Vous êtes sur la page 1sur 747

I

Gray’s Fiches
d’anatomie
This page intentionally left blank
III

Gray’s Fiches d’anatomie

Richard L. Drake, PhD


Director of Anatomy
Imperial College
Professor of Surgery
University of London
Cleveland Clinic Lerner College of
Consultant Radiologist
Medicine
Department of Imaging
Cleveland, Ohio, États-Unis
Charing Cross Hospital
Londres, Royaume-Uni
A. Wayne Vogl, PhD
Professor of Anatomy and
Cell Biology Illustrateurs :
Richard M. Tibbitts et
Director of Gross Anatomy
Paul E. Richardson,
Department of Cellular and
Antbits Illustrations
Physiological Sciences
Faculty of Medicine
Traduction coordonnée par
University of British Columbia
Fabrice Duparc
Vancouver, Columbie-Britannique, Professeur des universités
Canada
Praticien hospitalier
Laboratoire d’anatomie
Adam W. M. Mitchell, MBBS,
Faculté de médecine-pharmacie
FRCS, FRCR
Rouen
Joint Head of Graduate Entry
Anatomy
Édition originale : Gray’s Anatomy for Students Flash Cards, Second Edition

Richard L. Drake, PhD, Director of Anatomy, Professor of Surgery, Cleveland Clinic Lerner College
of Medicine, Cleveland, Ohio, États-Unis.

A. Wayne Vogl, PhD, Professor of Anatomy and Cell Biology, Director of Gross Anatomy,
Department of Cellular and Physiological Sciences, Faculty of Medicine, University of British
Columbia, Vancouver, Columbie-Britannique, Canada.

Adam W. M. Mitchell, MBBS, FRCS, FRCR, Joint Head of Graduate Entry Anatomy, Imperial College,
University of London, Consultant Radiologist, Department of Imaging, Charing Cross Hospital,
Londres, Royaume-Uni.

Illustrateurs : Richard M. Tibbitts et Paul E. Richardson, Antbits Illustrations

Édition française : Gray’s Fiches d’anatomie

Fabrice Duparc, Professeur des universités, praticien hospitalier, laboratoire d’anatomie,


faculté de médecine - pharmacie, Rouen.

Gray’s Anatomy for Students Flashcards, Second Edition


Copyright © 2010 by Churchill Livingstone, an imprint of Elsevier Inc.

© 2010 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés pour la traduction française
62, rue Camille-Desmoulins, 92442 Issy-les-Moulineaux cedex
http://www.elsevier-masson.fr/

L’éditeur ne pourra être tenu pour responsable de tout incident ou accident, tant aux personnes
qu’aux biens, qui pourrait résulter soit de sa négligence, soit de l’utilisation de tous produits,
méthodes, instructions ou idées décrits dans la publication. En raison de l’évolution rapide
de la science médicale, l’éditeur recommande qu’une vérification extérieure intervienne pour
les diagnostics et la posologie.

Tous droits de traduction, d’adaptation et de reproduction par tous procédés réservés pour tous pays.
En application de la loi du 1 er juillet 1992, il est interdit de reproduire, même partiellement,
la présente publication sans l’autorisation de l’éditeur ou du Centre français d’exploitation du droit
de copie (20, rue des Grands-Augustins, 75006 Paris).
All rights reserved. No part of this publication may be translated, reproduced, stored in a retrieval system or
transmitted in any form or by any other electronic means, mechanical, photocopying, recording or otherwise,
without prior permission of the publisher.

Photocomposition : SPI Publisher Services, Pondichéry, Inde ISBN : 978-2-8101-0177-1


Imprimé en Italie par Lego
Dépôt légal : septembre 2010
SOMMAIRE
V

Section 1. Vue globale 1–8

Section 2. Dos 9–34

Section 3. Thorax 35–70

Section 4. Abdomen 71–102

Section 5. Pelvis et périnée 103–120

Section 6. Membre inférieur 121–172

Section 7. Membre supérieur 173–232

Section 8. Tête et cou 233–317

Section 9. Anatomie de surface 318–337

Section 10. Systèmes 338–348

Section 11. Questions cliniques


This page intentionally left blank
PRÉFACE VII

Gray’s Fiches d’anatomie constitue un outil pédagogique conçu pour permettre aux étudi-
ants d’accroître leur compréhension de l’anatomie et l’entretien de leurs connaissances.
Chaque page recto-verso est développée selon un système de question-réponse favorisant
la stimulation et l’apprentissage. Sont également indiqués des commentaires cliniques
pertinents qui fournissent des corrélations avec l’anatomie. Ce manuel contient :

• une section introductive, « Vue globale », qui donne des informations sur les systèmes
squelettique, musculaire et cardiovasculaire en général, et traite de l’anatomie
de surface du corps considéré dans son ensemble ;
• des sections structurées par région faisant état de l’anatomie de base ;
• une section portant sur l’anatomie de surface qui détaille les repères anatomiques
importants en lien avec les structures de surface et des éléments cliniques ;
• une section consacrée aux systèmes qui reprend en détail des parties spécifiques
du système nerveux ;
• des questions cliniques qui traitent de la composante anatomique des problèmes
cliniques courants.

Qu’il soit utilisé seul ou conjointement avec le livre Gray’s Anatomie pour les étudiants,
nous espérons que ce manuel deviendra un outil essentiel pour l’étude de l’anatomie
et son application pratique.
This page intentionally left blank
SECTION 1 : VUE GLOBALE

1. Anatomie de surface : homme, vue antérieure


2. Anatomie de surface : femme, vue postérieure
3. Squelette : vue antérieure
4. Squelette : vue postérieure
5. Muscles : vue antérieure
6. Muscles : vue postérieure
7. Système vasculaire : artères
8. Système vasculaire : veines
This page intentionally left blank
ANATOMIE DE SURFACE :
HOMME, VUE ANTÉRIEURE 1

Identifiez les structures indiquées.

22

21 1
2
20
3
19

4
18

17
5

16

15
14
13
12 7
8

11 10
ANATOMIE DE SURFACE :
HOMME, VUE ANTÉRIEURE

1. Larynx
2. Incisure jugulaire
3. Muscle deltoïde
4. Processus xiphoïde
5. Ombilic
6. Épine iliaque antérosupérieure
7. Patella
8. Tubérosité tibiale
9. Tibia
10. Malléole latérale
11. Malléole médiale
12. Tête de la fibula
13. Gland du pénis
14. Scrotum
15. Pénis
16. Symphyse pubienne
17. Pli du coude
18. Rebord costal
19. Muscle grand pectoral
20. Acromion
21. Clavicule
22. Muscle sternocléidomastoïdien

Figure extraite de Gray’s Atlas of Anatomy, p. 4.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


ANATOMIE DE SURFACE :
FEMME, VUE POSTÉRIEURE 2

Identifiez les structures indiquées.

13 3

4
12

11

10

9 5

8
6
7
ANATOMIE DE SURFACE :
FEMME, VUE POSTÉRIEURE

1. Vertèbre proéminente (processus épineux de CVII)


2. Processus épineux de TI
3. Bord médial de la scapula
4. Crête iliaque
5. Tendon du biceps fémoral
6. Malléole médiale
7. Tubérosité calcanéenne
8. Malléole latérale
9. Fosse poplitée
10. Pli glutéal
11. Sillon interglutéal (interfessier)
12. Fossette sacrale au niveau de l’épine iliaque antérosupérieure
13. Muscle deltoïde

Figure extraite de Gray’s Atlas of Anatomy, p. 5.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


SQUELETTE : VUE ANTÉRIEURE 3

Identifiez les structures indiquées.

44
1
43
2
41 42 3
40 4 5
6
39
38 7
8

37 9
10
36
35 11
34 12
33 13
48 14
15
32
31 16
30 47 46 45

17

18
29 19
28
20
21

27
22
26 23
24
25
SQUELETTE : VUE ANTÉRIEURE

1. Orbite 25. Phalanges


2. Os maxillaire 26. Malléole latérale
3. Mandibule 27. Malléole médiale
4. Processus coracoïde 28. Tubérosité tibiale
5. Acromion 29. Épicondyle latéral (du fémur)
6. Tubercule mineur (de l’humérus) 30. Phalanges
7. Tubercule majeur (de l’humérus) 31. Métacarpiens
8. Corps du sternum 32. Os du carpe
9. Processus xiphoïde du sternum 33. Ulna
10. Épicondyle médial (de l’humérus) 34. Radius
11. Épicondyle latéral (de l’humérus) 35. Capitulum
12. Ilium 36. Trochlée
13. Articulation sacro-iliaque 37. Humérus
14. Sacrum 38. Scapula
15. Pubis 39. Manubrium sternal
16. Grand trochanter 40. Clavicule
17. Fémur 41. Côte I
18. Épicondyle médial (du fémur) 42. CVII
19. Patella 43. Os zygomatique
20. Fibula 44. Os frontal
21. Tibia 45. Symphyse pubienne
22. Talus 46. Ischium
23. Os du tarse 47. Petit trochanter
24. Métatarsiens 48. Coccyx

Figure extraite de Gray’s Atlas of Anatomy, p. 6.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


SQUELETTE : VUE POSTÉRIEURE 4

Identifiez les structures indiquées.

44
43 1
42
2
40 41 3
39 4 5

38 6
37
36 7
35 8
9
34
33 10
32
31 11
30 13 12
29 14
15

47 46 45

28
27 16
26
17
25

18
19
20

24
23 21
22
SQUELETTE : VUE POSTÉRIEURE

1. Protubérance occipitale externe 25. Articulation du genou


2. CI (atlas) 26. Épicondyle latéral (du fémur)
3. Angle de la mandibule 27. Épicondyle médial (du fémur)
4. Angle supérieur de la scapula 28. Fémur
5. Clavicule 29. Coccyx
6. Épaule 30. Sacrum
7. Angle inférieur de la scapula 31. Épine iliaque postérosupérieure
8. Colonne vertébrale 32. Crête iliaque
9. Olécrâne 33. Articulation du coude
10. Tête du radius 34. Épicondyle latéral (de l’humérus)
11. Radius 35. Épicondyle médial (de l’humérus)
12. Ulna 36. Humérus
13. Articulation de la hanche 37. Scapula
14. Grand trochanter 38. Tubercule majeur
15. Articulation du poignet (de l’humérus)
16. Condyle médial (du fémur) 39. Acromion
17. Condyle latéral (du fémur) 40. Épine de la scapula
18. Fibula 41. CII (axis)
19. Tibia 42. Processus mastoïde
20. Malléole médiale 43. Os occipital
21. Malléole latérale 44. Os pariétal
22. Calcanéus 45. Petit trochanter
23. Tubérosité du 5e métatarsien 46. Épine ischiatique
24. Articulation talocrurale 47. Tubérosité ischiatique

Figure extraite de Gray’s Atlas of Anatomy, p. 7.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


MUSCLES : VUE ANTÉRIEURE 5

Identifiez les structures indiquées.

58
1
57
56 2
55 3
53 54 4
52 5
51 6
50 7 10
49 8 11
48 9 13
47 14
46 12 15
45 16
44 17
43 19 18
42 20
41 21
40 22
39
23
38
24
37
25
36
26
35

34 27
33 28
32
29
31
30
MUSCLES : VUE ANTÉRIEURE

1. Frontal 28. Long extenseur des orteils


2. Buccinateur 29. Long extenseur de l’hallux
3. Orbiculaire de la bouche 30. Long extenseur des orteils
4. Scalènes 31. Long extenseur de l’hallux
5. Chef long du biceps brachial 32. Tibial antérieur
(sectionné) 33. Soléaire
6. Petit pectoral 34. Long fibulaire
7. Chef court du biceps brachial 35. Vaste médial
(sectionné) 36. Vaste latéral
8. Coracobrachial 37. Tractus iliotibial
9. Intercostal externe 38. Droit fémoral
10. Intercostal interne 39. Sartorius
11. Brachial 40. Hypothénariens
12. Paroi postérieure de la gaine 41. Thénariens
des droits 42. Tenseur du fascia lata
13. Tendon du biceps brachial 43. Fléchisseur ulnaire du carpe
(sectionné) 44. Long palmaire
14. Supinateur (chef superficiel) 45. Fléchisseur radial du carpe
15. Oblique interne (sectionné) 46. Oblique externe
16. Transverse de l’abdomen 47. Brachioradial
17. Fléchisseur profond des doigts 48. Rond pronateur
18. Long fléchisseur du pouce 49. Droit de l’abdomen
19. Iliopsoas 50. Biceps brachial
20. Carré pronateur 51. Dentelé antérieur
21. Obturateur externe 52. Grand pectoral
22. Court adducteur 53. Deltoïde
23. Pectiné 54. Trapèze
24. Grand adducteur 55. Sternocléidomastoïdien
25. Long adducteur 56. Masséter
26. Gracile 57. Orbiculaire de l’œil
27. Gastrocnémien 58. Temporal

Figure extraite de Gray’s Atlas of Anatomy, p. 8.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


MUSCLES : VUE POSTÉRIEURE 6

Identifiez les structures indiquées.

1
2
3
60 4
59 5
6 7
58 8
9
57 10
56 11
55 12
54 13
53 14
52 15
16
51 17
50 18
19
20
24 21
49 25 22
48 26 23
47 27
46 28
29
45
30
44
31
43 32
33
42 34
35
41 36
40 37
39
38
MUSCLES : VUE POSTÉRIEURE

1. Semiépineux de la tête 31. Semimembraneux


2. Splénius capitis 32. Chef long du biceps fémoral
3. Splénius cervicis (sectionné)
4. Petit rhomboïde 33. Plantaire (sectionné)
5. Grand rhomboïde 34. Poplité
6. Élévateur de la scapula 35. Soléaire (sectionné)
7. Supraépineux 36. Long fléchisseur des orteils
8. Infraépineux 37. Long fléchisseur de l’hallux
9. Petit rond 38. Court fibulaire (tendon)
10. Chef latéral du triceps brachial 39. Tendon calcanéen
(sectionné) 40. Soléaire
11. Grand rond 41. Long fibulaire
12. Grand dorsal (sectionné) 42. Gastrocnémien
13. Chef long du triceps brachial 43. Plantaire
14. Intercostal externe 44. Gracile
15. Chef médial du triceps brachial 45. Semitendineux
16. Érecteur du rachis 46. Semimembraneux
17. Oblique interne 47. Chef long du biceps fémoral
18. Supinateur (chef profond) 48. Tractus iliotibial
19. Moyen glutéal 49. Grand glutéal
20. Long abducteur du pouce 50. Long extenseur des doigts
21. Long extenseur du pouce 51. Fléchisseur ulnaire du carpe
22. Court extenseur du pouce 52. Long extenseur radial du carpe
23. Extenseur de l’index 53. Oblique externe
24. Piriforme 54. Triceps brachial
25. Jumeau supérieur 55. Grand dorsal
26. Obturateur interne 56. Infraépineux
27. Jumeau inférieur 57. Deltoïde
28. Carré fémoral 58. Trapèze
29. Grand adducteur 59. Sternocléidomastoïdien
30. Chef court du biceps fémoral 60. Occipital

Figure extraite de Gray’s Atlas of Anatomy, p. 9.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


SYSTÈME VASCULAIRE : ARTÈRES 7

Identifiez les artères indiquées.

35
34
33
32 1
31 2
30 3
29 4
28
27 5
6
26
7
23
25 8
9
24 10
11
22 20 12
21 13
14

19

18
17
16

15
SYSTÈME VASCULAIRE : ARTÈRES

1. Artère carotide commune 19. Branche descendante


gauche de l’artère circonflexe latérale
2. Artère subclavière gauche de la cuisse
3. Arc aortique 20. Branche transverse de l’artère
4. Artère circonflexe humérale circonflexe latérale de la cuisse
antérieure 21. Arcade palmaire superficielle
5. Aorte thoracique 22. Arcade palmaire profonde
6. Tronc cœliaque 23. Artère testiculaire/ovarique
7. Artère rénale gauche 24. Artère ulnaire
8. Artère mésentérique supérieure 25. Artère radiale
9. Artère mésentérique inférieure 26. Artère brachiale
10. Artère iliaque commune gauche 27. Artère brachiale profonde
11. Artère iliaque interne gauche 28. Aorte ascendante
12. Artère iliaque externe gauche 29. Artère thoracique interne
13. Artère fémorale 30. Artère axillaire
14. Artère profonde de la cuisse 31. Tronc brachiocéphalique
15. Artère dorsale du pied 32. Artère subclavière droite
16. Artère tibiale postérieure 33. Artère vertébrale
17. Artère tibiale antérieure 34. Artère faciale
18. Artère poplitée 35. Artère temporale superficielle

Figure extraite de Gray’s Atlas of Anatomy, p. 10.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


SYSTÈME VASCULAIRE : VEINES 8

Identifiez les veines indiquées.

41 1
40 2
39 3
38
37
36 4
35 5
34
33 6
32 7
31 8
30 9
28 29 10
27 11
26 12
25 13
24
14
23

22
15

21
20
16
19
17

18
SYSTÈME VASCULAIRE : VEINES

1. Veine jugulaire externe gauche 21. Veine tibiale antérieure


2. Veine jugulaire interne gauche 22. Veine poplitée
3. Veine subclavière gauche 23. Grande veine saphène
4. Veine brachiocéphalique 24. Veine fémorale profonde
gauche 25. Veine ulnaire
5. Veine cave supérieure 26. Veine radiale
6. Veine cave inférieure 27. Veine basilique
7. Veine splénique 28. Veine céphalique
8. Veine porte 29. Veine testiculaire/ovarique
9. Veine mésentérique inférieure 30. Veine médiane basilique
10. Veine mésentérique supérieure 31. Veine hépatique
11. Veine iliaque commune gauche 32. Veines brachiales
12. Veine iliaque externe gauche 33. Veine basilique
13. Veine iliaque interne gauche 34. Veine azygos
14. Veine fémorale 35. Veine céphalique
15. Petite veine saphène 36. Veine brachiocéphalique droite
16. Grande veine saphène 37. Veine axillaire
17. Petite veine saphène 38. Veine subclavière droite
18. Arcade veineuse dorsale du pied 39. Veine jugulaire antérieure
19. Veine fibulaire postérieure 40. Veine faciale
20. Veine tibiale postérieure 41. Veine temporale superficielle

Figure extraite de Gray’s Atlas of Anatomy, p. 11.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


SECTION 2 : DOS

9. Architecture du squelette : colonne vertébrale


10. Architecture du squelette : vertèbre type
11. Architecture du squelette : vertèbre – 1
12. Architecture du squelette : atlas, axis et ligaments
13. Architecture du squelette : vertèbre – 2
14. Architecture du squelette : vertèbre – 3
15. Architecture du squelette : sacrum et coccyx
16. Architecture du squelette : radiographie vertébrale – 1
17. Architecture du squelette : radiographie vertébrale – 2
18. Architecture du squelette : radiographie vertébrale – 3
19. Architecture du squelette : articulations intervertébrales
20. Architecture du squelette : foramen intervertébral
21. Architecture du squelette : ligaments vertébraux
22. Architecture du squelette : protrusion du disque intervertébral
23. Muscles : groupe superficiel
24. Muscles : innervation et vascularisation du trapèze
25. Muscles : groupe intermédiaire
26. Muscles : érecteur du rachis
27. Muscles : transversaire épineux et segmentaires
28. Muscles : région suboccipitale
29. Moelle spinale
30. Moelle spinale : détails
31. Nerfs spinaux
32. Artères de la moelle spinale
33. Artères de la moelle spinale : détails
34. Méninges de la moelle spinale
This page intentionally left blank
ARCHITECTURE DU SQUELETTE :
COLONNE VERTÉBRALE 9

Identifiez les régions vertébrales indiquées.


Combien y a-t-il de vertèbres dans chaque région ?

5
ARCHITECTURE DU SQUELETTE :
COLONNE VERTÉBRALE

1. Cervicales (7 vertèbres ; CI–CVII)


2. Thoraciques (12 vertèbres ; TI–TXII)
3. Lombales (5 vertèbres ; LI–LV)
4. Sacrales (5 vertèbres fusionnées I–V ; sacrum)
5. Coccygiennes (3–4 vertèbres coccygiennes ; coccyx)

EN CLINIQUE :
• Des fractures vertébrales peuvent entraîner des lésions de la moelle
spinale ou des nerfs spinaux.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 59.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


ARCHITECTURE DU SQUELETTE :
VERTÈBRE TYPE 10

Identifiez les parties des vertèbres indiquées.

6 3

10 7

8
9
1
ARCHITECTURE DU SQUELETTE :
VERTÈBRE TYPE

1. Corps vertébral
2. Foramen vertébral
3. Processus transverse
4. Processus épineux
5. Lame
6. Pédicule
7. Processus articulaire supérieur
8. Processus articulaire inférieur
9. Incisure vertébrale inférieure
10. Incisure vertébrale supérieure

EN CLINIQUE :
• Au cours d’une chirurgie, une laminectomie (résection d’une lame)
permet d’accéder au canal vertébral.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 60.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


ARCHITECTURE DU SQUELETTE :
VERTÈBRE – 1 11

À quelle région de la colonne vertébrale cette vertèbre


appartient-elle ? Identifiez les structures indiquées.

4
2

1
ARCHITECTURE DU SQUELETTE :
VERTÈBRE – 1

Cette vertèbre appartient à la région cervicale.


1. Corps vertébral
2. Foramen transversaire
3. Processus épineux
4. Processus transverse

EN CLINIQUE :
• L’artère vertébrale et les veines associées passent à travers le foramen
transversaire et peuvent être lésées à ce niveau.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 72.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


ARCHITECTURE DU SQUELETTE :
ATLAS, AXIS ET LIGAMENTS 12

Identifiez ces deux vertèbres. Identifiez


les structures indiquées.

1 2
13
11 12
10 3

9 4

8 5
6

A 7
14 15
16
17

18

B
ARCHITECTURE DU SQUELETTE :
ATLAS, AXIS ET LIGAMENTS

A. Atlas et axis (vue supérieure)


B. Ligaments (vue postérieure)
1. Tubercule antérieur
2. Facette articulaire pour la dent de l’axis
3. Masse latérale
4. Processus transverse
5. Foramen vertébral
6. Arc postérieur
7. Tubercule postérieur
8. Sillon pour l’artère vertébrale
9. Foramen transversaire
10. Facette articulaire supérieure
11. Arc antérieur
12. Dent de l’axis
13. Facette articulaire antérieure
14. Ligaments alaires
15. Faisceau longitudinal supérieur du ligament cruciforme de l’atlas
16. Ligament apical de la dent
17. Ligament transverse de l’atlas
18. Faisceau longitudinal inférieur du ligament cruciforme de l’atlas

Figure extraite de Gray’s Atlas of Anatomy, p. 489.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


ARCHITECTURE DU SQUELETTE :
VERTÈBRE – 2 13

À quelle région de la colonne vertébrale cette vertèbre


appartient-elle ? Identifiez les structures indiquées.

7
2

5 4
6 3

11 10
ARCHITECTURE DU SQUELETTE :
VERTÈBRE – 2

Cette vertèbre appartient à la région thoracique.


1. Facette articulaire costale supérieure pour la côte inférieure
2. Pédicule
3. Processus transverse
4. Lame
5. Processus épineux
6. Facette articulaire avec le tubercule de la côte
7. Foramen vertébral
8. Corps vertébral
9. Processus articulaires supérieurs
10. Facettes pour l’articulation avec la tête des côtes
11. Processus articulaires inférieurs

EN CLINIQUE :
• L’ostéoporose peut entraîner un collapsus du corps vertébral.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 141.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


ARCHITECTURE DU SQUELETTE :
VERTÈBRE – 3 14

À quelle région de la colonne vertébrale cette vertèbre


appartient-elle ? Identifiez les structures indiquées.

2
ARCHITECTURE DU SQUELETTE :
VERTÈBRE – 3

Cette vertèbre appartient à la région lombale.


1. Corps vertébral
2. Processus transverse
3. Processus épineux

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 71.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


ARCHITECTURE DU SQUELETTE :
SACRUM ET COCCYX 15

Identifiez A et B. Identifiez les structures indiquées.

1
3

B
ARCHITECTURE DU SQUELETTE :
SACRUM ET COCCYX

A. Sacrum
B. Coccyx
1. Foramens sacraux antérieurs
2. Foramens sacraux postérieurs
3. Facette articulaire avec l’os coxal
4. Corne coccygienne

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 74.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


ARCHITECTURE DU SQUELETTE :
RADIOGRAPHIE VERTÉBRALE – 1 16

Quelle région de la colonne vertébrale ces radiographies


montrent-t-elles ? Identifiez les structures indiquées.

1
ARCHITECTURE DU SQUELETTE :
RADIOGRAPHIE VERTÉBRALE – 1

Ces radiographies montrent la région cervicale.


1. Processus épineux

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 68.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


ARCHITECTURE DU SQUELETTE :
RADIOGRAPHIE VERTÉBRALE – 2 17

Quelle région de la colonne vertébrale ces radiographies


montrent-t-elles ? Identifiez les structures indiquées.

3
2

1
ARCHITECTURE DU SQUELETTE :
RADIOGRAPHIE VERTÉBRALE – 2

Ces radiographies montrent la région thoracique.


1. Côte
2. Corps de la vertèbre thoracique
3. Disque intervertébral

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 69.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


ARCHITECTURE DU SQUELETTE :
RADIOGRAPHIE VERTÉBRALE – 3 18

Quelle région de la colonne vertébrale ces radiographies


montrent-t-elles ? Identifiez les structures indiquées.

2
ARCHITECTURE DU SQUELETTE :
RADIOGRAPHIE VERTÉBRALE – 3

Ces radiographies montrent la région lombale.


1. Pédicule
2. Processus épineux
3. Disque intervertébral
4. Corps vertébral

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 70–71.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


ARCHITECTURE DU SQUELETTE :
ARTICULATIONS INTERVERTÉBRALES 19

Identifiez les structures indiquées.

3
4
ARCHITECTURE DU SQUELETTE :
ARTICULATIONS INTERVERTÉBRALES

1. Disque intervertébral
2. Articulation zygapophysaire
3. Nucleus pulposus
4. Anulus fibrosus

EN CLINIQUE :
• Une hernie du nucleus pulposus à travers une brèche de l’anulus
fibrosus peut venir au contact de la moelle spinale ou d’un nerf spinal.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 79 et 80.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


ARCHITECTURE DU SQUELETTE :
FORAMEN INTERVERTÉBRAL 20

Identifiez les structures indiquées.

5
2

4
ARCHITECTURE DU SQUELETTE :
FORAMEN INTERVERTÉBRAL

1. Incisure vertébrale supérieure


2. Foramen intervertébral
3. Disque intervertébral
4. Incisure vertébrale inférieure
5. Articulation zygapophysaire

EN CLINIQUE :
• Le foramen intervertébral est entouré par de l’os et des articulations.
Un nerf spinal et des vaisseaux passent à travers le foramen.
Toute pathologie affectant les structures qui forment les limites
du foramen peut léser le nerf spinal.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 82.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


ARCHITECTURE DU SQUELETTE :
LIGAMENTS VERTÉBRAUX 21

Identifiez les structures indiquées.

1
2

6
ARCHITECTURE DU SQUELETTE :
LIGAMENTS VERTÉBRAUX

1. Ligament longitudinal postérieur


2. Ligament longitudinal antérieur
3. Foramen intervertébral
4. Ligament jaune
5. Ligament supraépineux
6. Ligaments interépineux

EN CLINIQUE :
• Lors d’une ponction lombaire dans le plan médian, l’on introduit
une aiguille à travers les ligaments supraépineux et interépineux
dans le canal vertébral.

• Les nerfs spinaux passent à travers les foramens intervertébraux.


Toute pathologie qui réduit les dimensions du foramen peut
comprimer le nerf, entraînant des déficits moteurs et sensitifs
ainsi qu’une douleur.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 82–84.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


ARCHITECTURE DU SQUELETTE : PROTRUSION
DU DISQUE INTERVERTÉBRAL 22

Identifiez A et B. Identifiez les structures indiquées.

A
2
3

8
4

6 5

B
ARCHITECTURE DU SQUELETTE :
PROTRUSION DU DISQUE INTERVERTÉBRAL

A. Protrusion du disque intervertébral dans la région lombale inférieure


de la colonne vertébrale
B. Protrusion du disque intervertébral (vue supérieure)
1. Canal vertébral contenant le liquide cérébrospinal (LCS)
et la queue de cheval
2. Protrusion discale (hernie du disque)
3. Nucleus pulposus
4. Défect dans l’anulus fibrosus
5. Queue de cheval
6. Dure-mère
7. Compression des racines nerveuses spinales
8. Hernie du nucleus pulposus
9. Anulus fibrosus

Figure extraite de Gray’s Atlas of Anatomy, p. 33.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


MUSCLES : GROUPE SUPERFICIEL 23

Identifiez les muscles indiqués.

1
5
2

4
MUSCLES : GROUPE SUPERFICIEL

1. Élévateur de la scapula
2. Petit rhomboïde
3. Grand rhomboïde
4. Grand dorsal
5. Trapèze

EN CLINIQUE :
• La fonction du muscle trapèze peut être utilisée pour tester le nerf
crânien XI (nerf accessoire).

• La fonction des muscles élévateur de la scapula, petit et grand


rhomboïdes peut être utilisée pour évaluer le statut des rameaux
antérieurs des nerfs spinaux C3–C5 (élévateur de la scapula, C3–C5 ;
rhomboïdes, C4–C5).

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 88.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


MUSCLES : INNERVATION ET VASCULARISA-
TION DU TRAPÈZE 24

Identifiez les structures indiquées.

3
1
2
MUSCLES : INNERVATION ET VASCULARISA-
TION DU TRAPÈZE

1. Nerf accessoire (XI)


2. Collatérale superficielle de l’artère cervicale transverse
3. Muscle trapèze

EN CLINIQUE :
• Le déficit du nerf accessoire (XI) entraîne la perte de la capacité d’élever
l’épaule contre résistance.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 89.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


MUSCLES : GROUPE INTERMÉDIAIRE 25

Identifiez les muscles indiqués.

2
MUSCLES : GROUPE INTERMÉDIAIRE

1. Muscle dentelé postérieur et supérieur


2. Muscle dentelé postérieur et inférieur

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 93.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


MUSCLES : ÉRECTEUR DU RACHIS 26

Identifiez les muscles indiqués.

4
MUSCLES : ÉRECTEUR DU RACHIS

1. Splénius capitis
2. Épineux
3. Longissimus thoracique
4. Iliocostal

EN CLINIQUE :
• Les muscles érecteurs du rachis sont des muscles posturaux innervés
par les rameaux postérieurs des nerfs spinaux. Une pathologie
fonctionnelle peut entraîner une douleur du dos et une posture
anormale.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 96.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


MUSCLES : TRANSVERSAIRE ÉPINEUX
ET SEGMENTAIRES 27

Identifiez les muscles indiqués.

3
11 4

10
5

8
MUSCLES : TRANSVERSAIRE ÉPINEUX
ET SEGMENTAIRES

1. Petit droit postérieur de la tête


2. Oblique supérieur de la tête
3. Grand droit postérieur de la tête
4. Oblique inférieur de la tête
5. Rotateurs du thorax (court, long)
6. Élévateurs des côtes (court, long)
7. Intertransversaire
8. Érecteur du rachis (sectionné)
9. Multifidus
10. Semi-épineux du thorax
11. Semi-épineux de la tête

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 98.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


MUSCLES : RÉGION SUBOCCIPITALE 28

Identifiez les structures indiquées.

2
4

3
MUSCLES : RÉGION SUBOCCIPITALE

1. Muscle oblique supérieur de la tête


2. Muscle oblique inférieur de la tête
3. Artère vertébrale
4. Rameau postérieur de CI
5. Muscle grand droit postérieur de la tête
6. Muscle petit droit postérieur de la tête

EN CLINIQUE :
• L’artère vertébrale et le rameau postérieur de CI sont situés
dans le triangle suboccipital formé par les muscles oblique supérieur
de la tête, grand droit postérieur de la tête et oblique inférieur
de la tête. Le triangle suboccipital peut être utilisé pour accéder
à l’artère vertébrale.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 100.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


MOELLE SPINALE 29

Identifiez les structures indiquées.

C1 CI
C2 CII 1
C3 CIII
Nerfs C4
CIV
C5 2
cervicaux CV
C6
CVI
C7 CVII
C8 TI
T1
TII
T2
TIII
T3
TIV
T4
TV
T5
TVI
T6
Nerfs TVII
T7
thoraciques TVIII
T8
TIX
T9
TX
T10
TXI
T11
TXII 3
T12
LI
L1 4
LII
L2 5
Nerfs LIII
L3
lombaux LIV
L4 6
LV

L5
SI 7
SII
S1
SIII
Nerfs sacrés S2 SIV
S3 8
et S4 SV
S5 9
coccygiens Co
MOELLE SPINALE

Relation des racines des nerfs spinaux aux vertèbres.


1. Espace subarachnoïdien
2. Renflement cervical (de la moelle spinale)
3. Renflement lombosacral (de la moelle spinale)
4. Cône médullaire
5. Queue de cheval
6. Filum terminale (partie appartenant à la pie-mère)
7. Fin du sac dural/de l’arachnoïde
8. Filum terminale (partie appartenant à la dure-mère)
9. Coccyx

EN CLINIQUE :
• Il est possible d’accéder en toute sécurité avec une aiguille
à l’espace subarachnoïdien sous la terminaison de la moelle spinale.
Normalement, cela est effectué dans la partie inférieure de la région
lombale.

Figure extraite de Gray’s Atlas of Anatomy, p. 44.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


MOELLE SPINALE : DÉTAILS 30

Identifiez les structures ou régions indiquées.

6 4

2
3

5
MOELLE SPINALE : DÉTAILS

1. Canal central
2. Matière grise
3. Matière blanche
4. Sillon médian postérieur
5. Sillon médian antérieur
6. Sillon intermédiaire postérieur

EN CLINIQUE :
• Des lésions de la substance blanche ou de la substance grise peuvent
provoquer des déficits neurologiques.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 102.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


NERFS SPINAUX 31

Identifiez les structures indiquées.

3
4
5
1

6
NERFS SPINAUX

1. Racine antérieure
2. Racine postérieure
3. Ganglion spinal
4. Nerf spinal
5. Rameau postérieur
6. Rameau antérieur

EN CLINIQUE :
• Une lésion de la racine postérieure d’un nerf spinal entraîne une perte
de l’ensemble des fibres sensitives issues de ce dernier destinées à
ce niveau spinal. Une lésion de la racine antérieure d’un nerf spinal
entraîne une perte de l’ensemble des fibres motrices issues de la moelle
spinale au niveau de ce nerf spinal.

• Les fibres sensitives pénètrent dans la moelle spinale par l’arrière.


Les fibres motrices quittent la moelle spinale par l’avant.

• Tous les plexus somatiques du corps sont formés par les rameaux
antérieurs des nerfs spinaux.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 107.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


ARTÈRES DE LA MOELLE SPINALE 32

Identifiez les artères indiquées.

1
2

3
4
5
6
7
8
9

10

11

12

13

14

15
ARTÈRES DE LA MOELLE SPINALE

Artères qui vascularisent la moelle spinale (vue antérieure).


1. Artère spinale postérieure
2. Artère spinale antérieure
3. Artères médullaires segmentaires
4. Artère vertébrale
5. Artère cervicale ascendante
6. Artère cervicale profonde
7. Tronc costocervical
8. Tronc thyrocervical
9. Artère subclavière
10. Artères médullaires segmentaires (branches de l’artère spinale
segmentaire)
11. Artère spinale segmentaire
12. Artère intercostale postérieure
13. Artère du renflement lombal/d’Adamkiewicz (branche de l’artère
spinale segmentaire)
14. Artère spinale segmentaire
15. Artère sacrale latérale

EN CLINIQUE :
• Un déficit de l’artère du renflement lombal (d’Adamkiewicz) peut
entraîner un déficit de la partie inférieure de la moelle spinale.

Figure extraite de Gray’s Atlas of Anatomy, p. 46.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


ARTÈRES DE LA MOELLE SPINALE : DÉTAILS 33

Identifiez les artères indiquées.

3
5 2 1
2
3
4

5
10 4

9
5

8
ARTÈRES DE LA MOELLE SPINALE : DÉTAILS

1. Artères spinales postérieures


2. Artère radiculaire postérieure
3. Artère radiculaire antérieure
4. Artère médullaire segmentaire
5. Artère spinale segmentaire
6. Branche postérieure de l’artère intercostale postérieure gauche
7. Artère intercostale postérieure gauche
8. Aorte
9. Artère spinale antérieure
10. Branche postérieure de l’artère intercostale postérieure droite

EN CLINIQUE :
• La perte de la vascularisation segmentaire de la moelle spinale peut
entraîner un déficit neurologique.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 103.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


MÉNINGES DE LA MOELLE SPINALE 34

Identifiez les structures indiquées.

1
MÉNINGES DE LA MOELLE SPINALE

1. Dure-mère
2. Arachnoïde
3. Pie-mère
4. Espace subarachnoïdien
5. Ligament dentelé

EN CLINIQUE :
• Le liquide cérébrospinal (LCS) est situé dans l’espace subarachnoïdien
et peut y être prélevé.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 105.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


SECTION 3 : THORAX

35. Squelette thoracique


36. Côte type
37. Surface supérieure de la 1re côte
38. Sternum
39. Vertèbres, côtes et sternum
40. Paroi thoracique
41. Cavité thoracique
42. Espace intercostal avec ses nerfs et ses vaisseaux
43. Cavité pleurale
44. Plèvre
45. Plèvre pariétale
46. Poumon droit
47. Poumon gauche
48. Médiastin : subdivisions
49. Péricarde
50. Sinus du péricarde
51. Face antérieure de cœur
52. Face diaphragmatique et base du cœur
53. Atrium droit
54. Ventricule droit
55. Atrium gauche
56. Ventricule gauche
57. Artères coronaires
58. Veines coronaires
59. Système de conduction
60. Médiastin supérieur
61. Médiastin supérieur : coupe transversale
62. Médiastin supérieur : gros vaisseaux
63. Médiastin supérieur : trachée et œsophage
64. Médiastin : vue latérale droite
65. Médiastin : vue latérale gauche
66. Médiastin postérieur
67. Constrictions normales de l’œsophage et plexus œsophagien
68. Aorte thoracique et ses branches
69. Système veineux azygos et conduit thoracique
70. Troncs sympathiques thoraciques et nerfs splanchniques
This page intentionally left blank
SQUELETTE THORACIQUE 35

Identifiez les types de côtes.

3
SQUELETTE THORACIQUE

1. Vraies côtes (1re à 7e)


2. Fausses côtes (8e à 12e)
3. Côtes flottantes (11e et 12e)

EN CLINIQUE :
• Les sept paires de côtes supérieures sont appelées les vraies côtes
car leurs cartilages costaux s’articulent directement avec le sternum.
Les côtes restantes sont appelées fausses côtes parce que soit elles
s’articulent en avant avec les cartilages costaux des côtes situées
au-dessus, soit elles ne s’articulent pas du tout vers l’avant. Les deux
dernières paires de fausses côtes (11e et 12e) sont souvent appelées
côtes flottantes.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 142.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


CÔTE TYPE 36

Identifiez les parties d’une côte indiquées.

4
1

6
CÔTE TYPE

1. Tête
2. Col
3. Tubercule
4. Angle
5. Sillon costal
6. Cartilage costal

EN CLINIQUE :
• Une fracture de côte peut déchirer la plèvre pariétale sous-jacente.
De l’air peut alors pénétrer dans la cavité pleurale, provoquant un
pneumothorax. Si cela se produit, le poumon se rétracte en raison de
ses propriétés élastiques.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 143.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


SURFACE SUPÉRIEURE DE LA 1RE CÔTE 37

Identifiez les parties d’une côte indiquées.

1 2

7
6

5 3

4
SURFACE SUPÉRIEURE DE LA 1RE CÔTE

1. Col
2. Tubercule
3. Zone d’insertion du muscle dentelé antérieur
4. Cartilage costal
5. Sillon de la veine subclavière
6. Tubercule du scalène antérieur (insertion du muscle scalène antérieur)
7. Sillon de l’artère subclavière
8. Zone d’insertion du muscle scalène moyen
9. Tête avec facette articulaire

Figure extraite de Gray’s Atlas of Anatomy, p. 59.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


STERNUM 38

Identifiez les parties du sternum indiquées.

11 1

10

8
5

7
6
STERNUM

1. Incisure jugulaire
2. Manubrium sternal
3. Angle sternal (articulation manubriosternale)
4. Stries transverses
5. Corps du sternum
6. Processus xiphoïde
7. Incisures pour la 7e côte
8. Incisures pour les 3e à 6e côtes
9. Demi-facettes de l’incisure pour la 2e côte
10. Incisure pour la 1re côte
11. Surface articulaire pour la clavicule

EN CLINIQUE :
• L’articulation manubriosternale est facilement palpable car le
manubrium a normalement une angulation postérieure par rapport
au corps du sternum, formant l’angle sternal, important d’un point
de vue clinique. Ce relief marque la localisation de l’articulation entre
la 2e côte et le sternum. Il est utilisé comme point de repère pour
compter les côtes.

Figure extraite de Gray’s Atlas of Anatomy, p. 144.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


VERTÈBRE, CÔTES ET STERNUM 39

Identifiez les structures indiquées.

6 1

2
10 7

9
4

3
VERTÈBRE, CÔTES ET STERNUM

1. Facette costale supérieure


2. Sternum
3. Cartilage costal
4. 5e côte
5. Face costale du processus transverse
6. Processus articulaire supérieur
7. Disque intervertébral
8. Corps vertébral
9. Facette costale inférieure
10. Processus articulaire inférieur

EN CLINIQUE :
• En raison des particularités des articulations entre les côtes, les
vertèbres et le sternum, l’élévation et l’abaissement des côtes
diminuent les dimensions antéropostérieures et latérales du thorax.
L’extrémité antérieure des côtes est inférieure à leur extrémité
postérieure. Lorsque ces côtes s’élèvent, elles entraînent une
mobilisation du sternum vers le haut et vers l’avant. Si les côtes
s’abaissent, le sternum est mobilisé vers le bas et vers l’arrière. Ce
mouvement de pompe entraîne des modifications des dimensions
antéropostérieures du thorax. La partie moyenne de la diaphyse costale
étant en position inférieure par rapport aux deux extrémités, quand
les côtes s’élèvent, les parties moyennes des côtes se mobilisent
latéralement. Ce mouvement à type d’anse de seau modifie les
dimensions latérales du thorax.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 126.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


PAROI THORACIQUE 40

Identifiez les structures d’un espace intercostal indiquées.

3
2
1

10
9
8

7
6
5
PAROI THORACIQUE

1. Nerf intercostal
2. Artère intercostale
3. Veine intercostale
4. Branches collatérales
5. Plèvre pariétale
6. Fascia endothoracique
7. Sillon costal
8. Muscle intercostal intime
9. Muscle intercostal interne
10. Muscle intercostal externe

EN CLINIQUE :
• Les muscles de la paroi thoracique modifient la position des côtes et du
sternum, ce qui entraîne un changement du volume thoracique durant
la respiration. Ils fournissent aussi un support structurel pour la paroi
thoracique durant la respiration.

Figure extraite de Gray’s Atlas of Anatomy, p. 66.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


CAVITÉ THORACIQUE 41

Identifiez les structures indiquées.

6
5
1

10
3

8
9

7
CAVITÉ THORACIQUE

1. Muscle intercostal externe


2. Muscle intercostal interne
3. Muscle intercostal intime
4. Artère intercostale postérieure
5. Artère intercostale antérieure
6. Artère thoracique interne
7. Rameau antérieur du nerf spinal (nerf intercostal)
8. Poumon droit
9. Poumon gauche
10. Médiastin

EN CLINIQUE :
• La cavité thoracique est divisée en une cavité pleurale gauche et
une cavité pleurale droite, qui entourent chacune les poumons, et
le médiastin. Ainsi, des problèmes concernant une cavité pleurale
n’affectent pas nécessairement l’autre cavité. Par conséquent, le
médiastin peut être ouvert chirurgicalement sans ouvrir les cavités
pleurales.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 149.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


ESPACE INTERCOSTAL AVEC SES NERFS
ET SES VAISSEAUX 42

Identifiez les structures d’un espace intercostal indiquées.

4
2
ESPACE INTERCOSTAL AVEC SES NERFS
ET SES VAISSEAUX

1. Artère et veine intercostales postérieures


2. Artère et veine intercostales antérieures
3. Artère et veine thoraciques internes
4. Branches antérieures perforantes des vaisseaux intercostaux
5. Rameau cutané antérieur du nerf intercostal
6. Branches latérales du nerf et des vaisseaux intercostaux
7. Branches collatérales du nerf et des vaisseaux intercostaux

EN CLINIQUE :
• L’insertion d’un drain permet d’éliminer l’air de la cavité pleurale. Le
drain est inséré au niveau du bord supérieur de la côte car une insertion
au niveau du bord inférieur risque de léser l’artère, la veine et le nerf
intercostaux sous-jacents dans le sillon costal.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 148.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


CAVITÉ PLEURALE 43

Identifiez les parties de la paroi et de la cavité


thoraciques indiquées.

7
CAVITÉ PLEURALE

1. Cavité pleurale droite


2. Médiastin
3. Cavité pleurale gauche
4. Manubrium sternal
5. Angle sternal
6. Corps du sternum
7. Processus xiphoïde
8. Côtes

EN CLINIQUE :
• Les cavités pleurales s’étendent au-dessus de la 1re côte au niveau de
la racine du cou. Un traumatisme ou une blessure de la racine du cou
peut entraîner une extension de la plèvre vers le haut. Inversement,
des processus pathologiques au niveau de l’extension supérieure de la
plèvre peuvent affecter la racine du cou.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 124.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


PLÈVRE 44

Identifiez les structures indiquées.

6
PLÈVRE

1. Plèvre pariétale
2. Plèvre viscérale
3. Cavité pleurale
4. Médiastin
5. Poumon gauche
6. Poumon droit

EN CLINIQUE :
• Chaque cavité pleurale est un espace virtuel situé entre la plèvre
viscérale et la plèvre pariétale. Normalement, cet espace contient
uniquement une très fine couche de liquide séreux (environ 15 ml). La
surface du poumon est tapissée par la plèvre viscérale, qui s’oppose et
peut glisser librement sur la plèvre pariétale en regard qui, elle, est fixée
à la paroi thoracique.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 159.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


PLÈVRE PARIÉTALE 45

Identifiez les parties de la plèvre pariétale indiquées.

