Vous êtes sur la page 1sur 7

ECOLE NATIONALE POLYTECHNIQUE CONSTANTINE

ANNEE PREPARATOIRE
ALGEBRE II

Exercices solutionnés

Exercice 1:
Existe t il m 2 R a…n que le système des deux vecteurs (1; 1; 2); (2m; 1; m)
forme une base de (R3 ; R)?
Le système donné peut il etre prolongé à une base de R3 :

Solution:

A- Le système de deux vecteurs (1; 1; 2); (2m; 1; m) indépendement de


m ne peut pas constituer une base de (R3 ; R) car dimR R3 = 3 qui est le
nombre minimal de vecteurs qui peuvent l’engendrer.
B1- A…n de prolonger le système donné: (1; 1; 2); (2m; 1; m) à une base
de R3 , il est nécessaire qu’il soit libre par la suite il su¢ t de le prolonger à
une base de R3 par la concaténation d’un seul vecteur.
B2: Le système (1; 1; 2); (2m; 1; m) est lié si (2m; 1; m) = k (1; 1; 2)
avec k 2 R:d’où 2m = k; 1 = k et m = 2k: On a alors k = 1 et k = 0
ce qui est impossible ce qui traduit que le système (1; 1; 2); (2m; 1; m)
est libre pour toute valeur de m 2 R: Il su¢ t d’y concaténer un vecteur
qui n’appartient pas à l((1; 1; 2); (2m; 1; m)): Un tel vecteur peut etre
(2; 0; 1): Le système de trois vecteur (1; 1; 2); (2m; 1; m); (2; 0; 1) est
une base de (R3 ; R) pour toute valeur de m 2 R:

Exercice 2:
Montrer que les deux sous espaces vectoriels E1 = l f(2; 3; 1); (1; 1; 2)g
et E2 = l f(3; 2; 3); (5; 5; 4)g de R3 sont égaux.

Solution:

Montrons que f(2; 3; 1); (1; 1; 2)g E2 . En e¤et, (2; 3; 1) = k


(3; 2; 3) + k (5; 5; 4) conduit à k = 1 et k 0 = 1et (1; 1; 2) = x
0

(3; 2; 3) + y (5; 5; 4) fournit x = 2 et y = 1:

1
D’autre part, le système (3; 2; 3); (5; 5; 4) est libre car (5; 5; 4) 62
l(3; 2; 3) donc E2 est un plan vectoriel qui plus est le système de deux
vecteurs (2; 3; 1); (1; 1; 2) de E2 est libre donc il forme une base de E2 et
donc E1 = l f(2; 3; 1); (1; 1; 2)g = E2 = l f(3; 2; 3); (5; 5; 4)g :

Exercice 3:
1- Montrer que R b n [x] = fP : R ! R j P (x) = a0 + a1 x + ::: + an xn où a0 ; a1 :::; an 2 Rg
est un sous espace vectoriel de RR :
2- Montrer que la correspondance b n [x] où (P = a0 +
: Rn [x] ! R
a1 X + ::: + an X n ) = P tel que : P : R ! R avec P (x) = a0 + a1 x + ::: + an xn ;
est une application linéaire injective et surjective.
3- Donner une base et la dimension de R b n [x]
4- Montrer que l0 application f : R b n [x] ! R ou f (P ) = P (3) est une
application linéaire
5-.Donner la dimension de Im f:
6- Pour n = 3 donner une base et la dimension du noyau de f

Solution:

A- On sait que RX est un espace vectoriel sur R où X est un ensemble,


en particulier si X = R l’ensemble RR ; R est un espace vectoriel. On a
b n [x] RR :
R
Il est evident que R b n [x] n’est pas vide:( par exemple : il contient les
applications constantes sur R).
b n [x] où P (x) = a0 +a1 x+:::+an xn et Q(x) = b0 +b1 x+:::+bn xn
Si P; Q 2 R
sommedeRR
alors(P + Q)(x) = P (x) + Q(x) = (a0 + a1 x + ::: + an xn ) + (b0 + b1 x +
::: + bn xn ) = (a0 + b0 ) + (a1 + b1 )x + ::: + (an + bn )xn où ai + bi 2 R pout
tout i 2 0; n:ce qui traduit que P + Q 2 R b n [x] : D’autre part, si 2 R et
T 2R b n [x] avec T (x) = t0 + t1 x + ::: + tn xn où ti 2 R pout tout i 2 0; n alors
loiexternedeRR
( P )(x) =
= P (x) = (t0 + t1 x + ::: + tn xn ) = t0 + t1 x + ::: + tn xn avec ti 2
|{z} |{z} |{z}
b b n [x] est stable
R pout tout i 2 0; n: On déduit que T 2 Rn [x] : Conclusion R
b n [x] RR :
pour la loi interne et externe dé…nie sur RR donc R
l
B-Qui plus est, si P = a0 + a1 X + ::: + an X n et Q = b0 + b1 X + ::: +
bn X n sont deux elements de R b n [x] alors P + Q = (a0 + a1 X + ::: + an X n ) +
(b0 + b1 X + ::: + bn X n ) = (a0 + b0 ) + (a1 + b1 )X + ::: + (an + bn )X n donc

