Vous êtes sur la page 1sur 3

CAA de NANCY, 1ère chambre, 25/03/2021,

20NC01834, Inédit au recueil Lebon


CAA de NANCY - 1ère chambre

 N° 20NC01834
 Inédit au recueil Lebon

Lecture du jeudi 25 mars 2021


Président
M. WURTZ
Rapporteur
M. Jean-François GOUJON-FISCHER
Rapporteur public
M. FAVRET
Avocat(s)
SCP MATUCHANSKY - POUPOT - VALDELIEVRE
Texte intégral

RÉPUBLIQUE FRANCAISE
AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Vu la procédure suivante :

Procédure contentieuse antérieure :


M. B... A... a demandé au tribunal administratif de Strasbourg d'annuler les décisions
du 10 avril 2015 par lesquelles le directeur du centre hospitalier de Sarrebourg a
prononcé la résiliation de la convention d'utilisation de l'appareil d'imagerie par
résonance magnétique (IRM) conclue le 4 mai 2010 ainsi que celle de la convention
d'utilisation du scanographe signée le 13 avril 2007 ; d'ordonner au centre hospitalier
de Sarrebourg de reprendre les relations contractuelles telles que prévues à ces
deux contrats et notamment le paiement de la rétrocession prévue par ces derniers à
compter de la cessation des versements, soit le 1er mars 2015, et jusqu'au 12
octobre 2015, pour chacune des conventions ; de condamner le centre hospitalier de
Sarrebourg à lui verser une somme de 26 494,17 euros en réparation du préjudice
résultant de la décision de résiliation de la convention d'utilisation de l'appareil d'IRM
; subsidiairement, de condamner ce dernier à lui verser la même somme en
réparation du préjudice résultant de la modification unilatérale de cette convention ou
de son exécution partielle ; très subsidiairement, de condamner le centre hospitalier
de Sarrebourg à lui verser une somme de 22 408,55 euros sur le fondement de
l'enrichissement sans cause ; d'accorder les intérêts au taux légal à compter du 9
octobre 2015 et la capitalisation de ces intérêts ; de condamner le centre hospitalier
de Sarrebourg à lui verser une somme de 21 953,78 euros en réparation du
préjudice résultant de la décision de résiliation de la convention d'utilisation du
scanographe ; subsidiairement, de condamner ce dernier à lui verser la même
somme en réparation du préjudice résultant de la modification unilatérale de cette
convention ou de son exécution partielle ; très subsidiairement, de condamner le
centre hospitalier de Sarrebourg à lui verser une somme de 20 815,66 euros sur le
fondement de l'enrichissement sans cause ; d'accorder les intérêts au taux légal à
compter du 7 octobre 2015 et la capitalisation de ces intérêts ; d'annuler le titre
exécutoire n° H0039829 émis à son encontre le 27 août 2015 par le centre
hospitalier de Sarrebourg pour une somme de 293 267,41 euros et de prononcer la
décharge de cette somme ; de mettre à la charge du centre hospitalier de Sarrebourg
une somme totale de 4 800 euros au titre de l'article L. 761-1 du code de justice
administrative.

Par un jugement nos 1503237-1503322-1505932 du 17 avril 2018, le tribunal


administratif de Strasbourg a rejeté ses demandes.

Par un arrêt n° 18NC01759 du 7 mai 2019, la cour administrative d'appel de Nancy a,


sur l'appel partiel de M. A..., confirmé ce jugement et mis à la charge de A... le
versement au centre hospitalier de Sarrebourg de la somme de 500 euros au titre de
l'article L. 761-1 du code de justice administrative.

Par une décision n° 432336, 432341, 432342, 432343, 432344, 432345 du 10 juillet
2020, le Conseil d'Etat, statuant au contentieux, a annulé l'arrêt de la cour, a renvoyé
l'affaire à la cour et a mis à la charge du centre hospitalier de Sarrebourg le
versement à M. A... de la somme de 1 000 euros au titre de l'article L. 761-1 du code
de justice administrative.

Procédure devant la Cour :

Par des mémoires enregistrés, sous le n° 20NC01834, le 2 novembre 2020 et le 19


février 2021, M. A..., représentée par la SCP MatuchanskyPoupot-Valdelièvre,
demande à la cour :

1°) d'annuler le jugement du tribunal administratif de Strasbourg du 17 avril 2018 ;

2°) d'annuler le titre de perception émis le 27 août 2015 par le centre hospitalier de
Sarrebourg ;

3°) de mettre à la charge du centre hospitalier de Sarrebourg le versement d'une


somme de 4 000 euros au titre de l'article L. 7611 du code de justice administrative.

Il soutient que :
- le reversement prévu par les conventions conclues en 2007 et 2010, qui correspond
à l'un des éléments que le forfait technique rémunère, est licite dans son principe ;
- ce reversement est justifié et n'est pas manifestement disproportionné au regard de
l'ensemble des obligations contractuelles incombant au médecin ;
- en s'engageant à procéder aux reversements litigieux, l'administration n'a dès lors
consenti aucune libéralité et l'obligation de reversement n'était pas dépourvue de
cause.
Par un mémoire du 3 février 2021, le centre hospitalier de Sarrebourg, représenté
par Me C..., conclut :

1°) au rejet de la requête ;

2°) à ce qu'il soit mis à la charge de M. A... la somme de 2 000 euros au titre de
l'article L. 761-1 du code de justice administrative.

Il fait valoir que les moyens soulevés par le requérant ne sont pas fondés.

Vu les autres pièces du dossier.

Vu :
- le code général des collectivités territoriales ;
- le code de la santé publique ;
- le code de la sécurité sociale ;
- le décret n° 2012-1246 du 7 novembre 2012 ;
- l'arrêté du 30 mai 1997 modifiant la nomenclature générale des actes
professionnels des médecins, des chirurgiens-dentistes, des sages-femmes et des
auxiliaires médicaux et portant cotation des actes d'imagerie par résonance
magnétique nucléaire ;
- l'arrêté du 30 mai 1997 modifiant la nomenclature générale des actes
professionnels des médecins, des chirurgiens-dentistes, des sages-femmes et des
auxiliaires médicaux et portant cotation provisoire des actes de scanographie ;
- l'arrêté du 22 septembre 2011 portant approbation de la convention nationale des
médecins généralistes et spécialistes ;
- la décision de l'Union nationale des caisses d'assurance maladie du 11 mars 2005
modifiée, relative à la liste des actes et prestations pris en charge ou remboursés par
l'assurance maladie ;
- le code de justice administrative.

Les parties ont été régulièrement averties du jour de l'audience.

Ont été entendus au cours de l'audience publique :


- le rapport de M. Goujon-Fischer, premier conseiller,
- les conclusions de M. Favret, rapporteur public,
- les observations de Me D..., pour M. A...,
- et les observations de Me E..., pour le centre hospitalier de Sarrebourg.