5
PLÈVRE PARIÉTALE

1. Plèvre cervicale
2. Partie costale
3. Ligament pulmonaire
4. Partie médiastinale
5. Partie diaphragmatique

EN CLINIQUE :
• La plèvre pariétale est innervée par des fibres afférentes somatiques
générales (ASG) et est très sensible aux stimuli douloureux, comme
l’insertion d’un drain thoracique. La plèvre viscérale est innervée
par des fibres afférentes viscérales générales (AVG) et est assez peu
sensible aux stimuli douloureux.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 160.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


POUMON DROIT 46

Identifiez les parties du poumon droit et les structures


en rapport indiquées.

1
4

2
3

16
15 6

7
14

13
8

9
12

11
10
POUMON DROIT

1. Scissure oblique
2. Lobe inférieur
3. Lobe moyen
4. Scissure horizontale
5. Lobe supérieur
6. 1re côte
7. Veine brachiocéphalique gauche
8. Œsophage
9. Veine azygos
10. Diaphragme
11. Veine cave inférieure
12. Cœur
13. Veine cave supérieure
14. Veine brachiocéphalique droite
15. Veine subclavière
16. Artère subclavière

EN CLINIQUE :
• La plus grande partie du lobe supérieur est en contact avec la partie
supérieure de la paroi antérolatérale, et l’apex de ce lobe se situe dans
la racine du cou. La surface du lobe moyen est en contact direct avec
la paroi thoracique antérieure et inférieure et latérale. La face costale
du lobe inférieur est en contact avec la paroi thoracique postérieure
et inférieure. Pour écouter les bruits respiratoires au niveau de chaque
lobe, le stéthoscope doit être placé sur les différentes aires de la paroi
thoracique situées au-dessus de chaque lobe.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 165.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


POUMON GAUCHE 47

Identifiez les parties du poumon gauche et les structures


en rapport indiquées.

1
3

4
11
5

10
7

8
POUMON GAUCHE

1. Lobe supérieur
2. Lobe inférieur
3. Scissure oblique
4. Artère subclavière gauche
5. Tronc veineux brachiocéphalique gauche
6. Arc aortique
7. Cœur
8. Diaphragme
9. Aorte thoracique
10. Œsophage
11. 1re côte

EN CLINIQUE :
• La plus grande partie du lobe supérieur est en contact avec la partie
supérieure de la paroi antérolatérale, et l’apex de ce lobe se situe dans
la racine du cou. La face costale du lobe inférieur est en contact avec
la paroi thoracique postérieure et inférieure. Pour écouter les bruits
respiratoires au niveau de chaque lobe, le stéthoscope doit être placé
sur les différentes aires de la paroi thoracique situées au-dessus de
chaque lobe.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 167.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


MÉDIASTIN : SUBDIVISIONS 48

Identifiez les parties du médiastin indiquées.

4
3

5
MÉDIASTIN : SUBDIVISIONS

1. Médiastin supérieur
2. Médiastin antérieur
3. Médiastin inférieur
4. Médiastin moyen
5. Médiastin postérieur

EN CLINIQUE :
• Le médiastin est divisé en plusieurs petites régions. Un plan
transversal, qui s’étend de l’angle sternal (jonction entre le manubrium
et le corps du sternum) au disque intervertébral situé entre les vertèbres
TIV et TV, sépare le médiastin en médiastin supérieur et médiastin
inférieur, qui est lui-même subdivisé par le sac péricardique en
médiastins antérieur, moyen et postérieur.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 176.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


PÉRICARDE 49

Identifiez les composantes du péricarde indiquées.

2
PÉRICARDE

1. Jonction entre le péricarde fibreux et l’adventice des gros vaisseaux


2. Péricarde fibreux
3. Couche pariétale du péricarde séreux
4. Cavité péricardique
5. Couche viscérale du péricarde séreux (épicarde)

EN CLINIQUE :
• Le péricarde fibreux est une structure relativement fixée qui ne
se déforme pas facilement. Une accumulation rapide de liquide
en excès dans le sac péricardique peut comprimer le cœur ; il s’agit
de la tamponnade cardiaque.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 177.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


SINUS DU PÉRICARDE 50

Identifiez les sinus du péricarde et les structures


associées indiquées.

12

11 1

10
2
9

5
7

6
SINUS DU PÉRICARDE

1. Arc aortique
2. Artère pulmonaire gauche
3. Veines pulmonaires gauches
4. Sinus oblique du péricarde (formé par la réflexion autour des veines
pulmonaires)
5. Section du péricarde
6. Aorte thoracique
7. Veine cave inférieure
8. Veines pulmonaires droites
9. Branche de l’artère pulmonaire droite
10. Sinus transverse du péricarde (séparant artères et veines)
11. Aorte ascendante
12. Veine cave supérieure

EN CLINIQUE :
• La péricardite est une inflammation du péricarde. Les causes les plus
fréquentes de péricardite sont les infections virales et bactériennes
ainsi que les maladies systémiques, et elle peut survenir après un
infarctus du myocarde. Un épaississement anormal du sac péricardique
(péricardite constrictive) entraîne une compression du cœur, qui
perturbe le travail de ce dernier et provoque une insuffisance cardiaque.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 179.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


FACE ANTÉRIEURE DU CŒUR 51

Identifiez les structures de la face antérieure du cœur indiquées.

1
8

2
7
3

6
4

5
FACE ANTÉRIEURE DU CŒUR

1. Auricule gauche
2. Grande veine cardiaque
3. Artère interventriculaire antérieure, branche de l’artère coronaire
gauche
4. Ventricule gauche
5. Ventricule droit
6. Petite veine cardiaque
7. Atrium droit
8. Artère coronaire droite

EN CLINIQUE :
• La face antérieure du cœur est située à l’arrière du sternum, et elle
est formée principalement du ventricule droit, d’une petite partie de
l’atrium droit à droite et d’une petite partie du ventricule gauche à
gauche.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 181.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


FACE DIAPHRAGMATIQUE ET BASE DU CŒUR 52

Identifiez les structures de la face diaphragmatique


et de la base du cœur indiquées.

8
1

6
2

3
5 4
FACE DIAPHRAGMATIQUE ET BASE DU CŒUR

1. Atrium droit
2. Branche marginale de l’artère coronaire droite
3. Ventricule droit
4. Veine cardiaque moyenne
5. Artère interventriculaire postérieure, branche de l’artère coronaire droite
6. Ventricule gauche
7. Sinus coronaire
8. Atrium gauche

EN CLINIQUE :
• La face diaphragmatique est orientée vers le bas et elle est au contact
du diaphragme. Elle est formée du ventricule gauche et d’une petite
partie du ventricule droit, séparés par le sillon interventriculaire
postérieur. Elle ne comprend pas la base du cœur, qui est formée de
l’atrium gauche, d’une petite partie de l’atrium droit, et de la partie
proximale des veines caves supérieure et inférieure ainsi que des veines
pulmonaires.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 182.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


ATRIUM DROIT 53

Identifiez les structures de l’atrium droit indiquées.

4 2
3
ATRIUM DROIT

1. Auricule droite
2. Ostium du sinus coronaire
3. Valve du sinus coronaire
4. Valve de la veine cave inférieure
5. Fosse ovale
6. Muscles pectinés
7. Crête terminale (crista terminalis)
8. Limbe de la fosse ovale

EN CLINIQUE :
• La fosse ovale marque la localisation embryologique du foramen ovale,
qui est une structure importante de la circulation fœtale. Le foramen
ovale permet au sang oxygéné passant par l’atrium droit d’entrer
directement dans l’atrium gauche et, ainsi, de court-circuiter les
poumons, qui ne sont pas fonctionnels avant la naissance.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 186.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


VENTRICULE DROIT 54

Identifiez les structures du ventricule droit indiquées.

3
8

7
6 5
VENTRICULE DROIT

1. Valve pulmonaire
2. Infundibulum pulmonaire
3. Muscle papillaire septal
4. Trabécule septomarginale
5. Trabécule charnue
6. Muscle papillaire postérieur
7. Muscle papillaire antérieur
8. Valve tricuspide

EN CLINIQUE :
• La pathologie des valves dans le côté droit du cœur affectant la
valve tricuspide ou la valve pulmonaire est le plus souvent due à une
infection. Il en résulte un dysfonctionnement des valves qui provoque
une augmentation anormale de pression dans l’atrium droit et le
ventricule droit.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 188.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


ATRIUM GAUCHE 55

Identifiez les structures de l’atrium gauche indiquées.

4
ATRIUM GAUCHE

1. Valve du foramen ovale


2. Atrium gauche
3. Valve mitrale
4. Ventricule gauche
5. Auricule gauche

EN CLINIQUE :
• La maladie mitrale est souvent due à l’association d’un rétrécissement
et d’une insuffisance, l’un ou l’autre pouvant être prédominant. Les
deux mécanismes pathologiques aboutissent à un dysfonctionnement
de la valve et à des conséquences pour le cœur, dont une hypertrophie
ventriculaire gauche, une augmentation de la pression veineuse
pulmonaire, un œdème pulmonaire, et une dilatation de l’atrium
gauche.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 189.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


VENTRICULE GAUCHE 56

Identifiez les structures du ventricule gauche indiquées.

4 5
VENTRICULE GAUCHE

1. Cordage tendineux
2. Muscle papillaire antérieur
3. Trabécule charnue
4. Muscle papillaire postérieur
5. Valvule (cuspide) antérieure de la valve mitrale
6. Valvule (cuspide) postérieure de la valve mitrale

EN CLINIQUE :
• Les anomalies congénitales du cœur les plus fréquentes concernent le
septum interventriculaire – communication interventriculaire (CIV). Ces
lésions se produisent le plus souvent dans la partie membraneuse du
septum et elles permettent le passage du sang du ventricule gauche,
à haute pression, vers le ventricule droit, à basse pression, produisant
un shunt droite-gauche. Cela provoque une hypertrophie ventriculaire
droite et parfois une hypertension artérielle pulmonaire.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 190.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


ARTÈRES CORONAIRES 57

Identifiez les artères coronaires et leurs branches indiquées.

2
12

3
11

10 4

9
5

8
7 6
ARTÈRES CORONAIRES

1. Artère coronaire gauche


2. Branche circonflexe
3. Branche marginale gauche
4. Branche interventriculaire antérieure
5. Ventricule gauche
6. Branche diagonale
7. Branche interventriculaire postérieure
8. Branche marginale
9. Ventricule droit
10. Atrium droit
11. Artère coronaire droite
12. Branche nodale sinuatriale

EN CLINIQUE :
• L’occlusion d’une artère coronaire principale conduit à une oxygénation
insuffisante d’une partie du myocarde et à une nécrose cellulaire
(infarctus du myocarde). Il existe plusieurs procédures pour améliorer
le débit sanguin des artères coronaires partiellement ou totalement
occluses, dont l’angioplastie coronaire et le pontage coronaire.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 195.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


VEINES CORONAIRES 58

Identifiez les veines cardiaques indiquées.

7
1

2
6

5
4
3

8
5

3
VEINES CORONAIRES

1. Grande veine cardiaque


2. Veine interventriculaire antérieure
3. Veine cardiaque moyenne
4. Veine marginale droite
5. Petite veine cardiaque
6. Sinus coronaire
7. Veines cardiaques antérieures du ventricule droit
8. Veine cardiaque postérieure

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 199.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


SYSTÈME DE CONDUCTION 59

Identifiez les parties du système de conduction indiquées.

2
6

4 3

7
SYSTÈME DE CONDUCTION

1. Faisceau atrioventriculaire
2. Branche droite du faisceau
3. Trabécule septomarginale
4. Ventricule droit
5. Nœud atrioventriculaire
6. Nœud sinuatrial
7. Ventricule gauche
8. Branche gauche du faisceau

EN CLINIQUE :
• La paroi musculaire des atriums et des ventricules est capable de
se contracter spontanément. Le système de conduction cardiaque
coordonne les contractions. Son réseau de distribution particulier
établit un important flux unidirectionnel d’excitation/contraction, qui
se déplace des muscles papillaires et de l’apex des ventricules vers les
chambres d’éjection artérielle.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 201.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


MÉDIASTIN SUPÉRIEUR 60

Identifiez les structures du médiastin supérieur indiquées.

1
2
21 3
20 4
19 5
18 6

17 7
16 8
9
15 10
11
12

14 2 13
MÉDIASTIN SUPÉRIEUR

1. Trachée
2. Œsophage
3. Artère carotide commune gauche
4. Veine jugulaire interne gauche
5. Artère subclavière gauche
6. Veine subclavière gauche
7. Veine brachiocéphalique gauche
8. Arc aortique
9. Artère pulmonaire gauche
10. Bronche principale gauche
11. Tronc pulmonaire
12. Aorte thoracique
13. Aorte ascendante
14. Bronche principale droite
15. Veine cave supérieure
16. Artère pulmonaire droite
17. Veine brachiocéphalique droite
18. Veine subclavière droite
19. Artère subclavière droite
20. Veine jugulaire interne droite
21. Artère carotide commune droite

EN CLINIQUE :
• Le médiastin supérieur est situé en arrière du manubrium sternal et en
avant des corps des quatre premières vertèbres thoraciques. En haut, un
plan oblique passe par l’incisure jugulaire en avant et le bord supérieur
de TI en arrière. En bas, un plan horizontal passe par l’angle sternal et
le disque intervertébral entre TIV et TV. Latéralement, il est limité de
chaque côté par la partie médiastinale de la plèvre pariétale.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 205.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


MÉDIASTIN SUPÉRIEUR : COUPE TRANSVERSALE 61

Identifiez les structures du médiastin supérieur indiquées


dans ces coupes horizontales au niveau de la vertèbre TIII.

1
16 2
15 3
14 4

13 6

8
10
12
11 9
1
15 3

13 7
11 5
MÉDIASTIN SUPÉRIEUR : COUPE TRANSVERSALE

1. Tronc brachiocéphalique
2. Manubrium sternal
3. Veine brachiocéphalique gauche
4. Nerf phrénique gauche
5. Artère carotide commune gauche
6. Nerf vague gauche
7. Artère subclavière gauche
8. Nerf laryngé récurrent gauche
9. Conduit thoracique
10. TIII
11. Œsophage
12. Nerf vague droit
13. Trachée
14. Nerf phrénique droit
15. Veine brachiocéphalique droite
16. Thymus

EN CLINIQUE :
• Les schémas dans l’axe et les tomodensitométries (TDM) mettent en
évidence les rapports uniques entre les diverses structures du médiastin
supérieur. La TDM permet de révéler toute structure anormale (par
exemple des nœuds lymphatiques ou des tumeurs) et permet aussi
d’évaluer leurs rapports à d’autres structures environnantes.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 205.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


MÉDIASTIN SUPÉRIEUR : GROS VAISSEAUX 62

Identifiez les vaisseaux et les nerfs du médiastin


supérieur indiqués.

9 1

8 2

6
3

5
MÉDIASTIN SUPÉRIEUR : GROS VAISSEAUX

1. Artère carotide commune gauche


2. Artère subclavière gauche
3. Veine brachiocéphalique gauche
4. Nerf vague gauche
5. Veine cave supérieure
6. Veine brachiocéphalique droite
7. Nerf vague droit
8. Artère subclavière droite
9. Artère carotide commune droite

EN CLINIQUE :
• Une dissection aortique se produit lorsque la paroi de l’aorte se
dissèque longitudinalement, créant un faux chenal, qui peut ou non
rejoindre la vraie lumière de l’aorte en position distale. La dissection
survient entre l’intima et la média à n’importe quel niveau de l’aorte.
Si elle survient au niveau de l’aorte ascendante ou de l’arc de l’aorte,
le flux sanguin dans les artères coronaires et cérébrales peut être
interrompu.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 207.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


MÉDIASTIN SUPÉRIEUR : TRACHÉE ET ŒSOPHAGE 63

Identifiez les structures indiquées.

10 1

9 2

3
4
8
5

7
MÉDIASTIN SUPÉRIEUR : TRACHÉE ET ŒSOPHAGE

1. Nerf laryngé récurrent gauche


2. Artère subclavière gauche
3. Nerf vague gauche
4. Arc de l’aorte
5. Ligament artériel
6. Bronche principale gauche
7. Tronc pulmonaire
8. Bronche principale droite
9. Trachée
10. Œsophage

EN CLINIQUE :
• La trachée est une structure médiane qui est palpable au niveau de
l’incisure jugulaire lorsqu’elle pénètre dans le médiastin supérieur. Il
existe une mobilité significative dans le plan vertical de cette structure
au sein du médiastin supérieur. La respiration et des processus
pathologiques peuvent entraîner des modifications de position de la
trachée.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 214.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


MÉDIASTIN : VUE LATÉRALE DROITE 64

Identifiez les structures du médiastin indiquées


dans cette vue latérale droite.

8
1
2

12
3
11
4
10
9 5

6
MÉDIASTIN : VUE LATÉRALE DROITE

1. Tronc brachiocéphalique
2. Veine brachiocéphalique droite
3. Veine brachiocéphalique gauche
4. Veine cave supérieure
5. Nerf phrénique droit
6. Diaphragme
7. Plexus œsophagien
8. Œsophage
9. Bronche
10. Veine azygos
11. Nerf vague droit
12. Trachée

EN CLINIQUE :
• Une grosse tumeur dans le hile du poumon droit s’étendant vers
l’avant peut comprimer et léser le nerf phrénique droit. Si c’est le cas,
une radiographie thoracique peut mettre en évidence une élévation du
diaphragme du côté droit.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 212.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


MÉDIASTIN : VUE LATÉRALE GAUCHE 65

Identifiez les structures du médiastin indiquées


dans cette vue latérale gauche.

8
MÉDIASTIN : VUE LATÉRALE GAUCHE

1. Veine intercostale supérieure gauche


2. Œsophage
3. Artère subclavière gauche
4. Nerf vague gauche
5. Nerf laryngé récurrent gauche
6. Artère pulmonaire gauche
7. Bronche
8. Aorte thoracique

EN CLINIQUE :
• Le nerf laryngé récurrent gauche est un rameau du nerf vague gauche.
Il passe entre l’artère pulmonaire et l’aorte, et peut être comprimé par
une masse dans cette zone, un nœud lymphatique hypertrophié, ou un
carcinome bronchogénique. Cette compression entraîne une paralysie
de la corde vocale gauche et une dysphonie.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 213.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


MÉDIASTIN POSTÉRIEUR 66

Identifiez les structures indiquées.

9 1

3
7
4

6 5
MÉDIASTIN POSTÉRIEUR

1. Artère carotide commune gauche


2. Artère subclavière gauche
3. Arc de l’aorte
4. Bronche principale gauche
5. Aorte thoracique
6. Œsophage
7. Bronche principale droite
8. Tronc brachiocéphalique
9. Trachée

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 216.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


CONSTRICTIONS NORMALES DE L’ŒSOPHAGE
ET PLEXUS ŒSOPHAGIEN 67

Identifiez les constrictions de l’œsophage


et les structures indiquées.

8
1
7

6
2
3

4 5

9
14

10 11
13

12
CONSTRICTIONS NORMALES DE L’ŒSOPHAGE
ET PLEXUS ŒSOPHAGIEN

1. Jonction entre l’œsophage et le pharynx (constriction)


2. Site où l’œsophage est croisé par l’arc de l’aorte (constriction)
3. Site où l’œsophage est croisé par la bronche principale gauche
(constriction)
4. Hiatus œsophagien dans le diaphragme (constriction)
5. Diaphragme
6. Trachée
7. Œsophage
8. Pharynx
9. Nerf vague gauche
10. Tronc vague antérieur
11. Estomac
12. Tronc vague postérieur
13. Plexus œsophagien
14. Nerf vague droit

EN CLINIQUE :
• Les constrictions de l’œsophage ont des conséquences cliniques
importantes. Un objet ingéré peut se bloquer au niveau d’une zone de
constriction potentielle. Une substance corrosive ingérée se déplace
plus lentement dans une zone de rétrécissement, causant une sténose
d’origine chimique. Les zones de constriction peuvent entraîner des
difficultés lors du passage d’instruments.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 217–218.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


AORTE THORACIQUE ET SES BRANCHES 68

Identifiez les branches de l’aorte thoracique indiquées.

7 3

6
4

5
AORTE THORACIQUE ET SES BRANCHES

1. Artère subclavière gauche


2. Arc de l’aorte
3. Artère bronchique supérieure gauche
4. Branches médiastinales
5. Branches œsophagiennes
6. Artères intercostales postérieures
7. Artère bronchique droite

EN CLINIQUE :
• Lorsque l’aorte thoracique passe à travers le médiastin supérieur,
elle est située à gauche de la colonne vertébrale en haut, et elle se
rapproche de la ligne médiane vers le bas, se plaçant directement en
avant des corps vertébraux des dernières vertèbres thoraciques.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 218.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


SYSTÈME VEINEUX AZYGOS ET CONDUIT
THORACIQUE 69

Identifiez les structures indiquées.

1
2

3
7

4
6

5
2
SYSTÈME VEINEUX AZYGOS ET CONDUIT
THORACIQUE

1. Œsophage
2. Conduit thoracique
3. Veine brachiocéphalique gauche
4. Veine hémiazygos accessoire
5. Veine hémiazygos
6. Veine azygos
7. Veine cave supérieure

EN CLINIQUE :
• Le système veineux azygos est une importante voie anastomotique,
capable de drainer le sang veineux de la partie inférieure du corps vers
le cœur si la veine cave inférieure est obstruée.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 221.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


TRONCS SYMPATHIQUES THORACIQUES ET NERFS
SPLANCHNIQUES 70

Identifiez les structures indiquées.

TI

7
TV

6
5

3
TRONCS SYMPATHIQUES THORACIQUES ET NERFS
SPLANCHNIQUES

1. Nerf grand splanchnique


2. Nerf petit splanchnique
3. Nerf splanchnique inférieur
4. Ganglion sympathique
5. Nerf intercostal (rameau antérieur d’un nerf spinal thoracique)
6. Rameaux communicants gris et blancs
7. Tronc sympathique

EN CLINIQUE :
• Les afférences viscérales des nerfs vagues sont principalement
impliquées dans la transmission au système nerveux central des
informations concernant les processus physiologiques normaux et
les activités réflexes. Elles participent moins à la transmission d’une
sensation douloureuse. Les afférences viscérales qui passent à travers
les troncs sympathiques et les nerfs splanchniques sont les principales
structures de détection de la douleur affectant les viscères, et de
transmission de cette information au système nerveux central.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 222.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


SECTION 4 : ABDOMEN

71. Paroi abdominale : modèle d’organisation en neuf régions


72. Paroi abdominale : vue globale des feuillets
73. Paroi abdominale : coupe transversale
74. Muscle droit de l’abdomen
75. Gaine des muscles droits
76. Canal inguinal
77. Cordon spermatique
78. Région inguinale : vue profonde
79. Viscères : vue antérieure
80. Viscères : vue antérieure, intestin grêle réséqué
81. Estomac
82. Duodénum
83. Gros intestin
84. Foie
85. Pancréas
86. Drainage de la bile
87. Artères : vascularisation artérielle des viscères
88. Artères : tronc cœliaque
89. Artères : mésentérique supérieure
90. Artères : mésentérique inférieure
91. Veines : système porte
92. Viscères : innervation
93. Région postérieure de l’abdomen : vue globale
94. Région postérieure de l’abdomen : os
95. Région postérieure de l’abdomen : muscles
96. Diaphragme
97. Rapports antérieurs des reins
98. Structure interne du rein
99. Vaisseaux des reins et des glandes surrénales
100. Aorte abdominale
101. Veine cave inférieure
102. Plexus lombal
PAROI ABDOMINALE : MODÈLE D’ORGANISATION
EN NEUF RÉGIONS 71

Identifiez les régions abdominales indiquées


et les plans qui les séparent.

12 10

1 2 3

4 5 6

7 8 9

11
PAROI ABDOMINALE : MODÈLE D’ORGANISATION
EN NEUF RÉGIONS

1. Hypochondre droit
2. Région épigastrique
3. Hypochondre gauche
4. Flanc droit
5. Région ombilicale
6. Flanc gauche
7. Fosse iliaque droite
8. Région pubienne
9. Fosse iliaque gauche
10. Plans médioclaviculaires
11. Plan intertuberculaire
12. Plan subcostal

EN CLINIQUE :
• Des divisions topographiques de l’abdomen sont utilisées pour décrire
la localisation des organes abdominaux et les douleurs associées
aux troubles abdominaux. Les deux schémas les plus utilisés sont
un modèle à quatre quadrants (non représenté ici) et un modèle
d’organisation en neuf régions.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 269.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


PAROI ABDOMINALE : VUE GLOBALE DES FEUILLETS 72

Identifiez les feuillets de la paroi abdominale indiqués.

9
1
8
2
3
7
4

6 5
PAROI ABDOMINALE : VUE GLOBALE DES FEUILLETS

1. Muscle oblique externe


2. Muscle oblique interne
3. Muscle transverse de l’abdomen
4. Fascia transversalis
5. Fascia extrapéritonéal
6. Péritoine pariétal
7. Fascia superficialis – feuillet membraneux (fascia de Scarpa)
8. Fascia superficialis – feuillet adipeux (fascia de Camper)
9. Peau

EN CLINIQUE :
• La paroi abdominale est limitée en haut par le processus xiphoïde et les
rebords costaux, en arrière par la colonne vertébrale, et en bas par les
parties supérieures des os pelviens. Les feuillets qui la constituent sont
la peau, le fascia superficialis (tissus sous-cutanés), les muscles et leurs
fascias, le fascia extrapéritonéal et le péritoine pariétal.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 270.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


PAROI ABDOMINALE : COUPE TRANSVERSALE 73

Identifiez les feuillets indiqués dans cette coupe


transversale de la paroi abdominale.

2
3

4 7
8
5 9

6
PAROI ABDOMINALE : COUPE TRANSVERSALE

1. Peau
2. Fascia superficialis – feuillet adipeux (fascia de Camper)
3. Fascia superficialis – feuillet membraneux (fascia de Scarpa)
4. Muscle oblique externe
5. Muscle oblique interne
6. Muscle transverse de l’abdomen
7. Fascia transversalis
8. Fascia extrapéritonéal
9. Péritoine pariétal

EN CLINIQUE :
• Le péritoine pariétal constitue un revêtement continu sur les parois
abdominales, et forme un sac. Ce sac est fermé chez l’homme et
présente, chez la femme, deux orifices laissant passage aux trompes
utérines. Ce sac, fermé chez l’homme et semifermé chez la femme,
circonscrit la cavité péritonéale.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 278.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


MUSCLE DROIT DE L’ABDOMEN 74

Identifiez les structures en lien avec le muscle droit


de l’abdomen et sa gaine indiquées.

2 4

3 5

8
MUSCLE DROIT DE L’ABDOMEN

1. Muscle oblique externe


2. Muscle droit de l’abdomen
3. Intersection tendineuse
4. Paroi postérieure de la gaine des droits
5. Muscle oblique interne
6. Ligne arquée (arcade de Douglas)
7. Fascia transversalis
8. Ligne blanche

EN CLINIQUE :
• Le corps du muscle droit de l’abdomen est interrompu par trois à quatre
bandes fibreuses transversales, ou intersections tendineuses, qui sont
bien visibles chez les individus ayant des grands droits bien musclés.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 276.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


GAINE DES MUSCLES DROITS 75

Identifiez les structures en lien avec la gaine


des muscles droits indiquées.

1 2 3

7 6 Au-dessus de la ligne arquée 4 5

1 2 3

7 6 Au-dessous de la ligne arquée 4 5


GAINE DES MUSCLES DROITS

1. Ligne blanche
2. Muscle droit de l’abdomen
3. Muscle oblique externe
4. Muscle oblique interne
5. Muscle transverse de l’abdomen
6. Fascia transversalis
7. Péritoine pariétal

EN CLINIQUE :
• La gaine des droits enveloppe complètement le muscle droit de
l’abdomen dans ses trois quarts supérieurs, et recouvre la face
antérieure du muscle dans son quart inférieur. Comme la gaine ne
recouvre pas la face postérieure du muscle droit de l’abdomen dans son
quart inférieur, le muscle est, à ce niveau, en contact direct avec le fascia
transversalis.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 277.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


CANAL INGUINAL 76

Identifiez les structures en lien avec le canal inguinal indiquées.

2
3
4
5
6
CANAL INGUINAL

1. Muscle oblique externe


2. Aponévrose de l’oblique externe
3. Ligament inguinal
4. Position de l’anneau inguinal profond
5. Anneau inguinal superficiel
6. Cordon spermatique

EN CLINIQUE :
• La région inguinale, ou aine, est située à la jonction entre la paroi
abdominale antérieure et la cuisse. Le canal inguinal est situé dans
cette région. La paroi abdominale peut présenter une zone de faiblesse
durant le développement du fœtus, un sac péritonéal pouvant faire
protrusion à ce niveau, et créer ainsi une hernie inguinale. Ce sac peut
contenir des viscères abdominaux. Les hernies inguinales peuvent
affecter les deux sexes, mais elles sont plus fréquentes chez l’homme.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 284.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


CORDON SPERMATIQUE 77

Identifiez les structures indiquées.

1 2

15 3 4 5

6
7
8
9
6
14 10
11
12
13
CORDON SPERMATIQUE

1. Canal déférent
2. Artère testiculaire et veines du plexus pampiniforme
3. Péritoine pariétal
4. Fascia extrapéritonéal
5. Fascia transversalis
6. Aponévrose de l’oblique externe
7. Muscle oblique interne
8. Muscle transverse de l’abdomen
9. Anneau inguinal profond
10. Anneau inguinal superficiel
11. Fascia spermatique interne
12. Fascia crémastérique
13. Fascia spermatique externe
14. Tendon conjoint
15. Vaisseaux épigastriques inférieurs

EN CLINIQUE :
• Le cordon spermatique se compose des structures allant des cavités
abdominopelviennes aux testicules, et des trois fascias enveloppant
ces structures. Ces structures pénètrent l’anneau inguinal profond,
cheminent dans le canal inguinal et en ressortent au niveau de l’anneau
inguinal superficiel, entourées de trois tuniques fasciales. L’ensemble
du cordon spermatique descend dans le scrotum ; à ce niveau, les
structures contenues dans le cordon s’associent aux testicules, et les
fascias enveloppent ceux-ci.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 287.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


RÉGION INGUINALE : VUE PROFONDE 78

Identifiez les structures de la région inguinale


en vue profonde indiquées.

9 1

2
7

6
4

5
RÉGION INGUINALE : VUE PROFONDE

1. Anneau inguinal profond


2. Vaisseaux testiculaires
3. Artère et veine iliaques externes
4. Canal déférent
5. Ligament lacunaire
6. Position de l’anneau inguinal superficiel
7. Triangle inguinal
8. Muscle droit de l’abdomen
9. Vaisseaux épigastriques inférieurs

EN CLINIQUE :
• Hernie inguinale indirecte. Un sac péritonéal protrus pénètre dans
l’anneau inguinal profond, en dehors des vaisseaux épigastriques
inférieurs, et se poursuit dans le canal inguinal. Si la hernie est assez
importante, le sac herniaire apparaît au travers de l’anneau inguinal
superficiel et, chez l’homme, peut s’étendre dans le scrotum.

• Hernie inguinale directe. Un sac péritonéal protrus se développe vers


l’avant, en dedans des vaisseaux épigastriques inférieurs, à travers la
paroi postérieure du canal inguinal. Si la hernie est assez importante,
le sac herniaire apparaît au travers de l’anneau inguinal superficiel.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 289.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


VISCÈRES : VUE ANTÉRIEURE 79

Identifiez les structures indiquées.

4 1 2

3
VISCÈRES : VUE ANTÉRIEURE

1. Processus xiphoïde
2. Estomac
3. Grand omentum
4. Foie

EN CLINIQUE :
• Lorsqu’une laparotomie (incision chirurgicale à travers la paroi
abdominale) est réalisée et que la cavité péritonéale est ouverte, la
première structure habituellement rencontrée est le grand omentum.
Cette membrane vasculoadipeuse en double feuillet s’accroche à la
grande courbure de l’estomac comme un tablier ; elle se drape sur
le côlon transverse et se trouve librement suspendue dans la cavité
péritonéale.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 295.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


VISCÈRES : VUE ANTÉRIEURE,
INTESTIN GRÊLE RÉSÉQUÉ 80

Identifiez les structures indiquées.

1
2
3

9
4

5
VISCÈRES : VUE ANTÉRIEURE, INTESTIN GRÊLE RÉSÉQUÉ

1. Foie
2. Petit omentum
3. Petite courbure de l’estomac
4. Estomac
5. Côlon descendant
6. Côlon ascendant
7. Duodénum
8. Foramen omental
9. Vésicule biliaire

EN CLINIQUE :
• Le foramen omental est entouré par plusieurs structures recouvertes
de péritoine. Il s’agit de : la veine porte, l’artère hépatique propre et le
conduit cholédoque (biliaire) en avant, la veine cave inférieure en arrière,
le lobe caudé du foie en haut, et la première portion du duodénum en
bas.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 296.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


ESTOMAC 81

Identifiez les parties de l’estomac indiquées.

2
1

6
5
ESTOMAC

1. Incisure cardiale
2. Fundus
3. Corps
4. Grande courbure
5. Antre pylorique
6. Canal pylorique
7. Incisure angulaire
8. Petite courbure
9. Cardia

EN CLINIQUE :
• Au niveau de la jonction gastro-œsophagienne, il existe un sphincter
physiologique, qui est marqué par la transition d’un type d’épithélium
vers un autre type d’épithélium. Chez certaines personnes, la jonction
histologique ne se situe pas au niveau du sphincter physiologique
gastro-œsophagien, mais au niveau du tiers inférieur de l’œsophage.
Cette configuration peut prédisposer aux ulcérations œsophagiennes,
et est également associée à un risque accru de carcinome.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 299.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


DUODÉNUM 82

Identifiez les structures indiquées.

1
20 2
19
18
17 3

16
15
4
14 L1
L2 5
6
13
12 L3
7
11 8
10
9
DUODÉNUM

1. Veine cave inférieure


2. Œsophage
3. Rate
4. Pancréas
5. Rein gauche
6. Veine et artère mésentériques supérieures
7. Côlon descendant
8. Duodénum – partie ascendante
9. Aorte abdominale
10. Côlon ascendant
11. Duodénum – partie inférieure
12. Duodénum – partie descendante
13. Position de la papille duodénale majeure
14. Position de la papille duodénale mineure
15. Rein droit
16. Vésicule biliaire
17. Duodénum – partie supérieure
18. Glande surrénale droite
19. Conduit cholédoque (biliaire)
20. Veine porte

EN CLINIQUE :
• Les ulcères duodénaux siègent sur la face antérieure comme la face
postérieure. Les ulcères duodénaux postérieurs peuvent se compliquer
par érosion vasculaire directement de l’artère gastroduodénale ou, plus
souvent, de l’artère pancréaticoduodénale supérieure et postérieure.
Les ulcères duodénaux antérieurs peuvent se compliquer de péritonite
par érosion de la paroi intestinale dans la cavité péritonéale. L’intense
réaction inflammatoire entraîne des réactions d’adhésion au sein du
grand omentum, qui essaie de contenir la perforation.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 300.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


GROS INTESTIN 83

Identifiez les parties du gros intestin indiquées.

6
5

1
4

3
2

10 9

11
GROS INTESTIN

1. Iléum
2. Appendice
3. Cæcum
4. Côlon ascendant
5. Angle colique droit
6. Côlon transverse
7. Angle colique gauche
8. Côlon descendant
9. Côlon sigmoïde
10. Rectum
11. Canal anal

EN CLINIQUE :
• Les caractéristiques de la majeure partie du gros intestin sont que
le péritoine est recouvert de petits amas graisseux, les appendices
omentaux, sa paroi présente trois fines bandelettes musculaires
longitudinales, les tæniæ coli, et des bosselures (haustrations).

• Les principaux vaisseaux et lymphatiques abordent les côlons


ascendant et descendant sur leur face médiale ou postéromédiale.
Il est possible de mobiliser ces deux parties du côlon sans saignement
majeur en incisant le péritoine le long des sillons pariétocoliques.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 307.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


FOIE 84

Identifiez les parties du foie et de la vésicule biliaire indiquées.

10 11
1
9 2
3

4
8

5
6
FOIE

1. Lobe carré
2. Canaux hépatiques
3. Sillon du ligament rond
4. Lobe gauche du foie
5. Sillon du ligament veineux
6. Lobe caudé
7. Hile hépatique
8. Lobe droit du foie
9. Vésicule biliaire – col
10. Vésicule biliaire – corps
11. Vésicule biliaire – fond

EN CLINIQUE :
• Le hile hépatique sert de point d’entrée dans le foie pour les artères
hépatiques et la veine porte, et de point de sortie pour les canaux
biliaires.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 318.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


PANCRÉAS 85

Identifiez les structures indiquées.

10
9

6 3

5
4
PANCRÉAS

1. Pancréas – queue
2. Rein gauche
3. Jéjunum
4. Artère mésentérique supérieure
5. Processus uncinatus
6. Duodénum
7. Pancréas – tête
8. Rein droit
9. Pancréas – col
10. Pancréas – corps

EN CLINIQUE :
• Le pancréas se développe à partir d’un diverticule (ou bourgeon) ventral
et d’un diverticule dorsal issus de l’intestin antérieur. Le bourgeon
dorsal forme la majorité de la tête, du col et du corps du pancréas. Si le
bourgeon ventral se dédouble, les deux segments peuvent encercler et
enserrer le duodénum. C’est ce qu’on appelle un pancréas annulaire.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 320.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


DRAINAGE DE LA BILE 86

Identifiez les parties du système de drainage de la bile indiquées.

1
3

2 5

6 7

5
2

6
DRAINAGE DE LA BILE

1. Vésicule biliaire
2. Canal cystique
3. Canal hépatique droit
4. Canal hépatique gauche
5. Canal hépatique commun
6. Canal biliaire
7. Canal pancréatique principal

EN CLINIQUE :
• De petits calculs biliaires passent parfois dans le canal biliaire et sont
arrêtés dans la région du sphincter de l’ampoule, ce qui fait obstruction
à l’écoulement de la bile dans le duodénum. Cela entraîne alors
l’apparition d’un ictère. Des calculs peuvent aussi s’impacter dans le
col de la vésicule biliaire. Cela empêche la vésicule biliaire de se vider
normalement, et les contractions de sa paroi peuvent entraîner des
douleurs importantes.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 323.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


ARTÈRES : VASCULARISATION ARTÉRIELLE
DES VISCÈRES 87

Identifiez les artères et les structures indiquées.

4 5

38 39
3
37 2
36 1
35 7
34
33 8
32
31
30
29 9
28
27
26 10
40
25

24 11
12
23
21 22 13

17 14

20

15
19 16
18
ARTÈRES : VASCULARISATION ARTÉRIELLE DES VISCÈRES

1. Tronc cœliaque 23. Artère marginale


2. Artère gastrique gauche 24. Artère colique droite
3. Artère œsophagienne 25. Artère colique moyenne
4. Artère splénique 26. Aorte abdominale
5. Artères gastriques courtes 27. Artère pancréaticoduodénale
6. Rate inférieure
7. Artère gastro-omentale gauche 28. Artère pancréaticoduodénale
8. Estomac antérieure
9. Artère gastro-omentale droite 29. Artère mésentérique
10. Côlon transverse supérieure
11. Artère marginale 30. Artère pancréaticoduodénale
12. Artère mésentérique inférieure postérieure
13. Artère colique gauche 31. Duodénum
14. Côlon descendant 32. Artère supraduodénale
15. Artères sigmoïdiennes 33. Artère gastroduodénale
16. Côlon sigmoïde 34. Artère gastrique droite
17. Artère rectale supérieure 35. Artère hépatique commune
18. Rectum 36. Artère hépatique propre
19. Appendice 37. Artère cystique
20. Artère appendiculaire 38. Artère hépatique droite
21. Côlon ascendant 39. Artère hépatique gauche
22. Artère iléocolique 40. Artère marginale

Figure extraite de Gray’s Atlas of Anatomy, p. 147.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


ARTÈRES : TRONC CŒLIAQUE 88

Identifiez les branches du tronc cœliaque et les structures


associées indiquées.

1
14 2
13 3
12
4

5
11

10 6
7

8
9

1 3

14

11
6

7
8 15
ARTÈRES : TRONC CŒLIAQUE

1. Artère hépatique commune


2. Branches œsophagiennes
3. Artère gastrique gauche
4. Artères gastriques courtes
5. Rate
6. Artère gastro-omentale gauche
7. Artère splénique
8. Artère gastro-omentale droite
9. Artères pancréaticoduodénales supérieures
10. Artère gastrique droite
11. Artère gastroduodénale
12. Artère hépatique droite
13. Artère hépatique gauche
14. Artère hépatique propre
15. Tronc cœliaque

EN CLINIQUE :
• Le tronc cœliaque vascularise la partie inférieure de l’œsophage,
l’estomac, le duodénum (au-dessus de la papille duodénale majeure),
le foie, le pancréas, la vésicule biliaire et la rate.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 330.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


ARTÈRES : MÉSENTÉRIQUE SUPÉRIEURE 89

Identifiez les branches de l’artère mésentérique supérieure


et les structures associées indiquées.

16
2
3
4
15

5
14

13 6

12 7
9 8
11 10
15 5

13

8
ARTÈRES : MÉSENTÉRIQUE SUPÉRIEURE

1. Côlon transverse
2. Artère pancréaticoduodénale inférieure
3. Artère mésentérique supérieure
4. Jéjunum
5. Artères jéjunales
6. Vasa recta
7. Iléum
8. Artères iléales
9. Appendice
10. Artère appendiculaire
11. Artère cæcale postérieure
12. Artère cæcale antérieure
13. Artère iléocolique
14. Côlon ascendant
15. Artère colique droite
16. Artère colique moyenne

EN CLINIQUE :
• L’artère mésentérique supérieure vascularise le duodénum (au-dessous
de la papille duodénale majeure), le jéjunum, l’iléum, l’appendice, le
cæcum, le côlon ascendant, et les deux tiers droits (proximaux) du
côlon transverse.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 334.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


ARTÈRES : MÉSENTÉRIQUE INFÉRIEURE 90

Identifiez les branches de l’artère mésentérique


inférieure indiquées.

2 3

4
1

1 2

6
5
ARTÈRES : MÉSENTÉRIQUE INFÉRIEURE

1. Artère mésentérique inférieure


2. Artère colique gauche
3. Branche ascendante de l’artère colique gauche
4. Branche descendante de l’artère colique gauche
5. Artères sigmoïdiennes
6. Artère rectale supérieure

EN CLINIQUE :
• L’artère mésentérique inférieure vascularise le tiers distal du côlon
transverse, le côlon descendant, le côlon sigmoïde, la majeure partie
du rectum et la partie supérieure du canal anal.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 335.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


VEINES : SYSTÈME PORTE 91

Identifiez les veines qui composent le système porte indiquées.

3
4
VEINES : SYSTÈME PORTE

1. Veine gastrique gauche


2. Veine splénique
3. Veine mésentérique inférieure
4. Veine mésentérique supérieure
5. Veine porte

EN CLINIQUE :
• Les patients porteurs d’une cirrhose hépatique présentent une
augmentation de la pression veineuse portale du fait de la diminution
de la résistance au flux sanguin passant par le foie. Cette augmentation
de pression favorise le développement de voies collatérales, qui
contournent le foie, formant des shunts porto-cave. Les collatérales
les plus importantes sont situées au niveau de la jonction gastro-
œsophagienne, où la veine gastrique gauche forme une anastomose
(shunt) porto-cave avec le système des veines azygos. Une autre
anastomose porto-cave se forme au niveau de l’anus, où la veine rectale
supérieure du système porte s’anastomose avec les veines rectales
moyenne et inférieure du système veineux cave. Une autre anastomose
se forme sur la paroi abdominale antérieure autour de l’ombilic, où
les veines paraombilicales s’anastomosent avec les veines de la paroi
antérieure de l’abdomen.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 338.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


VISCÈRES : INNERVATION 92

Identifiez les structures indiquées qui fournissent


l’innervation sympathique et parasympathique
du tractus gastro-intestinal abdominal.

1 2

11
3

5
10

6
9 7

8
VISCÈRES : INNERVATION

1. Tronc vague antérieur


2. Tronc vague postérieur
3. Nerf grand splanchnique
4. Nerf petit splanchnique
5. Nerf splanchnique imus (inférieur)
6. Plexus rénal
7. Ganglion mésentérique inférieur
8. Nerfs splanchniques pelviens
9. Ganglion mésentérique supérieur
10. Ganglion aorticorénal
11. Ganglion cœliaque

EN CLINIQUE :
• Le plexus prévertébral abdominal reçoit des fibres parasympathiques
préganglionnaires et des fibres viscérales afférentes des nerfs vagues
(X), des fibres sympathiques préganglionnaires et des fibres viscérales
afférentes des nerfs splanchniques thoraciques et lombaux, et des fibres
parasympathiques préganglionnaires des nerfs splanchniques pelviens.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 346.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


RÉGION POSTÉRIEURE DE L’ABDOMEN :
VUE GLOBALE 93

Identifiez les structures de la région postérieure


de l’abdomen indiquées.

8 2

7 3

4
6

5
RÉGION POSTÉRIEURE DE L’ABDOMEN :
VUE GLOBALE

1. Diaphragme
2. Glande surrénale gauche
3. Rein gauche
4. Aorte abdominale
5. Vaisseaux génitaux droits
6. Uretère
7. Rein droit
8. Glande surrénale droite
9. Veine cave inférieure

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 348.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


RÉGION POSTÉRIEURE
DE L’ABDOMEN : OS 94

Identifiez les os et les repères osseux de la région


postérieure de l’abdomen indiqués.

3 4

6
RÉGION POSTÉRIEURE DE L’ABDOMEN : OS

1. 11e côte
2. 12e côte
3. Vertèbres lombales
4. Crête iliaque
5. Épine iliaque antérosupérieure
6. Sacrum
7. Ilium

EN CLINIQUE :
• Les corps des cinq vertèbres lombales et leurs disques intervertébraux
associés se projettent au milieu de la région postérieure de l’abdomen.
La proéminence de ces structures est due à la courbure normale
(à convexité antérieure) de cette partie de la colonne vertébrale.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 349.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


RÉGION POSTÉRIEURE DE L’ABDOMEN :
MUSCLES 95

Identifiez les muscles de la région postérieure


de l’abdomen indiqués.

