Vous êtes sur la page 1sur 4

Corrigé de l’application

On a une plaque métallique dont l’épaisseur et très faible (40 mm) par rapport à sa largeur (4 m)
et sa hauteur (4m). Donc, on est dans le cas d’un objet dont la géométrie est bien définie et dont
l’une des dimensions est très faible par rapport aux deux autres dimensions. On aura donc un
transfert unidirectionnel dans la direction de l’épaisseur (direction X).
Ainsi, pour résoudre l’exercice on choisit l’approche du transfert unidirectionnel avec transfert
convectif à la surface (qu’on appelle aussi approche du solide infini)

Attention : d’après l’énoncé, on n’a pas les mêmes conditions de part et d’autres de la plaque car
elle est parfaitement isolée de l’extérieur. D’après la remarque précédente (page précédente), On
peut utiliser les lois de distribution obtenues pour une plaque (milieu parallélépipédique) à
condition de prendre l’origine de repère au niveau de la surface isolante et non pas au plan
médiateur de la plaque. De même, lorsqu’on calcule le nombre de Biot et le nombre de Fourier
dans ce cas-là, Lc (pour le nombre de Biot) et L (pour le nombre de Fourier) seront égaux à
l’épaisseur et non pas à la moitié de l’épaisseur. Schématiquement, le problème sera présenté
comme suit :

Isolation

h, T∞

X
0 L = 40 mm

 1)
*Calcul du nombre de Biot

Bi 
h.LC
AN Bi 
 
500 W .m 2 .K 1  40.10 3 m
 0,313
k 
63,9 W .m 1 .K 1 
*Calcul du nombre de Fourier pour t = 8 mn
 .t
Fo  2
L

Or  
k
AN  

63,9 W .m 1 .K 1 
 18,8.10 6 m 2 s 1
 .c P   
7832 kg.m 3  434 J .kg 1 .K 1 
1
D’où Fo 
 
18,8.10 6 m 2 .s 1  (8  60)s 
 5,64
40.10  m 
3 2 2

Remarque : le nombre de Biot est supérieur à 0.1, ceci vient nous confirmer le fait que
l’approche du milieu à température uniforme ne peut pas être utilisée dans ce cas de figure. On
signale également que l’approche du milieu semi-infinie ne peut pas être utilisée dans le cas de
cette exercice car :
-réellement le solide est fini et est de faible épaisseur,
-le solide à une géométrie simple et bien définie.

 2)
On a un transfert unidirectionnel sans génération ou consommation de chaleur, on considère
de plus que les propriétés physiques sont constantes et uniformes, donc l’équation de chaleur
(équation différentielle à résoudre) devient après simplification :

 2T 1 T

X 2
 t

T T
Avec les conditions aux limites suivantes :  0 et  k  hT L, t   T 
X X 0 X X L

Et la condition initiale suivante : T  X ,0  Ti

L’adimensionnalisation de l’équation de chaleur et des conditions aux limites et initiales, puis la


résolution de l’équation adimensionnelle conduit à la solution suivante

 *   C n exp   n2 .Fo cos  n X * 


n 1

Le nombre de Fourier étant supérieur à 0,2 (5,64), la série infinie peut être approximée par
son premier terme.
  
D’où :  *  C1 exp  12 .Fo cos 1 X * 
D’après le tableau de solutions pour une plaque on a :

Bi = 0,3 ζ1 = 0,5218 C1 = 1,0450


Bi = 0,4 ζ1 = 0,5932 C1 = 1,0580

Or le nombre de Biot dans notre cas est de 0,313, les valeurs de ζ1 et C1 seront calculées de la
manière suivante :

Pour une différence dans le nombre de Biot de 0,1 (= 0,4-0,3) on aura une différence dans ζ1 de
0,0714 rad

On doit donc calculer la variation de ζ1 pour une variation de 0,013 dans le nombre de Biot (avec
0,013 = 0,313 – 0,3)

2
Par règle de trois on aura :

Δ(Bi) = 0,1 Δ (ζ1) =0,0714 rad


Δ(Bi) =0,013 Δ (ζ1) = ?

D’où : Δ (ζ1) = 0,0092

Enfin : ζ1 (Bi=0,313) = ζ1 (Bi=0,300) + Δ (ζ1)

ζ1 =0,5218 + 0,0092

=0.5310 rad

La même démarche est utilisée pour calculer C1.

On obtient C1 = 1,04669 et par arrondissement C1= 1,0467

Donc après 8 min la température adimensionnelle de la surface isolée (X*=0) sera :

 * (0,8 min)  C1 exp  12 .Fo cos1  0  C1 exp  12 .Fo 



= 1,0467  exp  0,531rad   5,64
2

=0,2134

T 0,8 min   T
On a donc :  0,2134
Ti  T
Donc T 0,8 min   0,2134Ti  T   T
AN : T 0,8 min   0,2134 20  60  60
= 42,93 °C

 3)
D’après les conditions aux limites du problème on a :

T
q L" ,t  k  hT L, t   T 
X X L

Donc le flux de chaleur véhiculé vers la plaque à t = 8mn est donné par :
q L  hT L,8 min   T  , il faut donc calculer T(L, 8 min)

   
On a :  *  C1 exp  12 .Fo cos 1 X *
D’où :  * L,8 min   C exp   .Fo cos 
1 1
2
1

 0,2134  cos1 
 0,2134  cos0,531rad 
= 0,184

3
D’où : T L,8 min   0,184Ti  T   T
AN : T L,8 min   0,184 20  60  60
=45,3 °C

 
Ainsi : q L  500 W .m 2 .K 1 45,3  60K 
= -7350 W.m-2

Remarque : le flux est de signe négatif, car le transfert de chaleur se fait réellement dans
le sens inverse du déplacement X.

 4)
on a :

Q8 min sin  1 *
 1  0,8 min
Q0 1
Avec Q0  .C.V Ti  T 
Donc Q8,min  .....
Faites l’application numérique
Et bonne révision