Vous êtes sur la page 1sur 38

DUCLOCHER Isabelle,

Elève ingénieur de 5ème année.

MISE EN PLACE DE PROCEDURES DE


MISSIONS
D’ASSISTANCE A LA MAITRISE
D’OUVRAGE
AU SEIN D’UN BUREAU D’ETUDE

RAPPORT FINAL
PROJET DE FIN D’ETUDE – GENIE CIVIL

Tuteur INSA : M. Jean Michel HOTTIER


Professeur agrégé de Génie Civil (ENS Cachan)
Tuteur en Entreprise : M. Daniel PILAT
Ingénieur INSA Lyon – Gérant du BET GLI
PROJET DE FIN D’ETUDE _ SPECIALITE GENIE CIVIL RAPPORT FINAL

TABLE DES MATIERES

INTRODUCTION ....................................................................................................................................................................... 3

LEXIQUE DES ABREVIATIONS ................................................................................................................................................ 4

PARTIE I - LE CADRE DU PFE ............................................................................................................................................... 5


1. LE BUREAU D’ETUDE GL INGENIERIE .................................................................................. 5
1.1. ETAT DES LIEUX DE L’EXISTANT ................................................................................................................ 5
1.1.1. Le bureau d’étude ......................................................................................................................... 5
1.1.1.1. Les agences............................................................................................... 5
1.1.1.2. Les équipes ............................................................................................... 5
1.1.1.3. Les compétences et savoir-faire de GL Ingénierie .................................. 6
1.1.1.4. Les qualifications OPQIBI n°94 06 1047 ................................................. 8
1.1.2. Les missions d’AMO chez GLI .................................................................................................. 8
1.1.2.1. Les intervenants ....................................................................................... 8
1.1.2.2. Les missions .............................................................................................. 8
1.1.3. La part de l’AMO dans le Chiffre d’Affaire .......................................................................... 9
1.2. L’OBJECTIF DE GLI AVEC LA CREATION DU POLE AMO ...................................................................... 10
2. APPLICATION PRATIQUE SUR CHANTIER ............................................................................ 12
2.1. L’AFFAIRE ................................................................................................................................................... 12
2.1.1. La mission de GL Ingénierie .................................................................................................. 14
2.1.2. Etat d’avancement du chantier au début du PFE.......................................................... 14
2.1.3. Avancement du chantier à fin avril 2011 ......................................................................... 15
2.1.4. Etat des lieux à la fin du PFE début juin 2011 ............................................................... 16
2.2. MON ROLE .................................................................................................................................................. 17
2.2.1. Suivi du chantier ........................................................................................................................ 17
2.2.2. Rédaction de procédures spécifique au chantier ......................................................... 18

PARTIE II – LES OUTILS DU PFE ....................................................................................................................................... 19


3. RECHERCHE THEORIQUE – QU’EST-CE QUE L’AMO ? ......................................................... 19
3.1. DEFINITION DE L’AMO : DIFFERENCE ENTRE MO & MOE .............................................................. 19
3.1.1. L’AMO spécialisée ...................................................................................................................... 23
3.1.2. L’AMO à caractère transversal ............................................................................................. 23
3.2. DEFINITION DE L’AMO : DIFFERENCES ENTRE AMO PRIVEE / AMO PUBLIQUE ......................... 23
3.2.1. Marché privé ................................................................................................................................ 24
3.2.2. Marché public .............................................................................................................................. 24
3.3. DEFINITION DE L’AMO : RESPONSABILITE .......................................................................................... 24
3.4. DEONTOLOGIE ET ETHIQUE DE L’AMO ................................................................................................. 25
4. ENSEIGNEMENTS TIRES DE L’EXPERIENCE PRATIQUE (CHANTIER) ....................................... 26
4.1. UNE DEFINITION DU ROLE DE L’ASSISTANCE A LA MAITRISE D’OUVRAGE PRIVEE ........................ 26
4.2. REDACTION DES PIECES ECRITES ............................................................................................................ 28
4.2.1. Agrément et acceptation des sous-traitants ................................................................... 28
4.2.2. Assurance DO .............................................................................................................................. 30
4.2.3. « Check List » AMO privée ...................................................................................................... 31
4.2.4. Suivi financier.............................................................................................................................. 31
4.2.5. Suivi et avancement de l’affaire : CR mensuel ............................................................... 32
4.2.6. Procédure de mise en demeure ........................................................................................... 32
4.2.7. Résiliation de plein droit ........................................................................................................ 32
4.3. REDACTION DE LA PROCEDURE D’AMO SPECIFIQUE AU MARCHE PRIVE ........................................ 33

CONCLUSION ......................................................................................................................................................................... 36

TABLE DES FIGURES ............................................................................................................................................................ 37


BIBLIOGRAPHIE.................................................................................................................................................................... 38

2/38
DUCLOCHER Isabelle, élève ingénieure de 5ème année
PROJET DE FIN D’ETUDE _ SPECIALITE GENIE CIVIL RAPPORT FINAL

INTRODUCTION

GLI réalise environ 10 à 15 % de son chiffre d’affaire avec des missions d’Assistance à Maîtrise
d’Ouvrage de type marchés privés ou publics.
Ces missions sont assez peu décrites dans les textes des missions d’ingénierie c’est pourquoi le
présent PFE a pour objet de rédiger des procédures adaptées à la structure d’un bureau d’étude
particulier : le bureau GL Ingénierie, avec une mention spéciale pour les missions de type marché
privé qui sont très particulières et peu reconnues dans la profession.

Actuellement les missions d’AMO sont réalisées presque exclusivement par les deux cogérants
du bureau d’étude ce qui limite les moyens de développement de ce secteur pour GLI.
Le marché est pourtant en fort développement et les besoins d’AMO sont en pleine croissance
dans notre secteur.
Pour se développer il apparaît nécessaire de créer un véritable pôle AMO avec des moyens
humains nouveaux, et donc pour cela de mettre en place des procédures.

Le projet se déroule de la manière suivante, une recherche théorique qui permet de cerner les
différentes missions de l’AMO que ce soit dans le secteur public ou privé, pour pouvoir au mieux
définir sa mission selon les affaires. Associée à cette recherche, en parallèle le PFE s’accompagne du
suivi d’un chantier d’AMO en marché privé.
Le but final étant la rédaction de procédures en AMO privée, ainsi que la rédaction de fiches de
fonctions qui mèneront la création et l’organisation du nouveau pôle AMO de GL Ingénierie.

3/38
DUCLOCHER Isabelle, élève ingénieure de 5ème année
PROJET DE FIN D’ETUDE _ SPECIALITE GENIE CIVIL RAPPORT FINAL

LEXIQUE DES ABREVIATIONS


AMO : Assistant à la Maîtrise d’Ouvrage
BC : Bureau de contrôle
BET : Bureau d’Etude Technique
CSPS (ou SPS) : Coordinateur Sécurité et Protection de la Santé
CR : Compte-rendu
DO : Assurance Dommage Ouvrage
EHPAD : Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes
ERP : Etablissement Recevant du Public
MOA : Maître d’Ouvrage
MOE : Maîtrise d’œuvre
OPC : Ordonnancement Pilotage et Coordination
OS : Ordre de Service

4/38
DUCLOCHER Isabelle, élève ingénieure de 5ème année
PROJET DE FIN D’ETUDE _ SPECIALITE GENIE CIVIL RAPPORT FINAL

PARTIE I - LE CADRE DU PFE


1. LE BUREAU D’ETUDE GL INGENIERIE
1.1. ETAT DES LIEUX DE L’EXISTANT
1.1.1. Le bureau d’étude
1.1.1.1. Les agences
Le bureau d’étude GL Ingénierie se répartie dans le quart sud-est de la France avec des agences
à Nice, Lyon, Marseille et l’Oisans.

Siège Social - Nice


Date de création : 08/1992
37-37 bis avenue Henri Matisse
06200 Nice
Tél. : 04 93 21 00 27
Fax : 04 93 18 04 18
Courriel : info@gl-ingenierie.fr
Site Internet : www.gl-ingenierie.fr
SARL au Capital de 7 700€
SIRET : 385 324 066 00039
RCS Nice 92 B 00612
Code APE : 7112 B

Secteur Rhône Alpes – Agence Oisans


Date de création : 11/2005
Le Verney
38114 Vaujany
Tél : 04 76 11 00 88
Fax : 04 76 11 00 89
Courriel : oisans@glira.fr

Secteur Rhône Alpes – Agence de Lyon


Date de création : 06/2007
16, Grande Rue Saint Clair
69300 Calluire et Cuire
Tél : 04 78 08 13 51
Fax : 04 78 08 24 06
Courriel : lyon@glira.fr

Secteur PACA – Agence de Marseille


21 avenue Kraemer
13014 Marseille
Tél : 06 29 17 86 65

1.1.1.2. Les équipes


 M. Daniel PILAT, Directeur, Ingénieur INSA LYON
Nice
 M. Laurent LANTERI-MOTTIN, Technicien Supérieur en Génie Climatique, Chef
de Projet
 M. Antoine RIBAILLIER, Chef de Projet, Technicien Supérieur
 M. Mahmoud ALOUANE, Technicien, Assistant Chef de Projet Exécution
 M. Jean-Marc ALBERT, Technicien Supérieur, Economiste Métreur Descripteur
 M. Stéphane SALADINO, Technicien, Assistant Technique (CAO DAO, économie)
 Mme Védrana FERUSIC, Technicienne CAO/DAO, Gestion Informatique du
patrimoine
5/38
DUCLOCHER Isabelle, élève ingénieure de 5ème année
PROJET DE FIN D’ETUDE _ SPECIALITE GENIE CIVIL RAPPORT FINAL

 M. Patrick LE DIRAISON, Technicien, Dessinateur Projeteur


 Melle Elodie ZARAGOZA, Technicienne supérieure
 Mlle Claire GHINTRAN, Assistante Technique – Secrétariat
 Mlle Lise ROMAN, Responsable Qualité
 Mme Cathy FERRARA, Assistante de Direction
 Mme Karène MESSIKA, Assistante Comptable
 M. Bruno MEOLA, Technicien BET – Pilotage, coordination, suivi de travaux
 M. Darko BABIC, Technicien MOE exécution
 Mme Dominique DUHAUT, Secrétaire travaux
Oisans  M. Philippe KOZMIN, Chef de Projet, Technicien Supérieur
 Mme Isabelle KOZMIN, Assistante juridique et financière
 Mme Florence VASSALLO, secrétaire
Lyon  M. Pierrino VADALA, Chef de Projet,
 M. Cyril CASSAN, Assistant Technique, Technicien supérieur
 Mme Emmanuelle CHALLIER, Economiste de la construction, Technicienne sup.
 M. Frédéric RUIZ, Métreur, Assistant Économiste
 M. Michel DECOMBES, Chef de projet exécution
 M. HAMZA, Thermicien
Marseille  M. René COSTENCO, Chef de Projet, Technicien BET

1.1.1.3. Les compétences et savoir-faire de GL Ingénierie


GL Ingénierie est un bureau d’étude spécialisé dans la gestion de chantier et la mise en place des
pièces écrites nécessaires aux passations de marchés publics et privés dans le cadre de mission de
maîtrise d’œuvre, ainsi que de maintenance. Depuis cinq années, le bureau répond à quelques
projets de type Assistance à la maîtrise d’ouvrage (AMO), mais ceci reste encore au stade de
l’occasionnel.

Un détail exhaustif des prestations du bureau d’étude permet de se rendre compte de la


diversité de l’offre proposée.