5
1
4

3
RÉGION POSTÉRIEURE DE L’ABDOMEN : MUSCLES

1. Muscle carré des lombes


2. Muscle transverse de l’abdomen
3. Muscle iliaque
4. Muscle grand psoas
5. Muscle petit psoas

EN CLINIQUE :
• Le muscle psoas et sa gaine s’insèrent sur les vertèbres lombales et sur
les disques intervertébraux situés entre ces vertèbres. Dans certaines
infections, classiquement dans le cas d’une tuberculose, le disque est
typiquement atteint. Lorsque l’infection se développe, elle peut diffuser
en avant et sur les côtés au sein du muscle psoas et de sa gaine. Elle
peut se manifester par l’apparition d’une masse sous le ligament
inguinal dans le trigone fémoral.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 350.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


DIAPHRAGME 96

Identifiez les structures en rapport


avec le diaphragme indiquées.

16 1
15 2

14 5
LI 6
LII 7
LIII 8
13 LIV
12 9
10
11
DIAPHRAGME

1. Artère épigastrique supérieure


2. Tendon central
3. Nerf phrénique gauche
4. Œsophage et nerfs vagues droit et gauche
5. Nerf grand splanchnique
6. Veine hémiazygos
7. Nerf petit splanchnique
8. Nerf splanchnique imus (inférieur)
9. Pilier gauche
10. Tronc sympathique
11. Pilier droit
12. Aorte
13. Conduit thoracique
14. Artère phrénique inférieure
15. Nerf phrénique droit
16. Veine cave inférieure

EN CLINIQUE :
• Au niveau du hiatus œsophagien, le diaphragme peut être laxe,
permettant ainsi à l’estomac de faire hernie dans le médiastin
postérieur. Cela peut provoquer des symptômes de reflux acide.
Un ulcère et un saignement peuvent aussi se développer.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 351.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


RAPPORTS ANTÉRIEURS DES REINS 97

Identifiez les structures en rapport avec la face


antérieure de chaque rein.

2 1

7 8
9
6
10

11

12
RAPPORTS ANTÉRIEURS DES REINS

1. Glande surrénale droite


2. Foie
3. Partie descendante du duodénum
4. Angle colique droit
5. Intestin grêle
6. Glande surrénale gauche
7. Estomac
8. Rate
9. Pancréas
10. Angle colique gauche
11. Côlon descendant
12. Jéjunum

EN CLINIQUE :
• Les reins sont situés en position rétropéritonéale dans la région
abdominale postérieure, et sont logés au sein du tissu conjonctif
extrapéritonéal de chaque côté de la colonne vertébrale. En position
couchée, les limites des reins se projettent de la vertèbre LIII à la
vertèbre TXII. Le rein droit est légèrement plus bas que le rein gauche en
raison de l’emplacement du lobe droit du foie, qui le déplace vers le bas.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 356.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


STRUCTURE INTERNE DU REIN 98

Identifiez les structures internes du rein indiquées.

10 1

3
8

4
7

6
STRUCTURE INTERNE DU REIN

1. Colonne rénale
2. Grand calice
3. Artère rénale
4. Veine rénale
5. Pelvis rénal
6. Uretère
7. Petit calice
8. Sinus rénal
9. Cortex rénal
10. Pyramide de la médullaire rénale

EN CLINIQUE :
• La plupart des tumeurs du rein sont des carcinomes à cellules rénales.
Ces tumeurs se développent au sein de l’épithélium tubulaire proximal.
Les tumeurs à cellules rénales s’étendent en envahissant la graisse et le
fascia entourant le rein. Elles peuvent également s’étendre de la veine
rénale dans la veine cave inférieure, et parfois gagner l’atrium droit.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 358.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


VAISSEAUX DES REINS ET DES GLANDES SURRÉNALES 99

Identifiez les structures en rapport avec les reins


et les glandes surrénales indiquées.

7
8

3 10 9
VAISSEAUX DES REINS ET DES GLANDES SURRÉNALES

1. Glande surrénale droite


2. Glande surrénale gauche
3. Rein droit
4. Rein gauche
5. Artères phréniques inférieures
6. Artères surrénales supérieures
7. Artère surrénale moyenne
8. Artère surrénale inférieure
9. Aorte abdominale
10. Veine cave inférieure

EN CLINIQUE :
• Les artères rénales sont des branches latérales de l’aorte abdominale.
Des vaisseaux rénaux accessoires se développent chez environ 20 % des
individus normaux. Ces vaisseaux naissent habituellement en dessous
de l’artère mésentérique supérieure, en regard des vertèbres LI et LII.
Lorsque l’artère rénale gagne le hile rénal, elle se divise en branches
antérieure et postérieure.

• La vascularisation artérielle de chaque glande surrénale est assurée


par trois vaisseaux : l’artère phrénique inférieure, l’aorte abdominale
et l’artère rénale.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 365.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


AORTE ABDOMINALE 100

Identifiez les branches de l’aorte abdominale indiquées.

3
10 4

6
9
7

8
AORTE ABDOMINALE

1. Artères phréniques inférieures


2. Tronc cœliaque
3. Artère surrénale moyenne
4. Artère rénale gauche
5. Artère mésentérique supérieure
6. Artères testiculaires/ovariques
7. Artère mésentérique inférieure
8. Artère sacrale médiane
9. Artères lombales
10. Artère rénale droite

EN CLINIQUE :
• L’aorte abdominale s’étend de la vertèbre TXII à la vertèbre LIV. À ce
niveau, elle se divise en artères iliaques communes droite et gauche. Le
long de son trajet, elle donne des branches viscérales vascularisant les
organes, des branches postérieures vascularisant le diaphragme et la
paroi, et des branches terminales.

• Un anévrisme de l’aorte abdominale est une dilatation de l’aorte,


principalement retrouvée en dessous des artères rénales. En l’absence
de traitement, l’anévrisme continue à augmenter de taille, et peut par la
suite se rompre.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 367.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


VEINE CAVE INFÉRIEURE 101

Identifiez les structures composant la veine cave


inférieure indiquées.

4
3
VEINE CAVE INFÉRIEURE

1. Veines phréniques inférieures


2. Veine rénale gauche
3. Veine commune iliaque gauche
4. Veine commune iliaque droite
5. Veine testiculaire/ovarique droite
6. Veines hépatiques

EN CLINIQUE :
• La face antérieure de la veine cave inférieure est croisée par l’artère
iliaque commune droite, l’origine du mésentère, l’artère testiculaire ou
ovarique droite, la partie inférieure du duodénum, la tête du pancréas, la
partie supérieure du duodénum, le canal biliaire, la veine porte et le foie.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 370.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


PLEXUS LOMBAL 102

Identifiez les parties du plexus lombal et des structures


en rapport indiquées.

17 1
16 2
3
15 4

14 5
6
13 7
12
8
11

10
PLEXUS LOMBAL

1. Nerf subcostal (T12)


2. Muscle grand psoas
3. Nerf iliohypogastrique (L1)
4. Nerf ilio-inguinal (L1)
5. Nerf génitofémoral (L1, L2)
6. Muscle iliaque
7. Nerf cutané latéral de la cuisse (L2, L3)
8. Nerf fémoral (L2 à L4)
9. Nerf obturateur (L2 à L4)
10. Tronc lombosacraux (L4, L5)
11. Nerf obturateur
12. Nerf génitofémoral
13. Nerf fémoral
14. Nerf cutané latéral de la cuisse
15. Nerf ilio-inguinal
16. Nerf iliohypogastrique
17. Nerf subcostal

EN CLINIQUE :
• Le plexus lombal est constitué par les rameaux antérieurs des nerfs
L1 à L3, la majorité de L4, et un rameau du nerf T12. Il se forme
au sein du muscle grand psoas, et ses différents rameaux émergent
de ce muscle.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 379.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


SECTION 5 : PELVIS ET PÉRINÉE

103. Pelvis
104. Os coxal
105. Ligaments
106. Muscles : diaphragme pelvien et paroi latérale
107. Membrane du périnée et espace profond du périnée
108. Viscères : vue globale chez la femme
109. Viscères : vue globale chez l’homme
110. Appareil de la reproduction de l’homme
111. Appareil de la reproduction de la femme
112. Utérus et trompes de l’utérus
113. Plexus sacral
114. Tronc postérieur de l’artère iliaque interne
115. Tronc antérieur de l’artère iliaque interne
116. Périnée chez la femme
117. Périnée chez l’homme
118. Coupe transversale du triangle anal
119. Espace superficiel du périnée : muscles
120. Espace profond du périnée : muscles
This page intentionally left blank
PELVIS 103

Identifiez les structures indiquées.

2
10

4
1

9
3
8
7
5 6
PELVIS

1. Os coxal
2. Sacrum
3. Coccyx
4. Épine iliaque antérosupérieure
5. Tubercule du pubis
6. Symphyse pubienne
7. Tubérosité ischiatique
8. Foramen obturé
9. Épine ischiatique
10. Ouverture supérieure du pelvis

EN CLINIQUE :
• L’ouverture supérieure du pelvis est sertie par l’os et les articulations.
Au moment de la naissance, le fœtus doit franchir l’abdomen et
le pelvis à travers l’ouverture supérieure du pelvis.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 408.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


OS COXAL 104

Identifiez les structures indiquées.

1 (blanc)

11

10

9
4
12

8
5 (rouge)

7 6 (bleu)
OS COXAL

1. Ilium
2. Épine iliaque antérosupérieure
3. Épine iliaque antéro-inférieure
4. Tubercule du pubis
5. Pubis
6. Ischium
7. Tubérosité ischiatique
8. Petite incisure ischiatique
9. Grande incisure ischiatique
10. Épine iliaque postéro-inférieure
11. Épine iliaque postérosupérieure
12. Épine ischiatique

EN CLINIQUE :
• En fonction de leur localisation, les fractures de l’os coxal peuvent
altérer la fonction de structures situées dans l’abdomen, le pelvis,
le membre inférieur et le périnée.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 423.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


LIGAMENTS 105

Identifiez les structures indiquées.

5
7

6
LIGAMENTS

1. Grand foramen ischiatique


2. Ligament sacroépineux
3. Ligament sacrotubéral
4. Petit foramen ischiatique
5. Symphyse pubienne
6. Coccyx
7. Branche inférieure du pubis

EN CLINIQUE :
• La limite de l’ouverture inférieure du pelvis est formée par la symphyse
pubienne en avant et le coccyx en arrière, et de chaque côté par
la branche ischiopubienne, la tubérosité ischiatique et le ligament
sacrotubéral. La symphyse pubienne, les tubérosités ischiatiques et le
coccyx peuvent être palpés. Au moment de la naissance, le fœtus passe
à travers l’ouverture inférieure du pelvis. Les limites de l’ouverture
inférieure du pelvis forment aussi celles du périnée.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 409–410.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


MUSCLES : DIAPHRAGME PELVIEN
ET PAROI LATÉRALE 106

Identifiez les muscles indiqués.

3
MUSCLES : DIAPHRAGME PELVIEN
ET PAROI LATÉRALE

1. Muscle piriforme
2. Muscle coccygien
3. Muscle élévateur de l’anus
4. Muscle obturateur interne

EN CLINIQUE :
• Les muscles élévateurs de l’anus forment le diaphragme pelvien.
Une diminution du contrôle moteur des muscles élévateurs de l’anus
participe à l’incontinence fécale du fait de la perte de la fonction de
« sangle puborectale » de la partie puborectale du muscle élévateur
de l’anus.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 434.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


MEMBRANE DU PÉRINÉE ET ESPACE
PROFOND DU PÉRINÉE 107

Identifiez les structures indiquées.

2
MEMBRANE DU PÉRINÉE ET ESPACE
PROFOND DU PÉRINÉE

1. Espace profond du périnée


2. Membrane du périnée

EN CLINIQUE :
• La membrane du périnée et les structures contenues dans l’espace
profond du périnée renforcent la partie antérieure du plancher pelvien
et contribuent ainsi au soutien des viscères pelviens. Chez la femme,
le plancher pelvien est affaibli durant l’accouchement.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 437.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


VISCÈRES : VUE GLOBALE CHEZ LA FEMME 108

Identifiez les structures indiquées.

6
4

5
VISCÈRES : VUE GLOBALE CHEZ LA FEMME

1. Utérus
2. Cul-de-sac recto-utérin
3. Rectum
4. Vagin
5. Urètre
6. Vessie

EN CLINIQUE :
• Chez la femme, il est possible d’accéder à la cavité pelvienne
en introduisant une aiguille à travers le fornix postérieur du vagin
et le cul-de-sac recto-utérin.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 407.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


VISCÈRES : VUE GLOBALE CHEZ L’HOMME 109

Identifiez les structures indiquées.

2
VISCÈRES : VUE GLOBALE CHEZ L’HOMME

1. Rectum
2. Urètre
3. Prostate
4. Vessie

EN CLINIQUE :
• Chez l’homme, la prostate est située directement en avant
du rectum dans le pelvis. Un médecin peut évaluer la taille
et la texture de la glande d’un patient en effectuant
un toucher rectal.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 407.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


APPAREIL DE LA REPRODUCTION DE L’HOMME 110

Identifiez les structures indiquées.

8 1

2
7
3

5 4

6
APPAREIL DE LA REPRODUCTION DE L’HOMME

1. Ampoule du conduit déférent


2. Conduit éjaculateur
3. Prostate
4. Glande bulbo-urétrale
5. Épididyme
6. Testicule
7. Vésicule séminale
8. Conduit déférent

EN CLINIQUE :
• L’urètre passe à travers la glande prostatique. Un grossissement de
la glande dû à un processus pathologique (cancer, hypertrophie) peut
créer un obstacle à l’évacuation de l’urine.

• Les nerfs du système nerveux autonome qui innervent les tissus


érectiles du périnée passent autour des deux faces de la glande
prostatique dans le pelvis. Une prostatectomie peut entraîner une
impuissance.

• La vasectomie (division et ligature du conduit déférent entre le testicule


et l’anneau inguinal superficiel) constitue une méthode de contrôle des
naissances.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 449.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


APPAREIL DE LA REPRODUCTION DE LA FEMME 111

Identifiez les structures indiquées.

9 1

8 2

6 3

5
4

10

11
12
APPAREIL DE LA REPRODUCTION DE LA FEMME

1. Ligament propre de l’ovaire


2. Utérus
3. Col de l’utérus
4. Vagin
5. Ligament rond de l’utérus
6. Trompe de l’utérus
7. Mésovarium
8. Ovaire
9. Ligament suspenseur de l’ovaire
10. Mésosalpinx
11. Mésovarium
12. Mésomètre

EN CLINIQUE :
• Durant l’ovulation, un ovule est libéré dans la cavité abdominale et
il doit avancer dans l’ostium abdominal de la trompe de l’utérus. Si
l’ovule est fécondé avant de pénétrer dans la trompe utérine, il peut
s’implanter et poursuivre son développement au sein de l’intestin, ce
qui entraînera une forme de grossesse extra-utérine.

Figures extraites de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 454 et 461.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


UTÉRUS ET TROMPES DE L’UTÉRUS 112

Identifiez les éléments de l’utérus et les structures


en rapport indiqués.

5 2

Latéral

Antérieur Postérieur

11
Médial
8

10

9
UTÉRUS ET TROMPES DE L’UTÉRUS

1. Fond
2. Corps
3. Col
4. Vagin
5. Trompe de l’utérus
6. Orifice de la trompe de l’utérus
7. Ovaire
8. Ligament propre de l’ovaire
9. Isthme de la trompe de l’utérus
10. Ligament rond de l’utérus
11. Ampoule

EN CLINIQUE :
• Durant la grossesse, l’utérus se développe considérablement en haut
dans l’abdomen.

• L’obstruction des trompes de l’utérus est l’une des causes de stérilité


chez la femme.

• La ligature des trompes constitue une méthode de contrôle des


naissances.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 456.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


PLEXUS SACRAL 113

Identifiez les nerfs indiqués.

2
5

4
PLEXUS SACRAL

1. Tronc sympathique
2. Nerf splanchnique sacral pour le plexus nerveux hypogastrique inférieur
3. Nerf sciatique
4. Nerf pudendal
5. Rameau communicant gris

EN CLINIQUE :
• Les lésions des troncs sympathiques dans la région lombale inférieure
entraînent principalement une perte de l’innervation sympathique des
nerfs spinaux sacraux, et non une perte de l’innervation sympathique
des viscères pelviens, laquelle est principalement issue des extensions
pelviennes des plexus prévertébraux.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 465.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


TRONC POSTÉRIEUR DE L’ARTÈRE
ILIAQUE INTERNE 114

Identifiez les artères indiquées.

3
4
TRONC POSTÉRIEUR DE L’ARTÈRE ILIAQUE INTERNE

1. Artère iliolombale
2. Artère sacrale latérale
3. Artère glutéale supérieure
4. Tronc postérieur de l’artère iliaque interne
5. Artère iliaque interne
6. Artère iliaque externe
7. Artère iliaque commune

EN CLINIQUE :
• Les problèmes dus à l’artère iliaque externe se manifestent dans
le membre inférieur. Les problèmes dus à l’artère iliaque interne
se manifestent dans le pelvis, la région glutéale et le périnée.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 472.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


TRONC ANTÉRIEUR DE L’ARTÈRE ILIAQUE INTERNE 115

Identifiez les artères indiquées.

4
5
TRONC ANTÉRIEUR DE L’ARTÈRE ILIAQUE INTERNE

1. Tronc antérieur de l’artère iliaque interne


2. Artère glutéale inférieure
3. Artère rectale moyenne
4. Artère pudendale interne
5. Artère vésicale inférieure
6. Artère vésicale supérieure
7. Artère obturatrice
8. Artère ombilicale

EN CLINIQUE :
• Les tissus érectiles du périnée sont vascularisés par l’artère pudendale
interne. Une diminution du débit sanguin dans l’artère pudendale
interne, qui est souvent due à une pathologie vasculaire affectant l’aorte
ou l’artère iliaque interne, peut entraîner un dysfonctionnement de
l’érection.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 473.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


PÉRINÉE CHEZ LA FEMME 116

Identifiez les régions et les structures indiquées.

8 9
4 1
7

6 2
PÉRINÉE CHEZ LA FEMME

1. Triangle urogénital
2. Triangle anal
3. Membrane du périnée
4. Orifice urétral dans la membrane du périnée
5. Orifice vaginal dans la membrane du périnée
6. Muscle élévateur de l’anus
7. Bulbe du vestibule
8. Corps caverneux du clitoris
9. Gland du clitoris

EN CLINIQUE :
• Durant l’examen physique de la patiente, il est possible d’établir les
limites du périnée en palpant les tubérosités ischiatiques, le coccyx et la
symphyse pubienne.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 413.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


PÉRINÉE CHEZ L’HOMME 117

Identifiez les régions et les structures indiquées.

6 7

1
4

3
8
9
2
PÉRINÉE CHEZ L’HOMME

1. Triangle urogénital
2. Triangle anal
3. Membrane du périnée
4. Orifice urétral externe
5. Bulbe du pénis
6. Corps caverneux du pénis
7. Gland du pénis
8. Muscle élévateur de l’anus
9. Ligament sacrotubéral

EN CLINIQUE :
• En cas de blessures importantes au niveau du pelvis, les tissus érectiles
du périnée peuvent être déchirés ou fracturés.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 413.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


COUPE TRANSVERSALE DU TRIANGLE ANAL 118

Identifiez les structures indiquées.

5 3

8 7
COUPE TRANSVERSALE DU TRIANGLE ANAL

1. Colonne anale
2. Valvule anale
3. Sphincter externe de l’anus
4. Ligne blanche
5. Ligne pectinéale
6. Sinus anal
7. Plexus veineux rectal interne
8. Plexus veineux rectal externe

EN CLINIQUE :
• La dilatation des veines des plexus rectaux externe et interne
correspond respectivement aux hémorroïdes externes et internes.

• Les plexus veineux entourant le canal anal représentent l’un des


endroits où les veines qui se drainent dans le système cave et celles
qui se drainent dans le système porte hépatique se rejoignent. Les
hémorroïdes peuvent être un signe d’hypertension portale.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 440 et 476.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


ESPACE SUPERFICIEL DU PÉRINÉE : MUSCLES 119

Identifiez les structures indiquées.

3 2

8
4

3 2
ESPACE SUPERFICIEL DU PÉRINÉE : MUSCLES

1. Ligament suspenseur du clitoris


2. Muscle transverse superficiel du périnée
3. Centre tendineux du périnée
4. Muscle bulbospongieux
5. Muscle ischiocaverneux
6. Ligament fundiforme du pénis
7. Ligament suspenseur du pénis
8. Raphé médian

EN CLINIQUE :
• Chez la femme, durant l’accouchement, le périnée peut se déchirer avec
l’extension de l’orifice vaginal. La déchirure peut se produire en arrière
du plan médian, où elle peut se prolonger jusqu’au centre tendineux du
périnée et au rectum.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 486.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


ESPACE PROFOND DU PÉRINÉE : MUSCLES 120

Identifiez les structures indiquées.

1
8
7
2

6 5 4 3

8
2

7
ESPACE PROFOND DU PÉRINÉE : MUSCLES

1. Ouverture pour le vagin


2. Muscle transverse profond du périnée
3. Compresseur de l’urètre
4. Espace périnéal profond
5. Membrane du périnée
6. Sphincter urétrovaginal
7. Sphincter externe de l’urètre
8. Ouverture pour l’urètre

EN CLINIQUE :
• Tous les muscles de l’espace périnéal profond, dont le sphincter externe
de l’urètre, qui est un muscle squelettique, sont innervés par le nerf
pudendal. Un déficit du nerf pudendal entraîne non seulement une
perte de la sensibilité générale du périnée, mais aussi une perte de la
fonction motrice des espaces superficiel et profond du périnée, ainsi
qu’un certain degré de déficit du muscle élévateur de l’anus.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 438.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


SECTION 6 : MEMBRE INFÉRIEUR

121. Squelette : vue globale


122. Acétabulum
123. Fémur
124. Ligaments de l’articulation de la hanche
125. Ligament de la tête fémorale
126. Trigone fémoral
127. Veine saphène
128. Compartiment antérieur de la cuisse : muscles
129. Compartiment antérieur de la cuisse : insertions musculaires
130. Artère fémorale
131. Muscles du compartiment médial de la cuisse
132. Compartiment médial de la cuisse : insertions musculaires
133. Nerf obturateur
134. Région glutéale : muscles
135. Région glutéale : insertions musculaires – 1
136. Région glutéale : insertions musculaires – 2
137. Région glutéale : artères
138. Région glutéale : nerfs
139. Plexus sacral
140. Compartiment postérieur de la cuisse : muscles
141. Compartiment postérieur de la cuisse : insertions musculaires
142. Nerf sciatique
143. Genou : vue antérolatérale
144. Genou : ménisques et ligaments
145. Genou : ligaments collatéraux
146. Genou : fosse poplitée
147. Jambe : os
148. Compartiment postérieur de la jambe : muscles
149. Compartiment postérieur de la jambe : insertions musculaires – 1
150. Compartiment postérieur de la jambe : insertions musculaires – 2
151. Compartiment postérieur de la jambe : artères et nerfs
152. Compartiment latéral de la jambe : muscles
153. Compartiment latéral de la jambe : insertions musculaires
154. Compartiment latéral de la jambe : nerfs
155. Compartiment antérieur de la jambe : muscles
156. Compartiment antérieur de la jambe : insertions musculaires
157. Compartiment antérieur de la jambe : artères et nerfs
158. Pied : os
159. Pied : ligaments
160. Dos du pied : muscles
161. Dos du pied : insertions musculaires
162. Dos du pied : artères
163. Dos du pied : nerfs
164. Canal tarsien
165. Plante du pied : muscles, première couche
166. Plante du pied : muscles, deuxième couche
167. Plante du pied : muscles, troisième couche
168. Plante du pied : muscles, quatrième couche
169. Plante du pied : insertions musculaires, première et deuxième couches
170. Plante du pied : insertions musculaires, troisième couche
171. Plante du pied : artères
172. Plante du pied : nerfs
SQUELETTE : VUE GLOBALE 121

Identifiez les os indiqués.

5 4
SQUELETTE : VUE GLOBALE

1. Os coxal
2. Fémur
3. Patella
4. Tibia
5. Fibula

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 517.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


ACÉTABULUM 122

S’agit-il de la structure de la partie droite ou gauche du corps ?


Identifiez les os et les différents éléments.

6
1 (blanc)

2 (zone délimitée
par l’accolade)

5 (rouge)

3 (bleu)

4 (zone délimitée
par la fléche)
ACÉTABULUM

Cette structure est située du côté gauche du corps.


1. Ilium
2. Fosse acétabulaire
3. Ischium
4. Incisure acétabulaire
5. Pubis
6. Surface articulaire semilunaire

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 528.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


FÉMUR 123

Identifiez les éléments indiqués.

6
5
1

2
4 3

10

2
7
3

8
9
FÉMUR

1. Tête
2. Col
3. Petit trochanter
4. Ligne intertrochantérique
5. Grand trochanter
6. Fosse trochantérique
7. Crête intertrochantérique
8. Tubérosité glutéale
9. Ligne pectinéale
10. Fovéa

EN CLINIQUE :
• Le col du fémur est un site de fracture courant. Une fracture du col peut
interrompre la vascularisation de la tête du fémur.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 530.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


LIGAMENTS DE L’ARTICULATION DE LA HANCHE 124

Identifiez les ligaments et les éléments osseux indiqués.

4
2

5
LIGAMENTS DE L’ARTICULATION DE LA HANCHE

1. Épine iliaque antéro-inférieure


2. Ligament iliofémoral
3. Ligament pubofémoral
4. Éminence iliopubienne (iliopectinée)
5. Ligament ischiofémoral

EN CLINIQUE :
• L’articulation de la hanche est le plus stable lorsqu’elle est en extension
et les ligaments tendus.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 535.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


LIGAMENT DE LA TÊTE FÉMORALE 125

Cette articulation est-elle celle de la partie


gauche ou droite du corps ? Identifiez les structures
et les artères indiquées.

10

4
3
LIGAMENT DE LA TÊTE FÉMORALE

Cette articulation est celle de la partie gauche du corps.


1. Capsule articulaire sectionnée
2. Manchon synovial autour du ligament de la tête fémorale
3. Tubérosité ischiatique
4. Membrane obturatrice
5. Ligament de la tête fémorale
6. Artère du ligament de la tête
7. Branche acétabulaire de l’artère obturatrice
8. Pubis
9. Tubercule du pubis
10. Artère obturatrice

EN CLINIQUE :
• Au cours du développement du squelette, l’artère du ligament de la tête
est importante pour la vascularisation de la tête fémorale. Chez l’adulte,
la vascularisation de la tête du fémur est principalement assurée par
les artères qui cheminent dans le col ; si celles-ci sont lésées en cas
de fracture du col, il s’ensuit une ostéonécrose de la tête fémorale.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 534.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


TRIGONE FÉMORAL 126

Identifiez les structures indiquées.

7 1

2
3
4
6
5
TRIGONE FÉMORAL

1. Veine fémorale
2. Vaisseaux lymphatiques dans le canal fémoral
3. Symphyse pubienne
4. Muscle long adducteur
5. Artère fémorale
6. Muscle sartorius
7. Ligament inguinal
8. Nerf fémoral

EN CLINIQUE :
• Le pouls de l’artère fémorale peut être perçu dans le trigone fémoral
juste au-dessous du ligament inguinal à mi-chemin entre l’épine iliaque
antérosupérieure et la symphyse pubienne.

• Les hernies fémorales surviennent dans le canal fémoral, qui est situé
en dedans de l’artère et de la veine fémorales et sous le ligament
inguinal.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 546.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


VEINE SAPHÈNE 127

Identifiez les veines indiquées.

2 3

5
VEINE SAPHÈNE

1. Veine iliaque externe


2. Veine fémorale
3. Grande veine saphène
4. Veine poplitée
5. Petite veine saphène

EN CLINIQUE :
• Une insuffisance valvulaire dans les grande et petite veines saphènes
entraîne une accumulation anormale de sang dans les vaisseaux. Les
veines deviennent alors dilatées et tortueuses, cette affection étant
connue sous le nom de « varices ».

• Comme la grande veine saphène est longue et qu’il existe peu de


branches dans certaines régions, ce vaisseau peut être utilisé pour
des greffes dans d’autres régions, par exemple dans le cœur au cours
d’un pontage coronaire.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 542.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


COMPARTIMENT ANTÉRIEUR
DE LA CUISSE : MUSCLES 128

Identifiez les muscles et les tendons indiqués.

1
6
2

5
COMPARTIMENT ANTÉRIEUR DE LA CUISSE : MUSCLES

1. Muscle droit fémoral


2. Muscle vaste latéral
3. Muscle vaste médial
4. Tendon du quadriceps fémoral
5. Ligament patellaire
6. Muscle vaste intermédiaire
7. Muscle sartorius

EN CLINIQUE :
• Une percussion sur le ligament patellaire permet de tester le niveau
médullaire L3–L4.

• Les muscles du compartiment antérieur de la cuisse sont innervés


par le nerf fémoral. Une lésion de ce nerf entraîne une perte d’une
grande partie de l’extension du genou.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 563.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


COMPARTIMENT ANTÉRIEUR DE LA CUISSE :
INSERTIONS MUSCULAIRES 129

Identifiez les muscles qui s’insèrent sur les zones indiquées.


Indiquez la (ou les) fonction(s) principale(s) et l’innervation
de chacun des muscles.

3
2

1
MUSCLES DU COMPARTIMENT ANTÉRIEUR DE LA CUISSE (LES SEGMENTS SPINAUX EN GRAS INDIQUENT LES PRINCIPAUX
SEGMENTS MÉDULLAIRES D’INNERVATION MOTRICE)
Muscle Origine Terminaison Innervation Fonction
1. Vaste Fémur : deux tiers supérieurs des Tendon du quadriceps Nerf fémoral Étend la jambe au
intermédiaire faces antérieure et latérale fémoral et bord latéral (L2, L3, L4) niveau du genou
de la patella
2. Vaste médial Fémur : partie médiale de la ligne Tendon du quadriceps Nerf fémoral Étend la jambe au
intertrochantérique, ligne fémoral et bord médial (L2, L3, L4) niveau du genou
pectinéale, lèvre médiale de la de la patella
ligne âpre, ligne supracondylaire
médiale
3. Vaste latéral Fémur : partie externe de la ligne Tendon du quadriceps Nerf fémoral Étend la jambe au
intertrochantérique, bord du fémoral (L2, L3, L4) niveau du genou
grand trochanter, bord latéral
de la tubérosité glutéale, lèvre
latérale de la ligne âpre
4. Droit fémoral Chef direct sur l’épine iliaque Tendon du quadriceps Nerf fémoral Fléchit la cuisse au
antéro-inférieure de l’os iliaque ; fémoral (L2, L3, L4) niveau de la hanche
chef réfléchi sur l’os iliaque juste et étend la jambe au
INSERTIONS MUSCULAIRES

au-dessus de l’acétabulum niveau du genou


5. Sartorius Épine iliaque antérosupérieure Face antérieure du Nerf fémoral Fléchit la cuisse au

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


tibia au-dessous et en (L2, L3) niveau de la hanche
dedans de la tubérosité et fléchit la jambe au
COMPARTIMENT ANTÉRIEUR DE LA CUISSE :

tibiale niveau du genou

Figure extraite de Gray’s Atlas of Anatomy, p. 285.


130
ARTÈRE FÉMORALE 130

Identifiez les artères indiquées.

2
3
ARTÈRE FÉMORALE

1. Artère iliaque commune


2. Artère profonde de la cuisse
3. Artère fémorale
4. Artère iliaque externe

EN CLINIQUE :
• La diminution du débit sanguin de l’artère iliaque commune réduit
la circulation sanguine dans le membre inférieur, le pelvis et le périnée.
Lorsque le débit sanguin n’est diminué que dans l’artère iliaque externe,
des anastomoses entre les branches de l’artère fémorale au niveau
de la cuisse et les branches de l’artère iliaque interne peuvent maintenir
la circulation sanguine dans le membre inférieur.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 571 et 572.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


MUSCLES DU COMPARTIMENT MÉDIAL DE LA CUISSE 131

Identifiez les muscles, les structures en rapport


et les compartiments musculaires indiqués.

1
2
3

13 5 2 6 4

12
11
10

6
7 9
8
MUSCLES DU COMPARTIMENT MÉDIAL DE LA CUISSE

1. Muscle obturateur externe


2. Muscle grand adducteur
3. Muscle pectiné
4. Muscle court adducteur
5. Muscle long adducteur
6. Muscle gracile
7. Insertion du sartorius
8. Insertion du semitendineux
9. Patte d’oie
10. Hiatus tendineux de l’adducteur
11. Canal des adducteurs
12. Compartiment antérieur de la cuisse
13. Compartiment postérieur de la cuisse

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 565.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


COMPARTIMENT MÉDIAL DE LA CUISSE :
INSERTIONS MUSCULAIRES 132

Identifiez les muscles qui s’insèrent sur les zones indiquées.


Indiquez la (ou les) fonction(s) principale(s) et l’innervation
de chacun des muscles.

6 2 1
5 3
4
MUSCLES DU COMPARTIMENT MÉDIAL DE LA CUISSE (LES SEGMENTS SPINAUX EN GRAS INDIQUENT LES PRINCIPAUX
SEGMENTS MÉDULLAIRES D’INNERVATION MOTRICE
Muscle Origine Terminaison Innervation Fonction
1. Gracile Une ligne sur les faces Surface médiale de l’extrémité Nerf obturateur Porte en adduction la
externes du corps du supérieure proximale du tibia (L2, L3) cuisse au niveau de
pubis, de la branche la hanche et fléchit la
inférieure du pubis et jambe au niveau du
de la branche de l’ischium genou

2. Court Surface externe du corps À la face postérieure du fémur Nerf obturateur Adduction de la cuisse au
adducteur du pubis et branche proximal et au tiers supérieur (L2, L3) niveau de la hanche
inférieure du pubis de la ligne âpre

3. Long Face externe du corps Sur le tiers moyen de la ligne Nerf obturateur Porte en adduction et
adducteur du pubis (dépression âpre sur la diaphyse fémorale (rameau tourne médialement la
triangulaire au-dessous antérieur) cuisse au niveau de la
de la crête pubienne et (L2, L3, L4) hanche
en dehors de la symphyse
pubienne)

4. Grand Partie latérale : branche Face postérieure du fémur Nerf obturateur Adduction et rotation
adducteur de l’ischium et branche proximal, ligne âpre, ligne (L2, L3, L4) médiale de la cuisse au
inférieure du pubis médiale supracondylaire niveau de la hanche

Partie venue de la tubérosité Tubercule des adducteurs et Nerf sciatique


ischiatique : partie ligne supracondylaire (contingent tibial)
médiale (L2, L3, L4)
INSERTIONS MUSCULAIRES

5. Pectiné Ligne pectinéale (pecten Ligne oblique s’étendant de la Nerf fémoral Porte en adduction et
du pubis) et os adjacent base du petit trochanter à la (L2, L3) fléchit la cuisse au

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


ligne âpre à la face postérieure niveau de la hanche
COMPARTIMENT MÉDIAL DE LA CUISSE :

du fémur proximal

6. Obturateur Surface externe de la Fosse trochantérique Nerf obturateur Rotation latérale


externe membrane obturatrice (rameau de la cuisse au niveau
et os voisin postérieur) de la hanche
(L3, L4)
Figure extraite de Gray’s Atlas of Anatomy, p. 285.
NERF OBTURATEUR 133

Identifiez les nerfs et les muscles indiqués.

8 1

2
7
3

4
5
NERF OBTURATEUR

1. Nerf obturateur
2. Rameau antérieur du nerf obturateur
3. Rameau postérieur du nerf obturateur
4. Muscle gracile
5. Muscle grand adducteur
6. Muscle long adducteur
7. Muscle court adducteur
8. Muscle obturateur externe

EN CLINIQUE :
• Les muscles du compartiment médial de la cuisse sont principalement
innervés par le nerf obturateur. Un déficit de ce nerf entraîne
une diminution de la capacité d’adduction de la cuisse au niveau
de la hanche.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 574.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


RÉGION GLUTÉALE : MUSCLES 134

Identifiez les muscles indiqués.

8
3

6
4

5
RÉGION GLUTÉALE : MUSCLES

1. Muscle grand glutéal


2. Muscle moyen glutéal
3. Muscle petit glutéal
4. Muscle carré fémoral
5. Muscle jumeau inférieur
6. Muscle obturateur interne
7. Muscle jumeau supérieur
8. Muscle piriforme

EN CLINIQUE :
• Les muscles moyen et petit glutéaux sont des abducteurs de la hanche.
Ils permettent d’éviter la bascule du bassin lors de l’appui monopodal
au moment où, durant la marche, le membre opposé est projeté vers
l’avant.

• Le muscle grand glutéal est un puissant extenseur de la hanche ; il est


le plus actif lors du passage de la position assise à la position debout
et dans la montée des escaliers.

• Les autres petits muscles de la région glutéale sont principalement


des rotateurs externes de la hanche.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


RÉGION GLUTÉALE : INSERTIONS
MUSCULAIRES – 1 135

Identifiez le muscle, son insertion, son innervation


et ses actions.
1 2

3
4
MUSCLES DE LA RÉGION GLUTÉALE (LES SEGMENTS SPINAUX EN GRAS INDIQUENT LES PRINCIPAUX SEGMENTS MÉDULLAIRES
D’INNERVATION MOTRICE)
Muscle Origine Terminaison Innervation Fonction
1. Muscle Fascia recouvrant le moyen Bord postérieur du Nerf glutéal Extenseur puissant du fémur la hanche
grand glutéal, face externe de l’ilium tractus iliotibial et inférieur fléchie ; stabilisateur de la hanche
glutéal derrière la ligne glutéale tubérosité glutéale (L5, S1, S2) et du genou ; abducteur et rotateur
postérieure, fascia du muscle du fémur proximal latéral de la cuisse
érecteur du rachis, face
dorsale de la partie basse du
sacrum, bord latéral du coccyx,
face externe du ligament
sacrotubéral

2. Muscle Face externe de l’ilium entre les Facette allongée sur Nerf glutéal Abduction du fémur ; maintient le
moyen lignes glutéales antérieure et la face latérale du supérieur bassin pendant le temps d’élévation
glutéal postérieure grand trochanter (L4, L5, S1) du membre inférieur ; empêche la
chute du bassin du côté opposé
durant la marche ; rotation médiale
de la cuisse

3. Muscle Face externe de l’ilium entre les Facette linéaire sur la Nerf glutéal Abduction du fémur ; maintient le
MUSCULAIRES – 1

petit lignes glutéales inférieure et face antérolatérale supérieur pelvis pendant le temps d’élévation du
glutéal antérieure du grand (L4, L5, membre inférieur ; empêche la chute
trochanter S1) du bassin du côté opposé au membre
en appui pendant la marche ; rotation
médiale de la cuisse
RÉGION GLUTÉALE : INSERTIONS

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


4. Tenseur Bord latéral de la crête Tractus iliotibial Nerf glutéal Stabilise le genou en extension
du fascia iliaque entre l’épine iliaque supérieur
lata antérosupérieure et le tubercule (L4, L5, S1)
de la crête

Figure extraite de Gray’s Atlas of Anatomy, p. 280.


RÉGION GLUTÉALE : INSERTIONS
MUSCULAIRES – 2 136

Identifiez le muscle, son insertion, son innervation


et ses actions.

4 3
MUSCLES DE LA RÉGION GLUTÉALE (LES SEGMENTS SPINAUX EN GRAS INDIQUENT LES PRINCIPAUX SEGMENTS MÉDULLAIRES
D’INNERVATION MOTRICE)
Muscle Origine Terminaison Innervation Fonction
1. Jumeau supérieur Surface externe de Chemine le long du bord Nerf de l’obturateur Rotation latérale
l’épine ischiatique supérieur du muscle interne (L5, S1) du fémur étendu ;
obturateur interne et se abduction la
fixe sur le côté médial hanche fléchie
du grand trochanter du
fémur avec le tendon de
l’obturateur interne
2. Carré fémoral Face latérale de Tubercule quadrate Nerf du carré fémoral Rotation latérale
l’ischium juste en sur la crête (L5, S1) de la hanche
avant de la tubérosité intertrochantérique du
ischiatique fémur proximal
3. Jumeau inférieur Partie supérieure de la Chemine le long du bord Nerf du carré fémoral Rotation latérale
tubérosité ischiatique inférieur du tendon de (L5, S1) de la hanche
l’obturateur interne en extension ;
MUSCULAIRES – 2

et s’insère sur le côté abduction de la


médial du grand hanche fléchie
trochanter avec le
tendon de l’obturateur
RÉGION GLUTÉALE : INSERTIONS

interne

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


4. Obturateur interne Face interne de Côté médial du grand Nerf de l’obturateur Rotation latérale du
la membrane trochanter interne (L5, S1) fémur la hanche
obturatrice et de l’os en extension ;
voisin du trou obturé abduction du fémur
la hanche fléchie
RÉGION GLUTÉALE : ARTÈRES 137

Identifiez les artères indiquées.

4
5

7
RÉGION GLUTÉALE : ARTÈRES

1. Branche superficielle
2. Branche profonde
3. Artère et veine glutéales supérieures
4. Muscle piriforme
5. Artère circonflexe latérale de la cuisse
6. Artère circonflexe médiale de la cuisse
7. Première perforante de l’artère profonde de la cuisse
8. Artère et veine glutéales inférieures

EN CLINIQUE :
• Les artères glutéales issues de l’artère iliaque interne forment un réseau
anastomotique de vaisseaux autour de la hanche avec les branches
de l’artère fémorale issues de l’artère iliaque externe. Ce réseau permet
une circulation collatérale si un des vaisseaux est interrompu.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 554.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


RÉGION GLUTÉALE : NERFS 138

Identifiez les nerfs indiqués.

4 1

2
RÉGION GLUTÉALE : NERFS

1. Nerf glutéal inférieur


2. Nerf sciatique
3. Nerf cutané postérieur de la cuisse
4. Nerf de l’obturateur interne
5. Nerf glutéal supérieur

EN CLINIQUE :
• Une lésion du nerf glutéal supérieur entraîne une diminution
de la capacité d’abduction de la cuisse et une bascule excessive
du bassin au niveau du membre projeté vers l’avant durant la marche.

• Une lésion du nerf glutéal inférieur entraîne une diminution


de la capacité d’étendre la hanche.

• Une lésion du nerf sciatique entraîne un déficit musculaire au niveau


du pied, de la jambe, de la partie postérieure de la cuisse, ainsi qu’une
perte de la sensibilité du pied et de la partie latérale de la jambe.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 552.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


PLEXUS SACRAL 139

Identifiez les nerfs indiqués.

Divisions dorsales
Divisions ventrales Rameaux antérieurs
L4

12 L5

S1
11 Plexus
sacral

S2
10
1
S3

S4
9
S5 Plexus
coccygien
8 Co
7
6 3 2
4
5
PLEXUS SACRAL

1. Nerf splanchnique pelvien


2. Nerfs anococcygiens
3. Nerf pudendal
4. Nerfs splanchniques pelviens
5. Nerf perforant cutané
6. Nerf cutané postérieur de la cuisse
7. Partie tibiale
8. Partie fibulaire commune
9. Nerf sciatique
10. Nerf glutéal inférieur
11. Nerf glutéal supérieur
12. Tronc lombosacral

EN CLINIQUE :
• Les nerfs du membre inférieur sont issus du plexus lombosacral.
Il s’ensuit qu’un processus pathologique affectant les rameaux
antérieurs des nerfs spinaux lombaux et sacraux peut se manifester
sous forme de « signes » moteurs et sensitifs dans le membre
inférieur. Des problèmes au niveau des nerfs spinaux L4 et L5 peuvent
se manifester sous forme de problèmes au niveau du nerf sciatique
ou des nerfs glutéaux.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 464.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


COMPARTIMENT POSTÉRIEUR
DE LA CUISSE : MUSCLES 140

Identifiez les muscles indiqués.

3
COMPARTIMENT POSTÉRIEUR
DE LA CUISSE : MUSCLES

1. Chef long du muscle biceps fémoral


2. Chef court du muscle biceps fémoral
3. Muscle semimembraneux
4. Muscle semitendineux
5. Partie ischiojambière du muscle grand adducteur

EN CLINIQUE :
• Les muscles ischiojambiers, en tant que groupe, agissent comme
extenseurs de la hanche et fléchisseurs du genou. Le chef long
du biceps fémoral et les muscles semitendineux et semimembraneux
croisent les articulations de la hanche comme du genou et sont
innervés par la partie tibiale du nerf sciatique. La partie ischiojambière
du muscle grand adducteur est également innervée par le nerf tibial,
mais elle n’agit que sur l’articulation de la hanche. Le chef court du
biceps fémoral croise seulement l’articulation du genou et est innervée
par la partie fibulaire commune du nerf sciatique.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 568.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


COMPARTIMENT POSTÉRIEUR DE LA CUISSE :
INSERTIONS MUSCULAIRES 141

Identifiez le muscle, son insertion,


son innervation et ses actions.

2
MUSCLES DU COMPARTIMENT POSTÉRIEUR DE LA CUISSE (LES SEGMENTS SPINAUX EN GRAS INDIQUENT LES PRINCIPAUX
SEGMENTS MÉDULLAIRES D’INNERVATION MOTRICE)
Muscle Origine Terminaison Innervation Fonction
1. Biceps fémoral Chef long : partie Tête de la fibula Nerf sciatique Fléchit la jambe au niveau
inféromédiale de la (L5, S1, S2) du genou ; extension et
partie supérieure de la rotation latérale de la cuisse
tubérosité ischiatique ; au niveau de la hanche ;
chef court : lèvre rotation latérale de la jambe
latérale de la ligne âpre au niveau du genou
2. Semimembraneux Zone supérolatérale de la Sillon et os Nerf sciatique Flexion de la jambe au niveau
tubérosité ischiatique avoisinant sur (L5, S1, S2) du genou et extension de la
la face médiale cuisse à la hanche ; rotation
et postérieure médiale de la cuisse au
du condyle niveau de la hanche et de la
tibial médial jambe au niveau du genou
3. Semitendineux Partie inféromédiale de la Face médiale du Nerf sciatique Fléchit la jambe au niveau
partie supérieure de la tibia proximal (L5, S1, S2) du genou et étend la cuisse
tubérosité ischiatique au niveau de la hanche ;
INSERTIONS MUSCULAIRES

rotation médiale de la cuisse


à la hanche et de la jambe
au niveau du genou

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


Figure extraite de Gray’s Atlas of Anatomy, p. 285.
COMPARTIMENT POSTÉRIEUR DE LA CUISSE :
NERF SCIATIQUE 142

Identifiez les nerfs indiqués.

2
3

7
8

10
11
12
NERF SCIATIQUE

1. Muscle piriforme
2. Muscle carré fémoral
3. Nerf de la partie du grand adducteur née de la tubérosité ischiatique
4. Muscle grand adducteur
5. Nerf sciatique
6. Chef long du muscle biceps fémoral
7. Muscle semitendineux
8. Muscle semimembraneux
9. Chef court du muscle biceps fémoral
10. Nerf tibial
11. Nerf fibulaire commun
12. Artère et veine poplitées

EN CLINIQUE :
• Le nerf sciatique peut être lésé lors d’injections intramusculaires dans la
région glutéale si celles-ci ne sont pas effectuées au bon endroit.

• Une irritation ou une compression des rameaux antérieurs des nerfs


spinaux, en particulier de L4 et L5, lesquels participent à la formation du
nerf sciatique, peut entraîner un dysfonctionnement moteur et sensitif
du nerf sciatique. La douleur diffuse dans le territoire du nerf sciatique
est appelée « sciatique ».

• Le nerf fibulaire commun chemine latéralement autour du col de la


fibula, où il peut subir une blessure par impact ou compression. Une
lésion du nerf fibulaire commun entraîne un pied tombant (dorsiflexion
du pied impossible) et la perte de la sensibilité au niveau de la face
latérale de la jambe et de la face dorsale du pied.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 575.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


GENOU : VUE ANTÉROLATÉRALE 143

S’agit-il de l’articulation du genou gauche ou droite ?


Identifiez les structures indiquées.

5 4
GENOU : VUE ANTÉROLATÉRALE

Il s’agit de l’articulation du genou gauche.


1. Ligament croisé antérieur
2. Ligament collatéral fibulaire
3. Tendon du muscle poplité
4. Fibula
5. Tibia
6. Ligament patellaire
7. Patella
8. Ligament croisé postérieur
9. Fémur

EN CLINIQUE :
• En cas de rupture du ligament croisé postérieur, l’extrémité inférieure
du fémur se déplace vers l’avant du tibia (ou bien un clinicien peut
pousser le tibia du patient vers l’arrière sur un fémur fixé – signe
du tiroir postérieur positif).

• En cas de rupture du ligament croisé antérieur, l’extrémité inférieure du


fémur se déplace vers l’arrière du tibia (ou bien un clinicien peut tirer le
tibia du patient vers l’avant sur un fémur fixé – signe du tiroir antérieur
positif).

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 575.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


GENOU : MÉNISQUES ET LIGAMENTS 144

Identifiez les structures indiquées.

8
1

2
3

7
6

10

7
GENOU : MÉNISQUES ET LIGAMENTS

1. Patella
2. Surface articulaire pour la patella
3. Surfaces articulaires planes pour l’articulation en extension
4. Surfaces arrondies pour l’articulation avec le tibia en flexion
5. Ligament croisé antérieur
6. Ménisque
7. Ligament croisé postérieur
8. Région intercondylaire
9. Ménisque médial
10. Ménisque latéral

EN CLINIQUE :
• La patella se luxe plus souvent latéralement que médialement car
l’angle de traction du muscle quadriceps fémoral tend à tirer plus
latéralement que médialement.

• Au cours des chocs latéraux sur un genou alors que la jambe est en
appui, le ligament collatéral tibial et le ménisque médial peuvent se
rompre. Avec ce type de blessure, il est aussi possible que le ménisque
latéral se rompe du fait des forces de compression exercées sur la face
latérale du genou.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 576.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


GENOU : LIGAMENTS COLLATÉRAUX 145

Identifiez les ligaments et tendons indiqués.

2
7

2
4

5
6
GENOU : LIGAMENTS COLLATÉRAUX

1. Tendon du muscle quadriceps


2. Ligament patellaire
3. Ligament collatéral tibial
4. Tendon du muscle gracile
5. Tendon du muscle semitendineux
6. Tendon du muscle sartorius
7. Tendon du muscle biceps fémoral
8. Ligament collatéral fibulaire

EN CLINIQUE :
• Les chocs latéraux et médiaux sur le genou peuvent entraîner une
rupture des ligaments collatéraux tibial et fibulaire, respectivement.
Lorsque le ligament collatéral fibulaire est rompu au cours de ce
type de blessures, le ménisque médial peut aussi être lésé du fait des
forces de compression exercées sur la face médiale de l’articulation.
Pour la même raison, lorsque le ligament collatéral tibial est rompu, le
ménisque latéral peut être lésé.

• Lors des chocs postérieurs et postérolatéraux sur le genou, des ruptures


du ligament collatéral tibial, du ménisque médial et du ligament croisé
antérieur peuvent se produire. Cette blessure est parfois appelée
« triade malheureuse » (unlucky triad).

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 580.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


GENOU : FOSSE POPLITÉE 146

Cette région appartient-elle à la partie gauche ou droite


du corps ? Identifiez les structures indiquées.

2
1
GENOU : FOSSE POPLITÉE

Cette région appartient à la région droite du corps.


1. Nerf fibulaire commun
2. Artère poplitée
3. Veine poplitée
4. Nerf tibial

EN CLINIQUE :
• Il est souvent difficile de percevoir le pouls poplité car l’artère est située
profondément dans la fosse poplitée ; il peut cependant être détecté
en palpant en dedans de la ligne médiane de la fosse poplitée.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 584.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


JAMBE : OS 147

Ces os appartiennent-ils à la partie gauche ou droite du corps ?


Identifiez les os et les éléments indiqués.

7
6

1
2

2
5

4 3
JAMBE : OS

Ces os appartiennent à la région droite du corps.


1. Malléole médiale
2. Malléole latérale
3. Sillon des muscles long et court fibulaires
4. Fosse malléolaire
5. Sillon du tendon du muscle tibial postérieur
6. Bord interosseux
7. Bord antérieur

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 587.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


COMPARTIMENT POSTÉRIEUR DE LA JAMBE : MUSCLES 148

Identifiez les muscles et tendons indiqués.

4 1
5

7 6
3

2
COMPARTIMENT POSTÉRIEUR
DE LA JAMBE : MUSCLES

1. Muscle soléaire
2. Tendon calcanéen (d’Achille)
3. Muscle gastrocnémien
4. Muscle plantaire
5. Muscle tibial postérieur
6. Muscle long fléchisseur de l’hallux
7. Muscle long fléchisseur des orteils
8. Muscle poplité

EN CLINIQUE :
• Tous les muscles du compartiment postérieur de la jambe sont innervés
par la partie tibiale du nerf sciatique.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 590–591.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


COMPARTIMENT POSTÉRIEUR DE LA JAMBE :
INSERTIONS MUSCULAIRES – 1 149

Identifiez le muscle, son insertion, son innervation


et ses actions.

2 1
2

3
GROUPE DES MUSCLES SUPERFICIELS DU COMPARTIMENT POSTÉRIEUR DE LA JAMBE (LES SEGMENTS SPINAUX EN GRAS
INDIQUENT LES PRINCIPAUX SEGMENTS MÉDULLAIRES D’INNERVATION MOTRICE)
Muscle Origine Terminaison Innervation Fonction
1. Plantaire Partie inférieure de la Par le tendon calcanéen Nerf tibial (S1, S2) Flexion plantaire
ligne supracondylaire à la face postérieure du du pied et
latérale du fémur calcanéus flexion du
et ligament poplité genou
oblique du genou
2. Gastrocnémien Chef médial : face Par le tendon calcanéen Nerf tibial (S1, S2) Flexion plantaire
postérieure du fémur sur la face postérieure du du pied et
distal juste au-dessus calcanéus flexion du
du condyle fémoral genou
médial ; chef latéral :
partie supérieure de la
face postérolatérale du
condyle fémoral latéral
3. Soléaire Ligne soléaire du tibia et Par le tendon calcanéen Nerf tibial (S1, S2) Flexion plantaire
bord médial du tibia ; à la face postérieure du du pied
face postérieure de calcanéus
la tête de la fibula et
COMPARTIMENT POSTÉRIEUR

région voisine du col et


de la diaphyse ; arcade

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


tendineuse entre les
insertions fibulaire
DE LA JAMBE : INSERTIONS MUSCULAIRES – 1

et tibiale

Figure extraite de Gray’s Atlas of Anatomy, p. 319.


COMPARTIMENT POSTÉRIEUR DE LA JAMBE :
INSERTIONS MUSCULAIRES – 2 150

Identifiez le muscle, son insertion,


son innervation et ses actions.

4
3

3 4
GROUPE DES MUSCLES PROFONDS DU COMPARTIMENT POSTÉRIEUR DE LA JAMBE (LES SEGMENTS SPINAUX EN GRAS
INDIQUENT LES PRINCIPAUX SEGMENTS MÉDULLAIRES D’INNERVATION MOTRICE)

Muscle Origine Terminaison Innervation Fonction


1. Poplité Condyle fémoral Face postérieure Nerf tibial (L4 à S1) Déverrouille le genou
latéral du tibia proximal (en provoquant une

Copyright
rotation latérale du

Copyright
fémur, le tibia étant
fixé)

2010,2009,
2. Tibial postérieur Face postérieure Principalement à la Nerf tibial (L4, L5) Inversion et flexion

Elsevier
de la membrane tubérosité de l’os plantaire ; maintient
interosseuse et naviculaire et à la l’arche médiale

Elsevier,
région voisine du région voisine du pendant la marche

Masson
tibia et de la fibula premier cunéiforme

Inc.SAS.
3. Long fléchisseur Face postérieure de la Face plantaire de la Nerf tibial (S2, S3) Fléchit l’hallux
de l’hallux fibula et membrane phalange distale

All rights
interosseuse de l’hallux
adjacente

Tous droits
4. Long fléchisseur Côté médial de la face Face plantaire des Nerf tibial (S2, S3) Fléchit les quatre

reserved.
INSERTIONS MUSCULAIRES – 2

des orteils postérieure du tibia bases des phalanges orteils latéraux


distales des quatre

réservés.
orteils latéraux
COMPARTIMENT POSTÉRIEUR DE LA JAMBE :

Figure extraite de Gray’s Atlas of Anatomy, p. 319.


COMPARTIMENT POSTÉRIEUR DE LA JAMBE :
ARTÈRES ET NERFS 151

Identifiez les artères et les nerfs indiqués.

2 6

3
COMPARTIMENT POSTÉRIEUR DE LA JAMBE :
ARTÈRES ET NERFS

1. Artère poplitée
2. Artère fibulaire
3. Perforante terminale de l’artère fibulaire
4. Artère tibiale postérieure
5. Nerf fibulaire commun
6. Nerf tibial

EN CLINIQUE :
• Des lésions du nerf tibial au niveau de la cuisse entraînent un déficit
musculaire de la jambe comme du pied. Les nerfs innervant en général
les muscles juste après qu’ils ont pénétré dans un compartiment, les
lésions nerveuses au milieu de leur trajet ou près de leur terminaison
n’affectent pas la fonction musculaire au sein de ce compartiment ;
le déficit est davantage distal. Ainsi, les lésions du nerf tibial qui se
produisent à la partie moyenne et inférieure de la jambe provoquent
un déficit musculaire au niveau du pied, mais n’affectent pas la fonction
musculaire du compartiment postérieur de la jambe.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 593–594.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


COMPARTIMENT LATÉRAL DE LA JAMBE : MUSCLES 152

Identifiez les muscles et les éléments indiqués.

4
COMPARTIMENT LATÉRAL DE LA JAMBE : MUSCLES

1. Nerf fibulaire commun


2. Membrane interosseuse
3. Muscle long fibulaire
4. Trochlée fibulaire du calcanéus
5. Muscle court fibulaire

EN CLINIQUE :
• Les muscles fibulaires sont innervés par le nerf fibulaire superficiel.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 595.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


COMPARTIMENT LATÉRAL DE LA JAMBE :
INSERTIONS MUSCULAIRES 153

Identifiez le muscle, son insertion, son innervation


et ses actions.

1
MUSCLES DU COMPARTIMENT LATÉRAL DE LA JAMBE (LES SEGMENTS SPINAUX EN GRAS INDIQUENT LES PRINCIPAUX
SEGMENTS MÉDULLAIRES D’INNERVATION MOTRICE)
Muscle Origine Terminaison Innervation Fonction
1. Court Deux tiers inférieurs de Tubercule latéral de la base Nerf fibulaire superficiel Éversion du pied
fibulaire la face latérale de la du 5e métatarsien (L5, S1, S2)
diaphyse de la fibula
2. Long Face latérale supérieure Face inférieure des bords Nerf fibulaire superficiel Éversion du pied et
fibulaire de la fibula, tête de latéraux de l’extrémité (L5, S1, S2) flexion plantaire ;
la fibula et parfois distale du cunéiforme maintient les
condyle latéral tibial médial et base du 1er arches du pied
métatarsien

Figure extraite de Gray’s Atlas of Anatomy, p. 319.


INSERTIONS MUSCULAIRES

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


COMPARTIMENT LATÉRAL DE LA JAMBE :
COMPARTIMENT LATÉRAL DE LA JAMBE : NERFS 154

Identifiez les nerfs et les artères indiqués.

2
COMPARTIMENT LATÉRAL DE LA JAMBE : NERFS

1. Nerf fibulaire commun


2. Branches perforantes de l’artère fibulaire
3. Nerf fibulaire superficiel

EN CLINIQUE :
• La vascularisation du compartiment latéral de la jambe dérive de l’artère
fibulaire située dans le compartiment postérieur. Les branches de ce
vaisseau perforent le septum intermusculaire et pénètrent
dans le compartiment latéral.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 597.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


COMPARTIMENT ANTÉRIEUR
DE LA JAMBE : MUSCLES 155

Identifiez les muscles indiqués.

2
1
COMPARTIMENT ANTÉRIEUR
DE LA JAMBE : MUSCLES

1. Muscle long extenseur de l’hallux


2. Muscle troisième fibulaire
3. Muscle long extenseur des orteils
4. Muscle tibial antérieur

EN CLINIQUE :
• Les muscles du compartiment antérieur de la jambe ont pour fonction
la dorsiflexion et l’inversion du pied ainsi que l’extension des orteils.

• Un déficit moteur du compartiment antérieur de la jambe entraîne


un pied tombant.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 597.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


COMPARTIMENT ANTÉRIEUR DE LA JAMBE : INSERTIONS
MUSCULAIRES 156

Identifiez le muscle, son insertion, son innervation


et ses actions.

3
MUSCLES DU COMPARTIMENT ANTÉRIEUR DE LA JAMBE (LES SEGMENTS SPINAUX EN GRAS INDIQUENT LES PRINCIPAUX
SEGMENTS MÉDULLAIRES D’INNERVATION MOTRICE)
Muscle Origine Terminaison Innervation Fonction
1. Tibial antérieur Face latérale du Faces médiale et Nerf fibulaire Dorsiflexion du pied
tibia et membrane inférieure du profond (L4, L5) au niveau de la cheville ;
interosseuse voisine cunéiforme médial inversion du pied ;
et faces adjacentes support dynamique
du 1er métatarsien de l’arche médiale
du pied
2. Long extenseur Moitié de la face Face dorsale de la Nerf fibulaire Extension de l’hallux
de l’hallux médiale de la fibula base de la phalange profond (L5, S1) et dorsiflexion du pied
et membrane distale de l’hallux
interosseuse voisine
3. Long extenseur Moitié proximale de la Expansions digitales Nerf fibulaire Extension des quatre
des orteils face médiale de la dorsales aux bases profond (L5, S1) orteils latéraux et
fibula et surface des phalanges dorsiflexion du pied
voisine du condyle moyenne et distale
latéral tibial des quatre orteils
latéraux
INSERTIONS MUSCULAIRES

4. Troisième Partie distale de la face Face dorsomédiale Nerf fibulaire Dorsiflexion et éversion
fibulaire médiale de la fibula de la base du profond (L5, S1) du pied

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


5e métatarsien
COMPARTIMENT ANTÉRIEUR DE LA JAMBE :

Figure extraite de Gray’s Atlas of Anatomy, p. 319.


COMPARTIMENT ANTÉRIEUR DE LA JAMBE :
ARTÈRES ET NERFS 157

Identifiez les nerfs et les artères indiqués.

3
COMPARTIMENT ANTÉRIEUR DE LA JAMBE :
ARTÈRES ET NERFS

1. Artère tibiale antérieure


2. Nerf fibulaire profond
3. Artère dorsale du pied
4. Branche perforante de l’artère fibulaire

EN CLINIQUE :
• Tous les muscles du compartiment antérieur de la jambe sont innervés
par le nerf fibulaire profond. Les rameaux terminaux de ce nerf
innervent les téguments entre l’hallux et le 2e orteil. L’examen de la
sensibilité cutanée entre l’hallux et le 2e orteil permet de tester les nerfs
fibulaires commun et profond lorsque la fonction motrice ne peut pas
être évaluée, par exemple lorsque la jambe et le pied sont plâtrés.

• Le déficit du nerf fibulaire commun ou profond entraîne un pied


tombant.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 599.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


PIED : OS 158

Identifiez les os indiqués.

1
2
20
3

19

4
5 7
6
8
18 17
9
16

15
10

11 13

12

14
PIED : OS

1. Phalange distale
2. Phalange moyenne
3. Phalange proximale
4. Cunéiforme médial
5. Cunéiforme intermédiaire
6. Cunéiforme latéral
7. Cunéiformes
8. Groupe distal des os du tarse
9. Cuboïde
10. Talus
11. Tubercule latéral de l’os talus
12. Calcanéus
13. Groupe proximal des os du tarse
14. Sillon du tendon du muscle long fléchisseur de l’hallux
15. Tubercule médial de l’os talus
16. Tubercule (à la face inférieure)
17. Os naviculaire
18. Os intermédiaire du tarse
19. Métatarsiens
20. Phalanges

EN CLINIQUE :
• Le talus est le seul os du pied qui participe à la formation
de l’articulation tibiotalienne ou cheville.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 601.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


PIED : LIGAMENTS 159

Identifiez les ligaments indiqués.

4 1
2

7
PIED : LIGAMENTS

1. Partie postérieure tibiotalaire du ligament médial de la cheville


2. Partie tibiocalcanéenne du ligament médial de la cheville
3. Ligament calcanéonaviculaire plantaire
4. Partie tibionaviculaire du ligament médial de la cheville
5. Partie antérieure tibiotalaire du ligament médial de la cheville
6. Ligament talofibulaire antérieur
7. Ligament calcanéofibulaire
8. Ligament talofibulaire postérieur

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 606–607.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


DOS DU PIED : MUSCLES 160

Identifiez les muscles indiqués.

3
DOS DU PIED : MUSCLES

1. Gaines synoviales
2. Muscle long extenseur de l’hallux
3. Sangle aponévrotique dorsale des extenseurs
4. Muscle court extenseur des orteils
5. Muscle long extenseur des orteils

EN CLINIQUE :
• Le muscle court extenseur des orteils est innervé par le nerf fibulaire
profond.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 617.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


DOS DU PIED : INSERTIONS MUSCULAIRES 161

Identifiez le muscle, son insertion,


son innervation et ses actions.

1
MUSCLE DE LA FACE DORSALE DU PIED
Muscle Origine Terminaison Innervation Fonction
1. Court Face Base de la phalange proximale Nerf fibulaire Extenseur de l’articulation
extenseur supérolatérale de l’hallux et bords latéraux profond (S1, S2) métatarsophalangienne
des orteils du calcanéus des tendons du long extenseur de l’hallux et extension des
des 2e à 4e orteils 2e à 4e orteils

Figure extraite de Gray’s Atlas of Anatomy, p. 330.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


DOS DU PIED : INSERTIONS MUSCULAIRES
DOS DU PIED : ARTÈRES 162

Identifiez les artères indiquées.

2
14

13 5

10

11
12
DOS DU PIED : ARTÈRES

1. Artère tibiale antérieure


2. Artère malléolaire antérieure et médiale
3. Artère dorsale du pied
4. Branches tarsiennes médiale et latérale
5. Artère dorsale du pied
6. Muscle long extenseur de l’hallux
7. Première artère métatarsienne dorsale
8. Artère plantaire profonde
9. Sangle aponévrotique dorsale des extenseurs
10. Muscle premier interosseux dorsal
11. Artères digitales dorsales
12. Tendon du muscle long extenseur du 2e orteil
13. Artère arquée du pied
14. Artère malléolaire antérieure et latérale

EN CLINIQUE :
• L’artère dorsale du pied peut être palpée sur la face dorsale du pied
entre le tendon du muscle long extenseur de l’hallux et le tendon
du muscle long extenseur du 2e orteil.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 617.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


DOS DU PIED : NERFS 163

Identifiez les nerfs indiqués.

2
DOS DU PIED : NERFS

1. Nerf fibulaire profond


2. Rameaux pour les muscles premier et deuxième interosseux dorsaux
3. Muscle court extenseur des orteils
4. Rameau du nerf fibulaire profond pour le muscle court extenseur des
orteils
5. Nerf fibulaire superficiel

EN CLINIQUE :
• La sensibilité cutanée de l’espace interdigital entre le 1er et le 2e orteils
peut être utilisée pour tester les nerfs fibulaires lorsque la jambe
et le pied sont plâtrés.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 626.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


CANAL TARSIEN 164

S’agit-il du pied gauche ou du pied droit ?


Identifiez les structures indiquées.

3
7 4
6

5
CANAL TARSIEN

Il s’agit de la face médiale du pied gauche.


1. Rétinaculum des fléchisseurs
2. Canal tarsien
3. Tendon du long fléchisseur des orteils
4. Tendon du tibial postérieur
5. Tendon du long fléchisseur de l’hallux
6. Nerf tibial
7. Artère tibiale postérieure

EN CLINIQUE :
• Le pouls de l’artère tibiale postérieure peut être perçu à peu près
à mi-chemin entre la malléole médiale et le calcanéus.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 612.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


PLANTE DU PIED : MUSCLES, PREMIÈRE COUCHE 165

Identifiez les muscles indiqués.

3
2
PLANTE DU PIED : MUSCLES, PREMIÈRE COUCHE

1. Muscle abducteur de l’hallux


2. Muscle court fléchisseur des orteils
3. Muscle abducteur du petit orteil

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 618.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


PLANTE DU PIED : MUSCLES, DEUXIÈME COUCHE 166

Identifiez les muscles et les tendons indiqués.

4
PLANTE DU PIED : MUSCLES, DEUXIÈME COUCHE

1. Muscles lombricaux
2. Tendon du muscle long fléchisseur de l’hallux
3. Tendon du muscle long fléchisseur des orteils
4. Muscle carré plantaire

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 619.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


PLANTE DU PIED : MUSCLES, TROISIÈME COUCHE 167

Identifiez les muscles et les tendons indiqués.

4 3
PLANTE DU PIED : MUSCLES, TROISIÈME COUCHE

1. Chef oblique du muscle adducteur de l’hallux


2. Muscle court fléchisseur de l’hallux
3. Tendon du muscle tibial postérieur
4. Tendon du muscle long fibulaire
5. Muscle court fléchisseur du petit orteil
6. Chef transverse du muscle adducteur de l’hallux

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 620.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


PLANTE DU PIED : MUSCLES, QUATRIÈME COUCHE 168

Identifiez le ligament et les muscles indiqués.

3
PLANTE DU PIED : MUSCLES, QUATRIÈME COUCHE

1. Ligament métatarsien transverse profond


2. Muscle premier interosseux dorsal
3. Muscle troisième interosseux plantaire

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 621.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


PLANTE DU PIED : INSERTIONS MUSCULAIRES,
PREMIÈRE ET DEUXIÈME COUCHES 169

Identifiez le muscle, son insertion, son innervation


et ses actions.

4 2

1
PREMIÈRE ET DEUXIÈME COUCHES MUSCULAIRES DE LA PLANTE DU PIED (LES SEGMENTS SPINAUX EN GRAS INDIQUENT LES
PRINCIPAUX SEGMENTS MÉDULLAIRES D’INNERVATION MOTRICE)
Muscle Origine Terminaison Innervation Fonction
1. Court fléchisseur Processus médial Bords de la face Nerf plantaire médial Fléchit les quatre orteils
des orteils de la tubérosité plantaire de la du nerf tibial latéraux au niveau
calcanéenne et phalange moyenne (S1, S2, S3) de l’articulation
aponévrose des quatre orteils interphalangienne
plantaire latéraux proximale
2. Abducteur de Processus médial Bord médial de la Nerf plantaire médial Abduction et flexion
l’hallux de la tubérosité base de la phalange du nerf tibial de l’hallux au niveau
calcanéenne proximale (S1, S2, S3) de l’articulation
de l’hallux métatarsophalangienne
3. Carré plantaire Face médiale du Bord latéral du tendon Nerf plantaire latéral Participe à la flexion des
calcanéus et du long fléchisseur du nerf tibial 2e, 3e, 4e et 5e orteils
processus latéral des orteils à la partie (S1, S2, S3)
de la tubérosité proximale de la
calcanéenne plante du pied
4. Abducteur du Processus médial Bord latéral de la Nerf plantaire latéral Abducte le petit orteil au
ET DEUXIÈME COUCHES

petit orteil et latéral de base de la phalange du nerf tibial niveau de l’articulation


la tubérosité proximale du petit (S1, S2, S3) métatarsophalangienne
calcanéenne orteil
et bande de tissu

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


fibreux unissant le
calcanéus et la base
du 5e métatarsien

Figure extraite de Gray’s Atlas of Anatomy, p. 330.


PLANTE DU PIED : INSERTIONS MUSCULAIRES, PREMIÈRE
PLANTE DU PIED : INSERTIONS MUSCULAIRES,
TROISIÈME COUCHE 170

Identifiez le muscle, son insertion, son innervation


et ses actions.

2 1

2
TROISIÈME COUCHE MUSCULAIRE DE LA PLANTE DU PIED (LES SEGMENTS SPINAUX EN GRAS INDIQUENT LES PRINCIPAUX
SEGMENTS MÉDULLAIRES D’INNERVATION MOTRICE)
Muscles Origine Terminaison Innervation Fonction
1. Court Face plantaire du cuboïde Côtés latéral et médial Nerf plantaire Flexion de l’articulation
fléchisseur et cunéiforme latérale ; de la base de la médial venu métatarsophalan-
de l’hallux tendon du tibial postérieur phalange proximale du nerf tibial gienne de l’hallux
de l’hallux (S1, S2)
2. Adducteur Chef transverse : ligaments Côté latéral de la base Nerf plantaire Adduction de l’hallux au
de l’hallux plantaires des articulations de la phalange latéral venu niveau de l’articulation
métatarsophalangiennes proximale de l’hallux du nerf tibial métatarsophalan-
des trois derniers orteils ; (S2, S3) gienne
chef oblique : bases des
2e à 4e métatarsiens et
gaine fibreuse du tendon
TROISIÈME COUCHE

long fibulaire
3. Court Base du 5e métatarsien et Côté latéral de la base Nerf plantaire Flexion du petit orteil au
fléchisseur gaine du tendon du long de la phalange latéral venu niveau de l’articulation
du petit fibulaire proximale du petit du nerf tibial métatarsophalan-

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


orteil orteil (S2, S3) gienne

Figure extraite de Gray’s Atlas of Anatomy, p. 330.


PLANTE DU PIED : INSERTIONS MUSCULAIRES,
PLANTE DU PIED : ARTÈRES 171

Identifiez les artères indiquées.

8 1

5 3

4
PLANTE DU PIED : ARTÈRES

1. Artère plantaire profonde : branche terminale de l’artère dorsale du pied


2. Arcade plantaire profonde
3. Artère plantaire médiale
4. Artère tibiale postérieure
5. Artère plantaire latérale
6. Artères perforantes
7. Artères plantaires métatarsiennes
8. Artères digitales

EN CLINIQUE :
• L’arcade plantaire profonde rejoint l’artère tibiale postérieure par l’artère
plantaire latérale, et l’artère tibiale antérieure par l’artère plantaire
profonde.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 623.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


PLANTE DU PIED : NERFS 172

Identifiez les nerfs indiqués.

2
PLANTE DU PIED : NERFS

1. Nerf plantaire médial


2. Nerf plantaire latéral

EN CLINIQUE :
• Une lésion du nerf plantaire latéral entraîne un déficit de la plupart des
muscles intrinsèques de la plante du pied, à l’exception de trois muscles
(abducteur de l’hallux, court fléchisseur des orteils et premier lombrical)
qui sont innervés par le nerf plantaire médial. La sensibilité cutanée
de la face latérale de la plante du pied est également perdue.

• Une lésion du nerf plantaire médial entraîne la perte de la sensibilité


d’une grande partie de la plante du pied et un déficit des muscles
abducteur du pouce, court fléchisseur des orteils et premier lombrical.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 625.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


SECTION 7 : MEMBRE SUPÉRIEUR

173. Vue globale : squelette


174. Clavicule
175. Scapula
176. Humérus
177. Articulations sternoclaviculaire et acromioclaviculaire
178. Articulation de l’épaule
179. Région pectorale : sein
180. Muscle grand pectoral
181. Muscle petit pectoral : nerfs et vaisseaux
182. Région scapulaire postérieure : muscles
183. Région scapulaire postérieure : insertions musculaires
184. Région scapulaire postérieure : artères et nerfs
185. Région axillaire : vaisseaux
186. Région axillaire : artères
187. Région axillaire : nerfs
188. Région axillaire : plexus brachial
189. Région axillaire : lymphatiques
190. Humérus : vue postérieure
191. Humérus distal
192. Extrémité proximale du radius et de l’ulna
193. Compartiment antérieur du bras : biceps
194. Compartiment antérieur du bras : muscles
195. Compartiment antérieur du bras : insertions musculaires
196. Compartiment antérieur du bras : artères
197. Compartiment antérieur du bras : veines
198. Compartiment antérieur du bras : nerfs
199. Compartiment postérieur du bras : muscles
200. Compartiment postérieur du bras : insertions musculaires
201. Compartiment postérieur du bras : nerfs et vaisseaux
202. Articulation du coude
203. Pli du coude
204. Radius
205. Ulna
206. Articulation du poignet et os de la main
207. Compartiment antérieur de l’avant-bras : muscles, première couche
208. Compartiment antérieur de l’avant-bras : insertions musculaires,
couche superficielle
209. Compartiment antérieur de l’avant-bras : muscles, deuxième couche
210. Compartiment antérieur de l’avant-bras : muscles, troisième couche
211. Compartiment antérieur de l’avant-bras : insertions musculaires,
couches intermédiaire et profonde
212. Compartiment antérieur de l’avant-bras : artères
213. Compartiment antérieur de l’avant-bras : nerfs
214. Compartiment postérieur de l’avant-bras : muscles, couche superficielle
215. Compartiment postérieur de l’avant-bras : insertions musculaires,
couche superficielle
216. Compartiment postérieur de l’avant-bras : muscles émergents
217. Compartiment postérieur de l’avant-bras : insertions musculaires,
couche profonde
218. Compartiment postérieur de l’avant-bras : nerfs et artères
219. Main : coupe transversale du poignet
220. Main : paume superficielle
221. Main : muscles thénariens et hypothénariens
222. Paume de la main : insertions musculaires, muscles thénariens
et hypothénariens
223. Muscles lombricaux
224. Muscles adducteurs
225. Muscles interosseux
226. Paume de la main : insertions musculaires
227. Arcade palmaire superficielle
228. Arcade palmaire profonde
229. Nerf médian
230. Nerf ulnaire
231. Nerf radial
232. Arcade veineuse dorsale

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


VUE GLOBALE : SQUELETTE 173

Identifiez les os indiqués.

3
7

6
VUE GLOBALE : SQUELETTE

1. Clavicule
2. Scapula
3. Ulna
4. Os du carpe
5. Métacarpiens
6. Phalanges
7. Radius
8. Humérus

EN CLINIQUE :
• La clavicule est le seul os rattachant le tronc au membre supérieur.
Comme elle est impliquée dans la transmission des contraintes
du membre supérieur au tronc, elle peut facilement se fracturer.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 654.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


CLAVICULE 174

Cet os appartient-il au côté droit ou gauche du corps ?


Identifiez les éléments indiqués.

3 2
CLAVICULE

Cet os appartient au côté droit du corps.


1. Facette articulaire en contact avec le manubrium sternal et le premier
cartilage costal
2. Tubercule conoïde
3. Ligne trapézoïde
4. Facette articulaire en contact avec l’acromion

EN CLINIQUE :
• La clavicule se fracture habituellement en dedans du tubercule conoïde
car le tiers moyen de l’os n’est pas renforcé par des ligaments
ou des muscles.

• La face antérosupérieure de la clavicule peut être palpée tout au long


de son trajet.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 665.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


SCAPULA 175

Cet os appartient-il au côté droit ou gauche du corps ?


Identifiez les éléments indiqués.

1
2 3

4
8

7 5

3
4 2

9
SCAPULA

Cet os appartient au côté droit du corps.


1. Incisure suprascapulaire
2. Processus coracoïde
3. Facette articulaire pour la clavicule
4. Acromion
5. Grande incisure scapulaire (échancrure spinoglénoïdale)
6. Fosse infraépineuse
7. Épine de la scapula
8. Fosse supraépineuse
9. Cavité glénoïdale

EN CLINIQUE :
• La scapula est entourée de muscles et se fracture rarement. L’épine
de la scapula et l’acromion peuvent être palpés le long de leur trajet.
L’angle inférieur et le bord médial peuvent aussi facilement être sentis
à travers la peau.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 666.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


HUMÉRUS 176

Cet os appartient-il au côté droit ou gauche du corps ?


Identifiez les éléments indiqués.

7 1

2
14

13 3
4
12

6
6

11

8
7
3 9

4
10
HUMÉRUS

Cet os appartient au côté droit du corps.


1. Facette supérieure du tubercule majeur (insertion du muscle
supraépineux)
2. Tête
3. Col anatomique
4. Col chirurgical
5. Insertion pour le muscle grand pectoral
6. Tubérosité deltoïdienne (insertion du muscle deltoïde)
7. Tubercule majeur
8. Facette supérieure (insertion du muscle supraépineux)
9. Facette moyenne (insertion du muscle infraépineux)
10. Facette inférieure (insertion du muscle petit rond)
11. Insertion du muscle coracobrachial
12. Berge latérale, plancher et berge médiale du sillon intertuberculaire
(insertion des muscles grand pectoral, grand dorsal et grand rond,
respectivement)
13. Sillon intertuberculaire
14. Tubercule mineur (subscapulaire)

EN CLINIQUE :
• Les fractures de l’humérus se produisent le plus fréquemment 1)
au niveau du col chirurgical, 2) au milieu de la diaphyse, et 3) au niveau
supracondylaire.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 667.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


ARTICULATIONS STERNOCLAVICULAIRE ET
ACROMIOCLAVICULAIRE 177

Identifiez les ligaments et les structures indiqués.

8 9 10 1

7
2
6

3
5
4

13
11

12
ARTICULATIONS STERNOCLAVICULAIRE
ET ACROMIOCLAVICULAIRE

1. Ligament sternoclaviculaire antérieur


2. Manubrium sternal
3. Face articulaire pour la 2e côte
4. Angle sternal
5. Premier cartilage costal
6. Ligament costoclaviculaire
7. 1re côte
8. Disque articulaire (capsule et ligaments enlevés pour exposer
l’articulation)
9. Incisure claviculaire
10. Ligament interclaviculaire
11. Partie conoïde du ligament coracoclaviculaire
12. Partie trapézoïde du ligament coracoclaviculaire
13. Ligament acromioclaviculaire

EN CLINIQUE :
• Le ligament coracoclaviculaire constitue une attache entre la scapula
et la clavicule bien plus solide que l’articulation acromioclaviculaire.
Au cours d’une fracture de la clavicule en dedans du ligament
coracoclaviculaire, l’« épaule » devient tombante.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 668–669.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


ARTICULATION DE L’ÉPAULE 178

Identifiez les ligaments et les structures associées indiqués.

9 1 2

5
ARTICULATION DE L’ÉPAULE

1. Ligament glénohuméral supérieur


2. Ligament glénohuméral moyen
3. Ouverture capsulaire pour la bourse infratendineuse du muscle
subscapulaire
4. Ligament glénohuméral inférieur
5. Cul-de-sac capsulaire articulaire inférieur détendu
6. Tendon du chef long du muscle biceps brachial
7. Gaine synoviale
8. Ligament transverse huméral
9. Ligament coracohuméral

EN CLINIQUE :
• Une grande partie de la stabilité de l’articulation glénohumérale
est assurée par les muscles de la coiffe des rotateurs et non par les
ligaments. Une luxation de l’humérus se produit le plus souvent
à la partie inférieure car cette région bénéficie d’un moindre support.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 671.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


RÉGION PECTORALE : SEIN 179

Identifiez les structures indiquées.

21

20 1
19

18
2
17
3
16 4

15
5

14 6

13 7

8
12
9
11
10
RÉGION PECTORALE : SEIN

1. Muscle grand pectoral


2. Lobule sécrétoire de la glande mammaire
3. Ligaments suspenseurs
4. Canaux galactophores
5. Sinus lactifère
6. Espace rétromammaire
7. Nœuds lymphatiques parasternaux
8. Branche mammaire de l’artère thoracique interne
9. Drainage veineux et lymphatique qui passe de la région médiale du sein
à la région parasternale
10. Drainage veineux et lymphatique qui passe de la région inférieure du
sein dans la paroi abdominale antérieure
11. Lobules sécrétoires de la glande mammaire
12. Aréole
13. Drainage veineux et lymphatique qui passe de la région supérieure
et latérale du sein vers la fosse axillaire
14. Processus axillaire de la glande mammaire
15. Nœuds axillaires pectoraux
16. Nœuds axillaires latéraux
17. Artère thoracique latérale
18. Nœuds axillaires centraux
19. Nœuds axillaires apicaux
20. Branche pectorale de l’artère thoracoacromiale
21. Artère thoracique interne

EN CLINIQUE :
• Le cancer du sein est l’un des cancers les plus fréquents chez la femme.
Une des voies de la diffusion métastatique est constituée par les
vaisseaux lymphatiques qui se drainent latéralement dans les nœuds
lymphatiques de la fosse axillaire, et médialement dans les nœuds
associés aux vaisseaux thoraciques internes.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 138.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


MUSCLE GRAND PECTORAL 180

Identifiez les muscles et le vaisseau indiqués.

6
5
1
I
4
II

3 III
2
IV

VI
VII
MUSCLE GRAND PECTORAL

1. Chef claviculaire du muscle grand pectoral


2. Chef sternocostal du muscle grand pectoral
3. Muscle grand pectoral
4. Muscle deltoïde
5. Veine céphalique
6. Triangle clavipectoral

EN CLINIQUE :
• Pour certaines procédures médicales, il est possible d’accéder à la veine
céphalique dans le triangle clavipectoral formé par le tiers moyen
de la clavicule, le muscle deltoïde et le muscle grand pectoral.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 686.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


MUSCLE PETIT PECTORAL : NERFS ET VAISSEAUX 181

Identifiez les structures indiquées.

10 1
9

8
7
6
5

2
MUSCLE PETIT PECTORAL : NERFS ET VAISSEAUX

1. Muscle subclavier
2. Muscle grand pectoral
3. Fixation du fascia au plancher de la fosse axillaire
4. Nerfs pectoraux médiaux
5. Muscle grand pectoral (sectionné)
6. Fascia clavipectoral
7. Muscle petit pectoral
8. Nerf pectoral latéral
9. Branche pectorale de l’artère thoracoacromiale
10. Veine céphalique

EN CLINIQUE :
• Lors d’un geste chirurgical, le muscle petit pectoral représente un
repère important. Il est situé immédiatement en avant des faisceaux
du plexus brachial et de la deuxième partie de l’artère axillaire. L’artère
thoracoacromiale est en rapport avec le bord supérieur ou médial du
muscle, et l’artère thoracique latérale, avec le bord inférieur ou latéral.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 687.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


RÉGION SCAPULAIRE POSTÉRIEURE : MUSCLES 182

Identifiez les muscles, les espaces et les éléments indiqués.

14 15

13

2
12 3
11 4

6
10
9

8
RÉGION SCAPULAIRE POSTÉRIEURE : MUSCLES

1. Insertion du muscle deltoïde sectionnée


2. Muscle petit rond
3. Col chirurgical de l’humérus
4. Lèvre médiale du sillon intertuberculaire
5. Espace axillaire latéral
6. Espace axillaire inférieur
7. Chef latéral du muscle triceps brachial sectionné
8. Olécrâne
9. Chef long du muscle triceps brachial
10. Muscle grand rond
11. Espace axillaire médial
12. Muscle infraépineux
13. Insertion du muscle trapèze sectionnée
14. Muscle supraépineux
15. Incisure (foramen) suprascapulaire

EN CLINIQUE :
• Les muscles supraépineux, infraépineux, petit rond et subscapulaire
constituent les muscles de la coiffe des rotateurs. Tous ces muscles,
à l’exception du subscapulaire, sont situés dans la région scapulaire
postérieure. Un déficit du muscle supraépineux entraîne l’impossibilité
d’amorcer l’abduction du bras au niveau de l’épaule. L’évaluation de
l’abduction et de la rotation médiale et latérale de l’humérus au niveau
de l’épaule permet de tester la fonction motrice des niveaux spinaux
C5 et C6 principalement.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 679.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


RÉGION SCAPULAIRE POSTÉRIEURE :
INSERTIONS MUSCULAIRES 183

Identifiez les muscles qui s’insèrent sur les zones


indiquées. Indiquez la (ou les) principale(s) fonction(s)
et l’innervation de chaque muscle.

1 1

2
3

2 4
MUSCLES DE LA RÉGION SCAPULAIRE POSTÉRIEURE (LES SEGMENTS SPINAUX EN GRAS INDIQUENT LES PRINCIPAUX SEGMENTS
MÉDULLAIRES D’INNERVATION MOTRICE)

Muscle Origine Terminaison Innervation Fonction

1. Supraépineux Deux tiers médiaux de la Facette la plus Nerf Coiffe des rotateurs ;
fosse supraépineuse de supérieure du suprascapulaire initiation
la scapula et le fascia tubercule majeur (C5, C6) de l’abduction
profond qui couvre de l’humérus du bras jusqu’à

Copyright
le muscle 15° au niveau

Copyright
de l’articulation
glénohumérale

2010,2009,
2. Infraépineux Deux tiers médiaux de la Facette moyenne Nerf Coiffe des rotateurs ;

Elsevier
fosse infraépineuse de du tubercule majeur suprascapulaire rotation latérale
la scapula et le fascia de l’humérus (C5, C6) du bras au niveau

Elsevier,
Masson
profond qui couvre de l’articulation
le muscle glénohumérale

Inc.SAS.
3. Petit rond Deux tiers supérieurs d’une Facette la plus basse Nerf axillaire (C5, Coiffe des rotateurs ;

All rights
bande osseuse à la face du tubercule majeur C6) rotation latérale
postérieure de la scapula de l’humérus du bras au niveau

Tous droits
près du bord latéral de l’articulation
INSERTIONS MUSCULAIRES

de la scapula glénohumérale

reserved.
RÉGION SCAPULAIRE POSTÉRIEURE :

réservés.
4. Grand rond Face ovale allongée sur la Lèvre médiale du sillon Nerf subscapulaire Rotation médiale
face postérieure intertuberculaire sur (C5 à C7) et extension du
de l’angle inférieur la face antérieure de bras au niveau
de la scapula l’humérus de l’articulation
glénohumérale

Figure extraite de Gray’s Atlas of Anatomy, p. 373.


RÉGION SCAPULAIRE POSTÉRIEURE :
ARTÈRES ET NERFS 184

Identifiez les artères, les nerfs et les structures


associées indiqués.

10
9 11

1
2

3
4

8
6

7
RÉGION SCAPULAIRE POSTÉRIEURE :
ARTÈRES ET NERFS

1. Nerf du muscle deltoïde


2. Rameau pour la peau du moignon de l’épaule
3. Nerf axillaire
4. Artère circonflexe humérale postérieure
5. Artère brachiale profonde
6. Nerf radial
7. Insertion du muscle triceps brachial sectionnée
8. Artère circonflexe scapulaire
9. Artère suprascapulaire
10. Nerf suprascapulaire
11. Ligament transverse supérieur de la scapula

EN CLINIQUE :
• Une lésion totale du nerf suprascapulaire au niveau de l’incisure
suprascapulaire entraîne l’impossibilité d’amorcer l’abduction du bras
au niveau de l’épaule, ainsi qu’une réduction de la capacité d’effectuer
une rotation externe du bras au niveau de l’épaule.

• Une fracture du col chirurgical de l’humérus peut compromettre le nerf


axillaire et l’artère circonflexe humérale postérieure. La perte totale de
la fonction du nerf axillaire entraîne la perte de la sensibilité au niveau
d’une petite zone cutanée au-dessus de la face latérale du muscle
deltoïde (ainsi que la perte de la fonction des muscles deltoïde et petit
rond).

• Une fracture de la diaphyse humérale peut compromettre le nerf radial.


Une lésion du nerf radial dans le sillon radial entraîne la perte de la
sensibilité cutanée au niveau de la face dorsolatérale de la main ainsi
qu’une chute du poignet, et la perte de la capacité d’effectuer une
supination lorsque le coude est en extension. En fonction de la situation
précise de la lésion, la fonction du muscle triceps peut être conservée.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 681.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


RÉGION AXILLAIRE : VAISSEAUX 185

Identifiez les veines indiquées.

2 1

4
RÉGION AXILLAIRE : VAISSEAUX

1. Veine subclavière
2. Veine axillaire
3. Veine céphalique
4. Veines brachiales profondes

EN CLINIQUE :
• La veine céphalique peut être utilisée comme accès vasculaire. Ce
vaisseau se trouve dans le plan situé entre le muscle deltoïde et le
muscle grand pectoral ; il traverse en profondeur le triangle clavipectoral
pour rejoindre la veine axillaire.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 698.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


RÉGION AXILLAIRE : ARTÈRES 186

Identifiez les artères indiquées.

9 1

6
3

4
RÉGION AXILLAIRE : ARTÈRES

1. Artère subclavière
2. Artère thoracique supérieure
3. Artère thoracique latérale
4. Artère brachiale
5. Artère subscapulaire
6. Artère circonflexe humérale postérieure
7. Artère circonflexe humérale antérieure
8. Artère thoracoacromiale
9. Artère axillaire

EN CLINIQUE :
• Les branches des artères subclavière, axillaire et brachiale forment un
réseau artériel anastomotique autour de la scapula et de l’extrémité
supérieure de l’humérus. Ces anastomoses permettent de maintenir
le débit artériel dans le membre supérieur lorsque l’artère axillaire
est interrompue entre l’origine des branches qui contribuent aux
anastomoses.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 696.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


RÉGION AXILLAIRE : NERFS 187

Identifiez les nerfs et les structures associées indiqués.

1
2
3
4

5
6

7
8
9

10

11

12
RÉGION AXILLAIRE : NERFS

1. Faisceau médial
2. Faisceau latéral
3. Nerf pectoral latéral
4. Artère axillaire
5. Nerf musculocutané
6. Nerf pectoral médial
7. Nerf cutané médial du bras
8. Nerf médian
9. Muscle petit pectoral
10. Nerf cutané médial de l’avant-bras
11. Nerf ulnaire
12. Nerf cutané latéral de l’avant-bras

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 707.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


RÉGION AXILLAIRE : PLEXUS BRACHIAL 188

Identifiez les parties du plexus brachial indiquées.

1 2 4
3
C5
9
6 7 8
10 C6
5 11

12 C7

13
14 C8
15
16 17 18 19

T1
21 20
22 23
RÉGION AXILLAIRE : PLEXUS BRACHIAL

1. Nerf musculocutané
2. Nerf pectoral latéral
3. Nerf suprascapulaire
4. Nerf dorsal de la scapula
5. Nerf médian
6. Faisceau latéral
7. Division antérieure du tronc supérieur
8. Tronc supérieur
9. Contribution au nerf phrénique
10. Nerf axillaire
11. Nerf du muscle subclavier
12. Nerf radial
13. Nerf subscapulaire supérieur
14. Nerf thoracodorsal
15. Nerf subscapulaire inférieur
16. Nerf ulnaire
17. Faisceau médial
18. Division antérieure du tronc inférieur
19. Tronc inférieur
20. Nerf pectoral médial
21. Nerf cutané médial du bras
22. Nerf cutané médial de l’avant-bras
23. Nerf thoracique long

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 704.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


RÉGION AXILLAIRE : LYMPHATIQUES 189

Identifiez les nœuds lymphatiques


et les vaisseaux indiqués.

1
7

5
3

4
RÉGION AXILLAIRE : LYMPHATIQUES

1. Veine subclavière droite


2. Nœuds apicaux
3. Nœuds pectoraux
4. Nœuds subscapulaires
5. Nœuds huméraux
6. Nœuds centraux
7. Nœuds infraclaviculaires

EN CLINIQUE :
• Les lymphatiques du membre supérieur se drainent dans les nœuds
de la fosse axillaire. Par conséquent, il est possible de détecter des
infections et certaines autres pathologies affectant le membre supérieur
en évaluant les modifications de taille et de texture des nœuds
lymphatiques de la fosse axillaire. Il est à noter que les nœuds axillaires
reçoivent des lymphatiques issus des parties latérale et supérieure
du sein. Il en résulte que des modifications des nœuds axillaires
peuvent être le signe d’un processus pathologique affectant le sein.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 710.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


HUMÉRUS : VUE POSTÉRIEURE 190

Cet humérus appartient-il à la partie droite ou gauche


du corps ? Identifiez les éléments indiqués.

2
HUMÉRUS : VUE POSTÉRIEURE

Il appartient à la partie droite du corps.


1. Tubercule majeur
2. Trochlée
3. Sillon du nerf radial

EN CLINIQUE :
• Le nerf radial suit le sillon radial à la face postérieure de l’humérus.
Le nerf peut être lésé à cet endroit en cas de fracture de la diaphyse
humérale.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 712.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


HUMÉRUS DISTAL 191

Identifiez les éléments indiqués.

6
1

4 3

7
HUMÉRUS DISTAL

1. Fosse coronoïdienne
2. Épicondyle médial
3. Trochlée
4. Capitulum
5. Épicondyle latéral
6. Fosse radiale
7. Fosse olécrânienne

EN CLINIQUE :
• Les épicondyles latéral et médial sont des repères pouvant être palpés
au niveau du coude. Le nerf ulnaire passe derrière l’épicondyle médial
et peut être palpé contre l’os à cet endroit. Un impact du nerf contre
l’épicondyle médial entraîne des sensations de picotements à la face
médiale de la main.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 713.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


EXTRÉMITÉ PROXIMALE DU RADIUS ET DE L’ULNA 192

Ces os appartiennent-ils à la partie droite ou gauche


du corps ? Identifiez les os. Identifiez les éléments indiqués.

8
7

9
10

5
6
EXTRÉMITÉ PROXIMALE DU RADIUS ET DE L’ULNA

Ces os appartiennent à la partie droite du corps.


Le premier (en haut) est le radius ; les deuxièmes
(en bas) sont des vues de l’ulna.
1. Tubérosité radiale
2. Ligne oblique du radius
3. Col du radius
4. Tête du radius
5. Tubérosité de l’ulna
6. Crête du supinateur
7. Olécrâne
8. Incisure trochléaire
9. Processus coronoïde
10. Incisure radiale

EN CLINIQUE :
• Le col du radius est un point faible, souvent fracturé.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 714.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


COMPARTIMENT ANTÉRIEUR DU BRAS : BICEPS 193

Identifiez les artères, les muscles et les structures


associées indiqués.

8 7

9
COMPARTIMENT ANTÉRIEUR DU BRAS : BICEPS

1. Artère subclavière
2. Artère axillaire
3. Muscle coracobrachial
4. Muscle grand rond
5. Artère brachiale profonde
6. Artère brachiale
7. Aponévrose bicipitale
8. Artère radiale
9. Artère ulnaire

EN CLINIQUE :
• Une légère percussion sur le tendon du muscle biceps brachial
au niveau du coude teste principalement la racine spinale C6.

• Le tendon du biceps est un repère qui peut être palpé au niveau


du coude. Immédiatement en dedans de la face inférieure du muscle
et du tendon se trouve l’artère brachiale. Lorsque l’on prend la pression
artérielle, le stéthoscope est placé sur l’artère brachiale au niveau du pli
du coude.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 718.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


COMPARTIMENT ANTÉRIEUR DU BRAS : MUSCLES 194

Identifiez les muscles et les éléments en rapport indiqués.

3
COMPARTIMENT ANTÉRIEUR DU BRAS : MUSCLES

1. Muscle coracobrachial
2. Muscle brachial
3. Tubérosité de l’ulna
4. Tubérosité du radius

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 715.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


COMPARTIMENT ANTÉRIEUR DU BRAS :
INSERTIONS MUSCULAIRES 195

Identifiez les muscles qui s’insèrent sur les zones


indiquées. Indiquez la (ou les) principale(s) fonction(s)
et l’innervation de chaque muscle.

1 3
MUSCLES DU COMPARTIMENT ANTÉRIEUR DU BRAS (LES SEGMENTS SPINAUX EN GRAS INDIQUENT LES PRINCIPAUX
SEGMENTS MÉDULLAIRES D’INNERVATION MOTRICE)

Muscle Origine Terminaison Innervation Fonction

1. Biceps brachial Chef long : tubercule Tubérosité du radius Nerf Puissant fléchisseur
supraglénoïdal de musculocutané de l’avant-bras au
la scapula ; chef (C5, C6) niveau du coude
court : apex du et supinateur
processus coracoïde de l’avant-bras ;
accessoirement,
fléchisseur du
bras au niveau
de l’articulation
glénohumérale

2. Coracobrachial Apex du processus Ligne rugueuse Nerf Fléchisseur du


coracoïde à mi-diaphyse sur musculocutané bras au niveau
le bord médial (C5, C6, C7) de l’articulation
de l’humérus glénohumérale

3. Brachial Face antérieure Tubérosité de l’ulna Nerf Puissant fléchisseur


de la diaphyse musculocutané de l’avant-bras
INSERTIONS MUSCULAIRES

humérale (médiale (C5, C6) ; petite au coude


et latérale) et septums contribution du
intermusculaires nerf radial (C7)

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


adjacents sur la partie
COMPARTIMENT ANTÉRIEUR DU BRAS :

latérale
du muscle

Figure extraite de Gray’s Atlas of Anatomy, p. 373.


COMPARTIMENT ANTÉRIEUR DU BRAS : ARTÈRES 196

Identifiez les artères indiquées.

3
COMPARTIMENT ANTÉRIEUR DU BRAS : ARTÈRES

1. Artère axillaire
2. Artère brachiale
3. Artère ulnaire
4. Artère radiale
5. Artère interosseuse commune
6. Artère nourricière de l’humérus
7. Artère brachiale profonde

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 719.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


COMPARTIMENT ANTÉRIEUR DU BRAS : VEINES 197

Identifiez les veines indiquées.

2
6

4
COMPARTIMENT ANTÉRIEUR DU BRAS : VEINES

1. Veine subclavière
2. Veine axillaire
3. Veine basilique
4. Veine médiane basilique
5. Paire de veines brachiales satellites de l’artère
6. Veine céphalique

EN CLINIQUE :
• La veine médiane basilique est souvent utilisée pour effectuer
des prélèvements sanguins.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 721.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


COMPARTIMENT ANTÉRIEUR DU BRAS : NERFS 198

Identifiez les nerfs indiqués.

2
3
COMPARTIMENT ANTÉRIEUR DU BRAS : NERFS

1. Nerf musculocutané
2. Nerf médian
3. Nerf ulnaire

EN CLINIQUE :
• Tous les nerfs du compartiment antérieur du bras sont innervés par le
nerf musculocutané. Le trajet du nerf s’achève au nerf cutané latéral
de l’avant-bras.

• Le nerf musculocutané prend origine sur le faisceau latéral du plexus


brachial et contient des fibres nerveuses issues des segments
médullaires C5, C6 et C7.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 722.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


COMPARTIMENT POSTÉRIEUR DU BRAS : MUSCLES 199

Identifiez les muscles et les éléments indiqués.

2
5

3
COMPARTIMENT POSTÉRIEUR DU BRAS : MUSCLES

1. Sillon du nerf radial


2. Chef latéral du muscle triceps brachial
3. Olécrâne
4. Chef médial du muscle triceps brachial
5. Chef long du muscle triceps brachial

EN CLINIQUE :
• Une légère percussion sur le tendon du muscle triceps brachial teste
principalement la racine spinale C7.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 717.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


COMPARTIMENT POSTÉRIEUR DU BRAS :
INSERTIONS MUSCULAIRES 200

Identifiez les muscles qui s’insèrent sur les zones


indiquées. Indiquez la (ou les) principale(s) fonction(s)
et l’innervation de chaque muscle.

1
4

2
MUSCLE DU COMPARTIMENT POSTÉRIEUR DU BRAS (LES SEGMENTS SPINAUX EN GRAS INDIQUENT LES PRINCIPAUX
SEGMENTS MÉDULLAIRES D’INNERVATION MOTRICE)

Muscle Origine Terminaison Innervation Fonction


2. Triceps brachial 1. Chef latéral : face Olécrâne Nerf radial Extension de l’avant-bras
postérieure de l’humérus (C6, C7, C8) au niveau du coude.
2. Chef médial : face Extension et adduction
postérieure de l’humérus du bras au niveau de
3. Chef long : tubercule l’articulation de l’épaule
infraglénoïdal par le chef long
Figure extraite de Gray’s Atlas of Anatomy, p. 373.
INSERTIONS MUSCULAIRES

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


COMPARTIMENT POSTÉRIEUR DU BRAS :
COMPARTIMENT POSTÉRIEUR DU BRAS :
NERFS ET VAISSEAUX 201

Identifiez les nerfs et les artères indiqués.

4
COMPARTIMENT POSTÉRIEUR DU BRAS :
NERFS ET VAISSEAUX

1. Artère brachiale profonde


2. Nerf radial
3. Nerf cutané latéral inférieur du bras
4. Nerf cutané postérieur de l’avant-bras

EN CLINIQUE :
• Le nerf radial et l’artère brachiale profonde cheminent dans le sillon
radial à la face postérieure de l’humérus. Les fractures de la diaphyse
humérale peuvent léser le nerf radial et l’artère associée. Une lésion
du nerf radial au niveau du sillon radial entraîne une chute du poignet
et une perte de la sensibilité cutanée à la face dorsolatérale de la main.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 723

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


ARTICULATION DU COUDE 202

Identifiez les ligaments indiqués.

1
2
ARTICULATION DU COUDE

1. Ligament collatéral ulnaire


2. Ligament annulaire du radius
3. Ligament collatéral radial

EN CLINIQUE :
• Une forte traction d’un enfant par la main peut provoquer la luxation
de la tête du radius hors du ligament annulaire.

• Le col du radius est souvent fracturé. Une lésion de la capsule articulaire


associée et l’intervention sur la fracture peuvent conduire
à une rétraction de la capsule et à une diminution de l’amplitude de
mouvements de l’articulation du coude après la convalescence.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 726

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


PLI DU COUDE 203

Identifiez les structures indiquées.

2
9 3

8
7 4
6

10
12

11

4
5
10
12
PLI DU COUDE

1. Nerf ulnaire
2. Artère brachiale
3. Nerf médian
4. Muscle rond pronateur
5. Muscle brachioradial
6. Rameau superficiel du nerf radial
7. Rameau profond du nerf radial
8. Tendon du muscle biceps brachial
9. Nerf radial
10. Veine basilique
11. Veine médiane basilique
12. Veine céphalique

EN CLINIQUE :
• Le pouls de l’artère brachiale peut être palpé immédiatement
en dedans du tendon du muscle biceps brachial au niveau du pli
du coude. C’est aussi à cet endroit que le stéthoscope est placé
pour prendre la pression artérielle.

• Du sang est souvent prélevé de la veine médiane basilique. La veine


est séparée de l’artère brachiale et du nerf médian par l’aponévrose
bicipitale.

• Le nerf ulnaire est susceptible d’être traumatisé à l’endroit où il passe


derrière l’épicondyle médial.

• Le nerf radial est recouvert par le bord médial du muscle brachioradial


qui forme le bord latéral du pli du coude.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 730.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


RADIUS 204

Ce radius appartient-il à la partie droite ou gauche


du corps ? Identifiez les éléments indiqués.

2
3

10

8
RADIUS

Cet os appartient à la partie droite du corps.


1. Tête radiale
2. Col radial
3. Tubérosité radiale
4. Ligne oblique
5. Incisure ulnaire
6. Tubercule dorsal
7. Facette pour l’articulation avec l’os lunatum
8. Facette pour l’articulation avec l’os scaphoïde
9. Processus styloïde radial
10. Zone rugueuse d’insertion du muscle rond pronateur

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 733

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


ULNA 205

Cet ulna appartient-il à la partie droite ou gauche


du corps ? Identifiez les éléments indiqués.

6 1

4 3
ULNA

Cet os appartient à la partie droite du corps.


1. Olécrâne
2. Tubérosité de l’ulna
3. Processus styloïde ulnaire
4. Zone d’insertion du disque articulaire (ligament triangulaire)
5. Processus coronoïde
6. Incisure trochléaire

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 734.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


ARTICULATION DU POIGNET ET OS DE LA MAIN 206

Identifiez les os indiqués.

10
2
8

7 3

4
6

5
ARTICULATION DU POIGNET ET OS DE LA MAIN

1. Phalanges
2. Métacarpiens
3. Trapèze
4. Scaphoïde
5. Lunatum
6. Triquetrum
7. Pisiforme
8. Hamatum
9. Capitatum
10. Trapézoïde

EN CLINIQUE :
• Une des lésions traumatiques carpiennes les plus fréquentes est la
fracture du scaphoïde. Chez certains sujets, cela entraîne une nécrose
de l’extrémité proximale de l’os car la vascularisation de cette région
est assurée par une branche de l’artère radiale qui pénètre dans l’os
à son extrémité distale.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 753.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


COMPARTIMENT ANTÉRIEUR DE L’AVANT-BRAS :
MUSCLES, PREMIÈRE COUCHE 207

Identifiez les muscles indiqués.

2
3
COMPARTIMENT ANTÉRIEUR DE L’AVANT-BRAS :
MUSCLES, PREMIÈRE COUCHE

1. Muscle long palmaire


2. Muscle fléchisseur ulnaire du carpe
3. Muscle fléchisseur radial du carpe
4. Muscle rond pronateur

EN CLINIQUE :
• Le muscle long palmaire est absent chez environ 15 % de la population.

• Le muscle fléchisseur ulnaire du carpe est innervé par le nerf ulnaire.


Les trois autres muscles de la couche superficielle des muscles
fléchisseurs sont innervés par le nerf médian.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 738.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


COMPARTIMENT ANTÉRIEUR DE L’AVANT-BRAS :
INSERTIONS MUSCULAIRES, COUCHE SUPERFICIELLE 208

Identifiez les muscles qui s’insèrent sur les zones


indiquées. Indiquez la (ou les) principale(s) fonction(s)
et l’innervation de chaque muscle.

4
COUCHE SUPERFICIELLE DES MUSCLES DU COMPARTIMENT ANTÉRIEUR DE L’AVANT-BRAS (LES SEGMENTS SPINAUX EN GRAS
INDIQUENT LES PRINCIPAUX SEGMENTS MÉDULLAIRES D’INNERVATION MOTRICE)

Muscle Origine Terminaison Innervation Fonction


1–2 et 5. Rond Chef huméral : épicondyle Zone rugueuse sur Nerf médian Pronation
pronateur médial et face la face latérale à (C6, C7)
supraépicondylaire ; chef mi-diaphyse du radius
ulnaire : bord médial
du processus coronoïde
3. Fléchisseur ulnaire Chef huméral : épicondyle Os pisiforme, et Nerf ulnaire Fléchisseur
du carpe médial de l’humérus ; via les ligaments (C7, C8, T1) et adducteur
chef ulnaire : olécrâne au pisohamatal et du poignet
bord postérieur de l’ulna pisométacarpien sur
l’hamatum et la base
du 5e métacarpien
4. Fléchisseur radial Épicondyle médial Base des 2e et Nerf médian Fléchisseur
du carpe de l’humérus 3e métacarpiens (C6, C7) et abducteur
du poignet

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


Figure extraite de Gray’s Atlas of Anatomy, p. 396.
COMPARTIMENT ANTÉRIEUR DE L’AVANT-BRAS :
INSERTIONS MUSCULAIRES, COUCHE SUPERFICIELLE
COMPARTIMENT ANTÉRIEUR DE L’AVANT-BRAS :
MUSCLES, DEUXIÈME COUCHE 209

Identifiez le muscle indiqué.

1
COMPARTIMENT ANTÉRIEUR DE L’AVANT-BRAS :
MUSCLES, DEUXIÈME COUCHE

1. Muscle fléchisseur superficiel des doigts

Figure extraite de Gray’s Atlas of Anatomy, p. 740.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


COMPARTIMENT ANTÉRIEUR DE L’AVANT-BRAS :
MUSCLES, TROISIÈME COUCHE 210

Identifiez les muscles indiqués.

2
COMPARTIMENT ANTÉRIEUR DE L’AVANT-BRAS :
MUSCLES, TROISIÈME COUCHE

1. Muscle fléchisseur profond des doigts


2. Muscle carré pronateur
3. Muscle long fléchisseur du pouce

EN CLINIQUE :
• Un déficit du muscle fléchisseur profond des doigts entraîne la perte
de la possibilité de fléchir les articulations interphalangiennes distales
des 2e à 5e doigts.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 740.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


COMPARTIMENT ANTÉRIEUR DE L’AVANT-BRAS :
INSERTIONS MUSCULAIRES, COUCHES 211
INTERMÉDIAIRE ET PROFONDE

Identifiez les muscles qui s’insèrent sur les zones indiquées.


Indiquez la (ou les) principale(s) fonction(s)
et l’innervation de chaque muscle.

5
2

1
4

2
COUCHES INTERMÉDIAIRE ET PROFONDE DES MUSCLES DU COMPARTIMENT ANTÉRIEUR DE L’AVANT-BRAS (LES SEGMENTS
SPINAUX EN GRAS INDIQUENT LES PRINCIPAUX SEGMENTS MÉDULLAIRES D’INNERVATION MOTRICE)

Muscle Origine Terminaison Innervation Fonction


1 et 5. Fléchisseur 1. Chef huméro- Quatre tendons, Nerf médian (C8, T1) Fléchit l’interphalangienne
superficiel ulnaire : qui s’insèrent sur proximale de l’index, du
des doigts épicondyle médial la face palmaire majeur, de l’annulaire
et bord adjacent au niveau de et de l’auriculaire ; peut
du processus la phalange aussi fléchir l’articulation
coronoïde intermédiaire métacarpophalangienne des
2. Chef radial : ligne des doigts longs mêmes doigts, et le poignet
oblique du radius
2. Fléchisseur Faces antérieure et Quatre tendons, Par le nerf Fléchit les articulations
profond des médiale de l’ulna qui s’insèrent sur interosseux métacarpophalangiennes,
doigts et moitié de la face la face palmaire antérieur (rameau et les articulations
antérieure médiale au niveau de du nerf médian) interphalangiennes
de la membrane la phalange pour le chef latéral proximales et distales des
interosseuse intermédiaire (index et majeur) ; quatre doigts longs. Parce
adjacente des doigts longs par le nerf ulnaire qu’il traverse le poignet
pour le chef médial ce muscle est aussi un
(annulaire et fléchisseur du poignet
auriculaire) (C8,
T1)
3. Carré pronateur Strie linéaire sur la Face antérieure Nerf médian (nerf Pronation
INTERMÉDIAIRE ET PROFONDE

face antérieure distale du radius interosseux


distale de l’ulna antérieur) (C7, C8)

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


INSERTIONS MUSCULAIRES, COUCHES

4. Long fléchisseur Face antérieure Face palmaire de la Nerf médian (nerf Fléchit l’interphalangienne
du pouce du radius et base de la phalange interosseux du pouce ; peut aussi
moitié radiale distale du pouce antérieur) (C7, C8) fléchir l’articulation
COMPARTIMENT ANTÉRIEUR DE L’AVANT-BRAS :

de la membrane métacarpophalangienne
interosseuse du pouce

Figure extraite de Gray’s Atlas of Anatomy, p. 396.


COMPARTIMENT ANTÉRIEUR DE L’AVANT-BRAS :
ARTÈRES 212

Identifiez les structures indiquées.

1
24
2

23 3

22 4
5
21
6
20
7
19

8
18

17
9
16
10
15

11

14 1

12

13
COMPARTIMENT ANTÉRIEUR DE L’AVANT-BRAS : ARTÈRES

1. Nerf ulnaire
2. Chef huméral du muscle rond pronateur
3. Muscle fléchisseur ulnaire du carpe (sectionné)
4. Artère ulnaire
5. Artère interosseuse commune
6. Muscle fléchisseur superficiel des doigts (sectionné)
7. Artère interosseuse antérieure
8. Muscle fléchisseur profond des doigts
9. Membrane interosseuse
10. Muscle carré pronateur
11. Tendon du muscle fléchisseur ulnaire du carpe (sectionné)
12. Arcade palmaire profonde
13. Arcade palmaire superficielle
14. Branche palmaire superficielle de l’artère radiale
15. Tendon du muscle fléchisseur radial du carpe (sectionné)
16. Muscle long fléchisseur du pouce
17. Tendon du muscle brachioradial (sectionné)
18. Branches perforantes de l’artère interosseuse antérieure
19. Muscle rond pronateur (sectionné)
20. Artère interosseuse postérieure
21. Rameau superficiel du nerf radial
22. Artère radiale
23. Muscle supinateur
24. Artère brachiale

EN CLINIQUE :
• Le pouls de l’artère radiale dans la partie distale de l’avant-bras peut
être perçu juste latéralement au tendon du muscle fléchisseur radial
du carpe.

• Le pouls de l’artère ulnaire dans la partie distale de l’avant-bras est plus


difficile à palper car celle-ci est située sous le bord latéral du muscle
fléchisseur ulnaire du carpe.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 742.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


COMPARTIMENT ANTÉRIEUR DE L’AVANT-BRAS :
NERFS 213

Identifiez les nerfs indiqués.

1
2
7

4
COMPARTIMENT ANTÉRIEUR DE L’AVANT-BRAS : NERFS

1. Nerf médian
2. Nerf ulnaire
3. Rameau profond du nerf ulnaire
4. Rameau palmaire du nerf médian
5. Rameau superficiel du nerf radial
6. Rameau profond du nerf radial
7. Nerf radial

EN CLINIQUE :
• Tous les muscles du compartiment antérieur de l’avant-bras sont
innervés par le nerf médian, à l’exception du muscle fléchisseur ulnaire
du carpe et de la moitié médiale du muscle fléchisseur profond
des doigts.

• Le syndrome du canal carpien est dû à la compression du nerf médian


au niveau du canal carpien. Dans ce syndrome, le rameau palmaire
est épargné. Si la fonction du rameau palmaire est affectée, la lésion
du nerf médian est située dans la partie proximale du poignet.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 744.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


COMPARTIMENT POSTÉRIEUR DE L’AVANT-BRAS :
MUSCLES, COUCHE SUPERFICIELLE 214

Identifiez les muscles indiqués.

2
7

4
1

5
6
COMPARTIMENT POSTÉRIEUR DE L’AVANT-BRAS :
MUSCLES, COUCHE SUPERFICIELLE

1. Muscle brachioradial
2. Muscle long extenseur radial du carpe
3. Muscle court extenseur radial du carpe
4. Muscle extenseur des doigts
5. Muscle extenseur propre de l’auriculaire
6. Muscle extenseur ulnaire du carpe
7. Muscle anconé

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 746.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


COMPARTIMENT POSTÉRIEUR DE L’AVANT-BRAS :
INSERTIONS MUSCULAIRES, COUCHE SUPERFICIELLE 215

Identifiez les muscles qui s’insèrent sur les zones


indiquées. Indiquez la (ou les) principale(s) fonction(s)
et l’innervation de chaque muscle.

2
7

6 3

4
COUCHE SUPERFICIELLE DE MUSCLES DU COMPARTIMENT POSTÉRIEUR DE L’AVANT-BRAS (LES SEGMENTS SPINAUX EN GRAS
INDIQUENT LES PRINCIPAUX SEGMENTS MÉDULLAIRES D’INNERVATION MOTRICE)

Muscle Origine Terminaison Innervation Fonction


1. Anconé Épicondyle latéral de l’humérus Olécrâne et face proximale Nerf radial (C6, C7, C8) (via Abduction de l’ulna
postérieure de l’ulna le rameau du chef médial en pronation ;
du triceps brachial) accessoirement,
extenseur du
coude

2. Brachioradial Partie proximale de la crête Face latérale de l’extrémité Nerf radial (C5, C6) avant Fléchisseur
supraépicondylaire latérale distale du radius la division en rameaux accessoire du
de l’humérus et septum superficiel et profond coude quand
intermusculaire adjacent l’avant-bras est
en pronation
moyenne

3. Long extenseur Partie distale de la crête Face dorsale de la base du Nerf radial (C6, C7) avant Extension et
radial du carpe supraépicondylaire latérale 2e métacarpien la division en rameaux abduction du
de l’humérus et septum superficiel et profond poignet
intermusculaire adjacent

4. Extenseur des Épicondyle latéral de l’humérus, Quatre tendons qui Nerf interosseux postérieur Extension de l’index,
doigts septum intermusculaire adjacent, s’insèrent via la « sangle (C7, C8) du majeur, de
et fascia profond des extenseurs » l’annulaire et de
au niveau de la l’auriculaire ; peut
base des phalanges aussi étendre le
intermédiaires et poignet
distales de l’index, du
majeur, de l’annulaire
et de l’auriculaire

5. Extenseur propre Épicondyle latéral de l’humérus et Sangle des extenseurs de Nerf interosseux postérieur Extension de
de l’auriculaire septum intermusculaire adjacent l’auriculaire (C7, C8) l’auriculaire
avec l’extenseur des doigts

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


6. Extenseur ulnaire Épicondyle latéral de l’humérus et Tubercule sur le côté Nerf interosseux postérieur Extension et
du carpe bord postérieur de l’ulna médial de la base du (C7, C8) adduction du
5e métacarpien poignet

7. Court extenseur Épicondyle latéral de l’humérus et Face dorsale des 2e et Rameau profond du nerf Extension et
COMPARTIMENT POSTÉRIEUR DE L’AVANT-BRAS :

radial du carpe septum intermusculaire adjacent 3e métacarpiens radial (C7, C8) avant de abduction du
INSERTIONS MUSCULAIRES, COUCHE SUPERFICIELLE

pénétrer dans le muscle poignet


supinateur

Figure extraite de Gray’s Atlas of Anatomy, p. 396.


COMPARTIMENT POSTÉRIEUR DE L’AVANT-BRAS :
MUSCLES ÉMERGENTS 216

Identifiez les muscles indiqués.

5 4

2
3
4
COMPARTIMENT POSTÉRIEUR DE L’AVANT-BRAS :
MUSCLES ÉMERGENTS

1. Muscle supinateur
2. Muscle long abducteur du pouce
3. Muscle long extenseur du pouce
4. Muscle court extenseur du pouce
5. Muscle extenseur propre de l’index

EN CLINIQUE :
• Les tendons des muscles long abducteur du pouce, court extenseur du
pouce et long extenseur du pouce délimitent la tabatière anatomique.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 748.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


COMPARTIMENT POSTÉRIEUR DE L’AVANT-BRAS :
INSERTIONS MUSCULAIRES, COUCHE PROFONDE 217

Identifiez les muscles qui s’insèrent sur les zones


indiquées. Indiquez la (ou les) principale(s) fonction(s)
et l’innervation de chaque muscle.

3
5

4
6

6
COUCHE PROFONDE DES MUSCLES DU COMPARTIMENT POSTÉRIEUR DE L’AVANT-BRAS (LES SEGMENTS SPINAUX EN GRAS
INDIQUENT LES PRINCIPAUX SEGMENTS MÉDULLAIRES D’INNERVATION MOTRICE)

Muscle Origine Terminaison Innervation Fonction


1 et 2. Supinateur 1. Partie superficielle : épicondyle Face latérale du radius Nerf interosseux Supination
latéral de l’humérus, ligament au-dessus de la ligne postérieur (C6, C7)
collatéral radial et ligament oblique antérieure
annulaire
2. Partie profonde : crête du
supinateur de l’ulna

3. Long abducteur Faces postérieures du radius Bord latéral de la base du Nerf interosseux Abducteur de l’articulation
du pouce et de l’ulna (au-dessous de 1er métacarpien postérieur (C7, C8) trapézométacarpienne du
l’insertion du supinateur et pouce ; accessoirement,
de l’anconé) et membrane extenseur du pouce
interosseuse qui les relie

4. Court extenseur Face postérieure du radius Face dorsale de la base de Nerf interosseux Extension de l’articulation
du pouce (au-dessous de l’insertion du la phalange proximale postérieur (C7, C8) métacarpophalangienne
long abducteur du pouce) du pouce du pouce ; peut aussi
et membrane interosseuse étendre l’articulation
adjacente trapézométacarpienne
du pouce

5. Long extenseur Face postérieure de l’ulna Face dorsale de la base de Nerf interosseux Extension de l’articulation
du pouce (au-dessous de l’insertion du la phalange distale du postérieur (C7, C8) interphalangienne
long abducteur du pouce) pouce du pouce ; peut aussi
et membrane interosseuse étendre l’articulation
adjacente métacarpophalangienne
du pouce

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


6. Extenseur propre Face postérieure de l’ulna Sangle des extenseurs de Nerf interosseux Extension de l’index
de l’index (au-dessous de l’insertion l’index postérieur (C7, C8)
du long extenseur du pouce)
et membrane interosseuse
INSERTIONS MUSCULAIRES, COUCHE PROFONDE
COMPARTIMENT POSTÉRIEUR DE L’AVANT-BRAS :

adjacente

Figure extraite de Gray’s Atlas of Anatomy, p. 396.


COMPARTIMENT POSTÉRIEUR DE L’AVANT-BRAS :
NERFS ET ARTÈRES 218

Identifiez les nerfs et les artères indiqués.

1
2

2
3
COMPARTIMENT POSTÉRIEUR DE L’AVANT-BRAS :
NERFS ET ARTÈRES

1. Nerf interosseux postérieur


2. Artère interosseuse antérieure
3. Artère interosseuse postérieure
4. Rameau profond du nerf radial
5. Nerf radial

EN CLINIQUE :
• Une lésion du nerf radial dans le sillon radial de l’humérus entraîne
une chute du poignet.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 750.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


MAIN : COUPE TRANSVERSALE DU POIGNET 219

Identifiez les tendons, vaisseaux, nerfs


et os du carpe indiqués.

16 1
17
2
3
15
4
5
6
14

13
7

12 9 8

11
10

18

21 20 19
MAIN : COUPE TRANSVERSALE DU POIGNET

1. Tendon du muscle long palmaire


2. Nerf médian
3. Tendon du muscle fléchisseur radial du carpe
4. Tendon du muscle long fléchisseur du pouce
5. Tendon du muscle long abducteur du pouce
6. Tendon du muscle court extenseur du pouce
7. Tendon du muscle long extenseur du pouce
8. Tendon du muscle long extenseur radial du carpe
9. Tendon du muscle court extenseur radial du carpe
10. Tendon du muscle extenseur propre de l’index
11. Tendon du muscle extenseur des doigts
12. Tendon du muscle extenseur propre de l’auriculaire
13. Tendon du muscle extenseur ulnaire du carpe
14. Tendon du muscle fléchisseur profond des doigts
15. Tendon du muscle fléchisseur superficiel des doigts
16. Nerf ulnaire
17. Artère ulnaire
18. Trapèze
19. Trapézoïde
20. Capitatum
21. Hamatum

EN CLINIQUE :
• Neuf tendons ainsi que le nerf médian traversent le canal carpien.
Une compression du nerf médian dans le canal carpien est à l’origine
du syndrome du canal carpien.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 757.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


MAIN : PAUME SUPERFICIELLE 220

Identifiez les structures indiquées.

2
MAIN : PAUME SUPERFICIELLE

1. Aponévrose palmaire
2. Tendon du muscle long palmaire
3. Muscle court palmaire

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 758.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


MAIN : MUSCLES THÉNARIENS ET HYPOTHÉNARIENS 221

Identifiez les muscles et les nerfs indiqués.

16 1

15 2

14
5

13
6

7
12
8
11
9
10
MAIN : MUSCLES THÉNARIENS ET HYPOTHÉNARIENS

1. Muscle court fléchisseur du pouce


2. Trois muscles thénariens
3. Les muscles adducteur du pouce et premier interosseux palmaire
s’insèrent sur le bord médial de la sangle des extenseurs
4. Sangle des extenseurs
5. Les muscles court fléchisseur du pouce et court abducteur du pouce
s’insèrent sur le bord latéral de la sangle des extenseurs
6. Muscle opposant du pouce
7. Rameau récurrent du nerf médian
8. Muscle court abducteur du pouce
9. Nerf médian
10. Rétinaculum des fléchisseurs
11. Muscle fléchisseur ulnaire du carpe
12. Rameau profond du nerf ulnaire
13. Muscle abducteur de l’auriculaire
14. Muscle opposant de l’auriculaire
15. Trois muscles hypothénariens
16. Muscle court fléchisseur de l’auriculaire

EN CLINIQUE :
• Les trois muscles thénariens sont innervés par le rameau récurrent du
nerf médian. Au cours du syndrome du canal carpien, l’éminence thénar
diminue de taille et la fonction des muscles est compromise.

• Le rameau récurrent du nerf médian peut être atteint par une blessure
au couteau, la lame traversant la base de l’éminence thénar.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 765.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


PAUME DE LA MAIN : INSERTIONS MUSCULAIRES,
MUSCLES THÉNARIENS ET HYPOTHÉNARIENS 222

Identifiez les muscles qui s’insèrent sur les zones


indiquées. Quelles sont la principale fonction
et l’innervation de chaque muscle ?

5 6

3 2 1
MUSCLES THÉNARIENS ET HYPOTHÉNARIENS DE LA MAIN (LES SEGMENTS SPINAUX EN GRAS INDIQUENT LES PRINCIPAUX
SEGMENTS MÉDULLAIRES D’INNERVATION MOTRICE)

Muscles Origine Terminaison Innervation Fonction


Muscles thénariens
1. Opposant du pouce Tubercule du trapèze Bord latéral et Rameau récurrent du nerf Rotateur médial du pouce
et rétinaculum des face adjacente médian (C8, T1)
fléchisseurs palmaire du
1er métacarpien
2. Court abducteur Tubercules du Phalange Rameau récurrent du nerf Abducteur du pouce au
du pouce scaphoïde et proximale et médian (C8, T1) niveau de l’articulation
du trapèze et sangle des métacarpophalangienne
rétinaculum des extenseurs du
fléchisseurs adjacent pouce
3. Court fléchisseur Tubercule du trapèze Phalange Rameau récurrent du nerf Fléchisseur du pouce au
du pouce et rétinaculum des proximale du médian (C8, T1) niveau de l’articulation
fléchisseurs pouce métacarpophalangienne
Muscles
hypothénariens
4. Court abducteur de Pisiforme, ligament Phalange Rameau profond du nerf Abducteur de l’auriculaire
l’auriculaire pisohamatal et proximale de ulnaire (C8, T1) au niveau de l’articulation
tendon du fléchisseur l’auriculaire métacarpophalangienne
ulnaire du carpe
5. Court fléchisseur Crochet de l’hamatum Phalange Rameau profond du nerf Fléchisseur de l’auriculaire
de l’auriculaire et rétinaculum des proximale de ulnaire (C8, T1) au niveau de l’articulation
fléchisseurs l’auriculaire métacarpophalangienne
THÉNARIENS ET HYPOTHÉNARIENS

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


6. Opposant de Crochet de l’hamatum Bord médial du Rameau profond du nerf Rotateur latéral du
l’auriculaire et rétinaculum des 5e métacarpien ulnaire (C8, T1) 5e métacarpien
fléchisseurs

Figure extraite de Gray’s Atlas of Anatomy, p. 408.


PAUME DE LA MAIN : INSERTIONS MUSCULAIRES, MUSCLES
MUSCLES LOMBRICAUX 223

Identifiez les muscles et les tendons indiqués.

2
MUSCLES LOMBRICAUX

1. Tendons du muscle fléchisseur profond des doigts


2. Muscles lombricaux

EN CLINIQUE :
• Les muscles lombricaux fléchissent les articulations
métacarpophalangiennes et étendent les articulations
interphalangiennes. Un déficit des muscles lombricaux contribue
à une « griffe » de la main.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 767.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


MUSCLES ADDUCTEURS 224

Identifiez le muscle et les artères indiqués.

2
MUSCLES ADDUCTEURS

1. Muscle adducteur du pouce


2. Artère radiale
3. Arcade palmaire profonde

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 764.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


MUSCLES INTEROSSEUX 225

Identifiez les muscles indiqués.

2
MUSCLES INTEROSSEUX

1. Muscles interosseux dorsaux


2. Muscles interosseux palmaires

EN CLINIQUE :
• Les muscles interosseux dorsaux réalisent l’abduction des 2e à
4e doigts, et les muscles interosseux palmaires, l’adduction des 2e,
4e et 5e doigts par rapport au 3e doigt. Tous sont innervés par le rameau
profond du nerf ulnaire. La possibilité d’effectuer une adduction des
doigts contre résistance permet de tester la fonction motrice du rameau
profond du nerf ulnaire.

• Le muscle interosseux palmaire en association avec le pouce est


rudimentaire. Lorsqu’il est présent, il est souvent considéré comme
une partie du muscle adducteur du pouce ou bien du court fléchisseur
du pouce.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 762.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


PAUME DE LA MAIN : INSERTIONS MUSCULAIRES 226

Identifiez les muscles qui s’insèrent sur les zones


indiquées. Quelles sont la principale fonction
et l’innervation de chaque muscle ?

1
3

2
MUSCLES INTRINSÈQUES DE LA MAIN (LES SEGMENTS SPINAUX EN GRAS INDIQUENT LES PRINCIPAUX SEGMENTS
MÉDULLAIRES D’INNERVATION MOTRICE)

Muscles Origine Terminaison Innervation Fonction


1 et 2. Adducteur du 1. Chef transverse : Base de la phalange Rameau Adduction du pouce
pouce 3e métacarpien proximale et profond du
2. Chef oblique : sangle des nerf ulnaire
capitatum et bases extenseurs (C8, T1)
des 2e et
3e métacarpiens
3. Interosseux dorsaux Bords adjacents des Sangle des Rameau Abduction de l’index, du
(quatre muscles) métacarpiens extenseurs et base profond du majeur et de l’annulaire
de la phalange nerf ulnaire au niveau des articulations
proximale de (C8, T1) métacarpophalangiennes
l’index, du majeur
et de l’annulaire

3. Interosseux Bords des Sangle des Rameau Adduction du pouce, de


palmaires (quatre métacarpiens extenseurs du profond du l’index, de l’annulaire
muscles) pouce, de l’index, nerf ulnaire et de l’auriculaire au
de l’annulaire et (C8, T1) niveau des articulations
de l’auriculaire, métacarpophalangiennes

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


et phalange
proximale du
pouce
PAUME DE LA MAIN : INSERTIONS MUSCULAIRES

Figure extraite de Gray’s Atlas of Anatomy, p. 408.


ARCADE PALMAIRE SUPERFICIELLE 227

Identifiez les artères indiquées.

4 3
ARCADE PALMAIRE SUPERFICIELLE

1. Artères digitales communes palmaires


2. Branche palmaire de l’artère radiale
3. Artère radiale
4. Artère ulnaire
5. Arcade palmaire superficielle

EN CLINIQUE :
• Les trois doigts médiaux et la moitié du quatrième sont principalement
vascularisés par l’artère ulnaire par l’intermédiaire de l’arcade palmaire
superficielle. Le pouce et la moitié latérale de l’index sont vascularisés
par l’artère radiale.

• Le test d’Allen permet d’évaluer si les anastomoses entre les artères


radiale et ulnaire sont adéquates.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 768.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


ARCADE PALMAIRE PROFONDE 228

Identifiez les artères et les éléments associés indiqués.

1 artery
Mainly radial

11
3

10
4
9
5

8
6
7
ARCADE PALMAIRE PROFONDE

1. Région vascularisée principalement par l’artère radiale


2. Artère digitale palmaire propre radiale de l’index
3. Artère principale du pouce
4. Muscle adducteur du pouce
5. Arcade palmaire profonde
6. Artère radiale
7. Nerf ulnaire
8. Artère ulnaire
9. Branche profonde de l’artère ulnaire
10. Artère perforante
11. Artères métacarpiennes palmaires

EN CLINIQUE :
• L’interruption de l’artère radiale peut entraîner la perte de la
vascularisation du pouce et de la moitié latérale de l’index si les
anastomoses avec l’artère ulnaire ne suffisent pas à maintenir
la vascularisation.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 769.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


NERF MÉDIAN 229

Identifiez les nerfs et les muscles indiqués.

2
6
3

4
5
NERF MÉDIAN

1. Deux muscles lombricaux latéraux


2. Muscle court fléchisseur du pouce
3. Muscle court abducteur du pouce
4. Rameau récurrent (du nerf médian)
5. Nerf médian
6. Rameau palmaire (du nerf médian)
7. Nerfs digitaux palmaires communs

EN CLINIQUE :
• Dans la main, le nerf médian fournit l’innervation motrice aux trois
muscles thénariens et aux deux muscles lombricaux latéraux. Il assure
aussi l’innervation sensitive de la face palmaire des trois doigts latéraux
et de la moitié du quatrième.

• Dans le syndrome du canal carpien, l’innervation sensitive cutanée


de la région centrale de la paume et du poignet n’est pas affectée car le
nerf (rameau palmaire du nerf médian) qui innerve cette région est issu
du nerf médian au niveau de la partie distale de l’avant-bras, et chemine
dans la main en avant du canal carpien.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 773.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


NERF ULNAIRE 230

Identifiez les nerfs indiqués.

1
NERF ULNAIRE

1. Nerf ulnaire
2. Rameau profond du nerf ulnaire
3. Rameau superficiel du nerf ulnaire

EN CLINIQUE :
• Tous les muscles intrinsèques de la main sont innervés par le nerf
ulnaire, à l’exception des trois muscles thénariens et des deux muscles
lombricaux latéraux qui sont innervés par le nerf médian. Le rameau
profond du nerf ulnaire innerve la plupart des muscles, à l’exception
du muscle court palmaire, qui est innervé par le rameau superficiel.
Le nerf ulnaire (via son rameau superficiel) fournit l’innervation cutanée
de la face palmaire du doigt le plus médial et de la moitié de l’annulaire.

• La perte de fonction du nerf ulnaire entraîne une main en « griffe »,


particulièrement des doigts médiaux.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 771.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


NERF RADIAL 231

Identifiez la région et le nerf indiqués.

2
NERF RADIAL

1. Tabatière anatomique
2. Rameau superficiel (du nerf radial)

EN CLINIQUE :
• Une lésion du rameau superficiel du nerf radial entraîne une perte
de l’innervation cutanée au niveau du bord latéral de la face dorsale
de la main et au niveau de l’éminence thénar. Le nerf radial n’innerve
aucun des muscles intrinsèques de la main.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 773.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


ARCADE VEINEUSE DORSALE 232

Identifiez les veines indiquées.

3 2
ARCADE VEINEUSE DORSALE

1. Réseau veineux dorsal


2. Veine basilique
3. Veine céphalique

EN CLINIQUE :
• Les veines superficielles de la face dorsale de la main sont souvent
visibles et peuvent faire l’objet d’un abord veineux pour de nombreuses
procédures.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 770.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


SECTION 8 : TÊTE ET COU

233. Crâne : vue antérieure


234. Crâne : vue latérale
235. Crâne : vue postérieure
236. Crâne : vue supérieure
237. Crâne : vue inférieure
238. Crâne : fosse crânienne antérieure
239. Crâne : fosse crânienne moyenne
240. Crâne : fosse crânienne postérieure
241. Méninges
242. Septums duraux
243. Artères méningées
244. Vascularisation du cerveau
245. Cercle artériel du cerveau (de Willis)
246. Sinus veineux duraux
247. Sinus caverneux
248. Nerfs crâniens : plancher de la cavité crânienne
249. Muscles de la face
250. Partie latérale de la face
251. Nerfs sensitifs de la tête
252. Vaisseaux de la partie latérale de la face
253. Scalp
254. Orbite : os
255. Appareil lacrymal
256. Orbite : muscles extraoculaires
257. Fissure orbitaire supérieure et canal optique
258. Orbite : nerfs superficiels
259. Orbite : nerfs profonds
260. Globe oculaire
261. Innervation motrice (viscérale efférente) : glande lacrymale
262. Innervation motrice (viscérale efférente) : globe oculaire (iris et corps ciliaire)
263. Voies motrices (efférentes viscérales) à travers la fosse ptérygopalatine
264. Oreille externe
265. Oreille externe, moyenne et interne
266. Membrane tympanique
267. Oreille moyenne : représentation schématique
268. Oreille interne
269. Région infratemporale : muscles de la mastication
270. Région infratemporale : muscles
271. Région infratemporale : artères
272. Région infratemporale : nerfs – 1
273. Région infratemporale : nerfs – 2
274. Innervation parasympathique des glandes salivaires
275. Fosse ptérygopalatine : ouvertures
276. Fosse ptérygopalatine : nerfs
277. Pharynx : vue postérieure des muscles
278. Pharynx : vue latérale des muscles
279. Pharynx : coupe sagittale médiale
280. Pharynx : vue postérieure, ouverte
281. Larynx : vue globale
282. Larynx : cartilages et ligaments
283. Larynx : vue supérieure des ligaments vocaux
284. Larynx : vue postérieure
285. Larynx : image laryngoscopique
286. Larynx : muscles intrinsèques
287. Larynx : nerfs
288. Cavité nasale : sinus paranasaux
289. Cavité nasale : septum nasal
290. Cavité nasale : paroi latérale, os
291. Cavité nasale : paroi latérale, muqueuse et ouvertures
292. Cavité nasale : artères
293. Cavité nasale : nerfs
294. Cavité orale : vue globale
295. Cavité orale : plancher
296. Cavité orale : langue
297. Cavité orale : glandes sublinguales
298. Cavité orale : glandes
299. Cavité orale : nerfs des glandes salivaires
300. Cavité orale : palais mou (vue globale)
301. Cavité orale : palais, artères et nerfs
302. Cavité orale : dents
303. Cou : triangles
304. Cou : fascia
305. Cou : veines superficielles
306. Cou : triangle antérieur, muscles infrahyoïdiens
307. Cou : triangle antérieur, système carotidien
308. Cou : triangle antérieur, nerf glossopharyngien
309. Cou : triangle antérieur, nerf vague
310. Cou : triangle antérieur, nerf hypoglosse et anse cervicale
311. Cou : triangle antérieur, vue thyroïdienne antérieure
312. Cou : triangle antérieur, vue thyroïdienne postérieure
313. Cou : triangle postérieur, muscles
314. Cou : triangle postérieur, nerfs
315. Base du cou
316. Base du cou : artères
317. Base du cou : lymphatiques
This page intentionally left blank
CRÂNE : VUE ANTÉRIEURE 233

Identifiez les éléments et les os indiqués dans cette


vue antérieure du crâne.

26
2

25
3
24
4

23 5
6
22 7
8

9
21 10

11
20
19 12

18
13
17
14
16 15
CRÂNE : VUE ANTÉRIEURE

1. Arcade sourcilière
2. Incisure supraorbitaire (foramen)
3. Processus zygomatique (de l’os frontal)
4. Os nasal
5. Processus frontal (du maxillaire)
6. Os zygomatique
7. Foramen infraorbitaire
8. Crête nasale
9. Épine nasale antérieure
10. Processus alvéolaire (du maxillaire)
11. Ligne oblique (de la mandibule)
12. Partie alvéolaire (de la mandibule)
13. Mandibule
14. Foramen mentonnier
15. Tubercule mentonnier
16. Protubérance mentonnière
17. Corps de la mandibule
18. Angle de la mandibule
19. Maxillaire
20. Branche de la mandibule
21. Processus zygomatique (du maxillaire)
22. Cornet nasal inférieur
23. Ouverture piriforme
24. Nasion
25. Glabelle
26. Os frontal

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 813.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


CRÂNE : VUE LATÉRALE 234

Identifiez les éléments et les os indiqués


dans cette vue latérale du crâne.

32
31 33
1
30
2
29

28 3

27

26 4

25
24 5
23
6
22
7
21 8
9
10
20 11
19 12
13
14
18 15
17 16
CRÂNE : VUE LATÉRALE

1. Partie squameuse (de l’os 18. Corps de la mandibule


temporal) 19. Foramen mentonnier
2. Os pariétal 20. Partie alvéolaire
3. Suture pariétomastoïdienne (de la mandibule)
4. Suture lambdoïde 21. Maxillaire
5. Astérion 22. Os zygomatique
6. Os occipital 23. Foramen zygomaticofacial
7. Suture occipitomastoïdienne 24. Os nasal
8. Partie mastoïdienne 25. Os lacrymal
de l’os temporal 26. Foramen zygomaticotemporal
9. Processus mastoïde (à la face profonde de l’os
10. Partie tympanique (de l’os zygomatique)
temporal) (os tympanal) 27. Grande aile (de l’os sphénoïde)
11. Processus styloïde 28. Os frontal
12. Processus condylaire 29. Ptérion
13. Angle 30. Suture coronale
14. Branche de la mandibule 31. Suture sphénopariétale
15. Processus zygomatique 32. Suture sphénosquameuse
(de l’os temporal) 33. Suture squameuse
16. Processus coronoïde
17. Processus temporal
(de l’os zygomatique)

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 815.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


CRÂNE : VUE POSTÉRIEURE 235

Identifiez les éléments et les os indiqués dans cette


vue postérieure du crâne.

3
11

10

8
4
7
6 5
CRÂNE : VUE POSTÉRIEURE

1. Suture sagittale
2. Os pariétal
3. Partie squameuse de l’os occipital
4. Ligne nuchale supérieure
5. Inion
6. Crête occipitale externe
7. Ligne nuchale inférieure
8. Processus mastoïde
9. Incisure mastoïdienne
10. Protubérance occipitale externe
11. Suture lambdoïde

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 817.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


CRÂNE : VUE SUPÉRIEURE 236

Identifiez les éléments et les os indiqués


dans cette vue supérieure du crâne.

1
9

3
8

5
6
CRÂNE : VUE SUPÉRIEURE

1. Os frontal
2. Bregma
3. Suture sagittale
4. Foramen pariétal
5. Lambda
6. Os occipital
7. Suture lambdoïde
8. Os pariétal
9. Suture coronale

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 818.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


CRÂNE : VUE INFÉRIEURE 237

Identifiez les structures indiquées dans cette vue


inférieure du crâne.

39 1
2
38
3
37 4
36 5
35 6
7
34
8
33 9
32
10
31
11
30
29 12
28
13
27
26 14

25

24
15
23

16
22

21

20 17

18
19
CRÂNE : VUE INFÉRIEURE

1. Fosse incisive 19. Protubérance occipitale externe


2. Palais osseux (dur) (processus 20. Crête occipitale externe
palatin du maxillaire) 21. Foramen magnum
3. Palais osseux (dur) (lame 22. Condyle occipital
horizontale de l’os palatin) 23. Canal hypoglosse
4. Foramen grand palatin 24. Incisure mastoïdienne
5. Foramen petit palatin 25. Processus mastoïde
6. Corps de l’os sphénoïde 26. Foramen jugulaire
7. Lame médiale du processus 27. Processus styloïde
ptérygoïde 28. Sillon du conduit auditif
8. Lame latérale du processus 29. Fosse mandibulaire
ptérygoïde 30. Tubercule articulaire
9. Fosse scaphoïde 31. Orifice du canal ptérygoïdien
10. Foramen lacerum 32. Vomer
11. Foramen ovale 33. Grande aile (de l’os sphénoïde)
12. Foramen épineux 34. Fosse ptérygoïde
13. Canal carotidien 35. Processus pyramidal de l’os palatin
14. Foramen stylomastoïdien 36. Hamulus ptérygoïdien
15. Partie basilaire de l’os occipital 37. Ouverture nasale postérieure
16. Tubercule pharyngien (choane)
17. Ligne nuchale inférieure 38. Arcade alvéolaire
18. Ligne nuchale supérieure 39. Épine nasale postérieure

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 820.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


CRÂNE : FOSSE CRÂNIENNE ANTÉRIEURE 238

Identifiez les structures de la fosse crânienne


antérieure indiquées.

1
9 2
3
8

6 4
5
CRÂNE : FOSSE CRÂNIENNE ANTÉRIEURE

1. Crête frontale
2. Foramen cæcum
3. Foramens de la lame criblée
4. Corps du sphénoïde
5. Processus clinoïde antérieur
6. Petite aile du sphénoïde
7. Lame criblée
8. Partie orbitaire de l’os frontal
9. Crista galli

EN CLINIQUE :
• Le traitement d’un traumatisme crânien primaire est extrêmement
limité. La rupture axonale et la mort cellulaire sont en général
irréversibles. Lorsque le cerveau est blessé, il présente un œdème.
Le cerveau étant contenu dans un espace inextensible (la cavité
crânienne), l’augmentation de volume altère la fonction cérébrale.
De plus, cela diminue le retour veineux, nécessitant une pression
artérielle plus élevée. Cela aggrave l’œdème et entraîne la compression
du cerveau. Cette compression peut conduire à l’engagement du
cerveau à travers le foramen magnum.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 823.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


CRÂNE : FOSSE CRÂNIENNE MOYENNE 239

Identifiez les structures de la fosse crânienne


antérieure indiquées.

1
20 2 3
19
4
5
6
18 7

17
9
16 10
11 8
12
13
15
14
CRÂNE : FOSSE CRÂNIENNE MOYENNE

1. Processus clinoïde moyen


2. Canal optique
3. Foramen rond
4. Fissure orbitaire supérieure
5. Grande aile (du sphénoïde)
6. Sillon de l’artère carotide interne
7. Sillon de l’artère méningée moyenne
8. Foramen épineux
9. Dos de la selle (dorsum sellae)
10. Foramen lacerum
11. Foramen ovale
12. Fossette trigéminale
13. Sillon et hiatus du nerf grand pétreux
14. Éminence arquée
15. Tegmen tympani
16. Sillon et hiatus du nerf petit pétreux
17. Processus clinoïde postérieur
18. Fosse hypophysaire
19. Tubercule de la selle
20. Sillon chiasmatique

EN CLINIQUE :
• La détermination du site d’où est issue une tumeur est importante,
car la mauvaise interprétation de la localisation peut avoir des
conséquences graves pour le patient. Lors de l’évaluation de toute
tumeur cérébrale, il est important de définir si elle est dans le cerveau
ou en dehors du cerveau. Les tumeurs en dehors du cerveau incluent
les méningiomes, typiquement retrouvés dans la faux du cerveau, et
les neurinomes de l’acoustique, typiquement retrouvés au niveau de
l’angle pontocérebelleux associé au nerf vestibulocochléaire (VIII).

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 825.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


CRÂNE : FOSSE CRÂNIENNE POSTÉRIEURE 240

Identifiez les structures de la fosse crânienne


postérieure indiquées.

10 2
3
9 4

8 5

7 6
CRÂNE : FOSSE CRÂNIENNE POSTÉRIEURE

1. Clivus
2. Méat acoustique interne
3. Foramen jugulaire
4. Canal hypoglosse
5. Foramen magnum
6. Protubérance occipitale interne
7. Crête occipitale interne
8. Sillon du sinus transverse
9. Sillon du sinus sigmoïde
10. Sillon du sinus pétreux inférieur

EN CLINIQUE :
• L’échelle de coma de Glasgow est utilisée pour évaluer le niveau de
conscience des patients traumatisés crâniens. Le total est de 15 points.
Un score de 15/15 indique qu’un patient est totalement conscient et
parfaitement orienté, alors que 3/15 indique un coma profond. L’échelle
des points correspond à la meilleure réponse motrice (total de 6 points),
la meilleure réponse verbale (total de 5 points) et la meilleure réponse
oculomotrice (total de 4 points).

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 826.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


MÉNINGES 241

Identifiez les structures indiquées.

4
3 5 6 8
2 7

9
MÉNINGES

1. Espace subarachnoïdien
2. Dure-mère
3. Arachnoïde
4. Pie-mère
5. Crâne
6. Sinus sagittal supérieur
7. Couche périostée externe de la dure-mère
8. Couche méningée interne de la dure-mère
9. Cloison dure-mérienne (faux du cerveau)

EN CLINIQUE :
• Un hématome extradural est dû à l’arrachement des branches
de l’artère méningée moyenne, et survient typiquement dans la région
du ptérion. Le sang artériel se collecte entre la couche périostée
de la dure-mère et la calvaria.

• Un hématome sous-dural se développe entre la dure-mère et


l’arachnoïde. Il est dû à un saignement veineux, habituellement d’une
veine cérébrale arrachée à l’endroit où elle pénètre dans le sinus sagittal
supérieur.

• Une hémorragie subarachnoïdienne résulte typiquement d’une rupture


d’anévrisme intracérébral sur une artère afférente ou autour du cercle
artériel de Willis.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 830.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


SEPTUMS DURAUX 242

Identifiez les cloisons dure-mériennes


et les éléments en rapport indiqués.

5 2

3
SEPTUMS DURAUX

1. Tente du cervelet
2. Faux du cerveau
3. Diaphragme sellaire
4. Faux du cervelet
5. Incisure de la tente du cervelet

EN CLINIQUE :
• La méningite est une infection rare de l’arachnoïde et de la pie-mère.
L’infection survient classiquement par une voie hématogène, mais peut
être liée à une contamination directe, comme c’est le cas au cours d’un
traumatisme, ou provenir de la cavité nasale à travers la lame criblée
de l’os ethmoïde. Le patient peut présenter des céphalées légères,
une fièvre, une somnolence et des nausées, progressant vers une
photophobie, et des douleurs de la nuque provoquées par la mise
en extension des membres inférieurs.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 831.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


ARTÈRES MÉNINGÉES 243

Identifiez les structures en rapport avec la vascularisation


artérielle de la dure-mère indiquées.

11

10

9
3

4
8
5
6
7
ARTÈRES MÉNINGÉES

1. Artère méningée postérieure (branche de l’artère pharyngienne


ascendante)
2. Branche méningée (de l’artère pharyngienne ascendante)
3. Artère méningée (branche de l’artère occipitale)
4. Artères méningées (branches de l’artère vertébrale)
5. Artère pharyngienne ascendante
6. Artère occipitale
7. Artère carotide externe
8. Artère maxillaire
9. Artère méningée moyenne
10. Artères méningées antérieures (branches des artères ethmoïdales)
11. Artère méningée moyenne

EN CLINIQUE :
• Le ptérion est une structure anatomique importante sur la face latérale
du crâne. Au niveau du ptérion a lieu la jonction entre les os frontal,
pariétal, la grande aile du sphénoïde et l’os temporal. En profondeur
de cette structure se trouve l’artère méningée moyenne. Une blessure
à cet endroit est très grave, car une lésion de ce vaisseau peut
provoquer un hématome extradural important, ce qui peut entraîner
la mort.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 832.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


VASCULARISATION DU CERVEAU 244

Identifiez les artères vascularisant le cerveau indiquées.

17 1

16

15 2

14 3

13
4

12

5
11

10 6

9
8 7
VASCULARISATION DU CERVEAU

1. Artère communicante antérieure


2. Artère communicante postérieure
3. Artère basilaire
4. Artère carotide interne gauche
5. Artère vertébrale gauche
6. Artère subclavière gauche
7. Artère carotide commune gauche
8. Arc aortique
9. Tronc brachiocéphalique
10. Artère subclavière droite
11. Artère vertébrale droite
12. Artère carotide commune droite
13. Artère carotide interne droite
14. Artère cérébrale postérieure
15. Artère ophtalmique
16. Artère cérébrale moyenne
17. Artère cérébrale antérieure

EN CLINIQUE :
• Une attaque cérébrale est la survenue aiguë d’un déficit neurologique
qui résulte d’une hypoperfusion cérébrale diffuse ou localisée. Les
causes sont les thromboses cérébrales, les hémorragies cérébrales,
les hémorragies subarachnoïdiennes, et les embolies cérébrales. Dans
de nombreux cas, l’obstruction des petits vaisseaux cérébraux est
due à la migration d’emboles provenant de plaques d’athérosclérose
des vaisseaux plus proximaux du cou et du thorax. Les accidents
ischémiques transitoires ont exactement la même étiologie et
les mêmes signes cliniques que les attaques cérébrales, mais la
récupération est complète en 24 heures.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 837.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


CERCLE ARTÉRIEL DU CERVEAU (DE WILLIS) 245

Identifiez les artères indiquées dans cette vue


inférieure du cerveau.

9 2
10

7 6
CERCLE ARTÉRIEL DU CERVEAU (DE WILLIS)

1. Artère cérébrale antérieure


2. Artère communicante antérieure
3. Artère cérébelleuse supérieure
4. Artère basilaire
5. Artère cérébelleuse antérieure et inférieure
6. Artère cérebelleuse postérieure et inférieure
7. Artère vertébrale
8. Artère cérébrale postérieure
9. Artère communicante postérieure
10. Artère cérébrale moyenne

EN CLINIQUE :
• Les anévrismes cérébraux se développent à partir des vaisseaux dans
le cercle artériel cérébral (de Willis) et autour ; classiquement, l’artère
communicante antérieure, l’artère communicante postérieure, les
branches de l’artère cérébrale moyenne, la terminaison distale de
l’artère basilaire et l’artère cérébelleuse postérieure et inférieure. Lors
de la rupture anévrismale, le patient se plaint de la survenue brutale
de céphalées associées à une raideur cervicale et éventuellement
à des vomissements.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 838.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


SINUS VEINEUX DURAUX 246

Identifiez les veines et les sinus veineux duraux indiqués.

14

13
1

12
2

11
4
5
10
6

1
2

8 7
SINUS VEINEUX DURAUX

1. Sinus sigmoïde
2. Sinus pétreux supérieur
3. Sinus basilaire
4. Sinus sphénopariétal
5. Sinus intercaverneux
6. Veine ophtalmique supérieure
7. Plexus veineux ptérygoïdien
8. Sinus caverneux
9. Sinus transverse droit
10. Grande veine cérébrale
11. Confluence des sinus
12. Sinus droit
13. Sinus sagittal supérieur
14. Sinus sagittal inférieur

EN CLINIQUE :
• Les veines diploïques, qui cheminent entre les deux lames d’os
compact interne et externe de la voûte crânienne, ainsi que des veines
émissaires qui proviennent de la surface exocrânienne, rejoignent
les sinus veineux duraux. Les veines émissaires sont importantes en
clinique, car elles peuvent contribuer à la propagation d’infections vers
la cavité crânienne. Les plus grosses veines émissaires sont les veines
ophtalmiques supérieures qui se drainent dans l’orbite.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 842.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


SINUS CAVERNEUX 247

Identifiez les structures en lien


avec les sinus caverneux indiquées.

11 1 2
10
3
9 4

6
SINUS CAVERNEUX

1. Glande pituitaire
2. Artère carotide interne
3. Nerf abducens (VI)
4. Dure-mère
5. Sinus sphénoïdal
6. Sinus caverneux
7. Nerf maxillaire, rameau du nerf trijumeau (V2)
8. Nerf ophtalmique, rameau du nerf trijumeau (V1)
9. Nerf trochléaire (IV)
10. Nerf oculomoteur (III)
11. Diaphragme sellaire

EN CLINIQUE :
• Les sinus caverneux reçoivent le sang non seulement des veines
cérébrales, mais aussi des veines ophtalmiques et des veines émissaires
(issues du plexus veineux ptérygoïdien). Ces connexions constituent
des passages pour des infections qui peuvent diffuser de sites
extracrâniens à des localisations intracrâniennes. De plus, du fait de leur
passage à travers les sinus caverneux et de leur localisation dans les
parois de ces sinus, certaines structures sont vulnérables vis-à-vis
des lésions dues à une inflammation.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 844.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


NERFS CRÂNIENS : PLANCHER DE LA CAVITÉ
CRÂNIENNE 248

Identifiez les nerfs crâniens à leur sortie de la cavité crânienne.

15 1

2
14
3

13 4
12 5

8
11
9

10
NERFS CRÂNIENS : PLANCHER DE LA CAVITÉ CRÂNIENNE

1. Nerf olfactif (I)


2. Nerf ophtalmique (V1)
3. Nerf maxillaire (V2)
4. Nerf mandibulaire (V3)
5. Nerf facial (VII)
6. Nerf vestibulocochléaire (VIII)
7. Nerf glossopharyngien (IX)
8. Nerf vague (X)
9. Nerf hypoglosse (XII)
10. Nerf accessoire (XI)
11. Nerf trijumeau (V)
12. Nerf trochléaire (IV)
13. Nerf abducens (VI)
14. Nerf oculomoteur (III)
15. Nerf optique (II)

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 850.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


MUSCLES DE LA FACE 249

Identifiez les muscles de la face indiqués.

2 3

19

18

17

16

15
4
14
13 5
12
11
10

9
8
7
6
MUSCLES DE LA FACE

1. Chef frontal de l’occipitofrontal 10. Mentonnier


2. Auriculaire antérieur 11. Abaisseur de la lèvre inférieure
3. Auriculaire supérieur 12. Orbiculaire de la bouche
4. Chef occipital de 13. Grand zygomatique
l’occipitofrontal 14. Petit zygomatique
5. Auriculaire postérieur 15. Releveur de la lèvre supérieure
6. Platysma 16. Nasal
7. Buccinateur 17. Releveur de la lèvre supérieure
8. Risorius et de l’aile du nez
9. Abaisseur de l’angle 18. Procérus
de la bouche 19. Orbiculaire de l’œil

EN CLINIQUE :
La complexité du nerf facial (VII) est démontrée par les différents processus
pathologiques et sites lésionnels sur lesquels ces processus peuvent survenir.
Les sites courants de pathologie impliquant le nerf facial comprennent :
• Lésions centrales : une lésion primitive du tronc cérébral perturbant les
fonctions sensitives et motrices du nerf, y compris ses composants spéciaux.

• Lésions au niveau et autour du ganglion géniculé : accompagnées


par un déficit de la fonction motrice du côté homolatéral de la face,
du goût au niveau des deux tiers antérieurs de la langue, de la sécrétion
lacrymale et d’une partie de la sécrétion salivaire.

• Lésions au niveau et autour du foramen stylomastoïdien : déficit


de la fonction motrice sur l’hémiface homolatérale.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 858.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


PARTIE LATÉRALE DE LA FACE 250

Identifiez les structures indiquées


dans cette vue latérale de la face.

2
1 3

17

4
16

15 5
6
14
7
13
8

12 9

11

10
PARTIE LATÉRALE DE LA FACE

1. Artère et veine transverses de la face


2. Artère et veine maxillaires
3. Artère et veine temporales superficielles
4. Nerf facial (VII)
5. Artère auriculaire postérieure
6. Veine rétromandibulaire
7. Glande parotide
8. Artère carotide externe
9. Veine jugulaire externe
10. Rameaux cervicaux du nerf facial (VII)
11. Rameaux mandibulaires marginaux du nerf facial (VII)
12. Muscle masséter
13. Muscle buccinateur
14. Rameaux buccaux du nerf facial (VII)
15. Conduit parotidien
16. Rameaux zygomatiques du nerf facial (VII)
17. Rameaux temporaux du nerf facial (VII)

EN CLINIQUE :
• Les tumeurs de la glande parotide les plus fréquentes sont bénignes.
Leur gravité est liée à leur situation anatomique. Les relations entre
la tumeur et les rameaux du nerf facial (VII) doivent être précisées
parce que la résection peut léser le nerf facial (VII).

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 863.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


NERFS SENSITIFS DE LA TÊTE 251

Identifiez les rameaux du nerf trijumeau ou l’innervation


de la zone indiqués dans cette vue latérale de la face et du cou.

18

1
19

16
17
2
15
14
13

3
12

11 4

10
9

8 6
7
NERFS SENSITIFS DE LA TÊTE

1. Nerf grand occipital


2. Nerf auriculotemporal
3. Troisième nerf occipital
4. Nerf petit occipital et nerf grand auriculaire
5. Nerf grand auriculaire
6. Nerf transverse du cou
7. Nerf transverse du cou
8. Nerf mandibulaire (V3)
9. Nerf buccal
10. Nerf mentonnier
11. Nerf zygomaticofacial
12. Nerf infraorbitaire
13. Nerf nasal externe
14. Nerf maxillaire (V2)
15. Nerf infratrochléaire
16. Nerf supratrochléaire
17. Nerf supraorbitaire
18. Nerf ophtalmique (V1)
19. Nerfs zygomaticotemporaux

EN CLINIQUE :
• La névralgie trigéminale (tics douloureux) est une pathologie sensitive
complexe de la partie sensitive du nerf trijumeau (V). Typiquement, la
douleur est située dans la région d’innervation des nerfs mandibulaire
(V3) et maxillaire (V2), se manifeste par une survenue soudaine, est
intense, et peut être déclenchée par le contact de la région sensitive de
la peau.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 867.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


VAISSEAUX DE LA PARTIE LATÉRALE DE LA FACE 252

Identifiez les artères et les veines indiquées


dans cette vue latérale de la face.

18 1 2 3 4

17

16

15

5
14
6
7
8

13

12
11 10 9
VAISSEAUX DE LA PARTIE LATÉRALE DE LA FACE

1. Artère et veine zygomaticotemporales


2. Artère et veine zygomaticofaciales
3. Artère et veine faciales transverses
4. Artère et veine temporales superficielles
5. Veine auriculaire postérieure
6. Veine occipitale
7. Artère auriculaire postérieure
8. Artère occipitale
9. Veine jugulaire externe
10. Artère carotide externe
11. Veine faciale
12. Artère faciale
13. Artère et veine labiales inférieures
14. Artère et veine labiales supérieures
15. Artère et veine nasales latérales
16. Artère et veine angulaires
17. Artère et veine supratrochléaires
18. Artère et veine supraorbitaires

EN CLINIQUE :
• En traversant la face, la veine faciale a de nombreuses connexions avec
des veines provenant de régions plus profondes de la tête. Près du coin
médial de l’orbite, elle s’anastomose avec des veines ophtalmiques.
Dans la région de la joue, elle communique avec des veines qui passent
à travers le foramen infraorbitaire. Elle s’anastomose aussi avec des
veines qui viennent de régions plus profondes de la face. Du fait de ces
interconnexions possibles entre les veines, les infections de la face,
surtout à point de départ au-dessus de la bouche, doivent être traitées
avec de grandes précautions pour éviter la dissémination de l’infection
en direction intracrânienne.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 870.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


SCALP 253

Identifiez les couches du scalp indiquées.

1
2

5
SCALP

1. Peau
2. Tissu conjonctif dense
3. Couche aponévrotique
4. Tissu conjonctif lâche
5. Périoste crânien

EN CLINIQUE :
• Les trois premières couches du scalp forment une unité particulière.
Cette unité est parfois assimilée au scalp proprement dit et constitue
le niveau d’épaisseur de téguments avulsés lors d’une lésion de type
« scalp ».

• Lorsque le scalp est coupé, le tissu conjonctif dense qui entoure les
vaisseaux contribue à maintenir les vaisseaux sectionnés ouverts.
Cela se traduit par un saignement abondant.

• Du fait de la consistance du tissu conjonctif lâche, les infections tendent


à se localiser et à s’étendre dans cette couche.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 873.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


ORBITE : OS 254

Identifiez les os et les orifices de l’orbite indiqués.

12 13 1 2
3
11
4

10 6 5
9 8 7
ORBITE : OS

1. Os frontal
2. Canal optique
3. Foramens ethmoïdaux
4. Os ethmoïde
5. Sillon lacrymal
6. Os lacrymal
7. Os palatin
8. Os maxillaire
9. Fissure orbitaire inférieure
10. Os zygomatique
11. Grande aile de l’os sphénoïde
12. Fissure orbitaire supérieure
13. Petite aile de l’os sphénoïde

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 878.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


APPAREIL LACRYMAL 255

Identifiez les parties de l’appareil lacrymal et les structures


en rapport indiquées.

5 6

4 3
APPAREIL LACRYMAL

1. Canalicules lacrymaux
2. Sac lacrymal
3. Conduit lacrymonasal
4. Points lacrymaux
5. Glande lacrymale
6. Tendon du muscle releveur de la paupière supérieure

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 883.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


ORBITE : MUSCLES EXTRAOCULAIRES 256

Identifiez les muscles extraoculaires indiqués.

3
1

5
3
2

7
4 6
ORBITE : MUSCLES EXTRAOCULAIRES

1. Oblique supérieur
2. Droit médial
3. Droit supérieur
4. Droit latéral
5. Releveur de la paupière supérieure
6. Droit inférieur
7. Oblique inférieur

EN CLINIQUE :
• Pour isoler leurs fonctions et tester spécifiquement les muscles droits
supérieur et inférieur, il faut demander au patient de suivre le doigt
de l’examinateur latéralement, puis vers le haut (droit supérieur)
et vers le bas (droit inférieur).

• Pour isoler leurs fonctions et tester spécifiquement les muscles droits


médial et latéral, il faut demander au patient de suivre le doigt
de l’examinateur dans le plan horizontal, respectivement en dedans
et en dehors.

• Pour isoler sa fonction et tester spécifiquement le muscle oblique


supérieur, on demande au patient de suivre le doigt de l’examinateur
en dedans et ensuite de regarder en bas.

• Pour isoler sa fonction et tester spécifiquement le muscle oblique


inférieur, on demande au patient de suivre le doigt de l’examinateur
en dedans et ensuite de regarder en haut.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 889.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


FISSURE ORBITAIRE SUPÉRIEURE ET CANAL OPTIQUE 257

Identifiez les structures indiquées.

1 2 34 5 6 7
8

10

11
12
18 13
14
15
16

17
FISSURE ORBITAIRE SUPÉRIEURE ET CANAL OPTIQUE

1. Fissure orbitaire supérieure


2. Nerf lacrymal
3. Nerf frontal
4. Nerf trochléaire (IV)
5. Muscle droit supérieur
6. Muscle releveur de la paupière supérieure
7. Nerf optique (II)
8. Muscle oblique supérieur
9. Artère ophtalmique
10. Muscle droit médial
11. Rameau supérieur de division du nerf oculomoteur (III)
12. Nerf nasociliaire
13. Nerf abducens (VI)
14. Rameau inférieur de division du nerf oculomoteur (III)
15. Muscle droit inférieur
16. Veine ophtalmique inférieure
17. Fissure orbitaire inférieure
18. Muscle droit latéral

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 890.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


ORBITE : NERFS SUPERFICIELS 258

Identifiez les structures indiquées.

1
2
3
4
12
5

10

11
ORBITE : NERFS SUPERFICIELS

1. Muscle oblique supérieur


2. Nerf supratrochléaire
3. Nerf supraorbitaire
4. Muscle releveur de la paupière supérieure
5. Muscle droit supérieur
6. Glande lacrymale
7. Muscle droit latéral
8. Nerf lacrymal
9. Nerf frontal
10. Nerf trochléaire (IV)
11. Nerf ophtalmique (V1)
12. Muscle droit médial

EN CLINIQUE :
• Le déficit de l’innervation du muscle orbiculaire de l’œil par le nerf facial
(VII) provoque l’impossibilité de fermer complètement les paupières,
et l’affaissement de la paupière inférieure laisse couler les larmes.

• Le déficit de l’innervation du muscle releveur de la paupière supérieure


par le nerf oculomoteur (III) provoque l’impossibilité d’ouvrir la paupière
supérieure volontairement, et entraîne un ptosis complet.

• Le déficit de l’innervation du muscle tarsal supérieur par les fibres


sympathiques provoque un ptosis partiel constant.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 896.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


ORBITE : NERFS PROFONDS 259

Identifiez les structures indiquées.


1
2

5
6
7

10

11

12

13

14
ORBITE : NERFS PROFONDS

1. Nerf ethmoïdal postérieur


2. Nerf ethmoïdal antérieur
3. Nerf infratrochléaire
4. Muscle droit médial
5. Nerfs ciliaires longs
6. Nerfs ciliaires courts
7. Glande lacrymale
8. Nerf lacrymal (rameau de V1)
9. Muscle droit latéral
10. Ganglion ciliaire
11. Nerf abducens (VI)
12. Rameau inférieur du nerf oculomoteur (III)
13. Nerf nasociliaire (rameau de V1)
14. Rameau supérieur du nerf oculomoteur (III)

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 897.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


GLOBE OCULAIRE 260

Identifiez les structures en rapport avec le globe


oculaire indiquées.

1
18
2

17 3
4
16
5
15

6
14
7

8
9
13
12
11
10
GLOBE OCULAIRE

1. Chambre vitrée
2. Ora serrata
3. Chambre postérieure
4. Chambre antérieure
5. Cornée
6. Cristallin
7. Iris
8. Sinus veineux de la sclère
9. Corps ciliaire
10. Artère ciliaire antérieure
11. Rétine
12. Choroïde
13. Sclère
14. Fovea centralis
15. Disque du nerf optique
16. Nerf optique (II)
17. Artères ciliaires postérieures courtes
18. Artère ciliaire postérieure longue

EN CLINIQUE :
• La pression intraoculaire augmentera si le cycle de production et de
réabsorption de l’humeur aqueuse est perturbé de telle manière que la
quantité de liquide augmente. Cette pathologie constitue le glaucome
et peut conduire à différents problèmes visuels, jusqu’à la cécité, qui
résulte de la compression de la rétine et de sa vascularisation sanguine.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 898.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


INNERVATION MOTRICE (VISCÉRALE EFFÉRENTE) :
GLANDE LACRYMALE 261

Identifiez les structures indiquées.

Glande
lacrymale

1
2
3
4 5 6
7
8
9
10

11 14 15
12
13 16
Fibres parasympathiques préganglionnaires
Fibres parasympathiques postganglionnaires
Fibres sympathiques postganglionnaires
INNERVATION MOTRICE (VISCÉRALE EFFÉRENTE) :
GLANDE LACRYMALE

1. Nerf supraorbitaire
2. Nerf lacrymal
3. Rameau communicant
4. Nerf zygomaticotemporal
5. Nerf ophtalmique (V1)
6. Nerf maxillaire (V2)
7. Nerf trijumeau (V)
8. Nerf mandibulaire (V3)
9. Nerf facial (VII)
10. Nerf zygomatique
11. Ganglion ptérygopalatin
12. Nerf du canal ptérygoïdien
13. Nerf pétreux profond
14. Nerf grand pétreux
15. Plexus carotidien interne (sympathique)
16. Artère carotide interne

Figure extraite de Gray’s Atlas of Anatomy, p. 463.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


INNERVATION MOTRICE (VISCÉRALE EFFÉRENTE) :
GLOBE OCULAIRE (IRIS ET CORPS CILIAIRE) 262

Identifiez les structures indiquées.

1
2
4
3 5
6
7

11
13 12 8
9

10
Fibres parasympathiques préganglionnaires
Fibres parasympathiques postganglionnaires
Fibres sympathiques postganglionnaires
INNERVATION MOTRICE (VISCÉRALE EFFÉRENTE) :
GLOBE OCULAIRE (IRIS ET CORPS CILIAIRE)

1. Nerfs ciliaires courts


2. Nerfs ciliaires longs
3. Nerf nasociliaire
4. Nerf oculomoteur (III)
5. Nerf ophtalmique (V1)
6. Nerf maxillaire (V2)
7. Nerf trijumeau (V)
8. Nerf mandibulaire (V3)
9. Plexus carotidien interne (sympathique)
10. Artère carotide interne
11. Racine nasociliaire du ganglion ciliaire (sensitif)
12. Racine oculomotrice du ganglion ciliaire (parasympathique
préganglionnaire)
13. Ganglion ciliaire

Figure extraite de Gray’s Atlas of Anatomy, p. 469.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


VOIES MOTRICES (EFFÉRENTES VISCÉRALES)
À TRAVERS LA FOSSE PTÉRYGOPALATINE 263

Identifiez les structures indiquées.

1
2
3
4
5
6
7 8
23 27 9
24 25 26
10
22 11
21 17 12
15
16
14 13
20 19 18
Fibres parasympathiques préganglionnaires
Fibres parasympathiques postganglionnaires
Fibres sympathiques préganglionnaires
Fibres sympathiques postganglionnaires
VOIES MOTRICES (EFFÉRENTES VISCÉRALES)
À TRAVERS LA FOSSE PTÉRYGOPALATINE

1. Nerf supraorbitaire
2. Rameau communicant
3. Nerf lacrymal
4. Nerf zygomaticotemporal
5. Nerf ophtalmique (V1)
6. Nerf trijumeau (V)
7. Nerf grand pétreux
8. Nerf facial (VII)
9. Ganglion géniculé
10. Plexus carotidien interne (sympathique)
11. Nerf carotidien interne
12. Ganglion cervical supérieur
13. Tronc sympathique
14. Artère carotide interne
15. Nerf pétreux profond
16. Foramen lacerum rempli de cartilage
17. Nerf du canal ptérygoïdien
18. Nerf pharyngien
19. Nerfs palatins
20. Ganglion ptérygopalatin
21. Nerf alvéolaire supérieur et postérieur
22. Nerf infraorbitaire
23. Nerf zygomatique
24. Rameaux orbitaires
25. Nerfs nasaux
26. Nerf maxillaire (V2)
27. Nerf mandibulaire (V3)

Figure extraite de Gray’s Atlas of Anatomy, p. 487.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


OREILLE EXTERNE 264

Identifiez les parties de l’oreille externe indiquées.

7
1

5
4
OREILLE EXTERNE

1. Conque
2. Tragus
3. Méat acoustique externe
4. Lobule
5. Antitragus
6. Antihélix
7. Hélix

EN CLINIQUE :
• Le trajet du méat acoustique externe n’est pas rectiligne. Depuis
l’ouverture externe (le pore acoustique externe), il suit une direction
supérieure et antérieure, puis il s’incline légèrement en arrière tout
en gardant son orientation supérieure et, enfin, il prend une direction
antérieure et légèrement descendante. Au cours de l’examen du méat
acoustique externe et de la membrane tympanique, l’observation
est améliorée par la traction de l’auricule en haut, en arrière et un peu
latéralement.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 903.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


OREILLE EXTERNE, MOYENNE ET INTERNE 265

Identifiez les parties de l’oreille externe,


moyenne et interne indiquées.

Oreille Oreille Oreille


externe moyenne interne

7
1

3 6

4 5
OREILLE EXTERNE, MOYENNE ET INTERNE

1. Auricule
2. Méat acoustique externe
3. Cartilage
4. Membrane tympanique
5. Trompe auditive
6. Pharynx
7. Méat acoustique interne

EN CLINIQUE :
• L’oreille est formée de trois parties : l’oreille externe, l’oreille moyenne
et l’oreille interne. L’oreille externe est facilement examinée. Le
méat acoustique externe et la membrane tympanique nécessitent
un examen otoscopique. L’otoscope est un appareil qui projette une
lumière et qui agrandit l’image. L’oreille moyenne est examinée par
tomodensitométrie (TDM) et imagerie par résonance magnétique (IRM)
pour mettre en évidence le malleus, l’incus et le stapes. Les rapports de
ces os dans la cavité de l’oreille moyenne sont vérifiés et toute masse
est identifiée. L’oreille interne est également étudiée par TDM et IRM.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 902.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


MEMBRANE TYMPANIQUE 266

Cette image présente-t-elle la partie gauche


ou droite du corps ? Identifiez les parties de la membrane
tympanique indiquées.

1
7 2

5 4
MEMBRANE TYMPANIQUE

Cette image présente la partie droite du corps.


1. Pars flaccida
2. Processus latéral du malleus
3. Pli malléolaire antérieur
4. Triangle lumineux
5. Ombilic
6. Manche du malleus
7. Pli malléolaire postérieur

EN CLINIQUE :
• La membrane tympanique normale est relativement translucide et a
une couleur rosée. Le manche du malleus est visible près du centre
de la membrane. Depuis ce point, un triangle lumineux se trouve en
position 5 heures du côté droit, en position 7 heures du côté gauche.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 905.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


OREILLE MOYENNE : REPRÉSENTATION
SCHÉMATIQUE 267

Identifiez les structures en rapport avec l’oreille


moyenne indiquées.

17 18 1
19

16
3

15

14 4
5

13
6

7
11
8
12 9
10
OREILLE MOYENNE : REPRÉSENTATION
SCHÉMATIQUE

1. Tegmen tympani
2. Muscle tenseur du tympan
3. Trompe auditive
4. Nerf petit pétreux
5. Rameau pour le plexus carotidien interne
6. Plexus carotidien interne (sympathique)
7. Artère carotide interne
8. Nerf de la corde du tympan
9. Rameau tympanique du nerf glossopharyngien (IX)
10. Veine jugulaire interne
11. Fenêtre de la cochlée (fenêtre ronde)
12. Nerf facial (VII)
13. Nerf de la corde du tympan
14. Éminence pyramidale (comprend le muscle stapédien)
15. Fenêtre du vestibule (fenêtre ovale)
16. Aditus ad antrum de la mastoïde
17. Proéminence du canal semicirculaire latéral
18. Proéminence du canal facial
19. Promontoire

EN CLINIQUE :
• L’otite moyenne (infection de l’oreille moyenne) est commune, et peut
habituellement être traitée par antibiotiques. Si l’infection persiste,
l’inflammation chronique peut endommager la chaîne ossiculaire
et les autres structures contenues dans l’oreille moyenne et entraîner
un déficit auditif.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 907.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


OREILLE INTERNE 268

Identifiez les structures en rapport avec l’oreille


interne indiquées.

2 3
4
5

1 8

10
OREILLE INTERNE

1. Vestibule
2. Canaux semicirculaires
3. Conduit semicirculaire
4. Nerf facial (VII)
5. Nerf vestibulaire
6. Nerf vestibulocochléaire (VIII)
7. Méat acoustique interne
8. Nerf cochléaire
9. Cochlée
10. Conduit cochléaire

EN CLINIQUE :
• Une onde sonore entre par le méat acoustique externe et provoque
un mouvement de la membrane tympanique en dedans. Le manche
du malleus étant attaché à la membrane tympanique, il est également
déplacé en dedans. Ce mouvement mobilise la tête du malleus
latéralement. Du fait de l’articulation entre les têtes du malleus et de
l’incus, la tête de l’incus est aussi mobilisée latéralement. Cela pousse
la branche longue de l’incus médialement. La branche longue de l’incus
s’articulant avec le stapes, ce mouvement mobilise aussi le stapes en
dedans. Du fait de l’application de la base du stapes (platine) contre
la membrane de la fenêtre du vestibule (fenêtre ovale), celle-ci est
aussi mobilisée médialement. Cette action complète le transfert d’une
onde aérienne de grande amplitude et de faible intensité, qui ébranle
la membrane tympanique, en une vibration de faible amplitude et de
haute intensité, qui génère une onde dans le liquide remplissant
la rampe vestibulaire de la cochlée.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 913.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


RÉGION INFRATEMPORALE : MUSCLES
DE LA MASTICATION 269

Identifiez les muscles indiqués.

8 1 2 3

5
7
6
RÉGION INFRATEMPORALE : MUSCLES
DE LA MASTICATION

1. Muscle temporal
2. Ligne temporale supérieure
3. Ligne temporale inférieure
4. Arcade zygomatique
5. Partie profonde (du muscle masséter)
6. Partie superficielle (du muscle masséter)
7. Muscle masséter
8. Fascia temporal sectionné

Figure extraite de Gray’s Atlas of Anatomy, p. 927.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


RÉGION INFRATEMPORALE : MUSCLES 270

Identifiez les structures indiquées.

8 1

7
3

6
4

5
RÉGION INFRATEMPORALE : MUSCLES

1. Chef supérieur du muscle ptérygoïdien latéral


2. Disque articulaire (de l’articulation temporomandibulaire)
3. Capsule (de l’articulation temporomandibulaire)
4. Ligament sphénomandibulaire
5. Chef profond du muscle ptérygoïdien médial
6. Chef superficiel du muscle ptérygoïdien médial
7. Chef inférieur du muscle ptérygoïdien latéral
8. Crête infratemporale

EN CLINIQUE :
• Le muscle ptérygoïdien latéral facilite l’ouverture de la bouche grâce à la
traction vers l’avant de la tête de la mandibule en direction du tubercule
articulaire de l’os temporal. Lors d’une lésion unilatérale du V3, la face
antérieure de la mandibule est déviée du côté de la lésion au moment
de l’ouverture de la bouche.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 931.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


RÉGION INFRATEMPORALE : ARTÈRES 271

Identifiez les artères et les structures en rapport indiquées.

15
14 3
4
13 5
12 6

11 7
8

10
RÉGION INFRATEMPORALE : ARTÈRES

1. Branches de l’artère méningée moyenne dans la cavité crânienne


2. Artère maxillaire
3. Artère temporale superficielle
4. Artère méningée moyenne
5. Nerf auriculotemporal
6. Artère ptérygoïdienne
7. Artère du masséter
8. Artère alvéolaire inférieure
9. Artère carotide externe
10. Artère mentonnière
11. Artère buccale
12. Chef inférieur du muscle ptérygoïdien latéral (sectionné)
13. Fosse ptérygopalatine
14. Chef supérieur du muscle ptérygoïdien latéral (sectionné)
15. Artères temporales profondes

EN CLINIQUE :
• L’artère méningée moyenne est une branche de l’artère maxillaire dans
la fosse infratemporale. Une lésion de l’artère méningée moyenne dans
la cavité crânienne peut entraîner une hémorragie extradurale.

• En plus de vasculariser les structures situées dans les régions


infratemporale et temporale, l’artère maxillaire vascularise l’ensemble
des dents supérieures et inférieures, les palais osseux (dur) et mou,
ainsi qu’une grande partie de la cavité nasale.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 938.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


RÉGION INFRATEMPORALE : NERFS – 1 272

Identifiez les nerfs et les structures en rapport indiqués.

14 V1
V2
13 2
3
12 4
11 5
6
7

10
RÉGION INFRATEMPORALE : NERFS – 1

1. Ganglion trigéminal
2. Tronc antérieur (de V3)
3. Nerf méningé
4. Rameau du muscle tenseur du tympan
5. Tronc postérieur (de V3)
6. Rameau du muscle tenseur du voile du palais
7. Nerf du ptérygoïdien médial
8. Chef profond du muscle ptérygoïdien médial
9. Nerf massétérique
10. Chef inférieur du muscle ptérygoïdien latéral (sectionné)
11. Nerf buccal
12. Nerf du ptérygoïdien latéral
13. Chef supérieur du muscle ptérygoïdien latéral (sectionné)
14. Nerfs temporaux profonds

EN CLINIQUE :
• À l’exception du nerf buccal, qui est sensitif, les rameaux du tronc
antérieur du nerf mandibulaire sont moteurs et innervent les muscles
de la mastication ainsi que les muscles tenseur du tympan et tenseur
du voile du palais. Le nerf buccal est souvent anesthésié au cours des
gestes de chirurgie dentaire car il innerve les gencives à la face buccale
des molaires inférieures.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 932.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


RÉGION INFRATEMPORALE : NERFS – 2 273

Identifiez les nerfs et les structures en rapport indiqués.

