Vous êtes sur la page 1sur 27

27/11/2016

Mohamed EL KHAILI
elkhailime@gmail.com
Département Génie Electrique
Cycle d’ingénieur : SEER
Semestre : S5

Mohamed EL KHAILI CI : SEER S5 1

Objectifs
 Découvrir les différentes sources
d’énergies.
 Connaitre la conversion et la
transformation d’énergie.

Mohamed EL KHAILI CI : SEER S5 2

1
27/11/2016

Sommaire
 Généralités sur les Sources
d’énergie.
 Généralités sur la transformation et
la conversion de l’énergie.
 Structure énergétique nationale
 Energies renouvelables et
développement durable.

Mohamed EL KHAILI CI : SEER S5 3

Généralités sur les Sources


d’énergie
 Les énergies primaire  Les énergies
(fossiles) renouvelables
 Energie solaire
(rayonnement solaire)
 Energie hydraulique(
force des courant
 Charbon marins)
 Energie éolienne (vent)
 Pétrole  Energie géothermique
 Gaz naturel (flux géothermique
naturel)
 Nucléaire  Biomasse (combustion
des matières
biologiques)
 Biocarburant et déchets
Mohamed EL KHAILI CI : SEER S5 4

2
27/11/2016

Les énergies primaire (fossiles)

Mohamed EL KHAILI CI : SEER S5 5

Le Charbon

Mohamed EL KHAILI CI : SEER S5 6

3
27/11/2016

Le Charbon
 C’est la source d’énergie fossile la plus abondante et
la mieux répartie dans le monde. Le charbon s’est
formé il y a plus de 280 millions d’années { partir
de végétaux engloutis par les eaux lors de
bouleversements géologiques importants.
 Le charbon représente encore à ce jour le quart de
l’énergie primaire mondiale.
 Il est surtout utilisé dans les centrales thermiques
de production d’électricité et pour le chauffage.

Mohamed EL KHAILI CI : SEER S5 7

Le Charbon
 La croissance de sa production est plus lente
que celle du pétrole ou du gaz naturel
(+1,6%/an).
 C’est aujourd’hui la principale réserve
d’énergie fossile. Malheureusement,
l’émission de gaz { effet de serre due au
charbon est le double en volume de celle liée
au gaz naturel, { production d’énergie égale.
 Basculer du gaz et du pétrole vers le charbon
n’est pas une solution vis-à-vis de l’effet de
serre.

Mohamed EL KHAILI CI : SEER S5 8

4
27/11/2016

Le pétrole

Mohamed EL KHAILI CI : SEER S5 9

Le pétrole
 C’est la première source d’énergie
mondiale. Formé à partir du plancton qui
s’est déposé au fond des mers, le pétrole
fournit près de la moitié de la demande
totale en énergie primaire.
 Il est maintenant admis qu’aujourd’hui,
l’homme a consommé plus de pétrole
qu’il ne pourra en extraire dans l’avenir.
Pour l’avenir et malgré la crise actuelle, le
coût va inexorablement monter et ceci
pour trois raisons principales :

Mohamed EL KHAILI CI : SEER S5 10

5
27/11/2016

Le pétrole
 L’économie mondiale progresse sous l’action des pays émergents tels
que la Chine et l’Inde. Les consommations d’énergie progressent au
moins au même rythme. L’offre stagnante et l’augmentation de la
demande du pétrole vont aboutir à une augmentation du prix.
 Les réserves pétrolières annoncées par certains pays sont douteuses.
Suite à des accords internationaux, la production des pays pétroliers
est limitée à un pourcentage des réserves connues.
 Le troisième facteur est l’accessibilité des gisements ; l’industrie
pétrolière a exploité en premier les gisements «les plus simples
d’accès». Demain, pour accéder aux restes des réserves, des
investissements gigantesques seront nécessaires, entraînant une
hausse du prix.

Mohamed EL KHAILI CI : SEER S5 11

Le gaz naturel

Mohamed EL KHAILI CI : SEER S5 12

6
27/11/2016

Le gaz naturel
 qui s’est formé en même temps que le pétrole.
 Issu de la transformation naturelle durant des
millions d’années de matières organiques, le gaz
provient de couches géologiques du sous-sol où il
se trouve soit seul, soit en association avec du
pétrole.
 Aujourd’hui, le gaz représente près de 23% de la
consommation mondiale d’énergie primaire.