 Assistance à Maîtrise d’ouvrage


Etudes préalables, programmation
Analyse des besoins - Formulation du programme - Faisabilité, technique, administrative et
financière

Réalisation
Gestion administrative des travaux
Etablir tous les documents administratifs nécessaires à la bonne marche du chantier établis
normalement par le Maître de l’ouvrage - Ordres de Services - Avenants - Courriers.
Gestion technique des travaux
Suivi planning.
Gestions financières des travaux
Vérifier les paiements des situations de travaux et autres honoraires des différents
intervenants du chantier
Réception des travaux
Aider le Maître de l’ouvrage lors des opérations de réception des travaux

 Maîtrise d’œuvre
Conception
Construction
Structure - Etudes sismiques - Béton armé - Charpente métallique - Charpente bois

6/38
DUCLOCHER Isabelle, élève ingénieure de 5ème année
PROJET DE FIN D’ETUDE _ SPECIALITE GENIE CIVIL RAPPORT FINAL

Equipements techniques
Etudes thermiques - Chauffage et climatisation - Plomberie sanitaire – VMC, Protection
incendie - Electricité & Courants faibles - Désenfumage Acoustique, Ascenseurs
Lots architecturaux
Menuiserie intérieure - Menuiserie extérieure - Charpente, couverture - Etanchéité -
Peinture - Revêtement de sols souples et durs
Voiries et réseaux divers.
Pour chacun des lots et pour l’ensemble, établissement des dossiers de consultation
comprenant :
Plans, coupes et détails - Cahiers des Clauses Techniques Particulières - Décomposition du
Prix Global et Forfaitaire - Cahier des Clauses Administratives - Acte d’Engagement -
Règlement de Consultation - Gestion de la conception - Coordination des prestataires et
documents architecturaux, techniques et financiers - Réunions - Synthèse
Assistance consultation des entreprises
Sélection des candidats - Ouverture des plis et analyse des offres - Tableau comparatif -
Assistance au choix des entreprises - Passation des contrats
Réalisation
Gestion administrative des travaux
Etablir tous les documents administratifs nécessaires à la bonne marche du chantier - PV des
réunions - Ordres de Services - Avenants - Courriers.
Gestion technique des travaux
Suivre l’avancement du chantier et vérifier les conformités des travaux aux exigences
contractuelles et réglementaires - Suivi planning - Echantillons - Contrôles - Essais.
Gestions financières des travaux
Etablir - Vérifier - Faire payer les situations
Réception des travaux
Réceptionner l’ouvrage - Liste des réserves - Plans de récolement et notices techniques - PV
de réception - Contrôle des levées de réserves - Solder les comptes
Pilotage et coordination
Coordination sécurité et protection de la santé

 Ingénierie de maintenance
Auditer
Les coûts d’exploitation et de maintenance (préventif, curatif, consommations, etc.) - Les
contrats (cahiers des charges, gammes de préventif, conditions d’intervention des
prestataires, aspects juridiques, aspects économiques, etc.) - Les installations techniques
(état de vétusté, rendements, opportunités d’investissements...) - L’organisation
Piloter, faciliter
Organiser et contrôler les prestataires extérieurs - Organiser et contrôler les équipes
internes - Prendre en charge l’exploitation et la maintenance d’un site, assumer la fonction
de « facility Manager » - Rechercher en permanence le coût de maintenance optimal
Assister et conseiller
 Elaborer un plan d’entretien, un plan patrimoine, un plan prévention
 Pérenniser le patrimoine.
 Rédiger des dossiers de consultation, des cahiers des charges de maintenance, des
contrats de maintenance.
 Assistance immobilière, recherche de locaux.
 Mettre en place une politique d’exploitation et de maintenance.
 Mettre en place une gestion des énergies.
 Réduire les dépenses d’exploitation et de maintenance (préventif, curatif,
consommations).
 Assister le Maître d’ouvrage sur les aspects d’hygiène et conditions de travail.

7/38
DUCLOCHER Isabelle, élève ingénieure de 5ème année
PROJET DE FIN D’ETUDE _ SPECIALITE GENIE CIVIL RAPPORT FINAL

 Assister le Maître d’ouvrage à la mise en service.


 Assister le Maître d’ouvrage pour la préparation et lors du passage de la commission de
sécurité des ERP.
 Organiser et piloter les déménagements.
Former
Exercices d’évacuation - Préparation à l’habilitation électrique, tous niveaux - Plans
préventions - Installations classées - Sécurité Incendie - Réglementations - Types de contrats
- Entretien des installations électriques - Entretien des chaufferies
Informer
Les nouvelles réglementations - Les produits nouveaux.

1.1.1.4. Les qualifications OPQIBI n°94 06 1047


Certificats de qualification de spécialiste :
- 0301 : Planification – Coordination (OPC) d’exécution courant
- 1210 : Etude des corps d’état intérieurs de finition
- 1211 : Etude des corps d’état de clos couvert courant
- 1214 : Etude en isolation thermique du bâtiment
- 1220 : Ingénierie en second œuvre courant
- 1312 : Etude d’installations courantes en chauffage et VMC
Certificats de qualification probatoire :
- 0101 : AMO en administratif et juridique
- 0102 : AMO en finance et économie
- 0103 : AMO en technique

Ces qualifications permettent à GLI de répondre à des offres de missions dans le secteur de la
maîtrise d’œuvre et de l’OPC, ainsi que d’AMO.

1.1.2. Les missions d’AMO chez GLI


Un recensement des missions déjà effectuées par le bureau d’études, permet de savoir sur
quelle base va se fonder le PFE, mais aussi connaître le secteur d’activité visé.

1.1.2.1. Les intervenants


Les opérations d’AMO sont suivies par les bureaux de Nice et de Lyon, avec trois intervenants qui
sont :
 M. Daniel PILAT : suivi d’opérations d’AMO privées et publiques de maintenance en tant
que chargé d’affaire
 M. Philippe KOZMIN : suivi des opérations d’AMO (publiques et privées) en tant que chargé
d’affaire
 Mme Isabelle KOZMIN : suivi juridique des opérations d’AMO publiques

1.1.2.2. Les missions


En ce qui concerne le bureau d’étude de Nice, les opérations suivies par M. PILAT jusqu’à
présent, étaient des missions d’AMO de maintenance principalement et n’excédaient pas un
montant de centaines de milliers d’euros de travaux. Ces missions sont des missions d’AMO
spécialisées qui consistent en la rédaction d’appel d’offres privées et de contrats de maintenance
pour des établissements de type EHPAD (Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées
Dépendantes) par exemple. M. PILAT a également participé à des missions d’AMO pour la
construction de bâtiments type logis Familial et les ASSEDIC. Ces missions sont particulières car le
maître d’ouvrage certes est privé mais leur but étant le social leur fonctionnement s’apparente

8/38
DUCLOCHER Isabelle, élève ingénieure de 5ème année
PROJET DE FIN D’ETUDE _ SPECIALITE GENIE CIVIL RAPPORT FINAL

beaucoup au public, donc la mission s’assimile à de l’AMO de marché public dans son déroulement
et ses contraintes.

Le bureau de GLI Rhône-Alpes traite plutôt des missions d’AMO publiques dans la mise en place
des appels d’offre pour la maîtrise d’œuvre, et l’élaboration des contrats de travaux pour ces
marchés publics. L’exemple type est pour la construction d’une Maison de l’enfance à Bourg
d’Oisans pour un montant d’environ 3 000 000 € HT.
Cf. Annexe 1 – Fiche synthèse du projet de la Maison de l’Enfance à Bourg d’Oisans.
L’autre type de missions d’AMO pratiquées par M. KOZMIN en association avec un cabinet
d’architecture consiste en l’élaboration de programmes en vue d’une consultation et d’un appel
d’offre de maîtrise d’œuvre.
Cf. Annexe 2 – Fiche synthèse Programmation restructuration de l’EHPAD de Roybon (Isère)

Jusqu’à ce jour, aucun projet d’AMO privée de type conduite d’opération de grande envergure,
de la conception d’un bâtiment à sa réalisation, n’avait encore été suivi par GL Ingénierie.
C’est pourquoi le projet que je suis dans le cadre de mon projet de PFE sur le chantier d’une
résidence de tourisme sur le golf du Claux Amic à Grasse, est le premier du genre traité par le
bureau d’étude. Il est le reflet de ce que vise GLI dans le futur, avec la création du pôle AMO ; d’où la
nécessité de mettre en place des procédures pour ces missions de type AMO privée.

1.1.3. La part de l’AMO dans le Chiffre d’Affaire


Avec un chiffre d’affaire en constante augmentation depuis ses dix dernières années, GLI est un
bureau d’étude en pleine expansion.

CA global

2 500 000 €
2 077 539 €
1 985 999 € 1 918 625 €
2 000 000 €
1 704 091 €

1 500 000 € 1 341 530 €

974 769 € 1 046 778 €


954 669 €
1 000 000 € 875 828 € 864 470 €

500 000 €

- €

2000-2001 2001-2002 2002-2003 2003-2004 2004-2005 2005-2006 2006-2007 2007-2008 2008-2009 2009/2010

Figure 1 - CA global de GL Ingénierie entre 2000 et 2010

Lorsque l’on regarde plus en détail la part relative des différents secteurs d’activités du bureau
d’étude, la part dédiée à l’AMO est de presque 10%.

Figure 2 - Exercice du 01/01/2009 au 31/10/2010 - CA par type d’affaire

9/38
DUCLOCHER Isabelle, élève ingénieure de 5ème année
PROJET DE FIN D’ETUDE _ SPECIALITE GENIE CIVIL RAPPORT FINAL

Par contre lorsque l’on rentre plus dans le détail des chiffres, et que l’on regarde l’évolution du CA
de la part purement AMO, celle-ci n’a pas varié au court des cinq dernières années.

Figure 3 - Evolution du CA par type d'affaire de 2005 à 2009

1.2. L’OBJECTIF DE GLI AVEC LA CREATION DU POLE AMO


D’ici à 2015, GL Ingénierie espère faire accroître son CA d’environ 5% par an. Dans des secteurs
importants comme la maîtrise d’œuvre ou l’OPC, le bureau est bien en place que se soit sur le
secteur Rhône-Alpes ou Nice, mais la présence d’une concurrence importante fait que GLI cherche à
se diversifier dans d’autres secteurs.
Un de ces secteurs est de développer une branche en pleine expansion, mais encore peu présente
dans les bureaux d’étude : l’AMO de marchés privés du bâtiment.

En effet, depuis la loi 85-704 du 12 juillet 1985 dite « loi MOP », qui évoque la possibilité pour
les maîtres d’ouvrage publics de recourir à l’intervention d’une personne, l’AMO s’est développée
pour aider les collectivités et l’administration dans ses grands travaux. En atteste tous les décrets,
arrêtés et circulaires publiés depuis ce jour là, mais qui restent du domaine public1.
C’est pourquoi l’idée de la création d’un pôle AMO commun à tous les bureaux GLI a germé dans
l’esprit des deux cogérants Daniel PILAT et Philippe KOZMIN (seuls à ce jour à pratiquer des missions
d’AMO chez GLI). Avec en particulier la création de procédures pour répondre à tous types de
missions d’AMO, et ceci plus précisément pour l’AMO de type privé où l’absence de textes législatifs
en la matière témoigne d’un vide et des potentialités de ce secteur.

Ces procédures devront permettre de répondre dans un premier temps à des missions :
- d’AMO de type public (déjà effectuées par GLI)
- d’AMO de marché privé (à développer)
dans le secteur du bâtiment principalement.
Lorsqu’une certaine expérience sera acquise dans ce domaine et que le pôle AMO du bureau
d’étude aura pris de l’assurance et de l’ampleur, il n’est pas exclu qu’une extension de réponse à des
appels d’offres pour des missions d’AMO publique dans les Travaux publics et les infrastructures ne
soit pas envisagée ; mais cela reste pour l’instant dans le domaine du futur.

Pour être plus précis, le bureau GLI souhaiterait pour le présent être armé pour répondre à des
missions de type :
- AMO publique : Programmation, appel d’offre et consultation d’entreprises ou bureau
d’étude en marché de maîtrise d’œuvre et de travaux, ainsi que d’assurer un suivi des
travaux (déjà pratiquée à Lyon sous la directive de M. KOZMIN).
- AMO privée : Programmation, appel d’offre et consultation d’entreprises ou bureau d’étude
en marché de maîtrise d’œuvre et de travaux, ainsi que d’assurer un suivi des travaux (à
développer en particulier sur le bureau de Nice).
- AMO spécialisée : la maintenance (Diagnostic, appel d’offre et consultation d’entreprise
pour contrat de maintenance) secteur public et privé confondu.

1
Cf. Bibliographie
10/38
DUCLOCHER Isabelle, élève ingénieure de 5ème année
PROJET DE FIN D’ETUDE _ SPECIALITE GENIE CIVIL RAPPORT FINAL

En ce qui concerne la programmation, actuellement GLI s’associe avec un cabinet d’Architecture


pour répondre à ces missions plus spécifiques de l’AMO. Le souhait serait de développer en interne
la capacité, et donc pour cela étudier et mettre en place une méthode générale pour avoir une
première esquisse d’un programme.

