Vous êtes sur la page 1sur 3

Adam Blin

Dissertation philosophie

Est-on toujours rattrapé par son passé ?

le passé est une dimension du temps qui est hors d’atteinte par le fait qu’il est, comme son nom
l’indique, une période passée, révolue. ce temps est jugé par certain comme moins important que
l’avenir. Tandis que d’autres, voient en ce temps révolu, une réelle période déterminante dans la
construction du présent et de la vie futur de l’individu. La liberté de l’Homme, de tous et de chacun,
est censée se manifester par une prise de distance, voire une rupture avec ce qui n’est plus.  il est des
situations où nous nous sentons conditionnés et déterminés par ce qui nous précède. Par une
coïncidence ou par une suite d’événements, l’individu peut voir des éléments de son passé refaire
surface. Cela nous pousse à nous demander si il est bon de considérer le passé comme fondation de
notre présent et du futur ? Mais aussi en quoi et comment le passé est-il déterminant dans toutes les
époques de notre vie ? dès lors il est primordial de ce demander si : nous sommes toujours rattrapé
par notre passé ? 
Dans un premier temps nous verrons que le passé a tendance à toujours rattraper l’Homme et
que celui ci ne peut ou difficilement se détacher de ses actes commis précédemment. Dans un
second temps, nous allons voir que malgré l’ancrage des actes passés dans la vie de l’individu , celui
ci peut parvenir à s’en détacher.

L’adverbe « toujours » signifie un phénomène constant, qui dur dans le temps. Le passé est ce
qui, chez un homme ne peut plus ne pas avoir été, en ce sens il est hors d’atteinte. Même si
l’Homme tente d’oublier son passer, dans notre présent, celui-ci le rattrape toujours. Bien que l’on
fasse tout pour éviter cela. Comment cela est-il donc possible ?
De toutes les époques de notre vie, c’est bien notre passé la plus déterminante. Notre présent
n'est que la conséquences de nos actes passés. Notre liberté vis à vis de notre passé est une relation
paradoxale car nous somme inéluctablement sous l’influence de nos actes anciens et ce sans
forcement s’en apercevoir. La Vision du temps est purement subjective. Certain pense que celui-ci
est présent et commun à tout l’univers tandis que d’autres mettent en évidence le fait que la notion
de temps est propre à l’Homme. À ce sujet Kant dira que le temps n’existe pas en dehors du sujet.
Cela laisse penser que cette notion de temps n’existe que pour l’être conscient. Le passé est par
définition ce qui n’est plus. Celui ci constitue la majeure partie de ce que l’on est et de ce que l’on
deviendra. Leon Bloy dit que « souffrir passe, avoir souffert ne passe pas. » le fait de souffrir ne
réside que dans l’instant T. Cet instant de souffrance ne réside que dans le présent de l’individu. Or,
avoir souffert est une sensation encrée dans l’Homme. Cela reste gravé dans la mémoire qui fait
vivre ce passé.
Dans les 3 religions monothéiste principales,Le Passé (vie sur terre) rattrape le croyant dans
l’au-delà (jugement dernier). À ce moment qui survient après la mort et la fin des temps, le croyant
va voir ses actes passés influer sur sa condition pour l’éternité. l’Homme bon aura accès au paradis
tandis que le pêcheur passera l’éternité dans les flammes de l’enfer. Si le passé nous rattrape
systématiquement nous pouvons en déduire que de vivre sa vie tel Épicure ne peut apporter de
bénéfice à l’homme qui sera dans l’obligation de commettre des actes qui ne lui porterons pas
préjudice dans le futur.
Un proverbe chinois nous dit que « L'eau renversée est difficile à rattraper » cela illustre
parfaitement ces propos car l’eau renversé qui ne peut ou difficilement être rattraper est une
métaphore qui se traduit par l’irréversibilité de nos actes. La période de l’enfance est un très bon
exemple pour illustrer ces propos. Pour Freud, la vie de l’Homme est le résultat d’une histoire
individuelle marquée dès la naissance par le type de relations qu’il entretient avec ses parents. Si
celui-ci ce fait battre ou est délaissé par ses parents durant l’enfance, il aura sans aucun doute des
séquelles visibles ou invisibles qui se refléterons dans sa manière de faire les choses ou dans sa vie
sociale. Si le passé fait parti du temps, nous savons que l’humain ne peut échapper à cette fatalité.
Le passé est le temps qui n’est plus mais qui peut être aussi représenté par mes actes présents
influencés par ces actions révolues.