Mohamed EL KHAILI CI : SEER S5 13

Le Nucléaire

Mohamed EL KHAILI CI : SEER S5 14

7
27/11/2016

Le Nucléaire
 L’uranium 235 est utilisé dans les centrales
nucléaires où il dégage de l’énergie par « fission ».
Les centrales nucléaires belges fournissent environ
55 % de la consommation d’électricité du pays.
 La France est en tête des producteurs avec 17% de la
production nucléaire planétaire. Cela représente
presque 80% de l’énergie électrique consommée en
France.

Mohamed EL KHAILI CI : SEER S5 15

 Son utilisation reste un choix de société, un choix


politique au sens réel du terme et peut présenter des
inconvénients notamment :
 Production de déchets radioactifs (pour l’énergie
nucléaire) dont les solutions de traitement ne sont pas
aujourd’hui prouvées et acceptées (note : l’énergie
nucléaire produit peu de gaz à effet de serre).
 les réserves d’énergie d’origine fossile vont fondre comme
la neige au soleil et les prévisionnistes estiment les
durées de vie des réserves mondiales à :

Mohamed EL KHAILI CI : SEER S5 16

8
27/11/2016

Les énergies renouvelables

Mohamed EL KHAILI CI : SEER S5 17

Energie solaire (rayonnement


solaire)

Mohamed EL KHAILI CI : SEER S5 18

9
27/11/2016

Energie solaire (rayonnement


solaire)
 L'énergie solaire est une source d'énergie qui dépend du
soleil. Cette énergie permet de fabriquer de l'électricité à
partir de panneaux photovoltaïques ou des centrales
solaires thermiques, grâce à la lumière du soleil captée
par des panneaux solaires.
 Il existe différentes technologies pour récupérer cette
énergie : le chauffe-eau solaire qui récupère la chaleur et
les panneaux photovoltaïques qui transforment le
rayonnement solaire en électricité.
 en Belgique, une surface horizontale d’un mètre carré
reçoit, par an, une quantité d’énergie solaire d’environ
1000 kWh - soit l’équivalent de 100 litres de fuel.

Mohamed EL KHAILI CI : SEER S5 19

Energie hydraulique
( force des courant marins)

Mohamed EL KHAILI CI : SEER S5 20

10
27/11/2016

Energie hydraulique
( force des courant marins)
 L'énergie hydraulique permet de fabriquer de
l'électricité, dans les centrales hydroélectriques, grâce à
la force de l'eau. Cette force dépend soit de la hauteur
de la chute d'eau (centrales de haute ou moyenne
chute), soit du débit des fleuves et des rivières
(centrales au fil de l'eau).
 L'énergie hydraulique dépend du cycle de l'eau. Elle est
la plus importante source d'énergie renouvelable.
 Une centrale hydraulique est composée de 3 parties :
 le barrage qui retient l'eau
 la centrale qui produit l'électricité
 les lignes électriques qui évacuent
Mohamed EL KHAILI
et transportent
CI : SEER S5 21
l'énergie électrique.

Energie éolienne (vent)

Mohamed EL KHAILI CI : SEER S5 22

11
27/11/2016

Energie éolienne (vent)


 L'énergie éolienne est une source d'énergie qui
dépend du vent.
 Le soleil chauffe inégalement la Terre, ce qui
crée des zones de températures et de pression
atmosphérique différentes tout autour du globe.
 De ces différences de pression naissent des
mouvements d'air, appelés vent. Cette énergie
permet de fabriquer de l'électricité dans des
éoliennes, appelées aussi aérogénérateurs, grâce
à la force du vent.
Mohamed EL KHAILI CI : SEER S5 23

Energie géothermique
(flux géothermique naturel)

Mohamed EL KHAILI CI : SEER S5 24

12
27/11/2016

Energie géothermique
(flux géothermique naturel)
 La géothermie permet la production d’énergie
thermique ou électrique grâce à la chaleur des
nappes situées dans le sous-sol de la terre.
 Avec une température qui augmente en moyenne
de 1°C tous les 30 mètres de profondeur, le sous-sol
terrestre, notamment dans les régions volcaniques,
peut aller jusqu’{ une hausse de température de
100°C par 100 mètres.