Un autre domaine spécifique est envisagé par GLI : l’AMO HQE. En effet, en profitant du fait que
M. Laurent LANTERI (chef de projet du bureau de GLI Nice) a suivi une formation pour obtenir la
qualification de technicien supérieur en Génie climatique et environnemental. L’idée serait donc de
développer cette branche de l’AMO pour pouvoir ainsi répondre aux questions et attente des
maîtres d’ouvrage (MOA), concernant la haute qualité environnementale et son application directe
à la construction.

La création de ce pôle AMO se traduirait concrètement par l’embauche à temps plein, fin 2011
début 2012, d’une personne basée sur Nice qui dans un premier temps s’occuperait des missions
d’AMO privée, en utilisant les procédures crées lors de ce PFE. En parallèle, GLI Rhône-Alpes
continuerait la gestion des AMO de marché public. Dans un second temps, lorsque GLI aura fait ses
preuves et sera connue dans le secteur pour son pôle AMO et que le nombre de missions aura
augmentées, il sera alors envisagé de réunir en un seul et même endroit tout le pôle AMO pour une
gestion commune des missions publiques et privées.

A l’heure actuelle, le bureau GL Ingénierie lors de réponse aux appels d’offres d’AMO publiques
pour des chantiers importants, est systématiquement et régulièrement battu par manque de
compétences par rapport aux autres concurrents. Aussi le but avec la création d’un pôle AMO chez
GLI, consiste tout d’abord en un développement des compétences par l’embauche de personnes
ayant des profiles différents :
 un ou une architecte
 un ou une juriste
 un ou une urbaniste

Ceci peut se traduire par l’élaboration d’un plan financier sur cinq années :

Poste Profil Année Année Année Année Année


investissement 2012 2013 2014 2015 2016

Chef de projet Ingénieur 1 2 2 3 3


AMO

Responsable Licence de 0 1 1 1 1
Juriste droit de la
construction

Responsable Architecte 0 1 1 1 1
Urbaniste

TOTAL 1 4 4 5 5

Couts € par an 70 000 € 230 000 € 230 000 € 285 000 € 285 000 €

CA
prévisionnel / +90 000 € +280 000 € +280 000 € +350 000 € +350 000 €
CA 2011
Figure 4 – Plan financier sur 5 ans pour GLI Nice – Etabli par M. Pilat

11/38
DUCLOCHER Isabelle, élève ingénieure de 5ème année
PROJET DE FIN D’ETUDE _ SPECIALITE GENIE CIVIL RAPPORT FINAL

2. APPLICATION PRATIQUE SUR CHANTIER


2.1. L’AFFAIRE
Pour illustrer ce PFE et ainsi aborder directement la pratique en parallèle à l’étude théorique,
tout au long des vingt semaines de PFE, j’ai suivi et participé à une affaire d’AMO en marché privé.

L’affaire consiste en la réalisation d’une résidence de tourisme de 153 logements accompagnée


d’un bâtiment de services et d’un club house à Grasse.
Cf. Annexe 3 – Description sommaire du projet

Le chantier se situe sur l’ancien emplacement du Golf du Claux Amic et nécessite la démolition ainsi
que le désamiantage du bâtiment existant, tout en conservant les greens et donc l’infrastructure
nécessaires à leur arrosage (pompes).

Figure 5 - Plan de situation de la zone - Photo aérienne

Figure 6 – Dossier PC Etat des lieux du Club House existant à démolir

12/38
DUCLOCHER Isabelle, élève ingénieure de 5ème année
PROJET DE FIN D’ETUDE _ SPECIALITE GENIE CIVIL RAPPORT FINAL

A la place seront édifiés un Club House, un bâtiment de services abritant un restaurant et des
salles de conférences, ainsi que cinq hameaux qui composent la résidence de tourisme. Le tout se
réparti autour d’une piscine et d’un jardin d’agrément en périphérie des greens du golf.

Figure 7 - Projet de la nouvelle résidence de tourisme et du Club House

Figure 8 - Coupe sur projet


Cabinet Druet & Associés Architectes DPLG

Le montant des travaux est de 21 600 000 € HT. Qui se décomposent en deux marchés, un pour
le Club House de 10 % du montant et le restant pour la résidence et le bâtiment de service (90 %).
Le marché est un marché de travaux de prix global et forfaitaire, traité en entreprise générale.
Il a été signé par les deux parties le 29 novembre 2010.

Le montant des honoraires de l’équipe de maîtrise d’œuvre (MOE) s’élève à environ 2 480 000 €
HT, à répartir entre quinze acteurs. La part relative de l’AMO s’élève à 5 %.
Cf. Annexe 4 – Le tableau financier de suivi par mois.

L’ordre de service a été établi 29 novembre 2010 par GLI.

Les délais concernant ce projet sont stricts et non négociables, en effet le MOA doit livrer sa
résidence de tourisme à un exploitant extérieur et pour cela il faut que la construction soit terminée
en mai 2012. A cela s’ajoute une particularité pour le Club House qui doit être livré pour fin
décembre 2011, pour qu’ainsi le golf puisse rouvrir début janvier avec une nouvelle année

13/38
DUCLOCHER Isabelle, élève ingénieure de 5ème année
PROJET DE FIN D’ETUDE _ SPECIALITE GENIE CIVIL RAPPORT FINAL

d’abonnements.
Cf. Annexe 5 – Planning prévisionnel marché.

Les travaux de construction en eux-mêmes n’ont commencé que le 24 janvier 2011.

2.1.1. La mission de GL Ingénierie


Les acteurs de ce projet sont multiples. Nous avons un Maître d’ouvrage privé (SA Golf du Claux
Amic) qui construit sur ses fonds propres.

L’équipe de Maîtrise d’Œuvre se compose d’une multitude d’acteurs :


 un groupement d’architectes : DRUET & Associés (mandataire) + Cabinet WILMOTTE
 un bureau d’étude de MOE : INGEROP Villeneuve-Loubet
 une paysagiste : V. VIALE
Sans oublier les organes de contrôle :
 un bureau de contrôle : APAVE
 un Coordinateur Sécurité et Protection de la Santé : APAVE
Mais également une AMO HQE pour l’obtention du label HQE pour la résidence et un bureau
d’étude spécialisé dans les stations d’épuration et loi sur l’eau.

En ce qui concerne l’exécution, le projet ne présente qu’un unique interlocuteur, en effet les
contrats de travaux ont été passés avec une Entreprise générale (PRECAL Italie).
La particularité de cette entreprise est qu’elle est italienne avec des intervenants sur le chantier
et des interlocuteurs qui ne parlent pas toujours le français et inversement, dans l’équipe de
Maîtrise d’œuvre aucun ne parle un mot d’italien, créant parfois des problèmes de compréhension,
qui auront beaucoup influencés le rôle de l’AMO sur ce chantier et seront développés plus avant
dans le présent rapport.
Cette société a été retenue car elle utilise un système constructif particulier, qui se compose de
murs préfabriqués avec un isolant par l’extérieur.
Cf. Annexe 6 – Organigramme.

GLI est arrivé sur l’affaire en mai 2010 sur une demande de la maîtrise d’ouvrage. Les études
d’APS et les contrats de maîtrise d’œuvre avaient tous été rédigés et signés.

Le rôle de l’AMO dans ce présent cas est d’organiser et animer cette équipe de maîtrise
d’œuvre.
Plus particulièrement, le bureau GL Ingénierie intervient sur deux étapes du projet : tout d’abord en
phase de conception ou étude et ensuite lors de l’exécution des travaux.
La phase de conception étant finie, elle ne fera pas l’objet d’un développement propre dans le récit
du suivi du chantier présenté dans ce rapport. Par contre participera, avec son analyse à
l’élaboration de procédures, grâce aux enseignements tirés.

Par contre notre rôle en phase d’exécution des travaux à la demande du MOA, le sera.
Il consiste en :
 Veille au respect des procédures (sous-traitance…) et des pièces du marché
 Pointage du planning général
 Suivi financier
 Mise en place DO

2.1.2. Etat d’avancement du chantier au début du PFE


Lorsque je suis arrivée sur l’affaire au début du PFE, le pointage d’avancement du chantier peut
être résumé de la façon suivante :

14/38
DUCLOCHER Isabelle, élève ingénieure de 5ème année
PROJET DE FIN D’ETUDE _ SPECIALITE GENIE CIVIL RAPPORT FINAL

Entre la date d’émission de l’OS et le début effectif des travaux, j’ai pu constater un délai de 9
semaines. Si l’on enlève le mois de préparation cela veut dire que le retard de démarrage des
travaux est de 4 semaines.

En ce qui concerne les pièces administratives :


Problème majeur, afin d’établir le dossier d’assurance dommage ouvrage, il est nécessaire
d’obtenir la garantie décennales de l’entreprise PRECAL, or celle-ci n’ayant qu’une existence
italienne a voulu pour régulariser la situation créer une filiale française. La procédure est longue et
donc la situation toujours pas régularisée.
Autre problème, l’entreprise de terrassement qui effectue les terrassements et la démolition
(avec désamiantage) du bâtiment existant n’avait pas reçu l’agrément de sous-traitance du maître
d’ouvrage. Car aucune demande n’avait été formée au près de l’AMO. Ce qui présente une
infraction au regard de la loi n° 75-1334 du 31 décembre 1975 relative à la sous-traitance modifiée
par la loi 2001-1168 2001-12-11 art. 6 1° parue au JORF le 12 décembre 2001.
Les dossiers des concessionnaires n’avaient toujours pas été déposés (ERDF et LYONNAISE DES
EAUX).

En ce qui concerne le dossier EXE :


Fin janvier aucun dossier EXE (plans de structure, notes de calcul,…) n’avait été transmis à la
MOE ou au bureau de contrôle.
Pour le système constructif, de murs préfabriqués, le bureau de contrôle a souhaité, afin de
donner un avis favorable sur le procédé, que celui-ci soit validé par le CSTB à Paris. Après
délibération, le CSTB demande l’ouverture d’une procédure d’ATEx (Appréciation technique
d’expérimentation).

En ce qui concerne les travaux :


Les travaux de construction venaient tout juste de débutés : les premiers terrassements.
Or, aucune installation de chantier n’avait été mise en place (les baraques de chantier ne sont
arrivées que le lendemain), le panneau de chantier et la clôture de chantier n’était pas posés.
Ce n’est que dans le courant du mois de février, que ces détails ont été réglés par l’entreprise.
La démolition de l’ancien Club House n’avait toujours pas commencée alors qu’était attendue
pour la mi-mars l’usine de préfabrication sur chantier.
De plus, le système qui devait être mise en place pour maintenir l’arrosage continu tout au long
de la phase travaux et nécessitait le déplacement de la canalisation d’eau alimentant les pompes
(l’ancienne située en pleine zone de terrassement) et un nouveau branchement en électricité ;
n’avaient toujours pas été fait, bien que les travaux de terrassement aient débuté.

2.1.3. Avancement du chantier à fin avril 2011


Le planning détaillé remis par l’entreprise PRECAL annonce le démarrage des travaux de
superstructure des hameaux au 1er avril 2011 : cette date devait impérativement être respectée
pour ne pas entrainer des retards dans la suite des travaux.

Avancement des travaux :


Terrassement Hameau 1 : ………………………………………………………. 100%
Terrassement Hameau 5 : ………………………………………………………. 95%
Terrassement Hameau 2 : ………………………………………………………. 95%
Terrassement club house : ……………………………………………………… 70%
Terrassement bâtiment de service : ………………………………..……… 40%
Plateforme pour centrale béton : …………………………………………… 100%
Démolition : …………………………………………………………………………… 100%

A fin février, les retards étaient toujours présents et s’amplifiaient (pas de fondations
commencées). Une mise au point a été demandée par mail le 10 mars à PRECAL avec des
engagements sur les moyens qui seront mis en place. N’ayant obtenu aucun avancement concret de
15/38
DUCLOCHER Isabelle, élève ingénieure de 5ème année
PROJET DE FIN D’ETUDE _ SPECIALITE GENIE CIVIL RAPPORT FINAL

la part de l’Entreprise générale, un première mise en demeure a été envoyée par lettre
recommandée le 16 mars. En réponse l’entreprise PRECAL s’est réengagée à rattraper le retard de
démarrage pour respecter ces dates, et a annoncé le 31 mars sa volonté de sous-traiter 70% de son
marché à une autre entreprise italienne COSAP.
Cette répartition 70/30, a eu pour autre conséquence le choix de la part de l’Entreprise générale
de réaliser 70% des bâtiments en « traditionnel » et non plus en préfabriqués. Le MAO mis au
courant, celui-ci n’a plus vu le bien fondé de l’utilisation de la préfabrication et donc au 31 mars (soit
trois mois après l’OS), la décision a été prise d’un commun accord avec l’Entreprise de réaliser la
totalité du projet en « traditionnel ». Cette décision n’a pas eu de conséquence particulière
puisqu’aucun béton n’a été coulé, aucun plan EXE n’a été transmis.