8 3

6
RÉGION INFRATEMPORALE : NERFS – 2

1. Nerf auriculotemporal
2. Fissure pétrotympanique
3. Nerf de la corde du tympan
4. Nerf alvéolaire inférieur
5. Nerf du mylohyoïdien
6. Nerf mentonnier
7. Nerf incisif
8. Nerf lingual

EN CLINIQUE :
• À l’exception du nerf du muscle mylohyoïdien, qui est moteur et est
issu du nerf alvéolaire inférieur, les rameaux du tronc postérieur du nerf
mandibulaire sont sensitifs.

• Le nerf alvéolaire inférieur est sensitif pour l’ensemble des dents


inférieures et des gencives associées à la face buccale des incisives,
des canines et des prémolaires. La gencive buccale des molaires
est innervée par le nerf buccal. Le nerf lingual est généralement
sensitif pour la langue et les gencives linguales de l’ensemble
des dents inférieures. Pour anesthésier les dents inférieures et les
gencives associées, il est possible d’injecter un produit anesthésique
dans la fosse infratemporale latéralement par rapport au ligament
sphénomandibulaire. Cela anesthésie les nerfs alvéolaire inférieur
et lingual. Une injection spécifique est utilisée pour anesthésier le nerf
buccal.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 933.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


INNERVATION PARASYMPATHIQUE
DES GLANDES SALIVAIRES 274

Identifiez les nerfs et les ganglions indiqués.

Fibres parasympathiques préganglionnaires


Fibres parasympathiques postganglionnaires

1 2

12 3 4
11

10
9 13 14

8 5

Nerf
lingual 15

7 6 Glande
Glande parotide
Glande
sublinguale submandibulaire
INNERVATION PARASYMPATHIQUE
DES GLANDES SALIVAIRES

1. Nerf trijumeau (V) 9. Ganglion otique


2. Nerf facial (VII) 10. Nerf mandibulaire (V3)
3. Plexus tympanique 11. Nerf maxillaire (V2)
4. Nerf glossopharyngien (IX) 12. Nerf ophtalmique (V1)
5. Ganglion inférieur du IX 13. Nerf petit pétreux
6. Nerf auriculotemporal 14. Nerf tympanique
7. Ganglion submandibulaire 15. Nerf de la corde
8. Nerf auriculotemporal du tympan

EN CLINIQUE :
• Le nerf de la corde du tympan transporte les fibres du goût de la partie
orale (deux tiers antérieurs) de la langue et les fibres parasympathiques
de toutes les glandes salivaires sous le niveau de la fente orale. Les
fibres parasympathiques préganglionnaires font relais synaptique
dans la glande submandibulaire. Une lésion du nerf lingual à un point
distal par rapport au niveau où il est rejoint par le nerf de la corde du
tympan dans la fosse infratemporale entraîne une perte de la sensibilité
générale et spéciale (goût) de la partie orale de la langue, et l’innervation
parasympathique de toutes les glandes situées au-dessous de la fente
orale. Une lésion du nerf lingual à un point proximal par rapport au niveau
où il est rejoint par le nerf de la corde du tympan n’entraîne qu’une perte
de la sensibilité générale des deux tiers antérieurs de la langue.

• Le nerf petit pétreux transporte des fibres parasympathiques


préganglionnaires qui prennent leur origine dans le nerf crânien IX
dans la fosse infratemporale, où elles font relais synaptique dans le
ganglion otique. Les fibres postganglionnaires sont transportées dans
le nerf auriculotemporal du V3 vers la glande parotide. Une lésion du
nerf auriculotemporal à un point distal par rapport au ganglion otique
entraîne une perte de la sensibilité générale du territoire innervé
par le nerf auriculotemporal, et une perte de la capacité de sécrétion
de la glande parotide.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


FOSSE PTÉRYGOPALATINE : OUVERTURES 275

Identifiez les foramens, les canaux et les fissures


de la fosse ptérygopalatine indiqués.

7 1

4
FOSSE PTÉRYGOPALATINE : OUVERTURES

1. Foramen rond (cavité crânienne – fosse crânienne moyenne)


2. Canal ptérygoïdien (cavité crânienne – fosse crânienne moyenne)
3. Canal palatovaginal (nasopharynx)
4. Canal palatin (toit de la cavité orale – palais)
5. Fissure ptérygomaxillaire (fosse infratemporale)
6. Fissure orbitaire inférieure (plancher de l’orbite)
7. Foramen sphénopalatin (cavité nasale)

EN CLINIQUE :
• La fosse ptérygopalatine est un élément clé du crâne. Via ses foramens,
canaux et fissures, la fosse communique avec la fosse crânienne
moyenne, la région infratemporale, la cavité nasale, la cavité orale,
l’orbite et le pharynx.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 942.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


FOSSE PTÉRYGOPALATINE : NERFS 276

Identifiez les nerfs et le ganglion indiqués.

13 11
2

V1

3
V3V1
10

7
6
A 9 8

14
13

10 V2

12
B 6 11
FOSSE PTÉRYGOPALATINE : NERFS

1. Nerf zygomaticofacial 8. Nerf alvéolaire supérieur et moyen


2. Nerf zygomaticotemporal 9. Nerf alvéolaire supérieur et
3. Nerf maxillaire (V2) antérieur
4. Nerf du canal ptérygoïdien 10. Nerf infraorbitaire
5. Nerf petit palatin 11. Nerf pharyngien
6. Nerf alvéolaire supérieur et 12. Ganglion ptérygopalatin
postérieur 13. Nerf zygomatique
7. Nerf grand palatin 14. Rameaux orbitaires

EN CLINIQUE :
• La fosse ptérygopalatine est l’endroit où de nombreux rameaux du V2
et où les branches terminales de l’artère maxillaire naissent. De plus,
les fibres parasympathiques préganglionnaires issues du rameau grand
pétreux du VII et les fibres sympathiques postganglionnaires du nerf
grand pétreux issues du plexus carotidien interne pénètrent ensemble
dans la fosse en tant que nerf du canal ptérygoïdien. Les fibres
parasympathiques préganglionnaires font un relais synaptique dans le
ganglion pérygopalatin, puis, avec les fibres sympathiques, rejoignent
les rameaux du V2.

• Pour certains gestes de chirurgie dentaire complexes, le V2 peut être


anesthésié en injectant du produit anesthésique directement dans
la fosse ptérygopalatine en introduisant l’aiguille d’abord à travers
l’incisure mandibulaire puis à travers la fosse infratemporale et la
fissure ptérygomaxillaire.

• Le nerf grand pétreux du VII fournit l’innervation parasympathique de


toutes les glandes situées au-dessus de la fente orale, y compris la
glande lacrymale. Les fibres parasympathiques postganglionnaires sont
transportées dans l’orbite par le nerf zygomatique, et passent ensuite
dans le rameau zygomaticotemporal. Les fibres quittent ce dernier
rameau et cheminent vers le haut en direction de la paroi latérale
de l’orbite, et rejoignent le rameau lacrymal du V1, qui les distribue
à la glande lacrymale. Une lésion de la paroi latérale de l’orbite peut
entraîner la perte de la capacité de sécrétion de la glande lacrymale.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 943.


Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
PHARYNX : VUE POSTÉRIEURE DES MUSCLES 277

Identifiez les muscles indiqués.

1
4
2

3
PHARYNX : VUE POSTÉRIEURE DES MUSCLES

1. Constricteur supérieur
2. Constricteur moyen
3. Constricteur inférieur
4. Stylopharyngien

EN CLINIQUE :
• Les muscles du pharynx facilitent la déglutition.

• La paroi pharyngienne peut être observée à travers la bouche ouverte.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 988.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


PHARYNX : VUE LATÉRALE DES MUSCLES 278

Identifiez les muscles indiqués.

3
2
PHARYNX : VUE LATÉRALE DES MUSCLES

1. Constricteur supérieur
2. Constricteur inférieur
3. Constricteur moyen
4. Buccinateur

EN CLINIQUE :
• Le muscle buccinateur de la joue (un muscle de l’expression faciale)
et le muscle constricteur supérieur du pharynx sont reliés par le raphé
ptérygomandibulaire.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 991.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


PHARYNX : COUPE SAGITTALE MÉDIALE 279

Identifiez les éléments indiqués.

1
2
3
4
17
5

6
16
7
8
9

15
10

14

13

11
12
PHARYNX : COUPE SAGITTALE MÉDIALE

1. Ouverture pharyngée de la 9. Arc palatopharyngien


trompe auditive (pli soulevé par le muscle
2. Tonsille pharyngienne palatopharyngien)
3. Torus tubaire 10. Ouverture du larynx
4. Récessus pharyngien 11. Œsophage
5. Torus de l’élévateur (pli soulevé 12. Trachée
par l’élévateur du voile du 13. Vallécule
palais) 14. Tonsilles linguales
6. Pli recouvrant le sphincter 15. Langue
palatopharyngien 16. Arc palatoglosse (rebord de
7. Pli salpingopharyngien l’isthme du gosier)
8. Tonsille palatine 17. Cavité nasale

EN CLINIQUE :
• Le pharynx relie les tractus digestif et respiratoire. Lorsqu’un patient
est intubé, les voies aériennes inférieures sont accessibles par la cavité
orale. Une sonde d’alimentation peut être introduite dans la cavité
nasale, à travers le pharynx, et dans l’œsophage.

• Au cours des procédures de dentisterie, un filet est utilisé pour éviter


que des débris dentaires ne passent dans les voies aériennes.

• Des tonsilles pharyngiennes (végétations adénoïdes) hypertrophiées


peuvent bloquer les voies aériennes supérieures, le patient respirant
alors par la bouche.

• Lorsque la trompe auditive (d’Eustache) est obstruée, une personne


ne peut pas équilibrer la pression au sein de l’oreille moyenne.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 992.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


PHARYNX : VUE POSTÉRIEURE, OUVERTE 280

Identifiez les éléments indiqués.

1 2

15 3

14 4
5
13
6
12
7

11

10

8
PHARYNX : VUE POSTÉRIEURE, OUVERTE

1. Choanes
2. Tonsille pharyngienne
3. Torus tubaire
4. Palais mou
5. Vallécules (en avant de l’épiglotte)
6. Tonsille palatine
7. Arc palatopharyngien
8. Œsophage
9. Ouverture laryngée
10. Récessus piriforme
11. Tonsille linguale
12. Isthme du gosier
13. Pli salpingopharyngien
14. Torus de l’élévateur
15. Récessus pharyngien

EN CLINIQUE :
• Les aliments et les liquides passent de la cavité orale dans le pharynx
à travers l’isthme du gosier. Le matériel traverse ensuite le récessus
piriforme de chaque côté du larynx, puis l’œsophage. Des débris
peuvent rester bloqués dans les récessus.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 992.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


LARYNX : VUE GLOBALE 281

Identifiez les éléments indiqués.

13

1 12

11

2 10
3 4 5 9

6
8
7
LARYNX : VUE GLOBALE

1. Épiglotte
2. Os hyoïde
3. Membrane thyrohyoïdienne
4. Incisure thryroïdienne supérieure
5. Proéminence laryngée
6. Membrane cricothyroïdienne (cricovocale)
7. Arc antérieur du cartilage cricoïde
8. Œsophage
9. Muscle cricothyroïdien
10. Muscle constricteur inférieur du pharynx
11. Muscle constricteur moyen du pharynx
12. Cartilage thyroïde
13. Ligament stylohyoïdien

EN CLINIQUE :
• L’os hyoïde, l’incisure thryroïdienne supérieure, la proéminence laryngée
(« pomme d’Adam ») et l’arc antérieur du cartilage cricoïde peuvent être
palpés au niveau du cou. La membrane cricothyroïdienne (cricovocale)
est palpable sur la ligne médiane entre les cartilages thyroïde et
cricoïde. Cette membrane peut être perforée en cas d’urgence pour
accéder aux voies aériennes au-dessous des plis vocaux du larynx.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 803.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


LARYNX : CARTILAGES ET LIGAMENTS 282

Identifiez les éléments indiqués.

5
4
LARYNX : CARTILAGES ET LIGAMENTS

1. Ligament hyoépiglottique
2. Membrane thyrohyoïdienne
3. Cartilage thyroïde
4. Ligament cricotrachéal
5. Cartilage cricoïde
6. Os hyoïde

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 1001.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


LARYNX : VUE SUPÉRIEURE DES LIGAMENTS VOCAUX 283

Identifiez les éléments indiqués.

3
9 4

8
5

7 6
LARYNX : VUE SUPÉRIEURE DES LIGAMENTS VOCAUX

1. Épiglotte
2. Cartilage thyroïde
3. Membrane quadrangulaire
4. Ligament vestibulaire
5. Cartilage cunéiforme
6. Cartilage aryténoïde
7. Cartilage corniculé
8. Ligament cricothyroïdien (cricovocal)
9. Ligament vocal

EN CLINIQUE :
• Le ligament vocal constitue le bord supérieur, épaissi et libre
de la membrane cricothyroïdienne (cricovocale), et le ligament
vestibulaire constitue le bord inférieur, épaissi et libre de la membrane
quadrangulaire. Lorsqu’ils sont vus du dessus, les ligaments vocaux
sont en position plus médiale que les ligaments vestibulaires.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 1002.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


LARYNX : VUE POSTÉRIEURE 284

Identifiez les éléments indiqués dans cette vue


postérieure de la moitié antérieure du larynx et
de la trachée associée en coupe coronale.

11

10

7
4
6

5
LARYNX : VUE POSTÉRIEURE

1. Saccule laryngé
2. Partie moyenne de la cavité laryngée
3. Pli vestibulaire (muqueuse recouvrant le ligament vestibulaire)
4. Pli vocal (muqueuse recouvrant le ligament vocal)
5. Trachée
6. Arc cricoïdien
7. Espace infraglottique
8. Ventricule laryngé
9. Vestibule
10. Pli aryépiglottique
11. Épiglotte

EN CLINIQUE :
• Les ligaments vestibulaire et vocal sont insérés en avant à la face
postérieure du cartilage thyroïde près de la ligne médiane. La
perforation de la membrane cricothyroïdienne (cricovocale) dans la
ligne médiane entre le cartilage thyroïde et le cartilage cricoïde permet
d’accéder à l’espace infraglottique des voies aériennes au-dessous
du niveau des plis vocaux. Cela permet à un patient de respirer lorsque
les voies aériennes sont obstruées au-dessus du niveau des plis vocaux.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 1004.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


LARYNX : IMAGE LARYNGOSCOPISQUE 285

Identifiez les éléments indiqués dans cette vue


laryngoscopique du larynx.

9
8
2
7
3
6
5
4

14
8
1

9
7

6
3
5

10

11

12
13
LARYNX : IMAGE LARYNGOSCOPISQUE

1. Épiglotte
2. Fente vestibulaire
3. Fente glottique
4. Pli interaryténoïdien
5. Tubercule corniculé
6. Tubercule cunéiforme
7. Pli aryépiglottique
8. Pli vestibulaire
9. Pli vocal
10. Entrée du larynx
11. Vestibule
12. Récessus piriforme
13. Layngopharynx (fermé)
14. Langue

EN CLINIQUE :
• De petits objets ou des aliments peuvent accidentellement
être inhalés dans le vestibule du larynx, où ils se bloquent
et obstruent les voies aériennes au-dessus du niveau des plis
vocaux. Une manœuvre de Heimlich peut déloger ces éléments.
Dans les cas où ceux-ci ne peuvent pas être délogés, ou bien
lorsque les voies aériennes sont obstruées pour d’autres raisons,
une cricothyrotomie (perforation dans la ligne médiane du ligament
cricothyroïdien) peut être effectuée pour établir une ventilation
artificielle.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 1004.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


LARYNX : MUSCLES INTRINSÈQUES 286

Identifiez les muscles indiqués.

8
4
7

6
LARYNX : MUSCLES INTRINSÈQUES

1. Muscle aryépiglottique
2. Muscle thyroaryténoïdien
3. Muscle cricothyroïdien
4. Muscle vocal
5. Muscle cricoaryténoïdien latéral
6. Muscle cricoaryténoïdien postérieur
7. Muscle aryténoïdien transverse
8. Muscle aryténoïdien oblique

EN CLINIQUE :
• Les muscles intrinsèques du larynx participent généralement
à l’ajustement du diamètre des voies aériennes dans la cavité laryngée,
ou à l’ajustement de la tension des cordes vocales. Certains de ces
muscles ajustent la taille et la forme de la fente glottique et de la fente
vestibulaire. D’autres ajustent le diamètre du vestibule ou de l’entrée
du larynx. Les muscles cricoaryténoïdiens postérieurs « ouvrent » de
manière significative les voies aériennes. Le déficit bilatéral des muscles
intrinsèques du larynx peut entraîner la suffocation car les tissus
mous perdent en « tonicité » et se dirigent vers la ligne médiane durant
l’inspiration.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 1005-1007.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


LARYNX : NERFS 287

Identifiez les nerfs indiqués.

4
6

5
LARYNX : NERFS

1. Nerf laryngé supérieur


2. Nerf laryngé interne
3. Nerf laryngé externe
4. Nerf laryngé récurrent gauche
5. Nerf vague gauche
6. Nerf vague droit
7. Nerf laryngé récurrent droit

EN CLINIQUE :
• L’innervation du larynx est assurée par deux rameaux importants du
nerf vague : le nerf laryngé supérieur et le nerf laryngé récurrent.

• Le nerf laryngé supérieur transporte les fibres sensitives générales


(nerf laryngé interne) de la muqueuse de la cavité laryngée au-dessus
des plis vocaux, et il est moteur (nerf laryngé externe) pour le muscle
cricothyroïdien.

• Le nerf laryngé récurrent est moteur pour tous les muscles intrinsèques
du larynx, à l’exception du muscle cricothyroïdien, et il transporte
les fibres sensitives générales de la muqueuse de la cavité laryngée
au-dessous des plis vocaux.

• Le nerf laryngé récurrent gauche est une branche de division du nerf


vague gauche au niveau du médiastin supérieur dans le thorax. Le nerf
laryngé récurrent droit naît du nerf vague droit dans la racine du cou.

• Un enrouement de la voix dû à l’impossibilité de mobiliser le pli vocal


gauche ou droit dans le plan médian pour qu’il se rapproche du pli
controlatéral peut être la conséquence d’un processus pathologique du
côté gauche du médiastin supérieur, ou bien du côté droit de la racine
du cou, qui érode le nerf laryngé gauche ou droit, respectivement.

• Au cours d’une résection de la glande thyroïde, il existe un risque de


léser les nerfs laryngés récurrents.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 1012.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


CAVITÉ NASALE : SINUS PARANASAUX 288

Identifiez les sinus paranasaux et les structures en rapport.

6
7
8

10
11
CAVITÉ NASALE : SINUS PARANASAUX

1. Sinus frontaux
2. Cellules ethmoïdales
3. Lame orbitaire de l’os ethmoïde
4. Sinus maxillaires
5. Racines des molaires supérieures postérieures
6. Sinus frontal
7. Cornet nasal supérieur
8. Glande pituitaire (ou hypophyse)
9. Sinus sphénoïdal
10. Cornet nasal inférieur
11. Cornet nasal moyen

EN CLINIQUE :
• Les sinus paranasaux sont recouverts par un épithélium respiratoire
sécrétant du mucus. Normalement, les sinus se drainent dans les
cavités nasales.

• La sinusite est une infection des sinus.

• Les sinus maxillaires sont en rapport avec les racines des molaires
supérieures postérieures. Les abcès affectant ces dents peuvent s’éroder
dans les sinus en rapport. L’extraction de ces molaires peut engendrer
une communication entre la cavité orale et les sinus maxillaires en
rapport – une fistule « oronasale ».

• Le sinus sphénoïdal et sa paroi osseuse séparent la cavité nasale de la


glande pituitaire. Cette dernière peut être abordée chirurgicalement
à travers la cavité nasale et le sinus sphénoïdal.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 1018 et 1019.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


CAVITÉ NASALE : SEPTUM NASAL 289

Identifiez les parties du septum nasal indiquées.

6
5

2
4

3
CAVITÉ NASALE : SEPTUM NASAL

1. Lame perpendiculaire de l’os ethmoïde


2. Vomer
3. Crête nasale des os maxillaire et palatin
4. Crête incisive de l’os maxillaire
5. Cartilage septal
6. Os nasal

EN CLINIQUE :
• Le septum nasal est constitué dans le plan sagittal médian d’os et de
cartilage. Il sépare les cavités nasales droite et gauche l’une de l’autre.
Chez certaines personnes, le septum nasal peut « dévier » de la ligne
médiane, une cavité nasale étant alors plus étroite que l’autre.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 1020.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


CAVITÉ NASALE : PAROI LATÉRALE, OS 290

Identifiez les éléments indiqués.

1 2 3 4

11

10

9
5

6
8
7
CAVITÉ NASALE : PAROI LATÉRALE, OS

1. Processus frontal de l’os maxillaire


2. Os lacrymal
3. Cornet nasal supérieur de l’os ethmoïde
4. Cornet nasal moyen de l’os ethmoïde
5. Lame perpendiculaire de l’os palatin
6. Lame ptérygoïdienne médiale de l’os sphénoïde
7. Cornet nasal inférieur
8. Cartilage alaire accessoire
9. Grand cartilage alaire
10. Processus latéral du cartilage septal
11. Os nasal

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 1022.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


CAVITÉ NASALE : PAROI LATÉRALE,
MUQUEUSE ET OUVERTURES 291

Identifiez les éléments indiqués.

1
2

5
6
7

8
CAVITÉ NASALE : PAROI LATÉRALE, MUQUEUSE ET OUVERTURES

1. Cornet nasal supérieur


2. Cornet nasal moyen
3. Ouverture de la trompe auditive
4. Cornet nasal inférieur
5. Ouvertures des cellules ethmoïdales moyennes dans la bulle ethmoïdale
6. Ouvertures des cellules ethmoïdales postérieures dans la paroi latérale
du méat supérieur
7. Ouverture du sinus sphénoïdal dans le récessus sphéno-ethmoïdal
8. Ouverture du conduit lacrymonasal
9. Ouverture du sinus maxillaire dans le plancher du hiatus semilunaire

EN CLINIQUE :
• Tous les sinus paranasaux se drainent dans les cavités nasales,
de même que les conduits lacrymonasaux depuis les orbites.

• L’ouverture du sinus maxillaire est située près du sommet du sinus.


C’est pourquoi le drainage de ce sinus est le plus difficile de tous les
sinus. Lorsque des problèmes surviennent et que le sinus ne se draine
pas efficacement, une ouverture artificielle peut être créée en perçant
un trou dans la paroi latérale de la cavité nasale et dans le sinus près
de sa base.

• Il est possible d’accéder à l’ouverture de la trompe auditive en faisant


passer un instrument par la narine et à travers le plancher de la cavité
nasale en direction de la paroi latérale du nasopharynx.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 1023.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


CAVITÉ NASALE : ARTÈRES 292

Identifiez les artères et les éléments en rapport indiqués.

1 12
11
2
3
4
5
10

15

9 7 14
8 13
CAVITÉ NASALE : ARTÈRES

1. Artère ethmoïdale antérieure


2. Cornet nasal moyen
3. Artère ethmoïdale postérieure
4. Cornet nasal supérieur
5. Artère sphénopalatine
6. Branches nasales postérieures latérales de l’artère sphénopalatine
7. Cornet nasal inférieur
8. Artère grande palatine
9. Branche alaire de l’artère nasale latérale
10. Artère nasale externe, branche de l’artère ethmoïdale antérieure
11. Branche septale de l’artère ethmoïdale postérieure
12. Branche septale de l’artère ethmoïdale antérieure
13. Branche septale de l’artère nasale, issue de l’artère labiale supérieure
14. Partie terminale de l’artère grande palatine
15. Branche septale postérieure de l’artère sphénopalatine

EN CLINIQUE :
• Les vaisseaux qui irriguent les cavités nasales forment entre eux des
anastomoses très développées. Cela est particulièrement évident dans
la région antérieure de la paroi médiale où il existe des anastomoses
entre les branches des artères grande palatine, sphénopalatine, labiale
supérieure, et ethmoïdale antérieure, et où les vaisseaux sont assez
étroitement au contact de la surface. Cette zone est le principal site
de « saignements de nez » ou épistaxis.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 1026.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


CAVITÉ NASALE : NERFS 293

Identifiez les nerfs indiqués.

2 1

3
4

7
CAVITÉ NASALE : NERFS

1. Nerf olfactif (I)


2. Nerf ethmoïdal antérieur (rameau du V1)
3. Rameau nasal interne du nerf infraorbitaire (rameau du V2)
4. Rameau nasal du nerf alvéolaire antérieur et supérieur (rameau du V2)
5. Nerfs nasaux latéraux postérieurs et supérieurs (rameaux du V2)
6. Nerfs nasaux latéraux postérieurs et inférieurs (rameaux du V2)
7. Nerf nasopalatin (rameau du V2)
8. Rameau septal du nerf ethmoïdal antérieur (rameau du V1)

EN CLINIQUE :
• L’innervation sensitive générale de la muqueuse de la cavité nasale
provient de multiples rameaux de V1 et V2. Lors d’une intervention
sur les parois de la cavité nasale, il est important d’appliquer
un anesthésique local sur une zone étendue.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 1028.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


CAVITÉ ORALE : VUE GLOBALE 294

Identifiez les éléments indiqués.

4
8

7
CAVITÉ ORALE : VUE GLOBALE

1. Palais osseux (dur)


2. Palais mou
3. Luette (uvule palatine)
4. Arc palatopharyngien
5. Arc palatoglosse
6. Tonsille palatine
7. Partie orale de la langue (deux tiers antérieurs)
8. Paroi postérieure de l’oropharynx

EN CLINIQUE :
• L’isthme du gosier (ouverture entre la cavité orale et l’oropharynx)
a comme limites latérales les arcs palatoglosses, et inférieures la
langue.

• Une tonsille palatine peut être observée de chaque côté de l’oropharynx


entre les arcs palatoglosse et palatopharyngien.

• Le fait de toucher l’oropharynx peut déclencher un réflexe vélopalatin


(la voie afférente du réflexe vélopalatin est constituée par le nerf
crânien IX ; la voie efférente, par le X).

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 1041.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


CAVITÉ ORALE : PLANCHER 295

Identifiez les muscles indiqués.

1
3
CAVITÉ ORALE : PLANCHER

1. Muscle génioglosse
2. Muscle mylohyoïdien
3. Muscle hyoglosse

EN CLINIQUE :
• Les muscles mylohyoïdiens forment ensemble un diaphragme
musculaire qui définit la limite inférieure du plancher de la cavité orale.
Chez un patient, les muscles peuvent être palpés avec deux doigts – un
doigt placé à l’intérieur de la cavité orale sur la langue, et l’autre placé
à l’extérieur en dedans de la mandibule du même côté.

• Les muscles génioglosse et hyoglosse sont les muscles intrinsèques


de la langue. La fonction du muscle génioglosse est utilisée pour tester
le nerf hypoglosse. On demande à un patient de tirer la langue. S’il
existe un déficit d’un côté du nerf hypoglosse, l’apex de la langue sera
dévié du côté où le nerf est affecté.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 1045.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


CAVITÉ ORALE : LANGUE 296

Identifiez les régions et muscles indiqués.

1 2

6 5
CAVITÉ ORALE : LANGUE

1. Deux tiers antérieurs (partie orale) de la langue


2. Muscle palatoglosse
3. Muscle styloglosse
4. Tiers postérieur (partie pharyngienne) de la langue
5. Muscle hyoglosse
6. Muscle génioglosse

EN CLINIQUE :
• Tous les muscles de la langue (intrinsèques et extrinsèques) sont
innervés par le nerf hypoglosse (XII), à l’exception du muscle
palatoglosse, qui est innervé par le nerf vague (X) par le plexus
pharyngien. Le nerf hypoglosse peut être testé cliniquement en
demandant au patient de tirer la langue. L’apex de la langue est dans
le plan médian si les nerfs sont normaux des deux côtés. Si le nerf a été
lésé d’un côté, l’apex de la langue est dévié du côté de la lésion.

• La sensibilité générale de la partie orale de la langue provient du


rameau lingual du nerf mandibulaire (V3). La sensibilité spéciale
de la partie orale de la langue provient du nerf facial (VII), par
l’intermédiaire du nerf de la corde du tympan qui rejoint le nerf lingual
dans la fosse infratemporale.

• La sensibilité générale et spéciale de la partie pharyngienne


de la langue provient du nerf glossopharyngien (IX).

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 1042.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


CAVITÉ ORALE : GLANDES SUBLINGUALES 297

Identifiez les structures indiquées.

1
7
2

5
4
7
1
5

3 4
CAVITÉ ORALE : GLANDES SUBLINGUALES

1. Veine linguale profonde


2. Conduit submandibulaire
3. Pli sublingual recouvrant la glande sublinguale
4. Caroncule sublinguale
5. Ouverture du conduit de la glande submandibulaire
6. Ouvertures des conduits de la glande sublinguale
7. Frein de la langue
8. Pli frangé

EN CLINIQUE :
• La muqueuse buccale à la surface de la langue et sur le plancher
de la cavité orale est « humide » et richement vascularisée. Des agents
pharmaceutiques peuvent être placés sous la langue pour être absorbés
rapidement par le système vasculaire.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 1045.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


CAVITÉ ORALE : GLANDES 298

Identifiez les structures indiquées.

7
1

5
4
2
3
CAVITÉ ORALE : GLANDES

1. Conduit submandibulaire
2. Muscle hyoglosse
3. Muscle génioglosse
4. Glande submandibulaire superficielle
5. Glande submandibulaire profonde
6. Nerf lingual
7. Glande sublinguale

EN CLINIQUE :
• La glande sublinguale et l’ouverture du conduit submandibulaire
peuvent être visualisées dans le plancher de la cavité orale lorsque
la bouche est ouverte.

• Le conduit submandibulaire peut être obstrué, ce qui engendre


de la douleur, en particulier avec la mobilisation de la langue
ou la stimulation de la salive.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 1045.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


CAVITÉ ORALE : NERFS DES GLANDES SALIVAIRES 299

Identifiez les structures indiquées.

2
1

1 2

5
CAVITÉ ORALE : NERFS DES GLANDES SALIVAIRES

1. Nerf lingual
2. Nerf de la corde du tympan
3. Ganglion submandibulaire
4. Nerf hypoglosse
5. Artère linguale

EN CLINIQUE :
• Toutes les glandes situées sous le niveau de la fente orale sont
innervées par le nerf facial (VII) par l’intermédiaire du nerf de la corde
du tympan, qui rejoint le nerf lingual dans la fosse infratemporale.
Les fibres parasympathiques préganglionnaires du nerf de la corde
du tympan rejoignent le nerf lingual et font synapse dans le ganglion
submandibulaire dans le plancher de la cavité orale. Les fibres
parasympathiques postganglionnaires passent directement dans les
glandes adjacentes ou sont véhiculées à des glandes cibles par des
rameaux du nerf lingual. Les fibres du goût des deux tiers antérieurs
de la langue sont aussi transportées dans le nerf de la corde du tympan.
Une lésion du nerf lingual en position proximale par rapport à l’endroit
où il est rejoint par le nerf de la corde du tympan n’a pas les mêmes
conséquences qu’une lésion en position distale par rapport à ce site.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 1040 et 1047.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


CAVITÉ ORALE : PALAIS MOU (VUE GLOBALE) 300

Identifiez les structures indiquées.

1 2
3

10

9 8
6
7
CAVITÉ ORALE : PALAIS MOU (VUE GLOBALE)

1. Muscle tenseur du voile du palais


2. Lame médiale du processus ptérygoïde de l’os sphénoïde
3. Trompe auditive
4. Muscle élévateur du voile du palais
5. Muscle uvulaire
6. Muscle palatopharyngien
7. Tonsille palatine
8. Aponévrose palatine
9. Muscle palatoglosse
10. Hamulus ptérygoïdien

EN CLINIQUE :
• Le palais mou peut s’élever pour fermer l’isthme pharyngien entre
l’oropharynx et le nasopharynx, ou bien s’abaisser pour faciliter la
fermeture de l’isthme du gosier entre la cavité orale et l’oropharynx.

• Tous les muscles du palais sont innervés par le nerf vague (X) par
l’intermédiaire du rameau pharyngien destiné au plexus pharyngien,
à l’exception du tenseur du voile du palais qui est innervé par le nerf
mandibulaire (V3). Le seul muscle qui élève le palais au-dessus de la
position neutre est l’élévateur du voile du palais. Cliniquement, il est
possible d’utiliser la fonction de l’élévateur du voile du palais pour
tester le rameau pharyngien du nerf vague. On demande au patient
de dire « ah », ce qui entraîne l’élévation du palais mou. Si le muscle
fonctionne normalement des deux côtés, le palais s’élève sur la ligne
médiane. Si un côté ne fonctionne pas bien, le palais dévie alors du côté
déficitaire.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 1051.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


CAVITÉ ORALE : PALAIS, ARTÈRES ET NERFS 301

Identifiez les artères et les nerfs indiqués.

6 2

5 3

4
CAVITÉ ORALE : PALAIS, ARTÈRES ET NERFS

1. Nerf nasopalatin
2. Nerf grand palatin
3. Nerf petit palatin
4. Branches de l’artère palatine ascendante de l’artère faciale, et branche
palatine de l’artère pharyngienne ascendante
5. Artère petite palatine
6. Artère grande palatine

EN CLINIQUE :
• Tous les muscles du palais mou sont innervés par le rameau
pharyngien du nerf vague (X) par l’intermédiaire du plexus pharyngien,
à l’exception de l’élévateur du voile du palais qui est innervé par le nerf
mandibulaire (V3).

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 1052.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


CAVITÉ ORALE : DENTS 302

Identifiez les structures indiquées.

1
2
2
3
3

4 4

4 4

3 3
2 2
1

4
1 2 3

6
CAVITÉ ORALE : DENTS

1. Incisive
2. Canine
3. Prémolaire
4. Molaire
5. Sinus maxillaire
6. Canal mandibulaire

EN CLINIQUE :
• Les racines des molaires supérieures sont en rapport avec le sinus
maxillaire situé au-dessus. L’extraction de ces dents peut entraîner
la formation de fistules oronasales (connexions entre la cavité orale
et le sinus maxillaire).

• Les racines des molaires inférieures sont en rapport avec le canal


mandibulaire, qui contient le nerf et l’artère alvéolaires inférieurs.
Dans certains cas, les racines se moulent en crochet autour du canal.
Lors de l’extraction de ces dents, il existe un risque de léser le nerf
alvéolaire inférieur.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 1056.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


COU : TRIANGLES 303

Identifiez les triangles du cou et les éléments


en rapport avec leurs limites.

2
6

5
3

4
COU : TRIANGLES

1. Muscle sternocléidomastoïdien
2. Triangle postérieur
3. Muscle trapèze
4. Clavicule
5. Triangle antérieur
6. Bord inférieur de la mandibule

EN CLINIQUE :
• Les limites du triangle antérieur sont le bord antérieur du muscle
sternocléidomastoïdien, le bord inférieur de la mandibule et la ligne
médiane du cou. Les limites du triangle postérieur sont le bord
postérieur du muscle sternocléidomastoïdien, le bord antérieur
du muscle trapèze et le tiers moyen de la clavicule.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 948.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


COU : FASCIA 304

Identifiez les compartiments et les fascias du cou.

8 1

2
6

5 3

4
COU : FASCIA

1. Compartiment viscéral
2. Compartiment vasculaire
3. Compartiment vertébral
4. Lame prévertébrale
5. Lame périphérique
6. Gaine carotidienne
7. Fascia superficiel
8. Lame prétrachéale

EN CLINIQUE :
• Le cou contient une série de compartiments fasciaux. Ceux-ci sont tous
situés en profondeur de la lame périphérique du fascia, qui constitue la
couche externe du fascia profond entourant le cou. Ces compartiments
sont importants sur le plan clinique car une infection tend à se diffuser
à l’intérieur de ces compartiments ou à l’intérieur des espaces entre les
lames. Par exemple, si une infection survient dans l’espace prétrachéal
entre la lame prétrachéale et la lame périphérique la recouvrant, qui est
en rapport avec les muscles infrahyoïdiens, elle peut s’étendre vers le
bas jusqu’au médiastin supérieur.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 949.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


COU : VEINES SUPERFICIELLES 305

Identifiez les veines superficielles du cou indiquées.

14
13 1

12 2

11 3

4
10

9 5

8 6
7
COU : VEINES SUPERFICIELLES

1. Veine maxillaire
2. Veine rétromandibulaire
3. Veine faciale commune
4. Veine jugulaire interne
5. Arc veineux
6. Veine cervicale transverse
7. Veine suprascapulaire
8. Veine jugulaire externe postérieure
9. Veine jugulaire externe
10. Veines jugulaires antérieures
11. Veine occipitale
12. Veine auriculaire postérieure
13. Veine faciale
14. Veine temporale superficielle

EN CLINIQUE :
• La veine jugulaire externe est formée en arrière de l’angle de la
mandibule, par la réunion de la veine auriculaire postérieure et la
division postérieure de la veine rétromandibulaire. Une fois formée,
la veine jugulaire externe descend tout droit dans le cou dans le fascia
superficiel, en position superficielle tout au long de son trajet par
rapport au muscle sternocléidomastoïdien, qu’elle croise en diagonale.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 951.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


COU : TRIANGLE ANTÉRIEUR,
MUSCLES INFRAHYOÏDIENS 306

Identifiez les structures indiquées.

9 1
2

8 3

7
6
4
5
COU : TRIANGLE ANTÉRIEUR, MUSCLES INFRAHYOÏDIENS

1. Veine jugulaire interne


2. Muscle thyrohyoïdien
3. Artère carotide commune
4. Muscle sternothyroïdien
5. Muscle sternohyoïdien
6. Cartilage cricoïde
7. Muscle omohyoïdien
8. Cartilage thyroïde
9. Os hyoïde

EN CLINIQUE :
• Les quatre muscles infrahyoïdiens sont dans le triangle musculaire. Ils
attachent l’os hyoïde aux structures inférieures et sont abaisseurs de
l’os hyoïde. Ils créent aussi un point d’insertion stable pour les muscles
suprahyoïdiens.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 957.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


COU : TRIANGLE ANTÉRIEUR, SYSTÈME CAROTIDIEN 307

Identifiez les artères indiquées.

1
11 2

5
6

10

9
8 7
COU : TRIANGLE ANTÉRIEUR, SYSTÈME CAROTIDIEN

1. Artère maxillaire
2. Artère temporale superficielle
3. Artère auriculaire postérieure
4. Artère occipitale
5. Artère carotide interne
6. Artère pharyngienne ascendante
7. Artère carotide commune
8. Artère thyroïdienne supérieure
9. Artère carotide externe
10. Artère linguale
11. Artère faciale

EN CLINIQUE :
• Près du bord supérieur du cartilage thyroïde, chaque artère carotide
commune se divise en deux branches terminales : les artères carotides
externe et interne. Au niveau de la bifurcation, l’artère carotide
commune et la portion initiale de l’artère carotide interne sont dilatées.
Cette dilatation est le sinus carotidien contenant des récepteurs qui
régulent la pression artérielle et sont innervés par un rameau du nerf
glossopharyngien (IX). Un autre groupe de récepteurs dans la zone
de la bifurcation est responsable de la détection des modifications
chimiques et du contenu en oxygène du sang. Cette structure
est le glomus carotidien qui est innervé par des rameaux des nerfs
glossopharyngien (IX) et vague (X).

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 959.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


COU : TRIANGLE ANTÉRIEUR,
NERF GLOSSOPHARYNGIEN 308

Identifiez les structures indiquées.

2
1

6
COU : TRIANGLE ANTÉRIEUR, NERF GLOSSOPHARYNGIEN

1. Muscle stylopharyngien
2. Nerf glossopharyngien (IX)
3. Veine jugulaire interne
4. Rameau pharyngien
5. Rameau du sinus carotidien
6. Artère carotide externe
7. Muscle hyoglosse

EN CLINIQUE :
• En traversant la zone du triangle antérieur du cou,
le nerf glossopharyngien (IX) innerve le muscle stylopharyngien,
envoie un rameau au sinus carotidien, et donne des rameaux sensitifs
pour le pharynx.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 962.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


COU : TRIANGLE ANTÉRIEUR, NERF VAGUE 309

Identifiez les structures indiquées.

1 4
3
2

6
5
COU : TRIANGLE ANTÉRIEUR, NERF VAGUE

1. Rameau pharyngien
2. Ganglion inférieur
3. Veine jugulaire interne
4. Nerf vague (X)
5. Artère carotide externe
6. Rameau du glomus carotidien
7. Rameau cardiaque
8. Nerfs laryngés interne et externe (rameaux du nerf laryngé supérieur)

EN CLINIQUE :
• Les rameaux issus du nerf vague (X) au cours de son trajet dans le
triangle antérieur du cou comprennent un rameau moteur pour le
pharynx, un rameau pour le glomus carotidien, le nerf laryngé supérieur
(qui se divise en rameaux externe et interne) et, parfois, un rameau
cardiaque.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 962.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


COU : TRIANGLE ANTÉRIEUR, NERF HYPOGLOSSE
ET ANSE CERVICALE 310

Identifiez les structures et les nerfs indiqués.

11

1
2

10
9
4

8
7
6 5
COU : TRIANGLE ANTÉRIEUR, NERF HYPOGLOSSE
ET ANSE CERVICALE

1. C1
2. C2
3. C3
4. Racine inférieure de l’anse cervicale
5. Muscle omohyoïdien (ventre inférieur)
6. Muscle sternothyroïdien
7. Muscle sternohyoïdien
8. Racine supérieure de l’anse cervicale
9. Muscle omohyoïdien (ventre supérieur)
10. Muscle thyrohyoïdien
11. Nerf hypoglosse (XII)

EN CLINIQUE :
• Le nerf hypoglosse (XII), qui innerve la langue, ne donne pas de rameau
au cours de son passage dans le triangle antérieur du cou.

• L’anse cervicale est une boucle de fibres nerveuses issues des nerfs
cervicaux C1 à C3 qui innervent les muscles du triangle antérieur
du cou. La racine supérieure est issue de C1 et innerve le muscle
thyrohyoïdien, le ventre supérieur du muscle omohyoïdien ainsi que
la partie supérieure des muscles sternohyoïdien et sternothyroïdien.
La racine inférieure est issue de C2 et C3, et innerve le ventre inférieur
du muscle omohyoïdien, et les parties inférieures des muscles
sternohyoïdien et sternothyroïdien.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 964.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


COU : TRIANGLE ANTÉRIEUR, VUE THYROÏDIENNE
ANTÉRIEURE 311

Identifiez les vaisseaux et les nerfs associés


à la glande thyroïde indiqués.

10 1

2
9

7 3

6 5
COU : TRIANGLE ANTÉRIEUR, VUE THYROÏDIENNE ANTÉRIEURE

1. Artère et veine thyroïdiennes supérieures


2. Veine thyroïdienne moyenne
3. Tronc thyrocervical
4. Nerf vague gauche
5. Nerf laryngé récurrent gauche
6. Veines thyroïdiennes inférieures
7. Nerf vague droit
8. Nerf laryngé récurrent droit
9. Artère thyroïdienne inférieure
10. Muscle thyrohyoïdien

EN CLINIQUE :
• La glande thyroïde se développe à partir d’une petite région de
tissu située près de la base de la langue. Ce tissu descend avec le
développement du canal thyréoglosse, depuis la partie postérieure
de la langue. Il continue vers le bas, passant devant le milieu de l’os
hyoïde, jusqu’à sa position définitive à la face antérieure de la trachée
à la racine du cou. Bien que du tissu thyroïdien puisse être retrouvé le
long de ce trajet, il est plus courant de retrouver des kystes du canal
thyréoglosse en position médiane de la voie de migration.

Figure extraite de Gray’s Atlas of Anatomy, p. 965.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


COU : TRIANGLE ANTÉRIEUR, VUE THYROÏDIENNE
POSTÉRIEURE 312

Identifiez les structures indiquées dans cette vue postérieure


de la glande thryroïde.

7
2

5
COU : TRIANGLE ANTÉRIEUR, VUE THYROÏDIENNE
POSTÉRIEURE

1. Glande parathyroïde supérieure


2. Glande parathyroïde inférieure
3. Tronc thyrocervical
4. Nerf laryngé récurrent droit
5. Nerf laryngé récurrent gauche
6. Artère subclavière gauche
7. Artère thyroïdienne inférieure
8. Artère thyroïdienne supérieure

EN CLINIQUE :
• Une thyroïdectomie est une technique chirurgicale relativement
commune, qui correspond à une excision totale ou partielle de la glande
thyroïde. Du fait de la position de cette dernière, il existe des risques
de lésion des autres structures au cours de ce geste. Cela peut
concerner les glandes parathyroïdes, les nerfs laryngés récurrents
et le tronc sympathique.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 966.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


COU : TRIANGLE POSTÉRIEUR, MUSCLES 313

Identifiez les muscles et les structures en rapport avec le triangle


postérieur du cou indiqués.

10

3
9
8
4

7
5

6
COU : TRIANGLE POSTÉRIEUR, MUSCLES

1. Muscle splénius capitis (de la tête)


2. Muscle élévateur de la scapula
3. Muscle scalène postérieur
4. Muscle trapèze
5. Acromion de la scapula
6. Chef inférieur du muscle omohyoïdien
7. Clavicule
8. Muscle scalène moyen
9. Muscle scalène antérieur
10. Muscle sternocléidomastoïdien

EN CLINIQUE :
• Le toit du triangle postérieur est formé par une lame périphérique
du fascia cervical qui entoure les muscles sternocléidomastoïdien
et trapèze.

• Le plancher du triangle postérieur est couvert par la lame prévertébrale


du fascia cervical. Il est constitué de haut en bas par les muscles
splénius capitis (de la tête), élévateur de la scapula, et scalènes
postérieur, moyen et antérieur.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 971.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


COU : TRIANGLE POSTÉRIEUR, NERFS 314

Identifiez les nerfs du triangle postérieur du cou indiqués.

4
COU : TRIANGLE POSTÉRIEUR, NERFS

1. Nerf petit occipital


2. Nerf grand auriculaire
3. Nerf accessoire (XI)
4. Nerfs supraclaviculaires
5. Nerf cervical transverse

EN CLINIQUE :
• Plusieurs nerfs passent à travers ou dans le triangle postérieur. Ce sont
le nerf accessoire (XI), des rameaux du plexus cervical, les troncs qui
vont constituer le plexus brachial, et des rameaux du plexus brachial.
Du fait de la position superficielle de ces nerfs, ils peuvent être lésés.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 973.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


BASE DU COU 315

Identifiez les artères, les veines et les nerfs liés


au triangle postérieur du cou.