2
(P +Q) = (a0 +b0 )+(a1 +b1 )x+:::+(an +bn )xn = (a0 + a1 x + ::: + an xn )+
(b0 + b1 x + ::: + bn xn ) = (P ) + (Q):
D’autre part, si 2 R et T = a0 + a1 X + ::: + an X n alors ( T ) =
( (a0 + a1 X + ::: + an X n )) = ( a0 + a1 X + ::: + an X n )) =
= a0 + a1 x + ::: + an x = (a0 + a1 x + ::: + an x) = (T ):
Conclusion : Rn [x] ! R b n [x] est une application linéaire.
On a (Rn [x]) = (fP = a0 + a1 X + ::: + an X n j a0 ; a1 :::; an 2 Rg) =
f (P = a0 + a1 X + ::: + an X n ) j a0 ; a1 :::; an 2 Rg =
= fP : R : R j P (x) = a0 + a1 x + ::: + an xn où a0 ; a1 :::; an 2 Rg = R b n [x] :
Ainsi: Im = R b n [x] qui traduit que est un épimorphisme.
Détermination du noyau: ker = (0) =
= fP = a0 + a1 X + ::: + an X 2 Rn [x] j a0 + a1 x + ::: + an xn = 0 pour tout x 2 Rg =
n

Rn [x] où Rn [x] est le polynome formel nul.


Du fait que ker = Rn [x] donc est un monomorphisme.
C- Etant donné que : Rn [x] ! R b n [x] est un isomorphisme donc l’image
d’une base de Rn [x] en est une pour R b n [x] : Puisque 1; X; :::; X n est la base
canonique de Rn [x] donc:
(1) = 1; (X) = x; :::; (X n ) = xn est une base de R b n [x] et dimR R b n [x] =
dimR Rn [x] = n + 1:
D-Pour tout P; Q 2 R b n [x] et 2 R on a les egalités suivantes:

f (P + Q) = (P + Q)(3) = P (3) + Q(3) = 0 + 0 = 0


et
f ( P ) = ( P )(3) = P (3) = :0 = 0
qui con…rment que f est linéaire.
E- Im f est un sous espace vectoriel de (R; R) et donc dim Im f est zero
ou 1:Puique f n n’est pas nulle donc dim
o Im f = 1:
b
F- ker f = P 2 R3 [x] j f (P ) = 0 =
n o n o
= P 2R b 3 [x] j P (3) = 0 = P 2 R b 3 [x] j (x 3) divise P =
= f(x 3)(ax2 + bx + c) j a; b; c 2 Rg =
= fc(x 3) + b(x2 3x) + a(x3 3x2 ) j a; b; c 2 Rg = l((x 3); (x2 3x); (x3
3x2 )):
Le système (x 3); (x2 3x); (x3 3x2 ) engendre ker f de plus de l’équation
b 3 [x] dim Im f = 3 on conclut que le système
du rang on a dim ker f = dim R

3
(x 3); (x2 3x); (x3 3x2 ) est libre et donc une base de ker f qui est ainsi
de dimension 3:

Exercice 4:
On considère E un R espace vectoriel de dimension 3 où le système B : e1 ;
e2 ; e3 est une base donnée.
1- Calculer les coordonnées f (x) dans la base B si x = 1 e1 + 2 e2 :et
f : E ! E est une application linéaire caracterisé par; f (e1 ) = e1 + e2 ;
f (e2 ) = e1 e2 et f (e3 ) = e1 + k e3 :
2- Trouver k 2 R tel que f soit un monomorphisme , un epimorphisme.