Mohamed EL KHAILI CI : SEER S5 25

Energie géothermique
(flux géothermique naturel)
 La géothermie permet de produire 2 types d’énergie en
fonction de la température de la chaleur puisée :
 géothermie basse température (en-dessous de 150 °C)
:
les calories captées sont valorisées pour des installations de
chauffage ou de climatisation à destination des bâtiments.
Les forages captent des calories qui, via des échangeurs de
chaleur, sont généralement associées à des pompes à chaleur
 géothermie moyenne et haute température (au-
dessus de 150°) :
la chaleur est suffisante pour produire de l’électricité. Deux
technologies sont employées : soit en direct en exploitant les
gisements de vapeur ou d’eau chaude, soit en fracturant les
roches par injection d’eau { très haute pression.
Mohamed EL KHAILI CI : SEER S5 26

13
27/11/2016

Biomasse (combustion des


matières biologiques)

Mohamed EL KHAILI CI : SEER S5 27

Biomasse (combustion des


matières biologiques)
 La biomasse est la 2ème source d’énergie
renouvelable dans le monde.
 La combustion de matières organiques
végétales ou animales permet de dégager un
pouvoir calorifique utilisé pour produire de
l’électricité ou de la chaleur.
 Le terme biomasse désigne un champ de
matières très large : bois, déchets des
industries de transformation du bois,
déchets agricoles, fraction fermentescible
des déchets ménagers et des industries agro-
alimentaires, biogaz de décharge ou encore
produits de méthanisation.

Mohamed EL KHAILI CI : SEER S5 28

14
27/11/2016

Biomasse (combustion des


matières biologiques)
 Cette matière organique est exploitée grâce à des procédés
thermiques ou biochimiques (méthanisation) afin de produire de
l'énergie.
 Les déchets urbains ou agricoles permettent ainsi d’alimenter
des centrales thermiques ou des groupes électrogènes. Deux
catégories de biomasse sont ainsi utilisées :
 la biomasse ligneuse : le bois, la paille, la bagasse (fibre de la
canne à sucre) utilisés au sein de centrales thermiques
 la biomasse fermentescible : les lisiers, les résidus liquides, les
déchets. D'abord convertie en biogaz par des micro-organismes,
cette biomasse est ensuite brûlée dans des groupes électrogènes
adaptés

Mohamed EL KHAILI CI : SEER S5 29

Biocarburant et déchets

Mohamed EL KHAILI CI : SEER S5 30

15
27/11/2016

Biocarburant et déchets

 Un biocarburant est un carburant liquide ou gazeux


créé à partir de la transformation de matériaux
organiques non fossiles issus de la biomasse, par
exemple des matières végétales produites par
l’agriculture (betterave, blé, maïs, colza, tournesol,
pomme de terre, etc.).
 Les biocarburants sont assimilés à une source
d’énergie renouvelable. Leur combustion ne produit
que du CO2 et de la vapeur d'eau et pas ou peu
d'oxydes azotés et soufrés (NOx, SOx).

Mohamed EL KHAILI CI : SEER S5 31

Biocarburant et déchets
Les biocarburants de première génération:
Ils sont principalement de deux types :
 le bioéthanol : il est produit à partir de canne à sucre, de
céréales et de betterave sucrière. Il est utilisé dans les
moteurs essence ;
 le biodiesel : il est dérivé de différentes sources d’acides
gras, notamment les huiles de soja, de colza, de palme et
d’autres huiles végétales. Il est utilisé dansles moteurs
diesel.
Les biocarburants de deuxième génération
 Des technologies sont actuellement mises au point pour
exploiter les matières cellulosiques telles que le bois, les
feuilles et les tiges des plantes ou celles issues de déchets.
Les biocarburants de troisième génération
 Les procédés, encore { l’étude, s’appuient principalement
sur l’utilisation de microorganismes telles que les micro-
algues.

Mohamed EL KHAILI CI : SEER S5 32

16
27/11/2016

Rappel sur la transformation


et la conversion de l’énergie
 Les différents types d’énergies issues
de la transformation des énergies
primaires et renouvelables:
o L’énergie électrique
o L’énergie mécanique
o L’énergie thermique
o L’énergie chimique
o L’énergie nucléaire
o L’énergie rayonnante

Mohamed EL KHAILI CI : SEER S5 33

Structure énergétique nationale

Mohamed EL KHAILI CI : SEER S5 34

17
27/11/2016

Le Maroc possède un
bouquet énergétique
diversifié.

Mohamed EL KHAILI CI : SEER S5 35

Le Maroc renforce la contribution des énergies


renouvelables, contrairement à plusieurs pays de la région

Mohamed EL KHAILI CI : SEER S5 36

18
27/11/2016

Un coût élevé des importations énergétiques


pour la plupart des pays de la région

Mohamed EL KHAILI CI : SEER S5 37

Le contexte énergétique marocain :


Situation actuelle
 La part de la
consommation de
l’énergie finale est
actuellement estimée à
33 % pour l’industrie, 32
% pour les transports, 17
% pour le résidentiel, 10
% pour l’agriculture et 8
% pour le tertiaire.

Mohamed EL KHAILI CI : SEER S5 38

19
27/11/2016

Les énergies renouvelables et développement


durable

 « Le développement durable répond aux besoins du


présent sans compromettre la capacité des générations
futures de répondre à leurs propres besoins ».
 Les technologies d’exploitation de l’énergie
renouvelable sont de plus en plus prises en
considération dans la promotion d’un développement
durable. Elles suscitent un intérêt croissant en raison
des avantages écologiques et sociaux qu’elles offrent,
mais aussi parce que leurs coûts diminuent.
 les énergies renouvelables joueront un rôle grandissant
dans notre approvisionnement énergétique, ainsi la
réalisation des objectifs de réduction des gaz à effet de
serre.
Mohamed EL KHAILI CI : SEER S5 39

Les énergies renouvelables et développement


durable
• le développement durable doit tenir
compte à la fois des critères sociaux,
économiques et écologiques.
• De nombreux pays ont inclus les
énergies renouvelables dans leur
politique de développement durable.
• Il est vrai que les énergies
renouvelables sont vivables,
équitables et viables.
• Elles sont a priori respectueuses de
l’environnement, dans le sens où
elles ne rejettent pas de gaz à effet de
serre.

Mohamed EL KHAILI CI : SEER S5 40

20
27/11/2016

Principe et démarche
de l’Efficacité Energétique

Mohamed EL KHAILI CI : SEER S5 41

Objectifs
 Avoir une définition sur l’efficacité
énergétique ainsi que les outils pour
l’améliorer.
 Sensibiliser les apprenants de la
nécessité et l’importance de l’efficacité
énergétique.

Mohamed EL KHAILI CI : SEER S5 42

21
27/11/2016

Sommaire
 Définition de l’efficacité énergétique.
 La nécessité de l’efficacité énergétique.
 Démarches et étapes de l’efficacité
énergétique.
 Outils et politiques pour renforcer
l’efficacité énergétique.
 Présentation du référentiel ISO 50001.
Mohamed EL KHAILI CI : SEER S5 43

Définition de l’efficacité énergétique

Mohamed EL KHAILI CI : SEER S5 44

22
27/11/2016

La nécessité de l’efficacité énergétique

 En augmentant l’efficacité énergétique, nous utilisons


moins d’énergie et nous réduisons du même coup les
émissions de gaz à effet de serre, protégeant ainsi
l’environnement.
 La sécurité de l’approvisionnement en énergie s’en
trouve également renforcée. Et n’oublions pas qu’en
adoptant des solutions favorisant l’efficacité
énergétique, nous dépensons moins d’argent pour
l’énergie !

Mohamed EL KHAILI CI : SEER S5 45

Démarches et étapes de l’efficacité


énergétique
En matière d’efficacité énergétique, il faut jouer sur
trois leviers :
 l'amélioration des équipements techniques et leur gestion : l’EE
active.
 l’isolation du système et sa perméabilité à l’air: l’EE passive.
 le comportement de l'utilisateur.

Mohamed EL KHAILI CI : SEER S5 46

23
27/11/2016

Outils et politiques pour renforcer


l’efficacité énergétique
L’étiquette-énergie:
 L’étiquette indique le classement du
produit en fonction de son efficacité
énergétique sur une échelle allant de A
(efficacité énergétique maximale) à G.
 les consommateurs pouvaient connaître
la quantité d’énergie consommée par le
matériel, Afin de les influencer dans leur
choix du matériel qu’ils comptaient
acheter.

Mohamed EL KHAILI CI : SEER S5 47

Outils et politiques pour renforcer


l’efficacité énergétique
L’efficacité énergétique des bâtiments :
• L’amélioration de l’efficacité énergétique
passe aussi par les bâtiments, car elles
sont responsables de presque 40 % de la
consommation d’énergie et de 36 % des
émissions de CO2.
• C’est pourquoi une classification
énergétique des bâtiments a été mise en
place, comme pour les appareils ! Le
principe est le même que celui de
l’étiquette-énergie et s’appelle diagnostic
de performance énergétique (DPE).

Mohamed EL KHAILI CI : SEER S5 48

24
27/11/2016

Outils et politiques pour renforcer


l’efficacité énergétique
Le label écologique :
 Le label écologique est un
programme volontaire,
reconnaissable au logo en
forme de fleur présent sur les
produits et les matériels
publicitaires qui répondent à
une liste de critères
prédéfinis.
 Ces critères garantissent que
le produit ou service est l’un
des plus écologiques de son
secteur.

Mohamed EL KHAILI CI : SEER S5 49

Outils et politiques pour renforcer


l’efficacité énergétique
L’éco-conception :
 Les critères de l’éco-conception
sont un autre outil permettant
d’améliorer l’efficacité
énergétique.
 Ces critères permettent de
mesurer l’impact sur
l’environnement d’un produit
en rapport avec l’énergie
pendant son cycle de vie
(conception, production,
distribution et traitement
final).

Mohamed EL KHAILI CI : SEER S5 50

25
27/11/2016

Présentation du référentiel ISO 50001

Mohamed EL KHAILI CI : SEER S5 51

Le Référentiel ISO 50001


Fiche d’identité:
 Norme Internationale : ISO 50001 juin 2011 (NF EN ISO 50001
novembre 2011, annule et remplace NF EN 16001)
 Titre : Systèmes de management de l’énergie – Exigences et
recommandations de mise en œuvre.
 Origine : > 50 pays, dont 12 européens, ont participé à sa rédaction
sous le leadership des USA, du Brésil, de la Chine et du Royaume Uni.
L’ISO 50001 s’inspire largement de la norme européenne EN 16001 (2009)
 Objectif : permettre à tout organisme de parvenir, par une gestion
méthodique, { l’amélioration continue de sa performance énergétique,
résultats mesurables liés { l’efficacité, l’usage et la consommation
énergétiques.
 Caractéristique : n’établit pas de niveau de performance
énergétique initial ou à atteindre.

Mohamed EL KHAILI CI : SEER S5 52

26
27/11/2016

Le Référentiel ISO 50001


 Définition:
 L’ISO 50001 est une norme
d’application pour les systèmes de
management de l’énergie destinée aux
organismes publics et privés. Son but
est de les guider dans la mise en place
d’un système de gestion de l’énergie
efficace.
 L’ISO 50001 suit notamment la
méthodologie dite PDCA (Plan-Do-
Check-Act, Planifier), (Faire-Vérifier-
Agir) pour l’amélioration continue du
système de management de l’énergie en
l’intégrant dans les pratiques
quotidiennes de l’organisme.
Mohamed EL KHAILI CI : SEER S5 53

ISO 50001
Quels sont ses objectifs ?
 Aider les organismes à utiliser plus judicieusement les ressources en place
consommatrices d’énergie.
 Établir des conditions de transparence et faciliter la communication sur le
management des ressources énergétiques.
 Promouvoir les meilleures pratiques de management de l’énergie et
renforcer les bons comportements dans ce domaine.
 Aider les unités d’exploitation { évaluer et { privilégier la mise en
application de nouvelles technologies à haut rendement énergétique.
 Fournir un cadre pour favoriser l’efficacité énergétique tout au long de la
chaîne d’approvisionnement.
 Faciliter l’amélioration en matière de management de l’énergie dans le
contexte des projets de réduction des émissions de gaz à effets de serre.
 Permettre l’intégration { d’autres systèmes de management déj{ en place
(environnement, santé et sécurité).

Mohamed EL KHAILI CI : SEER S5 54

27