Au 14 avril 2011, la situation n’ayant toujours pas évoluée, une deuxième mise en demeure pour
non respect des nouveaux engagements énoncés dans la première, a été communiquée à
l’Entreprise avec réponse sous huitaine. Dans sa réponse du 18 avril, PRECAL s’engage de nouveau
sur de nouvelles dates à fournir tous les éléments administratifs, les plans d’EXE et (cités dans le
paragraphe ci-dessus) pour la dernière semaine d’avril.
Lors de la réunion du 27 avril, un constat a été fait en séance qu’aucun engagement n’a été
respecté, une fois de plus. L’Entreprise demandant un nouveau délai de 15 jours pour répondre aux
demandes.

Devant l’immobilisme de la situation et le retard accru pris par l’entreprise (trois mois dans
l’exécution des travaux et quatre dans la fourniture du dossier EXE), par respect pour client et le
devoir de conseil que l’on doit en tant qu’AMO ; début mai sera présentée au Maître de l’ouvrage, la
solution d’envisager une résiliation de plein droit du contrat de marché de travaux de l’Entreprise
PRECAL pour non respect des engagements contractuels.

2.1.4. Etat des lieux à la fin du PFE début juin 2011


Dans un premier temps le Maître d’Ouvrage a refusé cette solution de résiliation, par peur d’un
nouveau retard dû à la procédure de résiliation et le temps de relancer des appels d’offre pour
trouver une nouvelle entreprise générale ou bien même des entreprises en lots séparés.
Afin de mettre un petit plus de pression sur l’Entreprise italienne et dans le but de faire accélérer ou
du moins essayer de régler les problèmes dans la production des plans EXE, un nouvel intervenant
dans l’affaire a fait son apparition. En effet le MOA a mandaté un architecte italien M. VALENTE pour
servir de responsable sur chantier du suivi journalier des employés, de l’avancement des travaux,
mais surtout de la supervision de la cellule de synthèse enfin montée sur site par l’Entreprise
PRECAL en accord avec la demande de la MOE depuis le début du chantier.

Cf. Annexe 7 – Nouvel organigramme – Mai 2011


Cf. Annexe 8 – Nouvelle répartition des missions sur chantier selon les intervenants – Mai 2011

Mais un mois plus tard, la situation ne s’est pas arrangée et n’a presque pas évoluée, à part dans
une nouvelle accumulation de retard. Le chantier accuse maintenant cinq mois de retard au niveau
des travaux et six mois dans la remise des plans EXE de la part de l’entreprise.
Après un rapide calcul des pénalités provisoires applicables à l’Entreprise générale d’un montant de
645 000 € HT, soit deux fois plus que le total des situations de travaux présentées par PRECAL et
environ 3% du marché total ; devant cette situation totalement bloquée, le point de vue du Maître
de l’Ouvrage a changé, il a en effet confié le dossier à son avocat et envisage sérieusement la
rupture de contrat.

16/38
DUCLOCHER Isabelle, élève ingénieure de 5ème année
PROJET DE FIN D’ETUDE _ SPECIALITE GENIE CIVIL RAPPORT FINAL

2.2. MON ROLE


2.2.1. Suivi du chantier
Mon premier acte lorsque je suis arrivée sur l’affaire, fut de me mettre au courant de
l’avancement du projet, ce qui s’est traduit par un lecture complète des pièces écrites, et la
présence aux réunions de chantier sous la tutelle de mon directeur de PFE (M. PILAT) chargé de
l’affaire. Par la suite j’ai même assurée seule certaines des réunions (M. PILAT étant pris sur d’autres
chantiers).

La particularité de cette première réunion à laquelle j’ai assistée, a été de mettre en évidence le
rôle de la communication sur un projet, pour faire avancer un chantier. Or sur ce cas particulier
l’entreprise générale est italienne, donc peu d’intervenants parlent français et personne dans
l’équipe de maîtrise d’œuvre ne parle italien, donc les problèmes de compréhension se sont vite
faits sentir. De plus, un chantier en France, ne se gère pas de la même façon qu’en Italie, ce qui
accroît les problèmes.
Grâce à une connaissance poussée de la langue italienne (bilingue), j’ai rapidement endossé un
rôle, celui de traductrice, qui me fait prendre part à toutes les discussions entre les différents
acteurs.
Est-ce un bien ou un mal ?
En effet le problème est que très vite, la frontière entre mon rôle strict d’assistant AMO et le reste
des intervenants est devenue un peu flou, ce qui rend un peu difficile une distinction précise de la
limite du rôle de l’AMO sur ce chantier. De ce fait, je suis devenue l’intermédiaire entre le MOE et
l’Entreprise, ce qui est l’exact opposé du mécanisme de diffusion de l’information au sein d’une
affaire. Normalement c’est au maître d’œuvre d’assurer la liaison entre la maîtrise d’ouvrage et
l’entreprise. Sur ce chantier sont donc parfois nécessaires des mises au point pour rappeler e rôle de
chacun :
L’entreprise a comme interlocuteur principal le MOE, qui a comme interlocuteur l’AMO, qui enfin
en dernier rang rapporte au MOA.

D’un autre côté, on peut considérer cette position un peu particulière que mon bilinguisme m’a
donnée comme étant une compétence nécessaire à la mission d’AMO de « gestion et animation de
l’équipe de projet ». En effet, cette spécificité entre le domaine de l’AMO spécifique
« Organisationnelle » de la gestion administrative des dossiers.
Cette particularité se retrouve dans la définition des rôles que le Certu donne à l’AMO :

Figure 9 - Les besoins du métier de Maître de l'Ouvrage Documentation du CERTU René Baroux
17/38
DUCLOCHER Isabelle, élève ingénieure de 5ème année
PROJET DE FIN D’ETUDE _ SPECIALITE GENIE CIVIL RAPPORT FINAL

Pour revenir à une définition plus générale, le rôle de l’AMO sur ce projet est donc d’effectuer à
la demande du MOA, un suivi hebdomadaire des réunions de chantier (y assister). Mon rôle ne se
limite donc pas uniquement à servir de traductrice ou d’être simple spectatrice, mais il intègre
également la solution aux problèmes concernant les dossiers, et leur finalisation :
 Assurance dommage ouvrage
 Sous-traitance
 Suivi financier de l’affaire
 Suivi de l’affaire : état d’avancement
 Procédure de mise en demeure
 Dossiers concessionnaires
Mon travail a été d’apporter une finalisation au dossier concessionnaire d’ERDF, la
LYONNAISE des EAUX et France TELECOM, pour une diffusion début février 2011.

2.2.2. Rédaction de procédures spécifique au chantier


La nécessité de rédaction de procédures spécifiques à ce chantier (qui par la suite serviront et
seront compilées dans la base documentaire du pôle AMO de GLI) est survenue avec le problème de
la présence sur le chantier d’une entreprise sous-traitante (DTL) de l’entreprise générale (PRECAL)
alors qu’aucune demande d’agrément de sous-traitance n’avait été formulée au MOA. L’écriture
d’un document type d’agrément a été la réponse au problème

Principalement, le rôle de l’AMO est de s’assurer de la conformité face à la loi et le respect du


délai imparti.

De façon plus générale pour la routine GLI pôle AMO, j’ai élaboré ou repris à partir d’éléments
déjà existants, les pièces écrites suivantes :
 La mise en place d’une trame pour la rédaction d’un Compte - Rendu (CR) mensuel de l’AMO
 L’agrément du sous-traitant quelque soit le mode de paiement et le rang du sous-traitant
 Les tableaux de suivis financiers des dépenses au niveau des honoraires et des travaux, avec
un prévisionnel à trois mois pour le maître d’ouvrage.
 Une « check List » des points de contrôle et étape à suivre lors d’une mission d’AMO privée.
 L’élaboration d’un dossier de dommage ouvrage
 L’élaboration du dossier des concessionnaires.
 La procédure de mise en demeure

Ces points seront détaillés dans une seconde partie du rapport.

Pour conclure, à partir du besoin du bureau d’étude GLI et en profitant de la mise en pratique
directe sur le chantier du Claux Amic à Grasse et des enseignements tirés, la deuxième partie du
présent rapport va présenter les moyens mis en œuvre pour répondre à l’objectif de la création d’un
pôle AMO chez GL Ingénierie.

18/38
DUCLOCHER Isabelle, élève ingénieure de 5ème année
PROJET DE FIN D’ETUDE _ SPECIALITE GENIE CIVIL RAPPORT FINAL

PARTIE II – LES OUTILS DU PFE


3. RECHERCHE THEORIQUE – QU’EST-CE QUE L’AMO ?
Les responsabilités données aux maîtres d’ouvrage exigent que ces derniers possèdent les
moyens de remplir leur rôle qui recouvrent un champ extrêmement large compte de l’importance
croissante des opérations de restructuration, de réhabilitation et de transfert d’usage, de nouveaux
domaines de préoccupation (label HQE…), mais aussi une complexification des modes de
financement des opérations.
Ces compétences demandent des connaissances à la fois générales et spécialisées.
La loi 85-704 du 12 juillet 1985 modifiée dite « loi MOP » évoque la possibilité (et non
l’obligation) pour les maîtres d’ouvrage de recourir à l’intervention d’une personne extérieure :

Loi MOP - Article 6 :


Modifié par Ordonnance n°2004-566 du 17 juin 2004 art. 4 (JORF 19 juin 2004).
I. - Le maître de l'ouvrage peut recourir à l'intervention d'un conducteur d'opération pour une
assistance générale à caractère administratif, financier et technique.
II. - La mission de conduite d'opération exercée par une personne publique ou privée est
incompatible avec toute mission de maîtrise d'œuvre, de réalisation de travaux ou de contrôle
technique portant sur le ou les mêmes ouvrages, exercée par cette personne directement ou par une
entreprise liée au sens de l'article 4 de la présente loi.
III. - La mission de conduite d'opération fait l'objet d'un contrat écrit.

Ainsi depuis un certain nombre d’années apparaissent des missions d’Assistance à la Maîtrise
d’Ouvrage (AMO).

Le problème est qu’à ce jour il n’existe aucune définition légale, aucun texte officiel définissant
le rôle de l’AMO, c’est un vide juridique que ni la loi MOP, ni aucun autre décret ne vient emplir.

C’est donc à travers une recherche théorique, dont les résultats sont présentés dans cette
deuxième partie du rapport, que j’ai essayé de définir les missions de l’AMO tout au long des
différentes phases d’une affaire en marché public et en marché privé.

3.1. DEFINITION DE L’AMO : DIFFERENCE ENTRE MO & MOE


Au préalable, il est utile de clarifier le rôle et des responsabilités des acteurs. Bien que ceux-ci
varient selon le montage, pour tout projet de construction qu’elle soit publique ou privée, on
retrouve les quatre grands acteurs suivants :

 « client » : celui à qui « l’objet » est destiné.


 « maître d’ouvrage » : « Personne physique ou morale, désignée par ce terme dans les
documents du marché et pour le compte de qui les travaux ou ouvrages sont exécutés. »
 « maître d’œuvre » : « Pour la partie relative au marché de travaux, personne physique ou
morale qui, pour sa compétence, peut être chargée par le maître de l’ouvrage :
De l’assister pour la consultation des entreprises et pour la conclusion du ou des
marchés avec le ou les entrepreneurs
De diriger l’exécution du ou des marchés
D’assister le maître de l’ouvrage pour la réception des ouvrages et le règlement des
comptes avec les entrepreneurs »
 « maîtres constructeurs » : ceux sont les « entrepreneurs » : « Personne physique ou
morale, agréée dans les conditions de l’article L 111-25 du Code de la Construction et de
l’Habitation pour remplir la mission de contrôleur technique »
Classification élaborée par SYNTEC – Ingénierie dans son Guide d’application Ed. Octobre 2005.
Définitions normalisées des acteurs : NF P 03-001

19/38
DUCLOCHER Isabelle, élève ingénieure de 5ème année
PROJET DE FIN D’ETUDE _ SPECIALITE GENIE CIVIL RAPPORT FINAL

Ces acteurs ont des missions particulières aux différentes phases du projet.

Pour définir le rôle de l’Assistant à la maîtrise d’ouvrage il est dans un premier temps, nécessaire
de définir précisément les limites des compétences, rôles et responsabilités des uns et des autres.
Ces rôles respectifs peuvent être présentés dans un organigramme :

Figure 10 - Missions particulières aux différentes phases de projet des acteurs de la construction
Guide d’application Octobre 2005 sur les Missions d’assistance à la Maîtrise d’Ouvrage – SYNTEC-Ingénierie – p.11.

20/38
DUCLOCHER Isabelle, élève ingénieure de 5ème année
PROJET DE FIN D’ETUDE _ SPECIALITE GENIE CIVIL RAPPORT FINAL

Le rôle de la maîtrise d’œuvre est donc de traduire le besoin de la maîtrise d’ouvrage


conceptuellement et d’assurer la réalisation conformément à la conception. Mais pour assurer ses
propres missions, le maître de l’ouvrage doit mettre en œuvre d’autres compétences, dont il
disposera ou pas.
Dans ce cas, apparaît et se justifie l’assistance de compétences externe : et donc un nouvel acteur
de la construction : l’assistant à la maîtrise d’ouvrage.
Le maître d’œuvre et l’assistant au maître d’ouvrage présent ainsi des rôles distincts à ne pas
confondre

.
Figure 11 - Caractéristiques de la mission d'AMO par rapport à MOE
Missions d’assistance à décideur et maître d’ouvrage. Terminologie et repères de pratiques – Direction générale de
l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Construction – Septembre 2005 – p.15

21/38
DUCLOCHER Isabelle, élève ingénieure de 5ème année
PROJET DE FIN D’ETUDE _ SPECIALITE GENIE CIVIL RAPPORT FINAL

Cette assistance peut intervenir à toutes les phases du projet, que cela soit en phase amont
de conception, ou bien lors de la réalisation des travaux, mais également et c’est une spécificité de
l’AMO (contrairement au MOE), lors de la mise en exploitation, de la maintenance de l’ouvrage.

Figure 12 - Les principales missions possibles de l'AMO à toutes les phases d'un projet
SYNTEC-Ingénierie – Guide d’application Octobre 2005 sur les Missions d’assistance à la Maîtrise d’Ouvrage – p.13

22/38
DUCLOCHER Isabelle, élève ingénieure de 5ème année
PROJET DE FIN D’ETUDE _ SPECIALITE GENIE CIVIL RAPPORT FINAL

On remarque dans cet organigramme que peuvent être répertoriés deux types de missions de
l’AMO dans les montages classiques :
 Les missions spécialisées
 Les missions à caractère transversal (ou général)

3.1.1. L’AMO spécialisée


Il s’agit dans ce cas d’une mission répondant à un besoin de conseil ou d’études ponctuelles
dans un domaine particulier.
Ces domaines sont ceux :
 technique pour mener à bien des études, formaliser un programme, suivre la réalisation.
 administratif et juridique pour monter des consultations, gérer les procédures (en particulier
en marché public), les contrats et les contentieux
 financier pour établir le montage financier, gérer les budgets, liquider les dépenses, simuler
la gestion de l’exploitation.

3.1.2. L’AMO à caractère transversal


Parler d’assistance à la maîtrise d’ouvrage à caractère transversal ou bien d’assistance générale,
consiste à parler du rôle de l’AMO en tant accompagnateur, et guide dans la conduite du projet ou
la gestion dans la mise en œuvre des actions du décideur.
Pour cela, l’AMO possède plus des compétences dans :
 le domaine de l’information et de la communication
 la maîtrise des contrats
 la maîtrise des coûts globaux du projet
 la prévention et l’adaptation aux différentes modifications qui peuvent être apportées
 ainsi qu’une prise en compte de l’affaire dans sa globalité et non pas uniquement dans les
limites de l’ouvrage.

En conclusion :

L’AMO est un « chef d’orchestre » qui doit diriger un nombre de plus en plus grand de
« musiciens » [acteurs de la construction], avec des « partitions » de plus en plus complexes.

3.2. DEFINITION DE L’AMO : DIFFERENCES ENTRE AMO PRIVEE / AMO


PUBLIQUE
Les marchés publics ne se distinguent des marchés privés que par le cadre de la loi MOP qui
codifie le contenu des missions et précise les obligations et les responsabilités de chacun.
Bien que la notion d’AMO ne soit pas explicite dans la loi MOP2, elle l’est implicitement. En effet, en
prenant l’exemple de la mission de programmation qui doit être confiée à une société extérieure,
est une mission d’assistance au maître d’ouvrage car ce dernier a la responsabilité de la définition
du programme.

La différence ne se fait que lorsque l’on par le d’AMO à caractère transversal, autrement il n’y a pas
de différenciation pour l’AMO spécialisée que le projet soit « public » ou « privé ».

2
cf. Partie II. § 1
23/38
DUCLOCHER Isabelle, élève ingénieure de 5ème année
PROJET DE FIN D’ETUDE _ SPECIALITE GENIE CIVIL RAPPORT FINAL

3.2.1. Marché privé


Dans le cas spécifique du marché privé, l’assistance peut aller jusqu’à une délégation complète
de la part du maître d’ouvrage. On parle alors de Maîtrise d’Ouvrage Déléguée (MOD). L’assistant
assure la gestion et la direction du projet.

3.2.2. Marché public


Dans le cadre spécifique du marché public, l’assistance est normalisée en termes de définitions.
On parle ainsi de « mandataire » et de « conduite d’opération », alors que le terme de « maîtrise
d’ouvrage déléguée » est prohibé.
Cette normalisation se retrouve également dans les contenus des missions et les responsabilités,
ainsi :
 Le « conducteur d’opération » a une mission définie par la loi MOP, il doit au MOA une
« assistance générale à caractère administratif, financier et technique »3.
 Le « mandataire » se voit confier des tâches de conduite d’opération sans que le maître de
l’ouvrage abandonne ses responsabilités contrairement à la pratique de MOD en marchés
privés. Il se distingue du conducteur d’opération par son autorisation à signer des contrats
et gérer les comptes.

3.3. DEFINITION DE L’AMO : RESPONSABILITE


L’AMO engage sa responsabilité contractuelle conformément au droit des contrats appliqué
tant par les tribunaux administratifs que par les tribunaux judiciaires.
Cette responsabilité contractuelle, bien qu’appliquée à des partenaires privés et publics,
s’inspire des articles 1147 et suivants du Code civil.

« Le débiteur est condamné, s'il y a lieu, au paiement de dommages et intérêts soit à raison de
l'inexécution »
Article 1147 créé par la Loi 1904-02-07 promulguée le 17 février 1804.

« Il n'y a lieu à aucun dommage et intérêt lorsque, par suite d'une force majeure ou d'un cas
fortuit, le débiteur a été empêché de donner ou de faire ce à quoi il était obligé, ou a fait ce qui lui
était interdit. »
Article 1148 créé par la Loi 1904-02-07 promulguée le 17 février 1804.

Au titre de son contrat, l’assistant à la maîtrise d’ouvrage est tenu d’une obligation de moyens.

Dans l’hypothèse de mise en jeu de la responsabilité de l’AMO, c’est au Maître d’ouvrage qu’il
appartient de prouver la violation de l’obligation de moyens. Dans ces circonstances, le Maître
d’Ouvrage devra établir soit le retard dans la délivrance des divers avis, soit l’absence de mise en
garde.
Il sera donc prudent pour l’AMO de fournir, d’établir des dates de transmission des documents
par des clauses spécifiques prévues au contrat et de mises en garde écrites afin que leur
responsabilité ne soit engagé qu’en cas de manquement réel inacceptable.

Cependant, en cas de nullité du contrat d’AMO, la responsabilité professionnelle s’apprécie en


application des articles 1382 et 1383 du Code Civil sur fondement de la faute ou de la négligence.

« Tout fait quelconque de l'homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par la faute
duquel il est arrivé, à le réparer. »
Article 1382 créé par la Loi 1804-02-09 promulguée le 19 février 1804.

3
cf. Partie II. § 1
24/38
DUCLOCHER Isabelle, élève ingénieure de 5ème année
PROJET DE FIN D’ETUDE _ SPECIALITE GENIE CIVIL RAPPORT FINAL

« Chacun est responsable du dommage qu'il a causé non seulement par son fait, mais encore par
sa négligence ou par son imprudence. »
Article 138 créé par la Loi 1804-02-09 promulguée le 19 février 1804.

3.4. DEONTOLOGIE ET ETHIQUE DE L’AMO


L’AMO est garant des intérêts du Maître de l’Ouvrage, ne doit pas oublier qu’il est aussi
médiateur potentiel. Il est donc contraint d’exercer sa mission avec un souci constant d’équité.

L’AMO doit savoir informer le Maître d’Ouvrage des conséquences éventuelles des choix en
cause.

La mission est exclusive de toute mission de maîtrise d’œuvre portant sur le même ouvrage.

25/38
DUCLOCHER Isabelle, élève ingénieure de 5ème année
PROJET DE FIN D’ETUDE _ SPECIALITE GENIE CIVIL RAPPORT FINAL

4. ENSEIGNEMENTS TIRES DE L’EXPERIENCE PRATIQUE (CHANTIER)


Dans le cadre du présent PFE au sein de GL Ingénierie, je vais me focaliser sur la rédaction de
procédures spécifiques au marché privé, car pour les marchés publics, le bureau de Lyon ayant déjà
une certaine expérience des AMO publiques possèdent déjà un grand nombre de documents pour
répondre à un appel d’offre.
Alors que pour l’AMO privée, le bureau GLI (que ce soit de Nice ou de Lyon) est néophyte.

Néanmoins durant mon PFE, je suis initiée à l’AMO publique à travers un travail de recensement et
de collecte des documents existants, afin de créer une base de données commune à toutes les
antennes GLI, complétée de certains documents « manquant » pour les affaires d’AMO publiques.

4.1. UNE DEFINITION DU ROLE DE L’ASSISTANCE A LA MAITRISE D’OUVRAGE


PRIVEE
Lors de la rédaction du contrat d’Assistance à Maîtrise d’ouvrage du chantier du Claux Amic, une
définition du rôle de l’AMO a du et pu être mise en place.
La voici présentée dans le paragraphe suivant.

L’Assistance à Maîtrise d’ouvrage est une assistance générale à caractère administratif, financier
et technique.
C’est une mission de conseil et d’assistance dont la finalité est de permettre au Maître de
l’Ouvrage d’exercer pleinement sa mission en prenant, à chaque étape d’une opération
d’investissement, les décisions les plus favorables à une optimisation des résultats :
- Respect des objectifs,
- Coûts,
- Qualité des prestations,
- Délais,
- Réduction des risques de contentieux.
et cela depuis les réflexions préliminaires jusqu'à la mise en œuvre des garanties.
Définition établie par M. PILAT lors de l’élaboration du contrat d’AMO du Claux AMIC, le 06/04/2010.

Ce qui se traduit lorsque l’on développe les missions phase par phase :

En phase étude :
L’A.M.O. apporte l’assistance technique, administrative et financière au Maître d’Ouvrage en
vue de la définition et de la mise en œuvre optimale des moyens nécessaires à la bonne réalisation
de l’opération déterminée.
En pratique, la mission s’articule autour de trois axes principaux :
 Le conseil technique, administratif et financier du Maître de l’Ouvrage,
 L’établissement, le suivi et la vérification de la bonne exécution des contrats de prestations
intellectuelles (maîtrise d’œuvre, contrôle technique, géomètre, géotechnicien pour les
études de sols, coordonnateur Santé/Sécurité,...).
 La coordination des interventions de prestations de services des titulaires de ces mêmes
contrats.

Cette mission est exclusive d’une mission de Maîtrise d’œuvre portant sur le même ouvrage.
Ceci conduit à considérer que la personne physique ou morale qui participe à la définition (par le
programme) et au contrôle de la commande (gestion des marchés d’ingénierie) ne doit pas exécuter
aussi la commande.
Il n’est qu’un conseiller, il ne peut engager le Maître de l’Ouvrage, il ne signe jamais pour lui.

26/38
DUCLOCHER Isabelle, élève ingénieure de 5ème année
PROJET DE FIN D’ETUDE _ SPECIALITE GENIE CIVIL RAPPORT FINAL

En phase études, l’A.M.O. assure l’ordonnancement, le pilotage et la coordination des


interventions de l’ensemble des prestataires intellectuels.
Il vérifie le respect du calendrier contractuel et s’assure de la qualité des prestations d’études.

L’AMO possède également une mission dite de communication, il a un rôle dans le dialogue
entre le Maître d’Ouvrage et le Maître d’Œuvre. Ceci est possible du fait de sa connaissance
simultanée du vocabulaire technique de la maîtrise d’œuvre et l’environnement professionnel de la
maîtrise d’ouvrage, l’A.M.O. facilite le dialogue Maître d’Ouvrage - Maître d’Œuvre.
Ainsi il transmet les besoins des utilisateurs à la maîtrise d’Œuvre.

L’A.M.O doit garantir le respect des procédures réglementaires ainsi que la garantie du suivi
financier de l’opération (établissement et suivi des budgets prévisionnels, suivi des travaux
modificatifs).

L’A.M.O. assiste le Maître d’Ouvrage pour le choix du Coordonnateur Santé/Sécurité en phase


études. Il rédige les courriers à adresser :
 à l’Inspection du Travail,
 au Comité Régional de l’Organisme Professionnel de Prévention du Bâtiment et des Travaux
Publics (OPPBTP),
 à la CRAM (Caisse Régionale d’Assurance Maladie),
et les propose à la signature du Maître d’Ouvrage.

En phase travaux :
L’AMO prend part à l’aspect financier du projet. De ce fait, il gère le règlement des
entrepreneurs qu’il propose au Maître d’Ouvrage, une fois les situations de travaux vérifiées par la
maîtrise d’œuvre et contresignées par l’AMO.

L’AMO tient informé le Maître d’Ouvrage sur l’évolution des dépenses et le respect du
calendrier contractuel, pouvant ainsi à la demande du MOA, appliquer des pénalités de retard sur
les situations présentées.

L’AMO apporte un conseil juridique, sans être un expert en droit de la construction, il doit être
en mesure d’apporter une assistance juridique succincte au Maître d’Ouvrage. Ainsi il informe le
Maître d’Ouvrage sur les conséquences éventuelles de la sous-traitance occulte. Mais il intervient
également dans des cas de litiges éventuels en proposant des solutions de médiations en vue de la
recherche de solutions amiables. Enfin, il s’assure que l’ensemble des vices apparents décelés lors
des opérations préalables à la réception, soient consignés sous formes de réserves en annexe au
Procès Verbal de réception.

L’AMO tient également un rôle auprès des prestataires intellectuels, il suit la bonne exécution
des contrats en phase travaux. Et peut être amené si nécessaire à organiser les réunions Maître
d’Ouvrage, Maître d’Œuvre pendant le chantier pour :
 veiller à la bonne gestion des travaux modificatifs,
 attirer l’attention du Maître d’Ouvrage sur les conséquences de certaines modifications,
 proposer les mesures de sauvegarde à adopter en cas de défaillance d'une entreprise.

En phase final des travaux :


Et plus particulièrement lors de la réception des travaux,
l’AMO :
 assiste le Maître d’Ouvrage pour les opérations de réception,
 vérifie le contenu des Procès Verbaux établis par la maîtrise d’œuvre (liste de réserves).
 assiste le Maître d’Ouvrage dans les opérations de levées de réserve.

Mais aussi durant la phase de suivi de la garantie de Parfait Achèvement


Où l’AMO. :
 s’assure que la maîtrise d’œuvre suit les problèmes éventuels.
27/38
DUCLOCHER Isabelle, élève ingénieure de 5ème année
PROJET DE FIN D’ETUDE _ SPECIALITE GENIE CIVIL RAPPORT FINAL

 propose l’organisation d’une visite de parfait achèvement avant la fin du délai de garantie
et, si nécessaire demande au Maître d’œuvre la rédaction d’un constat de non-achèvement.
 si nécessaire, propose à la signature du MOA la décision de prolongation du délai de parfait
achèvement et la lettre d’opposition à la libération de la caution ou autre forme de garantie.

4.2. REDACTION DES PIECES ECRITES


4.2.1. Agrément et acceptation des sous-traitants
La première pièce écrite qu’il m’a fallu rédigée concerne l’agrément des sous-traitants.
Agrément à remplir par l’Entreprise générale et le sous-traitant puis à remettre à l’AMO, en quatre
exemplaires qui seront signés par l’AMO et le maître de l’ouvrage et ensuite une copie sera gardée
par les quatre parties signataires du document.
Pour établir cet agrément, j’ai commencé par une étude de la loi sur la sous-traitance : loi n° 75-
1334 du 31 décembre 1975 relative à la sous-traitance modifiée par la loi 2001-1168 2001-12-11 art.
6 1° JORF 12 décembre 2001.

« L'entrepreneur qui entend exécuter un contrat ou un marché en recourant à un ou plusieurs


sous-traitants doit, au moment de la conclusion et pendant toute la durée du contrat ou du marché,
faire accepter chaque sous-traitant et agréer les conditions de paiement de chaque contrat de sous-
traitance par le maître de l'ouvrage ; l'entrepreneur principal est tenu de communiquer le ou les
contrats de sous-traitance au maître de l'ouvrage lorsque celui-ci en fait la demande.
Lorsque le sous-traitant n'aura pas été accepté ni les conditions de paiement agréées par le
maître de l'ouvrage dans les conditions prévues à l'alinéa précédent, l'entrepreneur principal sera
néanmoins tenu envers le sous-traitant mais ne pourra invoquer le contrat de sous-traitance à
l'encontre du sous-traitant. »
Article 3 de la Loi n° 75-1334 du 31 décembre 1975 relative à la sous-traitance

Pour validation de l’agrément d’un sous-traitant, il est nécessaire de fournir les documents de base
demandés à une entreprise française :
 Contrat de sous-traitance (montant explicitement exprimé)
 Attestation d’assurance responsabilité et décennale valables en France
 Qualification éventuelle du sous-traitant
 Raison sociale de l’entreprise sous-traitante attestant de son existence (Art. R 324-7 du code
du travail)
 Caution bancaire et solidaire émise par l’entrepreneur principal en faveur du sous-traitant.
Si cette caution n’est pas fournie, il y a nullité du sous-traité.

Dans le cas particulier d’un sous-traitant établi à l’étranger exécutant des prestations en France, il
doit fournir une garantie de sa situation sociale, soit les certificats de détachement de ses salariés
attestant de leur maintien au régime de leur pays d’origine (formulaire E 101 pour les Etats de
l’UEE).
De plus, afin de respecter le plus possible la loi sur le travail et éviter le travail au noir, l’Entreprise
étrangère doit fournir une liste des employés détachés en France.
L’Assistant à la Maîtrise d’ouvrage doit contrôler à partir de cette liste que seuls les employés
inscrits travaillent sur le chantier.

Contrat conclu avec un prestataire établi à l'étranger :


« Lorsque le contrat est conclu avec un prestataire établi à l'étranger détachant des salariés sur
le territoire national pour l'exécution de ce contrat, dans les conditions définies à l'article L. 1262-1,
elle se fait remettre, lors de la conclusion du contrat, une liste nominative des salariés étrangers
soumis à autorisation de travail, comprenant les indications suivantes :
1°) Sa date d'embauche ;
2°) Sa nationalité ;
28/38
DUCLOCHER Isabelle, élève ingénieure de 5ème année
PROJET DE FIN D’ETUDE _ SPECIALITE GENIE CIVIL RAPPORT FINAL

3°) Le type et le numéro d'ordre du titre valant autorisation de travail. »


Article D. 8254-3 - Code du Travail (Décret n° 2008-244 du 7 mars 2008)

« Un employeur établi hors de France peut détacher temporairement des salariés sur le territoire
national, à condition qu'il existe un contrat de travail entre cet employeur et le salarié et que leur
relation de travail subsiste pendant la période de détachement.
Le détachement est réalisé :
1°) Soit pour le compte de l'employeur et sous sa direction, dans le cadre d'un contrat conclu
entre celui-ci et le destinataire de la prestation établi ou exerçant en France ;
2°) Soit entre établissements d'une même entreprise ou entre entreprises d'un même groupe ;
3°) Soit pour le compte de l'employeur sans qu'il existe un contrat entre celui-ci et un
destinataire. »
Article L. 1262-1 - Code du Travail (Modifié par la loi n° 2008-67 du 21 janvier 2008)

Mais cette particularité du sous-traitant étranger étant singulière à la présente affaire, elle n’a pas
été prise en compte lors de la rédaction du document « agrément type et de l’acceptation des
conditions de paiement du sous-traitant » à intégrer à la routine du pôle AMO de GLI. Seul un
paragraphe dans la procédure d’acceptation des sous-traitants mentionne cette particularité.

Cf. Annexe 9 – IMP-AMO-08-Agrément sous-traitant à remplir

En cas de défaillance de l’entrepreneur principal quant au paiement du sous-traitant, ce dernier


peut, au regard des articles 11 à 14-1 titre III de la loi n°75-1334 du 31 décembre 1975, s’il est agréé
et accepté, demandé à être payé directement par le Maître d’ouvrage. C’est ce que l’on appelle
l’action directe.

« Le sous-traitant a une action directe contre le maître de l'ouvrage si l'entrepreneur principal ne


paie pas, un mois après en avoir été mis en demeure, les sommes qui sont dues en vertu du contrat
de sous-traitance ; copie de cette mise en demeure est adressée au maître de l'ouvrage.
Toute renonciation à l'action directe est réputée non écrite.
Cette action directe subsiste même si l'entrepreneur principal est en état de liquidation des biens,
de règlement judiciaire ou de suspension provisoire des poursuites.
Les dispositions du deuxième alinéa de l'article 1799-1 du code civil sont applicables au sous-
traitant qui remplit les conditions édictées au présent article. »
Article 12 modifié par Loi n°94-475 du 10 juin 1994 - art. 5 JORF 11 juin 1994 en vigueur au plus tard le 1er octobre 1994

Elle ne peut être appliquée qu’après la mise en demeure de l’entrepreneur principal par son sous-
traitant de payer les sommes dues en vertu du contrat de sous-traitance par lettre recommandée
avec accusé de réception (avec copie au MOA). S’il n’a pas été payé à trente jours, le sous-traitant
doit demander au MOA de le régler directement, dans la limite des sommes dues à l’entrepreneur
principal.

« L'action directe ne peut viser que le paiement correspondant aux prestations prévues par le
contrat de sous-traitance et dont le maître de l'ouvrage est effectivement bénéficiaire.
Les obligations du maître de l'ouvrage sont limitées à ce qu'il doit encore à l'entrepreneur
principal à la date de la réception de la copie de la mise en demeure prévue à l'article précédent. »
Article 13

En dernier recours, un sous-traitant qui n’arrive pas à se faire payer peut, dans certains cas, faire
jouer la responsabilité du MOA et le faire condamner à l’indemniser pour le préjudice subi par sa
faute. Il en est ainsi quand ce dernier a fait preuve de négligence, a tolérée une sous-traitance
irrégulière qu’il connaissait et s’est abstenu de faire régulariser la situation.

29/38
DUCLOCHER Isabelle, élève ingénieure de 5ème année
PROJET DE FIN D’ETUDE _ SPECIALITE GENIE CIVIL RAPPORT FINAL

4.2.2. Assurance DO
A la mi-mars nous étions toujours dans l’attente de la garantie décennale de l’entreprise PRECAL
malgré les relances faite par moi-même.
Afin de faire avancer les choses et de trouver une solution, j’ai pris la liberté en accord avec mon
maître de stage de contacter d’assureurs (GENERALI Italie) pour étudier les solutions offertes à
PRECAL Italie pour s’assurer sur un chantier en France (puisque l’existence légale de PRECAL France
n’a toujours pas été avérée, en attente K-Bis). Il s’est finalement avéré que l’assurance par un
prestataire étranger d’une entreprise étrangère sur le sol français pour un seul chantier est une
démarche complexe que l’assureur n’accepte de faire que s’il connaît parfaitement l’entreprise. Or,
dans notre cas ça n’est pas le cas, nous avons donc dû attendre la constitution de la filiale française
de PRECAL Italie et l’obtention de la part de celle-ci d’une assurance décennale française.
A fin avril nous n’avons toujours pas cette assurance.

La nécessité de contracter une assurance dommage ouvrage est une obligation inscrite dans la
loi Spinetta ou loi n° 78-12 du 4 janvier 1978, exception faite des personnes physiques construisant
un logement pour elles-mêmes ou pour le conjoint, ses ascendants ou descendants ou ceux de son
conjoint.
Elle a pour but de procéder aux remboursements ou à l’exécution de toutes les réparations
faisant l’objet de la garantie décennale, sans attendre une décision de justice. La compagnie
fournissant cette prestation, se retournera par la suite, contre le responsable des désordres. La
garantie décennale couvre la responsabilité du constructeur est engagée sur les malfaçons qui
compromettent la solidité et l'étanchéité d'un édifice, ou le rendent impropre à l'usage auquel il est
destiné. Ainsi, gros œuvres, charpentes, escaliers, canalisations, plafonds, … sont concernés par
cette garantie ; par extension, les tribunaux considèrent que les travaux importants de rénovation
ou d’aménagement sont également couverts par la garantie : charpente, toiture, installation de
chauffage piscine, véranda, ravalement de façade important, réfection de carrelage,... ainsi que tous
travaux portants sur des éléments liés aux ouvrages de base de la construction et ceux qui affectent
la solidité du bâtiment.

« Toute personne physique ou morale qui, agissant en qualité de propriétaire de l'ouvrage, de


vendeur ou de mandataire du propriétaire de l'ouvrage, fait réaliser des travaux de construction, doit
souscrire avant l'ouverture du chantier, pour son compte ou pour celui des propriétaires successifs,
une assurance garantissant, en dehors de toute recherche des responsabilités, le paiement de la
totalité des travaux de réparation des dommages de la nature de ceux dont sont responsables les
constructeurs au sens de l'article 1792-1, les fabricants et importateurs ou le contrôleur technique
sur le fondement de l'article 1792 du code civil. »
Article L242-1 du Code des Assurances modifié par Loi n°2008-735 du 28 juillet 2008 - art. 45

Les éléments nécessaires à la constitution d’un dossier de dommage ouvrage sont à la base :
 Le permis de construire ou la déclaration de travaux (construction < 20m²)
 La DROC (Date Réglementaire d’Ouverture de Chantier)
 Les plans des travaux (masse, façades, coupes, niveaux)
 L’étude de sol
 Le devis descriptif des travaux
 Le RICT (Rapport Initial du Contrôleur technique)
 Les conventions de maîtrise d’œuvre (architecte et/ou bureau d’étude et/ou ingénieur
conseil)
 La convention de contrôle technique avec mission L (solidité des ouvrages et des éléments
d'équipement indissociables) + PS (Parasismique)
 La liste complète par lot, de tous les intervenants du chantier
 Les attestations d’assurance décennale et responsabilité civile, faisant expressément
références à la loi du 4 janvier 1978, et en vigueur à la DROC et mentionnant les activités
garanties de tous les intervenants du chantier
 Le montant prévisionnel TTC des travaux y compris VRD

30/38
DUCLOCHER Isabelle, élève ingénieure de 5ème année
PROJET DE FIN D’ETUDE _ SPECIALITE GENIE CIVIL RAPPORT FINAL

 Le montant prévisionnel TTC de tous les honoraires techniques (architecte, ingénieur, AMO,
etc.…)
Selon les compagnies d’assurance et en accord avec la complexité des projets, il sera parfois
demandé d’autres documents tels que les fiches techniques des panneaux photovoltaïques, des
compléments de missions du contrôleur technique (Mission Hand relative à l’accessibilité pour les
personnes handicapées, etc.…)

De plus, l’obligation pour l’entrepreneur de souscrire une assurance décennale est inscrite, elle
aussi, dans la loi Spinetta ou loi n° 78-12 du 4 janvier 1978, exception faite des personnes
physiques construisant un logement pour elles-mêmes ou pour le conjoint, ses ascendants ou
descendants ou ceux de son conjoint.

« Tout constructeur d'un ouvrage est responsable de plein droit, envers le maître ou l'acquéreur
de l'ouvrage, des dommages, même résultant d'un vice du sol, qui compromettent la solidité de
l'ouvrage ou qui, l'affectant dans l'un de ses éléments constitutifs ou l'un de ses éléments
d'équipement, le rendent impropre à sa destination.
Une telle responsabilité n'a point lieu si le constructeur prouve que les dommages proviennent d'une
cause étrangère. »
Art. 1792du Code civil - Loi n° 78-12 du 4 janvier 1978 relative à la responsabilité et à l’assurance dans le domaine de la
construction (parue au Journal officiel du 5 janvier 1978)

« Toute personne physique ou morale, dont la responsabilité décennale peut être engagée sur le
fondement de la présomption établie par les articles 1792 et suivants du code civil, doit être couverte
par une assurance.
A l'ouverture de tout chantier, elle doit être en mesure de justifier qu'elle a souscrit un contrat
d'assurance la couvrant pour cette responsabilité.
Tout contrat d'assurance souscrit en vertu du présent article est, nonobstant toute stipulation
contraire, réputé comporter une clause assurant le maintien de la garantie pour la durée de la
responsabilité décennale pesant sur la personne assujettie à l'obligation d'assurance. »
Article L241-1 du Code des Assurances modifié par Ordonnance n°2005-658 du 8 juin 2005 - art. 3 JORF 9 juin 2005

4.2.3. « Check List » AMO privée


Lorsque je suis arrivée, il m’a fallut un temps d’adaptation afin de comprendre tout le
déroulement de l’affaire avant mon arrivée. Pour cela, la rédaction d’une « check List » AMO privée,
relatant les principaux évènements de l’affaire permet de savoir exactement où l’on se situe dans le
déroulement de la mission d’AMO. Celle-ci ayant pour but de lister les différentes étapes que doit
mener l’AMO lors d’une affaire de marché privé.

Cf. Annexe 10 – IMP-AMO-03-Check List – mission AMO privée

4.2.4. Suivi financier


Selon la volonté du MOA et dans le cadre de la mission d’AMO, un suivi financier est à mettre en
place. Celui-ci comporte deux aspects.
Primo, le VISA de l’AMO toutes factures émises par la maîtrise d’œuvre et sur les situations de
travaux de l’entreprise (après VISA du MOE). Afin de présenter clairement la situation au maître
d’ouvrage et de lui permettre de prévoir ses dépenses, deux tableaux récapitulatifs de règlement de
la maîtrise d’œuvre d’une part et des travaux de l’autre seront établis avec prévisionnel à trois mois.

Cf. Annexe 11 – IMP-AMO-07A-Tableau suivi financier – Equipe de maîtrise d’œuvre


Cf. Annexe 12 – IMP-AMO-07B-Tableau suivi financier – Travaux

31/38
DUCLOCHER Isabelle, élève ingénieure de 5ème année
PROJET DE FIN D’ETUDE _ SPECIALITE GENIE CIVIL RAPPORT FINAL

Secundo, la suggestion de l’application des pénalités de retard provisoires au (ou à la demande


du) MOA et la confirmation à MOE de répercutions sur les situations de travaux des entreprises.

4.2.5. Suivi et avancement de l’affaire : CR mensuel


La mission principale de l’AMO est le respect du délai et du planning en phase travaux. L’AMO va
exercer donc un contrôle du déroulement de l’affaire, pour cela il assistera à certaines réunions de
chantier, à des réunions plus spécifiques avec la MOE. L’AMO est la personne qui garde la vision
d’ensemble du projet.
Afin de faire son rapport au maître d’ouvrage, l’AMO dispose de rendez-vous réguliers avec la
maîtrise d’ouvrage. Mais afin de garder une trace écrite des décisions prises, un compte-rendu de
ces réunions spécifiques sera ensuite transmis aux personnes présentes et/ou concernées.
De plus, pour ne pas faire de doublon avec le compte-rendu de chantier du maître d’œuvre
d’exécution transmis chaque semaine, il a été décidé par M. PILAT et moi-même, qu’un compte-
rendu mensuel de l’AMO sera transmis. Ce dernier ne regroupera que les questions propres au rôle
de l’AMO : le respect du planning, la sous-traitance, le suivi financier (règlements effectués et
pénalités), les demandes spécifiques du MOA à chacun, les questions en rapport direct avec celui-ci
(assurance DO, dossier concessionnaires,…) et pour conclure l’avis de l’AMO sur l’avancement du
chantier.

Cf. Annexe 13 – IMP-AMO-11-Trame Compte-rendu AMO mensuel

4.2.6. Procédure de mise en demeure


Selon la norme NF P 03-001 concernant les marchés privés du bâtiment,

« Lorsqu’une des parties ne se conforme pas aux conditions du marché, l’autre partie ;
conformément à l’acceptation de l’acte d’engagement, la met en demeure d’y satisfaire dans un
délai qui ne peut être inférieur à quinze jours, sauf cas particuliers prévus au CCAP. »
Paragraphe 21.1 – norme NF P 03-001

Cette mise en demeure, se fera par lettre recommandée avec accusé de réception, le délai coure à
compter du lendemain de la date portée sur l’avis de réception, sauf prescriptions particulières
inscrites au CCAP.

Dans le cas précis de cette affaire, le maître d’ouvrage à demander du fait que l’entreprise
générale est italienne et que les délais d’acheminement du courrier est allongé, à ce que soit inscrit
au CCAP, que toute mise en demeure sera accompagnée d’un envoi par mail le jour même de l’envoi
en recommandé, et que donc le délai coure à partir de la date d’envoi et non de réception. De plus,
délai de réponse par lettre est d’une semaine avec une semaine de plus pour les actions concrètes.

4.2.7. Résiliation de plein droit


Dans le cas extrême ou la mise en demeure est restée infructueuse, une procédure de résiliation
peut être envisagée.

Selon la norme NF P 03-001, la résiliation aux torts de l’une quelconque des parties
communément appelée résiliation de plein droit est possible dans les cas suivants :

« Le marché pourra être résilié de plein droit aux torts de l’une des parties et sans
accomplissement d’aucune formalité judiciaire, aux torts de l’entrepreneur :
- Après mise en demeure dans tous les cas où les dispositions du CCAG ou du CCAP prévoient
effectivement cette faculté de résiliation ;
- Sans mise en demeure en cas de défaillance dûment constatée de l’une quelconque des
32/38
DUCLOCHER Isabelle, élève ingénieure de 5ème année
PROJET DE FIN D’ETUDE _ SPECIALITE GENIE CIVIL RAPPORT FINAL

parties. »
Paragraphe 21.1.1– norme NF P 03-001

Selon la norme NF P 03-001, la résiliation peut être imputée soit aux torts de l’entrepreneur et
est possible dans les cas suivants :

« Le marché pourra être résilié de plein droit, sans accomplissement d’aucune formalité
judiciaire, aux torts de l’entrepreneur :
- Après mis en demeure en cas d’abandon de chantier ou en cas de sous-traitance en infraction
avec les dispositions des paragraphes 4.4 et 20.6 ;
- Sans mise en demeure, dans le cas de tromperie grave et dûment constatée sur la qualité des
matériaux ou sur la qualité d’exécution des travaux. »

Paragraphe 4.4 –Sous-traitance :


Rappel de la loi sur la sous-traitance.
Cf. paragraphe 2.2.1 du présent rapport
Paragraphe 20.6 – Garantie du Sous-traitant :
« Conformément à l’article 14 de la loi du 31 décembre 1975 (loi sur la sous-traitance), les
paiements de toutes les dues par l’entrepreneur au sous-traitant sont garanties par une caution
personnelle et solidaire obtenue par l’entrepreneur d’un établissement financier ou par la délégation
au maître de l’ouvrage. »
Paragraphe 21.1.2.1 – norme NF P 03-001

La conséquence pour l’entrepreneur si la résiliation de plein droit est prononcée dans l’un des
cas visés précédemment, est que sur simple ordonnance rendue par le Président du Tribunal de
Grande Instance, ou le cas échéant par le Président du Tribunal de Commerce statuant en référé,

« L’entrepreneur résilié pourra être expulsé du chantier et devra libérer celui-ci de toutes occupations
de son chef en faisant place nette. »
Paragraphe 21.1.2.2 – norme NF P 03-001

Ou bien aux torts du Maître de l’ouvrage :

« L’ajournement ou l’interruption, fractionné ou continu de plus de six mois, peut entraîner résiliation
du marché par l’entrepreneur aux torts du Maître de l’Ouvrage. »
Paragraphe 21.1.3.1 – norme NF P 03-001

Pour la question de l’indemnité éventuelle que l’une ou l’autre des partis peut prétendre, Il est
important de noter que :
« Dans tous les cas, l’entrepreneur ou ses ayants droit sont réglés du montants des travaux effectués
à la date de résiliation, *…+ après établissement d’un constat contradictoire. Leur règlement sera
effectué sur la base de cet état, après liquidation des indemnités éventuellement dues. »
Paragraphes 22.2.2 et 22.4.1 – norme NF P 03-001

Ces conditions de résiliation sont également inscrites au CCAP des pièces du marché, rappelées
dans les actes d’engagement et donc parfaitement portées à connaissance de l’entrepreneur.

4.3. REDACTION DE LA PROCEDURE D’AMO SPECIFIQUE AU MARCHE PRIVE


La rédaction d’une procédure d’Assistance à la Maîtrise d’Ouvrage en marché privé a été l’objet
de la dernière partie du PFE.
Elle a été rédigée dans l’optique de répondre à tous problèmes qui peuvent surgir durant une
opération de construction de bâtiment en marché privé.

33/38
DUCLOCHER Isabelle, élève ingénieure de 5ème année
PROJET DE FIN D’ETUDE _ SPECIALITE GENIE CIVIL RAPPORT FINAL

Cette pièce écrite se divise en plusieurs parties :


 un rappel de la mission générale de l’AMO auprès d’un MOA privé réparti en cinq phases.
 Phase pré chantier
o Choix de l’équipe de maîtrise d’œuvre (architecte et/ou BET)
o Choix des entreprises
o Lancement du chantier
o Processus « Agrément des sous-traitants »
 Phase chantier « courante »
o Respect du planning
o Gestion et animation de l’équipe de Maîtrise d’œuvre
o Suivi financier
o Démarche auprès des concessionnaires
o Processus de « Mise en demeure »
o Processus « Litige »
o Processus « Résiliation de contrat »
 Phase fin de chantier
o Planning de finition, devis des concessionnaires,
o programmation des visites de conformité…
 Phase réception (notification des réserves en accompagnement du MOA)
 Phase après chantier (bouclage administratif et financier)

La mission de l’Assistant du Maître d’Ouvrage prend effet à partir de la décision d’achat ou de


location d’un local à rénover ou d’un terrain à construire. Cette décision d’achat ou de location est
prise par le Maître d’Ouvrage.
Dans ces missions l’Architecte est déjà choisi par le Maître d‘Ouvrage, et le programme
d’aménagement est déjà établi par le Maître d’ouvrage.
Procédure AMO_marché privé – rédaction PFE janvier-juin 2011

Cf. Annexe 14 : Procédure GLI – AMO en marché privé

 Un carnet de pièces écrites, trames des différents documents nécessaires durant la mission
d’AMO en marché privé :
 Classement type à proposer au secrétariat du MOA (si celui-ci n’a jamais participé à une
opération de construction).
Cf. Annexe 15 – IMP-AMO-02-Classement type
 Check List des points de contrôle en AMO de marché privé
Cf. Annexe 10 – IMP-AMO-03-Check List AMO privée
 Liste type des prestations à exécuter en fin d’intervention
Cf. Annexe 16 – IMP-AMO-04-Liste type fin d’opération
 Fiche d’intervention ou de passage de l’AMO sur chantier en dehors des réunions de
chantier
Cf. Annexe 17 – IMP-AMO-05-Fiche d’intervention
 Tableau de suivi financier des honoraires (MOE, SPS, BC,… et situations de travaux des
entreprises.
Cf. Annexes 11 et 12
 Agrément type du sous-traitant (avec rappel des lois et des pièces administratives dues
par les deux parties)
Cf. Annexe 9 – IMP-AMO-08-Agrément sous-traitant à remplir
 Organigramme à compléter
Cf. Annexe 18 – IMP-AMO-09-Organigramme
 Tableau de répartitions des missions parmi les différents intervenants du chantier
Cf. Annexe 19 – IMP-AMO-10-Tableau répartition missions

34/38
DUCLOCHER Isabelle, élève ingénieure de 5ème année
PROJET DE FIN D’ETUDE _ SPECIALITE GENIE CIVIL RAPPORT FINAL

 Trame du CR mensuel établi par l’AMO


Cf. Annexe 13 – IMP-AMO-11-Trame Compte-rendu AMO mensuel

Afin d’établir ces documents spécifiques au marché privé de travaux, une bonne base ont été les
documents élaborés par le MINEFI pour les opérations de marchés publics.
On retrouve ainsi des documents indispensables tels que :
 Formulaire DC4 –déclaration des sous-traitants
 Formulaire EXE 10 – pour l’écriture d’un avenant
 Formulaire EXE 13 – Décompte des pénalités de retard
 Formulaire EXE 14 – pour l’écriture d’une mise en demeure
 Formulaire EXE 15 – Décision de résiliation

35/38
DUCLOCHER Isabelle, élève ingénieure de 5ème année
PROJET DE FIN D’ETUDE _ SPECIALITE GENIE CIVIL RAPPORT FINAL

CONCLUSION
A travers ce PFE, grâce à l’étude théorique et à l’application sur chantier, il m’a été donné de
découvrir et comprendre en quoi consiste la mission d’Assistance à la Maîtrise d’Ouvrage. Plus
particulièrement la complexité que l’absence de textes et de règlementations spécifiques confère au
rôle d’AMO dans une affaire de Marché privé.
En effet pour un BET qui veut se lancer dans ce secteur tout est à construire. Les quelques pièces
existantes créées par les instances gouvernementales pour les Marchés publics peuvent être une
bonne source d’inspiration mais s’avèrent finalement présentées des limites face à la complexité
que peut avoir une affaire en Marché privé. Car celle-ci ne s’inscrit pas dans un moule défini par la
Loi MOP.

Ainsi sur ce chantier, tous les aspects de l’AMO ont été abordés :
 le technique : avec le suivi du planning et du programme
 l’administratif : avec la gestion des procédures d’agrément de sous-traitant, ou de
constitution du dossier de DO…
 le financier : avec le suivi des paiements et l’application éventuelle de pénalités de
retard
 l’organisationnel : avec l’animation de l’équipe de Maîtrise d’œuvre et des autres
intervenants du chantier : Entreprise générale, coordinateur SPS,…

De ce fait l’objectif qui était la rédaction de procédures d’AMO pour le marché privé a été atteint. GL
Ingénierie possède maintenant une procédure générale de réponse à un appel d’offre pour la
construction de bâtiments en marché privé.
La prochaine étape pour GLI, sera d’étendre ses compétences avec l’embauche d’un juriste, d’un
architecte et d’autres ingénieurs pour renforcer l’équipe d’AMO. Avec pour but ultime la
diversification des missions avec la création de compétence pour des missions d’AMO de type HQE
et l’aide à la programmation pour le MOA, qui actuellement se fait par l’appel à un cabinet de
programmation.

Cette mission m’a offert une vue plus globale de la vie d’un projet. En tant d’Assistant à la Maîtrise
d’Ouvrage le champ d’action et les responsabilités qui en découlent ainsi que leur complexité est
captivante. Les intervenants prenants par aux affaires sont nombreux et donc les challenges
toujours plus intéressants.

36/38
DUCLOCHER Isabelle, élève ingénieure de 5ème année
PROJET DE FIN D’ETUDE _ SPECIALITE GENIE CIVIL RAPPORT FINAL

TABLE DES FIGURES


Figure 1 - CA global de GL Ingénierie entre 2000 et 2010 ........................................................ 9
Figure 2 - Exercice du 01/01/2009 au 31/10/2010 - CA par type d’affaire .............................. 9
Figure 3 - Evolution du CA par type d'affaire de 2005 à 2009 ................................................ 10
Figure 4 – Plan financier sur 5 ans pour GLI Nice – Etabli par M. Pilat ................................... 11
Figure 5 - Plan de situation de la zone - Photo aérienne ........................................................ 12
Figure 6 – Dossier PC Etat des lieux du Club House existant à démolir ................................. 12
Figure 7 - Projet de la nouvelle résidence de tourisme et du Club House ............................. 13
Figure 8 - Coupe sur projet ..................................................................................................... 13
Figure 9 - Les besoins du métier de Maître de l'Ouvrage ....................................................... 17
Figure 10 - Missions particulières aux différentes phases de projet des acteurs de la
construction ......................................................................................................... 20
Figure 11 - Caractéristiques de la mission d'AMO par rapport à MOE................................... 21
Figure 12 - Les principales missions possibles de l'AMO à toutes les phases d'un projet ..... 22

37/38
DUCLOCHER Isabelle, élève ingénieure de 5ème année
PROJET DE FIN D’ETUDE _ SPECIALITE GENIE CIVIL RAPPORT FINAL

BIBLIOGRAPHIE
Lois et décrets :
- Loi n° 85-704 du 12 juillet 1985 dite « Loi MOP » – Article 6.
- Loi n°78-12 du 4 janvier 1978 dite « Loi Spinetta » relative à la responsabilité et à l'assurance
dans le domaine de la construction – Article 1792.
- Décret n° 93-1268 du 29 novembre 1993 relatif aux missions de maîtrise d’œuvre confiées
par des maîtres d’ouvrage publics à des prestataires de droit privé.
- Arrêté du 21 décembre 1993 précisant les modalités techniques d’exécution des éléments
de mission de maîtrise d’œuvre confiés par des maîtres d’ouvrage publics à des prestataires
de droit privé.
- Ordonnance n° 2004-566 du 17 juin 2004 portant modification de la loi n° 85-704 du 12
juillet 1985 relative à la maîtrise d'ouvrage publique et à ses rapports avec la maîtrise
d'œuvre privée.
- Circulaire n°2001-65 du 18 septembre 2001 relative à l’organisation de la maîtrise d’ouvrage
et de la maîtrise d’œuvre pour l’aménagement du réseau routier national.
- Loi n° 75-1334 du 31 décembre 1975 relative à la sous-traitance modifiée par La Loi 2001-
1168 2001-12-11 art. 6 1° JORF 12 décembre 2001.
- Code des Marchés publics
- Code civil
- Code du travail
- Code des Assurances

Normes françaises :
- NF P 03-001 Marchés privés de bâtiment
- NF P 03-002 Marchés privés de travaux publics
- NF P 03-100 Septembre 1995 Critères généraux pour la contribution du contrôle technique à
la prévention des aléas techniques dans le domaine de la construction

Ouvrages :
- La loi MOP et ses applications pratiques – Guide actualisé de la maîtrise d’ouvrage et de la
maîtrise d’œuvre dans les constructions publiques – V. Granger / C. Illouz / G ; Joubault / P.
Olivier / A. Thomas – Novembre 1999 – Ed. WEKA – Chapitre 3 : Organisation de la maîtrise
d’ouvrage – § 5.
- Missions d’assistance à décideur et maître d’ouvrage – Terminologie et repères de pratiques
– Ministère des Transport et de l’Equipement, du Tourisme, et de la mer – Direction
départementale de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Construction – Septembre 2005
- Missions d’Assistance à la Maîtrise d’Ouvrage – Guide d’application – SYNTEC-Ingénierie –
Octobre 2005.
- Sous-traitants : Statut et protection – Dossier technique – Chambre des métiers d’Alsace –
Service juridique – Août 2010.

Articles :
- 30 questions sur l’assistance à maîtrise d’ouvrage – Daniel COUFFIGNAL (Directeur général
du Cabinet Clément & Associés, chargé de cours à l’INSA de Lyon) – publié sur le site
www.operationsimmobilieres.com – Janvier 2008
- Mission d’Assistance à la maîtrise d’ouvrage –Le Moniteur Cahier détaché n°5318 – Octobre
2005
- HQE - Rôle et missions de l’AMO – CETE – Octobre 2000

38/38
DUCLOCHER Isabelle, élève ingénieure de 5ème année