1
11
10
9 2

8 3
4
7

6 5
BASE DU COU

1. Nerf phrénique
2. Artère cervicale transverse
3. Plexus brachial
4. Artère suprascapulaire
5. Veine subclavière
6. Veine jugulaire externe
7. Tronc thyrocervical
8. Artère thyroïdienne inférieure
9. Nerf vague (X)
10. Artère carotide commune
11. Veine jugulaire interne

EN CLINIQUE :
• Des cathéters de gros calibre peuvent être insérés dans les veines
centrales (voie veineuse centrale) volumineuses pour l’administration
de grandes quantités de liquides ou de médicaments qui nécessitent
une dilution rapide. Cela doit être entrepris avec précaution à la racine
du cou pour éviter de blesser les structures environnantes. La mauvaise
insertion dans la veine subclavière peut ponctionner la plèvre cervicale,
ce qui engendre un pneumothorax, et un geste mal effectué au niveau
de la veine jugulaire interne peut provoquer un hématome localisé
et léser l’artère carotide.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 972.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


BASE DU COU : ARTÈRES 316

Identifiez les artères de la base du cou indiquées.

13

12

11 2

3
10
4
9
5

8
7
BASE DU COU : ARTÈRES

1. Artère vertébrale
2. Artère cervicale ascendante
3. Artère cervicale transverse
4. Artère suprascapulaire
5. Artère subclavière gauche
6. Artère thoracique interne
7. Artère carotide commune gauche
8. Artère subclavière droite
9. Tronc thyrocervical
10. Tronc costocervical
11. Artère intercostale suprême
12. Artère cervicale profonde
13. Artère thyroïdienne inférieure

EN CLINIQUE :
• Chaque artère subclavière est divisée en trois parties par le muscle
scalène antérieur. La première partie s’étend de l’origine de l’artère
jusqu’au muscle scalène antérieur. La deuxième partie est la portion
de l’artère située en arrière du muscle scalène antérieur. La troisième
partie est la portion située latéralement par rapport au muscle scalène
antérieur, avant que l’artère n’atteigne le bord latéral de la 1re côte.
Toutes les branches des artères subclavières (artère vertébrale, tronc
thyrocervical, artère thoracique interne et tronc costocervical) naissent
de la première partie de l’artère, à l’exception du tronc costocervical
du côté droit qui naît de la deuxième partie.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 975.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


BASE DU COU : LYMPHATIQUES 317

Identifiez les structures indiquées.

5 4

6 3
7
7
11 8
8
9 4
10
14
14 12
13
5
BASE DU COU : LYMPHATIQUES

1. Œsophage
2. Trachée
3. Veine jugulaire interne gauche
4. Veine subclavière gauche
5. Conduit thoracique
6. Veine jugulaire interne droite
7. Tronc jugulaire
8. Tronc subclavier
9. Veine subclavière droite
10. Canal lymphatique droit
11. Veine brachiocéphalique droite
12. Veine brachiocéphalique gauche
13. Veine cave supérieure
14. Tronc bronchomédiastinal

EN CLINIQUE :
• Le conduit thoracique se termine en s’abouchant dans la confluence
entre la veine jugulaire interne gauche et la veine subclavière gauche.
Près de cette jonction avec le système veineux, il reçoit le tronc
jugulaire gauche, qui draine le liquide lymphatique du côté gauche
de la tête et du cou, et le tronc subclavier gauche, qui draine la lymphe
du membre supérieur gauche. Le tronc bronchomédiastinal gauche,
qui draine la lymphe des structures de l’hémithorax gauche, pénètre
habituellement directement dans la veine subclavière gauche, mais peut
parfois pénétrer dans le conduit thoracique. Il existe une confluence
des troncs lymphatiques similaire du côté droit.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 982.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


SECTION 9 : ANATOMIE DE SURFACE

318. Anatomie de surface du dos


319. Terminaison de la moelle spinale : ponction lombaire
320. Repères squelettiques thoraciques
321. Auscultation des valves cardiaques
322. Auscultation des poumons – 1
323. Auscultation des poumons – 2
324. Douleur projetée : cœur
325. Hernie inguinale – 1
326. Hernie inguinale – 2
327. Hernie inguinale – 3
328. Douleur abdominale projetée
329. Périnée chez la femme
330. Périnée chez l’homme
331. Site d’injection glutéal
332. Anatomie de surface du trigone fémoral
333. Fosse poplitée
334. Canal tarsien
335. Pouls du membre inférieur
336. Pouls du membre supérieur
337. Pouls de la tête et du cou
This page intentionally left blank
ANATOMIE DE SURFACE DU DOS 318

Identifiez les repères osseux indiqués.

1
2

3
4

10
ANATOMIE DE SURFACE DU DOS

1. Protubérance occipitale externe


2. Processus épineux de CII
3. Processus épineux de CVII
4. Processus épineux de TI
5. Processus épineux de TIII
6. Processus épineux de TVII
7. Processus épineux de TXII
8. Processus épineux de LIV
9. Processus épineux de SII
10. Sommet du coccyx

EN CLINIQUE :
• Les processus épineux sont utilisés comme des repères pour évaluer la
position approximative des structures en profondeur du dos, du thorax
et de l’abdomen.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 114.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


TERMINAISON DE LA MOELLE SPINALE :
PONCTION LOMBAIRE 319

Identifiez les éléments indiqués.

2
TERMINAISON DE LA MOELLE SPINALE :
PONCTION LOMBAIRE

1. Terminaison de la moelle spinale (normalement entre les vertèbres


LI et LII)
2. Terminaison de l’espace subarachnoïdien (normalement au niveau
de SII)

EN CLINIQUE :
• Chez la plupart des adultes, il est possible d’accéder à l’espace
subarachnoïdien dans la région lombale inférieure avec peu de risque
de léser la moelle spinale.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 115–116.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


REPÈRES SQUELETTIQUES THORACIQUES 320

Identifiez les éléments indiqués.

7
1
2

II
3
III

IV
4

V
5
VI

VII

VIII
IX
6
REPÈRES SQUELETTIQUES THORACIQUES

1. Incisure jugulaire/incisure suprasternale


2. Manubrium sternal
3. Angle sternal
4. Corps du sternum
5. Processus xiphoïde
6. Rebord costal
7. Clavicule

EN CLINIQUE :
• L’angle sternal est un repère important pour compter les côtes.
La 2e côte s’articule avec l’angle.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 225.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


AUSCULTATION DES VALVES CARDIAQUES 321

Quelles valves cardiaques peuvent-elles être entendues


à chacun des emplacements indiqués ?

1 3

2 4
AUSCULTATION DES VALVES CARDIAQUES

1. Valve aortique
2. Valve tricuspide
3. Valve pulmonaire
4. Valve mitrale

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 229.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


AUSCULTATION DES POUMONS – 1 322

Quelles parties des poumons peuvent-elles être entendues


à chacun des emplacements indiqués ?

1 2

3 4
AUSCULTATION DES POUMONS – 1

1. Apex du poumon droit


2. Lobe supérieur du poumon gauche
3. Lobe moyen du poumon droit
4. Lobe inférieur du poumon droit

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 232.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


AUSCULTATION DES POUMONS – 2 323

Quelles parties des poumons peuvent-elles être entendues


à chacun des emplacements indiqués ?

3
AUSCULTATION DES POUMONS – 2

1. Apex du poumon gauche


2. Lobe supérieur du poumon gauche
3. Lobe inférieur du poumon gauche

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 232.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


DOULEUR PROJETÉE : CŒUR 324

Quels types de nerfs sont-ils indiqués dans cette figure ?

T2
T3
T4

T1
DOULEUR PROJETÉE : CŒUR

1. Sensitifs somatiques
2. Sensitifs viscéraux

EN CLINIQUE :
• Cette figure montre comment la douleur provoquée par le cœur est
projetée au thorax et au membre supérieur du côté gauche. Les influx
douloureux viscéraux en provenance du cœur pénètrent dans la moelle
spinale principalement entre les niveaux spinaux T2 à T4. Ces fibres font
synapse avec des interneurones dans la moelle, qui reçoivent aussi des
influx des nerfs somatiques sensitifs de la peau qui pénètrent dans les
mêmes niveaux spinaux. Le système nerveux central interprète l’influx
issu du cœur comme provenant de la peau.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 236.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


HERNIE INGUINALE – 1 325

De quel type d’hernie inguinale s’agit-il dans cette figure ?

Vaisseaux épigastriques inférieurs

Fascia extrapéritonéal Anneau inguinal profond

Péritoine pariétal

Tendon conjoint

Anneau inguinal superficiel

Sac péritonéal

Testicule
HERNIE INGUINALE – 1

Il s’agit d’une hernie inguinale indirecte.


EN CLINIQUE :
• Une hernie inguinale indirecte a le même le contenu que le cordon
spermatique par l’intermédiaire de l’anneau inguinal profond (interne)
et du canal inguinal. Le collet de l’hernie est situé latéralement
par rapport aux vaisseaux épigastriques inférieurs.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 288.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


HERNIE INGUINALE – 2 326

De quel type d’hernie inguinale s’agit-il dans cette figure ?

Vaisseaux épigastriques inférieurs


Anneau inguinal profond

Fascia
Péritoine pariétal extrapéritonéal

Tendon conjoint

Anneau inguinal superficiel


Bombement
péritonéal

Testicule
HERNIE INGUINALE – 2

Il s’agit d’une hernie inguinale directe.


EN CLINIQUE :
• Une hernie inguinale directe se développe vers l’avant, à travers une
zone de faiblesse de la paroi postérieure (tendon conjoint) du canal
inguinal, immédiatement en arrière de l’anneau inguinal superficiel
(externe). À cet endroit, le collet de la hernie est situé en dedans des
vaisseaux épigastriques inférieurs.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 289.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


HERNIE INGUINALE – 3 327

De quel type d’hernie inguinale s’agit-il dans cette figure ?

Vaisseaux épigastriques
inférieurs

*
Médial Latéral

Canal Vaisseaux Vaisseaux


déférent iliaques externes Testiculaires
HERNIE INGUINALE – 3

Il s’agit d’une hernie inguinale directe.


EN CLINIQUE :
• Une hernie inguinale directe se développe vers l’avant, à travers une
zone de faiblesse de la paroi postérieure (tendon conjoint) du canal
inguinal, immédiatement en arrière de l’anneau inguinal superficiel
(externe). À cet endroit, le collet de la hernie est situé en dedans des
vaisseaux épigastriques inférieurs.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 290.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


DOULEUR ABDOMINALE PROJETÉE 328

La douleur provenant de quelles parties du système gastro-


intestinal est-elle projetée vers les régions indiquées ? Quelles
parties du système gastro-intestinal sont à l’origine de douleurs
projetées vers les régions indiquées ?

3
DOULEUR ABDOMINALE PROJETÉE

1. Intestin antérieur
2. Intestin moyen
3. Intestin postérieur

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 389.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


PÉRINÉE CHEZ LA FEMME 329

Identifiez les éléments indiqués.

1
4

6
5
A 3

8 7

14 9

10
11
13
12
B
PÉRINÉE CHEZ LA FEMME

1. Symphyse pubienne
2. Tubérosité ischiatique
3. Coccyx
4. Triangle urogénital
5. Triangle anal
6. Orifice anal
7. Gland du clitoris
8. Prépuce du clitoris
9. Orifice urétral
10. Ouverture vaginale
11. Hymen
12. Fourchette
13. Orifice du conduit de la glande vestibulaire majeure
14. Orifice du conduit de la glande para-urétrale

EN CLINIQUE :
• La symphyse pubienne, les tubérosités ischiatiques et le coccyx
peuvent facilement être palpés chez une patiente. Une ligne imaginaire
entre les tubérosités ischiatiques divise le périnée en forme de losange
en un triangle urogénital antérieur et un triangle anal postérieur.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 487.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


PÉRINÉE CHEZ L’HOMME 330

Identifiez les éléments indiqués.

3
4
7

8
9
12 10
11
PÉRINÉE CHEZ L’HOMME

1. Symphyse pubienne
2. Gland du pénis
3. Raphé
4. Scrotum
5. Orifice anal
6. Coccyx
7. Tubérosité ischiatique
8. Couronne du gland
9. Prépuce
10. Orifice urétral externe
11. Frein du gland
12. Col du gland

EN CLINIQUE :
• La symphyse pubienne, les tubérosités ischiatiques et le coccyx
peuvent facilement être palpés chez un patient. Une ligne imaginaire
entre les tubérosités ischiatiques divise le périnée en forme de losange
en un triangle urogénital antérieur et un triangle anal postérieur.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 488.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


SITE D’INJECTION GLUTÉAL 331

Identifiez les structures indiquées.

2
SITE D’INJECTION GLUTÉAL

1. Tubérosité ischiatique
2. Nerf sciatique
3. Site de l’injection sans danger
4. Point le plus haut de la crête iliaque

EN CLINIQUE :
• La région glutéale peut être divisée en quadrants par deux lignes
tracées à partir des repères osseux. Une ligne descend verticalement
à partir du point le plus élevé de la crête iliaque. L’autre ligne,
horizontale, croise la première à mi-chemin entre le point le plus élevé
de la crête iliaque et le plan horizontal au niveau de la tubérosité
ischiatique. Les injections doivent être pratiquées dans la partie
antérieure du quadrant supérolatéral pour éviter de blesser le nerf
sciatique et les autres structures de cette région.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 629.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


ANATOMIE DE SURFACE DU TRIGONE FÉMORAL 332

Identifiez les structures indiquées.

2
10

3
9 4
8 5

7 6
ANATOMIE DE SURFACE DU TRIGONE FÉMORAL

1. Épine iliaque antérosupérieure


2. Ligament inguinal
3. Bord médial du muscle sartorius
4. Nerf fémoral
5. Artère fémorale
6. Veine fémorale
7. Bord médial du muscle long adducteur
8. Symphyse pubienne
9. Tubercule du pubis
10. Lymphatiques passant dans le canal fémoral

EN CLINIQUE :
• Le pouls de l’artère fémorale peut être perçu à mi-chemin entre
la symphyse pubienne et l’épine iliaque antérosupérieure, juste
en dessous du ligament inguinal.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 630.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


FOSSE POPLITÉE 333

Identifiez les structures indiquées.

12
1

2
3

4
11
5

10
6

9
8
FOSSE POPLITÉE

1. Muscle semimembraneux
2. Veine poplitée
3. Artère poplitée
4. Nerf tibial
5. Tendon semitendineux
6. Chef médial du muscle gastrocnémien
7. Petite veine saphène pénétrant dans le fascia profond
8. Petite veine saphène
9. Chef latéral du muscle gastrocnémien
10. Tête de la fibula
11. Muscle biceps fémoral et son tendon
12. Nerf fibulaire commun

EN CLINIQUE :
• Le pouls de l’artère poplitée peut être perçu par palpation profonde
juste en dedans de la ligne médiane de la fosse poplitée.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 632.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


CANAL TARSIEN 334

Identifiez les structures indiquées.

2
3
1 4
5
6

7
CANAL TARSIEN

1. Malléole médiale
2. Tendon du muscle tibial postérieur
3. Tendon du muscle long fléchisseur des orteils
4. Tendon du muscle long fléchisseur de l’hallux
5. Artère tibiale postérieure
6. Nerf tibial
7. Calcanéus

EN CLINIQUE :
• Le pouls de l’artère tibiale postérieure peut être perçu environ
à mi-chemin entre la malléole médiale et le talon.

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 633.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


POULS DU MEMBRE INFÉRIEUR 335

Quels pouls artériels peuvent être palpés


aux endroits indiqués ?

1 2

3 4
POULS DU MEMBRE INFÉRIEUR

1. Pouls fémoral
2. Pouls poplité
3. Pouls tibial postérieur
4. Pouls pédieux

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 637.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


POULS DU MEMBRE SUPÉRIEUR 336

Quels pouls artériels peuvent être palpés


aux endroits indiqués ?

6 1

2
5

4
POULS DU MEMBRE SUPÉRIEUR

1. Pouls brachial
2. Pouls brachial
3. Pouls ulnaire
4. Pouls radial
5. Pouls radial
6. Pouls axillaire

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 785.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


POULS DE LA TÊTE ET DU COU 337

Quels pouls artériels peuvent être palpés


aux endroits indiqués ?

4 1

3 2
POULS DE LA TÊTE ET DU COU

1. Pouls temporal (branche antérieure de l’artère temporale superficielle)


2. Pouls facial
3. Pouls carotidien
4. Pouls temporal (artère temporale superficielle)

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 1070.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


SECTION 10 : SYSTÈMES

338. Cerveau : vue latérale


339. Cerveau : vue sagittale
340. Cerveau : nerfs crâniens à la base du cerveau
341. Moelle spinale
342. Nerf spinal
343. Système sympathique : cœur
344. Système sympathique : appareil gastro-intestinal
345. Système parasympathique
346. Système nerveux entérique
347. Ganglions parasympathiques
348. Système nerveux autonome pelvien
This page intentionally left blank
CERVEAU : VUE LATÉRALE 338

Identifiez les parties du cerveau indiquées


dans cette vue latérale.

5
6
7
CERVEAU : VUE LATÉRALE

1. Lobe frontal
2. Lobe pariétal
3. Lobe occipital
4. Lobe temporal
5. Cervelet
6. Pont
7. Moelle allongée

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 836.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


CERVEAU : VUE SAGITTALE 339

Identifiez les parties du cerveau indiquées


dans cette coupe sagittale.

5
2

3 4
6
CERVEAU : VUE SAGITTALE

1. Thalamus
2. Hypothalamus
3. Cerveau moyen
4. Pont
5. Cervelet
6. Moelle allongée

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 836.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


CERVEAU : NERFS CRÂNIENS À LA BASE DU CERVEAU 340

Identifiez les nerfs crâniens indiqués dans cette


vue inférieure du cerveau.

12 2

3
4
11
5
10
6
9
7
8
CERVEAU : NERFS CRÂNIENS À LA BASE DU CERVEAU

1. Bulbe olfactif (le nerf olfactif [I] est relié à cette structure)
2. Nerf optique (II)
3. Nerf oculomoteur (III)
4. Nerf trochléaire (IV)
5. Nerf trijumeau (V)
6. Nerf abducens (VI)
7. Nerf hypoglosse (XII)
8. Nerf accessoire (XI)
9. Nerf vague (X)
10. Nerf glossopharyngien (IX)
11. Nerf vestibulocochléaire (VIII)
12. Nerf facial (VII)

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 851.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


MOELLE SPINALE 341

Identifiez les nerfs spinaux indiqués.

2
3

5
MOELLE SPINALE

1. C1
2. C8
3. T1
4. S1
5. Co

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 109.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


NERF SPINAL 342

Identifiez les composantes en lien avec la formation


et le territoire de distribution d’un nerf spinal indiquées.

9
1

2
7
6
10

4
5

9
NERF SPINAL

1. Racine postérieure
2. Ganglion spinal
3. Rameau antérieur
4. Radicelles antérieures
5. Fibre nerveuse somatique motrice
6. Rameau postérieur
7. Nerf spinal
8. Racine antérieure
9. Fibre nerveuse somatique sensitive
10. Radicelles postérieures

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 107.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


SYSTÈME SYMPATHIQUE : CŒUR 343

Identifiez les structures qui participent à l’innervation


sympathique du cœur indiquées.

1
4 2

4 3
4 5

6 4 7
SYSTÈME SYMPATHIQUE : CŒUR

1. Tronc sympathique
2. Moelle spinale cervicale
3. Rameau communicant gris
4. Nerfs cardiaques sympathiques
5. Nerfs spinaux T1 à T4
6. Plexus cardiaque
7. Rameau communicant blanc

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 46.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


SYSTÈME SYMPATHIQUE :
APPAREIL GASTROINTESTINAL 344

Identifiez les structures qui participent à l’innervation


sympathique des organes abdominaux et pelviens indiquées.

6
7

14
1

11

12
5

8
15

2
9 3
13

10
SYSTÈME SYMPATHIQUE : APPAREIL GASTROINTESTINAL

1. Nerfs spinaux T9 et T10


2. Rameau communicant blanc
3. Troncs sympathiques paravertébraux
4. Organes abdominaux et pelviens
5. Nerf splanchnique lombal
6. Nerf grand splanchnique
7. Nerfs spinaux T5 à T9
8. Rameau communicant gris
9. Plexus et ganglions prévertébraux
10. Nerfs splanchniques sacraux
11. Nerf splanchnique imus (inférieur)
12. Nerf spinal T12
13. Aorte abdominale
14. Nerf petit splanchnique
15. Nerfs spinaux L1 et L2

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 47.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


SYSTÈME PARASYMPATHIQUE 345

Identifiez les composantes de la partie parasympathique


du système nerveux périphérique indiquées.

8 1
7

9 2

3 6

4
SYSTÈME PARASYMPATHIQUE

1. Ganglion ciliaire
2. Ganglion otique
3. Nerf vague (X)
4. Nerfs splanchniques pelviens issus des nerfs spinaux S2 à S4
5. Nerf oculomoteur (III)
6. Ganglion submandibulaire
7. Nerf facial (VII)
8. Ganglion ptérygopalatin
9. Nerf glossopharyngien (IX)

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 48.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


SYSTÈME NERVEUX ENTÉRIQUE 346

Identifiez les structures liées au système nerveux


entérique indiquées.

4
6

5
SYSTÈME NERVEUX ENTÉRIQUE

1. Mésentère
2. Péritoine
3. Plexus myoentérique
4. Plexus sous-muqueux
5. Sous-muqueuse
6. Muscle sous-muqueux
7. Couche musculaire circulaire
8. Couche musculaire longitudinale

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 347.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


GANGLIONS PARASYMPATHIQUES 347

Identifiez les structures en lien avec l’innervation


parasympathique de la tête indiquées.

1 2
3
4 6
5

V2
7

11
9

10
GANGLIONS PARASYMPATHIQUES

1. Ganglion ciliaire
2. Nerf ophtalmique (V1)
3. Nerf oculomoteur (III)
4. Nerf trijumeau (V)
5. Nerf mandibulaire (V3)
6. Nerf facial (VII)
7. Nerf vague (X)
8. Nerf glossopharyngien (IX)
9. Ganglion otique
10. Ganglion submandibulaire
11. Ganglion ptérygopalatin

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 807.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


SYSTÈME NERVEUX AUTONOME PELVIEN 348

Identifiez les structures en lien avec l’innervation


parasympathique et sympathique des structures
pelviennes indiquées.

1 2

5
SYSTÈME NERVEUX AUTONOME PELVIEN

1. Fibres sympathiques descendant du haut


2. Fibres parasympathiques pelviennes ascendantes
3. Plexus hypogastrique supérieur
4. Nerf hypogastrique
5. Plexus hypogastrique inférieur
6. Nerfs splanchniques pelviens (fibres parasympathiques de S2 à S4)
7. Nerfs splanchniques sacraux (fibres sympathiques descendant du haut
dans le tronc sympathique)

Figure extraite de Gray’s Anatomie pour les étudiants, 2e édition, p. 469.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


SECTION 11 : QUESTIONS CLINIQUES

349. Questions cliniques : dos


350. Questions cliniques : thorax
351. Questions cliniques : abdomen
352. Questions cliniques : pelvis et périnée
353. Questions cliniques : membre inférieur
354. Questions cliniques : membre supérieur
355. Questions cliniques : tête et cou
This page intentionally left blank
QUESTIONS CLINIQUES : DOS

1. Quelles vertèbres font-elles le plus l’objet de luxation des facettes


articulaires ?
2. Quelles structures peuvent-elles être transpercées lorsqu’on réalise
une ponction lombaire dans le plan médian ?
RÉPONSES AUX QUESTIONS CLINIQUES : DOS

1. Les vertèbres cervicales. Les facettes des vertèbres cervicales sont en


position relativement plus horizontale que dans les régions thoracique
et lombale.
2. La peau, les tissus sous-cutanés ainsi que les ligaments supraépineux
et interépineux. Le bout de l’aiguille pénètre dans la graisse extradurale
(épidurale), puis transperce la dure-mère et l’arachnoïde avant de
pénétrer dans l’espace subarachnoïdien. Si l’aiguille dévie de la ligne
médiane, les ligaments jaunes peuvent être transpercés.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


QUESTIONS CLINIQUES : THORAX

1. Un patient se présente avec une infection de type zona située


latéralement par rapport à la ligne médiane au niveau de l’ombilic.
Quel nerf spinal est-il affecté ?
2. Un patient a un mélanome malin près du sommet de la scapula.
Quels nœuds lymphatiques sont-ils susceptibles d’être affectés ?
3. Un chylothorax est survenu après la mise en place d’une voie centrale.
Pourquoi ?
4. Un patient a absorbé une solution barytée pour une évaluation de
l’œsophage. Une échancrure excessive en avant du tiers inférieur de
l’œsophage a été mise en évidence. De quelle structure s’agit-il ?
5. Pourquoi la trachée et les bronches ne s’affaissent-elles pas durant
l’inspiration ?
RÉPONSES AUX QUESTIONS CLINIQUES : THORAX

1. T10.
2. Les lymphatiques de cette région se drainent classiquement dans le
groupe de nœuds lymphatiques axillaires. Cependant, la lésion est près
d’une zone « frontière » et peut se drainer dans les nœuds axillaires du côté
opposé (controlatéral). De plus, le drainage lymphatique peut s’étendre
vers le bas aux nœuds de la partie inférieure de l’abdomen et de la région
inguinale. Les tumeurs cutanées situées sur le dos sont dangereuses !
3. Cet incident est très rare, et ne devrait pas dissuader de poser un
cathéter veineux, lequel peut permettre de sauver la vie. Sur le
plan anatomique, le conduit thoracique se termine à l’angle situé
entre les veines jugulaire interne et subclavière. La pose d’une voie
veineuse centrale peut non seulement déchirer ce conduit, mais aussi
ponctionner la plèvre pariétale, le contenu du conduit se drainant alors
dans celle-ci et entraînant un chylothorax.
4. Le tiers inférieur de l’œsophage est directement en contact avec la paroi
postérieure de l’atrium gauche. Une dilatation de l’atrium gauche
(au cours d’une maladie cardiaque) peut faire dévier l’œsophage ; cela
n’entraîne que rarement des problèmes œsophagiens importants.
5. Les bronches principales contiennent des bandes de cartilage en
forme d’anneaux, lesquelles conservent leur forme tout au long du
cycle respiratoire. La trachée est une structure en forme de U, qui est
également maintenue par du cartilage. En arrière, le cartilage est
insuffisant.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


QUESTIONS CLINIQUES : ABDOMEN

1. Quel type d’hernie un jeune garçon est-il susceptible de présenter ?


2. Décrivez quelles couches un chirurgien coupe lorsqu’il pratique une
incision à mi-chemin entre l’ombilic et l’épine iliaque antérosupérieure
pour la résection de l’appendice.
3. Un jeune homme reçoit un coup au niveau des testicules. Où peut-il
percevoir la douleur ?
4. Quelles parties de l’intestin sont-elles susceptibles de subir
une « torsion » ?
5. Un chirurgien réalise une vagotomie pour diminuer les sécrétions
gastriques. Où une vagotomie est-elle le plus souvent pratiquée
dans l’abdomen ?
6. Un patient présente une zone ischémique du gros intestin. À quel
endroit cela se produit-il le plus fréquemment ?
7. Quels types de techniques d’imagerie peuvent-ils être utilisés pour
visualiser l’arbre biliaire ?
8. À quel endroit dans le pancréas une tumeur peut-elle le plus
probablement provoquer une obstruction biliaire ?
9. Un patient présente une rupture de la rate. Où peut-il percevoir
la douleur ?
10. Indiquez trois méthodes courantes de visualisation des reins.
11. Décrivez le trajet de l’uretère sur une radiographie abdominale
sans préparation.
RÉPONSES AUX QUESTIONS CLINIQUES : ABDOMEN

1. Un jeune garçon est susceptible de présenter une hernie indirecte, car


celle-ci suit la même voie que la descente des testicules de l’abdomen
dans le scrotum au cours du développement.
2. Une incision typique par la voie de McBurney correspond à une entaille
oblique (à 45 degrés) à mi-chemin entre l’ombilic et l’épine iliaque
antérosupérieure. La peau et la graisse sont incisées pour atteindre le
muscle oblique externe. Ce muscle est divisé dans le sens de ses fibres.
En profondeur de cette structure se trouve le muscle oblique interne.
Ce muscle est divisé dans le sens de ses fibres. La couche suivante est
constituée par le muscle transverse de l’abdomen. En profondeur de cette
structure se trouvent le fascia transversalis, le fascia extrapéritonéal et le
péritoine. Une fois que l’on se trouve à l’intérieur de la cavité péritonéale,
il est possible de localiser l’appendice et de le réséquer.
3. La douleur au niveau des testicules est projetée dans une zone
paraombilicale non spécifique, du fait de l’innervation sensitive
viscérale assurée par le nerf spinal T10. Au cours du développement,
les testicules descendent de la paroi abdominale postérieure et reçoivent
leur innervation sensitive viscérale du niveau spinal T10.
4. Un volvulus correspond à une torsion d’une anse intestinale qui
nécessite habituellement que l’intestin ait un certain degré de liberté
(c’est-à-dire un mésentère). L’importance du volvulus est liée au fait que
la torsion peut être excessive et réduire la vascularisation artérielle de
cet organe, empêchant le retour veineux, et entraînant l’ischémie et la
nécrose de ce segment intestinal. Font typiquement l’objet d’un volvulus
le côlon sigmoïde, la région iléocæcale, l’intestin grêle et l’estomac.
Un mésentère suspend toutes ces structures.
5. Une vagotomie est le plus souvent pratiquée en sectionnant les troncs
vagues à l’endroit où ils pénètrent dans l’abdomen par le hiatus
œsophagien.
6. Une ischémie du gros intestin affecte le plus souvent l’angle colique
(splénique), qui est situé au niveau de la ligne de partage entre l’artère
mésentérique supérieure et l’artère mésentérique inférieure.

(Suite)

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


RÉPONSES AUX QUESTIONS CLINIQUES :
ABDOMEN (SUITE)

7. L’échographie est habituellement la technique de première intention


utilisée pour l’évaluation des canaux biliaires intra- et extrahépatiques,
y compris la vésicule biliaire. Elle constitue l’examen de choix pour
l’évaluation des calculs biliaires. La tomodensitométrie (TDM) et
l’imagerie par résonance magnétique (IRM) permettent aussi de
visualiser l’arbre biliaire intra- et extrahépatique, mais elles sont moins
sensibles pour la détection des calculs biliaires. La cholangiographie
intraveineuse est rarement employée ; cependant, la ponction-injection
directe à l’aiguille de l’arbre biliaire (cholangiographie transhépatique
percutanée) et la cholangiopancréatographie rétrograde par voie
endoscopique (CPRE) sont utilisées en routine. L’imagerie de médecine
nucléaire est classiquement utilisée pour évaluer la fonction de l’arbre
biliaire.
8. Les tumeurs situées dans la région de la tête et du col du pancréas
peuvent provoquer une obstruction biliaire. En général, ce n’est pas le
cas des tumeurs situées dans le corps et la queue du pancréas, et elles
sont souvent diagnostiquées tardivement.
9. Une rupture de la rate peut engendrer une douleur localisée du côté
gauche ; cependant, une irritation du diaphragme et une stimulation
du nerf phrénique (C3, C4, C5) peuvent aussi entraîner une douleur
projetée au sommet de l’épaule.
10. L’échographie, l’urographie intraveineuse et l’imagerie axiale (TDM et
IRM) sont utilisées pour visualiser les reins.
11. Le trajet de l’uretère suit typiquement une ligne verticale qui se dirige
près de l’extrémité des processus transverses des vertèbres lombales.
Au niveau de l’articulation sacro-iliaque, il tourne en direction médiale
vers la base de la vessie. C’est important car 90 % des calculs sont
radio-opaques et peuvent être mis en évidence sur une radiographie
abdominale sans préparation.
Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
QUESTIONS CLINIQUES : PELVIS ET PÉRINÉE

1. Quelles sont les parties les plus larges et les plus étroites de l’urètre
chez l’homme ?
2. Au cours d’une cystoscopie, quel est l’endroit le plus susceptible d’être
lésé au moment de l’insertion du cystoscope dans l’urètre ?
3. Le traitement par injection des hémorroïdes est indolore. Pourquoi ?
4. Au cours d’une hystérosalpingographie, du produit de contraste pénètre
dans la cavité utérine et les trompes utérines et se déverse dans le
périnée. Est-ce normal ?
5. Chez une patiente adulte porteuse d’un cancer du corps de l’utérus,
pourquoi les nœuds lymphatiques inguinaux sont-ils palpables ?
RÉPONSES AUX QUESTIONS CLINIQUES :
PELVIS ET PÉRINÉE

1. La partie la plus large est l’urètre prostatique. Les parties les plus étroites
sont le méat urétral externe et la partie membraneuse de l’urètre, située
en position proximale par rapport à l’urètre bulbaire (spongieux).
2. Au niveau de la membrane du périnée, l’urètre se courbe d’environ
90 degrés ; cela intervient à la jonction de la membrane et de l’urètre
bulbaire (spongieux). Si cette courbe n’est pas négociée de manière
appropriée, le cystoscope peut perforer la partie spongieuse de l’urètre
juste au-dessous de la membrane du périnée.
3. Une injection sclérosante pour oblitérer les hémorroïdes doit être
réalisée au-dessus du pecten du pubis, qui est innervé par des fibres
viscérales afférentes qui ne transportent pas des fibres de la douleur.
Il convient d’éviter d’effectuer une injection au-dessous du pecten
du pubis, car cela provoquera une douleur excessive et une irritation
chez le patient.
4. Oui. Les trompes utérines s’ouvrent normalement dans la cavité
péritonéale.
5. Classiquement, l’utérus se draine dans le groupe des nœuds
lymphatiques iliaques internes, préaortiques et para-aortiques.
Cependant, l’utérus est soutenu par le ligament rond de l’utérus,
auquel sont également associés des vaisseaux lymphatiques. Ces
derniers s’anastomosent avec les vaisseaux lymphatiques de l’utérus
et traversent le canal inguinal pour rejoindre les nœuds lymphatiques
inguinaux.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


QUESTIONS CLINIQUES : MEMBRE INFÉRIEUR

1. Pourquoi une fracture de la ligne intertrochantérique ne provoque-t-elle


pas une ischémie de la tête fémorale ?
2. Un patient se présente aux urgences avec une fracture du col du fémur.
L’examen révèle que le membre paraît raccourci et en rotation externe.
Pourquoi ?
3. Un patient a un cancer du gland du pénis. À quel endroit palperiez-vous
les nœuds lymphatiques ?
4. Après l’éveinage (stripping) chez un patient de la grande veine saphène,
celui-ci ressent une douleur et des paresthésies à la face médiale de la
partie inférieure de la jambe. Pourquoi ?
5. Un garçon de 10 ans ressent une douleur au genou. Le médecin
examine les hanches aussi bien que les genoux. Pourquoi ?
6. Un homme de 20 ans ressent une douleur au genou. Les radiographies
des deux genoux mettent en évidence des fractures apparentes sur les
faces supérolatérales des deux patellas. Pouvez-vous l’expliquer ?
7. Un jeune homme à un œdème non pulsatile de la taille d’un œuf sur la
face médiale de la fosse poplitée. À quoi peut correspondre cette masse ?
8. À quels examens radiologiques auriez-vous recours pour évaluer une
thrombose veineuse profonde ?
9. Un patient a subi un traumatisme par éversion forcée de la cheville.
Quel ligament a-t-il probablement été étiré ?
RÉPONSES AUX QUESTIONS CLINIQUES :
MEMBRE INFÉRIEUR

1. La vascularisation sanguine de la tête fémorale est assurée par des


vaisseaux qui cheminent dans le col fémoral (vaisseaux rétinaculaires)
et, à un moindre degré, par des vaisseaux intramédullaires
et le ligament rond. Une fracture de la ligne intertrochantérique
n’endommage aucun de ces vaisseaux, et il est donc peu probable que
se produise une ischémie (et une nécrose avasculaire).
2. L’effet de raccourcissement du membre inférieur est dû à l’action
musculaire sans résistance des muscles jumeaux et droit de la cuisse.
La rotation externe est due à l’action musculaire sans résistance
des muscles iliopsoas et adducteurs de la cuisse.
3. Le drainage lymphatique du gland du pénis se fait dans les
lymphatiques inguinaux superficiels des deux côtés.
4. Au-dessus de la malléole médiale et en position antéromédiale,
la grande veine saphène est située au voisinage du nerf saphène.
Ce nerf peut être lésé durant une procédure d’éveinage, comme
cela a été le cas ici.
5. La douleur provoquée par l’articulation de la hanche est souvent
projetée au genou. L’innervation de la hanche est assurée par le nerf
fémoral, le nerf obturateur et, parfois, le nerf glutéal supérieur. Le
genou a une innervation correspondante similaire. Il s’agit là d’un
exemple de douleur somatique d’une région projetée dans une autre
zone somatique.
6. Il s’agit d’une variante anatomique normale, appelée os sésamoïde.
Ce terme est utilisé pour désigner des patellas bipartites congénitales,
à ne pas confondre avec une fracture.
7. Le diagnostic le plus probable est un kyste poplité. Classiquement,
il s’agit d’une bourse synoviale gonflée qui communique avec la
capsule articulaire et se situe entre le chef médial du tendon du muscle
gastrocnémien et le tendon du muscle semimembraneux.
8. Une échographie Doppler en mode duplex, une veinographie directe,
et une veinographie par IRM (examen très coûteux) peuvent être
utilisées pour évaluer une thrombose veineuse profonde.
9. Le ligament deltoïde (ligament collatéral médial de l’articulation
talocrurale) est étiré.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


QUESTIONS CLINIQUES : MEMBRE SUPÉRIEUR

1. Une côte cervicale peut comprimer les faces inférieures du plexus


brachial. À quel endroit une réduction de la masse musculaire
intervient-elle surtout ?
2. Le nerf axillaire a été lésé après une injection dans le muscle deltoïde.
À quel endroit l’injection a-t-elle probablement été faite pour provoquer
cette lésion ?
3. Une patiente a développé un cancer du sein en profondeur du mamelon.
D’après vous, quels nœuds lymphatiques sont-ils affectés ?
4. Pour quelle raison la partie médiale de la clavicule apparaît-elle élevée
quand cet os est fracturé à mi-diaphyse ?
5. Un patient a des fourmillements dans l’auriculaire et la face ulnaire
de l’annulaire lors de la flexion du bras. Est-ce important selon vous ?
6. Classez par ordre d’importance les trois principaux nerfs du membre
supérieur nécessaires pour écrire.
7. Un patient présente des 4e et 5e doigts en griffe, une atrophie des
muscles hypothénariens, et une impossibilité d’effectuer une abduction
et une adduction des doigts. Quel nerf est-il affecté ?
RÉPONSES AUX QUESTIONS CLINIQUES :
MEMBRE SUPÉRIEUR

1. Dans la main. Le tronc inférieur du plexus brachial est typiquement


affecté par la pression exercée par une côte cervicale. Ce tronc est formé
par les rameaux antérieurs des nerfs spinaux C8 et T1. Ainsi, la perte
de masse musculaire est habituellement manifeste du fait de l’atrophie
des muscles intrinsèques. Cela peut surtout être observé en raison
de la gouttière excessive entre les métacarpiens en raison de l’atrophie
des muscles dorsaux interosseux (il peut aussi exister des modifications
de la sensibilité à la face médiale de l’avant-bras).
2. L’injection a probablement été effectuée au-dessous et en arrière
du point médian de l’acromion, dans la région du col chirurgical
de l’humérus.
3. Classiquement, le drainage lymphatique du mamelon et de la région
aréolaire s’effectue dans la fosse axillaire, les nœuds lymphatiques
de la fosse axillaire, et les nœuds parasternaux et médiastinaux.
Les lymphatiques peuvent aussi transporter des cellules métastatiques
aux nœuds associés au sein du côté opposé.
4. Le tiers médial est surélevé du fait de la traction du chef claviculaire
du muscle sternocléidomastoïdien. Typiquement, le tiers latéral est
abaissé, en partie du fait de la gravité et de la traction exercée par le
muscle grand pectoral.
5. Lorsque le bras est fléchi, le nerf médian et le nerf radial ne sont
pas sous tension. Cependant, le nerf ulnaire est tendu autour de
l’épicondyle médial et, de plus, les symptômes sont typiquement
retrouvés dans le territoire de distribution du nerf ulnaire. Le patient
a subi une décompression chirurgicale du canal ulnaire.
6. Le nerf médian est important pour maintenir la pince de préhension
permettant de tenir un stylo. Le nerf ulnaire est nécessaire pour le
contrôle fin de l’écriture car il innerve les muscles intrinsèques
de la main. Le nerf radial est le moins important car il n’innerve
qu’une petite zone cutanée sur le dos de la main.
7. Le nerf ulnaire est affecté.

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


QUESTIONS CLINIQUES : TÊTE ET COU

1. Après un accouchement au forceps difficile, une paralysie du nerf facial


a été diagnostiquée chez un nouveau-né. Pouvez-vous l’expliquer ?
2. Un patient a une tumeur en expansion de la glande pituitaire. Quels
examens d’imagerie peuvent-ils la mettre en évidence ?
3. Quelles conséquences cliniques une lésion du tegmen tympani peut-elle
entraîner ?
4. Suite à une fracture du crâne, un patient a présenté une anosmie
(perte de l’odorat). Quel os est-il probablement fracturé ?
5. Un patient a développé une infection du scalp. Dans quelle couche
du scalp cette infection peut-elle s’étendre ?
6. Pourquoi une tuméfaction de la glande parotide est-elle si douloureuse ?
7. Où situeriez-vous l’ouverture du conduit parotidien pour réaliser une
sialographie parotidienne ?
8. Donnez deux causes possibles d’une chute de la paupière supérieure
(ptosis).
9. Un patient ne peut pas mobiliser son œil gauche latéralement dans le
plan horizontal. Quel nerf est-il probablement affecté ?
10. À l’inspection de l’oropharynx, un patient présente une masse dans
le tiers postérieur de la langue sur la ligne médiane. Il l’a depuis sa
naissance. De quoi peut-il s’agir ?
11. Après l’extraction d’une dent de sagesse, un patient présente un
engourdissement de la langue et un goût inhabituel. Pourquoi ?
12. Pour quelle raison les patients toussent-ils et parfois vomissent-ils
lorsque la membrane tympanique est examinée avec un otoscope ?
RÉPONSES AUX QUESTIONS CLINIQUES : TÊTE ET COU

1. La paralysie du nerf facial est probablement due à la compression


du nerf facial par les forceps à l’endroit où il quitte le foramen
stylomastoïdien dans le processus mastoïde de l’os temporal.
Habituellement, le processus mastoïde ne produit pas de cellules
aériques avant l’âge de trois ans. Comme ce processus est relativement
petit, le nerf facial est exposé aux lésions.
2. Une radiographie du crâne latérale standard, une TDM du cerveau et
une IRM mettront en évidence cette tumeur. Les ultrasons ne peuvent
pas pénétrer dans la voûte crânienne et ne sont que de peu d’utilité
(sauf chez les nouveau-nés, chez qui ce type de tumeur est rare).
L’imagerie nucléaire peut permettre d’évaluer les aspects fonctionnels,
mais elle est rarement utilisée pour déterminer l’anatomie.
3. Le tegmen tympani est une lame osseuse extrêmement fine qui sépare
la cavité crânienne de la cavité de l’oreille moyenne. Une lésion de cette
structure peut faciliter le passage de bactéries de l’oreille moyenne vers
la cavité crânienne et les méninges. Cela peut entraîner la formation
d’un abcès ou d’une méningite.
4. La lame criblée. Les nerfs olfactifs traversent la lame criblée depuis
la cavité nasale jusqu’à la cavité crânienne, et toute fracture de cette
structure peut rompre les fibres, provoquant une perte de l’odorat.
5. Dans la couche de tissu conjonctif lâche entre la couche aponévrotique
(aponévrose épicrânienne) et le péricrâne (périoste externe des os
crâniens).
6. La lame périphérique profonde de fascia cervical se divise pour recouvrir
la glande parotide. Lorsque la glande parotide devient inflammatoire,
elle gonfle. Or, dans un espace fermé, la pression augmente, et, avec le
mouvement de la mâchoire, c’est ce qui produit une douleur si intense.
7. Le conduit parotidien s’ouvre dans la muqueuse buccale près de la
deuxième molaire supérieure. Le fait de verser du jus de citron sur la
langue va stimuler la sécrétion de la glande, ce qui permettra d’identifier
l’ouverture du conduit.
(Suite)

Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


RÉPONSES AUX QUESTIONS CLINIQUES :
TÊTE ET COU (SUITE)

8. La perte de l’innervation sympathique du muscle tarsal supérieur


(muscle lisse) entraîne un ptosis partiel. Un ptosis partiel représente
l’un des signes du syndrome de Claude Bernard-Horner. La perte de
l’innervation du muscle releveur de la paupière supérieure par le nerf
oculomoteur (III) entraîne un ptosis complet.
9. Le nerf abducens (VI) qui innerve le muscle droit latéral.
10. Il s’agit d’une affection congénitale. La glande thyroïde se développe
depuis le plancher du pharynx embryonnaire dans la région de la
langue en développement. Initialement, la glande se développe en tant
que diverticule thyroïdien qui est relié à la langue en développement
par le canal thyréoglosse. Normalement, au cours du développement, la
glande thyroïde descend dans le cou, le canal thyréoglosse disparaît, et
l’ouverture du canal au niveau de la langue devient le foramen cæcum
de la langue (trou borgne de la langue). Malheureusement, chez ce
patient, la séquence des événements ne s’est pas déroulée normalement
et du tissu thyroïdien n’a pas pu migrer.
11. Parfois, l’extraction d’une dent de sagesse peut léser le nerf lingual
à l’endroit où il passe au-dessus de la face médiale de la mandibule
près de la dernière molaire. Une lésion du nerf lingual peut affecter
l’innervation sensitive des deux tiers antérieurs (du côté des dents) de la
langue (fibres issues du nerf de la corde du tympan). De plus, une lésion
de cette structure peut aussi affecter le volume et le type de sécrétions
des glandes submandibulaire et sublinguale, ce qui peut donner des
sensations de goût inhabituel dans la partie de la langue non dénervée.
12. La raison en est que la stimulation du méat acoustique externe peut
amorcer l’arc réflexe vagal. Des parties du méat acoustique externe sont
innervées par des fibres sensitives transportées par le nerf vague. Une
stimulation de ces fibres sensitives peut donc engendrer l’arc réflexe
vagal qui entraîne toux et vomissement.
Copyright 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.