Vous êtes sur la page 1sur 5

Madariss Maria TamesnaAnnée scolaire 

: 2020/2021

Activités de français 27/ 03/ 2021


Laclochesonnadenouveaudeuxcoups.Lesdomestiques,sansdoute,n’osaientpasselever.Jeprisunebougi
eet jedescendis. Jefaillis demander:
«Qui est là?»
Puis j’eus honte de cette faiblesse. Et je tirais lentement les gros verrous. Mon cœur
battait.J’avaispeur.J’ouvrislaportebrusquementetj’aperçusdansl’ombreuneformeblanchedressée
,
quelquechose commeun fantôme.
Jereculais,perdud’angoisse,balbutiant :
« Qui …qui… qui… êtes-vous ? »
Unevoixrépondu :
« C’est moi, père. »
C’étaitmafille.
Certes, je me crus fou. Et je m’en allais à reculons devant ce spectre qui entrait. Je m’en
allais,faisantdela main,commepourle chasser… .
L’apparitionreprit:
«N’aie pas peur, papa ; je n’étais pas morte. On a voulu me voler mes bagues, et on m’a coupé
undoigt ; lesangs’estmis àcouler,et celam’aranimée.»
Et je m’aperçus, en effet, qu’elle était couverte de sang.Jetombaisur lesgenoux,
étouffant,sanglotant,râlant.
Puis, quand j’eus ressaisi un peu ma pensée, tellement éperdu encore que je comprenais mal
lebonheur terrible qui m’arrivait, je la fis monter dans ma chambre, je la fis asseoir dans mon
fauteuil ;puis je sonnais Prosper à coup précipités pour qu’il rallumât le feu, qu’il préparât à boire
et allâtchercherdes secours.
GuydeMAUPASSANT,«LeTic»,1884

Questiondecompréhension

1- Qui est l’auteur ? A quelle personne la narration est faite ?


…………………………………………………………………………………………………….
…………………………………………………………………………………………………….
2- Quel est le statut du narrateur ? Justifiez votre réponse.
..........................................................................................................................................................
2- Où et quand sedéroulent les faits ?…………………………………………………………….
…………………………………………………………………………………………………….
3- Quiapparaîtdevant la porte ?…………………………………………………………………..
............................................................................................................................................................
4- Quel sentiment dominait le père avant d’ouvrir la porte ? Justifiez du texte !
………………………………………………………………………………………………………
5- Quel détailchezla fillechoquelepère ?Quelleétait saréaction?
……………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………….

6- « Etouffant, sanglant, râlant. »De quelle figure de style il s’agit dans cette phrase ?
…………………………………………………………………………………………………..
7- choisissez dela liste un titrepourle texte: l’invitéedela nuit, larevenante.
……………………………………………………………………………………………
(1)
Activités de langue :
1. Transformez le passage suivant au discours indirect.
L’apparitionreprit:
«N’aie pas peur, papa ; je n’étais pas morte. On a voulu me voler mes bagues, et on m’a coupé
undoigt ; lesangs’estmis àcouler,et celam’aranimée.»
…………………………………………………………………………………………………………………..
…………………………………………………………………………………………………………………..
2. Dans le paragraphe suivant, soulignez le passage au discours indirect puis transformez-le au passage
direct.
Une fois dans sa vie Akaki Akakiévitch fit preuve de fermeté ; il déclara au policiers qu’ils n’avaient pas le
droit de l’empêcher d’entrer, car il venait du ministère pour une affaire importante, et que s’il portait plainte,
ils verraient ce que ça leur coûterait.
………………………………………………………………………………………………………………….
………………………………………………………………………………………………………………….
………………………………………………………………………………………………………………….
………………………………………………………………………………………………………………….
………………………………………………………………………………………………………………….
3. Donne le type et la forme des phrases du texte suivant.
Appelons notre planète comme on veut : Terre, biosphère ou Gaïa. C’est le théâtre de la Vie, avec ses
savanes, forêts, déserts et autres espaces grandioses. Quelles merveilles de la nature ! Comment, en effet, ne
pas être fasciné par cette biodiversité? C’est bien à travers cette nature et ses paysages extraordinaires que
nous jouons notre avenir, celui de nos enfants et petits-enfants. Pour bien conserver la nature, nous devons
d’abord l’aimer. Sans elle, nous n’avons pas de futur, parce que nos vies lui sont liées.
D’après Robert Barbault, Parcs naturels du monde (Magazine Géo).
1.……………………………………………………/ ……………………………………………………..
2. ……………………………………………………/ ……………………………………………………..
3. ………………………………………………………/ …………………………………………………..
4. …………………………………………………………/ ………………………………………………..
5. ……………………………………………………………/ ……………………………………………..