Comme son nom l’indique, le passé n’est plus censé faire parti de notre vie. Cependant, par les
impacts qu’on nos actes sur notre futur, des éléments du passé peuvent nous suivre au cours de notre
vie. La prise de conscience peut se faire avant de commettre un acte qui aura des conséquences sur
le futur. Pour éviter de se faire rattraper par son passé une personne qui s’apprête à commettre un
crime ou un délit peut penser aux répercutions de son acte et renoncer à celui-ci. Le dramaturge
Irlandais Oscar Wide a dit : « On a conscience avant, on prend conscience après. » il faut donc être
conscient avant de prendre conscience (trop tard) par la suite car, bien souvent la prise de conscience
est tardive et survient après que le passé ai rattrapé l’ individu. Pour Héraclite : “on ne se baigne
jamais deux fois dans le même fleuve”. Cette métaphore nous dit que une fois avoir pris conscience
d’un danger, instinctivement, on ne refait pas la même erreur. Un Homme peut aussi vivre avec des
soucis dont il ne trouve pas la cause tout simplement car le temps a enfouit ces problèmes au fond de
lui. Il est donc important pour cet individu de prendre conscience de ses ennuis, de comprendre ce
qui ne va pas, de se plonger au plus profond de lui même pour comprendre la source de ce qui vient
perturbe sa vie. La prise de conscience de ces problèmes enfoui passe par différentes méthodes qui
sont de plus en plus efficaces au fil du temps.
La psychanalyse est une de ces méthodes de soin fondée par Sigmund Freud au XXème siècle.
Ce système de traitement de la souffrance psychique s'appuie sur une méthode qui cherche à
traduire la signification des conflits restés inconscients. Pour Freud les rêves ne sont pas dénué de
sens, bien au contraire. Ils sont le reflet de désirs inconscients ou de traumatismes et épisodes de la
vie dont l’individu observé n’a pas réussi à faire le deuil. Dans son ouvrage Cinq Leçon sur la
Psychanalyse Sigmund Freud dit : « le passé qui pèse est celui qui ne passe pas. Il ne passe pas car il
n’a pas été entièrement dépassé ». La psychanalyse a donc pour rôle d’aider l’individu à passer outre
d’un élément perturbateur de sa vie. Chez le patient, le passé ne serait encore présent seulement car
il n’est en réalité pas passé. Malgré l’ancienneté des faits, ils continuent de le hanter. La méthode
inventé par Freud va venir aider les personnes à ne pas se laisser rattraper par un passé toujours
présent dans leur subconscient. A partir d’un moment, lors-ce-que le deuil est effectué, le passé ne
resurgit plus ou, du moins, pas de la même façon.

Notre passé nous guide chaque jour et à chaque instant de notre vie. En effet, il dirige la plus
grande partie de notre présent et notre futur. Il est donc bon pour l’Homme de réfléchir et de ne pas
commettre de mauvaises choses car, bien souvent le passé nous rattrape.
Grâce aux avancées techniques et scientifiques tel que la psychanalyse, l’Homme a réussi à
mettre en oeuvre des moyens pour passer outre des séquelles laissées par le passé. Un oublie total ne
peut se faire, en effet il restera toujours des traces dans la mémoire. Il est donc important d’effectuer
un réel travail sur soi même pour tenter de prendre conscience des soucis qui peuvent refaire surface
dans la vie de l’individu et minimiser leurs impacts.
Le passé fini bien souvent par rattraper les Hommes. Cependant, la prise de conscience de
façon autonome ou par l’aide d’un psychanalyste va venir délivrer l’individu du fardeau que sont ses
actes passé.

Vous aimerez peut-être aussi