
page 552 page 548 page 580 page 520 page 616 page 652
580 hypholomatoïdes hypholomatoïdes 581

Hypholomatoïdes Microscopie :
spores et cystides.
Ce groupe comprend surtout des
espèces assez robustes à sporée brun Le nombre
approximatif
chocolat sombre à noire et à lames d’espèces s’applique
adnées, échancrées ou légèrement Stropharia à l’Europe tempérée.
décurrentes. Les chapeaux sont Leratiomyces 9 espèces
5 espèces page 590
généralement visqueux et jaunâtres, page 588
verdâtres ou brun orangé. Les lames
sont ± pommelées en raison d’une
maturation inégale, sauf chez les
Hypholoma. Protostropharia
Beaucoup d’espèces ont des spores 4 espèces pied souvent
page 587 avec de petites laineux-méchuleux
sombres avec un pore germinatif mèches dans la
et ont des cystides à contenu jaune viscosité
Hemistropharia
(chrysocystides). Cependant, des 1 espèce
cystides similaires existent aussi chez les page 595
Pholiota, à spores brunes (page 608).
Toutes les espèces sont des
saprophytes, souvent sur bois ou
débris ligneux, mais quelques-unes
poussent sur plantes herbacées ou sur chapeau et pied visqueux ;
sphaignes. coprophiles
Hypholoma
15 espèces
Autres champignons semblables : page 582
avec anneau ou zone
– les psathyrelloïdes ont aussi des annulaire ; voile souvent
spores noirâtres, mais sont fragiles, peu abondant ; lames pommelées
colorés et leur chapeau est souvent sec lames exsudant
des gouttelettes ;
(page 546).
voile cotonneux
– les gomphidioïdes sont visqueux, à évident
les hypholomatoïdes
spores noires et lames très décurrentes sont des espèces assez
(page 596). coriaces, de taille petite
à moyenne, à spores
– les pholiotoïdes peuvent être jaunes
sans foncées, avec des lames
et visqueux, mais leurs spores sont anneau ; souvent adnées et à
brunes (page 600). lames chapeaux visqueux ou autres champignons
unies jaunâtres semblables
– les petits champignons bruns (PCB)
ont des spores brunes (page 616).

Bibliographie : 156, 169, 181, 225. spores ± noires spores ± brunes

surtout avec des


teintes jaunâtres
ou rougeâtres

lames sublibres, adnées, échancrées


à un peu décurrentes

psathyrelloïdes gomphidioïdes pholiotoïdes petits champignons bruns (PCB)


page 546 page 596 page 600 page 616
596 gomphidioïdes et Melanomphalia Chroogomphus 57
597

Gomphidioïdes et
Melanomphalia spores longues, ± fusiformes. Le genre Autres champignons semblables :
Melanomphalia n’a pas de voile et - Paxillus et Phylloporus sont
Ce groupe comprend des appartient aux Agaricales ; il présente semblables mais ont des sporées
champignons à lames à sporée des spores finement verruqueuses. brunes (page 756).
brun foncé à noire et à lames Les espèces gomphidioïdes sont - Tapinella a une sporée brune et
très décurrentes. Les deux genres probablement des parasites des un pied ± excentré, voire absent, et
gomphidioïdes, Chroogomphus et champignons ectomycorhiziens des pousse sur le bois (page 96).
Gomphidius, ont un voile général conifères (bolets et Rhizopogon) ;
± visqueux. Ils sont apparentés aux l’unique espèce de Melanomphalia est Bibliographie : 156, 181, 289.
bolets et possèdent comme eux des probablement saprophyte.

Chroogomphus
1 espèce
page 597
lames très décurrentes

Gomphidius Microscopie :
3 espèces spores et cystides.
page 598
Le nombre
approximatif
d’espèces s’applique
à l’Europe tempérée.

7 mm

grand et charnu ;
rose brunâtre ;
Chroogomphus rutilus s. l. est
voile filamenteux grand et charnu ; robuste, charnu, brun rougeâtre, ±
rose ou grisâtre ; visqueux à sec, avec des lames très
voile visqueux
décurrentes et une sporée presque
noire. Pied à zone annulaire indistincte
– voile partiel éphémère –, et chair
Melanomphalia à teintes rouge vineux, mais plus
I+ 1 espèce jaune vers la base. Arête des lames
(dext.)
page 599 hérissée de cystides. Spores lisses, ±
grêle, avec un fusiformes, ± dextrinoïdes, de 15-22
chapeau sec et × 5,5-7 µm. Toujours sous les pins,
finement méchuleux ; mais probablement parasite des Suillus
pas de voile
(p. 796) des pins, par exemple de
S. granulatus (p. 800).
Des études récentes indiquent qu’il
y a huit espèces européennes dans le
complexe Chroogomphus rutilus. Au
sens strict, C. rutilus a des lames plutôt
serrées (photo du haut) et c’est la
gomphidioïdes et seule espèce avec des cystides à paroi
Melanomphalia
ont des lames très
épaisse.
décurrentes et des La répartition des huit espèces n’est
spores brun sombre pas encore claire. Dans l’ensemble,
à noires
autres elles sont répandues, plutôt communes
champignons sporée brune sporée brun et à occasionnelles ; juin-novembre. 10 mm 2 mm
semblables et pied ± pied ± excentré
central ou absent

paxilloïdes et genres proches, page 756 Tapinella, page 96


600 pholiotoïdes – champignons à lames ± lignicoles à spores brunes pholiotoïdes – champignons à lames ± lignicoles à spores brunes 601

Kuehneromyces
2 espèces
Pholiotoïdes page 606 Microscopie :
Galerina
Se placent ici les champignons à page 638
spores et cystides.
lames à sporée brune (brun-gris, Dext. : dextrinoïde.
brun ocre, brun rougeâtre à brun Deconica
page 548 Le nombre
orangé). Les principaux genres sont approximatif
Flammula d’espèces s’applique
Hemipholiota, Kuehneromyces, 2 espèces à l’Europe tempérée.
Pholiota et Gymnopilus. Beaucoup page 605
d’entre eux sont plutôt charnus, avec Meottomyces
des chapeaux visqueux ou écailleux. Un 1 espèce
certain nombre de genres similaires, page 605
mais principalement terrestres, sont anneau présent et
pas d’anneau,
pied à mèches brunes
traités dans le groupe des « petits pied fibrilleux- chapeau lisse,
sous l’anneau
argenté visqueux ; pas de
champignons bruns » (PCB, page 616) restes de voile Hemipholiota
pleurocystides
et la ligne de démarcation entre ces blanc ; lames 2 espèces
largement adnées page 607
deux groupes n’est pas bien définie.
Tous les pholiotoïdes sont
saprophytes et presque tous lignicoles. chapeau collant- grands et très
visqueux, lisse et gris- charnus ; sporée
Flammulaster brun, à restes de voile
Autres champignons semblables : brun-gris ; voile
page 748 blanc ; sur les litières général épais et
– certains « petits champignons de feuilles cotonneux
bruns » (PCB) poussent sur bois, mais
ont au plus un chapeau très finement
méchuleux (page 616).
– certains champignons à lames à teintes brunes à
sporée brune sont pleurotoïdes avec un orangées ; chapeau spores surtout
granuleux, sans avec surtout visqueux ou à Pholiota
pied excentré, latéral ou absent. Voir structure radiale pore germinatif écailles pointues, 22+ espèces
les pleurotoïdes (page 60). ± jaunâtres à orange page 608
les pholiotoïdes
– les espèces lignicoles à sporée rose sont lignicoles, avec
des spores brunes spores avec pore
brunâtre et lames libres sont placées et un chapeau ± germinatif et
dans les plutéoïdes (p. 486). gras ou écailleux ; chrysocystides (pour d’autres genres
± brun olivâtre ; certains ont des présentes avec chrysocystides, voir
– les espèces écailleuses ou visqueuses les pholiotoïdes, p. 580)
Simocybe chapeau pruineux, chrysocystides
à sporée brun chocolat sombre à noire 5+ espèces granuleux à velouté, spores
sont placées avec les hypholomatoïdes page 647 sans structure radiale sans pore
germinatif
(page 580).
autres champignons
Bibliographie : 112, 156, 181, 225. I+ semblables
(dext.)
petit, sec, avec
des mèches
dressées
sporée sporées
sporées ± noires
rose brunâtre ± brunes

Phaeomarasmius saveur
2 espèces amère
page 604

lames
subdécurrentes ;
pied voilé, rarement
lames sublibres à adnées, échancrées à à anneau hypholomatoïdes
un peu décurrentes page 580

Gymnopilus Tubaria
15+ espèces page 644
page 602
petits champignons
bruns
plutéoïdes pleurotoïdes (PCB)
page 486 page 60 page 616
616 les petits champignons bruns (PCB) les petits champignons bruns (PCB) 617

Conocybe
Petits champignons bruns 60+ espèces Microscopie :
page 631 spores et cystides.
Ce groupe comprend surtout de Naucoria Dext. = dextrinoïde.
petites espèces brunâtres, par exemple 21 espèces
Macrocystidia page 628 Galerina
Tubaria, Naucoria, Galerina, Conocybe, 1 espèce Le nombre
Pholiotina 55+ espèces
page 288 approximatif
Pholiotina, Simocybe, Agrocybe et 30+ espèces page 638
d’espèces s’applique
Flammulaster. L’appellation « PCB » a page 634 à l’Europe tempérée.
été créée il y a de nombreuses années.
Les Bolbitius aux couleurs plus vives
sont également inclus ici, ainsi que
les espèces plus charnues Agrocybe,
Cyclocybe et Phaeocollybia. Ce groupe
Simocybe Tubaria
chevauche quelque peu les pholiotoïdes 7 espèces
lames sublibres lames sublibres et 10+ espèces
(page 600). mycorhizien ; et pied ± couvert pied pruineux au page 644
page 647
pied souvent de cystides sommet ; souvent
La majorité des espèces sont Cyclocybe voilé avec un voile ± en
des champignons décomposeurs, 2 espèces pied et lames anneau insertion des lames
page 624 variable ; pied Phaeogalera
mais Descolea et Naucoria sont pubescents ; I+ rarement pruineux,
odeur d’huître (dext.) 1+ espèce
ectomycorhiziens et Phaeocollybia est mais souvent page 646
peut-être un parasite des racines. chapeau voilé lames
souvent subdécurrentes ;
olivâtre, I+
(dext.) pied voilé, rarement
Autres champignons semblables : spores ± pruineux à anneau sporée brun terne
brun-
– les psathyrelloïdes et les sombre ; avec des restes
gris sans pore
hypholomatoïdes ont des sporées de voile Mythicomyces
germinatif ; cuticule
plus sombres, brun pourpré à noires celluleuse ; avec un 1 espèce
anneau page 646
au gras à sec ; liss
(pages 546 & 580). chape eà sporée brun grisâtre ;
rug pas de voile ; pied assez
– les pholiotoïdes sont souvent u
coriace, sombre à la base

eux
lignicoles, plus grands, à chapeau spores brun-gris à
pore germinatif ; les PCB
Agrocybe I+
visqueux ou écailleux (page 600). 11 espèces cuticule celluleuse ; sont les champignons
à lames à sporée sporée gris-brun pâle ; Homophron

± gras-visqueux
– les Inocybe ont des chapeaux très page 625 avec ou sans anneau
2 espèces
brune une fois que les pas de voile ; pied
fibrilleux et des odeurs spermatiques ou page 578

granuleux
pholiotoïdes, Inocybe, blanc, fragile
radicants et à chapeau
aromatiques (page 652). pointu, gras à visqueux ;
Hebeloma, Cortinarius
Phaeocollybia et les paxilloïdes ont été

peau
– les Hebeloma ont des odeurs de radis probablement parasites

à ba
6 espèces exclus chapeau pruineux

cha

rbu
ou fruitées (page 680). page 622 à granuleux,
souvent olivâtre ;
– les Cortinarius sont en général plus

I+ pas de voile
charnus, un voile filamenteux et une pied avec des restes (dext.)
de voile ; sporée
sporée brun rouille (page 690). gris-brun I+ chapeau granuleux-
(dext.)
Phaeonematoloma autres champignons floconneux de Simocybe
Bibliographie : 102, 103, 113, 113, 121, 1 espèce semblables restes de voile 7 espèces
122, 123, 156, 181, 182, 201, 227, page 620 page 647
avec anneau ;
296, 331, 341. mycorhizien des marge souvent
Nothofagus barbue de longs
poils rigides
lames adnées à
subdécurrentes

lames libres
à sublibres
sporée brun sombre sporée ± brune
à noire

Flammulaster
10 espèces
page 648
Descolea
1 espèce Ripartites
page 621 1-5 espèces
lames libres, sublibres à adnées,
page 651
échancrées à subdécurrentes
Deconica
17 espèces
page 548

Bolbitius
hypholomatoïdes psathyrelloïdes Inocybe Cortinarius Hebeloma pholiotoïdes
6+ espèces, page 618
page 580 page 546 page 652 page 690 page 680 page 600
652 Inocybe – champignons à lames mycorhiziens à sporée brun tabac et chapeau ± fibrilleux inocybes à odeur forte d'alcool de poire, d'amande amère, de miel, etc. 653

Inocybe
Ce genre comprend des espèces sa longueur. Les jeunes carpophores Autres champignons semblables :
mycorhiziennes à chapeau fibrilleux avec des pieds intacts sont importants – Cortinarius ont des sporées brun
à écailleux, à sporée brun tabac et pour l'évaluation de ces caractères. rouillé (p. 690).
souvent cystidiées. De nombreuses Le genre est divisé en sous-genres en – les PCB ont des odeurs différentes et
espèces ont une odeur spermatique fonction des caractères des cystides. des sporées plus brun rouillé (p. 616).
ou, plus rarement, suave ou fruitée. De nombreuses espèces sont
Les inocybes peuvent avoir un voile toxiques et contiennent, entre autres Bibliographie : 156, 173, 184, 315.
général filamenteux et une cortine. Les composés, de la muscarine. Aucun
espèces sans cortine ont typiquement inocybe ne doit être consommé.
un pied poudré de cystides sur toute

Plus de 185 espèces


en Europe tempérée.

Microscopie :
spores et cystides
(cyst.) ou cellules
marginales (c. m.).
lames échancrées

page 659
page 653

page 656 8 mm
page 662

†? Inocybe corydalina est un grand couronnées de cristaux. Spores distinctes. Inocybe erinaceomorpha ▽,
inocybe pâle à écailles fibrilleuses amygdaliformes de 7,5-9,5 × 5-6 µm. parfois traité comme une variété
verdâtres et appliquées principalement Sur des sols ± calcaires ou argileux, d'I. corydalina, a des écailles
au centre du chapeau mamelonné. sous feuillus, rarement sous conifères. fibrilleuses et appliquées brun foncé.
L'odeur est forte, spiritueuse, d'alcool D'autres grands inocybes à odeur Voir aussi Inocybe haemacta ▷▷, à
de poire. La chair est ± rougeâtre. Le forte, par exemple I. fraudans ▷▷ et odeur d'écurie.
pied est pâle, mais s'assombrit ± vers I. bongardii ▷▷, ne sont pas verts au Largement répandu, occasionnel,
la base, parfois verdâtre. Pleurocystides centre du chapeau, rougissent moins absent de la zone boréale ;
pas de cortine ; à paroi épaisse (jusqu'à 2 µm) et nettement, ou ont des écailles brunes principalement de juillet-octobre.
pied poudré de page 665
cystides jusqu'à
la base
à odeur forte
odeur le + souvent
d'alcool de poire,
ni douceâtre, ni †? Inocybe erinaceomorpha est un
d'amande amère, odeur surtout
spermatique ;
de miel, etc. spermatique ; inocybe plutôt charnu, brun cannelle,
chair verdâtre ou
chair ni verte, cortine
rougissante écailleux-fibrilleux, avec une odeur
ni rougissante ; présente ;
bulbe basal pied poudré forte, spiritueuse, d'alcool de poire.
évident uniquement Le pied est ± cylindrique, d'abord
au sommet
blanc, puis teinté de la couleur du
odeur surtout chapeau. La chair peut légèrement
spermatique ;
chair ni verte, ni rougir. Pleurocystides ± clavées à paroi
rougissante ; pas pouvant atteindre 2 µm de large.
c. m. spore de bulbe basal Spores lisses, amygdaliformes, de
noduleuse évident
cyst. 7,5-9,5 × 5-6 µm. Sur les sols argileux
avec hêtres et chênes.
Inocybe corydalina △ a le centre
cyst. du chapeau gris-vert. D'autres
espèces quelque peu similaires ont
les Inocybe une chair qui rougit fortement ou des
ont des lames échancrées, pleurocystides à paroi mince.
une sporée brun tabac Largement répandu, occasionnel à 20 mm
et des odeurs souvent autres
spermatiques ou petits champignons bruns assez rare ; août-octobre. Thomas Læssøe
champignons
douceâtres ; tous sont semblables (PCB) Cortinarius
mycorhiziens page 616 page 690
680 Hebeloma – champignons à lames mycorhiziens à sporée brun-gris et odeur de radis ou douceâtre hébélomes à anneau membraneux et odeur d’amande amère 681

Hebeloma
Les hébélomes sont mycorhiziens, à Autres champignons semblables :
sporée ± brun-gris, la plupart du temps – les Cortinarius peuvent ressembler
à chapeau lisse, gras à visqueux, à (page 690), mais ont une sporée brun
lames échancrées et à odeur de radis, rouillé.
d’amande amère ou fruitée. Les spores – les petits champignons bruns (PCB)
sont ± verruqueuses, ± dextrinoïdes et ont la plupart du temps des odeurs
ont une paroi extérieure ± détachée ; différentes et des sporées surtout brun
l’arête des lames est couverte de rouillé (page 616).
cystides qui, dans certains cas,
exsudent un liquide clair. Bibliographie : 29, 156, 184.

Plus de 55 espèces lames échancrées


en Europe tempérée.

Microscopie :
spores et cystides.

groupe 8 mm
Hebeloma d’Hebeloma
radicosum mesophaeum
page 681 page 682 groupe d’Hebeloma sacchariolens
page 684 Hebeloma radicosum, l’Hébélome
radicant, est un grand hébélome très
typique, avec un pied profondément
groupe d’Hebeloma enraciné, une odeur frappante
crustuliniforme
d’amande amère et un anneau
page 685
membraneux. Le chapeau est brun
jaunâtre mat à chamois rosé avec
des restes de voile écailleux. Les
spores mesurent 8-10 × 4,5-5,5 µm.
Dans les forêts de feuillus, surtout
sous hêtres et chênes, prenant
naissance dans les latrines ou dans
les terriers des taupes ou d’autres
petits mammifères des forêts ; c’est
anneau un champignon classé par les Anglo-
membraneux ; très
radicant ; odeur
Saxons dans les ammonia fungi,
cortine présente ;
d’amande amère odeur de radis les « champignons qui aiment
pas de cortine ;
l’ammoniaque ».
odeur forte de Peut rappeler certains
sucre brûlé pholiotoïdes, en particulier
Hemipholiota populnea (page 607),
pas de cortine ; mais l’odeur, son habitat terrestre
odeur de radis, avec un pied très profondément
fruitée, de terre ou
de cacao ; lames
enraciné et des spores ornées sont de
souvent pleureuses bons caractères de distinction.
parfois
dextrinoïdes Largement répandu et assez
commun dans la zone némorale
mais devenant plus rare vers le nord
et absent de la zone boréale ; juillet-
les Hebeloma novembre.
ont des lames échancrées,
une sporée brun-gris et 20 mm
une odeur de radis ou autres
douceâtre ; tous sont champignons
mycorhiziens semblables PCB Cortinarius
page 616 page 690
690 Cortinarius – champignons mycorhiziens, voilés et à sporée brun rouille Cortinarius – champignons mycorhiziens, voilés et à sporée brun rouille 691

phlegmaciums à bulbe
marginé ; jeunes lames
Cortinarius phlegmaciums à
brun olivâtre, brunes à
Cortinarius est un genre de bulbe marginé ; dermocybes
grisâtres
jeunes lames jaunes à (section Dermocybe)
champignons à lames ectomycorhiziens page 718
jaune verdâtre page 722
avec des lames ± échancrées, à page 714
sporée brun rouille verruqueuses, grands cortinaires secs
principalement dextrinoïdes, et à voiles ± vivement colorés
(sous-genre Cortinarius p. p.)
bien formés. Le voile partiel (cortine) page 728
phlegmaciums
est surtout filamenteux, et le voile
à bulbe marginé ;
général peut être filamenteux, laineux jeunes lames bleutées
ou visqueux sur le pied et le chapeau. page 708
Cellules marginales souvent présentes,
mais véritables cystides très rares.
Le genre est très vaste et difficile
à traiter. De nouvelles espèces sont
constamment décrites et de nouvelles
synonymies publiées. Une identification
sûre n'est bien souvent possible petits, très colorés,
lames jamais
qu'en ayant recours à un séquençage bleutées ou
ADN. Les caractères macroscopiques violacées
importants à noter sont le type de voile
(gluant ou filamenteux), la couleur des pied avec
un bulbe marginé
lames et de la chair lorsqu'elles sont grands, à couleurs
chapeau intenses roux télamonias
jeunes, la forme générale, l'odeur et les visqueux, pied
chapeau
sec, non orangé, jaunâtres (sous-genre Telamonia)
réactions chimiques, notamment avec sec au-dessus ou violettes page 732
hygrophane,
la potasse (KOH). de la base
souvent
vivement coloré
Autres champignons semblables :
les Cortinarius
– les Inocybe ont des chapeaux ± pied sans bulbe sont plutôt grands
fibrilleux à rimeux et des spores brun marginé et charnus, à sporée petits
tabac lisses, noduleuses ou en étoile, et brun rouillé vif et
possèdent une chapeau sec ou
tous ont des cellules marginales et/ou cortine gras, souvent
des cystides (page 652). hygrophane et
– les Hebeloma ont des spores brun- phlegmaciums à couleurs ternes petits télamonias
(≈ sous-genre taille moyenne page 732
gris et souvent une odeur de radis. Les Phlegmacium) chapeau et pied
visqueux à grande
spores sont verruqueuses et toutes les page 698
grands télamonias
espèces ont des cystides (page 680). autres champignons page 739
– les petits champignons bruns (PCB) poussant au sol, à
sporée brune taille moyenne à
sont saprophytes, et ont en général des grande, à anneau
cystides (page 616). membraneux
– Leucocortinarius bulbiger évoque
myxaciums
un phlegmacium à sporée blanche (sous-genre Myxacium)
(page 257). page 692

Bibliographie : 46, 69, 124, 125, 126,


127, 156, 184, 305, 323. Plus de 500 espèces
en Europe tempérée.

voile général spores

voile partiel lames échancrées

voile général

Cortinarius caperatus
et espèces semblables
page 754

PCB Hebeloma Inocybe


page 616 page 680 page 652
756 Paxillus – champignons à lames décurrentes, à sporée brune et pied ± central champignons à lames décurrentes, à sporée brune et pied ± central 757

Paxillus en genres proches


Ce groupe comprend des Autres champignons semblables : – les Lepista & Paralepista sont plus
champignons à lames très – les gomphidioïdes ont des sporées lisses et des sporées blanchâtres
décurrentes, à sporée ± brune et brun sombre à noire (page 596). à rose brunâtre et des spores
à pied ± central. Les deux genres – les Tapinella, à sporée brune, ont verruqueuses (page 112).
inclus, Paxillus et Phylloporus, sont un pied ± excentré, latéral ou absent
ectomycorhiziens et appartiennent (pleurotoïdes page 96). Bibliographie : 97, 133, 333.
phylogénétiquement aux Bolétales.

