Vous êtes sur la page 1sur 3

N° Commentaires Prise en compte Page de la

présentation
1 PPT trop longue, trop de slides sur la J’ai réduit le nombre de slides de la
méthodologie méthodologie à un.
2 Trop de texte sur certaines slides, phrases J’ai réduit le nombre de slides et
trop longues résumé beaucoup de texte. On est
passé de 21 slides à 17.
3 Pas de référence au rapport de février pour J’ai introduit un slide sur les Slide 5
la définition des groupes vulnérables ? groupes vulnérables
4 La PPT n’est pas dans un format standard Le format que les Nations Unies
UN, un format plus standard aurait dû être que Mathias m’a envoyé
fourni au consultant
5 Que veut dire : « une réponse inclusive en je voulais parler d’une réponse qui Page 3
matière d’invalidité au COVID-19 » ne prend pas en compte les
Personnes exclues ou Laissées Pour
Compte (PLPC), impactés par la
crise du COVID-19. J’ai retiré cette
phrase mal placé de la présentation
actuelle.
6 Que veut dire : « la conception, le Il s’agit des canaux de
développement et l'identification des communication appropriés. C’est
débouchés les plus appropriés pour les aussi ça le principe du LNOB
messages de prévention et la (Agenda 2030) qui voudrait qu’on
communication ». C’est une PPT pas un implique les personnes exclues
article de journal sur trois pages. dans la conception, la mise en
œuvre et le suivi-évaluation des
politiques (des mesures)
appliquées sur ces derniers. Le
LNOB voudrait que les personnes
les plus exclues soient des
partenaires de connaissance.
7 « LNOB » n’est pas un groupe. « Les LNOB » A la place de LNOB, j’ai remplacé
ne veut rient dire, or c’est utilisé de par personnes exclues. Il s’agit donc
manière récurrente dans la présentation des personnes exclues sur le plan
économique (pauvreté), sociale
(vivant avec un handicap,…),
politique (les voix ne comptent
pas,..), culturel (exclues parce qu’ils
ne sont pas acceptés par les autres
du fait de leur culture)
8 Description du processus, liste des OSC -on est partie du Tableau 1 ci-joint
invitées/présentes, critères de sélection des pour construire un échantillon
OSC etc, et des détails non mis dans la d’OSC représentatif sur le plan
présentation. national ;
-Ces OSC ont été contactés et
invités à un atelier à Mbalmayo ;
-lors de l’atelier, il y a eu plusieurs
présentations : une pour expliquer
le concept de LNOB selon l’Agenda
2030, une autre pour expliquer
comment mettre en place le LNOB
et une dernière sur le COVID-19
présenté par un représentant de
l’OMS ;
-le remplissage du questionnaire
par les OSC sous la supervision du
Consultant (formation et
remplissage)
-la liste des OSC est jointe en
annexe
9 Questions anticipées (et réponses à Questions 1 : Qui selon vous
apporter) représente les LNOB ?
Réponse : Les LNOB sont les
personnes les plus exclus.
L’exclusion pourrait économique,
politique, sociale et culturelle. Elle
peut aussi être envisagée sur le
plan géographique, par rapport à
l’âge, au sexe, l’ethnie, etc.
Ce qu’il faut comprendre c’est que
toutes ces formes d’exclusion
concourent à l’exclusion
économique (pauvreté).
Question 2 : En quoi est-ce que les
réponses des OSC correspondent à
la réalité des LNOB (PLPC) ?
Réponse : Nous avons travaillé sous
l’hypothèse que ces OSC
connaissent bien le quotidien des
communautés qu’ils sont sensés ou
qu’ils disent encadrer. Raison pour
laquelle, dans le questionnaire,
nous avons tenu à savoir les cibles
avec lesquelles ces OSC travaillent.
Nous avons soumis les
questionnaires uniquement aux
OSC qui prétendent travailler avec
les jeunes (fille, garçon), les
femmes, les personnes vivant avec
un handicap, les personnes âgées,
les communautés autochtones
(pygmées ou Bororo), les LGBT, les
enfants, les personnes très pauvres,
les déplacées internes, les
refugiées, les habitants des zones
rurales, etc
Question3 : En quoi ces résultats de
cette étude sont utiles à la
coordination des Nations Unies.
Réponse : Ce qu’il faut comprendre
d’abord c’est que le LNOB est un
principe au cœur de l’Agenda 2030.
Dans le cadre de l’élaboration du
nouveau UNSDG (cadre de
coopération), ces résultats
pourront alimenter les discussions
notamment sur les réponses aux
personnes les plus exclues face au
COVID-19.
Question 4 : Quels sont les limites
de cette étude ?
Réponse : le point faible de cette
étude c’est hypothèse de travail
que nous nous sommes donnés.
C’est-à-dire, les OSC sont au
courant de la situation des
personnes laissées pour compte.
Une évaluation d’impact rigoureuse
aurait à identifier d’abord les
personnes laissées pour compte,
construire un échantillon
représentatif et aller vers eux
administrer le questionnaire.