Vous êtes sur la page 1sur 3

FINANCEMENT PARTICIPATIF DANS LA CULTURE : PANORAMA DE LA

RECHERCHE
Financement participatif : une voie d’avenir pour la culture ?, François
Moreau, Yann Nicolas (dir.), Paris, ministère de la Culture-DEPS et Presses de
Sciences Po, 2018, 228 p., ISBN : 978-2-7246-2325 3, 18 €
© Observatoire des politiques culturelles | Téléchargé le 26/02/2021 sur www.cairn.info via Aix-Marseille Université (IP: 139.124.244.81)

© Observatoire des politiques culturelles | Téléchargé le 26/02/2021 sur www.cairn.info via Aix-Marseille Université (IP: 139.124.244.81)
Dominique Sagot-Duvauroux

Observatoire des politiques culturelles | « L'Observatoire »

2019/2 N° 54 | pages 104 à 105


ISSN 1165-2675
Article disponible en ligne à l'adresse :
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
https://www.cairn.info/revue-l-observatoire-2019-2-page-104.htm
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Distribution électronique Cairn.info pour Observatoire des politiques culturelles.


© Observatoire des politiques culturelles. Tous droits réservés pour tous pays.

La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les
limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la
licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie,
sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de
l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage
dans une base de données est également interdit.

Powered by TCPDF (www.tcpdf.org)


BIBLIOGRAPHIE

FINANCEMENT PARTICIPATIF DANS LA CULTURE :


PANORAMA DE LA RECHERCHE
Financement participatif : une voie d’avenir pour la culture ?, François Moreau, Yann Nicolas (dir.), Paris, ministère de la Culture-DEPS et Presses
de Sciences Po, 2018, 228 p., ISBN : 978-2-7246-2325 3, 18 €.

Le financement participatif ou crowdfunding fait l’objet de beaucoup d’attention et d’espoir de la


part des milieux culturels qui y voient une façon de compenser la baisse des soutiens publics, de
contourner la frilosité des banques face au risque de ce type de projet, d’impliquer davantage les
citoyens dans leurs projets grâce à une relation qui relève plus de la production que de la simple
consommation. Si le recours direct aux citoyens pour financer les projets culturels n’est pas nouveau,
les plateformes numériques telles Ulule en France ou Kickstarter aux États-Unis démultiplient les
possibilités de mettre en relation porteurs de projets et financeurs potentiels.

L’ouvrage dirigé par François Moreau et Yann Nicolas fait le Les deux autres articles de cette partie apportent des éclairages
© Observatoire des politiques culturelles | Téléchargé le 26/02/2021 sur www.cairn.info via Aix-Marseille Université (IP: 139.124.244.81)

© Observatoire des politiques culturelles | Téléchargé le 26/02/2021 sur www.cairn.info via Aix-Marseille Université (IP: 139.124.244.81)
point sur les enjeux économiques, financiers et managériaux du spécifiques sur les dynamiques de financement. Aurélien
crowdfunding en rendant compte d’un programme de recherche Petit met l’accent sur les multi-contributeurs dont le rôle
financé conjointement – fait original – par le Département est stratégique dans la dynamique des plateformes puisqu’ils
des études, de la prospective et des statistiques du ministère n’appartiennent généralement pas au premier cercle des porteurs
de la Culture et par le laboratoire d’excellence Industries de projet. En comparaison aux mono-contributeurs, ils sont
culturelles et création artistique (Labex ICCA). L’introduction, en moyenne plus éloignés de la localisation géographique des
qui définit les différentes formes de crowdfunding et pose les porteurs et en même temps plus proches d’eux en termes d’âge.
principales questions soulevées par ce financement, est suivie Ils sont souvent eux-mêmes porteurs de projets. L’étude montre
de deux parties. néanmoins une grande diversité de ces profils selon leur domaine
de spécialisation et recommande aux plateformes d’adopter des
La première partie étudie les différentes formes d’interactions qui stratégies différentiées pour les capter.
existent entre les trois parties prenantes engagées : les porteurs
de projets, les plateformes et les financeurs. Les échanges sont Marianne Lumeau, Frédéric Mahé et Jordana Viotto da Cruz
marqués par l’incertitude quant à la qualité des nombreux projets examinent les stratégies des plateformes pour arriver à capter
proposés parmi lesquels le financeur doit choisir (économie de l’attention des internautes contributeurs qui n’ont pas de lien
l’attention), des caractéristiques au demeurant structurelles de direct avec le porteur du projet. Parallèlement au développement
l’économie de la culture. Cela induit une grande difficulté à de partenariats avec des médias ou à l’organisation d’événements,
attirer les contributeurs au-delà du premier cercle familial ou les plateformes envoient des informations spécifiques, notamment
d’amis, principal enjeu des plateformes. par l’intermédiaire de newsletters. Mobilisant une méthode
d’économie expérimentale reposant sur l’envoi de newsletters
L’article de Paul Belleflamme, Thomas Lambert et Armin aux contenus différents à trois groupes d’abonnés, les chercheurs
Schwienbacher porte sur les effets de réseaux intra et inter- montrent l’impact de l’information sur la décision de contribuer
projets (panurgisme ou dynamiques mimétiques engendrées à un projet, confirmant l’existence d’un effet « panurge ».
par les signaux produits par les contributeurs…). Si les effets
de réseaux intra-projets ont déjà fait l’objet de plusieurs études La deuxième partie est centrée sur les effets du financement
qui confirment l’impact positif des premiers contributeurs sur participatif sur la diversité culturelle. Les résultats des études
la dynamique de financement, cette étude met en évidence présentées ne mettent pas en évidence de tendances très
des effets de réseaux également positifs entre projets. Cela nettes en la matière. Anne Bernard et Marco Gazel comparent
semble moins intuitif compte tenu de deux effets contraires : l’évaluation faite par un échantillon d’internautes sur une
d’un côté, les projets apparaissent comme concurrentiels au série de projets musicaux avec celle réalisée par deux types de
sein d’un même site pour capter des financements mais de jurys d’experts, l’un représentant l’industrie de la musique,
l’autre, plus un site accueille de projets, plus nombreux sont l’autre les institutions. Il ressort globalement que la « foule des
les contributeurs qui le fréquentent et donc plus les projets internautes » finance des projets semblables aux préférences
ont de visibilité. de l’industrie sans privilégier particulièrement les projets

page 104 | l’Observatoire - No 54, été 2019 - biblio


innovants. L’article n’est cependant pas très explicite sur les
différences entre « jury industrie » et « jury institution ».
Christophe Cariou et Fabrice Rochelandet aboutissent à des
résultats similaires dans le domaine du cinéma. Néanmoins,
des approches plus qualitatives mettent en évidence l’intérêt
de ce type de financement pour des films marginaux (« films
sauvages » dont peu ont l’agrément du CNC) qui n’existeraient
sans doute pas sans cela. Le dernier article de Marriannig Le
Béchec, Sylvain Dejean, Camille Alloing et Jérôme Méric
offre un regard géographique original sur le financement
participatif. Où se situent les porteurs et les contributeurs ?
Quel rôle joue la proximité géographique entre ces deux acteurs
dans la dynamique de financement ? Assez logiquement, la
concentration urbaine et la densité des équipements culturels
et des travailleurs créatifs favorisent le développement du
crowdfunding ; mais ce résultat doit être nuancé pour des
projets de niche en phase avec des spécialisations territoriales
comme Angoulême et la Bande Dessinée par exemple. En
tout état de cause, il y a complémentarité des financements
publics et participatifs plus que substituabilité.
© Observatoire des politiques culturelles | Téléchargé le 26/02/2021 sur www.cairn.info via Aix-Marseille Université (IP: 139.124.244.81)

© Observatoire des politiques culturelles | Téléchargé le 26/02/2021 sur www.cairn.info via Aix-Marseille Université (IP: 139.124.244.81)
En conclusion, le panel d’études réunies dans cet ouvrage,
ainsi que les présentations de l’état de l’art sur le crowdfunding
proposées par les auteurs en introduction de leurs recherches
font de ce livre un outil précieux pour le public en quête
d’analyses rigoureuses sur ce sujet d’actualité.

Dominique Sagot-Duvauroux
Professeur à l’université d’Angers,
directeur de la Structure fédérative de recherche Confluences

l’Observatoire - No 54, été 2019 - biblio | page 105