Microscopie :
spores et cystides.

Le nombre
approximatif
d’espèces s’applique
à l’Europe tempérée.

Paxillus
5+ espèces
page 757 lames très décurrentes

12 mm

Phylloporus
1 espèce Les Paxillus sont des champignons
page 759 mycorhiziens à lames décurrentes
assez serrées, qui se détachent
aisément de la chair du chapeau, et
marge enroulée feutrée- à sporée brune. La couleur précise de
poilue ; lames brunissant marge ± droite ; la sporée fraîche est importante pour
au toucher lames épaisses
l’identification. La consommation de
et jaunes, non Ripartites
brunissantes paxilles peut provoquer une réaction
voir page 651
auto-immune pouvant être mortelle.

carpophores très Paxillus involutus, le Paxille enroulé,


pâles, à marge ± †† est un paxille plutôt pâle, à marge
barbue ; lames non
brunissantes
feutrée, enroulée et cannelée. Le pied
est ± lisse, sans taches rougeâtres ni
cerne jaune bien visible. Les lames
jaune paille pâle à brun jaunâtre,
brunissant au toucher, se détachent
facilement de la chair du chapeau.
Sporée brun-jaune à gris olive.
Spores lisses de 7-11 × 5-6,5 µm.
Principalement mycorhizien avec les
épicéas et les bouleaux, et en général
sur des sols pauvres et acides.
les Paxillus
et genres proches
Paxillus filamentosus ▷▷ est plus
sont des mycorhiziens jaunâtre et pousse sous les aulnes. Les
à lames très autres espèces sont plus trapues avec
décurrentes, à pied
± central et à sporée un pied plus épais.
± brune Largement répandu et très
sporée brun commun ; juin-novembre. 7 mm
sombre à noire sporée brune et
autres et pied central pied ± excentré
champignons ou absent
semblables gomphidioïdes et genres proches, page 596 Tapinella, page 96
760 bolets Xerocomus bolets 761
Hemileccinum Buchwaldoboletus 4 espèces,
1 espèce 2 espèces, page 783 page 784 Hortiboletus &
page 781 Microscopie :
Bolets Rheubarbariboletus
spores.
4 espèces
Les bolets forment des carpophores à Cyanoboletus page 786 Xerocomellus
1 espèce Le nombre
chair plutôt tendre, avec des tubes sous 6+ espèces
Leccinellum page 781 approximatif
page 790
le chapeau et un pied central robuste. 2 espèces d'espèces
& Neoboletus p. p. s'applique à
Les tubes ne sont généralement pas page 780 l'Europe tempérée.
Pseudoboletus
solidaires, ni de la chair du chapeau 1 espèce
ce qui permet de les en détacher page 793
tubes tubes non chapeau Imleria
facilement. Les spores se forment dans souvent
odeur ± décurrents décurrents 1 espèce
les tubes et sont en général brunes. De d'iodoforme rouge ; spore chapeau
page 794
Q 2,3-2,4 souvent
nombreux bolets changent de couleur bleuit à la base du
brun ;
Gyrodon
à la coupe. Ces changements de immédiatement pied 1 espèce
Aureoboletus Q 2,5-2,9
page 795
couleur, ainsi que la couleur des pores 2 espèces parasite de
chapeau sec, Scleroderma tubes jaune
page 779
(l'extrémité des tubes) et l'aspect de chapeau feutré pâle, bleuissant
surface du chapeau sont des caractères non feutré immédiatement ;
ni visqueux chapeau sec, surtout sous conifères
très importants. lisse ou finement
Les bolets forment l'ordre des Imperator lisse, fibrilleux ou à ponc feutré
3 espèces pied pied tuat
Bolétales, monophylétique, qui ion
page 778 atténué ou s fi tubes décurrents,
ne
comprend également quelques fausses non s bleuissant
truffes (par ex. les Rhizopogon), pied long immédiatement ;
sous Alnus

ch à
quelques corticioïdes (les Serpula) et et élancé,

es
mèpied
à réseau Aureoboletus
quelques espèces à lames (par ex. les grossier 2 espèces
Paxillus et les espèces gomphidioïdes). chapeau le plus tubes
doux ; page 795
souvent gras jaune vif, non
Presque tous les bolets mycorhizent bleuissant ou visqueux par bleuissant ; chapeau
des feuillus ou des conifères. Le genre immédiatement couleur des pores

eau
temps humide visqueux aigre

c ré s
et parfois l'espèce de l'hôte sont Butyriboletus
importants pour l'identification, en

pied ave
6 espèces
page 774 doux
particulier dans les genres Leccinum les bolets
et Suillus. Quelques espèces sont ont des tubes sous pied avec ou sans
parasites : Pseudoboletus parasite le chapeau, aisément zone annulaire ;
séparables de la chair sous conifères
les sclérodermes, Buchwaldoboletus

li s s e
Caloboletus amer qui est tendre Suillus p. p.
parasite probablement les Phaeolus, et 3 espèces chair non 16+ espèces

pie d
Chalciporus peut-être Amanita muscaria. page 772 bleuissante page 796

piede
Il existe plusieurs excellents doux ; pied liss sans zone annulaire ;
caverneux

eau
comestibles chez les bolets, mais chair chair du pied jaune

rés
aveeau moyennement
rés
aussi quelques espèces amères et non

c
bleuissante ;
c

ave
comestibles (par exemple Tylopilus Gyroporus doux ; réseau base non

ou
3 espèces surtout pâle
felleus, Caloboletus radicans et rougeâtre Chalciporus &
av s e a u

se
autres

page 782
ec

li s
espèces très Rubinoboletus
C. calopus) et la plupart des espèces espèces é bleuissantes ;
p tu
mè ie d à semblables nc base ±
3 espèces
de Rubroboletus et Imperator sont amer ; che po page 812
s rougeâtre
moyennement toxiques. réseau sombre tubes
espèces très
décurrents ; li s s e
chair ± pied pie d bleuissantes ;
pied long laineux base non
Autres champignons semblables : et coriace
rougeâtre
Boletus Rubroboletus
– polypores à pied (par ex. Albatrellus 4 espèces méchuleux
5 espèces
et Boletopsis) ressemblent beaucoup. Ils page 769 chapeau chapeau et pied page 804
± lisses
ont des tubes soudés entre eux et avec et pied
méchuleux
la chair, souvent décurrents, et une chair -laineux
très coriace – voir page 826.
chapeau Suillellus
chapeau visqueux 3 espèces
Bibliographie : 71, 150, 156, 170, 194, sec page 808
205, 228.

Tylopilus
tubes 1 espèce
page 768

Suillus p. p. Neoboletus
Leccinum 2 espèces
pores 16+ espèces
12+ espèces page 810 Imperator
Strobilomyces Porphyrellus page 796
page 762 3 espèces
polypores avec un pied 1 espèce 1 espèce
page 826 page 813 page 813 page 807
824 groupes des polypores groupes des polypores 825

Polypores
Les polypores sont un groupe défini par
des spores formées sur un hyménium
disposé à l’intérieur de tubes orientés
vers le bas. Ces tubes sont normalement
inséparables les uns des autres et
de la chair du chapeau. Les pores polypores
(embouchures des tubes) peuvent pérennes
être sphériques, anguleux, étirés, page 854

labyrinthiques ou en forme de lames. polypores fasciculés


Le nombre de pores par millimètre est page 846
un caractère important à évaluer à carpophores
l’aide d’une règle translucide et d’une pérennes,
coriaces ou durs
loupe. Le bord des pores est stérile. Les
carpophores peuvent être appliqués sur
le substrat ou développer des chapeaux polypores annuels,
± bien formés, et parfois aussi un pied ; piléés et ± résupinés
page 886
ils peuvent être tendres et annuels ou
coriaces à dures, et dans certains cas carpophores
vivaces. On reconnaît les carpophores annuels,
pérennes au fait qu’ils ont généralement polypores composés, en
stipités touffes ou en
plusieurs couches de tubes et des zones colonies
page 826
de croissance sur leurs chapeaux.
Tous les polypores sont des carpophores annuels à
chapeaux, mais pouvant
Basidiomycota à basides unicellulaires.
être en partie résupinés
Seul Aporpium (page 1186) est un (ou réfléchis)
champignon gélatineux à basides les polypores
divisées longitudinalement. La plupart forment leurs spores
des espèces coriaces ou dures possèdent, dans des tubes ; la
carpophores plupart sont des
outre des hyphes génératrices, des annuels, en forme décomposeurs
hyphes ligatives et/ou des hyphes de langue ou avec
un pied carpophores
squelettiques (page 35). Les carpophores annuels, tendres
à deux types d’hyphes sont dimitiques, ou mous
et ceux à trois types sont trimitiques.
Presque tous les polypores sont des
saprophytes et poussent en général
sur bois. Ils produisent une carie (ou autres
champignons
pourriture) brune ou blanche (page 14).
semblables
Quelques espèces sont mycorhiziennes,
par exemple Albatrellus & Scutiger
(page 828) et Coltricia (page 843).
annuels, résupinés
Autres champignons semblables : (pas de chapeaux,
mais parfois de petites
– les bolets ont une chair tendre, et leurs protubérances)
tubes peuvent souvent être détachés
de la chair du chapeau ; la plupart sont corticioïdes polypores annuels,
mycorhiziens (page 760). mérulioïdes entièrement résupinés
– les corticioïdes mérulioïdes ont un page 974 (à plat sur le support)
page 932
hyménophore ± plissé entièrement fertile
(page 974).
– les cyphelloïdes sont de petits
Basidiomycota en coupe. Ils peuvent
pousser en colonie et imiter alors un
polypore (page 1076).

Bibliographie : 17, 37, 161, 163, 193, bolets


219, 220, 235, 282, 283, 308, 309, page 760
339, 356, 366, 367. cyphelloïdes
page 1076
Cerioporus
826 polypores à pied central ou latéral, ou en forme de langue 2 espèces &
polypores à pied central ou latéral, ou en forme de langue 827
Picipes
4 espèces Lentinus
Polypores stipités page 836 4+ espèces Neofavolus
Polyporus page 838 1 espèce
Ce groupe morphologique comprend 1 espèce page 839
les polypores ayant des carpophores ± & Cerioporus
2 espèces Jahnoporus
bolétoïdes et ceux allongés en forme Piptoporus page 834 1 espèce
de langue, qui peuvent avoir un pied 1 espèce page 833
latéral court. Tous sont annuels. Dans page 833
le genre Fistulina, les tubes ne sont Ganoderma
pas soudés entre eux. La plupart des 7 espèces, 3 avec un pied
espèces produisent des spores hyalines page 840
Buglossoporus
et lisses, mais quelques-unes ont des 1 espèce
spores brunes et ornementées. Le page 832 Podofomes
genre Pelloporus possède des soies 1 espèce
le plus souvent 1-7 pores/mm ; page 842
brunes et proéminentes. 4-9 pores/mm ; pied âgé noir ; pied réduit et 1-2
grosses chapeau lisse chapeau lisse
Le groupe comprend à la fois écailles ; pores pores/mm ; feutré-poilu ;
ou velu sur feuillus
des ectomycorhiziens, par exemple larges, sur bois enfoui
1-2/mm de conifères
Albatrellus, Scutiger et Coltricia,
à chapeau à croûte
des décomposeurs de l'humus, à croûte
laquée qui fond sous
par exemple Xanthoporus, et évoquant du
une flamme
papier ; sur
des décomposeurs lignicoles qui Betula
produisent une carie (ou pourriture) Boletopsis Pelloporus
3 espèces pendant l'été, chapeau tomenteux avec 3 espèces, 1 avec un pied
blanche ou brune. l e s , cari e bla n ch
page 831 lign ico une zone noire sous la page 842

run s
e

e
surtout à la

ie b le
car ignico
base de vieux cuticule ; sur Abies
Autres champignons semblables : chênes

l
– les bolets à tubes décurrents ont une couleur de la chair
chair tendre et en général des tubes chapeau et pied
pied grisâtre bruns et très feutrés ;
qui se détachent facilement de la chair à noir ; chair à 2 couches
du chapeau. Les Gyrodon ont des 1-4 pores/mm soie
tubes non séparables de la chair du Scutiger
3 espèces
chapeau, mais ils bleuissent au toucher page 828

e c to m y c o r h iz i
polypores

m yco rh izie n s
(pages 760 & 795). pied le plus stipités Coltricia
– chez les polypores en touffes ou souvent avec des zones 5 espèces
jaunâtre ; concentriques et page 843
en colonies, les chapeaux individuels pores 0,5-2/mm finement feutré
possèdent aussi un pied (page 846).

ens
– les polypores largement adnés qui

ie b es
e
poussent sur le dessus des souches

ru n
c a r n ic ol
pied et tubes autres
et des troncs forment parfois une

ig
blanchâtres ; co brun et feutré,

l

te r m p o champignons
base contractée qui évoque un pied, 2-5 pores/mm re s s e semblables à tubes
t re s u r s ie
mais on observe en général plus de c ar n c h e labyrinthiques
bla
carpophores « normaux » alentour
petit à pores
(pages 854 & 886). dentelés-floconneux
et odeur de phénol
à suc rougeâtre ;
Voir également l'aperçu général et la Albatrellus tubes non soudés
bibliographie à la page 824. 10+ espèces entre eux ; surtout
page 829 sur chênes
polypores petit et
jaune ; fasciculés à pied fin ; Phaeolus
dans des milieux page 846 pores larges (voir page 853)
enrichis en azote

Sistotrema
1 espèce avec un pied
(voir page 1075)
Microscopie :
spores, cystides et
soies.

Le nombre Favolaschia
approximatif 1 espèce
d'espèces s'applique Xanthoporus page 845
1 espèce bolets Fistulina
à l'Europe tempérée.
page 828 (Buchwaldoboletus, carpophores de forme inhabituelle, 1 espèce
Gyrodon et proches) normalement largement adnés page 845
page 760 pages 854 & 886
846 polypores fasciculés (polypores à nombreux chapeaux issus d'une base commune) polypores fasciculés 847

Polypores fasciculés Meripilus Microscopie :


1 espèce spores et
Ce groupe comprend des polypores page 850 cystides.
Bondarzewia cyst. = cystides.
à chapeaux nombreux issus d'une 1 espèce
Grifola b. = boucles.
base commune étroite ou d'un pied 1 espèce page 851
épais et court. Tous forment des page 849 Le nombre
approximatif
carpophores annuels à chair plutôt d'espèces
tendre et sont typiquement parasites Abortiporus
s'applique
1 espèce
des arbres. à l'Europe
page 852
tempérée.
Un certain nombre d'entre eux
sont consommés, par exemple
Grifola, Cladomeris umbellatus,
Laetiporus et Fistulina, plus rarement
Meripilus. Phaeolus schweinitzii est
utilisé pour la teinture de la laine. Le
Laetiporus est connu pour provoquer
une légère intoxication lorsqu'il est Cladomeris I+
insuffisamment cuit. 1 espèce b. -
page 849
cyst. b. -
Autres champignons semblables :
– les polypores stipités sont
Buglossoporus
semblables, mais ont un seul chapeau (voir page 832)
ou juste quelques-uns (page 826). couleur
de la chair
– les polypores pérennes largement lan
che
ie b
adnés peuvent former des chapeaux cyst. car r une
ie b
car
superposés, mais ils ne sont pas issus
d'un pied ou d'une base commune
(pages 854 & 886).
les polypores fasciculés
– les Sparassis et champignons forment de nombreux
semblables n'ont pas de pores chapeaux issus d'une cyst.
(page 952). base commune
anche
carie bl
une b. -
carie br
Voir également l'aperçu général et la
bibliographie à la page 824. cyst.
autres
champignons
semblables

b. -

polypores
largement adnés
pages 854 & 886 Phaeolus
1 espèce
page 853

Fistulina
(voir page 845)
Laetiporus
2+ espèces
page 848

polypores
stipités Sparassis et champignons semblables
page 826 page 952
Fomitopsis
Laricifomes
1 espèce
654 polypores pérennes 1 espèce
page 867
polypores pérennes 855
page 866

Daedalea
Polypores pérennes Perenniporia 1 espèce
5 espèces page 865
Tous les polypores dont les page 863
Gloeophyllum Fomes
carpophores produisent de nouvelles 4 espèces
Rhodofomes 1 espèce
couches tubulaires au fil des années page 868 page 870
1 espèce,
appartiennent à ce groupe. Les page 866
Rigidoporus
périodes de croissance sont souvent 6+ espèces Osmoporus
visibles comme autant de zones page 861 1 espèce
page 868
concentriques surélevées sur les
chapeaux. Le groupe comprend la
plupart des polypores à chair très haut,
en sabot ;
coriace. En général, ils ont une seule grands pores chair très chair jaune
pores roses pâle chez les
période de croissance annuelle, mais en labyrinthe amère
jeunes odeur forte, Ganoderma
Fomes fomentarius en présente
spores surtout douceâtre 7 espèces
deux : une importante au printemps dextrinoïdes et pores surtout page 871
à paroi épaisse très étirés,
et une plus faible à l'automne ; ceci lamelliformes
Daedaleopsis

ca
crée deux zones de croissance par an.

ca
(voir page sporée blanche ;

rie
rie
Certaines espèces sont 910) présence d'un

br
avec cystides ;

bl

un
I+ noyau mycélien

an
accidentellement pérennes. Ainsi,

e
chair surtout

ch
e
± brun pâle un

e
les Trametes, Cerrena et Antrodia br he
e c
ri an
peuvent, au cours d'un printemps ca bl
e
ri
doux, continuer à croître et ainsi Funalia pores étirés b. - ca
Phellinus
produire des carpophores à deux (voir page radialement couleur sporée brun-rouge ; 10+ espèces
916) et rougissants surtout sur feuillus page 874
couches. Cependant, ils pourrissent de la chair
généralement durant l'été.
La plupart des polypores pérennes chapeau à chapeaux surtout
ont un système d'hyphes compliqué, feutre grossier en sabots, souvent
avec des hyphes génératrices et pores larges fissurés ; sur feuillus
polypores
cloisonnées et des hyphes ramifiées pérennes b. -
et/ou des hyphes squelettiques à pores gris – piléés ou
pâle, en résupinés ; chapeaux surtout en Fomitiporia
paroi épaisse sans cloison (page 35). labyrinthe sur bois. b. - sabots fissurés ; sur 4 espèces
Les espèces peuvent être séparées Cerrena feuillus ou conifères page 879
1 espèce
en agents de caries (pourritures) page 860 b. -
blanches et de caries brunes ; bien pores étirés
radialement surtout résupinés ou
que les deux types puissent paraître autres à chapeau à marge
étonnamment similaires, ils ne sont champignons aiguë ; surtout sur
semblables feuillus
pas étroitement liés. Trametes spores petites et b. - b. -
hyphes couvertes soies
(voir page 918) b. -
de cristaux
Autres champignons semblables : I-/I+
– les polypores semblables mais b. -
marge sombre ; piléé ou résupiné ;
annuels sont divisés en deux souvent en hauteur b. - ligne sombre dans la
groupes : ceux qui ont des chapeaux sur chêne ou chair ; sur conifères Fuscoporia
(piléés) et ceux qui n'en ont pas Skeletocutis noisetier 5 espèces
(voir page 902) page 880
(résupinés) ; pages 886 et 932. en hauteur ± hirsute ; grands
sur saules ou pores en labyrinthe ;
Voir également l'aperçu général chênes sur conifères
chapeaux petits ;
et les références bibliographiques sur racines et surtout sur Salix Phellopilus
à la page 824. souches ; surtout polypores annuels, résupinés 1 espèce
Dichomitus sur conifères page 932 page 884
3 espèces ligne sombre
page 859 dans la chair ;
surtout sur Ribes
Microscopie : et Euonymus
spores, cystides Porodaedalea
et soies. 3 espèces
b. = boucles. Phellinopsis page 883
1 espèce
Le nombre page 885
approximatif Haploporus
d'espèces s'applique 2 espèces
à l'Europe tempérée. page 858
Heterobasidion Phylloporia
3 espèces, page 856 polypores annuels, piléés 1 espèce, page 884
page 886
886 polypores piléés annuels Tyromyces & Datronia polypores piléés annuels 887
Loweomyces 2 espèces
6 espèces page 911
page 908 Abortiporus
Polypores piléés annuels Spongipellis (voir page 852)
3 espèces
Ce groupe comprend les polypores page 906 Daedaleopsis
Odoria & Aurantiporus 2 espèces
réfléchis et piléés aux carpophores 2 espèces page 910
tendres ou coriaces, mais jamais pages 904 & 905
Bjerkandera
durs, qui pourrissent après la saison. 2 espèces
Toutes les espèces avec ou sans pied page 912
et à chair tendre appartiennent à ce
groupe. Climacocystis
1 espèce
Suite page suivante… page 903
moyennement peu larges ; moyennement
larges ; face supérieure larges ; pores
Trichaptum
surtout sur sombre ; labyrin­thiques et
4 espèces
larges ; pores feuillus sur feuillus rougissants ;
page 914
± labyrin­thiques  ; sur feuillus larges ; pores allongés
Microscopie : et rougissants ;
spores et cystides. sur feuillus
sur feuillus
b. = boucles. larges ; chair tendre moyennement
Skeletocutis rougeâtre avec larges ; pores gris
Nombre KOH ; sur feuillus Cerrena
approximatif 13+ espèces ou ligne brune ; sur
page 901 feuillus (voir page 860)
d'espèces en Europe large ; feutré-
tempérée. hirsute ; sur
Gloeoporus conifères peu larges ; teinte
peu larges ; violacée et pores
1 espèce
cristaux sur les irréguliers
page 900 chair blanche,
hyphes ; sur feuillus
et conifères crème, beige-rose moyennement Dichomitus
pâle ou bleu pâle larges ; pores (voir page 859)
peu larges labyrinthiques gris
pores rosâtres ; pâle
élastique ; sur feuillus
peu larges ; marge
Diplomitoporus sombre ; en hauteur
2 espèces peu larges, pores assez polypores piléés sur chênes et Corylus
page 900 larges ; sur conifères annuels à chapeau
largement adné,
peu larges ; b. ± et chair tendre à moyennement Funalia
très coriaces carie bl
anch e
coriace ; sur bois larges ; très feutrés 2 espèces
une et à pores larges page 916
carie br
Antrodiella
17+ espèces moyennement larges ;
page 898 peu larges ;
coriaces ou tendres teintes jaunâtres et
pores petits

moyennement
moyennement larges ; larges ; pores larges
tendres et déchirés en
dents
I+ groupes Frantisekia
Antrodia, Cartilosoma semblables 1 espèce
peu larges à larges ; page 917
& Neoantrodia
large ; face supérieure très zonée,
15+ espèces
en forme de langue ; souvent feutrée ; pores
page 896 b. - Trametopsis
sur chênes petits à grands, arrondis
ou étirés 1 espèce
page 917

moyennement
large ;
rougissant ; corticioïdes
sur conifères, moyennement large ; piléés
boréal chair tendre et page 962
rougissante ;
sur conifères, boréal

Trametes
Amaropostia, Calcipostia, 9 espèces
Fuscopostia, Oligoporus, page 918
Buglossoporus
Postia & Spongioporus (voir page 832)
15+ espèces
page 891


Amylocystis
1 espèce
page 890 Leptoporus
1 espèce polypores pérennes piléés chair orangée à brun sombre
page 890 page 854 voir page suivante
888 polypores piléés annuels (suite) polypores piléés annuels (suite) 889

Daedaleopsis
Cerrena 2 espèces
Polypores piléés annuels Funalia
(voir page 860) page 910
Hapalopilus
2 espèces 2 espèces
Bjerkandera
… suite de la page précédente. page 916 page 924 Ischnoderma
2 espèces
page 912 2 espèces
page 925
Certains polypores annuels
peuvent être formés uniquement
d'hyphes génératrices et sont dits
monomitiques ; les carpophores Pelloporus
sont généralement mous et 3 espèces
faciles à déchirer. Lorsque des page 926

hyphes squelettiques ou des pores oblongs et


hyphes ligatives sont également pores gris pâle rougissants ; violet avec les Mensularia
labyrinthiques ; sur feuillus bases ; croûte sombre sous le
présentes, les carpophores sont sur feuillus
3 espèces
sur feuillus feutre du chapeau ; page 926
dits dimitiques ; si les trois types très feutrés et pores ± moirés ;
d'hyphes sont présents, ils sont pores larges ; sur feuillus et
sur feuillus conifères
dits trimitiques. Les fructifications
annuelles dimitiques et trimitiques chair à 2 couches ;
pores ± moirés ;
sont généralement dures et pores gris ou sur feuillus
coriaces (voir page 35 pour plus ligne brune ;
d'informations sur les systèmes sur feuillus
pores ± moirés ; Inonotus
d'hyphes). setae chapeaux assez peu
chair brun sombre b. - 5 espèces
larges, ± lisses ; page 928
Autres champignons semblables : sur feuillus
orange, épais
– les polypores piléés pérennes et et tendre ;
b. -
largement adnés forment plusieurs sur chênes
Aurantiporus
couches de tubes au fil des années. pores ± moirés ;
4 espèces
chapeaux larges,
Ils ont aussi souvent des zones page 923
polypores piléés très tomenteux ;
surélevées en surface (page 854). annuels à chapeau b. - sur feuillus
– les polypores fasciculés sont largement adné,
chair
et chair tendre à
annuels et forment de nombreux orange orange
coriace ; sur bois b. - pores ± moirés ;
chapeaux portés par un pied et coriace ;
chapeaux très grands,
sur feuillus anc
he
commun (page 846). ie b
l ± lisses, chair sans
car e
run noyau mycélien ; sur
– les corticioïdes piléés n'ont pas c a r ie b
b. - chênes
de pores ; un examen à la loupe est b. -
parfois indispensable (page 962). Pycnoporus ca
rie
1 espèce b. - ca bl
an
rie pores ± moirés ; chair
page 922 pores ± br
ch
e
Voir également l'aperçu général et denticulés ;
un
e avec noyau mycélien ;
surtout sur sur feuillus
la bibliographie à la page 824.
conifères champignons Pseudoinonotus
semblables 1 espèce
pores ± moirés, page 930
labyrinthiques

pores
lamelliformes,
non moirés
corticioïdes piléés
Pycnoporellus page 962 Inocutis
2 espèces 2 espèces
page 922 page 931

Microscopie :
spores et cystides
ou soies.
b. = boucles.

Le nombre
approximatif


Phaeolus
d'espèces s'applique
Gloeophyllum (voir page 853)
à l'Europe tempérée. chair blanche, crème,
(voir page 869)
beige-rose pâle polypores pérennes piléés
ou bleu pâle page 854
voir page précédente
Sidera Physisporinus Rigidoporus & Emmia
932 polypores résupinés (aplatis) annuels 2 espèces 4 espèces 6 espèces polypores résupinés (aplatis) annuels 933
page 943 page 944 page 945 Porotheleum
Cinereomyces (voir page 1084)
1 espèce Ceriporia & Meruliopsis p. p.
Polypores résupinés annuels page 943 7+ espèces
page 946
Ce groupe comprend les polypores Antrodiella
à carpophores annuels et plats, 17+ espèces
page 942 Gloeoporus
complètement dépourvus de 2 espèces
chapeau. Certaines espèces peuvent page 948
cependant former de petites Niemelaea
Skeletocutis souvent change de pérennes,
protubérances sans surface évidente. 2 espèces
13+ espèces avec des couleur au cystides
formé de page 949
Bien que certaines espèces puissent page 941 cristaux toucher ; avec cristaux
hyphes spores coupes
être identifiées sur le terrain, une étoilés et spores
squelettiques sphériques confluentes ;
libres sphériques couleurs
identification correcte nécessite dans dissoutes dans dimitique
blanches ou
la majeure partie des cas un examen Xylodon très coriaces ;
KOH
pastel ; tendres teinté de Ceriporiopsis
au microscope. De nombreuses 3 espèces spores petites verdâtre ; 5+ espèces
porées surtout tendre ;
espèces ont des carpophores avec des
page 949
page 940 cireux
résistants et durables qui persistent pores et des spores brun pâle, pores
longtemps après que la production minuscules ; hyphes larges, chair ±
souvent avec des tendre
de spores a cessé. cristaux cristaux
Les individus stériles ne peuvent Sistotrema libres b. - Porpomyces
3-4 espèces pores irréguliers 2 espèces
pas être identifiés. Il est donc et différents b. ± couleurs pastel,
porées cyst. page 950
important de vérifier si le spécimen types de cystides chair ± tendre
page 939 hyphe b. -
est capable de déposer des spores sur couverte de b. -
cristaux
une lame de microscope. Gardez le cotonneux ; blanchâtre, avec
spécimen humide afin d'augmenter Trechispora basides à 4, 6 ou rhizomorphes,
les chances d'obtenir une bonne 3 espèces 8 spores chair ± tendre Junghuhnia
porées & Butyrea
sporée. cyst. carie blanche 2+ espèces
page 938 baside
Toutes les espèces dégradent le cotonneux ; brun vineux à marge
page 950
bois et la plupart produisent une spores b. ± pâle ; cystides avec
échinulées les polypores cristaux
carie (ou pourriture) blanche. résupinés annuels
Anomoloma forment des cyst.
Autres champignons semblables : 2 espèces cotonneux ; carpophores aplatis
page 939 I+ sans aucun chapeau. baside sur feuillus ;
– les polypores annuels réfléchis spores Aporpium
Sur bois, rarement sur basides cloisonnées
amyloïdes (voir
(polypores avec une partie inférieure tiges herbacées. b. - en long
soie page 1186)
résupinée décurrente) et les polypores chlamydo­

ca
I+ spore ie
br

r
piléés (page 886). un
tendre ; spores e chair brune ;
baside
– les polypores résupinés pérennes amyloïdes avec des soies ;
cyst. autres b. - spores jaunes Inonotus
(page 854). champignons 6+ espèces
– les corticioïdes mérulioïdes semblables résupinées
(corticioïdes avec un hyménophore Anomoporia tendre ; avec page 951
3 espèces chlamydospores cyst. brun orangé ;
plissé-veiné) peuvent ressembler mais pores arrondis, fertiles
page 937
leurs « pores » sont arrondis et fertiles,
alors que chez les véritables polypores chair tendre ;
les embouchures des pores sont stériles rose ; sur jaune, ±
Oligoporus labyrinthique ; Meruliopsis
(page 974). conifères
2 espèces spores ornementées (voir page 977)
– les cyphelloïdes grégaires peuvent résupinées, b. - et basides
page 936 cyanophiles
rappeler les polypores résupinés ± cassant ;
dimitique
(page 1076).
cassant ;
surtout en
Voir également l'aperçu général et la Rhodonia disque ;
1 espèce cyphelloïdes Lindtneria
bibliographie à la page 824. page 936
dimitique ± cassant, avec pores se page 1076 1 espèce porée
rhizomorphes ; désagrégeant, orange ;
± cassant ; cystides (voir page 980)
dimitique presque en
dimitique épines à paroi épaisse
Microscopie :
spores et cystides
b. = boucles.
cyst. = cystides.

Le nombre
approximatif Amyloporia Cartilosoma
d'espèces s'applique 4+ espèces (voir page 897)
à l'Europe tempérée. page 935
Fibroporia
1+ espèce polypores piléés pérennes (incl. résupinés) et annuels
Flavidoporia Pycnoporellus Auriporia corticioïdes mérulioïdes pages 854 & 886
page 936 1+ espèces, page 934 2 espèces, page 934 1 espèce, page 934 page 974
952 champignons en rosette et formes proches champignons en rosette et formes proches 953

Champignons en rosette
et formes proches Microscopie :
Ce groupe comprend des espèces spores et cystides
b. = boucles. Cotylidia
qui, bien que non étroitement 3 espèces
apparentées, sont connues sous Le nombre page 958
le nom de « stéréoïdes stipités ». approximatif Thelephora
d’espèces s’applique Stereopsis
Toutes produisent des carpophores en 9+ espèces 1 espèce
à l’Europe tempérée. page 956
éventail, en rosette ou plissés, avec un page 959
hyménium ± lisse sur la face inférieure-
extérieure. La face supérieure-intérieure moyens ; chair brune, hyphes
est la plupart du temps stérile. Les brunes et spores brunes et
verruqueuses
carpophores sont généralement assez Podoscypha petits à moyens ;
coriaces et varient de très grands 1 espèce chair blanche et
chez les Sparassis à très petits chez page 955 nombreuses cystides
± proéminentes
les Muscinupta. Les Thelephora sont
mycorhiziens, tandis que les autres
espèces sont présumées être des
décomposeurs ou des parasites des
mousses. petit ; jaune à
chair blanche et à
très petites spores
Autres champignons semblables :
– les polypores fasciculés peuvent Stereum
former de grands carpophores en b. ± (voir page 962)
b. -
rosette, mais leur face inférieure est
toujours tapissée de pores (page 846).
– les stéréoïdes piléés sont coriaces, b. - taille moyenne ;
avec hyphes
largement fixés au support et non squelettiques
chair coriace et
cystides à paroi
stipités (page 962). les stéréoïdes stipités épaisse
photo Lukas Large I+
– les pleurotoïdes à lames réduites grand ; rosettes forment des carpophores b. -
b. + en éventail, en rosette
(par ex. Gloiocephala et Arrhenia) nombreuses ; avec
gléocystides et hyphes ou plissés avec un
ont une chair fragile et en général un hyménium ± lisse sur la b. -
squelettiques
hyménophore veiné (page 60). face inférieure-extérieure
– les cyphelloïdes n’ont en général pas
très grands ; très lobés ; petit et spatulé ;
de pied (page 1076). pas d’hyphes squelettiques cystides
– les Ascomycota en massue aplatis proéminentes ;
ont une chair fragile et leurs autres sur mousses
champignons
spores sont formées dans des semblables
asques (page 1350).
b. ±
Bibliographie : 92, Muscinupta
142, 156, ± coriaces ± fragile à chair tendre 1 espèce
page 959
163, 264.

Sparassis
2 espèces
page 954

corticioïdes piléés polypores fasciculés pleurotoïdes sans lames cyphelloïdes géoglosses et autres
page 962 page 846 page 60 page 1076 page 1350
960 corticiés corticiés 961

Corticiés
corticiés
Ce groupe morphologique comprend mérulioïdes
corticiés
les espèces à carpophores résupinés page 974
pelliculaires
(plats) ou réfléchis (plats avec un fragiles
page 986
chapeau étroit) à hyménophore
lisse, verruqueux, épineux, denté ou
corticiés coriaces,
veiné. Les espèces avec des basides lisses, ± blanchâtres
cloisonnées ou à spores répétitives sont page 1000
corticiés
indiquées sur cette roue, mais sont grandinioïdes à hydnoïdes
traitées page 1162. page 1036
Certaines espèces peuvent être
identifiées à l’œil nu et la couleur, la
forme (surtout de l’hyménophore) et
l’écologie sont des caractères à noter. cotonneux ou floconneux,
fragiles
La majorité des espèces, cependant,
nécessitent une étude microscopique
pour être identifiées.
Phylogénétiquement, les espèces
sont réparties dans une série d’ordres
qui comprennent des champignons
de morphologies complètement
différentes (bolets, agarics, polypores, pas de
chapeau ; gélatineux, cireux
etc.). hyménophore ou coriaces ;
La plupart des corticiés sont des plissé ou veiné blanchâtres à
grisâtres
décomposeurs, et la majorité sont
des agents de carie blanche. Les
Bolétales (par ex. Serpula, page 984,
et Coniophora, page 1034) produisent les corticiés
une carie brune, et la plupart des forment des carpophores pas de chapeau ;
plats qui poussent hyménophore lisse corticiés
Théléphorales (par ex. Tomentella, pas de chapeau ; principalement à la face ou verruqueux coriaces, ± lisses,
page 998), sont mycorhiziens. Une hyménophore épineux inférieure des bois morts colorés
poignée de genres dans d’autres ordres ou dentés et des tiges herbacées page 1012

sont également mycorhiziens.


gélatineux, cireux
Les champignons corticiés ou coriaces ;
constituent un grand groupe avec colorés
environ 500 espèces en Europe autres (ni blanchâtres,
champignons ni grisâtres)
tempérée. De nombreuses espèces
semblables
rares ou peu visibles ne sont pas
incluses ici, mais la plupart des genres avec chapeau et
corticiés à chapeau une partie aplatie
présents dans la région sont traités. (voir page 962) (résupinée)

Autres champignons semblables :


– les espèces en rosette sont spatulées,
en chou-fleur ou en rosette, avec ou
sans pied ± développé (page 952).
– les espèces hydnoïdes résupinées
charnues sont traitées page 1054. hydnoïdes charnus
– les polypores résupinés à pores page 1054
labyrinthiques ont le bord des pores
stériles (page 932).
polypores
– pour les parasites de plantes sur résupinés
feuilles et tiges vivantes, voir les
Exobasidiales (page 1214) et les
Taphrinales (page 1622).

Bibliographie : 36, 50, 67, 74, 75, 81,


99, 159, 163, 339.
champignons en rosettes page 932 Exobasidiales Taphrinales
page 952 page 1214 page 1622
962 corticiés piléés à hyménophore lisse Porostereum corticiés piléés à hyménophore lisse 963
1 espèce Thelephora
page 967 (voir page 956)
Laurilia
Laxitextum
Corticiés piléés 1 espèce,
1 espèce Microscopie :
page 967 spores et cystides
Ce groupe morphologique comprend page 966 b. = boucles.
les corticiés piléés (réfléchis-stéréoïdes) Veluticeps Le nombre
à hyménophore lisse. Les genres piléés Plicatura 2 espèces approximatif
1 espèce page 967
avec un hyménophore ridé ou denté page 966
d'espèces
Cystostereum s'applique à
sont présentés dans la partie bleue de l'Europe tempérée.
1 espèce
la roue et sont traités sous les corticiés Cylindrobasidium page 968
mérulioïdes (page 974) et les corticiés (voir page 1014) feutré ; chair brune ;
feutré ; chair au sol,
hydnoïdes (page 1036). brune ; sur sur brindilles pérenne ;
Nombre d'espèces de ce groupe ont feutré ; chair feuillus et sur bois sur épicéas
brune ; sur
des chapeaux avec des couleurs, des feuillus pérenne ; dimitique à
cotonneux ; Chondrostereum
poils ou d'autres caractères utiles. Avec hyphes squelettiques ;
1 espèce
Aleurocystidiellum plissé avec l'âge ; I+ carie brune sur
l'expérience, beaucoup d'entre elles sur feuillus page 968
2 espèces conifères
peuvent être identifiées à l'œil nu. Tous page 965
les corticiés piléés peuvent débuter I+ pérenne ; odeur de Stereum
pérenne ;
noix de coco ; 7 espèces
totalement résupinés, et il faut donc craquelé ;
sur conifères page 970
sur feuillus J+
toujours rechercher des carpophores
matures. Phylogénétiquement, les
Peniophora
espèces se répartissent dans plusieurs petit, mais
22 espèces ; ± pourpré ; sur
épais et
groupes qui ne sont pas étroitement quelque-unes piléées
pérenne ; I+ feuillus
page 965
liés, y compris les ordres dominés par sur feuillus
des espèces corticiés, poroïdes ou
lamellées. surtout pérennes ;
marge ± rougissants et
La plupart des corticiés piléés feutrés ; conifères et
relevée ; énophore ± liss I+
sont saprophytes et forment une sur feuillus hym e feuillus Amylostereum
b. ± 3 espèces
carie blanche. Serpula (page 985), Dendrocorticium
5 espèces page 969
Pseudomerulius (page 981) et page 964
Veluticeps (page 967) sont des corticiés piléés b. - I+ non rougissants ;
marge à chapeaux sur conifères
agents de carie brune et les relevée ; formés au
Thelephora (page 956) forment des sur feuillus sommet de
dendro-
ectomycorhizes. physes carpophores b. - I+
résupinés pérennes,
de soie craquelés ; sur
Autres champignons semblables : Terana nté
(voir page 1024) veiné chênes
– polypores piléés annuels (page 886) bleu indigo ;
sur feuillus soie
ont toujours des pores sur la face b. -
Xylobolus
inférieure (vérifier à la loupe si besoin). 1 espèce
très rigides ; avec des page 970
– les champignons en rosettes ont un soies saillantes (forte
loupe !) ; sur chênes
pied ou s'amincissent en allant vers la
caoutchouteux ;
base (page 952). sur feuillus
rigides et élastiques ;
Cytidia I+ b. - avec des soies
Voir également l'aperçu général et la 1 espèce b. ± saillantes (forte Hymenochaete
bibliographie à la page 960. page 964 loupe !) ; feuillus 5 espèces
couvert de longs page 973
poils rigides
marge ±
b. ± relevée
I+
autres surtout rose brunâtre, grand
champignons marge pâle et gélatineux Hymenochaetopsis
semblables
à petits 2 espèces
gris blanchâtre
orange vif chapeaux page 973
surtout à l'intérieur
Gloiodon
(voir page 1060 Byssomerulius
(voir page 977)

Merulius
Steccherinum (voir page 978)
(voir page 1949)

polypores piléés annuels champignons en rosettes Plicatura


Irpex
page 886 page 952 Serpula Pseudomerulius (voir page 63)
(voir page 1048)
(voir page 985) (voir page 981)
974 corticiés mérulioïdes – hyménophore veiné-ridé corticiés mérulioïdes – hyménophore veiné-ridé 975

Phlebia
Corticiés mérulioïdes 20+ espèces
page 978 Microscopie :
Ce groupe morphologique comprend spores et cystides
Merulius
les espèces à carpophores résupinés et b. = boucles.
1 espèce
bas. = baside.
réfléchis à hyménophore ridé ou veiné. page 978
Toutes ces espèces étaient jadis incluses Meruliopsis Lindtneria Le nombre
dans le genre Merulius. 1 espèce 5 espèces approximatif
page 977 page 980 d’espèces
Certains corticiés mérulioïdes sont s’applique à
typiques et peuvent être reconnus Pseudomerulius l’Europe tempérée.
à l’œil nu, tandis que d’autres, par 2 espèces, page 981
exemple les Leucogyrophana, Serpula
& Pseudomerulius sont très difficiles à caoutchouteux, résupinés ;
distinguer sans microscope. La majorité caoutchouteux, brun-lilas, gris à orangés
des espèces sont des agents de caries piléés ;
± rosâtres cotonneux ; jaunâtre à
blanches, mais les espèces apparentées Byssomerulius jaune orangé ; basides
à Serpula lacrymans produisent des 3 espèces cyanophiles
page 977 caoutchouteux ; Hydnomerulius
pourritures brunes. ± piléés ; 1 espèce
brun rosâtre à la plupart du page 981
Autres champignons semblables : rouge corail temps piléé ;
jaune orangé
– l’hyménophore ridé assure la avec une marge
transition vers les corticiés hydnoïdes bien définie
(page 1036). b. -
– les polypores à hyménophore blanchâtre à bas.
labyrinthique (page 932) ont ± brun pâle
l’embouchure des pores stérile, alors boucles en denté
carie blanche médaillon labyrinthique
que les espèces traitées ici ont un Ceraceomyces b. -
hyménophore entièrement fertile. 5 espèces
page 976 Leucogyrophana
les corticiés 5 espèces
Voir également l’aperçu général et la mérulioïdes page 982
bibliographie à la page 960. forment des
blanchâtre à carpophores plats ± jaune orangé
carie
± brun pâle ou réfléchis avec un avec une
brune
hyménophore (face marge laineuse
inférieure) veiné blanchâtre
ou ridé

odeur de autres nettement ridé ;


naphtaline champignons gris-violet à brun
(boules semblables olivâtre avec une
antimites) marge blanchâtre et
laineuse
hyménophore mérulioïde

I+
petit avec tout au plus un peu
une marge ridé ; brun jaunâtre
relevée ; plutôt I+ à marge laineuse
Merulicium pleurotoïde
1 espèce corticiés polypores blanchâtre Serpula
page 976 hydnoïdes résupinés 3 espèces,
cotonneux ; page 984
chapeaux se
développant
lentement
hyménophore mérulioïde à plis rayonnants

Plicatura crispa Coniophora


(voir page 63) (voir page 1034)

Plicatura nivea
(voir page 966)
hyménophore veiné

page 1036 page 932
986 corticiés pelliculaires fragiles à hyménophore lisse à verruqueux Gyrophanopsis Hyphoderma
corticiés pelliculaires fragiles à hyménophore lisse à verruqueux 987
1 espèce (voir page 1004) Peniophorella
page 994 (voir page 1006)
Litschauerella
Corticiés pelliculaires fragiles 2 espèces
Microscopie :
Bulbillomyces spores et cystides
Ce groupe plutôt mal défini comprend Thanatephorus page 994 b. = boucles.
1 espèce
(voir page 1178) page 995 Subulicystidium bas. = baside.
les corticiés résupinés à carpophore
1 espèce
relativement peu fixé au substrat. page 995 Le nombre
Ils peuvent être soit en forme de approximatif
d’espèces s’applique
toile d’araignée, soit cotonneux, soit Botryobasidium à l’Europe tempérée.
floconneux et fragiles. Les espèces à 15 espèces Lyomyces
carpophores fins, cireux ou gélatineux page 992 (voir page 1007)
corticiés pâles
ne sont pas incluses ici, mais parmi les duveteux corticiés pâles
banals ; cystides
de cystides banals ; cystides
corticiés fermes, blancs ou colorés avec duveteux ± proéminentes
± proéminentes
de cystides avec stade asexué
un hyménophore ± lisse. bulbilleux ; lieux Tubulicrinis
Les espèces de ce groupe sont Athelia spores très humides (voir page 1007)
11 espèces répétitives avec stade asexué
surtout identifiables au microscope, globuleux et
page 991
mais la macromorphologie peut fournir poilu
fin et blanc,
des indices utiles. Comme toutes les 4-8 spores ;
souvent avec un souvent
espèces sont composées d’hyphes à cystides
stade asexué
lâches, les préparations microscopiques amyloïdes
Membranomyces
sont faciles à réaliser, et comme la 3 espèces
structure hyphale peut être observée page 996
Leptosporomyces pelliculaire, avec cystides
clairement, ces espèces sont beaucoup 4 espèces blanchâtre particulières
page 991
plus faciles à étudier que les espèces
b. - basides à
cireuses ou gélatineuses.
stérigmates Sistotrema
pelliculaire b. ± divergents, à 2-4 26 espèces
Autres champignons semblables : à cordons spores page 996
– les corticiés blanchâtres à gris pâle à jaune
brunâtre basides à
chair ferme, cireuse (page 1000). Piloderma
b. ± stérigmates
– les corticiés colorés à chair ferme, 3 espèces carie bl
anche divergents, à 4-8
page 990 ectomyc bas.
cireuse (page 1012). orhizie
ns b. ±
bas. spores
pelliculaire les corticiés fragiles Trechispora
forment des carpophores b. ± 24 espèces
à cordons
Voir également l’aperçu général et la plats (résupiné) hyphe renflée principalement à
jaunes page 997
à hyménophore lisse hyphes renflées et
bibliographie à la page 960. ou verruqueux avec des cristaux

b. ±
b. ±
pelliculaire, sp. bleues duveteux de cystides ;
bleu-vert dans KOH avec des hyphes Odontia
b. ± squelettiques
b. ± autres b. +(-) 2+ espèces
b. ± champignons page 1053
semblables ca
ec rie
to bl
my an
co ch
pelliculaire, rh e à couleurs bleuâtres
Byssocorticium izi

ïdes)
brun à jaune
en
s ou verdâtres
5 espèces, page 990
sordide b. ±

xtrino
corticiés coriaces
I+ (de blanchâtres Amaurodon
à gris pâle 4 espèces
jaune pâle ou brun page 997
corticiés
sur sol coriaces
et litière colorés surtout
Tretomyces ± colorés
brune

1 espèce
page 989 sur sol
et litière
carie

Tomentellopsis
Amphinema surtout dans 3 espèces
3 espèces des habitats très page 998
page 989 humides

Un Botryobasidium Carpophore de
semblable à une toile Tomentella, à texture
d’araignée avec des lâche, avec des Tylospora
basides à 8 spores en basides à 4 spores. 2 espèces
gros plan. page 988 Tomentella
Jaapia page 1012 30+ espèces
2 espèces page 1000 page 998
page 988
1000 corticiés coriaces lisses, blanchâtres à grisâtres Hypochnicium Tubulicrinis corticiés coriaces lisses, blanchâtres à grisâtres 1001
14 espèces Lyomyces
20+ espèces, page 1007
Peniophorella page 1005 5+ espèces, page 1006 Hyphodontia
10+ espèces 5+ espèces
Corticiés coriaces, lisses, page 1006 pages 1008
± blanchâtres Hypoderma & Kurtia Scopuloides
15+ espèces 2 espèces
Ce groupe morphologique comprend Radulomyces
page 1004 page 1008
3 espèces
des corticiés lisses, coriaces, relativement page 1009
adhérents au support, résupinés, avec
des hyménophores blanchâtres ou Bulbillomyces
grisâtre pâle. La texture des carpophores (voir page 995) Phlebiopsis
2 espèces
peut être caséeuse, cireuse ou coriace. page 1009
La plupart des espèces de ce groupe avec des cystides
souvent sur
ne peuvent être identifiées qu’à évidentes avec des
avec des Sambucus
l’aide d’un microscope et de réactifs cystides lagénocystides
cireux ;
Dendrothele évidentes incrustées
appropriés. pubescent de
8 espèces surtout avec cystides
Les basides attachées aux hyphes page 1003 des cystides saillantes cireux ; Gloeohypochnicium
génératrices par leur côté plutôt que évidentes
odeur 1 espèce
par leur base, sont dites « pleurales » de phénol page 1010
avec des bulbilles
(on parle aussi de « pleurobasides »). globuleuses ; milieux
très humides b. - cireux et
très grands
Autres champignons semblables : Aphano­
– la distinction entre ce basidium
3+ espèces sur écorce
groupe et les corticiés fragiles page 1002 Vuilleminia
vivante 4 espèces
blancs (page 986) n’est pas b. - à forte odeur
fruitée page 1010
toujours nette.
– les corticiés gris foncé et
rosâtres sont traités parmi les basides
corticiés coriaces lisses colorés pleurales dendro- érumpents
Xenasma physes (soulèvent
(page 1012). 17+ espèces l’écorce)
page 1002
bas.
Voir également l’aperçu basides corticiés coriaces b. ± che
carie blan e
pleurales, blanchâtres à carie brun
général et la bibliographie à la ornementation bas. basides
grisâtres extrêmement
page 960. sporale visible bas. à carpophores plats
après coloration longues ;
et hyménophore lisse carie brune Chaeto­
bas. b. ±
à verruqueux carie blan dermella
che
1 espèce
bas. b. ± page 1011
I+
stérigmates b. - b. -
b. ± avec des
renflés autres
b. - champignons gléocystides
bas. semblables
I+
bas.

basides à
Tulasnella plutôt petit,
cloisons corticiés
(voir page 1176) coriace et
longitudinales bas. fragiles I+ Gloeocystidiellum
pérenne 5 espèces
page 1011

basides à I+
cloisons coriace et
longitudinales b. - pérenne
corticiés coriaces
Sebacina lisses colorés
(voir page 1173) basides
en rangées coriace et Aleurocystidiellum
pérenne 1 espèce
basides page 965
cloisonnées
latéralement Xylobolus
Microscopie : (voir page 970)
spores et cystides
b. = boucles.
Exidiopsis
bas. = baside.
(voir page 1172)
Le nombre
approximatif Stereum
d’espèces s’applique Basidiodendron (voir page 970)
à l’Europe tempérée. (voir page 1175)

Helicogloea
(voir page 1166) page 986 page 1012
1012 corticiés coriaces, ± lisses, colorés Corticium & Terana
corticiés coriaces, ± lisses, colorés 1013
Marchandiomyces Vuilleminia Peniophora
1 espèce 4 espèces 22+ espèces
5 espèces page 1024
page 1023 page 1025 page 1020
Corticiés coriaces, ± lisses, Tubulicrinis
Aleurodiscus
Cytidia 11 espèces
colorés (voir page 1007) (voir page 964) page 1026
Phlebia
Ce groupe morphologique 30+ espèces Xenasmatella
comprend les corticiés résupinés page 1019 17+ espèces
avec des hyménophores de couleur page 1018
chamois, brun, gris foncé ou de
couleur vive, lisses ou verruqueux.
La texture des carpophores varie de
bleu cireux, résistent Scytinostroma
gélatineuse, caséeuse, cireuse ou érumpents 5 espèces
± rose indigo à la
coriace. déshydratation page 1027
cystides à discoïde,
Certaines des espèces aux gélatineux
Crustoderma paroi épaisse Conferticium
couleurs les plus vives peuvent souvent
1 espèce discoïdes ; 2 espèces
être identifiées sur le terrain, mais filamenteux ;
page 1018 spores très page 1028
pleurobasides
les plus anonymes nécessitent grandes
un examen microscopique. pérennes ;
épais et cireux b. ± odeur de
Étudier microscopiquement les Dacryobolus naphtaline
espèces cireuses est souvent 2 espèces
cyst. ±.
délicat : faire des préparations page 1017 Megalocystidium
épais et cireux ; ca
I+ spores très 2 espèces
suffisamment fines demande carie brune ca rie finement page 1028
rie bl
beaucoup d’expérience et les br anc I+ verruqueuses
un he
e b. ±
tissus peuvent être remplis b. ± bas. b. -
épais et
d’une sorte de gélatine qui b. ± petits
Phanerochaete & coriaces ; carie
b. ± I+ carpophores
rend difficile l’observation des Rhizochaete brune
épais et
Gloiothele
détails. 11 espèces 1 espèce
dendro- confluents
page 1016 page 1029
physes I+
souvent avec
Autres champignons semblables : des cordons
b. ± b. - avec du lait et
– les corticiés blancs ou gris mycéliens saveur amère
I+
pâle (page 1000). Candelabro­ corticiés coriaces,
– les corticiés pelliculaires chaete ± lisses, colorés b. - Vesiculomyces
3 espèces b. - à hyménophore lisse b. - 1 espèce
fragiles (page 986). page 1015 surtout à marge marge
ou verruqueux b. - souvent page 1029
– les champignons gélatineux fimbriée
fimbriée
résupinés, qui ont des basides
divisées ou cloisonnées craquelé coriaces et
(page 1162). b. ± I+
en séchant, pérennes ;
souvent un peu bas. hyphes souvent Stereum
Cylindrobasidium b. -
1 espèce piléé b. - rougissants & Xylobolus
Voir également l’aperçu b. - 7 espèces
page 1014 I+
général et la bibliographie à la surtout (voir page 970)
b. ±
page 960. blanchâtres, ± bas. coriaces et
brunâtres dans pérennes
bas. I+
l’âge
b. ±
b. - I+/-
cyst. ±.
bruns à spores bruns avec des Amylostereum
+/b. -
fusiformes astérophyses 3 espèces
page 1030

ca
Hyphoderma

rie
et genres proches bruns avec des

bl
n

stérigmates

an
rhizie

(voir page 1004) dichophyses


che

renflés

ch
e
blan

soies
myco

mous, cireux ; proéminentes


Luellia
carie

basides à cloisons (forte loupe !) Asterostroma


ecto

3 espèces longitudinales 2 espèces


page 1015 basides carie brune
texture assez page 1030
Microscopie : hélicoïdes brun à gris sombre
lâche
spores et cystides
b. = boucles.
bas. = baside.
Dichostereum &
cyst. = cystides.
Vararia
I+ = amyloïde.
7 espèces
Tulasnella page 1031
Le nombre (voir page 1176)
approximatif Hymenochaete &
d’espèces s’applique à Sebacina Hymenochaetopsis
l’Europe tempérée. (voir page 1173) 6 espèces
Coniophora page 1032
Helicobasidium Tomentella 7 espèces
Pseudotomentella
(voir page 1168) 5+ espèces, page 1035 (voir page 998) page 1034
1036 corticiés grandinioïdes à hydnoïdes corticiés grandinioïdes à hydnoïdes 1037
Lyomyces Resinicium
6+ espèces Basidioradulum
Hyphodontia & Xylodon page 1045 3 espèces, page 1046
Corticiés grandinioïdes 15+ espèces
1 espèce
Microscopie :
page 1047
à hydnoïdes pages 1044 & 1045 spores et cystides
Peniophora b. = boucles.
Ce groupe morphologique (voir page 1020) bas. = baside.
comprend les corticiés résupinés Dentipellis cyst. = cystides.
Irpex
1 espèce I+ = amyloïde.
et réfléchis à chair fine et page 1043
1 espèce
h. = hyphes.
à hyménophore granuleux page 1048
Sistotrema
(grandinioïdes), denticulé Le nombre
26 espèces
approximatif
(odontioïdes) à épineux page 1042
d’espèces
(hydnoïdes). Quelques espèces diffus, s’applique à
aiguillons un peu cireux l’Europe tempérée.
peuvent être identifiées sur courts
« dents »
diffus, aiguillons grossières
le terrain, mais en général les Kavinia courts grossièrement
caractères les plus importants sont 1 espèce verruqueux, Steccherinum
page 1041 diffus, longs cireux 7 espèces
la forme des spores et des basides, aiguillons page 1049
et dans certains cas les types de
diffus, longs ± diffus-réfléchi
cystides et les structures hyphales, Mycoacia
aiguillons ;
qui nécessitent tous d’être étudiés 3+ espèces
basides à
page 1019
au microscope. 6-8 spores
Hydnocristella surtout rose
vert avec I+
1 espèce brunâtre à marge
Autres champignons semblables : FeSO4 ;
page 1040 pâle
aiguillons sur
– les hydnoïdes ont une chair un subiculum b. ±
épaisse et souvent un pied et un Radulomyces
chapeau (page 1054). cireux 2 espèces
vert avec
page 1051
– les clavarioïdes pendant forment FeSO4 ;
des aiguillons directement sur le aiguillons sur
Trechispora bas.
un subiculum
substrat, sans être reliés par un 24 espèces cireux ;
page 1039
subiculum ou une chair (page 1092). odeur de
phénol
– les corticiés mérulioïdes ont un
cotonneux ; les corticiés Amaurodon
hyménophore ± veiné, qui peut se hyphes 6 espèces
grandinioïdes à
diviser partiellement en « dents » renflées hydnoïdes page 1052
obtuses (page 974). sont résupinés spores bleues
dans KOH bleu-vert
à réfléchis et à
– les pores des polypores annuels Irpicodon hyménophore ±
car
car
ie b
l
I+ ie b anche astérophyses
résupinés peuvent, avec l’âge, se 1 espèce grappes granuleux-épineux ec
to
run
e
page 1039 my
désagréger en « dents » (page 932). pendantes ; ca
ri co
r b. -
e hiz
sur pins bl
an
ien
s chair et hyphes Asterodon
ch 1 espèce
autres e brunes
Voir également l’aperçu général et page 1052
champignons
la bibliographie à la page 960. un peu cireux ; semblables
h.
basides à
granules bas. + spores denté-
cyanophiles pas de chair,
cyanophiles labyrinthique ;
aiguillons isolés
carie brune

un peu cireux ; bas.


basides à Hydnomerulius
granules avec des (voir page 981)
Lindtneria cyanophiles hyphes brunes
(voir page 980)
sur Carex
ou fougères chair épaisse brun pâle
avec aiguillons à hyphes brunes
un peu Tomentella
gélatineux 30+ espèces
Cristinia page 1052
4 espèces clavarioïdes &
coriaces
page 1038 champignons gélatineux
page 1092 & 1162

veiné Odontia
Epithele 2+ espèces
2 espèces page 1053
page 1038

Stypella
(voir page 1171)
aiguillons cylindriques aiguillons aplatis Heteroradulum
(voir page 1174)
hydnoïdes, page 1054 corticiés mérulioïdes, page 974
1054 hydnoïdes (hyménophore épineux, chair plutôt épaisse ou pied bien formé) hydnoïdes 1055

Gloiodon Auriscalpium
Hydnoïdes 1 espèce 1 espèce Phellodon
page 1060 page 1060 7 espèces
Les hydnoïdes sont définis ici Hericium
page 1061
comme des champignons avec 4 espèces
page 1058 Hydnellum
un pied et/ou une chair épaisse,
25+ espèces
et avec un hyménophore épineux page 1064
ou denté. Les champignons à
carpophores épineux, résupinés et
minces sont traités dans le groupe
des corticiés (page 960).
Les hydnoïdes sont composés
grands et assez
d’espèces qui, par exemple, crispés, en
appartiennent aux ordres des masses, avec
Thelephorales, Cantharellales et des chapeaux
ou fortement
Russulales. ramifiés coriace ;
à petits chapeaux sur cônes coriaces à cassants ;
bruns largement odeur de curry ou de
Autres champignons semblables : adnés bouillon cube
– les espèces épineuses à
carpophores plats (résupinés) et à
chair mince sont incluses dans les
corticiés (page 1036). I+ coriaces à cassants ;
– les espèces à aiguillons isolés, I+ bruns à colorés ;
pas d’odeur de
non reliés à une chair commune, sur
bouillon cube
I+ cônes ;
sont traitées avec les clavarioïdes avec
(page 1092). pied
cassants ; brunâtres
Bibliographie : 50, 142, 163, 221, et souvent avec des Sarcodon
Spongipellis 4+ espèces
écailles évidentes ;
229, 346. (voir page 906)
les hydnoïdes pas d’odeur de page 1071
forment des au sol ;
bouillon cube
sur bois ; carpophores en avec pied
pas de pied, console, ramifiés
parfois ou stipités avec
Microscopie : ramifiés un hyménophore cassants ;
spores et cystides. coriace et épineux chapeaux lisses
à aiguillons ± aplatis et pâles ou
Le nombre
orangé abricot
approximatif
d’espèces s’applique autres
à l’Europe tempérée. champignons
semblables

chair mince
petits ; à pores
labyrinthiques ou
Climacodon ± denté
1 espèce Hydnum
page 1056 11 espèces
petit ; aiguillons page 1072
très petits et
énorme, coriace serrés
avec de petits
chapeaux

Sistotrema
1 espèce stipitée
page 1075
aiguillons
pendants, isolés

Sarcodontia
1 espèce
page 1057
épais, jaune et Mycorrhaphium
±  résupiné ; 1 espèce
surtout sur Malus page 1075

corticiés grandinioïdes à hydnoïdes clavarioïdes


page 1036 page 1092
1076 cyphelloïdes Henningsomyces &
Woldmaria Ceriporia cyphelloïdes 1077
Rectipilus
1 espèce 7+ espèces
2+ espèces Porotheleum Resupinatus
page 1083 (voir page 946)
page 1082 1 espèce 3+ espèces cyphelloïdes
Cyphelloïdes page 1084 page 1084
Microscopie :
spores et poils
Ce groupe morphologique comprend Cyphella
de surface.
les basidiomycètes à carpophores petits 2 espèces Le nombre
et en forme de coupe, de cloche ou page 1081 approximatif
de tube sur divers substrats. Les plus Schizophyllum d’espèces
2 espèces s’applique
grosses espèces mesurent jusqu’à page 1081 à l’Europe
10 mm de large (Schizophyllum Chromocyphella tempérée.
amplum), tandis que les plus petits 1 espèce
brun orangé, polypore d’abord page 1085
n’atteignent environ que 0,2 mm de en tubes ; en coupes sur un nombreuses
blanchâtres,
large (Pseudolasiobolus minutissimus). en tubes ; sur Matteuccia subiculum coupes sur un
Cellypha subiculum à
Les carpophores sont généralement assez grands, sur bois petits
1 espèce marge fimbriée
bruns, en cloche ; carpophores
positionnés avec l’hyménium dirigé page 1079
souvent
sur sapins et Crepidotus
vers le bas, ce qui permet aux spores feuillus extrêmement 1 espèce cyphelloïde
de tomber librement lorsqu’elles sont grands, à serrés page 1085
hyménium brun ; petit, à hyménium
libérées. sur saules et brun pâle ; parasite
La plupart des cyphelloïdes sont des peupliers de mousses
champignons à lames réduites, c’est- Clitopilus
à-dire que ce sont des Agaricales qui, 1 espèce assez petit ;
petit, blanchâtre, vite
au cours de l’évolution, ont perdu leurs cyphelloïde plat, à hyménium
veiné ; sec ; sur
(voir page 88) brun pâle ; sur bois Episphaeria
lames. Certains polypores, par exemple herbe, rare sur
et litière 1 espèce
bois
les Ceriporia (page 946), peuvent, page 1086
en début de croissance, évoquer les
très petit, blanchâtre à
cyphelloïdes mais, avec l’âge, leurs assez grands, hyménium brun pâle ;
tubes se rejoignent pour former des spores roses ; sur sur frênes
carpophores de polypore « normaux ». divers supports
Calyptella
Les nombreux tubes séparés de +3 espèces petits ; velus ;
Fistulina hepatica (page 845) et page 1080
les cyphelloïdes
sur herbes et Lachnella
les « lames » inhabituelles de brindilles, tolèrent la 2 espèces
forment des déshydratation
assez grands ; page 1086
Schizophyllum commune (page 62) carpophores pendants
en cloche ;
en coupe, en cloche
peuvent être interprétés comme de surtout sur
ou en tube sur bois,
herbes
nombreux carpophores cyphelloïdes sur tiges herbacées,
très petit ; velu ; sur
groupées sur une structure charnue sur la litière de feuilles
bois et herbes
ou sur des mousses
commune. Ces espèces sont également vivantes
Rimbachia assez grands,
placées dans les Agaricales. 3 espèces blancs ; Pseudolasiobolus
page 1078 parasites de 1 espèce, page 1087
Autres champignons semblables : mousses autres petits ; velus à longs poils
champignons couronnés de cristaux ;
– beaucoup de Hyaloscyphaceae, semblables sur la litière
par exemple (page 1372), peuvent assez grand,
ressembler, mais les apothécies gris à blanc ;
peuvent se développer dans toutes parasite de petits ; poils à
mousses ; boucles avec asques sommet en flagelle ;
les directions et ont tendance à absentes sur herbes, bois, etc.
Seticyphella
Arrhenia avec 2 espèces
paraître plus « propres » et moins basides page 1088
1 espèce
irrégulièrement poilues. Elles forment cyphelloïde assez grand,
des spores dans des asques. (voir page 64) en oreille, petits ; poils à
face inférieure sommet renflé
– certains champignons en rosette glabre ; sur fougères
plissée
(page 952) peuvent évoquer de gros
cyphelloïdes, mais ces derniers n’ont petits ;pois bruns ;
grégaire ou en Flagelloscypha
jamais de longs pieds. colonies sur bois et 8+ espèces
– les pleurotoïdes sont plus grands, Campanella petits ; poils bruns ; écorce