Solution:

A- f (x) = f ( 1 e1 + 2 e2 ) = 1 f (e1 )+ 2 f (e2 ) = 1 (e1 +e2 )+ 2 (e1 e2 ) =


( 1 + 2 )e1 + ( 1 2 )e2 :
B- f est un monomorphisme si et seulement si f est un épimorphise si
et seulement si f (e1 ); f (e2 ); f (e3 ) forment un système libre. Pour ce faire
trouvons k a…n que ces vecteurs soient liés:
f (e1 ) = e1 + e2 ; f (e2 ) = e1 e2 est un système libre car e1 e2 n’est
pas une combinaison linéaire de e1 + e2 : Il n’existe pas de satisfaisant :
e1 e2 = (e1 + e2 ) (résoudre pour s’en convanicre).
Analysons s’il existe k 2 R qui satisfait l’équation e1 + k e3 = (e1 +
e2 )+ (e1 e2 ) pour ; 2 R: On a alors (1 )e1 +( + )e2 +ke3 =
1
d’où = = 2 et k = 0:
On conclut que pour k 2 R le système f (e1 ) = e1 + e2 ; f (e2 ) = e1 e2
et f (e3 ) = e1 + k e3 est libre donc f est un isomorphisme.

Exercice 5:
1- Trouver le noyau et l’image de l’application linéaire f : R2 ! R2 où
f (x; y) = (x + y; 3x):
2- L’application linaire f est elle injective, surjective?

Solution:

A- ker f = f(x; y) 2 R2 j f (x; y) = (x + y; 3x) = (0; 0)g = f(x; y) 2 R2 j x = y = 0g =


f(0; 0)g :
B- On déduit que f est un endomorphisme injectif donc un isomorphisme
où Im f = R2 :

4
Exercice 6: Trouver le noyaux et l’image de l’application linéaire f :R3
! R où f (x; y; z) = 3x 2y + z: Cette application linaire est elle injective,
surjective.

Solution:

On a ce qui suit: ker f = f(x; y; z) 2 R j 3x 2y + z = 0g = f(x; y; 3x 2y) j x; y 2 Rg =


f(x; 0; 3x) + (0; y; 2y j x; y 2 Rg = l((1; 0; 3); (0; 1; 2)): Le système (1; 0; 3); (0; 1; 2)
est libre (0; 1; 2) 62 l(1; 0; 3): On conclut que dim ker f = 2. Cette applica-
tion linéaire n’est pas un monomorphisme.
En…n : Im f est un sous espace vectoriel de R l’application f n’est pas
nulle donc dim Im f = 1 donc f est un épimorphisme

Exercice 7: L’application linéaire f :R3 ! R3 où f (x; y; z) = (x + y +


z; y + z; x + 2y z):est elle un isomorphisme. Donner ker f et Im f:

Solution:

Les images de la base canonique de R3 sont: f (1; 0; 0) = (1; 0; 1); f (0; 1; 0) =


(1; 1; 2) et f (0; 0; 1) = (1; 1; 1):
Le système de vecteurs obtenu: (1; 0; 1); (1; 1; 2); (1; 1; 1) est libre (véri-
…er) donc c’est une base de R3 donc f est un isomorphisme d’où ker f =
f = (0; 0; 0)g et Im f = R3 :

Exercice 8: On considère un endomorphisme ' de R2 caractérisé par :


'(1; 0) = ( 5; 10) et '(0; 1) = ( 3; 6):
1- ' est il un isomorphisme ;
2- Montrer ker ' Im ' = R2 :
3- Trouver ' ' .

Solution:

1- Le système '(1; 0) = ( 5; 10), '(0; 1) = ( 3; 6) n’est pas libre car


( 3; 6) = 53 ( 5; 10) on conclut que ' n0 est pas un isomorphisme::
2- ker ' = f(x; y) 2 R2 j '(x; y) = (0; 0)g = f(x; y) 2 R2 j x '(1; 0) + y '(0; 1) = (0; 0)g =
f(x; y) 2 R2 j ( 5x 3y; 10x + 6y) = (0; 0)g =
= (x; 35 x) j x 2 R = l(1; 53 ) = l( 3; 5): Ainsi, dim ker f = 1: et alors
dim Im f = 1:

5
Im f = f( 5x 3y; 10x + 6y) 2 R2 j x; y 2 Rg = fx ( 5; 10) + y( 3; 6) j x; y 2 Rg =
l(( 5; 10); ( 3; 6)) = l( 3; 6):
On conclut que ( 3; 5) est une base de ker f et ( 3; 6) est une base de
Im f: D’autre part, le système ( 3; 5); ( 3; 6) est libre donc c’est une base
de leur somme qui est alors directe de plus puisque dim (Im f + ker f ) = 2
= dimR R2 donc la somme de ker f et Im f est supplémentaire dans R2 :
3- Il su¢ t de constater que :' '(1; 0) = ( 5; 10) = '(1; 0) et ' '(0; 1) =
( 3; 6)) = '(0; 1). d’ou ' ' = ':

Exercice 9: Pour m 2 R on dé…nit fm l’endomorphisme de R3 dé…ni par:


fm (1; 0; 0) = (m; 1; 0); fm (0; 1; 0) = (m+6; m+2; 0) et fm (0; 0; 1) = (0; 0; m):
Déterminer les valeurs de m pour lesquelles fm n’est pas un épimorphisme.

Solution:

Pour ce faire, trouvons m a…n que fm soit un isomorphisme. Il su¢ t


d’analyser l’indépendanace du système de vecteurs : fm (1; 0; 0) = (m; 1; 0);
fm (0; 1; 0) = (m + 6; m + 2; 0); fm (0; 0; 1) = (0; 0; m)
La combinaison linéaire (m; 1; 0) + (m + 6; m + 2; 0) + (0; 0; m) =
(0; 0; 0) donne m + (m+6) = 0 et + (m+2) = 0 et m = 0: Qui fournit:
(m2 + m 6) = 0 et = ( m 2) et m = 0. Pour m 62 f 3; 2g on a
m2 + m 6 6= 0 et donc (m2 + m 6) 6= 0 uniquement pour = 0 d’où
= 0 sans condition sur m: En…n pour m 6= 0 l’équation m = 0 est satisfaite
uniquement pour = 0: En somme pour m 62 f0; 3; 2g on a forcement
= = = 0 qui traduit que fm est un isomorphisme. Conclusion pour
m 2 f0; 3; 2g l’endomorphiqme fm n’est pas un épimorphisme.

Exercice 10: On considère (E; R) et (F; R) deux espaces vectoriels de


bases B = (e1 ; e2 ; e3) et B 0 = (w1 ; w2 ) respectivement et f : E ! F une
application linéaire où f (e1 ) = 2w1 w2 ; f (e2 ) = w1 + 2w2 et f (e3 ) =
w1 + w2 :
1- Déterminer l’image de tout vecteur de E;
2- Déterminer le rang de f et caractériser ker f:

Solution:

1- Si x = 1 e1 + 2 e2 + 3 e3 alors f (x) = 1 f (e1 )+ 2 f (e2 )+ 3 f (e3 ) =


1 (2w1 w2 ) + 2 ( w1 + 2w2 ) + 3 ( w1 + w2 ) = (2 1 2 3 ):w1 +
( 1 + 2 2 + 3 ):w2 :

6
2-Le système f (e1 ) = 2w1 w2 ; f (e2 ) = w1 + 2w2 et f (e3 ) = w1 +
w2 :engendre Im f : en e¤et tout vecteur de Im f en est une combinaison
linéaire. Cependant, le sytème n’est pas libre on peut le réduire.en une base
de Im f: Le vecteur f (e2 ) = w1 + 2w2 n’est pas une combinaison linéaire
de f (e1 ) = 2w1 w2 ; cependant f (e3 ) = w1 + w2 est une combinaison
linéaire de f (e1 ) = 2w1 w2 ; f (e2 ) = w1 + 2w2 : En e¤et, l’equation x
f (e1 ) + y f (e2 ) = f (e3 ) equivalente à x (2w1 w2 ) + y ( w1 + 2w2 ) =
( w1 + w2 ) donne pour solution x = 31 et y = 13 . Alors le système reduit
f (e1 ) = 2w1 w2 ; f (e2 ) = w1 + 2w2 est generateur et libre de Im f donc
c’est une base de Im f donc rang(f ) = dim Im f = 2:
D’autre part;
ker f = fu = ( 1 e1 + 2 e2 + 3 e3 ) 2 E j (2 1 2 3 ) = 0 et ( 1+2 2 + 3) = 0g =
= fu = 1 e1 2 e 2 + 3 1 e3 j 1 2 Rg =
= u= 1 (e1 e2 + 3 e3 ) j 1 2R = l (e1 e2 + 3 e3 ) d’où dim ker f =
| {z } | {z }
1: