Vous êtes sur la page 1sur 5

Introduction

Dans les pays industrialisés comme dans les pays en voie de développement, les
PME jouent un rôle important et fondamental. Elles participent fortement à la
création de la richesse, la promotion de l’emploi et la croissance des pays. C’est un
vrai moteur de développement et de promotion social. Le développement de
l’économie du Maroc se base majoritairement sur le rendement des petites et
moyennes entreprises, puisque celles-ci représentent entre 95% et 98% du tissu
économique marocain selon les statistiques de la confédération de la PME. Malgré ́
cette place importante, les Petites et moyennes entreprises (PME) souffrent de
plusieurs complications financières provenant du manque des fonds propres et des
risques qui les accompagnent pendant leur développement telles que l’accès au
financement.

L’apparition d’une finance dite islamique dans le monde entier et sa croissance


remarquable depuis les années 70 jusqu’à maintenant, va surement représenter
une nouvelle alternative de financement pour les PME. Ce système financier se
base sur les principes de la charia qui est contre le prêt a intérêt (riba ; usure) fait
appel principalement a un financement participatif qui se distingue du système
traditionnel.

La finance islamique a mis en place un système basé sur le Partage des Profits et
Pertes (PPP). Ainsi, plutôt que d’agir entant que simple prêteur, les banques
islamiques interviennent en tant que partenaires avec un partage équitable des
profits et des pertes entre toutes les parties prenantes. De ce fait, la finance
islamique est souvent qualifiée de participative suite aux contrats de partenariat
actif (moucharaka) et passif (moudaraba) qu’elle a développés. Ces modes de
financement apportent, en effet, une attention particulière à l'activité
entrepreneuriale (Besan, 2012) et sont recommandés pour le financement des
PME (Smolo et Ismail, 2011).

Au Maroc, la première tentation de création d’une banque islamique était en1985


par l’ex Wafabank, et la commercialisation des produits et services financiers
islamiques ou officiellement appelés alternatifs est très récente. L’introduction de
ces produits date de septembre 2007 et vient en réponse à un engouement
croissant et une grand attente exprimée par les consommateurs marocains, et en
même temps pour améliorer la bancarisation nationale et stimuler le
développement économique. En novembre 2014 avec l’adoption de la nouvelle loi
bancaire n°103.12 relative aux établissements de crédit organismes assimilés qui
définit le statut des banques islamiques au Maroc et précise les produits qui
pourrant être commercialises ces banques auront la dénomination de (banques
participatives).

La nouvelle loi va permettre non seulement la création d’institutions dites


participatives mais aussi aux entreprises marocaines qui le souhaitent de se
financer via des émissions de sukuk.

Avec l’instauration du système de financement participatif, les banques


participatives doivent s’adapter a la demande du marche pour assurer la pérennité
de leurs actives. Ce qui impose au banques participatives d’adopter une stratégie
marketing très active et proposer des services de qualité aux clients en particulier
les PME qui représentent une part de marché importante.

. Le contexte de l’étude

Notre travail de recherche portera sur les PME exerçant leurs activités au niveau
de Maroc, cela est dans le but de connaitre et déterminer la situation dans la
quelles se trouvent les PME actuellement et montrer si les futures banques
islamiques marocaines joueront un rôle essentiel et crucial dans le financement
des Petites et Moyennes Entreprises. Ainsi, l’objectif est d’étudier dans quelle
mesure la finance islamique, à travers les contrats moucharaka et moudaraba,
peut constituer une source de financement plus adaptée aux spécificités des PME.

La problématique à laquelle nous avons essayé de répondre, dans ce travail de


recherche, est la suivante : La banque participative au Maroc, quelles alternatives
pour le financement des Petites et Moyennes Entreprises ?
Plusieurs interrogations semblent primordiales pour répondre à cette
problématique :

 Quelles sont les particularités des PME ? Quelles sont ses


caractéristiques ? Ses contraintes ? Et d’où vient la Difficulté de
l’accès aux financements ?
 Qu’est-ce qu'on entend par la banque islamique ? Quelles sont
ses Caractéristiques ? Ses produits et ses principes ?
 Quelles sont les opportunités et les services que, les banques
islamiques, Peuvent offrir aux PME ?

. Définition des objectifs


-La problématique de notre mémoire vise à comprendre comment la nouvelle
finance participative contribuera-t-elle au financement de la PME Marocaine.
Notre recherche retient plusieurs objectifs tel que :

-Avoir une idée sur les modes de financement utilisés par les PME
ainsi que de connaitre et déterminer la situation dans la quelles se vautrent les
PME actuellement.

-Avoir une idée sur les alternatives, de financement que peut offrir la
nouvelle finance participative aux PME.

- Déterminer la notoriété du financement participatif chez les PME

- Savoir si les PME sont prêtes à s’adresser aux nouvelles banques


participatives au Maroc.

- Montrer si les futures banques participatives marocaines joueront


un rôle essentiel et crucial dans le financement des Pme marocaines.

- savoir lequel des deux système sera le plus séduisant pour les PME

Mots clés : PME, finance islamique, partage des profits et des pertes,
moucharaka, moudaraba.
-Tout travail de recherche repose sur une certaine vision du monde. Utilise une
méthodologie, propose des résultats visant à prédire, prescrire, comprendre,
construire ou expliquer.

Ce billet apporte des éléments de réponse aux questionnements de recherche à


travers une revue de la littérature consacrée à l’étude le financement des PME,
ainsi que les fondements de la finance participative et ses produits alternatifs.

Cette contribution est organisée de la façon suivante ; une première partie portera
sur les spécificités de la PME et leurs contraintes de développement. Ensuite, une
deuxième partie portera sur la finance islamique(ses principes et fonctionnement).
Aussi, nous analyserons le sujet du financement des PME en présentant les
complications de ces entreprises à obtenir les ressources financières nécessaires à
leur activité. Enfin, le rôle la banque participative comme étant un intermédiaire
financier alternatif des PME.

. Références Bibliographiques :
Abalkhail, M., Presle, J. R. (2002), « How informal risk capital investors
manage asymmetric information in profit/loss-sharing contracts », in : Munawar
Iqbal and David T. Llewellyn, Islamic Banking and Finance, New Perspectives
§§§§on Profit-Sharing and Risk, ed, Edward Elgar, UK, MA, USA, pp. 111-138.

Abdalla, M.G.-E. (1999), « Partnership (Musharakah): A New Option for


Financing Small Enterprises? », Arab Law Q. 14, pp. 257-267.

Ahmad S. M. (1947), « Economics of Islam », Lahore, Sh. M. Ashraf.

MARIEN B, BEAU JP.( Mai 2003), Guide pratique pour l’utilisation de


la statistique dans la recherche : le cas des petits échantillons, Réseau
Sociolinguistique et dynamique des langues, Agence de la Francophonie,
Québec, p.1-22
GANASSALI S. et MOSCAROLA J., Protocoles d’enquêtes et efficacité
des sondages par Internet, I.R.E.G.E Université de Savoie
ZAROUALI MJ. (2016), Financement Bancaire Classique face aux
Financements Alternatifs : Relations de Concurrence ou de
Complémentarité ? Analyse Comparative dans le contexte Marocain,
Thèse de Doctorat en Sciences économiques et de Gestion, Université
Mohammed Premier, Oujda.
Abedifar, P., Molyneux, P., Tarazi, A., 2013, «Risk in Islamic banking»,
Review of Finance, 17(6), p: 2035-2096.
Ahmed,H. 2011.“Product Development in Islamic Banks”. Edinburgh
University Press., p: 272
Alioui F. Z., Guelglil, Badraoui S., 2015, « La Finance Islamique, Des
Fondements Au Système » - Management Intercultural, N°1(33).
BDELLAOUI, M. (2014), « Outils de financement et
contraintes de développement des PME au Maroc », Université
FÈS, Maroc.
ABDELLAOUI, M. et HAOUDI, A. (2014), « Outils de
financement et contraintes de développement des PME au Maroc »,
Université FÈS, Maroc.
ABERKANE, S. (2015), « le développement de la
finance islamique dans les législations nationales : à la recherche
d’un cadre commun ». Les cahiers de la finance islamique, N°
spécial 2015.