2. Complète avec l’adverbe de négation qui convient :


- On ........... doit ............... jeter nos ordures dans la nature.
- ........... y a-t-il ................ pour s’occuper de ces animaux?
- Je ........... ai ..................... vu une chose pareille !
- De nos jours, on ........... chasse ........... les animaux en voie de disparition.
- Il ........... y a ........... poisson dans cette rivière car ses eaux sont polluées.
- Les arbres sont utiles, tu ........... dois ........... les couper.
- Sans champs de neige, phoques et morses .......... auraient ........de refuges.

(2)
3. Transforme les phrases déclaratives suivantes en phrases interrogatives en employant l’inversion du
sujet:
- Le pétrolier a fait naufrage.
- Les nappes de mazout atteindront les plages.
- La faune et la flore marines sont en danger.
- Nous sommes inquiets.
- Les responsables prendront des mesures contre les pollueurs.
- Il y a des lois contre la chasse et la pêche intensives.
4. Transforme ces phrases déclaratives en phrases impératives :
- Nous protégeons la nature.
- Vous aménagez des espaces verts dans les villes.
- Nous préservons les animaux en voie de disparition.
- Tu ne gaspilles pas les ressources naturelles.
5. Transforme les phrases suivantes à la forme passive :
- L’homme détruit les écosystèmes. ……………………………………………………….…………………..
- Chaque été, les incendies ravagent des centaines d’hectares de forêt.
…………………………………………………………………………………………………………………
…..
- On a transformé les zones boisées en pâtures.
…………………………………………………………………..
- La désertification touche 6 à 12 millions de km2.
…………………………………………………………….
6. Transforme ces phrases verbales en phrases nominales :
- Des espèces animales et végétales ont disparu.
…………………………………………………………………..
- L’habitat naturel de certains animaux a été détruit.
……………………………………………………………….
- Les eaux usées seront traitées.
…………………………………………………………………………………….
- Les plages seront nettoyées par des volontaires.
…………………………………………………………………..
- Les espèces rares seront sauvegardées dans des réserves naturelles.
…………………………………………………………………………………………………………………
- On a signé un accord international contre les émissions de CO2.
…………………………………………………………………………………………………………………
8. Réécris ces phrases en mettant en valeur le mot souligné.
- L’homme est responsable de la destruction de son environnement. (présentatif)
…………………………………………………………………………………………………………………
- Les écologistes défendent la nature. (pronom de reprise)
…………………………………………………………………………………………………………………

- Nous devons protéger le panda. (déplacement avec reprise)


…………………………………………………………………………………………………………………
- Nous détruisons la nature. (déplacement et présentatif)
…………………………………………………………

Complète par le verbe introducteur qui convient :


commander, répliquer, ordonner, implorer, exiger, interroger, chuchoter, s’informer,
s’excuser, questionner.
- Range ta chambre, ……………………… la mère.
- je ne sais pas où se trouve cette rue, ……………………… la passante.
- Qui vient avec moi? ……………………… le père.
- Arrête de t’agiter dans tous les sens, ……………… le dentiste à son jeune patient.
- Ne fais pas de bruit, il ne faut pas qu’on nous entende, …………………… ma sœur.
- Pourquoi rentres-tu si tard? ………………………… les parents.
- Donne-moi ce livre, ………………………… le professeur.
- Où se trouve la gare? ………………………… le voyageur.
- S’il te plaît, viens m’aider, ………………………… l’enfant.
- Non, je n’en ai pas envie, ………………………… Amina quand sa sœur lui proposa de jouer avec elle.
Réécris le passage suivant en disposant convenablement le récit et le dialogue.
N’oublie pas la ponctuation. J’habitais un appartement de trois pièces au sixième étage d’un immeuble sans
ascenseur et ma femme avait la fâcheuse habitude de dresser des listes incomplètes des commissions à
faire… Tiens me dit-elle un jour au moment où je déposais à ses pieds un couffin lourdement chargé il
manque la cannelle. Mais répliquai-je on peut s’en passer, fais une chorba sans ce condiment. Ah non! dit-
elle en prenant un air boudeur il m’en faut, sinon je ne ferai rien.
…………………………………………………………………………………………………………………..
…………………………………………………………………………………………………………………..
…………………………………………………………………………………………………………………..
…………………………………………………………………………………………………………………..
…………………………………………………………………………………………………………………..
…………………………………………………………………………………………………………………..
…………………………………………………………………………………………………………………..
…………………………………………………………………………………………………………………..

Vous aimerez peut-être aussi